Navigation – Plan du site

AccueilNumérosVol. 38/1LecturesRichard MÈMETEAU (2019 / 2014), P...

Lectures

Richard MÈMETEAU (2019 / 2014), Pop culture. Réflexions sur les industries du rêve et l’invention des identités

Paris, La Découverte, coll. « Zones »
Mathieu de Wasseige
Référence(s) :

Richard MÈMETEAU (2019 / 2014), Pop culture. Réflexions sur les industries du rêve et l’invention des identités, Paris, La Découverte, coll. « Zones »

Texte intégral

1L’excellente collection « Zones » des Éditions de La Découverte nous a déjà gratifiés d’ouvrages particulièrement intéressants comme le très récent La fabrique du consommateur. Une histoire de la société marchande d’Anthony Galluzo ou le fameux Sorcières de Mona Chollet. Un des intérêts majeurs de cette collection est d’offrir des points de vue engagés et critiques de militants érudits, sur des thématiques contre-culturelles et dans des domaines dits marginaux ou subalternes. Ainsi, après avoir entre autres traduit Sous-cultures de Dick Hebdige et publié Philosophie des jeux vidéo par Mathieu Triclot, c’est en version de poche que ressort Pop culture de Richard Mèmeteau, également philosophe mais surtout professeur d’université et fan. Cette combinaison est assumée par l’intermédiaire de références à Henry Jenkins et dans ses remerciements où l’auteur souligne que « l’écriture subjective est aussi bien un plaisir qu’une nécessité » (p. 251).

2De manière générale, cette publication est intéressante et très agréable à lire, dans un bel équilibre entre un ton décalé fréquemment mâtiné d’humour et des développements sérieux et très informés, de philosophie naturellement mais surtout de cultural studies — elles-mêmes tournées vers des sujets marginaux et des méthodes relativement hétérodoxes.

3Dans son introduction, Mèmeteau évite les nombreux écueils potentiels d’une définition de la culture pop en assumant la quasi-impossibilité d’une définition unique consensuelle. Il apporte toutefois un cadre assez clair en mobilisant des auteurs importants tels que Stuart Hall, Jean Baudrillard ou Henry Jenkins, mais il ne fait pas appel à John Storey ou à John Fiske par exemple, alors que ces derniers ont grandement contribué à affiner le sujet. Cependant, l’auteur ne prétend pas être exhaustif et ses réflexions ne nécessitent pas de s’attarder plus longuement sur cette définition. Il n’oublie pas les références à la culture de masse, critique justement le regard étriqué (quoiqu’historiquement compréhensible) de l’école de Francfort et n’hésite pas à assumer certaines prises de position qu’il définit comme des critères définitionnels de la culture pop : « […] la pop est une stratégie, un calcul alimenté par une seule obsession : savoir ce que veulent les masses » (p. 6). Ces propos sont toutefois nuancés par la suite et la fin de cette introduction est très convaincante : « Nos récits pop ne rendent peut-être pas la vie démocratique meilleure, mais ils la rendent au moins possible en reconduisant sans cesse les bases minimales d’un idéal de solidarité » (p. 21).

4Le premier chapitre, intitulé « Pop, camp, drag », correspond parfaitement à ce que l’auteur a annoncé comme méthode : « […] entasser, accumuler les signes et observer à la fin quel paysage cela forme » (p. 14). Il commence par un compendium analytique de l’histoire de la pop qui inclut quelques rares imprécisions entre pop utilisée comme culture, comme stratégie ou comme genre musical. C’est à ce niveau que l’auteur n’évacue pas la question de l’intention d’artistes non commerciaux qui s’inscrivent authentiquement dans le genre pop. À part cela, le tout est un ensemble convaincant d’anecdotes et d’histoires diverses qui mêle œuvres et détails historiques sérieusement analysés. Ces éléments permettent déjà d’entrouvrir la question de l’identité, car « consommer de la pop music, [c’est] émettre des jugements, des préférences et traverser toute une série de questions philosophiques qui produisent au final une identité et une philosophie de l’identité » (p. 39).

5Afin de développer ses réflexions, Mèmeteau plonge intelligemment dans les origines camp du pop art et commence à poser la question de la récupération comme concept important de la culture pop et des enjeux de la subversion par la parodie. On découvre à cette fin une analyse en profondeur, aussi bien éclairée par le fan que par le professeur, de RuPaul’s Drag Race. Celle-ci permet à l’auteur de disserter sur la parodie, la volonté de dépassement et d’intégration des participants à ce show et de montrer que RuPaul est « le terreau pop et fertile où peut venir s’enraciner si facilement toute cette philosophie du mythe qui alimente les blockbusters et n’importe quel récit pop depuis Star Wars » (p. 86).

6Cette belle conclusion offre une transition naturelle vers le deuxième chapitre, où l’auteur se concentre sur le cinéma hollywoodien et en particulier sur les blockbusters qu’il explique par une solide relecture du monomythe développé par Joseph Campbell dans The Hero With a Thousand Faces (1949). Ce monomythe est centré autour du héros et est un condensé « de toutes les histoires du monde en un seul mythe mais il existe un certain nombre d’étapes » (p. 93) que Mèmeteau va développer puis résumer en « une ré-écriture des mythes du point de vue du héros » (p. 113). Il explique dans le détail comment George Lucas s’est inspiré de Campbell et comment Disney, puis « tout Los Angeles » (p. 96), va s’approprier ce mythe qui devient logiquement « la forme standard de la culture pop » (p. 97), preuves à l’appui (Batman, Star Wars, Starship Trooper, mais également en BD avec L’Incal). Une nuance importante est toutefois apportée par la part auto-réalisatrice de l’interprétation qui permet de voir « n’importe quel évènement comme un voyage intérieur » (p. 118) et par la croyance des fans « dans le pouvoir transformatif de leur propre lecture » (p. 154).

7Enfin, le dernier chapitre, « Prophétie et communauté », revient sur l’aspect auto-réalisateur des mythes, sur la force des récits (pop) de pouvoir faire communauté et sur « le versant proprement politique de la pop culture : partager et apprendre à partager des croyances communes » (p. 161). À partir d’autres objets de la culture populaire tels que les jeux vidéo Zelda et La légende de Zelda, le philosophe-fan nous montre « le paradoxe de l’expérience personnelle à partir d’objets de loisir standardisés [qui pourrait être à ses yeux] une autre façon de définir la culture pop » (p. 167). Viennent ensuite Matrix puis Harry Potter où la grande fan(att)itude assumée trouve également écho dans un style soutenu mais personnel où l’humour est graduellement plus présent. Idem pour les parties sur les DC Comics et, pour clore, celles sur les séries Buffy contre les vampires et Community dans lesquelles les réappropriations identitaires reviennent adroitement pour boucler le raisonnement de fond.

8Dommage d’avoir laissé ça et là quelques affirmations peu développées telles que « Marvel est holiste tandis que DC est individualiste » (p. 203), certains concepts de Jenkins non référencés ou d’autres imprécisions référentielles, mais cela ne gâche pas le plaisir d’un texte très bien écrit, d’une argumentation fluide sur base d’exemples décrits avec passion et parsemée de notes d’humour qui contrebalancent sur le plan stylistique un texte dense. Naturellement, ce genre d’approche (réflexive, subjective) laisse un grand nombre de portes ouvertes et de réflexions fertiles, mais celles-ci ne demandent pas forcément de développement supplémentaire. Elles méritent simplement — comme beaucoup d’ouvrages intéressants — de prolonger cette plongée pop-culturelle par d’autres lectures et recherches.

Haut de page

Bibliographie

CHOLLET Mona, Aline AFANOUKOE et al. (2018), Sorcières, Paris, La Découverte, coll. Zones.

GALLUZZO Anthony (2020), La fabrique du consommateur, Paris, La Découverte, coll. Zones.

HEBDIGE Dick et Marc SAINT-UPÉRY (2008), Sous-culture, Paris, La Découverte, coll. Zones.

TRICLOT Mathieu (2018), Philosophie des jeux vidéo, Paris, La Découverte, coll. Zones.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Mathieu de Wasseige, « Richard MÈMETEAU (2019 / 2014), Pop culture. Réflexions sur les industries du rêve et l’invention des identités »Communication [En ligne], Vol. 38/1 | 2021, mis en ligne le 11 juin 2021, consulté le 29 juillet 2021. URL : http://journals.openedition.org/communication/13433 ; DOI : https://doi.org/10.4000/communication.13433

Haut de page

Auteur

Mathieu de Wasseige

Mathieu de Wasseige est professeur à l’Institut des hautes études de communications sociales, collaborateur scientifique au Centre de recherche en cinéma et arts du spectacle à l’Université libre de Bruxelles et membre du Groupe interdisciplinaire de recherche sur les cultures et arts en mouvement à l’Université catholique de Louvain. Courriel : mathieu.de.wasseige@galilee.be

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Communication sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search