Navigation – Plan du site

AccueilNumérosvol. 37/2ArticlesL’espace public contestataire à l...

Articles

L’espace public contestataire à l’épreuve de la délibération en Algérie

Nabila Aldjia Bouchaala et Aïssa Merah

Résumés

Les auteurs analysent des slogans du mouvement du 22 février en Algérie. Ils font l’hypothèse que ces actes de langage révèlent un choix raisonné au-delà du caractère émotif qui accompagne ce mouvement de contestation et participent à l’adhésion d’autres personnes au processus de revendication. Des slogans des six mois de contestation constituent le corpus, ce qui leur permet de suivre l’évolution des revendications du mouvement populaire (Hirak).

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Ce mot signifie en arabe le mouvement (traduction des auteurs).

1Après 49 semaines de manifestations pacifiques, le mouvement de contestation en Algérie ne semble pas sessouffler tant les revendications sont toujours tenaces et leurs formes dexpression sont encore fortes, diversifiées et nationales. En effet, le maintien du Hirak1 est de nature à révéler un choix raisonné des Algériens pour qui ce mode de contestation semble la seule forme de résistance et de mobilisation pouvant conduire au profond changement politique espéré par tout le peuple algérien engagé dans une démarche pacifique et politique. Dautant plus que cette contestation se déroule simultanément dans toutes les villes algériennes, contrairement aux mouvements protestataires (sociaux, politiques, corporatistes ou communautaires) enregistrés par le passé. Certes, ces vagues de mouvements de protestation cycliques ou chroniques étaient essentiellement centrées dans les régions traditionnellement contestataires, à savoir la Kabylie ou Alger, ou tout récemment dans quelques villes de la région du sud opposées à lexploitation du gaz de schiste et aux politiques d’emploi des jeunes chômeurs.

  • 2 À la suite de l’arrêt du processus électoral qui a donné un franc succès au parti islamiste du FIS (...)
  • 3 L’agir communicationnel au sens de Jürgen Habermas est « la capacité discursive pratique qui suppos (...)
  • 4 L’expérience de dialogue entre les délégués de ce mouvement et le gouvernement début janvier 2004 e (...)
  • 5 Ou âarch : Une confédération des comités de villages et de tribus dans la région de la Kabylie. Voi (...)

2Vue sous langle communicationnel et dans son contexte autoritaire refusant le débat et déniant le droit d’expression, la dynamique des manifestations se déploie selon la rationalité de lagir politique (production dun contre-discours factuel, progression dans les revendications), alors que les conditions formelles de son exercice (liberté de parole, de rassemblement et dassociation) sont inexistantes, pour ne dire hostiles à toute forme de diversité. Il faut reconnaître que « lexpérience de linjustice » (Renault, 2004) des années 19902 qui sous-tend la conduite des manifestants, sans les conditionner pour autant, a servi de référent de lutte à tout point de vue. Dabord, elle a permis de comprendre la nature du système politique algérien opposé à toute concession démocratique et ses capacités de régénérescence reconfigurée. Ces facteurs accumulés qui arrangent les relais médiatiques et intellectuels promoteurs du discours officiel dominant anti-Hirak se renforcent par d’autres facteurs contextuels externes, notamment les expériences douloureuses de la Syrie, de la Libye et de l’avortement démocratique en Égypte. Cela a eu pour effet une totale méfiance des populations à l’égard de toutes les feuilles de route proposées, plutôt imposées, par le pouvoir politique dans les discours ponctuels du chef d’état-major (report de l’élection présidentielle, organisation dun panel dont la mission est de négocier avec les manifestants, etc.). Cette dure expérience a par ailleurs insufflé au mouvement les moyens de résistance autour de la réappropriation de lespace public, de lagir communicationnel3 et de renouvellement des figures dacteurs et de manifestants ; et cela au-delà des lignes de démarcation imposées par les tenants du pouvoir en place. En effet, tout le mouvement sest cristallisé autour du maintien des deux jours de manifestation par semaine, à défaut de sa structuration, laquelle semble soulever des doutes chez les acteurs meneurs et les manifestants ordinaires par crainte de récupération et dapparition de conflits de leadership surtout échaudés par lexpérience du dialogue4 avec les délégués du mouvement des Arouch5 de 2001 en Kabylie

3Dans ce contexte sociopolitique autoritaire où lexpression et laction citoyenne et politique sont neutralisées, sindigner sapparente à un acte salutaire. La nouvelle parole citoyenne permise surtout grâce aux dispositifs numériques sinscrit dans une volonté dautonomisation et d’émancipation à l’égard de lordre politique dans toutes ses composantes actuelles, à savoir institutionnelle, partisane, associative et syndicale. Aïssa Merah note à ce propos que « dans sa participation, le citoyen ordinaire savère attaché à son autonomie par rapport aux dispositifs étatiques et institutionnels et sexprime sur des questions et des préoccupations sans prêter attention aux acteurs politiques et institutionnels » (2016 : en ligne). À travers une telle posture, les manifestants engagent à la fois un processus discursif qui devait aboutir au sentiment de prise de conscience de la situation à changer et un projet osé, mais légitime selon leurs slogans scandés, d’agir revendicatif appelé engagement politique. La profusion des slogans ne semble pas avoir pour intentionnalité de dire la réalité, de la représenter, de la dénoncer, mais dagir sur elle en la considérant comme un vécu refusé et indigne à changer ; celui d’être dirigé par un « pouvoir illégitime depuis lindépendance du pays », pour reprendre l’un des slogans récurrents lors de ces manifestations. En occupant de façon permanente les réseaux sociaux numériques et lespace public physique (rues, stades, routes, administrations), les actes des Algériens convergent vers lagir collectif. Celui-ci se réalise par le travail communicationnel des manifestants de déconstruction du discours politique officiel tant ancré dans la vision machiavélique de « diviser pour régner », en mettant en avant les différences culturelles, ethniques, régionales ou idéologiques des groupes sociaux constituant le peuple algérien dans sa globalité et dans sa diversité.

4Chaque jour de manifestation sapparente donc à une réaffirmation consciente dune identité collective dun peuple opprimé, frustré et indigné, et ce, au-delà des divergences et des projections politiques et idéologiques au sein du mouvement. Cette identité ressoudée et mise en avant d’un peuple uni et conscient de son vécu soppose à limaginaire que tente dimposer le discours politique dominant, cristallisé autour du triomphalisme des réalisations et des réformes, de la légitimité historique de participation à la guerre de libération. En effet, ce combat ancien lié à la lutte d’indépendance 1954-1962, fondateur de lÉtat algérien moderne, a toujours servi de prétexte de légitimation du pouvoir en place et de sa pérennité, alors que sa contestation ne date pas daujourdhui, comme le confirment surtout les douloureux événements de 1962, 1965, 1980, 1988, 1991, 2001 et de 2011. Certes, l’actuelle contestation même non ou peu structurée sexprimait à la marge de lespace public traditionnel, du fait de son incapacité dy accéder et de construire un discours contestataire visible, autonome et surtout concurrentiel au discours officiel dominant. Mais elle parvient quand même à fédérer et à mobiliser les manifestants à travers leurs frustrations, leurs indignations et leurs aspirations devant la nature « contre-populaire et contre-démocratique » du système politique caractérisé par son discours d’autoritarisme et de monopole de la vérité.

  • 6 Les marches du mardi concernent la communauté universitaire et celles de vendredi regroupent toute (...)

5Par cet article, nous cherchons à comprendre le pouvoir du discours contestataire exprimé dans la rue lors des deux marches hebdomadaires6. Ainsi notre question principale sarticulera-t-elle de la manière suivante : comment les discours sociaux de contestation, exprimés dans les slogans des marches du mouvement de 22 février 2019, construisent-ils un espace public contestataire en Algérie ? Nous faisons lhypothèse que les slogans cheminent vers une réflexion rationnelle et une adoption collective, et ce, au-delà du caractère émotif qui accompagne leur accomplissement. Cet agir intentionnel et collectif des discours construits par les slogans sinsère en vérité dans une esthétique communicationnelle qui permet à la fois une participation symbolique à la marche et une mise en scène du déploiement de l’être social dans sa communauté lors d’un moment marquant son histoire. Cela donne à observer de visu comment ces actes de langage s’engagent et participent à construire des relations interpersonnelles agissantes et à mettre en commun des idées exprimées. Ces interactivités ou plutôt discursivités sociales favorisent l’adhésion dautres personnes au processus de contestation, de revendication et de délibération en constituant de nouveaux réseaux citoyens engagés. Dailleurs, force est de constater limportance accordée au partage et à la coproduction de données et de contenus (vidéo, liens, etc.) au sujet du Hirak sur les réseaux sociaux numériques, notamment Facebook et YouTube, lequel réseau représente une solution de rechange à la défaillance des moyens de médiation traditionnels, notamment la télévision et la radio toujours sous le contrôle du pouvoir politique.

Le principe d’égalité dans l’accès à l’espace public

6Lacception première de lespace public soulève in situ la garantie réelle des conditions de l’exercice de la délibération publique et de la participation des citoyens dans la gestion des affaires de la communauté. Ce qui suppose lexistence dun échange communicationnel égal pour tous les acteurs et tous les discours en compétition et en conflit.

7Or, cette pratique caractérisait une catégorie apparentée à la bourgeoisie lorsqu’elle ne la représentait pas exclusivement, et ce, aux dépens de ceux que Habermas (1993) avait désignés sous le vocable de plèbe. Ce dernier postulait que

l’idée d’un accès ouvert à tous est à l’origine de la sphère publique bourgeoise, mais c’est aussi le principe sur lequel elle achoppe. Une sphère publique dont seraient exclus ipso facto certains groupes qui représenteraient une avant-garde ne serait pas seulement en quelque sorte incomplète, elle n’aurait plus rien, au contraire, d’une sphère publique (1993 : 95).

8Cette condition de laccès permis à tous, posée tardivement par Habermas, vient dans le prolongement des critiques formulées à lencontre de sa conception de lespace public en tant que sphère réservée à la bourgeoisie. À ce propos, Nancy Fraser affirme que ce concept a donné lieu à lapparition de la domination de classe et des catégories favorisées :

[…] l’idée d’espace public désignait un mécanisme institutionnel de rationalisation de la domination politique en rendant les États responsables devant les citoyens (ou certains d’entre eux). Sur un autre plan, elle désignait un type particulier d’interaction discursive, marqué par l’idéal d’une discussion rationnelle, sans restriction, des affaires publiques (2003 : 106-107).

9Cest à travers la révision de son premier texte sur lespace public bourgeois, à la suite des critiques formulées à lencontre de sa première conception, que cet auteur a fini par reconnaître lexistence de lespace public populaire. Cette catégorie désigne, à son tour, une forme dexpression opposée au modèle de délibération dominant, avec comme caractéristique principale limpossible accès au débat public. Bien au contraire, les contre-publics subalternes (Fraser, 2003) se manifestent dans des espaces marginaux où laccès à la parole nest pas égal pour tous. Cette auteure montre comment les oubliés du discours dominant parviennent à créer leur propre sphère de discussion avec un contre-discours qui s’éloigne de la perspective habermassienne. Cest à juste titre que Guénola Capron et Nadine Haschar-Noé nous rappellent qu’« au niveau des espaces sociaux concrets, lexpérience quotidienne rappelle que lespace public exclut tout autant qu’il intègre. Plus précisément son appropriation exige la possession de codes daccès spécifiques et de ressources socio-culturelles étendues » (2007 : 32).

10En même temps, la filiation du système médiatique avec lespace public politique et son corollaire, lordre économique, fait que le seul discours visible socialement est celui qui émane des catégories dominantes. Il sappuie désormais sur le discours de lexpertise articulé et vulgarisé par une élite organique acquise au pouvoir politique que fournissent les intellectuels des médias, qui caractérise notamment les médias audiovisuels, pour se légitimer. Or, les catégories les plus faibles peinent à accéder à lespace public médiatique à cause dun dysfonctionnement structurel lié à la maîtrise des appareils symboliques. Dans leur étude sur lespace public en Algérie, Yamine Boudhane et Aïssa Merah affirment que « le sujet de délibération attire lattention et suscite lintérêt chez les citoyens sur les problèmes publics, lesquels engendrent des intérêts conflictuels alimentés par les différents acteurs et animés dans des différentes arènes de débat permises et appropriées » (2013 : 373). Dit autrement, en labsence de médiatisation et de médiation traditionnelles, les Algériens investissent dautres lieux afin de formuler une opinion, de la discuter et de la partager dans lexercice quotidien de la sociabilité et de la citoyenneté. La contestation du 22 février constitue l’un de ces modes de subjectivation, de laffirmation dune identité collective. En analysant les différents mouvements de contestation qui ont marqué le monde au cours des deux dernières décennies, Serge Proulx nous explique que cette subjectivation constitue « laffirmation dune légitimité, dune reconnaissance de la (presque) parole des “sans-part” qui participe directement au déploiement des “sans-voix” dans la sphère publique » (2012).

La fonction du performatif sociale dans la subjectivation

11En nous appuyant sur les théories des actes de langage, notamment les travaux de John Langshaw Austin sur le performatif, cest-à-dire la possibilité de faire des choses avec des mots, nous entendons marquer une opposition par rapport au paradigme descriptif, lequel insiste sur la capacité des mots de représenter le monde. Austin pose les fondements du performatif à partir du moment où « quelque chose, au moment même de l’énonciation, est effectué par la personne qui énonce » (1970 : 84).

12Cette affirmation dAustin a tellement suscité de débats au sein de plusieurs disciplines (philosophie, linguistique, sciences de la communication) que nous ne pouvons en faire linventaire ici. Retenons dabord cette lecture de Raoul Moati du développement austinien sur le pouvoir des mots : « […] les actes performatifs se caractérisent par le fait qu’ils nont pas pour fonction de décrire un état du monde, mais bien plutôt de permettre, par lintermédiaire des mots, dagir dans le monde » (2009 : 25).

13En articulant l’accomplissement du performatif autour du lien social, Judith Butler explique comment le performatif participe au processus de subjectivation des individus :

le performatif social joue un rôle crucial non seulement dans la formation du sujet, mais également dans la contestation politique et la reformulation continuelle du sujet. Le performatif nest pas simplement une pratique rituelle : cest lun des rituels majeurs par lesquels les sujets sont formés et reformulés (2004 : 247).

14Ce rituel qu’évoque Butler est associé au pouvoir symbolique que confère lautorité (sociale ou politique) à celui qui parle. Et cest sur ce plan que la contribution de Pierre Bourdieu dans la compréhension du performatif le rend plus explicite : « […] essayer de comprendre linguistiquement le pouvoir des manifestations linguistiques, chercher dans le langage le principe de la logique et de lefficacité du langage dinstitution, cest oublier que lautorité advient au langage du dehors » (Bourdieu, 1982 : 161).

15Mais si les mots ont le pouvoir de produire le réel au moment de leur énonciation, des conditions formelles simposent pour qu’ils connaissent un succès ou une félicité (felicity, selon la formule proposée par Austin). Autrement dit, les situations d’échec se produisent lorsque les conditions requises pour laccomplissement de lacte performatif ne sont pas réunies. Parmi ces conditions, nous pouvons citer la situation de communication, laquelle est commandée par une convention, et lacte performatif, qui la convoque de façon rituelle. Le statut de celui qui parle est également posé comme condition de réussite de lacte de langage. Butler pense avec Rae Langton que

ce pouvoir dexercer le discours, de sorte que son accomplissement et sa réception sont régis et réconciliés par une intention unique et dominante, est essentiel à lactivité et à la puissance dagir dune personne douée de droits et jouissant du pouvoir social dexercer ses libertés et ses droits fondamentaux (op. cit. : 139).

16De cette affirmation, nous pouvons retenir une autre condition essentielle à la réussite de lacte de langage, celle des dispositions juridiques, des relations aux institutions, des postures normatives et des origines sociales du sujet parlant. Car, même si le contexte d’énonciation a connu des divergences quant à sa détermination de l’action, le postulat selon lequel la force des mots vient des institutions auxquelles ils sadossent reste quand même dominant.

17Lautre élément que rajoute Butler est celui de lancrage historique des mots. Si un mot produit des effets, cest parce que quelque chose dans lhistoire est lié à sa production et à sa carrière chargée en symboliques et en enjeux puisés dans la mémoire collective. Cette donnée historique qui préside à laccomplissement de lacte performatif est désignée par Butler sous le vocable de trauma. Pour elle, il est constitutif de lordre des relations. Le trauma est aussi mobilisé quand il sagit de parler de revendications visant la reconnaissance, comme nous allons le voir dans la partie réservée à lanalyse des slogans des manifestations du 22 février.

De la capacité d’agir du slogan politique

18Caractéristique des mouvements sociaux et des contestations de masse ou corporatistes, le slogan se présente comme outil de communication des acteurs sociaux. Revenons dabord sur sa définition conceptuelle. Pour le philosophe et rhétoricien Olivier Reboul, le slogan politique est « une formule concise et frappante, facilement repérable, polémique et le plus souvent anonyme, destinée à faire agir les masses tant par son style que par l’élément dautojustification, passionnelle ou rationnelle, qu’elle comporte » (1975 : 42). Le slogan est souvent associé au mot dordre, à la consigne, par la dimension active qui sous-tend son usage. Il démontre par ce fait une espèce de capacité dincitation, un pouvoir de mobilisation. Les slogans sont désormais le contenu qui circule le plus dans la rhétorique des mouvements sociaux, en assurant une fonction sociale au sein des groupes contestataires. Dailleurs, Reboul pose lusage du slogan comme condition à la circulation des revendications parmi les groupes contestataires, en soutenant que « lidée la plus vraie, la cause la plus juste ne passera jamais dans les masses si elle ne trouve la formule simplificatrice qui les atteigne dans leur conscience et dans leur inconscient, dans leur raison et dans leur cœur » (ibid. : 148).

19Sil renseigne sur la nature des revendications des contestataires, le slogan a une finalité tout autre. Sinterrogeant sur l’objectif du slogan, Reboul affirme que ce nest pas son sens qui interpelle, mais sa capacité dagir sur les gens : « […] le propos de tout slogan : “faire marcher” les gens, les faire agir sans qu’ils puissent discerner la force qui les pousse » (ibid. : 10).

20Plusieurs travaux ont abordé les postures énonciatives des slogans dans les situations d’énonciation (Bernard Barbeau, 2015 ; Maingueneau, 2012). Ces auteurs se sont intéressés au phénomène en l’étudiant dun point de vue sociolinguistique et discursif. Yana Grinshpun (2013) a relevé le riche répertoire politique et culturel sur lequel se sont reposés les slogans du mouvement contestataire universitaire de 2009 en France. En inscrivant son analyse dans une conjoncture historique, sociale et politique, lauteure a montré les forces (plurielles) et faiblesses (hétérogènes) des slogans des manifestants.

21Ces travaux révèlent certes une dimension de la communication du discours contestataire, mais ils demeurent dessence sociolinguistique. Aussi intéressants qu’ils soient, ils nont pas mis laccent sur la dimension active des slogans au regard des conditions sociopolitiques d’expression. Or, ce qui nous intéresse, nous, cest de montrer cette force de laction qu’ont les slogans dans le cas étudié. En inscrivant cette analyse dans le courant théorique des actes de langage, nous souhaitons connaître la capacité dinterpellation des slogans au regard des conditions sociopolitiques du mouvement étudié. Nayant pas pour objectif de présenter un corpus exhaustif, tant les slogans sont nombreux, nous avons opté pour un échantillon des slogans qui ont résonné dans toutes les villes algériennes. La particularité des slogans que nous cherchons à analyser est qu’ils se déploient dans lespace public contestataire selon deux formes : écrite et orale. Les slogans sont entonnés en grands groupes dindividus ou portés individuellement par plusieurs personnes. Dans certains cas, lorsqu’il sagit dune grande banderole, ils sont portés par un grand groupe en signe de la forte adhésion qu’ils suscitent chez les gens. Dans certains cas, on les voit affichés sur les murs des grands immeubles du centre-ville où se déroule le grand rassemblement des manifestants.

Une mise en contexte

22Si laspect spectaculaire du mouvement, symbolisé par les masses dans les rues de toute lAlgérie, a été relayé par les médias de façon sélective, ces derniers ont omis de rendre visibles des individualités non médiatisées et qui manquent de ressources leur permettant daccéder au débat public. L’émergence de ces nouveaux acteurs renseigne non seulement sur le renouvellement des processus de construction des profils et des carrières militantes et politiques, mais aussi sur la nécessité dune nouvelle configuration de lespace alternatif matérialisée par un discours contestataire.

23Des populations issues de différentes catégories d’âge et de différents milieux sociaux et culturels sont en train dexpérimenter la citoyenneté en créant des forums de débat contradictoire et de discours politique dans les rues. Elles sexercent ainsi à la citoyenneté et à la prise de la parole politique. Preuve en est, les contestataires ont exprimé une opposition aussi bien à lespace public politique dans toute sa composante que les médias qui demeurent neutralisés sous le contrôle de l’État. Notons tout de même que ce fait a été constaté dans les sociétés démocratiques, comme le souligne Neveu :

[…] la lecture des travaux de lhistorien britannique Edward P. Thompson permet dobserver, par contraste, tant la fécondité dune investigation sur lexistence possible dun espace public populaire spécifique, que la réalité de pratiques de politisation ou despaces de sociabilité populaire générateurs dune disposition à « opiner » (1995 : 42).

24Dans le cas algérien, cette forme dexpression qui se construit à la marge des appareils de médiation traditionnels et de production du discours dominant du pouvoir a été observée dans les activités communicationnelles des individus dans les espaces publics ordinaires. Ces espaces, dont la seule ressource est la mise en commun permise par les moyens de communication traditionnels (parole, solidarité), président à la naissance dune conscience de la situation dopprimé. Ce type despace donne une visibilité sociale non pas aux individus en tant que tels, mais à leur vécu, à leurs maux. Toute opinion exprimée égale une apparence sociale. Lentente dans ce cas nest pas celle dont parle Habermas, et qui se résume à laspect langagier de l’échange, elle est surtout normative relative à lacquisition dune identité à travers la socialisation.

25Or, depuis le début du Hirak, nous assistons à une opposition à tout ce qui représente lespace public bourgeois (structures élues, les partis politiques y compris ceux de lopposition, les grandes associations, les médias). À cela sajoutent la perte de confiance des publics dans les médias, l’élargissement du fossé entre le gouvernant et gouverné ainsi que linstallation de la méfiance et le déni de reconnaissance. Cet espace oppositionnel (Negt, 2007) tire ses origines de lexpression politique qui sest structurée à la marge du discours dominant. Lexpérience de linjustice, relative à la relation gouvernants-gouvernés, a été formulée dans les stades de football dont les slogans et chants des supporters ont guidé les manifestations du mouvement du 22 février. Les slogans brandis par les Algériens au cours de ces mois de manifestations constituaient une affirmation dune parole populaire jamais reconnue en tant que telle par les pouvoirs politiques. Elle sest matérialisée à travers les slogans, chants, mots dordre, consignes, etc.

La méthodologie de travail

  • 7 Nous avons été participants/observateurs de ce mouvement en prenant part aux rassemblements des ven (...)

26Afin de répondre à notre question centrale, nous avons constitué un corpus des slogans des six premiers mois de contestation. Ce corpus construit7 selon un échantillon ciblé nous a d’abord permis de suivre l’évolution des revendications du mouvement ponctuées et alimentées par les marches populaires et événements intervenus en cascade. Nous avons pris en compte quatre dimensions dans la catégorisation des slogans : a) lopposition contre les pouvoirs politiques à travers ses acteurs, ses actes et son discours ; b) lindignation devant les injustices et les approximations des actions du pouvoir politique ; c) la solidarité avec les citoyens victimes de la gestion et de linjustice ; d) la caricature de la réalité refusée et des acteurs politiques dénoncés. Pour cela, nous recourrons à lanalyse de contenu thématique qui consiste à « procéder systématiquement au repérage, au regroupement et, subsidiairement, à lexamen discursif des thèmes abordés dans un corpus, qu’il sagisse dun verbatim dentretien, dun document organisationnel ou de notes dobservation » (Mucchielli et Paillé, 2008 : 162).

27Ensuite, nous avons procédé à une analyse énonciative dans le but de placer la situation de discours dans son contexte sociopolitique afin de déceler la force de cet espace public oppositionnel. Notre unité danalyse sera l’énoncé type, lequel est décrit par Gino Gramaccia comme suit : « […] un énoncé peut être considéré comme type ou comme occurrence selon qu’on le saisit in abstracto ou en contexte » (1986 : 56).

28Il savère donc que la démarche pragma-linguistique que nous adoptons entend compléter lanalyse de contenu, par la nécessité de prendre en considération le contexte pour mieux interroger et comprendre le sens co-construit et recherché, en ce sens que

la relation sémantique qui peut s’établir entre une phrase et un état de choses nest qu’un aspect de la situation pragmatique complexe dont les termes sont, entre autres, celui qui parle, la phrase qu’il énonce, l’état de choses dont il parle, celui à qui il parle et le contexte dans lequel il parle (Recanati, 1981 : 15).

Le corpus de l’étude

29Reflétant la réalité linguistique de lAlgérie, caractérisée par un aménagement linguistique qui accorde aux langues nationales (tamazight et arabe) le même statut, en plus de la forte présence de la langue française notamment dans les grandes villes du nord du pays, les slogans brandis par les Algériens le long de ces mois étaient majoritairement dans ces trois langues. Il existe toutefois quelques rares slogans en anglais et dont lintérêt pour certains manifestants interrogés est de faire connaître le combat des populations à travers le monde. Cest lexplication qui nous a été fournie selon les entretiens que nous avons réalisés avec des étudiants pour une autre étude. La langue na donc pas constitué un critère de sélection, et ce, pour neutraliser les facteurs sociolinguistiques en mesure dinfluer sur lusage. Le seul critère retenu pour cet échantillonnage est la récurrence du slogan et son caractère national. Ces paramètres ont été vérifiés surtout à travers les pages Facebook dédiées au Hirak dans les différentes villes et par les différentes associations nationales et locales.

30Pour cela, nous avons défini une série de types dactes de langage dans le but de servir le projet danalyse que nous envisageons. Nous nous interrogerons aussi sur les intentions des énonciateurs lors de cet exercice. Dailleurs, il est ici à préciser que par souci de convergence entre revendications et de risque de manipulation, certains manifestants soumettent le slogan avant de l’énoncer à vérification par rapport à son intentionnalité explicite ou implicite, sa correspondance aux objectifs du Hirak et son imprégnation idéologique ou partisane. Sachant que dans le cas de slogans il nest pas rare que ceux-ci se construisent en groupe, ce qui en fait un acte résolument social. Il se peut aussi que le slogan soit repris, partagé et récupéré par dautres membres du mouvement contestataire ou même relayé sur les réseaux sociaux numériques. Les images et vidéos qui circulent sur de nombreuses pages nous montrent des manifestants de la diaspora algérienne à l’étranger reprenant les slogans venant dAlgérie. La catégorisation adoptée sest donc basée sur des éléments sémantiques (refus, revendications claires et affirmation dune identité), déduits à partir de la lecture de l’échantillon de slogans retenus, et ce, en partant dune conception qui éloigne les actes de langage de la seule représentation des choses ou de leur nomination.

Tableau 1. Les slogans du corpus

Tableau 1. Les slogans du corpus

De la « félicité » des slogans du mouvement du 22 février

31Lune des conditions de félicité de lacte performatif tel que posé par Austin réside dans lautorité de l’énonciateur. En dautres termes, la dimension active de l’énonciation ne se concrétise que lorsque l’énonciateur est en droit de faire, comme le cas de ce juge qui annonce un jugement. Le pouvoir des mots se vérifie aussi dans lactivité sociale des individus. Pour Butler, « lacte de discours fonctionne en partie du fait de sa dimension citationnelle, de lhistoricité de la convention qui excède et rend possible (enables) le moment de l’énonciation » (op. cit. : 67). En effet, cette condition renvoie au processus de subjectivation des individus engagés dans une action collective. Or, pour Bourdieu,

lefficacité symbolique des mots ne sexerce jamais que dans la mesure où celui qui la subit reconnaît celui qui lexerce comme fondé à lexercice ou, ce qui revient au même, soublie et signore, en sy soumettant, comme ayant contribué, par la reconnaissance qu’il lui accorde, à la fonder (1982 : 173).

32Si lauteur nentrevoit pas la possibilité dune puissance dagir des dominés, il nen demeure pas moins que lacte contestataire permet de devenir sujets aux contestataires, dans la mesure où le pouvoir politique qui opprime la contestation permet, par l’intermédiaire d’un tel acte, la naissance dune conscience quant à sa nature ainsi qu’une conscience chez les gens de leur condition de dominés.

33Nous pourrons penser que le premier slogan porté par les Algériens lors de la manifestation du 22 février, « yaura pas de 5e mandat, oh ! Bouteflika », a connu un succès. Ce slogan clamé et brandi par des millions de manifestants exprimant un refus clair de la candidature du président malade a été suivi par la démission du président trois semaines après sa formulation. Or, il est difficile daffirmer que la condition de son succès réside dans la force politique de ceux qui lont porté, à savoir les citoyens. Car un slogan similaire formulé par les mêmes groupes et demandant le départ du chef d’état-major, « Gaid salah dégage ! », na pas eu la même force perlocutoire. En effet, tous les énoncés des slogans nont pas la même force du langage.

34Butler pense qu’

on ne peut pas réduire le performatif à un acte singulier exécuté par un sujet déjà établi : il est lune des façons, puissantes et insidieuses, selon lesquelles, sous leffet dappels dorigine diffuse, les sujets acquièrent une existence sociale et sont introduits à la socialité par des interpellations puissantes, à la fois diffuses et variées (op. cit. : 247).

  • 8 Cela renvoie aux discours hebdomadaires de l’ancien chef d’état-major, mort en janvier, à travers l (...)

35Selon l’auteure, le performatif social participe de façon directe à la construction du sujet parlant, ce qui est de nature à consolider la contestation politique et la reformulation continuelle du sujet par la construction de nouveaux slogans ou par la reconfiguration danciens pour répondre à lactualité, surtout par rapport aux discours du mardi dits « discours des casernes8 » auxquels les manifestants répliquent le vendredi. L’auteure s’oppose par ailleurs à toute tentative de réduire le performatif à une pratique rituelle. Elle linscrit dans une dimension sociale plurielle relative aux ressources de lordre social : « […] cest lun des rituels majeurs par lesquels les sujets sont formés et reformulés » (ibid.).

36Ainsi la ritualisation de lacte performatif prend-elle sens dans lachèvement de lacte de langage. Si certains actes de refus nont pas eu dimpact sur les décisions du pouvoir en place, ce n’est pas le cas du panel du dialogue qui a, malgré sa contestation par le mouvement, continué sa mission de consolidation de la politique officielle. Dautres actes de langage ont porté cette force perlocutoire. L’énoncé/slogan « il ny aura pas d’élection avec les bandits » ne porte aucune dimension dinterpellation, il représente laffirmation dune existence citoyenne, dune parole collective qui signifie un faire, en ce sens qu’il devient difficile dorganiser une élection présidentielle sans ladhésion des citoyens. La caractéristique de ces actes est dabord la répétition, la forte redondance dans lespace social, dans la mesure où leur appropriation sest faite de façon massive à travers le territoire national pour marquer le caractère collectif des revendications qu’ils contiennent.

37Mais les théories des actes de langage, notamment le développement que propose Austin à propos du performatif, posent des conditions formelles pour laccomplissement de lacte. Mais devrait-on se conformer à ces conditions pour comprendre les actes contestataires ? Pour qu’un dire ait la dimension de laction et atteigne la cible, est-il nécessaire que celui qui énonce le refus, comme dans le cas de la présente étude, soit investi de pouvoir ?

38À l’analyse du slogan « nous sommes unis, vous êtes finis », nous constatons bien que cet acte constitue laccomplissement de la subjectivation sociale, à travers lexpression des contestataires de leur attachement à lidentité citoyenne avant tout. En effet, le pouvoir politique en Algérie a toujours eu recours à la stratégie de la division pour déconstruire les revendications. Cette politique, déployée durant ce Hirak, a été identifiée par les manifestants, lesquels ont exprimé leur opposition à toute tentative de division du peuple. Dailleurs, leurs énoncés ne manquent pas d’éléments esthétiques (humour, dérision) mis en œuvre pour signifier une fin de non-recevoir du discours politique, comme le fait ce slogan « Ramadan : purification du corps, de lesprit et du système ».

39Lautre réappropriation dun symbole, récupéré par le pouvoir afin dasseoir son hégémonie, est la question de la guerre de libération. Les manifestants ont repris l’événement marquant de lhistoire de lAlgérie pour le retourner contre les tenants du pouvoir : « Un seul héros : le peuple ». Ce slogan inscrit sur les murs dAlger à la suite du conflit qui a opposé les combattants à la guerre dindépendance durant ce qui est appelé « la crise de l’été 1962 » rappelle, comme par le passé, qu’aucune bataille ne peut être gagnée sans le concours des populations. Cette allusion faite au chef d’état-major, lequel après avoir poussé Bouteflika à la démission a pris les rênes du pouvoir et tourné le dos aux revendications populaires : « Ce pays est le nôtre et Gaid nous a trahis ».

40La réappropriation de la guerre de libération signifie aussi en finir avec le mythe fondateur du système et rendre plus visible sa vraie nature. Ainsi lexhortation des martyrs de la guerre de libération, scandée dans toutes les villes, résonne-t-elle comme une révocation de la classe dirigeante de ce moment de communion nationale : « Oh Benmhidi, oh Elhoues, Bouragaa est en prison ».

La prise de parole et la visibilité comme actes performatifs

41Comme nous l’avons soutenu plus haut, la caractéristique de ces actes est dabord la répétition, la forte redondance dans lespace social, dans la mesure où leur appropriation sest faite de façon massive à travers le territoire national pour marquer le caractère collectif des revendications. Or, la prise de parole est elle-même un enjeu crucial pour lexercice de la démocratie. Dominique Wolton explique son importance dans les systèmes démocratiques : « […] dans lespace de communication élargi daujourd’hui, ceux qui se taisent ont tort. Sil ne suffit pas de parler pour être entendu, il apparaît néanmoins indispensable de faire parler de soi » (1992 : 105).

42Cet exercice daffirmation des revendications politiques est encore plus crucial dans les systèmes politiques fermés au regard de la délimitation de la parole qui les caractérise. Lacte de parole est en soi un combat pour les citoyens, comme le montre ce slogan : « Chaque jour une manifestation, nous nallons pas nous arrêter. » Ce qui est affirmé à travers ce slogan, cest la volonté des manifestants de préserver cet acquis vécu individuellement et collectivement. En dautres termes, cest « une insurrection politique fondée sur la citation des normes établies et qui produit cependant quelque chose de nouveau » (Butler, op. cit. : 108).

43Si lenjeu ici est la continuité du mouvement, cest parce que les expériences de lutte de la société algérienne nous montrent comment le pouvoir politique endiguait la contestation sur le temps. Dès lors, la prise de parole soppose à linvisibilité sociale imposée aux Algériens par le pouvoir. Son intensification est de nature à affaiblir le pouvoir de récupération des dominants. Par ailleurs, cette contestation va donner à lespace public physique sa dimension politique. Dit autrement, les formes dexpression pratiquées par les contestataires et leur occupation de lespace public de façon ponctuelle ancrent lexpression politique dans lespace social. « Cest notre pays et nous ferons ce que bon nous semble. » Ce slogan semble à une première lecture exprimer une forte opposition au pouvoir en place ; or il exprime en réalité une affirmation dun soi collectif qui préside à lexpression de la citoyenneté, jamais acquise depuis lindépendance du pays.

44La prise de parole a permis aussi la visibilité de la diversité de la société algérienne, longtemps occultée lorsqu’elle nest pas réprimée par les pouvoirs politiques. La confrontation de ces dimensions de lidentité a fini par aboutir à un débat sur ce qu’est être Algérien aujourd’hui. On comprend à travers ce slogan que ce qui prime, cest dabord la volonté den finir avec ce pouvoir. Il se voit renforcé par un autre : « Ou nous ou vous » ; ce slogan qui affiche un franc affrontement ne comporte aucune dimension de violence. Il sappuie sur la forte mobilisation et ladhésion des contestataires à lesprit du Hirak pour marquer une rupture définitive avec le système politique désigné par le mot Issaba (bandits).

45À cela sajoute la seconde dimension de lidentité algérienne, qui a constitué le fer de lance du Hirak, à savoir lidentité culturelle. Le slogan « Imazighen » ou « Amazigh », porté traditionnellement dans les régions berbérophones, notamment la Kabylie, a retenti dans les villes les plus arabophones, en loccurrence Djelfa, pour signifier l’épuisement des ressources de « manipulation des masses » du chef d’état-major, dont les discours ponctuels avaient pour intention de déjuger les acteurs du Hirak.

L’espace public contestataire entre mythe et réalité

46La contestation politique nest pas un phénomène nouveau en Algérie.

Son expérience contestataire de 2011 qui nest pas la première du genre en matière de revendications sociopolitiques et identitaires et de formes de mobilisation non conventionnelles de déjà vues et récupérées, dont les évènements sanglants de 1980, 1988, 1991, et 2001 (Merah, 2016 : s.p.).

47Toutefois, la plupart des mouvements ont été soit étouffés dans l’œuf, comme ce fut le cas du mouvement Barakat (qui signifie en arabe « ça suffit »), soit récupérés par le pouvoir politique. Le mouvement Barakat, né en 2014 à la suite de lannonce de la candidature de Bouteflika pour un quatrième mandat, a été facile à réprimer et à endiguer du fait de la faible adhésion populaire. Le second cas de figure est la récupération du mouvement par le pouvoir en place, ce qu’illustre le mouvement des Arouch (« tribus » en tamazight), dont lampleur na d’égal que sa force contestataire. Or, la singularité du mouvement contestataire du 22 février, toujours en cours au moment où nous rédigeons cet article, est de revêtir un caractère pacifique, jamais connu dans lhistoire de lAlgérie. Cette « révolution du sourire », comme tiennent à la qualifier les Algériens, s’oppose au discours politique, qui brandit la menace sécuritaire pour faire barrage à toute revendication politique.

48Or, cette qualification de « révolution du sourire » a été suivie naturellement par la libération de la parole, de la discussion et du débat public qui se sont constitués dans des espaces autonomes (rues, parcs, cafés populaires, etc.). Elle se présente comme une opposition aux actes de violence qui, rappelons-le, ont été très rares depuis le début du mouvement le 22 février 2019. Cette réalité, jumelée à une certaine vision mythique du Hirak, a été construite dans lespace public physique aussi bien que dans l’espace virtuel, jusqu’à devenir un fort moment fantasmagorique pour les contestataires, qui nont de cesse de vanter la sagesse et l’évolution vers un processus rationnel des revendications politiques des Algériens. Elle sappuie notamment sur l’une des réalités de ce Hirak, à savoir que les Algériens sortent tous les vendredis et mardis dans les rues de toutes les villes algériennes pour changer le régime politique qui règne en Algérie depuis son indépendance. Lacte fondateur qui était le refus de la candidature pour cinquième mandat présidentiel d’Abdelaziz Bouteflika, « Il ny aura pas de cinquième mandat, oh ! Bouteflika » (slogan du mois de février 2019), a révélé par la suite la conscience qui est née chez les Algériens quant à la nature du système politique, dont le projet du cinquième mandat nest que lune des figures. En effet, le refus exprimé massivement le 22 février est le reflet du mépris subi par le peuple qui sest manifesté clairement lors des scènes de glorification du président malade. Lexagération jusqu’à la caricature des cérémonials annonciateurs de ce projet politique, notamment le portrait du président devenu lui-même une icône, a créé chez les Algériens un fort sentiment de mépris. Il faut dire que le pouvoir politique se mettait en scène de façon qui dépassait tout entendement, alors qu’aucune de ses composantes (tant militaire que civile) ne croyait au soulèvement populaire.

49La dégradation de la situation sécuritaire tant en Lybie qu’en Syrie a servi de référent pour neutraliser toute opposition. Dailleurs, lancien premier ministre Ahmed Ouyahia na pas manqué de mobiliser largument sécuritaire pour dissuader les contestataires, et ce, en brandissant la menace syrienne. Par ailleurs, la chaîne de télévision publique, contrôlée par le pouvoir en place, a présenté des images jamais diffusées sur la crise sécuritaire des années 1990. Ces procédés ont été vite déconstruits par les cybercitoyens, qui trouvent dans les réseaux sociaux numériques une tribune pour critiquer le discours officiel.

50Dailleurs, on retrouve le retournement de ces scènes contre les gouvernants dans les slogans brandis à travers le territoire national : « Nous nous sommes réveillés, nous allons vous user. » Cet énoncé révèle les ressources qui ont permis aux manifestants de comprendre les intentionnalités intrinsèques au discours politique officiel. Ils sont certes peu informés sur la réalité politique, mais ils tirent leur force de la rupture du contrat, de l’absence de confiance qui s’est définitivement installée.

51En somme, les slogans brandis concentrent le malaise de la société algérienne, les revendications citoyennes et les situations de défiance de lordre politique. Ils constituent à la fois des actes dinterpellation des pouvoirs politiques et un dévoilement des différentes facettes de lordre politique (lordre médiatique, lordre économique, lordre social et les syndicats).

Conclusion

52Lexpérience d’élaborer, brandir, énoncer des slogans lors des contestations qui marquent le paysage sociopolitique algérien est de nature à interpeller plusieurs disciplines. Lacte de parole, puissions-nous le penser au pluriel, révèle dabord les ressources de lespace social qui est passé en peu de temps dun lieu dinvisibilité à un espace dapparence politique, dans la mesure où la place Audin, pour ne citer que ce lieu mythique dAlger dont la symbolique historique rappelle lengagement dun Algérien dorigine européenne aux côtés des plus démunis, sest vue réappropriée par les manifestants. Or, la recherche ici nest pas celle dune visibilité sociale, mais celle dune action sur une situation de mépris pour la changer. Les slogans que nous avons analysés portent une dimension de laction à travers les trois grands actes que nous avons repérés (refus, revendication et affirmation d’une identité). Le premier est lacte contestataire qui a pour ambition de freiner laction entreprise par le pouvoir politique, lequel cherche à imposer une réponse, refusée par les manifestants. Le second est articulé autour de revendications claires et qui semblent représenter le point dachoppement du Hirak, au regard des faiblesses structurelles qui le caractérisent. Le troisième, qui représente une forte dimension de laction, est celui de laffirmation dune identité. Sur ce point précis, nous constatons qu’il existe une double dimension dans cette affirmation identitaire. La première concerne une identité culturelle qui était sujette à manipulation de la part du pouvoir politique et n’a pas manqué de créer des clivages au sein du Hirak. La seconde dimension est celle de lidentité citoyenne, laquelle semble constituer la trame du mouvement.

53Or, ces actes peinent à exercer le pouvoir dinterpellation inhérent aux actes de langage, du fait de labsence de reconnaissance de lidentité citoyenne par le pouvoir politique. Certes, ils ont réussi à interpeller lordre social et à fédérer les actions des manifestants. Lindicateur de cette hypothèse est la forte reprise du Hirak au moment de la rentrée sociale en septembre, alors que le pouvoir politique annonçait son essoufflement. Toutefois, nous remarquons que sur le plan politique, et ce, malgré la pluralité des idées politiques et leurs oppositions (islamistes, laïques), les actes des manifestants peinent à converger vers l’agir politique (difficultés de négocier avec le pouvoir politique, absence de structures représentatives).

54Si ces actes de langage que représentent les slogans nont pas encore abouti, il nen demeure pas moins qu’ils ont réconcilié les Algériens avec une certaine discursivité sociale par larrangement dun nouvel espace public autonome. Il dépend maintenant des acteurs et leaders du mouvement de déconstruire davantage le système normatif sur lequel repose le discours dominant pour la réussite du performatif social.

Haut de page

Bibliographie

AUSTIN, John Langshaw (1970), Quand dire c’est faire, traduit de l’anglais par Gilles LANE, Paris, Éditions du Seuil.

BERNARD BARBEAU, Geneviève (2015), « De l’appel à mobilisation à ses mécanismes sociodiscursifs : le cas des slogans écrits du printemps érable », Argumentation et analyse du discours, 14, mis en ligne le 9 avril 2015. [En ligne]. http://journals.openedition.org/aad/1969. Page consultée le 25 janvier 2020.

BOURDIEU, Pierre (1982), Ce que parler veut dire, l’économie des échanges linguistiques, Paris, Fayard.

BUTLER, Judith (2004), Le pouvoir des mots : politique du performatif, traduit de l’américain par Charlotte NORDMANN, Paris, Éditions Amsterdam.

CAPRON, Guénola et Nadine HASCHAR-NOE (dir.) (2007), L’espace public urbain : de l’objet au processus de construction, Toulouse, Presses universitaires du Mirail.

FRASER, Nancy (2003), « Repenser l’espace public : une contribution à la critique de la démocratie réellement existante », dans Emmanuel RENAULT et Yves SINTOMER (dir.), Où en est la théorie critique, Paris, La Découverte, p. 103-134.

GRAMACCIA, Gino (1986), Approche narratologique d’une organisation de réadaptation fonctionnelle. Thèse de doctorat en sociologie, sous la direction de Jacques WITTWER, Bordeaux, Université Bordeaux 3.

GRINSHPUN, Yana (2013), « Discours manifestant et contestation universitaire (2009) », Argumentation et analyse du discours, 10, mis en ligne le 10 avril 2013. [En ligne]. http://journals.openedition.org/aad/1476. Page consultée le 24 décembre 2019.

HABERMAS, Jürgen (1987), Théorie de l’agir communicationnel rationalité de l’agir et rationalisation de la société, tome 1, traduit de l’allemand par Jean-Marc FERRY, Paris, Fayard.

HABERMAS, Jürgen (1993), L’espace public, archéologie de la publicité comme dimension constitutive de la société bourgeoise, traduit de l’allemand par Marc B. DE LAUNAY, Paris, Payot.

MAINGUENEAU, Dominique (2012), Les phrases sans texte, Paris, Armand Colin.

MERAH, Aïssa et Yamine BOUDHANE (2013), « Espace public médiatique en Algérie à la recherche d’un modèle », dans Hassan REMAOUN et Abdelhamid HENIA, Les espaces publics au Maghreb, au carrefour du politique, du religieux, de la société civile, des médias et des NTIC, Oran, éditions du CRASC, p.367-383.

MERAH, Aïssa (2017), « Indignation politique sur les réseaux sociaux numériques. Approche sociodiscursive des commentaires d’actualité », Revue algérienne de communication, 26(1) : 7-21.

MERAH, Aïssa (2016), « Nouvelles formes de participation en ligne des jeunes en Algérie. Entre démarches stratégiques et impensées pour le changement », REFSICOM. [En ligne]. http://www.refsicom.org/index.php?id=185. Page consultée le 20 décembre 2019.

MOATI, Raoul (2009), Derrida, Searle : déconstruction et langage ordinaire, Paris, Presses universitaires de France.

MUCCHIELLI, Alex et Pierre PAILLÉ (2008), L’analyse qualitative en sciences humaines et sociales, Paris, Armand Colin.

NEGT, Oskar (2007), L’espace public oppositionnel, Paris, Payot.

NEVEU, Érik (1995), « Les sciences sociales face à l’espace public, les sciences sociales dans l’espace public », dans Isabelle PAILLIART (dir.), L’espace public et l’emprise de la communication, Grenoble, Presses universitaires de Grenoble, p. 37-64.

PROULX, Serge (2012), « La puissance d’agir des citoyens dans un monde fortement connecté », dans Sihem NAJAR, Actes du colloque Mouvements sociaux en ligne et cyberactivisme en Méditerranée, Paris et Tunis, avril 2012. [En ligne]. http://raudin.u-bordeaux-montaigne.fr/colloque2012/doc/SergeProulx.pdf. Page consultée le 9 mars 2020.

REBOUL, Olivier (1975), Le slogan, Bruxelles, Complexe.

RECANATI, François (1981), Les énoncés performatifs, Paris, Éditions de Minuit.

RENAULT, Emmanuel (2004), Mépris social : éthique et politique sociale de la reconnaissance, Paris, Éditions du Passant.

WOLTON, Dominique (1992), « Les contradictions de l’espace public médiatisé », Hermès, 10, dossier « espaces publics, traditions et communautés » : p. 95-114.

Haut de page

Notes

1 Ce mot signifie en arabe le mouvement (traduction des auteurs).

2 À la suite de l’arrêt du processus électoral qui a donné un franc succès au parti islamiste du FIS (Front islamique du salut), l’Algérie a connu une période qualifiée par certains de guerre civile. Cette crise sécuritaire qui a duré plus de dix ans s’est soldée par un très lourd bilan humain. Les sources officielles donnent 200 000 morts parmi les civils.

3 L’agir communicationnel au sens de Jürgen Habermas est « la capacité discursive pratique qui suppose une forme de rationalité » (1987 : 31).

4 L’expérience de dialogue entre les délégués de ce mouvement et le gouvernement début janvier 2004 est considérée comme une trahison du combat de toute une génération de militants et des sacrifices de toute une région.

5 Ou âarch : Une confédération des comités de villages et de tribus dans la région de la Kabylie. Voir Karima Direche-Slimani, « Le mouvement des âarch en Algérie : pour une alternative démocratique autonome ? », Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée, 111-112 | 2006, 183-196.

6 Les marches du mardi concernent la communauté universitaire et celles de vendredi regroupent toute la population.

7 Nous avons été participants/observateurs de ce mouvement en prenant part aux rassemblements des vendredis (populaires) et mardis (universitaires) dans deux grandes villes (Alger et Bejaia). Cela nous a permis d’enregistrer, de filmer et de prendre des photos des slogans.

8 Cela renvoie aux discours hebdomadaires de l’ancien chef d’état-major, mort en janvier, à travers lesquels les manifestants décelaient les orientations politiques du moment.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Tableau 1. Les slogans du corpus
URL http://journals.openedition.org/communication/docannexe/image/13133/img-1.png
Fichier image/png, 1,0M
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Nabila Aldjia Bouchaala et Aïssa Merah, « L’espace public contestataire à l’épreuve de la délibération en Algérie  »Communication [En ligne], vol. 37/2 | 2020, mis en ligne le 07 septembre 2020, consulté le 25 juin 2021. URL : http://journals.openedition.org/communication/13133 ; DOI : https://doi.org/10.4000/communication.13133

Haut de page

Auteurs

Nabila Aldjia Bouchaala

Nabila Aldjia Bouchaala est maître de conférences à l’École supérieure de journalisme et des sciences de l’information, Alger. Courriel : naboucha2000@yahoo.fr

Aïssa Merah

Aïssa Merah est professeur d’enseignement supérieur à l’Université Abderahmane Mira, Bejaia (Algérie). Courriel : merah_aissa@yahoo.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Communication sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search