Navigation – Plan du site

AccueilNumérosVol. 38/1ArticlesLe rôle du parler populaire dans ...

Articles

Le rôle du parler populaire dans la structuration du discours médiatique de la presse algérienne lors d’un événement sportif

Le cas du match Égypte-Algérie de 2009
Fateh Chemerik

Résumés

À travers la couverture du match de foot Égypte-Algérie en 2009 l’auteur constate plusieurs changements dans les pratiques journalistiques de la presse francophone en Algérie. Les Unes des journaux sont marquées par une forte mobilisation du parler populaire. L’auteur intuitionne que la presse francophone algérienne co-construit l’évènement footballistique pour promouvoir une « algérianité », par opposition à l’arabité « autoproclamée » par les médias cairotes. L’analyse porte sur 97 titres de quatre journaux algériens dont deux titres sportifs et deux titres généralistes, publiés entre le 14 et 19 novembre 2009. L’étude s’appuie aussi sur des d’entretiens semi-directifs menés auprès de quatre directeurs de publications, quatre rédacteurs en chef et huit journalistes effectués entre 2013 et 2020.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Il s’agit d’analyser la double confrontation entre l’Égypte et l’Algérie. La première rencontre s’e (...)
  • 2 La darija est une langue vernaculaire non officielle.
  • 3 En Algérie, l’identification et le choix des langues par l’État ont favorisé, dès l’indépendance, l (...)
  • 4 La guerre médiatique entre la presse algérienne et les chaînes de télévision égyptiennes a dépassé (...)

1Le concept d’événement médiatique est convoqué dans plusieurs travaux scientifiques qui insistent, dans leur majorité, sur les caractéristiques de sa construction. Charaudeau souligne que « l’événement n’est jamais transmis à l’instance de réception dans son état brut ; pour sa signification, il dépend du regard qui est posé sur lui, regard d’un sujet qui l’intègre dans un système de pensée et se faisant le rend intelligible » (1997, p. 102). En journalisme, Ringoot inscrit l’événement « à la fois au cœur des pratiques professionnelles et au cœur de la dimension éditoriale » (2014, p. 78). Dans ce cas de figure, le journal dans son ensemble procède, selon l’auteure, à « la distinction primordiale entre ce qui mérite d’y figurer et ce qui en est exclu » (ibid., p. 77). À travers la couverture du match Égypte-Algérie1, dont l’enjeu relativement important était une place en Coupe du monde 2010, nous avons constaté plusieurs changements dans les pratiques journalistiques de la presse francophone en Algérie. Les unes des journaux, en tant « qu’instrument sélectif du journal » (ibid.) et en tant que « vitrine », sont marquées par une forte mobilisation du parler populaire, à l’image des titres « Dirouha ! » [Faites-le !] du Soir et « One, two, three, viva l’Algérie » de Compétition. Nous envisageons le parler populaire (parler populaire) comme un mélange de langues emprunté à l’arabe : la darija2, le tamazight, le français, l’anglais, le turc, l’italien, l’espagnol, etc. Ainsi la problématique de cette recherche consiste-t-elle à questionner la place du parler populaire durant cet événement footballistique et à essayer de comprendre les enjeux qui charrient son usage par la presse francophone algérienne. Nous partons de l’idée que la presse francophone algérienne co-construit l’événement footballistique en investissant le champ des « langues effectives »3 pour promouvoir une « algérianité », par opposition à l’arabité « autoproclamée » par les médias cairotes4. Nous pensons que cet investissement qui mobilise le parler populaire peut aussi être motivé par des stratégies de vente. Ainsi notre hypothèse est-elle de considérer l’utilisation du parler populaire comme un motif signifiant de captation et un argument de marketing dans la co-construction de l’événement, auprès d’un public ne maîtrisant pas forcément le français. Nous supposons donc que la mobilisation du parler populaire relève d’une stratégie commerciale qui a pour objectif de viser un public le plus large possible. La couverture du match Égypte-Algérie a été une occasion pour la presse francophone algérienne de mettre en place un dispositif qui corresponde à cette stratégie. L’examen de ce dispositif et de son cadre, dans la co-construction de cet événement footballistique, devient alors signifiant pour faire émerger les enjeux du recours au parler populaire par la presse francophone algérienne.

Le cadre méthodologique

  • 5 L’analyse est structurée autour de la période des deux matches Égypte-Algérie.
  • 6 Nous voulons vérifier que le parler populaire n’est pas la propriété des journalistes spécialisés e (...)

2Notre travail se focalise dans un premier temps sur l’étude des unités d’information et le statut des signatures mobilisées. Nous examinons 773 articles publiés entre le 13 et le 19 novembre 20095. L’intérêt de cette démarche est de mettre en relief l’événement médiatique pour y repérer la place du parler populaire. Nous reprenons le constat de Marchetti (1997) qui montre, dans son travail de médiatisation de l’affaire du sang contaminé, que plus l’événement prend de l’ampleur, plus les journalistes spécialisés se voient dépossédés de sa couverture médiatique par « les généralistes »6.

  • 7 L’appellation de « dispositif scénographique » est empruntée à Lochard (2010) pour évoquer le messa (...)
  • 8 À ce sujet, Watine avait déjà relevé « qu’un examen même sommaire des principales pages des journau (...)

3Nous bâtissons dans un second temps un cadre d’analyse qui ne séparera pas, d’un côté, le dispositif scénographique7 dans les unes et, d’un autre, le processus de scénarisation dans la mise en scène de l’information. Nous traitons de 97 titres édités en 7 jours. Nous proposons donc de déconstruire les unes de chaque journal en utilisant une méthodologie axée sur nos concepts théoriques et alimentée par une analyse de discours, combinée à une étude quantifiée. Cette approche complexe nous permet d’articuler directement la production discursive en parler populaire, en langue familière8 et en langue « officielle », afin de valider ou pas nos hypothèses.

  • 9 Les deux journaux de sport sont des leaders dans leur domaine. Le choix des quotidiens généralistes (...)

4Notre choix s’est porté sur quatre publications. Deux sont spécialisées en sport, Compétition et Le Buteur, et deux sont des quotidiens généralistes, El Watan et Le Soir9. Cette recherche repose sur une approche sémiodiscursive et inclut l’étude des jeux d’acteurs et leurs stratégies de ciblage d’un public censé maîtriser le parler populaire. Nous nous sommes donc rapproché de 25 acteurs médiatiques au moyen d’entretiens semi-directifs. Il s’agit d’une enquête réalisée pour une vaste recherche de doctorat et complétée pour les besoins de cette étude. Nous retiendrons les propos de 16 professionnels de l’information médiatiques : 4 directeurs de publications, 4 rédacteurs en chef et 8 journalistes de différentes rubriques. Les entretiens ont été effectués en plusieurs temps (entre 2013 et 2020). Ainsi combinons-nous, comme le suggère Ringoot (ibid.), le discours du journal et le discours sur le journal.

L’objectif de la recherche

5Ce n’est pas le football en tant qu’objet de recherche qui nous intéresse ici, mais les jeux de langage employés par la presse francophone algérienne dans sa construction et sa co-construction de l’événement.

  • 10 Pas de pardon ! (traduction de l’auteur).

6Rappelons que pour l’information en général tout comme pour l’événement, le discours de presse est alimenté par des discours sociaux que les acteurs ont intérêt à transmettre aux journalistes et que ces derniers jugent intéressant, voire important, de rendre visibles. La diffusion en une de Compétition et du Buteur de l’information relative au supposé meurtre des supporters algériens au Caire obéit à ce cadrage. En effet, les deux journaux ont reçu les mêmes photographies d’un « supporter assassiné ». Ils ont présenté cette « mise en scène » comme étant une information « vraie ». Les images ont été publiées sans vérification de leur authenticité. L’information a été appuyée par des déclarations de supporters et d’un célèbre chanteur algérien, présent au Caire, confirmant la mort du supporter. Le Buteur a choisi pour ce sujet le titre en parler populaire « Ulac smah ulac ! »10. Cette dimension communicationnelle de l’événement s’inscrit dans la co-construction de l’information et montre, dans le cas du Buteur, le déploiement d’un dispositif marqué par la mobilisation du parler populaire.

  • 11 La plupart des journalistes interrogés considèrent leur travail comme une « transcription » exacte (...)

7Sans revenir sur le regard des journalistes algériens sur leur travail11, nous nous alignons sur Veron pour considérer avec lui que « l’événement n’existe pas sans que les médias les façonnent » (1981, p. 1). Nous supposons que la presse francophone algérienne joue un rôle important, précisément par ses stratégies discursives, dans l’amplification du patriotisme. Cette valorisation pourrait se traduire, dans le discours des journaux algériens, par l’incitation à la mobilisation autour de la sélection algérienne et des symboles de la nation.

  • 12 Dans son analyse du langage en tant que manifestation idéologique, l’auteur reprend les classificat (...)

8Rappelons que les professionnels algériens de l’information médiatique considèrent le parler populaire comme la langue du peuple, sa mobilisation les rend donc proches du peuple. Ajoutons qu’ils s’intéressent au même objet que le peuple : le football. Leur principal argument en la matière est qu’un usage du parler populaire est synonyme de proximité avec leur public. « Nous, on parle avec le peuple avec la langue qu’il comprend », affirme sans détour le responsable de la rubrique sportive du Soir. « On est en Algérie, donc il faut voir déjà la population, disons le langage utilisé par la population », suggère un journaliste à El Watan. Abondant dans ce sens, le rédacteur en chef du même journal ajoute : « Il y a cette volonté d’être au plus près de la société, de ce que les gens pensent et de comment les gens parlent ». De ce point de vue, l’hybridation des langues, marquée par une forte mobilisation du parler populaire, constitue dans la co-construction de l’événement selon ces professionnels une première réponse aux attentes de leur lectorat supposé. Le cadrage thématique du match en parler populaire peut ainsi conférer une légitimation sociétale. C’est dans cette perspective que l’examen de ce que Reboul nomme l’« appellation objectivante » (1980, p. 58), ou « parler la langue du peuple », a tout son intérêt. « Appellation » parce qu’elle est nommée et « objectivante », parce qu’elle renvoie à une supposée « objectivité »12. Il devient ainsi pertinent d’examiner cette position qui fait dire aux acteurs qu’ils répondent aux attentes supposées de leur lectorat, en supposant qu’ils mobilisent un dispositif qui corresponde à leurs attentes.

Les éléments conceptuels

9Qu’est-ce qu’un dispositif ? Foucault (1971, 1975) considère le dispositif comme un jeu de pouvoir. Pour définir la fonction stratégique du dispositif comme idéologie, il suppose

  • 13 Foucault conclut en disant que le dispositif « est toujours inscrit dans un jeu de pouvoir mais tou (...)

qu’il s’agit là d’une certaine manipulation de rapports de forces, d’une intervention rationnelle et concertée dans ces rapports de force, soit pour les développer dans telle direction, soit pour les bloquer, ou pour les stabiliser, les utiliser13 (1994, p. 299).

10Le philosophe Agamben reprend Foucault à propos de la notion du dispositif et définit celui-ci de la façon suivante :

Tout ce qui a, d’une manière ou d’une autre, la capacité de capturer, d’orienter, de déterminer, d’intercepter, de modeler, de contrôler et d’assurer les gestes, les conduites, les opinions et les discours des êtres vivants (2007, p. 80).

11Pour sa part, Olivesi conseille de revisiter Foucault et d’user de cette « catégorie » pour décrire les univers sociaux, non pas comme celle du champ, mais pour

objectiver des expériences, des agencements, des formes parfois durables de domination, des structurations composites discours, pratiques, savoirs, relations de pouvoir, formes de subjectivité afférentes […] qui définissent la réalité dont on souhaite mettre au jour (2007, p. 235).

  • 14 À ce sujet, Miège considère les dispositifs comme une « mise en système des différents outils et co (...)

12Sans abandonner les éléments de langage chers à Foucault (1971), il est aussi possible d’envisager que le terme de dispositif soit lié au système économique d’une entreprise (Miège, 2007)14. Dans sa proposition méthodologique de l’étude du journalisme sportif, Lochard (2010) note que la notion du dispositif peut être utilisée à différents niveaux : le média, le produit médiatique, les composantes de ce produit. C’est dans cette acception que nous utilisons cette notion. Nous rejoignons, dans ce cas, Tavernier pour repenser chaque journal en tant qu’institution dont les acteurs « mettent en place un ensemble de règles et de dispositifs, un lieu d’énonciation qui entre en relation avec le point d’origine de formation des discours sociaux, en amont de leur médiatisation » (2004, p. 61).

13Nous estimons que la notion de cadre est importante pour décrire ces dispositifs. Dans sa conceptualisation, Goffman sépare les cadres modalisés, marqués par « une transformation qui ne se cache pas » (1974, p. 283), et les cadres fabriqués, liés à « une transformation qui se cache » (ibid., p. 94). Nous pouvons nous interroger, ici : dans quel cadre est mobilisé le parler populaire par la presse francophone algérienne ?

Le contexte de l’événement

  • 15 Quelques incidents liés aux anciennes rencontres entre les deux sélections ont été déjà enregistrés (...)
  • 16 Le traitement du match par les médias égyptiens est aussi marqué par des critiques acerbes et insul (...)

14Esquenazi (1996) observe que l’événement « fait date » dans la mesure où il peut être identifié dans sa période de déroulement. Celui du match Égypte-Algérie entre dans cette catégorie. En effet, l’enjeu pour une qualification à une Coupe du monde constitue, en soi, un événement footballistique pour la presse francophone algérienne. Cependant, comme l’événement « se signale par son importance, la nouveauté du message » (Nora, 1972 : 65), nous avons constaté que le traitement médiatique réservé à ce match a pris de l’ampleur juste après le caillassage du bus des joueurs algériens, lors de leur arrivée au Caire, par une frange de supporters égyptiens. C’est là que l’incident, filmé par l’équipe de Canal + qui suivait la sélection algérienne, a pris une autre dimension. Au-delà du passé historique des matches entre les deux pays15, l’incident du bus, suivi par la rumeur des morts supposés, a alimenté la guerre médiatique entre les médias des deux pays16. Le caractère « explosif » de la rencontre et le climat de tension qui dépasse le rectangle vert risquent donc de se manifester dans les écrits de la presse francophone algérienne, par un discours subjectif porté par l’émotion. Le travail autour de la couverture médiatique de l’événement sportif possède donc ses éléments contextuels que nous résumons dans le tableau suivant.

Tableau 1. Récapitulatif des dates, événements et dates de parution de la presse francophone algérienne

Tableau 1. Récapitulatif des dates, événements et dates de parution de la presse francophone algérienne

La structuration des modes d’organisation des unités d’information

  • 17 Ringoot (ibid.) utilise cette appellation pour désigner « le rubricage » d’un journal.

15Notre objectif est de montrer à quel point la taille de l’événement pourrait conduire les journaux de la presse francophone algérienne à opérer un remaniement considérable dans le choix de leurs unités d’information et dans les pratiques d’écriture17.

La spécificité des dispositifs de captation de la presse sportive

  • 18 Les lois stipulent qu’en cas de match d’appui, chacune des deux formations concernées propose un li (...)
  • 19 L’État algérien a transporté gratuitement 12 132 supporters au Soudan. Ce nombre dépasse largement (...)

16Le Buteur change le nom de sa rubrique « Coup d’œil Équipe Nationale » juste après l’incident du bus, par la désignation « Coup d’œil Égypte-Algérie ». Le choix de mettre l’Égypte avant l’Algérie se justifie par le fait que la rencontre s’est déroulée au Caire. Il est donc logique que le pays hôte soit mentionné en premier. Le journal garde cette désignation du 13 au 16 novembre. À partir du 17 novembre, Le Buteur change le nom de cette unité. Elle se nomme désormais « Coup d’œil Algérie-Égypte ». La question qui se pose est de savoir pourquoi mettre l’Algérie devant l’Égypte, alors que, même si la deuxième confrontation en match barrage entre les deux nations est programmée sur un terrain neutre, c’est l’Égypte qui doit recevoir, selon la réglementation de la Confédération africaine de football18. Ce changement s’explique, selon les responsables du journal, par le déplacement massif des supporters algériens au Soudan19 : « Vu le nombre des fans qui sont partis à Khartoum, on dirait que l’Algérie allait jouer à domicile », justifie le rédacteur en chef adjoint du journal.

17Dans Compétition, la seule rubrique permanente consacrée à l’événement est nommée « South Africa 2010 ». L’un des journalistes explique : « Le Mondial se joue en Afrique du Sud, dont la langue officielle est l’anglais, alors on a nommé cette rubrique en anglais. » Il ressort de cette déclaration que le quotidien prend en considération l’usage des langues dans la structuration de ses rubriques.

  • 20 Un caillou donné par un cher ami doit être considéré comme une pomme (traduction de l’auteur).

18En ce qui concerne la transformation des rubriques quotidiennes en rubriques ponctuelles, nous remarquons que le nom de l’unité d’information « Ness mlah, ness qbah » est rédigé en parler populaire. Littéralement, l’appellation se traduit par « gens bien et gens méchants ». Cette rubrique apparaît dans cinq des sept numéros étudiés. Elle regroupe des informations footballistiques souvent écrites dans un style humoristique. Cette rubrique dispose d’une chronique permanente, signée Ennems (le furet). Dans les écrits d’Ennems, nous trouvons trois mots en parler populaire dont le titre : « Hadjra men aând el hbib… » (caillou de la part d’un ami…). Le journaliste fait référence à un proverbe très connu en Algérie. Habituellement, cette maxime est prononcée de la manière suivante : hadjra men aând lahbib teffaha20. L’usage ordinaire de cette formule évoque un message de tolérance. Son utilisation loue le pardon d’une personne, qui subit du mal, envers celui qui l’a blessée. Or, le recours aux points de suspension dans le titre d’Ennems va dans le sens opposé à l’esprit du proverbe. L’auteur se sert de cette expression pour adresser un message contraire puisque son texte vise à produire chez le lecteur un sentiment de vengeance. Il critique également les défenseurs de la fraternité algéro-égyptienne et le sens même du proverbe. L’usage particulier du parler populaire sert ainsi à transmettre ce discours d’intolérance. Notons que la rubrique contient d’autres titres et termes en parler populaire, tout comme celle de « Foot en vrac » du Buteur. Dans celle-ci, nous pouvons citer le titre : « Les joueurs en communion pour les nawafil ». Nawafil désigne les prières non obligatoires dans la religion musulmane. L’attribution des valeurs symboliques du sacré aux joueurs algériens pourrait traduire une volonté du journal d’associer la première religion du pays au football. Nous verrons plus loin en quoi cette mobilisation du sacré incite à l’usage du parler populaire.

19Notons que les décideurs des journaux de sport ont bouleversé le fonctionnement de leurs rubriques régulières pour accorder plus d’espace à la couverture du match. Pour Le Buteur, il s’agit de réduire l’apparition des deux rubriques phares : « Coup d’œil MCA » et « Coup d’œil JSK ». Ces deux rubriques abordent les informations liées aux deux clubs : MC Alger, équipe considérée comme la plus populaire du pays, et JS Kabylie, club le plus titré du championnat. Le Buteur estime que les supporters de cette dernière formation sont de potentiels lecteurs francophones. Le propriétaire du journal explique qu’en dehors du match Égypte-Algérie, ce sont les informations liées à ce club qui font mieux vendre le journal :

Moi, j’ai pas un complexe de parler de l’augmentation des ventes dans cette période, on est une entreprise… Mais je vous dis sincèrement, pour Le Buteur, en termes de matière, ce ne sont pas les informations qui concernent l’équipe nationale qui font vendre le journal… C’est plutôt l’information locale et essentiellement comme les francophones sont en Kabylie, c’est un club comme la JSK qui prend le dessus.

20Tout comme Le Buteur, Compétition fonctionne avec deux rubriques indispensables aux ventes du journal : « MC Alger » et « JS Kabylie ». À ce titre, le directeur de rédaction souligne : « Nous faisons, par le passé, des enquêtes auprès des lecteurs et des buralistes. Notre journal se vend mieux dans certains bastions du MC Alger mais aussi en Kabylie. » Durant la période étudiée, Compétition fait l’impasse à six reprises sur ces deux rubriques. Les informations concernant les deux clubs sont placées dans la rubrique « Division 1 ». Les raisons de la suppression de ces deux rubriques « vendeuses » sont les mêmes que celles du Buteur. Le match Égypte-Algérie prend le dessus sur toute autre information locale, selon les dirigeants des deux journaux.

21En résumé, Le Buteur et Compétition chamboulent leurs unités d’information habituelle pour faire place à un traitement médiatique concentré sur la rencontre Égypte-Algérie. Le parler populaire renforce ce dispositif.

La création des dispositifs stratégiques de la presse généraliste

22Le Soir accorde en outre deux rubriques entièrement destinées à l’événement : « Panorama » et « Actualité ». Mais l’information sportive n’a migré vers ces deux unités qu’après l’incident du bus. C’est à partir de ce fait que le quotidien estime que le match devient un événement, qui nécessite d’être prolongé dans différentes rubriques et élargi à plusieurs pages. Aucune autre information que celle consacrée au match n’est étalée sur les 11 pages de la rubrique « Actualité » dans les éditions du 14 et du 18 novembre.

  • 21 Cette expression désigne une façon de parler familière. Elle se rapproche de la réplique insultante (...)

23Dans la rubrique « Panorama », qui occupe la dernière page du journal, nous trouvons la chronique : « Pousse avec eux », animée par un célèbre chroniqueur. Six de ces sept chroniques abordent le match sous plusieurs angles. À 13 reprises, elles emploient le parler populaire. L’appellation « Pousse avec eux », qui n’a pas forcément de sens en langue française, est une traduction littérale de l’expression en parler populaire : « dezz mâahom »21. Dans cette rubrique, le journal publie également de larges contributions extérieures, rédigées par des écrivains, économistes, hommes politiques, etc. Trois des sept articles publiés traitent de l’événement footballistique. Ces contributions mobilisent le parler populaire à sept reprises.

  • 22 L’expression est typique des écrits propres aux journalistes. Elle masque un discours marqué de sub (...)

24Relevons aussi la mise en place d’une rubrique spéciale événement par le journal, nommée « Reportage photo ». Il y a en outre tous les articles envoyés par les lecteurs, et choisis pour publication par le médiateur, qui abordent le match. Parmi les sept articles retenus, deux contiennent des termes en parler populaire. On y traite de la revendication égyptienne d’oum eddounia (mère de civilisation). Elle est employée de manière ironique dans le premier article. Le ton moqueur est précédé d’un discours désapprobateur dans le second courrier, comme en témoigne cet extrait : « le comportement odieux, ignoble et mesquin d’un peuple qui se prétend être Oum Eddounia. » Dans les deux cas, nous remarquons une utilisation identique de l’expression chez les lecteurs ainsi que chez certains journalistes22.

25De son côté, El Watan ne consacre aucune rubrique fixe et consacrée entièrement à l’événement. Mais cela ne veut pas dire que le match Égypte-Algérie n’intéresse pas le quotidien. Au contraire, plus de pages et plus d’articles sur l’événement ont été publiés dans le journal que dans son concurrent du Soir. À titre comparatif, El Watan publie 78 pages et 217 articles, contre 62 pages et 206 articles pour Le Soir.

26La grande partie des écrits sur le match dans El Watan est concentrée dans la rubrique ponctuelle : « L’Actualité ». L’espace accordé au match dans cette unité d’information varie de cinq à sept pages. Aucune trace des activités politiques ou sociétales n’est mentionnée dans cette rubrique le 14 novembre. Néanmoins, El Watan décide de changer la désignation de cette rubrique dès le lendemain de la qualification de l’équipe algérienne au Mondial. En effet, le 19 novembre, toutes les informations concernant ce « fait historique » sont regroupées dans sept pages sous le nom « Évènement ». Est-ce à dire que le journal ne considère pas la période qui précède le match comme un événement ? Le rédacteur en chef nous éclaire :

Pour nous, l’événement a débuté avec l’incident du bus. C’est là que le match est sorti de son contexte purement footballistique. Cependant, on a décidé de changer le nom de notre rubrique après la qualification historique de l’Algérie. C’est une sorte de dire : voilà on remet le match dans son contexte et c’est cette qualification sur le terrain qui demeure un vrai événement.

  • 23 Ce terme veut dire en partie « On a subi une injustice ».

27Dans la der d’El Watan, les six commentaires, les six caricatures et les quatre chroniques sont consacrés à la rencontre. Seules de petites brèves, non relatives au match, empêchent de classer cette rubrique parmi celles dédiées entièrement à l’événement. La mobilisation du parler populaire est assez fréquente dans cette dernière page, comme en témoigne le titre de l’article-commentaire « Hagrouna »23, signé par un actionnaire du journal.

28Nous pouvons aussi souligner la médiatisation du match dans les rubriques culturelles. Dans un article intitulé « Langue de joie », l’auteur trouve, dans la langue, le moyen de rappeler l’histoire commune des deux pays en adressant un message de tolérance et de fraternité. Il ne fait pas référence à la langue arabe classique, la langue officielle des deux pays, mais au parler algérien et au parler égyptien. Il loue le parler populaire en racontant une anecdote sur le dîner organisé par la Cinémathèque d’Alger en l’honneur de l’actrice égyptienne Nadia Lotfi dans les années 1980. Il rapporte :

Nadia Lotfi n’a pas compris une question posée en arabe littéraire par un journaliste algérien… Trouble de la star, gêne des convives. Je décidai de lui « traduire » et, n’étant pas familier d’El Moutanabbi (poète arabe du xe siècle), c’est donc dans notre bonne vieille darija populaire que je le fis. À peine fini, je regrettai ma spontanéité. Mais, à notre grande surprise, le visage de Nadia Lotfi s’éclaira et elle commença à répondre.

  • 24 Cet énoncé est rédigé en portugais. La présence portugaise en Algérie est très marquée dans la péri (...)

29En résumé, même si cette critique ne contient pas nécessairement plusieurs termes en parler populaire, elle a au moins le mérite d’aborder la question de son usage fonctionnel dans les sociétés égyptienne et algérienne. El Watan nomme aussi en parler populaire l’une de ses unités d’information, dans son supplément du 13 novembre. Il s’agit de la rubrique « Gosto »24 [le goût], absente dans les autres numéros.

30Nous retenons du rubriquage / dérubriquage de la presse généraliste pendant cet événement footballistique que la plupart des rubriques habituellement non concernées par l’information sportive accueillent des articles consacrés au match.

31Dans l’ensemble, 456 mots et expressions en parler populaire sont repérés dans les 773 articles analysés.

La typologie des signatures et la quantification des écrits sur l’événement

32Notre analyse à présent concerne uniquement les articles signés, même si 38 articles non paraphés ont été rédigés sur le match, mobilisant 66 termes en parler populaire.

Les stratégies « innovantes » des quotidiens de sport

  • 25 Le correcteur du journal a travaillé par le passé en tant que journaliste à la revue Révolution afr (...)

33Compétition déploie plusieurs envoyés spéciaux pour suivre le match. Ils sont au nombre de cinq ayant fait le voyage au Caire et de six à Khartoum. Deux d’entre eux couvrent les deux rencontres. L’une des rédacteurs en chef, envoyée spéciale dans les deux pays, rédige 44 articles contenant 23 termes en parler populaire. Le quotidien fait appel à toutes les plumes dont il dispose. Douze journalistes permanents écrivent sur l’événement, dont six ont comme tâche quotidienne de suivre l’actualité des clubs de Ligue 1. Ces derniers produisent 157 articles signés. Le journal intensifie aussi ses stratégies de proximité en invitant ses 22 correspondants, permanents ou occasionnels, à réaliser 97 articles. La majorité de leurs textes évoquent l’ambiance du match dans différentes villes algériennes. Le quotidien publie également deux articles signés par un correcteur et trois autres rédigés par un photographe. Si le premier est sollicité pour bonifier la qualité de l’analyse du match en signant trois articles-commentaires25, l’apparition de la signature du photographe est une première dans le journal. Dans les articles du photographe, nous pouvons recenser 13 termes en parler populaire.

34Il n’est pas sans intérêt de soulever la routinisation des pseudonymes dans les écrits du journal. En effet, le quotidien mentionne dans ses unes du 14 au 16 novembre le nom de Djamila B en tant qu’envoyée spéciale au Caire. Notre enquête de terrain nous révèle que le journal ne compte aucune rédactrice dans ses rangs portant ce nom. Djamila B n’est autre qu’un nom d’emprunt d’un envoyé spécial appartenant à un quotidien arabophone. Compétition le sollicite pour renforcer l’effectif sur place, mais aussi pour se donner plus de visibilité et de « crédit » auprès de ses lecteurs.

35Deux reporters chevronnés sont mobilisés par Le Buteur. L’un des deux se voit confier la mission de suivre les deux rencontres au Soudan, l’autre reporter est rentré à Alger juste après la confrontation du Caire, mais il continue de participer à la couverture du second match depuis le siège du journal. Les deux envoyés spéciaux rédigent 53 articles signés mobilisant 45 mots en parler populaire. Cependant, Le Buteur fait aussi appel aux membres de sa rédaction arabophone El Heddaf. Quatre journalistes et un photographe accompagnent les deux envoyés spéciaux en Égypte et au Soudan. Les articles signés par les reporters d’El Heddaf, traduits en français dans Le Buteur, renferment 10 termes en parler populaire. Seul Le Buteur dévoile les portraits photographiques de ses envoyés spéciaux dans chaque page dédiée à l’événement : « C’était une façon de dire que nous avons réellement dépêché ces journalistes sur place », nous confie un journaliste du Buteur. Le directeur du journal explique plus longuement ce point et met l’accent sur la crédibilité :

À un moment donné, on a fait une interview à Zidane (joueur de l’équipe de France). À la fin, on lui a donné un stylo pour qu’il signe un autographe. On a mis la photo dans le journal. Certaines personnes (il s’agit des journalistes appartenant à d’autres organes de presse algériens) ont dit : non, ce n’est pas vrai, Le Buteur n’aurait jamais pu interviewer Zidane, car la photo de Zidane avec un stylo de marque Bic n’est qu’un montage. Un champion du monde n’utilise pas un stylo à prix discount ! Tu vois ce qui se passe dans la presse algérienne ? Que Dieu nous préserve de ces mauvaises langues. Voilà pourquoi nous avons décidé de mettre les photos et les vidéos.

36Toutefois, ce que le directeur du groupe El Heddaf-Le Buteur oublie de souligner, c’est que la publication des photos de ces journalistes n’est pas accompagnée de la mention de l’organe de presse où ils exercent. Le Buteur signale la présence en Égypte de sept envoyés spéciaux, sans faire remarquer que cinq d’entre eux appartiennent à la rédaction « voisine » d’El Heddaf. Un lecteur lambda, qui n’est pas forcément au courant de « l’alliance » El Heddaf-Le Buteur, pourrait en conclure que Le Buteur a les moyens et peut être mieux informé que la concurrence par cette armada d’envoyés spéciaux. Cette démarche livre un aperçu du traitement de l’événement et des stratégies visant à élargir le public par les deux quotidiens de sport.

37De plus, Le Buteur accorde un espace considérable à son réviseur dans ces pages. Ce dernier rédige quatre chroniques contenant trois termes en parler populaire. Son titre du 18 novembre, « Égypte reine des hypocrites ! Et les hypocrites finiront au fond de la Géhenne », fait référence à un verset coranique. La présence des termes religieux est encore une fois très prégnante dans les publications du journal.

38Enfin, tous les journalistes inscrits dans l’organigramme du quotidien participent à la couverture de l’événement. Ils produisent 40 articles signés.

Le cadrage diversifié des journaux généralistes

39Le Soir dépêche deux journalistes de la rédaction sportive et un photographe pour couvrir la rencontre au Caire et à Khartoum. Ils produisent 40 articles signés, dans lesquels ils mobilisent le parler populaire à 33 reprises. Le manque d’effectif dans la rédaction de sport et la taille de l’événement imposent, selon nos enquêtés, la mobilisation de plusieurs journalistes de rubriques différentes. Sept journalistes spécialisés dans l’actualité politique rédigent 26 articles signés sur le match. Ils mobilisent le parler populaire à 32 reprises. Trois chroniqueurs écrivent 15 articles contenant 15 mots en parler populaire. Nous constatons aussi la migration des écrits de la rubrique « National » vers l’actualité sportive (six articles mobilisant trois mots en parler populaire). Mettre en lumière les aspects économiques autour du business des drapeaux, des CD et de tout ce qui touche l’industrie culturelle autour du match incite un journaliste de la rubrique économique à rédiger un article contenant un seul terme en parler populaire. Vingt correspondants sont également mobilisés pour la couverture de cette rencontre, ce qui confirme un cadrage de l’événement basé sur un discours de proximité. La mise en valeur des écrits d’une stagiaire est également à mentionner (un article contenant trois énoncés en parler populaire).

40Dans El Watan, en plus du chef de la rubrique sportive qui est aussi actionnaire du journal, le quotidien porte son choix sur un spécialiste des questions sociopolitiques pour le voyage au Caire. Le directeur de publication nous explique ce choix :

On voulait sortir du contexte purement sportif. Le match est devenu un phénomène social. On a essayé de comprendre avec des anthropologues, avec des spécialistes… qu’est-ce qui explique cet engouement ? L’autre aspect qu’on a essayé de traiter, c’est la relation entre le football et la politique. C’est pour ça que ce spécialiste a été choisi. Il n’est pas dans la sportive. Il est dans la mesure de prendre du recul, d’analyser et de décortiquer un peu ces aspects géopolitiques.

41Les deux envoyés spéciaux produisent 38 articles signés : 30 par le chef de rubrique sportive (0 mot en parler populaire et 8 par le second journaliste (12 mots en parler populaire). Cela montre, en partie, que l’usage du parler populaire n’est pas propre à la rédaction du sport.

42D’autres plumes telles que celles des actionnaires, rédacteur en chef, rédacteur en chef adjoint et secrétaire de rédaction, rédigent 22 articles contenant 11 mots en parler populaire. La rédaction politique du journal mobilise deux journalistes. Ces derniers signent cinq articles d’opinion contenant sept mots en parler populaire. Sept journalistes de la rubrique Société rédigent 17 articles sur le match et emploient 12 termes en parler populaire. Trois journalistes des rubriques « Santé » et « Économie » écrivent des articles sur le match sous un angle d’attaque qui correspond à leur spécialisation. Ils font usage du parler populaire à trois reprises. Les trois journalistes spécialisés dans l’actualité culturelle réalisent également trois articles en mobilisant trois énoncés en parler populaire. Parmi les 40 correspondants du journal, 33contribuent à la rédaction de 49 comptes rendus et reportages sur l’événement en faisant usage de 33 termes en parler populaire. La mobilisation de ce dispositif de taille, qui couvre toutes les régions du pays, nous renseigne sur l’importance accordée par le journal à ses antennes régionales et à sa stratégie de proximité.

43Comme Ohl l’avait déjà constaté dans son étude sur le journalisme sportif dans la presse régionale française, « l’actualité sportive peut très facilement sortir des pages sportives lorsque les événements débordent de leur cadre traditionnel » (2000, p. 92). L’enseignement à tirer de cette étude est lié à la trajectoire de l’information sportive, abordée dans plusieurs rubriques qui ne lui sont pas dédiées au départ. Il est illustré par la suppression ou la réduction de plusieurs rubriques fixes ainsi que par la transformation des unités quotidiennes en unités instables.

44Le décloisonnement, conjugué avec une certaine rotation des acteurs médiatiques d’une rubrique à une autre, a pour but de combiner les expériences, afin d’engendrer des articles riches et captivants, notamment en parler populaire. Il peut aussi témoigner d’un « appauvrissement » dans l’effectif. Il faut préciser que la rubrique « Sport » du Soir tourne uniquement avec deux journalistes permanents. Celle d’El Watan ne dépasse pas le nombre de quatre. Cela explique aussi le recours à des collaborateurs et surtout à des correspondants, spécialisés en sport ou non. Le recours aux rubriques invitant les lecteurs à s’exprimer sur la rencontre et à des contributions extérieures mobilisant le parler populaire confirme une logique encadrant les perceptions du lectorat invité par l’instance de production. Dans les rédactions de la presse francophone algérienne, ce public est censé vouloir lire et écrire en parler populaire. L’un des journalistes d’El Watan va jusqu’à juger que la non-utilisation du parler populaire peut faire perdre des lecteurs à son quotidien, notamment lors de la couverture d’un événement sportif. Pour « exister » dans ce contexte, nous explique le rédacteur en chef du journal, l’idée est « d’obtenir un rapport production-vente » qui permette de ne pas dépendre de la publicité. Mettant l’accent sur les ventes, le directeur de publication du Soir ajoute : « Je pense que tous les journaux ont dû avoir une meilleure période de vente en cette période-là. » L’étude des unes peut davantage mettre en lumière les stratégies de captation en parler populaire pendant cet événement.

La une de la presse francophone algérienne comme lieu de consécration du parler populaire

45Dans le journal, les titres ont, selon Lamizet, « une fonction éminente dans la construction de l’opinion et dans l’information sur l’événement » (2004, p. 39). Considérant le titre d’ouverture comme la forme la plus développée et par la suite la plus visible, nous entamerons notre analyse de la manière suivante.

46Dans un premier point, nous examinons la présence du parler populaire dans les titres de une, dans le but de mesurer son degré d’usage. L’emploi du parler populaire peut témoigner d’une reconfiguration dans les stratégies discursives, si l’un des journaux connu pour son style informatif direct restructure son discours pour adopter une forme plus provocante en parler populaire. Notre étude cherche aussi à éclairer les effets des formes du parler populaire et de la langue institutionnelle, en couleur afin de mesurer l’ampleur que les acteurs médiatiques veulent donner à l’événement. L’autre approche de l’événement porte sur sa construction par l’intermédiaire de l’image médiatique, c’est-à-dire celle qui enveloppe toutes sortes de moyens d’expression visuelle tels que la photographie. Nous rejoignons Joly pour prétendre que la photographie de presse est « loin d’être une image d’information » (2015, p. 122), même éventuellement dans le sens médiatique de l’expression « une image d’argumentation » (ibid.). Cela conduit à enchaîner avec l’analyse des images publicitaires, afin d’y repérer des tendances associées à l’événement. Nous concevons l’affiche publicitaire en tant qu’objet porteur de représentations sociales et nous rappelons, avec Boyer, qu’elle « ne peut fonctionner qu’en phase avec les représentations collectives dominantes » (1994, p. 74). Ce dernier aspect est fondamental, car il permet d’aborder la publicité en tant qu’objet discursif et de saisir les caractéristiques qui le fondent en parler populaire, afin d’exprimer une algérianité. Ainsi la presse francophone algérienne peut-elle être un reflet et un amplificateur des tendances des langues circulantes. Le maniement d’une certaine façon « familière » de dire et d’écrire les énoncés bouleverse les codes et les critères prédéfinis de la langue « authentique ». Certes, les sujets sportifs peuvent favoriser ce type de langage (Gritti, 1975), car les troncations de certains énoncés comme qualif’ sont fréquentes dans les sujets sportifs. Mais notre étude montre l’imprégnation d’articles traitant d’autres sujets d’actualité.

47Déconstruire le dispositif discursif mis en place par la presse francophone algérienne nous oblige à poser la question de savoir si le parler populaire est aussi employé dans les autres écrits, hors événement sportif.

Le Soir : l’aspect feuilletonesque et le mécanisme de ciblage

48Le journal titre dans sa une du 18 novembre : « Dirouha ! »

Capture d’écran 1. Dirouha !

Capture d’écran 1. Dirouha !

49Il s’agit ici d’un « marquage de sens-masquage de sens », pour reprendre la distinction proposée par Lavoinne (1997, p. 97). En effet, « Dirouha ! » [Faites-le] pourrait être un message aux joueurs qui sous-entend « Ramenez-nous la qualification », comme il peut être une incitation pour les milliers de supporters qui se sont déplacés au Soudan en vue de prendre une revanche sur leurs homologues égyptiens. Interrogé sur ce titre, le chef de la rubrique sportive confie à demi-mots : « Je ne me rappelle plus la titraille, il y a des titres qui me viennent comme ça, et qui s’imposent d’eux-mêmes, en arabe ou en français, il faut juste accrocher. » Cet avis soulève l’aspect commercial qui caractérise l’utilisation du parler populaire. Accrocher un lecteur ne rime-t-il pas avec des intentions de vente ? Même si elle déplore la mobilisation du parler populaire par son quotidien, l’une des journalistes de la rubrique « National » du Soir résume ainsi la stratégie discursive de son journal :

Il y a le fait qu’il faut s’identifier à la population parce que « dirouha » [faites-le], « dernaha » [on l’a fait] ça touche un peu les jeunes qui ne sont pas particulièrement ni des lecteurs du Soir ni de la presse francophone. Il ne faut pas se cacher, les jeunes lisent beaucoup plus en arabe qu’en français. Je pense qu’il y a aussi une volonté du Soir de se mettre un peu au niveau du plus large lectorat, même si ça reste un journal francophone.

50Le 19 novembre, le journal titre : « Dernaha ! » [On l’a fait !].

Capture d’écran 2. Dernaha !

Capture d’écran 2. Dernaha !

51Cet énoncé traduit une démarche d’inventivité qui a pour objectif de donner suite au titre « Dirouha ! ». C’est un récit de continuité que Ringoot nomme « aspect feuilletonesque de l’événement journalistique » (ibid., p. 91). Celui-ci est « toujours orienté vers de possibles rebondissements ou vers sa finitude » (id.). Dans le cas du Soir, il s’agit de mettre un terme à l’événement proprement footballistique, clos avec la qualification de l’Algérie. Le quotidien illustre son discours en parler populaire par des références renvoyant à la question identitaire, en utilisant les couleurs du drapeau algérien (vert, blanc et rouge).

52Les attributs de la question identitaire sont aussi visibles dans le troisième titre publié en parler populaire dans la une du Soir du 14 novembre. Dans l’énoncé, nif [nez] est employé par le journal de la manière suivante : « Du “nif” pour assurer la “qualif” ». Le nif désigne symboliquement l’honneur. Le Soir fait appel à ce terme comme référence de l’identité algérienne qui transcende les joueurs, après l’incident du bus, pour surpasser l’obstacle égyptien. Affilier nif et qualif’ qui riment constitue un poème narratif. Nous rejoignons alors la remarque de Lamizet selon laquelle « la représentation esthétique de l’événement » dévoile « ses formes et assure sa visibilité » (2006, p. 34). L’association des deux mots en parler populaire traduit donc une volonté du Soir d’inscrire son discours dans le jargon des sportifs en général, et dans celui du citoyen algérien en particulier.

Capture d’écran 3. Du « nif » pour assurer la « qualif »

Capture d’écran 3. Du « nif » pour assurer la « qualif »

El Watan : le figement / défigement des références historico-culturelles

  • 26 Le terme viva est en langue espagnole. La présence ibérique en Algérie est assez importante entre l (...)

53La dénotation de l’aspect identitaire n’est pas uniquement l’apanage des stratégies discursives du Soir ; son homologue d’El Watan l’a également employée. Dans son édition du 19 novembre, le journal titre en une « Viva l’Algérie ! »26.

Capture d’écran 4. Viva l’Algérie !

Capture d’écran 4. Viva l’Algérie !

54C’est une façon de glorifier la victoire de l’équipe nationale de football en l’associant à la patrie. L’expression « Viva l’Algérie ! » pourrait trouver également racine dans l’hyper-renommée du film de Viva Zapata !, louant les mérites d’Emiliano Zapata pendant la révolution mexicaine. Il n’est pas exclu, même s’il est difficile de le confirmer, que cette référence a inspiré le titre d’El Watan. Interrogé sur l’alternance codique entre l’espagnol et le français ainsi que sur les références historico-culturelles qui peuvent amener à sélectionner une telle une, le rédacteur en chef du journal déclare : « Il y a un peu de cela, mais il faut dire que tout le monde sait ce que veut dire : Viva l’Algérie ! C’est une évidence. » Plus à l’aise, son collègue de la rubrique sport précise :

Nous sommes un journal francophone qui peut de temps à autre, en fonction de l’événement, particulièrement celui de ce match, recourir à des titres de une avec des mots en dialecte. Mais ce sont des mots bien choisis et qui ont beaucoup plus d’impact sur la situation.

Compétition : la mythologisation des slogans populaires

55L’examen des unes du journal Compétition démontre également un intérêt persistant pour la glorification des symboles identitaires. Le quotidien n’hésite pas à reprendre le refrain cher au citoyen algérien, amateur de football ou non, dans son numéro du 19 novembre : « One, two, three, viva l’Algérie ».

  • 27 Nous n’évoquons ici que la dimension historique du slogan en lien avec le football.

56Historiquement27, le slogan « One, two, three, viva l’Algérie » est chanté dans un stade pour la première fois le 3 mai 1974. L’Algérie bat l’équipe anglaise le Sheffield United par le score de 3 buts à 1. Au coup de sifflet final, le « One, two, three, viva l’Algérie » fuse dans les gradins comme une réponse aux trois buts algériens (Stoll, 2014). Toutefois, le chant commence vraiment à se répandre à partir de 1975, lors de la finale des Jeux méditerranéens organisés à Alger. L’équipe algérienne bat la sélection olympique française par le score de 3 à 2. Les supporters se mettent ainsi à célébrer la victoire sur l’ancien colonisateur par des « One, two, three, viva l’Algérie ».

  • 28 La sélection algérienne crée la surprise pour sa première participation, en prenant l’ascendant sur (...)

57Sur le plan international, le refrain s’est fait connaître lors du Mondial de 198228. Depuis, il est repris systématiquement à chaque succès de la sélection algérienne. Enchaînant les résultats médiocres dans les années 1990, puis au début des années 2000, l’équipe algérienne draine peu de foule et le refrain retombe ainsi dans un relatif anonymat, avant de reverdir de façon spectaculaire en 2009. Son inscription dans le discours médiatique lui permet d’avoir plus de visibilité. Repris dans la une de Compétition, ce mécanisme historico-culturel subit un processus de mythologisation. Il insère, comme nous le suggère Ringoot, « l’événement présent dans un réseau d’événements passés, établissant ainsi des scénarios possibles pour le futur » (ibid., p. 93). Il stéréotype ainsi l’événement et sous-entend « un récit dans le récit ». Le one, two, three peut ainsi signifier le point de départ, le commencement de quelque chose. Le viva est endossé pour glorifier une action, un personnage hors du commun, un héros : « l’Algérie ». L’Algérie du peuple, qui se soulève, qui gagne, l’Algérie de l’espoir. La compréhension narrative du chant sur le plan littéraire révèle également une série de connotations linguistico-culturelles qui mérite le détour. Le one, two, three est pris de la langue de Shakespeare, le viva est emprunté à l’idiome de Cervantès et « l’Algérie » à celui de Molière. Le tout est articulé par un Algérien qui a un accent algérien. Cette multiculture, rassemblée en une devise, peut aussi évoquer l’universalisation du football et l’effet de « mondialisation » sur le citoyen algérien. Nous n’allons pas nous aventurer sur la définition de cette deuxième notion, nous soulignons seulement un constat qui concerne la volonté du « supporter » algérien de s’approprier la culture étrangère, pour se faire entendre et se faire reconnaître dans le monde. L’inverse, c’est-à-dire l’appropriation de la culture algérienne à l’international, peut recevoir le même traitement, même si cela ne constitue pas une certitude et ne concerne pas notre étude. Certains professionnels médiatiques étrangersn’ont pas hésité à avancer que le « One, two, three, viva l’Algérie » aurait peut-être inspiré le refrain français « Et un, et deux, et trois zéro », devenu célèbre lors du Mondial 1998 (Grégoire, 2014). Le « One, two, three, viva l’Algérie » a été également modelé durant la période dite des révolutions arabes pour devenir « One, two, three, viva la Lybie », voire « One, two, three, viva Sarkozy ! », entendu dans plusieurs manifestations. À l’échelle européenne, les supporters belges l’ont aussi adopté en le transformant en « One, two, frites, viva la Belgique », lors de la Coupe du monde de 2014.

58Comment expliquer la persistance de cette « mode » ? Pourquoi une forme d’expression en parler populaire confinée jusqu’alors à une tradition algérienne, certes déjà connue mais limitée, a-t-elle débordé de son cadre pour envahir d’autres formules dans d’autres pays ? La prolifération de ce chant, appuyé par une large diffusion médiatique, ne correspond-elle pas précisément à la remise en cause des langues officielles en Algérie affectées par la circularité du parler populaire, véhiculé par le citoyen algérien et relayé par les médias algériens et étrangers ? Cette renommée internationale ne légitime-t-elle pas l’usage de ce parler dans la presse francophone algérienne ? Autant de questions qui nous paraissent justifier une réflexion sur sa forme linguistique, son fonctionnement discursif, ses conditions d’émergence et ses effets éventuels dans le champ médiatique. Interrogé au sujet de ce titre, le directeur de rédaction du journal se remémore : « Ce sont des slogans qui sont rentrés dans le langage populaire. Certes c’est un langage qu’on peut utiliser pour se faire plaisir, dans l’éditorial ou pour marketing. »

Le Buteur : le récit de continuité et le masquage de sens

  • 29 Le journal a employé 121 mots et expressions appartenant au registre de la religion islamique, dont (...)

59Le Buteur ouvre ainsi sa une du 17 novembre : « Un grand mufti égyptien s’excuse ». Le terme mufti en arabe standard désigne l’interprète officiel de la loi musulmane. Son emploi témoigne d’abord d’une volonté affichée par l’instance de production d’établir des connexions entre le contexte footballistique du match et la foi musulmane. La formulation s’excuse, que le journal transforme dans ses pages antérieures du même numéro en : « demande le pardon », est l’un des préceptes de l’islam. L’autre visée de ce titre comporte un masquage de sens. Si le grand mufti égyptien présente des excuses, après l’incident du bus, cela sous-entend que les fautifs sont les Égyptiens. Il n’est pas inutile de rappeler que les médias cairotes ont accusé les joueurs algériens d’avoir inventé l’agression du bus. Si nous évoquons la mobilisation du registre religieux du point de vue de l’identité discursive, nous ne pouvons qu’être d’accord avec Ringoot pour avancer que cette identité « s’inscrit tout autant dans une culture professionnelle transversale que dans une culture maison » (ibid., p. 24). Il n’y a qu’à écouter les déclarations du rédacteur en chef adjoint du Buteur pour s’apercevoir que les écrits religieux dans le journal n’arrivent pas par hasard29. Sans détour, notre répondant confie : 

Je ne nie pas qu’à l’époque où je travaillais dans d’autres journaux, on ne tolérait pas ce genre d’écriture. Au Buteur, c’est permis. C’est également parce que les jeunes Algériens, malgré tous leurs défauts, sont attachés à la question religieuse et même ceux qui ne pratiquent pas l’Islam, ils défendent l’Islam. C’est le paradoxe de notre société. Nous, on essaie de transcrire cette réalité.

  • 30 Le consulat algérien au Caire dément l’information des morts supposées parmi les supporters algérie (...)
  • 31 L’expression est en kabyle, une variante de la langue tamazight.
  • 32 En 1980, les manifestants réclament la reconnaissance de l’identité berbère et l’officialisation de (...)

60En publiant tout un dossier sur la tolérance et le pardon, il n’est néanmoins pas à écarter la possibilité que le journal voulait se rattraper, après son titre agressif et non vérifié30 choisi pour sa une du 16 novembre. En effet, le quotidien ouvre sa page vitrine par le titre suivant : « On parle d’une dizaine de morts et de centaines de blessés. Ulac smah ulac ! » [Pas de pardon]31. Le slogan a connu une visibilité accrue dans la presse algérienne, de statut juridique privé, lors du printemps berbère de 2001. De violentes émeutes ont éclaté en Kabylie lors de la célébration de l’anniversaire du 20 avril 198032. Questionné à ce sujet, le propriétaire du journal regrette : « C’était très fort. Moi, je condamne ces titres. À l’époque la situation était chaotique, mais avec du recul, je condamne ça. » Pour revenir à l’aspect feuilletonesque prôné par Le Buteur, nous observons que le passage de l’incitation à la violence, incarnée par le titre « Ulac smah ulac ! », aux suggestions de pardon dans « Un grand mufti s’excuse » présuppose la temporalité de l’événement, inséré dans un avant et un après.

61Une chose est certaine, l’expression « Ulac smah ulac ! » est de nature incitative, ce qui nous renvoie à analyser les types de titres employés dans les unes de la presse francophone algérienne. Notre démarche permet de savoir si l’événement permet plutôt l’emploi de titres incitatifs ou informatifs et si l’usage du parler populaire influe la nature du type sélectionné entre ces titres.

L’inscription du parler populaire dans le registre provocateur de l’information construite

62Plus généralement, les journaux qui adoptent les titres informatifs essaient de montrer qu’ils ne tiennent qu’à l’information, alors que ceux qui s’attachent aux titres incitatifs misent certes sur une certaine créativité, mais prennent le risque que les titres choisis soient ambigus. L’information « brute » n’est pas la visée principale de ces titres. C’est plutôt l’effet de captation qui est visé (Watine, id.).

63Le Soir d’Algérie opte pour 9 titres incitatifs sur 12, dont 3 sont en parler populaire. Son concurrent El Watan favorise légèrement les titres informationnels (sept titres). Seulement trois numéros portent une ouverture avec un titre incitatif, dont un en parler populaire. Compétition déploie 13 titres à caractère informationnel, contre 6 du type incitatif, dont 2 en parler populaire. La lecture des unes du Buteur montre un basculement vers les titres incitatifs alors que la ligne éditoriale est définie, par son premier responsable, comme « une ligne qui privilégie l’information ». Six titres d’ouverture sont des titres incitatifs et un est un gros titre déclaratif. Ce récapitulatif nous renseigne d’abord sur l’ancrage du parler populaire dans les titres incitatifs. Les termes utilisés en parler populaire s’imposent également comme le premier indicateur de la valeur d’une information témoignant d’une orientation « populiste » de la ligne éditoriale de ces journaux.

L’illustration de l’affect dans les photographies en lien avec le parler populaire

64Repérer le mode d’illustration dans le dispositif scénographique de la presse francophone algérienne permet de mettre au jour la construction de l’événement et met en lumière les représentations sociétales des acteurs médiatiques. Nous devons aborder, suivant en cela Joly (id.), la relation entre l’image et le langage, non du point de vue de l’interaction, mais de la complémentarité. Considérer l’image médiatique en général et la photographie de presse en particulier comme un message visuel conduit à l’envisager comme un langage produisant du discours (Diana, 2013). Dans cette optique, l’exemple de la photographie de la une de Compétition est édifiant.

Capture d’écran 5. On a fait pleurer 80 millions d’Égyptiens

Capture d’écran 5. On a fait pleurer 80 millions d’Égyptiens

65Le choix des objets ou des personnages, avancent Mouillaud et Tétu, repose souvent sur des figures sociales et leurs rôles actantiels. Les deux auteurs soulignent que « les objets photographiés ne sont ressemblants que lorsque le lecteur reconnaît un acteur socialement défini ou une fonction socialement balisée » (1989, p. 92). Ainsi le récepteur supposé peut-il aisément déduire de la une de Compétition que Chaouchi a fait un grand match et reconnaître que Yahia a inscrit le but du succès. Pour Yahia, le quotidien offre la qualification : « Il est rentré dans l’Histoire ». Quant à la photographie de Chaouchi, placée plus haut, le journal retient l’éloge suivant : « Cet homme est magnifique ». Si le « One, two, three, viva l’Algérie » est placé juste à côté du bras musclé du gardien, cela n’est pas vide de sens. Cette disposition témoigne de la puissance et de la posture volante de Chaouchi, expliquant l’envol de l’Algérie du football, qui retrouve le gotha mondial. Le « One, two, three, viva l’Algérie » est mentionné en couleur jaune. Cette couleur chaleureuse peut être associée au sens positif de la fête. Couleur du soleil, elle permet d’égayer un univers, celui de l’équipe nationale d’abord, puis celui de l’Algérie.

66L’expression sur le visage de Yahia peut être rattachée au titre d’ouverture : « On a fait pleurer 80 millions d’Égyptiens ». L’unique buteur de la rencontre a la bouche fermée, que nous pouvons interpréter comme un sarcasme, suscité par un esprit de revanche. D’autres footballeurs apparaissent sur la photographie d’ensemble, en bas de la page. Leur présence est due à la déclaration du sélectionneur, Rabah Saâdane, dans le titre : « Dites merci aux joueurs… »

Capture d’écran 6. Ulac smah ulac !

Capture d’écran 6. Ulac smah ulac !
  • 33 Mouillaud et Tétu ajoutent que la photographie donne « plus à reconnaître qu’à connaître » (1989, p (...)

67Dans le monde de la presse, l’intérêt de la photographie est de reproduire un « avoir été là »33 (Barthes, 1964) et, si possible, avoir été là le premier, voire le seul, ajoutant l’attestation du professionnalisme journalistique à la force de la preuve testimoniale (Moirand, 1997 ; Cabedoche, 2004). La une du Buteur du 16 novembre matérialise cette règle.

68Nous voyons le « mort », un jeune vêtu du vert avec au poignet gauche un bandana aux couleurs nationales. Le personnage a les yeux fermés, tel un « mort ». Nous pouvons arguer, comme le fait Joly (id.) à propos de l’authenticité des images, que celles-ci sont jugées « vraies » ou « fausses », non pas en raison de ce qu’elles représentent, mais à cause de ce qui nous est annoncé de ce qu’elles représentent. La portée émotionnelle de la composition de une se situe dans la double présence de l’image, assumant la dimension affective et celle de la déclaration du chanteur Réda City 16 qui expose la dimension informative, en valorisant son aspect véridique. Cette image argumentative a certainement conditionné le gros titre rougeâtre et incitatif, mentionné en parler populaire : « Ulac smah ulac ! » [Pas de pardon]. Deux autres titres, intégrés dans l’image, viennent renforcer sa « véracité ». Il s’agit de la déclaration du joueur Bezzaz : « S’il le faut, on laissera nos vies pour aller au Mondial », qui peut être interprétée comme « Tout comme ce jeune, nous aussi nous mourrons pour l’équipe nationale ». La seconde citation émane de l’ancien gardien de but algérien Cerbah qui dénonce l’absence de sécurité au Caire et interpelle le président égyptien : « Hosni Moubarek a menti ».

69À cette occasion, le journal modifie sa une. Il l’encadre par trois bandes aux couleurs nationales et intègre le drapeau algérien, sous forme d’un cercle, dans son logo. À travers la récupération graphique, le quotidien marque son identification à l’Algérie.

  • 34 Notions empruntées à Habert et Fiala (1989).

70La lecture du titre du Buteur implique un rapport sous-jacent à une partie de l’histoire de l’Algérie. Elle rappelle la violence des événements de 2001 (le printemps berbère) et suppose en pointillés que l’Algérie n’est pas inéluctablement arabe. Ces défigements34 systématiques, rappellent Habert et Fiala, contribuent à « créer un lectorat uni par une même culture, assez élaborée, par une même capacité de décodage des multiples sens mis en circulation simultanément » (1989, p. 97).

La valorisation du patriotisme dans les photographies sans lien avec le parler populaire

71La mobilisation des supporters est visuellement matérialisée de façon différente dans l’édition du 16 novembre de la presse généraliste.

Capture d’écran 7. Toute l’Algérie veut aller à Khartoum !

Capture d’écran 7. Toute l’Algérie veut aller à Khartoum !

72La photographie d’une manifestation de rue représente un plan d’ensemble pris de très loin et de très haut dans la une du Soir. L’objectif est de signaler l’importance et la taille du rassemblement.

Capture d’écran 8. Tous à Khartoum !

Capture d’écran 8. Tous à Khartoum !

73L’autre forme de photographie, celle d’El Watan, montre une partie seulement des manifestants. Pour Mouillaud et Tétu, c’est la figure la plus importante des photographies de presse, car l’image « repose sur une réduction de l’objet photographié ; son principal atout est de caractériser instantanément le rapport sous lequel on doit considérer l’objet » (ibid., p. 83). Dans la photographie d’El Watan, les éléments retenus sont le défilé de voitures, le drapeau national et le maillot de la sélection algérienne. Mobilisant la fonction incitative du langage (Jakobson, 1973), El Watan invite, non pas les supporters, mais tous les Algériens à aller soutenir leur équipe au Soudan.

74Les deux quotidiens se donnent comme espace d’expression des représentations communes, consensuelles et légitimes, l’amour des supporters pour leur équipe et leur nation dans des titres mobilisateurs. Le Soir renforce même son titre d’ouverture par un appel à l’exhibition de l’emblème national dans « Allez les Verts : un drapeau sur chaque maison ».

75Les termes génériques, dans l’énonciation de « Toute l’Algérie » qui veut se déplacer au Soudan, incluent dans ce voyage les journalistes, les supporters et les citoyens, amateurs de football ou non concernés par l’actualité de la balle ronde. Nous retrouvons ce que Reboul définit comme « pétition du principe », qui interroge la rationalité du discours idéologique : « On s’appuie sur un principe sans avoir démontré que la relation qu’il énonce est vraie dans tous les cas ; ici encore, la faute logique n’est possible que grâce à l’imprécision du langage, qui permet la confusion entre “tous” et “certains” » (ibid., p. 202-203). Ce type de discours s’appuie donc sur un présupposé qui n’est pas seulement celui d’une phrase, mais d’un raisonnement tout entier. Un raisonnement qui peut être parfaitement correct, mais qui s’appuie sur des prémisses qu’il prétend évidentes, alors qu’elles restent à démontrer.

La publicité comme espace de stratégie en parler populaire

76Une question est de savoir si l’usage du parler populaire par les annonceurs est la copie, réduite mais fidèle, de celui des journaux imprimés.

77Nous avons choisi la même image publicitaire de la marque MP3, en français et en parler populaire, dans les quatre publications de notre corpus. Cette image figure uniquement dans les numéros correspondant aux jours et aux lendemains des deux rencontres. Autrement dit, la marque s’adresse à sa « cible » en considérant seulement ces dates comme événement. En privilégiant la période de figuration, MP3 souhaiterait accorder visibilité et relief au contenu de son message ou, tout du moins, lui conférer un « impact mémoriel » important.

78Insistons sur une particularité de la publicité de la marque Renault dans la presse généraliste. Dans El Watan et dans Le Soir, le groupe de construction automobile change de stratégie discursive à trois reprises. Dans la capture d’écran 9, le message est entièrement rédigé en français. La capture d’écran 10 contient un message textuel contenant le parler populaire, tandis que la troisième publicité fait appel au drapeau algérien.

Capture d’écran 9. Affiche publicitaire de Renault Algérie à la une d’El Watan du 16 novembre 2009

Capture d’écran 9. Affiche publicitaire de Renault Algérie à la une d’El Watan du 16 novembre 2009

Capture d’écran 10. Affiche publicitaire de Renault Algérie à la une d’El Watan du 17 novembre 2009

Capture d’écran 10. Affiche publicitaire de Renault Algérie à la une d’El Watan du 17 novembre 2009

79Nous observons la cohabitation du terme prix en français et de l’énoncé en darija : tayeh (bas). L’inscription textuelle de ce message interpelle le lecteur du journal, considéré comme une cible potentielle, au sujet de la réduction tarifaire de l’achat d’un produit Renault Algérie. Nous inspirant du contrat de communication de Charaudeau (1994), nous pouvons avancer que l’instance productrice de l’acte communicationnel (Renault Algérie) trouve légitime d’employer le parler populaire et que donc, l’autre partenaire du même acte de communication (El Watan et Le Soir) peut le reconnaître et s’y reconnaître. Autrement dit, Renault Algérie n’aurait pas choisi de communiquer en parler populaire si les journaux cités ne transmettaient pas déjà leurs messages dans le même parler. En partant de l’idée que le discours publicitaire ne crée pas des représentations mais les récupère (Charaudeau, ibid.), nous avançons que l’exploitation de la ferveur née autour du match par le constructeur automobile est en étroite adéquation avec les stratégies discursives de la presse francophone algérienne.

Capture d’écran 11. Affiche publicitaire de Renault Algérie à la une d’El Watan du 18 novembre 2009

Capture d’écran 11. Affiche publicitaire de Renault Algérie à la une d’El Watan du 18 novembre 2009

80Le discours de Renault Algérie utilise la fonction symbolique ancrée dans le recours à l’emblème national qui permet d’évoquer la question identitaire. C’est le même procédé que nous avons observé dans les écrits et la photographie de la presse francophone algérienne.

81Notons que les annonces commerciales dans les unes de la presse francophone algérienne apparaissent à 29 reprises, dont 26 fois en parler populaire. Les stratégies adoptées par les annonceurs relèvent donc des mêmes stratégies que celles des organes accueillants.

Les enjeux de proximité

82Si dans son numéro du 18 novembre, Le Buteur titre : « Ils sont à vous, Bouffez-les ! », l’expression est destinée aux joueurs, mais une seconde lecture de ce message demeure possible. Il pourrait s’agir d’une « invitation » à destination des supporters algériens, qui se sont déplacés en masse au Soudan, pour prendre le dessus sur leurs homologues égyptiens.

Capture d’écran 12. Ils sont à vous, bouffez-les !

Capture d’écran 12. Ils sont à vous, bouffez-les !

83Le rédacteur en chef du Buteur illustre l’emploi des termes familiers, du parler populaire en légitimant la représentativité du récepteur. Il explique et justifie :

On a essayé de faire preuve d’objectivité, mais ça ne peut pas être à 100 %. Il y a toujours de la subjectivité. Même si on est journalistes, on est Algériens avant tout, et donc le jour du match, on perd un petit peu le fil. Il faut mettre un titre subjectif qui capte l’intention. Et puis, Bouffez-les ! C’est le discours qui devrait avoir l’entraîneur. Dans ce genre de match l’entraîneur n’a même pas besoin de motiver ses joueurs. Il va juste peut-être leur dire : Bouffez-les ! C’est ce que le public attend comme réaction et c’est ce qu’on a mis comme titre.

84Nous avons alors affaire à ce qu’on pense être les dires du sélectionneur, la façon de penser le lecteur, et à tout ce que la « pensée supposée » charrie d’enjeux commerciaux. Nous pouvons traduire ces enjeux en une simple phrase : ce que le peuple pense et dit, nous devons l’écrire pour capter son attention.

85Les quotidiens d’information générale connaissent les mêmes mutations des termes familiers que la presse sportive. Ils les ont employés 14 fois dans leur couverture du match, mais aussi pour évoquer les nouvelles quotidiennes en dehors de l’événement sportif.

86En effet, le billet publié en une du 12 novembre du Soir comprend plusieurs termes en parler populaire : Krahna [détester, conjugué au pluriel], m’digouti [dégoûter], hablouni [m’ont rendu fou], mardouna [malade], digoutaouna [dégoûter, conjugué au pluriel]. Il ressort de ces exemples que le chroniqueur du Soir devient un acteur actif, dans l’opération de « l’algérianisation du français ». Il contribue largement à la circulation de ce parler, déjà prégnant dans la société algérienne, et participe à sa transformation et à sa re-création, en insistant sur sa une en couleur locale.

87Aux termes employés par Le Soir s’ajoutent les énoncés en parler populaire de Harragas et Harraga, parus dans les titres d’El Watan du 14 et 16 novembre. Les deux mots signifient la même chose : immigration clandestine. Le premier terme prend la terminaison du pluriel dans la langue française. Tandis que le second est mentionné sans « s ». Le premier cas renforce l’idée de l’algérianité, mais à l’inverse de l’exemple de m’digouti du Soir, l’opération, ici, « n’algérianise » pas le français, mais francise l’algérien.

88En résumé, le parler populaire, dont le langage familier, est mobilisé à 59 reprises dans 28 unes. La presse d’information générale abandonne la langue officielle pour une écriture basée sur le langage courant. Dans les journaux généralistes, 34 termes et expressions sont publiés contre 25 dans les quotidiens de sport. Gênés, certains acteurs médiatiques interrogés optent pour la dénégation de l’oralité et nuancent son usage par leur quotidien. D’autres ne prennent pas la défense du « français avancé ». Ils mettent en avant les attentes de leur public supposé, en revendiquant cet usage pour être compris et pour mieux vendre. « On va faire du grand bon français et ne pas utiliser ça ? » balaie le premier responsable du Soir. Un journaliste d’El Watan ajoute :

On a cette volonté d’être au plus près de la société, de ce que les gens pensent et de comment les gens parlent […] on ne peut pas s’adresser uniquement à des gens qui ont un bon niveau d’instruction, parce qu’à ce moment-là, on n’aura pas beaucoup de lecteurs.

Le principe d’altérité

  • 35 L’examen montre que les stratégies identificatoires procèdent souvent, selon Laroussi, par « projec (...)
  • 36 Mra ou noss se traduit littéralement par : [Une femme est demi !]. L’expression ne peut être compri (...)

89Au-delà de l’argument de vente, la mobilisation du parler populaire peut aussi être liée à une démarche d’identification au lectorat ciblé. Nous évitons volontairement le concept d’identité dans cette recherche, car il ne nous paraît pas efficace. Il serait plus plausible, voire plus opératoire, d’évoquer le rapport entre langues et identités dans les écrits et les déclarations des journalistes algériens sous le terme d’identification35. L’un des reporters du Buteur, auteur du titre en parler populaire « Sarah : une “mra ou noss” qui a tenu tête à un Égyptien »36, revendique :

J’ai choisi ce titre car je savais que les médias égyptiens allaient le reprendre. Eux, ils parlent directement arabe dialectal. Nous aussi, on a nos expressions. Donc, c’est une expression typiquement algérienne pour rendre une position, une attitude typiquement algérienne.

  • 37 À titre comparatif, l’arabité et la langue arabe sont, depuis la première Constitution de l’Algérie (...)

90L’examen des procédés identificatoires dans les propos d’acteurs et leurs productions textuelles pendant cet événement révèle que la primauté est accordée à « l’algérianité », et dans certains cas à la « berbérité » plutôt qu’à « l’arabité »37. Au sujet de cette dichotomie, le directeur de publication de Compétition explique et accuse :

  • 38 La presse francophone en Algérie n’hésite pas à critiquer la politique du « nationalisme arabe », d (...)

Il ne faut pas oublier qu’il y a un problème dans la sphère politique arabe : est-ce que l’Algérie est arabe ou pas ? Justement, l’Égypte ne nous traitait plus comme des Arabes. Ils se sont rappelé subitement qu’on n’est pas des Arabes, mais des Berbères… C’est un débat qui commençait à faire peur au pouvoir politique en Algérie38.

91Un journaliste de la presse généraliste ajoute au sujet de la guerre médiatique basée sur le principe d’altérité entre les deux pays :

on est même revenu sur la civilisation pharaonique, la civilisation berbère […] Il fallait que le lecteur algérien ressente que les médias le défendent et parlent à sa place. Il fallait trouver les mots forts que, lui, voulait entendre, lire et dire aux Égyptiens.

92Notre recherche montre que les pratiques langagières présentes dans les propos des journalistes et leurs productions textuelles relèvent d’un processus de démarcation par rapport au panarabisme et à la politique linguistique de l’État algérien. Cela revient à dire, à l’instar d’Abbaci, que la démarche se voit « attribuer une valeur emblématique d’appartenance à un groupe différent ayant un parler distinct, qui n’est ni celui des arabophones, ni celui des francophones, le leur » (2012, p. 30). Nous pouvons ajouter à ce constat que l’identification se rattache aussi, selon les professionnels algériens de l’information médiatique, au lectorat supposé.

Conclusion

93Nora écrit que « l’événement témoigne moins pour ce qu’il traduit que pour ce qu’il révèle, moins pour ce qu’il est que pour ce qu’il déclenche » (ibid., p. 168). Ce qui ne devait être qu’un match de football entre l’Égypte et l’Algérie s’est transformé en « une guerre » qui ne dit pas son nom. Les deux gouvernements convoquent leurs ambassadeurs. Des personnalités médiatiques, dans les deux pays, appellent au boycottage de produits commerciaux en Algérie et en Égypte. L’incident du bus et la rumeur des morts supposés parmi les supporters algériens, ajoutés à tout cela, créent une véritable frénésie médiatique. Cela nous renseigne sur le cadre guerrier et provocateur choisi par la presse francophone algérienne. Les exagérations dans le jeu de langage sont proches du sensationnel, qui peut « produire une impression de surprise, d’intérêt ou d’émotion » (Awad, 1995, p. 158). Les thématiques liées à l’aspect patriotique ou à la violence symbolique sont donc traitées de façon subjective, visant à susciter l’émotion. Cette émotion est ancrée dans les dispositifs discursifs et scénographiques permettant la « spectacularisation » sportive de l’événement. Sans recourir à un discours moralisateur, nous ouvrons une parenthèse, rejoignant Diana pour considérer cette « émotion » comme « un échec à construire du sens ou à s’engager dans le réel » (2013, p. 261). Nous ne prétendons pas que les images et les écrits ne construisent pas de sens (Delforce, 1996), mais que ce sens peut être faussé ou occulté par une couverture médiatique parfois aveugle.

94Informer, narrativiser, analyser et commenter « la réalité » dans cet événement footballistique consiste, pour la presse francophone algérienne, à imposer une forme d’écriture appuyée par une forte mobilisation du parler populaire : 224 mots et expressions sont repris dans le discours rapporté contre 232 employés dans le « propre » discours journalistique, dont seulement 109 utilisés par la presse sportive. Ces résultats chiffrés confirment notre hypothèse de départ. Le parler populaire n’est pas propre aux journaux de sport.

95L’événement footballistique bouscule le découpage informatif classique des journaux algériens. Le chamboulement des modes d’organisation de leurs unités d’information montre une spécificité liée à leur mécanisme de fonctionnement, qui ne répond pas exactement aux fonctions traditionnelles des rubriques relevées par Hermann et Lugren (1999). Les rubriques de la presse francophone algérienne ne maintiennent pas de stabilité. Elles témoignent de l’importance accordée à l’événement. La « transversalisation » des personnels d’une rubrique à une autre a pour objectif d’accorder une valeur ajoutée à la couverture de l’événement. Mais elle dévoile aussi une insuffisance des ressources dans les rédactions de sport.

96Nous avons vu se dessiner dans la partie consacrée à l’étude des unes un cadrage destiné à la légitimation du parler populaire, à l’opération d’« algérianisation » du français et à la « francisation » du parler algérien.

97Nous avons également vu émerger, concernant l’emploi des titres incitatifs, une forme de mutation dans la ligne éditoriale, telle que celle du Buteur, privilégiant désormais des titres incitatifs, souvent provocateurs, au détriment des titres informatifs favorisés auparavant. Les écrits du Buteur peuvent être de caractère religieux, car les dirigeants responsables du journal acceptent, tolèrent et souhaitent cette mobilisation. En matière de stratégies, leur méthode s’inscrit dans une démarche pragmatique visant à toucher un public jeune, large et « attaché » à la religion islamique. C’est alors que la convocation du parler populaire revêt tout son intérêt. Cette étude nous a donc permis de saisir des orientations éditoriales de la presse francophone algérienne qui, contrairement à l’idée reçue, vise un lectorat large, non nécessairement francophone et non nécessairement élitiste. La plupart des témoignages recueillis dans le milieu de la presse francophone algérienne mettent le curseur sur la baisse du niveau de lecture du français en Algérie. L’autre objectif de la presse francophone algérienne dans son usage du parler populaire est de montrer une appartenance à une population différente de celle de l’Égypte.

98En général, la mobilisation du parler populaire, dans l’événement écrit, répond à des enjeux de proximité et est considérée comme un motif signifiant de captation ainsi qu’un argument de vente. Elle vise aussi à renouveler un « lectorat vieillissant » et à se faire l’écho de « la réalité linguistique » des jeunes en Algérie. L’une des journalistes interrogées à Compétition illustre :

L’élite maîtrisant les deux langues est en train de s’éteindre. Nous, depuis un moment qu’on utilise darija parce que la génération actuelle a tendance de lire beaucoup plus l’arabe que le français, et donc il faut des fois se mettre à la place du lecteur.

99Le constat est donc alarmant. Le directeur de publication de Compétition appréhende avec scepticisme l’avenir de son journal et de la presse francophone algérienne en général :

Un jour la presse francophone algérienne va s’éteindre. Il n’y aura plus de lectorat francophone. Je ne parle pas des années prochaines, mais elle est amenée à disparaître dans le futur… cette presse va mourir avec notre génération.

  • 39 L’étude des lignes éditoriales dépend aussi de l’analyse des stratégies de pénétration du marché.
  • 40 Le Hirak est un mouvement de protestation né le 22 février 2019 contre le « système gouvernant » en (...)

100Nous ne prétendons pas avoir éclairci toute la question de l’usage du parler populaire ni avoir fait tout le tour de l’étude des lignes éditoriales examinées39. Notre modeste étude gagnerait en épaisseur si on pouvait pointer la propagation de l’usage du parler populaire à d’autres sujets sociétaux. Certes, nos observations de la couverture médiatique du Hirak40, par exemple, nous indiquent un emploi fréquent du parler populaire, mais ce qui serait plutôt intéressant, c’est d’analyser les publications de la presse francophone algérienne dans des périodes non événementielles.

Haut de page

Bibliographie

ABBACI Amal (2012), « Presse francophone en Algérie : entre discours officiel et réalité linguistique. Le cas du Quotidien d’Oran, rubrique “Tranche de vie” », dans Abdenebi LACHKAR (dir.), Langue et médias en Méditerranée, Paris, L’Harmattan, p. 24-31.

AGAMBEN Giorgio (2007), Qu’est-ce qu’un dispositif ?, Paris, Payot & Rivages.

AWAD Gloria (1995), Du sensationnel. Place de l’événement dans le journalisme de masse, Paris, L’Harmattan.

BARTHES Roland (1964), « Rhétorique de l’image », Communications, 4, p. 40-51. https://www.persee.fr/doc/comm_0588-8018_1964_num_4_1_1027, page consultée le 19 mai 2021.

BOYER Henri (1994), « Le spot comme marché », MScope, 8, p. 69-76.

CABEDOCHE Bertrand (2004), « Historicité, scientificité et didacticité du discours d’information médiatique ? La construction du récit commémoratif dans la presse magazine », Les Cahiers du journalisme, 13, p. 40-79.

CHACHOU Ibtissem (2014), La situation linguistique de Algérie. Pratiques plurilingues et variétés à l’œuvre, Paris, L’Harmattan.

CHARAUDEAU Patrick (1994), « Le discours publicitaire, genre discursif », MScope, 8, p. 34-44.

CHARAUDEAU Patrick (1997), Le discours d’information médiatique. La construction du miroir social, Paris, Éditions Nathan.

CHEMERIK Fateh (2018), La mobilisation du parler populaire dans la presse francophone algérienne. Repérage et analyse des stratégies des acteurs médiatiques à partir de la couverture du match Égypte-Algérie de novembre 2009, thèse de doctorat en sciences de l’information et de la communication, sous la direction de Bertrand CABEDOCHE, Grenoble, Université Grenoble Alpes, https://tel.archives-ouvertes.fr/tel-02290644/document>, page consultée le 20 mars 2021.

CHEMERIK Fateh (2020), « Le processus de scénarisation du “nous” contre le “eux” dans la couverture médiatique du match Égypte-Algérie : de la stratégie de captation au discours du mépris », Lidil, 61, mis en ligne le 2 mai 2020, http:// journals.openedition.org/lidil/7561, page consultée le 5 janvier 2021.

DELFORCE Bernard (1996), « La responsabilité sociale des journalistes : donner du sens », Les Cahiers du journalisme, 2, p. 16-32.

DIANA Jean-François (2013), Spectacles sportifs, dispositifs d’écritures, Nancy, Éditions universitaires de Lorraine.

ELIMAM Abdou (2003), Le maghribi, alias ed-darija : la langue consensuelle du Maghreb, Oran, Dar El-Gharb.

ESQUENAZI Jean-Pierre (2013), L’écriture de l’actualité, pour une sociologie du discours médiatique, deuxième éd., Grenoble, Presses universitaires de Grenoble.

ESQUENAZI Jean-Pierre (1996), Le pouvoir d’un média : TF1 et son discours, Paris, L’Harmattan.

FOUCAULT Michel (1994), Dits et écrits, Paris, Gallimard.

FOUCAULT Michel (1975), Surveiller et punir, Paris, Gallimard.

FOUCAULT Michel (1971), L’ordre du discours, Paris, Gallimard.

GRÉGOIRE Mathieu (2014), « D’où vient le “One, two, three, viva l’Algérie !” ? », Slate, 3 juin, http://www.slate.fr/story/88925/one-two-three-algerie, page consultée le 1er juillet 2014.

GIBRIL Suzan (2016), « Que représentent les pharaons d’Égypte ? Les visages multiples du supportérisme de l’équipe nationale égyptienne », dans Jean-Michel DE WAELE et Frédéric LOUAULT (dir.), Soutenir l’équipe nationale de football, enjeux politiques et identitaires, Bruxelles, Éditions de l’Université de Bruxelles, p. 83-93.

GOFFMAN Erving (1991), Les cadres de l’expérience, Paris, Éditions de Minuit.

GRITTI Jules (1975), Sport à la Une, Paris, Éditions Armand Colin.

HABERT Benoit et Pierre FIALA (1989), « La langue de bois en éclat : les défigements dans les titres de presse quotidienne française », Mots, 21, p. 83-99, page consultée le 19 mai 2021.

HERMAN Thierry et Gilles LUGRIN (1999), « La hiérarchie des rubriques : un outil de description de la presse », Communication et langages, 122 (4e trimestre), p. 72-85. https://www.persee.fr/doc/colan_0336-1500_1999_num_122_1_2967, page consultée le 19 mai 2021.

JAKOBSON Roman (1963 /1973 / 2003), Essai de linguistique générale, vol. 1 et 2, Paris, Éditions de Minuit.

JOLY Martine (2015), Introduction à l’analyse de l’image, troisième édition, Paris, Éditions Armand Colin.

LAMIZET Bernard (2004), « Esthétique de la limite et dialectique de l’émotion », Mots, 75, p. 35-45. https://journals.openedition.org/mots/3103, page consultée le 19 mai 2021.

LAMIZET Bernard (2006), Sémiotique de l’événement, Paris, Lavoisier.

LAROUSSI Foued (1997), Plurilinguisme et identités au Maghreb, Rouen, Presses universitaires de Rouen.

LAVOINNE Yves (1997), Le langage des médias, Grenoble, Presses universitaires de Grenoble.

LOCHARD Guy (2010), « Pour une approche sémantique de la notion du dispositif. L’exemple des événements sportifs », dans Violaine APPEL, Hélène BOULANGER et Luc MASSOU (dir.), Les dispositifs d’information et de communication, concept, usages et objets, Bruxelles, De Boeck, p. 187-198.

MARCHETTI Dominique (1997), Contribution à une sociologie des transformations du champ journalistique dans les années 80 et 90 : à propos d’« événements sida » et du « scandale du sang contaminé », thèse de doctorat en sociologie, sous la direction de Pierre BOURDIEU, Paris, EHSS, http://www.theses.fr/1997EHES0098, page consultée le 20 mars 2021.

MIÈGE Bernard (2007), La société conquise par la communication. III. Les Tic entre innovation technique et ancrage social, Grenoble, Presses universitaires de Grenoble.

MOIRAND Sophie (2007), Les discours de la presse quotidienne : observer, analyser, comprendre, Paris, Presses universitaires de France.

MOUILLAUD Maurice et Jean-François TÉTU (1989), Le journal quotidien, Lyon, Presses universitaires de Lyon.

NORA Pierre (1972), « L’événement monstre », Communications, 18, p. 162-172. https://www.persee.fr/doc/comm_0588-8018_1972_num_18_1_1272, page consultée le 19 mai 2021.

OHL Fabien (2000), « Le journalisme sportif une production sous influence. L’exemple de la presse quotidienne régionale », Regard sociologique, 20, p. 89-109, https://scholar.google.com/scholar?hl=fr&as_sdt=0%2C5&q=Le+journalisme+sportif+une+production+sous+influence.+L%E2%80%99exemple+de+la+presse+quotidienne+r%C3%A9gionale&btnG=, page consultée le 19 mai 2021.

OLIVESI Stéphane (2007), « Le travail du concept. Théorie, modèle, catégorie », dans Stéphane OLIVESI (dir.), Introduction à la recherche en sciences de l’information et de la communication, Grenoble, Presses universitaires de Grenoble, p. 221-238.

REBOUL Olivier (1980), Langage et idéologie, Paris, Presses universitaires de France.

RINGOOT Roselyne (2014), Analyser le discours de presse, Paris, Éditions Armand Colin.

STOLL Guillaume (2014), « Coupe du monde : d’où vient le chant “One Two Three – Viva l’Algérie” ? », Nouvelobs, 27 juin, https://www.nouvelobs.com/sport/coupe-du-monde/20140627.OBS1995/coupe-du-monde-d-ou-vient-le-chant-one-two-three-viva-l-algerie.html, page consultée le 2 août 2014.

TALEB-IBRAHIMI Khaoula (1995), Les Algériens et leur(s) langue(s) : éléments pour une approche sociolinguistique de la société algérienne, Alger, El hikma.

TAVERNIER Aurélie (2004), Paroles d’experts : Rhétoriques journalistiques de recours aux paroles extérieures. Le Monde, Libération, Le Figaro, Journaliste et sociologue, la construction d’un référentielle, thèse de doctorat, sous la direction de Bernard DELFORCE, Lille, Université Lille 3.

VERON Eliseo (1981), Construire l’événement. Les médias et l’accident de Three Mile Island, Paris, Éditions de Minuit.

WATINE Thierry (2003), « De la convergence des métiers de la communication publique à l’hybridation des pratiques professionnelles : la nouvelle posture journalistique », Les Cahiers du journalisme, 12, p. 242-277.

Haut de page

Notes

1 Il s’agit d’analyser la double confrontation entre l’Égypte et l’Algérie. La première rencontre s’est jouée le 14 novembre 2009 au Caire. Le match barrage entre les deux équipes s’est déroulé le 18 novembre au Soudan.

2 La darija est une langue vernaculaire non officielle.

3 En Algérie, l’identification et le choix des langues par l’État ont favorisé, dès l’indépendance, l’arabe standard au profit des langues maternelles, dont la darija et le tamazight. D’après les linguistes ayant étudié les langues en présence, les représentations, les pratiques et les contacts des langues en Algérie limitent l’usage de « l’arabe officiel » aux discours institutionnels. Les langues maternelles sont prédominantes dans les interactions quotidiennes des Algériens. Voir Taleb-Ibrahimi (1995), Elimam (2003), Chachou (2014).

4 La guerre médiatique entre la presse algérienne et les chaînes de télévision égyptiennes a dépassé le cadre footballistique (Chemerik, 2018). Sur El Hayat TV, l’un des présentateurs égyptiens a traité les Algériens de « barbares » et a avancé qu’historiquement, « sans l’Égypte, les Algériens ne sauraient s’élever au statut d’Arabes, ni parler la noble langue du Coran » (Chemerik, 2020). Nous signalons que nous convoquons la couverture du match par les médias égyptiens uniquement pour la mettre en perspective par rapport à la réaction de la presse francophone en Algérie.

5 L’analyse est structurée autour de la période des deux matches Égypte-Algérie.

6 Nous voulons vérifier que le parler populaire n’est pas la propriété des journalistes spécialisés en sport.

7 L’appellation de « dispositif scénographique » est empruntée à Lochard (2010) pour évoquer le message visuel dans les images publicitaires et les photographies.

8 À ce sujet, Watine avait déjà relevé « qu’un examen même sommaire des principales pages des journaux actuellement disponibles sur le marché permet de constater que de nombreux énoncés de presse (titres, chapeaux, leads, etc.) participent d’une “oralisation” progressive du langage journalistique » (2003, p. 266). Nous considérons désormais le langage familier comme faisant partie du parler populaire.

9 Les deux journaux de sport sont des leaders dans leur domaine. Le choix des quotidiens généralistes se justifie par le fait qu’aucune de ces deux publications ne bénéficie de la publicité étatique. À ce propos, seule l’Agence nationale de l’édition et de la publicité (ANEP) est habilitée, en Algérie, à distribuer ce type de publicité aux journaux. Les quotidiens « jugés » hostiles au pouvoir sont privés de publicité (Chemerik, 2018). Il serait donc pertinent de vérifier si l’usage du parler populaire pourrait constituer un argument commercial permettant à la presse francophone en Algérie de réaliser des rentrées financières.

10 Pas de pardon ! (traduction de l’auteur).

11 La plupart des journalistes interrogés considèrent leur travail comme une « transcription » exacte de ce qui se passe dans le monde.

12 Dans son analyse du langage en tant que manifestation idéologique, l’auteur reprend les classifications de langage de Jakobson (1973). Dans la fonction référentielle du langage, Reboul place plusieurs figures, dont celle de l’appellation objectivante. Il évoque celle-ci quand « il arrive que le discours idéologique crée littéralement son référent. C’est recourir inconsciemment au vieux procédé magico-religieux qui fait être une chose en la nommant » (ibid., p. 58).

13 Foucault conclut en disant que le dispositif « est toujours inscrit dans un jeu de pouvoir mais toujours lié aussi à une ou plusieurs des bornes de savoir qui en naissent mais, tout autant, le conditionnent. C’est ça le dispositif : des stratégies de rapports de force supportant des types de savoir, et supportés par eux » (1994, p. 299).

14 À ce sujet, Miège considère les dispositifs comme une « mise en système des différents outils et contenus » (ibid., p. 183).

15 Quelques incidents liés aux anciennes rencontres entre les deux sélections ont été déjà enregistrés en 1978, 1984 et 1989.

16 Le traitement du match par les médias égyptiens est aussi marqué par des critiques acerbes et insultantes non seulement envers la sélection algérienne, mais aussi envers tous les Algériens (Gibril, 2016). 

17 Ringoot (ibid.) utilise cette appellation pour désigner « le rubricage » d’un journal.

18 Les lois stipulent qu’en cas de match d’appui, chacune des deux formations concernées propose un lieu. Le tirage au sort détermine ensuite le pays d’accueil. L’Algérie a choisi la Tunisie et l’Égypte a proposé le Soudan.

19 L’État algérien a transporté gratuitement 12 132 supporters au Soudan. Ce nombre dépasse largement celui des billets octroyés par la FIFA (9 000 billets pour chaque pays).

20 Un caillou donné par un cher ami doit être considéré comme une pomme (traduction de l’auteur).

21 Cette expression désigne une façon de parler familière. Elle se rapproche de la réplique insultante en langue française : « Va te faire f… » Elle traduit dans les chroniques de l’auteur un état d’esprit révolté sur les sujets traités.

22 L’expression est typique des écrits propres aux journalistes. Elle masque un discours marqué de subjectivité voulant dire « la population des Égyptiens non civilisés ». Elle apparaît comme telle dans les écrits journalistiques à 25 reprises.

23 Ce terme veut dire en partie « On a subi une injustice ».

24 Cet énoncé est rédigé en portugais. La présence portugaise en Algérie est très marquée dans la période de la Reconquista au vie siècle.

25 Le correcteur du journal a travaillé par le passé en tant que journaliste à la revue Révolution africaine et aux journaux Le Matin et Liberté entre autres.

26 Le terme viva est en langue espagnole. La présence ibérique en Algérie est assez importante entre les xve et xviiie siècles. Bon nombre de mots et de noms de villes en Algérie sont d’origine espagnole.

27 Nous n’évoquons ici que la dimension historique du slogan en lien avec le football.

28 La sélection algérienne crée la surprise pour sa première participation, en prenant l’ascendant sur le champion d’Europe allemand par le score de 2 buts à 1.

29 Le journal a employé 121 mots et expressions appartenant au registre de la religion islamique, dont 48 en parler populaire. D’autres journaux de notre corpus ont mobilisé des termes religieux à des degrés variables.

30 Le consulat algérien au Caire dément l’information des morts supposées parmi les supporters algériens.

31 L’expression est en kabyle, une variante de la langue tamazight.

32 En 1980, les manifestants réclament la reconnaissance de l’identité berbère et l’officialisation de la langue tamazight. Au cours des célébrations de ce « printemps noir » en 2001, 126 décès et 5 000 blessés ont été enregistrés.

33 Mouillaud et Tétu ajoutent que la photographie donne « plus à reconnaître qu’à connaître » (1989, p. 81-82).

34 Notions empruntées à Habert et Fiala (1989).

35 L’examen montre que les stratégies identificatoires procèdent souvent, selon Laroussi, par « projection collective : identité revendiquée, stigmate et transfert de stéréotypes culturels, voire raciaux » (1997, p. 24).

36 Mra ou noss se traduit littéralement par : [Une femme est demi !]. L’expression ne peut être comprise que dans le contexte sociolinguistique propre aux Algériens. Elle porte la signification suivante : [une femme courageuse].

37 À titre comparatif, l’arabité et la langue arabe sont, depuis la première Constitution de l’Algérie indépendante de 1963, des piliers de la nation algérienne. Pour la « berbérité », il a fallu attendre les réformes de la Constitution de 1996 pour qu’elle devienne une constante nationale et 2016 pour que le berbère devienne une langue officielle.

38 La presse francophone en Algérie n’hésite pas à critiquer la politique du « nationalisme arabe », défendue par l’ancien président égyptien Abdel Nasser et suivie par ses homologues algériens, Ben Bella dans les années 1960, puis Boumédiène dans les années 1970 (Chemerik, 2020).

39 L’étude des lignes éditoriales dépend aussi de l’analyse des stratégies de pénétration du marché.

40 Le Hirak est un mouvement de protestation né le 22 février 2019 contre le « système gouvernant » en Algérie.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Tableau 1. Récapitulatif des dates, événements et dates de parution de la presse francophone algérienne
URL http://journals.openedition.org/communication/docannexe/image/13800/img-1.png
Fichier image/png, 592k
Titre Capture d’écran 1. Dirouha !
URL http://journals.openedition.org/communication/docannexe/image/13800/img-2.png
Fichier image/png, 1,4M
Titre Capture d’écran 2. Dernaha !
URL http://journals.openedition.org/communication/docannexe/image/13800/img-3.png
Fichier image/png, 1,5M
Titre Capture d’écran 3. Du « nif » pour assurer la « qualif »
URL http://journals.openedition.org/communication/docannexe/image/13800/img-4.png
Fichier image/png, 1,7M
Titre Capture d’écran 4. Viva l’Algérie !
URL http://journals.openedition.org/communication/docannexe/image/13800/img-5.png
Fichier image/png, 1,8M
Titre Capture d’écran 5. On a fait pleurer 80 millions d’Égyptiens
URL http://journals.openedition.org/communication/docannexe/image/13800/img-6.png
Fichier image/png, 1023k
Titre Capture d’écran 6. Ulac smah ulac !
URL http://journals.openedition.org/communication/docannexe/image/13800/img-7.png
Fichier image/png, 1,5M
Titre Capture d’écran 7. Toute l’Algérie veut aller à Khartoum !
URL http://journals.openedition.org/communication/docannexe/image/13800/img-8.png
Fichier image/png, 1,6M
Titre Capture d’écran 8. Tous à Khartoum !
URL http://journals.openedition.org/communication/docannexe/image/13800/img-9.png
Fichier image/png, 1,4M
Titre Capture d’écran 9. Affiche publicitaire de Renault Algérie à la une d’El Watan du 16 novembre 2009
URL http://journals.openedition.org/communication/docannexe/image/13800/img-10.png
Fichier image/png, 399k
Titre Capture d’écran 10. Affiche publicitaire de Renault Algérie à la une d’El Watan du 17 novembre 2009
URL http://journals.openedition.org/communication/docannexe/image/13800/img-11.png
Fichier image/png, 428k
Titre Capture d’écran 11. Affiche publicitaire de Renault Algérie à la une d’El Watan du 18 novembre 2009
URL http://journals.openedition.org/communication/docannexe/image/13800/img-12.png
Fichier image/png, 348k
Titre Capture d’écran 12. Ils sont à vous, bouffez-les !
URL http://journals.openedition.org/communication/docannexe/image/13800/img-13.png
Fichier image/png, 1,7M
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Fateh Chemerik, « Le rôle du parler populaire dans la structuration du discours médiatique de la presse algérienne lors d’un événement sportif  »Communication [En ligne], Vol. 38/1 | 2021, mis en ligne le 15 juin 2021, consulté le 27 juillet 2021. URL : http://journals.openedition.org/communication/13800 ; DOI : https://doi.org/10.4000/communication.13800

Haut de page

Auteur

Fateh Chemerik

Fateh Chemerik est chercheur au Groupe de recherche sur les enjeux de la communication (GRESEC), Université Grenoble Alpes. Courriel : chemerik.fateh@yahoo.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Communication sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search