Navigation – Plan du site

AccueilNumérosvol. 37/2ArticlesActivisme en ligne et transformat...

Articles

Activisme en ligne et transformations sociopolitiques au Burkina Faso

Lassané Yameogo

Résumés

L’auteur analyse comment les nouvelles modalités de prise de parole et de participation citoyenne aux débats publics— les plateformes socio-numériques — permettent de rendre compte de l’émergence d’un espace public numérisé, de l’opinion publique et de la démocratie dans un pays longtemps considéré comme vivant sous un régime semi-autoritaire : le Burkina Faso. Les résultats montrent des liens étroits entre activisme en ligne et crises sociopolitiques, une reconfiguration du journalisme, l’émergence d’un espace public alternatif qui s’érige comme un baromètre de gouvernance, mais aussi comme un vecteur de propagation de valeurs antisociales.

Haut de page

Texte intégral

1L’avènement d’Internet et l’émergence des plateformes socionumériques (Facebook, Twitter, YouTube, etc.) qui a suivi ont ouvert la voie à de nouvelles modalités d’appropriation de la parole publique. Ils ont permis la redéfinition des rapports sociaux et l’élargissement des champs d’expression, de discussion et de débat. Ce nouvel espace public génère de nouvelles formes d’organisation collective et individuelle et peut se définir comme un espace de contrôle politique, « un outil de surveillance étatique » (Bernard, 2016) ou encore l’« instrument d’une démocratie de surveillance » (Rosanvallon, 2014). En effet, grâce à Internet, les citoyens sont devenus le peuple surveillant, le peuple juge et le peuple veto (Bernard, ibid.), participant, à des degrés variables, à des transformations sociales importantes. On a vu, avec le printemps arabe, ce que certains auteurs ont appelé la « révolution 2.0 » ou la « révolution Facebook » (Ayari, 2011) en référence au rôle joué par le Web social dans la chute du régime de Ben Ali (Tunisie) et de celui d’Hosni Moubarak (Égypte). « Les médias sociaux peuvent à la fois [donc] donner de l’élan à des réformes politiques et sociales et fonctionner à plein en temps de crise comme instruments de mobilisation » (Faris, 2012 : 108) même si, pour d’autres auteurs, ils véhiculent plutôt des « utopies technophiles » (Loveluck, 2008) ou demeurent une « illusion » (Morozov, 2012). Mais qu’il revête une dimension déterministe ou utopique, le Web social est présent dans tous les domaines de l’univers social (politique, économique, culturel, religieux, intellectuel…) et tend à s’imposer comme l’un des modes d’expression modernes de la démocratie directe et participative.

2En Afrique, cette « agora électronique » (Vedel, 2003) ou cette « démocratie 2.0 » (Flichy, 2010) est en pleine construction et enregistre d’année en année un engouement populaire. L’avènement de la téléphonie mobile, et corollairement des smartphones, a fait exploser le nombre d’utilisateurs d’Internet. En effet, plus de 200 millions de personnes se sont connectées au réseau des réseaux pour la première fois en 2017 grâce à leur premier téléphone mobile (Rapport 2018 de Global Digital)1. D’ici à 2025, l’Afrique de l’Ouest comptera environ 72 millions de nouveaux abonnés mobiles ; le taux de pénétration atteindra alors 54 % (Rapport GSMA, 2018)2.

3Le Burkina Faso comptait, en janvier 2020, 4,59 millions d’utilisateurs actifs d’Internet, soit un taux de pénétration de 22 % (Global Digital, Rapport, janvier 2020)3. La même source indique que 97 % de la population burkinabè possédaient un téléphone portable et 73,8 % des utilisateurs d’internet se connectent via ce moyen de communication. Le nombre d’utilisateurs actifs de Facebook était estimé 1,60 millions de personnes, soit 7,8 % de taux de pénétration ; le pays enregistrait, à la même période, 92 000 utilisateurs d’Instagram, 28 400 utilisateurs de Twitter et 190 000 utilisateurs de LinkedIn (Global Digital, Rapport, janvier 2020).

  • 4 Les lanceurs d’alerte et les webactivistes les plus engagés sur la Toile et les plus connus sont Na (...)

4Les Burkinabè participent aux débats publics par l’intermédiaire des plateformes socionumériques (Dakouré, 2011 ; Frère, 2015a, 2015b). Des lanceurs d’alerte4 se font de plus en plus entendre, contraignant, par moments, les pouvoirs publics à la reddition de comptes et à des réajustements politiques. Pendant les périodes de crise et de contestation sociopolitique, les débats se transposent dans l’espace public numérisé, participant à l’accentuation des clivages idéologiques. Se pose alors la question de l’influence réelle de ces « nouvelles formes d’expression et de participation démocratique » (Monnoyer-Smith, 2011) ou de cette « arène publique en ligne » (Flichy, 2008 : 162) sur la gouvernance politique, le processus démocratique et les pratiques journalistiques dans un pays longtemps considéré comme expérimentant un régime semi-autoritaire (Hilgers et Mazzocchetti, 2010). Quels sont, dans ce contexte marqué par « l’infobésité, cette surabondance indigeste d’informations qui se déverse chaque seconde sur la toile » (Becquet, 2012 : 27), les logiques d’influence et les rapports de pouvoir qui caractérisent la participation citoyenne des internautes aux débats publics ? Ces rapports de pouvoir permettent-ils de rendre compte de l’émergence d’un espace public numérisé aux caractéristiques propres au Burkina Faso ? Quelles formes de transformations sociales, politiques et médiatiques ce nouvel espace public induit-il à la lumière des interactions entre le politique, le journaliste et le cybercitoyen ? Il s’agira, à travers ces questionnements, de mettre en perspective l’activisme en ligne avec la gouvernance politique afin de saisir les transformations sociales et politiques qui en découlent.

5L’objectif poursuivi est donc de décrire, à partir de l’observation des pratiques info-communicationnelles en ligne, les liens formels et informels qui existent entre champ politique, champ médiatique et espace public virtuel et les implications sociales, politiques et journalistiques que les interactions entre ces trois sphères induisent. En d’autres termes, la recherche vise à saisir, à travers une analyse des modalités et des formes d’appropriation de la parole citoyenne, la place et le rôle des réseaux sociaux numériques dans le débat public au Burkina Faso. Se situant dans la continuité des travaux développés sur « the user generated content » (contenu généré par l’usager) (Paulussen et Ugille, 2008), sur les « discussions politiques profanes en ligne » (Calabrese, 2014), sur le « journalisme participatif » (Rebillard, 2007 ; Domingo et al., 2008) ou sur le « journalisme citoyen » (Tredan, 2007 ; Pélissier et Chaudy, 2009 ; Lewis, Koufhold et Losora, 2010) ou encore sur le « forum de discussion en ligne » (Frère, 2015a), elle vise, enfin, à vérifier si, dans le contexte sociopolitique burkinabè, la notion d’espace public habermassien permet de rendre compte de l’existence, sur la webosphère, d’un espace d’expression démocratique et d’une citoyenneté numérique porteuse de transformations sociales et politiques. Nous entendons confirmer ou infirmer l’hypothèse selon laquelle il existe une relation privilégiée entre, d’une part, les réseaux sociaux et les transformations sociopolitiques et, d’autre part, un cyber contre-pouvoir citoyen au Burkina Faso.

Ancrage théorique

6La présente recherche s’inscrit dans la perspective des travaux qui mettent en exergue la fragmentation de l’espace public contemporain (Miège, 1995) ou sa transformation, du fait des médias sociaux, en « une myriade de mini-espaces publics spécialisés et d’espaces publics alternatifs » (Dahlgren et Relieu, 2000 : 176). Car comme le souligne Sten Hagberg (2002 : 233), « il n’y a pas un unique espace public au Burkina Faso, mais, à la place, il y a un espace public particulier dans chaque communauté ». En outre, l’analyse configurationnelle (Elias, 1991) se révèle intéressante dans la mesure où « elle prend au sérieux les relations d’interdépendance, les rapports de force et l’équilibre des tensions sociales, [et] permet de penser les moments de rupture de consentement » (Hajjat, 2014 : 13) et d’envisager l’agent social (ici le webactiviste) en tant qu’individu et membre de la société. L’enjeu consiste donc à savoir selon quelles logiques et quels enjeux et rapports de pouvoir, de relation, d’interdépendance et de négociation se dessinent et se réalisent les transformations sociales et politiques sur la webosphère burkinabè. En mobilisant le concept de configuration, nous voulons mettre en exergue les interrelations qui s’établissent entre webactivistes et pouvoirs publics pour saisir les conditions de possibilité de l’appropriation de la parole publique, sa publicisation dans l’espace public électronique ainsi que son influence sur la société politique. Dans cette optique, le webactivisme ou l’activisme en ligne n’est pas envisagé dans cette recherche dans son sens péjoratif, mais est considéré comme une communauté de citoyens virtuels qui s’expriment ou discutent de sujets d’intérêt national, légitiment ou délégitiment des actions publiques ou politiques.

7Par ce vocable, nous désignons, comme Julien Bouille et Robert-Demontrond, « l’ensemble des stratégies de communication militantes qui sont exclusivement conçues et diffusées depuis les plateformes [sociales numériques] » (2015 : 37). Ces communautés virtuelles sont, selon Howard Rheingold, « des agrégats sociaux qui émergent du Net lorsqu’un nombre suffisant de personnes mènent des discussions publiques assez durables pour former des réseaux interpersonnels dans le cyberespace » (1993 : 141). Tout en décrivant la manière dont les transformations induites par le webactivisme se réalisent dans le contexte burkinabè ainsi que les formes que prennent les arènes discursives électroniques, nous nous évertuerons à montrer la symbolique que renferme le cyberespace public burkinabè en tant qu’espace d’expression et lieu de gouvernance politique.

Corpus et méthodologie

8Nous nous nous appuyons sur une analyse qualitative à dominante ethnographique mobilisant un dispositif méthodologique fondé sur la triangulation. Dans un premier temps, il nous est apparu primordial d’observer les pratiques discursives qui se déploient sur l’agora électronique et qui portent sur des sujets d’intérêt national. L’approche privilégiée a été l’observation directe. Celle-ci s’est déroulée entre 2017 et 2020 et ne s’est pas faite sans discontinuité, mais en fonction de l’actualité. Elle a permis de sélectionner un corpus de quatre sujets d’actualité à propos desquels la Toile a connu une effervescence particulière. Ces sujets sont ainsi sélectionnés sur la base de l’engouement qu’ils ont suscité auprès de l’opinion publique, notamment de la communauté des internautes.

9La mobilisation d’un tel corpus ne saurait être un travail aisé, du fait du caractère fluctuant, hétérogène et parfois éphémère des réseaux sociaux. En effet, les données d’un corpus numérique peuvent à tout moment être changées, modulées, supprimées, censurées par des internautes ou par les modérateurs de sites Web, dans des situations de dérapage, ce qui est de nature à poser d’énormes difficultés dans leur collecte (Njutapwoui et Ngouloure, 2015). C’est en raison de cette difficulté que nous avons choisi d’étudier les occurrences significatives au lieu de chercher à constituer un échantillon quantitatif ou représentatif. Par voie de conséquence, les résultats auxquels nous sommes parvenus ne peuvent pas être considérés comme le reflet systématique du fonctionnement du webactivisme et de ses rapports aux pouvoirs politiques. Ils ne peuvent être validés ou infirmés empiriquement qu’à la condition d’une prise en compte de l’ensemble des espaces de publication et de diffusion de l’information en ligne. Toutefois, le matériau empirique collecté permet de rendre compte de l’existence d’une démocratie virale et d’une démonopolisation des espaces d’expression et de la parole publique. Il est constitué de textes, d’images, de vidéos, de forums, de blogues et de profils/pages Facebook. Ce corpus numérique est analysé dans la perspective de la « nouvelle science des réseaux » (Newman, Barabási et Watts, 2006) ou encore de digital methods (Rogers, 2010 ; Rebillard, 2011).

10Dans un second temps, nous avons réalisé des entretiens semi-directifs auprès de sept personnes très actives dans la webosphère (blogueurs, webactivistes, lanceurs d’alerte), d’administrateurs de trois groupes Facebook de discussion politique et de onze journalistes de médias d’information. Ces personnes et groupes Facebook ont été choisis sur la base de la régularité des contenus engagés qu’ils produisent ou publient sur les sujets d’intérêt public. Les données issues des entretiens ont fait l’objet d’une analyse thématique. La pertinence de croiser les digital methods avec des méthodes plus classiques en sciences humaines et sociales réside dans le fait qu’elles permettent de saisir les multiples dimensions des phénomènes médiatiques (Rebillard, 2011). Ce choix est d’autant pertinent que « l’analyse des réseaux sociaux est fondée sur une approche structurale des relations entre membres d’un milieu social organisé. Elle s’attache à décrire les interdépendances entre acteurs et permet une simplification de leur représentation » (Mercanti-Guérin, 2010 : 135).

L’activisme en ligne, l’alter ego des crises sociopolitiques au Burkina Faso

  • 5 Sur la question des discussions politiques en ligne sur la crise de 2011 voir Dakouré, op. cit.

11L’émergence de l’activisme en ligne est consécutive aux soubresauts sociopolitiques qui ont marqué l’histoire du Burkina Faso au cours de la dernière décennie (2010-2020). On observe alors dans ce pays des liens étroits entre réseaux sociaux numériques et crises sociopolitiques. Les premières initiatives de cet activisme en ligne politique remontent à 2011 : s’inspirant de la vague du printemps arabe en Tunisie et profitant de l’ébranlement du régime de Blaise Compaoré, le président au pouvoir depuis 1987, par des mutineries civilo-militaires, des jeunes se sont approprié l’espace public, créant et animant des comptes Facebook et des blogues5 pour demander le départ de Compaoré. On peut citer les groupes « Blaise Compaoré dégage », « Blaise Compaoré doit partir », « Mouvement Blaise Compaoré doit partir », « La voix des Burkinabè ». On a également vu émerger pendant cette décennie les forums de discussion en ligne ou discussion 2.0 (Dakouré, op. cit. ; Frère, 2015a). Ces groupes et ces forumistes, qui se présentaient comme des espaces de mobilisation sociale et de conscientisation politique, ne sont cependant pas parvenus, à l’époque, à reproduire le printemps arabe au Burkina Faso, mais plutôt un « harmattan sahélien » (Paré, 2015). Leur action est restée marginale et sans effet réel sur la crise. Seulement 9,4 % des Burkinabè estimés à 18 millions avaient accès à Internet à la fin décembre 2014, selon Internet World Stats, et 149 700 personnes utilisaient Facebook en avril 2013 (Bationo, 2014).

  • 6 La modification constitutionnelle visait l’article 37 qui limitait à deux le nombre de mandats prés (...)

12Malgré sa portée limitée, cette cybercontestation s’est poursuivie dans d’autres crises en 2013, dont principalement la polémique autour de la tentative de révision de la Constitution6. Individuellement ou collectivement, des citoyens ont investi les réseaux sociaux, notamment Facebook, pour opposer un refus catégorique aux manœuvres politiciennes de constitutionnalisation d’un pouvoir à vie. Comme en 2011, des groupes Facebook, dont « Non à la modification de l’article 37 », « Non au sénat », « Non au référendum », ont été créés pour servir de cadres de lutte et de contestation politique. Cet activisme en ligne, aidé par l’activisme de rue (manifestations dans les artères des grandes villes), a débouché sur une insurrection population qui mit fin au régime de Compaoré à la fin d’octobre 2014. Un régime de transition est aussitôt mis en place, mais en septembre 2015, alors qu’on était à deux mois de la fin de ce régime transitionnel, un coup d’État, fomenté par le Régiment de sécurité présidentielle (l’ancienne garde rapprochée de Compaoré), l’interrompt brutalement. De nouveau, le Web social s’enflamme et une résistance civile se déploie sur la Toile. Le Balai citoyen, l’une des organisations de la société civile qui a été à l’avant-plan de la lutte pour la chute du régime de Compaoré, publie sur sa page Facebook qui comptait plus de 28 000 followers :

Nous rejetons le message insultant prononcé par ces apatrides mus par les forces du mal dans lequel ils appellent à la reddition de tout un peuple debout et fier. Nous appelons les populations à s’organiser chacun dans sa rue, son quartier, son secteur pour démontrer que la stratégie de terreur et de psychose que tentent d’instaurer les groupuscules de miliciens du RSP ne saurait paralyser cet élan patriotique qui nous a animés. En avant pour la résistance populaire ! La patrie ou la mort, nous vaincrons !

  • 7 Facebook, à ses débuts, était utilisé à cette fin.

13Alors que les réseaux sociaux étaient jusque-là utilisés pour des publications personnelles, les périodes de crise révèlent un changement de paradigme dans leurs usages ; elles donnent lieu à un basculement de la représentation narrative et/ou iconographique de soi (publication de ses propres photos, sa vie, ses réalisations et prouesses)7 vers des actions collaboratives et de partage d’informations utiles visant des transformations sociales et politiques. En effet, lors des manifestations qui ont précédé la chute du régime Compaoré,

on avait les informations les plus récentes et les renseignements les plus [utiles] : comment se protéger des effets des gaz lacrymogènes, quel était le dispositif de sécurité autour de l’Assemblée nationale et comment prendre d’assaut « l’ennemi » ? La liste des députés de la majorité [favorables à la modification de la Constitution], leurs numéros de téléphone, les coordonnées géographiques de leurs maisons [ont été publiés] afin de les harceler et leur faire renoncer à leur funeste projet de modification de la Constitution (Paré, op. cit.).

14Si de manière péremptoire on ne peut pas affirmer que les réseaux sociaux ont été le principal artisan des transformations sociopolitiques récentes au Burkina Faso (chute du régime Compaoré, échec du coup d’État), on ne peut pas non plus nier leur contribution à l’éveil de conscience des Burkinabè et leur influence sur la gouvernance, encore moins nier l’existence d’une relation privilégiée entre réseaux sociaux et crises sociopolitiques. Cette relation d’interdépendance s’inscrit dans un processus sociohistorique dont on peut situer les origines avant l’avènement d’Internet. Elle est le prolongement de luttes sociales portées par une presse militante issue du milieu politique ou syndical dès sa création (Bianchini et Koala, 2003). Hier comme aujourd’hui, les artisans des mouvements sociaux contestataires sont des « contestataires éduqués » (société civile, syndicats et mouvements estudiantins et lycéens) (ibid.) ou des « cadets sociaux », c’est-à-dire tous ceux (jeunes et aînés) que « le système [politique] maintient dans une forme d’impuissance infantile » (Frère, 2015a : 266). En effet, « le jeu des mobilisations sociales, de la part des syndicats de salariés urbains et des jeunes scolarisés, ont, à plusieurs reprises dans l’histoire contemporaine, contrarié les projets de monopolisation de l’espace politique » (Bianchini et Koala, ibid. : 171). Il y aurait, de ce fait, des liens étroits entre l’activisme de rue caractérisé par des manifestations, des marches-meetings et des sit-in et l’activisme en ligne. Les webactivistes sont pour la plupart issus de l’activisme de rue ou forment avec eux le même corps social poursuivant les mêmes objectifs. Pendant l’insurrection populaire d’octobre 2014, le Balai citoyen, le Front de résistance citoyenne, le Collectif anti-référendum, le mouvement Ça suffit, des mouvements de jeunes et de femmes, ont été très actifs sur les réseaux sociaux, avec des mises à jour à la minute sur Facebook et Twitter (Hagberg et al., 2015). Des activistes confirment cette relation fusionnelle entre la Rue et la Toile :

Vous avez certainement appris ou vu sur les réseaux sociaux que j’ai été sauvagement blessé en septembre dernier [2019] lors de la marche de protestation contre les crimes de sang impunis et les mauvaises conditions de vie des Burkinabè. Je ne rate pas ce genre de rendez-vous.

J’ai toujours été dans la rue quand le peuple est dans la rue pour revendiquer pain et liberté, justice et démocratie.

15Depuis deux décennies, la culture du silence qui a longtemps paralysé l’expression de la contestation s’est estompée en milieu urbain (Hagberd, op. cit.) et en milieu rural et périurbain (Harsch, 2009). Si l’activisme de rue procède d’une action collective, l’activisme en ligne recourt à deux modes d’expression : la voie individuelle et la voie collective qui se réalise au sein d’une communauté liée par le même dessein, les groupes Facebook par exemple. Par l’expression « lanceur d’alerte » ou « webactiviste », nous désignons toute personne physique (elle peut aussi être morale) qui utilise les réseaux sociaux numériques pour avertir, attirer l’attention, interpeller sur un danger ou sur un risque réel ou potentiel ou encore pour révéler ce qui est caché ou critiquer ce qui ne va pas. Dans un sens plus large, elle est employée pour qualifier celui qui dénonce une irrégularité ou un comportement illicite attribuable à une autre personne (Leclerc, 2015) ou « une information concernant des menaces ou un préjudice pour l’intérêt général » (Conseil d’Europe, 2014, cité dans Grelley, 2015 : 19). Mot d’origine anglo-saxonne, whistleblower a été rendu populaire à partir de la publication, en 1999, de l’ouvrage des sociologues Francis Chateauraynaud et Didier Torny, Les sombres précurseurs. Le lanceur d’alerte est aussi « l’image d’un individu seul contre tous, détenteur d’une vérité ou d’un secret dont dépend la sécurité de ses contemporains incrédules ou hostiles » (Grelley, op. cit. : 19). Son action est désintéressée et contrarie l’ordre social, politique, économique, institutionnel établi, ce qui le conduit vers une position de rapports de pouvoir (Chateauraynaud, 2009).

  • 8 Être webactiviste fonctionnaire de l’administration publique et très critique à l’égard des gouvern (...)

16Au Burkina Faso, ces nouveaux agents sociaux sont issus de milieux socioprofessionnels diversifiés. Ils sont journalistes, architectes, artistes musiciens, informaticiens, politiques, acteurs de la société civile, etc. La plupart sont professionnellement autonomes ou travaillent dans le secteur privé, ce qui leur confère une certaine marge de manœuvre8 dans leur action. Les plus influents que nous avons rencontrés pendant l’enquête ont un niveau universitaire, BAC +3 au moins. Une étude de CFI, menée par Cédric Kalonji, Philippe Couve et Julien Le Bot (2016), qui a concerné le Bénin, le Burkina Faso, la Côte d’Ivoire, le Ghana, la République démocratique du Congo, le Sénégal et Madagascar, conforte cette idée, comme le montre le graphique ci-dessous.

Graphique 1. Niveau d’études

Graphique 1. Niveau d’études
  • 9 La force des réseaux sociaux réside dans la rapidité et l’instantanéité avec lesquelles la mobilisa (...)

17Ces communautés engagées dans l’action citoyenne en ligne n’attendent pas la survenue d’une crise importante avant de faire parler leurs smartphones, tablettes ou ordinateurs, mais se déploient quasi quotidiennement sur le Net. Symboles d’un nouvel espace de luttes sociales et politiques, elles se positionnent dans l’agora électronique comme le catalyseur de l’édification d’une nouvelle élite gouvernante, d’une nouvelle société dévouée à la transparence politique et aux valeurs démocratiques et parviennent, grâce au soutien de leurs pairs moins engagés9, à bousculer les pratiques ancrées et les ordres sociopolitiques établis.

Un baromètre de gouvernance par le bas, un outil de transformations sociopolitiques

18Dans la politologie africaine, l’expression « par le bas » par opposition à « par le haut » désigne les groupes sociaux subordonnés ou les groupes sociaux appartenant aux classes moyennes (Bayart et al., 2008). Cette notion est convoquée dans ce travail pour désigner les webactivistes qui, dans le contexte burkinabè, relèvent de la sphère des dirigés, des administrés, des gens d’en bas. Cette métaphore invite à prêter attention à un éventail très large de formes d’expression politique et plus particulièrement à des activités qui semblent se situer en dehors de l’espace étatique, mais qui n’influent pas moins sur les processus de formation de l’État (Geschiere, 1990). En effet, dans le cas du Burkina Faso, si les groupes sociaux technicisés font partie des gens d’en bas, ils exercent une influence sur les gens d’en haut, donnant parfois à voir une égalisation des rapports sociaux. Bien que sous-représentés dans l’espace public, ils parviennent, occasionnellement, à faire fonctionner un espace virtuel de surveillance et de contrôle politique. Comme le soulignent Peter Dahlgren et Marc Relieu, « l’espace communicationnel, même lorsqu’il est le fait de quelques activistes, peut déboucher sur des activités de la vie réelle » (op. cit. : 177). Revenons sur les quatre corpus étudiés pour illustrer l’influence de l’activisme en ligne sur la gouvernance politique.

  1. L’affaire des pandores racketteurs (2017) : fin décembre 2017, une vidéo circulant sur Facebook montre des gendarmes burkinabè rackettant des voyageurs routiers à Seytenga, dans l’extrême nord du pays, près de la frontière du Niger. Cette vidéo, qui a suscité une vague d’indignations de la part des facebookers, a amené l’état-major de la gendarmerie à relever les pandores incriminés de leurs fonctions et à leur infliger des sanctions disciplinaires.

    • 10 À sa prise de fonction, le ministre avait déclaré posséder deux comptes bancaires au solde crédit d (...)

    Le bunker du ministre (2018) : mi-décembre 2018, des images de la somptueuse villa d’un ministre envahissent les réseaux sociaux. L’ouvrage est bâti à Manga, le chef-lieu de la province d’origine du ministre ; il lui aurait coûté un demi-milliard de francs CFA (763 000 €). Les internautes s’étaient offusqués de voir un tel bâtiment dans un pays pauvre, post-insurrectionnel, construit par un commis de l’État dont le salaire mensuel est d’environ 1 600 €10. Cette affaire a entraîné le limogeage du ministre et l’ouverture d’une enquête qui a conduit à son incarcération pour délit d’apparence.

  2. La forêt de Kua (2019) : en mai 2019, une décision du gouvernement burkinabè d’ériger un hôpital, financé par la Chine, dans une forêt classée — la forêt de Kua — à la périphérie est de Bobo-Dioulasso, la deuxième ville du pays, enflamme le Net. Les uns estiment qu’il est inadmissible qu’une forêt classée soit considérée comme le meilleur endroit pour construire un hôpital dans un pays qui perd chaque année environ 4 % de son massif forestier ; ces derniers mobilisent, en une semaine, plus de 10 000 signatures contre le projet de construction de l’hôpital sur ce site, obligeant le gouvernement à suspendre le projet.

  3. La photo du ministre malade (2020) : mi-janvier 2020, la photo d’un ancien ministre sous Compaoré, en détention à la suite de sa condamnation dans le procès du coup d’État de septembre 2015, le montrant diminué par la maladie devient virale sur les réseaux sociaux. Alors que, pendant environ une année, le ministre demandait sans succès une autorisation pour une évacuation en France afin d’y recevoir des soins adéquats, cette photo lui a permis d’être évacué seulement quelques jours après sa diffusion. Une indignation généralisée a déferlé sur la Toile, amenant les autorités politiques et judiciaires à céder à la requête d’évacuation.

Photo 1. La villa du ministre qui soulève la polémique

Photo 1. La villa du ministre qui soulève la polémique

19Dans tous ces cas de figure, ce sont les internautes qui ont actionné le levier du changement. Les quatre cinquièmes des posts publiés sur ces sujets aussi bien dans les pages que dans les profils Facebook ont soutenu la même position : la transparence, l’honnêteté, la protection de l’environnement, l’humanisme, etc. Il en résulte, comme l’a montré Marie-Soleil Frère, que le Web social est « le rendez-vous des mécontents » ou le lieu « d’expression de frustrations difficiles à manifester ouvertement dans l’espace public » (2015b : 157). Citant Édouard Ouédraogo, directeur de publication du quotidien L’Observateur Paalga, l’auteure relève que 90 % des commentaires en ligne sur les forums de discussion sont hostiles à la gouvernance du pays. Par cette prise de position, les webactivistes s’illustrent, selon Frère, comme « un véritable contre-pouvoir face aux défaillances de la gouvernance politique » (2015b : 161). Ils défendent des valeurs et des principes qu’ils jugent fondamentaux pour eux et pour la société.

20« J’aspire à une gouvernance vertueuse pour mon pays, raison pour laquelle je ne cesse de dénoncer des cas de corruption, de mauvaise gestion, de mal gouvernance, bref tout ce qui freine le développement de ce pays », affirme un webactiviste. Les webactivistes construisent de nouveaux territoires d’expression, participant, de fait, à la déstructuration de l’espace public contemporain et faisant des plateformes socionumériques le lieu d’exercice d’une citoyenneté numérique par le bas, un espace de transformations sociopolitiques et de définition de nouveaux enjeux de gouvernance. Ils tirent leur légitimé de l’opinion publique qu’ils considèrent comme un adjuvant qui refuse de s’afficher et de s’affirmer dans l’espace public, par peur de sanction ou de représailles.

Oui, je peux vous dire que j’ai beaucoup d’amis ; beaucoup de gens m’informent, surtout les journalistes. Mais, c’est qu’il y a aussi beaucoup de gens au Burkina Faso qui, de par leurs professions, veulent qu’il y ait un changement, mais ne peuvent pas ou ne veulent s’afficher publiquement ; c’est principalement ces gens-là qui sont nos sources d’information. Beaucoup de ces gens-là viennent me dire : « ah, tu sais, nous, on ne peut pas s’exprimer, mais voilà des informations »,

21confie un autre webactiviste.

22Dans un pays où, pendant longtemps, la libre expression des idées et des opinions était sous surveillance étatique et où l’engagement physique et réel dans des organisations formelles porteuses d’un discours critique à l’égard du pouvoir en place comporte des risques politiques et sociaux (Harsch, op. cit.), on ne s’étonne pas de voir encore aujourd’hui des citoyens s’emmurer dans l’autocensure.

23L’intrusion des webactivistes dans la vie politique, comme observatoire du comportement social de l’élite politique gouvernante, désacralise ou démythifie le pouvoir d’État, montrant qu’il n’est plus seulement l’affaire de puissants intouchables, mais désormais aussi exercé, indirectement, par des petites gens branchés à un réseau relationnel numérisé. La déstructuration des dogmes et des pratiques établis qu’ils induisent est le témoignage que les pouvoirs publics sont attentifs au combat qu’ils mènent. D’ailleurs,

plusieurs services du pouvoir exécutif ont développé des activités de veille pour suivre les espaces de commentaires, et leurs porte-paroles et directeurs de la communication interviennent régulièrement dans les débats des internautes pour rectifier une information ou faire entendre leur point de vue (Frère, 2015b : 161).

24Dans les partis et formations politiques, des community managers sont aussi recrutés pour assurer la veille informationnelle et répondre aux manœuvres politiciennes des « adversaires ».

  • 11 Au Burkina Faso, l’Assemblée nationale est organisée en groupes parlementaires Opposition et Majori (...)

25Mais, quoiqu’ils soient influents auprès des pouvoirs publics et de la gouvernance, on doit se garder de voir avec triomphalisme leur influence. En effet, les rapports de pouvoir ne sont pas dans tous les cas unidirectionnels. Des cas de mal-gouvernance et d’abus de pouvoir ont parfois fait le buzz sur les réseaux sociaux, mais sans effet. Les rapports de force sont construits selon le poids politique de l’élite gouvernante indexée ou accusée de malversation ou d’abus de pouvoir et les enjeux. L’image ci-dessous (octobre 2017) est celle d’un ministre au domicile d’un député démissionnaire d’un groupe parlementaire d’un parti d’opposition. Sa démission n’avait pas été appréciée par son parti et des militants avaient assiégé son domicile, réclamant sa démission de l’Assemblée nationale11. Le ministre, armé d’un gilet pare-balle et d’une kalachnikov, était allé nuitamment le soutenir, menaçant les militants mécontents et le responsable du parti de sanctions exemplaires.

Photo 2. Le ministre tenant la kalach

Photo 2. Le ministre tenant la kalach

26Les internautes avaient appelé le président du Burkina Faso et le premier ministre à démettre le ministre de ses fonctions pour port illégal d’arme. L’opposition avait également déposé une plainte contre lui pour le même grief, mais rien ne fut fait. Ni le limogeage ni l’action de justice n’ont été obtenus, alors même que son agissement est une infraction punie par le Code pénal en son article 537 qui stipule ce qui suit :

est puni d’un emprisonnement de un à cinq ans et d’une amende de 300 000 à 1 500 000 francs ou de l’une de ces deux peines seulement, quiconque, sans autorisation légalement requise, fabrique, exporte, importe, détient, cède, vend ou achète une arme à feu ou des munitions.

27Mais le ministre n’est pas n’importe qui pour être traduit en justice ; il est le président par intérim du parti au pouvoir. Il ne peut pas non plus être facilement limogé parce qu’il détient presque le même pouvoir que le président. Cet exemple vient donc relativiser la toute-puissance des réseaux sociaux dans les relations de pouvoir entre les activistes en ligne et les pouvoirs publics. Les rapports de force ne sont pas rectilignes, mais se réalisent dans le double sens. Des webactivistes ont été incarcérés au Burkina Faso pour des publications jugées « démoralisantes » vis-à-vis des forces de défense et de sécurité ou pour « troubles à l’ordre public ». Dans l’un ou dans l’autre cas, il y a une évidence : les réseaux sociaux sont le lieu de légitimation et de délégitimation politique, l’espace d’expression d’une citoyenneté virale.

Un espace public alternatif de dialogue direct entre gouvernants et gouvernés

28La conception de l’espace public à la Jürgen Habermas fait de celui-ci le lieu de formation de la volonté politique, par l’entreprise d’un flux libre d’informations, de discussion et d’idées. Il désigne un lieu de discussion démocratique, un espace de débat contradictoire, le lieu où se déroule la vie de la cité. C’est un espace de publicité, entendu comme la diffusion des informations et des sujets de débat par l’entremise des médias (Habermas, 1997). C’est dans cet espace que s’exerce l’opinion publique comme acteur des débats d’intérêt public. L’espace public « représente aussi un espace moral et symbolique de liberté ne pouvant exister que dans une démocratie dans laquelle les différents acteurs sociaux, politiques, religieux, culturels, intellectuels peuvent discuter, s’opposer, délibérer » (Bernard, op. cit. : 134). La discussion, le débat, la participation sont ainsi constitutifs de l’espace public. Dès lors, lorsqu’il n’est plus le lieu de discussion, mais la sphère de prise de décision, il devient un espace politique ou un espace public institutionnel. Il existe aussi l’espace public médiatique qui est le lieu de publicisation ou de mise en visibilité de l’affrontement des opinions et les espaces autonomes (société civile, citoyens ordinaires) qui sont les lieux où se déploie l’agir communicationnel moins institutionnalisé.

29Mais, avec l’avènement d’Internet, l’agir communicationnel s’est déployé sur la Toile, notamment sur les réseaux sociaux qui sont devenus, en l’espace d’une décennie, l’outil structurant d’une démocratie participative et délibérative (Trippi, 2008).

30Les quatre cas présentés dans le corpus ont donné lieu à un dialogue direct entre, d’une part, les Anti et les Pro et, d’autre part, les gouvernés et les gouvernants. Dans l’affaire de la forêt de Kua, le ministre des Affaires étrangères se rend sur le site et publie un message sur sa page Facebook le 24 mai 2019.

Capture d’écran 1. Alpha Barry à propos de la forêt de Kua

Capture d’écran 1. Alpha Barry à propos de la forêt de Kua

31Ce tweet entraîna aussitôt une vague de réactions. Plus de 2 000 commentaires, majoritairement de pro-écologistes, sont publiés à la suite du post du ministre. Certains facebookers réagissent comme s’ils s’adressaient à leur copain, brisant les rapports hiérarchiques entre gouvernants et gouvernés.

Capture d’écran 2. Réactions de facebookers au post du ministre

Capture d’écran 2. Réactions de facebookers au post du ministre

32L’activisme en ligne permet de saisir la fonction de médiation de l’espace public numérique en tant qu’espace alternatif de débat démocratique. Sur cette arène électronique, les principes de discussion formelle et de rapports sociaux hiérarchisés disparaissent au profit d’échanges égalitaires entre citoyens. À la sphère bourgeoise d’Habermas (op. cit.) se substitue une sphère populaire, moins élitiste et libre d’accès. Cette Net-politique (Boullier, 2000) tend à se substituer aux cadres formels de discussion politique (Parlement, palais de justice, partis politiques, médias traditionnels, meetings, assemblées générales, etc.).

33En ouvrant la voie à de nouveaux espaces communicatifs (blogues, sites Web, conversations en ligne, Twitter, Facebook, YouTube, etc.), Internet accroît les modalités et les formes de participation démocratique, instituant ainsi une communication à deux étages. Sans être systématique, la communication du président du Burkina Faso sur la vie de la nation est d’abord livrée sous la forme d’un tweet (premier étage) avant d’être publiée dans les médias traditionnels (deuxième étage). Ce nouvel espace politique (Castells, 2001) vient aussi briser les rapports sociaux hiérarchisés et désofficialiser les relations de pouvoir entre gouvernants et gouvernés. Un tweet du président Roch Marc Christian Kaboré illustre bien cette technicisation de la gouvernance et des rapports entre gouvernants et gouvernés.

Capture d’écran 3. Tweet de Roch Marc Christian Kaboré le 15 septembre 2019

Capture d’écran 3. Tweet de Roch Marc Christian Kaboré le 15 septembre 2019

34Cette numérisation de la gouvernance par l’intermédiaire du Web social s’observe dans presque toutes les institutions étatiques. Il n’existe pas au Burkina Faso de ministre qui n’est pas sur les réseaux sociaux numériques. Mieux, au sein des ministères, des institutions publiques, des partis et formations politiques, des community managers sont officiellement ou officieusement institués pour soit soutenir, légitimer la parole publique officielle, soit répondre ou réagir à la critique des internautes contempteurs. Cet espace électronique de débat ne se limite pas aux seuls community managers, mais suit le caractère élastique et déterritorialisé d’Internet, devenu aujourd’hui un espace autonome de médiation et de conscientisation politique. Son usage dans la société démocratique vient remettre en cause la sphère publique théorisée par Habermas concernant le XVIIIe siècle : le modèle unifié, élitiste et bourgeois. À cette sphère se substituent des espaces alternatifs animés par des contre-publics subalternes, dans le sens où ils forment des arènes discursives parallèles dans lesquelles les membres des groupes sociaux subordonnés élaborent des contre-discours, ce qui leur permet de fournir leur propre interprétation de leurs identités, de leurs intérêts et de leurs besoins (Fraser, 2003).

La lutte de reconnaissance et de légitimité entre journalistes et webactivistes

35Les entretiens réalisés dans le cadre de cette recherche révèlent l’existence de lutte de reconnaissance et de légitimité entre journalistes professionnels et webactivistes. Les journalistes considèrent les webactivistes non pas comme leurs concurrents, mais plutôt comme leurs alter ego. Frère (2015b) avait également confirmé ce postulat. Certains webactivistes pensent cependant avoir dépossédé les journalistes de leur rôle et de leur pouvoir, soutenant qu’ils les devancent dans la diffusion de l’actualité et constituent pour eux des sources d’information. Ils trouvent qu’ils détiennent plus d’espaces de liberté que les journalistes, dont les marges de manœuvre sont étroites. Trois webactivistes (le dernier est à la fois journaliste et webactiviste) affirment :

En matière de primauté de l’information, il n’y a pas de débat, c’est nous les webactivistes.

Que la presse nationale le veuille ou pas, elle est obligée de composer avec les webactivistes ; je dirais même que, souvent, nous sommes en avance sur les journalistes sur le plan de l’actualité. Nous faisons aussi des analyses qu’eux.

Certaines informations que je publie sur ma page Facebook ne peuvent pas être acceptées dans le journal qui m’emploie.

36Le cyberespace représente, pour les webactivistes, un espace de liberté absolue. Ces derniers s’inscrivent dans la mouvance de l’instantanéité et de l’immédiateté, qui sont les principales caractéristiques d’Internet. Ils s’autoreprésentent comme des porte-parole des sans-voix qui n’ont pas l’habitude de la prise de parole publique. Des webactivistes racontent :

J’insiste pour dire qu’il y a beaucoup de gens au Burkina Faso qui, de par leurs professions, veulent qu’il ait un changement, mais ils ne peuvent pas s’exprimer publiquement ; c’est principalement ces gens-là qui sont nos sources d’information. Il faut vraiment le dire, beaucoup de gens veulent le changement et viennent me dire : « Ah, tu sais, nous, on ne peut pas s’exprimer mais voilà des informations. »

Il y a des cas où, quand le journaliste va sur le terrain en tant que journaliste, il ne gagne pas d’information. Nous avons des sources qui ont plus confiance en nous qu’aux journalistes.

  • 12 Ce n’est qu’en mai 2019 qu’une disposition sur le webactivisme est introduite dans le Code pénal bu (...)

37L’absence, pendant longtemps12, de réglementation dans le secteur explique en partie cette autolégitimation ou cette représentation idéalisante de soi. Les webactivistes revendiquent, à travers ces constructions discursives autoréflexives, une légitimité et une reconnaissance sociales. Cette référence identitaire est l’indicateur qui définit les territoires et les modalités de fonctionnement d’un espace public spécifique : l’activisme en ligne. La frontière entre journalistes et webactivistes n’est cependant pas imperméable. Des dynamiques de collaboration ou de coopération existent. Des webactivistes ont souvent confié des nouvelles fraîches à des journalistes ; des journalistes ont aussi souvent, délibérément, alimenté leurs colonnes ou antennes à partir de sources de webactivistes. La figure du journaliste-webactiviste est aussi présente dans la médiasphère burkinabè. « On ne peut pas faire le menu du jour sans faire référence aux réseaux sociaux parce que l’instantanéité fait partie de notre ADN », note un journaliste professionnel.

  • 13 On peut citer lefaso.net et L’Observateur Paalga pour le forum de discussion, Sidwaya, L’Observateu (...)

38Toutefois, les rapports entre journalistes et webactivistes sont aussi collusifs que distanciés. Les journalistes restent attachés aux dogmes du journalisme traditionnel (éthique et déontologie) tout en opérant une mue vers de nouvelles pratiques et de nouveaux formats journalistiques. Le paradigme technologique avec son corollaire de montée en puissance des sources profanes numériques et instantanées et du webactivisme engendre un renouvellement des rapports du journaliste à l’actualité et à la temporalité. Tous les médias burkinabè ont développé leurs propres sites Web, même si certains continuent souvent de reprendre textuellement les contenus publiés sur le papier et sont présents sur les réseaux sociaux, donnant à voir ce que Nicolas Pélissier et Mamadou Diouma Diallo (2015 : 6) appellent « la dilution de l’identité journalistique ». Certains13 ont, en sus, mis en place des plateformes numériques de production et de consommation de l’information : forum de discussion des internautes, Mobile journalism (MoJo), plateformes d’alerte SMS à partir de la téléphonie mobile, édition de version numérique, convergence de l’écrit, du son et de l’image, etc. Cette « infomédiation sociale de l’actualité » (Smyrnaios et Rebillard, 2011) implique une reconfiguration de l’information journalistique professionnelle : celle-ci est d’abord livrée aux publics sous la forme d’une « mise au courant » avant de devenir plus tard, pour les médias d’investigation, une nouvelle complète. La mise au courant consiste, pour le journaliste, à transmettre à sa rédaction Web depuis le terrain des données brutes informatives parcellaires ; celle-ci les diffuse alors quasi instantanément.

39Ces transformations journalistiques permettent de saisir la recomposition de l’espace public médiatique contemporain. Celui-ci n’est plus le domaine des seuls professionnels de l’information, mais aussi le champ d’expression de nouveaux acteurs médiatiques. Le discours des acteurs tend à dichotomiser la médiasphère burkinabè. Chaque groupe d’acteurs (journalistes et webactivistes) revendique une légitimité et une identité professionnelles typifiées (rapports aux sources, modes de traitement de l’information) tout en admettant qu’il partage avec l’autre les mêmes espaces d’expression. Même si, pour l’heure, les webactivistes ne constituent pas un groupe régi par des principes et des valeurs auxquels ils se réfèrent, reste qu’on observe une forme de communautarisation de l’espace public. Le journalisme professionnel se retrouve dans un entre-deux, dans une hybridation qui entraîne un brouillage de ses frontières ou, pour reprendre les mots de Pélissier et Diallo (op. cit.), une « élasticité identitaire » ou une « plasticité de ses usages ». Mais si les réseaux sociaux sont un espace de démocratie par le bas susceptible d’induire des transformations sociales significatives, des transformations médiatiques et un renouvellement de l’espace public contemporain, ils sont, dans le même temps, le lieu de cristallisation de toutes sortes de dérives.

Un espace de déshumanisation et de désordre social incontrôlable ?

40Les transformations qu’engendre l’activisme en ligne ne sont pas que positives. Cet espace de démocratie directe est aussi le lieu d’exposition d’antivaleurs sociales et de désordres démocratiques. La désinformation numérique désignée en anglais par le vocable fake news est un trait caractéristique de la webosphère. En Côte d’Ivoire, les réseaux sociaux numériques ont été le lieu de construction de fausses nouvelles sur la mort de l’artiste musicien DJ Arafat en août 2019, ce qui a entraîné des actions relevant de la bêtise humaine : la profanation de sa dépouille quelques minutes après son inhumation le 31 août. Il y a eu la fausse photo du corps de l’artiste à la morgue qui était, en réalité, celle d’un autre jeune homme mort, lui aussi, dans un accident de la circulation. Les internautes ont pu voir également une fausse vidéo d’un motard présenté comme étant Arafat se livrant à des acrobaties périlleuses pendant les derniers moments qui ont précédé sa vie. Il y a eu, enfin, la fausse nouvelle de la « disparition du corps » de la star du coupé-décalé (genre musical ivoirien). Toutes ces fausses informations entretenues autour de la mort de l’artiste (33 ans) ont fait croire, dans le milieu de ses fans, à la théorie de complot, ce qui les a poussés à vérifier si le corps mis en terre était bel et bien celui de leur idole.

41Au Burkina Faso, des dérives sociales induites par l’activisme en ligne sont aussi sporadiquement constatées. Les attaques terroristes, dont le pays est l’objet depuis 2015 et qui ont causé des milliers de morts et de déplacés internes, est un cas d’observation pertinent de ces écarts de comportement numérique. Des internautes se plaisent, par ignorance ou de manière délibérée, à publier des images de cadavres ou à relayer de fausses vidéos ou images présentant des trophées de guerre saisis chez l’ennemi (armes, engins explosifs, roquettes…). Des images de l’Afrique centrale, notamment du Cameroun en proie, lui aussi, à l’extrémisme violent, ont déjà été présentées comme provenant du Sahel burkinabè. Lors de l’attaque du 15 janvier 2016 contre le café Cappuccino et le Splendid Hôtel ainsi que celle perpétrée, le 2 mars 2018, contre l’état-major général des armées et l’ambassade de France à Ouagadougou, de nombreuses fausses informations, images et vidéos ont circulé sur les réseaux sociaux et dans certains médias professionnels nationaux et étrangers. La mort est même parfois relayée en live au mépris des coutumes africaines. Cet internaute témoigne de la façon dont il a appris (sa mère aussi) sur Facebook la mort de son frère cadet, militaire (26 ans) tombé dans une embuscade terroriste à l’extrême nord du Burkina Faso le 15 août 2019, alors qu’il partait en mission de sécurisation d’un camp de déplacés avec deux collègues qui ont aussi été tués :

[…] je clique sur la seconde photo et c’est mon petit frère. Chez nous en Afrique, ce n’est comme ça qu’on annonce les nouvelles. D’habitude, on t’appelle, on te dit que ton frère est blessé et après, on te dit qu’il n’a pas pu survivre. On peut comprendre.

42Les réseaux sociaux sont aussi, au Burkina Faso, un vecteur de radicalisation, d’appels à la violence et d’intolérance, comme le montre le post ci-dessous :

les peulh de la ville sont sages, c’est ceux de la campagne les vrais dangers. La solution pour stopper le terrorisme, c’est d’exterminer les peulh dans les campagnes. Merci les Kolgweogo d’avoir amorcer l système. J vè construir des camps de concentration, des fours crématoire pur vous. Labo ouvert.

43Le post est publié sur Facebook le 25 mars 2019 dans le groupe « Tirs croisés ». La publication est intervenue dans un contexte d’escalade de violence, liée au terrorisme, entre les Peulhs et les Mossis de Yirgou. L’auteur, un étudiant, a été mis aux arrêts le 16 octobre 2019 et inculpé pour incitation à la haine et à la violence. Une dizaine de procès de cette nature ou presque sont en attente de verdict au palais de justice de Ouagadougou.

44Cet activisme en ligne déshumanisant et incitateur à la violence est l’objet de cadrage juridique dans plusieurs pays d’Afrique subsaharienne : Mali, Niger, Côte d’Ivoire, Tchad, Cameroun… Dans ces pays, de nouvelles lois réglementant les usages des réseaux sociaux numériques sont adoptées ou en voie de l’être pour lutter contre les fake news et les rumeurs. Au Burkina Faso, le Code pénal a été révisé en juin 2019 pour introduire, entre autres, les dispositions suivantes :

Est puni d’une peine d’emprisonnement d’un an à cinq ans et d’une amende d’un million (1 000 000) de francs CFA à dix millions (10 000 000) de francs CFA, quiconque intentionnellement communique, publie, divulgue ou relaie par le biais d’un moyen de communication quel qu’en soit le support, une fausse information de nature à faire croire qu’une destruction, une dégradation ou une détérioration de biens ou une atteinte aux personnes a été commise ou va être commise (article 312-13).

Est puni d’une peine d’emprisonnement d’un an à cinq ans et d’une amende d’un million (1 000 000) à dix millions (10 000 000) de francs CFA, quiconque publie ou relaie en direct ou dans un temps voisin, par un moyen de communication, quel qu’en soit le support, des informations, images ou sons de nature à compromettre le déroulement d’une opération ou d’une intervention des forces de défense et de sécurité en cas de commission d’actes de terrorisme (article 312-15).

Est puni d’une peine d’emprisonnement d’un an à cinq ans et d’une amende d’un million (1 000 000) à dix millions (10 000 000) de francs CFA, quiconque publie ou relaie sans autorisation, par quelque moyen de communication que ce soit et quel qu’en soit le support, des images ou sons d’une scène d’infraction de nature terroriste (article 312-16).

45Cette nouvelle législation est qualifiée par les organisations professionnelles des médias et de défense de la liberté d’expression et de la presse de mesures liberticides et de recul démocratique. Elle démontre, de nouveau, combien les citoyens ordinaires, autrefois inconsidérés dans les débats publics et dans la gouvernance, deviennent des acteurs importants de la société politique et démocratique. L’activisme en ligne modifie les rapports des gouvernants aux citoyens et redessine de nouveaux enjeux et de nouveaux profils politiques. Les opposants politiques les plus redoutés ne sont plus ceux qui militent dans des cadres formels d’exercice de la politique, mais les webactivistes, même si les deux catégories d’acteurs ne sont pas, dans tous les cas, étanches : parmi les webactivistes burkinabè, il y a des personnes qui sont politiquement orientées, voire qui portent, de manière à peine voilée, la parole d’un parti politique, et vice versa. Certains acteurs, se revendiquant de ce nouveau monde, se sont résolument inscrits dans une démarche de « cyberdissidence » (Lecomte, 2009), critiquant et contestant de manière véhémente et acerbe l’ordre politique dominant. Ils représentent dans bien des pays d’Afrique subsaharienne les nouveaux prisonniers politiques. D’autres, comme par inculture ou par stratégie politique bien pensée, s’illustrent dans un libertinage viral, participant à un désordre social allant jusqu’à la déshumanisation et à la déconstruction des valeurs morales. In fine, on assiste à l’émergence d’un nouvel espace public se structurant entre ouverture et fermeture des possibles.

Conclusion

46Le phénomène de l’activisme en ligne au Burkina Faso est sans doute encore marginal au regard du très faible nombre acteurs engagés qu’il mobilise, mais révélateur de la montée en puissance d’un cyber contre-pouvoir politique. Lieu de déploiement d’une démocratie directe et participative traversant les champs social et politique, les réseaux sociaux numériques sont au cœur de basculements politiques non négligeables. Producteurs et propagateurs de nouvelles ou d’informations inédites, les webactivistes burkinabè développent un « éthos » spécifique qui entretient un paradoxe. D’une part, ils sont un espace de cristallisation de transformations sociales, politiques et médiatiques, le lieu d’appropriation, par des voix citoyennes, de la parole publique, faisant émerger un espace public intermédiaire ou alternatif. Ils participent à forger l’opinion publique en dehors des formes institutionnalisées d’expression et d’exercice de la politique, à instituer un espace de discussion et de mise en visibilité des problèmes publics dans une perspective d’égalisation des rapports sociaux, jadis hiérarchisés. Gouvernants et gouvernés se parlent désormais d’égal à égal, illustrant qu’il n’est plus possible de concevoir et de conduire les politiques publiques en ignorant le citoyen ordinaire (technophile), désormais investi de pouvoir de veille et de contrôle politique.

47D’autre part, l’activisme en ligne se présente comme une instance d’énonciation qui utilise les réseaux sociaux pour porter une parole perturbatrice des valeurs morales. On observe, sur la Toile, des contenus déshumanisants foulant aux pieds les règles de la bienséance et de la décence humaine. Dans ce nouvel espace public, le journaliste et le politicien font face à un alter ego, le webactiviste, qui essaie de les dépouiller de leur rôle de faiseur de l’opinion publique. Les résultats de la recherche confirment ainsi l’hypothèse de l’existence d’une relation privilégiée entre, d’une part, les réseaux sociaux et les transformations sociopolitiques et, d’autre part, l’émergence d’un cyber contre-pouvoir citoyen au Burkina Faso.

Haut de page

Bibliographie

ABÉ, Claude (2006), « Espace public et recompositions de la pratique politique au Cameroun », Polis/R.C.S.P./C.P.S.R, 13(1-2) : 29-53.

AYARI, Michaël Béchir (2011), « Non, les révolutions tunisienne et égyptienne ne sont pas des “révolutions 2.0” », Mouvements, 2(66) : 56-61.

BATIONO, Arsène Flavien (2014), « Réseaux sociaux : un effet marginal sur les crises au Burkina », Le Stratège. [En ligne]. http://lestratege.info/reseaux-sociaux-un-effet-marginal-sur-les-crises-au-burkina. Page consultée le 24 janvier 2020.

BAYART, Jean-François (1992), La politique par le bas en Afrique noire : contribution à une problématique de la démocratie, Paris, Karthala.

BAYART, Jean-François, Achille MBEMBE et Toulabor COMI (2008), Le politique par le bas en Afrique noire, Paris, Karthala Éditions.

BECQUET, Nicolas (2012), « Le journalisme est-il soluble dans l’ère numérique », Implications philosophiques, [En ligne]. http://www.implications-philosophiques.org/actualite/une/le-journalisme-est-il-soluble-dans-lere-numerique-2/. Page consultée le 9 mars 2020.

BERNARD, Olivier (2016), « La recomposition de l’espace public et de l’espace privé », dans Philippe SÉGUR et Sarah PÉRIÉ-FREY (dir.), Internet et la démocratie numérique, Perpignan, Presses universitaires de Perpignan : 143-154.

BIANCHINI, Pascal et Salif KOALA (2003), « Presse écrite, mouvements sociaux et jeux politiques au Burkina Faso : éléments pour une socio-histoire de l’opinion dans un pays d’Afrique noire », Les Cahiers du journalisme, 12 : 170-197.

BOUILLE, Julien et Philippe ROBERT-DEMONTROND (2015), « Webactivisme et dynamiques de la résistance consumériste. Cadre analytique et étude expérimentale », RIMHE : Revue Interdisciplinaire Management, Homme Entreprise, 2 : 37-59.

BOULLIER, Dominique (2000), « La nouvelle matérialité de l’espace public : les dispositifs de la Netpolitique », Hermès, 1(26-27) : 199-211.

CALABRESE, Laura (2014), « Rectifier le discours d’information médiatique. Quelle légitimité pour le discours profane dans la presse d’information en ligne ? », Les Carnets du Cediscor, 12 : 21-34.

CASTELLS, Manuel (2001), La galaxie Internet, Paris, Fayard.

CHATEAURAYNAUD, Francis (2009), « Les lanceurs d’alerte et la loi », Experts, 83 : 44-47.

CHATEAURAYNAUD, Francis et Didier TORNY (1999), Les sombres précurseurs : une sociologie pragmatique de l’alerte et du risque, Paris, École des hautes études en sciences sociales.

DAHLGREN, Peter et Marc RELIEU (2000), « L’espace public et l’internet. Structure, espace et communication », Réseaux, 18(100) : 157-186.

DAHOU, Tarik (2005), « L’espace public face aux apories des études africaines », Cahiers d’études africaines, 45(178) : 327-349.

DAKOURÉ, Évariste (2011), « Analyse de la contribution du Web 2.0 dans l’animation du débat démocratique pendant les manifestations de militaires burkinabè de 2011 », Actes du colloque Mondialisation des échanges, communication de crise et relations publiques, Luxembourg, 6 octobre 2011. [En ligne]. http://www.symposcience.eu/exl-doc/colloque/ART-00002626.pdf. Page consultée le 10 septembre 2019.

DIALLO, Fatimata (2009), « Espace public et technologies numériques en Afrique : émergence, dynamique et gouvernance du cyberspace sénégalais », ASC Working Paper.

DOMINGO, David et al. (2008), « Participatory journalism practices in the media and beyond: An international comparative study of initiatives in online newspapers », Journalism Practice, 2(3): 326-342.

ELIAS, Norbert (1991), La société des individus, Paris, Fayard.

FARIS, David M. (2012), « La révolte en réseau : le “printemps arabe” et les médias sociaux », Politique étrangère, 1 : 99-109.

FLICHY, Patrice (2008), « Internet et le débat démocratique », Réseaux, 150 : 159-185.

FLICHY, Patrice (2010), « La démocratie 2.0 », Études, 412 : 617-626.

FRASER, Nancy (2003), « Repenser l’espace public : une contribution à la critique de la démocratie réellement existante », dans Emmanuel RENAULT et Yves. SINTOMER (dir.), Où en est la théorie critique ?, Paris, La Découverte p. 103-134.

FRÈRE, Marie-Soleil (2015a), « Les voix des internautes burkinabè : typologie des contributeurs en ligne dans un régime semi-autoritaire », Les Médias et la dynamique du français en Afrique subsaharienne, 1 : 245-269.

FRÈRE, Marie-Soleil (2015b), « Quand l’internaute bouscule la rédaction : mutations journalistiques liées aux commentaires en ligne au Burkina Faso », Sur le journalisme, 2 : 154-171.

GESCHIERE, Peter (1990), « Le politique en Afrique : le haut, le bas et le vertige », Politique africaine, 39 : 155-160.

GRELLEY, Pierre (2015), « Contrepoint-Un statut pour le lanceur d’alerte ? », Informations sociales, 5 : 19-19.

HABERMAS, Jürgen (1997), L’espace public. Archéologie de la publicité comme dimension constitutive de la société bourgeoise, Paris, Payot.

HAGBERG, Sten (2002), « “Enough is enough”: An ethnography of the struggle against impunity in Burkina Faso », The Journal of Modern African Studies, 40(2): 217-246.

HAGBERG, Sten, Ludovic KIBORA, Fatoumata OUATTARA et Adjara KONKOBO (2015), « Au cœur de la révolution burkinabè », Anthropologie & développement, 42-43 : 199-224.

HAJJAT, Abdellali (2014), « Rébellions urbaines et déviances policières. Approche configurationnelle des relations entre les “jeunes” des Minguettes et la police (1981-1983) », Cultures & conflits, 93 : 11-34.

NEWMAN, Mark, Albert-László BARABÁSI et Duncan J. WATTS (2006), The Structure and Dynamics of Networks, Princeton, Princeton University Press.

HARSCH, Ernest (2009), « Urban protest in Burkina Faso », African Affairs, 108(431): 263-288.

HIEN, Ollo Pépin (2005), « Crise du journalisme et de l’espace public en Afrique : quelles alternatives pour un développement du futur africain », Revue africaine des médias, 13(2) : 104-122.

HILGERS, Mathieu et Jacinthe MAZZOCCHETTI (dir.) (2010), Révoltes et oppositions dans un régime semi-autoritaire. Le cas du Burkina Faso, Paris, Karthala.

KALONJI, Cédric, Philippe COUVE et Julien LE BOT (2016), Citoyenneté numérique : ce que l’Afrique prépare, Paris, CFI.

LECLERC, Olivier (2015), « Lanceur d’alerte », dans Dictionnaire critique de l’expertise, Paris, Presses de Sciences Po, p. 194-202.

LECOMTE, Romain (2009), « Internet et la reconfiguration de l’espace public tunisien : le rôle de la diaspora », tic & société, 3(1-2), mis en ligne le 12 janvier 2010. [En ligne]. http://journals.openedition.org/ticetsociete/702. Page consultée le 9 mars 2020.

LECOMTE, Romain (2013), « Expression politique et activisme en ligne en contexte autoritaire. Une analyse du cas tunisien », Réseaux, 5(181) : 51-86.

LEWIS, Seth C., Kelly KAUFHOLD et Dominic L. LASORSA (2010), « Thinking about citizen journalism: The philosophical and practical challenges of user-generated content for community newspapers », Journalism Practice, 4(2): 163-179.

LOVELUCK, Benjamin (2008), « Internet, vers la démocratie radicale ? », Le Débat, 4 : 150-166.

MERCANTI-GUÉRIN, Maria (2010), « Analyse des réseaux sociaux et communautés en ligne : quelles applications en marketing ? », Management Avenir, 2 : 132-153.

MIÈGE, Bernard (2010), L’espace public contemporain, Grenoble, Presses universitaires de Grenoble.

MIÈGE, Bernard (1995), « L’espace public: perpétué, élargi et fragmenté », L’espace public et l’emprise de la communication, 63 : 163-175.

MONNOYER-SMITH, Laurence (2011), Communication et délibération. Enjeux technologiques et mutations citoyennes, Paris, Lavoisier/Hermès science.

MOROZOV, Evgeny (2012), The Net Delusion: The Dark Side of Internet Freedom, New York, Public Affairs,

NJUTAPWOUI, Aboubakar Sidi et Jean Pierre Fewou NGOULOURE (2015), « Réseaux sociaux et défi démocratique : l’exemple du cyberespace camerounais », Communication, technologie et développement, 2 : 87-96.

PARÉ, Cyriaque (2015), « Burkina Faso : Le rôle des médias sociaux dans la survenue de l’insurrection populaire des 30 et 31 octobre 2014 », Lefaso.net, mis en ligne le 9 décembre 2015. [En ligne]. https://lefaso.net/spip.php?article68542. Page consultée le 10 septembre 2019.

PAULUSSEN, Steve et Pieter UGILLE (2008), « User generated content in the newsroom: Professional and organizational constraints on participatory journalism », Westminster Papers in Communication & Culture, 5(2) : 24-41.

PÉLISSIER, Nicolas et Serge CHAUDY (2009), « Le journalisme participatif et citoyen sur Internet : un populisme dans l’air du temps ? », Quaderni, 70 : 89-102.

PÉLISSIER, Nicolas et Mamadou Diouma DIALLO (2015), « Le journalisme à l’épreuve des dispositifs socionumériques d’information et de communication », Revue française des sciences de l’information et de la communication, 6 : 1-14.

REBILLARD, Franck (2007), « Le journalisme participatif, de l’idéologie à la pratique », Argumentum, 6 : 11-23.

REBILLARD, Franck (2011), « L’étude des médias est-elle soluble dans l’informatique et la physique ? À propos du recours aux digital methods dans l’analyse de l’information en ligne », Questions de communication, 20 : 353-376.

RHEINGOLD, Howard (1993), The Virtual Community: Homesteading on the Electronic Frontier, Boston, MIT Press.

ROGERS, Richard (2010), « Internet research: The question of method — A keynote address from the YouTube and the 2008 election cycle in the United States Conference », Journal of Information Technology & Politics, 7(2-3): 241-260.

ROSANVALLON, Pierre (2014), La contre-démocratie. La politique à l’âge de la défiance, Paris, Éditions du Seuil.

SMYRNAIOS, Nikos et Franck REBILLARD (2011), « Entre coopération et concurrence : les relations entre infomédiaires et éditeurs de contenus d’actualité », Concurrences, 8(3) : 7-18.

TREDAN, Olivier (2007), « Le journalisme citoyen en ligne : un public réifié ? », Hermès, 47 : 115-122.

TRIPPI, Joe (2008), The Revolution Will Not Be Televised: Democracy, the Internet and the Overthrow of Everything, New York, Harper Collins.

VEDEL, Thierry (2003), « La citoyenneté et ses conditions d’expression. L’internet et ses usages citoyens », Cahier français, 316 : 81-87.

Haut de page

Notes

1 [En ligne]. https://www.digitalbusiness.africa/2018-global-digital-20-de-nouveaux-internautes-afrique-2018/. Page consultée le 9 mars 2020.

2 [En ligne]. https://www.gsmaintelligence.com/research/?file=dd7760bf439236e808ea61ee986845eb&download. Page consultée le 9 mars 2020.

3 [En ligne]. https://datareportal.com/reports/digital-2020-global-digital-overview

4 Les lanceurs d’alerte et les webactivistes les plus engagés sur la Toile et les plus connus sont Naïm Touré (100 660 followers), Aminata Rachow (72 582 followers) et Ladji Bama (39 211 followers). Outre les individus, il existe des groupes Facebook dont les plus actifs sont « Débat politique » (623 407 membres), « Burkina Kibaria (Burki) » (520 828 membres), « Tirs croisés (Politique et Société) » (274 242 membres). Ces chiffres indiquent le nombre de personnes qui les suivaient à la date du 23 juin 2020.

5 Sur la question des discussions politiques en ligne sur la crise de 2011 voir Dakouré, op. cit.

6 La modification constitutionnelle visait l’article 37 qui limitait à deux le nombre de mandats présidentiels ; elle devrait permettre à Compaoré d’être candidat à sa propre succession après 27 ans au pouvoir.

7 Facebook, à ses débuts, était utilisé à cette fin.

8 Être webactiviste fonctionnaire de l’administration publique et très critique à l’égard des gouvernants est délicat parce qu’on peut être affecté dans une localité loin de la capitale, où il est quasiment impossible d’avoir la connexion.

9 La force des réseaux sociaux réside dans la rapidité et l’instantanéité avec lesquelles la mobilisation sociale et le partage de l’information sont faits. Un post de Naïm Touré, l’un des célèbres webactivistes du Burkina Faso, sur un sujet d’intérêt général est, dans les secondes et minutes qui suivent, partagé, liké ou commenté par des milliers de followers.

10 À sa prise de fonction, le ministre avait déclaré posséder deux comptes bancaires au solde crédit de 826 688 francs CFA (1 260 €).

11 Au Burkina Faso, l’Assemblée nationale est organisée en groupes parlementaires Opposition et Majorité dans lesquels siègent tous les députés. Un député qui démissionne d’un groupe parlementaire n’est pas tenu de démissionner de l’Assemblée nationale. Pour le cas présenté, le député démissionnaire fragilise le parti sous la bannière duquel il été élu, ce qui est une bonne nouvelle pour le parti au pouvoir.

12 Ce n’est qu’en mai 2019 qu’une disposition sur le webactivisme est introduite dans le Code pénal burkinabè.

13 On peut citer lefaso.net et L’Observateur Paalga pour le forum de discussion, Sidwaya, L’Observateur Paalga et Omega FM pour le système d’alerte SMS.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Graphique 1. Niveau d’études
URL http://journals.openedition.org/communication/docannexe/image/13232/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 64k
Titre Photo 1. La villa du ministre qui soulève la polémique
URL http://journals.openedition.org/communication/docannexe/image/13232/img-2.png
Fichier image/png, 265k
Titre Photo 2. Le ministre tenant la kalach
URL http://journals.openedition.org/communication/docannexe/image/13232/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 35k
Titre Capture d’écran 1. Alpha Barry à propos de la forêt de Kua
URL http://journals.openedition.org/communication/docannexe/image/13232/img-4.png
Fichier image/png, 230k
Titre Capture d’écran 2. Réactions de facebookers au post du ministre
URL http://journals.openedition.org/communication/docannexe/image/13232/img-5.png
Fichier image/png, 13k
URL http://journals.openedition.org/communication/docannexe/image/13232/img-6.png
Fichier image/png, 9,9k
URL http://journals.openedition.org/communication/docannexe/image/13232/img-7.png
Fichier image/png, 10k
URL http://journals.openedition.org/communication/docannexe/image/13232/img-8.png
Fichier image/png, 49k
Titre Capture d’écran 3. Tweet de Roch Marc Christian Kaboré le 15 septembre 2019
URL http://journals.openedition.org/communication/docannexe/image/13232/img-9.png
Fichier image/png, 125k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Lassané Yameogo, « Activisme en ligne et transformations sociopolitiques au Burkina Faso »Communication [En ligne], vol. 37/2 | 2020, mis en ligne le 07 septembre 2020, consulté le 02 décembre 2020. URL : http://journals.openedition.org/communication/13232 ; DOI : https://doi.org/10.4000/communication.13232

Haut de page

Auteur

Lassané Yameogo

Lassané Yameogo est chercheur rattaché à l’Institut des sciences des sociétés (INSS-CNRST) et chercheur associé au Centre de recherche en information et communication (ReSIC), Université libre de Bruxelles. Courriel : Lassane.Yameogo@ulb.ac.be

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Communication sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo Université de Laval
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search