Navigation – Plan du site

AccueilNumérosvol. 37/2Hors thèmeRendre visibles les conséquences ...

Hors thème

Rendre visibles les conséquences de la surveillance numérique

Le cas du « scandale » Cambridge Analytica
Camilla Pérez Lagos

Résumés

Le « scandale » Cambridge Analytica aura permis de rendre visibles les mécanismes et les conséquences de la collecte de données personnelles, à savoir le ciblage non seulement publicitaire mais aussi politique, consistant à exposer l’internaute à des messages politiques personnalisés en temps de campagne électorale. L’auteure se demande si la mise en lumière du scandale aurait contribué à la discussion, dans la scène médiatique, des questions liées à la surveillance des données personnelles en rapport au modèle économique des entreprises du Net. Elle a étudié la publicisation de l’événement à travers un corpus de 62 articles du journal Le Monde selon des approches pragmatiste et discursive.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Olivier Voirol souligne qu’« une sociologie de l’invisible adopte donc une posture épistémologique (...)

1La surveillance serait une forme de pouvoir disciplinaire, une forme de domination, car elle enferme, normalise, punit, hiérarchise, homogénéise, différencie et exclut (Foucault, 1975 ; Fuchs, 2011, 2012). En régime numérique, les modes de surveillance des entreprises et des États ont été médiatisés par les nouvelles technologies de plus en plus rapides et puissantes. Cela a donné lieu à une culture de la surveillance ancrée dans les pratiques quotidiennes au sein du numérique (Fuchs, 2011, 2012 ; Van Dijck, 2014 ; Borel, 2016 ; Lyon, 2008, 2015, 2018 ; Lyon et Bauman, 2013 ; Zuboff, 2019). Contrairement aux mécanismes de surveillance tels que les caméras, les empreintes digitales et oculaires, la perception des conséquences, le cas de la surveillance numérique est davantage complexe, car même si sur Internet la face visible de la surveillance a une réalité indubitablement matérielle, elle est difficilement remarquée (aspect visible) par les internautes (Lyon et Bauman, op. cit. ; Han, 2016). Tristan Nitot, ancien membre du Conseil national du numérique (CNNum) et de la Commission nationale de l’informatique et des libertés (CNIL), décrit ce phénomène comme l’écueil de l’invisibilité qui « rend difficilement perceptible l’ampleur de la collecte de données et de la surveillance qui en découle, puisque cette collecte est indolore, invisible, largement faite à notre insu, ou du moins sans que notre consentement ne soit réellement éclairé » (2016 : 7). Dans ce cadre, le « scandale » Cambridge Analytica (désormais scandale CA) est apparu dans l’espace public comme une tournure du regard1, c’est-à-dire qu’il aurait permis de rendre visibles les mécanismes et les conséquences de la collecte de données personnelles comme les contenus consultés, likés, messages publiés des usagers et de chacun des contacts (Manokha, 2018 ; Richterich, 2018 ; Lapaire, 2018). Il a également dévoilé la finalité de ces procédés, à savoir le ciblage non seulement publicitaire mais aussi politique, consistant à exposer l’internaute à des messages politiques personnalisés en temps de campagne électorale.

  • 2 González et ses collaborateurs (2019) montrent, d’un point de vue comparatif, la façon dont les usa (...)

2Pour rendre compte des dimensions qui affectent le scandale CA, les approches, les méthodologies et les terrains peuvent être variés2. Nous pouvons citer les travaux d’Ivan Manokha (op. cit.) qui, d’après une perspective critique, analyse le cas de CA à la lumière du capitalisme des plateformes. Selon cet auteur, les entreprises du numérique seraient tributaires de la surveillance dès lors qu’elles se nourrissent et dépendent des données pour fonctionner. Ainsi le cas de CA constitue-t-il un exemple (la partie émergée de l’iceberg) d’un problème plus large relatif au système économique des plateformes du numérique. Nous pouvons également citer les travaux d’Annika Richterich (op. cit.), qui soutient que l’efficacité des stratégies de CA a été renforcée par une sorte de crédibilité sur l’efficacité des actions de la part de l’entreprise, à savoir l’analyse de grandes bases des données pour agir, par exemple, sur l’élection de Donald Trump. Cela n’est guère remis en question, alors que l’influence dans le comportement individuel en matière de vote est davantage complexe et difficilement prouvable. Les travaux de 2018 de Jean-Rémi Lapaire sont également exploitables. Ce dernier, du point de vue de la linguistique cognitive et des études gestuelles, étudie la défense que Mark Zuckerberg (PDG de Facebook) exprime dans un entretien donné à Ezra Klein dans Vox Media. Il observe que le mot contenu est utilisé par Zuckerberg pour désigner ce que les gens publient sur les réseaux sociaux et non pas pour faire référence aux données personnelles qui sont régulièrement collectées, extraites et monétisées, encore moins pour désigner les types de contenus comme les discours de haine amplement propagés dans le réseau social. Pour Lapaire (ibid.), la non-mention de ce type de contenus permettrait de minimiser la part de responsabilité de Facebook dans l’affaire.

  • 3 Selon Cefaï et Terzi (2012), il y aurait différentes scènes de parution d’un problème public, des s (...)

3Dans le cadre de cet article, nous nous intéressons davantage aux rapports entre le dévoilement du scandale CA et la mise en visibilité médiatique de la surveillance des données personnelles en régime numérique, un aspect moins abordé par les textes scientifiques qui jusqu’au présent traitent du scandale. Nous nous demandons si la mise en lumière du scandale CA aurait contribué à la discussion, dans la scène médiatique3, des questions liées à la surveillance des données personnelles en rapport au modèle économique des entreprises du Net. Pour ce faire, nous allons observer la publicisation de l’événement CA dans la presse écrite d’après deux approches complémentaires pour l’étude des événements : d’une part, une approche pragmatiste de l’étude des événements en lien avec l’émergence des problèmes publics (Dewey, 2010/1927 ; Neveu et Quéré, 1996 ; Quéré, 2006 ; De Blic et Lemieux, 2005 ; Arquembourg, 2011 ; Neveu, 2015 ; Cefaï et Terzi, 2012 ; Cefaï, 2016) et, d’autre part, l’étude des événements au sein des médias d’après une approche discursive (Calabrese, 2007, 2013, 2015, 2018 ; Veniard, 2013 ; Moirand, 2007 ; Moirand et Reboul-Touré, 2015). Après avoir présenté l’approche théorique, nous allons aborder l’analyse du corpus de 62 articles de presse issus du journal Le Monde traitant du scandale CA, suivie des principales conclusions.

Approche pragmatiste et discursive de l’étude des événements

4D’un point de vue pragmatiste, les événements, comprenant les scandales, peuvent être définis comme des épreuves menant à une modification de l’ordre des choses. Dans les mots de Louis Quéré, « lorsqu’il [un événement] se produit, il n’est pas seulement l’aboutissement d’un processus, mais marque aussi la fin d’une époque et le commencement d’une autre » (op. cit. : 189), c’est ce que l’on appelle le caractère inaugural des événements (Neveu et Quéré, op. cit.). Pour sa part, John Thompson (2001, 2005) signale qu’un scandale constitue un événement particulier, qui dénote des actions ou des événements qui enfreignent les valeurs ou les normes sociales. Les scandales engagent un degré de connaissance publique sur les événements, un public composé par les non-participants ainsi qu’un processus à travers lequel les événements se rendent visibles à des tiers. Tout scandale serait ainsi traversé par une dramaturgie de l’occultisme et de la révélation où les accusés cherchent à cacher de l’information à l’opinion publique (Thompson, 2001).

5Contrairement à l’affaire et à la controverse, les scandales ne configurent pas de façon ouverte un renversement potentiel des rapports et des croyances jusqu’alors institués, ce qui provoque une rupture plus brutale de l’ordre des choses (Lemieux, 2007). Le scandale « donne lieu, souvent, à des refontes organisationnelles, à la production de nouveaux dispositifs légaux, à la validation collective de pratiques inédites » (De Blic et Lemieux, op. cit. : 71). En ce sens, la dénonciation d’un scandale interrompt le fonctionnement social habituel et peut orienter une action collective (Boltanski et al., 2007) ; c’est par exemple le cas du scandale politique Watergate qui, après la révélation du Washington Post, déclenche la procédure d’impeachment contre le président Nixon.

6Intéressée par la façon dont la presse écrite participe à la signification de cet événement, nous allons également tenir compte du système actanciel du scandale CA. À ce sujet, Luc Boltanski (1990), pour parler de la dénonciation de l’injustice, développe un système actanciel de la dénonciation qui peut être transposable à l’étude des scandales. Cela inclut 1) celui qui dénonce, 2) celui en faveur de qui la dénonciation est accomplie, 3) celui au détriment de qui elle s’exerce, et 4) celui auprès de qui elle est opérée. Ce système actanciel se configure dans un récit qui, selon l’herméneutique de Paul Ricœur (1983), met un ordre dans le réel conformé par un temps, des personnages et des choix stylistiques. Raconter, c’est rendre intelligible un réel qui ne l’est pas a priori ni non plus en soi. En conséquence, un récit sert à comprendre les événements du monde et l’acte de raconter est d’assembler l’hétérogène et d’unifier le divers sous une description et/ou une explication. D’après Ricœur (ibid.), la mimésis de l’action opère à trois niveaux dans un processus circulaire : mimésis I où sont liés des agents, des intentions, des motifs, des buts, des conséquences, des circonstances, etc., ici on répond aux questions sur le quoi, le pourquoi, le qui, le comment, le avec ou le contre qui de l’action. Dans la mimésis II, à ces éléments s’applique une temporalité dont le récit s’organise comme une totalité intelligible, autrement dit, l’action a un début, un milieu et une fin où s’accomplit l’histoire, tout cela coordonné par une intrigue, « elle [l’intrigue] fait médiation entre des événements ou des incidents individuels, et une histoire prise comme un tout » (ibid. : 127). Enfin, la mimésis III prend en compte le lecteur actif qui s’approprie le récit en l’interprétant. Traitant de la mise en récit de problèmes publics, Daniel Cefaï et Cédric Terzi (op. cit.) soulignent que la mimésis I serait une préfiguration, composée par des personnes touchées par un trouble qui éprouvent et qui tentent d’exprimer. La mimésis II concerne les processus de temporalisation au sein desquels un trouble éprouvé est converti en problème public ; ici on s’intéresse à « comment les réseaux conceptuels et les médiations symboliques qui préarticulent l’expression d’un trouble peuvent ou non se composer pour donner forme à un problème public » (ibid. : 22). Enfin, la mimésis III concerne « l’expérience publique qui a été retravaillée dans différentes arènes et qui circule sous la forme d’imageries, de symboles et de catégories, de visions et d’arguments, revient vers la Lebenswelt [monde de l’agir et du pâtir] des personnes concernées et qui prennent part à des publics » (ibid. : 23).

7Or l’étude des événements par le biais du système actanciel de la dénonciation et de la mise en récit ne veut pas dire qu’il s’agit d’un processus transparent. Au contraire, au sein des médias, nous assistons à une mise en forme, en scène et en sens (Neveu et Quéré, op. cit.) qui configure une dramaturgie de l’événement (Barthélémy et Quéré, 1991) incluant les acteurs, l’intrigue ou le nœud de l’expérience ; en conséquence, les médias participent à la configuration symbolique de l’événement. Sur la base de ce constat, nous avançons dans une approche discursive où l’étude du langage est indispensable du fait qu’elle participe à la construction d’un sens social des événements du monde. Suivant les travaux de Marie Veniard (op. cit.), la construction médiatique n’est pas équivalente à la construction de la réalité ni exclusivement dépendante des logiques marchandes du fonctionnement journalistique (Champagne, 2000). De ce fait, « les médias ne “représententpas l’événement mais participent à l’opération de signification de l’événement » (Veniard, op. cit. : 20). Par exemple, « dès lors qu’un événement a été identifié sous une description (un attentat politique, une grève, une émeute, un krach boursier, etc.), son explication et son interprétation sont orientées et délimitées par la teneur sémantique des termes utilisés par cette description » (Neveu et Quéré, op. cit. : 15).

8D’après la perspective discursiviste, nous nous intéressons à la nomination comme observable dans l’espace social (Krieg-Planque, 2012), autrement dit, l’étude de la nomination nous permettra d’enquêter sur l’attribution d’un sens social de l’événement, c’est-à-dire sur ce qui le fait exister, orienter le futur et/ou interpréter le passé (Veniard, op. cit. ; Calabrese, 2007, 2013, 2015, 2018 ; Moirand et Reboul-Touré, op. cit.). D’après cette optique, Laura Calabrese (2013) montre que l’importance de l’acte de nommer les événements réside dans plusieurs aspects qui incluent : donner une visibilité à l’événement, le catégoriser, transformer le processus en un nom et ainsi condenser une série de faits hétérogènes sous une dénomination porteuse d’images. À la suite de la notion de paradigmes désignationnels (Mortureux, 1993), Calabrese (2007), intéressée par la circulation dans les médias des productions discursives autour de la question du voile, découvre une série d’événements parallèles au conflit social de 2004 sur le port du voile à l’école, renvoyant tous à la discussion concernant la signification de désignants tels que voile, foulard, tchador, hidjab. Dans ce cadre, le sens du voile se transforme au fil des textes. Par exemple, dans un premier temps, on parlera de « l’affaire des foulards » ou de « l’affaire des voiles », au lieu d’un foulard, un voile, pour se référer à « celui que tout le monde connaît, dont tout le monde parle » (ibid.). L’auteure constate que l’instabilité dénominative du mot « voile » permet de négocier le significat selon les acteurs du conflit (pour ou contre le voile à l’école) qui se prêtent aussi à une métonymie linguistique et factuelle. « Les différents acteurs sociaux, y compris la presse, discutent ardemment de la définition de ces mots. Même si ce n’est plus la mise en circulation de nouveaux désignants qui est en jeu, le signifié des signes circulants est toujours l’objet de débat » (ibid. : 138). Un exemple comme « le foulard » représente le haut de l’iceberg, les enjeux cachés du voile à l’école, ce que voile le voile, ce qu’il dévoile, la face cachée du voile, suggèrent un conflit global, à savoir la laïcité à l’école, la mixité, le statut de la femme et même le contexte géopolitique. Autrement dit, la désignation « voile » devient un espace de négociation du référent (celui qui cache les cheveux et celui qui cache le conflit social). Pour leur part, Sophie Moirand et Sandrine Reboul-Touré (2015) expliquent par des raisons sociologiques, historiques et politiques la diversité des nominations. Elles vont s’interroger sur le sens et la référence des nominations en les rapportant au cotexte et au contexte. En ce qui concerne le sens, elles partent de la notion de nom propre d’événement (Krieg-Planque, 2009), par exemple « Guerre de 1914-1918 », « Guerre de 14 », « Grande Guerre », et de celle de mots-événements (Moirand, op. cit.), par exemple « Tchernobyl », « Fukushima », « Katrina » ou « accident de X », « le cyclone X ». Il s’agit de nominations liées à des représentations, images, savoirs associés, ou à un événement déclencheur de mémoire (Moirand et Reboul-Touré, op. cit.). En ce qui concerne la référence, les auteures proposent de saisir les mots dans leur fonctionnement chez les locuteurs, dans les communautés langagières, et dans les genres du discours. Cela apporte à l’étude de la nomination la question de l’inscription sémantique de l’émotion, comme dans le cas du titre « le spectre de Tchernobyl » (à propos de Fukushima), où par la mémoire des mots la peur du nucléaire se réactive pour justifier des actions. En bref, pour Moirand et Reboul-Touré (op. cit.), la nomination ne décrit pas seulement l’événement présent, mais s’appuie aussi sur des polémiques antérieures et prédit l’avenir à la lumière d’événements précédents (voir également les unes de journaux nommant les attentats de Paris du 7 janvier 2015 : « le 11 septembre français »).

Le scandale Cambridge Analytica dans le journal Le Monde 

  • 4 CA était une filiale parmi d’autres de l’entreprise Strategic Communication Laboratories (SCL Group (...)
  • 5 Les données conduisent tout ce que nous faisons (traduction de l’auteure).
  • 6 Cette information était publique depuis la fin 2015, lorsque le même journal, The Guardian, avait p (...)

9Cambridge Analytica, créée en 20134 et fermée en 2018, était une société londonienne de publication stratégique qui combinait l’analyse et l’exploitation de données pour les campagnes électorales. Le slogan de la société était Data drives all we do5. La mission de la société était de changer le comportement grâce aux données, avec des méthodes combinant la psychométrie, la psychologie comportementale et le traitement de données quantitatives. L’accès aux données était possible grâce à une application du GSR (Global Science Research) de l’Université de Cambridge, conçue par le chercheur Aleksandr Kogan. L’application, appelée this is your digital life, a permis d’« absorber » les données de ceux qui l’utilisaient ainsi que celles de leurs contacts. Le scandale CA voit le jour le 17 mars 2018 lorsque des journaux comme The Guardian, The New York Times et The Observer, grâce aux informations fournies par le lanceur d’alerte Christopher Wylie (ancien employé de la société), accusent CA d’avoir utilisé des données privées, provenant de comptes Facebook, pour influencer la campagne de Trump6. En avril et mai 2018, Zuckerberg, fondateur et PDG de Facebook, est auditionné par le Sénat américain et le Parlement européen, où il admet que l’entreprise a collecté les données de 87 millions de comptes sans le consentement des utilisateurs. En mai 2018, l’entreprise CA se déclare en faillite. En juillet 2018, le réseau social Facebook est condamné à payer une amende de 644 000 dollars US pour violation de la loi anglaise sur la protection des données (amende maximale prévue par la loi de 1998 sur la protection des données). Une année plus tard, en juillet 2019, la Federal Trade Commission (FTC) condamne Facebook à payer une amende de 5 milliards de dollars pour la non-protection des données de ses utilisateurs.

  • 7 Le choix du journal est intentionnel, nous avons voulu observer un journal de forte audience. D’apr (...)

10Dans ce cadre, nous avons analysé un corpus de textes journalistiques traitant du scandale CA au sein du journal Le Monde7. La question qui a guidé cette recherche était la suivante : la publicisation médiatique de l’événement CA a-t-elle contribué à rendre visible la question de la surveillance numérique ? L’objectif principal a été d’observer, de décrire et d’interpréter les caractéristiques symboliques et discursives du récit médiatique du journal Le Monde autour de l’événement CA.

  • 8 Un nouveau pic d’articles traitant du sujet correspond à la condamnation de Facebook à payer une am (...)

11Pour ce faire, nous avons analysé un corpus d’articles extraits via Europresse par mot-clé (Cambridge + Analytica), par journal (Le Monde) et par date (entre le 17 mars 2018 et le 22 mai 2018). La coupure temporelle est intentionnelle : le 17 mars correspond au moment où le scandale CA a été mis en lumière dans la presse et le 22 mai 2018, au jour de l’audition de Zuckerberg au Parlement européen. Ce moment correspond à la première étape8 du déroulement du scandale CA dans la scène médiatique, dans la mesure où il y a une augmentation d’articles traitant du sujet (voir graphique 1).

Graphique 1. Recherche Cambridge + Analytica

Graphique 1. Recherche Cambridge + Analytica

Europresse.

12Les articles formant le corpus sont répartis dans différentes rubriques du journal ; celle qui regroupe le plus d’articles concernant l’événement se nomme Pixels (49 articles sur 62). « Pixels. Chroniques des (r)évolutions numériques » (source le monde.fr) est une sous-rubrique du journal qui appartient à la rubrique Actualités. Les autres rubriques regroupant le plus d’articles qui mentionnent l’événement sont Économie (4 articles) et Entreprises (3 articles), mais cela reste nettement inférieur à la rubrique Pixels. Le graphique 2 présente les pourcentages de la répartition des articles par rubrique.

Graphique 2. Rubriques des articles traitant du scandale CA. Élaboration propre

Graphique 2. Rubriques des articles traitant du scandale CA. Élaboration propre

13Du côté des auteurs, la plupart des articles sont signés (71 %), 16 % des articles sont signés par Le Monde ou par Le Monde et un consignataire, à savoir l’agence France Presse et l’agence de presse Reuters. D’ailleurs, nous avons identifié au total 10 journalistes qui participent à la rédaction des articles seuls ou en collaboration avec d’autres rédacteurs, dont deux parmi l’ensemble des journalistes qui apparaissent dans la plupart des articles en tant qu’auteurs.

14Du point de vue de la temporalité, la couverture de l’événement se répartit ainsi :

Graphique 3. Articles traitant de l’événement selon la date. Élaboration propre

Graphique 3. Articles traitant de l’événement selon la date. Élaboration propre

15Sur les 64 jours analysés, il y a 30 jours où le journal Le Monde parle de l’événement. La plupart des articles sont regroupés dans les premières semaines : 23 % d’articles sont publiés les 13 premiers jours de la couverture médiatique de l’événement, c’est-à-dire au moment du dévoilement médiatique du scandale (Thompson, 2001).

16Ces premières informations montrent les caractéristiques énonciatives du corpus d’articles analysés : 1) il s’agit de 62 articles de presse dont la plupart sont signés par la rédaction ou par des journalistes (qui apparaissent à plusieurs reprises comme signataires), 2) la plupart des articles appartient à la rubrique Pixels du journal, une rubrique spécialisée dans les questions relatives au numérique, 3) même si la parution des articles dans Le Monde s’étale dans le temps, les premières semaines concentrent la plupart des publications sur le scandale.

Les conséquences pour le modelé économique des plateformes du numérique

17En vue du traitement textuel au moyen du logiciel Hyperbase9, les 62 articles (à savoir 39 378 occurrences) composant le corpus ont été nettoyés, transformés en TXT et structurés par date, par rubrique et par auteur (si renseigné).

18Lors d’un premier traitement lexical des données au moyen de l’outil Hyperbase, nous constatons que parmi les formes les plus fréquentes structurant le récit (Brunet, 2011), il y a, d’une part, des acteurs impliqués dans le scandale CA : « Facebook », « Cambridge Analytica », « [M.] Zuckerberg » et, d’autre part, la fréquence des formes lexicales liées aux conséquences du scandale CA : « protection » [des données], [des données] « personnelles », [vie] « privée ».

Tableau 1. Liste de fréquence des mots

Tableau 1. Liste de fréquence des mots

Hyperbase.

19À première vue, nous pouvons constater que le traitement du scandale CA dans le journal Le Monde fait mention des questions liées à la vie privée et à la protection de données personnelles.

  • 10 Le calcul de cooccurrences permet d’établir les relations, principalement sémantiques, que les mots (...)

20D’ailleurs, le calcul de cooccurrences10 montre que les deux nominations qui font référence à l’événement, « scandale » et « affaire », fonctionnent par association avec « Cambridge » et « Analytica ».

Graphique 4. Calcul de cooccurrences du mot « affaire »

Graphique 4. Calcul de cooccurrences du mot « affaire »

Hyperbase.

  • 11 Le calcul de spécificités « opère une comparaison entre la totalité du corpus et l’ensemble des con (...)

21Le mot « affaire » dans le corpus Le Monde concerne vraisemblablement les révélations liées à l’entreprise CA : ce qui suscite davantage des débats pendant les premiers jours du scandale. Voir l’indice de spécificité11 par date :

Graphique 5. Distribution des mots « scandale » et « affaire » en fréquence relative

Graphique 5. Distribution des mots « scandale » et « affaire » en fréquence relative

Hyperbase.

22Si la parution du mot « affaire » est surreprésentée les premiers jours, la parution du mot « scandale » est plus tardive et mise en rapport à « 87 » et « personnelles », ce qui fait référence au nombre des comptes « siphonnés » (87 millions). Autrement dit, si l’affaire CA suscite des débats les premiers jours, ce qui fait scandale, plus que les faits révélés, c’est le nombre de comptes compromis. Voir le calcul de cooccurrences du mot « scandale » :

Graphique 6. Calcul de cooccurrences du mot « scandale »

Graphique 6. Calcul de cooccurrences du mot « scandale »

Hyperbase.

23En revanche, le mot « Facebook » n’apparaît presque pas dans la nomination de l’événement en tant qu’« affaire » ou « scandale » (seulement 1’occurrence du segment scandale + Facebook). En d’autres termes, Le Monde thématise davantage un aspect de l’événement qui est composé de deux intrigues : 1) CA a utilisé des données, sans consentement, pour influencer, au moins, l’élection de Trump et 2) Facebook a permis à CA l’utilisation des données des abonnés et de leurs contacts sans consentement des usagers. Ainsi, les façons de nommer l’événement au sein du journal Le Monde thématisent davantage la première des intrigues.

24Même si Facebook constitue l’un des mots structurants du récit, cela reste lié aux conséquences économiques dont l’entreprise « est victime » à la suite des révélations du scandale. On peut lire par exemple :

Malgré un mea culpa et la promesse de mesures correctives, le jeune patron du réseau social n’a pas calmé toutes les inquiétudes. La dégringolade du cours de Bourse a continué jeudi 22 mars. Au lendemain des quatre interviews accordées par le dirigeant à la presse américaine, le titre Facebook a reculé de 2,66 %, soit une baisse de presque 11 % depuis le 16 mars. Ou l’équivalent de 58,4 milliards de dollars (47,3 milliards d’euros) de capitalisation boursière partie en fumée […]. À long terme, la succession de polémiques risque pourtant d’abîmer l’image de Facebook (« Affaire Cambridge Analytica : le business de Facebook résiste », 23 mars 2018).

25Ce fragment textuel montre que les conséquences du scandale CA pour l’entreprise Facebook atteignent son image ainsi que son économie, aspect qui a été soulevé par les travaux d’Antonio Peruzzi et ses collègues (op. cit.).

26En outre, le récit du scandale CA se configure dans une « dramaturgie de l’événement » (Barthélémy et Quéré, op. cit.) dans laquelle la figure des affectés prend la forme lexicale des « victimes », des « internautes » ou des « citoyens », ce qu’illustrent les exemples suivants :

Facebook va même finir par informer les 50 millions de victimes du siphonnage des données : une information que le réseau possède depuis fin 2015, mais qui n’avait pas été communiquée (« Facebook : les timides regrets de Mark Zuckerberg », 22 mars 2018).

Le Guardian et le New York Times ont révélé que Facebook avait laissé les données de 87 millions d’utilisateurs se faire siphonner par Cambridge Analytica, une entreprise d’influence politique ayant joué un rôle dans l’élection de Donald Trump. Un scandale qui a fait resurgir les interrogations et les craintes sur la façon dont le plus grand réseau social au monde exploite les données personnelles des internautes. (« Facebook annonce une clarification de ses règles sur les données personnelles », 4 avril 2018).

« Certaines données des citoyens de l’UE sont-elles impliquées dans ce récent scandale  ? », s’interroge la commissaire européenne à la justice, Vera Jourova, dans une lettre adressée à Sheryl Sandberg, la directrice financière du groupe [Facebook]. « Je regrette que les communiqués officiels de Facebook, y compris ceux du directeur général Mark Zuckerberg, n’aient pas apaisé mes craintes », poursuit-elle (« Le régulateur américain du commerce, la FTC, lance une enquête sur Facebook », 26 mars 2018).

27Les articles issus du journal Le Monde mentionnent les conséquences du scandale CA davantage pour les internautes et pour les usagers de Facebook que pour les citoyens compris (au sens large) comme des individus qui appartiennent à une nation et qui ont des droits et des devoirs. Cela met en tension les limites du scandale CA, car les nominations « internautes » et « usagers » sont plus restreintes : la première est liée à un type d’outil (à savoir les internautes seraient des utilisateurs ou des utilisatrices d’Internet) ; la deuxième (usagers) correspond à un type de plateforme d’Internet, en l’occurrence les usagers seraient les personnes qui utilisent Facebook. Autrement dit, privilégier l’une ou l’autre nomination a des conséquences sur l’étendue du problème qui, suivant Manokha (op. cit.), dépasse le cadre restreint d’une plateforme numérique.

28Par ailleurs, le 11 avril 2018, Zuckerberg est interpellé par le Sénat américain, devant lequel il reconnaît l’utilisation de données personnelles des abonnés de Facebook. L’arène du problème (Cefaï et Terzi, op. cit.) commence à se révéler et le scandale CA traverse la sphère médiatique et juridique. L’exemple suivant le montre :

Le patron de Facebook a tenu face au barrage de questions des parlementaires, portant tant sur le sujet des données personnelles que sur l’ingérence étrangère dans les élections ou les soupçons de biais politiques de sa plate-forme. […] Il a également multiplié les actes de contrition, promettant de « changer de philosophie », multipliant les références aux « erreurs » faites dans la gestion du dossier Cambridge Analytica avant l’éclatement du scandale et présentant les mesures annoncées depuis plusieurs semaines comme autant de preuves de sa bonne volonté (« Facebook : sous pression des sénateurs américains, Mark Zuckerberg fait face », 11 avril 2018).

29Alors que Zuckerberg reconnaît sa faute comme des « erreurs », présente ses excuses face au Sénat et promet un « changement de philosophie », les articles énoncent la méfiance face à ses promesses, tout en mettant en exergue le modèle économique de Facebook, ce qu’illustrent les exemples suivants :

C’est très discrètement que Facebook a annoncé mercredi 28 mars dans un communiqué qu’elle ne fournirait plus à ses annonceurs certaines données utilisées à des fins de ciblage publicitaire. […]. Elle pourrait pourtant être lourde de conséquences. Le ciblage publicitaire, en effet, est au cœur du modèle de financement du réseau social, qui subit de plein fouet des critiques depuis la révélation de l’affaire Cambridge Analytica (« Ciblage publicitaire : Facebook va cesser de travailler avec des agrégateurs de données », 29 mars 2018).

Si Facebook est aujourd’hui un service gratuit pour les utilisateurs, c’est parce que ces derniers acceptent de lui confier des données personnelles, qui sont utilisées à des fins de ciblage publicitaire. Ce procédé est au cœur du modèle économique du réseau social. (« Facebook : cinq moments forts de l’audition de Mark Zuckerberg devant le Sénat américain », 11 avril 2018).

30Ces fragments textuels montrent comment Facebook se présente comme un exemple du fonctionnement des entreprises du Net où se retrouvent en général la monétarisation et l’exploitation des formes de participation au centre de leur modèle économique (Badouard, 2017 ; Cardon, 2015 ; Cardon et Casilli, 2015 ; Benabou et Rochfeld, 2015).

Entre responsabilités individuelles, responsabilités d’entreprise et mise en fonctionnement du RGPD

31Si l’on observe le système actanciel du scandale, les articles discutent des responsabilités de la protection des données et de la vie privée des internautes. Nous remarquons que dans le corpus du journal Le Monde, cela fluctue entre des responsabilités d’entreprise (de la part de Facebook), des responsabilités individuelles (ce sont les propres usagers qui « s’exposent » au sein de la plateforme) et des responsabilités de la part des États (face à des lois non adaptées pour assurer la protection de la vie privée en régime numérique). Les exemples suivants le montrent :

La « principale responsabilité » de la compagnie est le respect de la vie privée de ses utilisateurs, répète-t-il. Toute entorse à ce principe est « un gros problème qui mérite une grande indignation ». « Je suis désolé de ce qui est arrivé », ajoute-t-il [Mark Zuckerberg] (« Facebook : les timides regrets de Mark Zuckerberg », 22 mars 2018).

Dans un autre domaine, le sénateur démocrate du Connecticut Richard Blumenthal a insisté sur le consentement des utilisateurs. Avec d’autres, il défend un consent act, une loi qui imposerait de recueillir l’accord des internautes avant d’utiliser leurs données à des fins publicitaires, ce qui n’existe pas aux États-Unis. M. Zuckerberg s’est dit « d’accord, généralement », avec cette idée. Mais « les détails sont importants », a-t-il prudemment ajouté, refusant le principe d’imposer l’opt in (l’assentiment préalable) des utilisateurs (« Facebook : sous pression des sénateurs américains, Mark Zuckerberg fait face », 11 avril 2018).

32Dans ces deux fragments, nous constatons que l’attribution des responsabilités aux individus, compagnies ou États dépend de « la prise en charge énonciative » (Moirand et Reboul-Touré, op. cit.). Autrement dit, si pour Zuckerberg le responsable de la vie privée des usagers devrait être sa compagnie (Facebook), pour les sénateurs américains, ce sont les États, à travers des normes, qui devraient réguler ces questions. De plus, pour la rédaction, ce sont les pouvoirs publics qui doivent prendre parti pour faire face à des imprudences personnelles : « avoir laissé nos données personnelles sur Facebook »L’extrait suivant en est un exemple :

Ce nouveau scandale montre toute la difficulté qu’a le réseau social à se réguler lui-même. Il est grand temps que les pouvoirs publics s’emparent du sujet pour protéger des données personnelles que nous avons imprudemment laissées à la merci des convoitises (« La coupable négligence de Facebook », 21 mars 2018).

  • 12 Une première parution du scandale CA dans la scène juridique est liée au traitement des données per (...)

33Ce dernier fragment illustre les pôles de discussions autour de la vie privée en régime numérique. On observe, d’une part, ceux qui considèrent la marchandisation de traces laissées sur le Net comme la conséquence de gestes volontaires, une sorte d’auto-exploitation de la part des usagers des plateformes (comme le cas de Facebook), et d’autre part, ceux qui repèrent une sorte d’oppression face à des lois moins contraignantes à laquelle les citoyens en général seraient soumis. Par exemple, Byung-Chul Han (2016) souligne que si les actions sur le Net nourrissent des masses de données colossales, ce sont les usagers qui sont esclaves d’eux-mêmes, dans la mesure où ils s’exploitent volontairement et vivent dans l’illusion de la liberté d’expression (par exemple au moment de partager des publications sur les réseaux sociaux). Selon Nikos Smyrnaios (2017), l’extraction des données et le traçage omniprésent des utilisateurs relèvent d’une question éminemment politique à laquelle les internautes peuvent difficilement échapper, car ils ne peuvent pas s’appuyer sur la réglementation en vigueur. Même si le récit médiatique ne porte pas sur la discussion de l’une de deux perspectives, il montre comment le scandale CA a mis en lumière la discussion sur la protection des données personnelles en régime numérique, une fois de plus12 dans la scène juridique. Ainsi les articles pointent-ils les responsabilités d’ordre étatique, comme dans l’exemple suivant :

Pour aspirer autant de données, Cambridge Analytica a profité du fait qu’à l’époque, lorsqu’ils développaient une application à l’intérieur de Facebook, les développeurs pouvaient aspirer les données de leurs utilisateurs mais aussi de leurs amis. Ce n’est plus possible depuis avril 2015. La collecte de données à des fins de communication politique est encadrée en France, comme l’explique sur son site la Commission nationale de l’informatique et des libertés (CNIL). Il est ainsi illégal d’en aspirer sur les réseaux sociaux sans en informer au préalable les personnes concernées. Ces dernières doivent aussi pouvoir s’opposer à la collecte d’informations (« Le scandale Cambridge Analytica aurait-il pu se produire en France ? », 23 mars 2018).

  • 13 Voir par exemple : le Conseil national du numérique (CNNum), la Commission nationale de l’informati (...)

34Même si la discussion sur la légalité des actions de la part de Facebook est présente dans le récit, les complexités légales sont éclipsées par la mise en fonctionnement, le 25 mai 2018, du Règlement général sur la protection des données (RGPD). Autrement dit, le RGPD viendrait combler ces questionnements, en unifiant à l’échelle européenne les lois afin que les entreprises informent leurs clients sur les usages des données. Pourtant, divers groupes13 dénoncent l’inefficacité d’un règlement qui n’aurait pas apporté de grands changements à des questions capitales comme « la gratuité des services » en échange des données, l’opacité des conditions d’utilisation, la complexification des dispositifs techniques ainsi que la sous-estimation des risques qui rendent difficilement applicable le consentement (Musiani, 2016). Plus grave encore, le consentement de l’usager aurait permis de légitimer la collecte de données (Manokha, op. cit.). Suivant Francesca Musiani (op. cit.), seule une collecte transparente et réversible permettrait de contrer l’asymétrie des citoyens face aux entreprises, ce qui nécessite de prendre en compte l’usage des données, les rapports de force entre les acteurs et l’incorporation des tiers indirectement exposés à une violation de données. Ce dernier point est fondamental dans le cas qui nous concerne, car ce ne sont pas seulement les comptes des usagers de l’application qui ont été « absorbés », mais également ceux des contacts.

35Par ailleurs, comme mentionné précédemment, le récit de l’événement CA oscille entre la scène juridique et une sphère plus personnelle. Par des témoignages et des modes d’emploi, les articles du corpus du journal Le Monde partagent des mécanismes de contournement face à la surveillance de la part des entreprises du numérique et relient l’appel à quitter Facebook, comme dans les extraits suivants :

La fondation Mozilla, qui édite le célèbre navigateur Internet, a lancé mardi 27 mars une extension téléchargeable gratuitement nommée Facebook Container. Celle-ci a pour vocation d’empêcher que Facebook ne collecte les données de navigation de ses utilisateurs hors du réseau social (« Une extension de Firefox pour limiter les informations collectées par Facebook », 28 mars 2018).

Pour protéger leurs données, certains ont appelé au boycott du réseau social, en utilisant le mot-clé #DeleteFacebook (« supprimez Facebook »). […] Il est impossible d’utiliser Facebook sans lui fournir de données personnelles […]. Portez une attention toute particulière à la sous-rubrique « Informations générales et coordonnées », où vous pouvez choisir qui voit votre adresse e-mail, et éventuellement supprimer votre adresse et numéro de téléphone (« Facebook : comment paramétrer son compte pour protéger au mieux ses données », 26 mars 2018).

36Ces exemples montrent la nécessité de combiner des capacités d’agir individuelles avec une législation adaptée à la protection de données personnelles (Musiani, op. cit.). Sur ce même aspect, nous observons que les façons de nommer les données fluctuent entre : informations personnelles, données privées, données personnelles et data, ce qui révèle d’une « instabilité nominative » (Calabrese, 2007) renforcée non pas par des formules explicatives du type les données sont X, mais plutôt par des exemples du traitement des données et du type de messages envoyés après la récolte. Les exemples suivants l’illustrent :

Dans le vocable de Cambridge Analytica, un « univers » désigne un sous-groupe d’électeurs au profil similaire. Par exemple, les femmes actives préoccupées par la garde d’enfants – que Donald Trump a visées avec des spots de campagne montrant des enfants heureux. Aux électeurs noirs, relate Bloomberg, les équipes de Trump ont envoyé une petite animation façon South Park montrant Hillary Clinton qualifiant les membres de gangs de « super-prédateurs » lors d’un discours de 1996. « Hillary pense que les Afro-Américains sont des super-prédateurs », soulignait le texte. (« Quelle a été l’importance réelle de Cambridge Analytica dans la campagne de Trump? », 21 mars 2018).

En janvier 2017, M. Carroll [professeur d’université new-yorkais] demande donc à Cambridge Analytica de lui envoyer toutes les données qu’elle possède sur lui. Trois mois plus tard, il reçoit une réponse. Il y trouve notamment un tableau qui détaille ses préférences politiques : « Très peu probable qu’il soit républicain », note l’analyse ; « très probable » qu’il aille voter le jour de la présidentielle ; « l’économie » et « la santé » sont ses deux principales préoccupations, loin devant « les valeurs sociales traditionnelles » et la « dette nationale » (« Cambridge Analytica au cœur de la tempête politique, médiatique et judiciaire », 23 mars 2018).

37Enfin, nous constatons également qu’il n’y a aucune mention de la forme reprise par le RGPD « données à caractère personnel », définie par la Commission nationale de l’informatique et des libertés (CNIL) comme toute information relative à une personne physique susceptible d’être identifiée, directement ou indirectement. Par exemple : un nom, une photo, une empreinte, une adresse postale, une adresse courriel, un numéro de téléphone, un numéro de sécurité sociale, un matricule interne, une adresse IP, un identifiant de connexion informatique, un enregistrement vocal. Peu importe que ces informations soient confidentielles ou publiques (source : cnil.fr). Cela est vraisemblablement dû au fait que la mise en place du règlement est postérieure à l’événement. Une nomination juridique des données n’est donc pas encore mise en place ni cristallisée comme choix nominatif dans la presse. Cela reste une hypothèse à vérifier dans des corpus comparatifs collectés avant et après la mise en fonctionnement du RGPD.

Conclusion

38Dans le cadre de cette recherche, nous avons observé les caractéristiques symboliques et discursives du récit médiatique autour de l’événement CA dans un corpus de presse écrite française, afin d’identifier si la mise en visibilité médiatique du scandale CA rend visibles les questions liées à la surveillance numérique comprise comme un problème public émergent. Sur la base d’un corpus composé de 62 articles traitant de l’événement CA dans le journal Le Monde, nous concluons que, même si Facebook apparaît comme l’un des mots structurants du corpus, les articles thématisent davantage le fait que CA a utilisé des données (pour influencer, au moins, l’élection de Trump) que le fait que Facebook a permis à CA l’utilisation des données des abonnés (et de leurs contacts). Tant l’étude de la matrice actancielle de l’événement (Boltanski, op. cit.) que celle de la prise en charge énonciative de la nomination (Moirand et Reboul-Touré, op. cit.) nous ont permis d’interroger la place des acteurs-causes-conséquences dans le récit du scandale CA et d’ainsi rendre compte des tensions autour des responsabilités face à la protection de la vie privée en régime numérique. Si pour Zuckerberg le responsable de la vie privée des usagers devrait être sa compagnie (Facebook), pour les sénateurs américains, ce sont les États, à travers des normes, qui devraient réguler ces questions. Ou encore, si pour Zuckerberg les faits ont été une « erreur », pour la jurisprudence anglaise, ils ont constitué la violation de la vie privée des utilisateurs. Cela est traversé par la rhétorique des responsabilités individuelles, en particulier liée à la surexposition dans les réseaux sociaux (notamment sur Facebook) qui éclipse la distinction entre données et traces. Les premières sont les publications mises en ligne par les usagers du réseau eux-mêmes qui, comme l’écrit Musiani (op. cit.), sont soumises aux conditions de confidentialité de chaque réseau (généralement très opaques pour l’usager). À leur tour, les traces regroupent « les données recueillies automatiquement sous la forme de cookies ou de signaux de localisation » (ibid. : 18). Ce sont davantage les traces qui engagent une collecte indolore, car elles ne constituent pas des publications intentionnées, mais plutôt des empreintes d’usage numérique, raison pour laquelle la récolte de ce type de données reste difficilement perceptible par les internautes.

  • 14 Voir par exemple la conférence d’Alexander Nix « The Power of Big Data and Psychographics » au Somm (...)

39Du côté des personnes affectées par « le siphonnage », les données montrent une fluctuation dénominative (Calabrese, 2007) entre « utilisateurs », « internautes » et « victimes » dans laquelle la figure des citoyens est quasi absente. Cela peut être dû aux difficultés de mesurer l’impact de la manipulation politique en ligne, ce qui entraîne des difficultés pour parler des effets de manipulation chez les électeurs. Sur ce même point, nous constatons que les articles ne remettent pas en question l’impact des messages publiés sur Facebook lors de l’élection de Trump aux États-Unis ; cela apparaît comme une conséquence non discutable, un aspect également soulevé par Richterich (op. cit.). Nous assistons à une cyberbole (Woolgar, 2002) ou représentation exagérée de l’influence que le traitement des données peut avoir dans la mobilisation des électeurs, ce qui n’est d’ailleurs pas nécessairement confirmé par des études empiriques (Baldwin-Philippi, 2019), mais dont le PDG de CA, Alexander Nix, se vante à plusieurs reprises14.

  • 15 Comme le cas d’Emerdata, une filiale de SCL Group, comme l’était CA. Cette entreprise a été créée a (...)

40Bien que le scandale CA ne traite pas strictement de la façon dont Internet dans toutes ses formes participe à des pratiques plus classiques de faire une campagne électorale (utilisation de données sociodémographiques, de données issues de sondages d’opinion, de données retraçant les histoires de votes) (Theviot, 2019), il dévoile comment l’usage des données personnelles des internautes a rendu possible « un micro-ciblage électoral » au moyen des réseaux sociaux numériques : voir par exemple le cas des dark posts utilisés dans la campagne de Trump sur Facebook (Baldwin-Philippi, op. cit.). Encore, la nomination du scandale CA par l’intermédiaire des entreprises comme CA ou Facebook éclipse les nombreuses autres plateformes qui fonctionnent selon le même modèle économique15. Cependant, nous avons pu observer que la mise en visibilité médiatique de l’événement CA a rendu possible la discussion publique des conséquences d’une surveillance indiscriminée des traces, sans consentement et parfois parfaitement légale (Smyrnaios, op. cit. ; Badouard, op. cit. ; Nitot, op. cit. ; Musiani, op. cit. ; Gautron et Monniaux, 2016 ; Benabou et Rochfeld, op. cit. ; Cardon et Casilli, op. cit. ; Fuchs, 2011 ; Mattelart, 2009). Ainsi les données analysées montrent-elles une problématique latente qui dépasse l’espace médiatique et numérique jusqu’à l’espace juridique ainsi que la sphère personnelle : la mise en exergue du modèle économique des plateformes numériques basé sur la surveillance constante, la récolte, la motorisation et l’utilisation des données personnelles à des fins commerciales ainsi que politiques.

41Enfin, et face à la méfiance envers les promesses du PDG de Facebook et du RGPD comme la solution mettant fin à ce type de scandales, les internautes trouvent de nouvelles formes d’empowerment numérique, dont les articles du journal Le Monde se font l’écho. Cela se manifeste sous forme de téléchargement d’applications pour une recherche privée, par le paramétrage des comptes de réseaux sociaux ainsi que par des appels à quitter Facebook. Lesdits « internautes ou utilisateurs » deviennent des acteurs mobilisés, un aspect qui reste à étudier sur d’autres terrains, par exemple par l’enquête auprès d’associations ou de réseaux d’internautes engagés contre la surveillance en régime numérique.

Haut de page

Bibliographie

ARQUEMBOURG, Jocelyne (2011), L’événement et les médias. Les récits médiatiques des tsunamis et les débats publics, Paris, Éditions des Archives contemporaines.

BADOUARD, Romain (2017), Le désenchantement de l’internet. Désinformation, rumeur et propagande, Limoges, FYP Éditions.

BALDWIN-PHILIPPI, Jessica (2019), « Data campaigning: Between empirics and assumptions », Internet Policy Review, 8(4), mise en ligne le 31 mars 2019. [En ligne]. https://policyreview.info/articles/analysis/data-campaigning-between-empirics-and-assumptions. Page consultée le 6 avril 2020.

BARTHÉLÉMY, Michel et Louis QUÉRÉ (1991), La mesure des événements publics : structure des événements et formation de la conscience publique, rapport polycopié, Paris, ATP CNRS Communication et société. [En ligne]. https://halshs.archives-ouvertes.fr/halshs-00542618/document. Page consultée le 6 avril 2020.

BENABOU, Valérie-Laure et Judith ROCHFELD (2015), À qui profite le clic : le partage de la valeur à l’ère numérique, Paris, Odile Jacob.

BOLTANSKI, Luc (1990), L’Amour et la Justice comme compétences. Trois essais de sociologie de l’action, Paris, Métailié.

BOLTANSKI, Luc, Élisabeth CLAVIERE, Nicolas OFFENSTADT et Stéphane VAN DAMME (2007), Affaires, scandales et grandes causes : de Socrate à Pinochet, Paris, Stock.

BOREL, Simon (2016), « Le panoptisme horizontal ou le panoptique inversé », Terminal, 10(1), mis en ligne le 15 octobre 2016. [En ligne]. https://journals.openedition.org/ticetsociete/2029#quotation. Page consultée le 6 avril 2020.

BRUNET, Étienne (2011), Ce qui compte. Méthodes statistiques, Paris, Honoré Champion.

BRUNET, Étienne (2012), « Nouveau traitement des cooccurrences dans Hyperbase », Corpus, 11, mis en ligne le 18 juin 2013. [En ligne]. https://journals.openedition.org/corpus/2275. Page consultée le 6 avril 2020.

CALABRESE, Laura (2007), « Quel(s) objet(s) de discours se dissimule(nt) sous la dénomination le voile ? », dans Georgeta CISLARU, Olivia GUÉRIN, Katia MORIM, Émilie NÉE, Thierry PAGNIER et Marie VENIARD (dir.), L’acte de nommer, Paris, Presses Sorbonne Nouvelle, p. 135-148.

CALABRESE, Laura (2013), L’événement en discours. Presse et mémoire sociale, Paris, L’Harmattan.

CALABRESE, Laura (2015), « Reformulation et non-reformulation du mot islamophobie. Une analyse des dynamiques de la nomination dans les commentaires des lecteurs », Langue française, 4(188) : 91-104.

CALABRESE, Laura (2018), « Faut-il dire migrant ou réfugié ? Débat lexico-sémantique autour d’un problème public », Langages, 210(2) : 105-124.

CARDON, Dominique (2015), À quoi rêvent les algorithmes. Nos vies à l’heure des big data, Paris, Éditions du Seuil.

CARDON, Dominique et Antonio CASILLI (2015), Qu’est-ce que le Digital Labor ?, Bry-sur-Marne, INA Éditions.

CEFAÏ, Daniel (2016),

CEFAÏ, Daniel et Cédric TERZI (2012), L’expérience des problèmes publics. Perspectives pragmatistes, Paris, Éditions de l’École des hautes études en sciences sociales.

CHAMPAGNE, Patrick (2000), « L’événement comme enjeu », Réseaux, 18(100) : 403-426.

DE BLIC, Damien et Cyril LEMIEUX (2005), « Le scandale comme épreuve : éléments de sociologie pragmatique », Politix, 71(3) : 9-38.

DEWEY, John (2010/1927), Le public et ses problèmes, Paris, Éditions Folio.

FOUCAULT, Michel (1975), Surveiller et punir, Paris, Gallimard.

FUCHS, Christian (2011), Social Media; A Critical Introduction, Londres, Sage Publications.

FUCHS, Christian (2012), « The political economy of privacy on Facebook », Television & New Media, 13(2): 139-159.

GAUTRON, Virginie et David MONNIAUX (2016), « De la surveillance secrète à la prédiction des risques : les dérives du fichage dans le champ de la lutte contre le terrorisme », Archives de politique criminelle, 38(1) : 123-135.

GONZÁLEZ, Felipe, Yihan YU, Andrea FIGUEROA, Claudia LÓPEZ et Cecilia ARAGON (2019), « Global reactions to the Cambridge Analytica Scandal: A cross-language social media study », Companion Proceedings of The 2019 World Wide Web Conference (WWW ’19), Association for Computing Machinery, New York, p. 799-806.

GUARESI, Magali (2019), « La logométrie en histoire : une herméneutique numérique. Explorations d’un corpus de professions de foi électorales de député.e.s », Digital Studies, 9(1) : 1-15.

HAN, Byung-Chul (2016), La société de transparence, Paris, Presses universitaires de France.

KRIEG-PLANQUE, Alice (2009), « À propos des “noms propres d’événement” », Les Carnets du Cediscor, 11, mis en ligne le 1er mars 2011. [En ligne]. http://journals.openedition.org/cediscor/75. Page consultée le 6 avril 2020.

KRIEG-PLANQUE, Alice (2012), Analyser les discours institutionnels, Paris, A. Colin.

LEMIEUX, Cyril (2007), « À quoi sert l’analyse des controverses ? », Mil neuf cent. Revue d’histoire intellectuelle, 25(1) : 191-212.

LAPAIRE, Jean-Rémi (2018), « Why content matters. Zuckerberg, Vox Media and the Cambridge Analytica data leak », ANTARES : Letras e Humanidades, 10(20) : 88-110.

LYON, David (2008), « Le 11 septembre, la “guerre au terrorisme” et la surveillance généralisée », dans Bigo DIDIER (dir.), Au nom du 11 septembre… Les démocraties à l’épreuve de l’antiterrorisme, Paris, La Découverte, p. 90-103.

LYON, David (2015), « The Snowden stakes: Challenges for understanding surveillance today », Surveillance & Society, 13(2) : 139-152.

LYON, David (2018), The Culture of Surveillance: Watching as a Way of Life, Londres, Polity Press.

LYON, David et Zygmunt BAUMAN (2013), Liquid Surveillance : A Conversation, Cambridge, Polity Press.

MAYAFFRE, Damon (2012), Nicolas Sarkozy. Mesure et démesure du discours (2007-2012), Paris, Presses de Sciences Po.

MANOKHA, Ivan (2018), « Le scandale Cambridge Analytica contextualisé : le capital de plateforme, la surveillance et les données comme nouvelle “marchandise fictive” », Cultures & Conflits, 109, mise en ligne le 20 juillet. [En ligne]. https://www.cairn.info/revue-cultures-et-conflits-2018-1-page-39.htm. Page consultée le 6 avril 2020.

MATTELART, Armand (2009), Un mundo vigilado, Barcelona, Paidós.

MOIRAND, Sophie (2007), Les discours de la presse quotidienne, Paris, Presses universitaires de France.

MOIRAND, Sophie et Sandrine REBOUL-TOURÉ (2015), « Nommer les événements à l’épreuve des mots et de la construction du discours », Langue française, 188(4) : 105-120.

MORTUREUX, Marie-Françoise (1993), « Paradigmes désignationnel », Semen, 8 : 123-141.

MUSIANI, Francesca (2016), Internet et vie privée, Paris, Éditions Uppr.

NÉE, Émilie (2017), Méthodes et outils informatiques pour l’analyse des discours, Rennes, Presses universitaires de Rennes.

NEVEU, Érik (2015), Sociologie politique des problèmes publics, Paris, Armand Colin.

NEVEU, Érik et Louis QUÉRÉ (1996), « Présentation », Réseaux, 14(76) : 5-7.

NITOT, Tristan (2016), Surveillance://, Les libertés au défi du numérique : comprendre et agir, Caen, C&F Éditions.

PERUZZI, Antonio, Fabiana ZOLLO, Walter QUATTROCICCHI et Antonio SCALA (2018), « How news may aspect markets’ complex structure: The case of Cambridge Analytica », Entropy, 20(10), 765 : 1-12.

QUÉRÉ, Louis (2006), « Entre fait et sens, la dualité de l’événement », Réseaux, 139(5) : 183-218.

RICHTERICH, Annika (2018), « How data-driven research fuelled the Cambridge Analytica controversy », Partecipazione e conflitto, 11(2) : 528-543.

RICŒUR, Paul (1983), Temps et récit I : L’intrigue et le récit historique, Paris, Éditions du Seuil.

SMYRNAIOS, Nikos (2017), Les GAFAM contre l’internet : une économie politique du numérique, Bry-sur-Marne, INA Éditions.

THEVIOT, Anaïs (2019), Big data électoral. Dis-moi qui tu es, je te dirai pour qui voter, Lormont, Le Bord de l’eau.

THOMPSON, John (2001), El escándalo político. Poder y visibilidad en la era de los medios de comunicación, Barcelona, Paidós.

THOMPSON, John (2005), « La nouvelle visibilité », Réseaux, 129-130(1) : 59-87.

VAN DIJCK, José (2014), « Datafication, dataism and dataveillance: Big Data between scientific paradigm and ideology ». Surveillance & Society, 12(2): 197-208.

VANNI, Laurent et Adiel MITTMANN (2016), « Cooccurrences spécifiques et représentations graphiques, le nouveau “Thème” d’Hyperbase », JADT 2016 - Statistical Analysis of Textual Data, Nice, France, p. 295-305.

VENIARD, Marie (2013), La nomination des événements dans la presse, Besançon, Presses universitaires de Franche-Comté.

VOIROL, Olivier (2005), « Présentation. Visibilité et invisibilité : une introduction », Réseaux, 129-130(1) : 9-36.

WOOLGAR, Steve (2002), Virtual Society? Technology, Cyberbole, Reality, New York, Oxford University Press.

ZUBOFF, Shoshana (2019), The Age of Surveillance Capitalism: The Fight for a Human Future at the New Frontier of Power, New York, Public Affairs.

Haut de page

Notes

1 Olivier Voirol souligne qu’« une sociologie de l’invisible adopte donc une posture épistémologique consistant à détourner le regard des aspects les plus manifestes et à prendre une multiplicité de perspectives pour observer ce que, d’emblée, nous ne voyons pas » (2005 : 29).

2 González et ses collaborateurs (2019) montrent, d’un point de vue comparatif, la façon dont les usagers parlant différentes langues (anglais et espagnol) réagissent sur Twitter aux atteintes à la confidentialité des données à la suite du scandale CA. Peruzzi et ses collègues (2018), eux, se sont intéressés à l’impact économique du scandale CA non seulement pour Facebook, mais aussi dans un contexte plus large du marché boursier.

3 Selon Cefaï et Terzi (2012), il y aurait différentes scènes de parution d’un problème public, des scènes journalistiques, scientifiques, judiciaires et politiques ; cette constellation de scènes conformerait l’arène publique d’un problème donné (Cefaï, 2016).

4 CA était une filiale parmi d’autres de l’entreprise Strategic Communication Laboratories (SCL Group) encore en fonctionnement.

5 Les données conduisent tout ce que nous faisons (traduction de l’auteure).

6 Cette information était publique depuis la fin 2015, lorsque le même journal, The Guardian, avait publié un article exposant l’origine « douteuse » des données utilisées par la société pour ses campagnes.

7 Le choix du journal est intentionnel, nous avons voulu observer un journal de forte audience. D’après l’enquête ONE, Le Monde est le journal de presse nationale avec le plus d’audience en 2017. Source : acpm.fr.

8 Un nouveau pic d’articles traitant du sujet correspond à la condamnation de Facebook à payer une amende dite « historique » de 5 milliards de dollars pour divers manquements à la protection des données personnelles. Source : https://www.nytimes.com/2019/07/12/technology/facebook-ftc-fine.html.

9 Logiciel documentaire et statistique pour l’exploration des textes. Source : http://hyperbase.unice.fr. Voir également les travaux de Brunet (2011, 2012), Mayaffre (2012), Née (2017), Guaresi (2019).

10 Le calcul de cooccurrences permet d’établir les relations, principalement sémantiques, que les mots ont entre eux. Le calcul est fait en rapport à la taille du corpus, à la taille du texte, à la fréquence du mot dans le corpus et à la fréquence du mot dans le texte. Voir Vanni et Mittman (2016) ainsi que Brunet (2011, 2012).

11 Le calcul de spécificités « opère une comparaison entre la totalité du corpus et l’ensemble des contextes contenant le pôle étudié afin de dégager les mots qui y sont sur-employés ou, à l’inverse, sous-employés » (Née, op. cit. : 114), ce qui est calculé par rapport au nombre d’occurrences du corpus, au nombre d’occurrences dans la partie, à la fréquence de chaque forme dans le corpus et à la fréquence de chaque forme dans la partie. Voir Brunet (2011, 2012) et Née (ibid.).

12 Une première parution du scandale CA dans la scène juridique est liée au traitement des données personnelles lors de l’audition de Zuckerberg au Sénat.

13 Voir par exemple : le Conseil national du numérique (CNNum), la Commission nationale de l’informatique et des libertés (CNIL), exegetes.eu.org, un groupe d’action juridique et contentieuse commun entre French Data Network (FDN), la Quadrature du Net (association de défense des droits et libertés des citoyens sur Internet) et la Fédération des fournisseurs d’accès à Internet associatifs (Fédération FDN).

14 Voir par exemple la conférence d’Alexander Nix « The Power of Big Data and Psychographics » au Sommet de Concordia 2016 où il explique, entre autres, comment le candidat républicain Ted Cruz est passé de 6 % à 36 % d’intentions de vote grâce à des campagnes ciblées par CA selon les profils des citoyens au moyen des outils d’analyse des données du big data.

15 Comme le cas d’Emerdata, une filiale de SCL Group, comme l’était CA. Cette entreprise a été créée après la fermeture de CA et est actuellement composée entre autres d’anciens employés de CA.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Graphique 1. Recherche Cambridge + Analytica
Légende Europresse.
URL http://journals.openedition.org/communication/docannexe/image/13252/img-1.png
Fichier image/png, 66k
Titre Graphique 2. Rubriques des articles traitant du scandale CA. Élaboration propre
URL http://journals.openedition.org/communication/docannexe/image/13252/img-2.png
Fichier image/png, 69k
Titre Graphique 3. Articles traitant de l’événement selon la date. Élaboration propre
URL http://journals.openedition.org/communication/docannexe/image/13252/img-3.png
Fichier image/png, 29k
Titre Tableau 1. Liste de fréquence des mots
Légende Hyperbase.
URL http://journals.openedition.org/communication/docannexe/image/13252/img-4.png
Fichier image/png, 280k
Titre Graphique 4. Calcul de cooccurrences du mot « affaire »
Légende Hyperbase.
URL http://journals.openedition.org/communication/docannexe/image/13252/img-5.png
Fichier image/png, 266k
Titre Graphique 5. Distribution des mots « scandale » et « affaire » en fréquence relative
Légende Hyperbase.
URL http://journals.openedition.org/communication/docannexe/image/13252/img-6.png
Fichier image/png, 49k
Titre Graphique 6. Calcul de cooccurrences du mot « scandale »
Légende Hyperbase.
URL http://journals.openedition.org/communication/docannexe/image/13252/img-7.png
Fichier image/png, 207k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Camilla Pérez Lagos, « Rendre visibles les conséquences de la surveillance numérique », Communication [En ligne], vol. 37/2 | 2020, mis en ligne le 07 septembre 2020, consulté le 26 septembre 2020. URL : http://journals.openedition.org/communication/13252 ; DOI : https://doi.org/10.4000/communication.13252

Haut de page

Auteur

Camilla Pérez Lagos

Camilla Pérez Lagos est Maîtresse de conférences et membre de l’Équipe de recherche Mutations numériques, Usages et Médiatisations (MUTANUM), Université Catholique de l’Ouest-Campus Laval. Courriel : c.perez-lagos@ucolaval.net

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Communication sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo Université de Laval
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search