Navigation – Plan du site

AccueilNumérosVol. 38/1Hors thèmeUn tiers absent si présent

Hors thème

Un tiers absent si présent

Annick Monseigne

Résumés

En France, c’est dans les années 1960 que la presse municipale a fait son apparition. Le modèle qui répond aujourd’hui le mieux aux attentes des élus et des administrés reste bien le magazine municipal à caractère plus professionnel. Partant d’une question de recherche sur la reprise de la parole de l’autre en politique, l’auteure observe sous quelle forme les reprises de la parole des administrés sont effectuées par les élus dans le cadre des comités de rédaction et dans quelle mesure le mode et le lieu de communication influent sur les façons de représenter les propos des « tiers absents ». Les données ont été recueillies (2013) lors de réunions de comité de rédaction réalisées dans trois communes de l’agglomération bordelaise qui rassemblent élus et professionnels de la communication.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Notre distinction entre information et communication pourrait s’apparenter à celle que nous faisons (...)

1La presse municipale est un genre mixte, à mi-chemin entre information et communication1, un genre nouveau, foisonnant, aux frontières floues. En France, elle a fait son apparition dans les années 1960. D’abord privilège des grandes villes, elle concerne aujourd’hui toutes les communes de France. Le journal municipal est la première source d’information sur la vie locale.

  • 95 % des communes de plus de 5 000 habitants éditent un journal régulier, la périodicité des magazines territoriaux se maintient malgré les réductions budgétaires.

  • 97 % des collectivités qui éditent une publication disposent aussi d’outils numériques pour informer leurs habitants.

  • 46 % des collectivités éditent plusieurs publications papier destinées aux habitants (54 % en 2011).

  • 71 % des collectivités réalisent la rédaction entièrement en interne (80 % en 2011).

  • 2 Les publications de la presse territoriale émanent des collectivités, soit régionales, soit départe (...)
  • 3 Enquête CAP’COM (2017), Presse territoriale. Ni presse, ni web : bien au contraire !, http://www.ca (...)
  • 4 Délégué général de Cap’Com, réseau national des communicants publics et territoriaux.

2C’est ce que révèle dans ses grandes lignes une enquête réalisée sur la presse territoriale2, en 2017, par CAP’COM3. Issue d’une série d’études portant sur la stratégie, la communication et les publications des collectivités territoriales, cette enquête réalisée par Bernard Deljarrie4 offre une des rares visions d’ensemble de la situation actuelle de la presse municipale avec la constitution d’un panorama de cette presse. Les thèmes abordés par cette étude sont les suivants : le poids économique de la presse territoriale, l’évolution des publications, l’articulation entre journaux communaux et intercommunaux, la rédaction au sein d’un dispositif global d’information, les modes de diffusion, entre city mag et journal institutionnel.

3Mais outre la multiplication des publications et la professionnalisation des équipes de production de ces journaux, c’est également la variété des supports qui intrigue. Hebdomadaire, mensuel, bimestriel ou trimestriel, rubriques ou pas, simples comptes rendus ou articles de fond, quatre pages noir et blanc ou trente-deux pages en quadrichromie avec photos, les formules ne manquent pas… et les dénominations non plus : bulletin, journal ou magazine pour les plus courants. Par conséquent, on est en droit d’imaginer que chaque formule produit des effets différents sur les lecteurs de ces journaux municipaux. Or, si aujourd’hui le bulletin existe toujours dans les petites communes en raison de son faible coût et de sa conception artisanale, le modèle qui répond aujourd’hui le mieux aux attentes des élus et des administrés reste bien le magazine municipal à caractère plus professionnel que nous décrirons plus tard.

  • 5 Nous précisons qu’il s’agit de discours oraux prononcés en situation de travail. Durant les comités (...)
  • 6 « Par traduction on entend l’ensemble des négociations, des intrigues, des actes de persuasion, de (...)

4Notre problématique inscrit le journal municipal (Gravend, 1991 ; Boisseau, 1996) comme instrument de pouvoir des élus municipaux, acteurs représentants de l’État, en dépit des administrés, et ce, malgré le rôle exercé par les acteurs professionnels de la communication, experts de la presse municipale, censés développer la prise en compte de ces administrés. À ce stade, le mot acteur doit être pris dans sa dimension sociologique, autrement dit comme support des conduites sociales. Partant d’une question de recherche sur la reprise de la parole de l’autre en politique, c’est-à-dire celle que leur prêteraient les participants des réunions préparatoires à la publication des magazines émanant de « la mairie », nous formons l’hypothèse que l’administré, qui est absent des séances de comité de rédaction, représente un enjeu et que cet enjeu, en tant qu’abstraction présentée au niveau idéologique du récit, devient l’actant (Greimas, 1983 ; Latour, 1996, 2002). L’administré, en devenant l’objet de tous les discours5, agit en différé à travers les interventions des acteurs (élus et experts) qui lui prêtent des désirs, se posent en porte-parole, traduisent6 sa volonté et le citent régulièrement sous des dénominations différentes : « population », « gens », « jeunes », pour ne citer que les plus utilisées. Mais à aucun moment, cet administré ne peut représenter en direct la population et ses attentes. Ce « tiers absent pourtant si présent » reste une voie intéressante à exploiter, en ce sens qu’il correspond à l’instance générique que l’on appelle actant.

5Après avoir contextualisé la presse municipale, nous observerons sous quelle forme les reprises de la parole des administrés sont effectuées par les élus dans le cadre des comités de rédaction et dans quelle mesure le mode et le lieu de communication influent sur les façons de représenter les propos des êtres sans paroles (humains et non-humains), comme le suggère Michel Callon (1986) dans un travail fondateur de la sociologie de l’acteur réseau.

  • 7 Trois retranscriptions de séances de comité de rédaction d’une durée d’une heure environ, soit un t (...)
  • 8 Dans notre cas, il s’agit de commissions municipales (uniquement constituées d’élus) par opposition (...)
  • 9 Trois communes françaises de la région Nouvelle-Aquitaine situées dans le département de la Gironde (...)

6De même, nous nous intéresserons à la formulation utilisée pour représenter la parole de la population ainsi qu’au programme narratif auquel elle participe. Une lecture sémiotique de l’incarnation de l’actant lèvera le voile sur la façon dont on « fait dire » pour comprendre comment on « va faire ». Précisons que les données7 ayant servi à notre étude ont été recueillies lors de réunions de comité de rédaction (2013) réalisées dans le cadre de commissions8 information et communication de trois communes de l’agglomération bordelaise9 (moins de 10 000 habitants) qui rassemblent élus et professionnels de la communication. Dans le cadre de notre terrain d’observation, ces réunions se sont déroulées dans deux endroits très spécifiques, soit dans la salle de réunion des adjoints, soit dans le bureau du maire.

Histoire et caractéristiques de la presse municipale

L’histoire

7Avec à peine 60 ans d’existence, la presse municipale offre malheureusement peu de recul pour une analyse approfondie. Peu d’ouvrages relatent donc l’histoire de la presse municipale. Néanmoins, lorsqu’elle est abordée, c’est sous l’angle généralement de l’évolution des supports parallèlement à l’évolution taxinomique. Dans son ouvrage intitulé L’information municipale, Philippe Langenieux-Villard s’emploie dans une première partie à retracer l’historique de ces publications. Il explique donc que tout a commencé aux alentours des années 1960 avec l’apparition des premiers bulletins municipaux à caractère officiel :

Comme pour toute innovation, ses initiateurs s’imposèrent la prudence. Les maires rédigeaient eux-mêmes presque la totalité des articles, la diffusion restait faible et la périodicité était partiellement respectée : les événements créaient le journal qui paraissait donc en fonction d’eux. La prudence rédactionnelle des auteurs, leur non-professionnalisme, les difficultés d’édition locale donnaient à cette presse l’image d’une innovation, certes, mais leur conféraient aussi une dimension artisanale […] (1985, p. 16).

8Ainsi passe-t-on d’une logique de bulletin municipal — support réalisé généralement par les élus eux-mêmes — à une démarche spécifique et professionnelle de communication territoriale, dès les années 1970, avec la création des services d’information. Cette mutation donnera naissance au magazine municipal dès les années 1980, à peine trois années après les élections municipales de 1977 et parallèlement à l’arrivée en masse des professionnels de la communication. Le Rennais est né en 1969, Le Bulletin de Grenoble à la fin des années 1970, entre autres exemples. Avec ce type de publication, le contenu du journal municipal perdra progressivement son côté institutionnel au profit d’un épanouissement qui s’exprimera tant sur le plan de forme que du fond, à la manière des magazines de la presse indépendante.

9Jean-Luc Boisseau rappelle ceci dans Stratégie et tactiques de la presse territoriale :

Le magazine n’est pas une invention des institutions publiques. Le magazine est issu de l’univers des institutions privées […] le magazine est un produit qui correspond à une demande. C’est aussi un objet qui vend deux choses : de l’information et une relation. Lorsque ce produit ne répond plus à une demande d’information et de relation, il disparaît faute d’acheteurs. L’objet magazine est une création d’un système qui s’appelle le marché de la presse. En s’appropriant l’objet magazine, les institutions n’ont pas seulement copié ce qui se faisait ailleurs. Elles ont extrait un produit d’un système dont il est pourtant intimement dépendant sans s’embarrasser de savoir si le produit pouvait exister hors de ce système. Et c’est précisément sur ce point que vont peser toutes les ambiguïtés de la presse municipale (ibid., p. 17).

10Dès lors, en même temps que se développera la formule magazine, le mot information disparaîtra au profit de la communication. Aujourd’hui, la mairie n’informe plus seulement ses habitants sur les activités de la municipalité, elle veut communiquer sur ses projets et ses actions en y associant les citoyens.

11Techniques de conception et de réalisation, tactiques liées à la stratégie globale, stratégies discursives sont les angles le plus souvent choisis par les auteurs qui traitent du journal municipal. Plus rares sont les ouvrages qui s’intéressent aux acteurs et aux processus de production de ces journaux. Or, c’est précisément l’incidence des acteurs sur le contenu des journaux municipaux à travers leur engagement dans les processus de production qui a motivé la présente étude.

Les caractéristiques de la presse municipale

12Boisseau explique : « Pour que la presse municipale soit efficace, il faut que le magazine réponde à deux familles d’attentes : celles de la municipalité et celle des administrés » (ibid., p. 13).

13Répondre aux attentes de la municipalité signifie répondre aux attentes des élus. Autrement dit, les élus attendent d’un magazine qu’il réponde à des critères de lisibilité, qu’il soit donc lu par les administrés, qu’il produise des effets sur les lecteurs-administrés : faire connaître et approuver l’action des élus, la gestion, mais aussi les réalisations municipales.

14Répondre aux attentes des administrés signifie offrir une info-service à caractère pratique. C’est aussi offrir du plaisir à la population à travers la lecture du magazine municipal, ce qui implique un certain professionnalisme du support. Peut-être est-ce également répondre au besoin de proximité des administrés, à un sentiment d’appartenance à travers la construction d’une image collective. L’effet miroir fonctionne parfaitement bien, aussi est-il important que les administrés se reconnaissent dans leur magazine et qu’ils le feuillettent un peu comme un album de famille.

15Ce qui caractérise également la presse municipale, c’est son double discours. Le magazine municipal métacommunique, c’est-à-dire communique sur l’objet même de la communication, sur deux registres. Toujours selon Boisseau :

Le magazine municipal est un sceptre moderne, il légitime le statut de la municipalité en tant que détentrice du pouvoir local. Il s’aide pour cela d’une diffusion écrite de l’information locale qu’il voudrait monopoliste. Car la production et la diffusion de l’écrit impliquent une hiérarchie, une subordination de maître-auteur à sujets-lecteurs. Ainsi le magazine municipal nous rappelle, nous administrés, où nous situer et où situer le pouvoir. Dès lors, lorsqu’un groupe d’opposition critique publiquement les articles du magazine municipal, il fait autant référence au contenu des articles (la communication) qu’au support média (la métacommunication) (ibid., p. 15).

16Enfin, le magazine municipal évite l’affrontement communicationnel. Le média écrit est à sens unique, les droits de réponse sont impossibles, tout au moins dans l’instant. Le magazine municipal livre un message non discuté et évite l’affrontement communicationnel. Un magazine municipal informe, mais ne communique pas dans le sens d’un échange.

17Enfin, le magazine municipal se situe à mi-chemin entre information et communication. Contrairement au magazine de la presse indépendante, ce n’est pas un produit mais un instrument. C’est la municipalité qui fait vivre le magazine et non les lecteurs. La finalité du magazine municipal est de montrer une image aussi lisse que possible des élus et de leurs actions ; une image à la fois esthétique et rassurante. Même un directeur de la communication dont la volonté de communiquer avec la population et de lui ouvrir le plus possible les colonnes du journal ne pourra jamais complètement se défaire de cette dimension narcissique de la presse municipale. Ce qui peut amener un phénomène d’attribution du contenu de la communication à ses auteurs. Dans le même temps, le magazine municipal, parce qu’il est magazine avant d’être municipal, entre en concurrence avec les autres titres de la presse indépendante. Ainsi l’instrument devient-il victime de son origine produit ? Pour résister, il se doit donc d’adopter une morphologie en tout point semblable à celle des magazines indépendants. Niveaux de lecture, ligne graphique et autres techniques journalistiques enferment les directeurs de la communication dans une logique de presse de marché.

18Pour finir, arrêtons-nous sur le point de vue québécois qui ne se limite pas aux seuls acteurs politiques. Alain Lavigne parle plus largement d’information municipale. Il soulève la question de sa politisation tant en France qu’au Québec, tout en précisant que les communicateurs de l’information municipale en contexte québécois prônent « une information municipale plus administrative » (1995, p. 263). Selon l’auteur, elle se définit comme un service public en précisant que la première règle stipule que l’intérêt public est au centre des préoccupations du communicateur quand en France la limite entre la communication publique et la communication politique n’est pas toujours étanche. En cela, le Québec reste un modèle pour la France en matière de communication publique.

Du rôle à la fonction, de l’actant à l’acteur

  • 10 Nous précisons, à titre générique et avant toute transformation.

19Notre question de départ fait appel à deux concepts majeurs : l’acteur et l’actant. Si pour les linguistes les acteurs sont toujours des noms ou assimilés à des substantifs, inversement les noms ou sujets assument toujours la fonction d’actant. Les acteurs de Greimas (1979, 1993), comme ceux de Latour (1984) mais aussi ceux d’Akrich, Callon et Latour (2006), ne sont pas uniquement des acteurs humains, ces derniers ouvrant la définition à tout ce qui agit ou influence une action. Les actants en tant que forces agissantes du discours peuvent également être non humains (concepts abstraits, objets, animaux…) pour Greimas comme pour Latour. Arrêtons-nous quelques instants sur ce « concept nomade » qui a « fait carrière » (Fraenkel, 2012) auprès des linguistes, des sémioticiens, mais aussi des sociologues de la science et de la technique (Tesnière, Greimas, Callon, Latour, Akrich, etc.). Adaptation du concept construit par Greimas et Courtés qui conçoivent l’actant10 comme celui « qui accomplit ou subit l’acte » (1993, p. 3), pour les sociologues des sciences l’actant permet de concevoir l’action comme processus hybride mobilisant êtres, objets, textes, quand les sociologues de la technique visent le dispositif matériel et technique. Pour Callon et Latour, auteurs de la théorie de l’acteur réseau (TAR), le processus de traduction agit comme un lien entre des activités hétérogènes formant ainsi la constitution d’un réseau qui rassemblent humains et non-humains vers un même point de convergence (Point de passage obligé). Nous y reviendrons dans le cadre des perspectives que cette étude peut ouvrir.

  • 11 Nous rappelons que l’acteur se distingue de l’actant par le fait qu’il a un nom ou un rôle thématiq (...)
  • 12 Nous avons respecté la volonté des municipalités de rester non identifiables nominalement, qu’il s’ (...)

20Partant du principe que les acteurs11 sont potentiellement des actants et inversement, nous distinguons deux types d’actants : les élus municipaux et les professionnels de la communication dont nous anonymisons12 les noms, d’une part, les administrés, les lieux et les objets, d’autre part. Précisons que dans le cadre du concept d’actant emprunté par Latour (2006) à Greimas, nous nous devions de considérer l’administré tant comme lecteur-sujet capable d’agir que comme être de discours investi d’un rôle thématique et d’un rôle actantiel. Ici, le traducteur (les représentants de l’État) a pour tâche de convaincre toutes les forces agissantes et précisément les administrés de devenir les protagonistes du grand récit de l’histoire locale dont le magazine serait le reflet. Pour toutes ces raisons, nous avons décidé de mettre les administrés sur le même plan que les objets et les lieux (non-humains).

21Nous présupposons que les porte-parole, les administrés — bien qu’absents des comités de rédaction —, les lieux et les objets qui parlent au nom de l’État accomplissent un déplacement encore plus grand que les élus qui, s’ils peuvent parler d’eux-mêmes, ne peuvent pas s’auto-légitimer, sauf à faire porter les valeurs par d’autres.

22Pour mettre en perspective notre question de départ, nous avons élaboré un cadre d’analyse. Celui-ci renvoie à deux éléments autour desquels nous allons construire l’ossature de notre réflexion : les actants/acteurs humains et les actants/acteurs non humains.

Tableau 1. Synthèse du cadre d’analyse

Tableau 1. Synthèse du cadre d’analyse

23Riche des recueils de séances de travail qui se sont déroulées entre les acteurs du magazine, nous appréhendons rapidement la situation et le système d’action concret, cher à Crozier (Crozier et Frieberg, 1977), et à l’intérieur duquel les acteurs semblent évoluer. Nous nous interrogeons alors sur la manière dont les élus affirment leur autorité de représentants de l’État et leur pouvoir de décideurs locaux, à l’intérieur même des processus organisationnels de production des journaux municipaux, et ce, malgré les évolutions significatives de la presse municipale. D’un certain point de vue, nous aurions pu nous atteler à découvrir ces comités de rédaction ou instances d’élaboration des sommaires du magazine, les règles du jeu qui structurent les relations des acteurs concernés et qui conditionnent par là même leurs stratégies respectives tout en tenant compte du cadre dans lequel se déroulent les interactions, mais là n’était pas notre propos.

24Dans le même temps, nous repérons les hommes d’expertise. Intermédiaires situés entre les élus et les administrés, ils sont les professionnels de la communication détenteurs de connaissances et de savoir-faire, chargés de gérer, d’organiser et d’orchestrer les différentes partitions. De quelle manière exercent-ils leur profession à l’intérieur des comités de rédaction et à quel point jouent-ils un contre-pouvoir ? Contre-pouvoir du reste nécessaire à l’exercice de la crédibilité des hommes politiques. La tentation de chercher à découvrir leur véritable position fut grande, mais là n’était pas non plus notre priorité. Enfin, les administrés, qui sont au demeurant des citoyens souverains participant par leur vote à la démocratie, intriguaient de par leur absence en temps réel à l’intérieur des processus de production des journaux et leur présence quasi permanente en temps différé, à l’occasion par exemple des interventions des acteurs, élus ou professionnels, lors des séances de travail des comités de rédaction. La symbolique des lieux et des objets semblait jouer un rôle également important dans le domaine de l’implicite. C’est sur cette dernière partie de la problématique que nous nous sommes concentrée. L’envie de découvrir l’expression de ces différents actants, participant eux aussi à la réalité des faits, s’est donc imposée immédiatement.

25Pour résumer, quatre champs théoriques de référence participent potentiellement à notre cadre d’analyse : la systémique, la sociologie, la sémiotique et l’ethnographie (s’ouvrant à l’anthropologie) appliquées à la communication. La systémique appliquée aux sciences de l’information et de la communication propose de voir le système comme un ensemble d’éléments en interaction entre eux et en lien constant avec l’environnement (Watzlawick, 1981). Élargie à la sociologie, cette approche systémique fait précisément référence au concept d’acteur à travers l’ouvrage phare de Michel Crozier et Erhard Friedberg qui s’intéresse aux stratégies des acteurs et des relations de pouvoir (1977). Pour autant, nous limiterons l’apport de la sociologie à l’acteur réseau (Callon, dans Akrich, Callon et Latour, 2006) ou système d’actants hétérogènes en interaction les uns avec les autres et à l’observation participante (Aktouf, 1992). Nous nous concentrerons également sur l’objet sémiotique qui permettra de traverser le discours pour analyser le récit (Greimas, 1979), découvrir comment on « fait dire » pour comprendre comment on « va faire ». Quant au temps d’observation ethnographique, il visait à observer, à décrire, à noter avec finesse la situation donnée.

« Faire parler » les « sans-voix »

26Dans cette deuxième partie relative à la méthode, il reste à construire l’instrument d’observation capable de recueillir ou de produire les informations prescrites par les indicateurs que nous avons cités dans le cadre du modèle d’analyse. Dès lors, deux méthodes se présentaient à nous : l’observation directe et l’observation indirecte. Dans notre cas, nous avons établi deux grilles d’analyse composées de rubriques, de composantes, d’exemples d’items choisis et de leur fréquence d’apparition. Tandis que la première permet d’évaluer la fréquence d’apparition d’items repérés dans des phrases prononcées par les acteurs, la seconde vise à dénombrer des objets.

  • 13 Pour plus de détails, nous renvoyons aux tableaux en annexe.
  • 14 Il s’agit de repérer les différentes désignations des « administrés ».

27L’utilisation de cette première grille conduit à rapporter au nombre de phrases d’une séance le nombre d’items prononcés faisant référence13 : (i) aux élus en situation de représentation à travers leur manière de parler d’eux-mêmes et d’évoquer leurs actions municipales, (ii) aux professionnels de la communication exerçant un rôle d’expert à travers la structuration du journal et leur volonté de prendre en compte les administrés, (iii) aux administrés absents des séances de comités de rédaction mais évoqués sous différentes dénominations par les élus et les professionnels lors de ces mêmes séances de travail14.

28Au sujet de la composante relative au rappel des attentes des administrés, on note que dans le but d’établir une base de comparaison, elle apparaît aussi bien dans la catégorie des élus (première composante) que des professionnels de la communication (deuxième composante). Pour permettre de mieux évaluer la volonté du professionnel de la communication de prendre en compte les attentes des administrés, une comparaison est donc établie entre les fréquences d’apparition des items prononcés par le professionnel et par les élus. Cette même composante sert de base de comparaison pour les fréquences d’apparition des items relatifs au besoin des élus de parler d’eux et de promouvoir leurs actions. S’agissant de la seconde grille, propre aux actants-objets, elle permet de compter les objets décoratifs qui symbolisent, d’une part, l’État et, d’autre part, la population. Dans le cadre du présent article, nous ne tenons pas compte des objets relatifs à « l’inscription littéraire », selon l’expression de Latour (1996). Autrement dit, tous les objets non décoratifs tels que documents, ordinateurs ou outils de travail qui participent au domaine de l’écrit. Les meubles ou objets de mobilier ne seront pas non plus pris en compte même s’ils contribuent à caractériser les lieux.

La parole des administrés : représentations en contexte

  • 15 Nous avons conscience que, lors de la première édition de l’ouvrage de Laurence Bardin, les analyse (...)

29L’analyse de contenu (Bardin, 1977)15 est une technique de traitement des données par classification et quantification des traits d’un corpus. Elle nous permet de mettre au jour de nouvelles pistes de recherche au moyen d’une analyse narrative. Une synthèse en tableau des résultats de l’analyse de contenu des trois corpus est proposée ci-après :

Tableau 2. Synthèse des trois séances : moyenne des fréquences d’apparition (arrondie à l’unité)

Tableau 2. Synthèse des trois séances : moyenne des fréquences d’apparition (arrondie à l’unité)

30Au bout du compte, et au vu de notre problématique, nous avons pu vérifier que les administrés, absents des séances de travail des comités de rédaction et donc sans prises de parole directes et d’actions à l’instant t, ont cependant une action différée à travers les discours des acteurs à leur propos.

  • 10 % de fréquence moyenne d’apparition des items prononcés aussi bien par les élus que le professionnel de la communication évoque les administrés à travers diverses dénominations : « les gens », « la population », « les jeunes ». Cette référence aux administrés, repérée régulièrement dans les discours des élus et du professionnel de la communication, offre à ces derniers une action en temps différé tout en maintenant ces derniers à l’état d’objet sans action directe avec 0 % de prise de parole.

31En revanche, l’hypothèse que les lieux de réunion où se déroulent les séances de travail des comités de rédaction sont ornés d’objets qui symbolisent l’État et renforcent le pouvoir des élus a été infirmée.

  • 64 % des objets décoratifs des lieux de réunion symbolisent la population contre seulement 36 % qui symbolisent l’État.

32Toutefois, dans ces trois séances, on peut observer que la nature des objets semble varier en fonction du lieu : le bureau du maire ou la salle des adjoints. Les écarts sont dans ce cas très importants :

  • Exemple : 100 % d’objets symbolisant la population ont été dénombrés dans le journal de bord de la première séance de comité de rédaction qui s’est déroulée dans la salle des adjoints contre 71 % d’objets symbolisant l’État dénombrés dans le journal de bord de la troisième séance de comité de rédaction qui s’est déroulée dans le bureau du maire.

  • 16 Pour plus de détails, nous renvoyons aux tableaux en annexe.

33Conclusion : cette analyse aurait mérité de tenir compte de cette variable pour permettre d’affiner les résultats16.

Comment on « fait dire » pour comprendre comment on « va faire »

34Une nouvelle séquence s’ouvre, maintenant. Consacrée à la sémiotique, elle va nous proposer de saisir la complexité du sens. Si le parcours génératif de Greimas distingue différents niveaux d’appréhension du sens articulés entre eux, nous choisissons de rester concentrée sur le deuxième et le troisième niveau, autrement dit sur les perspectives narratives (niveau intermédiaire) et axiologiques (niveau profond). « Les oppositions fondamentales du niveau profond se convertissent en procès, des modalités déterminent les statuts des sujets et des objets, les valeurs s’incarnent dans des personnages qui les promeuvent », résument Bertrand, Dézé et Missika dans Parler pour gagner (2007, p. 9-10). Après examen du corpus, nous repérons les multiples qualifications du rôle de l’acteur administré et constatons qu’on lui fait tenir plusieurs rôles actantiels à la fois. Nous voyons se dessiner trois instances énonciatives, trois régimes narratifs enchevêtrés entre eux. Ainsi l’acte individuel d’utilisation de la langue par le traducteur (élu représentant de l’État) prendra-t-il trois formes différentes : les gens, la population, les jeunes. Soit la création d’un corps artificiel à trois têtes, une sorte de conception hobbesienne de la société, de Léviathan (1971 / 1651), « qui dit ce que sont, ce que veulent et ce que valent les autres » (Akrich, Callon et Latour, 2006, p. 11). Pour parvenir à spécifier les actants en rôles actantiels, nous utiliserons le modèle élaboré par Greimas en tenant compte de la place occupée par l’actant dans le trajet narratif, des modalités qui qualifient ces actants et de la véridiction qui organise les jeux. Selon l’enchaînement usuel sujet-objet (ici élu-magazine comme enjeu du pouvoir), nous souhaitons renverser la perspective et décrire l’action de l’objet (magazine comme enjeu du pouvoir) sur le sujet (l’élu destinateur et son adjuvant, le professionnel de la communication) pour observer la participation du sujet à l’action tout particulièrement dans la production d’une entité sémiotique (l’administré) soumise à ce que Cooren nomme la « ventriloquie » (2013) ou l’art de « faire parler ». Autrement dit, les élus sont les ventriloques des administrés quand ces derniers deviennent leurs pantins. À moins que le principe de factitivité (Deni, 2005 ; Greimas, 1983) ne fonctionne dans l’autre sens, auquel cas la réversibilité du faire inverserait le processus.

Les gens

35C’est les autres, tous les autres dont on sent qu’ils sont à la fois comme nous et très différents. Très utilisée par Jean-Luc Mélenchon lors des dernières élections présidentielles, la formule a ceci de particulier qu’elle contient à la fois le générique et le collectif. Mais revenons à notre corpus. Le premier récit détermine la compétence des administrés héros formés par leurs capacités à penser. Les élus lors de ces comités de rédaction s’interrogent : « Les gens s’en foutent des trucs techniques […] Les gens ne sont pas bêtes, ils doivent se poser des questions, ils voient fleurir parfois les équipements. » Les administrés semblent même représenter un danger quand il est question de mener une enquête sur le parking de l’école dont on aura détourné l’objectif premier. D’une enquête de satisfaction, elle devient un baromètre politique « […] ça nous permettra de savoir ce que les gens pensent aussi », voire un instrument de prévision électorale : « […] effectivement savoir recueillir hein les impressions des gens, faire remonter un peu. » Mais la manipulation ne s’arrête pas là. En transformant cette enquête en consultation, l’on fait croire (le sujet et l’adjuvant) à une forme de participation, alors qu’il s’agit d’une simple « interview », comme le précise l’un des protagonistes, soit le premier niveau de l’échelle de la participation d’Arnstein (1969) que son auteur nomme sans complaisance « niveau thérapeutique ». L’ordre du récit emblématique du genre « campagne électorale » — nous sommes à un an des dernières élections municipales — est commandé par des valeurs cibles, dont le combat. Les options tactiques dépendantes des choix stratégiques opérés au préalable se traduisent par le fait de ruser, de manipuler, de détourner pour reprendre le pouvoir et résoudre les conflits en douceur.

36Le niveau d’analyse suivant est consacré au véridictoire. Les modalités jouent un rôle important dans le langage en acte (Austin, 1971). Un rôle essentiel est ainsi attribué au savoir : « […] la véridiction est un champ de manœuvre où stratèges, tacticiens et exécutants de basses œuvres sont alternativement aux commandes », précisent Bertrand, Dézé et Missika (2007, p. 17). Ici, les coulisses sont révélatrices du discours intime des élus. Derrière cette recherche de la vérité, on sent un sujet inquiet par rapport aux compétences de l’administré et aux capacités d’action du collectif (les gens). On découvre alors des élus refusant de croire à « ce qui ne peut pas ne pas être », mais désireux de savoir « ce qui peut être ».

La population

37Dans son usage habituel, le mot désigne l’ensemble des individus habitant un territoire. Si l’on retient l’acception sociologique, une population forme une catégorie sociale, culturelle ou ethnique particulière. De leur côté, les politiques de population — souvent intégrées dans les politiques de développement d’un pays — sont définies comme les actions prises par les pouvoirs publics pour prévenir, retarder ou gérer les déséquilibres entre l’évolution démographique et les objectifs économiques, environnementaux, sociaux et politiques.

38Véritable enjeu global, la population peut parfois être le lieu d’interventions autoritaires et abusives. En quittant la consonance statistique pour un sens plus politique, nous abordons la question de l’influence exercée par les politiques sur la population, dont la principale compétence est la capacité à s’adapter… ou à résister. Dans la première retranscription, une interview est jugée comme principe de participation : « Oui ce que tu proposes là… c’est donc de faire participer la population. » Dans la suivante, un article sur le budget aborde la transparence comme une sorte de moralisation d’apparat :

On est transparent là-dessus, on s’est adressé à la population… qui veut savoir. Ils pourront encore venir les voir [les chiffres], c’est passé dans Sud-Ouest, il a été voté [le budget], d’ailleurs, personne n’a voté contre, c’est historique dans la commune.

39Au bout du compte, c’est un peu comme si le dévoilement suffisait à fausser le jeu. S’agissant d’un possible article sur le service public, l’adjoint à la communication déclare : « Ça les intéresse, à la population, de voir qu’on s’occupe du personnel, et puis qu’il grandit, essayer d’améliorer tout, quoi… » Une fois de plus, nous sommes face à un processus de la légitimation des acteurs politiques. Transmission du savoir, la véridiction pose ici la loyauté comme trait premier et met au jour des effets de vérité soumis aux manipulations du « faire croire ».

Les jeunes

  • 17 Association qui travaille à l’organisation d’échanges internationaux, que ce soit dans le cadre de (...)

40Terme souvent utilisé pour signifier a minima un public qui n’est pas considéré comme adulte. Selon Agnès Pecolo, spécialiste des problématiques intergénérationnelles, « […] les jeunes ne sont jamais des publics acquis. Succès fulgurants et échecs cuisants cohabitent » (2017). Stratégiquement parlant, les élus ont tendance à draguer l’électorat jeune souvent taxé de public volatil et changeant. De son côté, Damon Mayaffre, linguiste spécialiste de l’analyse des discours politiques, relève dans Paroles de président (2004) que le discours de Jacques Chirac (corpus 1995-2003) est « frappé de jeunisme » : « […] après “naturellement” et “aujourd’hui”, le mot le plus caractéristique du président est le nom masculin, pluriel ou singulier “jeune(s)” […]. » En effet, comme nous le rappelle Mayaffre, « aucun choix linguistique n’est innocent politiquement » (2004, p. 140). Les comités de rédaction des trois communes girondines nous le prouvent à travers leurs récits respectifs. « […] il faudrait qu’on ait des jeunes », lance un élu d’un des comités de rédaction. Un autre élu relance : « […] il n’y aurait pas des jeunes dans la commune qui seraient interwievables ? » Réponse : « Des jeunes, il y en a… hehe (rire)… Ils aiment s’exprimer aussi… hehe (rires). » Pour conclure, il sera convenu que le nouvel animateur du Point-Jeunes sera interviewé. Le comité de rédaction suivant envisage de faire un dossier sur les jeunes de Concordia17 : « Cette année, c’est mieux, on a appelé Sud-Ouest, on va en reparler… Et toi (un élu s’adressant au professionnel), tu vas pouvoir faire la couverture avec eux […]. En débroussaillant le bois ou […] poser devant le château. » Le professionnel répond : « Non on va essayer de les mettre plutôt en action, ce serait mieux quand même. » L’élu :

Ils sont pas beaucoup. A oui, tu leur dis à la limite, parce qu’ils s’en foutent, mettez-vous tous dans le même carré de bois. Deux Slovaques, trois Mexicains, un Allemand, une Américaine, deux Canadiennes, un Français, ça fait deux, trois, cinq, six, sept, huit, neuf, enfin dix, ils sont.

41Le dernier comité de rédaction discute de sa rubrique « Jeunes » : « Tu sais, on a fait sur le tabac, l’alcool, les drogues, les MST, heu… mais pour boucher ce mois de juillet, on peut faire les Olympiades. » Puis s’enclenche une discussion sur le point rencontre jeunes :

Hier, je les avais enrôlés, moi, pour la fête locale, pour lundi après-midi, pour les jeux pour les enfants. […] Et l’effet induit, ce sera que ces jeunes qui auront participé, s’ils voient leurs confrères, leurs collègues dégrader comme ils nous ont fait cette année, ils auront peut-être envie de faire l’ordre eux-mêmes.

42Ici, nous avons la sensation de plonger dans l’intimité des élus. La vérité se situe alors dans l’authenticité du jugement, c’est comme si l’être régissait le paraître. Le ton devient familier, parfois presque dénué de toute émotion, quasi mécanique. En citant des séries de chiffres ou des noms de peuples, c’est une évidence, voire une direction de vie qui est imposée. On sent une tendance à dominer, à stigmatiser et à exclure. Au-delà du « faire croire », c’est la problématique de « l’être » qui est posée.

Conclusion

43Au stade ultime de cette étude, nous allons dégager les éléments de réponse qui ont pu être établis, les synthétiser et suggérer les perspectives que ces réponses ouvrent. Si cette étude a confirmé le besoin des élus de paraître en parlant d’eux mais aussi de leurs actions, il ne faut pas en déduire pour autant que les élus ne se soucient pas des attentes des administrés puisque le propre de leur mission, ce pour quoi ils ont été élus, est précisément d’y répondre.

44Ces résultats ne concernent bien entendu que le journal dont la mission première apparente est d’informer et la seconde, plus stratégique, de défendre une politique. Le journal ou magazine municipal n’est pas un produit, mais un instrument qui répond à l’offre. Les informations sont celles que la municipalité désire communiquer et la relation, celle que la municipalité impose. Cet instrument ressemble un peu à un miroir dans lequel les élus aiment à se regarder. Une dimension narcissique face à laquelle les professionnels de la communication ont bien du mal à résister. Ainsi les résultats ont-ils révélé une tendance relativement forte des élus, acteurs de l’État, à imposer dans les journaux municipaux des sujets se rapportant davantage à eux et à leurs actions qu’aux administrés et à leurs centres d’intérêt. Si l’on devait conceptualiser ce type de presse municipale, on pourrait l’apparenter à un modèle de communication linéaire, un instrument du pouvoir qui se manifeste par une information descendante, comme nous l’avions suggéré dans la question de départ.

  • 18 La notion d’intelligence collective reste difficile à cerner, pour autant nous référons aux auteurs (...)

45Au vu de cette étude, on peut en déduire que tandis que le professionnel de la communication a tendance à réduire le déséquilibre de cette relation municipalité-administrés inhérente au journal municipal, les élus, eux, ont tendance à rompre cette relation pour imposer avec une certaine fermeté leur vision de la réalité. Toutefois, trois séances de comité de rédaction n’ont pas de valeur vraiment représentative. Il aurait donc été nécessaire de collecter d’autres séances de comité de rédaction réalisées dans des communes de taille moyenne et au-delà (plus de 10 000 habitants) pour tirer des conclusions. Nous pourrions proposer en suite logique de cet article une série d’entretiens sur les administrés pour démontrer qu’outre le rôle d’actant que leur attribuent les acteurs du journal municipal, ils sont également des récepteurs actifs, des acteurs sociaux qui s’expriment en dehors des processus de production classiques du journal municipal. Comment s’expriment-ils en tant que lecteurs ? Quels sont les chenaux de la critique : diffusion propre, relations interpersonnelles, débats, rencontres informelles ? Comment font-ils preuve d’organisation pour faire remonter l’information et faire connaître leurs attentes ? Comment en tant que citoyens résistent-ils à l’information linéaire et quels usages font-ils du journal ? Existe-t-il une intelligence collective18 capable de servir une réflexion partagée, un objectif commun ?

Point de passage non obligé mais recommandé

46Autre tentation de poursuivre le travail : appliquer le Point de passage obligé (Ppo) de Callon relevé dans son célèbre article sur la « Domestication des coquilles Saint-Jacques et des marins pêcheurs dans la baie de Saint-Brieuc » (1986, p. 183). Dans notre cas, nous proposons un Point de passage non obligé mais recommandé pour mieux établir de façon hypothétique ce qui pourrait lier les actants des comités de rédaction des journaux municipaux. Ainsi, si les élus cherchent à conserver leur pouvoir, si les communicants jouent le contre-pouvoir pour réguler, si les administrés acceptent non plus de déléguer entièrement leur pouvoir, mais de collaborer aux prises de décisions, si les lieux et les objets symbolisent et représentent l’État mais aussi les citoyens, alors l’ensemble des actants pourrait être amené à accepter de chercher la réponse à la question : une construction négociée de la réalité est-elle possible ? À condition, toutefois, que « le langage humain puisse construire la réalité ». Vaste question à débattre.

Graphique 1. Le Point de passage obligé (Ppo) de Callon (1986) revisité

Graphique 1. Le Point de passage obligé (Ppo) de Callon (1986) revisité
Haut de page

Bibliographie

AKRICH Madeleine, Michel CALLON et Bruno LATOUR (2006), Sociologie de la traduction, Paris, École des mines de Paris.

AKTOUF Omar (1992), Méthodologie des sciences sociales et approche qualitative des organisations, Québec, Presses de l’Université du Québec.

ARNSTEIN Sherry R. (1969), « A ladder of citizen participation », Journal of the American Planning Association, 35, p. 216-224.

AUSTIN John Langshaw (1970), Quand dire, c’est faire, Paris, Seuil.

BARDIN Laurence (1977), L’analyse de contenu, Paris, Presses universitaires de France.

BERTRAND Denis, Alexandre DÉZÉ et Jean-Louis MISSIKA (2007), Parler pour gagner. Sémiotique des discours de la campagne présidentielle de 2007, Paris, Presses de Sciences Po.

BOISSEAU Jean-Luc (1996), Stratégie et tactiques de la presse territoriale, Paris, LGDJ.

CALLON Michel (1986), « Éléments pour une sociologie de la traduction. La domestication des coquilles Saint-Jacques et des marins pêcheurs dans la baie de Saint-Brieuc », L’Année sociologique, 35, p. 169-208.

COOREN François (2013 / 2010), Manières de faire parler. Interaction et ventriloquie, Lormont, Le Bord de l’eau, Coll. Perspectives anthropologiques.

CROZIER Michel et Erhard FRIEBERG (1977), L’acteur et le système, Paris, Seuil.

DENI Michela (2005), « Les objets factitifs », dans Jacques FONTANILLE et Alessandro ZINNA (dir.), Les objets au quotidien, Limoges, Presses universitaires de Limoges, p. 79-96.

FRAENKEL Béatrice (2012), « Actant, un concept nomade », dans Frédéric DARBELLAY (dir.), La circulation des savoirs, Berne, Peter Lang.

GRAVEND Jacques (1991), Le journal municipal, Paris, CFPJ.

GREIMAS Algirdas Julien et Joseph COURTÉS (1993 / 1979), Sémiotique. Dictionnaire raisonné de la théorie du langage, Paris, Hachette.

GREIMAS Algirdas Julien (1983), Du sens II. Essais sémiotiques, Paris, Seuil.

HOBBES Thomas (2000 / 1651), Léviathan ou matière, forme et puissance de l’État chrétien et civil, traduit par Gérard MAIRET, Paris, Gallimard, Coll. Folio essais.

LANGENIEUX-VILLARD Philippe (1985), L’information municipale, Paris, Presses universitaires de France.

LATOUR Bruno (2002), La fabrique du droit, Paris, La Découverte.

LATOUR Bruno et Steve WOOLGAR (1996), La vie de laboratoire, la production des faits scientifiques, Paris, La Découverte.

LAVIGNE Alain (1995), « Élus, communicateurs et publics : discours et arguments sur l’information municipale », Hermès, 16, p. 259-270. https://scholar.google.com/scholar?hl=fr&as_sdt=0%2C5&q=%C3%89lus%2C+communicateurs+et+publics+%3A+discours+et+arguments+sur+l%E2%80%99information+municipale&btnG=. Page consultée le 12 mai 2021.

MAYAFFRE Damon (2004), Paroles de président, Paris, Champion.

PECOLO Agnès (2017), « Jeune public », notice dans Publictionnaire. Dictionnaire encyclopédique et critique des publics, mis en ligne le 6 juin, http://publictionnaire.huma-num.fr/notice/jeune-public/. Page consultée le 4 février 2021.

TÉTU Jean-François (1995), « La ville dans la presse régionale quotidienne », Les Chemins de la recherche, numéro spécial « Ville et information », 3, p. 37-54. https://scholar.google.com/scholar?hl=fr&as_sdt=0%2C5&q=La+ville+dans+la+presse+r%C3%A9gionale+quotidienne&btnG=. Page consultée le 12 mai 2021.

WATZLAWICK Paul, Janet HELMICK BEAVIN et Donald DON JACKSON (1972), Une logique de communication, Paris, Seuil, Coll. Points.

Haut de page

Annexe


Tableau 3. Séance de comité de rédaction no 1

Tableau 3. Séance de comité de rédaction no 1

a) Pourcentage calculé par rapport au nombre de phrases prononcées par chaque partie concernée

b) Rubriques citées aussi bien par les professionnels que par les élus

c) Pourcentage calculé par rapport au nombre total de phrases (phrase prononcées par les élus + phrases prononcées par le professionnel)

d) Les administrés ne participent pas aux séances de travail des comités de rédaction

Nombre de phrases prononcées par les élus (43) et nombre de phrases prononcées par le professionnel (26)

Tableau 4. Séance de comité de rédaction no 2

Tableau 4. Séance de comité de rédaction no 2

a) Pourcentage calculé par rapport au nombre de phrases prononcées par chaque partie concernée

b) Rubriques citées aussi bien par les professionnels que par les élus

c) Pourcentage calculé par rapport au nombre total de phrases (phrases prononcées par les élus + phrases prononcées par le professionnel)

d) Les administrés ne participent pas aux séances de travail des comités de rédaction

Nombre de phrases prononcées par les élus (150) et nombre de phrases prononcées par le professionnel de la communication (143)

Tableau 5. Séance de comité de rédaction no 3

Tableau 5. Séance de comité de rédaction no 3

a) Pourcentage calculé par rapport au nombre de phrases prononcées par chaque partie concernée

b) Rubriques citées aussi bien par les professionnels que par les élus

c) Pourcentage calculé par rapport au nombre total de phrases (phrase prononcées par les élus + phrases prononcées par le professionnel)

d) Les administrés ne participent pas aux séances de travail des comités de rédaction

Remarque : Nombre de phrases prononcées par les élus (95) ; nombre de phrases prononcées par le professionnel de la communication (93)

Tableau 6. Journal de bord no 1. Liste des objets décoratifs de la salle des adjoints

Tableau 6. Journal de bord no 1. Liste des objets décoratifs de la salle des adjoints

a) Pourcentage par rapport au nombre total d’objets

Tableau 7. Journal de bord no 2. Liste des objets décoratifs de la salle des adjoints

Tableau 7. Journal de bord no 2. Liste des objets décoratifs de la salle des adjoints

a) Pourcentage par rapport au nombre total d’objets

Tableau 8. Journal de bord no 3. Liste des objets décoratifs du bureau du maire

Tableau 8. Journal de bord no 3. Liste des objets décoratifs du bureau du maire

Pourcentage par rapport au nombre total d’objets

Haut de page

Notes

1 Notre distinction entre information et communication pourrait s’apparenter à celle que nous faisons entre le « contenu » et la « relation » selon l’axiome avancé par Watzlawick dans Une logique de communication (1972).

2 Les publications de la presse territoriale émanent des collectivités, soit régionales, soit départementales, soit municipales. Elles sont à différencier de la presse quotidienne régionale française qui traite de l’actualité locale, régionale et nationale (journal quotidien Ouest-France ou Sud-Ouest, par exemple). La presse municipale fait donc partie de la presse territoriale française. Si la presse municipale repose sur un phénomène à la fois de délocalisation des contenus et de surlocalisation de la vie micro-locale (vie associative, par exemple), à l’inverse, la presse quotidienne régionale a pour particularité de pratiquer une localisation forte de micro-phénomènes locaux (multiplicité d’articles brefs). Sur ce point, nous renvoyons à l’article de Jean-François Tétu (1995).

3 Enquête CAP’COM (2017), Presse territoriale. Ni presse, ni web : bien au contraire !, http://www.cap-com.org/la-presse-territoriale-en-chiffres, page consultée le 20 février 2019.

4 Délégué général de Cap’Com, réseau national des communicants publics et territoriaux.

5 Nous précisons qu’il s’agit de discours oraux prononcés en situation de travail. Durant les comités de rédaction, ces discours sont soumis à des mécanismes de planification et à une juxtaposition d’interventions individuelles. Malgré la programmation (arrêter le contenu du prochain numéro, veiller à la cohérence de la ligne éditoriale, répartir des tâches) imposant la succession temporelle d’actions, nous avons observé que le degré d’interactivité entre les membres restait élevé. Nous examinerons ces discours en tant que narration pour mieux accéder aux personnages en scène.

6 « Par traduction on entend l’ensemble des négociations, des intrigues, des actes de persuasion, des calculs, des violences grâce à quoi un acteur ou une force se permet ou se fait attribuer l’autorité́ de parler ou d’agir au nom d’un autre acteur ou d’une autre force […] » (Akrich, Callon et Latour, 2006, p. 12-13).

7 Trois retranscriptions de séances de comité de rédaction d’une durée d’une heure environ, soit un total de données textuelles de 45 405 signes. La première séance a eu lieu le 23 mai 2013 à 19 h dans la salle de réunion des adjoints en présence de l’adjoint à la communication, d’un professionnel de la communication et d’un stagiaire de l’agence de communication. La deuxième séance a eu lieu le 29 juillet à 19 h 15 dans le bureau du maire en présence de l’élu chargé de la communication et du professionnel de la communication. La troisième séance a eu lieu le 31 juillet 2013 à 19 h dans la salle de réunion des adjoints. Séance exceptionnelle puisque dix élus étaient présents dont le maire, l’élu à la communication et le professionnel de la communication. Une réunion des adjoints ayant eu lieu juste avant la séance de comité de rédaction, le maire les a donc conviés à la relecture du journal et à l’élaboration du prochain sommaire.

8 Dans notre cas, il s’agit de commissions municipales (uniquement constituées d’élus) par opposition aux commissions extra-municipales (composées d’élus, mais ouvertes aux administrés).

9 Trois communes françaises de la région Nouvelle-Aquitaine situées dans le département de la Gironde près de Bordeaux.

10 Nous précisons, à titre générique et avant toute transformation.

11 Nous rappelons que l’acteur se distingue de l’actant par le fait qu’il a un nom ou un rôle thématique.

12 Nous avons respecté la volonté des municipalités de rester non identifiables nominalement, qu’il s’agisse des données primaires ou secondaires.

13 Pour plus de détails, nous renvoyons aux tableaux en annexe.

14 Il s’agit de repérer les différentes désignations des « administrés ».

15 Nous avons conscience que, lors de la première édition de l’ouvrage de Laurence Bardin, les analyses de contenu des médias avaient une origine nord-américaine déjà bien connue que l’on retrouve aujourd’hui chez les successeurs des chercheurs de l’époque : Berelson, Janis, Lasswell, Lazarsfeld, pour ne citer qu’eux. Enfin, le choix d’un petit corpus ne nous a pas permis de proposer une analyse systématique et contextualisée, en prenant appui, par exemple, sur les outils de Catherine Kerbrat-Orecchioni.

16 Pour plus de détails, nous renvoyons aux tableaux en annexe.

17 Association qui travaille à l’organisation d’échanges internationaux, que ce soit dans le cadre de volontariat à court terme (les chantiers) ou de volontariat à moyen ou à long terme.

18 La notion d’intelligence collective reste difficile à cerner, pour autant nous référons aux auteurs en sciences de l’information et de la communication inscrits dans la lignée des travaux sur l’intelligence collective et les groupes de travail de Meunier, Bonabeau, Lévy, Besson ou Penaleva.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Tableau 1. Synthèse du cadre d’analyse
URL http://journals.openedition.org/communication/docannexe/image/13679/img-1.png
Fichier image/png, 123k
Titre Tableau 2. Synthèse des trois séances : moyenne des fréquences d’apparition (arrondie à l’unité)
URL http://journals.openedition.org/communication/docannexe/image/13679/img-2.png
Fichier image/png, 66k
Titre Graphique 1. Le Point de passage obligé (Ppo) de Callon (1986) revisité
URL http://journals.openedition.org/communication/docannexe/image/13679/img-3.png
Fichier image/png, 90k
Titre Tableau 3. Séance de comité de rédaction no 1
Légende a) Pourcentage calculé par rapport au nombre de phrases prononcées par chaque partie concernée
URL http://journals.openedition.org/communication/docannexe/image/13679/img-4.png
Fichier image/png, 283k
Titre Tableau 4. Séance de comité de rédaction no 2
Légende a) Pourcentage calculé par rapport au nombre de phrases prononcées par chaque partie concernée
URL http://journals.openedition.org/communication/docannexe/image/13679/img-5.png
Fichier image/png, 262k
Titre Tableau 5. Séance de comité de rédaction no 3
Légende a) Pourcentage calculé par rapport au nombre de phrases prononcées par chaque partie concernée
URL http://journals.openedition.org/communication/docannexe/image/13679/img-6.png
Fichier image/png, 242k
Titre Tableau 6. Journal de bord no 1. Liste des objets décoratifs de la salle des adjoints
Légende a) Pourcentage par rapport au nombre total d’objets
URL http://journals.openedition.org/communication/docannexe/image/13679/img-7.png
Fichier image/png, 46k
Titre Tableau 7. Journal de bord no 2. Liste des objets décoratifs de la salle des adjoints
Légende a) Pourcentage par rapport au nombre total d’objets
URL http://journals.openedition.org/communication/docannexe/image/13679/img-8.png
Fichier image/png, 58k
Titre Tableau 8. Journal de bord no 3. Liste des objets décoratifs du bureau du maire
Légende Pourcentage par rapport au nombre total d’objets
URL http://journals.openedition.org/communication/docannexe/image/13679/img-9.png
Fichier image/png, 90k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Annick Monseigne, « Un tiers absent si présent »Communication [En ligne], Vol. 38/1 | 2021, mis en ligne le 15 juin 2021, consulté le 02 août 2021. URL : http://journals.openedition.org/communication/13679 ; DOI : https://doi.org/10.4000/communication.13679

Haut de page

Auteur

Annick Monseigne

Annick Monseigne est maître de conférences en sciences de l’information et de la communication et membre du Laboratoire MICA à l’Université Bordeaux Montaigne. Courriel : annick.monseigne@iut.u-bordeaux-montaigne.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Communication sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search