Navigation – Plan du site

AccueilNumérosVol. 38/1Hors thèmePouvoir à deux têtes

Hors thème

Pouvoir à deux têtes

Sacralisation de l’image de Noursoultan Nazarbayev après son départ du poste du président du Kazakhstan
Elmira Prmanova

Résumés

Cet article analyse les discours des médias numériques kazakhs permettant de maintenir et de renforcer la sacralisation de l’image, dans l’espace public, médiatique et numérique, ainsi que dans la conscience des citoyens kazakhs, de Noursoultan Nazarbayev, premier président du Kazakhstan. Depuis plus de 30 ans, le Kazakhstan se revendique un pays démocratique et possédant toutes les composantes d’un régime démocratique. L’auteure cherche à montrer la cohésion et en même temps la contradiction des processus autoritaires et démocratiques au sein d’un même espace public et médiatique.

Haut de page

Texte intégral

1Noursoultan Nazarbayev est le premier président du Kazakhstan moderne. Il a été élu le 1er décembre 1991 et largement réélu à quatre reprises : le 10 janvier 1999, le 4 décembre 2005, le 3 avril 2011 et le 26 avril 2015. Le 19 mars 2019, Nazarbayev annonce sa décision de quitter le pouvoir sans terminer son mandat présidentiel. Dans son discours officiel, il n’évoque pas les raisons de sa décision, mais dit : « J’ai pris une décision compliquée pour moi-même — démissionner de mon poste de président de la République du Kazakhstan. » Il revient sur les années de sa présidence, souligne la transition démocratique et constitutionnelle du pouvoir et parle de l’avenir politique, mais n’énonce pas clairement les raisons qui l’ont poussé à démissionner.

2Pendant sa gouvernance de près de 30 ans, l’espace public officiel s’est consolidé, fusionnant les caractéristiques de l’espace public libre avec le contrôle, la propagande, la répression sévère des opinions allant à l’encontre du pouvoir officiel, ainsi que la sacralisation du président et de son image.

3La sacralisation de Nazarbayev renvoie à la création d’une image forte à travers des mises en scène de sa supériorité politique, des représentations symboliques de son autorité et des dispositifs législatifs. En 2010, une loi « Sur le Premier Président » a accordé à Nazarbayev le statut de Leader de la Nation (Yelbasy en kazakh). Cette loi prévoit l’immunité à vie pour Nazarbayev : il ne peut pas être arrêté, détenu, fouillé ou interrogé. Cette immunité s’applique à sa personne, à ses biens immobiliers ainsi qu’à tous les membres de sa famille. Nazarbayev et sa famille disposent également de la garantie de protection de leurs comptes bancaires. Nazarbayev détient aussi le titre de « Héros du peuple » avec une Étoile d’or et l’ordre Otan (trad. en kazakh — Patrie).

  • 1 Ce pic était anciennement appelé pic de Komsomol.

4Sa sacralisation symbolique est représentée à travers l’attribution de son nom à des rues, à des places et à des parcs dans tout le pays. L’Université nationale de la défense, les écoles intellectuelles et une université d’enseignement supérieur portent le nom du premier président, tout comme l’aéroport international de la capitale. En outre, les musées nationaux lui consacrent des expositions permanentes ou des salles entières. La capitale du Kazakhstan possède un Centre Nazarbayev et une Bibliothèque du Premier Président. La ville de Temirtaou, où Nazarbayev a commencé sa carrière, dispose d’un centre historique et culturel qui lui est dédié. Le village de Shamalgan, où Nazarbayev est né, a un Musée du Premier président. Depuis 1998, un pic sur le versant nord de la crête du Tien Shan de Zailiysky Alatau porte le nom de Nazarbayev1. Même les fleurs portent son nom : en 2014, une variété de tulipes hollandaises s’est vu s’attribuer le nom du premier président kazakh, tout comme ce fut le cas d’une variété de chrysanthèmes japonais en 2016.

5L’attribution du prénom de Nazarbayev à la capitale du Kazakhstan constitue le couronnement de cette sacralisation. Depuis le 23 mars 2019, Astana est devenu Nour-Sultan.

6Ces moyens de la sacralisation ont été mis en place pendant la gouvernance de Nazarbayev. Nous nous interrogeons sur l’existence de cette sacralisation après son départ : a-t-elle évolué ? Si oui, comment ? Quelles sont les modalités de sa construction ?

7Le présent article analyse la construction de la sacralisation de l’ancien président dans un pays se revendiquant démocratique depuis plus de 30 ans et possédant toutes les composantes d’un régime démocratique (un président élu au suffrage universel direct, une Constitution, une séparation des pouvoirs, l’existence d’institutions démocratiques, la liberté d’expression, l’ouverture et la transparence). De plus, cet article propose d’observer la construction de la continuité démocratique du pouvoir dans le contexte de l’espace public officiel. L’objectif est d’analyser les mécanismes de production des discours permettant de maintenir et de renforcer la sacralisation de l’image de Nazarbayev dans l’espace public, médiatique et numérique ainsi que dans la conscience symbolique des citoyens kazakhs. En outre, cet article cherche à montrer la cohésion et en même temps la contradiction des processus autoritaires et démocratiques au sein du même espace public et médiatique.

8La figure de Nazarbayev est interrogée en tant qu’acteur dominant au sein de l’espace public et médiatique qui est à l’origine même du système de construction de sacralisation de son image et de l’autoritarisme du système politique kazakh. Il est analysé en tant que premier président du Kazakhstan indépendant qui cherche à faire perdurer son contrôle sur le pays même après son départ.

9La sacralisation de son image est saisie à partir de trois événements d’une grande importance dans la vie politique du pays : l’annonce du départ de Nazarbayev, le jour du scrutin dans le cadre de la campagne électorale qui a eu lieu, pour la première fois dans l’histoire du Kazakhstan indépendant, en absence de Nazarbayev et la fête du Premier Président. Cet article vise également à rendre compte du contexte de ces événements, à savoir le développement de l’espace public et son influence sur la construction de la sacralisation de Nazarbayev.

10Pour répondre à ces objectifs, nous analysons les discours des médias numériques kazakhs et leurs stratégies de sacralisation de l’image de Nazarbayev. En effet, les médias numériques sont des acteurs importants de la construction médiatique en raison de leur facilité d’accès (ils sont gratuits et accessibles), de leur réaction (ils réagissent vite à l’émergence d’un événement), de leur popularité (les citoyens kazakhs s’informent plus facilement par les médias numériques que par les médias classiques). De plus, les médias numériques représentent à la fois le résultat du développement de l’espace public et sont un acteur de la circulation des contenus dans cet espace public.

11Nous présentons d’abord le paysage médiatique du Kazakhstan, le corpus constitué et le contexte des événements choisis ainsi que la méthodologie utilisée et les concept-clés qui sous-tendent l’analyse. Ensuite, nous évoquons l’espace public officiel et la sacralisation de Nazarbayev pendant ses années au pouvoir. Enfin, nous présentons les résultats de l’analyse de discours des médias numériques kazakhs à propos des trois événements choisis.

Contexte

Paysage médiatique kazakh

12La base législative du fonctionnement des médias kazakhs est la Constitution kazakhe de 1995 et la Loi sur les médias de masse de 1991 et de 1999. La Constitution proclame la liberté d’expression et de l’information, l’interdiction de la censure et le droit de chacun de recevoir et de diffuser librement une information dans les limites définies par la loi (texte de la Constitution).

13Le 7 avril 2020, le gouvernement a rendu un décret sur « La réalisation du plan national de développement de l’information pour les années 2020-2022 ». Les objectifs de ce plan sont d’accroître la compétitivité des médias nationaux, de développer le capital humain, d’améliorer la réglementation juridique de la sphère de l’information (texte du décret). Le décret vise également l’augmentation de 70 % de la consommation des contenus nationaux médiatiques par les citoyens avant 2023 et l’augmentation de 70 % du niveau de satisfaction de la couverture médiatique de la politique d’État d’ici 2023 (texte du décret).

14Ce même décret souligne que le développement du journalisme en ligne a formalisé un environnement médiatique à part entière, ce qui a permis à KazNet (segment kazakh d’Internet) de faire partie de l’espace international d’information (texte du décret).

15Deux processus contradictoires au premier abord, mais explicables du fait de l’existence de l’espace public officiel (nous y reviendrons plus loin dans l’article) sont à observer : d’un côté, le contrôle et les sanctions et, de l’autre côté, le développement quantitatif et technique des médias ainsi que l’amélioration de la qualité des contenus médiatiques.

16Le contrôle des médias est encadré par les textes législatifs, par exemple la loi sur la sécurité nationale : « […] un texte adopté en juin 1998 permet au procureur général de suspendre sans préavis l’activité d’un média en arguant d’une menace à la sécurité nationale » (Laruelle et Peyrouse, 2006, p. 39). En effet, les critères définissant la nature des contenus menaçant la sécurité nationale sont flous, ce qui permet de les interpréter librement. Une autre loi permettant de contrôler les médias porte sur « la dignité et l’honneur du président » et donne la possibilité à la justice d’interdire la parution de tout titre qui critiquerait le président ou sa politique. Le contrôle des médias est également effectué à travers les commandes étatiques. L’État commande des contenus auprès des médias dans l’objectif de garantir la politique informationnelle des citoyens.

17Enfin, une autre particularité de la législation kazakhe est l’obligation des médias à diffuser des annonces officielles du pouvoir. Ainsi l’article 18 de la Loi sur les médias de masse prévoit-il que « les annonces officielles des organes étatiques doivent être diffusées par les médias selon la législation du Kazakhstan » (texte de loi). Cette obligation peut entraîner des pressions sur les médias indépendants ou oppositionnels, ou même provoquer leur fermeture en raison du non-respect de cette loi.

18Malgré ces réglementations très contraignantes, après l’indépendance, les médias kazakhs sont en évolution progressive. À partir de 1998, on parle du « progrès médiatique » : l’apparition de nouvelles chaînes de télévision et de radio, de journaux et de magazines (Abylkhozhin, 2010). Ce progrès concerne les médias publics et privés. À partir de 2008, les médias numériques commencent à émerger dans le paysage médiatique kazakh (id.).

19Selon le ministère de l’Information et du Développement social de la République du Kazakhstan, en date de 10 janvier 2020, le pays compte 3 669 médias, dont 2 964 sont des médias de presse, 161, des chaînes télévisées, 73, des chaînes de radio et 471, des médias numériques (site du Ministère).

20La popularité et l’utilisation des médias numériques dans la population sont en hausse. En effet, ceux-ci permettent la diffusion des contenus médiatiques jusqu’à l’utilisateur final et l’interaction avec lui. D’ailleurs, la possibilité de personnalisation d’un fil d’actualité permet de construire son propre réseau d’information médiatique en ligne. Les citoyens ont la possibilité de s’informer et de s’exprimer sur Internet, à travers les réseaux sociaux, les plateformes numériques, les portails et les médias numériques.

21Il faut noter que selon les amendements du 3 mai et du 10 juillet 2009 apportés à la Loi sur les médias de masse, tous les médias numériques, les portails et même les sites, les blogues, les bibliothèques en ligne et les boutiques en ligne sont considérés comme des médias de masse avec la même responsabilité administrative, pénale et civile que les médias traditionnels. Tout site transgressant les lois peut être bloqué : peu importe le nom du domaine et le pays où le serveur se trouve, les internautes n’auront plus accès au site bloqué à l’intérieur du pays.

22L’espace public au Kazakhstan revêt un caractère officiel. Le développement des médias, l’apparition de nouveaux titres de presse, de chaînes de télévision et de radio, le développement des médias en ligne, l’amélioration de la qualité des contenus médiatiques, la pluralité des sources d’information, la possibilité pour les citoyens d’y avoir accès, de s’informer et d’échanger en ligne, témoignent de l’existence d’un espace public. En même temps, le contrôle des médias, la proximité entre le pouvoir et les propriétaires des médias, le contrôle des sources d’information et des canaux de diffusion des contenus médiatiques, la pression sur les médias, la censure et l’autocensure des journalistes témoignent du caractère officiel de l’espace public.

23L’apparition de plusieurs types de médias de nature différente a entraîné une concurrence entre eux ainsi que l’amélioration de la qualité et la diversification des contenus proposés par les médias. En même temps, dans le contexte de l’espace public officiel, l’existence de plusieurs médias et de plusieurs sources d’information crée l’illusion de la diversité, de la transparence et de l’indépendance des médias. Cette illusion influence la perception et l’acceptation par les citoyens des contenus médiatiques, notamment des contenus produits par les médias numériques. En effet, les médias traditionnels ont une réputation d’être des instruments de la propagande étatique, car c’était leur rôle pendant la période soviétique et au début de l’indépendance (Kapayeva, 2004), alors que les médias numériques ont l’image des médias indépendants en raison de leur apparition récente et des nouveaux modes de consommation des contenus médiatiques par les citoyens.

24Les médias kazakhs, traditionnels et numériques, participent au fonctionnement de l’espace public officiel, ils en sont même des acteurs-clés. L’espace public médiatique est donc très largement dans l’ombre du pouvoir officiel.

Méthodologie

Corpus

25Le présent article analyse le discours des médias numériques en tant qu’acteurs apparus dans le paysage médiatique kazakh assez récemment et perçus par les citoyens comme indépendants. Les citoyens kazakhs n’associent pas les médias numériques au pouvoir (contrairement aux médias traditionnels), alors qu’ils sont autant contrôlés et subissent autant de pressions de la part du pouvoir.

26Cet article étudie les stratégies des médias récents qui diffusent le discours officiel constitué depuis des années et participent ainsi au maintien de l’espace public officiel. En outre, l’article analyse leurs stratégies de production d’un discours critiquant ou mettant en question le pouvoir dans le contexte de cet espace public officiel. L’objectif est de voir comment ces médias peuvent exister dans l’espace médiatique et proposer en même temps une autre lecture de l’actualité, ce qui pourrait participer de l’émergence de l’espace public libre et leur accorderait un statut d’acteurs actifs dans ce processus.

  • 2 zero.kz (site du classement des ressources numériques de KazNet), istory (site du journalisme numér (...)

27Nous avons constitué un corpus des médias numériques les plus populaires et les plus consultés par les citoyens kazakhs. Ce corpus comprend Nur.KZ, Tengrinews et Informburo, considérés comme les médias numériques les plus consultés du KazNet selon plusieurs sondages2. Par ailleurs, ces trois médias numériques ont le plus grand nombre d’abonnés sur les réseaux sociaux.

28Nous proposons quelques éléments concernant l’identité éditoriale de ces trois médias numériques.

  • 3 Au mois d’août 2020, le compte Instagram de Nur.KZ atteint 817 000 abonnés, la chaîne Telegram a 71 (...)

29Nur.KZ se définit comme un média périodique et une agence d’information. Il a été créé le 4 mars 2009. Sa politique éditoriale se base sur « le respect des principes du journalisme indépendant, le respect de la liberté d’expression et de l’absence du parti pris dans la diffusion de l’information » (site de Nur.KZ). Nur.KZ s’attribue un rôle d’observateur indépendant du pouvoir et des autorités administratives. Il dit proposer une plateforme d’échange public accessible à tout le monde. Le propriétaire de Nur.KZ est Internet Portal Nur, une société privée à responsabilité limitée. Nur.KZ déclare être le site le plus visité de KazNet avec 120 millions de vues par mois et 12 millions de visiteurs par mois ; il cumule 65 % du trafic mobile, et 60 % de ses utilisateurs sont dans la tranche d’âge des 25-45 ans (site de Nur.KZ). En outre, il cumule beaucoup d’abonnés sur les réseaux sociaux3.

  • 4 Au mois d’août 2020, son compte Instagram atteint 1,7 million d’abonnés, la chaîne Telegram a 115 0 (...)

30Pour sa part, Tengrinews, créé le 15 novembre 2010, se définit en tant que média périodique et agence d’information. Sa politique éditoriale se base sur l’actualité, sur le renouvellement 24 h sur 24 de son fil d’actualité, sur la couverture nationale et internationale, sur l’indépendance et l’impartialité de ses journalistes. Le propriétaire de Tengrinews est Effective Media Liaison, une société privée à responsabilité limitée. Tengrinews déclare être un des premiers médias numériques au Kazakhstan avec 173 millions de vues par mois et 15,9 millions de visiteurs par mois. Parmi ses utilisateurs, 58 % ont entre 25 et 45 ans (site de Tengrinews). Il cumule également beaucoup d’abonnés sur ses réseaux sociaux4.

  • 5 Au mois d’août 2020, son compte Instagram atteint 206 000 abonnés, la chaîne Telegram a 13 679 memb (...)

31Quant à Informburo, c’est un portail médiatique d’information et d’analyse multimédia qui a été créé le 4 mai 2015. Sa politique éditoriale se fonde sur trois critères : il se veut informationnel (il renouvelle son fil d’actualité nationale et internationale 24 h sur 24), analytique (il propose un traitement de fond de l’actualité avec des points de vue différents), multimédia (il utilise des ressources infographiques, des vidéos, des photos, des schémas, des dessins, etc.) (site d’Informburo). Le propriétaire est Infopolis, une société privée à responsabilité limitée. Informburo se déclare comme un des premiers médias numériques du KazNet avec 22 millions de vues par mois et 4 millions de visiteurs par mois ; 53 % de ses utilisateurs sont dans la tranche d’âge des 25-45 ans (site d’Informburo). Il cumule également un nombre important d’abonnés sur les réseaux sociaux5.

32Ces trois médias proposent des contenus gratuits et accessibles. Ils ont le même mode de financement, à savoir la publicité des agences de publicité, des personnes privées et des institutions publiques, notamment à travers les marchés publics. D’ailleurs, ces trois médias numériques sont financés par des publications payantes sur leurs propres réseaux sociaux : Instagram (posts et stories), les publications dans Telegram, Vkontakte et Facebook. Ces trois médias numériques ont été choisis en raison de leur popularité auprès des citoyens kazakhs en termes d’usage de leurs contenus médiatiques et de consommation de leurs productions sur les réseaux sociaux. Par ailleurs, la majorité de leur public est relativement jeune ; c’est un public dont la conscience sociale et politique s’est formée un peu avant et surtout après l’indépendance.

33Nur.KZ, Tengrinews et Informburo se revendiquent en tant que médias indépendants, transparents et modernes. Ils ne se positionnent pas ouvertement comme médias pro-gouvernementaux. Néanmoins, leur discours converge avec le discours officiel. En effet, ils ne critiquent pas le pouvoir en place et n’évoquent pas des sujets polémiques pouvant le remettre en question.

34L’objectif du présent article est de montrer que les discours des trois médias numériques les plus populaires sont homogènes et ne se différencient pas les uns des autres, ce qui peut témoigner de la domination de l’espace public officiel construit pendant des années au Kazakhstan et sous l’impulsion de la sacralisation de l’image de Nazarbayev.

35Pour compléter l’analyse de la sacralisation de l’image de Nazarbayev après son départ du poste de président, nous avons sélectionné un quatrième média numérique : Azattyq. Il se définit en tant que premier site Web informationnel multimédia au Kazakhstan et se dit « indépendant de tous les partis politiques, officiels ou oppositionnels, des communautés exilées, des entreprises commerciales ou d’autres organisations spécifiques, ainsi que des organisations religieuses » (site d’Azattyq). Il a été créé le 1er octobre 2007. La politique éditoriale d’Azattyq se base sur les principes suivants : la précision de l’information (l’utilisation de sources fiables), l’impartialité (l’absence de parti pris et la garantie de la compréhension claire de l’information sans distorsion ni préjugé), l’analyse et les commentaires (la neutralité et l’objectivité de l’information, l’absence d’incitation à la haine ou aux conflits), le respect des principes de la démocratie et des droits de l’homme (site d’Azattyq).

  • 6 Pour le mois d’août 2020, son compte Instagram atteint 511 000 d’abonnés, la chaîne Telegram a 1 94 (...)

36Azattyq fait partie de Radio Free Europe / Radio Liberty (RFE / RL), une station de radio et un groupe de communication privés financés par le Congrès des États-Unis. Les journalistes de RFE / RL se trouvent dans 23 pays où une presse libre et indépendante est interdite par le gouvernement ou n’est pas totalement établie. La mission proclamée de RFE / RL est de fournir des informations non censurées, une discussion responsable et un débat ouvert (site de RFE / RL). Son siège social se trouve à Prague. À la différence de trois autres médias numériques analysés, Azattyq ne diffuse pas de publicités (ni sur son site ni sur ses réseaux sociaux) et ne fait pas non plus appel à des publicités. Le site Azattyq canalise 27,8 millions de visites par mois, 42,6 millions de vues et plus de 14 millions de visiteurs (site de RFE / RL). Il a également des milliers d’abonnés sur les réseaux sociaux6.

37Nous pouvons voir que les quatre médias analysés n’ont pas le même statut et ne se définissent pas de la même manière, c’est pourquoi nous les regroupons sous une même dénomination, celle des médias numériques. En effet, ces quatre médias ont tous le statut de médias en ligne ou de médias numériques d’un point de vue législatif et sont donc gérés de la même manière (du point de vue de la responsabilité pénale, civile et administrative) que les médias traditionnels. En outre, ces quatre médias sont organisés de la même manière : ils possèdent tous des rédactions de journalistes et des correspondants, des services différents propres aux médias qui aident au fonctionnement de ces médias. Par ailleurs, en ce qui concerne la réception, ces quatre médias sont considérés comme tels par les citoyens. Ils représentent pour eux des sources d’information en ligne à qui ils font confiance, qui sont accessibles d’un point de vue technique, économique et intellectuel et qui se renouvellent plus vite que les médias traditionnels. Ils n’ont pas de version papier et ne sont pas rattachés à des médias traditionnels, ce qui leur accorde le statut de nouveau média. De plus, ils ne sont pas étatiques et ne dépendent donc pas directement du pouvoir en place.

38Nous analysons les articles publiés le jour même de chaque événement pour voir la construction « à chaud » de l’image de Nazarbayev par les médias numériques kazakhs. Nous avons sélectionné tous les articles traitant de ces événements sur leurs sites Web.

39Le premier événement analysé est l’annonce de Nazarbayev de quitter le pouvoir après presque 30 ans de gouvernance. Le 19 mars 2019 à 19 h, il s’est adressé aux citoyens kazakhs dans son allocution transmise par les chaînes publiques. Le président du Sénat, Kassym-Zhomart Tokayev, devient alors le président par intérim. Cet événement marque un tournant dans la vie politique du pays, suscite de nombreuses réactions de la part des citoyens et une production médiatique accrue, en raison de son caractère exceptionnel (Nazarbayev n’a pas terminé son mandat présidentiel, il n’a pas été renversé ni sujet à une maladie).

40Le deuxième événement analysé est le jour de vote dans le cadre de la campagne électorale où pour la première fois Nazarbayev ne s’est pas présenté comme candidat. Les élections présidentielles anticipées ont eu lieu le 9 juin 2019 et ont donné K-Zh. Tokayev vainqueur, avec 70,8 % des voix.

41Enfin, le troisième événement analysé est la Journée du Premier Président de la République du Kazakhstan célébrée depuis le 1er décembre 2011. Cette datte renvoie à la première élection de Nazarbayev en tant que président du Kazakhstan le 1er décembre 1991 (avec 98,7 % des voix). Ce jour est férié.

Méthode

42Nous abordons la construction de la sacralisation de Nazarbayev dans le discours des médias numériques kazakhs à partir de deux angles. Nous étudions comment les médias numériques construisent leur discours sur les « deux corps » du premier président, à partir du concept d’Ernst Kantorowicz qui distingue le Corps naturel (physique) et le Corps politique (symbolique). Le Corps naturel est le corps que le président possède en tant qu’être humain, « un Corps mortel, sujet à toutes les infirmités qui surviennent par nature ou accident » (Kantorowicz, 2000, p. 657). Son Corps symbolique correspond à son statut de Premier Président, Leader de la Nation. Ce corps « ne peut être vu ni touché, consistant en une société politique et en un gouvernement » (ibid).

43Le deuxième angle d’analyse est celui de la construction de l’ethos de Nazarbayev par les médias numériques. Pour Roland Barthes, l’ethos représente les « traits de caractère que l’orateur doit montrer à l’auditoire pour faire bonne impression » (1970, p. 212). Pour Patrick Charaudeau, l’ethos comprend « des traits de caractères personnels, de corporalité, de comportements, de déclarations verbales » (2005, p. 105). Pour Dominique Maingueneau, l’ethos est « attaché à l’exercice de la parole, au rôle qui correspond à son discours » (1993, p. 138).

44Ruth Amossy parle de l’ethos préalable ou pré-discursif qui consiste en « l’idée que l’auditoire se fait du locuteur à partir de son statut social ou de sa position institutionnelle ; des représentations sociales et des stéréotypes attachés à la catégorie sociale à laquelle il appartient » (2006, p. 79-82). Cet ethos préalable peut transparaître dans l’ethos discursif de l’orateur ainsi que dans la reprise de son ethos par d’autres acteurs ou d’autres discours.

45En effet, l’analyse du discours des médias numériques kazakhs permet de voir le reflet de cet ethos pré-discursif de Nazarbayev dans leur discours. De plus, dans le cas de Nazarbayev, considéré comme une grande figure politique, son ethos pré-discursif est circulaire : il se nourrit des représentations symboliques élaborées par lui-même, par les citoyens et par d’autres discours circulants dans l’espace public. Dans le contexte de l’espace public officiel, ces représentations symboliques sont homogènes et diffèrent peu les unes des autres. La conséquence est qu’il y a peu de différence entre l’ethos pré-discursif de Nazarbayev, son ethos discursif et l’ethos construit par d’autres discours, notamment les médias.

46Pour Eithan Orkibi, « l’ethos discursif choisit ainsi de modifier ou de confirmer certains éléments de l’ethos préalable » (2008). Nous allons analyser comment l’ethos discursif de Nazarbayev est construit par les médias numériques kazakhs. Est-ce que ceux-ci modifient ou confirment son ethos préalable ?

47Amossy parle de « retravail » de l’ethos préalable :

[…] toute présentation de soi est nécessairement un retravail du déjà-dit, une reprise et une modulation d’images verbales préexistantes. Elle peut relever de la confirmation si l’ethos préalable est positif et adéquat à l’interaction nouvelle, mais elle peut aussi être inflexion différente et modification lorsqu’une adaptation aux circonstances semble nécessaire (2014, p. 24).

48Nous analysons le retravail médiatique de l’ethos initial de Nazarbayev.

49Le résultat du retravail médiatique de l’ethos initial de Nazarbayev est l’élaboration de son ethos construit. En effet, l’ethos initial de Nazarbayev comprend l’ethos construit par lui-même en tant qu’ethos caractéristique d’un individu avec ses traits de caractère, sa personnalité propre, son statut de Leader de la Nation et d’ancien président. L’ethos initial englobe les deux composantes de l’ethos : l’ethos pré-discursif et l’ethos discursif. L’ethos médiatique se base sur l’ethos initial en intégrant des stratégies médiatiques de construction, de déconstruction ou de projection de cet ethos initial.

50Nous distinguons trois modes de traitement de l’ethos initial : l’ethos projeté, l’ethos construit et l’ethos déconstruit. L’ethos projeté consiste en la reprise de l’ethos initial d’un politique par les médias, l’ethos construit articule l’ethos initial et des commentaires journalistiques qui confortent l’ethos initial. Enfin, l’ethos déconstruit se fonde également sur l’ethos initial d’un politique, mais y adjoint des commentaires journalistiques qui cherchent à le décrédibiliser et à le mettre en question (notamment à l’aide de contre-exemples, de chiffres contredisant ses paroles ou de discours d’autres acteurs).

51L’objectif de l’ethos initial de l’orateur est de construire une image de crédibilité auprès de son public afin de susciter la confiance et l’adhésion. L’objectif de la construction de l’ethos médiatique est d’aider l’orateur à susciter la confiance et l’adhésion de la part du public, ou au contraire à susciter le refus de son ethos par le public.

52L’objectif d’analyse de la construction de l’ethos médiatique est de mesurer la place accordée par les médias numériques dans l’espace médiatique à Nazarbayev et l’influence de sa figure sur le discours même des médias numériques. Nous allons voir comment les médias numériques qui se déclarent indépendants construisent l’ethos discursif de Nazarbayev pour maintenir sa sacralisation même après son départ, contraints par le contexte de l’espace public officiel et leur mode de fonctionnement (notamment de financement).

53Pour comprendre la construction de l’ethos de Nazarbayev, nous nous référons à la typologie développée par Charaudeau, qui distingue plusieurs types d’ethos d’un politique : l’ethos de puissance, l’ethos de caractère, l’ethos d’intelligence, l’ethos d’humanité, l’ethos de chef, l’ethos de solidarité. Nous allons revenir sur les traits dégagés par l’auteur pour chaque type d’ethos afin d’analyser leur construction par les médias numériques kazakhs.

L’espace public et la sacralisation de l’image du chef d’État

54Pour Jürgen Habermas (2008), l’espace public est une sphère intermédiaire entre la vie privée de chacun et l’État, qui s’est constituée en Angleterre et en France de la fin du xviiie siècle au début du xixe siècle et qui avait un caractère bourgeois. Le fondement de cet espace est le « public en tant que support d’une opinion publique à la fonction critique de laquelle se réfère la Publicité » (ibid., p. 14). L’espace public est une pratique fondatrice du régime démocratique, une forme de communication, de circulation de divers points de vue (Paquot, 2009).

55L’espace public dans le contexte kazakh a un caractère officiel, qui comprend les mêmes principes (la publicité, la circulation des idées, l’échange public, le dialogue public entre le pouvoir et les citoyens), mais qui sont contrôlés par le pouvoir et ne sont mis en œuvre que dans un cadre officiel. En effet, l’existence d’institutions déclarées officiellement démocratiques ainsi que l’existence de discussions publiques et des médias nous permettent de parler d’une émergence de l’espace public. Néanmoins, les institutions démocratiques ne respectent pas les normes démocratiques, les sujets des discussions publiques sont contrôlés par le pouvoir, les médias subissent de la censure et de l’autocensure. Ces caractéristiques témoignent du caractère officiel de l’espace public.

56L’espace public officiel au Kazakhstan est renforcé par le régime politique adopté après l’indépendance : d’un côté, la démocratie et la République, de l’autre côté, le contrôle et la propagande. Nous pouvons appliquer au contexte kazakh le terme de démocrature utilisé par Jacques Rupnik, qui travaille sur la transition des pays d’Europe de l’Est après la chute de l’Union soviétique. Démocrature, ou régime hybride, est issu de la contraction de démocratie et dictature et souligne la dualité d’un pouvoir qui cherche à combiner des éléments des deux types de régime. Cependant, le terme est le plus souvent employé pour « suggérer que la démocratie n’est invoquée que comme habillage d’un pouvoir confisqué » (Rupnik, 2019, p. 77).

57L’espace public officiel se développe sous l’influence de la sacralisation de l’image du président kazakh. Avant d’aborder la sacralisation de l’image de Nazarbayev en tant qu’ancien président, nous allons étudier les moyens de sa sacralisation pendant sa gouvernance.

58La légitimation de la sacralisation de Nazarbayev se basait sur la domination d’un seul parti politique, Nur Otan, un parti dominant fondé par Nazarbayev et présidé par lui pendant toute la période de sa gouvernance et après son départ. En outre, il disposait de fonctions présidentielles étendues, il assurait notamment le rôle d’arbitre suprême entre les branches du pouvoir et disposait de l’autorité conforme pour l’accomplir (Abzhanov et Noursoultanova, 2011).

59La légitimation de la sacralisation de Nazarbayev en tant que président se fondait également sur la mise en scène de l’accord formel des citoyens avec sa politique. Les discours circulant dans l’espace public construisaient son image en tant que père de toute la nation et en tant que président aimé et soutenu par son peuple. Le peuple accomplissait le rôle d’expression de la reconnaissance et de la gratitude à Nazarbayev.

60Un autre moyen de sacraliser Nazarbayev est la construction de légendes et de mythes où il est comparé à des héros possédant des qualités exceptionnelles, comme un être humain exemplaire qui « apparaît, agit, provoque l’adhésion, reçoit le pouvoir » (Balandier, 1980, p. 17). Ce héros mythique peut être issu de l’histoire nationale ou internationale dans laquelle se reconnaissent la plupart des citoyens.

61L’attribution de l’image du héros à Nazarbayev provoque la construction de l’exemplarité de ses deux corps — corps symbolique sacré et corps physique humain. L’objectif de l’exemplarité est de renforcer le corps symbolique en effaçant et en sacralisant en même temps le corps physique de Nazarbayev. Cette exemplarité impose l’interdiction de parler de son âge, de la vieillesse ou de son état de santé, ce qui pourrait remettre en question ses capacités à gouverner le pays ; elle impose également un discours sur la bonne forme physique du président.

62La sacralisation de Nazarbayev se fonde sur la construction du culte de sa personnalité. Officiellement, ce terme n’est pas utilisé et, au contraire, il y a une opposition revendiquée entre le culte de personnalité dans les traditions soviétiques et l’image de Nazarbayev en tant que président démocratique. Ce culte de la personnalité se manifeste par « l’impossibilité de critiquer le Père de la nation, omniprésent dans l’espace public » (Peyrouse, 2008, p. 157).

63En outre, le culte de la personnalité de Nazarbayev s’exprime à travers plusieurs représentations symboliques. Un des exemples les plus frappants, c’est le transfert de la capitale d’Almaty à Astana (qui porte son prénom maintenant — Nour-Soultan) : « Noursoultan Nazarbayev est souvent présenté comme l’instigateur de la réforme, un homme providentiel, le grand architecte de l’indépendance mais aussi du vaste chantier qu’est devenue la ville d’Astana » (Fauve et Gintrac, 2009, p. 4).

64Le départ de Nazarbayev du poste du président n’a pas entraîné de changements dans la construction de la sacralisation et du culte de sa personnalité. Le nouveau président K-Zh. Tokayev participe au maintien et au renforcement de la sacralisation de Nazarbayev.

65En effet, quand il s’agit de départ « volontaire » d’un leader autoritaire — qui a d’ailleurs préparé sa succession —, le culte de sa personnalité est maintenu. En cas de mort d’un leader autoritaire ou de son renversement, on peut parler du démantèlement du culte de la personnalité pour le reconstruire, comme ce qui s’est passé au Turkménistan après la mort de l’ancien président Saparmourat Niazov en décembre 2006 et l’arrivée au pouvoir de Gourbangouly Berdymoukhamedov. Le nouveau président turkmène remplace le culte de la personnalité de l’ancien président par le sien : « Des portraits du nouveau président sont apparus sur les édifices publics, une médaille a été frappée à son effigie. […] Il est désormais qualifié d’estimé Président ou de leader de la Nation » (Kamenka, 2008, p. 171).

66Dans le cas de Nazarbayev, il garde toujours son titre de Leader de la Nation et continue à dominer le contexte politique et symbolique du Kazakhstan. Nous allons voir comment se maintiennent la sacralisation et la construction de la domination politique et symbolique de l’ancien président dans les médias numériques, des acteurs ayant la possibilité de faire émerger un espace public libre, dans un régime se revendiquant démocratique.

La construction de la sacralisation de l’image de Nazarbayev par les médias numériques kazakhs

L’annonce du départ de Nazarbayev

La construction des ethos

67Dans les discours de Nur.KZ, Tengrinews et Informburo, l’ethos dominant est celui de chef de Nazarbayev. L’ethos de chef est construit à travers l’image du leader politique, première personne de l’État, possédant les qualités nécessaires à cette fonction. Charaudeau désigne diverses figures composant l’ethos de « chef » : figures de guide, de souverain et de commandeur (Charaudeau, 2005).

68La figure de guide est créée pour désigner un « être supérieur qui soit capable de guider les citoyens au milieu des hasards du temps, des aléas de la vie et des péripéties du monde » (ibid., p. 118). La figure d’un chef-souverain est construite à travers l’image d’un politique-garant des valeurs de souveraineté et incarnant ces valeurs (ibid., p. 121). La figure de commandeur est construite à travers l’image d’un leader autoritaire qui doit savoir distinguer le bien du mal et avoir les moyens de faire accepter ses stratégies pour combattre les dangers qui menacent le pays et sa population (ibid., p. 122). Il se construit l’image d’un chef qui sait où il va, qui est sûr de lui et de l’issue positive de ses actions.

69Nur.KZ, Tengrinews et Informburo projettent l’ethos de chef de Nazarbayev en publiant en entier son discours annonçant la décision de quitter le pouvoir. Dans ce discours, Nazarbayev construit son ethos initial en tant que chef clairvoyant, sage et perspicace :

  • 7 Les chiffres correspondent au rang de l’article dans l’énumération en annexe.

Cette année, ça fera 30 ans que j’occupe le poste de haut dirigeant de notre pays. En tant que fondateur de l’État kazakh indépendant, je vois mon devoir de garantir l’arrivée au pouvoir de la nouvelle génération des dirigeants qui vont continuer les transformations de notre pays (Nur.KZ 1, Tengrinews 1, Informburo 1)7.

70Tengrinews construit l’ethos de chef de Nazarbayev en tant que leader fort qui n’a pas peur des conséquences de sa décision : « La décision de N. Nazarbayev est un pas courageux pour la stabilité de notre État. […] Grâce à N. Nazarbayev, le Kazakhstan entre dans une nouvelle phase de développement politique » (Tengrinews 2).

71Il faut noter que Nur.KZ et Tengrinews introduisent K-Zh. Tokayev pour construire l’ethos de chef du premier président. Ainsi les deux médias numériques publient-ils le discours de son successeur prononcé à la cérémonie de prise des fonctions du président par intérim : « N. Nazarbayev fait partie de l’histoire mondiale en tant que grand réformateur. Il a pu transformer le Kazakhstan en un État moderne, faisant partie des pays les plus développés et compétitifs » (Nur.KZ 2, Tengrinews 3).

72Le deuxième ethos le plus construit de Nazarbayev est celui de vertu qui renvoie aux deux corps (politique et physique) du président. Pour son corps symbolique, l’ethos de vertu peut renvoyer à la fidélité de ses engagements politiques (Charaudeau, 2005), à la loyauté à l’égard de ses adversaires (ibid., p. 95). Pour son corps physique, l’ethos de vertu peut renvoyer à une honnêteté personnelle : « […] dire ce que l’on pense, avoir une vie transparente (ne rien avoir à cacher) » (ibid., p. 94).

73Nur.KZ, Tengrinews et Informburo projettent l’ethos de vertu de Nazarbayev en publiant son discours où il s’identifie à tout le pays et s’en attribue ses succès : « Nos réformes ont permis de multiplier le volume de l’économie par 15 fois et les revenus de la population par 9 fois, ce qui a permis de diminuer le niveau de la pauvreté par 10 fois » (Nur.KZ 3, Tengrinews 1, Informburo 1).

74Un autre ethos de Nazarbayev introduit par les trois médias numériques est celui de puissance qui prévoit la construction de l’image d’un politique comme quelqu’un qui tient parole et qui est déterminé à agir (Charaudeau, 2005). En publiant son discours, Nur.KZ, Tengrinews et Informburo projettent l’ethos de puissance de Nazarbayev qui met en avant sa force et son talent en tant que « bâtisseur » et garant de la paix et la stabilité du Kazakhstan (Nur.KZ 3, Tengrinews 1, Informburo 1).

75En outre, les trois médias numériques introduisent l’ethos de solidarité de Nazarbayev dans leur discours. Cet ethos est construit à travers l’image d’un politique qui prête attention aux besoins et aux problèmes des autres, qui les partage et reconnaît leur existence. Pour Charaudeau, la solidarité se caractérise « par la volonté d’être ensemble, de ne pas se distinguer des autres membres du groupe et surtout de faire corps avec eux dès l’instant que ceux-ci se trouvent menacés » (2005, p. 125).

76Nur.KZ, Tengrinews et Informburo projettent l’ethos de solidarité de Nazarbayev qui insiste sur l’unité avec son peuple :

  • 8 Nazarbayev s’adresse à tous les Kazakhstanais.

Pendant toutes ces années, vous8 m’avez soutenu moi et mes initiatives. J’ai eu un grand honneur de servir mon peuple et ma Patrie. Grâce à votre soutien et votre confiance, j’ai travaillé sans relâche, n’épargnant ni mes forces, ni mon énergie, ni ma santé (Nur.KZ 3, Tengrinews 4, Informburo 1).

77Quant à Azattyq, il n’introduit aucun ethos de Nazarbayev, que ce soit pour le construire ou le déconstruire. Le média publie uniquement les faits concernant l’annonce de départ de Nazarbayev (Azattyq 1) sans ajouter de commentaires journalistiques.

78Azattyq critique la continuité du corps politique de Nazarbayev malgré son départ : « Nazarbayev, 78 ans, gouvernant le pays pendant trois décennies, a démissionné. Néanmoins, les lois qu’il a fait adopter lui permettent de garder une influence sur la vie politique » (Azattyq 1). Le média souligne qu’il reste le président du Conseil de sécurité et le président de Nur Otan (parti politique créé par Nazarbayev), ce qui lui accorde une influence politique importante même après son départ.

79En outre, Azattyq met en doute la légitimité du corps politique de Nazarbayev obtenu à la suite des élections présidentielles anticipées d’avril 2015, quand il a été réélu pour la cinquième fois en obtenant 97,8 % des voix :

Les observateurs occidentaux n’ont reconnu aucune élection au Kazakhstan en tant que libre et transparente. Nazarbayev est accusé de la suppression de la liberté d’expression, d’abus du pouvoir, de la prolongation de son mandat présidentiel à l’aide des procédures non démocratiques (Azattyq 1).

80Il faut noter qu’Azattyq identifie Nazarbayev en tant que premier président, les deux mots écrits en minuscules, alors que les trois autres médias numériques l’écrivent en majuscules — Premier Président.

81Les trois médias numériques kazakhs qui se revendiquent comme indépendants ont un discours homogène, ils reprennent les mêmes sources (les mêmes discours, les mêmes citations) et participent à la construction de la sacralisation de Nazarbayev à travers le maintien du culte de sa personnalité et de sa grandeur en tant que héros populaire et homme d’État en même temps : « Le héros politique, sauveur de la nation qui accède au pouvoir, se distingue alors par une grandeur mixte qui associe le charisme et la fonction » (Bonhomme et Jaoul, 2010). Le troisième média se revendiquant comme libre ne critique pas directement Nazarbayev, ne remet pas en question sa sacralisation, il utilise des allusions et des sous-entendus.

La mise en scène du départ de Nazarbayev

82Les trois médias numériques construisent toute une mise en scène symbolique du départ de Nazarbayev.

83Les journalistes et les envoyés spéciaux de Nur.KZ et Tengrinews publient les réactions des citoyens à travers tout le pays. Ainsi, pour les habitants d’Almaty, c’était inattendu : « Ils étaient surpris et ont éprouvé de la peur et de la tristesse » (Nur.KZ 4). Les habitants de Karaganda ont lancé les hashtags « Karaganda ensemble avec Yelbasi », « mon Président », « Premier Président » et le remercient pour les succès du pays, pour le développement de l’économie, de la politique et de la culture (Nur.KZ 5, Tengrinews 5). Les habitants de Pavlodar publient des vidéos sur les réseaux sociaux où ils chantent les chansons préférées de Nazarbayev (Nur.KZ 6). Les habitants de Koustanaï partagent des souvenirs de leurs rencontres avec Nazarbayev (Nur.KZ 7). Un journaliste de Tengrinews livre son récit des réactions récoltées dans la rue de la capitale tout de suite après l’annonce du départ de Nazarbayev : « Les gens sont sous le choc. […] Les rues sont vides, quelques rares passants disaient : Quel homme est parti ! Le roi parmi les rois » (Tengrinews 6). Les citoyens continuent à accomplir un rôle de soutien, de reconnaissance et de gratitude pour renforcer la sacralisation de Nazarbayev.

84Nur.KZ, Tengrinews et Informburo publient les réactions d’autres chefs d’État qui ont exprimé leur regret à la suite du départ politique de Nazarbayev et l’ont qualifié de « grand politique et stratège » (Nur.KZ 8, Tengrinews 7, Informburo 2) ; parmi eux le président de la Biélorussie Aleksander Loukachenko, le président du Kirghizstan Sooronbai Zheenbekov, le président d’Ouzbékistan Shavkat Mirziyeev, le premier ministre d’Arménie Nikol Pashinian et le président de la Russie Vladimir Poutine. Les trois médias reprennent les mêmes citations des chefs d’État dans leurs articles.

85La mise en scène de la sacralisation de l’image de Nazarbayev est renforcée par la construction de la continuité de son corps symbolique en tant que premier président qui va entrer dans l’histoire du Kazakhstan. Ainsi Nur.KZ parle-t-il d’un projet de film documentaire qui lui sera consacré et portera le titre « Chef d’État » (Nur.KZ 10). Tengrinews évoque un projet de livre sur Nazarbayev (Tengrinews 9) ainsi que le projet de la construction d’un monument consacré à Nazarbayev dans la capitale (Tengrinews 10). Le départ de Nazarbayev renforce le culte de sa personnalité : « […] il y a un lien privilégié entre le grand homme et la statue : l’érection de la statue sur la place publique consacre le grand homme en officialisant sa grandeur » (Ozouf, 1984, p. 162). L’objectif est de maintenir les représentations symboliques de la grandeur de Nazarbayev dans la conscience des citoyens.

86Nur.KZ et Tengrinews parlent des changements des noms de rues et de places dans les villes du Kazakhstan en l’honneur du premier président. Ainsi, à Chymkent, l’avenue Astana portera le nom de Nazarbayev (Nur.KZ 11, Tengrinews 11), tout comme l’avenue Satpayev à Atyraou (Nur.KZ 12, Tengrinews 12), l’avenue de l’Indépendance à Oust-Kamenogorsk (Nur.KZ 13, Tengrinews 12), le boulevard de la Paix à Karaganda (Nur.KZ 14, Tengrinews 12), l’avenue Dostyk à Ouralsk (Nur.KZ 15, Tengrinews 12). La sacralisation de Nazarbayev est renforcée à l’aide de sa présence symbolique partout dans le pays : « Le souverain, même absent de la scène, peut maintenir une certaine forme de présence. Autour de ces représentations se joue l’articulation entre images du pouvoir et pouvoir des images » (Bonhomme et Jaoul, 2010, p. 7).

87Il faut noter que les trois médias numériques publient une série de photos et de vidéos d’archives de Nazarbayev retraçant sa carrière et les moments « les plus importants » de sa vie politique (Nur.KZ 16, Tengrinews 13, Informburo 2).

88Quant à Azattyq, il parle de l’après-présidence de Nazarbayev en informant qu’il va « siéger à Nazarbayev-center à Astana, […] il aura un bureau personnel, une chancellerie spéciale » (Azattyq 3). Azattyq évoque la période de l’après-Nazarbayev pour insister sur la fin de son corps politique en tant que président, alors que les trois autres médias numériques construisent l’après-présidence de Nazarbayev pour accentuer la continuité de son corps symbolique et de son rôle de garant de la stabilité politique.

89Dans un pays qui se veut démocratique, les médias numériques les plus populaires continuent à maintenir la grandeur symbolique de l’ancien président même après son départ. Les discours allant à l’encontre de cette ligne officielle apparaissent, mais ils ne représentent pas un danger potentiel.

L’introduction du successeur

90L’introduction du successeur de Nazarbayev au poste présidentiel participe à la sacralisation de son image. C’est Nazarbayev qui introduit K-Zh. Tokayev en tant que son successeur. Dans le discours annonçant son départ (qui est repris par les trois médias numériques), Nazarbayev dresse le portrait de K-Zh. Tokayev :

  • 9 Institut d’État des relations internationales de Moscou (auprès du ministère des Affaires étrangère (...)

Vous connaissez très bien Kassym-Zhomart Kemelovitch Tokayev. Il est diplômé de MGIMO9, il a un titre de Docteur. Il a occupé des postes à fortes responsabilités. Il a été Ministre des affaires étrangères, il a travaillé en tant que vice-premier ministre, premier ministre et président du Sénat. Il a occupé un poste d’adjoint au Secrétaire général de l’ONU (Nur.KZ 17, Tengrinews 14, Informburo 1).

91Les trois médias numériques construisent un portrait de K-Zh. Tokayev en reprenant les mêmes arguments, à savoir ses études, sa formation, son parcours professionnel, son service diplomatique. En même temps, ils introduisent son corps physique à travers sa famille (sa femme et son fils) et ses parents (Nur.KZ 18, Tengrinews 15, Informburo 3).

92Il faut souligner une construction de la hiérarchie entre les deux présidents avec attribution de la supériorité à Nazarbayev. Cette hiérarchie est perceptible à travers l’identification des deux présidents. Nazarbayev est identifié comme Premier Président, Leader de la Nation, Yelbasi, bâtisseur du Kazakhstan, fondateur de l’État moderne, alors que K-Zh. Tokayev est identifié comme « président par intérim », « diplomate connu » (Nur.KZ 19).

93En outre, les médias numériques insistent sur l’acceptation et la reconnaissance de la domination de Nazarbayev par K-Zh. Tokayev lui-même : « Le Kazakhstan a effectué une transition du pouvoir dans une ambiance calme, et c’est grâce à la sagesse de Noursoultan Nazarbayev » (Nur.KZ 20, Tengrinews 17). En outre, K-Zh. Tokayev participe à la continuité du corps politique du premier président en insistant sur le fait que « tous les portraits et les images du premier président vont rester dans les bureaux des fonctionnaires, car Noursoultan Nazarbayev doit rester Yelbasi et père du peuple à vie » (Nur.KZ 20, Tengrinews 18). Nur.KZ et Tengrinews insistent sur le fait que c’est K-Zh. Tokayev qui a proposé de changer le nom de la capitale du Kazakhstan, Astana en Nour-Sultan, les noms des rues des villes et des communes, et de construire un monument pour rendre hommage à Nazarbayev (Nur.KZ 20, Tengrinews 17).

94Quant à Azattyq, il fait le portrait de K-Zh. Tokaev en se basant sur son corps politique : « […] ancien premier-ministre et ministre des affaires étrangères, ayant reçu ses diplômes d’enseignement supérieur à Moscou » (Azattyq 4). Le média évoque les changements de noms proposés par K-Zh. Tokayev, de la capitale (Azattyq 4) et des rues (Azattyq 5) en l’honneur de Nazarbayev, mais ne les critique pas. Il souligne quand même que, selon la Constitution, « une personne accomplissant les fonctions du président par intérim (en cas de démission anticipée, de révocation ou de mort du président du pays) n’a pas le droit d’initier de changements ou d’amendements à la Constitution » (Azattyq 6), y compris pour modifier le nom de la capitale.

95L’analyse du discours des quatre médias numériques montre la cohésion et en même temps la contradiction des processus démocratiques et autoritaires. D’un côté, la transition politique est effectuée dans le respect de la Constitution et des règles démocratiques. De l’autre côté, le nouveau président lui-même participe au maintien de la sacralisation de son prédécesseur et à l’accentuation du son culte de sa personnalité.

Les élections présidentielles anticipées (le jour du scrutin)

Nazarbayev en tant que chef qui lance les élections

96La candidature de Kassym-Zhomart Tokayev pour représenter le parti Nur Otan aux élections présidentielles a été validée lors du 19e Congrès de ce parti le 23 avril 2019. Ce congrès a été ouvert officiellement par Noursoultan Nazarbayev.

97Les trois médias numériques construisent la sacralisation de l’image de Nazarbayev en le présentant comme chef, une instance supérieure qui donne son autorisation à la tenue des élections présidentielles et qui valide la candidature de son successeur. Les trois médias numériques continuent de projeter l’ethos initial de chef de Nazarbayev (qu’il construit de lui-même).

98Tengrinews, Informburo et Nur.KZ projettent l’ethos de chef-bâtisseur et de chef-fondateur de Nazarbayev qui, malgré les crises et les difficultés, a su construire un État moderne et faire progresser son pays : « Je suis fier d’avoir cette chance de bâtir le Kazakhstan moderne avec mon peuple » (Tengrinews 20, Informburo 4, Nur.KZ 22).

99Le peuple est introduit pour mettre en scène son accord formel avec la sacralisation de Nazarbayev qui construit son ethos initial en tant que chef aimé par son peuple en insistant sur son amour et son soutien : « Je reçois beaucoup de lettres de nos citoyens qui me demandent de me représenter en tant que candidat aux élections présidentielles. Ils regrettent ma décision de partir » (Tengrinews 21, Informburo 4, Nur.KZ 23).

100Les médias numériques reprennent la hiérarchisation construite entre Nazarbayev et K-Zh. Tokayev à travers l’attribution de l’ethos de chef uniquement à Nazarbayev.

101K-Zh. Tokayev n’est pas construit en tant que chef. L’ethos le plus introduit pour lui est celui de sérieux qui renvoie à l’activité politique (réalisation des promesses électorales par exemple), à sa présence et à ses efforts appliqués dans les domaines-clés du développement économique, social et culturel, à sa capacité à mettre son corps symbolique au-dessus de son corps physique, à rester dans le cadre institutionnel (Charaudeau, 2005).

102Les trois médias numériques introduisent Nazarbayev dans la construction de l’ethos de sérieux de K-Zh. Tokayev. Ainsi Tengrinews, Nur.KZ et Informburo insistent-ils sur sa détermination à suivre la stratégie politique définie par Nazarbayev : « Avec tout mon cœur, je sens l’importance de la confiance qui m’est accordée par le fondateur de notre État, Noursoultan Nazarbayev. Je jure de ne pas décevoir ce haut niveau de confiance » (Tengrinews 22, Nur.KZ 25, Informburo 4).

103La hiérarchisation entre les deux présidents se fonde également sur la construction mutuelle de leurs ethos. Ainsi K-Zh. Tokayev construit-il l’ethos de chef de Nazarbayev en soulignant ses qualités hors normes : « N. Nazarbayev est le fondateur de notre État et une grande personnalité politique, un vrai Leader » (Tengrinews 22, Informburo 4, Nur.KZ 26).

104Quant à Nazarbayev, il construit l’ethos de vertu de K-Zh. Tokayev en introduisant les liens qui les unissent : « Dès les premiers jours de l’indépendance, Tokayev a travaillé à mes côtés. […] Pendant toutes ces années il était mon ami fidèle » (Tengrinews 23, Nur.KZ 23, Informburo 4).

105En outre, la position supérieure de Nazarbayev est accentuée à travers la construction d’un parallèle entre les élections précédentes et actuelles :

C’est évident que l’absence de N. Nazarbayev aura un impact énorme sur les élections, car aucun des candidats actuels n’est pas assez connu pour qu’on puisse voter pour lui les yeux fermés comme c’était le cas avec la candidature de N. Nazarbayev (Nur.KZ 27).

106Les médias numériques utilisent les mêmes moyens pour sacraliser Nazarbayev et maintenir le culte de sa personnalité, c’est-à-dire qu’ils insistent sur la domination politique d’un seul parti (Nur Otan) et attribuent la priorité de décision du destin politique à Nazarbayev. D’ailleurs, ils font appel au peuple pour renforcer le soutien et l’accord citoyens à la situation politique du pays. En outre, le nouveau président, censé être un président indépendant, participe lui-même au maintien de la sacralisation de l’image de l’ancien président et accepte sa domination.

La légitimation du nouveau et la domination de l’ancien président

107C’est K-Zh. Tokayev qui a gagné les élections présidentielles anticipées. Les trois médias numériques construisent une légitimation de son nouveau corps politique du président et continuent en même temps à sacraliser l’image de Nazarbayev.

108Cette légitimation est construite à travers son discours publié par les trois médias : « Je ne suis pas un président de “transit”, je ne suis pas un co-président. Je suis un président à part entière de la République du Kazakhstan » (Nur.KZ 28, Tengrinews 24, Informburo 5). K-Zh. Tokayev revendique le droit d’avoir un corps politique de président et construit lui-même sa légitimité.

109Il légitime aussi la campagne électorale et les élections présidentielles. Ainsi, dans son discours prononcé après l’annonce des premiers résultats, souligne-t-il que « les élections ont été ouvertes et transparentes et se sont déroulées dans un contexte de stabilité et de concurrence honnête entre les programmes électoraux » (Nur.KZ 29, Tengrinews 25, Informburo 6).

110La légitimation du corps politique du président K-Zh. Tokayev est construite à travers le soutien du peuple : « […] plus de 70 % des citoyens du pays ont soutenu K-Zh. Tokayev » (Nur.KZ 30). En outre, les médias numériques insistent sur la reconnaissance de sa victoire par d’autres candidats qui « ont félicité K-Zh. Tokayev pour cette victoire et ont exprimé leur joie d’avoir participé à ces élections présidentielles historiques » (Nur.KZ 30).

111En outre, pour légitimer son nouveau corps de président, les trois médias numériques mettent en avant sa reconnaissance par ses homologues. Ainsi ces médias publient-ils les lettres de félicitations de la part des présidents et des chefs d’État étrangers.

112La construction de légitimation de K-Zh. Tokayev a pour objectif de faire accepter son nouveau corps politique de président, d’insister sur la transparence et l’ouverture de la vie politique et sur la démocratisation des processus électoraux au Kazakhstan. En même temps, la légitimation de son nouveau corps politique permet de sacraliser davantage la fonction présidentielle et d’insister sur sa domination dans le paysage politique du Kazakhstan.

113Les trois médias numériques continuent à établir une hiérarchie entre les deux présidents en attribuant la supériorité à Nazarbayev. Ils ne construisent pas l’ethos de chef de K-Zh. Tokayev même après sa victoire, alors que Nazarbayev voit se construire son ethos de chef même après la fin officielle de son corps politique de président.

114Les médias numériques les plus consultés participent au maintien de la sacralisation de Nazarbayev en insistant sur sa domination dans le système politique kazakh. En même temps, ils continuent à sacraliser la fonction présidentielle et son titulaire, mais en sacralisant uniquement le corps symbolique du nouveau président et non pas son corps physique. L’objectif est de maintenir un système politique ferme et autoritaire fondé sur un appareil étatique fort et verrouillé, ainsi que sur un pouvoir à deux têtes — l’ancien et le nouveau président, alors qu’il s’agit d’un régime officiellement démocratique.

Les deux présidents dans le discours d’Azattyq

115Azattyq n’introduit aucun ethos pour les deux présidents, que ce soit pour le construire ou le déconstruire. Les articles ont un caractère informationnel et contiennent des faits concernant le déroulement du Congrès de Nur Otan, ses participants (Azattyq 7), la candidature de K-Zh. Tokayev (Azattyq 8) et son soutien par les membres du parti (Azattyq 9).

116Concernant le jour de vote, le média donne de l’information sur le déroulement du vote de K-Zh. Tokayev et Nazarbayev (le bureau de vote, l’échange avec les journalistes). Pour annoncer les résultats officiels des élections, Azattyq publie le nom du gagnant sans commentaires journalistiques, ainsi que les chiffres de la participation électorale, du nombre de voix obtenues par Tokayev et les autres candidats (Azattyq 10).

117Il faut noter la différence dans l’identification de Nazarbayev. Azattyq l’identifie en tant qu’ancien président (Azattyq 6), alors que les trois autres médias numériques l’identifient en tant que Premier Président du Kazakhstan et Leader de la Nation. Azattyq insiste sur la fin du corps politique de Nazarbayev, alors que les trois autres médias numériques appuient sa domination et la continuité de son corps politique.

118Azattyq ne critique pas directement les deux présidents, mais délégitime la campagne électorale et son résultat. Ainsi le média dénonce-t-il la date très rapprochée des élections présidentielles anticipées qui n’a pas laissé assez de temps aux candidats de l’opposition de faire une campagne et de se préparer aux élections (Azattyq 11).

119Pour délégitimer les élections présidentielles, Azattyq insiste sur le refus des citoyens de reconnaître leur résultat, à savoir la victoire de K-Zh. Tokayev : « Les citoyens dénoncent le résultat des élections défini à l’avance et l’absence de réelle concurrence » (Azattyq 12). Azattyq parle des manifestations des citoyens appelant à boycotter les élections et de leurs arrestations à Almaty (Azattyq 13), à Nour-Sultan (Azattyq 14) et à Chymkent (Azattyq 15). Après l’annonce de la victoire de K-Zh. Tokayev, Azattyq révèle d’autres manifestations des citoyens contestant sa victoire et appelant à la boycotter (Azattyq 16). Le média dénonce la violence des arrestations des manifestants par les forces de l’ordre (Azattyq 17).

120Le média parle également des blocages de l’accès à Internet (Azattyq 18) et évoque les infractions de la loi électorale, notamment le bourrage des urnes (Azattyq 19).

121Azattyq publie une tribune de la commission de l’OSCE critiquant les arrestations des manifestants pacifiques, y compris des journalistes (Azattyq 20) et une tribune de Human Rights Watch (HRW) qui appelle le gouvernement à « prendre des mesures pour garantir aux citoyens les libertés de s’exprimer librement » (Azattyq 21).

122Azattyq fait émerger une critique dans l’espace médiatique, mais étant donné l’influence de l’espace public officiel, il ne critique ouvertement ni l’ancien président, ni l’actuel, ni le système politique. Le média introduit une critique indirecte et se désengage en même temps de cette critique en donnant la parole à des acteurs tiers.

La fête du Premier Président après le départ de Nazarbayev

La mise en scène de la fête en honneur du Premier Président

123Les trois médias numériques les plus consultés construisent la sacralisation de l’image de Nazarbayev à travers la mise en scène de la fête. Pour ce faire, ils insistent sur sa préparation en amont, ce qui renforce son importance dans l’imaginaire des citoyens. Nur.KZ parle des cours ouverts à tout le monde organisés par les écoles et les collèges de la capitale : « […] l’objectif est d’attirer l’attention des élèves aux mérites exceptionnels du Premier Président et de renforcer le sentiment du patriotisme » (Nur.KZ 36). Tengrinews évoque une conférence scientifique à Turkestan, dont l’objectif est de mettre l’accent sur les initiatives économiques et les réformes du premier président qui ont permis le développement de tout le pays et le bien-être de tous les citoyens (Tengrinews 30).

124Les trois médias numériques insistent sur les festivités consacrées à la Journée du Premier Président. Ainsi Informburo parle-t-il des concerts et des spectacles organisés dans la capitale du 30 novembre au 2 décembre 2019 en l’honneur de Nazarbayev et publie le programme culturel (Informburo 11).

125Les médias évoquent également des festivités organisées dans d’autres villes. Ainsi Tengrinews évoque-t-il un spectacle musical consacré à Nazarbayev à Aqtobe qui a commencé par une vidéo présentant au public et vantant les mérites de Nazarbayev (Tengrinews 31).

126Les médias numériques parlent du lancement officiel des festivités par la cérémonie de la levée du drapeau national à Akorda et publient des extraits vidéo de cette cérémonie (Informburo 12). Ils évoquent également la clôture officielle de la fête avec des feux d’artifice (Informburo 13, Tengrinews 32).

127La fête du Premier Président organisée après le départ de Nazarbayev témoigne de la sacralisation et du renforcement du culte de la personnalité à travers les représentations symboliques et la mise en scène du spectacle politique.

L’ethos de chef et le double corps

128Les médias numériques construisent l’ethos de chef de Nazarbayev à travers le discours rapporté des acteurs politiques, économiques, sociaux, culturels ainsi que des acteurs issus de la société civile. Le directeur de l’école No 56 de Nour-Sultan, Zhumagazy Alpishev, le présente comme un « exemple pour toute la jeunesse kazakhe — l’exemple de service à son peuple et de sagesse exceptionnelle » (Nur.KZ 36). Les réussites du pays sont attribuées à « l’intelligence, la clairvoyance et la perspicacité » (Tengrinews 30) de Nazarbayev, c’est pourquoi les citoyens kazakhs doivent lui « exprimer leur gratitude la plus sincère pour les succès de notre pays » (Tengrinews 31).

129Nazarbayev est défini à travers son corps symbolique qui domine la construction de son image. Quant à son corps physique, il est présent et participe également à la sacralisation de son image. Ainsi Tengrinews a-t-il élaboré un test de « connaissance de Yelbasi » pour que chacun puisse vérifier ses connaissances sur Nazarbayev, notamment sur sa jeunesse, sa carrière politique ou des situations incongrues qui lui sont arrivées (Tengrinews 33). Ce test contient des questions sur les deux corps de Nazarbayev, par exemple sur ses études, ses voyages, ses livres, ainsi que sur sa famille, sur son enfance, les instruments de musique dont il joue. Chaque question propose des explications, des informations complémentaires sur sa vie, ses pensées, ainsi que des extraits issus de ses livres, de ses déclarations et de ses interviews. Certaines questions contiennent des vidéos et des photos d’archives. Le test se termine par le résultat obtenu (le nombre de réponses correctes) et la phrase : « Merci de votre participation à ce test. On vous souhaite une joyeuse fête du Premier Président » (Tengrinews 33).

130D’ailleurs, Tengrinews publie les photos d’archives « les plus extraordinaires de Yelbasi » et les photos « non politiques » (Tengrinews 34). Parmi elles, les photos de Nazarbayev à l’université, les photos de lui faisant du ski, jouant au volleyball, faisant de la pêche, montant à cheval, jouant au golf. Le média publie également des vidéos de Nazarbayev avec ses petits-enfants en 1999, une vidéo de lui chantant des chansons kazakhes traditionnelles, dansant avec les participantes du concours « Miss Kazakhstan – 2015 » (Tengrinews 34).

131Le corps physique participe à la sacralisation du corps symbolique de Nazarbayev. Ainsi les photos de lui pratiquant un sport ont-elles pour objectif de construire son ethos de puissance en mettant en avant sa force physique et sa bonne santé. Les photos de lui chantant et dansant construisent son ethos d’humanité pour montrer la proximité de Nazarbayev avec les citoyens. Les photos avec ses petits-enfants introduisent également l’ethos d’humanité en le présentant tel un grand-père qui prend soin de ses petits-enfants comme il prend soin de son peuple.

132Les médias numériques continuent à mettre en avant l’exemplarité des deux corps de Nazarbayev, son corps symbolique et son corps physique, ce qui renforce sa sacralisation. Cette sacralisation se base à la fois sur l’autorité politique et sur la personnalité de Nazarbayev. Nous avons vu que dans le cas de K-Zh. Tokayev, son corps physique est absent du discours médiatique, ce qui dépersonnalise son image en le transformant en un corps politique incarnant le pouvoir.

L’absence de la fête du Premier Président dans le discours d’Azattyq

133Azattyq ne parle pas du tout de la Journée du Premier Président.

134Le média cherche à dénoncer la domination politique de Nazarbayev en insistant sur le fait que c’est lui qui continue à représenter le pays lors d’événements internationaux. Ainsi parle-t-il du Sommet des chefs d’État de l’Asie centrale du 29 novembre 2019 où le Kazakhstan était représenté par Nazarbayev et non pas par l’actuel président K-Zh. Tokayev (alors que Nazarbayev n’exerce plus ses fonctions présidentielles depuis mars 2019) (Azattyq 23). D’ailleurs, Azattyq dénonce le fait que Nazarbayev a conservé le poste de président du parti Nur Otan et de président permanent du Conseil de sécurité du Kazakhstan, ainsi que le titre de Yelbasi (Leader de la Nation), qui lui accorde, ainsi qu’à tous les membres de sa famille, l’immunité permanente pour les poursuites civiles ou pénales (Azattyq 22).

135Dans son article du 1er décembre 2019, Azattyq parle d’une bannière exposée à l’intersection des rues Chaliapine et Sayin à Almaty. Sur cette bannière il est écrit : « Le pays pourrit par la tête » (Azattyq 23). Il s’agit d’un jeu de mots, car en kazakh « Yel basinan shiridi » renvoie au titre de Yelbasi, ce qui pourrait faire penser que c’est Yelbasi qui est « pourri ».

Conclusion

136Les médias numériques les plus consultés, Nur.KZ, Tengrinews et Informburo, utilisent les deux stratégies de construction de l’ethos : projection et construction. Ils ne déconstruisent pas l’ethos de Nazarbayev. La sacralisation se fonde sur l’attribution à Nazarbayev de qualités hors normes que lui seul possède. Les médias numériques le placent au-dessus des citoyens et au centre du système politique. Nazarbayev lui-même construit la sacralisation de son image en s’identifiant à tout le pays et en s’attribuant les réussites du Kazakhstan.

137L’analyse de la mise en scène de la sacralisation de l’image de Nazarbayev lors de l’annonce de son départ permet d’affirmer la domination de son corps politique. Ainsi sa sacralisation est-elle renforcée par la construction journalistique de cet événement par les médias numériques les plus consultés, notamment à travers la mise en avant de son apport pour le développement du pays, la création de son image en tant que bâtisseur de l’État kazakh et le « père » de tous les citoyens, la mise en avant des réactions des citoyens, des présidents d’autres pays et des médias.

138En outre, les deux corps, symbolique et physique, sont liés et indivisibles dans l’imaginaire des citoyens. La fin de son corps symbolique suscite des réactions pouvant être comparées à la fin du corps physique, la mort du président. D’un côté, la construction d’une image forte, la publication de photos d’archives, le changement des noms de rues en son honneur, les projets de films et les livres consacrés au premier président et, de l’autre côté, la réaction forte des citoyens (pleurs, tristesse, peur) et d’autres chefs d’État renforcent le parallèle avec la fin de son corps physique. L’indivisibilité des deux corps de Nazarbayev et la fin de son corps symbolique suscitent autant de réactions (alors qu’il possède toujours son corps physique, car il est en pleine santé) et sacralisent davantage son image.

139Après le départ de Nazarbayev, la sacralisation de son image est renforcée. Nous l’avons analysé à travers deux événements importants d’un point de vue politique et symbolique. Nazarbayev continue à légitimer son image de chef et à insister sur l’amour et le soutien du peuple kazakh, alors qu’officiellement, il n’est plus président du pays. Il évoque également sa présence dans la vie politique et son pouvoir. Les discours officiels et médiatiques reprennent cette tendance et mettent l’accent sur la continuité et la présence de Nazarbayev dans la vie politique du pays.

140La sacralisation de l’image de Nazarbayev est renforcée par la construction d’une hiérarchie entre les deux présidents et la position supérieure attribuée à Nazarbayev. Le président actuel, K-Zh. Tokayev, a gagné les élections en donnant une seule promesse électorale : s’inscrire dans la continuité politique du premier président et suivre le programme élaboré par Nazarbayev. Le manque d’autonomie du président actuel par rapport à la domination et la sacralisation de l’image de Nazarbayev sont à constater.

141L’ethos le plus construit de Nazarbayev est celui de chef — clairvoyant, perspicace, sage et proche de son peuple. Lui seul se voit attribuer l’ethos de chef. En effet, l’actuel président K-Zh. Tokayev n’est pas construit en tant que chef dans les discours officiels et médiatiques. D’ailleurs, K-Zh. Tokayev lui-même construit l’ethos de chef de Nazarbayev, ce qui participe davantage à la sacralisation de l’image de ce dernier.

142La sacralisation de K-Zh. Tokayev ne concerne que son corps politique. C’est son corps politique de président qui lui accorde la sacralité, pour insister sur le fait que la fonction présidentielle est une haute fonction d’État, qui n’est pas accessible à tout le monde et qui surtout demande de la reconnaissance de la part des citoyens. Quant à Nazarbayev, il s’agit d’une sacralisation personnifiée, rapportée à ses deux corps, symbolique et physique.

143La sacralisation de Nazarbayev est organisée à tous les niveaux : les écoles, les universités, l’administration, la politique. L’objectif est de construire et d’ancrer dans l’imaginaire des citoyens kazakhs une image forte de Nazarbayev en tant que politique de haut niveau, un chef redoutable qui ne peut être égalé. La position supérieure de Nazarbayev dans le système politique et par rapport au président actuel est évidente.

144Le corps physique de Nazarbayev participe également à la création d’une image forte pour renforcer son corps politique et sa sacralisation. Les médias numériques insistent sur ses qualités humaines (caractéristiques de son corps physique), mais ces qualités sont exceptionnelles, ce qui fait de Nazarbayev un surhomme, dont personne ne pourrait prétendre avoir la même image. Cette particularité fait que les deux corps de Nazarbayev sont mêlés dans l’imaginaire des citoyens et constituent une unité indivisible.

145La sacralisation de l’image de Nazarbayev est renforcée par l’absence de critique dans l’espace médiatique. Ainsi, Azattyq, le média numérique se positionnant en tant qu’oppositionnel, ne critique pas Nazarbayev directement et ne déconstruit pas son ethos ni celui de K-Zh. Tokayev. La critique ou plutôt la dénonciation de son corps politique est perceptible à travers l’utilisation des guillemets dans son identification et à travers l’utilisation des minuscules, comme dans « leader de la nation », « premier président ». En outre, Azattyq fait des parallèles, utilise des sous-entendus et donne la parole à d’autres acteurs extérieurs au journal (citoyens, experts, organisations internationales) en se désengageant en partie de la critique.

146Nous pouvons dire que, lorsque l’appareil de sacralisation de l’image d’un chef de l’État est assez fort et utilise différents moyens et canaux (discours médiatiques, politiques, citoyens), les mécanismes de l’autocensure se déclenchent quand il s’agit de critiques de ce chef. Ces mécanismes d’autocensure sont présents à tous les niveaux.

147Dans un contexte où existent des processus politiques contradictoires à première vue — une certaine liberté et en même temps une sacralisation de l’image du président — se développe un espace public étroitement lié à la sphère « officielle ». En même temps, l’ouverture du pays aux institutions démocratiques, l’intégration dans les processus internationaux d’échanges et l’adoption de principes démocratiques participent à l’adoption, par le Kazakhstan, de formes démocratiques, ce qui suscite le développement de l’espace public. Nous assistons donc à une forme spécifique du développement de l’espace public avec l’exemple du contexte kazakh moderne, où l’ouverture de la société et le développement économique et politique fonctionnent avec le contrôle, la censure, la propagande et la sacralisation de la fonction présidentielle, ce qui donne naissance à l’espace public officiel.

148Une spécificité du contexte kazakh est la domination de l’image du premier président, Nazarbayev. Cette domination influence le développement du système politique et le renforcement de l’espace public officiel. En outre, elle limite le corps politique de l’actuel président kazakh d’un point de vue symbolique (présence de l’image de Nazarbayev dans l’imaginaire des citoyens en tant que président) et politique (contrôle des décisions politiques par Nazarbayev). Par conséquent, le pouvoir kazakh a « deux têtes » : le premier président qui domine et l’actuel président qui exerce le pouvoir.

Haut de page

Bibliographie

ABYLKHOZHIN Zhouldouzbek (dir.) (2010), Histoire du Kazakhstan (de l’ancien temps jusqu’à la période contemporaine). Tome 5, Almaty, Éditions Atamoura.

ABZHANOV Khankeldi et Laura Noursoultanova (2011), Histoire du Kazakhstan indépendant, Almaty, Éditions Kazakh entsiklopediyasi.

AMOSSY Ruth (2006), L’argumentation dans le discours, Paris, Armand Colin.

AMOSSY Ruth (2014), « L’ethos et ses doubles contemporains. Perspectives disciplinaires », Langage et société, 3(149), p. 13-30. https://www.cairn.info/revue-langage-et-societe-2014-3-page-13.htm. Page consultée le 12 mai 2021.

BALANDIER Georges (1980), Le pouvoir sur scènes, Paris, Éditions Balland.

BARTHES Roland (1970), « L’ancienne rhétorique. Aide-mémoire », Communications, 16, p. 172-223. https://www.persee.fr/doc/comm_0588-8018_1970_num_16_1_1236. Page consultée le 12 mai 2021.

BONHOMME Julien et Nicolas Jaoul (2010), « Grands hommes vus d’en bas. L’iconographie officielle et ses usages populaires », Gradhiva, 11, p. 4-29. https://journals.openedition.org/gradhiva/1632. Page consultée le 12 mai 2021.

CHARAUDEAU Patrick (2005), Les médias et l’information. L’impossible transparence du discours, Bruxelles, Éditions De Boeck/INA.

FAUVE Adrien et Cécile GINTRAC (2009), « Production de l’espace urbain et mise en scène du pouvoir dans deux capitales “présidentielles” d’Asie Centrale », L’Espace politique, 8(2), https://doi.org/10.4000/espacepolitique.1376. Page consultée le 18 septembre 2020.

HABERMAS Jürgen (2008), L’espace public. Archéologie de la publicité comme dimension constitutive de la société bourgeoise, Millau, Éditions Payot et Rivages.

KAMENKA Patrick (2008), « La fin en douceur du système Niazov », Le Courrier des pays de l’Est, 1(1065), p. 170-181. https://www.cairn.info/revue-le-courrier-des-pays-de-l-est-2008-1-page-170.htm. Page consultée le 12 mai 2021.

KANTOROWICZ Ernst (2000), Œuvres. L’empereur Frédéric II. Les deux corps du Roi, Paris, Gallimard.

KAPAYEVA Aizhan (2004), Culture et politique (la politique d’État dans le domaine de la culture au Kazakhstan dans les années 1940-1991), Almaty, Éditions Atamoura.

LARUELLE Marlène et Sébastien Peyrouse (2006), Asie centrale, la dérive autoritaire. Cinq républiques entre héritage soviétique, dictature et islam, Paris, Éditions Autrement.

MAINGUENEAU Dominique (1993), Le contexte de l’œuvre littéraire. Énonciation, écrivain, société, Paris, Éditions Dunod.

ORKIBI Eithan (2008), « Ethos collectif et rhétorique de polarisation : le discours des étudiants en France pendant la guerre d’Algérie », Argumentation et analyse du discours, 1, mis en ligne le 21 septembre 2008, http://journals.openedition.org/aad/438. Page consultée le 3 septembre 2020.

OZOUF Mona (1984), « Le Panthéon, l’école normale des morts », dans Pierre Nora (dir.), Les lieux de mémoire I. La République, Paris, Gallimard, p. 139-196.

PAQUOT Thierry (2009), L’espace public, Paris, La Découverte.

PEYROUSE Sébastien (2008), « Logiques et acteurs du présidentialisme au Kazakhstan. La “famille”, les technocrates et les oligarques », Revue d’études comparatives Est-Ouest, 2(39), p. 149-172. https://www.persee.fr/doc/receo_0338-0599_2008_num_39_2_1899. Page consultée le 12 mai 2021.

RUPNIK Jacques, (2019), « Démocrature en Europe du Centre-Est : trente ans après 1989 », Pouvoirs, 169, p. 73-84.

Haut de page

Annexe


Articles

Azattyq

« Noursoultan Nazarbayev a annoncé sa démission du poste de président du Kazakhstan », Azattyq, 19 mars 2019, https://rus.azattyq.org/​a/​29830128.html, page consultée le 2 juin 2019.

« Tokayev prête serment en tant que deuxième président du Kazakhstan », Azattyq, 19 mars 2019, https://rus.azattyq.org/​a/​29831585.html, page consultée le 2 juin 2019.

« Tokayev prend ses fonctions de président le 20 mars à midi », Azattyq, 19 mars 2019, https://rus.azattyq.org/​a/​29831433.html, page consultée le 2 juin 2019.

« Chef du cabinet du premier président : Nazarbayev siégera au Nazarbayev-center », Azattyq, 20 mars 2019, https://rus.azattyq.org/​a/​29831690.html, page consultée le 2 juin 2019.

« Tokayev a proposé de renommer Astana en Nour-Sultan », Azattyq, 20 mars 2019, https://rus.azattyq.org/​a/​29831602.html, page consultée le 2 juin 2019.

« L’avenue Astana à Chymkent rebaptisée en Nazarbayev », Azattyq, 20 mars 2019, https://rus.azattyq.org/​a/​29832207.html, page consultée le 2 juin 2019.

« Le ministre de la Justice a commenté la proposition de renommer Astana », Azattyq, 20 mars 2019, https://rus.azattyq.org/​a/​29831713.html, page consultée le 2 juin 2019.

« Le Congrès extraordinaire du parti Nur Otan a débuté dans la capitale », Azattyq, 23 avril 2019, https://rus.azattyq.org/​a/​29897996.html, page consultée le 4 juin 2019.

« Nazarbayev a nommé Kassym-Zhomart Tokayev candidat à l’élection présidentielle », Azattyq, 23 avril 2019, https://rus.azattyq.org/​a/​29898055.html, page consultée le 4 juin 2019.

« Nur Otan a approuvé la candidature de Tokayev en tant que candidat à l’élection présidentielle », Azattyq, 23 avril 2019, https://rus.azattyq.org/​a/​29898066.html, page consultée le 4 juin 2019.

« Commission centrale électorale : Kassym-Zhomart Tokayev a remporté 70,76 % des voix », Azattyq, 10 juin 2019, https://rus.azattyq.org/​a/​29990749.html, page consultée le 15 juin 2019.

« La Commission centrale électorale a reçu les documents de Tokayev, une réunion de la commission linguistique a été annoncée », Azattyq, 23 avril 2019, https://rus.azattyq.org/​a/​29898560.html, page consultée le 4 juin 2019.

« Ouverture des bureaux de vote au Kazakhstan, les élections présidentielles ont débuté », Azattyq, 9 juin 2019, https://rus.azattyq.org/​a/​29988476.html, page consultée le 15 juin 2019.

« Plus d’une centaine de personnes ont été arrêtées lors d’une manifestation contre les élections à Almaty », Azattyq, 9 juin 2019, https://rus.azattyq.org/​a/​29989193.html, page consultée le 15 juin 2019.

« La police a commencé à arrêter des citoyens qui “ont déclaré le boycott des élections” à Nour-Sultan », Azattyq, 9 juin 2019, https://rus.azattyq.org/​a/​29989191.html, page consultée le 15 juin 2019.

« Une vingtaine de personnes détenues à Chymkent », Azattyq, 9 juin 2019, https://rus.azattyq.org/​a/​29989270.html, page consultée le 15 juin 2019.

« Une réunion des mécontents avec les résultats des élections a été dispersé près d’Astana-arène à Almaty », Azattyq, 10 juin 2019, https://rus.azattyq.org/​a/​29991410.html, page consultée le 15 juin 2019.

« Les personnes arrêtées lors des manifestations ont été amenées à l’extérieur de la ville après le procès à Nour-Sultan », Azattyq, 10 juin 2019, https://rus.azattyq.org/​a/​29990737.html, page consultée le 15 juin 2019.

« NetBlocks Group a dénoncé le blocage de l’accès à Internet au Kazakhstan », Azattyq, 9 juin 2019, https://rus.azattyq.org/​a/​29989407.html, page consultée le 15 juin 2019.

« Les journalistes d’Azattyq ont été témoins de possibles violations à Almaty et Chymkent », Azattyq, 9 juin 2019, https://rus.azattyq.org/​a/​29989024.html, page consultée le 15 juin 2019.

« La mission de l’OSCE a signalé des violations lors des élections et a critiqué les arrestations des manifestants », Azattyq, 10 juin 2019, https://rus.azattyq.org/​a/​29991187.html, page consultée le 15 juin 2019.

« HRW appelle Nour-Sultan à respecter le droit des citoyens à exprimer librement leur opinion », Azattyq, 10 juin 2019, https://rus.azattyq.org/​a/​29991328.html, page consultée le 15 juin 2019.

« Le Kazakhstan au Sommet des Chefs d’État d’Asie Centrale est représenté par Nazarbayev et non pas par Tokayev », Azattyq, 29 novembre 2019, https://rus.azattyq.org/​a/​30298498.html, page consultée le 5 décembre 2019.

« Une bannière “Le pays pourrit par la tête” est apparue à Almaty », Azattyq, 1er décembre 2019, https://rus.azattyq.org/​a/​30301370.html, page consultée le 5 décembre 2019.

Informburo

« Noursoultan Nazarbayev a mis fin à sa fonction du Président. Le texte intégral de l’appel au peuple », Informburo, 19 mars 2019, https://informburo.kz/​novosti/​nursultan-nazarbaev-prinyal-reshenie-slozhit-polnomochiya-prezidenta-kazahstana.html, page consultée le 2 juin 2019.

« “Un peu dur, pratique et décisif”. Les discours des leaders mondiaux sur le Président Nazarbayev », Informburo, 19 mars 2019, https://informburo.kz/​stati/​v-meru-zhyostkiy-praktichnyy-i-reshitelnyy-chto-govorili-o-prezidente-nazarbaeve-mirovye-lidery-.html, page consultée le 2 juin 2019.

« “L’homme honnête, responsable, dévoué”. Que sait-on de Kassym-Zhomart Tokayev ? », Informburo, 19 mars 2019, https://informburo.kz/​stati/​kasym-zhomart-tokaev-put-k-prezidentstvu.html, page consultée le 2 juin 2019.

« Congrès du parti Nur Otan avant les élections présidentielles. Texte intégral », Informburo, 23 avril 2019, https://informburo.kz/​novosti/​nur-otan-vydvigaet-kandidata-v-prezidenty-na-sezde-s-uchastiem-nazarbaeva-tekstovaya-translyaciya.html, page consultée le 4 juin 2019.

« Tokayev : nous avons prévu de faire l’investiture du président le 12 juin », Informburo, 10 juin 2019, https://informburo.kz/​novosti/​tokaev-inauguraciyu-prezidenta-planiruem-provesti-12-iyunya.html, page consultée le 15 juin 2019.

« Tokayev a remercié tous les Kazakhstanais de lui avoir accordé la confiance », Informburo, 10 juin 2019, https://informburo.kz/​novosti/​tokaev-poblagodaril-kazahstancev-za-okazannoe-emu-doverie-91096.html, page consultée le 15 juin 2019.

« Xi Jinping, Pachinian et Loukachenko ont félicité Tokayev avec sa victoire aux élections », Informburo, 10 juin 2019, https://informburo.kz/​novosti/​si-czinpin-pashinyan-i-aliev-pozdravili-tokaeva-s-pobedoy-na-vyborah.html, page consultée le 15 juin 2019.

« Erdogan, Aliyev et Poutine ont félicité Tokayev avec sa victoire aux élections », Informburo, 10 juin 2019, https://informburo.kz/​novosti/​redzhep-erdogan-pozdravil-kasym-zhomarta-tokaeva-s-pobedoy-na-vyborah-91124.html, page consultée le 15 juin 2019.

« Jeenbekov, Rahmon et Mirziyoyev ont félicité Tokayev avec sa victoire aux élections », Informburo, 10 juin 2019, https://informburo.kz/​novosti/​shavkat-mirziyoev-pozdravil-kasym-zhomarta-tokaeva-s-pobedoy-na-vyborah.html, page consultée le 15 juin 2019.

« Noursoultan Nazarbayev a voté sur un bureau de vote à Noursoultan », Informburo, 9 juin 2019, https://informburo.kz/​novosti/​nursultan-nazarbaev-progolosoval-na-izbiratelnom-uchastke-v-nur-sultane.html, page consultée le 15 juin 2019.

« Concerts, spectacles et show — un riche week-end de fête pour les habitants de Nour-Sultan », Informburo, 29 novembre 2019, https://informburo.kz/​novosti/​koncerty-spektakli-i-shou-zhiteley-nur-sultana-zhdut-nasyshchennye-prazdnichnye-vyhodnye-99024.html, page consultée le 5 décembre 2019.

« À Akorda, le drapeau national a été hissé à l’occasion de la Journée du Premier Président de la République du Kazakhstan », Informburo, 1er décembre 2019, https://informburo.kz/​novosti/​v-akorde-podnyali-gosudarstvennyy-flag-po-sluchayu-dnya-pervogo-prezidenta-rk.html, page consultée le 5 décembre 2019.

« Feux d’artifice lancés à Nour-Sultan et Almaty », Informburo, 1er décembre 2019, https://informburo.kz/​novosti/​v-nur-sultane-i-almaty-zapustili-prazdnichnyy-salyut.html, page consultée le 5 décembre 2019.

Nur.KZ

« Nazarbayev a démissionné de son poste de président du Kazakhstan », Nur.KZ, 19 mars 2019, https://www.nur.kz/​1784360-nazarbaev-slozil-polnomocia-prezidenta-kazahstana.html, page consultée le 2 juin 2019.

« Tokayev : Nazarbayev est déjà entré dans l’histoire mondiale comme un réformateur exceptionnel », Nur.KZ, 19 mars 2019, https://www.nur.kz/​1784497-tokaev-nazarbaev-uze-vosel-v-mirovuu-istoriu-kak-vydausijsa-reformator.html, page consultée le 2 juin 2019.

« Nazarbayev a démissionné : un appel au peuple du Kazakhstan », Nur.KZ, 19 mars 2019, https://www.nur.kz/​1784380-nazarbaev-usel-v-otstavku-opublikovano-obrasenie-k-narodu-kazahstana.html, page consultée le 2 juin 2019.

« “Soudain, triste et effrayant” : comment les habitants d’Almaty ont appris la démission de Yelbasy (vidéo) », Nur.KZ, 19 mars 2019, https://www.nur.kz/​1784585-neozidanno-grustno-i-strasno-kak-almatincy-vosprinali-uhod-elbasy-s-posta-prezidenta-video.html, page consultée le 2 juin 2019.

« Les habitants de Karaganda ont lancé un challenge #KaragandaAvecYelbasi », Nur.KZ, 19 mars 2019, https://www.nur.kz/​1784479-karagandincy-zapustili-cellendz-karagandyelbasymenbirge.html, page consultée le 2 juin 2019.

« Chanson pour le premier président : un nouveau défi lancé à Pavlodar », Nur.KZ, 19 mars 2019, https://www.nur.kz/​1784551-pesna-dla-pervogo-prezidenta-v-pavlodare-zapustili-novyj-cellendz.html, page consultée le 2 juin 2019.

« Les habitants de Koustanaï discutent de la décision de Noursoultan Nazarbayev », Nur.KZ, 19 mars 2019, https://www.nur.kz/​1784560-kostanajcy-obsuzdaut-resenie-nursultana-nazarbaeva.html, page consultée le 2 juin 2019.

« Loukachenko, Zheenbekov et Mirziyeev ont été bouleversés par la démission de Nazarbayev », Nur.KZ, 19 mars 2019, https://www.nur.kz/​1784421-lukasenko-zeenbekov-i-mirzieev-ogorcilis-iz-za-otstavki-nazarbaeva.html, page consultée le 2 juin 2019.

« “Il y a toutes les raisons de le remercier” : Poutine sur la démission de Nazarbayev », Nur.KZ, 19 mars 2019, https://www.nur.kz/​1784569-est-vse-osnovania-skazat-emu-spasibo-putin-ob-otstavke-nazarbaeva.html, page consultée le 2 juin 2019.

« “Qui est le père ? C’est le protecteur, soutien de famille et maître” : Nazarbayev à propos du chef d’État », Nur.KZ, 20 mars 2019, https://www.nur.kz/​1784493-kto-takoj-otec-eto-zasitnik-kormilec-ucitel-nazarbaev-o-glave-strany-video.html, page consultée le 2 juin 2019.

« Avenue Astana a été renommée avenue Nazarbayev à Chymkent », Nur.KZ, 20 mars 2019, https://www.nur.kz/​1784607-prospekt-astany-pereimenovali-v-prospekt-nazarbaeva-v-symkente-foto.html, page consultée le 3 juin 2019.

« L’avenue Satpayev à Atyraou recevra le nom de Nazarbayev », Nur.KZ, 20 mars 2019, https://www.nur.kz/​1784609-prospektu-satpaeva-v-atyrau-dadut-ima-nazarbaeva.html, page consultée le 3 juin 2019.

« La rue la plus longue à Oust-Kamenogorsk a été nommée en honneur du Premier Président », Nur.KZ, 20 mars 2019, https://www.nur.kz/​1784643-samuu-dlinnuu-ulicu-v-ust-kamenogorske-nazvali-v-cest-pervogo-prezidenta.html, page consultée le 3 juin 2019.

« Le boulevard de la Paix à Karaganda a été renommé en avenue Noursoultan Nazarbayev », Nur.KZ, 20 mars 2019, https://www.nur.kz/​1784644-bulvar-mira-v-karagande-pereimenovali-v-prospekt-nursultana-nazarbaeva.html, page consultée le 3 juin 2019.

« L’avenue centrale Dostyk à Ouralsk a été renommée Noursoultan Nazarbayev », Nur.KZ, 20 mars 2019, https://www.nur.kz/​1784642-centralnyj-prospekt-dostyk-pereimenovali-v-nursultan-nazarbaev-v-uralske.html, page consultée le 3 juin 2019.

« Comment Nazarbayev a prêté le premier serment du président (photo, vidéo) », Nur.KZ, 20 mars 2019, https://www.nur.kz/​1784451-kak-nazarbaev-prinal-pervuu-prisagu-prezidenta-foto-video.html, page consultée le 3 juin 2019.

« Nazarbayev : Tokayev est la bonne personne à qui l’on peut confier le gouvernement du Kazakhstan », Nur.KZ, 19 mars 2019, https://www.nur.kz/​1784374-nazarbaev-tokaev-imenno-tot-celovek-kotoromu-mozno-doverit-upravlenie-kazahstanom.html, page consultée le 2 juin 2019.

« Nazarbayev a démissionné : qui est Kassym-Zhomart Tokayev », Nur.KZ, 19 mars 2019, https://www.nur.kz/​1784401-nazarbaev-usel-v-otstavku-kto-takoj-kasym-zomart-tokaev.html, page consultée le 2 juin 2019.

« Diplomate de niveau mondial : comment Kassym-Zhomart Tokayev est connu », Nur.KZ, 20 mars 2019, https://www.nur.kz/​1784476-diplomat-mirovogo-urovna-cem-izvesten-kasym-zomart-tokaev.html, page consultée le 3 juin 2019.

« Nazarbayev a démissionné — Kassym-Zhomart Tokayev est devenu président : comment c’était », Nur.KZ, 20 mars 2019, https://www.nur.kz/​1784463-nazarbaev-usel-v-otstavku-kasym-zomart-tokaev-stal-prezidentom-kak-eto-bylo-foto.html, page consultée le 3 juin 2019.

« Les élections au Kazakhstan : Nazarbayev se préparait pendant trois ans de quitter le poste du président », Nur.KZ, 23 avril 2019, https://www.nur.kz/​1790560-vybory-v-kazahstane-nazarbaev-tri-goda-gotovilsa-ujti-s-posta-prezidenta.html, page consultée le 4 juin 2019.

« Les élections au Kazakhstan : Nazarbayev a raconté comment les conflits interethniques ont été prédits », Nur.KZ, 23 avril 2019, https://www.nur.kz/​1790520-nazarbaev-mnogie-predrekali-nam-mezetniceskie-konflikty.html, page consultée le 4 juin 2019.

« Les élections au Kazakhstan : Nazarbayev propose de nommer Tokayev en tant que candidat à la présidentielle », Nur.KZ, 23 avril 2019, https://www.nur.kz/​1790450-kasym-zomart-tokaev-stal-kandidatom-v-prezidenty-kazahstana.html, page consultée le 4 juin 2019.

« “Dans cinq minutes on saura tout” : Issimbayeva sur la candidature de Nur Otan à aux élections présidentielles », Nur.KZ, 23 avril 2019, https://www.nur.kz/​1790511-cerez-5-minut-vse-stanet-izvestno-isimbaeva-o-tom-kto-stane-kandidatom-ot-nur-otan.html, page consultée le 4 juin 2019.

« Les élections au Kazakhstan : Tokayev accepte de participer à la présidentielle », Nur.KZ, 23 avril 2019, https://www.nur.kz/​1790551-vybory-v-kazahstane-tokaev-soglasilsa-pojti-na-vybory.html, page consultée le 4 juin 2019.

« Les élections au Kazakhstan : Tokayev a expliqué ce qu’il fera en tant que président », Nur.KZ, 23 avril 2019, https://www.nur.kz/​1790565-vybory-v-kazahstane-tokaev-rasskazal-cto-budet-delat-na-postu-prezidenta.html, page consultée le 4 juin 2019.

« Les élections au Kazakhstan : l’héritage du pouvoir n’a pas eu lieu », Nur.KZ, 23 avril 2019, https://politics.nur.kz/​1790517-vybory-v-kazahstane-nasledovanie-vlasti-ne-proizoslo.html, page consultée le 4 juin 2019.

« Tokayev sur le mot “transit” : je ne suis pas un passager de transit, mais président à part entière », Nur.KZ, 10 juin 2019, https://www.nur.kz/​1798905-tokaev-potrollil-slovo-tranzit-a-ne-tranzitnyj-passazir-a-polnopravnyj-prezident.html, page consultée le 15 juin 2019.

« Tokayev : toutes les mesures ont été mises en place pour garantir la transparence des élections », Nur.KZ, 10 juin 2019, https://www.nur.kz/​1798885-tokaev-byli-predprinaty-vse-mery-ctoby-dannye-vybory-prosli-otkryto.html, page consultée le 15 juin 2019.

« Les candidats se sont exprimés sur la victoire de Tokayev après les résultats des sondages de sortie de l’urne », Nur.KZ, 10 juin 2019, https://www.nur.kz/​1798698-kandidaty-vyskazalis-o-pobede-tokaeva-rezultatam-exit-poll.html, page consultée le 15 juin 2019.

« Xi Jinping, Pachinian et Aliyev ont félicité Tokayev avec sa victoire aux élections », Nur.KZ, 10 juin 2019, https://www.nur.kz/​1798927-si-czinpin-pasinan-i-aliev-pozdravili-tokaeva-s-pobedoj-na-vyborah.html, page consultée le 15 juin 2019.

« Tokayev sur les résultats des élections : je n’accepte pas le mot “victoire” », Nur.KZ, 10 juin 2019, https://www.nur.kz/​1798895-tokaev-ob-itogah-vyborov-slovo-pobeda-a-ne-vosprinimau.html, page consultée le 15 juin 2019.

« Erdogan a félicité Tokayev avec sa victoire aux élections », Nur.KZ, 10 juin 2019, https://www.nur.kz/​1798840-erdogan-pozdravil-tokaeva-s-pobedoj-na-vyborah.html, page consultée le 15 juin 2019.

« Jeenbekov, Rahmon et Mirziyoyev ont félicité Tokayev avec sa victoire aux élections », Nur.KZ, 10 juin 2019, https://www.nur.kz/​1798772-zeenbekov-i-mirzieev-pozdravili-tokaeva-s-pobedoj-na-vyborah.html, page consultée le 15 juin 2019.

« Nazarbayev a fait son choix », Nur.KZ, 9 juin 2019, https://www.nur.kz/​1798533-nazarbaev-sdelal-svoj-vybor-foto.html, page consultée le 15 juin 2019.

« Les écoles de la capitale ont organisé une leçon ouverte unique sur le sujet “Le Kazakhstan moderne” », Nur.KZ, 29 novembre 2019, https://www.nur.kz/​1829724-v-stolicnyh-skolah-proveli-edinyj-otkrytyj-urok-sovremennyj-kazahstan.html, page consultée le 5 décembre 2019.

Tengrinews

« Déclaration de démission de N. Nazarbayev », Tengrinews, 19 mars 2019, https://tengrinews.kz/​kazakhstan_news/​zayavlenie-nazarbaeva-o-slojenii-polnomochiy-polnyiy-tekst-365414/​, page consultée le 2 juin 2019.

« Le Premier Président est parti, mais reste », Tengrinews, 19 mars 2019, https://tengrinews.kz/​opinion/​pervyiy-prezident-ushel-no-ostaetsya-848/​, page consultée le 2 juin 2019.

« Kassym-Zhomart Tokayev a pris ses fonctions de président. Comment c’était », Tengrinews, 19 mars 2019, https://tengrinews.kz/​kazakhstan_news/​kasyim-jomart-tokaev-vstupil-doljnost-prezidenta-eto-365447/​, page consultée le 2 juin 2019.

« Je m’incline devant vous — Nazarbayev », Tengrinews, 19 mars 2019, https://tengrinews.kz/​kazakhstan_news/​ya-nizko-klanyayus-vam-nazarbaev-365406/​, page consultée le 2 juin 2019.

« Les habitants de Karaganda ont lancé un challenge #KaragandaAvecYelbasi », Tengrinews, 19 mars 2019, https://tengrinews.kz/​kazakhstan_news/​karagandintsyi-zapustili-chellendj-karagandyielbasyimenbrge-365457/​, page consultée le 2 juin 2019.

« La nouvelle la plus extraordinaire de l’histoire du Kazakhstan », Tengrinews, 19 mars 2019, https://tengrinews.kz/​article/​samaya-neobyichnaya-novost-za-vsyu-istoriyu-kazahstana-1089/​, page consultée le 2 juin 2019.

« Nazarbayev a parlé au téléphone avec Poutine », Tengrinews, 19 mars 2019, https://tengrinews.kz/​kazakhstan_news/​nazarbaev-pogovoril-po-telefonu-s-putinyim-365428/​, page consultée le 2 juin 2019.

« “Comment vivre après ?” Les politiques kazakhs sur ce qu’il faut faire maintenant », Tengrinews, 19 mars 2019, https://tengrinews.kz/​fotoarchive/​jit-dalshe-gosudarstvennyie-deyateli-kazahstana-tom-teper-1146/​, page consultée le 2 juin 2019.

« Noursoultan Abichevitch est un grand Homme. Je vais écrire un livre sur lui — Karim Massimov », Tengrinews, 20 mars 2019, https://tengrinews.kz/​kazakhstan_news/​nursultan-abishevich-velikiy-chelovek-napishu-nem-knigu-365460/​, page consultée le 2 juin 2019.

« Monument en honneur de Nazarbayev sera érigé à Astana », Tengrinews, 20 mars 2019, https://tengrinews.kz/​kazakhstan_news/​monument-v-chest-nazarbaeva-vozdvignut-v-astane-365474/​, page consultée le 2 juin 2019.

« Avenue Nazarbayev apparaîtra à Chymkent », Tengrinews, 20 mars 2019, https://tengrinews.kz/​kazakhstan_news/​v-shyimkente-poyavilsya-prospekt-nazarbaeva-365501/​, page consultée le 3 juin 2019.

« Les avenues Nazarbayev apparaîtront dans les villes kazakhes », Tengrinews, 20 mars 2019, https://tengrinews.kz/​kazakhstan_news/​prospektyi-nazarbaeva-poyavyatsya-v-kazahstanskih-gorodah-365506/​, page consultée le 3 juin 2019.

« Président Nazarbayev. Comment tout a commencé », Tengrinews, 20 mars 2019, https://tengrinews.kz/​article/​prezident-nazarbaev-kak-vse-nachinalos-1093/​, page consultée le 3 juin 2019.

« Nazarbayev : Tokayev est la bonne personne à qui l’on peut confier le gouvernement du pays », Tengrinews, 19 mars 2019, https://tengrinews.kz/​kazakhstan_news/​nazarbaev-tokaev-chelovek-kotoromu-mojem-doverit-upravlenie-365402/​, page consultée le 2 juin 2019.

« Que sait-on de Kassym-Zhomart Tokayev », Tengrinews, 19 mars 2019, https://tengrinews.kz/​kazakhstan_news/​chto-izvestno-o-kasyim-jomarte-tokaeve-365407/​, page consultée le 2 juin 2019.

« Que sait-on sur la famille de Kassym-Zhomart Tokayev », Tengrinews, 20 mars 2019, https://tengrinews.kz/​kazakhstan_news/​chto-izvestno-o-seme-prezidenta-tokaeva-365531/​, page consultée le 3 juin 2019.

« Kassym-Zhomart Tokayev a pris ses fonctions de président : comment c’était », Tengrinews, 20 mars 2019, https://tengrinews.kz/​kazakhstan_news/​kasyim-jomart-tokaev-vstupil-doljnost-prezidenta-eto-365447/​, page consultée le 3 juin 2019.

« Les portraits de Nazarbayev resteront dans les bâtiments et les bureaux », Tengrinews, 20 mars 2019, https://tengrinews.kz/​kazakhstan_news/​portretyi-nazarbaeva-ostanutsya-v-zdaniyah-i-kabinetah-365476/​, page consultée le 3 juin 2019.

« Nazarbayev ouvre le Congrès du parti Nur Otan », Tengrinews, 23 avril 2019, https://tengrinews.kz/​kazakhstan_news/​nazarbaev-otkryil-syezd-partii-nur-otan-367759/​, page consultée le 4 juin 2019.

« Nazarbayev a parlé des lettres le demandant de participer aux élections », Tengrinews, 23 avril 2019, https://tengrinews.kz/​kazakhstan_news/​nazarbaev-rasskazal-o-pismah-s-prosbami-idti-na-vyiboryi-367757/​, page consultée le 4 juin 2019.

« Nazarbayev sur sa démission : il se préparait pendant trois ans », Tengrinews, 23 avril 2019, https://tengrinews.kz/​kazakhstan_news/​nazarbaev-o-slojenii-polnomochiy-gotovilsya-bolshe-3-let-367764/​, page consultée le 4 juin 2019.

« Tokayev : Je sens la responsabilité qui m’est confiée », Tengrinews, 23 avril 2019, https://tengrinews.kz/​kazakhstan_news/​tokaev-chuvstvuyu-gruz-vozlojennyiy-na-menya-367761/​, page consultée le 4 juin 2019.

« Nazarbayev a proposé de nommer Tokayev en tant que candidat à la présidentielle », Tengrinews, 23 avril 2019, https://tengrinews.kz/​kazakhstan_news/​nazarbaev-predlojil-vyidvinut-tokaeva-kandidatom-prezidentyi-367745/​, page consultée le 4 juin 2019.

« Tokayev sur lui-même : passager de transit ? Non », Tengrinews, 10 juin 2019, https://tengrinews.kz/​kazakhstan_news/​tokaev-o-sebe-tranzitnyiy-passajir-net-371049/​, page consultée le 15 juin 2019.

« Tokayev a remercié tous les Kazakhstanais après les élections », Tengrinews, 10 juin 2019, https://tengrinews.kz/​kazakhstan_news/​tokaev-posle-vyiborov-poblagodaril-kazahstantsev-371000/​, page consultée le 15 juin 2019.

« Xi Jinping, Pachinian et Aliyev ont félicité Tokayev avec sa victoire aux élections », Tengrinews, 10 juin 2019, https://tengrinews.kz/​kazakhstan_news/​si-tszinpin-pashinyan-i-aliev-pozdravili-tokaeva-371069/​, page consultée le 15 juin 2019.

« Tokayev a discuté avec Poutine », Tengrinews, 10 juin 2019, https://tengrinews.kz/​kazakhstan_news/​tokaev-pogovoril-s-putinyim-371047/​, page consultée le 15 juin 2019.

« Erdogan a félicité Tokayev avec sa victoire aux élections », Tengrinews, 10 juin 2019, https://tengrinews.kz/​kazakhstan_news/​erdogan-pozdravil-tokaeva-s-pobedoy-na-vyiborah-371036/​, page consultée le 15 juin 2019.

« Nazarbayev a voté aux élections présidentielles », Tengrinews, 9 juin 2019, https://tengrinews.kz/​kazakhstan_news/​nursultan-nazarbaev-progolosoval-na-vyiborah-prezidenta-370914/​, page consultée le 15 juin 2019.

« Conférence en l’honneur de la Journée du Premier Président a eu lieu au Turkestan », Tengrinews, 30 novembre 2019, https://tengrinews.kz/​kazakhstan_news/​konferentsiya-chest-dnya-pervogo-prezidenta-sostoyalas-385380/​, page consultée le 5 décembre 2019.

« Les festivités en honneur de la Journée du Premier Président ont débuté à Aqtobe », Tengrinews, 30 novembre 2019, https://tengrinews.kz/​kazakhstan_news/​aktobe-startovali-meropriyatiya-chest-dnya-pervogo-385374/​, page consultée le 5 décembre 2019.

« Les feux d’artifice célèbrent le Premier Président dans la capitale et à Almaty », Tengrinews, 1er décembre 2019, https://tengrinews.kz/​kazakhstan_news/​salyut-chest-pervogo-prezidenta-progremel-stolitse-v-almatyi-385471/​, page consultée le 5 décembre 2019.

« “Qu’est-ce que Nazarbayev portait dans sa poche ?”. Fais le test et découvre Yelbasi », Tengrinews, 1er décembre 2019, https://tengrinews.kz/​kazakhstan_news/​chto-nazarbaev-nosil-v-karmane-proydi-test-i-uznay-o-elbasyi-385356/​, page consultée le 5 décembre 2019.

« Les photos les plus extraordinaires et insolites de Yelbasi », Tengrinews, 1er décembre 2019, https://tengrinews.kz/​story/​samyie-yarkie-i-neobyichnyie-fotografii-elbasyi-385303/​, page consultée le 5 décembre 2019.

Les décrets et les lois

GOUVERNEMENT DU KAZAKHSTAN (2020), Décret sur la réalisation du plan national de développement de l’information pour les années 2020-2022, 7 avril, https://online.zakon.kz/​document/​?doc_id=37776137#pos=1;-105, page consultée le 2 septembre 2020.

RÉPUBLIQUE DU KAZAKHSTAN (1999), Constitution, https://online.zakon.kz/​document/​?doc_id=1005029, page consultée le 3 septembre 2020.

RÉPUBLIQUE DU KAZAKHSTAN (1999), Loi sur les médias de masse, 23 juillet, https://online.zakon.kz/​document/​?doc_id=1013966, page consultée le 2 septembre 2020.

Les sites

Azattyq, https://rus.azattyq.org/​p/​4466.html, page consultée le 26 août 2020.

Informburo, https://informburo.kz/​about.html, page consultée le 26 août 2020.

Ministère de l’Information et du Développement social de la République du Kazakhstan, https://www.gov.kz/​memleket/​entities/​qogam/​activities/​145?lang=ru, page consultée le 2 septembre 2020.

Nur.KZ, https://www.nur.kz/​1822443-principy-raboty-novostnoj-sluzby-nurkz.html, page consultée le 26 août 2020.

Radio Free Europe / Radio Liberty, https://pressroom.rferl.org/​about-us, page consultée le 27 août 2020.

Tengrinews, https://tengrinews.kz/​contacts/​#, page consultée le 26 août 2020.

Haut de page

Notes

1 Ce pic était anciennement appelé pic de Komsomol.

2 zero.kz (site du classement des ressources numériques de KazNet), istory (site du journalisme numérique du KazNet), liveinternet (site de statistique de RuNet, segment russe d’Internet, qui contient également le classement pour le Kazakhstan), allyoucanread.com (site contenant la base internationale des données des journaux et des magazines en ligne).

3 Au mois d’août 2020, le compte Instagram de Nur.KZ atteint 817 000 abonnés, la chaîne Telegram a 71 300 membres, le compte Facebook a 312 000 abonnés, le compte Vkontakte (le réseau social russe semblable à Facebook) a 579 300 abonnés.

4 Au mois d’août 2020, son compte Instagram atteint 1,7 million d’abonnés, la chaîne Telegram a 115 098 membres, le compte Facebook a 89 638 abonnés, le compte Vkontakte a 144 966 abonnés.

5 Au mois d’août 2020, son compte Instagram atteint 206 000 abonnés, la chaîne Telegram a 13 679 membres, le compte Facebook a 57 423 abonnés, le compte Vkontakte a 10 000 abonnés.

6 Pour le mois d’août 2020, son compte Instagram atteint 511 000 d’abonnés, la chaîne Telegram a 1 947 membres, le compte Facebook a 268 132 abonnés, le compte Vkontakte a 10 664 abonnés, le compte Twitter a 21 700 abonnés. La chaîne Youtude d’Azattyq compte 908 000 d’abonnés.

7 Les chiffres correspondent au rang de l’article dans l’énumération en annexe.

8 Nazarbayev s’adresse à tous les Kazakhstanais.

9 Institut d’État des relations internationales de Moscou (auprès du ministère des Affaires étrangères).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Elmira Prmanova, « Pouvoir à deux têtes »Communication [En ligne], Vol. 38/1 | 2021, mis en ligne le 15 juin 2021, consulté le 30 juillet 2021. URL : http://journals.openedition.org/communication/13734 ; DOI : https://doi.org/10.4000/communication.13734

Haut de page

Auteur

Elmira Prmanova

Elmira Prmanova est Docteure en Sciences de l’Information et de la Communication, membre du laboratoire Elico, Université Lumière Lyon 2,. Courriel : elmira.prmanova@gmail.com

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Communication sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search