Skip to navigation – Site map

HomeNumérosVol. 38/1LecturesBertrand LABASSE (2020), La valeu...

Lectures

Bertrand LABASSE (2020), La valeur des informations : ressorts et contraintes du marché des idées

Ottawa, Presses de l’Université d’Ottawa
Henri Assogba
Bibliographical reference

Bertrand LABASSE (2020), La valeur des informations : ressorts et contraintes du marché des idées, Ottawa, Presses de l’Université d’Ottawa

Full text

1Qui n’a jamais été tenté d’attribuer une valeur, ou ne serait-ce qu’un poids symbolique ou une quelconque importance à une information plutôt qu’à une autre ? L’exercice en soi semble commun et ne constitue pas une nouveauté. Pourtant, les déterminants de cette cotation affective demeurent un « grand mystère ». À travers les âges, des rhéteurs de l’Antiquité et des chercheurs de différentes disciplines ont étudié certains aspects de cette problématique et ont tenté d’y apporter des réponses diverses et éparses. Dans son ouvrage, l’ambition affichée de Bertrand Labasse, professeur aux départements de communication et de français de l’Université d’Ottawa (Canada), est d’aller aux fondements de la valeur discursive des informations à partir d’une démarche qui se veut originale. Sa proposition d’une clé de compréhension des logiques fondamentales qui sont à l’œuvre dans toutes les situations de production et de réception discursive à travers un modèle général de « fixation des valeurs dans le chaos actuel du marché communicationnel » (p. 3) est une approche inusitée. Dès les premières pages, l’auteur prend le soin de préciser que l’apport que revendique son travail « ne réside pas dans les éléments inédits, mais dans la façon dont il articule et éclaire, sous l’angle qui lui est propre, une masse considérable d’observations hétéroclites et d’explications antérieurement disponibles, mais peu ou mal articulées jusqu’alors » (p. 10). Si le problème de la valeur discursive requiert une perspective multiscalaire, l’auteur soutient que la nécessité empirique d’articuler, et non d’amalgamer, le cognitif et le social s’inscrit dans la plus pure conformité à la pensée durkheimienne.

  • 1 Pourquoi n’aimons-nous pas ce que nous n’aimons pas ? (traduction de l’auteur).
  • 2 Pourquoi aimons-nous ce que nous aimons ? (traduction de l’auteur).

2L’ouvrage est structuré en deux parties d’inégale importance. La première partie élabore, à l’issue d’un long développement qui s’étale sur 10 chapitres, un « modèle général de l’adéquation sociocognitive » dont l’ambition est de répondre autrement à cette principale interrogation : pourquoi les contenus qui nous plaisent nous plaisent-ils ? C’est une reformulation d’une « question inconvenante » que posait déjà le sociologue Simon Stewart (2013) dans l’introduction de son ouvrage A Sociology of Culture, Taste and Value : « Why do we dislike what we dislike? »1 et comme intitulé de son troisième chapitre : « Why do we like what we like? »2 Bertrand Labasse ne s’intéresse pas, dans son ouvrage, aux facteurs qui influencent les gens, mais il fait plutôt le choix d’examiner ce qui retient leur attention. Tout en reconnaissant que « l’attention détermine une grande partie des stratégies de production et de réception discursive, l’auteur souligne que l’attention n’explique en rien ce qui la détermine elle-même » (p. 36). Le succès qu’a connu la mutation conceptuelle de « l’économie de l’information » en « économie de l’attention » s’expliquerait surtout, selon Labasse, par « l’étonnante démonstration empirique qu’en ont fourni les marchés financiers » (p. 30). Il insiste, par exemple, sur la nuance, voire l’opposition entre l’attention en tant que fin (vendre de l’attention pour elle-même) et l’attention en tant que moyen (capter l’attention pour diffuser quelque chose). Se distinguant des travaux du sociologue Gérald Bronner (2013) avec sa notion de « marché cognitif » jugée trop restrictive en raison d’une seule catégorie de variables d’analyse, l’auteur préfère parler de « marché discursif » appréhendé ici comme une notion plus englobante. La négociation d’un ajustement approximatif entre production et réception s’effectue sur les étals de ce marché discursif. Dans sa quête de réponse à la principale interrogation de l’ouvrage, l’auteur offre, au passage, une abondante revue critique de la littérature scientifique. En témoigne son choix délibéré, dans cette première partie, de consacrer à chacun des chapitres une section complémentaire intitulée « Précisions » destinée au lecteur « non pressé » qui désire en savoir plus sur les notions abordées selon des perspectives disciplinaires parfois différentes.

3La seconde partie de l’ouvrage consacrée aux « Occurrences » est très réduite en matière de volume (79 / 420 pages) et apparaît comme une annexe au volume principal. Cette partie rassemble

une sélection de microétudes thématiques, consacrées à des questions aussi disparates en apparence que la rhétorique des images publicitaires, les contraintes de la critique culturelle, les problèmes des entreprises de presse, le bon usage de l’obscénité dans les manuels militaires, les dogmes de la rédaction professionnelle, la force du narratif dans la littérature et les médias, ou encore les difficultés théoriques et pratiques de la traduction (p. 7).

4La thèse fondamentale défendue tout au long du livre revient à soutenir l’idée que

la préférence qui conduit à la sélection d’une offre sur le marché discursif peut s’analyser comme un rapport entre la satisfaction hédonique que cette offre propose (sa pertinence cognitive) et les contraintes normatives qui s’exercent sur son appréciation (sa convenance sociale) (p. 219).

5Ainsi, pour Labasse, « la valeur d’un discours pour un individu peut s’envisager comme le rapport entre sa pertinence cognitive (soit l’effort qu’il réclame contre l’effet qu’il produit) et sa convenance sociale (soit sa prescription contre sa proscription) » (p. 379). Le modèle théorique proposé est l’aboutissement d’une réflexion dont les prémisses sont esquissées dans certaines publications antérieures de l’auteur (Labasse, 2012a et 2012b, 2014, 2015 et 2017).

6Puisqu’il « faudrait une certaine candeur épistémologique pour croire […] que la précision absolue des concepts est nécessairement la condition de leur valeur analytique » (p. 139-140), le pari, parfaitement assumé par l’auteur, est de considérer l’imprécision (ou la distance analytique) non pas comme une faute, mais comme « la meilleure méthode pour tenter d’apercevoir, derrière l’imbroglio apparent de la production et de la consommation discursive, des articulations assez essentielles pour éclairer certaines de leurs logiques fondamentales » (p. 378-379).

7L’ouvrage est une invitation à appréhender autrement une discussion intellectuelle intemporelle. On peut ne pas partager la démarche adoptée par l’auteur, mais on lui reconnaîtra tout au moins sa franchise et son honnêteté intellectuelle d’assumer une certaine forme « d’instrumentalisme théorique » dans son explication et le cheminement complexe pour aboutir à la proposition de son outil analytique. La dialectique est rigoureuse, subtile et parfois teintée d’humour, voire d’autodérision, avec une litanie d’excuses anticipées. Un exemple d’extrait, parmi tant d’autres : « Invoquer tant de recherches pour n’aboutir qu’à une banalité solidement ancrée dans le sens commun […] est en soi un assez piètre exploit conceptuel » (p. 210). Comme on le voit, l’auteur ne craint pas de prêter le flanc aux critiques concernant l’abolition symbolique momentanée et assumée des frontières disciplinaires dans sa proposition d’un modèle général de l’adéquation sociocognitive.

8Mais, au terme de cet ouvrage, l’énigme ou le « grand mystère » est-il entièrement élucidé ou résolu ? Ce serait prétentieux de répondre par l’affirmative, et ce n’est pas par fausse modestie que l’auteur ne le fait pas. Ce qu’il propose, en revanche, c’est un outil analytique. C’est une forme de compréhension du réel ou, pour le dire autrement, c’est une façon de voir. D’ailleurs, le lecteur est averti, dès les premières pages, que « l’important d’une façon de voir est ce qu’elle permet de voir » (p. 2).

Top of page

Bibliography

BRONNER Gérald (2013), La démocratie des crédules, Paris, Presses universitaires de France.

LABASSE Bertrand (2012a), « Sexe, sang et physique des particules : le “sensationnalisme” est-il partout… ou nulle part ? », Les Cahiers du journalisme, 24, p. 114-149.

LABASSE Bertrand (2012b), « Structures narratives et congruence cognitive : cas du summary lead et de la pyramide inversée », Rédactologie / Canadian Journal for Studies in Discourse and Writing, 24(1), p. 65-83.

LABASSE Bertrand (2014), « Le journalisme au miroir de la littérature (à moins que ça ne soit l’inverse) », Analyses, 9(3), p. 318-361.

LABASSE Bertrand (2015), « Les déterminants cognitifs et sociaux de l’adéquation communicationnelle », dans Véronique REY-LAFAY et Céline BEAUDET (dir.), Écritures expertes en question, Aix-en-Provence, Presses de l’Université de Provence, p. 39-71.

LABASSE Bertrand (2017), « La transposition de la valeur discursive : variables sociocognitives et enjeux traductologiques », FORUM – Revue internationale d’interprétation et de traduction / International Journal of Interpretation and Translation, 15(2), p. 178-211.

STEWART Simon (2013), A Sociology of Culture, Taste and Value, Palgrave Macmillan. https://doi.org/10.1057/9781137377081. Page consultée le 2 février 2021.

Top of page

Notes

1 Pourquoi n’aimons-nous pas ce que nous n’aimons pas ? (traduction de l’auteur).

2 Pourquoi aimons-nous ce que nous aimons ? (traduction de l’auteur).

Top of page

References

Electronic reference

Henri Assogba, “Bertrand LABASSE (2020), La valeur des informations : ressorts et contraintes du marché des idéesCommunication [Online], Vol. 38/1 | 2021, Online since 11 June 2021, connection on 19 September 2021. URL: http://journals.openedition.org/communication/13404; DOI: https://doi.org/10.4000/communication.13404

Top of page

About the author

Henri Assogba

Henri Assogba est professeur au Département d’information et de communication de l’Université Laval et chercheur régulier au Centre interdisciplinaire de recherche sur l’Afrique et le Moyen-Orient (CIRAM). Courriel : henri.assogba@com.ulaval.ca

By this author

Top of page

Copyright

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Communication sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Top of page
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search