Navigation – Plan du site

AccueilNumérosvol. 37/2ArticlesLe concept d’espace public à l’ép...

Articles

Le concept d’espace public à l’épreuve des terrains arabophones et subsahariens

Approches communicationnelles
Oumar Kane et Khaled Zouari

Texte intégral

1Penser l’espace public en sciences de la communication au regard des analyses théoriques et empiriques liées aux terrains de recherche arabophones et africains subsahariens nécessite de s’interroger sur la valeur heuristique de ce paradigme, sujet à débats entre chercheurs de diverses disciplines. L’espace public, dont les acceptions sont extrêmement variées, est communément conçu comme un espace de production rationnelle de l’opinion publique par la société civile. La société civile, chez Georg W. F. Hegel (1999), est un moment de médiation entre l’État et la sphère privée. Il se pose dès lors le problème de la tension existant entre l’objectivation d’une rationalité discursive entièrement tournée vers les espaces publics et une subjectivation qui est réputée se construire exclusivement dans la sphère privée. On notera au passage que la première aura pris le pas sur une tentative de comprendre l’espace public en rapport avec la constitution de soi dans le débat contemporain sur la question, à la suite notamment des travaux fondateurs de Hannah Arendt (1961) et de Jürgen Habermas (1962), qui mobilisent respectivement les concepts de domaine public et d’espace public en les opposant à un domaine privé et à une sphère privée. Probablement en raison de sa portée moins spéculative et d’une importante dimension historique, sociologique et communicationnelle, le travail d’Habermas occupe une place centrale dans les recherches en sciences humaines et sociales.

  • 1 Habermas recourt ici au terme de repräsentative Öffentlichkeit pour rendre compte de cette publicit (...)

2Habermas lie l’émergence d’un espace public politique à la diffusion des moyens de communication de masse, à la crise des anciens régimes européens et à la formation d’une culture politique nouvelle et participative. Il admet qu’un espace public aurait préexisté à celui du XVIIIe siècle qu’il décrit, mais il se caractériserait par un manque d’autonomie en ce sens qu’il était informé par une économie de la représentation1 instrumentalisée par les puissants pour se donner à voir au peuple. Cette préhistoire de l’espace public serait parente de la perte d’autonomie à laquelle on assiste présentement et qu’Habermas qualifie de reféodalisation pour bien montrer qu’on assiste à un recul et que la transformation structurelle est une forme de dégénérescence. La différence entre les deux formes (espace public féodal et espace public reféodalisé) se situe dans l’hégémonie exercée par l’instance qui dénie à la rationalité discursive son autonomie : le pouvoir politique et sa représentation au Moyen Âge européen ou la marchandisation économique et la publicité-réclame dans la période contemporaine.

  • 2 Il faudrait à cet égard évaluer son travail historique du point de vue de sa fonction heuristique p (...)

3Pour autant, la reféodalisation à laquelle fait référence Habermas serait biaisée par les sources relatives à l’historiographie médiévale si l’on en croit Stéphane Haber (2011), qui a montré que la mémoire elle-même constituait un enjeu politique et que les registres consulaires censés garder la trace des débats et délibérations dans la France médiévale sont biaisés. La critique historiographique de la thèse habermassienne constitue ainsi une prise de distance « par le haut », si l’on peut dire. « Par le bas », l’opinion publique pose le problème inverse de celui de l’espace public. Sans forcément concevoir l’opinion publique comme un artefact qui agglomère des opinions individuelles atomisées et qui est destiné à servir un dessein partisan (Bourdieu, 1973), il importe cependant de remettre en question le rapport de l’espace public avec la formation d’une opinion publique dite éclairée. Car s’il est vrai que pour Habermas il n’existe d’espaces publics que dans la multiplicité de leurs occurrences hic et nunc, où des êtres situés sociohistoriquement se réalisent en tant que citoyens par l’exercice d’une raison universellement partagée, il devient important d’interroger l’unicité de cet espace dans la mesure où la diversité de ses conformations rend problématique le partage d’une norme commune. Faisant droit aux nombreuses critiques qui lui ont été adressées, Habermas (1992) est revenu sur la genèse de l’espace public bourgeois et sa dégénérescence. Précisant qu’à côté de la sphère publique bourgeoise existe une autre sphère plébéienne, porteuse de normes différentes, l’auteur soutient cependant que l’essentiel est l’éthique de la discussion qui prévaut dans ces sphères différenciées et qui est la condition de leur dialogue mutuel2.

4Les débats sur le bon ou le mauvais usage d’Habermas existent dans de nombreuses disciplines (histoire, philosophie, science politique, sociologie, communication), même si tous les chercheurs reconnaissent la contribution fondatrice du philosophe allemand (Aubin, 2014). En histoire, Stéphane Van Damme (2011) montre que le concept d’espace public se déploie entre la sphère de l’idéologie et celle de la matérialité des moyens de communication. Seyla Benhabib (1996 et 2003) privilégie plutôt une approche interdisciplinaire pour interroger le concept d’espace public à la lumière du concept de démocratie. Dans ses travaux, elle fait référence à Arendt pour évoquer un espace public agonistique basé sur la dimension civique. De nombreux critiques ont par ailleurs insisté sur l’absence de prise en compte de la diversité des expressions civiques à la veille de la Révolution française. C’est par exemple le cas d’Oskar Negt (2007), ancien assistant d’Habermas, qui lui reproche de procéder à une « synthèse illusoire de la totalité sociale ». Deux dimensions absentes abondamment pointées chez Habermas sont la voix des femmes et celle des classes laborieuses. Ces inflexions donneront lieu à moult travaux destinés à réinjecter de la diversité et du conflit dans l’analyse sociohistorique, y compris par la mobilisation du concept de contre-publics subalternes qui « forment des arènes discursives parallèles dans lesquelles les membres des groupes sociaux subordonnés élaborent des contre discours, ce qui leur permet de fournir leur propre interprétation de leurs identités, de leurs intérêts et de leurs besoins » (Fraser, 2005 : 126).

5Au-delà de ces critiques théoriques et méthodologiques devenues classiques, des prises de distance de nature épistémologique sont également possibles. Il serait aisé de montrer avec Michel Foucault (1989) que la distinction entre l’État et la société a son origine dans une épistémè occidentale spécifique. Par conséquent, la plus grande prudence est de rigueur quand on cherche à comprendre des espaces autres (hétérotopies) à travers une grille conceptuelle forgée à partir de l’expérience propre à certaines configurations sociohistoriques. Cela signifie qu’interroger la pertinence de la mobilisation du concept d’espace public dans la production d’une intelligibilité des sociétés non occidentales nécessite de prendre de grandes précautions.

  • 3 En considérant notamment que le medium de l’espace public est pour Habermas l’usage public de la ra (...)

6À l’opposé des débats historiographiques qui évaluent la pertinence de mobiliser le cadre habermassien pour analyser telle ou telle période historique, en sciences de la communication, c’est notre condition historique présente qu’il s’agit d’interroger3. Dès lors, le critère de pertinence ne sera pas temporel, mais spatial dans la mesure où la pertinence d’un décentrement se fait sentir. Dans la discipline communicationnelle, le débat sur l’espace public a notamment été infléchi sous la forme d’une opposition entre l’importance relative du consensus et celle du dissensus dans l’économie générale des interactions langagières. Ces débats renvoient souvent vers la construction et la déconstruction de ce concept ainsi que vers les accords et les désaccords sur ses origines et ses significations. Bernard Miège (1995), par exemple, évoque un espace public « élargi » et « fragmenté » en vue d’intégrer sa diversité du point de vue des sujets débattus et des enjeux impliqués, mais aussi pour prendre en compte la diversité de ses actualisations spatiotemporelles. Peter Dahlgren (1994) propose de tenir compte des intérêts partisans qui occupent une place centrale dans le fonctionnement des sphères publiques concrètes. Ce processus d’ouverture consiste en d’autres termes à réduire la prétention à la rationalité délibérative et à tenir compte d’espaces d’interaction discursive que nous aurions néanmoins avantage à penser « publiquement », si l’on entend par là le caractère public et l’intérêt commun des échanges qui y ont lieu. Dans les travaux en communication qui mobilisent le concept d’espace public, deux catégories sont récurrentes : celle d’espace (comme lieu physique de rencontre de personnes physiques) et celle de technologies (qui mettent en jeu la dimension interactionnelle et discursive corrélative des échanges). Ces deux usages recoupent les deux significations de l’espace public en anglais : public sphere, soit l’espace symbolique d’interactions à visée politique, et public space, soit le lieu concret inscrit dans l’espace physique. Car malgré l’accent mis sur la dimension médiatique ou technologique corrélative de l’essor des plateformes numériques, l’espace physique demeure central dans tout projet de contestation politique dans les terrains arabes et subsahariens : « […] l’expression publique appelle un territoire, celui de la place vide, un espace symbolisant l’espace commun par excellence et un espace partagé au sens de “milieu” » (Nassima, 2016). Cette « occupation » physique de lieux auxquels une signification politique et symbolique est attribuée (place Tahrir en Égypte, Wall Street aux États-Unis, Maïdan en Ukraine, place Taksim en Turquie, place de l’Obélisque au Sénégal, etc.) est tout à fait centrale et demeure récurrente dans les « mouvements sociaux » récents. En d’autres termes, la construction des « publics » est concomitante de leur « mobilisation », et dans ce processus la question de la communication (à travers divers dispositifs technomédiatiques) est centrale. On voit ici le nécessaire travail de conjonction d’une dimension matérielle et d’une fonction symbolique pour interroger le politique.

7Singulièrement, cette matérialité politique et symbolique des places publiques est bien visible dans les cas rarissimes où elles sont désertes.

Photo 1. Matérialité politique et symbolique des places publiques

Photo 1. Matérialité politique et symbolique des places publiques

8Cette absence de toute présence humaine peut être consécutive à des politiques répressives à l’encontre de toute manifestation lorsque les germes de la contestation commencent à émerger et menacent d’essaimer. Mais la pandémie de la COVID-19 en ce mois de mars 2020 permet peut-être pour la première fois depuis longtemps de voir des espaces publics simultanément vides un peu partout à travers la planète.

Photo 2. Désertion

Photo 2. Désertion

9Bien que consécutive à une crise sanitaire mondiale, cette « désertion » n’en revêt pas moins une dimension politique fondamentale, permettant de voir en quoi l’indistinction entre la vie animale (zôê) et la vie proprement humaine (bios) peut devenir l’objet d’une régulation étatique (bios politikos) (Agamben, 1997) qui ne laisse aucune place ni à la société civile ni à l’espace public. On peut donc négativement voir dans cette vacuité des espaces le meilleur indice de leur dimension politique et symbolique au moment même où celle-ci est niée au nom d’impératifs liés à la survie de la collectivité sociale.

10Dans quelle mesure le concept d’espace public (et ses appropriations) est-il utile pour analyser l’articulation entre la communication, le politique et les publics dans les pays arabophones et africains subsahariens ? Telle est l’interrogation centrale qui guide la problématisation dans le présent dossier thématique. L’objectif principal n’est pas de rajouter une nouvelle définition du concept d’espace public en sciences de la communication, mais d’en interroger la valeur heuristique et l’intérêt pour aborder des objets et des contextes sociopolitiques liés aux terrains subsahariens et arabophones.

11Les travaux actuels portant sur les sociétés postrévolutionnaires conquises par la communication abordent la construction de l’espace public (physique et/ou numérique) résultant de l’élargissement de l’espace médiatique, des usages du Web et de l’émergence des médias alternatifs et citoyens (Zouari, 2017). À cet égard, travaillant sur l’espace public arabophone d’avant le printemps arabe, Larbi Chouikha et Éric Gobe (2013) considèrent que dans le contexte tunisien, il y a eu une telle domestication de l’espace public que toute possibilité d’expression critique devient illusoire. Ratiba Hadj-Moussa (2012) évoque des « projections thématiques » pour analyser la pertinence de la notion de « sphère publique arabe » considérée comme un « concept contesté » qui serait cependant plus englobante que la notion de « rue arabe » pour analyser le développement des médias satellitaires et d’Internet. Semia Mihoub étudie pour sa part l’espace public contestataire et le « cybermilitantisme à l’heure de la révolution tunisienne » en évoquant de « fortes velléités de résistance ainsi qu’une forte répression » (2011 : 17). Par ailleurs, Muhammad Ayish (2008) met en exergue le rôle des médias satellitaires dans l’émergence de la sphère publique arabe au Moyen-Orient.

12Pour saisir la contribution réelle des médias à la formation de l’espace public, une avenue possible consisterait à tenter d’évaluer le rôle des médias dans les révolutions arabes. Une lecture critique de ce processus nécessite de relativiser la thèse de l’influence des technologies d’information et de communication sur la construction de l’espace public arabe. À cet égard, Franck Mermier (2009) soutient que l’analyse critique de la place des médias dans la construction de la sphère publique arabe est légitimée par le rôle relatif des médias. L’espace public numérique, selon nous, est de ce fait considéré comme une métaphore, voire une utopie. Comme on peut le constater en s’intéressant de près aux conséquences de l’usage des médias sociaux numériques dans les révolutions (en Syrie, au Yémen et en Libye notamment), l’espace public dans ces aires géographiques semble être en gestation même si les médias traditionnels et numériques et les réseaux sociaux tentent de faire émerger des discours contradictoires et opposés. Dans la perspective critique qui est la nôtre, il est urgent de dissocier l’analyse de l’espace public des approches trop médiacentrées et de développer des approches inscrites dans le temps long, à rebours d’une attention exclusivement portée au surgissement événementiel, soit-il sociopolitique ou géopolitique.

13De fait, dans plusieurs sociétés africaines, la parenté comporte des dimensions à la fois publiques et privées et agglomère des aspects autant politiques que domestiques (Bidima, 2000 ; Mbembé, 1995 ; Vidal, 2001). Par conséquent, la conception d’une scission radicale entre la société civile et l’État sera inadéquate pour comprendre la singularité de certaines expériences particulières du politique quand il interfère constamment et fortement avec les autres sphères de la vie sociale. La pertinence de mobiliser le concept d’espace public nous semble néanmoins défendable, dans la mesure où il est permis de penser à la fois avec Habermas et contre lui l’émergence d’un espace qui ne soit pas nécessairement un tiers-espace distinct de l’État (domaine public qui a prétention à prendre en charge le bien commun) ou du peuple (comme collection de personnes et d’intérêts privés). Cela permet une appropriation possible du concept au service d’analyses attentives à la spécificité sociopolitique des groupements examinés. 

14Tarik Dahou, qui s’est intéressé aux assemblées publiques locales dans le monde rural en Afrique subsaharienne, dénonce la « cécité théorique » qui consiste à ne pas considérer ces institutions comme des espaces publics au seul motif qu’ils ne colleraient pas parfaitement à l’idéal habermassien :

15Des institutions éloignées de l’idéal de l’espace public sont trop vite rejetées dans « les réseaux invisibles », limbes du politique. La position qui consiste à rejeter des formes de délibération au rang de pratiques communautaires du simple fait de leur éloignement de l’idéal de la délibération publique constitue une impasse théorique (Dahou, 2005).

16Des travaux maintenant anciens en anthropologie et en science politique ont montré que la violence fonctionne comme « une constante de l’expérience politique en Afrique. Elle fonctionne comme un des idiomes politiques au moment même où la démocratie s’impose comme référence universelle et incontournable » (Diaw, 2004 : 38). En d’autres termes, pour cette philosophe, c’est le corps lui-même qui devient le site d’un conflit entre l’État et les citoyens. Dès lors se pose avec acuité la question des conditions normatives de possibilité d’une délibération dans des espaces à tel point fragmentés qu’il faut parler d’Afriques au pluriel. Une autre spécificité importante de la pensée politique sur l’Afrique par des Africains concerne une conceptualisation de l’État comme une entité cherchant à acquérir et à conserver le triple monopole de la violence légitime, des ressources économiques et de la vérité. C’est en ce sens qu’une sorte de totalisation émergerait, dont les effets sont notamment visibles sur le corps des femmes.

17Quand la société et le pouvoir politique imposent à la femme des politiques en s’appuyant sur la culture, la tradition ou la religion, les femmes africaines répondent en s’appuyant sur la laïcité, la démocratie, les droits de la personne humaine : c’est la femme qui choisit les sources de légitimation du débat. Une telle posture a permis une réarticulation du privé et du public (Diaw, op. cit. : 43).

18Il s’agit par conséquent d’être attentif au caractère mouvant des dynamiques qui tendent tantôt à expulser de l’espace public vers la sphère privée certains sujets (la religion), tantôt à faire émerger dans l’espace public des questions auparavant reléguées dans l’espace privé (la violence conjugale ou la contraception). Si ces enjeux ne sont en rien propres aux contextes arabes et subsahariens, ils y prennent cependant des contours particuliers, comme le montrent les débats et luttes autour de la réforme du code de la famille dans de nombreux pays arabes et subsahariens. Pour complexifier encore davantage le tableau, il faudrait faire état de travaux montrant l’existence d’espaces publics africains répondant de très près aux critères habermassiens. Ainsi Aghi Bahi (2003) a défendu la thèse selon laquelle en contexte ivoirien la « Sorbonne d’Abidjan » correspondrait de manière quasi idéale à la définition de l’espace public dans la mesure où il s’agit d’un regroupement dans un espace physique de personnes délibérant du bien commun à travers un formalisme stylistique particulier. Les cas de figure sont donc nombreux et permettent tantôt une critique radicale de la conceptualisation habermassienne originelle de l’espace public, tantôt une mise en correspondance montrant la fécondité de son heuristique. C’est par conséquent uniquement sur pièce qu’il est possible de juger de la pertinence de mobiliser le concept d’espace public sur des terrains autres tels que ceux analysés par les contributeurs au présent numéro de la revue Communication.

19Ce numéro thématique interroge en creux la possibilité d’un usage contrôlé du concept d’espace public. Il s’agit de chercher à comprendre de quelle manière l’espace public est investi discursivement et performativement par les différents acteurs et quelles sont les formes d’appropriation et de représentation des espaces publics adaptées pour en avoir une bonne intelligence. C’est en creux la question d’un renouvellement ou d’une adaptation plutôt que d’un abandon du concept qui semble se dessiner dans les contextes arabophones et africains subsahariens analysés dans les quatre articles thématiques du numéro.

20Maria Adib Doss, dans son article intitulé « Les talk-shows en Égypte », mobilise la notion (plutôt que le concept) d’espace public qui « englobe des espaces de lutte pour le peuple et les acteurs de l’opposition, un espace physique et idéologique de rencontre, qui se caractérise par des tensions inévitables entre ces derniers et le régime ». Ce faisant, l’auteure cherche à rendre compte des stratégies protéiformes mobilisées par le pouvoir égyptien pour contrôler les productions médiatiques potentiellement corrosives que sont les talk-shows. Ce genre télévisuel, qui a émergé dans la décennie 2000 dans l’ensemble de la sphère sociale (y compris dans l’espace privé), a servi de plateforme de dialogue et de débat, constituant ainsi, « d’une part, une occasion de publicisation aussi bien pour le public que pour les acteurs politiques et, d’autre part, un défi pour les régimes ». Il s’ensuit que selon les configurations, c’est tantôt le statut d’espace public (consensus), tantôt celui d’arène publique (conflit) qui caractérise les talk-shows égyptiens durant la période considérée. Quoi qu’il en soit, Adib Doss montre bien qu’une dimension anthropologique importante est à prendre en compte, celle de l’oralité et de son accessibilité qui redouble un genre populaire et explique en partie le succès de ces émissions dont le contenu est éminemment sociopolitique puisqu’il traite des préoccupations quotidiennes des citoyens (dysfonctionnement des services, nouvelle augmentation des prix, etc.). Comme dans d’autres pays africains, les talk-shows ont contribué à l’émergence d’une authentique écologie médiatique en démocratisant l’accès au contenu de la presse écrite et en le vulgarisant. La production de revues de presse orales est en effet une tendance lourde qu’on trouve dans de nombreux pays du Maghreb et d’Afrique subsaharienne ; il s’agit d’un genre très prisé qui favorise l’accessibilité des contenus médiatiques à de vastes pans d’une population analphabète. L’auteure montre que des dynamiques de reprise en main du discours médiatique ont lieu à partir de 2013, ce qui témoigne de la disparition des émissions de talk-shows qui ont marqué la dernière décennie du règne de Moubarak et ont accompagné la révolution de janvier 2011.

21Nabila Bouchaala et Aïssa Merah se sont intéressés au cas algérien dans leur article intitulé « L’espace public contestataire à l’épreuve de la délibération en Algérie ». Partant de l’hypothèse de l’émergence d’un espace public contestataire, les auteurs montrent que les discours construits par les slogans sont à mettre en relation avec « une esthétique communicationnelle qui permet à la fois une participation symbolique à la marche et une mise en scène du déploiement de l’être social dans sa communauté lors d’un moment marquant son histoire ». Après avoir évalué l’apport des théoriciens occidentaux de l’espace public et leurs débats internes (Habermas, Fraser, Negt, Thompson), Bouchaala et Merah prennent en compte la spécificité du terrain algérien au vu de la particularité du medium choisi comme objet : le slogan (écrit et oral). Il s’agit d’en évaluer la capacité d’interpellation au regard des conditions sociopolitiques du mouvement étudié (le Hirak).

22Bouchaala et Merah montrent que dans le cas algérien, la prise en compte des espaces ordinaires d’interaction est une condition nécessaire pour porter au jour l’émergence d’une « conscience de la situation d’opprimé » à travers la convergence non de délibérations langagières (comme chez Habermas), mais de formes sémio-discursives expressives particulières (les slogans). Ces slogans performent trois fonctions spécifiques dans le contexte du mouvement : une fonction négative de refus contestataire, une fonction positive d’action de revendication et une fonction productive d’une identité.

23La contribution de Jean-Pierre Sagno intitulée « Postures et mises en scène de la presse satirique dans l’espace public » est d’une originalité certaine au vu de son objet : analyser la contribution des journaux satiriques à la construction d’un espace public en Afrique francophone subsaharienne à travers les interrogations suivantes : Quel est le rôle des journaux satiriques dans la construction de l’espace public ? Comment se mettent-ils en scène ? Peut-on parler d’une homogénéité dans les formes de mises en scène et de traitement de l’actualité ? L’auteur prend soin de clarifier en exergue qu’il ne cherche pas à procéder à une analyse sémio-discursive de la production satirique (caricatures ou images satiriques), mais plutôt à identifier les « les postures et mises en scène des journaux satiriques dans l’activation de l’espace public ». Il s’ensuit que seule une forme subtile de négociation peut expliquer la survie des journaux satiriques dans des environnements où l’affrontement avec les pouvoirs politique et religieux (deux instances particulièrement saillantes dans le contexte burkinabé) est fréquent.

24Mobilisant la littérature en communication pour proposer des distinctions théoriques pertinentes (« espace commun », « espace politique », « espace médiatique », « espace public ») pour son objet, Sagno convoque par ailleurs des théoriciens du politique en Afrique (Bidima, Mbembé, Gazibo) de manière à conférer une double profondeur à son analyse qui se situe à l’intersection de la presse satirique, de l’espace politique et de l’espace public.

25Lassané Yaméogo, dans « Activisme en ligne et transformations sociopolitiques », cherche à « mettre en perspective l’activisme en ligne avec la gouvernance politique afin de saisir les transformations sociales et politiques qui en découlent ». S’intéressant au contexte burkinabé, l’auteur analyse les pratiques info-communicationnelles en ligne à partir d’une perspective sociopolitique. Faisant l’hypothèse d’une relation entre les transformations techno-socio-politiques et l’émergence d’un « cyber contre-pouvoir citoyen » au Burkina Faso, il soutient l’argument selon lequel les webactivistes burkinabés développent un rapport éthique particulier (un éthos) corrélatif d’un espace public considéré comme « alternatif ». Complexifiant le jeu d’acteur auparavant constitué des figures centrales du politicien et du journaliste, le webactiviste (qui se distingue du cybermilitant) parviendrait selon Yaméogo à catalyser l’émergence d’un contre-pouvoir dont l’espace de déploiement serait le Web.

26Ces contributions, qui portant sur les pays arabes (Égypte et Algérie) et subsahariens (Afrique francophone), permettent de voir à l’œuvre une mise en tension des frontières entre le privé et le public, le politique et le médiatique, le présent et l’absent, le dialogue et le conflit. Toutes ces dimensions sont centrales pour une perspective communicationnelle renouvelée sur un concept certes en crise, mais dont un usage critique semble rendre possible la mobilisation dans des espaces anthropologiquement différents, où la finalité du politique n’est toutefois pas fondamentalement différente de celle qu’elle donne à voir sous les cieux arabophones et africains subsahariens.

Haut de page

Bibliographie

AGAMBEN, Giorgio (1997), Homo sacer. Le pouvoir souverain et la vie nue, Paris, Seuil.

ARENDT, Hannah (1961), Condition de l’homme moderne, Paris, Calmann-Lévy.

AUBIN, France (2014), « Entre espace(s) public(s) et sphère(s) publique(s) : bilan des travaux francophones sur une notion », Canadian Journal of Communication, 39(1) : 89-110.

AYISH, Muhammad, (2008), The New Arab Public Sphere, Leipzig, Franck & Timme.

BAHI, Aghi (2003), « La “Sorbonne” d’Abidjan : rêve de démocratie ou naissance d’un espace public ? », Revue africaine de sociologie, 7(1) : 1-17.

BENHABIB, Seyla (1996), Democracy and Difference. Contesting the Boundaries of the Political, Princeton, Princeton University Press.

BENHABIB, Seyla (2003), The Reluctant Modernism of Hannah Arendt, Toronto, Rowman & Littlefield Publishers.

BIDIMA, Jean-Godefroy (2000), « Le corps, la cour et l’espace public », Politique africaine, 77 : 85-106.

BOURDIEU, Pierre (1973), « L’opinion publique n’existe pas », Les Temps modernes, 318 : 1292-1309.

CHOUIKHA, Larbi et Éric GOBE (2013), « La Tunisie en 2012. Heurs et malheurs d’une transition qui n’en finit pas », Année du Maghreb, IX : 385-407.

DAHOU, Tarik (2005), « L’espace public face aux apories des études africaines », Cahiers d’études africaines, 178, mis en ligne le 30 juin 2008. [En ligne]. http://journals.openedition.org/etudesafricaines/5412. Page consultée le 7 décembre 2019.

DAHLGREN, Peter (1994), « L’espace public et les médias. Une nouvelle ère ? », Hermès, 13-14. [En ligne]. http://documents.irevues.inist.fr/bitstream/handle/2042/15528/HERMES_1994_13-14_243.pdf?sequence=1. Page consultée le 7 mars 2020.

DIAW, Aminata (2004), « Nouveaux contours de l’espace public en Afrique », Diogène, 206 : 37-46. [En ligne]. https://www.cairn.info/revue-diogene-2004-2-page-37.htm#. Page consultée le 15 janvier 2020.

FOUCAULT, Michel (1989), « La gouvernementalité », Magazine littéraire, 269 : 97-103.

FRASER, Nancy (2003), « Repenser l’espace public : une contribution à la critique de la démocratie réellement existante », dans Emmanuel RENAUD et Yves SINTOMER (dir.), Où en est la théorie critique ?, Paris, La Découverte, p. 103-134.

FRASER, Nancy (2005), Qu’est-ce que la justice sociale ? Reconnaissance et distribution, Paris, La Découverte.

GOBE, Éric et Larbi CHOUIKHA (2011), « La force de la désobéissance : retour sur la chute du régime de Ben Ali », Tiers-Monde, 5 : 219-226.

HABER, Stéphane (2011), « Pour historiciser L’espace public de Habermas », dans Patrick BOUCHERON et Nicolas OFFENSTADT (dir.), L’espace public au Moyen Âge. Débats autour de Jürgen Habermas, Paris, Presses universitaires de France, p. 25-41.

HABERMAS, Jürgen (1962), L’espace public : archéologie de la publicité comme dimension constitutive de la société bourgeoise, Paris, Payot.

HABERMAS, Jürgen (1992), « L’espace public, 30 ans après », Quaderni, 18 : 161-191.

HADJ-MOUSSA, Ratiba (2012), « Sur un concept contesté : la sphère publique arabe est-elle soluble dans les médias ? » Anthropologie et sociétés, 36(1-2) : 161-180. [En ligne]. https://doi.org/10.7202/1011722ar. Page consultée le 21 mars 2020.

HEGEL, Georg W. F. (1999), Principes de la philosophie du droit, Paris, Flammarion.

MBEMBÉ, Achille (1995), « Notes provisoires sur la postcolonie », Politique africaine, 60 : 76-109.

MERMIER, Franck (2009), « Médias et espace public panarabe : de quoi parle-t-on ? », dans Khadija MOHSEN-FINAN (dir.), Les médias en Méditerranée. Nouveaux médias, monde arabe et relations internationales, Paris, Actes Sud-MMSH-Barzakh, p. 74-91.

MIÈGE, Bernard (1995), « L’espace public : au-delà de la sphère politique », Hermès, 17-18 : 49-62.

MIÈGE, Bernard (2010), L’espace public contemporain. Approche info-communicationnelle, Grenoble, Presses universitaires de Grenoble.

MIHOUB, Semia (2011), « Le cyberactivisme à l’heure de la révolution tunisienne », Archivio Antropologico Mediterraneo 2(13) : 17-31. [En ligne]. https://archivesic.ccsd.cnrs.fr/sic_00678440/document. Page consultée le 23 mars 2020

NASSIMA, Dris (2016), « Introduction. Repenser l’espace public à l’aune des transformations sociales contemporaines », Les Cahiers d’EMAM, 28, mis en ligne le 21 juillet 2016. [En ligne]. http://journals.openedition.org/emam/1194. Page consultée le 24 février 2020.

NEGT, Oskar (2007), L’espace public oppositionnel, Paris, Payot.

VAN DAMME, Stéphane (2011), « “Farewell Habermas” ? Deux décennies d’études sur l’espace public », dans Patrick BOUCHERON et Nicolas OFFENSTADT (dir.), L’espace public au Moyen Âge. Débats autour de Jürgen Habermas, Paris, Presses universitaires de France, p. 43-61.

VIDAL, Claudine (2001), « Sphère “publique”, sphère “privée” : juridictions coutumières, juridictions d’État », dans Gérard WINTER (dir.), Inégalités et politique publique en Afrique, Paris, Karthala, p. 181-193.

ZOUARI, Khaled (2017), « Les TIC et le printemps arabe : réflexions autour de l’espace public numérique », dans Maude BONENFANT, Fabien DUMAIS et Gabrielle TREPANIER-JOBIN (dir.), Les pratiques transformatrices des espaces socio-numériques, Québec, Presses universitaires du Québec, Coll. « Les Cahiers du Gerse », p. 105-118.

Haut de page

Notes

1 Habermas recourt ici au terme de repräsentative Öffentlichkeit pour rendre compte de cette publicité ritualisée par le pouvoir pour se donner à voir.

2 Il faudrait à cet égard évaluer son travail historique du point de vue de sa fonction heuristique plutôt que de sa valeur documentaire (Van Damme, 2011).

3 En considérant notamment que le medium de l’espace public est pour Habermas l’usage public de la raison.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Photo 1. Matérialité politique et symbolique des places publiques
URL http://journals.openedition.org/communication/docannexe/image/13076/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 287k
Titre Photo 2. Désertion
URL http://journals.openedition.org/communication/docannexe/image/13076/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 409k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Oumar Kane et Khaled Zouari, « Le concept d’espace public à l’épreuve des terrains arabophones et subsahariens »Communication [En ligne], vol. 37/2 | 2020, mis en ligne le 07 septembre 2020, consulté le 25 juin 2021. URL : http://journals.openedition.org/communication/13076 ; DOI : https://doi.org/10.4000/communication.13076

Haut de page

Auteurs

Oumar Kane

Oumar Kane est professeur titulaire au Département de communication sociale et publique, Université du Québec à Montréal. Courriel : kane.oumar@uqam.ca

Khaled Zouari

Khaled Zouari est maître de conférences, UFR Langues, culture et communication et membre du Laboratoire communication et sociétés, Université Clermont-Auvergne. Courriel : khaled.zouari@uca.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Communication sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search