Navigation – Plan du site

AccueilNumérosvol. 37/2ArticlesLes talk-shows en Égypte

Articles

Les talk-shows en Égypte

Maria Adib Doss

Résumés

À travers l’étude des talk-shows au sein de l’Égypte prérévolutionnaire, et dans le contexte de la naissance des médias télévisuels, l’auteure s’interroge sur la manière dont ces émissions ont marqué cet espace public. Elle questionne ensuite le sort de ce phénomène télévisuel, dans un contexte de restauration autoritaire. Pour analyser ces dynamiques, l’auteure suit le parcours de plusieurs émissions, se basant principalement sur une série d’entretiens menés auprès de professionnels de ces émissions et des acteurs des sphères politique et sociale.

Haut de page

Texte intégral

1Le cas égyptien représente un paradoxe clair entre une sphère publique politique et médiatique mouvante et conflictuelle sous Moubarak et une sphère publique verrouillée après juillet 2013. Le présent article revient sur le contexte autoritaire particulier avant janvier 2011, celui d’un régime durable et consolidé caractérisé par un degré de « dissonance autorisé au sein de nombreux espaces publics partiels, moins surveillés, et plus libres dans l’expression de la critique » (Vannetzel, 2011).

2Cet article a pour but d’analyser quatre différentes dynamiques qui ont caractérisé la scène politico-médiatique sous Moubarak. Il vise à mettre en exergue le rôle qu’y ont joué les médias télévisuels à travers l’étude du dispositif des talk-shows, ces émissions qui ont foisonné à la télévision égyptienne et qui ont marqué la scène médiatique et politique du pays. Les talk-shows sont nés dans un contexte où le régime égyptien s’est livré à une ouverture graduelle de l’espace public aussi bien médiatique que politique, dans le but d’améliorer son image à l’international, mais aussi dans celui de neutraliser l’opposition interne.

3L’espace public peut être défini de plusieurs façons, d’un concept strictement juridique qui « régule le bien et droits d’accès aux lieux physiques » (Staiger, 2009 : 310) au concept plus symbolique habermassien. Il s’agit d’un terme sociopolitique définissant le domaine entre la société civile et l’État, « qui représente la condition dans laquelle le débat public pourrait devenir une base d’une action politique » (ibid.). Ici, l’expression « espace public » sera utilisée dans le sens le plus large et le plus inclusif en tant qu’espace englobant des espaces de lutte pour le peuple et les acteurs de l’opposition, un espace physique et idéologique de rencontre, qui se caractérise par des tensions inévitables entre ces derniers et le régime.

4En fait, le terme principal de notre étude, les talk-shows, se traduit en arabe par al-barameg al-hiwareya, ce qui signifie « émissions dialogiques ». Ainsi, selon cette expression, la composante initiale s’avère le débat ou le dialogue, et moins le spectacle ou le show. Dans le cas égyptien, les émissions communément appelées ainsi désignent le type d’émission sociopolitique apparue durant la dernière décennie du règne de Moubarak et qui a accompagné la naissance des chaînes satellitaires privées. Ces émissions étaient conçues à la base pour contourner les lois de l’audiovisuel, lesquelles interdisaient la diffusion de journaux télévisés (JT) sur les chaînes privées, les JT demeurant le monopole de la télévision publique. C’est ce qui explique que certains des professionnels et spécialistes des médias en Égypte préfèrent parfois les définir comme des « émissions d’affaires courantes ». Chaque soir, les téléspectateurs égyptiens zappaient d’une chaîne à une autre pour suivre l’actualité présentée par ces émissions où l’on voyait les animateurs vedettes défier en direct les responsables publics. Ce phénomène a occupé les heures de prime time (entre 20 h et 23 h) des grilles de programmes des chaînes généralistes, remplaçant ainsi les fameuses séries télévisées. Le succès de ces émissions d’un tel format s’est illustré par la multiplication de leur nombre et a poussé la télévision publique à introduire son propre talk-show produit par le secteur privé, qui a disparu en 2011 à la suite d’une couverture des révoltes jugée scandaleuse.

5Sans porter de jugement normatif sur la rationalité des arguments qui y circulent, il est possible de dire que l’espace public est devenu, dans les années 2000, un espace d’intermédiation, de discussion, de confrontation entre l’État et la société civile, où l’État peut être confronté à la critique et accepte d’y répondre (Guaaybess, 2005). L’étude de la télévision et notamment des talk-shows est cruciale à cet égard, car ils ont constitué le principal lieu où s’affrontaient et s’opposaient les différents protagonistes pour se légitimer et pour décrédibiliser le camp adverse.

6La présente étude adopte une perspective nationale pour affirmer que les systèmes médiatiques sont avant tout tributaires des contextes nationaux, et surtout de la relation entre le régime politique en place et l’espace public.

7Partant de l’étude du contexte d’émergence de ce dispositif au sein de l’Égypte prérévolutionnaire, l’article s’interroge sur la manière dont ces émissions ont marqué cet espace public avant janvier 2011. Comment ont-elles nourri des dynamiques contradictoires de l’autoritarisme ouvert ?

  • 1 Il est à noter que la liste est répartie en deux catégories : les professionnels des médias et les (...)

8Pour analyser ces dynamiques, l’article propose d’étudier le processus d’émergence et de disparition de plusieurs émissions, mobilisant une étude de terrain menée dans le cadre de notre étude doctorale, entre octobre 2012 et juin 2015, dans des conditions politiques d’une extrême complexité. Cette étude est constituée d’une cinquantaine d’entretiens, avec des professionnels de ces émissions, des rédacteurs et animateurs, des militants et certains responsables politiques1. Ces entretiens ont été complétés par deux autres matériaux, notamment les visites de plateaux et des sièges des chaînes. Cela nous a permis d’assister au tournage des émissions à la régie et d’accéder aux salons d’attente des invités. Ces visites nous ont permis de voir non seulement l’interaction concrète entre les invités des plateaux et les professionnels du talk-show en suivant des fragments des conversations qui se déroulaient entre eux, mais aussi comment l’identité des protagonistes présentés sur le plateau était discutée et comment était effectué le filtrage des appels téléphoniques. Nous avons procédé aussi à une analyse approfondie de plusieurs émissions à travers une analyse qualitative des interactions et échanges qui ont eu lieu sur le plateau. Cette étude s’est étendue de 2010 à 2013 et a porté sur cinq émissions différentes. À travers la sélection de séquences, nous étudions certains échanges qui se sont déroulés sur les plateaux. Les séquences choisies représentent des exemples qui expliquent notre analyse. Parmi les critères de sélection, nous avons mis l’accent sur les séquences qui marquaient un degré important de conflictualité ou au contraire de complicité extrême envers les invités et leurs positions. Certaines séquences furent aussi considérées comme « performatives » par les acteurs eux-mêmes, citées à maintes reprises dans nos interviews ou dans leurs biographies.

9Il s’est avéré indispensable de faire parler ces séquences en analysant l’échange, notamment la collaboration ou la conflictualité des animateurs à l’égard des invités et des témoins, ainsi qu’en élaborant une grille d’analyse détaillée (voir le tableau suivant).

  • 2 Dans les articles de Guaaybess (2005) et de Weizman (2006), le défi est étudié linguistiquement lor (...)
  • 3 Le tableau, élaboré par nos soins, est inspiré de plusieurs études publiées dans un ancien numéro ( (...)

10La position de l’animateur par rapport au débat, qui s’exprime par un ensemble d’éléments de son discours ainsi que par d’autres éléments non verbaux, est en fait un élément décisif. En d’autres termes, défier ou collaborer dépend de plusieurs autres éléments que le discours2 tels que la tonalité de l’échange ou la gestuelle. Un invité peut ainsi très bien être défié par un sourire ou un rire moqueur de l’animateur3.

Tableau 1. Typologie des principales interactions sur un plateau

Tableau 1. Typologie des principales interactions sur un plateau

Légende : a) il s’agit d’une non-validation à visée coopérative ; b) ce sont des demandes d’information ou de prise de position, toutes contre-orientées par l’attaque, la moquerie ou la critique.

Les dynamiques de l’autoritarisme sous Moubarak

11La problématique de l’étude de l’autoritarisme en général, et dans le monde arabe avant 2011 en particulier (Heydemann, 2002 : 54), interroge la nature et des mécanismes « des dynamiques qui garantissent le maintien des autocrates arabes » et « des ressorts de l’autoritarisme et de sa persistance » (Droz-Vincent, 2004), ainsi que les raisons de la longévité de ces régimes. Ces études tentent d’analyser les « manières dont l’autoritarisme politique arrive à se rendre légitime et à se faire accepter par les sociétés » (Ben Néfissa, 2015 : 3), en favorisant les termes d’« autocraties libéralisées » (Brumberg, 2002), d’« autocraties adaptatives » (Brumberg, 2004 : 7), de « régimes hybrides » ou de « régimes autoritaires compétitifs » (Fawzy, 2010 : 41). Daniel Brumberg a expliqué ce paradoxe des régimes arabes par ce qu’il a appelé les « stratégies de survie », qui expliquent comment ces régimes ont procédé à une ouverture et sont entrés dans le jeu d’une transition sans issue tout en évitant leur défaite, défiant ainsi tout modèle linéaire de démocratisation. Il s’agit d’une adaptation et d’une ouverture tactique à travers la mise en place d’une atmosphère de libéralisation politique illusoire (Kienle, 2000), tout en gardant toujours le privilège d’intervenir pour arrêter ceux qui dépassent le seuil de ce qui est permis par le régime. De ce fait, la libéralisation n’est pas linéaire, mais plutôt cyclique et adaptative. Dans le cas égyptien, lorsque la pression monte, à la fois au sein de la société et de l’extérieur, comme celle due à l’invasion américaine de l’Irak par exemple, le régime assouplit les contraintes et permet plus d’activités civiques et une arène électorale plus ouverte. Cela dure jusqu’à ce que l’opposition politique paraisse menacer les règles du jeu établies par le régime, et dans ce cas ce dernier ne tarde pas à retourner aux méthodes de truquage des élections, de rétrécissement de l’espace politique et d’arrestation des militants (Brumberg, 2003).

12L’espace public égyptien sous le régime de Moubarak est donc à étudier dans ce contexte. L’ouverture tolérée au départ par le régime égyptien a conduit à un élargissement progressif de celle-ci et à la multiplication des espaces de lutte. Frédéric Vairel définit les « espaces de conflit » logés au sein des systèmes autoritaires comme suit :

Une partie du monde social construite en même temps contre le domaine politique et ses institutions formelles et en référence à eux. Dans les espaces contentieux, les acteurs partagent l’idée que l’évolution de la politique par les mobilisations et l’activisme politique est possible. Ils ont également des pratiques et des compétences communes concernant les modes d’action : en rédigeant une déclaration, en organisant un sit-in, en créant une ONG ou un groupe rassemblant des personnes autour d’une cause. Les personnes actives dans ces espaces de litiges partagent aussi la camaraderie politique et l’amitié. En dépit de leurs positions politiques diverses ou même opposées ou de leurs concurrents, elles partagent une histoire de répression et de prison (2011 : 27-28).

13Les arènes contentieuses sont une manière de neutraliser toute menace éventuelle susceptible de bouleverser les règles du jeu. Ainsi l’espace public devient-il une sphère de conflictualité permanente entre un régime autoritaire doté d’outils de régulation à géométrie variable et une société civile active.

14En ce sens, il faut considérer les talk-shows comme une manifestation de ces stratégies adaptatives de survie du régime autoritaire, qui ont contribué, au sein de cette sphère active, à ses dynamiques. Leur rôle est à comprendre selon cette perspective (Zayani, 2014 : 16). En Égypte, dans les années 2000, les talk-shows ont pu créer un espace privilégié pour la diffusion publique d’informations et l’échange de points de vue. Leur omniprésence sur une myriade de chaînes satellitaires a fait participer les téléspectateurs et engendré des discussions en aval dans les cafés, les domiciles et les salons, les gens parlant de ce qui a été diffusé la veille au soir : « [Les talk-shows] ont la capacité unique de servir de plateforme pour le dialogue politique et le débat qui pourraient remettre en cause le statu quo politique arabe stagnant » (Lynch, 2006 : 26-33). Cette arène constitue donc, d’une part, une occasion de publicisation aussi bien pour le public que pour les acteurs politiques et, d’autre part, un défi pour les régimes. Dans ce contexte, les talk-shows sont l’un des acteurs majeurs de cette sphère publique dynamique, constituant une arène supplémentaire de lutte entre les acteurs politiques et sociaux et le régime.

15En l’absence de véritables partis politiques, de Parlement à majorité effective, et avec les pratiques répressives contre l’opposition, le rôle d’intermédiaire des médias de masse (Hafez, 2004) entre l’État et la société a dépassé très largement la simple fonction d’informer ou même de contribuer à la construction du sens des choses en rapportant et en commentant les faits.

L’ouverture de l’espace télévisuel

  • 4 Hamdi Kandil, journaliste marquant du champ journalistique égyptien, présentateur de talk-show impo (...)
  • 5 Hassan Nassrallah est un homme politique libanais, secrétaire générale de l’organisation chiite du (...)
  • 6 Président du Yémen (1990-2012).
  • 7 Homme politique soudanais et président du Soudan dans les années 1960 et 1980.

16L’ouverture a en fait débuté dans les années 1990 et s’est accélérée dans les années 2000. Le monopole de la circulation de l’information sur le territoire national a longtemps été le privilège de l’État égyptien. Une réelle ouverture n’a vraiment eu lieu que lorsqu’il s’est trouvé contraint de suivre ce que Tourya Guaaybess a appelé la « trajectoire de dépendance » (2013) en matière de politique médiatique. Le monopole absolu a été en partie responsable de l’inertie des institutions médiatiques qui pénalisait la place de l’Égypte en matière d’audiovisuel lors de la montée d’une concurrence régionale, notamment avec la couverture de la première guerre du Golfe. Et ce, car pendant des décennies, l’Égypte avait la suprématie dans la région en ce qui concerne la production cinématographique et audiovisuelle. S’ajoutait à cela l’émergence d’autres sources d’information, notamment les chaînes satellitaires panarabes telles qu’Al Jazeera et les bouquets arabes spécialisés, comme A.R.T ARAB Radio and Television (bouquet payant), Orbit (cryptée et payante) et MBC (non payante), financées par des fonds saoudiens. Ainsi le public national était-il de moins en moins soumis au message unique officiel. Ces chaînes ont attiré un nombre considérable d’animateurs vedettes de l’époque. À titre d’exemple, Hamdi Kandil4 animant une émission de talk-show sur ART, diffusée à 22 h et intitulée Avec Hamdi Kandil (1996-1997). Bien avant qu’Al Jazeera ne le fasse, il a interviewé des leaders de la région comme Yasser Arafat, Hassan Nasrallah5, Ali Abdallah Saleh6 ou Sadek al-Mahdi7. Avec son style habituel mêlant sérieux et satire et avec son ton critique, Kandil faisait une revue de la presse avant de recevoir ses invités. Les journaux en Égypte ont d’ailleurs très souvent repris ses propos, qui faisaient l’objet de nombreux commentaires de la part des éditorialistes.

17Cette nouvelle configuration a représenté un double défi à l’État égyptien. D’une part, ces écrans panarabes accueillaient les critiques, difficilement censurables, adressées aux politiques de l’État égyptien. D’autre part, ils adoptaient les nouveaux standards occidentalisés de l’industrie télévisuelle, qui ont mis en lumière une télévision étatique obsolète. La nécessité de modernisation était évidente pour l’État égyptien. Elle s’est manifestée dans l’investissement dans des projets grandioses, notamment le lancement des satellites de télédiffusion directe Nilesat 101, le 28 avril 1998, et Nilesat 102, le 17 août 2000 — tous deux gérés par une société d’économie mixte, Nilesat. Puis a suivi la création de la Zone franche des médias en janvier 2000, régie par la Loi de l’investissement et située au sein de la Cité des médias, un complexe pour la production médiatique et cinématographique, qui a accueilli par la suite les chaînes satellitaires privées. Une deuxième stratégie a consisté à moderniser la télévision publique en introduisant de nouvelles chaînes thématiques, mais aussi à faire appel à des journalistes critiques, notamment Kandil, pour animer l’émission Raïs Al-Tahrir (« Rédacteur en chef ») diffusée sur la télévision publique. Cette émission, bien qu’elle soit hebdomadaire et préenregistrée — ce qui la distingue du format évolué des talk-shows —, a fait partie d’une tentative de modernisation de la télévision très tôt, en 1998. Elle a été mise en place par le ministre de l’Information Safwat Al Sharif, le ministre au plus long règne (1982-2004). Bien qu’elle n’ait évidemment pas échappé à la censure, puisqu’elle a même été interdite à plusieurs reprises entre 1998 et 2003 (Kandil, 2014), elle a bénéficié d’une grande autonomie. Son apport est lié au fait qu’elle a élevé le seuil des critiques au sein de la télévision publique, accueillant les opposants au régime qui s’exprimaient sur les écrans panarabes. L’émission de Kandil fut même désignée comme « le parti politique de l’opposition à la télévision étatique » (Al Shahat, 2013), selon les critères de l’époque. Lors du début de l’Intifada palestinienne en 2000, l’émission était très active et a même lancé des campagnes de boycottage des produits américains et israéliens, mais elle appelait aussi à des manifestations pacifiques contre la politique étrangère de l’Égypte. Et enfin, la dernière stratégie étatique, fut celle d’autoriser le secteur privé de lancer des chaînes satellitaires.

Les chaînes privées et les premiers talk-shows

  • 8 Amr Khafagy est un journaliste au parcours exceptionnel : il a travaillé durant les années 1980 à R (...)
  • 9 L’un des fondateurs d’ART. Depuis 1975, il a travaillé dans le secteur de l’ingénierie audiovisuel (...)

18Le lancement d’une chaîne privée fut en fait un privilège accordé à un certain nombre d’hommes d’affaires proches du régime, ce qui assurait pour celui-ci une certaine mainmise sur le contenu des nouvelles venues. Deux chaînes furent lancées : la première, Dream TV, en septembre 2001, et la seconde, Al-Mehwar (« L’axe »), financée par Hassan Rateb. Le fondateur de la chaîne Dream TV était le président du groupe Bahgat, qui possède de nombreuses entreprises égyptiennes dans les domaines de l’électronique, des réseaux de communication, des technologies de l’information, des meubles, de la construction et du divertissement. Dream TV a été mise en place par des spécialistes des médias assez réputés, dont Amr Khafagy8 et Ossama Al-Sheikh9, qui venait de quitter ART.

  • 10 Entretien avec Amr Khafagy, le 7 septembre 2014, au siège administratif de ONTV à Zamalek.
  • 11 Journaliste et animatrice réputée connue pour son approche sensationnaliste.
  • 12 Sa mort prématurée en 2008 a eu un grand écho et a mis fin à une carrière exceptionnelle. Sa colonn (...)
  • 13 Quotidien créé en 2004 à l’approche des élections présidentielles.

19La chaîne devint une deuxième école, après la télévision publique, pour tout un groupe de professionnels des médias télévisuels. Dans ses premières années, elle présentait un contenu audacieux, peu commun à l’époque. Selon la charte de la Cité des médias que devaient signer les chaînes, Dream TV dut faire face à la contrainte qui limitait la marge de manœuvre d’une chaîne libellée « généraliste », en prohibant la production ou la diffusion de JT ou même tout contenu informationnel, domaine exclusif de la télévision publique. L’information était pour les fondateurs de la chaîne une composante primordiale de la programmation, considérée comme la clé du succès de n’importe quel projet médiatique10, surtout avec la concurrence panarabe. La stratégie de Dream, selon ses concepteurs, fut donc de contourner la clause en ayant recours à des émissions que nous pourrions appeler « à la Hamdi Kandil ». En 2002, Dream II était lancée en tant que chaîne culturelle et politique, contrairement à son aînée, limitée au divertissement. Les talk-shows ont donc été une solution adaptée permettant de concilier ces deux exigences. La chaîne Dream II a fait appel à un ensemble d’animateurs et de journalistes pour mettre en œuvre une stratégie de « top-talkers » (Osman, 2004), dont Hala Sarhane11, vice-présidente de la chaîne, fait elle-même partie. Parmi ces premiers top-talkers, on compte les personnes suivantes : Ibrahim Issa, journaliste controversé et figure journalistique de premier plan à partir des années 1990, animait l’émission hebdomadaire Ala Al kahwa (« Au café »), Magdy Mahanna12, l’un des fondateurs du quotidien Al-Masry al-Youm (« L’Égyptien aujourd’hui »)13, animait une émission qui portait le même nom que sa colonne quotidienne Fi al-mamnou’aa (« Au sein de l’interdit ») et enfin Hamdi Kandil, qui venait de quitter la télévision publique en transposant vers la chaîne de Dream son programme Raïs al-tahrir.

20La plupart des émissions étaient hebdomadaires et non pas quotidiennes comme par la suite, préenregistrées et non pas diffusées en direct. Elles étaient donc exposées à la censure, qui coupait au montage des parties importantes des dialogues en fonction des lignes rouges extensibles. Au chapitre du contenu, elles étaient consacrées à l’analyse d’un sujet d’actualité choisi au préalable. L’impact de la chaîne fut non négligeable dans ses premières années, et à travers ses talk-shows, elle réussit à développer le dialogue à la télévision, permettant aux téléspectateurs égyptiens un accès sans précédent à des discussions sur des problèmes propres à l’Égypte, en contraste avec le contenu panarabe d’Al Jazeera (Sakr, 2012 : 326). Elle a ainsi franchi une étape importante dans la discussion des affaires nationales et son audace concernait non seulement la scène panarabe et les questions régionales, mais aussi les affaires intérieures.

21En revanche, les problèmes financiers de son propriétaire Ahmed Bahgat ont été le moyen de pression le plus récurrent utilisé contre la chaîne en cas de dépassement du seuil des critiques tolérées à l’époque (Hamdy, 2002). À tel point qu’entre 2002 et fin 2004, Dream avait perdu la plupart de ses animateurs et ses principaux talk-shows. Il a fallu attendre l’année 2005 pour qu’un nouveau souffle soit donné non seulement à la chaîne, mais également à tout le paysage politico-médiatique, comme nous le verrons plus loin.

  • 14 Le parti du pouvoir.

22La ligne éditoriale de la chaîne Al-Mehwar (« L’axe ») est demeurée quant à elle peu ambitieuse par comparaison avec Dream, plus avant-gardiste et audacieuse par rapport à la marge tolérée. Les talk-shows, qui sont venus compléter la grille de programmation, eurent recours à des profils de journalistes et d’animateurs proches du régime ou qui respectaient du moins ces fameuses lignes rouges à géométrie variable. Fondée par Hassan Rateb, cette chaîne a également été lancée fin 2001 ou officiellement en janvier 2002. À l’époque, la composition de son bureau d’administration reflétait sa proximité avec le pouvoir. Le bureau était constitué du président de l’URTE, du directeur de la Société égyptienne des satellites Nilesat, du directeur de la Cité des médias ainsi que de quelques figures du Parti national démocrate (PND)14. Tout donne à voir qu’Al-Mehwar était le fruit d’un partenariat entre le régime et une élite économique pro-régime (Fandy, 2007 : 28).

23La nouvelle phase, qui a débuté en 2005, a constitué une tournure quant à la parole critique exprimée dans les talk-shows.

La période d’intensification de la parole politique

  • 15 Entretien avec Amany Al-Khayat, présentatrice de JT à la télévision publique et animatrice de talk- (...)

24Une succession d’évolutions a créé un terrain propice à la prolifération d’une parole politique dissidente à la télévision15,mais aussi à la multiplication des espaces d’expression : la rue, la presse écrite et Internet. Si nous voulions résumer les mutations des cinq années qui ont précédé janvier 2011, ce serait par l’introduction du « débat sur le changement » ou la recherche d’une solution de rechange à un règne interminable.

25L’activisme de rue a été l’élément le plus marquant de cette époque. Il exprimait une frustration importante face au projet dit de Tawrith : la succession héréditaire du pouvoir de Moubarak père à Moubarak fils. Gamal Moubarak avait rejoint le parti du pouvoir en 2000. Lors de la neuvième Conférence générale du PND en 2007, il a été nommé secrétaire général adjoint du parti et secrétaire du comité des politiques. En 2004-2005, la scène politique égyptienne a connu des vagues importantes de contestation purement politique sous l’égide du mouvement Kefaya (« Ça suffit ») (Abdallah, 2012) en réaction aux préparatifs secrets et ambigus menés au palais présidentiel. Les courants de l’opposition rassemblés autour des questions panarabes ont formé un collectif réclamant la fin du règne de Moubarak, qui durait depuis 25 longues années. Face à ces pressions, Moubarak décida d’entamer des amendements constitutionnels, dont l’amendement de l’article 76 de la Constitution permettant la mise en place d’une élection présidentielle, pour la première fois de l’histoire égyptienne. En effet, cela se faisait jusque-là par voie référendaire, et l’élection était souvent remportée avec des scores qui dépassaient les 90 %.

26Durant cette période, le paysage journalistique a connu la montée en puissance d’une presse privée dynamique. La presse écrite a constitué la première et principale alliée des mouvements sociaux. C’est ce qu’a noté, à juste titre, Sarah Ben Néfissa : « La source principale d’information sur les mouvements sociaux a été la presse privée indépendante et les tentatives de fournir des chiffres à ce propos se basent principalement sur trois journaux privés, Al-Badîl (“L’alternatif”) né en 2007, Al-Masry al-Youm né en 2004 et Al Dostour (né en 1995 offshore puis réinauguré en 2003 en Égypte) » (2014 : 145).

27Cette presse écrite a été également l’alliée des talk-shows. Ces émissions lui sont redevables des grandes plumes qui ont fait croître leur audience, en tant qu’animateurs ou en tant qu’invités, comme celles d’Ibrahim Issa, Adel Hamouda, Wael Al-Ebrachy, Hamdi Kandil et bien d’autres. S’ajoute à cela que la presse constituait la principale source d’information de ces émissions, à travers les articles et le journalisme d’investigation : ces riches matériaux et articles étaient discutés chaque soir à la télévision. Un troisième apport majeur de la presse écrite fut les équipes de rédaction. La plupart d’entre elles, à cette époque, étaient composées de journalistes. Notre enquête a en effet montré qu’il s’agit de plusieurs espaces de lutte entrelacés et interdépendants.

  • 16 Mahmoud Mossalam présentait entre 2007 et 2010 une émission de talk-show sur la chaîne Al-Mehwar.

28Les exemples ne manquent pas. Khaled Al-Balchy, journaliste de gauche et rédacteur en chef d’Al-Badîl (« L’alternatif », de 2008 à 2009 en version papier et depuis 2010 en version électronique), était le rédacteur en chef des séquences politiques de l’émission de Dina Abdel Rahman sur la chaîne Dream, mais il a aussi été le rédacteur en chef de l’émission Al Soura al kamela (« L’image complète ») sur la chaîne ONTV animée par une présentatrice libanaise, Liliane Daoud, de 2012 à début 2014. La rédactrice en chef adjointe de l’émission Akher Kalam, Samar Al-Gamal, était journaliste à Al-Ahram Hebdo (hebdomadaire francophone) et Al-Shorouk (« L’aube »). Walid Ramadan, journaliste à Al-Ahram, était le rédacteur en chef des émissions de Khaïry Ramadan Al Beit-Beitak (« Fais comme chez toi ») à la télévision publique, puis de son émission Momken (« C’est possible ») sur la chaîne CBC après janvier 2011. Le rédacteur en chef de l’émission d’Al-Hayah Al-Yaoûm était Mahmoud Mossalam16 et celui de l’émission de Rola Kharsa sur la chaîne Sada Al Balad après janvier 2011 était Amir Lachin, journaliste au quotidien public Al-Akhba  Les Nouvelles »). Le rédacteur en chef de la première émission d’Ahmed Moussa (2012-2014), celle de la chaîne Al-Tahrir avant son départ pour la chaîne Sada Al-Balad à partir de 2014, était un journaliste réputé du quotidien public Al-Ahram, Ahmed Farghaly (Adib Doss, 2018 : 156).

Les talk-shows de la nouvelle phase

29Accompagnant ce dynamisme, un nouveau format d’émission a émergé à la télévision. Cette nouvelle phase se caractérise par l’augmentation du nombre de talk-shows, mais aussi par leur nature : ces émissions sont devenues quotidiennes, alors qu’elles étaient jusque-là hebdomadaires, désormais diffusées en direct et en prime time entre 21 h et minuit. De plus, la durée d’une émission variait de deux heures à deux heures trente. Elles se sont peu à peu invitées au sein des foyers dans des tranches horaires d’intimité familiale. Les émissions commençaient par un monologue de l’animateur suivi par une revue de presse, des reportages sur les événements de la journée, avant de passer aux séquences de débat où étaient reçus un ou plusieurs responsables. La grille de programmation des télévisions s’est peu à peu enrichie de talk-shows matinaux qui correspondaient aux caractéristiques de leurs équivalents du soir.

30La personnalité de l’animateur lui octroyait un statut particulier qui lui permettait de bénéficier d’une certaine forme d’indépendance par rapport à la chaîne. Celle-ci était tributaire de deux critères indissociables : les recettes publicitaires (plus celles-ci sont élevées, plus l’émission reste au centre de la programmation) ainsi que la capacité de l’émission à accueillir et à attirer le plus de responsables étatiques, en les poussant à s’exprimer, à se défendre, voire à rendre des comptes au public sur leur plateau.

  • 17 Entretien avec Amr Khafagy, ex-animateur de l’émission Telt Al Talata (« Le tiers du trois quart ») (...)
  • 18 C’est un centre d’étude des médias affilié à l’Université américaine du Caire. Des informations sup (...)

31À la tête de cette liste vient l’émission Al-Ashera Mass’an (« 10 heures du soir »), diffusée sur Dream TV à partir de juin 2005 pour couvrir les élections présidentielles et qui a sauvé la chaîne de la faillite après la crise dont nous avons parlé plus haut. Elle était animée par Mona Al Shazly, dont le profil fut soigneusement travaillé par Amr Khafagy, désormais directeur de la chaîne après Hala Sarhane. L’idée était que l’animatrice devait garder l’air le plus naturel possible afin de remplir le rôle de « sœur de tout téléspectateur » 17, et ce, avec un corps un peu rond, toujours vêtu d’une veste en évitant les vêtements trop glamour : « Elle devrait être mignonne mais pas sexy » (ibid.). L’accessoire devait refléter l’image du public ordinaire, ou plutôt de la classe moyenne, en se limitant aux perles ou aux bijoux en argent, mais jamais en diamant ou en or (ibid.). La stratégie de Khafagy était de former de nouvelles équipes loin de la télévision officielle, en faisant appel à certaines personnes formées à ART, mais aussi à des nouveaux diplômés d’Adham Center, centre de journalisme de l’Université américaine du Caire18, ainsi qu’à des diplômés de l’Institut du cinéma. 

32Les exploits de l’émission étaient multiples. Bien qu’il n’ait duré que 11 minutes, l’entretien de Al Shazly avec le président américain George W. Bush à la Maison-Blanche, le 13 mai 2008, a considérablement augmenté l’audience de son émission.

  • 19 Un diplomate et homme d’État égyptien. Directeur général de l’Agence internationale de l’énergie at (...)

33Son entretien avec Mohamed Al-Baradeï19, toujours en 2008, a également annoncé l’avènement imprévu d’un nouvel outsider qui a joué un rôle incontournable dans les mutations antérieures à janvier 2011, un éventuel candidat à la présidence.

  • 20 Le nom du siège de l'Union égyptienne de la radio et de la télévision (anciennement l'Union arabe d (...)
  • 21 Écrivain et militant égyptien, l’un des fondateurs du mouvement Kefaya.

34Les invités de l’émission représentaient un large échiquier et Al-Ashera Mass’an jouissait de plus de liberté en invitant des personnes qui n’auraient jamais pu entrer au siège de Maspero20, comme l’opposant acharné qu’est Alaa Al-Aswany21, invité à plusieurs reprises, ou encore les cadres des Frères musulmans, et en particulier le guide suprême qui fut invité en mai 2008.

  • 22 Entretien avec Amany Al-Khayat, op.cit.
  • 23 Entretien avec Khaled AlBalchy, journaliste fondateur de Al Badil, le 6 février 2015.

35Le succès du dispositif a poussé les gestionnaires de la télévision publique à introduire une émission dans sa grille de programmes pour concurrencer celles des chaînes privées. Il s’agit de « Fais comme chez toi », devenue en 2010 Misr al nahrda (« L’Égypte aujourd’hui ») à la suite d’un litige entre les gestionnaires de l’émission et la télévision publique. Mise en place en octobre 2004, cette émission est une expérience assez intéressante puisqu’elle a été la première émission au sein de la télévision officielle à être entièrement produite par le secteur privé. Le fait qu’elle soit diffusée sur une chaîne hertzienne accessible à tous a contribué à cet exploit. Le régime, et notamment son aile la plus jeune représentée par Gamal Moubarak, a investi dans ce projet. Les trois animateurs principaux, Tamer Amin, Khaïry Ramadan et Mahmoud Saad, ont été envoyés au Liban pour être formés, notamment par des équipes françaises, surtout à des techniques pour mener des débats télévisés22. Si la plupart des animateurs sont connus pour leur proximité avec le PND ou du moins avec des cercles officiels, par exemple Khaïry Ramadan, journaliste et rédacteur en chef adjoint à Al-Ahram, ou encore Tamer Amin, présentateur de JT à Nile news mais aussi fils de l’ex-directeur de la Radio égyptienne, Mahmoud Saad demeure un cas particulier. Saad était la figure qui attirait à l’époque le plus de commanditaires grâce à sa popularité23. Journaliste et ex-rédacteur en chef du magazine Al Kawakeb (« Les stars »), il a également écrit pour Al-Dostour, le journal dissident d’Ibrahim Issa. Son style reste particulier, avec un franc-parler, une familiarité et un sourire bienveillant caractéristiques. Saad ne s’est jamais autodéfini comme « un héros » ou « une star », bien qu’il le soit devenu de facto, et ne s’est pas forgé une image d’opposant alors qu’il critiquait souvent le gouvernement. Sa proximité avec Moubarak, avec qui il avait noué une relation personnelle, n’a paradoxalement pas brouillé son image de journaliste intègre et de star de la télé. Sa légitimité émanait de sa proximité avec les problèmes des gens, surtout les plus pauvres ; malgré sa vedettisation, il est toujours resté attaché à son quartier populaire.

36Deux nouvelles chaînes sont nées plus tard, notamment Al-Hayah (« La vie »), mise en place par l’homme d’affaires Sayed Al Badawy, un cadre partisan du parti libéral Al Wafd (« la Délégation ») et propriétaire d’une société pharmaceutique, et ONTV, fondée par l’homme d’affaires Naguib Sawiris.

  • 24 Al-Salam est un ferry qui sombra en mer Rouge en 2006, à la suite d’un incendie. Le bilan était dés (...)
  • 25 La collision du train d’Al-Ayyat (au sud du Caire) a tué au moins 50 personnes et blessé 30 autres (...)

37L’émission Al-Hayah Al-Yaoûm (« La vie aujourd’hui ») fut programmée en tant que principal talk-show de prime time de la chaîne Al-Hayah. Lancée en mai 2008, elle était animée par Shérif Amer, lequel fait partie de la génération ayant acquis une certaine expertise à l’étranger, notamment comme directeur de la chaîne MBC et à la chaîne américaine Al-Hura (2004-2008). Il se différencie de la majorité des professionnels de la télévision à l’époque formés à Maspero. L’émission Al-Hyah al-Yaoûm s’est distinguée par rapport aux autres talk-shows lors de la couverture en direct de plusieurs événements. Les deux exemples marquants furent le naufrage du bateau Al-Salam24 et l’accident ferroviaire d’Al-Ayyat en 200925, pour lesquels, selon Shérif Amer, l’émission a devancé la télévision publique :

  • 26 Entretien avec Shérif Amer, ex-animateur principale de l’émission Al Hayah Al Yaoûm, sur la chaîne (...)

Notre critique du régime était indirecte, on critiquait fortement le gouvernement et ses faillites. […] Lors des accidents notre couverture a dérangé le régime bien évidemment. […] La télévision officielle n’a rien rapporté […] nous avons eu ensuite affaire au ministère du transport via nos sponsors qui nous ont menacés de ne plus faire de publicité à la chaîne, car parmi eux certains travaillaient avec le ministère26

  • 27 Entretien avec Nour Mohamed, rédacteur à l’émission, le 25 août 2015.

38Cette couverture exceptionnelle a valu à la chaîne une lettre d’avertissement de la Cité des médias, pour avoir commis une infraction au contrat de la chaîne en diffusant des informations en direct27.

39Enfin, pour compléter ce tableau, nous pouvons citer brièvement les deux émissions d’ONTV. La première, Baladna bel Masry (« Notre pays » en dialecte égyptien), a été lancée en 2009. Elle était animée par Reem Magued, une jeune francophone diplômée en information et communication à l’Université du Caire en 1995. Sa performance se caractérisait par un ton posé (Gress, 2011 : 59-60) et un style de présentation des nouvelles dans un dialecte familier, mêlant lors de ses interventions d’anciens proverbes et des références folkloriques. Les séquences d’invités de l’émission tendaient toujours à établir un équilibre entre les points de vue du régime et celui de l’opposition, souvent représentés tous les deux sur le plateau. Cette opposition équilibrée correspondait justement à l’atmosphère posée de l’émission et à la posture de l’animatrice qui ne cherchait pas à susciter le conflit entre ses invités. L’émission de Reem a connu ses heures de gloire pendant et après janvier 2011, en particulier au moment où l’animatrice se déclarait militante en faveur de la Révolution.

  • 28 Fouda a corédigé en 2003 avec Nick Fielding un livre sur la question qui a été traduit en français (...)

40La seconde émission est celle de Akher Kalam (« Derniers mots »), animée par Yousry Fouda, surtout connu du grand public pour son émission d’investigation à Al Jazeera Serry lel-Ghayah (« Extrêmement confidentiel ») (Fouda, 2016 : 91). Il est également connu pour ses introductions prosodiques et son style littéraire qui devint la marque de fabrique de l’émission. Fouda a été le sujet de vives polémiques lorsqu’il a été choisi par Al-Qaeda en avril 2002 pour être emmené à Karachi au Pakistan afin que lui soient révélés les préparatifs des attentats de 200128.

41En effet, les talk-shows sous le règne de Moubarak ont alimenté quatre dynamiques que nous examinons.

Le rôle des talk-shows dans les nouvelles dynamiques de la sphère publique

Les talk-shows et la démocratisation de l’accès à l’information

42Cette démocratisation était effective par son contenu aussi bien que par son format. Le discours public dans les médias « [a pris] un caractère de plus en plus conversationnel » (Mellor, 2007 : 90) et donc plus accessible. Ce caractère conversationnel répond à une culture de l’oralité importante au Moyen-Orient (Zayani, op. cit. : 17). Noha Mellor (op. cit. : 116) évoque une ancienne distinction entre l’arabe littéraire, langage sérieux des bulletins d’information et des JT, et l’arabe conversationnel (le dialecte local) de la culture populaire et du divertissement. Les talk-shows ont rompu avec l’idée d’associer les informations au genre « sérieux » et de les présenter comme des produits destinés aux élites intellectuelles. Cette association est due à l’usage de la langue, mais aussi au type de questions abordées, souvent très éloignées de la vie quotidienne. Le conversationnel employé dans les styles des talk-shows et le langage courant de l’homme de la rue ont gagné une légitimité dans le discours médiatique de l’information. Les talk-shows ont ainsi démocratisé la politique « sérieuse ».

43Cette démocratisation concerne également le type de sujets traités : les reportages filmés abordent par exemple un éventail assez large de thématiques qui touchent la vie quotidienne des citoyens, comme le dysfonctionnement des services, les problèmes des quartiers informels menacés ou encore l’augmentation des prix.

44Les talk-shows ont aussi démocratisé l’accès au contenu de la presse écrite en le vulgarisant. Ils programmaient régulièrement des revues de presse, en invitant les journalistes et éditorialistes pour discuter des articles d’opinion publiés dans les principaux journaux. Non seulement ces émissions ont ainsi surmonté le problème de l’analphabétisme, mais elles ont aussi permis aux Égyptiens les moins fortunés de contourner le coût élevé des journaux. Un citoyen ordinaire n’avait donc plus besoin d’être alphabétisé pour accéder aux débats politiques précédemment confinés à la presse, et interdits à la télévision (Lynch, op. cit. : 113).

Les talk-shows et l’audience citoyenne

45Les talk-shows en Égypte ont contribué à une métamorphose de la nature de l’audience et de la relation qui la lie au dispositif en permettant l’émergence d’un nouveau genre de citoyenneté, au sens avancé par Zayani (op. cit. : 25). Il l’explique par la convergence vers ce qu’il appelle « une sphère civile médiatisée » où les téléspectateurs sont construits non seulement en tant qu’audience mais aussi en tant que citoyens. Il s’agit d’une « citoyenneté alternative », en l’absence de démocratie participative comme c’est le cas dans de nombreux États arabes où le rôle des médias est renforcé par les attentes et les exigences politiques, de sorte que l’auditoire devient une forme de citoyenneté de substitution. Les médias arabes ont facilité et renforcé l’engagement du public, en créant même « un téléspectateur-citoyen ». Cette nouvelle notion ne comporte pas de connotation normative qui évalue cette audience, mais elle décrit plutôt une nouvelle dynamique. L’acte de porter plainte à la télévision, de proposer une solution à un problème ou simplement de participer par téléphone renforce ce sentiment de participation à la chose publique et au débat public, dans un contexte où il n’y a, de fait, pas de participation politique par les moyens traditionnels. Cet imaginaire devient donc constitutif de la « promesse des genres » (Jost, 2012) entre les talk-shows et leur audience.

46La couverture par les talk-shows de la crise des inondations de 2010 est une illustration de la façon dont les talk-shows populaires tels que Al Qahera Al Yaoûm (« Le Caire aujourd’hui ») diffusé sur la chaîne Orbit, et 90 Deqeeqa (« 90 minutes »), diffusé sur la chaîne Al-Mehwar, ont réussi à mobiliser le public pour sauver les victimes des pluies. Des campagnes médiatiques ont été lancées par les animateurs pour reconstruire les zones sinistrées à Assouan et au Sinaï, sollicitant les « téléspectateurs-citoyens » pour aider les victimes. Le résultat était le fruit de la collaboration entre des citoyens ordinaires, des ONG et l’émission. Une telle collaboration a permis d’amasser des millions malgré les restrictions gouvernementales — car la loi égyptienne interdit de collecter des dons sans l’autorisation du ministère égyptien de la Solidarité sociale (El-Khalili, 2011 : 10). Le ministre des Finances égyptien a lui-même fait une intervention, en s’engageant à donner une somme provenant des caisses de l’État.

Les talk-shows comme arène de substitution

  • 29 À titre d’exemple, les partis politiques qui n’arrivaient pas obtenir une autorisation de la commis (...)

47Les talk-shows ont constitué une nouvelle arène de conflit s’ajoutant aux autres arènes déjà existantes, en particulier les manifestations de rue et l’arène judiciaire29. D’une part, ils ont formé une arène pour les forces politiques, leur offrant un espace d’expression de leur parole dissidente. Dans ce contexte autoritaire, les acteurs des forces politiques en présence compensaient leur perte électorale par leur apparition médiatique et les liens qu’ils nouaient avec les professionnels de cet espace. Les chaînes satellitaires ont donné une visibilité à ce qui se passe et à ce qui s’exprime à l’échelle infra-étatique (Sadiki, 2009 : 240). En donnant à voir la contestation de l’autorité du pouvoir dans leur arène de verbalisation de la dissidence, les talk-shows semblaient offrir non seulement une occasion, mais aussi une autonomisation à ces contestations.

  • 30 Entretien avec Amr Salah, jeune activiste de la Coalition des jeunes de la Révolution, le 4 novembr (...)

48Il n’est donc pas étonnant si nous voyons que les communiqués et les réunions de mouvements comme Kefaya ou ceux des partis politiques donnaient une priorité à leur couverture médiatique pour compenser leur infériorité numérique, surtout lors des manifestations. Les libéraux et les mouvements de gauche dotés d’une capacité oratoire importante ont acquis au fil des années un savoir-faire qui régissait désormais leur relation avec ce dispositif. Il suffisait à chaque mouvement ou parti d’avoir accès à une base de données avec les noms et contacts téléphoniques des équipes de rédaction pour venir couvrir une conférence de presse, avec un nombre minime de participants, mais en présence de personnalités intellectuelles sur le plateau, ce qui faisait la différence à l’écran. La présence des micros des différentes chaînes sur la table dressée lors de ces conférences était le signe du succès de l’événement30. Mais ces invités faisaient aussi le tri entre les émissions, entre celles qui allaient soutenir telle ou telle cause et celles qui pouvaient la pervertir en imposant des cadres contraignants s’ils étaient invités sur le plateau.

49Les talk-shows avaient également parfois une fonction protectrice. Dans un contexte autoritaire, l’accès à l’image, aux reportages filmés, s’avère aussi crucial pour garantir la protection du mouvement ou de la manifestation. Les mouvements filmés risquent moins de souffrir du joug sécuritaire et de la violence physique de la police ou des détentions. Par l’organisation d’une manifestation politique ou sociale ou encore d’une conférence de presse politique, l’enjeu majeur était désormais de bénéficier d’une couverture filmée et diffusée le soir même (Ben Néfissa, 2010 : 143).

50Les talk-shows et leurs professionnels œuvraient dans un vide institutionnel ou avaient en tout cas affaire à des institutions verrouillées par l’autoritarisme. Ils exerçaient alors une pluralité de rôles : informateur, éducateur du peuple, mais aussi représentant de ce dernier. Ils endossaient ainsi quelques fonctions des partis politiques (Hafez, 2004 : 5).

  • 31 Une transcription résumée en anglais des interventions est disponible en ligne. CIHRS (2003), « Can (...)

51Les animateurs des talk-shows ne se contentaient pas de rapporter les discours et points de vue des forces politiques, mais se positionnaient par rapport aux débats, en tout cas de manière explicite à travers les longs monologues par lesquels ils lançaient leur émission, et bien sûr à travers le choix des invités et de l’angle adopté. En 2004, l’Institut du Caire pour les droits de l’homme (CIHRS) a organisé un séminaire qui a regroupé des chercheurs et des universitaires ainsi que des militants des droits de l’homme et dont l’intitulé est très révélateur : « Did the Arab Satellite channels Replace Political Parties in Directing the Arab Masses ? »31. Il y était souligné la ressource dont les médias satellitaires se dotaient au chapitre de la visibilité et de la présence quotidienne pendant de longues heures, ce qui dépassait largement les capacités de tout parti politique à diffuser des idées et/ou à influencer les masses. Ces émissions agissaient alors en tant que porte-parole de la critique des citoyens à l’égard du gouvernement.

  • 32 Entretien avec Yasser Abdel Aziz, spécialiste des médias, chroniqueur à Al-Masry al-Youm et Al- Sho (...)

52Ce rôle qui leur était octroyé de facto venait également des attentes du public ou de l’audience citoyenne, comme nous l’avons expliqué plus tôt. À certains moments, le recours aux émissions s’est avéré plus efficace que le recours direct aux autorités locales ou aux députés. Les équipes de rédaction des émissions étaient souvent sollicitées. La plupart du temps, si un ministre, un responsable local ou un gouverneur était concerné par une plainte présentée par un citoyen à l’une des émissions influentes, ce dernier avait la possibilité de recevoir une réponse de la part du concerné, voire une solution immédiate à son problème, lorsque la personne appelait les responsables de l’émission. Yasser Abdel Aziz appelle cela « des politiques destinées aux médias » et explique que le plus souvent, ces interventions téléphoniques des responsables se limitaient à ce stade, sans aller à l’exécution de la solution32. Cela s’avérait en revanche moins rentable pour le responsable, car il manquait ainsi une occasion d’être remercié et félicité par l’animateur le lendemain. Si cela n’augmentait pas forcément son crédit devant les téléspectateurs, c’est surtout devant le régime politique que cela pouvait lui garantir la longévité de son poste.

Les talk-shows et la banalisation de la critique politique

53L’ouverture de l’espace médiatique a en fait conduit à l’adoucissement des lignes rouges, mais aussi au repoussement des frontières de ce qui peut être dit ou accepté à la télévision. Cette tendance a d’abord été confirmée à travers la mise en scène quotidienne des échecs et des problèmes sociopolitiques. Les talk-shows ont permis ainsi la circulation à grande échelle des imaginaires anti-autoritaires. Ils ont offert aux Égyptiens un spectacle systématique des dysfonctionnements des institutions et de l’administration, du manque de service, de la souffrance sociale de certaines couches de la population, dans un format conversationnel d’arguments et de contre-arguments, et où les téléspectateurs étaient appelés à participer à la mise en cause des responsables. Selon Ayman Al-Sayyad,

  • 33 Entretien avec Ayman Al-Sayyad, rédacteur en chef de Weghat Nazar (« Points de vue ») et ex-conseil (...)

les talk-shows ont contribué, sans le réaliser ou sans le vouloir, avant la révolution à mettre au jour le poids des faillites et de la corruption à tous les niveaux et dans tous les domaines de la vie en Égypte. Bien qu’ils évitassent de nommer le président ou certains hauts responsables, il y avait en général une conscience qu’un régime entier est responsable de tout cela. C’est ce qui explique les acclamations qu’on pouvait entendre durant la révolution « le peuple veut la chute de ce régime »33.

  • 34 Ibid.

54Les responsables étaient parfois appelés à rendre des comptes sur le dysfonctionnement de leurs institutions ou de leur ministère devant le public et à répondre aux questions des animateurs. Il s’agissait en d’autres termes d’une « dés-icônisation » (Sadiki, op. cit. : 253) de nombreuses pensées sociales et de mythes politiques sacrés ayant dominé pendant des décennies. Ainsi « par inadvertance, le régime a contribué au succès sans précédent de ces émissions, il leur a donné ce pouvoir34 ».

  • 35 Belal Fadl est journaliste et scénariste engagé.

55Cela nous emmène à la question du pouvoir interpellateur de l’animateur, celui qui a le privilège de l’écran. À cet égard, le rôle et le positionnement de l’animateur sont primordiaux. Le succès des émissions dépend du ton de la critique, comme l’a expliqué Belal Fadl35 : « L’exploit des médias-men est désormais mesuré par leur ton d’opposition et leur capacité à critiquer violemment » (2001). Ainsi, dans le cas des nouveaux talk-shows, la légitimité des animateurs et de leur statut est essentiellement fondée sur leur capacité à s’opposer au gouvernement, en répondant à des imaginaires d’audace, d’intégrité, de proximité avec les problèmes du public. Il s’agit d’un statut d’opposant politique qui ne craint pas de s’adresser violemment et d’interpeller en direct les autorités.

56Ce rôle des talk-shows a été acquis graduellement et accentué par l’absence d’autres biais institutionnels de contrôle. Bien qu’il s’agisse d’une apparence de contrôle, puisque les médias n’ont pas de moyens d’exécution effectifs, cette posture, généralisée et adoptée par quasiment toutes les émissions, a contribué à la banalisation de la critique des responsables. La mise en examen constante et publique des représentants de l’État et de l’administration était une chose inimaginable au début des années 2000, alors que les JT se contentaient de rapporter les visites des ministres et que leurs actions étaient perçues comme non négociables.

Les animateurs et le lien avec les téléspectateurs

  • 36 L’une des illustrations parfaites fut la querelle en direct entre Anes Al Feky, l’ex-ministre de l’ (...)

57Dans le langage arabe courant, l’animateur est appelé al-i’alamy, c’est-à-dire « l’informateur », un professionnel des médias et surtout de la télévision, travaillant devant ou derrière la caméra, pour le distinguer du journaliste. Mais le plus souvent, le mot est utilisé dans le sens d’une personnalité médiatique, une quasi-célébrité située quelque part sur un spectre entre présentateur et pourvoyeur d’infotainment(Armbrust, 2013 : 835). Le dispositif des talk-shows est très personnalisé et dépend des performances et du style de l’animateur, de son charisme ou de sa « télégénie » (Heinich, 2012 : 212). La différence peut être de taille entre le ton posé et le franc-parler des uns (Mahmoud Saad, Mona Al Shazly et Shérif Amer), les capacités oratoires, la gestuelle excessive (marque de fabrique d’Amr Adeeb, à laquelle il doit sa notoriété) et le style sensationnel (Wael Al-Ebrachy) des autres. L’animateur n’est plus seulement une figure de fidélisation des téléspectateurs mais aussi leur représentant, voire leur défenseur. La quotidienneté, les longs monologues, l’utilisation d’un langage courant ou encore l’oralité sont autant d’éléments qui ont constitué la légitimité de l’animateur vedette. C’est ce qui explique pourquoi la publication des véritables salaires des animateurs, qui atteignent des millions de livres égyptiennes, fut par exemple une arme utilisée parfois par le régime contre eux et un outil de leur décrédibilisation, car ils trahissaient ainsi cette proximité avec le citoyen ordinaire36.

  • 37 Entretien avec le rédacteur en chef d’une émission sous couvert d’anonymat et avec Ahmed Abd Rabou, (...)

58La popularité des animateurs de télévision constitue un véritable capital, non seulement économique, mais aussi à cause de larges réseaux de connaissances et de leurs réseaux de relations avec les acteurs de la sphère politique et sociale. C’est en effet un cercle auto-générateur qui s’alimente, le public aussi bien que les autorités contribuant à augmenter ce capital dans les interactions quotidiennes : les animateurs sont loués dans les rues par les citoyens, mais aussi invités par les hauts responsables à des réunions ou à des galas. Ils agissent dans leur vie professionnelle en fonction des retours rétrospectifs des différentes sphères avec lesquelles ils sont en interaction. Ils sont félicités par un ministre ou un haut fonctionnaire de l’avoir défendu, ou par des téléspectateurs qui leur envoient des messages en les remerciant pour leur performance ou en les félicitant pour l’audace de leurs critiques37.

  • 38 Les exemples sont multiples ; le dossier des détenus politiques est un exemple très saillant.

59Le lien des animateurs avec les téléspectateurs correspondait à la capacité de répondre, voire de résoudre les problèmes du public à la place des institutions qui s’avéraient parfois moins opérationnelles qu’une intervention de l’animateur, à travers ses réseaux de connaissances. Il était fréquent d’entendre en Égypte que « telle question a besoin d’être adoptée par une émission, sinon elle n’a aucune chance d’être résolue ». Le fait que la diffusion d’une cause ou d’une question soit indispensable pour la rendre visible et augmenter ses chances d’un éventuel traitement par les autorités ne signifiait pas pour autant sa résolution. Il fallait parfois que l’animateur ou l’animatrice l’adopte, c’est-à-dire qu’il ou elle suive le dossier personnellement, soit en évoquant la question à maintes reprises à la télévision, soit en travaillant en coulisses grâce à ses contacts personnels38.

  • 39 Il est à noter à cet égard que cela n’est pas un phénomène nouveau, mais rendu public, plus étendu (...)

60Cette dimension s’ajoute aux séquences que consacrent certaines émissions aux problèmes personnels des citoyens, par exemple celle de Mahmoud Saad, ou encore Sabah Dream qui consacre une séquence hebdomadaire à ce sujet, montrant des personnes en difficulté financière, ayant besoin d’une chirurgie sérieuse, ayant perdu leur domicile ou leur emploi, qui appellent l’émission et reçoivent le plus souvent des compensations immédiates de la part d’hommes d’affaires ou d’autres citoyens solidaires39.

Le cas de Khaled Saïd à la télévision

  • 40 Khaled Saïd fut iconisé par les activistes et par de nombreux médias en 2010, comme symbole des vic (...)
  • 41 Dans l’imaginaire collectif égyptien, les victimes de la violence policière étaient jusque-là soit (...)
  • 42 Human Rights Watch, « Work on Him Until He Confesses: Impunity for Torture in Egypt ». [En ligne] [ (...)

61L’exemple que nous analysons ici pour illustrer notre propos, en mobilisant la grille citée plus tôt, est un extrait de l’émission Misr Al-Naharda, le talk-show principal de la télévision publique, du 23 juin 2010, animé par Mahmoud Saad, traitant du cas de Khaled Saïd40, un jeune torturé à mort à Alexandrie en 2010 par deux policiers. La mort de Saïd a constitué un choc moral, non pas tant à cause de l’intensité de la violence et de la torture de la police égyptienne qu’à cause de la nature du profil de la victime : Khaled Saïd, un jeune de 28 ans appartenant à la classe moyenne, qui constitua ainsi une nouvelle cible de la violence policière (Aboushady, 2013)41. La mort de Khaled le 6 juin 2010 a été mise en lumière à partir du 9 juin à travers le blogue d’Ayman Nour, ex-candidat à la présidence face à Moubarak en 2005, avant que d’autres blogueurs la relaient à leur tour. Le lendemain, le 10 juin, une première déclaration du ministère de l’Intérieur, basée sur le rapport du médecin légiste, était diffusée ; les deux accusés du meurtre, deux détectives, furent libérés sur la base d’une affirmation selon laquelle Khaled Saïd aurait eu un casier judiciaire. À l’issue de cette déclaration officielle, plusieurs manifestations eurent eu lieu à Alexandrie et au Caire. Le 15 juin 2010, le procureur général décida du renvoi du procès à la Cour d’appel d’Alexandrie et ordonna, à la demande de l’avocat de la famille de Khaled, la formation d’un second comité de médecins légistes tripartite pour un réexamen du cadavre et une nouvelle autopsie. Le 20 juin, des officiers étaient mis en garde à vue pour arrestation sans mandat et usage de la violence contre un citoyen. Le 21 juin, le procureur annonçait que le casier judiciaire de Saïd avait été falsifié par la police. Le 23 juin, l’avocat général fit une conférence de presse imprévue et soudaine, déclarant l’innocence de la police et publiant le rapport primaire de la commission tripartite des médecins légistes, ce qui suscita l’indignation à l’interne et à l’international42.

62Le 23 juin 2010, Saad reprit pendant une séquence de 20 minutes43 le deuxième rapport qui, dans l’essentiel, ne différait pas du premier. Avec son style habituel assez calme, il prit son temps pour expliquer les raisons de la mort du jeune, asphyxié après avoir avalé un paquet qu’il tentait de cacher après avoir vu s’approcher la police. Il lut quelques lignes des feuilles placées devant lui sur la table, avant d’inviter le médecin légiste en chef à intervenir, le laissant d’abord expliquer la partie concernant la drogue, avant d’entrer dans un véritable duel avec lui où très rapidement l’animateur changea de sujet en posant des questions à propos de la torture subie par le jeune homme :

Saad : le gamin a été amoché docteur. (Contre-orientation)

Al-Sebaei : Ne dites pas amoché, ce mot dépend des estimations de chacun. (Opposition) […]

Saad : Et ben, le garçon est mort de coups docteur ! (Prise de position)

Al-Sebaei : Vous l’avez vu vous ? (Inversion de rôle, question contre-orientée)

Saad : Mais c’est vous qui devriez l’avoir vu ! (Indignation)

[…]

Saad : Je veux dire, ce n’est pas une mort normale, … selon vous en tant que médecin légiste le garçon est-il vraiment mort par asphyxie à cause du paquet de bango ? (Demande de prise de position contre-orientée)

Al-Sebaei : Oui, c’est ce que je crois, en fonction des preuves techniques que j’ai moi-même pu constater. (Contre orientation)

Saad : Mais on est d’accord qu’il a quand même pris une sacrée dérouillée, non ? (Désaccord et contre-orientation)

Al-Sebaei : Non mais […] vous répétez ce que nous avons déjà tous écouté et ce qu’il se dit… (Désaccord)

[…]

Saad : Je répète, vous êtes en mesure de connaître exactement le nombre de coups et d’affirmer qu’il en a reçu trois et pas six ou sept ?? (Demande de prise de position, contre-orientée)

Al-Sebaei : Oui j’ai révisé le rapport du médecin. (Confirmation) […] Mais c’est facile à savoir monsieur Mahmoud. (Explication)

Saad : Alors dites-le-moi, dites-moi puisque vous êtes le médecin légiste en chef.

[…] (Récusation) Quoi qu’il en soit, est-ce qu’un policier a le droit de battre quelqu’un en l’arrêtant pour infraction ? (Demande de validation de position) (Voix élevée et des gestes nerveux — capture d’écran 1)

Al-Sebaei : Personne n’a le droit de frapper une autre personne. […] Il faut respecter son humanité. (Accord)

Saad : Est-ce que l’humanité de notre fils Khaled a été respectée ? (Demande de prise de position, orientée)

Al-Sebaei : Je ne sais pas ! (Refus de répondre)

Saad : Dr. Sebaei !! Dr Sebaei ??! (ses yeux se rétrécissent avec un sourire moqueur, voir capture d’écran 1) […] Vous êtes très gentil docteur !! Vous avez un très bon cœur !! Merci. (Moquerie)

Capture d’écran 1. Voix élevée et gestes nerveux, Saad

Capture d’écran 1. Voix élevée et gestes nerveux, Saad

63Cette altercation où l’animateur défia un responsable était accentuée par la gestuelle et les expressions de Saad. Ce dernier débattait avec le médecin pour montrer le caractère peu crédible des rapports, en insistant sur la manière dont le jeune a été traité. Il passa de la décrédibilisation du rapport à la rationalisation de la question de la torture, pour finir sur un air ironique en réaction au comportement de son interlocuteur qui évitait à tout prix de condamner la violence policière, en restant cantonné aux résultats contestés du rapport. Le médecin évoqua la question de la photo prise dans le cadre d’une sorte de complot qui vise à décrédibiliser l’image de la police et à provoquer l’opinion publique.

64Saad se positionna alors du côté d’une opinion publique scandalisée par la mort accidentelle de ce jeune homme face à des rapports officiels peu convaincants. Les questions de l’animateur s’apparentaient plus à une interpellation qu’à des questions journalistiques visant à orienter la conversation vers la condamnation du comportement de la police.

  • 44 Hussein Gamal, « Men al-qalb, enta tayeb awe ya ostaz Mahmoud » (Du fond du cœur, Oh Dieu ! tu es t (...)

65En raison du ton méfiant qu’il employa avec le médecin légiste, Saad fut la cible de très fortes critiques, provenant surtout du côté de la presse officielle44. Cela prouve en fait la circulation dont faisaient l’objet les altercations télévisuelles.

66Saad dénonça en direct cette posture le 30 juin 2010, à l’occasion de la décision du procureur de mettre en garde à vue les deux inspecteurs de police accusés d’usage de la violence selon la clause 129 du Code pénal et l’arrestation injustifiée d’un citoyen selon le code 282 du Code pénal :

J’en ai déjà parlé la semaine dernière […] tous ces journalistes prestigieux ont donné de l’importance à ce que j’ai dit. Mais selon moi, il a fallu prendre des mesures contre ceux qui ont tabassé Khaled car le garçon a été salement battu… et peu importe que ces coups aient été à l’origine de sa mort ou pas (Saad, 2010).

67Cet extrait mis en parallèle avec d’autres émissions analysées montre que le traitement médiatique de la mort de Khaled Saïd relevait plus de l’enquête en direct que de la couverture « classique » d’un événement où les témoins sont appelés à s’exprimer à l’écran au moment où le procès était en cours.

Conclusion

68Nous avons essayé de montrer comment les talk-shows et le paysage médiatique dans son ensemble se sont inscrits dans un espace public dessiné par des dynamiques particulières, caractérisé par un autoritarisme libéralisé, ayant instauré un phénomène complexe qui a permis l’émergence et la mise en valeur d’acteurs sociaux. Ce dispositif a également permis la manifestation de processus sociaux, notamment des mouvements d’opposition, en leur permettant de s’exprimer et de gagner en visibilité. Il est donc légitime d’affirmer que ces émissions ont fait partie de ces dynamiques et les ont alimentées, défiant ainsi le pouvoir politique. Elles ont gagné des rôles et un espace de parole que le pays n’avait pas connu, dépassant leur fonction première qui était conçue par le pouvoir, et ce, malgré les outils de contrôle que ce dernier a conservés pour garantir un minimum de mainmise sur les médias. Au fil du temps, les professionnels des médias ont pu élargir leurs marges de manœuvre, ce qui leur a permis de détourner les tentatives de contrôle et d’élargir ainsi les domaines de lutte et les espaces de contentieux.

69Le pouvoir égyptien, faisant ainsi face à une impulsion externe et à une aspiration interne, a permis une ouverture timide au départ, avec la première vague des chaînes satellitaires privées égyptiennes, dans le but de maintenir sous son emprise l’ouverture médiatique qu’il avait amorcée. Les concepteurs des chaînes ont alors eu recours à des dispositifs, déjà présents sur les chaînes régionales, qui permettaient de débattre de la chose publique tout en présentant le quotidien des Égyptiens dans un langage plus accessible, rompant ainsi avec la langue littéraire des JT et adoptant un format conversationnel plus attrayant. Qualifier les animateurs de « prêcheurs séculaires » (El Khachab, 2016) n’est pas exagéré, dans la mesure où chacun/chacune avait des adeptes et avait créé une relation de proximité avec les téléspectateurs-citoyens.

70En guise d’ouverture, précisons que le changement de la donne à partir de juillet 2013 a témoigné d’une volonté politique d’un retour au système médiatique de la voix unique, limitant le rôle des médias à celui de la mobilisation derrière les projets du régime. La vision du nouveau pouvoir politique du rôle des médias n’a dès lors pas cessé de s’affirmer : le candidat et président al-Sissi s’exprime ainsi souvent sur la question des médias. Revenons par exemple à une déclaration assez précoce où il enviait Nasser pour son appareil médiatique, acteur d’une mobilisation active derrière le Zaïm (« le leader »). Sa conception des médias est devenue plus explicite en juillet 2018 à travers une nouvelle déclaration du président : « Les médias et les intellectuels n’ont pas à se mêler des affaires de l’État, car ils ignorent comment l’État se gère. » Deux évolutions majeures viennent illustrer ces dynamiques de confiscation cristallisées dès 2013. La première concerne la disparition des émissions de talk-shows qui ont marqué la dernière décennie du règne de Moubarak et ont accompagné la révolution de janvier 2011, notamment avec l’éradication progressive des animateurs vedettes entre 2013 et 2016. La seconde est celle du monopole des médias télévisuels ainsi que des journaux par l’État sous l’égide d’une société, Médias des Égyptiens, qui appartient aux « autorités souveraines », comme elles sont souvent appelées en Égypte — une expression qui est en soi très révélatrice (Adib Doss, op. cit. : 634-640). À la clôture de ce travail, il n’est peut-être pas erroné de dire que la disparition du phénomène des talk-shows n’est qu’une illustration de la disparition forcée du débat public et politique, à la fois sur le plan institutionnel et sur celui de la liberté de parole.

71Il est vrai que les transformations sous-jacentes de l’environnement politique et sociale à l’origine du soulèvement de janvier 2011 n’ont pas disparu : le verrouillage autoritaire, la perpétuation des arrestations, les conditions économiques désastreuses. Mais la question reste la suivante : dans leur état actuel, les médias seront-ils toujours en mesure d’accélérer et d’intensifier à nouveau d’autres protestations et, une fois celles-ci déclenchées, de poser des défis politiques au nouveau régime autoritaire ?

Haut de page

Bibliographie

ABDALLAH, Nadine (2012), « Les contestations sociales en Égypte avant et après la Révolution du 25 janvier : réflexions sur l’évolution de leurs formes et de leurs caractéristiques », Observatoire de politique euro-méditerranéenne, p. 1-2. [En ligne]. http://www.iemed.org/observatori-fr/arees-danalisi/arxius-adjunts/anuari/med.2012/abdalla_fr.pdf. Page consultée le 23 août 2014.

ABOUSHADY, Nadia (2013), Mobilisation et répression au Caire en période de transition (juin 2010-juin 2012). Mémoire de M2, sous la direction d’Isabelle SOMMIER, Paris, Université Paris 1.

ADIB DOSS, Maria (2018), Les talk-shows en Égypte. D’un dispositif de modernisation de l’autoritarisme à des arènes de parole dissidente. Mise en perspective d’une situation révolutionnaire, codirigée par Jean-Baptiste LEGAVRE et de Sarah BEN NÉFISSA, Paris, Université de Paris 2. 

AL SHAHAT, Said (2013), « Takrim Hmady Kandil alazy hazam al-jazeera », Al Youm Al Sabei’a, 22 mai. [En ligne]. http://urlz.fr/7KYZ. Page consultée le 3 mars 2020.

ARMBRUST, Walter (2013), « The trickster in Egypt’s January 25th Revolution », Comparative Studies in Society and History, 55(4): 834-864.

BEN NÉFISSA, Sarah (2010), « Verrouillage autoritaire et mutation générale des rapports entre l’État et la société en Égypte », Confluences Méditerranée, 4(75) :137-150.

BEN NÉFISSA, Sarah (2014), « Confluence médiatique et protestations sociales avant la Révolution du 25 janvier en Égypte : Interrogations », dans Mohamed OUALDI, Delphine PAGÈS-EL KARAOUI et Chantal VERDEIL (dir.), Les ondes de choc des révolutions arabes arabes, Beyrouth, Presses de l’IFPO, p. 143-161.

BEN NÉFISSA, Sarah (2015), « Globalized modernity, contestations and revolutions: The Cases of Egypt and Tunisia », dans Breno BRINGEL et José Mauricio DOMINGUES (dir.), Global Modernity and Social Contestation, London, Sage, Coll. « Sage studies in international sociology », p. 137-150.

BROMBERG, Marcel et Agnès LANDRE (1993), « À propos des débats médiatiques : analyse de discours des situations d’interlocution », Psychologie française, 38(2) : 111-124.

BRUMBERG, Daniel (2002), « Democratization in the Arab world? The trap of liberalized autocracy », Journal of Democracy, 13: 56-68.

BRUMBERG, Daniel (2003), Moyen-Orient : l’enjeu démocratique, Paris, Michalon.

BRUMBERG, Daniel (2004), « Beyond liberalization? », The Wilson Quarterly, 28(2): 47.

BUCCIANTI, Alexandra (2010), Les talk-shows d’Égypte parlent aux Égyptiens : un vecteur de changement sous contrôles. Mémoire de maîtrise en politique comparée, Monde musulman, Paris, Institut d’études politiques de Paris.

CIHRS (2003), « Can satellite channels replace political parties? », mai. [En ligne]. http://www.cihrs.org/?p=4849&lang=en. Page consultée le 2 mars 2020.

CROLL, Ann, « La construction de l’information dans les conversations médiatiques », Psychologie française, 38(2) : 125-144.

DROZ-VINCENT, Philippe (2004), « Quel avenir pour l’autoritarisme dans le monde arabe », Revue française de science politique, 54(6) : 945-955.

EL KHACHAB, Chihab (2016), « Secular preachers: Watching television pundits in post-revolutionary Egypt », Anthropology Now, 1(8): 117-124.

EL-KHALILI, Sara Nassar (2011), The Agenda-Setting Impact of Egyptian Nightly Television Talk Shows on Attitudes towards Civic Engagement in Egypt. Mémoire sous la direction de Hussein AMIN, Le Caire, Université américaine du Caire.

FADL, Belal (2011), « Fel Maydan », Al Tahrir, 2 mai. [En ligne]. https://www.youtube.com/watch?v=tegli-plwDE. Page consultée le 2 mars 2020.

FANDY, Mamoun (2007), (Un)Civil war of words: Media and Politics in the Arab World, London, Praeger Security International.

FAWZY, Sameh (2010), « Al-harakat al-matlabeya wa al-harakat al-seyaseya fe Misr, kera’a nakdeya mokarana » (Les mouvements de revendications et les mouvements politiques en Égypte, une lecture critique), dans Dina SHEHATA (dir.), A’wdat al-seyasa : al-harakat al ehtejajya fy Misr (Le retour du politique : les nouveaux mouvements contestataires en Égypte), Le Caire, Ahram Center for Political and Strategic Studies, p. 41.

FOUDA, Yousry (2016), Akher kalam, shehadet amal fe thawret Misr (Akher Kalam, témoignage d’espoir de la révolution égyptienne), Le Caire, Al-Sherouk.

GRESS, Louis (2011), « Gedaty Reem magued wa al-moaalem yousry fouda » (Ma grand-mère Reem Magued et le coach Yousry Fouda), Sabah Al Khyr, 2892, 7 juin : 59-60.

GUAAYBESS, Touraya (2013), « Reforming Égypte Broadcasting in the Post-25 January Era: The challenges of the path dependence », dans Touraya GUAAYBESS (dir.), National Broadcasting and State Policy in Arab Countries, New York, Palgrave Macmillan, p. 49-68.

GUYABESS, Touraya (2005), Télévision arabe sur orbite. Un système médiatique en mutation (1960-2004), Paris, CNRS.

HAFEZ, Kai (2004), « Arab Satellite Broadcasting: An alternative to political parties? », Actes du colloque Media and politics changes in the Arab World, Cambridge, Université de Cambridge. [En ligne]. http://archived.tbsjournal.arabmediasociety.com/Archives/Fall05/index05.html. Page consultée le 3 mars 2020.

HAMDY, Naila (2002), « A Dream TV come true », Transnational Broadcasting Studies TBS, 8. [En ligne]. http://tbsjournal.arabmediasociety.com/Archives/Spring02/sirhan.html. Page consultée le 25 août 2015.

HAMMOND, Andrew (2005), Pop Culture Arab World: Media, Art and Lifestyle, Santa Barbara, California, ABC-CLIO.

HEINICH, Nathalie (2012), De la visibilité. Excellence et singularité en régime médiatique, Paris, Gallimard.

HEYDEMANN, Steven (2002), « La question de la démocratie dans les travaux sur le monde arabe », Critique internationale, 17(4) : 54-62.

HEYDEMANN, Steve (2007), « Upgrading authoritarianism in the Arab world », Saban Center for Middle East Studies at Brookings Institution, Analysis paper no 13, mis en ligne le 15 octobre 2007. [En ligne]. http://www.brookings.edu/papers/2007/10arabworld.aspx. Page consultée le 3 mars 2020.

JOST, François (2012), « La promesse des genres. Comment regardons-nous la télévision ? », Revista Rastros Rostros, Universita cooperativa Colombia. hal-01796121

KANDIL, Hamdi (2014), E’echt maratayn (J’ai vécu deux fois), Le Caire, Al-Sherouk.

KIENLE, Eberhard (2000), A Grand Delusion: Democracy and Economic Reform in Egypt, New York-London, IB Tauris.

LYNCH, Marc (2006), Voices of the New Arab Public: Iraq, Al Jazeera, and Middle East Politics Today, New York, Columbia University Press.

MELLOR, Noha (2007), Modern Arab Journalism, Problems and Prospects, Edinburgh, Edinburgh University Press.

OSMAN, Ahmed (2004), « Rude awakening: Dream drops top talkers », TBS Journal, 12. [En ligne]. http://tbsjournal.arabmediasociety.com/Archives/Spring04/dream.htm. Page consultée le 2 août 2018.

SAAD, Mahmoud (2010), Misr Al Nahrda, Ertu, 30 juin. [En ligne]. https://www.youtube.com/watch?v=EckahlYAk5w. Page consultée le 25 août 2015.

SADIKI, Larbi (2009), Rethinking Arab Democratization Elections Without Democracy, New York, Oxford University Press.

SAKR, Naomi (2012), « Social media, television talk shows, and political change in Egypt », Television & New Media, 14(4): 322-337.

SAKR, Naomi (2013), Transformation in Egyptian Journalism, New York, I.B. Tauris.

STAIGER, Uta (2009), « Cities, citizenship, contested cultures: Berlin’s Palace of the Republic and the politics of the public sphere », Cultural Geographies, 16: 309-327.

VANNETZEL, Marie (2011), « L’émergence d’une mobilisation multisectorielle en Égypte : des prémisses contextuelles aux basculements situationnels », Dossiers du CERI. [En ligne]. http://www.sciencespo.fr/ceri/en/content/lemergence-dune-mobilisation-multisectorielle-en-egypte-des-premisses-contextuelles-aux-basc. Page consultée le 30 décembre 2019.

Weizman, Elda (2006), « Positionnement par le défi : les négociations des rôles dans l’interview télévisée », Questions de communication, 9 : 135-150.

VAIREL, Frédéric (2011), « Protesting in authoritarian situation, Egypt and Morocco in comparative perspective » dans Joel BEININ et Frédéric VAIREL (dir.), Social Movements, Mobilization, and Contestation in the Middle East and North Africa, Stanford, Stanford University Pres, p. 27 -28.

ZAYANI, Mohamed (2014), « Arab media, political stagnation, and civil engagement: Reflections on the eve of the Arab Spring », dans Leila HUDSON, Adel ISKANDAR et Mimi KIRK (dir.), Media Evolution on the Eve of the Arab Spring, New York, Palgrave Macmillan : 15-28.

Haut de page

Notes

1 Il est à noter que la liste est répartie en deux catégories : les professionnels des médias et les acteurs politiques invités des talk-shows. Dans la première catégorie, qui est la plus longue, se trouvent plusieurs professionnels qui ont travaillé pour différentes émissions, et même pour certaines qui ont disparu, ce qui a été très enrichissant pour l’étude. Cette catégorisation n’est pas tranchante : le statut initial de la personne en question a été le critère choisi pour organiser l’entretien et c’est selon celui-ci que la personne a été interviewée. Le brouillage des frontières entre les champs politique et médiatique, accentué après janvier 2011 par de nombreux passages de l’un à l’autre, a été pris en compte dans notre analyse. Une personnalité comme Khaled Tallima, classé parmi les activistes, est à la fois journaliste, activiste et ex-vice-ministre, même si sa première notoriété résulta d’abord de son appartenance à la Coalition des jeunes de la Révolution, qui fit de lui par la suite un invité fréquent des talk-shows, avant qu’il devienne lui-même un animateur réputé de talk-show.

2 Dans les articles de Guaaybess (2005) et de Weizman (2006), le défi est étudié linguistiquement lors des interactions sur les plateaux.

3 Le tableau, élaboré par nos soins, est inspiré de plusieurs études publiées dans un ancien numéro (38-2) de la revue Psychologie française (1993), notamment celles de Marcel Bromberg et Agnès Landre et d’Ann Croll.

4 Hamdi Kandil, journaliste marquant du champ journalistique égyptien, présentateur de talk-show important et activiste. Il a commencé sa carrière durant les années 1950 à la presse et à la télévision avec son émission marquante de revue de presse commentée « Akwal Al Sohof — Paroles de journaux » de 1961 à 1969, avant de travailler pour l’UNESCO pendant plus de dix ans.

5 Hassan Nassrallah est un homme politique libanais, secrétaire générale de l’organisation chiite du Hezbollah.

6 Président du Yémen (1990-2012).

7 Homme politique soudanais et président du Soudan dans les années 1960 et 1980.

8 Amr Khafagy est un journaliste au parcours exceptionnel : il a travaillé durant les années 1980 à Rose Al Youssef et s’est dirigé ensuite vers les chaînes arabes satellitaires, en 1991 avec la guerre du Golfe à MBC puis ART, avant de revenir au Caire et de quitter Rose Al Youssef en 2000, pour fonder la chaîne Dream qu’il a dirigée.

9 L’un des fondateurs d’ART. Depuis 1975, il a travaillé dans le secteur de l’ingénierie audiovisuel à l’URTE (Union de la radio et de la télévision égyptienne créée en 1970, c’est la compagnie nationale de radio-télévision égyptienne). Il est devenu directeur de l’URTE durant la révolution en 2011 puis le directeur général des chaînes d’Al Nahar, qui naîtront après la révolution, avant d’être nommé en 2017 directeur général d’Eagle Capital (voir plus loin).

10 Entretien avec Amr Khafagy, le 7 septembre 2014, au siège administratif de ONTV à Zamalek.

11 Journaliste et animatrice réputée connue pour son approche sensationnaliste.

12 Sa mort prématurée en 2008 a eu un grand écho et a mis fin à une carrière exceptionnelle. Sa colonne était parmi les plus critiques vis-à-vis du régime de Moubarak.

13 Quotidien créé en 2004 à l’approche des élections présidentielles.

14 Le parti du pouvoir.

15 Entretien avec Amany Al-Khayat, présentatrice de JT à la télévision publique et animatrice de talk-show sur ONTV le 24 mars 2014 et Et Wael Bresha le 1er septembre 2014, rédacteur en chef des JT à la télévision publique.

16 Mahmoud Mossalam présentait entre 2007 et 2010 une émission de talk-show sur la chaîne Al-Mehwar.

17 Entretien avec Amr Khafagy, ex-animateur de l’émission Telt Al Talata (« Le tiers du trois quart »), sur la chaîne ONTV, un des fondateur et ex-directeur de la chaîne Dream, éditoraliste dans Al-Sherouk, le 7 septembre 2014, au siège administratif de ONTV à Zamalek. Voir aussi les propos de Mona Al Shazly, à l’émission Min Washignton (« Depuis Washington ») sur Al Jazeera : « Al-talk-shows wa al kadaya el mahaleya » (Les talk-shows et les questions locales) (traduction de l’auteure), invités : Mahmoud Saad, Mona Al Shazly et Mootaz Al Demerdash, 7 décembre 2006. Transcription de l’émission disponible sur le site d’Al Jazeera. [En ligne]. http://urlz.fr/7L1v. Page consultée le 3 mars 2020.

18 C’est un centre d’étude des médias affilié à l’Université américaine du Caire. Des informations supplémentaires se trouvent sur le site Web : http://www.aucegypt.edu/GAPP/kacj/Pages/about_center.aspx. Page consultée le 6 juillet 2020.

19 Un diplomate et homme d’État égyptien. Directeur général de l’Agence internationale de l’énergie atomique (AIEA) de 1997 à 2009, il reçoit le prix Nobel de la paix en 2005 conjointement avec l’organisation qu’il dirige. En 2010, sa rencontre avec plusieurs leaders politiques égyptiens se conclut par la création d’un nouveau mouvement politique, qui vise la réforme de la vie politique égyptienne, notamment des conditions des élections présidentielles. Il se présenta à l’opinion publique égyptienne comme un éventuel candidat à la présidence.

20 Le nom du siège de l'Union égyptienne de la radio et de la télévision (anciennement l'Union arabe de la radio et de la télévision), la plus ancienne organisation publique de radiodiffusion dans le monde arabe et en Afrique. Maspero est également le nom de la rue que ce bâtiment surplombe.

21 Écrivain et militant égyptien, l’un des fondateurs du mouvement Kefaya.

22 Entretien avec Amany Al-Khayat, op.cit.

23 Entretien avec Khaled AlBalchy, journaliste fondateur de Al Badil, le 6 février 2015.

24 Al-Salam est un ferry qui sombra en mer Rouge en 2006, à la suite d’un incendie. Le bilan était désastreux : plus que 180 morts et 949 disparus.

25 La collision du train d’Al-Ayyat (au sud du Caire) a tué au moins 50 personnes et blessé 30 autres le 24 octobre 2009.

26 Entretien avec Shérif Amer, ex-animateur principale de l’émission Al Hayah Al Yaoûm, sur la chaîne Al Hayah, et animateur de l’émission Yahdos Fe Masr (Se passe en Égypte) sur la chaîne MBC Misr, le 28 janvier 2015, dans une brasserie à la ville du 6 Octobre.

27 Entretien avec Nour Mohamed, rédacteur à l’émission, le 25 août 2015.

28 Fouda a corédigé en 2003 avec Nick Fielding un livre sur la question qui a été traduit en français aux Éditions du Rocher, Les cerveaux du terrorisme. Le 11 septembre raconté par ceux qui l’ont commis.

29 À titre d’exemple, les partis politiques qui n’arrivaient pas obtenir une autorisation de la commission des partis politiques présidée par Safwat Al-Sharif (l’ex-ministre de l’Information et président du Sénat) avaient recours à des décisions judiciaires qui leur octroyaient ces autorisations.

30 Entretien avec Amr Salah, jeune activiste de la Coalition des jeunes de la Révolution, le 4 novembre 2017.

31 Une transcription résumée en anglais des interventions est disponible en ligne. CIHRS (2003), « Can Satellite Channels Replace Political Parties? », site du Cairo Institute For Human Rights Studies, mai. [En ligne]. http://www.cihrs.org/?p=4849&lang=en. Page consultée le 2 mars 2020.

32 Entretien avec Yasser Abdel Aziz, spécialiste des médias, chroniqueur à Al-Masry al-Youm et Al- Shorouk, le 31 mars 2014.

33 Entretien avec Ayman Al-Sayyad, rédacteur en chef de Weghat Nazar (« Points de vue ») et ex-conseiller du président déchu Mohamed Morsi, le 30 octobre 2014.

34 Ibid.

35 Belal Fadl est journaliste et scénariste engagé.

36 L’une des illustrations parfaites fut la querelle en direct entre Anes Al Feky, l’ex-ministre de l’Information sous Moubarak, et Mahmoud Saad, lorsque ce dernier critiqua la couverture médiocre de la télévision étatique lors des premiers jours du soulèvement. Le ministre est intervenu par téléphone pour dénoncer les accusations en l’accusant en retour de toucher un salaire spectaculaire.

37 Entretien avec le rédacteur en chef d’une émission sous couvert d’anonymat et avec Ahmed Abd Rabou, professeur à l’Université du Caire, le 23 novembre 2014 dans son bureau au Caire.

38 Les exemples sont multiples ; le dossier des détenus politiques est un exemple très saillant.

39 Il est à noter à cet égard que cela n’est pas un phénomène nouveau, mais rendu public, plus étendu et visible par la télévision. Des journalistes réputés, notamment à Al-Ahram, consacraient des jours en semaine pour recevoir des membres du public avec leurs problèmes.

40 Khaled Saïd fut iconisé par les activistes et par de nombreux médias en 2010, comme symbole des victimes de la torture policière.

41 Dans l’imaginaire collectif égyptien, les victimes de la violence policière étaient jusque-là soit des activistes politiques, considérés comme « ennemis de l’ordre public et des intérêts de l’État », soit des personnes d’une classe sociale modeste, souvent présentées comme des bandits hors-la-loi. Les deux catégories sont considérées comme ayant en quelque sorte elles-mêmes provoqué leur arrestation.

42 Human Rights Watch, « Work on Him Until He Confesses: Impunity for Torture in Egypt ». [En ligne] [www.hrw.org/report/2011/01/30/work-him-until-he-confesses/impunity-torture-egypt], 31 janvier 2011Page consultée le 20 décembre 2018.

43 Lien de l’émission Misr Al-Nahrda, 24 juin 2010, https://www.youtube.com/watch?v=WNg2KHUbQGw. Page consultée le 6 juillet 2020.

44 Hussein Gamal, « Men al-qalb, enta tayeb awe ya ostaz Mahmoud » (Du fond du cœur, Oh Dieu ! tu es très gentil, Mahmoud) (traduction de l’auteure), Al-Akhbar, 27 juin 2010.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Tableau 1. Typologie des principales interactions sur un plateau
Légende Légende : a) il s’agit d’une non-validation à visée coopérative ; b) ce sont des demandes d’information ou de prise de position, toutes contre-orientées par l’attaque, la moquerie ou la critique.
URL http://journals.openedition.org/communication/docannexe/image/13103/img-1.png
Fichier image/png, 738k
Titre Capture d’écran 1. Voix élevée et gestes nerveux, Saad
URL http://journals.openedition.org/communication/docannexe/image/13103/img-2.png
Fichier image/png, 156k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Maria Adib Doss, « Les talk-shows en Égypte  », Communication [En ligne], vol. 37/2 | 2020, mis en ligne le 07 septembre 2020, consulté le 26 septembre 2020. URL : http://journals.openedition.org/communication/13103 ; DOI : https://doi.org/10.4000/communication.13103

Haut de page

Auteur

Maria Adib Doss

Maria Adib Doss est Docteur en science politique, ATER à l’Université Paris 2 Panthéon Assas, chercheuse au Centre d’Analyse et de Recherche Interdisciplinaires sur les Médias (CARISM), chercheuse associée à l’Institut d’études du développement de la Sorbonne (IEDES), et assistante d’enseignement à l’université du Caire, Faculté d’Économie et de Science politique Cet article est tiré de sa thèse de doctorat en science politique (2018). Courriel : maria.adibdoss@gmail.com

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Communication sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo Université de Laval
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search