Navigation – Plan du site

AccueilNumérosVol. 38/1LecturesEmily J. M. KNOX (dir.) (2017), T...

Lectures

Emily J. M. KNOX (dir.) (2017), Trigger Warnings. History, Theory, Context

New York, Rowman & Littlefield
Anda Rodideal
Référence(s) :

Emily J. M. KNOX (dir.) (2017), Trigger Warnings. History, Theory, Context, New York, Rowman & Littlefield

Texte intégral

  • 1 Josée Blanchette (2021), « Scusez si je dérange », Le Devoir, 19 février, B8.
  • 2 « Trigger warnings are warnings that a work contains writing, images, or concepts that may be distr (...)

1Ce livre aborde les « traumavertissements »1 (trigger warnings)2, annonces orales ou écrites, qui préviennent de l’utilisation de certains matériaux potentiellement offensants dans les universités. L’ouvrage compte 16 chapitres que signent des chercheurs, professeurs, professeurs assistants, doctorants, psychothérapeutes et activistes des droits de la personne et des luttes contre la discrimination. Structuré en deux parties, il présente, à l’aide d’études de cas, les différentes positions pro et contra l’utilisation des traumavertissements dans un environnement universitaire pour ensuite offrir des pistes d’approfondissement.

2Emily Knox est professeure assistante à l’École des sciences de l’information de l’Université d’Illinois et s’intéresse à l’accès à l’information, à la liberté intellectuelle et à la censure, à l’éthique et à la politique de l’information à l’intersection de la culture imprimée et des pratiques de lecture. Son ouvrage constitue une référence pour tous ceux et celles que ce débat préoccupe, en offrant une perspective plurivalente du concept et du mode d’utilisation des traumavertissements. Son objectif n’est pas de donner un verdict, mais d’offrir une analyse en profondeur des contextes social, historique et théorique qui ont accompagné l’apparition et l’utilisation des arguments pro et contre au sujet des traumavertissements dans le domaine universitaire.

3Les premiers chapitres examinent le contexte et les différentes motivations liées à l’utilisation des traumavertissements dans les salles de cours : d’une part, les partisans de leur utilisation évoquent l’aide aux étudiants qui souffrent de troubles de stress post-traumatique (TSPT), lesquels éprouvent des difficultés à réussir le cursus académique et, d’autre part, les opposants qui considèrent que ce type de messages limite le droit constitutionnel des professeurs à la libre expression.

4Sarah Colbert, dans le premier chapitre, retrace l’histoire de l’apparition du concept de « traumavertissement » en lien avec l’avancée des découvertes médicales dans le domaine des troubles de stress post-traumatique — elle fait référence ici aux observations des soldats de retour d’un engagement militaire — et des études sur les femmes victimes de violence — en 2014, les femmes étaient deux fois plus susceptibles que les hommes d’être des victimes de violences.

5Les traumavertissements ont été initialement utilisés dans les médias traditionnels pour alerter les consommateurs sur le contenu possiblement traumatisant de certains films, émissions télévisuelles de divertissement ou téléjournaux, et maintenant de blogues et de sites Web — le premier blogue sur les problèmes alimentaires d’anorexie ou boulimie est apparu en 2002. Les opposants à l’utilisation de traumavertissements à l’intention des étudiants et étudiantes soutiennent que l’environnement universitaire doit demeurer l’exception à la règle, précisément pour préserver la liberté d’exploration intellectuelle, apanage de l’éducation supérieure.

6La polémique s’est intensifiée en 2014, dans un article du New York Times où, pour la première fois, l’Association des étudiants de l’Université de Californie a exigé qu’on introduise ce type de messages dans le contenu des cours quand ils font référence à des sujets comme le racisme, le sexisme ou l’oppression, sujets qui peuvent affecter négativement les étudiants et les étudiantes qui souffrent du syndrome post-traumatique. En utilisant les traumavertissements, on assure à tous le droit à l’éducation et des chances égales de réussir, car ils protègent les groupes les plus vulnérables (femmes, pauvres, minorités ethniques, sexuelles, religieuses, etc.). La réaction de l’Association américaine des professeurs universitaires (AAUP) et de l’Association des bibliothécaires américains (ALA) a été négative ; on affirmait que ce type de messages censure et infantilise les étudiants, en les considérant comme des victimes vulnérables et non comme des participants de plein droit à la formation intellectuelle supérieure, que l’université n’est pas le lieu souhaité pour le traitement des personnes souffrant de TSPT et que les traumavertissements sont une réponse inadéquate et une stratégie de diversion.

7Dans le quatrième chapitre, Jordan Doll analyse la question d’un point de vue constitutionnel et légal, en montrant que les messages peuvent être considérés comme un moyen d’offrir du soutien et des conditions spéciales à d’innombrables victimes du TSPT en faisant appel à l’amendement 14 — la clause du droit égal à la protection, qui garantit à tous le droit à la protection de la loi dans des conditions et circonstances menaçantes. En réponse, les opposants à leur usage font appel au premier amendement de la Constitution des États-Unis, en arguant que ces messages limitent la liberté scolaire du professeur dans sa salle de cours.

8Ceux et celles qui défendent l’usage des traumavertissements le font dans la perspective d’offrir « des conditions spéciales » d’accommodement aux étudiants traumatisés qui requièrent plus de temps pour terminer leurs travaux ou leurs examens. Ces « accommodements » semblent viser plus spécifiquement les femmes. Les statistiques montrent que sur les campus étatsuniens, 1 étudiante sur 5 aurait été victime d’une agression sexuelle ou d’un viol, contrairement à 1 étudiant sur 16. Des études publiées en 2010 montrent que 1 femme sur 5 serait victime d’une agression sexuelle au cours de sa vie, alors que seulement 1 homme sur 71 en serait victime. La discussion autour des traumavertissements revêt alors une dimension de genre et est indicative de la manière dont le concept de genre s’est construit dans la société : d’une part, les femmes et les hommes sont égaux devant la loi, d’autre part, les femmes bénéficient de droits spéciaux en raison de leur vulnérabilité. Ainsi l’utilisation des traumavertissements par rapport à un contenu traumatisant rend-elle plus accessible l’éducation pour les femmes, mais elle approfondit les stéréotypes liés au genre. Puisque l’on ne connaît ni les effets de leur utilisation, ni les personnes qui en bénéficient, ni leur nombre, il est difficile de statuer sur les bienfaits de leur présence dans les salles de cours.

9Jane Gavin-Herbert (chapitre 5) élargit le débat en arguant que cette dichotomie autour de l’usage des traumavertissements — problème d’ordre pédagogique ou traumatisme chez des victimes de toute nature — cache en effet la réalité de la violence sexuelle sur les campus : l’éducation restant traditionaliste, « coloniale », proposant un « curriculum misogyne », elle prive les étudiants victimes d’un traumatisme de l’occasion de donner leur « consentement libre, apriorique et informé » à l’usage d’outils pédagogiques et aux enseignements.

10Sans privilégier l’une ou l’autre des prises de position (pro et contra), la seconde partie, qui réunit neuf études de cas, offre une meilleure compréhension des effets et des répercussions de l’usage ou non des traumavertissements dans l’enseignement universitaire. La complexité du débat est rendue évidente par le compte rendu des études de cas : une recherche sur les opinions des étudiants, des professeurs et des bibliothécaires quant à l’utilisation des traumavertissements à propos d’un livre dans lequel on décrit un viol ; le compte rendu de l’expérience négative d’un étudiant avec son professeur à qui il a demandé si un message de traumavertissement n’aurait pas été utile à la suite de la lecture d’un contenu violent ; la conclusion d’une recherche sur l’abandon des études par des étudiants vétérans de guerre qui ont suivi un cours de littérature anglaise et dont le contenu pouvait stimuler les effets du TSPT ; la conclusion que l’usage des traumavertissements a un effet bénéfique dans les cours de public speaking (rhétorique) en promouvant la liberté d’expression et le respect envers les orateurs, les publics et les professeurs. Ces mêmes effets bénéfiques sont apparus lorsque les traumavertissements ont été intégrés dans les cours : les professeurs expliquent comment ils les aident à obtenir les résultats pédagogiques escomptés, en ayant recours à des méthodes centrées sur l’élève, en favorisant une atmosphère de sécurité et de confiance chez les étudiants, en discutant librement et de façon stimulante du contenu des cours sans générer de stress supplémentaire.

11Cette collection d’études de cas sur l’usage des traumavertissements sert de référence pour quiconque est concerné par l’enseignement universitaire, professeurs et étudiants, administrateurs et gouvernants.

Haut de page

Notes

1 Josée Blanchette (2021), « Scusez si je dérange », Le Devoir, 19 février, B8.

2 « Trigger warnings are warnings that a work contains writing, images, or concepts that may be distressing to some people », Wikipédia, https://en.wikipedia.org/wiki/Trauma_trigger#Trigger_warnings, page consultée le 2 février 2021.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Anda Rodideal, « Emily J. M. KNOX (dir.) (2017), Trigger Warnings. History, Theory, Context »Communication [En ligne], Vol. 38/1 | 2021, mis en ligne le , consulté le 29 juillet 2021. URL : http://journals.openedition.org/communication/13438 ; DOI : https://doi.org/10.4000/communication.13438

Haut de page

Auteur

Anda Rodideal

Anda Rodideal est candidate au doctorat de la Faculté de sociologie et aide sociale à l’Université de Bucarest. Courriel : a_rodideal@yahoo.com

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Communication sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search