Navigation – Plan du site

AccueilNumérosVol. 38/1ArticlesLe discours médiatique de commémo...

Articles

Le discours médiatique de commémoration

Quand le présent est tenu par le discours
Axel Boursier, Luciana Radut-Gaghi et Isabelle Boyer

Résumés

Le 9 novembre 1989, le mur de Berlin tombait et mettait fin symboliquement à la guerre froide. Les auteurs interroge le discours de commémoration comme un lieu de production du sens. Ils abordent leur sujet à partir de deux pistes d’analyse : 1) l’événement de commémoration et la production originale qu’il fournit et 2) le statut du discours médiatique de commémoration. Le corpus regroupe l’ensemble des articles, soit un total de 101 articles, traitant de ce thème dans les versions en ligne d’un ou deux quotidiens quality de quatre pays européens : le Royaume-Uni, la France, l’Italie et la Roumanie.

Haut de page

Texte intégral

1Le 9 novembre 1989, le mur de Berlin tombait et mettait fin symboliquement à la guerre froide. L’événement a été national, européen, mondial. Il annonçait la fin des régimes communistes à l’Est et la réunification allemande, permettant la réunification européenne. Le 9 novembre 2019, son 30e anniversaire a été célébré. Les médias ont participé d’au moins trois manières à cet exercice de commémoration : a) en rappelant les faits historiques à l’aide d’archives ou de témoignages ; b) en rendant compte des actions organisées par les instances publiques ou privées dans les mêmes objectifs de commémoration ; c) en instrumentalisant la commémoration à des fins communicationnelles autres que le retour sur le passé. Ces trois manières d’agencer la commémoration semblent correspondre aux trois types de savoirs selon Michel Foucault : le savoir d’origine, le savoir des quantités ou des mesures et le savoir « de l’événement, de l’occasion du moment » (2011, p. 107). Nous nous intéressons dans le présent article à ce troisième volet, une spécificité du discours journalistique, qui représente un événement à l’intérieur d’un autre événement. Notre problématique interroge le discours de commémoration comme un lieu de production du sens. Journalistes et politiques usent des références historiques comme des indices pour expliquer un « maintenant » qui échappe et en dévoiler les orientations.

2Nous abordons notre sujet à partir de deux pistes d’analyse : (1) l’événement de commémoration et la production originale qu’il fournit et (2) le statut du discours médiatique de commémoration. Notre première piste d’étude tend à attribuer un statut particulier à l’événement de commémoration. Le critère qui nous y autorise est que cet événement dispose de la particularité de ne pas être lui-même une rupture, mais bien plus la re-narration politique et médiatique d’une rupture. Le statut particulier de cet événement entraîne une architecture du récit singulière puisque prise dans une temporalité qui est de manière intrinsèque double : le moment de la commémoration (ici novembre 2019) et l’événement commémoré (novembre 1989). Aussi, dès son origine, la commémoration est-elle un lieu de médiation entre le « maintenant » et un événement dont on célèbre le caractère de « rupture » ainsi qu’un lieu de lecture du présent, de l’actualité et des enjeux conjoncturels. Nous poursuivons donc la piste qui considère le discours médiatique de commémoration comme un élément encadrant qui permet ce retour sur soi devant assurer la clôture du texte pour lui permettre d’exister comme possédant une intrigue et un thème. L’une des spécificités du discours médiatique de commémoration repose sur le fait que l’interdiscours historique y est exposé. Cette exposition permet de stabiliser le sens des formules et des références qu’il reprend à chaque nouvelle réédition. Par l’intermédiaire des discours de commémoration, il s’agit de lire le présent, voire l’avenir, en lien avec des événements produits comme « fondateurs ». 

3Nous nous plaçons dans la continuité des travaux initialement inscrits dans le champ des sciences du langage et tentons d’apporter l’expertise des sciences de l’information et de la communication. Pour Véron (1981), les médias construisent l’événement, pour Moirand, « les discours “font” l’événement, les médias intervenant plutôt dans la mise en scène qu’ils fabriquent » (2007, p. 5). Pour notre part, nous souhaitons comprendre la place de l’événement dans l’espace de la communication. L’objectif est de mieux ancrer l’analyse dans un contexte, national et européen, qui contribuera aussi à rendre compte de la particularité du discours médiatique autour de la commémoration. De plus, il s’agira de s’intéresser à la répartition du rôle d’événementialisation entre acteurs politiques et acteurs médiatiques. Comment la commémoration suit une stratégie de mise en événement par des acteurs divers et quels buts dessert cette volonté de faire événement ? Plus qu’une répétition, la commémoration est un moment de création et d’appropriation politique (Krawatzek et Soroka, 2018 ; Cutcher, Dale et Tyler, 2019) et journalistique particulière, que nous souhaitons étudier ici. Nous nous inscrivons ici dans la continuité des recherches sur les commémorations, qu’il s’agisse d’anciens anniversaires de la chute du mur de Berlin (Awad, 2012 ; Charbonneaux, 2012) ou d’autres événements similaires (Grevisse et Ruellan, 1995 ; Dubied et Hannot, 1999 ; Blanchard et Veyrat-Masson, 2008).

Théorie

4Nous abordons notre sujet par une inscription du sens dans le contexte, par une approche de l’événement et de sa relation avec les médias et les genres médiatiques, le tout étant réalisé par une analyse comparative de médias européens.

Un sens inscrit en contexte

5Tout discours, qu’il soit journalistique ou non, s’inscrit dans un contexte et est le reflet plus ou moins partiel des représentations sociales présentes dans cet espace. Dans la tradition de la psychologie sociale, les représentations sociales (Moscovici, 1961 ; Jodelet, 1989) sont à envisager comme une construction sociale inhérente à un groupe social. On doit souligner non seulement l’essence sociale et communicationnelle de ce concept, mais également son rôle d’appréhension de la réalité sociale grâce aux deux processus que sont l’ancrage et l’objectivation. Après sélection des informations, l’objectivation a pour finalité l’appropriation de connaissances. Quant à l’insertion dans le social, elle correspond à l’ancrage et à ses trois fonctions d’interprétation, de constitution d’un réseau de signification et d’intégration. De par leurs choix, les journalistes tout comme les politiques vont favoriser l’évolution ou l’émergence de telle ou telle représentation chez le récepteur en associant ou en accentuant certains items dans leurs discours respectifs. 

6Cette possibilité d’évolution s’opère tout particulièrement à partir des éléments périphériques. Ainsi, au sein de toute représentation, il existerait des éléments négociables ou non négociables qui sont fonction de la nature des items, c’est-à-dire s’ils relèvent des éléments périphériques ou du noyau central au sein duquel une hiérarchisation des items est observable. Cette hiérarchisation influencerait le degré de négociabilité de certains facteurs centraux (Lheureux et Lo Monaco, 2011). Il faut souligner l’existence d’un lien intrinsèque entre représentation et signification, car une représentation sociale est toujours la représentation d’un objet par un sujet (Abric, 1994 ; Moscovici, 2000). En effet, Abric (2003 ; 1994) propose que les éléments constitutifs de la représentation sociale vont jouer des rôles différents. Le noyau central est le générateur de sens vis-à-vis des éléments périphériques qui s’organisent autour et constituent la partie opérationnelle. Le noyau a donc une double fonction organisatrice et génératrice de sens pour un individu et son groupe culturel de référence. En outre, le sens est lié aux diverses caractéristiques de l’environnement dans lequel est ancrée la représentation (Wagner, 1999). À ce stade de la réflexion, il est nécessaire de préciser sous quel angle heuristique est envisagé le contexte, et notamment sa dimension culturelle, éléments particulièrement sensibles pour l’événement de commémoration. Valsiner (2000) considère toute organisation culturelle comme le fruit d’une construction culturelle de par le fait que tout individu, quel que soit l’environnement qu’il rencontre, reconstruit les conditions naturelles rencontrées ou du moins les retranscrit en termes d’expérience culturelle personnelle. Il s’opère une sélection des informations en fonction des objectifs du sujet et de sa grille interprétative. Ce processus sélectif permet à Bruner (1986, p. 119) de soutenir la thèse suivante : 

[…] il n’existe pas de « monde réel » unique, qui préexisterait et serait indépendant de l’activité mentale humaine et de son ancrage symbolique. Ce que nous appelons le monde est un produit d’un esprit dont les procédures symboliques construisent le monde.

7Les sujets abordés, les valeurs évoquées ou l’iconographie employée sont autant d’indicateurs de ce processus de sélection. Ils ont un rôle dans la construction de l’histoire, donc dans la démarche journalistique qui participe à la construction d’une histoire commune (Niemeyer, 2011, p. 18). 

Le média et l’événement

8Le lien entre événement et média a été longuement étudié. Dans le domaine des sciences de l’information et de la communication, la question a été traitée sous l’angle du lien entre les entreprises médiatiques et leur besoin de créer des événements pour capter l’attention du public. Un autre courant d’étude, inspiré par l’herméneutique, tente de comprendre le lien qui existe entre événement et discours journalistique dans une optique de production de sens.

9Selon ce courant d’étude, s’il existe des événements en dehors de leur reprise par le discours médiatique, ceux-ci ne deviennent des événements publics qu’une fois mis en récit par les médias (Mercier, 2006). En ce sens, un événement répond à un critère de pertinence qui légitime sa sélection et sa narration. Ainsi l’événement s’inscrit-il dans un contexte qui rend son éclosion possible. Au-delà d’une action médiatique qui ne porterait que sur la mise en connaissance, les médias ont également une influence sur le sens attribué à l’événement. En effet, la mise en récit de l’événement par les médias peut être analysée selon le modèle ricœurien du récit (Dubied, 2000). Les médias, lors de l’opération de configuration de l’événement, lui attribuent une intrigue (Ricœur, 1983) qui participe à sa mise en communication. Cette opération de fixation du sens se déroule grâce à l’attribution d’une causalité ou d’un ancrage de l’événement — considéré comme saillance — dans une parenté avec d’autres événements déjà connus. L’événement est constamment inscrit dans l’interdiscours et la mémoire sociale afin d’en stabiliser le sens. La mise en sens de l’événement passe par la réduction de son caractère inédit afin de le rattacher à du déjà connu. Arquembourg (2003) parle de la réduction de l’événement aux faits, le rôle du journaliste étant de faire réduire l’état d’incertitude, d’expliquer presque à la manière scientifique comment l’événement a pu avoir lieu. 

10La commémoration en tant que méta-événement ne peut s’envisager sans tenir compte d’un ancrage contextuel, ce qui lui accorde une dimension éminemment dynamique. Les modalités d’expression de celle-ci sont fonction des caractéristiques de l’environnement à un temps t, aussi bien du point de vue de la forme que du fond. Nous avons affaire à un récit encadrant qui prend lieu lors de la commémoration. Nous assistons ainsi à la célébration de la répétition de l’événement historique et non à un retour à l’événement lui-même. Dans une optique communicationnelle, nous voudrions nous demander ce qui fait événement. Pour reprendre les termes de Nora, il s’agirait d’analyser la « part de non-événement » dans l’événement, ses « virtualités imaginaires, spectaculaires, parasitaires » (2011, p. 50). « La réalité propose, l’imaginaire dispose » (ibid., p. 43).

Les genres discursifs

11La question de l’existence de catégories génériques se pose avant tout pour la littérature, et ensuite pour « les autres arts ». Les médias ont échappé au radar des théoriciens classiques des genres et feraient peut-être partie d’un troisième horizon. Néanmoins, en tant que discours public, le discours médiatique mérite les mêmes égards que ceux des autres disciplines ou « arts ». L’intérêt avec lequel nous entamons son exploration est, lui, à analyser au même titre que sa constitution ou non en genres différents. Nous nous mettons ici dans les pas de Schaeffer, qui identifie les trois attitudes aristotéliciennes à la base de la Poétique : « a) le paradigme biologique et l’attitude essentialiste qu’il implique ; b) une attitude descriptive-analytique ; c) une attitude normative » (1989, p. 13). Si nous sommes sûrs de notre innocence par rapport à la troisième attitude, nous devons aussi admettre que les deux premières s’immiscent subrepticement dans notre démarche. En arrivant à une description et donc à une identification d’un genre de commémoration dans le discours médiatique, nous serions capables de l’isoler et de le distinguer afin de l’interpeller quant à son instrumentalisation politique, comme analysé plus haut.

12Pour définir le genre, nous pouvons aller aussi loin que les écrits de Bakhtine et nommer avec lui ces « types relativement stables d’occurrences que nous pourrions appeler genres discursifs » (1984 : 265). Dans son ouvrage Mikhaïl Bakhtine le principe dialogique (1981), Todorov rend compte de l’évolution de la notion de genre dans la pensée du chercheur russe. Si au début il y est plutôt question d’une dualité entre l’objet et l’interlocuteur, dans les derniers écrits de Bakhtine, l’interlocuteur perd du terrain au profit d’une relation entre le texte et le monde : « […] un modèle du monde que propose le texte » (1981, p. 128). Les deux éléments-clés de cette relation sont l’espace et le temps, aboutissant à cette notion synonyme du genre — le chronotope.

13Pour Maingueneau, « on peut appeler “genre” des groupements de textes fondés sur les critères les plus variés » (2009, p. 68). Malgré la diversité des critères, un consensus semble se former autour des genres de discours en tant que catégorie situationnelle, « qui désigne des dispositifs de communication socio-historiques » (id.). Cette relation au monde est mise en avant par Elisabeth Le en conclusion d’une analyse des approches des genre studies. Le chercheur s’aventurant sur ce terrain « doit accorder une attention particulière au contenu du texte et au(x) contexte(s) sociopolitique(s) dans lesquels il a été produit et est censé être reçu » (2010, p. 14). Nous poursuivons la conclusion de Le afin de formuler la grille d’identification des genres : « […] le genre est avant tout défini en termes de fonction/objectif du texte » (Le, 2010 : 14). Notre présupposé de base est identique à celui de Hyland :

L’analyse des genres (genre analysis) est fondée sur deux hypothèses centrales : que les caractéristiques d’un même groupe de textes dépendent du contexte social de leur création et usage, et que ces caractéristiques peuvent être décrites d’une manière qui lie le texte à d’autres textes similaires et aux choix et contraintes qui agissent sur les émetteurs des textes (2002, p. 114).

La méthodologie

14Contrairement aux corpus des débuts de l’analyse du discours, aujourd’hui, la diversité est de plus en plus recherchée, car « la presse se caractérise par une forte hétérogénéité, voire instabilité, des conditions de production des discours qu’elle diffuse, qu’elle construise ou qu’elle transmette » (Moirand, 2007, p. 10). Nous répondons de deux manières à cet impératif : la récolte de l’ensemble des articles journalistiques sur le sujet, sur la période choisie — y compris les courts articles d’information ou les collections d’images spécialement mises en place par les rédactions pour les besoins des versions en ligne des médias, et la diversité internationale offerte par une récolte simultanée dans plusieurs pays, selon les mêmes règles. Nous nous plaçons donc dans une perspective d’établissement de corpus propre aux sciences de l’information et de la communication et notre corpus est établi avec le souci de la cohérence par rapport à notre problématique et à nos pistes de recherche (Bonnafous et Krieg-Planque, 2014).

15Nous travaillons sur un corpus médiatique construit durant la semaine encadrant la journée de commémoration, du 6 au 12 novembre 2019. Les recherches sur l’Europe traitent assez souvent des périodes électorales ; de notre côté, il s’agit de nous intéresser à une potentielle acmé du récit européen, puisque nous considérons le discours de commémoration comme un lieu où il est possible de mettre en récit les épisodes qui rassemblent les Européens. L’étude de ce ou de ces récits nous permettra alors de nous intéresser au processus d’européanisation tel qu’il est mis en œuvre par les médias européens. Toutefois,

nous suivons Krieg-Planque (2000) pour dire que le corpus qui se présente au chercheur n’est pas le même que celui qui se présente au lecteur lambda, que ce dernier ne lit pas tout, n’est pas attentif en égale mesure à tous les contenus qu’il lit, qu’il ne vise pas à interpréter de la même manière que le chercheur. Néanmoins, ce que nous collectons et analysons dans le cadre de ce projet est ce à quoi le lecteur a potentiellement accès (Radut-Gaghi, 2017, p. 15).

16Ce travail de construction du corpus et d’analyse de celui-ci est perçu comme un moment fécond pour l’analyse d’un événement disposant d’un récit classique (début, milieu, fin) et souvent utilisé par les personnels politiques comme un moment d’attribution de valeur puisque « la commémoration n’est pas tant “reconstitution d’un événement fondateur”, si problématique soit-il, que constitution factice d’une histoire composite » (Fabbiano, 2017, p. 99).

17Ce corpus a été recueilli dans le cadre du projet Direpa (Discours et représentations du passé de l’Europe) du réseau Lemel (L’Europe dans les médias en ligne). Il regroupe l’ensemble des articles traitant de ce thème dans les versions en ligne d’un ou deux quotidiens quality de sept pays européens, soit un total de 101 articles. Les médias choisis sont ceux suivis par les membres du projet depuis 2014. Nous avons fait le choix de sélectionner ici quatre pays entretenant des relations singulières avec l’Union européenne : le Royaume-Uni (qui quittera l’Union européenne en 2021 à la suite du Brexit), la France (membre fondateur de la CECA), l’Italie (membre fondateur de la CEE) et la Roumanie (qui a intégré l’Union européenne en 2007). Nous n’avons pas inclus l’Allemagne au sein de ce corpus puisque la chute du mur de Berlin appartient aussi à l’histoire nationale de ce pays et que nous souhaitions nous intéresser au discours de commémoration comme une forme d’européanisation de la mémoire. De plus, nos compétences linguistiques ne nous auraient pas permis une analyse approfondie de ce corpus. Néanmoins, il a été recueilli par les membres allemands du réseau Lemel-Direpa et sera le sujet d’une analyse de leur part ; un corpus similaire en polonais et un autre en russe ont également été collectés.

18Nous organisons notre corpus en fonction du rapport que les articles entretiennent avec l’événement commémoré (la chute du mur en 1989), la cérémonie de commémoration (semaine du 9 novembre 2019) et les articles opérant une médiation entre la rupture introduite en 1989 et le temps présent. Cette dernière catégorie d’articles opère un travail de re-narration de l’événement afin de cadrer le sens du présent.

Tableau 1. Distribution de l’approche de l’événement par média

Tableau 1. Distribution de l’approche de l’événement par média

19Nous remarquons, dans un premier temps, une couverture bien plus importante en France que dans les autres pays — aussi bien par chaque média que par l’ensemble des articles de chaque pays. Dans un second temps, nous constatons que, quantitativement, la médiation occupe la place la plus importante dans le traitement médiatique de la commémoration. Si des retours à l’événement lui-même, de manière presque historique, comme Nora (2011) l’analyse, sont convenablement représentés dans ce corpus, la cérémonie elle-même (donc les événements de novembre 2019 à Berlin) n’est parfois pas du tout évoquée par certains médias.

20Nous nous sommes également intéressés à l’iconographie présente dans ces articles en opérant, d’abord, un premier tri suivant la nature de l’image présente.

Tableau 2. Nature de l’iconographie par média

Tableau 2. Nature de l’iconographie par média

21Les presses anglo-saxonne et française accordent une place plus importante à l’iconographie, mais il est à noter qu’à l’exception des médias roumains, les photos actuelles sont privilégiées. Est-ce un signe que le discours de commémoration est bien l’écriture d’un maintenant ?

22Une seconde classification a été élaborée à partir des catégories suggérées par Moliner (2008), qui postule qu’une représentation correspond à l’association d’une figure et d’une signification et qui attribue trois propriétés à l’iconographie : son pouvoir de figuration, sa capacité d’éveil et son ambiguïté. Ainsi notre répartition, s’opérant suivant deux fonctions principales de l’iconographie, constitue-t-elle une simple illustration en se substituant à l’objet (pouvoir de figuration), ici la chute du mur, ou bien son rôle est-il essentiellement d’éveiller des sentiments chez le sujet (pouvoir d’éveil) et/ou de pousser ce dernier à faire des choix à partir des valeurs qu’elle véhicule et donc en fonction de son interprétation de permettre une appropriation du sens (appropriation) ? La commémoration n’est alors pas la simple réédition du passé, mais constituerait un événement à part entière.

Tableau 3. Fonction principale de l’iconographie par média

Tableau 3. Fonction principale de l’iconographie par média

23À partir de cette vision d’ensemble de notre corpus, nous proposons l’analyse de l’événement de commémoration et l’exploration d’un genre discursif qui lui serait dédié. Pour la première approche, nous nous appuyons sur le courant de l’herméneutique qui considère l’événement comme produisant du sens à travers son récit. Dans cette perspective, la narration journalistique de l’événement assure un rôle pivot quant à la création du sens. Le journaliste opère l’acte de configuration et inscrit l’événement au sein d’une intrigue en fonction d’éléments présymbolique qu’il active. La pluralité de ce présymbolique permet au journaliste de choisir l’appropriation discursive qu’il met en œuvre. Dans cette perspective, nous souhaitons voir s’il existe un mouvement d’européanisation des commémorations en Europe. « Dans la mise en intrigue, il s’agit d’un procès en mouvement dans lequel les “éléments” sont remodelés en fonction de la leçon tirée d’un événement. Un événement est déterminé par son rôle dans l’histoire que l’on raconte » (Ricœur et Castoriadis, 2016, p. 43). Nous observerons donc les « déformations réglées » produites par les journalistes européens afin de produire du sens lors du récit des commémorations. La perspective comparative internationale accompagne notre démarche tout au long de l’analyse, avec pour objectif de repérer des points communs comme d’éventuelles oppositions dans le traitement médiatique de la commémoration.

24Plus généralement, nous considérons ces discours médiatiques dans leur ensemble dans l’objectif de comprendre s’ils constituent un genre à part, celui des discours de commémoration. Analyser le statut des discours autour de l’événement de commémoration implique plusieurs types d’encadrement. Avant toute chose, la démarche implique une compréhension de la place de ce type d’événement dans le discours médiatique. Discours d’information, discours d’opinion, discours pédagogique, discours explicatif, discours de médiation, constituent autant de valences des productions journalistiques. Mieux situer le discours de commémoration permettra de mieux l’interpréter (Maingueneau, 2009). Nous nous proposons ici de définir les rôles du discours autour de cet objet afin de décider si un discours médiatique de commémoration peut être placé au même rang que les exemples de l’énumération précédente. 

25Pour ce faire, nous proposons une grille d’identification des genres médiatiques. Les contraintes qui les définissent sont liées aux attentes du public : « - les statuts et les rôles des partenaires de l’action verbale ; - les circonstances : le lieu et le moment convenables ; - les thématiques qui peuvent être introduites ; - la longueur, le mode d’organisation du texte ; - les ressources linguistiques mobilisées » (ibid., p. 69). Enfin, selon cet auteur, il y aurait un continuum allant des genres routiniers aux genres auctoriaux (le rubriquage médiatique). Nous essayerons de croiser ces critères avec les deux « niveaux du message » de Schaeffer, le cadre communicationnel et la réalisation, qui sont eux-mêmes déployés sur cinq « phénomènes pertinents à l’intérieur d’un niveau donné : l’énonciation, la destination, la fonction (relatifs au premier niveau), la sémantique et la syntaxique (relatifs au second niveau) » (1989, p. 116). Nous proposons donc quatre grands critères d’identification et de caractérisation des genres discursifs : des méthodes propres, une dimension historique, l’inscription sociétale et une finalité propre.

  • 1 Sur les écrits de Bakhtine présumés pseudonymes et le rôle de Mme Bakhtine dans la retranscription (...)

26Des méthodes propres seraient la première caractéristique, voire la caractéristique exclusive du genre (Medvedev et Bakhtine, 1928)1. Mais à quel degré est-ce que le chercheur peut être sûr de cet achèvement et de l’exclusivité d’un genre ? Peut-être qu’aujourd’hui plus que jamais, les discours médiatiques mélangent les genres, dans leur quête de lecteurs qui semblent se faire de plus en plus rares. Les articles d’opinion deviennent de plus en plus courts et sont souvent agrémentés d’illustrations et de cartographies. Les entretiens deviennent des dialogues. Adam (1997) définissait déjà deux grandes catégories des genres journalistiques, ceux liés à l’énonciation subjectivisée (éditoriaux, chroniques, billets, dessins de presse, commentaire) et ceux liés à une énonciation objectivisée (croquis, tableaux, articles d’informations, glossaires, encadrés à vocation didactique, infographies). Bhatia (1997) introduit le concept de « mix de genre » (genre mixing) comme une sorte de compromis.

27Une dimension historique, un fragment de mémoire collective. « Le genre vit dans le présent, mais rappelle sans cesse le passé, ses débuts » (Bakhtine, 1984, p. 265). La mémoire devient « créative » à l’intérieur du genre de deux manières, par le recours aux archives et par l’emploi d’arguments à fondement historique. La question a été étudiée par Bondi dans son modèle des genres en économie et des caractéristiques dialogiques des arguments académiques. L’argument est toujours dialogique « pas seulement parce qu’il présuppose un rôle actif de celui à qui il s’adresse, mais parce qu’il implique une pluralité de voix » (1999, p. 5), un ancrage dans sa propre histoire.

28L’inscription dans « la vie d’une société » (Bakhtine, 1984), le fonctionnement dans un contexte culturel. Est-ce qu’il existe une société européenne et une communauté discursive qui lui soit associée ? « Les genres sont des systèmes de signification qui aident à la construction de réalités sociales dans lesquelles nous vivons, et donc cela avantage ceux qui ont accès et qui contrôlent les genres valorisés et désavantage les autres » (Hyland, 2002, p. 124). Autrement dit, les genres mêmes participent à la mise en place de la vie d’une société. Au cours de la recherche Direpa, le défi a été justement de décider de l’existence d’une cohésion au sein des médias européens sur la question de la commémoration et d’une spécificité européenne de son traitement.

29Une finalité propre. Quand Aristote définit les genres, il emploie le terme grec dunamis pour signifier l’action potentielle qui leur est propre (Poétique, chap. VII) et donc leur évolution. Ils sont une voie pour voir et comprendre le monde et leur objectif est l’institution d’une vision : « Le genre est l’ensemble des moyens d’une orientation collective dans la réalité, avec une visée d’achèvement » (Medvedev et Bakhtine, 1928, p. 183 ; Todorov, 1981, p. 128). Chaque genre propose un simulacre du monde, complète Todorov.

30Nous illustrerons cette grille pour le ou les discours médiatiques de commémoration, mais son ambition est d’être applicable à toute forme de discours médiatique. Une dernière précision s’impose : la grille que nous proposons ne décrit pas le discours médiatique dans sa totalité, mais elle est un outil de distinction des différents genres entre eux, ayant donc un objectif discriminant et non englobant.

Résultats et discussion

31Nous avons indiqué plus haut la distribution quantitative des articles de notre corpus selon plusieurs critères. Nous souhaitons à présent comprendre l’organisation des partages temporels au sein des médias sélectionnés afin de définir les liens qui se créent entre les trois moments du discours de commémoration que nous avons déterminés.

Un traitement en deux temps

32Deux composantes du discours médiatique de commémoration sont facilement reconnaissables au sein du traitement de la commémoration du 30e anniversaire de la chute du mur de Berlin : les récits de l’événement et ceux de la commémoration. La spécificité de ces articles est qu’ils reposent tous sur une temporalité simple : un seul temps y est traité et le journaliste assure un récit clos.

Un retour succinct sur les événements de 1989

33Ce premier geste traite uniquement de l’événement commémoré : la chute du mur. L’une des spécificités de ce corpus repose sur le faible engagement de l’énonciation journalistique en son sein. L’aspect politique de la chute du Mur est délégué aux archives du journal. Permettant une publication à moindres frais et évitant l’engagement de la voix journalistique, ces archives sont également un moyen pour le journal de faire preuve de son sérieux et d’affirmer sa présence de longue date. La compréhension du vécu de l’événement est quant à elle déléguée aux témoins, libres de réciter leur novembre 1989 et qui représentent la majorité de l’iconographie présente dans ces articles. La prise en charge énonciative du journaliste est faible dans ce corpus, comme si l’histoire de la chute du mur était close, son sens partagé, et ne nécessitant pas un cadrage journalistique. Bien que faible dans l’économie du discours journalistique de commémoration, ce moment est un jalon nécessaire pour légitimer les autres composantes. Délaissant le rapport des faits aux journalistes de l’époque ou à ses témoins, ce moment discursif permet d’exposer ce qui est à commémorer.

La cérémonie de 2019

34Un deuxième moment discursif se distingue dans cette volonté de seulement relayer, transmettre les faits : la narration des cérémonies elles-mêmes. Le journaliste décrit les manifestations qui ont eu lieu et en informe le lecteur. L’article « L’Allemagne célèbre la chute du mur sans triomphalisme » (Le Figaro, 9 novembre 2019) incarne la façon dont s’organise typiquement le rapport des faits dans les articles centrés sur la commémoration. Le journaliste suit le parcours de la journée des politiques présents lors de la cérémonie, insère quelques discours rapportés et organise le récit de cette journée par la parution des photographies de ces politiques sur les divers lieux où ils s’expriment, avec essentiellement une fonction de figuration. Le Figaro consacre trois articles à cette commémoration, mais dès les titres de ceux-ci, on distingue que la faiblesse narrative de la commémoration est pointée du doigt : « empreinte de discrétion », « sans triomphalisme ». Le journaliste n’a que peu de matière pour commémorer l’événement, et les photographies sont peu nombreuses. Le contenu informationnel de ces articles est double : en même temps qu’il permet de suivre le parcours des commémorations, il est un premier pas vers les articles de médiation. En effet, les discours rapportés des politiques sont souvent des maximes qui permettent d’opérer le lien entre l’événement commémoré et l’événement de commémoration.

« Le mur de Berlin, symbolisant un régime d’injustice, a été construit par Walter Ulbricht. Mais les nouveaux murs de notre pays, nous les avons construits nous-mêmes. Et nous seuls pouvons les démolir. Donc ne nous plaignons pas… faisons-les tomber », a ajouté Steinmeier (id.).

35Cet aspect du moment discursif du discours journalistique de commémoration est également un élément nécessaire du travail journalistique puisqu’il permet de relayer les faits au public. Néanmoins, quantitativement, moins de la moitié des articles de notre corpus visent ces objectifs descriptifs.

Les articles de médiation

36La majorité du corpus est constituée par un autre type d’articles, ceux qui ont la particularité de reposer sur une polyvalence temporelle. Ils traitent à la fois de l’événement de 1989 et de l’actualité de 2019. Ils semblent indiquer que la pertinence journalistique, en temps de commémoration, repose sur un parallélisme historique et non sur le récit d’un événement. On constate une cohabitation des images d’archives et des photos actuelles qui semble renforcer ce parallélisme.

37La première question qui survient lorsque l’on parcourt ces articles est celle-ci : de quoi la « réunification » est-elle le nom ? Parvenir à comprendre quel cadrage géographique est choisi pour commémorer la chute du mur nous permet également de percevoir quelle rupture est censée être honorée : la réunification allemande ou la réunification européenne ?

Tableau 4. Distribution des bénéficiaires de l’événement, par média, conformément au discours médiatique

Tableau 4. Distribution des bénéficiaires de l’événement, par média, conformément au discours médiatique

38La distribution nous semble plus équilibrée que celle du tableau 3. Nous notons pourtant une très forte présence de l’Europe elle-même en tant que bénéficiaire de la chute du mur de Berlin, surtout pour les médias français et britanniques. Les articles de médiation reviennent peu sur la chute du mur, mais usent de cet événement comme d’un motif pour conduire une réflexion plus générale. À noter, l’exception de La Repubblica qui concentre son attention sur la chute du mur, mais principalement dans des articles au format court. Au fil des articles, l’événement-occurrence tend à disparaître au profit d’un autre type d’événement qui, lui, ne serait plus localisable ou datable avec précision : une rupture dans les mentalités (fin du communisme) et l’instauration d’une unité européenne. Cet extrait du Guardian, où le journaliste revêtant le rôle de témoin raconte sa propre histoire, en est représentatif : 

  • 2 J’étais étudiant à Berlin-Est en 1989 lorsque Mikhaïl Gorbatchev est venu en RDA et a averti nos di (...)

I was an East Berlin student in 1989 when Mikhail Gorbachev visited the GDR and warned our leaders that if they didn’t change, they would be overrun by history. […] I was filled with hope and anxiety. And then the Wall came down: the defining moment of my life. I knew then that nothing was impossible ; that hope had won. Europe could reunite in peace. Fast-forward to 2019 and my feelings of hope and anxiety are strangely familiar. A new kind of polarization threatens the gains of European cooperation. Unacceptable levels of inequality erode the fabric of our societies; gaps of understanding and trust divide citizens and those they perceive as elites (The Guardian, 13 novembre 2019)2.

39Cet article expose de manière typique la façon dont la médiation opère dans le discours journalistique de commémoration, que ce soit au niveau du texte ou de l’iconographie, une image d’archives côtoyant souvent une photo actuelle. L’événement commémoré est évoqué, ce qui permet de fonder l’autorité de l’énonciation pour rapidement, par une ellipse narrative, parvenir au cœur du sujet de l’article : la reproduction d’un moment charnière comparable à celui de 1989. L’article de médiation joue de parallélismes discursifs et d’effets d’amalgame (Charaudeau, 2006) en vue d’encadrer l’actualité. L’instauration du monde commémoré est rappelée, et c’est en fonction de celle-ci que le présent est jugé. Au-delà d’un simple savoir informatif, il s’agit pour le journaliste d’opérer un travail de médiation. Ce geste porte bien sûr sur la transmission de la réalité à un vaste public. Le journaliste est alors celui « qui informe et relie en fondant en nature une réalité qu’il construit et un public qu’il configure, et en ordonnant la complexité d’un espace qu’il matérialise et d’un présent qu’il objective » (Awad, 2010, p. 40).

40Cette médiation est également temporelle : le journaliste est celui qui tisse le lien entre le présent et le passé, d’autant plus en moment de commémoration. L’acte de configuration est le lieu de cette médiation. Il réalise la jonction entre des événements globaux et un public toujours pris dans un contexte singulier. Nous repérons cette position du journaliste médiateur au travers de la métaphore du journaliste-traducteur puisque son rôle est d’inscrire l’événement au sein des représentations et imaginaires du public auquel il s’adresse. Si auparavant son travail reposait sur l’acte de voir, désormais sa singularité, dans une modernité où tout circule, s’expose et fait information, consiste à traduire et à relier. Cette traduction nécessite une information appropriée par le journaliste qui la transmet au public en l’adaptant à son cadre de connaissances. Autrement dit, pas de connaissance si l’information n’est pas inscrite, par le journaliste-traducteur, dans l’univers du monde vécu du récepteur (Habermas, 1987) et de ses représentations (Moscovici, 2000). Cette réappropriation passe alors par le discours qui permet d’inscrire l’événement dans le monde vécu du récepteur, et c’est sur ce point que notre question liminaire prend tout son sens. C’est, en effet, du fait de la nécessaire traduction que l’on peut observer et comprendre les discours de commémoration. Les travaux des historiens français, notamment ceux de Nora (1992), montrent bien que le choix de références et leurs orientations discursives ne sont pas innocents, mais servent à déployer un imaginaire social. Les travaux de Thiesse démontrent que la construction d’un imaginaire national n’est pas le fait d’une essence, mais bien d’une construction discursive pour créer un commun national. Elle analyse ainsi la création de l’Union européenne : « […] lui fait défaut tout ce patrimoine symbolique par quoi les nations ont su proposer aux individus un intérêt collectif, une fraternité, une protection » (1999, p. 18), afin de pouvoir créer une communauté. La commémoration d’un événement, constitué comme européen, peut alors être un moment de cette attribution à l’Europe d’un patrimoine commun, produisant le geste que Wieviorka résume en ces mots : « […] l’histoire est ce qu’en font les hommes » (2015, p. 14). Dans ses réflexions sur les événements et la commémoration, Ricœur montre que l’acte de commémoration est avant tout un acte discursif qui permet de tisser ensemble les membres d’une société et de conforter ses cadres d’interprétation du quotidien :

Mais pourquoi un tel récit ? De tels événements ? Sinon parce que leur narration est devenue constitutive de l’identité, qu’on peut appeler narrative, de ces communautés, de ces individus. L’événement est ainsi qualifié rétrospectivement ou mieux rétroactivement comme fondateur : il l’est par un acte de commémoration plus ou moins sacralisé en célébration (1991, p. 16).

41L’événement commémoré est fondateur en cela qu’il est « instaurateur de monde », la commémoration opère un retour sur cette instauration. Dans ces articles de médiation, le journaliste procède à un retour sur ce qui a changé et sur la rupture que cet événement a amorcée. Néanmoins, sa lecture n’est pas uniquement rétrospective, elle est également un moment où le présent est jugé en fonction de l’instauration. Dans le cas de la chute du mur de Berlin, la rupture est interprétée comme le moment où « l’Europe pouvait se réunir dans la paix ». C’est donc la réunification européenne qui est jugée en fonction de cette instauration primordiale. Le propos du journaliste et du politique n’est pas de conférer un sens à cet événement, mais de le « reconfigurer et l[e] réinvestir » (Awad, 2012, p. 11) pour conférer du sens au présent.

42Ce travail de médiation et de ligature du présent à une intrigue déjà connue suit plusieurs mouvements. Nous en distinguons trois principaux : une étude des évolutions, un travail de comparaison des mémoires et une réaffirmation de l’intrigue.

Évaluer et mesurer la transition

43Le travail de comparaison entre 1989 et 2019 est celui où l’engagement journalistique est le plus faible. Il s’agit pour le journaliste de décrire le contexte dans lequel la commémoration des événements de 1989 a lieu. Faisant appel à des données statistiques et à des infographies, le journaliste concentre l’attention du lecteur sur ce que l’instauration du monde permise par la rupture avait promis de changer. Dans une série d’articles, le journal Le Monde entreprend de présenter les évolutions socioéconomiques allemandes et européennes qui ont eu lieu durant ces 30 années. En outre, il offre des comparaisons des évolutions des régimes politiques européens post-1989. Même lorsque le journaliste s’efface derrière la data, il répète l’instauration du monde qui devait générer un changement économique — uniquement mesuré en Allemagne — et un changement politique — mesuré en Europe. Cet angle de la médiation est celui le moins présent au sein du discours de commémoration et les 30 ans célébrés font généralement référence à la distance par rapport au moment initial et moins au processus qui a habité la période. La situation est sensiblement différente dans les pays anciens de l’Est. La notion même de transition a acquis une signification particulière dans ces pays pour lesquels 1989 a signifié le début d’une transition sociale, économique et politique, parfois achevée avec l’intégration à l’Union européenne, parfois jamais finalisée. Dans ce dernier cas de figure se situe peut-être la Roumanie, où les médias font plus référence à la transition en tant que processus que les autres sources de notre corpus. L’analyse de la transition est appliquée à l’ensemble de l’Europe, d’ailleurs. La chute de mur a été suivie d’une « globalisation ambiguë, anarchique, une politique erronée par rapport à la Russie, tout comme ce fut le cas de l’Allemagne après la Première Guerre mondiale et nous voici, dans une Europe en déclin et une Amérique divisée en deux » (article Adevărul, par Alina Mungiu-Pippidi, politologue, 9 novembre 2019).

Comprendre les mémoires de 1989

44Dans les articles de ce genre, le journaliste adopte l’idée selon laquelle le présent politique européen ne peut s’expliquer que par une connaissance des mémoires de 1989. Aussi en vient-il à les expliquer et à les confronter. Ce type d’article est géographiquement situé, il traite de la mémoire allemande et de l’Europe centrale, ces deux espaces perçus aujourd’hui comme en proie au populisme. En Allemagne, c’est la réappropriation mémorielle opérée par l’AfD, le parti Alternative für Deutschland, Alternative pour l’Allemagne, qui est traitée :

Toutes [les affiches électorales de l’AfD] évoquaient la « révolution pacifique » de 1989, dont l’Allemagne, cet automne, célèbre le trentième anniversaire. L’occasion pour l’AfD de se présenter comme le porte-parole des Allemands de l’Est en colère, de dénoncer les engagements non tenus de la réunification et de promettre d’« achever le tournant » amorcé en 1989 (Le Monde, 8 novembre 2019).

45Si la mémoire de l’événement constitue bien un thème du discours de commémoration, il faut voir que l’étude de cette mémoire est tout entière consacrée à l’exploration de ces réappropriations politiques. Dans le premier cas, soit l’article du Monde, la réappropriation produite par l’AfD d’une réunification au détriment de l’Est est contrecarrée de deux manières : par le recours à des propos d’élus de Thuringe afin d’expliquer les déviations mémorielles et par les articles de data, précédemment évoqués, qui sont convoqués par hypertexte afin de lutter contre une possible instrumentalisation. Les articles de ce corpus ne constituent donc pas une mise en mémoire de l’événement commémoré, mais une interrogation de ses mises en mémoire par les acteurs politiques. Le journaliste se fait alors fact-checker d’une intrigue, d’un récit mémoriel proposé par certains (notamment l’AfD, Orban et Salvini) et cette fois-ci il tente de contrer une réappropriation mémorielle de l’Histoire par la politique. Ainsi, tout en cadrant l’actualité, il opère une sélection dans les récits mémoriels et narcotise (Eco, 1985) certains récits. Ces articles d’exploration des usages mémoriels de 1989 sont le plus souvent des éditoriaux ou des interviews. Ces deux types de productions journalistiques permettent un fort engagement de la voix énonciative qui, en conclusion, réaffirme la nécessité de combattre ces réappropriations et le détournement du sens de l’intrigue attribuée à 1989, comme on peut le lire dans cet extrait du journal roumain :

  • 3 Quel genre de pays l’Allemagne veut-elle être ? Un pays où les juifs ont peur lorsqu’ils se rassemb (...)

Ce fel de țară vrea să fie Germania? O țară în care evreii se tem atunci când se adună într-o sinagogă pentru a se ruga? O țară în care politicienii care iau atitudine împotriva ideilor naționaliste de dreapta și a unei politici a excluderii se tem pentru propria viață? Vrea Germania să fie o țară în care gradul de apartenență se măsoară în funcție de originea etnică sau de nuanța de culoare a pielii? [...]  În aceste zile sărbătorim curajul trecutului. Sper să găsim, în el, puterea de a lupta pentru un viitor bun, un viitor al libertății și dreptății (Adevărul, 11 novembre 2019)3.

46Enfin, un dernier pilier de cette exploration mémorielle se consacre au risque d’un délitement de l’esprit ayant été instauré par 1989. Cette réinstanciation du sens de la rupture provoquée par la chute du mur se déroule soit dans les éditoriaux où les Européens sont appelés à reproduire l’élan de liberté de 1989, soit dans les discours reproduits des politiques. Ce type de réinstanciation de l’esprit de 1989 est très présent dans le corpus étudié, notamment lorsque le journaliste rapporte les discours des politiques. Les politiques procèdent au même geste de reproduction du sens de la rupture afin de cadrer le futur européen. Par exemple, un court article de La Repubblica, reproduit in extenso, montre cette réinstanciation du passé au travers de la voix du politique sans détachement journalistique :

  • 4 L’Europe, « la libre circulation des biens et des personnes, et le processus d’élargissement de l’U (...)

L’Europa, « la libera circolazione di merci e persone, e il processo di allargamento dell’Ue, è stata, è, e sarà, la migliore garanzia che possiamo consegnare alle future generazioni per non ripetere gli errori e gli orrori del passato ». A dirlo la presidente del Senato, Elisabetta Alberti Casellati, durante la sua visita ieri al Memoriale del Muro di Berlino (La Repubblica, 8 novembre 2019)4.

À quel événement de l’actualité est transférée la mémoire de 1989 ?

47Cette troisième catégorie aborde le poids du récit journalistique dans cette reconfiguration de l’événement. Pour Ricœur, quand la mémoire se conjugue « avec l’évaluation du présent et la projection du futur », c’est pour « la quête, la requête, la revendication de l’identité » (2000, p. 98). Dans l’analyse ricœurienne, le phénomène est éminemment politique et vise l’affirmation d’une idéologie comme affirmation d’une communauté. Pour Ricœur, la narration mémorielle apporte de nouvelles significations à l’événement mémoriel. À l’inverse, Nora exacerbe ce poids des médias : « C’est aux mass media que commençait à revenir le monopole de l’histoire. Il leur appartient désormais » (2011, p. 37). Notre attention est donc portée vers la touche journalistique dans cette configuration de l’événement.

48Notre hypothèse de départ repose sur le fait que le discours journalistique de commémoration permet d’encadrer le « maintenant » et de l’intégrer à une intrigue commune. Nos analyses de ce discours lors des commémorations de la chute du mur nous conduisent à affirmer qu’il existe une correspondance européenne : reproduction de la même architecture du discours — à des ampleurs différentes — et attribution du même sens à l’événement. Néanmoins, notre démarche ne serait pas complète si l’on n’analysait pas la façon dont le discours de commémoration est également un discours projectif qui permet de conférer un sens particulier aux événements du « maintenant » européen. Ce geste consiste à intégrer l’événement X à l’intrigue de la réunification européenne afin de légitimer les actions futures quant à ces événements.

49Le premier parallélisme est partagé par l’ensemble des journaux étudiés et joue d’un symbolisme évident. La chute du mur de Berlin est comparée à la floraison des murs qui parcourent le monde. On retrouve dans cette catégorie des articles qui, au moyen de photographies, montrent les séparations qui fleurissent. Au-delà d’une simple exposition, la référence à la chute du mur de Berlin permet de conférer un sens particulier à ces murs :

  • 5 Imaginez le paradoxe : peu avant cette année 1989 historique, le président des États-Unis d’Amériqu (...)

Pensate che paradosso : poco prima di quello storico 1989 il presidente degli Stati Uniti d’America Ronald Reagan andò a Berlino per chiedere al segretario del partito comunista sovietico Michail Gorbaciov di abbattere quel muro. Mentre ora il presidente Usa Donald Trump è intento a completare la costruzione di un muro imponente lungo in confine con il Messico. Certo i contesti sono molto differenti ma proprio non abbiamo imparato proprio nulla dalla Storia?5 (La Repubblica, 9 novembre 2019).

50Le deuxième parallélisme concerne la spécificité du corpus italien et roumain. La chute du mur est un moyen de cadrer l’intervention d’Emmanuel Macron dans The Economist, publiée le 7 novembre, où celui-ci parle de l’OTAN comme d’un organisme en « état de mort cérébrale ». L’article du Monde qui relate cette interview évoque le contexte « en pleine commémoration des 30 ans de la chute du mur de Berlin », mais ne se sert pas des symboles attachés à la chute du mur pour encadrer l’intervention de Macron, tandis que Le Figaro n’use pas des rapprochements avec les événements de 1989. En Roumanie, principalement, les articles lient explicitement les deux événements, comme dans l’extrait suivant :

  • 6 Et nous, ceux qui avons rejoint l’Alliance il y a 20, 15 ou 10 ans, nous sommes tous des « Berlinoi (...)

Și noi, cei care ne-am alăturat Alianței acum 20, 15 sau 10 ani suntem cu toții « berlinezi ». […] Valorile pe care comunitatea Nord-Atlantică a fost fundamentată sunt parte și din ADN-ul nostru, al celor aflați de partea estică. Au fost întotdeauna. Puterea acestor valori continuă să genereze coeziune și progres, la 70 de ani de la semnarea Tratatului de la Washington și la 30 de la Căderea Zidului Berlinului. În pofida criticilor, dezbaterilor interne aprinse, NATO este și va rămâne relevant și extrem de prezent în ecuația securității globale. Suntem, în fapt, cu toții martorii anduranței sale strategice. În acești 30 de ani, care ne despart de momentul istoric pe care îl aniversăm astăzi, avem, fără echivoc, confirmarea cuvintelor rostite de Ronald Reagan în discursul său din Berlin, din 1987 : « libertatea determină prosperitate. Libertatea înlocuiește ura străveche dintre națiuni cu cooperare și pace. Libertatea este învingătoare »6 (Adevărul, 9 novembre 2019).

  • 7 Malgré les divisions, la guerre froide a porté une forme d’unité dans les objectifs et les croyants (...)
  • 8 En tirant les leçons de 1989, nous pouvons faire de cette période d’anxiété à nouveau un moment d’e (...)

51Ainsi, si la mémoire de l’événement et le sens de la rupture semblent être les mêmes à l’échelle européenne, c’est plutôt du côté des événements qui sont intégrés à cette intrigue que se situe une différence. Cette opération de cadrage du présent est également le lieu pour les médias où ils peuvent évoquer des problématiques nationales, notamment en Roumanie où un rapprochement est fait entre la chute du mur qui a permis la réunification allemande et les relations roumaines et moldaves, avec l’idée d’une possible (ré)unification des deux pays. En France et surtout en Grande-Bretagne, les projections dans le futur sont plus générales et la commémoration est alors un moment pour des appels à un retour de l’esprit de 1989. « Despite the divisions, the cold war brought a kind of unity of purpose and belief — and a shared, positive vision of future possibilities. It is that which has been lost and must be found again »7 (The Guardian, 10 novembre 2019). « By drawing on the lessons of 1989, we can turn these times of anxiety into times of hope again »8 (The Guardian, 13 novembre 2019). Si nous avions introduit l’idée que la commémoration dépend du contexte pour justifier sa narration, nous pouvons également dire que le contexte y est constamment approprié par le discours de commémoration qui permet d’intégrer le présent à certaines lignes de force. Aussi la clôture du récit médiatique est-elle en quelque sorte parachevée dans ces discours puisque chaque fois le journaliste intègre l’hétérogène à l’intrigue de l’événement commémoré.

Le discours de commémoration : un genre discursif

52Pour confirmer l’existence d’un genre propre aux discours médiatiques de commémoration, un constat s’impose : l’information ne suffit plus à assouvir la soif du public. Elle est presque entièrement dépourvue de pouvoir significatif et imaginatif. Désormais, c’est le récit « qui fait passer l’événement d’un milieu où il était déjà mort à un milieu où il était amorti, dans un grand dégradé traditionnel des plus avertis aux moins informés » (Nora, 2011, p. 47). Même la communication sensationnelle de l’information ne semble plus satisfaire les besoins communicationnels et sans doute démocratiques de notre temps. Une reconfiguration du récit par la prise en compte du présent et du futur s’avère inéluctable dans les événements de commémoration. Nous procédons dans les lignes qui suivent à l’application de la grille d’identification des genres médiatiques proposée plus haut.

Des méthodes propres

53Le mélange des genres dont il est question dans la théorie de Bhatia (1997) est le résultat d’objectifs multiples associés à des contextes changeants. Néanmoins, nous tenterons ici de définir des caractéristiques de ce qu’Erik Neveu (2009) appelle « l’ordre de discours spécifique » au journalisme, et à la commémoration, ajoutons-nous. Suivant la tradition rhétorique, la première dimension de l’expression est inventio, le choix des matériaux et l’agencement des topoi qui aboutissent au traitement de la commémoration : appui central sur l’actualité, y compris pour les illustrations choisies, mais non pas tant sur la cérémonie de commémoration que sur les implications actuelles de l’anniversaire. La deuxième dimension, dispositio, soit la structure de la rédaction, permet de mettre en évidence deux tons : celui prudent et distancié du journaliste et celui parfois polémique, souvent émotionnel des analystes externes et des témoins. Et finalement, elocutio, la mise en discours du matériel linguistique, est empreinte de métaphores, parfois de clichés faciles (l’emploi récurrent du mot mur, voir infra), ou encore l’emploi abondant d’images qui ont un rôle d’éveil de sentiments, comme dans les exemples ci-dessous. Ces images sont devenues des éléments iconiques du discours médiatique de la commémoration de la chute du mur de Berlin.

Capture d’écran 1. The Guardian, 9 novembre 2019

Capture d’écran 1. The Guardian, 9 novembre 2019

Capture d’écran 2. Le Monde, 9 novembre 2019

Capture d’écran 2. Le Monde, 9 novembre 2019

Capture d’écran 3. Adevărul, 10 novembre 2019

Capture d’écran 3. Adevărul, 10 novembre 2019

Capture d’écran 4. La Repubblica, 9 novembre 2019

Capture d’écran 4. La Repubblica, 9 novembre 2019

Une dimension historique

  • 9 Le mur de Berlin était peur et guerre. Quand il tomba, ce fut le jour le plus heureux. (Traduction (...)
  • 10 Ce fut le moment le plus heureux de l’histoire de l’Allemagne. (Traduction des auteurs)

54Trois catégories de voix semblent être sollicitées pour rendre compte de la mémoire collective de la commémoration : la voix des témoins illustres, les témoins directs et l’opinion publique. La voix des témoins semble être la plus directe, mais elle-même se divise en deux types : les témoins officiels et les témoins lambda. La Repubblica titre le 8 novembre « 1989-2019. Schäuble : “Il Muro di Berlino era paura e guerra. Quando cadde fu il giorno più felice9 ». Et complète la citation de l’ancien ministre de l’Intérieur : « E’ stato il momento più felice della storia della Germania10. » Nous remarquons ici le positionnement institutionnel et national de la personnalité politique invitée par le média italien, qui insiste justement sur le référentiel historique du moment commémoré. Le témoin direct est parfois remplacé par le témoin historique : Le Monde invite Andreï Gratchev, ancien conseiller de Mikhaïl Gorbatchev en 1991, pour une tribune dans laquelle les événements sont racontés tels que vécus en URSS à l’époque ; Le Monde également reprend un entretien de 1989 avec Mstislav Rostropovitch où le vécu du musicien est rendu avec sensibilité et inscrit dans l’Histoire.

55Pour ce qui est des gens de la rue, les témoins lambda, nous remarquons une intermédiation systématique par des spécialistes. Cela est sans doute le signe du changement d’une manière traditionnelle de mener les enquêtes journalistiques. Par exemple, les « badauds [qui] portent des habits élégants » et qui assistent à la construction du mur en 1961 dans les rues de Berlin sont présentés par Emmanuel Droit, professeur d’histoire, pour Le Figaro (6 novembre 2019). Ou alors l’histoire est racontée à la manière du storytelling au sens classique, comme dans l’article du Figaro Hors-Série du 9 novembre 2019, par Georges de Brulon : « Ils ont vingt ans. Ils se poussent du coude et s’encouragent les uns les autres.La frontière est ouverte ! Laissez-nous passer !” ». On n’entend plus ces gens qui se poussent le coude, on nous les fait entendre. Le spécialiste de l’histoire et de la commémoration remplace de manière suffisante dans le récit médiatique le témoin direct, dont l’importance discursive s’efface.

  • 11 Le rideau de fer est réellement tombé. (Traduction des auteurs)

56À l’époque de sondages d’opinion, et peut-être dans une visée de neutralité et de distance, la voix des gens de la rue est remplacée par les chiffres de l’opinion publique. D’une manière distanciée, Corriere della Sera publie le 6 novembre 2019 un article intitulé « La Cortina di ferro è caduta davvero »11 qui recense tout simplement les attitudes des habitants des pays du côté oriental du rideau de fer par rapport au grand événement célébré. Après des chiffres précis, l’article se termine ainsi :

  • 12 Dans l’ensemble, les Polonais, les Tchèques, les Lituaniens, les Hongrois et les Slovaques sont pou (...)

Nel complesso, polacchi, cechi, lituani, ungheresi, slovacchi sono in maggioranza soddisfatti del cambiamento. La maggioranza di russi, ucraini e bulgari preferisce invece la vita nel socialismo. Tre decenni dopo, la convergenza tra Ovest ed Est Europa non è ancora completata, se mai lo sarà. Ma buona parte dei cittadini degli Stati che furono dietro la Cortina di Ferro è contenta che quel Muro sia caduto12.

57Nommer ces populations nationales sous la forme d’une liste a un rôle d’identification qui est absent de la grande majorité des articles que nous avons analysés. Mais la non-analyse des données est un marqueur des différentes réalités des pays en question.

58Nous incluons dans cette catégorie l’usage savant de la mémoire des mots. Le poids de ces mots-valises, mots événements qui « servent en fait de déclencheurs mémoriels et de rappel des événements antérieurs à l’événement présent » (Moirand, 2007, p. 56), n’est plus à prouver, mais il est intéressant d’en définir des usages contextuels liés à la commémoration. En quelque sorte, ils s’auto-évoquent, ils évoquent l’événement de manière circulaire, ils instaurent l’événement par leur évocation. Le nom mur est souvent employé seul, comme une évidence de ce qu’il désigne. Comme dans ce parallélisme que Le Monde crée lors de la reprise d’un entretien de 1997 avec Rostropovitch, « Le maestro et le Mur ». Pas besoin d’explications pour l’auteur de l’entretien ou pour son public. Les mots ont leur poids et leur histoire, politique et littéraire. Ou comme dans cette recontextualisation critique : aujourd’hui, « les deux Europe ont l’air de se regarder par-dessus un mur de malentendus » (Le Monde, 8 novembre 2019, « Trente ans après la chute du mur, les fractures de l’Europe »). Mais Moirand fonde une hypothèse courageuse sur une relecture des conceptions théoriques de Bakhtine, Courtine et Pêcheux : l’existence d’une « mémoire interdiscursive médiatique » (2007, p. 131), et même littéraire, dirions-nous au vu de l’exemple boulgakovien précédent.

59Il faudrait peut-être interroger la synonymie des expressions « mur de Berlin » et « rideau de fer », l’une le signifiant, l’autre la métaphore du signifié. Elles sont rarement employées dans la même phrase, comme ici : « le rideau de fer était ouvert et le mur de Berlin abattu » (Le Monde, 9 novembre 2019), où l’argument est exclusivement fondé sur la métaphore. Bien sûr, le rideau de fer désigne la ligne qui sépare les deux zones d’influence en Europe et pas seulement le mur hérissé dans Berlin. Dans notre corpus, on parle moins de « rideau de fer », mais on emploie le terme de mur pour désigner la séparation au sens le plus large. Le mot a pris donc le dessus sur la signification politique ou géographique première.

L’inscription dans « la vie d’une société »

  • 13 Berlin célèbre les 30 ans de la révolution pacifique qui a fait tomber le mur. Merkel : « Souvenons (...)

60Cette commémoration en particulier est aussi l’occasion de rappeler d’autres moments historiques. La Repubblica choisit de titrer l’un des trois articles de fond qu’il dédie à l’événement « Berlino celebra i 30 anni della rivoluzione pacifica che fece cadere il Muro. Merkel : “Ricordiamo anche le vittime dei pogrom del ‘38”13 » (9 novembre 2019). Angela Merkel a en effet affirmé cela, dans un contexte discursif plus large : se souvenir des moments heureux et moins heureux de l’histoire allemande. Le média insiste sur le début de la Shoah et inscrit la commémoration de la chute du mur dans une narration historique.

  • 14 Comment le monde a changé après la chute du mur de Berlin. (Traduction des auteurs)
  • 15 Trente ans de liberté, dignité et démocratie. (Traduction des auteurs)
  • 16 lutte pour la liberté. (Traduction des auteurs)
  • 17 retour, après des millénaires d’aliénation, à notre hymen occidental. (Traduction des auteurs)
  • 18 trente ans depuis notre libération. (Traduction des auteurs)

61Le média roumain Adevărul publie un long article le 9 novembre titré « Cum s-a schimbat lumea după căderea zidului Berlinului14 ». Les deux tiers de ce texte font pourtant le récit de la chute du mur elle-même. Le reste est dédié à « Un nouveau chapitre de l’histoire européenne » et évoque le changement en pièces de domino jusqu’au démantèlement de l’URSS. Il nous semble aussi que ce média, seul de notre corpus provenant d’un ancien pays de l’Est, parmi les six analysés, compte le plus de recul, le plus de solennité dans la commémoration. En tout état de cause, il y est question de « Treizeci de ani de libertate, demnitate si democrație »15 (9 novembre 2019), de « lupta pentru libertate »16 (11 novembre 2019), d’un relativement pathétique « reîntoarcere, după milenii de înstrăinare, in matca noastră occidentala »17 (9 novembre 2019), des « treizeci de ani de la eliberarea noastră »18 (9 novembre 2019) avec un « nous » inclusif qui est sans doute national dans le contexte.

62Plus largement que la société européenne, le mur de Berlin est un prédécesseur dans l’histoire mondiale. Le journaliste italien Andrea Purgatori se rend à Berlin pour rendre compte de la célébration, écrit le Corriere della Sera le 7 novembre 2019 :

  • 19 Mais surtout pour reconstituer les étapes qui ont conduit à la construction de ce sombre mur, long (...)

ma soprattutto per ricostruire le tappe che portarono alla costruzione di quella tetra muraglia, lunga 46 chilometri (più un centinaio di filo spinato lungo i confini occidentali della Ddr) e alta dai tre ai quattro metri, e per ricordarci che nuovi muri continuano a dividere i popoli : Berlino 1989, Mexico 2019 — Breaking The Walls19.

63Les « nouveaux murs » sont souvent évoqués en tant que « contrecoup de la mondialisation ». « Le Mur de Berlin visait à empêcher d’en sortir. Aujourd’hui, les murs visent à empêcher l’entrée sur un territoire », selon l’historien Claude Quétel, cité par Le Figaro du 8 novembre 2019. Le discours commémoratif se positionne donc comme témoin de l’histoire et comme critique du présent.

  • 20 La chute du rideau de fer a vu le marché dominer. Toutefois la protection de l'environnement est de (...)
  • 21 Plus c’est mieux. (Traduction des auteurs)

64Le moment commémoratif est aussi l’occasion de l’analyse du changement de paradigme à l’échelle mondiale. The Guardian consacre une analyse à ce changement : « The fall of the iron curtain saw the market dominate. But environmental protection has »20 (9 novembre 2019). L’article est une suite de comparaisons saisissantes entre la lutte pour la liberté des pays de l’Est et la lutte contre la pauvreté aujourd’hui, entre l’âge d’or de la mondialisation et le capitalisme « zombie », entre le monde bipolaire et le monde tout sauf unipolaire d’aujourd’hui, entre « more is better »21 et la mort de la planète.

Une finalité propre

65La finalité de l’article médiatique commémoratif n’est pas la description de l’événement commémoratif ; elle n’est pas non plus la présentation de l’époque révolue et du moment initial. Selon notre analyse relative au premier objectif de l’article, l’achèvement dont parlait Bakhtine est celui qui se réalise par trois processus originaux : la prise en compte et l’analyse de la transition entre les deux moments — l’événement historique et sa commémoration —, la compréhension d’une multitude de mémoires de l’événement commémoré et le transfert de la mémoire à l’actualité, la sollicitation perpétuelle du moment initial pour tenir l’analyse du présent.

66Nous proposons le tableau ci-dessous en tant que synthèse des éléments que nous avons définis comme propres au genre du discours médiatique de commémoration. Notre corpus nous a permis de mettre en évidence un nombre considérable d’éléments qui caractérisent le discours des médias européens.

Tableau 5. Caractéristiques d’un discours médiatique de commémoration

Tableau 5. Caractéristiques d’un discours médiatique de commémoration

Conclusion

67Le corpus européen analysé nous a permis de repérer des pratiques journalistiques d’événementialisation de la commémoration ainsi que des références mémorielles communes. De plus, le comparatisme européen nous a amenés à nous interroger sur les différents processus d’européanisation journalistique des événements en nous intéressant aux différents processus de construction d’un événement. Nous avons pu montrer que le discours de commémoration médiatique est avant tout un discours de médiation qui opère un transfert des symboles issus de la période commémorée au temps présent. En outre, nous avons pu décrire ce discours de commémoration comme opérant en tant que genre journalistique singulier disposant de ses propres enjeux et mettant en œuvre une architecture du discours propre. 

68En suivant la réflexion de Maingueneau, chaque époque est caractérisée par certains genres discursifs (2009), comme le développement de la démocratie a fait émerger les discours de la vie parlementaire, par exemple. Bien sûr, nous sommes aussi conscients que les typologies peuvent facilement « voler en éclats, laissant apparaître un immense entrelacs de textes dans lesquels seules les grilles idéologiques d’une époque, d’un lieu donnés, ou les hypothèses d’une recherche peuvent introduire un ordre » (Maingueneau, 1984, p. 16). Néanmoins, la comparaison de six médias de quatre pays européens nous a permis de voir une architecture du discours de commémoration, signe d’un pôle discursif pour les moments discursifs générés par l’événement de commémoration. Cette cohésion et cette cohérence discursives nous permettent de souligner un accord des pratiques médiatiques et une uniformité européenne quant au traitement de l’événement analysé.

69Le discours journalistique de commémoration est bien sûr dépendant de son contexte d’énonciation. Nous remarquons des traits communs entre ce discours lors du 20e anniversaire (Awad, 2012) de la chute du mur et lors de son 30e anniversaire, notamment la volonté de faire de la chute du mur de Berlin la métonymie de la réunification européenne. Cependant, à l’inverse de 2009, nous remarquons une volonté des médias de considérer cet événement comme européen et de dépasser une inscription franco-allemande de l’événement (Charbonneaux, 2012). Cette évolution tient également dans la façon dont les médias lisent l’événement de 1989. Si le discours de commémoration journalistique est un moment de cadrage du récit de l’actualité, alors nous pouvons chaque fois dégager une lecture du passé comme devant éclairer le présent et le futur. La décennie qui sépare ces deux commémorations a certes été marquée par l’élargissement de l’Union européenne, mais elle a surtout rendu manifeste un risque d’implosion de l’Union européenne face aux nationalismes et aux crises économiques (Brexit, Grexit, poussée des populismes européens…). De ce fait, le 30e anniversaire de la chute du mur a été cadré pour condamner les nationalismes et les divisions européennes et appeler à un retour de l’esprit d’unité. Le discours de commémoration, s’il traite bien du passé, dépend chaque fois d’un ancrage contextuel que le journaliste se réapproprie lors de la lecture de l’Histoire, soulignant certains aspects dans un processus de médiation. L’actualité est réintégrée à l’intrigue — synthèse de l’hétérogène — grâce au discours de commémoration.

70Les médias de chaque pays européen contribuent certainement à un cadrage transnational et participent à la formation d’une mémoire collective européenne (Sangar, 2015). Notre recherche nous confirme le rôle du discours médiatique dans la formation d’un sens d’appartenance commun : « […] les discours développés par les communautés reconnaissent un sens d’“être empêtré” dans une histoire ainsi que dans des enseignements normatifs communs » (ibid., p. 76-77). Mais ces discours fondent surtout la mémoire comme pilier d’un présent auquel ces pays analysés font face. Le lien entre la narration des histoires et la formation des cadres sociaux reste pourtant à creuser. Si, d’un côté, nous pouvons affirmer avec Halbwachs (1950) que la mémoire collective se fonde sur l’existence des nations et l’appartenance à des nations, d’un autre, nous suivons Schapp (1950) pour qui la narration intersubjective d’histoires crée le lien entre passé et présent et permet l’émergence des cadres sociaux. L’Europe est l’un de ces exemples ambivalents, à la fois forte de l’existence de ces parties et en quête de nouvelles narrations pour l’ancrer dans le présent et lui assurer un long avenir. 

Haut de page

Bibliographie

ABRIC Jean-Claude (1994), Pratiques sociales et représentations, Paris, Presses universitaires de France.

ABRIC Jean-Claude (2003), « La recherche du noyau central et de la zone muette des représentations sociales », dans Jean-Claude ABRIC (dir.), Méthodes d’études des représentations sociales, Ramonville Saint-Agnes, ERES, hors collection, p. 59-80.

ADAM Jean-Michel (1997), « Unités rédactionnelles et genres discursifs : cadre général pour une approche de la presse écrite », Pratiques, 94, dossier « Genres de la presse écrite », p. 3-18. https://www.persee.fr/doc/prati_0338-2389_1997_num_94_1_1800. Page consultée le 19 mai 2021.

ANONYME, « Al muro du Berlino Casellati : l’Ue garanzia contro gli orroru passati », La Repubblica, 08 novembre 2019, [En ligne]. https://ricerca.repubblica.it/repubblica/archivio/repubblica/2019/11/08/al-muro-di-berlino-casellati-lue-garanzia-contro-gli-orrori-passati11.html?ref=search. Page consultée le 25 mai 2021

ARISTOTE (1990), Poétique, Paris, Gallimard.

ARQUEMBOURG Jocelyne (2003), Le temps des événements médiatiques, Bruxelles, De Boeck.

AWAD Gloria (2010), « Informer, relier : le journalisme en tant que modèle moderne de médiation », Communication, 28(1), p. 40-70. https://journals.openedition.org/communication/2025. Page consultée le 19 mai 2021.

AWAD Gloria et Carmen PINEIRA-TRESMONTANT (2012), Les commémorations de la chute du mur de Berlin à travers les médias européens, Paris, L’Harmattan.

BAKHTINE Mikhaïl (1984/1979) (texte de 1952-53), traduit du russe par Alfredo AUCOUTURIER, «Les genres du discours», dans Esthétique de la création verbale, Paris, Gallimard, p. 265-308.

BHATIA Vijay K. (1997), « The power and politics of genre », World Englishers, 17, p. 359-371.

BLANCHARD Pascal et Isabelle VEYRAT-MASSON (2008), Les guerres de mémoires, Paris, La Découverte.

BOLINO, Francesca, « Trent’anni fa a Berlino il ragazzo della Ddr che vide cadere il muro », La Repubblica, 9 novembre 2019. [En ligne]. https://ricerca.repubblica.it/repubblica/archivio/repubblica/2019/11/09/trentanni-fa-a-berlino-il-ragazzo-della-ddr-che-vide-cadere-il-muroTorino17.html?ref=search. Page consultée le 25 mai 2021.

BONDI Marina (2001), English Across Genres: Language Variation in the Discourse of Economics, Modena, Edizioni II Fiorino.

BONNAFOUS Simone et Alice KRIEG-PLANQUE (2014), « L’analyse du discours », dans Stéphane OLIVESI (dir.), Sciences de l’information et de la communication, Grenoble, Presses universitaires de Grenoble, p. 223-238.

BRUNER Jérome (1986), Culture et modes de pensée. L’esprit humain dans ses œuvres, Paris, Retz éditions.

CHARAUDEAU Patrick (2006), « Discours journalistique et positionnements énonciatifs. Frontières et dérives », Semen, 22, p. 29-44. https://journals.openedition.org/semen/2793. Page consultée le 19 mai 2021.

CHARBONNEAUX Juliette (2012), « La commémoration de la chute du mur de Berlin : un événement franco-allemand ? L’exemple du traitement du monde », dans Gloria AWAD et Carmen PINEIRA-TRESMONTANT (dir.), Les commémorations de la chute du mur de Berlin à travers les médias européens, Paris, L’Harmatta, p. 33-50.

CUTCHER Leanne, Karen DALE et Melissa TYLER, (2019), « Remembering as forgetting: Organizational commemoration as a politics of recognition », Organization studies, 40(2), http://repository.essex.ac.uk/20622/7/OS-15-0493.R3%20Main%20document.pdf. Page consultée le 2 mars 2021.

DUBIED Annick (2000), « Une définition du récit d’après Paul Ricœur », Communication, 19(2), p. 45-66. https://journals.openedition.org/communication/6312. Page consultée le 19 mai 2021.

DUBIED Annik et Muriel HANOT (dir.) (1999), « Commémoration et télévision », Médiatiques. Récit et société, 17, p. 2-18. https://scholar.google.com/scholar?hl=fr&as_sdt=0%2C5&q=Comm%C3%A9moration+et+t%C3%A9l%C3%A9vision&btnG=. Page consultée le 19 mai 2021.

ECO Umberto (1985), Lector in fabula. Le rôle du lecteur, Paris, Grasset, coll. Le livre de Poche.

FABBIANO Giulia (2017), « Ce que commémorer veut dire. Le dispositif mémoriel du “cinquantième anniversaire de l’installation définitive du bachaga Saïd Boualam et ses harkis” en France », Communications, 100(1), p. 87-104. https://www.cairn.info/journal-communications-2017-1-page-87.htm. Page consultée le 19 mai 2021.

FOUCAULT Michel (2011), Leçons sur la volonté de savoir, Paris, Gallimard.

GEOANA Mircea (2019), « Treizeci de ani de libertate, demnitate şi democraţie », Adevarul, 09 novembre 2019, [En ligne]. https://adevarul.ro/news/eveniment/treizeci-ani-libertate-demnitate-democratie-1_5dc698295163ec4271d5c640/index.html. Page consultée le 25 mai 2021.

GREVISSE Benoit et Denis RUELLAN (1995), « Pratiques journalistiques et commémoration. Éléments d’une lecture du récit des festivités d’anniversaire du débarquement de Normandie », Recherches en communication, 3, p. 83-98. https://scholar.google.com/scholar?hl=fr&as_sdt=0%2C5&q=Pratiques+journalistiques+et+comm%C3%A9moration.+%C3%89l%C3%A9ments+d%E2%80%99une+lecture+du+r%C3%A9cit+des+festivit%C3%A9s+d%E2%80%99anniversaire+du+d%C3%A9barquement+de+Normandie&btnG=. Page consultée le 19 mai 2021.

HABERMAS Jürgen (1987), Théorie de l’agir communicationnel, 2, Paris, Fayard.

HALBWACHS Maurice (1997 [1950]), La mémoire collective, Paris, Albin Michel.

HYLAND Ken (2002), « Genre: Language, context, and literacy », Annual Review of Applied Linguistics, 22, p. 113-135. https://scholar.google.com/scholar?hl=fr&as_sdt=0%2C5&q=Genre%3A+Language%2C+context%2C+and+literacy&btnG=. Page consultée le 19 mai 2021.

JODELET Denise (1989), Les représentations sociales, Paris, Presses universitaires de France.

KRAWATZEK Félix et George SOROKA (2018), « Bringing the past into the present: Toward a new social scientific research area », The Journal of Politics, 80(4), http://doc.doi.org/10.1086/699333. Page consultée le 2 mars 2021.

LE Elisabeth (2010), Editorials and the Power of Media, Amsterdam, John Benjamins.

LHEUREUX Florent et Grégory LO MONACO (2011), « Hiérarchie intra-noyau et négociabilité des éléments centraux d’une représentation sociale », Les Cahiers internationaux de psychologie sociale, 3(91), p. 213-230. https://www.cairn.info/revue-les-cahiers-internationaux-de-psychologie-sociale-2011-3-page-213.htm. Page consultée le 19 mai 2021.

MAINGUENEAU Dominique (1984), Genèse du discours, Bruxelles, Pierre Mardaga éditeur.

MAINGUENEAU Dominique (2009), Les termes clés de l’analyse du discours, Paris, Éditions du Seuil.

MEDVEDEV Pavel et BAKHTINE Michaël (1928), Fromal'nyj metod v literaturovedenii (La méthode formelle en études littéraires), Leningrad, (s.e.).

MERCIER Arnaud (2006), « Logiques journalistiques et lecture événementielle des faits d’actualité », Hermès, La Revue, 46(3), p. 23-35. https://www.cairn.info/revue-hermes-la-revue-2006-3-page-23.htm. Page consultée le 19 mai 2021.

MOIRAND Sophie (2007), Le discours de la presse quotidienne. Observer, analyser, comprendre, Paris, Presses universitaires de France.

MOLINER Pascal (2008), « Représentations sociales et iconographie », Communication et organisation, 34, p. 12-23. https://journals.openedition.org/communicationorganisation/547. Page consultée le 19 mai 2021.

MOSCOVICI Serge (1961), La psychanalyse, son image et son public, Paris, Presses universitaires de France.

MOSCOVICI Serge (2000), Social Representations: Exploration in Social Psychology, Cambridge, Polity Press.

MUNGIU-PIPPIDI Alina (2019), « La 30 de ani de libertate, Vestul, mai problematic decât Estul », Adevarul, 09 novembre. [En ligne]. https://adevarul.ro/international/europa/alina-mungiu-pippidi-30-ani-libertate-vestul-mai-problematic-estul-1_5dc7051b5163ec4271d8a548/index.html. Page consultée le 25 mai 2021

NEVEU Erik (2009), Sociologie du journalisme, Paris, La Découverte.

NIEMEYER Katarina (2011), De la chute du mur de Berlin au 11 septembre 2001, Lausanne, Éditions Antipodes.

NORA Pierre (1992), Les lieux de mémoire, 3, Paris, Gallimard.

NORA Pierre (2011), Présent, nation, mémoire, Paris, Gallimard.

OBSERVER EDITORIAL (2019), « The Observer view on the anniversary of the fall of the Berlin Wall » The Guardian, 10 novembre 2019. https://www.theguardian.com/commentisfree/2019/nov/10/observer-view-on-the-anniversary-of-fall-of-berlin-wall. Page consultée le 25 mai 2021.

POHL Ines (2019), « Lupta pentru libertate nu se termină niciodată », Adevarul, 11 novembre. https://adevarul.ro/international/europa/lupta-libertate-nu-termina-niciodata-1_5dc8f60f5163ec4271e3495c/index.html. Page consultée le 25 mai 2021

RADUT-GAGHI Luciana, Denisa OPREA et Axel BOURSIER (2017), L’Europe dans les médias en ligne, Paris, L’Harmattan.

RICŒUR Paul (1983), Temps et récit I, Paris, Éditions du Seuil.

RICŒUR Paul (1991), « Événement et sens », L’espace et le temps, Actes du XXIICongrès de l’Association des sociétés de langue française, Dijon, Vrin, p. 9-21

RICŒUR Paul (2000), La mémoire, l’histoire, l’oubli, Paris, Éditions du Seuil.

RICŒUR Paul et Cornélius CASTORIADIS (2016), Dialogue sur l’histoire et l’imaginaire social, Paris, Éditions de l’EHESS.

SANGAR Eric (2015), « From “memory wars” to shared identities: Conceptualizing the transnationalisation of collective memory », La Revue Tocqueville, 36(2), p. 65-93.

SCHAEFFER Jean-Marie (1989), Qu’est-ce qu’un genre littéraire ?, Paris, Éditions du Seuil.

SCHAPP Wilhelm (1992 [1950]), Empêtrés dans des histoires, Paris, Éditions du Cerf.

THIESSE Anne-Marie (1999), La création des identités nationales, Europe XVIIIe-XXe siècle, Paris, Éditions du Seuil.

TODOROV Tzvetan (1981), Mikhaïl Bakhtine le principe dialogique, suivi de Écrits du Cercle de Bakhtine, Paris, Éditions du Seuil.

VALSINER Jaan (2000), Culture and Human Development, Londres, Sage Publications.

VERON Eliséo (1981), Construire l’événement. Les médias et l’accident de Three Mile Island, Paris, Éditions de Minuit.

WAGNER Wolfgang et al. (1999), « Theory and method of social representations », Asian Journal of Social Psychology, 2, p. 95-125.

WIEDER Thomas (2019), « Trente ans après la chute du mur de Berlin, l’héritage de la réunification continue de fragmenter l’identité allemande », Le Monde, 08 novembre. https://www.lemonde.fr/international/article/2019/11/08/en-allemagne-la-double-vie-de-l-ex-rda_6018521_3210.html. Page consultée le 25 mai 2021

WIEVIORKA Michel (2015), Retour au sens, Paris, Éditions Robert Laffont.

WILKENS Andre (2019), « Europe needs another cultural revolution. But who would lead it ? », The Guardian, 13 novembre. https://www.theguardian.com/commentisfree/2019/nov/13/europe-another-cultural-revolution-artists-writers-rock-bands. Page consultée le 25 mai 2021

Haut de page

Notes

1 Sur les écrits de Bakhtine présumés pseudonymes et le rôle de Mme Bakhtine dans la retranscription répétée du livre, voir Todorov (1981, p. 16-18).

2 J’étais étudiant à Berlin-Est en 1989 lorsque Mikhaïl Gorbatchev est venu en RDA et a averti nos dirigeants que s’ils ne changeaient pas, ils seraient dépassés par l’histoire. […] J’étais rempli d’espoir et d’anxiété. Et puis le mur est tombé : ce fut le moment décisif de ma vie. J’ai su alors que rien n’était impossible, que l’espoir avait gagné. L’Europe pouvait se réunifier en paix. Avançons jusqu’en 2019 et mes sentiments d’espoir et d’anxiété sont étrangement familiers. Un nouveau type de polarisation menace les acquis de la coopération européenne. Des niveaux inacceptables d’inégalité érodent le tissu de nos sociétés ; des fossés d’incompréhension et de méfiance divisent les citoyens et ceux qu’ils perçoivent comme des élites. (Traduction des auteurs)

3 Quel genre de pays l’Allemagne veut-elle être ? Un pays où les juifs ont peur lorsqu’ils se rassemblent dans une synagogue pour prier ? Un pays où les politiciens qui prennent position contre les idées nationalistes de droite et une politique d’exclusion craignent pour leur propre vie ? L’Allemagne veut-elle être un pays où le degré d’appartenance est mesuré par l’ethnie ou la couleur de la peau ? Sous le poids de ces questions existentielles, la joie simple et exubérante ne dominera pas l’anniversaire. […] Ces jours-ci, nous célébrons le courage du passé. J’espère trouver en lui la force de se battre pour un bon avenir, un avenir de liberté et de justice. (Traduction des auteurs)

4 L’Europe, « la libre circulation des biens et des personnes, et le processus d’élargissement de l’UE, a été, est et sera la meilleure garantie que nous puissions donner aux générations futures afin de ne pas répéter les erreurs et les horreurs du passé », a déclaré la présidente du Sénat, Elisabetta Alberti Casellati, lors de sa visite hier au Mémorial du mur de Berlin. (Traduction des auteurs)

5 Imaginez le paradoxe : peu avant cette année 1989 historique, le président des États-Unis d’Amérique Ronald Reagan s’est rendu à Berlin pour demander au secrétaire du parti communiste soviétique Mikhaïl Gorbatchev de faire tomber ce mur. Alors que le président américain Donald Trump a l’intention d’achever la construction d’un mur massif le long de la frontière mexicaine. Les contextes sont certes très différents, mais n’avons-nous rien appris de l’histoire ? (Traduction des auteurs)

6 Et nous, ceux qui avons rejoint l’Alliance il y a 20, 15 ou 10 ans, nous sommes tous des « Berlinois ». […] Les valeurs sur lesquelles la communauté de l’Atlantique Nord a été fondée font également partie de notre ADN, ceux du côté est. Elles l’ont toujours été. […] Au cours de ces 30 années qui nous séparent du moment historique que nous célébrons aujourd’hui, nous avons confirmé sans équivoque les paroles prononcées par Ronald Reagan dans son discours de Berlin de 1987 : « La liberté détermine la prospérité. La liberté remplace l’ancienne haine des nations avec la coopération et la paix. La liberté est victorieuse ». (Traduction des auteurs)

7 Malgré les divisions, la guerre froide a porté une forme d’unité dans les objectifs et les croyants – et une vision positive partagée des opportunités futures. C’est ce qui a été perdu et doit être retrouvé. (Traduction des auteurs)

8 En tirant les leçons de 1989, nous pouvons faire de cette période d’anxiété à nouveau un moment d’espoir. (Traduction des auteurs)

9 Le mur de Berlin était peur et guerre. Quand il tomba, ce fut le jour le plus heureux. (Traduction des auteurs)

10 Ce fut le moment le plus heureux de l’histoire de l’Allemagne. (Traduction des auteurs)

11 Le rideau de fer est réellement tombé. (Traduction des auteurs)

12 Dans l’ensemble, les Polonais, les Tchèques, les Lituaniens, les Hongrois et les Slovaques sont pour la plupart satisfaits du changement. La majorité des Russes, des Ukrainiens et des Bulgares préfèrent la vie dans le socialisme. Trois décennies plus tard, la convergence entre l’Europe occidentale et l’Europe orientale n’est pas encore complète, si elle le sera un jour. Mais la plupart des citoyens des États qui étaient derrière le rideau de fer sont heureux que ce mur soit tombé. (Traduction des auteurs)

13 Berlin célèbre les 30 ans de la révolution pacifique qui a fait tomber le mur. Merkel : « Souvenons-nous aussi des victimes du pogrome de “38” ». (Traduction des auteurs)

14 Comment le monde a changé après la chute du mur de Berlin. (Traduction des auteurs)

15 Trente ans de liberté, dignité et démocratie. (Traduction des auteurs)

16 lutte pour la liberté. (Traduction des auteurs)

17 retour, après des millénaires d’aliénation, à notre hymen occidental. (Traduction des auteurs)

18 trente ans depuis notre libération. (Traduction des auteurs)

19 Mais surtout pour reconstituer les étapes qui ont conduit à la construction de ce sombre mur, long de 46 km (plus une centaine de barbelés le long des frontières occidentales de la RDA) et haut de 3 à 4 m, et pour nous rappeler que de nouveaux murs continuent à diviser les peuples : Berlin 1989, Mexique 2019 — Briser les murs. (Traduction des auteurs)

20 La chute du rideau de fer a vu le marché dominer. Toutefois la protection de l'environnement est devenue une croyance rivale importante. (Traduction des auteurs)

21 Plus c’est mieux. (Traduction des auteurs)

Haut de page

Table des illustrations

Titre Tableau 1. Distribution de l’approche de l’événement par média
URL http://journals.openedition.org/communication/docannexe/image/13519/img-1.png
Fichier image/png, 250k
Titre Tableau 2. Nature de l’iconographie par média
URL http://journals.openedition.org/communication/docannexe/image/13519/img-2.png
Fichier image/png, 48k
Titre Tableau 3. Fonction principale de l’iconographie par média
URL http://journals.openedition.org/communication/docannexe/image/13519/img-3.png
Fichier image/png, 75k
Titre Tableau 4. Distribution des bénéficiaires de l’événement, par média, conformément au discours médiatique
URL http://journals.openedition.org/communication/docannexe/image/13519/img-4.png
Fichier image/png, 66k
Titre Capture d’écran 1. The Guardian, 9 novembre 2019
URL http://journals.openedition.org/communication/docannexe/image/13519/img-5.png
Fichier image/png, 27k
Titre Capture d’écran 2. Le Monde, 9 novembre 2019
URL http://journals.openedition.org/communication/docannexe/image/13519/img-6.png
Fichier image/png, 29k
Titre Capture d’écran 3. Adevărul, 10 novembre 2019
URL http://journals.openedition.org/communication/docannexe/image/13519/img-7.png
Fichier image/png, 51k
Titre Capture d’écran 4. La Repubblica, 9 novembre 2019
URL http://journals.openedition.org/communication/docannexe/image/13519/img-8.png
Fichier image/png, 23k
Titre Tableau 5. Caractéristiques d’un discours médiatique de commémoration
URL http://journals.openedition.org/communication/docannexe/image/13519/img-9.png
Fichier image/png, 117k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Axel Boursier, Luciana Radut-Gaghi et Isabelle Boyer, « Le discours médiatique de commémoration »Communication [En ligne], Vol. 38/1 | 2021, mis en ligne le 18 juin 2021, consulté le 30 juillet 2021. URL : http://journals.openedition.org/communication/13519 ; DOI : https://doi.org/10.4000/communication.13519

Haut de page

Auteurs

Axel Boursier

Axel Boursier est maître de conférences en sciences de l’information et de la communication, Cergy Paris Université. Courriel : axel.boursier@cyu.fr

Luciana Radut-Gaghi

Luciana Radut-Gaghi est maître de conférences en sciences de l’information et de la communication, Cergy Paris Université. Courriel : luciana.radut-gaghi@cyu.fr

Articles du même auteur

Isabelle Boyer

Isabelle Boyer est maître de conférences en sciences de l’information et de la communication, Cergy Paris Université. Courriel : isabelle.boyer@u-cergy.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Communication sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search