Navigation – Plan du site

AccueilNumérosvol. 37/2Hors thèmeLa publicisation des liens entre ...

Hors thème

La publicisation des liens entre l’antibiorésistance et l’alimentation dans la presse nationale étatsunienne

Estera Badau

Résumés

Si le problème de la résistance des bactéries aux antibiotiques (antibiorésistance) est depuis longtemps connu dans le domaine scientifique, on assiste aujourd’hui à une phase de reconnaissance politique du problème. L’auteure analyse la publicisation des liens entre l’antibiorésistance et l’alimentation aux États-Unis. Cette étude s’inscrit dans une réflexion pragmatiste de constitution des problèmes publics et s’enrichit des outils issus de l’analyse de discours. Le corpus est constitué d’articles publiés dans deux titres de référence de la presse quotidienne étatsunienne et d’orientation politique différente, The New York Times et The Washington Post, entre 1984 et 2016.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Le phénomène par lequel les bactéries deviennent insensibles aux antibiotiques à la suite d’un usag (...)

1Ces dernières années, l’antibiorésistance1 (la résistance des bactéries aux antibiotiques) est devenue l’un des problèmes de santé les plus « inquiétants » à l’échelle mondiale. La nécessité de mesures d’encadrement et de solutions a été soulignée par le plan international lancé en 2015, auquel participent trois agences sanitaires internationales : l’Organisation mondiale de la santé, l’Organisation mondiale de la santé animale et l’Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture (OMS, 2015).

  • 2 Il s’agit de la reconnaissance du fait que la santé humaine, la santé animale et l’environnement so (...)

2Depuis 2016, cet appel des acteurs sanitaires a été suivi par une mise à l’ordre du jour du sujet dans les rencontres des leaders politiques internationaux (G7, G20, Assemblée générale de l’ONU). Si le problème de la résistance bactérienne est depuis longtemps connu dans le domaine scientifique, c’est-à-dire bien avant la commercialisation des premiers antibiotiques au début des années 1950 (Levy, 1992), on assiste aujourd’hui à une phase de reconnaissance politique du problème. De plus, l’engagement politique international (G7, 2016) mettant en évidence la nécessité d’une approche « One Health2 » pour la mise en place de solutions pérennes, a entériné la reconnaissance politique des liens entre la santé humaine et animale, l’environnement et l’alimentation. Cependant, la prise de conscience et la reconnaissance de liens entre la pluralité des domaines que ce problème concerne n’ont pas eu lieu au même moment dans les pays qui sont considérés aujourd’hui comme les leaders de l’antibiorésistance.

  • 3 L’expression est empruntée à Érik Neveu (2015), spécialiste des problèmes publics qui mélange tradi (...)

3Le présent travail s’attache à l’étude de la publicisation des liens entre l’antibiorésistance et l’alimentation aux États-Unis où en 2015 un plan national de lutte contre la résistance aux antibiotiques a été décidé et publié. Il s’agit en effet d’une première mise à l’ordre du jour du problème aboutissant à un plan gouvernemental qui conçoit l’encadrement de l’antibiorésistance sous l’approche dite « One Health ». En effet, l’une des particularités du plan est la reconnaissance par le gouvernement des liens qui se tissent entre l’antibiorésistance et l’alimentation. Pour comprendre l’émergence de cette approche et la mise en visibilité de sa nécessité, il faut remonter plus d’un demi-siècle en arrière et rendre compte de la manière par laquelle la prise de conscience des liens entre l’antibiorésistance et l’alimentation a pris la forme d’un débat public lié à l’utilisation d’antibiotiques dans l’élevage. Dans ce contexte particulier, on a alors assisté à une forte mobilisation des organisations non gouvernementales (ONG) ainsi qu’à la constitution d’un public potentiel « entrepreneur de cause et porteur3 » du problème sur une pluralité de scènes publiques, ce qui a favorisé à la fois la mise en visibilité du problème ainsi que le développement et la mise en œuvre de solutions. Cette étude s’inscrit ainsi dans une réflexion pragmatiste de constitution des problèmes publics et s’enrichit des outils issus de l’analyse de discours.

D’une « situation problématique » à la constitution d’un « public » et aux « désignations publiques »

4Les travaux de John Dewey, l’un des fondateurs de la pensée pragmatiste, ont mis en évidence des notions fondamentales concernant la constitution des « publics » à partir de l’apparition des « situations problématiques » ainsi que la participation des publics à la vie politique dans les États démocratiques, tout en soulignant l’importance de l’existence des publics actifs pour que la démocratie puisse se développer. Un aspect important de l’ouvrage Le public et ses problèmes tient au fait que sa publication en 1927 vient comme réponse à la sortie, en 1925, du Phantom public de Walter Lippmann. Si pour Lippmann le public se caractérise par un état de latence et d’ignorance, à défaut de moyens de s’emparer de la complexité des questions concernant sa propre gouvernance, Dewey montre que la prise de conscience des conséquences des activités humaines, lorsqu’elles dépassent le cadre des personnes directement engagées dans ces activités, entraîne des mobilisations autour d’une cause commune. Ainsi un public est-il constitué par

l’ensemble de tous ceux qui sont tellement affectés par les conséquences indirectes des transactions qu’il est jugé nécessaire de veiller systématiquement à ces conséquences. Comme ceux qui sont indirectement affectés ne sont pas des participants directs à la transaction en question, il est nécessaire que certaines personnes soient distinguées pour les représenter et pour veiller à ce que leurs intérêts soient conservés et protégés (Dewey, 2005/1927 : 95).

5Pour Dewey, « un public » se constitue au nom d’une cause commune, d’un objet d’intérêt général afin de s’assurer que les conséquences évaluées comme « positives » soient encouragées et que celles qui sont évaluées comme « négatives » soient empêchées ou délimitées. Cette prise de conscience de conséquences des activités humaines se traduit par le surgissement d’une situation qui pose un problème. Comme Daniel Cefaï l’explique en s’appuyant sur les travaux de Dewey, de Bentley et de Follet, une situation problématique se caractérise par le fait que « la totalité intégrée que formaient les transactions de l’organisme et son environnement connaît une crise » (2016 : 27). Autrement dit, si la motivation qui mobilise des personnes est représentée par une cause commune, le processus de constitution d’un public est déclenché par la prise de conscience des conséquences des activités humaines. Ces conséquences, subies par des personnes qui ne sont pas directement impliquées dans l’accomplissement des activités en cause, se traduisent par l’apparition d’un trouble dans un ordre de choses (Cefaï, ibid.), ou encore plus spécifiquement, par l’émergence d’une situation qui perturbe la vie courante. Comme Dewey le note (op. cit. : 118), cette situation requiert un travail de mise en ordre des éléments qui la composent et notamment un travail de restitution des liens de cause à effet. Ce travail se traduit par des enquêtes menées par le public.

6Suivant le sociologue Joseph Gusfield, le processus de définition d’un problème public, de ses causes et de ses solutions est également un processus de mise en visibilité par lequel un public se mobilise et se constitue autour d’une cause commune, en vue de définir une situation problématique, les causes l’ayant entraînée et les solutions à mettre en place en vue de sa résolution. En effet, dans son premier ouvrage consacré au problème de l’alcool aux États-Unis, Gusfield, héritier de l’école de Chicago, montre que les problèmes publics sont des processus à trois dimensions : la première — la propriété du problème — désigne le travail d’appropriation du problème par les acteurs qui revendiquent la légitimité de définir et de nommer le problème ; la deuxième — la responsabilité causale — concerne le travail de définition des causes à l’origine du problème ; la troisième — la responsabilité politique — concerne notamment la désignation des acteurs tenus responsables d’apporter une solution au problème (Gusfield, 1981 : 13-14).

7Porteur de l’approche pragmatiste en France, Cefaï montre que la « carrière » d’un problème public passe par plusieurs étapes : la première est celle où le problème est défini, des protagonistes sont désignés, les enjeux sont déterminés et des discours sont adressés aux pouvoirs publics. La deuxième étape est celle dans laquelle le problème acquiert une reconnaissance de la part des pouvoirs publics. La troisième est celle de leur intervention et la quatrième, celle dans laquelle un programme d’action se met en place. Au cours de ces étapes, le problème peut être porté sur plusieurs scènes publiques, qui forment l’arène du problème en cause (Cefaï, 1996 : 57-59). Comme les recherches de Jocelyne Arquembourg le montrent, les médias sont l’une de ces scènes où le problème se configure. Les discours de la presse écrite constituent une « scène d’apparition, où s’impriment des instantanés successifs de la configuration d’un problème social, où se donnent à voir et à entendre les acteurs qui y ont accès et les discours qui font autorité » (Arquembourg, 2016a : 31). Par la suite, cette scène de configuration des problèmes publics donne aussi à voir les diverses « désignations publiques » (ibid.) et les définitions qui accompagnent un problème au long des étapes de sa carrière publique, en participant également à leur mise en visibilité et à leur figement. Neveu souligne aussi l’importance des médias dans le processus de constitution et de publicisation de problèmes publics : « […] la cause la plus admirablement mise en récit et justifiée par des entrepreneurs efficaces restera confidentielle si elle n’est pas débattue dans l’espace public, dans les institutions et les lieux destinés à organiser le débat social. Les médias […] jouent ici un rôle central » (op. cit. : 155), sans oublier l’impact des dimensions liées à leur fonctionnement interne.

8La « visibilité publique » des mouvements d’action collective a été également interrogée dans les travaux d’Olivier Voirol. Qu’il s’agisse des ressources d’un public porteur d’une cause pour accéder aux moyens de médiatisation ou bien de logiques internes de fonctionnement des médias, ses travaux soulignent que « c’est bien la visibilité médiatisée qui rend possible l’émergence d’une scène du visible accessible à des individus isolés, inscrits dans leurs univers particuliers » (2005 : 99).

9Ainsi, si les problèmes publics sont « des enjeux de définition et de maîtrise de situations problématiques, et donc des enjeux de controverses et d’affrontements entre acteurs collectifs dans des arènes publiques » (Cefaï, 1996 : 52), leur médiatisation permet de repérer, au travers des « instants discursifs » (Moirand, 2007) lors des événements (Arquembourg, 2011) ayant impacté la trajectoire de constitution du problème, les étapes de publicisation du problème et de la constitution d’un public. Dans notre cas, l’étude du corpus constitué nous a permis de constater que la mise en visibilité de l’impact de l’antibiorésistance sur l’alimentation émerge dans la presse nationale aux États-Unis sous la forme d’un débat concernant l’utilisation des antibiotiques dans la production des animaux. La médiatisation du débat participe à la fois à la mise en visibilité et à la publicisation des liens entre l’antibiorésistance et l’alimentation, et s’actualise autour de six moments principaux pendant lesquels une pluralité d’acteurs concernés par l’usage d’antibiotiques dans l’élevage se dispute la propriété, la responsabilité causale et la responsabilité politique des conséquences de ces usages. La médiatisation rend également visibles les désignations du problème, de ses causes et de ses solutions, lors des affrontements qui émergent entre les acteurs à plusieurs moments. Aussi ces moments font-ils apparaître le processus de constitution d’un public des ONG et des associations de consommateurs qui s’unissent et portent le problème afin de lui trouver des solutions.

10Nous proposons ainsi d’articuler ces réflexions issues de l’approche pragmatiste de constitution des problèmes publics avec une approche discursive de la nomination (Siblot, 2001), qui nous permet d’analyser les définitions et les désignations du problème ainsi que les solutions formulées par les acteurs qui se sont impliqués dans le débat sur l’utilisation des antibiotiques dans l’élevage des animaux. L’approche sémantique de la nomination, acte qui dans les travaux de Paul Siblot, repris par Sonia Branca-Rosoff, « sert moins à désigner des fragments de réalité qu’à les sémiotiser en fonction de l’expérience sociale des locuteurs » (2007 : 14), nous permet d’étudier les « désignations publiques » (Arquembourg, 2016b) d’une « situation problématique » (Dewey, 1927) lors du processus par lequel la médiatisation participe à la visibilité dans l’espace public à la fois des liens entre l’antibiorésistance et l’alimentation ainsi que de la constitution d’un public des ONG.

Présentation du corpus d’analyse

  • 4 La moyenne de diffusion en 2017 du The New York Times, journal avec une orientation politique démoc (...)

11Le corpus sur lequel porte l’analyse est constitué d’articles publiés dans la presse écrite étatsunienne et concerne deux titres de référence de la presse nationale quotidienne et d’orientation politique différente4, The New York Times et The Washington Post, entre 1984 et 2016. En effet, les discours de la presse écrite représentent l’un des terrains d’étude possibles pour retracer les étapes de constitution et de publicisation d’un problème ainsi que pour analyser les dénominations et les désignations qui émergent et circulent dans l’espace public. Si la question de la résistance aux antibiotiques apparaît dans les discours de la presse nationale américaine autour de l’année 1956, la médiatisation des premières inquiétudes quant à l’impact des usages agricoles d’antibiotiques sur la santé humaine débute une dizaine d’années plus tard, avec la première reconnaissance publique des effets néfastes de l’utilisation des antibiotiques comme facteurs de croissance dans l’élevage (Swann, 1969). Pour analyser la mise en visibilité des liens entre l’antibiorésistance et l’alimentation, nous avons constitué un corpus qui va de 1984 à 2016. Le choix de ces bornes temporelles est justifié par deux événements qui ont joué un rôle important dans le processus de publicisation du sujet étudié. Le premier est la publication en 1984 de la première étude scientifique qui démontre les liens entre les usages agricoles des antibiotiques et les risques de contamination par la chaîne alimentaire. Le deuxième correspond à la mise en place d’une solution par les pouvoirs publics. Il s’agit d’une politique réglementant les usages des antibiotiques dans l’élevage, notamment leur interdiction en tant que promoteurs de croissance.

12Les médias sont l’une des scènes de publicisation des liens entre l’antibiorésistance et l’alimentation. Relais des discours scientifiques mais aussi des ONG, les articles donnent la possibilité de retracer les discours des acteurs qui ont joué un rôle important dans la prise de conscience du problème et la recherche des solutions. Au travers de procédés tels que les citations, les reformulations et les paraphrases, les discours de la presse écrite permettent également d’étudier l’apparition des désignations et des formules, leurs processus de figement et de constitution du sens ainsi que leur fonctionnement discursif à un moment donné. Comme nous l’avons déjà souligné, en plus d’être l’une des scènes de publicisation, les médias participent à la constitution d’un problème public et à l’émergence de nouveaux concepts : les choix et les modalités de médiatiser un sujet dans une perspective ou une autre représentent également une prise de position dans le débat et la recherche des solutions, tout autant que le fait d’accorder de la place à différents acteurs.

13Le corpus a été constitué à partir de plusieurs mots-clés utilisés en conjonction : antibiotics et farming, antibiotic resistance, salmonella et antibiotics, salmonella et resistant. Il s’agit donc d’une sélection d’articles concernant les usages d’antibiotiques dans l’élevage. Le nombre d’articles retenus pour l’analyse est de 273 articles publiés dans The New York Times et 155 articles publiés dans The Washington Post (voir la figure 1 ci-dessous pour une distribution des articles par année). L’étude du corpus nous a permis de repérer plusieurs moments significatifs de médiatisation qui représentent des « instants discursifs » (Moirand, 2007) pendant lesquels un « public » (Dewey, 1927) s’est constitué à partir de la situation problématique : la prise de conscience des conséquences de l’usage d’antibiotiques comme promoteurs de croissance dans l’élevage des animaux. Si les premières mises en visibilité du sujet étudié prennent forme dans des dénonciations scientifiques, leur médiatisation permet d’observer la constitution d’un public qui se mobilise et dont les actions se concrétisent dans des demandes d’abord adressées aux pouvoirs publics et, plus tard, aux acteurs de l’industrie agroalimentaire. Si ces formes de mise en visibilité accompagnent et font évoluer le débat sur l’utilisation des antibiotiques en élevage jusqu’à la mise en place d’une réglementation, le présent travail est une étude diachronique. Plus précisément, il s’attache à l’analyse ponctuelle des désignations sous lesquelles les liens entre l’antibiorésistance et l’alimentation sont rendus visibles au cours de ces six moments.

Tableau 1. Distribution des articles par année et par journal

Tableau 1. Distribution des articles par année et par journal

The New York Times (NYT) et The Washington Post (TWP) entre 1980 et 2016.

Événement et mobilisation publique

14Le premier événement ayant fait l’objet d’une mobilisation publique date de 1983. Il s’agit d’un épisode de contamination par la bactérie Salmonella Newport qui touche quatre États américains. La bactérie responsable de la contamination s’avère résistante à plusieurs antibiotiques (pénicilline, tétracycline, ampicilline, carbénicilline). L’événement retient l’attention des médias un an plus tard à l’occasion de la publication de l’étude scientifique (Holmberg et al., 1984) qui retrace la source de contamination dans un élevage bovin qui se trouve dans le Dakota du Sud et qui a reçu des antibiotiques (chlorotétracycline — dérivé de la tétracycline) dans des doses sous-thérapeutiques dans leur alimentation.

  • 5 La pétition est adressée au ministère américain de la Santé, le DHHS (Secretary of Health and Human (...)
  • 6 « imminent hazard, serious threat to public health » — extrait de Karim Ahmed, Sarah Chasis et Bruc (...)

15L’importance de l’étude tient au fait qu’il s’agit d’une première publication scientifique américaine qui retrace la chaîne complète des événements entre l’utilisation des antibiotiques comme facteurs de croissance dans l’élevage des animaux et la transmission des bactéries résistantes par la chaîne alimentaire. Si ce moment s’inscrit dans la continuité du débat qui oppose la communauté scientifique et les instances administratives sanitaires aux représentants des producteurs, des éleveurs et de l’industrie pharmaceutique, sur une législation visant l’interdiction de l’utilisation des antibiotiques comme facteurs de croissance dans l’élevage des animaux, la publication de l’étude représente également un événement-clé dans l’évolution du débat et la constitution d’un public. En effet, cette publication fait également l’objet d’une mobilisation publique. Une pétition (Ahmed, Chasis et McBarnette, 1984) est déposée par l’ONG Natural Resources Defense Council à l’Administration5. Elle marque deux aspects notables. D’un côté, elle laisse voir l’apparition d’un nouveau groupe social qui s’empare du problème, moment qui déclenche le processus de constitution du public. De l’autre, elle met en valeur les trois dimensions d’un problème conceptualisées par Gusfield et qui font l’objet d’investissement du nouveau groupe qui s’approprie le problème : si la responsabilité causale du problème souligne les usages d’antibiotiques dans l’élevage, la responsabilité politique est attribuée aux pouvoirs publics qui sont tenus de résoudre la situation problématique. En même temps, la solution demandée concerne la mise en place d’une réglementation de ces usages (notamment l’interdiction de l’utilisation de la pénicilline et de la tétracycline comme facteurs de croissance). Le travail de problématisation de la « situation problématique » (l’utilisation de la pénicilline et de la tétracycline comme facteurs de croissance) fait par l’ONG au moment où elle interpelle l’Administration est articulé en fonction des risques et menaces pour la santé publique6. Un autre aspect important du moment tient au fait qu’il représente une phase de requalification du problème : son impact n’est plus réduit au domaine de la santé, mais concerne désormais celui de l’alimentation, et notamment les risques de contamination par la voie alimentaire.

  • 7 L’usage systématique d’antibiotiques dans l’élevage (traduction de l’auteure), The New York Times, (...)
  • 8 La pratique d’ajout d’antibiotiques dans les aliments d’animaux en bonne santé (traduction de l’aut (...)
  • 9 Médecins qui surprescrivent les antibiotiques et éleveurs qui les rajoutent systématiquement dans l (...)
  • 10 Pénicilline et tétracycline rajoutées systématiquement dans l’alimentation d’animaux (traduction de (...)
  • 11 Le risque de réapparition des maladies insensibles aux antibiotiques (traduction de l’auteure), The (...)
  • 12 Des contaminations par la chaîne alimentaire (traduction de l’auteure), The New York Times, 6 septe (...)
  • 13 Bactéries résistantes aux antibiotiques présentes dans la viande (traduction de l’auteure), The New (...)

16Quant à la médiatisation de l’événement, « la situation problématique » se voit désignée sous une pluralité de désignations : « routine farm use of antibiotics7 » (en reprenant une citation du chercheur et lanceur d’alerte Stuart Levy), « the practice of adding antibiotics to the feed of healthy animals8 », « doctors who overprescribe antibiotics and farmers who routinely add them to animal feed9 », « penicillin and tetracycline routinely fed to animals10 ». Cette pluralité des désignations se voit associée aux deux référents laissant entrevoir ce que Louis Quéré appelle les deux dimensions d’un événement : la première, l’action — « diseases that cannot be treated with the most powerful and common medicines11 » — et la deuxième, le résultat — « outbreak of food poisoning12 », « drug resistant bacteria in meat13 » (Quéré, 2006). Ces référents ne sont pas anodins, car ils participent à la publicisation des liens entre l’antibiorésistance et l’alimentation. Cependant, la pluralité des désignations laisse transparaître la difficulté de trouver un nom commun. Plus spécifiquement, dans la perspective du résultat, les désignations indiquant la présence des bactéries résistantes dans la viande ou l’épisode de contamination par la chaîne alimentaire peuvent être expliquées comme un enchaînement de causes à effets : les usages agricoles des antibiotiques favorisent l’apparition des bactéries résistantes dans la viande ou des épisodes de contamination par la chaîne alimentaire. Dans l’autre perspective, qui est celle du point de vue de l’action, la configuration du sens de l’événement participe à la définition de la situation problématique qui fait appel à la recherche de solutions : le risque d’exacerbation des maladies humaines et de perte d’efficacité des antibiotiques détermine une mobilisation publique demandant une réglementation de l’usage d’antibiotiques dans l’élevage.

17La contre-argumentation des défenseurs de l’usage d’antibiotiques comme facteurs de croissance s’appuie sur le manque d’études scientifiques convaincantes, sur la mise en évidence des bénéfices économiques ou sur les conséquences de la surutilisation d’antibiotiques en santé humaine. Leurs arguments soulignent également la nécessité d’utiliser les antibiotiques pour le traitement des animaux malades, comme le montrent les discours de la presse nationale :

  • 14 Les industries concernées ont fait valoir qu’il n’existe aucune preuve que les bactéries résistante (...)

The industries involved have countered that there is no conclusive evidence that resistant bacteria pass to humans in sufficient numbers to cause a public health problem. They say the benefits of the drugs in fattening livestock are too great to abandon medicated feed without solid evidence. […] Scientists in industry also argue that even if antibiotics were eliminated from animal feed, their widespread use to combat infections in animals and humans alike would permit the continued evolution of resistant bacteria14.

18Néanmoins, ce premier instant discursif met en valeur une première mobilisation d’un public qui se constitue autour d’une situation problématique à partir de la prise de conscience des liens entre l’antibiorésistance et l’alimentation causés par l’usage d’antibiotiques dans l’alimentation d’animaux : l’ONG National Resources Defense Council s’approprie le problème et somme les pouvoirs publics en demandant une réglementation et en attribuant ainsi à ces autorités la responsabilité politique d’apporter une solution. Étape de publicisation du problème mais aussi de constitution du public, la médiatisation met en évidence l’attribution de la responsabilité causale du problème par l’ONG à l’usage d’antibiotiques dans l’élevage d’animaux. L’importance du moment tient également au fait que cette nouvelle appropriation du problème par l’ONG qui se mobilise ainsi que la médiatisation par la presse quotidienne nationale participent à la mise en visibilité des liens entre l’antibiorésistance et l’alimentation sous une pluralité de désignations qui indiquent ces liens.

Factualisation et mobilisation publique

  • 15 Center for Science in the Public Interest, Environmental Defense Fund, Food Animal Concerns Trust e (...)
  • 16 Met en danger la santé humaine (traduction de l’auteure), ibid.
  • 17 Depuis les années 1950, les éleveurs utilisent les antibiotiques comme outil de production pour l’é (...)
  • 18 La résistance aux antibiotiques peut transformer des infections faciles à traiter en maladies néces (...)

19Si la première pétition est refusée par l’agence sanitaire en raison de l’incertitude des preuves scientifiques, le même schéma se répète en 1999. La publication d’autres études scientifiques (Kirk et al., 1999 ; Angulo et al., 1998) portant sur l’augmentation des taux de résistance des bactéries transmissibles par la chaîne alimentaire (Salmonella et Campylobacter) fait l’objet d’une nouvelle mobilisation publique. Si les études scientifiques aussi bien que la pétition sont médiatisées par la presse nationale, il est également important de signaler l’évolution des arguments et des demandes des pétitionnaires. Rejointe par une trentaine d’autres associations, l’ONG Natural Resource Defense Council adresse une nouvelle pétition15 à l’Administration en demandant l’annulation des autorisations d’utilisation, comme facteurs de croissance et à titre préventif dans l’élevage des animaux, de classes d’antibiotiques utilisés également en santé humaine. D’une part, le nombre grandissant des ONG qui s’unissent montre que l’organisation du public s’élargit. D’autre part, les discours des pétitionnaires désignent la situation problématique à ce moment-là comme un risque pour la santé humaine : « jeopardizes human health16 ». De plus, la responsabilité causale du problème est attribuée aux éleveurs : « Since the 1950s, farmers have been using antibiotics as a production tool in raising livestock. They add antibiotics to livestock feed to counteract the effects of crowded living conditions and poor hygiene17. » Les arguments des pétitionnaires pointent également les risques d’aggravation des maladies humaines : « […] antibiotic resistance can transform infections from easy to treat to illnesses that require prolonged treatments, necessitate lengthy hospitalizations, or cause death18. » En même temps, la pétition souligne l’augmentation de taux de résistance des agents pathogènes d’origine alimentaire transmissibles par la chaîne alimentaire, tout en participant à la mise en visibilité de liens entre l’antibiorésistance et l’alimentation.

  • 19 Infections d’origine alimentaire résistantes aux antibiotiques (traduction de l’auteure), The Washi (...)
  • 20 Met en péril l’efficacité de ces précieux médicaments, (traduction de l’auteure), The Washington Po (...)

20Lors de la médiatisation de la pétition, encore une fois deux types de désignations émergent, celle qui démontre le résultat et qui s’explique par un raisonnement de cause à effet (« antibiotic-resistant food-borne infections19 ») et celle qui appelle à une action (« jeopardize the effectiveness of those precious drugs20 »). En même temps, la médiatisation du moment met en valeur le fait que le public qui se constitue attribue la responsabilité causale de la situation problématique aux usages agricoles et la responsabilité politique aux instances administratives, tout en soulignant les liens entre l’alimentation et le problème des bactéries résistantes :

  • 21 Avant que les gens ne meurent d’infections d’origine alimentaire résistantes aux antibiotiques, la (...)

Before people die from antibiotic-resistant food-borne infections, the FDA should immediately ban the use of fluoroquinolones in poultry. It should then ban other unnecessary uses of antibiotics — the fattening of livestock in particular — that jeopardize the effectiveness of those precious drugs21.

  • 22 Nous croyons que l’agence exagère grandement le caractère concluant et les implications des données (...)

21De leur côté, les représentants de l’industrie pharmaceutique insistent sur l’incertitude des preuves scientifiques. Ainsi, le docteur Brendan Fox, président du groupe pharmaceutique Elanco Animal Health, cité par le quotidien démocrate, affirme-t-il ceci : « We believe the agency is greatly overstating the conclusiveness and the implications of the data and has put forth a seriously flawed proposal22 ».

22Les travaux de Paul Siblot soulignent que l’acte de nommer indique une perspective de la chose nommée et témoigne du rapport que le locuteur entretient avec la chose qu’il nomme, tout en montrant des prises de position distinctes, révélatrices d’intérêts et d’engagements idéologiques différents (Siblot, 2001).

23La médiatisation de ce deuxième moment et des discours des acteurs qui s’affrontent dans le débat sur l’usage d’antibiotiques dans l’élevage participe ainsi à la publicisation des liens entre l’antibiorésistance et l’alimentation, mais laisse transparaître également les prises de position des acteurs qui s’adossent au débat, avec des implications spécifiques. Si les discours des représentants des producteurs soulignent leurs essais d’appropriation du problème dans le but de conserver la possibilité d’utiliser les antibiotiques, l’appropriation du problème par les ONG accentue la nécessité de réglementer, voire d’interdire certains de ces usages. Encore plus spécifiquement, l’attribution de la responsabilité causale aux usages agricoles d’antibiotiques faite par les ONG laisse transparaître non seulement la cause commune autour de laquelle le public se constitue, mais aussi leur prise d’engagement dans la lutte contre l’antibiorésistance, à partir de la prise de conscience des liens entre l’antibiorésistance et l’alimentation.

L’organisation du public et ses enquêtes

24La demande publique adressée dans la deuxième pétition reste sans réponse de la part de l’Administration jusqu’en 2011. Mais en 2001, les ONG s’associent et lancent une première campagne publique (« Keep Antibiotics Working ») visant la réglementation des usages agricoles d’antibiotiques. La campagne est le troisième moment-clé qui permet d’observer l’organisation de ce que Dewey appelait un « public dispersé » (1927). Tout en participant à sa solidification, la mise sur pied d’enquêtes montre que le public se constitue. Le travail d’enquête mené par le public permet de produire des connaissances qui font évoluer le débat. À titre d’exemple, une enquête menée par l’une des ONG fondatrices de la campagne sur l’usage d’antibiotiques dans l’élevage estime que les chiffres dépassent de 40 % ceux donnés par l’industrie pharmaceutique animale. Le deuxième aspect est lié à la prise de conscience des conséquences de ces usages, à la suite de la publication d’études scientifiques, notamment des études sur des échantillons de viande vendus dans des supermarchés qui montrent que plus de la moitié des échantillons de poulet analysés est contaminée par des bactéries résistantes à plusieurs antibiotiques. Pour rappel, les études scientifiques précédentes étaient centrées sur l’augmentation du taux de résistance de certaines bactéries. En revanche, à partir de ce moment, la présence de bactéries résistantes dans les produits alimentaires commence à être recherchée. Par conséquent, comme l’affirme Dewey,

le degré d’intervention de l’État dans les affaires humaines dépend non de la nature des activités ou des acteurs qui les accomplissent mais des conséquences factuelles des activités. Le repérage de ces conséquences nécessite une méthode et mobilise le public qui se constitue par ce repérage lui-même (2005/1927 : 38).

25En somme, les résultats de l’enquête ainsi que les nouvelles publications scientifiques mettent en évidence les méthodes mises en place pour étudier les conséquences des usages des antibiotiques dans l’élevage. Nouvelles connaissances mais aussi preuves qui retracent les conséquences des activités humaines, ces résultats font également évoluer le débat sur le problème ainsi que le processus de constitution du public. La publication des données produites à ce moment représente un autre moment au cours duquel la responsabilité politique du problème est attribuée de nouveau à l’Administration par la coalition des ONG et des associations de consommateurs, qui demande la mise en place d’une réglementation.

  • 23 Des antibiotiques sont couramment administrés aux poulets, aux porcs et aux bovins pour prévenir le (...)

26Lors de la médiatisation de ce troisième moment, la définition de la situation problématique pointe à nouveau l’usage d’antibiotiques dans l’élevage : « Antibiotics are routinely given to chickens, pigs and cattle to prevent illness and to promote growth23. » Les deux types de désignations ressurgissent : celle qui désigne le résultat (bactéries résistantes dans la viande) et celle qui appelle à l’action (risque de perte d’efficacité des antibiotiques) :

  • 24 Les bactéries résistantes aux antibiotiques sont largement répandues dans les viandes commerciales (...)

Antibiotic-resistant bacteria are widespread in commercial meats and poultry and can be found in consumers’ intestines, researchers are reporting. The findings suggest that many food-borne illnesses will not respond to the usual treatments, and that some cases may even resist all current drugs. Three studies to be published today in The New England Journal of Medicine provide new evidence of a problem that physicians and scientists have been warning about for decades: the routine use of antibiotics to enhance growth in farm animals can encourage the growth of drug-resistant bacteria, which may threaten people who undercook their meat or consume food or water contaminated by animal droppings24.

  • 25 Les éleveurs de bétail américains ont dit que les médicaments sont essentiels pour produire de la v (...)

27Toutefois, le débat se poursuit à travers les réactions des producteurs dont les arguments s’enrichissent. Notamment, à ce moment, leurs essais de définition du problème et implicitement de maintien des droits sur l’usage d’antibiotiques s’appuient sur des arguments sanitaires et économiques. Comme les articles journalistiques le montrent par les procédés de discours rapportés, la nécessité de l’usage d’antibiotiques est justifiée par des arguments sanitaires et économiques qui promeuvent une production de viande dans des conditions sanitaires sécuritaires à des prix accessibles : « American livestock producers have said the drugs are essential if they are to produce safe and affordable meat and poultry25. » Cette argumentation est mise en valeur par la place accordée directement aux représentants de producteurs dans une citation qui laisse transparaître l’apparition d’une nouvelle désignation (« the judicious use ») sous laquelle la solution qu’ils proposent s’actualise :

  • 26 Mais Ron Phillips, porte-parole de l’Institut de la santé animale, un groupe commercial représentan (...)

But Ron Phillips, a spokesman for the Animal Health Institute, a trade group representing manufacturers of veterinary drugs, said: « The way to manage antibiotic resistance is not by banning products but by judicious use and robust surveillance that gives an information base on which to make informed management decisions. Antibiotics are used to raise healthy animals. They’re vitally important to delivering a safe, wholesome supply of meat to the American consumer26.

28Cette nouvelle désignation de la solution soutenue par les représentants de producteurs, à savoir « the judicious use », s’oppose à la désignation employée par le public des ONG pour définir la situation problématique, notamment l’expression « the routine use ».

  • 27 Cette nouvelle appellation (antibiotiques critiques pour la santé humaine) a émergé en 2003, à la s (...)

29Un autre moment important du processus de constitution du public surgit en 2008. Le public des ONG est rejoint par une autre ONG (Pew Charitable Trusts) dont le rapport Putting meat on the table: Industrial farm animal production in America représente le point de départ d’une nouvelle campagne publique demandant une réglementation fédérale de l’usage d’antibiotiques dans l’élevage. L’enquête menée par l’ONG étudie l’impact sociétal du développement de l’élevage intensif et parmi les 12 recommandations du rapport, les 5 premières visent la nécessité de limiter l’utilisation d’antibiotiques dans la production animale pour réduire le risque de résistance des bactéries aux antibiotiques classifiés « medically important27 » pour la médecine humaine. L’enquête de Pew Charitable Trusts dépasse le problème de l’antibiorésistance et porte sur les conséquences de l’industrialisation de la production d’animaux, en associant la nécessité d’utiliser les antibiotiques aux conditions d’élevage intensif. Elle permet d’observer une ramification du problème avec d’autres problèmes de société liés à l’élevage intensif, notamment la pollution environnementale et le bien-être animal. En même temps, l’enquête démontre ce que Dewey appelle « la transformation contrôlée ou dirigée d’une situation indéterminée en une situation qui est si déterminée en ses distinctions et relations constitutives qu’elle convertit les éléments de la situation originelle en un tout unifié » (1993/1938 : 169). Ainsi, lors de cette étape, l’enquête menée par le public participe à la mise en visibilité des liens qui se tissent entre le domaine de la santé humaine, celui de la santé animale ainsi que celui de l’alimentation, en permettant une vision globale du problème et des facettes qu’il recouvre. Si la responsabilité politique du problème est attribuée encore une fois à l’Administration, la campagne publique met en valeur une nouvelle forme de visibilité publique accordée aux liens entre l’antibiorésistance et l’alimentation. En effet, l’opinion publique est également interpellée au moyen d’affiches publicitaires collées dans les stations de métro qui dénoncent les usages massifs d’antibiotiques dans l’alimentation des animaux tout en demandant à l’agence sanitaire la mise en place d’une réglementation. La campagne est aussi mise en récit par les discours de la presse nationale et si la nouvelle scène de publicisation dont l’ONG s’empare participe à la publicisation des liens entre l’antibiorésistance et l’alimentation, elle rend compte également du rôle de coparticipation des médias dans la constitution d’un problème public.

Événement et redéfinition du problème

30L’année 2011 est l’avant-dernier moment que nous analysons. S’il est constitutif du processus de mise en visibilité de l’impact de l’antibiorésistance sur l’alimentation, il montre également une nouvelle étape du processus de constitution et de cristallisation du public. Plusieurs événements participent à cela : le premier concerne la survenue d’un épisode de contamination avec des produits de dinde infectés par des salmonelles résistantes aux antibiotiques ; le second concerne la mobilisation de l’association Consumers Union qui rejoint le public et lance la campagne « Meat Without Drugs ». Cette nouvelle mobilisation permet de constater un travail de reproblématisation, car la campagne attribue la responsabilité politique d’apporter une solution aux acteurs privés, en aval de la chaîne alimentaire. En effet, la campagne s’adresse aux acteurs de la chaîne de distribution en leur demandant de mettre à la disposition des consommateurs de la viande « sans antibiotique », avec pour argument la préservation de l’efficacité des antibiotiques pour les usages en santé humaine.

31Un autre événement participant à l’émergence de cette nouvelle étape de constitution du public et de redéfinition du problème concerne le déplacement de celui-ci sur la scène juridique. La coalition des ONG, fondatrice de la campagne « Keep Antibiotics Working », poursuit l’agence administrative en justice pour l’obliger à mettre en place une réglementation sur les usages systématiques des antibiotiques en élevage. Qualifiée de menace pour la santé, la situation problématique de l’usage d’antibiotiques dans l’élevage fait réapparaître les deux types de désignations qui pointent le résultat (bactéries résistantes dans la viande) et l’appel à l’action par la scénarisation de l’avenir (défaillance de l’efficacité des antibiotiques) :

  • 28 L’augmentation des infections résistantes aux médicaments chez l’homme a été liée à l’utilisation e (...)

The rise of drug resistant infections in humans has been linked to the overuse of antibiotics in animal feed since the early 1970’s, but the US Food and Drug Administration has failed to meet its legal responsibility to address the mounting health threat posed by the practice. […] Accumulating evidence shows that antibiotics are becoming less effective, while our grocery store meat is increasingly laden with drug-resistant bacteria28.

32Ce déplacement sur la scène judiciaire fait apparaître de nouveaux acteurs auxquels la responsabilité politique du problème est attribuée par le public. De plus, il montre l’organisation du public et sa quête de solutions face à l’échec de l’agence administrative, qui n’arrive pas à mettre en place une législation en raison de la pression de représentants de l’industrie pharmaceutique et des producteurs.

Intervention des pouvoirs publics et mise en place d’un programme d’action

33L’année 2013 représente le dernier moment-clé que nous analysons, au cours duquel deux événements majeurs ont lieu. Le premier concerne la publication d’un rapport qui présente le coût économique et le coût social de l’antibiorésistance pour l’agence administrative responsable de la santé publique (CDC, 2013). Le second correspond à l’annonce d’un programme d’action faite par l’Administration. D’un côté, la publication du rapport par les acteurs sanitaires participe à une redéfinition du problème global de l’antibiorésistance qui, à ce moment, se voit qualifiée de « urgent health threat » avec « potentially catastrophic consequences », ce qui est appuyé par les chiffres (23 000 décès annuels). De l’autre, la situation problématique dont le public des ONG s’est emparé concernant les usages agricoles des antibiotiques fait l’objet d’une intervention des pouvoirs publics.

34L’agence administrative responsable de la sécurité des aliments et des médicaments annonce un plan pour encadrer la consommation des antibiotiques qui s’appuie sur un guide destiné à l’industrie pharmaceutique (« The judicious use of medically important antimicrobial drugs in food-producing animals ») et un autre destiné aux vétérinaires (« Veterinary feed directive »). Dans les faits, le plan annoncé par l’agence administrative a été mis en place le 1er janvier 2017. Il a apporté deux changements majeurs. D’abord, avec la collaboration de l’industrie pharmaceutique animale, l’étiquetage « facteurs de croissance » a été supprimé de boîtes d’antibiotiques. Ce qui veut dire que les antibiotiques ne seront plus utilisés pour aider les animaux à grossir plus vite. Par ailleurs, les usages à titre préventif et curatif doivent être surveillés par les vétérinaires.

  • 29 L’approche de l’agence est considérée comme très faible, car elle risque de permettre que les mêmes (...)

35Ainsi le programme d’action annoncé par l’agence sanitaire démontre-t-il la reconnaissance du problème par les pouvoirs publics ainsi que leur intervention. Toutefois, les critiques dont ces guides ont fait l’objet de la part de la communauté scientifique et des ONG29 (notamment en raison de l’absence de mesures coercitives et à cause des problèmes posés par les usages à titre préventif) démontrent le caractère actif du public qui reste mobilisé parce que le programme d’action est considéré comme insuffisant.

  • 30 L’utilisation aveugle d’antibiotiques chez les vaches, les porcs et les poulets élevés pour la vian (...)
  • 31 Le Conseil national de la volaille a affirmé dans une déclaration que ses éleveurs ont déjà travail (...)

36La médiatisation du moment démontre une désignation de la situation problématique (« the indiscriminate use of antibiotics ») dont les conséquences ne sont plus projetées dans le futur, mais dans le passé (« has endangered human health »), en s’appuyant sur le discours des experts : « […] the indiscriminate use of antibiotics in cows, pigs and chickens raised for meat, a practice that experts say has endangered human health by fueling the growing epidemic of antibiotic resistance30. » En réponse à ces désignations, l’argumentation des représentants des producteurs s’actualise également sur l’axe du passé par la mise en évidence d’actions déjà menées pour réduire l’usage d’antibiotiques : « The National Chicken Council said in a statement that its producers already worked closely with veterinarians, and that much of the antibiotics used in raising chickens were not used in human medicine31. »

37En fin de compte, la problématique de l’usage d’antibiotiques dans l’élevage a fait l’objet d’une forte mobilisation publique aux États-Unis, ce qui a participé à la mise en visibilité des liens qui se tissent entre le problème de l’antibiorésistance et l’alimentation. La médiatisation du débat dans la presse nationale nous a permis d’observer la constitution d’un public au cours de six moments principaux qui laissent transparaître des étapes de définition du problème, d’interpellation des pouvoirs publics, avec enfin leur intervention et la mise en place d’un programme d’action. Cette constitution s’est amorcée à partir de l’attribution de la responsabilité politique d’apporter des solutions (demande d’une réglementation) à l’Administration par le public des ONG à la suite de l’attribution de la responsabilité causale aux usages d’antibiotiques à des fins de croissance dans l’élevage des animaux. La reformulation que le public fait du problème par l’attribution de la responsabilité politique à l’industrie privée (en demandant de la viande « sans antibiotique ») ou bien aux pouvoirs juridiques en 2011, à défaut d’une intervention de l’Administration avant 2013, témoigne de la pluralité des scènes publiques sur lesquelles un problème peut être porté par les acteurs qui s’investissent dans la recherche de solutions.

38Les deux types de désignations sous lesquelles les conséquences de la situation problématique s’actualisent, le résultat (contamination des produits alimentaires par des bactéries résistantes) et l’appel à l’action (risque de perte d’efficacité des antibiotiques), démontrent une association référentielle occasionnelle avec la désignation de la situation problématique (l’usage d’antibiotiques dans l’élevage) par une pluralité de désignations, selon le groupe d’acteurs qui participe au débat.

Conclusion

39Cette étude fait partie d’un travail de doctorat comparant le processus de publicisation des liens entre l’antibiorésistance et l’alimentation en France et aux États-Unis (Badau, 2019). Le travail de thèse s’appuie sur un corpus hybride (presse nationale, documents publiés par les ONG, littérature scientifique, discours des acteurs sanitaires et entretiens semi-directifs) et montre que la constitution d’un public d’ONG autour de l’usage d’antibiotiques en élevage a contribué significativement au développement de programmes d’élevage « sans antibiotiques » ainsi qu’à la mise à l’ordre du jour gouvernemental du problème et au lancement du plan national en 2015 dans une approche dite « One Health ». Contrairement au processus de publicisation en France, l’investissement des ONG a participé significativement à la publicisation des liens entre l’antibiorésistance et l’alimentation puisqu’elles ont porté ce problème sur une pluralité de scènes publiques qui, avec la scène médiatique, constituent l’arène du problème de l’antibiorésistance. Dans le présent article, l’accent a été mis essentiellement sur le rôle coparticipatif des médias, notamment celui de la presse nationale, dans la constitution du problème public de l’antibiorésistance et la mise en visibilité de ses liens avec l’alimentation.

40Si les expressions sous lesquelles les désignations s’actualisent dans la période analysée changent de forme, le lien les unissant porte sur la signification qui participe à la mise en visibilité des liens entre l’antibiorésistance et l’alimentation. La perspective croisée entre des travaux issus de la sociologie des problèmes publics et des travaux sur la nomination qui s’inscrivent dans le champ de l’analyse de discours nous a permis de montrer que le processus de constitution d’un problème public est également un processus de « mise en visibilité » du travail d’un groupe de personnes qui se réunit autour d’une cause commune et cherche des solutions devant le surgissement d’une situation problématique provoquée par les conséquences des activités humaines. Ce travail met également en évidence le fait que le public qui se constitue autour d’une cause commune peut s’emparer d’une pluralité de scènes publiques pour la faire remonter en visibilité en vue d’obtenir une solution. La presse écrite devient alors un lieu de mise en visibilité de désignations publiques d’un problème.

41Si cette étude ne s’attache pas à quantifier exhaustivement les mises en visibilité du sujet étudié, elle permet cependant de s’interroger sur la portée de ces aspects et notamment sur le rôle joué par la diversité des scènes publiques dans la « mise en visibilité » d’un problème. Plus concrètement, aux États-Unis, le public des ONG et des associations de consommateurs s’emparant du problème des usages agricoles d’antibiotiques a eu recours à une pluralité de scènes publiques au moyen de diverses stratégies (médias, scène judiciaire, affiches publicitaires). Enfin, si le schéma de mise en visibilité se complexifie au fil du temps, il conduit également à la mise en place d’un programme d’action.

Haut de page

Bibliographie

AHMED, Karim, Sarah CHASIS et Bruce MCBARNETTE (1984), Petition of the Natural Resources Defense Council to the Secretary of Health and Human Services, États-Unis, 20 novembre.

ANGULO, Frederick J. et al. (1998), « Emergence of multidrug-resistant Salmonella enterica SerotypeTyphimurium DT104 infections in the United States », The New England Journal of Medicine, 338(19): 1333-1338.

ARQUEMBOURG, Jocelyne (2011), L’événement et les médias. Les récits médiatiques des tsunamis et les débats publics (1755-2004), Paris, Éditions des Archives contemporaines.

ARQUEMBOURG, Jocelyne (2016a),« 

ARQUEMBOURG, Jocelyne (2016b), « 

BADAU, Estera (2019), De la mise à l’épreuve de l’alimentation par l’antibiorésistance au développement des concepts sans antibiotique et One Health : publicisation et communication en France et aux États-Unis. Thèse de doctorat en sciences de l’information et de la communication sous la direction de Jocelyne ARQUEMBOURG et d’Antoine ANDREMONT, Paris, Université Sorbonne Nouvelle - Paris 3.

CEFAÏ, Daniel (1996), « La construction des problèmes publics. Définitions de situations dans des arènes publiques », Réseaux, 75 : 43-66.

CENTER FOR DISEASE CONTROL AND PREVENTION, (2013), Antibiotic Resistance Threats in the Unites States, Washington, U.S. Department of Health and Human Services.

CENTER FOR SCIENCE IN THE PUBLIC INTEREST, ENVIRONMENTAL DEFENSE FUND, FOOD ANIMAL CONCERNS TRUST ET UNION OF CONCERNED SCIENTISTS (1999), Petition to Rescind Approvals of the Subtherapeutic Uses in Livestock of Antibiotics Used in (or related to those used in) Human Medicine, The US Department of Health and Human Services, Washington, Food and Drug Administration.

DEWEY, John (2005/1927), Le public et ses problèmes, trad. de l’américain par Joëlle ZASK, Paris, Gallimard, Coll. « Tractus & Co ».

DEWEY, John (1993/1938), Logique. La théorie de l’enquête, Paris, Presses universitaires de France.

GUSFIELD, Joseph (1981), The Culture of Public Problems. Drinking-Driving and the Symbolic Order, Chicago, University of Chicago Press.

G7 ISE-SHIMA (2016), « Vision for global health ». [En ligne]. http://www.japan.go.jp/g7/summit/documents/. Page consultée le 15 janvier 2017.

HOLMBERG, Scott D. et al. (1984), « Drug-resistant Salmonella from animals fed antimicrobials », The New England Journal of Medicine, 311(10): 617-622.

KIRK, E. Smith et al. (1999), « Quinolone-resistant campylobacter jejuni infections in Minnesota, 1992-1998 », The New England Journal of Medicine, 340(20): 1525-1532.

LEVY, Stuart (1999), Le paradoxe des antibiotiques. Comment le miracle tue le miracle, traduit de l’anglais par Françoise BRETON, Paris, Bélin.

LIPPMANN, Walter (1925), The Phantom Public, New York, McMillan & Co.

MOIRAND, Sophie (2007), Les discours de la presse quotidienne. Observer, analyser, comprendre, Paris, Presses universitaires de France.

NEVEU, Érik (2015), Sociologie politique des problèmes publics, Paris, Armand Colin.

PEW CHARITABLE TRUSTS (2008), Putting meat on the table: Industrial farm animal production in America, report of the Pew Commission on Industrial Farm Animal Production.

QUÉRÉ, Louis (2006), « Entre fait et sens, la dualité de l’événement », Réseaux, 139 : 183-216.

SIBLOT, Paul (2001), « De la dénomination à la nomination. Les dynamiques de la signifiance nominale et le propre du nom », Cahiers de praxématique, 36 : 189-214.

BRANCA-ROSOFF, Sonia (2007), « Approche discursive de la nomination/dénomination », dans Georgeta CISLARU, Olivia GUERIN, Katia MORIM, Emilie NEE, Thierry PAGNIER et Marie VEINARD (dir.), L’acte de nommer. Une dynamique entre langue et discours, Paris, Presses Sorbonne Nouvelle, p. 13-22.

SWANN, Michael (1969), Report of the Joint Committee on the use of antibiotics in animal husbandry and veterinary medicine

VOIROL, Olivier (2005), « Les luttes pour la visibilité. Esquisse d’une problématique », Réseaux, 129-130 : 89-121. [En ligne]. https://www.cairn.info/revue-reseaux1-2005-1-page-89.htm. Page consultée le 15 janvier 2017.

Haut de page

Notes

1 Le phénomène par lequel les bactéries deviennent insensibles aux antibiotiques à la suite d’un usage répété de ceux-ci.

2 Il s’agit de la reconnaissance du fait que la santé humaine, la santé animale et l’environnement sont liés.

3 L’expression est empruntée à Érik Neveu (2015), spécialiste des problèmes publics qui mélange tradition anglo-saxonne et européenne, et qui traduit ainsi le terme de claims-makers.

4 La moyenne de diffusion en 2017 du The New York Times, journal avec une orientation politique démocrate, a été de 540 000 pendant que celle du The Washington Post, titre de référence pour la presse nationale quotidienne d’orientation politique républicaine, a été de 474 767 exemplaires. Ces statistiques se retrouvent sur Wikipédia : [En ligne]. https://en.wikipedia.org/wiki/List_of_newspapers_in_the_United_States#By_circulation. Page consultée le 20 août 2018.

5 La pétition est adressée au ministère américain de la Santé, le DHHS (Secretary of Health and Human Services Department).

6 « imminent hazard, serious threat to public health » — extrait de Karim Ahmed, Sarah Chasis et Bruce McBarnette, Petition of the Natural Resource Council to the Secretary of Health and Human Services, 20 novembre 1984.

7 L’usage systématique d’antibiotiques dans l’élevage (traduction de l’auteure), The New York Times, 6 septembre 1984.

8 La pratique d’ajout d’antibiotiques dans les aliments d’animaux en bonne santé (traduction de l’auteure), The New York Times, 6 septembre 1984.

9 Médecins qui surprescrivent les antibiotiques et éleveurs qui les rajoutent systématiquement dans l’alimentation d’animaux (traduction de l’auteure), The New York Times, 10 septembre 1984.

10 Pénicilline et tétracycline rajoutées systématiquement dans l’alimentation d’animaux (traduction de l’auteure), The New York Times, 16 septembre 1984.

11 Le risque de réapparition des maladies insensibles aux antibiotiques (traduction de l’auteure), The New York Times, 6 septembre 1984.

12 Des contaminations par la chaîne alimentaire (traduction de l’auteure), The New York Times, 6 septembre 1984.

13 Bactéries résistantes aux antibiotiques présentes dans la viande (traduction de l’auteure), The New York Times, 16 septembre 1984.

14 Les industries concernées ont fait valoir qu’il n’existe aucune preuve que les bactéries résistantes passent à l’homme en nombre suffisant pour causer un problème de santé publique. Elles soutiennent que les bénéfices de l’usage d’antibiotiques dans la croissance d’animaux sont suffisamment importants pour ne pas renoncer à l’alimentation médicalisée en absence de preuves solides. […] Les scientifiques de l’industrie soutiennent également que même si les antibiotiques étaient éliminés de l’alimentation animale, leur utilisation généralisée pour combattre les infections chez les animaux et les humains permettrait l’évolution continue des bactéries résistantes (traduction de l’auteure), The New York Times, 16 septembre 1984.

15 Center for Science in the Public Interest, Environmental Defense Fund, Food Animal Concerns Trust et Union of Concerned Scientists (1999), Petition to rescind approvals of the subtherapeutic uses in livestock of antibiotics used in (or related to those used in) human medicine, Washington, The US Department of Health and Human Services, Food and Drug Administration.

16 Met en danger la santé humaine (traduction de l’auteure), ibid.

17 Depuis les années 1950, les éleveurs utilisent les antibiotiques comme outil de production pour l’élevage du bétail. Ils ajoutent des antibiotiques à l’alimentation du bétail pour contrecarrer les effets des conditions de surpeuplement et du manque d’hygiène (traduction de l’auteure), Center for Science in the Public Interest, Environmental Defense Fund, Food Animal Concern Trust et Union of Concerned Scientists (1999), Petition to rescind approvals of the subtherapeutic uses in livestock of antibiotics used in (or related to those used in) human medicine, op. cit.

18 La résistance aux antibiotiques peut transformer des infections faciles à traiter en maladies nécessitant de traitements prolongés, de longues hospitalisations ou causant la mort (traduction de l’auteure), ibid.

19 Infections d’origine alimentaire résistantes aux antibiotiques (traduction de l’auteure), The Washington Post, 13 juin 1999.

20 Met en péril l’efficacité de ces précieux médicaments, (traduction de l’auteure), The Washington Post, 13 juin 1999.

21 Avant que les gens ne meurent d’infections d’origine alimentaire résistantes aux antibiotiques, la FDA devrait immédiatement interdire l’utilisation des fluoroquinolones chez les volailles. Elle devrait ensuite interdire d’autres utilisations inutiles d’antibiotiques — l’engraissement du bétail en particulier — qui compromettent l’efficacité de ces précieux médicaments (traduction de l’auteure), The Washington Post, 13 juin 1999.

22 Nous croyons que l’agence exagère grandement le caractère concluant et les implications des données et qu’elle a présenté une proposition très erronée (traduction de l’auteure), The New York Times, 8 mars 1999.

23 Des antibiotiques sont couramment administrés aux poulets, aux porcs et aux bovins pour prévenir les maladies et favoriser la croissance (traduction de l’auteure), The Washington Post, 18 octobre 2001.

24 Les bactéries résistantes aux antibiotiques sont largement répandues dans les viandes commerciales et la volaille et peuvent être trouvées dans les intestins des consommateurs, selon les chercheurs. Les résultats suggèrent que de nombreuses maladies d’origine alimentaire ne répondent pas aux traitements habituels et que certains cas peuvent même résister à tous les médicaments actuels. Trois études à paraître aujourd’hui dans le New England Journal of Medicine fournissent de nouvelles preuves d’un problème qui préoccupent les médecins et les scientifiques depuis des décennies : l’utilisation systématique d’antibiotiques pour favoriser la croissance des animaux de ferme peut favoriser la croissance de bactéries résistantes aux médicaments, qui peuvent menacer les personnes qui ne font pas cuire suffisamment leur viande ou qui consomment des aliments ou de l’eau contaminés par les déjections animales (traduction de l’auteure), The New York Times, 18 octobre 2001.

25 Les éleveurs de bétail américains ont dit que les médicaments sont essentiels pour produire de la viande et de la volaille dans des conditions sécuritaires et à des prix accessibles (traduction de l’auteure), The New York Times, 8 janvier 2001.

26 Mais Ron Phillips, porte-parole de l’Institut de la santé animale, un groupe commercial représentant les fabricants de médicaments vétérinaires, a déclaré : « La gestion de la résistance aux antibiotiques ne passe pas par l’interdiction des produits, mais par une utilisation judicieuse et une surveillance rigoureuse qui fournit une base d’information sur laquelle prendre des décisions de gestion éclairées. Les antibiotiques sont utilisés pour élever des animaux en bonne santé. Ils sont d’une importance vitale pour assurer au consommateur américain un approvisionnement sûr et sain en viande » (traduction de l’auteure), The New York Times, 8 janvier 2001.

27 Cette nouvelle appellation (antibiotiques critiques pour la santé humaine) a émergé en 2003, à la suite de la publication par l’agence sanitaire — the Food and Drug Administration — d’un guide classifiant les classes d’antibiotiques en fonction du taux de résistance.

28 L’augmentation des infections résistantes aux médicaments chez l’homme a été liée à l’utilisation excessive d’antibiotiques dans l’alimentation animale depuis le début des années 1970, mais la Food and Drug Administration américaine n’a pas réussi à s’acquitter de sa responsabilité légale de faire face à la menace sanitaire croissante posée par cette pratique. […] De plus en plus de preuves démontrent que les antibiotiques sont de moins en moins efficaces, alors que la viande de notre épicerie est de plus en plus chargée de bactéries résistantes aux médicaments (traduction de l’auteure), Natural Resources Defense Council, communiqué de presse, 25 mai 2011.

29 L’approche de l’agence est considérée comme très faible, car elle risque de permettre que les mêmes quantités d’antibiotiques soient utilisées sous l’appellation d’usage préventif.

30 L’utilisation aveugle d’antibiotiques chez les vaches, les porcs et les poulets élevés pour la viande, une pratique qui, selon les experts, a mis en danger la santé humaine en alimentant l’épidémie croissante de résistance aux antibiotiques (traduction de l’auteure), The New York Times, 12 décembre 2013.

31 Le Conseil national de la volaille a affirmé dans une déclaration que ses éleveurs ont déjà travaillé en collaboration avec les vétérinaires et qu’une grande partie des antibiotiques utilisés dans l’élevage de poulet ne sont pas utilisés chez les humains (traduction de l’auteure), The New York Times, 12 décembre 2013.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Tableau 1. Distribution des articles par année et par journal
Légende The New York Times (NYT) et The Washington Post (TWP) entre 1980 et 2016.
URL http://journals.openedition.org/communication/docannexe/image/13006/img-1.png
Fichier image/png, 36k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Estera Badau, « La publicisation des liens entre l’antibiorésistance et l’alimentation dans la presse nationale étatsunienne  »Communication [En ligne], vol. 37/2 | 2020, mis en ligne le 07 septembre 2020, consulté le 25 juin 2021. URL : http://journals.openedition.org/communication/13006 ; DOI : https://doi.org/10.4000/communication.13006

Haut de page

Auteur

Estera Badau

Estera Badau est Attachée temporaire d’enseignement et de recherche et membre associée du laboratoire Communications, Médiations, Organisations, Savoirs (CIMEOS), Université de Bourgogne. Cette étude résulte d’un travail doctoral dirigé par la Professeure Jocelyne Arquembourg (CIM-EA 1484, Université Sorbonne Nouvelle – Paris 3) et par le Professeur émérite Antoine Andremont (IAME-UMR 1137, Université Paris-Diderot). La thèse a bénéficié d’un financement CIFRE numéro 2016/0122 avec la société Olmix - Breizh Algae Invest. Courriel : estera.badau@yahoo.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Communication sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search