Navigation – Plan du site

AccueilNumérosVol. 38/1ArticlesLes médias « grand public » et le...

Articles

Les médias « grand public » et les médias « alternatifs » face à la « crise des migrants »

Construction et resignification d’un événement
Andressa Bittencourt

Résumés

L’auteure s’intéresse aux différentes manières de construire des discours autour des événements migratoires en France depuis 2015. Elle cherche à savoir de quelle manière a opéré la presse traditionnelle française dans la construction de la « crise des migrants » en tant qu’événement médiatique et comment les médias spécialisés ont resignifié la manière dont on parle des migrations dans le « post-crise migratoire ». L’auteure utilise une méthode qualitative pour analyser 160 actualités, publiées entre 2015 et 2018 dans quatre médias « grand public », une agence de presse et quatre médias spécialisé dans des sujets migratoires. Elle a aussi réalisé des entretiens qualitatifs, semi-directifs, auprès de journalistes et rédacteurs en chef.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Les prénoms des personnes interviewées dans cette recherche ont été modifiés pour préserver leur id (...)

1« Quand j’étais enfant, je voulais avoir une bonne histoire de vie à partager », nous a confié Khalid1, journaliste syrien de 28 ans, exilé en France depuis fin 2018. Khalid fait partie des milliers de personnes qui ont immigré en Europe depuis 2015, lorsque le monde a connu un mouvement migratoire sans précédent. En effet, l’Agence des Nations Unies pour les réfugiés (UNHCR) a déclaré qu’à la fin 2016, le nombre de réfugiés enregistré sur le globe était le plus élevé depuis la Seconde Guerre mondiale (Edwards, 2017). « Crise des migrants » : c’est l’appellation qui a été donnée à cet événement.

2Depuis 1997, le mouvement migratoire dans le monde s’est intensifié et le nombre de personnes déplacées à cause de persécutions, de conflits, de violences ou de violations des droits de la personne est passé de 33,9 millions à 65,6 millions en 2016. Le pic a été observé entre 2012 et 2015, surtout en raison de la guerre civile en Syrie, amorcée en 2011, mais aussi à cause des conflits en Irak, au Yémen et en Afrique subsaharienne. En 2016, 20 personnes étaient forcées de fuir leurs foyers par minute (UNHCR, 2017).

3Entre 2015 et 2017, la question des réfugiés a été un sujet omniprésent dans les canaux multimédias tant en France qu’à l’international. En 2015, la « crise des migrants » fut le treizième sujet le plus recherché sur Google par les Français, de l’ordre de plus de 23 millions de recherches effectuées (Google, 2015).

4La couverture médiatique de ce sujet fut l’objet de nombreuses interprétations de la part du grand public français, et les effets de la méconnaissance par rapport au phénomène migratoire sont encore perceptibles de nos jours.

5Les sondages les plus récents démontrent que la perception des Français par rapport à l’immigration est plutôt négative, ce qui confirme la tendance des années précédentes. Selon l’institut IPSOS / Sopra Steria (2019), 63 % des Français pensent « qu’il y a trop d’étrangers en France » et 66 % affirment que, de manière générale, « les immigrés ne font pas d’effort pour s’intégrer ». Encore selon IPSOS (2019), 50 % de la population française doute que les réfugiés soient de « vrais réfugiés » et 42 % sont favorables à l’idée de la fermeture des frontières.

6Ces perceptions contredisent une réalité bien différente : selon l’Insee (2019), la population étrangère en France est de 4,9 millions d’habitants, ce qui représente 7,4 % de la population totale (67 millions en 2019). Par ailleurs, en 2019 la France avait enregistré 132 614 nouvelles demandes d’asile (Ministère de l’Intérieur, 2020) — ce chiffre représente moins de 0,2 % de la population du pays.

  • 2 Selon l’UNHCR, les personnes en situation analogue à celle des réfugiés (« people in refugee-like s (...)

7En 2016, l’Europe a comptabilisé le nombre le plus élevé de demandes d’asile (1 147 920 demandes), suivie de l’Afrique (537 609) et de l’Asie (456 116). Pourtant, en prenant en compte le nombre total des personnes réfugiées et de celles en situation analogue dans le monde entier (« people in refugee-like situations »2), on observe que l’Asie a accueilli quatre fois plus de réfugiés que l’Europe pendant la même période (8 608 597 réfugiés contre 2 300 833), ce qui contredit l’idée que le Vieux Continent est le plus recherché par les personnes en situation de migration (UNHCR, 2017). 

8Étant donné les répercussions sur les plans sociétal, politique et économique, la « crise des migrants » a également été un événement médiatique majeur de la décennie 2010. Selon Patrick Charaudeau (2015), pour qu’un fait soit considéré comme un événement, il doit être perçu et interprété par quelqu’un comme tel. L’événement médiatique est toujours construit et doit avoir un potentiel d’actualité, de socialité et d’imprévisibilité. Ce « processus d’événementialisation » est réalisé en trois étapes : 1 / quelque chose se passe et change l’état normal des choses dans le monde ; 2 / un sujet sensible perçoit ce changement ; 3 / ce sujet donne un sens à ce changement. L’événement se matérialise, en l’occurrence, dans un discours, c’est-à-dire une interprétation des faits portés à la connaissance du public. C’est là que se manifestent les représentations.

9Selon Stuart Hall (1997), la représentation est un système de production de sens qui implique un processus mental (les pensées qui donnent du sens au monde) et un processus linguistique à partir duquel les représentations sont traduites et organisées. Pour Pierre Bourdieu (1980), les représentations, qu’elles soient mentales ou objectives, ont la capacité de construire une réalité et sont inséparables des rapports de pouvoir. Enfin, Teun van Dijk (1984) ajoute encore une dimension au concept : « l’autre représentation » (other presentation), qui suppose l’autre comme « différent ». Selon le linguiste néerlandais, les actualités sont le foyer de la combinaison typique d’une présentation de soi positive et d’une « autre représentation » négative.

10Qu’en est-il des représentations créées au sein des médias en France face à cet événement majeur appelé « crise des migrants » ? Dans la présente étude, nous nous intéresserons aux différentes manières de construire des discours autour des événements migratoires depuis 2015 dans neuf médias différents, afin de comprendre les représentations produites au sujet des personnes réfugiées, le rôle joué par les médias traditionnels dans l’incompréhension du public sur la question migratoire ainsi que les récits alternatifs visant à parler autrement de l’asile et des migrations.

11Nous cherchons ainsi à répondre aux questions suivantes : De quelle manière a opéré la presse traditionnelle française dans la construction de la « crise des migrants » en tant qu’événement médiatique et comment les médias spécialisés Tido, Guiti News, Infomigrants et L’Œil de la Maison des Journalistes ont resignifié la manière dont on parle des migrations dans le « post-crise migratoire » ?

12On s’intéresse notamment aux nuances qui se présentent dans deux configurations journalistiques très différentes : celles des médias grand public et celles des médias alternatifs (ou « spécialisés »). L’objectif est de comprendre comment les médias grand public, de par leur pouvoir symbolique de « faire voir, faire croire et transformer le monde » (Bourdieu, 2001), ont construit leur version de la « crise des migrants » et comment les médias spécialisés ont introduit de nouvelles représentations des migrations malgré leurs limites budgétaires, humaines et techniques.

13Concernant la méthodologie, cette étude a été faite en deux temps : 

14D’abord, nous avons mené une analyse des textes publiés dans neuf médias différents :

  1. Ceux appelés « grand public » : les quatre journaux de circulation nationale de plus grande audience (Le Monde, Le Figaro, Libération et Les Échos) ainsi que l’Agence France-Presse (AFP), une des plus grandes exportatrices d’informations vers d’autres pays. Au total, 120 actualités de ces 5 médias confondus, publiées entre 2015 et 2018, ont été analysées. Les textes ont été choisis, dans chaque média, à partir de l’outil de recherche de leurs sites Web respectifs, à partir des critères suivants : publications entre septembre 2015 et juin 2018 ; sujet principal : la « crise des migrants » ; articles et reportages accessibles en version non payante ; textes d’opinion exclus de l’analyse.

    • 3 Pour ne pas alourdir inutilement le texte, nous avons délibérément confondu les termes alternatifs (...)

    Ceux appelés « alternatifs » ou « spécialisés »3 : trois médias exclusivement en ligne et spécialisés dans des sujets migratoires (Infomigrants, Tido et Guiti News), créés après les événements de 2015 et ayant pour but de répondre à la « crise des migrants », ainsi que L’Œil de la Maison des journalistes. Au total, 40 textes de ces 4 médias confondus ont été analysés, selon les critères de sélection suivants : publications entre août 2015 et décembre 2019 ; sujet principal : la présence des personnes immigrées en Europe et en France ; articles, reportages et témoignages accessibles en version non payante ; préférence pour les textes écrits par les journalistes interviewés.

  • 4 Selon Benson, « un cadre linguistique — comme un encadrement de fenêtre — focalise notre attention (...)

15Pour cette première approche, nous avons utilisé une méthode qualitative d’analyse du discours d’information inspirée de la méthode des cadres employée par Rodney Benson (2017)4. Nous avons observé la présence de certains éléments dans les textes des neuf médias faisant référence aux personnes réfugiées, aux mouvements migratoires et à l’accueil en France, de sorte à classifier les représentations créées comme « positives », « négatives » ou « neutres » selon le lexique employé, la sémantique et le contexte de l’énonciation.

16Dans un deuxième temps, nous avons réalisé des entretiens qualitatifs, semi-directifs, auprès de journalistes et rédacteurs en chef des médias Infomigrants, Tido, Guiti News et L’Œil de la MDJ. Il nous a paru essentiel, en plus de l’analyse du discours, de réaliser ces entretiens afin de comprendre les dynamiques des rédactions et les conditions de production de leur contenu. Le but était de vérifier dans la pratique comment les médias spécialisés ont apporté des réponses aux événements de 2015 et des années suivantes ainsi que de repérer les motivations derrière cela. Au total, 22 collaborateurs de ces 4 médias confondus ont été interviewés, y compris Khalid, journaliste syrien de 28 ans, exilé en France depuis fin 2018, cité plus haut.

La « crise des migrants » dans la presse française

17Afin de comprendre comment la « crise des migrants » a été construite en tant qu’événement médiatique par la presse française mainstream (B), il convient de présenter tout d’abord les notions de migrants et de réfugiés (A), ces termes étant clés dans le traitement des questions migratoires dans les médias.

« Crise des migrants », « crise des réfugiés » … de quoi parle-t-on, de qui parle-t-on ?

18« J’essaie de vivre une vie normale. Je vais aux bars, j’ai une vie sociale… Même si je n’en parle pas souvent, je n’ai aucun problème à assumer que je suis réfugié. J’ai des amis pourtant qui n’aiment pas et qui cachent cette condition », nous raconte Khalid lors d’un entretien réalisé début juin 2020, juste après une longue période de confinement à la suite de la pandémie de COVID-19. Pour ce jeune homme, ne pas pouvoir sortir de chez soi, ce n’était qu’une difficulté ajoutée à sa recherche d’emploi, qu’il a entamée en mars 2020, quand il a finalement eu la reconnaissance de son statut de réfugié par l’État français.

  • 5 L’OFPRA est un organe public doté d’une autonomie administrative et financière qui a la compétence (...)
  • 6 Définie par l’article 15 de la Directive « Qualification » de l’Union européenne sur le droit d’asi (...)

19En effet, en France, les demandeurs d’asile n’ont pas, sauf exception, le droit de travailler, et le délai moyen de traitement des demandes dépasse les cinq mois, selon l’Office français de protection des réfugiés et apatrides (OFPRA)5. Cette situation finit par laisser, tous les ans, des milliers de personnes face à leur propre sort, en attendant une décision définitive de l’administration française. Cette décision peut être favorable, leur permettant de rester dans le pays pour 10 ans (si la protection conventionnelle est accordée par l’OFPRA) ou pour maximum 4 ans (si, au lieu de la protection conventionnelle, le demandeur bénéficie de la protection subsidiaire)6. La décision peut être également défavorable, permettant à la personne de procéder à un recours auprès de la Cour nationale du droit d’asile (CNDA), qui va l’accepter ou la rejeter définitivement, en enclenchant dans cette dernière hypothèse la procédure d’expulsion de la personne en dehors du territoire français.

20Quand on parle de « réfugié », on parle de quelqu’un à qui un statut administratif a été déjà accordé. Ce statut est défini dans la Convention de Genève de 1951, dans son article 1 A(2), qui détermine les critères pour être considéré comme réfugié. Il s’agit de toute personne  

Qui, […] craignant avec raison d’être persécutée du fait de sa race, de sa religion, de sa nationalité, de son appartenance à un certain groupe social ou de ses opinions politiques, se trouve hors du pays dont elle a la nationalité et qui ne peut ou, du fait de cette crainte, ne veut se réclamer de la protection de ce pays ; ou qui, si elle n’a pas de nationalité et se trouve hors du pays dans lequel elle avait sa résidence habituelle […] ne peut ou, en raison de ladite crainte, ne veut y retourner. 

  • 7 Comme l’explique Anne-Virginie Madeira, « le droit de l’asile, qui vise à protéger une catégorie sp (...)

21La protection à la personne réfugiée est également prévue en droit français par l’alinéa 4 du préambule de 1946, toujours en vigueur7.

22À la différence des demandeurs d’asile, qui sont privés de nombreux droits, les réfugiés bénéficient, en plus de la carte de séjour de 10 ans, du même traitement que les nationaux en ce qui concerne le travail (à l’exception de la fonction publique), le droit aux allocations de solidarité, la formation professionnelle et linguistique et la possibilité de bénéficier d’un logement social.

23Réfugiés, demandeurs d’asile… Ces définitions, bien qu’importantes à des fins juridiques et administratives, ne sont pas toujours prises en compte dans la presse, qui tend généralement à désigner toute personne issue de l’immigration comme un « migrant ». Selon Michel Agier, pendant longtemps le terme de migrant ne voulait rien dire de spécial, sans connotation ni positive ni négative, vu que ce n’était qu’un constat : « Réfugié n’est pas une identité — ni nationale, ni ethnique, ni culturelle —, c’est une catégorie institutionnelle. D’autres mots, comme migrant ou exilé, font, eux, référence à une condition, une expérience partagée par des personnes en mouvement » (2017, p. 21-23). Toutefois, le terme a acquis peu à peu un sens négatif dû au fait que de plus en plus de personnes ont du mal à aller au bout de leur migration, y compris en ce qui concerne l’intégration dans les pays d’accueil, restant alors coincées dans l’idée pérenne de déracinement, de façon stigmatisante. « Des expressions comme “les migrants et nous” ou “les migrants dans le monde” ne sont plus neutres, elles deviennent difficiles à prononcer, il faut s’en expliquer en tenant compte des polémiques publiques que le terme porte maintenant » (ibid., p. 22-23).

24Concernant la confusion sémantique causée par l’usage sans distinction des expressions « crise des migrants » et « crise des réfugiés », Karen Akoka est incisive : 

Ces expressions, dont on ne compte plus les occurrences dans les médias comme dans les discours publics, sous-entendent que nous assisterions à une augmentation inédite et exponentielle du nombre d’étrangers arrivant en Europe, qui mettrait en danger ses équilibres économiques et sociaux. Pudiquement cachée derrière le terme flou de « crise », l’idée d’un trop-plein s’est ainsi largement imposée malgré l’importante production scientifique qui montre, toutes disciplines confondues, à quel point cette représentation est fausse (2017, p. 47).

25En effet, la migration, de façon globale, a toujours été liée à des questions de sécurité. Après le 11 septembre 2001, le rapport entre l’immigration, le terrorisme international, l’islam et la violence urbaine a créé des amalgames dans l’opinion publique afin de justifier des politiques de contrôle de frontières et de vigilance à l’égard des étrangers de plus en plus renforcées (Wenden, 2013, p. 64-65). C’est ainsi, presque naturellement, que cet important mouvement migratoire vers l’Europe observé en 2015 a été considéré comme une « crise ».

26Trouver ou même élaborer une définition précise et adaptée à ce qu’on appelle « crise des migrants » n’est pas l’objet de cette étude. Pourtant, dans l’analyse attentive du concept de crise sous différents volets, celle attribuée aux « migrants » peine à trouver sa place. Elle n’était pas en soi une crise selon les aspects politiques ni économiques. Mais elle avait, certes, un « caractère d’événement spécifique socialement et historiquement situé » (Amiel, Sempé et Dirkx, 2015).

  • 8 Dans ce travail, nous avons opté pour l’emploi de l’expression « crise des migrants » ou « crise de (...)

27Au lieu de « crise », nous considérons le mouvement migratoire de 2015 et des années suivantes plutôt comme un événement8 qui a été exploité sous différentes perspectives par la presse française.

« Crise des migrants » : la construction d’un événement sous différentes perspectives

28Nous avons mené une analyse de 120 textes du Monde, du Figaro, des Échos, de Libération et de l’AFP afin de comprendre sous quel biais la presse française mainstream a construit la « crise des migrants » en tant qu’événement médiatique. Nous avons constaté, par cette analyse, que la presse a une tendance à traiter négativement la migration (a) ainsi qu’à exploiter l’image du « migrant » sous un angle plutôt stéréotypé (b).

La migration et l’accueil : une représentation souvent négative 

29Selon Patrick Charaudeau (2015, p. 132), pour qu’un événement puisse exister, il faut le nommer. L’événement n’a pas de signification en tant que tel, mais seulement lorsqu’il est placé dans un discours. Dans le même sens, Patrick Champagne (2000, p. 406-408) affirme qu’un « événement » est ce qui est socialement considéré comme tel et que « les mots ne sont jamais seulement des mots mais aussi des réalités d’ordre symbolique qui ont des effets bien réels » (ibid., p. 407).

30En reprenant la logique de la construction de l’événement médiatique de Charaudeau (ibid.), on constate, pour les événements migratoires de 2015 : 1 / un fait, c’est-à-dire l’entrée d’un million de personnes en Europe pour des causes essentiellement, mais pas exclusivement, de guerre ; 2 / des « sujets sensibles » qui interprètent ce fait (en l’occurrence, les médias français) ; 3 / des interprétations de ce fait, traduites par différents discours.

31Les médias ont choisi d’appeler le fait mentionné une « crise », en employant dans 40 % des textes analysés les expressions « crise des migrants », « crise des réfugiés » ou « crise migratoire ». Ces appellations ont également été adoptées dans le discours de plusieurs personnages politiques en Europe, et même par l’UNHCR, qui les a employées pour mesurer l’étendue de ce phénomène. En effet, dans un communiqué du 4 septembre 2015, l’UNHCR en a appelé à la mise sur pied d’un programme de réinstallation, avec la participation obligatoire de tous les États membres de l’Union européenne, déclarant à l’époque qu’il s’agissait « principalement [d’]une crise de réfugiés, pas seulement [d’]un phénomène migratoire ».

32Pourtant, Charaudeau (op. cit., p. 63) souligne un élément important : la vérité n’est pas dans le discours, mais dans l’effet qu’il produit. Le discours de l’information médiatique joue avec son influence, provoquant de manière variable, et avec des conséquences diverses, des effets d’authenticité, de vraisemblance et de dramatisation. 

33La dramatisation, en effet, a été l’une des constantes dans la couverture de la « crise », à commencer par l’usage des mots. Dans 55 % des textes analysés, la presse a employé des termes ayant un sens négatif pour qualifier les mouvements migratoires (par exemple, « chaos », « panique », « drame », « tragédie », « tensions », « séisme », « impact », « problème », « déstabilisation », « désespoir », « menace », « choc », « défi », « catastrophique », « meurtrière », « imploser », « empoisonne », « secoue », « désagrège », « désintègrent ») ou encore — et surtout — des termes qui relèvent de ce qu’on appelle le « langage aquatique », tels que « vague », « flux », « afflux », « submergé », « débordé », « débordements ». D’autres termes, tels que « masse » et « massive », ont été de même largement utilisés.

34La dramatisation est également présente dans la représentation du parcours migratoire. Dans le corpus, 48 % des textes parlent explicitement des difficultés rencontrées par les personnes en situation de migration avant, pendant ou après le périple. Ce sont les « drames » vécus par ces personnes avant de quitter leur pays (les causes de la migration), pendant le mouvement migratoire (les traversées maritimes, le franchissement de frontières terrestres, etc.) et après l’arrivée dans les pays d’accueil (les difficultés liées à l’intégration, la régularisation de situation, la demande d’asile, les conditions de vie, etc.). La migration est donc souvent montrée comme une tentative de survie pour les réfugiés et demandeurs d’asile, un acte de désespoir, alors que l’accueil est vu comme un « fardeau » pour les pays accueillants. 

35L’idée de « crise » est la plupart du temps renforcée par l’utilisation de chiffres et accompagnée par un langage de spectacularisation, afin de souligner l’importance des nombres. Ainsi, lors de l’utilisation d’expressions telles que « vague migratoire », « afflux de migrants », « migrations massives », souvent accompagnées d’images de bateaux bondés arrivant aux côtes européennes, l’idée retenue par le public est celle d’une véritable invasion. 

36Par ailleurs, en plus de légitimer l’idée de « crise migratoire », l’usage des termes qui relèvent du « langage aquatique » et la spectacularisation par les chiffres sont des conditions qui contribuent à la déshumanisation des réfugiés et des demandeurs d’asile. Il s’agit d’un processus de dépersonnalisation caractérisé par le manque d’éléments qui rapprochent la figure du « migrant » et le public lecteur des journaux.

37Enfin, il est frappant de voir que, dans la couverture de la presse française des événements migratoires entre 2015 et 2018, nous n’avons pas trouvé un seul texte, parmi ceux analysés, qui évoque les bénéfices de la migration ou de l’accueil pour la France, l’Union européenne ou les pays européens. Les « migrants », à leur tour, subissent une représentation particulière.

La stigmatisation du « migrant » et la parole confisquée

38Robert Entman (2007, p. 163-173) définit le framing (« cadrage ») comme un processus qui sélectionne certains éléments d’une réalité perceptible pour en faire une narration (ou un récit) spécifique, de façon à promouvoir une certaine interprétation. Le framing introduit ou met en évidence certaines idées, activant des schémas qui encouragent les audiences cibles à penser, à sentir et à décider d’une manière particulière. Quelques aspects de l’information sont mis en avant, de sorte que le récepteur comprend qu’il s’agit d’un sujet important, facilitant sa mémorisation. Quelques aspects de la réalité sont donc mis en lumière, tandis que d’autres éléments sont omis, ce qui amène les publics à avoir des réactions différentes. Sachant que la presse française a eu tendance à faire ressortir le côté négatif de la migration, en mettant l’accent sur le fait qu’elle représente un « fardeau » pour les pays européens, qu’en est-il de la figure du « migrant » ?

39Tout d’abord, il faut souligner que ces personnes, en tant que sujets principaux des actualités concernant la « crise migratoire », ne sont pas quant à elles les premières à être consultées par la presse en vue de l’obtention d’informations. En effet, 83 % des textes analysés présentent des sources secondaires pour traiter la question. Les sources secondaires sont celles utilisées pour contextualiser le fait : ce sont notamment des chercheurs, des experts, des scientifiques. Dans les actualités analysées, on cite, en plus de ces professionnels, des politiciens et membres de la société civile, notamment des représentants des organisations non gouvernementales venant en aide aux étrangers. En revanche, en tant que sources primaires et témoins de l’événement, les réfugiés et demandeurs d’asile ne sont cités que dans 15 % des textes. Plus de la moitié de ces textes ne font d’ailleurs que reprendre les paroles des immigrés publiées préalablement par d’autres journaux internationaux ou agences de presse.

40La confiscation de la parole, pourtant, n’est pas un phénomène nouveau. Dans les années 1980, Teun van Dijk a mené une vaste recherche sur la représentation des « groupes sociaux subalternes » dans les journaux aux Pays-Bas et dans la presse internationale. Selon le linguiste néerlandais, les minorités, les réfugiés, les sans domicile fixe et les populations issues du « tiers monde » étaient montrés de façon semblable entre eux et en contraste avec ceux qui représentent les groupes et pays puissants. Les tendances observées dans cette recherche ont été confirmées dans d’autres travaux du même auteur. En 2015, il a réitéré les conclusions de son étude : les groupes minoritaires ont une tendance à avoir moins accès aux moyens de communication de masse dominants ; ils sont moins utilisés comme source d’information fiable ; ils sont décrits de façon stéréotypée, voire négative, souvent comme un « problème », un fardeau ou une menace ; ils sont considérés comme « défaillants » ou « en retard » par rapport aux valeurs, normes, connaissances et cultures ; ils ont besoin d’aide, de compréhension ou de soutien, à la condition qu’ils s’adaptent aux normes et idéologies sociales et politiques (Van Dijk, 2015, p. 75-76). 

41L’effet direct et logique de l’absence du point de vue des réfugiés dans les actualités en France est la prédominance d’un certain regard occidentalisé, voire franco-européen, sur la question. Par conséquent, le manque de variété des sources tend à rendre plus faciles les pièges du stéréotype. C’est par exemple le cas de la construction de la figure du « migrant » noir venu d’Afrique en bateau pour se protéger de la guerre. En d’autres termes, ce traitement favorise l’effacement des caractéristiques particulières des individus ou de groupes entiers d’individus.

42Or, en 2015, la Syrie, le Soudan, l’Irak, l’Afghanistan, le Kosovo et Haïti ont été les six principales régions d’origine des demandeurs d’asile en France, selon l’OFPRA (2015). Pourtant, aucun parmi les 120 textes analysés ne fait référence aux qualités propres à l’un ou l’autre groupe national. La plupart du temps, les personnes sont simplement réduites à des chiffres, ce qui efface toutes les caractéristiques des individus ou des groupes d’individus. Les « migrants » sont tous mis dans un même cadre d’indifférenciation et, par conséquent, de déshumanisation. Cette démarche crée une tendance à la racisation et à la « domination », qui, selon Andrea Rea et Maryse Tripier, s’appuie sur un processus particulier : 

La stigmatisation, qui s’accompagne de la dénégation des particularités individuelles au profit d’un stéréotype collectif. Les différences individuelles ou familiales sont gommées au profit d’une frontière, le plus souvent posée en termes de différence culturelle, voire raciale. La stigmatisation participe ainsi du processus de construction de catégories dominées, notamment raciales (2016, p. 80). 

43Dans le même sens, Teun van Dijk (op. cit., p. 82) conclut que les groupes minoritaires et leurs histoires ont tendance à être ignorés dans les journaux, tandis que certaines différences culturelles stéréotypées sont accentuées et, souvent, mises dans une situation de contraste négatif par rapport aux caractéristiques des groupes, nations ou cultures dominants. Selon Iris Young (1990, p. 59), la promotion des significations dominantes dans une société, rendant certains groupes à la fois invisibles et stéréotypés, correspond à la notion d’impérialisme culturel. En plus, dans l’analyse des actualités en France, il a été observé que le stigmate est encore accentué par l’utilisation de certains termes péjoratifs faisant référence aux réfugiés et demandeurs d’asile. 

44La stigmatisation de la personne du réfugié est faite par une attribution en tant que victime et en tant que menace. Lilie Chouliaraki et Tijana Stolic expliquent comment cela se manifeste :

  • 9 La critique de la victimisation prend son point de départ à partir de deux caractéristiques visuell (...)

The critique of victimhood takes its starting point from two visual features of refugee representation: massification, which depicts them as a multitude of indistinguishable individuals […]; and passivation, in the portrayals of refugees primarily as bodies-in-need, deprived of food, clothes or shelter […]. The critique of evil-doing […] draws upon two visual features of refugee agency: the attribution of sovereignty, which construes refugees as active and hopeful individuals rather than destitute bodies, and, related, the attribution of malevolence, which defines this sovereignty narrowly as the refugees’ will to harm « us » (2017, p. 3)9.

45Nous observons certaines de ces tendances dans 14 % des textes analysés. Dans ces articles, en même temps que les réfugiés sont dépersonnalisés et déshumanisés par l’emploi de termes généralistes et des chiffres, ils sont l’objet de tentatives d’humanisation qui passent par une démarche de victimisation ou de misérabilisme. Les réfugiés et demandeurs d’asile sont ainsi montrés comme des personnes dont le destin est la souffrance, l’exclusion ou la mort — par exemple, comme ont écrit Oxley et Rankin (2017, en ligne) dans Le Monde, le 31 octobre 2017 : « De Berlin à Bruxelles, il était clair qu’il ne pouvait y avoir de porte ouverte aux millions de misérables venus des périphéries méridionale et orientale de l’Europe »).

46D’autre part, quelques termes utilisés, tels que illégaux ou clandestins, renforcent explicitement le stigmate sous le biais de la criminalité. Voici un exemple du Figaro, du 23 septembre 2015 : 

Dans la misère, des milliers de clandestins, venus d’Afrique subsaharienne, d’Afghanistan ou de Syrie, patientent dans une jungle de tentes et d’abris précaires. […] Alors que les clandestins affluent dans les Alpes-Maritimes, la France décide de bloquer sa frontière avec l’Italie (Bastié, 2015, en ligne).

47Dans les textes analysés, les « migrants » sont représentés tantôt comme des victimes, tantôt comme des criminels, mais jamais comme une force de travail potentielle ou pouvant contribuer au progrès économique, scientifique, culturel ou politique dans les pays d’accueil. Myria Georgiou et Rafal Zaborowski, dans une recherche semblable à la nôtre, mais ayant comme cible d’étude 20 journaux européens, font le même constat :

La presse européenne a joué un rôle essentiel dans la présentation de l’arrivée de réfugiés et de migrants en 2015 sur les rives de l’Europe comme une crise pour le continent. Alors que la couverture de « la crise » se caractérise par une grande diversité, les nouveaux arrivants ont globalement été perçus comme des importuns, différents des Européens et soit comme des intrus vulnérables, soit comme des intrus dangereux (2017, p. 3).

48Pourtant, Chouliaraki et Stolic (op. cit., p. 4) observent que les représentations en tant que victime et en tant que menace ne doivent pas être considérées comme antithétiques : elles sont, en fait, des affirmations morales interchangeables qui configurent diversement l’humanité des réfugiés à travers le temps et l’espace. Ce n’est pas la force performative distincte de chaque catégorie qui déshumanise les réfugiés, mais surtout leur substituabilité :

  • 10 Cette volatilité performative des images d’actualité, qui représente diversement les réfugiés dans (...)

This performative volatility of news images, which variously constitutes refugees within changing discourses of in/humanity lies at the heart of the moralizing power of public imagery. For it is such shifting claims to humanity that, in turn, regulate the unstable proposals for responsible agency towards refugees in « our » mediated publicity (Chouliaraki et Stolic, 2017, p. 4)10.

49Ce traitement déshumanisé, que ce soit par la confiscation de la parole ou par la stigmatisation par les termes utilisés, a des conséquences.

50Les réfugiés apparaissent dans les articles comme un groupe anonyme et peu qualifié professionnellement. Pour le lecteur présumé de la presse, ils sont « les autres », et c’est cette caractérisation limitée qui façonne le discours sur la crise des réfugiés pour l’opinion publique européenne et pour les intervenants. Dans la présentation qu’en font les médias, sans caractéristiques individuelles, les réfugiés sont censés présenter peu d’intérêt pour les pays européens (car ils semblent ne pas avoir de profession), ils inspirent peu d’empathie (parce qu’ils sont déshumanisés et désindividualisés) et ils suscitent de la méfiance (parce que l’absence de différenciation entre les sexes contribue à faire des réfugiés « principalement des jeunes gens qui viennent tenter leur chance ») (Georgiou et Zaborowski, op. cit., p. 10).

51Selon Flavia Biroli (2011, p. 76), les stéréotypes sont comme un « nuage de fumée » qui dissimule la réalité pour un certain temps, mais qui peut être dissipé. Le remède à cette distorsion est justement la pluralité d’informations et de points de vue. Dans ce sens, quelques médias français, dits « alternatifs » ou « spécialisés », proposent aux personnes immigrées, notamment réfugiées et demandeuses d’asile, une place privilégiée pour qu’elles puissent exprimer leur voix et faire un contre-récit après les événements migratoires de 2015.

Des réponses alternatives à la « crise des migrants » : la resignification de l’événement

  • 11 À part le changement de statut et de nom, les missions de Tido n’ont pas changé. Un site Web a été (...)

52Tido, Guiti News et Infomigrants sont trois médias exclusivement en ligne créés après les événements migratoires de 2015. Chacun de ces médias produit du contenu spécialisé dans des questions migratoires sous différentes approches. Tido, antérieurement appelé Trait d’union, est né en 2016 au sein de l’association Singa France, dont le but est de créer des liens entre les personnes nouvellement arrivées dans le pays et la société d’accueil autour de centres d’intérêt communs. Le média, devenu une association à part entière en juin 201911, a pour mission principale de faire changer les perceptions du grand public par rapport à l’asile et aux migrations, afin de favoriser l’intégration des personnes immigrées. Fait par et pour des réfugiés, le site rassemble des histoires écrites par n’importe quelle personne désireuse de contribuer à ce changement de regard. Tido est un projet porté par une vingtaine de bénévoles. Les seules ressources financières que possède l’association sont les cotisations à prix libre de ses adhérents.

53Le média associatif Guiti News a été lancé en janvier 2019, avec une mission ambitieuse : réaliser du contenu journalistique exclusivement en binôme (un réfugié plus un Français). Fondé par un groupe de journalistes français et étrangers, Guiti News ambitionne de favoriser la réinsertion des journalistes exilés en France dans le marché du travail, ce qui permet d’éviter le déclassement. Guiti News est financé par la Fondation Porticus, des Pays-Bas, et bénéficie de la Bourse à l’émergence du ministère de la Culture, à hauteur de 50 000 euros. À part trois personnes salariées depuis juillet 2020, y compris la rédactrice en chef, l’équipe de Guiti est composée majoritairement de bénévoles : journalistes, dessinateurs et photographes de tous horizons.

54Projet multiplateforme collaboratif piloté par France Médias Monde, la chaîne allemande Deutsche Welle et l’agence de presse italienne ANSA, Infomigrants a quant à lui été lancé en 2017 et est cofinancé par l’Union européenne. À la différence des deux autres médias, Infomigrants détient un budget global assez important, à hauteur de 2 millions d’euros en 2020. Une quinzaine de journalistes, la plupart d’entre eux des pigistes, composent une équipe diversifiée dans cinq rédactions : français, arabe, anglais, dari et pachto. Le but d’Infomigrants est d’apporter des informations utiles aux personnes en situation de migration, avant, pendant ou après le parcours migratoire ainsi que d’éviter la désinformation.

  • 12 À ce sujet, Danièle Ohayon, présidente de la Maison des journalistes, a écrit dans une tribune paru (...)

55Enfin, on a ajouté un quatrième média à nos analyses : L’Œil de la Maison des journalistes. Appelé L’Œil de l’exilé entre 2002 et 2009, ce média est né en tant que journal papier, passant ensuite à une version exclusivement en ligne, en raison du manque de ressources pour maintenir la publication12. Le blogue est alimenté principalement par des textes écrits par les journalistes exilés résidant ou ayant résidé dans la Maison des journalistes, association créée en 2002 à Paris avec le soutien de plusieurs médias français. La Maison accueille jusqu’à 14 journalistes simultanément, ayant la mission de les accompagner dans leurs démarches de demande d’asile et pour la suite : réinsertion sur le marché de travail et placement dans des habitations sociales après l’obtention du statut de réfugié. Les contributeurs du blogue sont tous bénévoles, y compris le rédacteur en chef. Existant avant les événements de 2015, L’Œil de la MDJ est l’un des rares endroits où les personnes exilées peuvent exprimer librement leur voix. Le site est animé surtout par des journalistes réfugiés ou demandeurs d’asile, mais publie aussi des récits de personnes non exilées, dans une tribune libre.

56Ces quatre médias sont ici étudiés en tant que lieux privilégiés où les réfugiés et demandeurs d’asile en France peuvent reprendre la parole. Cela est possible grâce à un ensemble de caractéristiques qui favorisent une ouverture à la participation des personnes réfugiées au sein des rédactions (A), ce qui a pour conséquence principale une resignification de la manière dont on parle des migrations (B). Cette déconstruction des récits classiques sur la migration est réalisée malgré les limites budgétaires, techniques et humaines auxquelles font face ces médias (C).

Médias alternatifs, médias spécialisés… de quoi parle-t-on ? 

57« Je ne me vois plus dans les médias, ni traditionnels ni alternatifs. Je travaille avec la langue et pour moi c’est très frustrant d’être en France et parler comme un gamin de trois ans, alors que j’ai une connaissance fine de ma langue maternelle, l’arabe. J’aimerais pouvoir écrire dans ma langue. » Khalid nous fait cette confession pour nous expliquer pourquoi il n’écrit plus et pourquoi il n’a pas l’espoir de reprendre ses activités comme journaliste salarié en France. Il dresse également un constat sur le quotidien médiatique du pays : le manque d’investissement dans la diversité au sein des équipes et par rapport aux contenus produits.

58C’est face à cette réalité souvent exclusive que les médias « alternatifs » représentent un endroit privilégié pour la prise de parole des publics souvent marginalisés, tels que les personnes réfugiées. Chris Atton souligne en ce sens l’une des caractéristiques typiques des médias alternatifs, à savoir la diversité et la libre circulation d’idées :

  • 13 Les médias alternatifs fournissent des informations et des interprétations du monde que nous ne pou (...)

Alternative media provide information about and interpretations of the world which we might not otherwise see and information about the world that we simply will not find anywhere else. Alternative publications are at bottom more interested in the free flow of ideas than in profit (Atton, 2002, p. 12)13.

  • 14 Une définition constructive des médias alternatifs peut commencer par la présence d’un contenu radi (...)
  • 15 est d’évoluer vers un ensemble social, culturel et économique plus équitable dans lequel l’individu (...)

59Il ajoute : « A constructive definition of alternative media can begin with the presence of radical content, most often allied to the promotion of social change » (ibid., p. 14)14. À partir de ce raisonnement, il cite Michael Traber, selon qui le but des médias alternatifs « […] is to change towards a more equitable social, cultural and economic whole in which the individual is not reduced to an object (of the media or the political powers) but is able to find fulfilment as a total human being » (1985, p. 3)15.

60Comme l’explique Benjamin Ferron, « les médias “alternatifs” font l’objet de définitions multiples et contradictoires. Ils sont diversement qualifiés, selon les contextes et les locuteurs, d’indépendants, radicaux, citoyens, autonomes, ou communautaires » (2010, p. 108). Il observe par ailleurs que les médias alternatifs disposent d’une « autonomie relative », caractérisée notamment par

des systèmes de valeur originaux (sujets, styles d’écriture), des quasi-instances de formation interne (stages étudiants, ateliers d’éducation aux médias, réunions « professionnelles »), des rituels de consécration propres (rencontres annuelles des médias libres, ventes et projections dans des festivals militants), des organes de représentation (syndicats, réseaux) (Ferron, 2016, p. 25).

61Afin de créer notre propre interprétation à ce sujet, nous mettons en lumière certains éléments de différenciation d’un média dit alternatif par rapport aux médias dits traditionnels, à savoir l’indépendance à l’égard du pouvoir étatique ou économique, la proximité et la participation citoyenne, la valorisation de la production locale, la liberté dans le choix et la production des contenus, la diversité des supports et formats ainsi que la prise en compte des besoins des publics souvent marginalisés.

62L’une des caractéristiques importantes à souligner est la dimension « communautaire » de ce genre de média : ils « sont conceptualisés comme des espaces d’auto-représentation, c’est-à-dire qu’ils fournissent un endroit où parler et se faire entendre. Cela permet d’occuper une position dans le discours public » (Bellardi et al., 2018, p. 23). Cette ouverture, qui est très rare dans les médias traditionnels, bénéficie aux populations traditionnellement exclues, permettant la rencontre entre différentes communautés et affaiblissant les idées reçues par rapport aux étrangers. Concernant les réfugiés, Nadia Bellardi et al. soulignent que « le contenu produit par les communautés locales (ou les réfugiés) peut faciliter, encourager et promouvoir des “espaces d’inclusion” » (ibid., p. 11). Ces médias comblent alors un désir d’auto-représentation, de participation et d’accès à diverses ressources. Les médias alternatifs fonctionnent ainsi de façon complémentaire par rapport aux médias grand public :

Avec leurs programmes multilingues, leur flexibilité quant aux formats acceptés et leur faible seuil de participation, ils sont considérés comme offrant des opportunités pour échapper à certaines des contraintes qui structurent la participation des réfugiés dans les médias, en particulier en ce qui concerne les rôles réfugiés / migrants sont censés assumer — en tant qu’objets de couverture médiatique et en tant que conteurs de leurs histoires individuelles en tant que « réfugiés » (ibid, p. 24).

63C’est dans ce contexte que les médias alternatifs sont considérés comme des espaces d’inclusion où les réfugiés et demandeurs d’asile, en tant que groupe de personnes entendues comme « subalternes », peuvent exercer leur voix. Nick Couldry (2010) entend par « voix » le processus consistant à rendre compte de sa vie et de ses conditions ; ce que la philosophe Judith Butler (2005) appelle « rendre compte de soi-même ». Cela signifie raconter une histoire, fournir un récit. Ainsi, aux yeux de Couldry, ignorer la capacité de narration d’une autre personne — c’est-à-dire nier son potentiel de voix — revient à nier une dimension fondamentale de la vie humaine. Les modèles d’organisation de la vie qui n’accordent aucune valeur à la voix peuvent, lorsqu’ils sont appliqués, l’affaiblir non seulement en omettant de la reconnaître, mais aussi en bloquant des récits alternatifs qui la valorisent.

  • 16 La subordination implique le maintien de l'invisibilité des subalternes et la marginalisation de le (...)

64Le déni de voix, en effet, c’est ce qui caractérise la « subordination » (Spivak, 1998). Selon Bailey, Georgiou et Harindranath, « subordination entails maintaining the invisibility of the subaltern, and the marginalisation of their voices, be it indigenous communities or refugee groups. Counter-hegemonic resistance therefore, requires the impetus arising from authentic subaltern experience »16 (2007, p. 140).

65Les médias alternatifs permettent alors une ouverture à la participation et à l’exercice de la voix des « subalternes », mais l’ensemble des caractéristiques listées sont parfois difficiles à mettre en place simultanément. Pour cette raison, nous estimons que seuls Tido, Guiti News et L’Œil de la MDJ peuvent être considérés à la fois comme des médias alternatifs et spécialisés. Infomigrants, quant à lui, ne regroupe pas toutes les caractéristiques essentielles pour être considéré comme un média alternatif — notamment à cause de son contrôle par de grands groupes médiatiques. C’est également pour cette raison que nous avons choisi dans cette étude de désigner ces médias plutôt comme des médias spécialisés, afin d’inclure Infomigrants dans nos analyses.

66Ce qui définit un média spécialisé, c’est son caractère spécifique vis-à-vis d’une thématique.

La presse spécialisée regroupe l’ensemble des publications (en général des magazines) qui, par opposition à la presse généraliste, abordent un domaine particulier ou traite d’un thème précis, comme les magazines féminins, techniques, sportifs, musicaux, littéraires ou scientifiques (Acrimed, 2011, en ligne).

67En l’occurrence, Tido, Guiti News, L’Œil de la MDJ et Infomigrants sont des médias consacrés à des sujets et problématiques liés à l’exil. Nous nous intéressons donc à la façon dont se construit une nouvelle manière de parler des migrations dans ces quatre médias. À partir de l’analyse de 40 textes publiés par Tido, Guiti News, Infomigrants et L’Œil de la MDJ et des entretiens menés auprès de 22 contributeurs de ces médias, on observe que la volonté de « changer la norme » en produisant des contre-récits par rapport à l’asile et aux migrations rencontre des limites de différentes natures.

« L’après-crise » dans les médias spécialisés : une nouvelle manière de parler des migrations

68« Dans un monde idéal, j’aimerais qu’un même texte soit publié dans plusieurs langues, pour toucher un maximum possible de personnes issues de la migration », nous a confié Khalid. Ce journaliste syrien, venu en France fin 2018, a été hébergé dans la Maison des journalistes entre juin 2019 et mars 2020, période pendant laquelle il attendait la reconnaissance de son statut de réfugié. Aux côtés de journalistes exilés venant de partout dans le monde, Khalid avait la possibilité de participer au blogue de la Maison en écrivant des articles librement. Il pouvait choisir le sujet à traiter et donner son opinion sans aucune contrainte.

69À la différence des médias traditionnels, nous avons observé dans les quatre médias spécialisés étudiés une liberté créative très particulière, qui favorise un traitement des questions migratoires plus diversifié. Nous mettons ainsi en lumière quelques différences dans le traitement des questions migratoires par les médias spécialisés par rapport à la presse traditionnelle, notamment : a) l’humanisation et la diversité des sujets ; et b) la représentativité et la reprise de parole des personnes réfugiées. 

L’humanisation et la diversité des sujets 

70Nous avons vu précédemment que la construction de la « crise des migrants » en tant qu’événement médiatique a été réalisée dans la presse française en fonction d’une représentation négative et stigmatisante des personnes réfugiées. Qu’en est-il du traitement des questions migratoires par les médias spécialisés dans « l’après-crise » ?

71Tout d’abord, nous constatons une différence significative concernant le recours aux sources. Dans 50 % des textes analysés, les personnes réfugiées sont utilisées comme source d’information (contre 15 % dans la presse traditionnelle). Cela mène à une représentation différente de la personne du réfugié. On constate un traitement plutôt humanisant : 85 % des textes qui utilisent les personnes issues de la migration en tant que source d’information citent leur prénom ; 52 % mentionnent leur âge et 68 % leur profession. Dans 90 % des cas, les témoignages sont faits à la première personne.

72Pourtant, nous constatons que la place occupée par les personnes immigrées en tant que source d’information reste essentiellement la même que celle observée dans les médias traditionnels. C’est-à-dire que lorsque ces personnes sont consultées, elles ne parlent que de l’expérience migratoire et/ou de leur processus d’intégration dans le pays d’accueil. Alors que les sources d’information classiques sont référencées par leur nom, prénom, expertise, champ d’action, etc., la personne migrante restera, malgré tout, quelqu’un qui a vécu (ou qui a subi) l’expérience de la migration.

73Concernant les questions liées au phénomène migratoire en tant que tel, on observe également un traitement plutôt neutre. Dans 30 % des cas, les textes utilisent un ton visiblement positif ou évoquent le « bon côté » des migrations, notamment en mettant en valeur les actions culturelles ou de solidarité ou encore la création des liens et le partage de connaissances. Dans 20 % des textes, au contraire, le ton utilisé est plutôt négatif et/ou critique. Il s’agit des textes traitant principalement de l’accueil des personnes réfugiées ainsi que des conditions de vie dans les centres d’hébergement ou dans les camps. Les textes restants (50 %) privilégient le ton neutre, factuel ou descriptif. Une défense ouverte des migrations n’est faite dans aucun des textes analysés, même si pour les deux tiers des personnes interviewées, les médias pour lesquels elles collaborent représentent un canal de militantisme ou de voix pour les personnes réfugiées.

74Marie, bénévole française chez Guiti News, raconte son expérience personnelle et ses motivations pour participer au média :

Dans ma vie militante, je m’intéresse à lutter contre les discriminations, le racisme, le sexisme, etc. Ça me semblait évident de m’inscrire dans ce combat, j’avais envie de changer le regard qu’on porte sur les migrations et les réfugiés. […] Intellectuellement et humainement, le concept d’avoir un double regard sur la société dans laquelle je vis, je trouve ça passionnant. J’ai l’impression d’avoir des débats et des discussions que je pourrais ne jamais avoir toute seule ou avec mes pairs francophones.

75La resignification du traitement des questions migratoires passe aussi par une adaptation du vocabulaire employé. Parmi les textes analysés, 10 % seulement utilisent les expressions « crise migratoire », « crise des migrants » ou « crise des réfugiés » (contre 40 % dans les médias traditionnels). Des mots négatifs, pourtant, sont présents dans 38 % des textes, et le terme migrant est utilisé dans 43 % des cas. Aucun mot stigmatisant (comme illégal ou clandestin) n’est utilisé pour faire référence aux personnes réfugiées et demandeuses d’asile dans les textes. 

76Par ailleurs, les difficultés rencontrées par les immigrés avant, pendant ou après leur périple sont mentionnées au moins une fois dans 38 % des textes (contre 48 % dans la presse française), même si le ton employé est souvent moins dramatique que celui observé dans les médias grand public. 

77Pour contrebalancer ce taux qui reste encore élevé, les médias spécialisés apportent au public une diversité de thématiques rarement vue dans les médias traditionnels. En effet, ceux-ci se préoccupent d’apporter de l’actualité, alors que les premiers traitent différemment les sujets liés à l’asile et aux migrations, le but étant justement de changer les perceptions de la société d’accueil sur ces questions. Des sujets originaux émergent, tels que des projets entrepreneuriaux créés pour ou par des personnes réfugiées, des histoires de migration réussies sur les plans personnel et/ou professionnel et des leviers d’inclusion des réfugiés dans la société française (la technologie, le cinéma, le théâtre, le sport…). 

78Parmi les 22 personnes interviewées, 9 sont d’origine étrangère. Alors qu’on demandait explicitement à ces dernières ce qu’elles imaginaient comme une façon idéale de traiter les sujets liés aux migrations, quatre d’entre elles ont exprimé le désir de voir les médias parler davantage des causes de la migration ; quatre autres aimeraient que les médias « racontent la vérité ». Les deux tiers des immigrés interviewés pensent que les médias traditionnels ne donnent pas assez la parole aux réfugiés et un tiers affirme que le traitement des questions migratoires dans les médias grand public est entouré de fake news et/ou de manipulation de l’information.

79Pourtant, dans les textes des médias spécialisés, les causes de la migration sont souvent traitées sous l’angle individuel, c’est-à-dire que sont abordées les raisons qui ont touché personnellement les individus contraints de migrer. Les causes les plus générales de la migration, telles que la situation politique ou économique des pays d’origine des réfugiés, ne sont décortiquées que dans 8 % des cas.

80En ce qui a trait aux formats, les interviews, reportages, articles, témoignages et portraits se font sous la forme écrite, mais ils sont également accompagnés par des vidéos, dessins, photos et podcasts dans 15 % des cas. Le désir de diversifier les supports et formats, pourtant, est non seulement un atout, mais aussi une limite rencontrée par les médias spécialisés, comme nous le verrons dans la partie C.

81En plus, l’offre de textes en langue étrangère est présente dans les médias Tido (qui publie ponctuellement des textes en anglais, en arabe ou dans d’autres langues selon le sujet traité), Guiti News (qui publie des textes en français et en anglais) et Infomigrants, qui possède des équipes multilingues dans cinq rédactions fixes (français, anglais, arabe, dari et pachto).

82Ce traitement plutôt humanisé des questions migratoires s’explique notamment par la diversité dans les équipes ainsi que par la présence et la participation des personnes réfugiées au sein des rédactions spécialisées.

La représentativité, la participation et la reprise de parole

83Dans les médias spécialisés analysés dans cette étude, la participation et le faire ensemble font la règle. Parmi les 22 journalistes interviewés, 19 ont affirmé avoir la liberté de proposer des sujets dans les conférences de rédaction de chaque média respectif. À part Infomigrants, où la procédure de veille des actualités est très précise, les trois autres médias fonctionnent sur la base des propositions de sujets aléatoires faites par les journalistes et rédacteurs, qui seront ensuite discutées et éventuellement retravaillées collectivement. Tous les contributeurs des médias Tido, Guiti News et L’Œil de la MDJ ont souligné ne pas avoir d’injonctions de la part des rédacteurs en chef pour le choix des sujets à traiter, même si l’actualité peut inspirer ce choix.

  • 17 les médias alternatifs revendiquent un ethos démocratique et participatif, où les lecteurs sont trè (...)

84La participation en tant que caractéristique intrinsèque des médias alternatifs est soulignée par Atton : « […] the alternative media claim a democratic, participatory ethos, where readers are very often able to contribute articles and take part in editorial decision-making, even becoming editors themselves »17 (op. cit., p. 155).

85Cette participation est possible grâce à une dynamique relationnelle particulière, qui privilégie un contact humain assez proche et informel ainsi que la création de liens amicaux ou même familiaux. En effet, la moitié des personnes interviewées considèrent leurs collègues comme des amis. Amadou, journaliste sénégalais réfugié, nous a expliqué sa relation avec les autres participants du média auquel il contribue depuis plus de deux ans :

Quand j’ai eu un problème de logement, par exemple, j’en ai parlé pendant une des réunions de Tido et j’ai senti automatiquement la sensibilité des gens, l’engagement et la solidarité. C’est là où la coordinatrice du média a envoyé des mails à tous ses amis pour parler de ma situation. On a eu des retours, et à la fin j’ai dû choisir parce qu’il y a eu beaucoup de personnes qui se sont manifestées. […] Personnellement, Tido m’a apporté beaucoup de choses. De la connaissance, de l’expérience, de belles rencontres.

86À part la création des liens, l’un des avantages ressentis par les contributeurs de ces médias est la possibilité de se faire entendre ainsi que de reprendre une activité professionnelle. Les deux tiers des journalistes immigrés interviewés ont indiqué que leur participation aux médias alternatifs était une occasion d’exprimer librement leur opinion. Le même pourcentage de personnes a affirmé que cette participation représentait aussi une occasion d’exercer le métier de journaliste en France, étant un levier pour la réinsertion professionnelle et, par conséquent, une façon d’éviter le déclassement. Le réfugié tchadien Younis, bénévole chez Guiti News, a exprimé son opinion sur le sujet :

Je me sens valorisé, même sans avoir un diplôme de journaliste. Je ne serais jamais accepté dans un média à cause de mon statut de réfugié, mais principalement parce que je n’ai pas un diplôme. C’est déjà difficile d’être accepté dans une rédaction française quand on est un journaliste étranger, et encore plus quand on est un étranger sans diplôme de journaliste.

87Une préoccupation au sein des médias analysés, c’est également d’avoir de la légitimité dans la production des contenus. Cette légitimité s’exprime spécialement par la présence de personnes réfugiées, demandeuses d’asile ou tout simplement immigrées au sein des équipes.

88On a constaté la présence de 9 nationalités différentes dans les 4 médias confondus, même si globalement les équipes sont encore majoritairement composées par des Français, à hauteur de 13 participants sur 22. Parmi les 22 interviewés, 9 sont d’origine étrangère, dont 6 sont des réfugiés statutaires.

89Les équipes sont également diverses en matière d’âge, de sexe et de race. Treize participants ont de 25 à 35 ans, 4 ont de 35 à 45 ans et 3 ont 45 ans ou plus. Dans les équipes, 55 % des membres sont des hommes et 45 % des femmes. Environ 50 % des interviewés sont considérés comme racisés (Noirs ou Asiatiques) ou appartiennent à une ethnie spécifique.

90La présence de personnes immigrées au sein des équipes est perçue en interne comme un élément de légitimation du discours sur la migration, en raison de l’engagement des personnes directement concernées. Cela permet en effet de changer le récit par rapport à celui des médias traditionnels, puisqu’on met en lumière la personne du réfugié non seulement comme objet mais également comme sujet producteur de l’information.

91Assad, journaliste palestinien, raconte son ressenti par rapport à la diversité des équipes au sein du média Infomigrants : « Chaque matin, quand on fait notre conférence de rédaction, il y a toutes ces personnes de tous les horizons, avec leur propre avis sur chaque sujet. Cela apporte plus de vie, plus de diversité. Cela apporte un autre niveau pour les actualités, avec d’autres opinions. »

92On observe ainsi qu’à la différence de la presse mainstream, Tido, Guiti News, Infomigrants et L’Œil de la MDJ arrivent à déconstruire les récits classiques sur les migrations, notamment grâce à la présence des personnes réfugiées au sein des rédactions. Mais dans les trois quarts des cas, les médias spécialisés rencontrent des limites de différentes natures.

Les limites rencontrées dans la « déconstruction » du discours sur la migration

93À partir des entretiens menés, nous avons observé quelques difficultés au sein des rédactions, dont quatre sont citées plus fréquemment : a) la langue et les différences culturelles, b) le manque de ressources, c) le manque de professionnalisation et d) la difficulté de fidéliser les bénévoles qui écrivent pour les médias.

La langue et les différences culturelles

94Le langage et la communication sont des enjeux majeurs dans les médias étudiés. Parmi les 22 interviewés, 12 ont évoqué la langue comme un élément de difficulté pour l’inclusion des personnes immigrées au sein des rédactions. Cela est également évoqué comme une cause d’incompréhension ou de difficulté dans le travail entre Français et étrangers.

95Les différences culturelles ne sont considérées comme une source de difficulté que pour 4 interviewés sur 22. Ahmed, journaliste réfugié palestinien, raconte un exemple pratique dans la rédaction d’Infomigrants :

Pour le Français, même s’il est engagé, même s’il est de gauche, il sera toujours un Français. Donc il fait des efforts pour comprendre la souffrance des migrants, alors que pour les Arabes et les Africains, par exemple, ils sont déjà des migrants, donc ils savent comment parler [de la question], comment expliquer, comment faire des liens, comment respecter les limites auprès des migrants.

96Il est également important de souligner ce que Myria Georgiou affirme dans son rapport sur les médias diasporiques en Europe (2003) : les cultures des médias diasporiques et les médias diasporiques ne sont pas toutes homogènes. Par exemple, l’expérience vécue au sein des médias étudiés ne se manifeste pas de la même manière entre eux et les défis rencontrés concernant les différences culturelles ne peuvent pas être considérés comme une règle pour tous les médias faits par et pour des personnes issues de l’immigration.

Le manque de ressources

97Parmi les médias analysés, seul Infomigrants a suffisamment de ressources pour rémunérer ses journalistes. Le manque de ressources est un frein au développement des trois autres médias, surtout en ce qui concerne la production d’articles en plusieurs langues ainsi que la possibilité de faire des reportages sur le terrain.

98Sans un budget spécifique pour l’achat de matériel, c’est grâce à l’engagement des bénévoles et à l’utilisation gracieuse de leur équipement personnel que des vidéos, photos, podcasts et dessins peuvent être réalisés. Parmi les 22 interviewés, 8 ont souligné que le manque d’argent et de matériel est frein à la réalisation de leur travail. Pour contourner ces difficultés, ils font usage notamment de logiciels gratuits. 

99De plus, à part chez Infomigrants, le manque de ressources des trois autres médias les empêche de réaliser de la publicité online et offline. Sur les réseaux sociaux, leur visibilité organique est donc très limitée. Alors que la page Facebook en français d’Infomigrants compte plus de 400 000 abonnés en décembre 2020, les trois autres ont des communautés de fans de plus en plus petites : L’Œil de la MDJ compte 9 900 abonnés, Guiti News, 3 900 et Tido, 300.

  • 18 Cent publications avec un tirage de mille valent cent fois mieux qu’une publication avec un tirage (...)

100Si une faible circulation peut représenter un indicateur nécessaire de « défaillance » (Aubrey, 1981), la prolifération des titres peut être vue comme une force démocratique. C’est le constat de la micro-presse Oxford Institute of Social Disengineering, citée par Atton : « One hundred publications with a circulation of one thousand are one hundred times better than one publication with a circulation of one hundred thousand’ » (2002, p. 40)18.

  • 19 La rétroaction, l’interaction et la participation du public sont souvent plus directes et plus cent (...)

101Pourtant, dans la pratique, la faible force de frappe fait que ces médias n’arrivent à toucher qu’une partie du public qui, malgré sa fidélité, est déjà sensibilisée aux causes migratoires. Bailey, Georgiou et Harindranath l’expliquent ainsi : « Feedback, interaction and participation of the audience is often more direct and more central than in the case of mainstream media » (2007, p. 24)19. Mais cette dépendance par rapport au public peut être un facteur défavorable à ces mêmes médias :

  • 20 Comme les médias diasporiques dépendent largement de l’interaction entre les producteurs et le corp (...)

As diasporic media extensively depend on interaction between producers and the devoted body of core consumers, they often fail to expand their repertoires and attract more diverse audiences. This results to the alienation of wider audiences, who don’t share the interests of the core group of viewers/readers (id.)20.

102En plus, pour Tido, Guiti News et L’Œil de la MDJ, les passerelles créées avec d’autres médias (y compris les médias mainstream) restent très limitées, ce qui renforce ce que Eugénie Saitta appelle une « opposition artificielle » entre les médias de minorités ethniques et les médias dominants, qui « reviendrait à nier la complexité du champ journalistique et des relations qui existent entre les différents types de média » (2014, p. 287).

Le manque de professionnalisation

103Selon Atton (op. cit.), les médias alternatifs semblent assez indifférents à l’éducation formelle. Ils s’intéressent autant à l’éducation acquise par l’action qu’à celle acquise grâce au mot écrit. Mais l’éducation peut aussi venir de l’engagement dans la production et dans l’organisation des médias. L’éducation dans les médias alternatifs conduit ainsi à une pratique auto-réflexive.

104En effet, on constate que le manque de professionnalisation est aussi un enjeu au sein des médias analysés. D’un côté, trois rédactions sur quatre permettent la participation de n’importe quelle personne : Tido, Guiti News et L’Œil de la MDJ. Cette « ouverture à tous » permet l’inclusion de personnes avec ou sans diplôme, expérimentées ou non dans le domaine du journalisme.

105Parmi les 22 interviewés, 13 ont un diplôme en journalisme, alors que les autres contributeurs sont issus de domaines d’étude plus variés : sociologie, audiovisuel, économie, entre autres. Deux interviewés n’ont aucun diplôme et neuf n’ont eu aucune expérience dans les médias avant d’intégrer Guiti News, Tido ou L’Œil de la MDJ. Parmi les 10 personnes qui ne sont pas diplômées en journalisme et/ou qui n’ont pas eu d’expériences auparavant au sein des médias, seulement 2 ont été formées en interne au métier.

La fidélisation des bénévoles

106En plus de la langue, du manque de ressources et du manque de professionnalisation, l’une des difficultés actuellement incontournables, c’est la fidélisation des bénévoles.

107Parmi les 22 interviewés, 10 ont souligné que pérenniser la participation des contributeurs aux médias est un enjeu majeur. Sachant que 17 personnes travaillent bénévolement pour Tido, Guiti News et L’Œil de la MDJ et n’ont, par conséquent, aucun devoir envers les publications, leur participation est conditionnée par une motivation morale personnelle. Parmi les bénévoles, 4 sont au chômage, 2 sont des étudiants et 11 sont des salariés du privé, des indépendants ou fonctionnaires. Ils ont tous un même défi : équilibrer un emploi du temps entre les occupations personnelles, professionnelles et/ou scolaires avec le bénévolat, ce qui peut engager la fréquence des publications dans chacun de ces médias. Comme un cercle vicieux, ayant peu de publications ou ayant un calendrier éditorial instable, ces médias peinent à gagner en visibilité et, par conséquent, à avoir les conditions nécessaires pour s’autofinancer. Par ailleurs, le cœur de leur mission est également fragilisé, ce qui a pour conséquence que le but de changer les perceptions par rapport à l’asile et aux migrations n’a pas un effet considérable sur le grand public.

Conclusion

108La « crise des migrants » de 2015 fut un événement majeur dont la présence a été une constante dans les médias en France. La couverture de cet événement par la presse traditionnelle a représenté un paradoxe : d’une part, elle a démontré l’homogénéisation du discours, la déshumanisation, la stigmatisation et la confiscation de la parole des personnes directement concernées ; d’autre part, la visibilité et l’importance accordées au sujet par ces mêmes médias ont permis le jaillissement, même si en décalage, de nouvelles sources de « contre-récits » sur l’asile et les migrations.

109Dans cette étude, nous avons pu observer que la couverture de la « crise des migrants » par les médias grand public a été le point de départ de réactions au sein du tissu médiatique alternatif. La création de nouveaux médias spécialisés dans des questions migratoires a connu tout son intérêt à partir de la nécessité de resignifier la manière dont on parle des migrations dans le « post-crise » migratoire. En effet, face à une constante représentation négative des personnes réfugiées dans les médias grand public, la nécessité de construire de nouveaux récits ainsi que des images plus diverses et plus cohérentes des personnes réfugiées s’est montrée évidente devant la complexité du sujet.

110Nous avons également pu observer que l’effort des médias spécialisés pour déconstruire des stéréotypes et des idées reçues dépasse l’envie tout court de représenter positivement les personnes issues de l’immigration. La moitié des journalistes interviewés ont justifié leur participation à ces médias par des raisons professionnelles (l’envie de se spécialiser professionnellement, la nécessité d’avoir un salaire, le désir de reprendre l’activité en tant que journaliste ou autres raisons). Mais l’expression d’un soutien à la cause ou d’un intérêt spécifique pour les questions migratoires a été évoquée encore plus souvent : 15 interviewés sur 22 ont exprimé avoir des raisons personnelles de vouloir participer à ces projets, même si c’était à titre bénévole.

111Ces médias représentent ainsi plus que des espaces privilégiés pour la reprise de parole des personnes réfugiées et demandeuses d’asile : ils représentent la naissance de vraies communautés tissées par des liens d’amitié, permettant leur inclusion dans la sphère médiatique.

112Cela n’empêche, pourtant, que les médias spécialisés font face à des difficultés de différentes natures : celles liées au manque de financements durables, au manque de personnel ou même au manque de compétences techniques de la part de certains collaborateurs. Cela n’empêche non plus que certaines habitudes observées dans les médias traditionnels sont reproduites — consciemment ou inconsciemment — dans les médias spécialisés.

113Toutes ces conditions font que ces médias peinent encore à rendre visibles les différentes représentations et, par conséquent, à changer les traditionnelles perceptions sur les migrations auprès du grand public.

Haut de page

Bibliographie

ACRIMED (2011), La presse spécialisée… et professionnelle, https://www.acrimed.org/-La-presse-specialisee-, page consultée le 22 décembre 2019.

AGIER Michel et Anne-Virginie MADEIRA (2017), Définir les réfugiés, Paris, Presses universitaires de France.

AKOKA Karen (1997), « Distinguer les réfugiés des migrants au XXe siècle : enjeux et usages des politiques de classification », dans Michel AGIER et Anne-Virginie MADEIRA, Définir les réfugiés, Paris, Presses universitaires de France, p. 47-67.

AMIEL Bastien, Mathilde SEMPE et Paul DIRKX (2015), « Introduction », COnTEXTES, 16, http://journals.openedition.org/contextes/6125, page consultée le 25 juin 2020.

« À propos », Infomigrants, http://www.infomigrants.net/fr/about, page consultée le 11 septembre 2019.

ATTON Chris (2002), Alternative Media, London, Sage.

AUBREY Crispin (1981), « Beyond the free press: Recent developments in the radical press », dans Brian WHITAKER, News Limited: Why You Can't Read All About It, Londres, Minority Press Group, série n°5, p. 167-176.

BAILEY Olga Guedes, Myria GEORGIOU et Ramaswami HARINDRANATH (dir.) (2007), Transnational Lives and the Media: Re-Imagining Diaspora, New York, Palgrave MacMillian.

BASTIE Eugénie (2015), « Un an de crise migratoire en 10 événements clés », Le Figaro, http://www.lefigaro.fr/international/2015/09/23/01003-20150923ARTFIG00010-un-an-de-crise-migratoire-en-10-evenements-cles.php, page consultée le 24 mai 2021.

BELLARDI Nadia et al. (2018), « Spaces of inclusion. An explorative study on needs of refugees and migrants in the domain of media communication and on responses by community media », Council of Europe report, DGI (2018)01, preparé par COMMIT – Community Media Institute.

BENSON Rodney (2017), L’immigration au prisme des médias, Rennes, Presses universitaires de Rennes.

BIROLI Flavia (2011), « Mídia, tipificação e exercícios de poder: a reprodução dos estereótipos no discurso jornalístico », Revista Brasileira de Ciência Política, 6, p. 71-98. https://www.scielo.br/scielo.php?pid=S0103-33522011000200004&script=sci_arttext, page consultée le 19 mai 2021.

BOURDIEU Pierre (2001), Langage et pouvoir symbolique, Paris, Éditions du Seuil.

BOURDIEU Pierre (1980), Le sens pratique, Paris, Éditions de Minuit.

BUTLER Judith (2005), Giving an Account of Oneself, New York, Fordham University Press.

CHARAUDEAU Patrick (2015), Discurso das mídias, 2e éd., São Paulo, Contexto.

CHAMPAGNE Patrick (2000), « L’événement comme enjeu », Réseaux, 18(100), p. 403-426. https://www.persee.fr/doc/reso_0751-7971_2000_num_18_100_2231, page consultée le 19 mai 2021.

CHOULIARAKI Lilie et Tijana STOLIC (2017), « Rethinking media responsibility in the refugee “crisis”: A visual typology of European news », Media, Culture & Society – Special Section: Digital Images and Globalized Conflict, p. 1-16.

COULDRY Nick (2010), Why Voice Matters: Culture and Politics After Neoliberalism, London, Sage.

EDWARDS Adrian (2017), « Le nombre de personnes déplacées atteint son plus haut niveau depuis des décennies », UNHCR, mis en ligne le 19 juin 2017, https://www.unhcr.org/fr/news/stories/2017/6/5943f3eca/nombre-personnes-deplacees-atteint-haut-niveau-decennies, page consultée le 24 juin 2020.

ENTMAN Robert (2007), « Framing bias: Media in the distribution of power », Journal of Communication, 57, p. 163-173. https://academic.oup.com/joc/article/57/1/163/4102665?login=true, page consultée le 19 mai 2021.

FERRON Benjamin (2010), « Des médias de mouvements aux mouvements de médias. Retour sur la genèse du “Réseau Intercontinental de Communication Alternative” (1996-1999) », Mouvements, 61(1), p. 107-120. https://www.cairn.info/revue-mouvements-2010-1-page-107.htm page consultée le 19 mai 2021.

FERRON Benjamin (2016), « Professionnaliser les “médias alternatifs” ? Enjeux sociaux et politiques d’une mobilisation (1999-2016) », Savoir/Agir, 38(4), p. 21-28. https://www.cairn.info/revue-savoir-agir-2016-4-page-21.htm, page consultée le 19 mai 2021.

GEORGIOU Myria (2003), « Mapping Diasporic Media across the EU: Addressing Cultural Exclusion », pour The European Media and Technology in Everyday Life Network, 2000-2003, London School of Economics and Political Science, https://www.lse.ac.uk/media@lse/research/EMTEL/reports/georgiou_2003_emtel.pdf, page consultée le 17 mars 2021.

GEORGIOU Myria et Rafal ZABOROWSKI (2017), « Media coverage of the “refugee crisis”: A cross-European perspective », Council of Europe Report, DG1(2017)03, Strasbourg, Council of Europe.

GOOGLE (2015), « A Year in Search 2015 », https://trends.google.fr/trends/story/2015_FR, page consultée le 5 janvier 2020.

HALL Stuart (dir.) (1997), Representation: Cultural Representations and Signifying Practices, London, Sage.

INSEE (2019), « Immigrés, étrangers », https://www.insee.fr/fr/statistiques/3633212#:~:text=En%202019%2C%206%2C7%20millions,4%20%25%20de%20la%20population%20totale, page consultée le 13 juillet 2020.

IPSOS / SOPRA STERIA (2019), « Fractures françaises 2019 », https://www.ipsos.com/sites/default/files/ct/news/documents/2019-09/fractures_francaises_2019.pdf, page consultée le 5 janvier 2020.

IPSOS (2019), « Perception des réfugiés en France : où en est-on ? », https://www.ipsos.com/fr-fr/perception-des-refugies-en-france-ou-en-est, page consultée le 5 janvier 2020.

MADEIRA Anne-Virginie (2017), « L’asile, droit de l’individu ou prérogative de l’État ? », dans AGIER Michel et Anne-Virginie MADEIRA, Définir les réfugiés, Paris, Presses universitaires de France, p. 69-88.

MINISTÈRE DE L’INTÉRIEUR (2020), L’asile en 2019, communiqué du 21 janvier 2020, https://www.immigration.interieur.gouv.fr/Info-ressources/Actualites/Communiques/L-asile-en-2019, page consultée le 24 juin 2020.

OFPRA (2019), Les premières données de l’asile 2019 à l’Ofpra, https://www.ofpra.gouv.fr/fr/l-ofpra/actualites/les-premieres-donnees-de-l-asile, page consultée le 24 juin 2020.

OFPRA (2015), Premiers chiffres de l’asile en France en 2015, https://ofpra.gouv.fr/fr/l-ofpra/actualites/premiers-chiffres-de-l-asile-en, page consultée le 25 juin 2020.

OHAYON Danièle (2009), « La liberté de la presse vue dans l’œil des exilés », Sud-Ouest, 3 mai, mise en ligne par Nouveau Consommateur, http://nouvoconso.canalblog.com/archives/2009/05/03/13594439.html, page consultée le 7 janvier 2020.

OXLEY Mark-Rice et RANKIN Jennifer (2017), « Quand l’Europe renvoie la crise migratoire de l’autre côté de la Méditerranée », Le Monde, https://www.lemonde.fr/afrique/article/2017/10/31/quand-l-europe-renvoie-la-crise-migratoire-de-l-autre-cote-de-la-mediterranee_5208336_3212.html, page consultée le 24 mai 2021.

REA Andrea et Maryse TRIPIER (2016), Sociologie de l’immigration, Paris, La Découverte.

SAITTA Eugénie (2014), « Les médias de minorités ethniques en Italie : rupture et continuité avec les pratiques et discours dominants. Une analyse comparée de Yalla Italia et de Stranieri in Italia », dans Tristan MATTELART (dir.), Médias et migrations dans l’espace euro-méditerranéen, Mare et Martin Éditions, coll. MediaCritic, p. 285-318.

SPIVAK Gayatri (1998), ‘Can the subaltern speak?’ dans Lawrence GROSSBERG and Cary NELSON (dir.), Marxism and the Interpretation of Culture, Urbana, University of Illinois Press, p. 271–313.

TRABER Michael (1985), Alternative Journalism, Alternative Media (Communication Resource, no. 7, October), London: World Association for Christian Communication.

UNHCR - AGENCE DES NATIONS UNIES POUR LES RÉFUGIÉS (2017), Global Trends: Forced Displacement in 2016, http://www.unhcr.org/statistics/unhcrstats/5943e8a34/global-trends-forced-displacement-2016.html, page consultée le 24 juin 2020, p. 5-6.

VAN DIJK Teun (1984), Prejudice in Discourse, Amsterdam, Benjamins.

VAN DIJK Teun (2015), Discurso e Poder, 2e éd., São Paulo, Contexto.

WENDEN Catherine (2013), La question migratoire au XXIE siècle. Migrants, réfugiés et relations internationales, Paris, SciencesPo.

YOUNG Iris (1990), Justice and the Politics of Difference, Princeton, Princeton University Press.

Haut de page

Notes

1 Les prénoms des personnes interviewées dans cette recherche ont été modifiés pour préserver leur identité.

2 Selon l’UNHCR, les personnes en situation analogue à celle des réfugiés (« people in refugee-like situations ») se trouvent en dehors de leur pays d’origine et font face à des risques de protection semblables à ceux des réfugiés. Pourtant, leur statut de réfugié n’a pas été vérifié, pour des raisons pratiques ou autres.

3 Pour ne pas alourdir inutilement le texte, nous avons délibérément confondu les termes alternatifs et spécialisés pour faire référence aux médias Tido, Guiti News, L’Œil de la MDJ et Infomigrants, même si, comme démontré par la suite, ces deux termes ne sont pas forcément synonymes.

4 Selon Benson, « un cadre linguistique — comme un encadrement de fenêtre — focalise notre attention sur un certain point de vue à l’exclusion des autres. Un “cadre” dans son acceptation la plus simple, délimite le “problème” (ou la “réussite”) » (2017 : 19). Dans son ouvrage L’immigration au prisme des médias, Benson utilise ce concept pour déterminer, grâce à la présence de mots ou d’expressions particuliers, quelles représentations apparaissent le plus souvent dans la presse et la télévision française et étasunienne. Dans sa recherche, il retient 10 grands cadres de l’immigration, qui correspondent à différentes manières de représenter les personnes immigrées et les phénomènes migratoires. Ces cadres se regroupent en trois catégories : les cadres « victime », les cadres « héros » et les cadres « menace ». Dans notre recherche, nous avons choisi de simplifier cette démarche de classification. Ainsi, comme Benson, nous avons observé la présence des mots et expressions qui contribuent à la construction de différentes représentations de la migration, mais nous les classifions comme « positives », « négatives » ou « neutres ».

5 L’OFPRA est un organe public doté d’une autonomie administrative et financière qui a la compétence d’analyser les demandes d’asile en première instance en France. Concernant les décisions prises en 2019, le délai moyen de traitement des demandes d’asile est maîtrisé à 161 jours, contre 150 jours en 2018 (OFPRA, 2019).

6 Définie par l’article 15 de la Directive « Qualification » de l’Union européenne sur le droit d’asile de 2004 (directive 2004/83/CE), la protection subsidiaire peut être accordée au demandeur d’asile lorsque la protection conventionnelle ne lui est pas applicable. C’est la situation de « toute personne qui ne remplit pas les conditions pour se voir reconnaître la qualité de réfugié et qui établit qu’elle est exposée dans son pays à l’une des menaces graves suivantes : a) la peine de mort ; b) la torture ou des peines ou traitements inhumains ou dégradants ; c) s’agissant d’un civil, une menace grave, directe et individuelle contre sa vie ou sa personne en raison d’une violence généralisée résultant d’une situation de conflit armé interne ou international ».

7 Comme l’explique Anne-Virginie Madeira, « le droit de l’asile, qui vise à protéger une catégorie spécifique d’étrangers, repose actuellement sur deux textes bien distincts. Tout d’abord, l’alinéa 4 du préambule de 1946 […] accorde sa protection à l’acteur d’un combat politique qui, en raison de ce combat, est persécuté par l’autorité publique dont il dépend. Il revêt donc directement un caractère “militant”, fondement du droit constitutionnel à l’asile. La Convention de Genève, signée par la France en 1951 et constituant le fondement de l’asile dit “conventionnel”, vise davantage à protéger “des victimes passives” persécutées le plus souvent pour des motifs tenant à leur religion, leur appartenance ethnique ou leurs opinions politiques, indépendamment de tout combat ou position publique ouvertement militants » (2017, p. 76-77).

8 Dans ce travail, nous avons opté pour l’emploi de l’expression « crise des migrants » ou « crise des réfugiés » toujours entre guillemets, pour éviter de confirmer ces termes qui nous semblent mal placés. Par ailleurs, afin d’épargner toute confusion sémantique, nous avons préféré utiliser des expressions telles que « événements migratoires de 2015 » au lieu de « crise des migrants ».

9 La critique de la victimisation prend son point de départ à partir de deux caractéristiques visuelles de la représentation des réfugiés : la massification, qui les dépeint comme une multitude d’individus indiscernables […], et la passivation, dans les représentations des réfugiés principalement comme des corps dans le besoin, privés de nourriture, de vêtements ou d’abri […]. La critique du mal […] s’appuie sur deux caractéristiques visuelles de l’action des réfugiés : l’attribution de souveraineté, qui considère les réfugiés comme des individus actifs et pleins d’espoir plutôt que comme des corps démunis, et, en relation, l’attribution de la malveillance, qui définit étroitement cette souveraineté comme la volonté des réfugiés de « nous nuire » (traduction de l’auteure).

10 Cette volatilité performative des images d’actualité, qui représente diversement les réfugiés dans des discours changeants sur l’inhumanité/l’humanité, est au cœur du pouvoir moralisateur de l’imagerie publique. Car ce sont de telles revendications changeantes à l’égard de l’humanité qui, à leur tour, règlent les propositions instables d’une action responsable envers les réfugiés dans « notre » publicité médiatisée (traduction de l’auteure).

11 À part le changement de statut et de nom, les missions de Tido n’ont pas changé. Un site Web a été créé (www.tido.media) en plus du blogue déjà existant (www.medium.com/tidomedia).

12 À ce sujet, Danièle Ohayon, présidente de la Maison des journalistes, a écrit dans une tribune parue dans le journal Sud-Ouest, le 2 mai 2009 : « À la veille de ce 3 mai, Journée internationale de la liberté de la presse, les résidents comme ceux qui les ont précédés ressentent un manque : leur hebdomadaire en ligne, “L’Œil de l’exilé”, a dû fermer. Pour une subvention européenne de 2007 qui n’arrivera qu’en 2010. Parce que le ministère de l’Immigration, de l’Intégration, de l’Identité nationale et du Développement solidaire, qui faisait l’avance de l’argent européen, a cessé, sans prévenir : débrouillez-vous » (Ohayon, 2009, en ligne).

13 Les médias alternatifs fournissent des informations et des interprétations du monde que nous ne pourrions pas avoir autrement et des informations sur le monde que nous ne trouverons tout simplement pas ailleurs. Les publications alternatives sont, au fond, plus intéressées par la libre circulation d’idées que par le profit (traduction de l’auteure).

14 Une définition constructive des médias alternatifs peut commencer par la présence d’un contenu radical, le plus souvent allié à la promotion du changement social (traduction de l’auteure).

15 est d’évoluer vers un ensemble social, culturel et économique plus équitable dans lequel l’individu n’est pas réduit à un objet (des médias ou des pouvoirs politiques) mais peut trouver son épanouissement en tant qu’être humain total (traduction de l’auteure).

16 La subordination implique le maintien de l'invisibilité des subalternes et la marginalisation de leurs voix, qu'il s'agisse de communautés autochtones ou de groupes de réfugiés. La résistance contre-hégémonique nécessite donc l'impulsion issue d'une expérience subalterne authentique. (Traduction de l’auteure).

17 les médias alternatifs revendiquent un ethos démocratique et participatif, où les lecteurs sont très souvent capables de contribuer à des articles et de participer à la prise de décision éditoriale, devenant eux-mêmes éditeurs. (traduction de l’auteure).

18 Cent publications avec un tirage de mille valent cent fois mieux qu’une publication avec un tirage de cent mille (traduction de l’auteure).

19 La rétroaction, l’interaction et la participation du public sont souvent plus directes et plus centrales que dans le cas des médias grand public (traduction de l’auteure).

20 Comme les médias diasporiques dépendent largement de l’interaction entre les producteurs et le corps dévoué des principaux consommateurs, ils échouent souvent à élargir leurs répertoires et à attirer des publics plus diversifiés. Cela se traduit par la mise à l’écart d’un public plus large, qui ne partage pas les intérêts du groupe principal de téléspectateurs/lecteurs (traduction de l’auteure).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Andressa Bittencourt, « Les médias « grand public » et les médias « alternatifs » face à la « crise des migrants » »Communication [En ligne], Vol. 38/1 | 2021, mis en ligne le 11 juin 2021, consulté le 29 juillet 2021. URL : http://journals.openedition.org/communication/13490 ; DOI : https://doi.org/10.4000/communication.13490

Haut de page

Auteur

Andressa Bittencourt

Andressa Bittencourt est doctorante à l’Université Paris 2 Panthéon-Assas. Courriel : andressabitten@gmail.com

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Communication sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search