Navigation – Plan du site

AccueilNumérosVol. 38/1LecturesBenoit LAFON (dir.) (2019), Média...

Lectures

Benoit LAFON (dir.) (2019), Médias et médiatisation. Analyser les médias imprimés, audiovisuels, numériques

Grenoble, Presses universitaires de Grenoble
El Hadji Malick Ndiaye
Référence(s) :

Benoit LAFON (dir.) (2019), Médias et médiatisation. Analyser les médias imprimés, audiovisuels, numériques, Grenoble, Presses universitaires de Grenoble

Texte intégral

1Cet ouvrage réunit 10 chapitres et les contributions de 17 chercheurs et chercheures qui traitent, selon quatre axes, d’objets, de méthodes, d’outils qui se rapportent aux dispositifs de communication, de médiatisation et de médiation. Dans sa contribution, Benoit Lafon résume les dimensions de ces dispositifs à travers la présentation d’un outil mnémotechnique, le MEDIATS (Modèle économique, Discours, Institutions, Acteurs, Techniques en Société) (p. 10).

2Le premier axe est consacré à la dimension sociosymbolique des médias analogiques et numériques. Dans leur chapitre, Laurie Schmitt et Vincent Bullich s’intéressent à l’analyse des stratégies de production-valorisation et mettent l’accent sur la dimension sociosymbolique des industries médiatiques. Leur contribution est jalonnée de considérations d’ordre méthodologique et épistémologique. Ils avancent que l’analyse socioéconomique peut être enrichie de données et d’approches diverses.

3Franck Rebillard scrute l’évolution des médias analogiques sous la loupe des théories des industries culturelles, notamment à travers leurs modèles socioéconomiques, mais aussi selon les configurations sociotechniques d’Internet en rapport avec les médias numériques.

4Céline Ségur trace un cadrage épistémologique et aborde les différentes approches empiriques de l’étude des publics médiatiques, dont celle de l’ethnographie des publics du type « Dayan ». Elle dresse un état des recherches sur les pratiques médiatiques ordinaires, dont les courriels.

5À travers l’analyse des concepts et méthodes de recherche, Emmanuel Marty aborde le champ d’études transdisciplinaires des contenus et discours des médias. Il examine tout particulièrement les règles et les outils d’analyse essentiels pour la constitution et l’analyse des corpus.

6Dans sa contribution, Yves Jeanneret pense les médias en termes sémio-communicationnels et décrit sa démarche d’analyse des médias à travers une forme d’ingénierie.

7Le deuxième axe se focalise sur les enjeux de la médiatisation. Marc Lits aborde les postures du journaliste et s’intéresse au récit médiatique qui « véhicule toujours deux éléments essentiels, de l’ordre de la cognition et de l’ordre de l’émotion » (p. 138).

8En faisant référence à une littérature multidisciplinaire, Claire Blandin établit une véritable archéologie de l’histoire des médias français à travers la création et le cheminement de l’Institut français de presse.

9Benoit Lafon revient sur les approches conceptuelles de la médiatisation en convoquant les travaux de plusieurs chercheurs. Il se penche sur la distinction entre médiation et médiatisation, mais surtout sur la question des médiatisations des champs sociaux. L’auteur note la nécessité du recours à une multiplicité d’échelles d’analyse et de l’adoption d’une « méthodologie inter-dimensionnelle ». Il préconise également « une ouverture des études sur la médiatisation afin d’éviter l’enfermement disciplinaire » (p. 184).

10Isabelle Pailliart aborde la médiatisation dans l’espace public. Elle s’intéresse aux nouveaux rapports entre la sphère publique et l’espace domestique ainsi qu’aux analyses de l’encadrement de l’espace public. Elle aborde plus particulièrement l’instrumentalisation de la médiatisation et les formes actuelles de mobilisations collectives à travers les médias sociaux.

11Le troisième axe porte sur des médiatisations spécifiques. Roselyne Ringoot adopte une posture critique qui conçoit le journalisme comme discours portant sur des activités professionnelles et sociales ancrées. Elle fait part de ses questionnements de nature sociodiscursive à propos des « discours médiatiques », des « discours numériques » et de l’auctorialité journalistique.

12Pierre Leroux et Philippe Riutort abordent les rapports qu’entretiennent les politiques et les médias ainsi que les dimensions symboliques de cette médiatisation. Selon eux, les journalistes participent à la création de contenus politiques. Ils soulignent aussi que l’on assiste parfois à « une forme d’hystérisation et de forte polarisation des échanges politiques » (p. 225).

13Michael Bourgatte et Daniel Jacobi traitent des médiatisations des savoirs scientifiques à travers les transformations textuelles et visuelles que ces savoirs subissent et qui résultent des quatre opérations linguistiques et sémiotiques d’un double processus qu’ils désignent par les termes de textbookisation et de vidéographisation

14La contribution d’Isabelle Garcin-Marou porte sur le « Genre au prisme des médiatisations et de médias ». Elle aborde d’abord la présence des femmes dans les salles de rédaction et dans les médias. Puis, elle revient sur le traitement genré des informations ainsi que sur les représentations médiatiques de la figure de la femme. En conclusion, elle postule que le genre est un terrain de lutte médiatique où se jouent « les rapports de pouvoir ».

15Dans le quatrième axe — les médias, l’improbable miroir des événements —, Jocelyne Arquembourg propose une phénoménologie de l’événement et du rôle des médias à travers des « récits » et des « cadrages ».

16Le fil conducteur de cet ouvrage fait paraître une première partie qui offre un appareillage conceptuel et méthodologique, des outils théoriques et empiriques pour l’analyse des médias et qui regroupe des approches socioéconomiques, sociosymboliques et sémiotiques, ethnographiques, discursives et historiques. La seconde partie cible la médiatisation et ses enjeux actuels à travers le genre, les savoirs scientifiques, le journalisme comme discours, la politique et l’espace public. Le liant de ces deux parties, en dehors de leurs apports épistémologiques, est leur démarche critique et la complémentarité des contributions.

17Nourri de travaux de chercheurs reconnus en sciences de l’information et de la communication, cet ouvrage qui regroupe des travaux multidisciplinaires présente l’avantage de passer en revue différentes thématiques actuelles dans le champ d’études des médias et de la médiatisation, selon des démarches diachroniques et synchroniques. La lecture permet de mieux comprendre les enjeux actuels et des perspectives de la recherche d’acquérir des outils d’analyse des médias, des médiations et des médiatisations.

18Cet ouvrage traite plus particulièrement des sciences de l’information et de la communication, mais il peut intéresser également les professionnels et les spécialistes d’autres sciences sociales. Cependant, le caractère épistémologique des contributions exige du lectorat une certaine familiarité avec la littérature scientifique.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

El Hadji Malick Ndiaye, « Benoit LAFON (dir.) (2019), Médias et médiatisation. Analyser les médias imprimés, audiovisuels, numériques »Communication [En ligne], Vol. 38/1 | 2021, mis en ligne le , consulté le 29 juillet 2021. URL : http://journals.openedition.org/communication/13365 ; DOI : https://doi.org/10.4000/communication.13365

Haut de page

Auteur

El Hadji Malick Ndiaye

El Hadji Malick Ndiaye est docteur en sciences de l’information et de la communication et membre du Groupe de recherche sur les enjeux de la communication (GRESEC) à l’Université Grenoble-Alpes. Courriel : elmalickndiaye10@gmail.com

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Communication sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search