Navigation – Plan du site

AccueilNumérosvol. 37/2Hors thèmeL’actualité d’un pays étranger so...

Hors thème

L’actualité d’un pays étranger sous le prisme de la proximité culturelle et éditoriale

Couverture de l’élection biélorusse par la presse russe et française
Vitaly Buduchev

Résumés

Cet article analyse le rapport des journalistes et des publics nationaux russes et français, à la Biélorussie, sous l’angle du rapport de proximité et de la construction d’un événement. Ce rapport sera mis en lumière lors de rencontres avec des journaliste des journaux Le Figaro, Le Monde, Libération, Kommersant, Komsomolskaya Pravda et Moskovskiy Komsomolets qui ont couvert l’élection présidentielle biélorusse de 2010.

Haut de page

Texte intégral

1Le journal est une composition éditoriale, qui trie le tout selon certains critères, le décompose afin de le recomposer, le rendre cohérent, compréhensible, saisissable par ses lecteurs. Selon Adeline Wrona, « en choisissant “ses” portraits, le journal offre une représentation incarnée à des valeurs partagées avec son lectorat » (2012 : 264). En reprenant cette idée, qui consiste à affirmer que le journal est un espace de représentation de ses publics, nous pouvons postuler que le lectorat des journaux russes et français étant nationalement ancré, les représentations qui sont véhiculées par le journal sont, pour une grande partie, nationales elles aussi. Puisque les publics sont à la fois liés au projet éditorial qui ne saurait se faire sans eux et engagés dans la lecture de l’actualité étrangère, il s’agirait d’une composition éditoriale soumise à une cohérence nationale. Celle-ci proposerait un discours nationalement ordonné à propos d’un événement étranger, culturellement proche ou éloigné, mais constituant des liens de proximité éditoriale.

2Comme l’explique Jérôme Bourdon, « [l]a nation (et l’État-Nation) apparaissent comme des cadres qui sont utilisés par les journalistes, mais qui aussi les saisissent, dont ils doivent tenir compte. Ils sont aussi face à leur nation d’origine, lorsque le rédacteur en chef demande d’adapter un contenu à la demande d’un public/d’un marché » (2013 : 144). Ainsi le cadre national dirige-t-il l’action du journaliste et les choix qu’il fait sur le terrain, la politique de la rédaction et les choix éditoriaux qu’elle fait au nom du public national.

3La notion de proximité, au cœur de la construction médiatique, permet de révéler cette grille de lecture nationalement ancrée. Bourdon démontre, à partir de l’exemple de la couverture du conflit israélo-palestinien, que le journaliste compose toujours avec le rapport « distance/proximité » (ibid. : 145). Patrick Charaudeau souligne que la proximité détermine le potentiel d’actualité d’un événement : « La proximité spatiale […] est ce qui est censé donner à la nouvelle un caractère d’intérêt particulier, parce qu’elle s’est déroulée dans le même espace physique que celui dans lequel se meut l’instance de réception elle-même » (2011 : 111). C’est à travers le potentiel d’actualité que s’opère la traduction journalistique de l’événement médiatique. Il correspond, en quelque sorte, à une grille de probabilité selon laquelle l’actualité est censée intéresser le lecteur potentiel. Ici, l’auteur évoque la proximité spatiale, mais il note également que « cette question de l’ici et de l’ailleurs est relative, car elle est, elle aussi, affaire d’imaginaire » (ibid. : 111-112). Le rapport de proximité supposée entre l’événement couvert et le couple lecteur-rédacteur, partageant une grille culturelle nationalement ancrée, participe ainsi à la sélection des informations et de leur traduction.

4La notion de proximité est d’autant plus cruciale à prendre en compte dans une analyse de la construction médiatique qu’elle est, comme le remarquent Roselyne Ringoot et Yvon Rochard, « érigée en loi. […] la loi de proximité conditionne des choix éditoriaux et des pratiques de terrain » (2005 : 73). Nous considérons donc comme indispensable de lier notre étude de la construction nationale des événements étrangers à l’étude de la proximité.

5Dans la première partie, nous étudierons de quelle manière le rapport de proximité est constitutif de la construction de l’énonciation éditoriale. Plus précisément, nous examinerons le volume que le journal accorde à l’événement médiatique, la façon dont il met en forme l’événement étranger dans une page, la manière dont le potentiel d’actualité influence la construction des titres ainsi que la façon dont les photos et l’infographie participent à la construction de l’événement et deviennent révélatrices de liens de proximité imaginés par les lecteurs et les rédacteurs inclus dans une communauté nationale. La deuxième partie démontrera, quant à elle, de quelle manière les liens de proximité imaginés sont constitutifs du travail et de l’écriture du reporter. Pour cela, nous interrogerons les notions du genre et de l’angle.

6Mais avant de réaliser ce travail, il nous semble nécessaire de déterminer ce que nous entendons par « proximité ».

Les acceptions de la proximité

7Le rapport français et russe à la Biélorussie doit être questionné en fonction des deux acceptions du terme de proximité : en tant que représentation de liens interculturels plus ou moins forts et en tant que construction médiatique conforme à un projet éditorial. Il nous semble nécessaire d’aller au-delà de la lecture spatiale, géographique ou physique de la proximité (Bouba-Olga et Grossetti, 2008 : 315), qui semble réductrice. Nous considérons la notion de proximité organisée comme plus appropriée. Celle-ci est soumise, selon André Torre, aux logiques d’appartenance et de similitude. La première s’exprime

en termes de degré de connectivité, qui traduit une plus ou moins grande Proximité Organisée et donc un plus ou moins grand potentiel d’interaction ou d’action commune. La logique de similitude correspond à l’adhésion mentale à des catégories communes ; elle se traduit par le fait que des individus se trouvent à de faibles distances cognitives les uns des autres (Torre, 2009 : 69).

8Le degré de connectivité et la distance cognitive ne se résument donc pas à une simple proximité physique ou géographique, mais s’expriment à travers les représentations des liens interculturels de divers ordres (qui peuvent être géographiques, mais également historiques, linguistiques, géopolitiques, littéraires, artistiques, climatiques, gastronomiques ou qui peuvent concerner les traditions, les modes de vie quotidienne, l’organisation de l’espace public). La construction des liens de proximité éditoriaux lors de la couverture de l’actualité d’un pays étranger est directement liée à la proximité organisée dans ce sens large. La traduction éditoriale de l’événement est une forme de mise en conformité cognitive de l’événement expliqué par le journal et de l’adhésion mentale à une catégorie commune conforme à l’identité éditoriale. Le potentiel d’interaction et la faible distance cognitive se traduisent ainsi par le potentiel de proximité d’un événement médiatique, qu’il soit culturel ou éditorial.

9En ce qui concerne la proximité éditoriale, Ringoot et Rochard postulent que « la loi de proximité conditionne des choix éditoriaux et des pratiques de terrain » (op. cit. : 73). La distinction entre la proximité infrastructurelle et circonstancielle permet aux auteurs d’interroger deux aspects de la proximité éditoriale : celle de la production de la matérialité du texte et celle des centres d’intérêt, voire de la ligne idéologique du journal. Le fil qui construit l’actualité locale, nationale ou étrangère passe donc par la construction de la proximité éditoriale, celle-ci organisant une adhésion à un projet éditorial commun au journal et aux lecteurs. Le potentiel de proximité, qui ne se limite pas à son acception spatiale, est une donnée capitale qui permet aux journalistes d’organiser l’actualité médiatique.

Une composition éditoriale à l’échelle nationale

10Il existe une distinction à l’intérieur des espaces nationaux, entre les journaux ayant chacun leur propre identité éditoriale, revendiquant le fait de représenter un type de lecteurs particulier. Jean Charron souligne que « [l]a ligne éditoriale amène les journalistes à se distinguer les uns des autres, à couvrir différemment la nouvelle officielle et à transformer en nouvelle des sujets qui n’intéressent pas nécessairement les autres médias et les autres journalistes » (1994 : 278). Pour Ringoot, la stratégie éditoriale « démarque les journaux les uns des autres » (Robert-Demontrond et Ringoot, 2004 : 88). Néanmoins, nous voudrions nous demander dans le présent article si une certaine ligne directrice commune à l’échelle nationale, dans laquelle les publics nationaux se reconnaissent, peut se constituer à propos d’un événement étranger.

  • 1 Pierre Avril, correspondant permanent du Figaro à Moscou. Entretiens réalisés à Moscou, en décembre (...)

11Un reporter du Figaro souligne : « […] la position du journal est très marquée sur la politique intérieure. Mais sur l’étranger […], je ne vois pas d’interférence de la ligne dans mon travail. Je ne suis pas en poste par rapport à la ligne éditoriale du journal1. » Ainsi la Biélorussie n’est-elle pas un sujet qui permet au Figaro de se distinguer des autres journaux au sein de l’espace médiatique français, ce que signifierait qu’elle représente les mêmes enjeux pour la presse française en général, que les journaux nationaux organisent le traitement de la Biélorussie de la même manière, mobilisent les mêmes ressources et les mêmes représentations afin de l’expliquer à leurs lecteurs, présentant les informations sous une forme à peu près identique. Cette affirmation du journaliste français installé à Moscou nous mène vers un questionnement sur les modèles nationaux de couverture de l’actualité étrangère. Peut-on affirmer que la transformation de l’actualité biélorusse se fait de manière identique par les journaux nationaux ? Notre hypothèse consiste à dire que les représentations des liens de proximité culturelle avec la Biélorussie font en sorte que l’actualité de ce pays à la lisière de la Russie et l’Union européenne est couverte selon l’appartenance nationale des journalistes et leurs publics. L’imaginaire activé par les représentations culturelles influencerait les modes de construction des liens de proximité journalistique, qui permettraient aux lecteurs russes et français de s’y reconnaître.

Le contexte biélorusse

12La Biélorussie est un pays à l’autoritarisme solidement installé. La présidence d’Alexandre Loukachenko depuis 1995 et la stabilité avec laquelle il se fait réélire enlèvent toute probabilité d’alternance politique. Cette stabilité du régime autoritaire s’explique par la mainmise du pouvoir sur les médias, un appareil administratif et répressif performant, un contrôle étatique du processus électoral et la faiblesse des projets politiques alternatifs (Goujon, 2009 : 171). L’élection présidentielle de 2010 est un événement relativement ancien, mais compte tenu de l’immobilisme de la Biélorussie, la situation a très peu changé en dix ans. Nous avons pu rencontrer d’autres journalistes biélorusses depuis, qui nous ont apporté des témoignages allant dans ce sens.

13L’élection de 2010 était perçue par les médias internationaux comme un événement sans enjeu véritable. Le nom du gagnant et la manière dont la victoire sera assurée et prononcée ne faisaient de doute pour aucun journaliste connaissant le pays. Dans cette situation, seule la manifestation des opposants, prévue de longue date par ces derniers et soigneusement notée par les journalistes comme un événement crucial, pouvait sortir l’actualité biélorusse de la stabilité monotone de l’autoritarisme prévisible. L’élection présidentielle de 2010 s’est achevée le 19 décembre, par la répression violente qui s’est abattue sur les opposants et les Biélorusses qui les soutenaient, réunis à Minsk après la fermeture des bureaux de vote pour protester contre les fraudes électorales. Près de 700 personnes rassemblées sur la place de l’Indépendance à Minsk ont été battues par les forces antiémeute biélorusses et mises en détention. À la suite de cette répression violente, à laquelle ont assisté la plupart de reporters étrangers, la presse internationale a manifesté un grand intérêt pour l’actualité biélorusse. Cela a érigé, en l’espace de quelques jours, l’actualité biélorusse au rang d’une actualité internationale méritant la une des journaux, en France comme en Russie. Nous avons donc eu la possibilité d’observer la construction médiatique d’une envergure comparable, opérée par les journaux russes et français.

La méthode

14Nous analyserons la construction de l’élection biélorusse, car nous avons pu nous rendre sur place à Minsk, afin d’observer la production du reportage. Nous avons pu rencontrer les reporters des journaux Le Figaro, Le Monde, Libération, Kommersant, Komsomolskaya Pravda et Moskovskiy Komsomolets. Nous nous sommes rendu dans divers lieux de coopération des journalistes avec les acteurs biélorusses. Pour la presse française, nous avons privilégié la presse généraliste nationale qui envoie des reporters sur place. Nous avons pu rencontrer les reporters français à Minsk lors des événements organisés à l’attention des journalistes. Nous avons poursuivi en réalisant des entretiens avec eux dans leur rédaction. En ce qui concerne les trois journaux russes, nous avons rencontré leurs reporters à Minsk, en poursuivant ensuite l’analyse de ces trois titres de presse. Il était crucial de pouvoir observer comment les journalistes font leur travail, à quel genre de situation et de personnes ils ont affaire sur le terrain et de quelle manière cela les touche, provoque de l’engagement pour les acteurs biélorusses.

15Notre démarche d’observation consistait à intégrer le groupe des journalistes étrangers. L’objectif était de se fondre dans ce groupe afin d’observer les pratiques qui se déroulent en son sein, d’en faire partie, tout en restant observateur et non acteur de la production des informations. Nous avons souhaité adopter la logique des journalistes afin d’être sur les lieux de coopération au moment où les reporters s’y rendent, ou s’y rendre en même temps que les journalistes, percevoir l’élection biélorusse à partir du même point de vue qu’eux. Après quelques jours de présence sur le terrain minskois, nous avons par exemple été en mesure d’orienter une reporter moscovite, que nous avons contactée dans l’espoir d’obtenir un entretien, de lui indiquer les lieux des conférences de presse qui se déroulaient ce même jour. Il s’agit d’un cas exceptionnel, car les journalistes connaissent habituellement le terrain minskois et ont d’autres moyens de se renseigner sur l’actualité médiatique à couvrir. Il mérite pourtant d’être évoqué car, d’un côté, il démontre les vertus de notre démarche de présence sur le terrain en vue de comprendre la logique du travail du reporter au point de devenir fixeur d’un instant et, de l’autre côté, la connaissance de l’agenda électoral des acteurs et des lieux où ils organisent leurs manifestations nous a permis, dans ce cas précis, de pouvoir réaliser un entretien intéressant à la sortie d’une conférence de presse. Cette même méthode nous a également permis de rencontrer la plupart des journalistes des six quotidiens cités plus haut dans les lieux de production du reportage.

16Mis à part les diplomates russes et français qui n’acceptaient pas la présence d’un dictaphone, tous les entretiens que nous avons pu mener ont été enregistrés. Il s’agissait d’entretiens que l’on pourrait qualifier de semi-directifs. Ayant préalablement fixé un certain nombre de questions-sujets de conversation pour chaque type d’acteurs et tout en suivant cette trame prédéfinie, nous avons également abordé des questions apparaissant au fur et à mesure que les entretiens avançaient. Les entretiens avec les journalistes ont duré en moyenne une heure et demie, dans les lieux permanents de leur travail. Durant l’entretien, la prise de notes, suffisamment discrète et brève pour ne pas perdre la dynamique d’une conversation, nous aidait à mener à bien les entretiens, à aborder les sujets importants. En revanche, ce sont des enregistrements, faits par un dictaphone mis dans un coin discret, dans l’espoir que les interlocuteurs oublient sa présence, qui ont servi durant la phase d’analyse et de rédaction. Cela a permis de mieux analyser les entretiens, mais également de citer les propos exacts des acteurs rencontrés, en français ou traduits du russe au français par nos soins.

17De plus, nous avons jugé important de contacter des journalistes qui s’occupent de la Biélorussie au sein des rédactions centrales, qui ne se sont pas déplacés sur le terrain minskois. Nous avons abordé avec eux les questions des modalités de la construction éditoriale de l’actualité biélorusse et du rapport aux publics.

18Au total, nous avons réalisé 38 entretiens dans les capitales de la Biélorussie, de la France et de la Russie. Puisque les sources biélorusses sont toutes russophones, seuls sept entretiens ont été menés en français. Ensuite, tous les entretiens ont été retranscrits et traduits en français, afin que le corpus d’entretiens puisse se constituer. S’en est suivie l’analyse du discours des journaux et des 22 articles portant sur la Biélorussie parus entre les 18 et 22 décembre 2010, c’est-à-dire au moment du déroulement de l’événement médiatique à Minsk. Pour cela, nous nous sommes appuyé principalement sur la méthode développée par Ringoot, qui appelle à ne pas restreindre l’analyse à une simple sélection d’articles, mais de considérer le journal dans son entièreté.

19Nous voudrions souligner qu’il ne s’agit pas ici de recycler quelques passages d’une thèse achevée (Buduchev, 2019), mais d’inscrire le présent article dans sa continuité. Nous nous appuyons sur nos observations et nos entretiens faits entre 2010 et 2012 ainsi que sur le corpus constitué pour la réalisation de notre thèse de doctorat, mais nous analysons ces données dans une perspective différente. Notre étude antérieure, inspirée par la théorie développée par Ulrich Beck (2006) appelant à dépasser le nationalisme méthodologique, mettait principalement l’accent sur l’échelle transnationale des représentations des journalistes et sur les convergences des pratiques des reporters étrangers à Minsk. La méthode d’Howard Becker (2010) nous a donné un outil d’analyse des pratiques coopératives sur le terrain, dans un monde de la production de l’information vu comme un monde social parmi d’autres. Notre recherche mettait également l’accent sur les convergences en fonction du projet éditorial. Il s’agissait de mettre en valeur la dynamique transnationale du développement de la presse écrite.

20Cependant, les logiques auxquelles les médias sont soumis sont multiples. Elles se complètent sans se contredire. L’actualité biélorusse est construite par les reporters qui sont des nomades-cosmopolites, qui évoluent dans un espace ouvert de circulation des concepts, des idées et des représentations. En même temps, ils écrivent pour les publics nationaux. Les événements biélorusses font activer des représentations universellement partagées, mais ils s’inscrivent également dans un rapport de proximité culturelle, ils subissent des transformations et des recompositions selon les lignes directrices permettant aux lecteurs nationaux de reconnaître la Biélorussie et de s’y reconnaître. Ces divers aspects rendent compte de la construction médiatique de l’actualité, mais éclairent ses facettes différentes.

La proximité à travers la hiérarchisation rédactionnelle de l’information

Le projet éditorial national à travers le volume des articles

21La proximité culturelle est mise en lumière au travers du volume des articles par lequel la rédaction accorde de l’intérêt à un événement médiatique. Par conséquent, il est important de démontrer quelle place matérielle les journaux allouent à l’actualité biélorusse. L’intérêt rédactionnel pour la Biélorussie est notamment identifiable à travers l’usage d’hyperstructures, la taille des articles et l’apparition du pays couvert sur les unes des journaux.

22L’hyperstructure est un moyen efficace de mise en valeur d’un événement par la rédaction. Jean-Michel Adam et Gilles Lurgin la définissent comme un élément intermédiaire « entre le journal (c’est-à-dire les cahiers et les rubriques), élément supérieur de structuration de l’information, et l’article (c’est-à-dire l’article et son péritexte), élément inférieur de structuration » (2000). L’organisation en hyperstructure témoigne, en quelque sorte, de l’importance que la rédaction accorde à l’actualité couverte, lui donne le statut d’événement médiatique par excellence ou, comme le souligne Sophie Moirand, l’érige en « moment discursif [qui] donne lieu à une abondante production médiatique » (2007 : 4). Celui-ci « peut se définir dans la presse par les conditions médialogiques de son apparition : il est signalé à la une, il donne lieu dans les pages intérieures à un regroupement d’articles et de documents différents qui constituent une hyperstructure » (ibid. : 6).

23L’hyperstructure est un élément capital de la mise en visibilité des informations. Le 21 décembre 2010, le jour où l’élection biélorusse a eu le plus de visibilité dans la presse internationale, nous trouvons des hyperstructures consacrées à la Biélorussie sur les pages des trois journaux russes. De plus, le numéro de Kommersant du 20 décembre en comporte également une. En revanche, les journaux français ne réservent pas de place privilégiée à la Biélorussie. L’élection biélorusse y apparaît à côté de l’actualité de la Russie, de l’Ukraine, mais aussi de la Suisse, de l’Allemagne, de la Finlande, de l’Iran ou de la Corée du Nord.

24Les articles des journaux russes tournent, le 21 décembre, autour de 12 000 signes. Le volume des articles publiés les 18 et 20 décembre 2010 varie entre 5 000 signes pour ceux de Komsomolskaya Pravda, 7 000 signes pour Moskovskiy Komsomolets et 11 000 signes pour Kommersant. Les reportages de Kommersant et du Moskovskiy Komsomolets sont accompagnés d’autres articles consacrés à la Biélorussie, rédigés depuis Moscou, ce qui double encore l’espace que la Biélorussie occupe dans leurs numéros du 21 décembre 2010. Concernant les journaux français, Le Monde fournit un espace comparable (11 000 signes) à son reporter pour expliquer la Biélorussie. Néanmoins, 6 000 signes sur les 11 000 rédigés par Piotr Smolar sont consacrés à un article portant sur un kolkhoze biélorusse (p. 3). Parmi les journaux français, Le Monde reste tout de même le journal qui accorde le plus de place à la Biélorussie. Les articles de Libération et du Figaro comportent respectivement, le 21 décembre 2010, 3 500 et 4 000 signes. En volume total, Le Monde a donc triplé l’espace accordé par Libération et l’a plus que doublé par rapport au Figaro. Mais, en prenant en compte seulement les articles consacrés à l’explication de l’élection, nous nous retrouvons avec un espace à peu près équivalent dans Le Monde et Le Figaro, qui est nettement inférieur à celui que les rédactions des quotidiens russes réservent à l’élection biélorusse.

25Parmi les six journaux, deux ne font pas apparaître la Biélorussie à la une le 21 décembre : Libération et Komsomolskaya Pravda. Le premier par manque d’intérêt pour cet événement, le deuxième en raison d’une crainte des pressions politiques et économiques internes à l’organisation du journal. Moskovskiy Komsomolets et Kommersant publient les véritables premières parties des articles à la une. De plus, les parutions des deux journaux moscovites datant des 18, 20 et 22 décembre mentionnent également l’élection biélorusse en une, accompagnant les articles des reporters présents sur place à Minsk. Ce n’est pas le cas pour les journaux français.

  • 2 Hélène Despic-Popovic, journaliste à Libération. Entretien réalisé à Paris, le 22 mars 2012, dans l (...)
  • 3 Vladimir Vorsobine, journaliste au Komsomolskaya Pravda. Entretien réalisé à Moscou, en décembre 20 (...)

26Les propos des journalistes des quotidiens russes et français expliquent ce décalage de volume. Selon Hélène Despic-Popovic, une journaliste de Libération, dans son journal, « il faut se battre pour avoir de l’espace. Avant de convaincre son lecteur, il faut convaincre sa rédaction que le sujet est vraiment intéressant. Les persuader que la chose qui va se passer a beaucoup d’importance2 ». Or, comme le souligne Pierre Avril, le correspondant permanent du Figaro à Moscou, « [c]’est difficile d’intéresser sa direction à quelque chose dont elle ne voit pas la nécessité immédiate. La Biélorussie n’intéressait personne, jusqu’à ce qu’il y ait des répressions ». En revanche, selon les propos des journalistes des rédactions moscovites, ils ne sont pas confrontés au problème de l’espace dans le journal quand il s’agit d’une actualité biélorusse. Comme nous l’explique Vladimir Vorsobine, « il n’y a jamais de liberté absolue, mais en ce qui concerne la liberté du volume, la rédaction trouve toujours de l’espace pour la Biélorussie3 ».

27Nous voyons donc à travers l’organisation de la page et de la une des journaux que, dans la distribution de l’espace, l’actualité biélorusse prend une plus grande importance dans la presse russe que dans les journaux français. Ce constat nous permet, d’un côté, de révéler la cohérence nationale de la couverture de l’actualité biélorusse et, de l’autre côté, de mettre en lien le mode de distribution de l’espace du journal avec les représentations de la proximité du pays. Les propos des journalistes nous le démontrent.

  • 4 Elena Korotkova, rédactrice du service CEI au Moskovskiy Kosomolets. Entretien réalisé à Moscou, en (...)

28Elena Korotkova, la rédactrice du service de la Communauté des États indépendants au sein du Moskovskiy Komsololets, souligne la force des représentations des liens culturels entre la Russie et la Biélorussie chez les journalistes russes. Elle explique l’intérêt que la presse russe accorde aux événements biélorusses par « l’histoire commune, les mêmes racines, la même culture. Nous avons beaucoup de liens, que ce soit sur le plan culturel, politique ou autre, qui ne sont aucunement imposés par la conjoncture politique ou la nécessité économique. Il s’agit avant tout de peuples frères4 ». Cet attachement à la culture commune se remarque également chez Vorsobine, qui souligne « un sentiment mutuel de fraternité entre les peuples russe et biélorusse, une histoire commune depuis des siècles ».

29Cette évocation des liens culturels se traduit dans les journaux russes par le nombre de signes alloués à l’actualité de ce « pays frère ». Cette même corrélation est également visible dans les journaux français, mais la tendance est inversée. Avril, le journaliste du Figaro, nous explique : « Il faut dire les choses franchement, la Biélorussie n’intéresse ni la rédaction du Figaro ni les lecteurs français. » La journaliste de Libération établit le lien entre ce manque d’intérêt et le fait que « c’est loin, c’est mal connu ». Ainsi le défaut des représentations de proximité culturelle entre la France et la Biélorussie se traduit-il logiquement par le fait que la Biélorussie intéresse peu les journaux français.

Les titres révélant les liens de proximité éditoriale

30Les titres sont révélateurs de la politique éditoriale. Comme le souligne Ringoot, « ils résument, ils condensent, voire ils figent la nouvelle au point de devenir l’essentiel de l’information. Le titre acquiert donc un statut autonome ; il devient un texte à lui seul » (2014 : 87). Nous pouvons observer une certaine homogénéité des titres et des sous-titres du Figaro, du Monde ou de Libération par leur caractère informatif qui ne comporte pas de jeu de mots. Les titres de la veille du jour du scrutin sont « En Biélorussie, Alexandre Loukachenko favori d’un scrutin présidentiel sur mesure. Le président sortant se présente pour un quatrième mandat à la tête d’un État autoritaire » (Le Monde, 18 décembre 2010), « Théâtre d’ombres électoral en Biélorussie. Assuré d’obtenir un quatrième mandat, le président Loukachenko a donné le change » (Le Figaro, 18 décembre 2010) ou « Loukachenko s’offre un quatrième mandat. Le président-dictateur devrait être réélu dimanche, malgré les pressions russes et occidentales » (Libération, 18 décembre 2010). Tous font référence au président biélorusse, mais il existe une différence entre les qualificatifs de « président-dictateur » et « président à la tête d’un État autoritaire ». Libération y va sans parcimonie, Le Monde tente de neutraliser le titre, de le rendre informatif. Quant au Figaro, il préfère, à cette étape de l’élection, ne pas prendre position dans les adjectifs attribués au président biélorusse.

31Les titres du lendemain de l’élection informent : « Biélorussie : Loukachenko étrille l’opposition. Plusieurs milliers de manifestants venus dénoncer hier sa victoire annoncée ont été chargés par la police » (Le Figaro, 20 décembre 2010), « Réélu, Loukachenko bâillonne l’opposition. Sur fond de violente répression, le chef de l’État sortant s’est arrogé 80 % des voix, dimanche » (Libération, 21 décembre 2010), « M. Loukachenko réprime l’opposition biélorusse et balaie les critiques occidentales. Le chef de l’État se vante d’avoir procédé à 639 arrestations » (Le Monde, 22 décembre 2010). Cette fois-ci, Le Figaro nomme le président biélorusse « autocrate », Libération montre le pourcentage impressionnant de votes, alors que Le Monde met l’accent sur le nombre de personnes arrêtées. De plus, l’opposition fait son apparition dans tous les titres. Elle est citée en termes comparables, englobant les membres de la communauté opposante en une catégorie unie, victime de la politique répressive gouvernementale. Ils désignent communément le président biélorusse comme étant responsable des débordements, et ce, dans un style plutôt informatif, sans être neutre, dans le sens qu’aucun jeu de mots ne se manifeste dans la manière dont les quotidiens français nomment l’événement biélorusse.

32Distinguant les titres informatifs et incitatifs, Ringoot souligne que, « [p]rivilégiant la métaphore et le jeu de mots, le titre incitatif a la capacité d’insérer l’événement dans le réseau d’association d’idées qui active l’imaginaire collectif. Ludique, bref, suggestif, le titre incitatif constitue en soi un facteur de valorisation de l’événement » (op. cit. : 89). Dans ce sens, les titres des quotidiens français ne peuvent pas être qualifiés d’incitatifs, malgré le fait qu’ils ne décrivent pas la situation d’une manière neutre.

33En revanche, les journaux russes se prêtent à l’exercice du jeu de mots. Moskovskiy Komsomolets et Kommersant inscrivent leurs titres dans des réseaux d’associations. Le titre « Loukachenko verse de l’eau sur la patinoire » (Moskovskiy Komsomolets, 18 décembre 2010), par exemple, s’inscrit dans une double lecture. Le mot « verser », en russe « заливать », peut avoir une autre signification. Dans un langage familier, ce mot signifie également « inventer quelque chose », faire passer le fruit de l’imagination pour la réalité ou, plus simplement « raconter une connerie ». Quand un lecteur voit le titre « Loukachenko verse de l’eau » écrit en gras, celui-ci le renvoie à cette deuxième signification du mot. Ainsi, de manière gaie et décontractée, le journal manifeste sa réserve quant à la confiance accordée aux propos du président de la Biélorussie. Le titre « Les Biélorusses répandent du sel sur l’élection, en réponse à la réélection de Loukachenko l’opposition est sortie dans la rue » (Kommersant, 20 décembre 2010) fonctionne de manière semblable, par association. L’expression « répandre du sel sur l’élection » ne veut rien dire en soi. Elle rappelle par ailleurs le refrain d’une chanson populaire russe. Les associations se font avec le mal causé par du sel sur une plaie. Les liens s’instaurent ainsi entre l’élection et le mal physique que les manifestants tabassés ont éprouvé. Le sel n’étant en réalité qu’un mot permettant de retrouver le lien associatif.

34Couvrant la manifestation du 19 décembre, Moskovskiy Komsomolets et Kommersant utilisent également des procédés très semblables pour nommer l’événement à travers les titres. Leurs titres se ressemblent au point que les mots-clés utilisés pour créer le jeu d’associations dans les titres incitatifs sont les mêmes. C’est l’association entre les mots « tabasser », en russe « избивать », et « élire », en russe « избирать » (très proches en écriture comme en prononciation), qui crée ce jeu de mots. Les titres « Le droit de tabasser et d’être élu » (Kommersant, 21 décembre 2010) nous renvoie à la phrase « Le droit d’élire et d’être élu », alors que « Les tabasseurs ont soutenu Loukachenko » (Moskovskiy Komsomolets, 21 décembre 2010) renvoie à « Les électeurs ont soutenu Loukachenko ». Or, il n’existe pas de mot « tabasseur ». C’est le terme « électeur » qui serait correct. Mais le journal le remplace, donnant ainsi à voir les spécificités de l’élection biélorusse. Tous les titres des reporters du Moskovskiy Komsomolets et de Kommersant ont été fabriqués selon ce modèle incitatif.

35Le cas de Komsomolskaya Pravda est tout autre. Le journal se distingue par la modestie de ses titres, en matière de jeux de mots. Parmi les titres « Les Biélorusses se préparent à la fête de la désobéissance » (18 décembre 2010), « Alexandre Loukachenko : “Personne ne sortira dans la rue pour manifester, je ferai du ski, je déneigerai ma cour et j’irai dormir” » (20 décembre 2010), « OMON a gâché le triomphe de Loukachenko » et « Seuls deux concurrents de Batka sur neuf sont restés en liberté » (21 décembre 2010), seul le premier titre représente un jeu de mots, à travers la « désobéissance » qui dévient l’« obéissance », ce qui renvoie à la docilité des Biélorusses face aux autorités.

Capture d’écran 1. Titre du journal Komsomolskaya

Capture d’écran 1. Titre du journal Komsomolskaya

36Mais globalement les titres sont plus neutres que ceux des deux autres journaux russes. Ils se veulent informatifs. Celui du 20 décembre se limite même à une citation directe de Loukachenko, manifestant la confiance du président biélorusse envers ses forces de l’ordre et en son résultat à l’élection. Mais l’explication de cette politique de titrage n’est pas purement journalistique. Komsomolskaya Pravda est le seul journal russe ayant un bureau permanent à Minsk. Ses tirages en Biélorussie sont considérables. Cette implantation en Biélorussie influence la politique de la rédaction moscovite qui se veut plus prudente et qui manifeste une apparente neutralité dans les titres. Pour cette même raison, Komsomolskaya Pravda est le seul journal russe sur les trois étudiés à ne pas faire remonter l’événement biélorusse sur sa une.

37Mais en prenant en compte la logique purement éditoriale, nous pouvons remarquer l’homogénéité des titres en fonction de l’appartenance nationale des journaux. Ceux des journaux français sont plutôt informatifs, alors que ceux des organes de presse russes sont clairement incitatifs. Le fait que ceux-ci soient incitatifs démontre également que l’actualité biélorusse est plus familière au lecteur russe, car les titres incitatifs demandent une certaine maîtrise de la situation décrite sous forme de jeux de mots, afin que le lecteur ne soit pas perdu. Les titres incitatifs exigent une familiarité du lecteur avec les références mobilisées et la situation décrite par les jeux de mots. Afin que le jeu de mots puisse opérer, avoir un effet, un certain degré de proximité est donc nécessaire. Les titres deviennent ainsi corporalisants, car ils engagent les références culturelles de la personne, l’invitent à prendre part au jeu d’associations qui crée un lien entre le lecteur et le journal.

La circulation des images de la Biélorussie sur les pages des journaux

38L’analyse de la construction de la matérialité du texte passe aussi par l’analyse des images, et plus particulièrement des photographies qui illustrent les reportages. Il s’agit d’un élément décidé au sein de la rédaction, à Moscou et à Paris, qui renvoie à la cohérence du projet éditorial. Nous allons questionner cette cohérence du choix des photographies à l’échelle nationale, mais nous allons également traquer l’expression de la proximité culturelle à travers la mise en image de l’actualité biélorusse. Nous allons observer de quelles manières les représentations culturelles du pays couvert influencent les manières dont la rédaction l’illustre.

39Tout d’abord, nous observons que les journaux biélorusses accompagnent leurs articles de l’iconographie expliquant la position géographique du pays. C’est le cas de l’article publié dans Le Figaro du 18 décembre 2010 ainsi que des articles du Monde et de Libération parus le 21 décembre. En revanche, leur absence sur les pages des journaux russes en dit long sur les liens perçus de proximité avec la Biélorussie. Despic-Popovic explique notamment que les rédactions françaises indiquent la position géographique de la Biélorussie par le simple fait que « les gens auront du mal à vous placer la Biélorussie sur une carte », toujours « parce que c’est loin ». La présence et l’absence de cartographie témoignent ainsi de l’éloignement et de la proximité du pays illustré.

40En ce qui concerne les photographies publiées, l’élection biélorusse étant érigée en événement médiatique international, les rédactions ont employé les moyens nécessaires pour l’expliquer à leurs lecteurs. Chaque article consacré à la Biélorussie est accompagné d’une photographie. Les journaux français illustrent un pays sous la neige et dans le froid, doté d’un folklore quelque peu exotique. Les éléments de décor introduits dans le texte, dès les premières lignes, se trouvent en corrélation avec cette image. Avril entame son premier article par « Sous la neige et par des températures glaciales » (Le Figaro, 18 décembre). L’article de Smolar commence par « La place d’octobre, à Minsk » (Le Monde, 18 décembre) et ne manque pas d’évoquer des personnes « Emmitouflées dans leurs parkas » (Le Monde, 18 décembre). L’imaginaire d’un pays glacial ressurgit ainsi dès les premières lignes, mais il est aussi visible dans les images illustrant le texte. Le premier article du Monde évoque le folklore biélorusse, car sur la photo publiée, le président Loukachenko, souriant, reçoit un objet traditionnel biélorusse en écorce de bouleau des mains d’un groupe de femmes vêtues de châles traditionnels, portant des coiffes traditionnelles, en écorces de bouleau elles aussi.

Photo 1. Folklore biélorusse

Photo 1. Folklore biélorusse

41Le premier article d’Avril n’aborde pas le folklore, mais comme Le Monde, Le Figaro représente la Biélorussie sous la neige, avec des Biélorusses ordinaires chaudement habillés (Le Figaro, 18 décembre 2010). Loukachenko y figure sur une affiche électorale, collée sur un panneau publicitaire installé dans une rue minskoise à l’occasion de l’élection.

Photo 2. La Biélorussie sous la neige

Photo 2. La Biélorussie sous la neige

42Roland Barthes évoque l’« italianité » dans son article portant sur la publicité Panzani, comme étant « l'essence condensée de tout ce qui peut être italien, des spaghettis à la peinture » (1964 :49). Jean-Paul Honoré, dans son analyse des représentations du Japon dans la publicité, évoque « des marqueurs de la japonité du produit » (2001 : 109) qui véhiculent des images idéales du Japon dans l’imaginaire des consommateurs français, et sur lesquelles les publicitaires s’appuient afin d’attirer ces mêmes consommateurs. Le journalisme n’est pas le marketing, mais, puisque Barthes souligne que l’« italianité appartient à un certain axe des nationalités, aux côtés de la francité, de la germanité ou de l'hispanité » (1964 : 49), nous pouvons aussi distinguer certains marqueurs de la biélorussité, visibles dans les reportages, reproduits par les journalistes français. Parmi ces marqueurs nous retrouvons la neige, les habits d’hiver, les attributs du folklore biélorusse, la statue de Vladimir Lénine.

43En ce qui concerne Libération, son approche en illustration est différente ce 18 décembre 2010, car il s’agit d’un portrait de Loukachenko, en habit militaire, illustrant par ailleurs le titre de Libération qui nomme le président biélorusse « dictateur ».

Photo 3. Le président biélorusse « dictateur »

Photo 3. Le président biélorusse « dictateur »

44La dictature s’associe à l’habit militaire, même si Loukachenko n’a pas été souvent vu avec l’accoutrement d’un général de l’armée. Il n’a jamais été militaire, mais ce détail a peu d’importance, car la dictature est souvent associée au régime militaire. Ce n’est donc pas le président de la Biélorussie que Libération illustre, mais l’incarnation de la dictature dans son expression habituelle. Il ne s’agit pas d’un marqueur de biélorussité, mais de dictatorialité, incarnée par Loukachenko, que le journal met en scène.

45Wrona remarque que dans un journal,

[l]’individu représenté devient un carrefour de représentations, ordonnées autour de ses prédilections culturelles, affectives, politiques. Si le portrait parvient à dire le social, ce qui est sa raison d’être dans la presse d’information, c’est parce que l’individu, par son inscription dans l’épaisseur d’une culture, suscite l’évocation d’un intertexte qui lui donne sens, et à qui il donne sens (2012 : 272).

46Ainsi le portrait de Loukachenko renvoie-t-il à une représentation culturelle de la Biélorussie. Le portrait d’un agriculteur, représenté sur la page trois du Monde le 21 décembre, est une autre incarnation de la Biélorussie, véhiculée par le reportage.

Photo 4. Représentation culturelle de la Biélorussie

Photo 4. Représentation culturelle de la Biélorussie

47Le journal dessine, à travers la photo, un décor de désolation du kolkhoze, avec une route gelée sous une couche de neige, vraisemblablement non goudronnée, un vieil engin agricole en arrière-plan. Le portrait d’un homme placé dans ce décor, dont la posture, les habits et le visage évoquent la pauvreté et la même désolation, renforce l’effet produit par le décor. Le décor donne du sens au portrait, ils se répondent l’un l’autre et constituent une illustration cohérente. Les portraits du président et d’un agriculteur présentent deux visages de la Biélorussie. L’un évoque le pouvoir du dictateur solidement installé, l’autre, la pauvreté.

48La mosaïque des visages se complète le jour du scrutin par la représentation des agents de police tantôt en rangs alignés sous la statue de Lénine, prêts à en découdre avec les opposants, tantôt poursuivant les manifestants avec leurs matraques.

Photo 5. Poursuite des manifestants

Photo 5. Poursuite des manifestants

49Les manifestants ordinaires sont un autre visage de la Biélorussie, pris dans l’action de la revendication de leur droit à la démocratie. Les personnes illustrées sur les photos renvoient donc à la fois à des représentations d’un pays éloigné, d’un autoritarisme glacial et folklorique, à la pauvreté et à l’inefficacité des kolkhozes, mais aussi à l’image de citadins ordinaires qui protestent contre un autocrate — représentation dans laquelle les lecteurs français peuvent se reconnaître. Nous observons à la fois la mise en scène de l’éloignement culturel à travers les photos et le potentiel de proximité traduit par l’illustration de personnages qui pourraient être considérés comme proches. Ainsi, les lecteurs peuvent se reconnaître dans les visages des manifestants biélorusses.

50En ce qui concerne les photographies accompagnant les articles des reporters russes, le folklore et la neige n’y sont guère mis en scène. Nous n’y voyons pas de produits artisanaux en écorce de bois ni de foulards traditionnels en laine brodés de fleurs. Les journaux russes ne cherchent pas à se distinguer l’un de l’autre, car la même photo, montrant les chars militaires sur la voie périphérique de Minsk, figure dans les trois journaux le 18 décembre.

Photo 6. Chars militaires sur la voie périphérique de Minsk

Photo 6. Chars militaires sur la voie périphérique de Minsk

51Ces photos contiennent avant tout de l’information, mais elles sont aussi riches en symboles et représentatives de la Biélorussie. Elles résument visuellement l’élection biélorusse avant même que le texte soit lu.

52Moskovskiy Komsomolets illustre les éléments de décor, avec la patinoire sur laquelle nous voyons les Biélorusses ordinaires s’adonner aux joies simples de l’hiver en faisant du patin à glace autour d’un sapin de Noël (Moskovskiy Komsomolets, 20 décembre 2010). Son premier reportage est accompagné par une photographie prise au même endroit que celle utilisée par le Figaro le 18 décembre (photo 2), mettant en scène le panneau électoral installé dans une rue minskoise.

Photo 7. Panneau électoral

Photo 7. Panneau électoral

53La seule différence est que le plan est resserré sur celui-ci. Cela laisse la rue en dehors du cadre et concentre le regard sur l’affiche consultée par une passante. Contrairement à la vue générale qui laisse apercevoir le Minsk hivernal dans Le Figaro, nous voyons sur cette photo recadrée que l’affiche de Loukachenko cache celles des autres candidats et que malgré cette domination de l’espace du panneau publicitaire, une passante tire sur le coin déjà décollé afin d’apercevoir les programmes électoraux des candidats opposants. Cette photo nous semble riche en symboles, elle aussi. Adoptée par Le Figaro comme par Moskovskiy Komsomolets, elle démontre à la fois des similitudes et des différences d’approches. Les deux journaux s’intéressent aux mêmes images, aux mêmes lieux, mais si le premier cherche un plan large symbolisant au mieux la Biélorussie, le second porte davantage son regard sur les détails.

54Concernant les portraits des Biélorusses qui peuplent les journaux russes, nous y voyons également le visage de Loukachenko, ceux des policiers biélorusses et ceux des manifestants. En revanche, ils sont représentés différemment. Le président biélorusse n’est jamais illustré sous la neige, jamais en tenue militaire. Il apparaît sur les pages des trois journaux russes en costume-cravate, en compagnie de son fils de neuf ans, Kolia, en train de voter. C’est d’ailleurs Kolia qui met le bulletin dans l’urne. Le 21 décembre, nous voyons le portrait du président biélorusse en tenue bien soignée, face à un autre portrait, celui d’un manifestant ensanglanté (Kommersant, 21 décembre 2010).

Photo 8. Manifestant ensanglanté

Photo 8. Manifestant ensanglanté

55Les visages des Biélorusses ordinaires circulent également sur les pages des journaux russes, mais contrairement à ceux que l’on trouve dans la presse française, ceux-ci ne sont pas en train de manifester pour plus de liberté, mais se trouvent en sang, après avoir été battus par les agents de police.

56Les journaux français illustrent les Minskois ordinaires afin que le lecteur français s’y retrouve, s’y identifie, alors que les images générales folkloriques de la Biélorussie témoignent davantage de la distance culturelle entre la France et la Biélorussie. Dans le cas russe, les images générales de la Biélorussie témoignent du quotidien ordinaire reconnaissable, alors que les images des Minskois ordinaires témoignent de la violence exceptionnelle des forces de l’ordre biélorusses.

57L’organisation de l’espace du journal et les modes de valorisation de l’information par les éléments éditoriaux construits au sein de la rédaction démontrent donc qu’il s’agit d’un certain projet éditorial à l’échelle nationale, exprimé dans le fait que le volume des articles, l’organisation de la page, les titres, les éléments iconographiques et photographiques indiquent une certaine cohérence de l’encadrement éditorial de l’élection biélorusse à l’échelle nationale. Le fait que les articles soient plus volumineux dans les journaux russes, qu’ils forment des hyperstructures, que les titres des journaux russes soient généralement incitatifs, que nous n’apercevons pas d’imaginaire particulier d’un pays étranger à travers les photos et ne voyons pas de références sur le positionnement géographique de la Biélorussie témoigne d’un certain degré de proximité culturelle construite par la presse russe.

L’expression du potentiel de proximité dans l’écriture des reporters

Genre : variation du degré de corporalisation dans un reportage

  • 5 Natalia Galimova, reporter de Moskovskiy Komsomolets à Minsk. Entretien réalisé en décembre 2010 à (...)

58Privilégiant certaines informations et en écartant d’autres, le reporter sur le terrain accorde plus ou moins d’intérêt à une actualité, à un événement, à une source. Les catégories du proche et du lointain le guident dans son travail. Les grilles culturelles déterminent le potentiel de proximité d’un événement médiatique, qui influence à son tour le choix du genre selon lequel des articles sur la Biélorussie sont écrits et le type de proximité éditoriale que ce genre induit. Ringoot et Rochard établissent un lien entre les genres journalistiques et la proximité qui s’instaure entre le lecteur et le journaliste. Ils distinguent trois types de genres : corporalisant, caractérisant et dépersonnalisant (op. cit. : 78). Dans leur forme idéale, le premier montre le journalisme en train de se faire, le deuxième relève d’une proximité d’esprit, d’une compréhension mutuelle qui s’instaure grâce à l’argumentaire du journaliste et le troisième témoigne d’un détachement du journaliste objectivant l’information. Puisque, comme le soulignent les auteurs, une « mise en scène du journaliste dans les textes induit des formes différentes de la proximité » (ibid. : 73), le recours à un genre journalistique rend opérant un certain type de proximité liant le journal à son lecteur. Natalia Galimova, la reporter de Moskovskiy Komsomolets à Minsk, souligne : « Dans un reportage, je dois décrire tout ce que je vois avec mes propres impressions et mes émotions. C’est cela qui est valorisant. La parole officielle n’a pas de valeur dans cette situation5. » Ces propos montrent qu’elle tend vers la logique corporalisante dans la réalisation de son reportage, en se mettant en scène en tant que témoin direct des événements à Minsk. Elle écrit par exemple à propos de la manifestation qui s’est terminée par la dispersion violente des opposants : « Ce qui m’a sauvée, c’est le fait que j’étais à côté de l’unité des forces de l’ordre. “Mademoiselle, restez ici, avec nous” — m’a proposé un d’entre eux, — “vous êtes plus en sécurité ici” » (Moskovskiy Komsomolets, 21 décembre 2010). La journaliste réalise ainsi une mise en scène corporalisante, qui consiste à relater non seulement le résultat de l’échange avec les personnages, mais aussi l’échange lui-même, qui se trouve au centre du reportage. Elle se met également en scène elle-même, non en tant qu’un observateur distancié, mais comme une personne se trouvant au cœur de l’action.

59En revanche, cette typologie de genres doit être appliquée à notre terrain avec quelques précautions, car les reportages parus dans les six journaux dépersonnalisent, caractérisent et corporalisent à diverses doses. Les reportages sont dépersonnalisants quand les journalistes usent de la rhétorique de l’objectivité. Ainsi le reportage publié dans Le Figaro est-il fait dans un style dépersonnalisant et efface l’énonciateur malgré sa présence sur le terrain : « C’est ce moment qu’ont choisi les policiers anti-émeutes — qui étaient auparavant plutôt passifs — pour charger la foule et se déployer sur la place. Des centaines de manifestants ont été interpellés. Vers 23 h 30, les forces de l’ordre semblaient reprendre le contrôle » (Le Figaro, 20 décembre 2010). Les reportages sont caractérisants quand le journaliste donne des explications. Smolar explique, par exemple, pourquoi Loukachenko est soutenu par une partie des Biélorusses : « Une des raisons pour lesquelles le système subsiste est le souci qu’a le régime du “contrat social”, comme on dit à Minsk. Les pensions de retraite sont payées à l’heure ; les écoles et les soins médicaux restent de qualité » (Le Monde, 21 décembre 2010). Ils sont corporalisant quand le reporter se trouve au cœur de l’action, comme c’est le cas de l’exemple cité de Galimova.

60Le reportage peut devenir davantage corporalisant, caractérisant ou dépersonnalisant en fonction des liens de proximité culturellement construits. La place que la rédaction accorde aux articles des journalistes laisse plus ou moins d’espace à la corporalisation et à l’expression du potentiel de proximité. Wrona démontre que la corporalisation n’exige pas nécessairement un contact direct du journaliste avec le personnage, car elle peut se faire « à travers la mise en scène d’un énonciateur délégué » (2005 : 101).

61Le profil du journaliste qui écrit un reportage a également une importance capitale. Par exemple, les journalistes des trois quotidiens russes sont des grands reporters, alors que leurs collègues français sont des journalistes spécialisés sur la région. Cette différence est par ailleurs expliquée par Korotkova, la responsable du service des pays CEI au sein de la rédaction du Moskovskiy Komsomolets :

Quand il s’agit des news, on privilégie un journaliste qui connaît bien la situation dans le pays et qui a un bon carnet de contacts. Quand il s’agit d’un reportage, ce sont les autres critères qui entrent en jeu. Le reporter ne doit pas forcément comprendre les nuances de la situation qu’il va couvrir. Son objectif principal est de bien montrer ce qu’il voit de ses propres yeux.

62Les journalistes français sont sur le terrain biélorusse, car ils le maîtrisent, alors que leurs collègues russes sont précisément choisis pour leur capacité à montrer aux lecteurs ce qu’ils voient par leurs propres yeux. Les uns ont davantage tendance à expliquer l’événement ou le pays, donc faire un hybride entre le genre corporalisant, caractérisant et dépersonnalisant, alors que les autres se rapprochent davantage du reportage corporalisant. Et c’est justement parce que « [l]a notion de proche et de lointain est un véritable instrument de mesure conditionnant des décisions » (Ringoot et Rochard, op. cit. : 73) prises par la rédaction que les profils des journalistes et l’inscription des liens corporalisants dans leurs reportages varient en fonction de la proximité culturelle supposée de leur pays par rapport à la Biélorussie. Il nous semble donc que les genres doivent être analysés en prenant en compte les notions de proximité et d’éloignement culturels auxquelles se réfèrent les journalistes.

Le travail angulaire en fonction des liens de proximité

63Afin d’expliquer de quelle manière la proximité culturelle influence les manières d’écrire un reportage, nous allons recourir à la notion d’angle développée par Denis Ruellan. La proximité et la distance que le journaliste a par rapport à ses objets déterminent, selon l’auteur, sa perception du réel observé et vécu sur le terrain (1993 : 171). Comme l’auteur le souligne à propos des reporters, « [p]lus ils cultivent l’intimité des relations au terrain, plus les reporters réagissent de manière instinctive, avec leurs outils immédiatement disponibles — leurs grilles culturelles, leurs préjugés, leurs propres affects — et moins la densité convictionnelle semble forte » (ibid. : 176). Les angles choisis par les reporters sont ainsi culturellement déterminés et sont adoptés conformément aux notions du proche et du lointain.

64La combinaison des éléments corporalisants, caractérisants et dépersonnalisants dépend aussi de la distance que le reporter prend par rapport à son objet. Celle-ci conditionne son travail, y compris matériellement. Selon Ruellan, « choisir un angle, cela peut être décider une manière de travailler, une manière de raconter, une manière d’écrire. C’est aussi une manière de voir, un point de vision propre à celui qui informe » (ibid. : 152). La proximité culturelle supposée par rapport au pays couvert impose ainsi des manières de travailler, de raconter et d’écrire, l’organisation du texte et les manières dont le reporter utilise le discours rapporté. Ruellan décrit, à travers la notion de rhétorique de l’amont et de l’aval, divers degrés d’implication des reporters sur le terrain. Il y a toujours une phase amont et une phase aval dans la production d’un reportage, mais l’intensité du vécu importe beaucoup dans la phase amont, et c’est en cela que la proximité culturelle avec le terrain peut jouer un rôle prépondérant dans la manière dont le reporter aborde le terrain.

65En analysant notre corpus, nous pouvons remarquer des similitudes comme les variations des angles fixés par les journaux russes et français. En ce qui concerne les points communs, ils sont centrés autour de l’explication et de l’illustration de la nature non démocratique du régime biélorusse et autour des violences policières envers les manifestants qui s’opposent à la réélection du président de la Biélorussie. Ces deux thématiques constituent le fil conducteur des reportages, mais les journalistes français cultivent la distance, alors que leurs collègues russes prennent ouvertement le parti des manifestants. Le reporter du Figaro est le plus mesuré, le moins sévère envers le pouvoir biélorusse. Avril est le seul à donner la parole à un fonctionnaire du régime et à qualifier les manifestants d’agressifs. Ce journaliste rapporte notamment : « En quinze minutes, dans l’improvisation, à coups de poutres arrachées des façades de l’immeuble, les vitres ont volé en éclat, sous les applaudissements de dizaines de milliers de manifestants, principalement des jeunes » (Le Figaro, 21 décembre 2010). Ce passage de l’article d’Avril est important, car il rapporte un moment-clé de cette élection. La dégradation de la porte d’entrée du parlement a provoqué l’intervention des forces de l’ordre et la répression qui s’en est suivie. Les deux autres journalistes français sont moins catégoriques qu’Avril quant aux coupables de cette dégradation lourde de conséquences, sans prendre position pour autant. Smolar mentionne qu’il s’agit des « manifestants les plus ardents — ou des provocateurs du régime, selon les organisateurs » (Le Monde, 21 décembre 2010). Quant à Laurent Geslin, il ne se prononce pas sur cette question : « Malgré les appels au calme, portes et fenêtres de l’édifice sont brisées » (Libération, 21 décembre 2010).

66Les reporters russes en parlent, eux aussi, dans leurs articles. Selon Olga Allenova, « une dizaine d’hommes inconnus, avec les visages masqués, se sont mis à briser les fenêtres des portes d’entrée du parlement. Quelques policiers se sont précipités vers la porte brisée pour les repousser. Les candidats d’opposition se sont mis à crier qu’il s’agissait d’une provocation » (Kommersant, 21 décembre 2010). La version de Vorsobine est la suivante : « quelques personnes ont tenté de “prendre le parlement”, en jetant des pierres dans la porte d’entrée. D’autres ont essayé de la casser. Ces personnes ont été tout de suite accusées de provocation par les opposants. La foule scandait “nous sommes contre la violence” » (Komsomolskaya Pravda, 21 décembre 2010). Quant à Galimova, elle témoigne : « Une poignée d’hommes se sont mis à briser les vitres du parlement, mais personne ne les a soutenus. Bien au contraire, les personnes qui m’entouraient disaient toutes que c’était une provocation » (Moskovskiy Komsomolets, 21 décembre 2010). La différence n’est pas nécessairement visible au premier abord, car elle réside dans les détails. Mais ces détails sont essentiels pour comprendre et interpréter les événements biélorusses. Les journalistes français prennent leurs distances, alors que leurs collègues russes assurent à leurs lecteurs que les manifestants sont les victimes d’une provocation orchestrée par le pouvoir biélorusse.

67Globalement, la différence consiste dans le fait que l’angle des journalistes français est plus large, plus général, alors que leurs collègues russes vont davantage dans les détails.

68Les journalistes français se saisissent de l’occasion afin de raconter la Biélorussie à leurs lecteurs, comme l’explique Despic-Popovic :

On y va moins souvent et on doit être beaucoup plus général dans la manière de traiter quelque chose que personne ne connaît. On doit vraiment tout rappeler et tout simplifier. Par exemple dans un papier il ne faut pas oublier de dire que le pays faisait partie de l’Union soviétique, il ne faut pas oublier de dire qu’il est frontalier de l’Europe occidentale, il ne faut pas oublier des choses qui sont élémentaires.

69L’éloignement peut donc être vu comme une contrainte, dirigeant les reporters vers un angle général, qui laisse échapper certains détails de l’élection biélorusse.

70Par exemple, les reporters moscovites parlent tous de la patinoire sur la place d’Octobre à Minsk, non seulement parce que c’est ludique, mais surtout parce que le pouvoir s’est mis à transformer les places de la ville en patinoires quelques jours avant le scrutin, pour empêcher les opposants de se réunir en grand nombre. C’est donc un point essentiel symbolisant la nature de la campagne électorale et du régime de Loukachenko. La patinoire joue ainsi le même rôle que les images des blindés sur la voie périphérique de Minsk. Les trois journaux russes en parlent, expliquent à leurs lecteurs pourquoi les patinoires sont là. Parmi les reporters français, seul Smolar l’évoque lors de la description de la place d’Octobre : « On a installé une patinoire, où de jeunes prodiges viennent virevolter. C’est ici que l’opposition a donné rendez-vous pour protester dès 20 heures, dimanche 19 décembre, contre la victoire programmée d’Alexandre Loukachenko » (Le Monde, 18 décembre 2010). En revanche, Smolar n’en dit pas plus, probablement par contrainte de volume.

71De plus, les violences dénoncées montent d’un cran dans les reportages russes par rapport aux français. Cela se voit sur les images accompagnant les articles, mais aussi dans le texte. Si Avril rapporte que les forces de l’ordre biélorusses ont « interpellé » des manifestants (Le Figaro, 21 décembre 2010), le reportage du Moskovskiy Komsomolets détaille cette interpellation de la manière suivante : « Les forces de l’ordre poursuivaient ces gens. Elles les frappaient au hasard, sans se demander s’ils étaient opposants, observateurs, journalistes ou simples passants » (Moskovskiy Komsomolets, 21 décembre 2010). Smolar explique que « les matraques des forces de l’ordre se sont abattues et ont rappelé la nature du régime d’Alexandre Loukachenko », alors que l’article de Vorsobine raconte : « Les personnes avec des matraques avancent vers nous… Je me lève et je fonce vers la clôture en métal. Un gars souriant avec la tête en sang court derrière moi. On dirait qu’il ne sent pas la douleur. On s’aide l’un l’autre pour passer au-dessus de la clôture » (Komsomolskaya Pravda, 21 décembre 2010). Nous voyons la différence de ton entre les deux reportages français, mais la violence mise en scène par les journalistes russes est d’un autre niveau, car avec un angle plus serré, elle est plus proche, elle est corporalisée.

72Il existe également une différence entre les collègues russes et français en ce qui concerne l’usage des citations. Nous sommes ici au cœur du processus angulaire, décrit par Ruellan. Selon l’auteur, « l’observateur choisit un personnage à décrire, ou une histoire à raconter, parce qu’ils lui semblent représentatifs d’une partie de la complexité impossible à restituer » (op. cit. : 153-154).

73Ainsi, les journalistes choisissent les acteurs et rapportent les discours qui symbolisent la Biélorussie, la rendent proche, car compréhensible. Par exemple, dans son article du 18 décembre 2010, Smolar cite le candidat Andrey Sannikov : « On nous appelle la dernière dictature d’Europe. C’est une honte mais c’est mérité », ainsi qu’un diplomate européen : « Le pays est en coma démocratique dépassé ». Afin de symboliser le système économique et politique biélorusse, Smolar cite des experts locaux, parmi lesquels l’économiste Leonid Zlotnikov, dessinant les traits de l’économie biélorusse : « Notre système est dirigiste, très peu efficace » (Le Monde, 21 décembre 2010). Ces citations, liées à l’élection, dépassent le simple cadre de celle-ci, en s’efforçant de symboliser la Biélorussie en peu de mots rapportés. D’autres symbolisent l’élection proprement dite et la manifestation sur la place de l’Indépendance. Laurant Geslin met notamment en scène la parole du manifestant Vladimir, âgé de 23 ans déclarant : « Il ne faut pas que le sang coule aujourd’hui, nous ne voulons pas de violence. Le peuple ne le comprendrait pas » (Libération, 21 décembre 2010). Son collègue du Figaro rapporte les propos d’un trentenaire, Artiom : « Cela fait déjà seize ans que nous avons peur, que pouvons-nous craindre désormais ? » (Le Figaro, 21 décembre 2010)

74Les rédactions russes réservent, comme nous l’avons vu, plus d’attention à l’actualité biélorusse. Cela est notamment mis en lumière par les journalistes couvrant la Biélorussie, en reportage ou depuis la rédaction moscovite. Vladimir Soloviev, journaliste de la rédaction moscovite de Kommersant, explique à ce propos :

  • 6 Vladimir Soloviev, journaliste au Kommersant. Entretien réalisé à Moscou, le 26 décembre 2011, dans (...)

Je peux vous assurer que les articles sur la Biélorussie intéressent toujours. Un article consacré à la visite du président biélorusse à Moscou est lu par beaucoup plus de lecteurs qu’un papier sur la visite du président de la France en Russie. Nos statistiques le montrent clairement. Évidemment, cet intérêt est provoqué par le fait qu’il s’agit d’un pays voisin, que beaucoup de Russes ont de la famille et des amis dans ce pays6.

75Il s’agit d’un pays proche, mais cette proximité ne relève pas seulement des liens familiaux ou de l’histoire commune, mais également du fait que les lecteurs russes reconnaissent leur propre pays dans la Biélorussie de Loukachenko. Cette proximité-là est d’ailleurs mentionnée par les reporters dans leurs textes, de manière déguisée mais compréhensible par tous les lecteurs. Galimova s’adresse aux lecteurs, avec une question glissée au milieu de son article : « Cela ne vous rappelle pas un autre pays ? » (Moskovskiy Komsomolets, 18 décembre 2010). Vorsobine écrit, quant à lui : « L’expérience des pays voisins de la Biélorussie montre qu’il n’est possible de perdre une élection, en tenant sous contrôle la commission électorale et la télévision, qu’en théorie » (Komsomolskaya Pravda, 18 décembre 2010). Le lecteur comprend à quel pays voisin le reporter fait référence, et cela lui rappelle sans doute un pays, le sien.

76L’angle des reportages russes ne déborde pas le cadre de l’élection. Comme dans une élection nationale, ils se rendent par exemple dans les bureaux où les candidats ont voté. Ils prennent le temps de décrire la situation, en se mettant en scène à côté des acteurs locaux. En faisant apparaître des citations, entre guillemets et en italique, ils racontent aussi les personnages cités.

77Moirand note que « les segments rapportés entre guillemets servent à cautionner les dires du médiateur vis-à-vis des lecteurs mais également à marquer une distance entre ses propres dires et ceux des spécialistes » (op. cit. : 75). Cela s’applique à la manière dont les quotidiens français citent les acteurs locaux. En revanche, cet usage des guillemets n’est applicable aux journalistes russes que partiellement. Au lieu de citer une phrase d’un acteur local, ils transportent « le lecteur dans l’action par la médiation » (Ringoot et Rochard, op. cit. : 79), en construisant ainsi des liens corporalisants entre le journal et le lecteur. Cela leur permet de plonger le lecteur dans le contexte du dit, mais cela efface les frontières visibles entre le texte rapporté et le texte du journaliste. Ainsi Allenova rapporte-t-elle :

Le candidat Vladimir Nekliaev a perdu la veille de l’élection le noyau de son équipe. Il est arrivé à 14 heures dans son bureau de vote se situant dans l’école minskoise no 54. Il a déclaré que l’équipe du militant Dachkevitch devait déneiger et ensabler la place d’Octobre, afin d’éviter que le sol glisse lors de la manifestation prévue le soir. Quant à Pashkevitch, il devait s’occuper du son. Après avoir pris son bulletin, Vladimir Nekliaev s’est approché de l’urne, a barré avec le marqueur noir le nom d’Alexandre Loukachenko de son bulletin. « Je sais que ce bulletin est non valide » — a-t-il déclaré aux journalistes. — « Mais Loukachenko a déjà rendu cette élection non libre et non valide ». Ensuite, monsieur Nekliaev a rajouté sur son bulletin « je suis pour une nouvelle élection sans Loukachenko ». Finalement, ce bulletin ne s’est jamais retrouvé dans l’urne : le candidat l’a emporté avec lui, en promettant de le distribuer dans le pays (Kommersant, 19 décembre 2010).

78La journaliste cite le candidat, mais elle raconte également, dans ses mots, les propos prononcés par le candidat et décrit son action. Nous remarquons ici l’attention que la reporter accorde aux détails. Nous pouvons noter la mention de l’école no 54 ou du marqueur noir. Ce genre de détails n’apparaît pas dans les articles des reporters français.

79Cette manière de citer les acteurs locaux en étant dans l’action de médiation est visible chez les autres reporters russes, qu’il s’agisse du bureau de vote, d’une conférence de presse ou de la manifestation de protestation contre les résultats de l’élection. Par exemple, Vorsobine décrit la manifestation en incorporant les propos des Biélorusses et en les associant à ses propres observations corporalisantes :

Un cri « ils courent vers nous » m’a fait sursauter. Après avoir enfoncé les leaders de l’opposition dans la neige avec leurs matraques, les policiers ont formé une chaîne et se sont mis à avancer vers nous… « Pourquoi êtes-vous si cruels ? On s’approche de Noël » — a dit un homme déguisé en père Noël, en s’approchant des policiers. Ce maigre jeune homme avec sa barbe en coton a immédiatement reçu un coup de matraque dans le ventre. Avec les mots « on va faire de toi madame Noël », ils l’ont fait disparaître dans leurs rangs (Komsomolskaya Pravda, 21 décembre 2010).

80L’exemple de la couverture de l’élection biélorusse montre que le reportage russe est corporalisant. Le journaliste se met en scène à côté des acteurs locaux, il permet aux lecteurs de percevoir l’élection biélorusse comme s’ils y étaient. Les journalistes ne manifestent pas beaucoup de sens critique envers les personnages qu’ils accompagnent, c’est-à-dire les opposants. Ils ne se mettent à aucun moment en retrait afin d’observer avec un regard neutre. Ils font ressentir aux lecteurs, avec leurs mots, le poids de la matraque du policier biélorusse. Le journaliste instaure un lien étroit entre lui et le lecteur, lui et le personnage, et à travers cela, il instaure des liens de proximité entre le personnage et le lecteur, sans jamais s’effacer pour autant. Au-delà d’une proximité historique que les journalistes russes ne manquent jamais de mettre en valeur, les reporters russes trouvent probablement dans l’élection biélorusse, étrangère mais proche, un moyen subtil de dénoncer l’autoritarisme de leur propre pays.

81Le reportage français est, en revanche, moins corporalisant, car d’apparence neutre, distanciée. Il explique, il symbolise cette élection, il analyse les causes et les conséquences. L’adhésion aux valeurs démocratiques est un élément constituant de l’angle, voire formateur de celui-ci. En même temps, cet angle est général. Il manque de liens exclusifs de proximité avec ce pays d’autoritarisme banal. Il s’agit d’un reportage hybride, qui inclut les traits de corporalisation, de caractérisation et de dépersonnalisation, éloignant davantage le lecteur du terrain biélorusse. Smolar introduit son article du 21 décembre 2010 par les mots suivants : « Un jour, Sergueï Khromchenko a vu la tour Eiffel. De loin. » À l’instar de ce Biélorusse, les reporters français observent la place de l’Indépendance à Minsk de loin, eux aussi.

82Nous avons ainsi affaire à deux manières distinctes de produire les liens de proximité éditoriale, car le potentiel de proximité de l’actualité biélorusse demeure influencé par les liens de proximité culturelle. Les angles adoptés par les reporters sont également en conformité avec ce potentiel de proximité. Les journalistes russes voient la Biélorussie de plus près, ils impliquent davantage leurs lecteurs, alors que leurs collègues français tentent de cultiver la distance et la neutralité.

Conclusion

83Notre étude démontre qu’il est justifié de parler des modes nationalement ancrés de couverture de l’actualité d’un pays étranger. Nous avons adopté la méthode conçue afin d’analyser la construction des événements médiatiques en conformité avec les identités éditoriales, ayant leurs propres manières de valoriser les informations, orientées vers des publics variés. L’analyse de l’énonciation éditoriale, des moyens alloués par les rédactions afin de couvrir l’actualité biélorusse nous permet de conclure qu’il existe une certaine ligne éditoriale à l’échelle nationale, portant un regard homogène sur l’actualité biélorusse. Le volume accordé, l’usage des hyperstructures, des illustrations et la manière de construire les titres sont conformes à l’imaginaire du pays étranger, nationalement ancré. Nous observons une corrélation entre la distance culturelle supposée d’un pays étranger et la manière de mettre en forme l’actualité de celui-ci.

84Nous avons distingué la proximité culturelle (qui relève des représentations de liens interculturels d’ordres divers) ainsi que la proximité éditoriale. Celle-ci relève d’un certain lien avec le lecteur, construit par le journal à travers un style particulier et une grille de lecture conventionnelle de l’actualité, mettant l’événement médiatique en forme, afin que le lecteur puisse s’y reconnaître. La proximité culturelle détermine le potentiel de proximité éditoriale d’un événement en Biélorussie. Les représentations nationalement ancrées participent à sa mise en forme. Enfin, les représentations de la proximité avec la Biélorussie sont constitutives d’un imaginaire permettant d’ordonner le réel biélorusse. Les marqueurs de la biélorussité ne sont pas les mêmes pour les journalistes russes et français, car les liens prétendus de proximité culturelle ne sont pas du même ordre.

85Quant au travail du reporter sur le terrain, il se fait également en fonction d’une grille culturelle de lecture. Celle-ci fait en sorte que le reporter s’implique ou qu’il prend ses distances avec les acteurs biélorusses, qu’il adopte un angle de description élargi du pays ou qu’il privilégie un regard cherchant de la précision impliquante. La grille culturelle fondée sur l’imaginaire de la proximité ou de l’éloignement de la Biélorussie fait adopter un genre d’écriture qui rapproche le lecteur du terrain ou qui, au contraire, cultive une distance propice à une explication détachée. Ce principe s’applique à notre étude du reportage, car celui-ci comporte les éléments des genres corporalisant, caractérisant et dépersonnalisant. Si le reportage russe est corporalisant, le reportage français compose davantage avec les trois genres. La variation des éléments corporalisants, caractérisants et dépersonnalisants, qui instaure différentes formes de proximité entre le lecteur et son journal, est influencée par les représentations de la proximité culturelle. Celles-ci influencent les pratiques des journalistes, leur perception de l’actualité biélorusse ainsi que la forme que l’actualité biélorusse prend dans les pages des journaux.

Haut de page

Bibliographie

ADAM, Jean-Michel et Gilles LURGIN (2009), « L’hyperstructure : un mode privilégié de présentation des événements scientifiques ? », Les Carnets du Cediscor, 6(2000), mis en ligne le 30 novembre 2009. [En ligne]. http://cediscor.revues.org/327. Page consultée le 2 octobre 2016.

BARTHES, Roland (1964), « Rhétorique de l’image », Communications, 4 : 40-51.

BECK, Ulrich (2006), Qu’est-ce que le cosmopolitisme, Paris, Aubier.

BECKER, Howard S. (2010), Les mondes de l’art, Paris, Flammarion.

BOUBA-OLGA, Olivier et Michel GROSSETTI (2008), « Socio-économie de proximité », Revue d’économie régionale & urbaine, 3 : 311-328.

BOURDON, Jérôme (2013), « D’étranges étrangers. Qui gouverne les correspondants de Jérusalem ? », Sur le journalisme, About journalism, Sobre jornalismo, 2(2) : 144-159.

BUDUCHEV, Vitaly (2019), La fabrique médiatique des élections biélorusses : la lecture nationale de l’événement et les représentations transnationales à l’épreuve des dynamiques coopératives. Thèse de doctorat en sciences de l’information et de la communication, sous la direction de Denis RUELLAN, Paris, Sorbonne Université.

CHARRON, Jean (1994), La production de l’actualité : une analyse stratégique des relations entre la presse parlementaire et les autorités politiques au Québec, Québec, Boréal.

CHARAUDEAU, Patrick (2011), Les médias et l’information, Bruxelles, De Boeck.

GOUJON, Alexandra (2009), Révolutions politiques et identitaires en Ukraine et Biélorussie (1988-2008), Paris, Belin.

HONORÉ, Jean-Paul (2001), « Comment peut-on être Japonais ? Sur trois stratégies dans le discours publicitaire », Mots, 66, « Discours d’Asie : identités et ruptures » : 108-122.

MOIRAND, Sophie (2007), Les discours de la presse quotidienne : observer, analyser, comprendre, Paris, Presses universitaires de France.

RINGOOT, Roselyne (2014), Analyser le discours de presse, Paris, Armand Colin.

RINGOOT, Roselyne et Yvon ROCHARD (2005), « Proximité éditoriale : normes et usages des genres journalistiques », Mots, 77, « Les langages du politique » : 73-90.

ROBERT-DEMONTROND, Philippe et Roselyne RINGOOT (2004), L’analyse de discours, Rennes, Apogée.

RUELLAN, Denis (1993), Le professionnalisme du flou. Identité et savoir-faire des journalistes français, Grenoble, Presses universitaires de Grenoble.

TORRE, André (2009), « Retour sur la notion de proximité géographique », Géographie, économie, société, 11(1) : 63-75.

WRONA, Adeline (2005), « Vies minuscules, vies exemplaires : récit d’individu et actualité. Le cas des portraits of grief parus dans le New York Times après le 11 septembre », Réseaux, 2(132) : 93-110.

WRONA, Adeline (2012), Face au portrait. De Sainte-Beuve à Facebook, Paris, Hermann.

Haut de page

Notes

1 Pierre Avril, correspondant permanent du Figaro à Moscou. Entretiens réalisés à Moscou, en décembre 2011.

2 Hélène Despic-Popovic, journaliste à Libération. Entretien réalisé à Paris, le 22 mars 2012, dans la rédaction du journal.

3 Vladimir Vorsobine, journaliste au Komsomolskaya Pravda. Entretien réalisé à Moscou, en décembre 2011, dans la rédaction du journal.

4 Elena Korotkova, rédactrice du service CEI au Moskovskiy Kosomolets. Entretien réalisé à Moscou, en janvier 2012, dans la rédaction du journal.

5 Natalia Galimova, reporter de Moskovskiy Komsomolets à Minsk. Entretien réalisé en décembre 2010 à Moscou.

6 Vladimir Soloviev, journaliste au Kommersant. Entretien réalisé à Moscou, le 26 décembre 2011, dans la rédaction du journal.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Capture d’écran 1. Titre du journal Komsomolskaya
URL http://journals.openedition.org/communication/docannexe/image/13037/img-1.png
Fichier image/png, 851k
Titre Photo 1. Folklore biélorusse
URL http://journals.openedition.org/communication/docannexe/image/13037/img-2.png
Fichier image/png, 517k
Titre Photo 2. La Biélorussie sous la neige
URL http://journals.openedition.org/communication/docannexe/image/13037/img-3.png
Fichier image/png, 369k
Titre Photo 3. Le président biélorusse « dictateur »
URL http://journals.openedition.org/communication/docannexe/image/13037/img-4.png
Fichier image/png, 269k
Titre Photo 4. Représentation culturelle de la Biélorussie
URL http://journals.openedition.org/communication/docannexe/image/13037/img-5.png
Fichier image/png, 358k
Titre Photo 5. Poursuite des manifestants
URL http://journals.openedition.org/communication/docannexe/image/13037/img-6.png
Fichier image/png, 435k
Titre Photo 6. Chars militaires sur la voie périphérique de Minsk
URL http://journals.openedition.org/communication/docannexe/image/13037/img-7.png
Fichier image/png, 587k
Titre Photo 7. Panneau électoral
URL http://journals.openedition.org/communication/docannexe/image/13037/img-8.png
Fichier image/png, 616k
Titre Photo 8. Manifestant ensanglanté
URL http://journals.openedition.org/communication/docannexe/image/13037/img-9.png
Fichier image/png, 457k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Vitaly Buduchev, « L’actualité d’un pays étranger sous le prisme de la proximité culturelle et éditoriale »Communication [En ligne], vol. 37/2 | 2020, mis en ligne le 07 septembre 2020, consulté le 25 juin 2021. URL : http://journals.openedition.org/communication/13037 ; DOI : https://doi.org/10.4000/communication.13037

Haut de page

Auteur

Vitaly Buduchev

Vitaly Buduchev est Attaché temporaire d’enseignement et de recherche (ATER) à l’Université de Lorraine, membre du Centre de recherche sur les médiations (CREM). Courriel : vbuduchev@gmail.com

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Communication sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search