Navigation – Plan du site

AccueilNumérosVol. 38/1LecturesMokhtar FARHAT (2019), Humour, pa...

Lectures

Mokhtar FARHAT (2019), Humour, parodie et dérision dans la Tunisie postrévolutionnaire

Limoges, Éditions Lambert-Lucas
Marc Veyrat
Référence(s) :

Mokhtar FARHAT (2019), Humour, parodie et dérision dans la Tunisie postrévolutionnaire, Limoges, Éditions Lambert-Lucas

Texte intégral

1Mokhtar Farhat signe ici un livre effectivement plein d’humour malgré la gravité de la situation décrite. En effet, Patrick Charaudeau, reprenant d’ailleurs des arguments présentés par l’auteur dans son introduction, souligne dans sa préface tout le sérieux de l’humour qui, dès la première moitié du XXe siècle, a permis à toute une intelligentsia tunisienne — consciente de son rôle et de sa place dans la propagation des idées — une prise de position décalée par rapport au climat ambiant de l’occupation coloniale et militaire de la France. « Car les humoristes sont les garde-fous contre toutes les tentatives de censure et d’abus de pouvoir de la part des politiciens quelle que soit leur couleur politique » (p. 88).

  • 1 Titre d’un stand-up de Lotfi Abdelli, Ad Ibidem, 1.
  • 2 Antoine Garapon (présentateur) (2020), « Une crise dans la symbolisation », Matières à penser, Fran (...)

2« Made in Tunisia is back »1 (p. 93). L’ensemble de l’ouvrage sur le discours médiatique, en tant que miroir social, est très documenté. Les études de cas, accompagnées de nombreuses illustrations, nous introduisent — progressivement et sans complaisance — dans ce bouillonnement structurel et culturel qui s’impose à la Tunisie contemporaine pour s’écrire, se révéler en tant que démocratie. Car la révolution des signes, comme nous le rappelle Jean Lassègue, philosophe et épistémologue, s’accompagne désormais d’une mécanique informatique automatisée par les machines, afin de pouvoir faire fonctionner nos rapports sociaux. Et il précise : « […] quand on fait quelque chose avec des signes, on fait aussi quelque chose aux signes »2.

3Ainsi, la prise de parole d’humoristes comme Lotfi Abdelli sur les réseaux sociaux, « la veille de la chute du dictateur, le 13 janvier 2011 » (p. 125), n’est pas anodine. La répétition du mot Dégage, amplifiée par le pouvoir viral des algorithmes, va très vite se retrouver dans la rue. Dans son interview avec Mokhtar Farhat, à la question : « Comment les comédiens (et plus précisément les humoristes) ont-ils contribué à la révolution de jasmin ? »,Nasreddine Jalloul répond que

les humoristes tunisiens se sont comportés avec beaucoup d’intelligence, ils y ont contribué de manière subtile en mettant en cause les symboles de la dictature. Après la révolution, grâce à la liberté des médias, ils ont contribué avec les autres composantes de la société civile à l’élaboration d’une Constitution à la hauteur des attentes de la société tunisienne (p. 129).

4Pourtant, avec les nombreux témoignages apportés dans ce livre, nous sommes en droit de douter d’une totale liberté d’expression, malgré les progrès marquants obtenus depuis la fin de la dictature. « Dehors la désolation contemple son ouvrage » (Al Malik, 2020). Non seulement inféodé au territoire dont il émerge, le discours possède également sa propre intelligence, indépendamment de son contenu sémantique. La clé du sens est extérieure au texte.

Haut de page

Bibliographie

AL MALIK Abd (2020), Le jeune noir à l’épée, livre et CD, Paris, Flammarion/Musée D’Orsay/Présence Africaine, https://youtu.be/lPv4XZzJWAE, page consultée le 1er février 2021.

Haut de page

Notes

1 Titre d’un stand-up de Lotfi Abdelli, Ad Ibidem, 1.

2 Antoine Garapon (présentateur) (2020), « Une crise dans la symbolisation », Matières à penser, France Culture, épisode 3/3, 23 août, https://www.franceculture.fr/emissions/matieres-a-penser/deviendrions-nous-plus-violents-33-une-crise-dans-la-symbolisation, page consultée le 1er février 2021.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Marc Veyrat, « Mokhtar FARHAT (2019), Humour, parodie et dérision dans la Tunisie postrévolutionnaire »Communication [En ligne], Vol. 38/1 | 2021, mis en ligne le 11 juin 2021, consulté le 25 juillet 2021. URL : http://journals.openedition.org/communication/13398 ; DOI : https://doi.org/10.4000/communication.13398

Haut de page

Auteur

Marc Veyrat

Marc Veyrat est Maître de conférences et habilité à diriger les recherches en Sciences de l’Art. Courriel : imateriel@gmail.com

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Communication sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search