Navigation – Plan du site

AccueilNumérosVol. 38/1ArticlesLa construction médiatique et la ...

Articles

La construction médiatique et la multiplicité événementielle

L’exemple de l’attentat de Beyrouth en juillet 2013
Farhat El Khoury

Résumés

L’événement est intimement lié à sa médiatisation. Les faits bruts existent avec ou sans les médias, mais ce sont ces derniers qui les transforment en événements, reflétant ainsi les multiples références politiques et les différents acteurs médiatiques qui y interviennent. Le présent article met en relief ce qu’on appellera la multiplicité événementielle, en prenant l’exemple du discours télévisé sur l’attentat à la voiture piégée qui a frappé Beyrouth le 9 juillet 2013. En analysant les journaux télévisés de deux chaînes locales, l’auteur constate que plusieurs événements ont eu lieu ce 9 juillet alors qu’il s’agit d’une seule et même explosion.

Haut de page

Texte intégral

1Galvaudée par les médias et employée couramment par le grand public, la notion d’événement a failli perdre son essence. Jocelyne Arquembourg-Moreau l’observe dans l’introduction de son ouvrage Le temps des événements médiatiques. Selon elle, « tout aujourd’hui peut “faire événement” tant l’expression est devenue banale » (2003, p. 7). Mais qu’est-ce qu’un événement au juste ?

2L’événement est un concept à multiples facettes. Selon l’approche adoptée, il change de signification. Un fait considéré comme un événement par quelqu’un ne l’est pas forcément par un autre. Pour montrer sa polysémie et sa complexité, Edgar Morin (1972a) intitule l’un de ses articles « L’événement-sphinx ».

3La recherche s’est emparée depuis longtemps de la question et en dépit des divergences entre les différentes définitions, une idée principale émerge : un événement vient faire rupture entre deux moments et change ainsi la donne entre l’avant et l’après de ce qui est survenu.

4Si l’on admet que tout fait ne mérite pas d’être considéré comme événement, au sens fort du terme, les actes terroristes le sont par essence. Michel Wieviorka et Dominique Wolton notent dans ce contexte que « le terrorisme est inattendu, constituant par nature ce qu’on appelle un événement » (1987, p. 65). Daniel Dayan, de son côté, met en lumière une autre relation étroite qu’entretient le terrorisme avec les médias. D’après lui, ceux-ci « sont devenus des partenaires indissociables, les coproducteurs de l’un des grands genres discursifs contemporains, au même titre que les émissions de plateau ou la télé-réalité » (2006, p. 18).

La problématique et les questions de recherche

5Les liens serrés entre l’événement et le terrorisme, d’une part, et entre l’événement et les médias, d’autre part, incitent à analyser la médiatisation non pas de n’importe quel événement, mais d’un événement terroriste précisément. Et vu qu’il s’agit d’un sujet ayant trait à la violence, aux conséquences dramatiques sur le plan de l’instabilité et de l’insécurité pour la société ciblée, la construction médiatique de l’événement survenu acquiert plus d’importance.

6Mais comme le note Daniel Dayan, « toute construction renvoie à un pouvoir » (2011, par. 7). Or, le quatrième pouvoir que représentent les médias est lui-même composé de plusieurs organes médiatiques, liés, chacun à part, à d’autres instances de pouvoir, politique et économique notamment. De là, il semble qu’aborder la notion de la construction médiatique conduit à aborder une notion voisine, celle de la multiplicité dont la complexité renvoie aux nombreux acteurs politiques et médiatiques, qui agissent soit de manière identique, soit de manière opposée.

7C’est précisément dans ce contexte que le présent article s’interroge sur la notion de ce qu’on nommera dorénavant la multiplicité événementielle. Celle-ci ne signifie pas la survenue de multiples faits considérés, chacun séparément, comme un événement, mais plutôt l’existence d’une multiplicité de constructions médiatiques et d’une multiplicité de significations d’un seul et même fait, qui laissent ainsi le même fait se transformer en plusieurs réalités médiatiques, donc en plusieurs événements médiatiques.

8L’article prend l’exemple de l’attentat à la voiture piégée qui a frappé l’un des fiefs du Hezbollah à Beyrouth le 9 juillet 2013, tout en tâchant de répondre à la question principale suivante : alors que c’est un seul attentat qui est survenu à Beyrouth ce 9 juillet 2013, peut-on parler d’un seul événement représenté médiatiquement ou bien d’une multiplicité d’événements ? En d’autres termes, n’est-il pas justifié d’évoquer une multiplicité de constructions médiatiques engendrant plusieurs événements issus tous d’un seul et même fait ? Une autre question en découle, portant sur le responsable de l’attentat et sur celui qui en bénéficie.

9Les hypothèses qu’avance l’article sont au nombre de deux :

  • Au sujet de ce même attentat, il y a autant d’événements représentés médiatiquement que de chaînes télévisées le traitant ;

  • Le responsable de l’attentat et celui qui en tire les bénéfices diffèrent d’une construction médiatique à une autre.

Le choix du cas analysé

10Alice Krieg-Planque précise les propriétés minimales qu’un fait doit avoir pour qu’il puisse être considéré comme événement :

[…] avoir un début et une fin (être inscrit dans une temporalité) ; appartenir en propre à un espace, à une géographie ; être unique, autrement dit non-réitérable (cette propriété étant la conséquence des deux premières) ; être signifiant, symptomatique de quelque chose ; et — dernière propriété mais non la moindre — être collectivement identifié et commenté comme muni de ces propriétés (2003, p. 409-410).

11L’attentat choisi répond à toutes ces exigences. Pour ce qui est des deux dernières précisément, c’est sa médiatisation surtout, et non pas elle seule, qui a permis leur assomption. Une fois survenu, et médiatisé surtout, il a agi « comme un catalyseur, activant l’expression de différentes sensibilités politiques et intellectuelles », pour reprendre les mots de Guy Lochard (2006, p. 70) sur les attentats de Madrid en 2004.

12Néanmoins, d’autres attentats plus importants, que ce soit sur le plan politique ou humain, répondent également à ces critères. Pourquoi donc avoir choisi cet événement libanais précisément ? L’attentat du 9 juillet 2013 n’est sans doute pas le plus marquant dans l’histoire libanaise. On aurait pu traiter un autre attentat, comme celui de l’assassinat de l’ex-premier ministre libanais Rafic Hariri en 2005. Toutefois, au vu du contexte national et régional actuel, marqué notamment par le chaos qui règne dans plusieurs pays arabes, surtout en Syrie, pays voisin du Liban, il est intéressant de se pencher sur l’étude d’une attaque terroriste ayant trait à cette actualité en particulier.

13Outre son caractère terroriste, deux autres facteurs majeurs ont renforcé le choix de cette attaque :

  • Le Hezbollah, parti libanais armé, participait à l’époque à la guerre syrienne, pour, entre autres, empêcher, selon lui, l’arrivée des terroristes islamiques au Liban et le déplacement de la guerre syrienne au pays du Cèdre. L’un des objectifs du Hezbollah était ainsi de préserver la relative stabilité que connaît le Liban depuis la dernière guerre avec Israël en 2006, notamment celle des régions habitées majoritairement par son public, dont la banlieue sud de Beyrouth. Ce calme est d’abord perturbé, le 26 mai 2013, par deux roquettes abattues sur ce fief du Hezbollah. Mais c’est avec l’attentat à la voiture piégée du 9 juillet qu’il est complètement brisé, engendrant ainsi ce que Krzystof Pomian décrit comme « une discontinuité constatée dans un modèle » (1984, p. 33). Il s’agit en effet du modèle de stabilité que le Hezbollah tenait à maintenir ;

  • Cette attaque a représenté les prémices d’autres attaques semblables qui l’ont suivie et qui ont eu des conséquences plus lourdes, surtout en ce qui a trait aux pertes en vies humaines, alors que l’attentat du 9 juillet 2013 s’est limité à 53 blessés. La série d’attentats qui est survenue après cette première voiture piégée a ainsi confirmé l’une des caractéristiques premières de l’événement : celui-ci, « loin d’être un résidu de ce qui ne se laisse pas systématiser, est initiateur de systèmes, eux-mêmes ouverts à l’aléa, donc à l’événement » (Ricœur, 1992, p. 34).

Le corpus et la méthodologie

14Comme le développe la suite de l’article, les chaînes de télévision libanaises sont sous l’influence des partis politiques du pays. Pourtant, ni la LBC, ni la MTV, ni Al Jadeed (Le Nouveau) ne sont actuellement gérées, du moins directement et explicitement, par un parti.

15Cela dit, la LBC se positionne sur une ligne éditoriale plutôt opposée au Hezbollah, alors que la MTV lui est ouvertement hostile. En revanche, Al Jadeed soutient la politique de Résistance du Hezbollah, même si elle ne l’épargne pas parfois de ses critiques en ce qui concerne sa politique intérieure. L’étude se contente d’analyser le discours de la MTV et d’Al Jadeed en raison de leurs positionnements plus marqués, laissant de côté la LBC, plus nuancée.

16Pour ce qui est des autres chaînes, bien que le Hezbollah et ses soutiens soient les plus concernés par cet attentat, le choix a été fait de ne pas analyser le discours, plutôt prévisible, de la chaîne officielle de ce parti, Al Manar (Le Phare). De même pour la Future TV, qui appartient à l’adversaire principal du Hezbollah au Liban, tant sur le plan politique que confessionnel, à savoir le « Courant du Futur ».

17Dans cette même perspective, la décision a été prise de ne pas prendre en compte non plus le discours des autres chaînes gérées directement par des groupes politiques locaux, à savoir la OTV (soutien de Michel Aoun, leader chrétien et actuel président de la République) et la NBN (soutien de Nabih Berri, leader chiite et président de la Chambre des députés).

18En ce qui concerne Télé Liban, la seule chaîne publique du pays, les gouvernements successifs n’ont pas hésité à la démanteler progressivement. Compte tenu de son poids très faible sur la scène politico-médiatique, le choix a été fait de s’abstenir également d’analyser son discours.

19Quant au corpus, il se limite aux journaux télévisés (JT) présentés le jour de l’attentat (9 juillet 2013) et les deux jours suivants, où l’événement faisait la une de ces journaux avant d’être relégué au second plan par la suite.

20Sur le plan méthodologique, bien que cette étude ne prétende pas être une étude sémiolinguistique au pur sens du terme, elle recourt à une analyse du discours, qu’il soit ou non linguistique, dans une approche plutôt peircienne (Peirce, 1978) considérant que tout est signe. Pour commencer par les messages linguistiques, l’étude s’intéresse seulement aux paroles énoncées au nom de la chaîne. Elle ne s’arrête donc que sur les énoncés prononcés par les présentateurs du JT ou les journalistes y intervenant (reportage, enquête, etc.). Elle sélectionne ensuite les propos qui abordent l’attentat pour les analyser, en mettant la lumière sur la construction médiatique qu’a réalisée la chaîne en question et en montrant qui est selon elle le responsable de l’explosion survenue et qui en tire les bénéfices. Les éventuels renvois mutuels qui se nouent entre les différents énoncés analysés sont également mis en évidence.

21Par ailleurs, ne se limitant pas à l’analyse linguistique, l’étude porte également la focale sur d’autres signes qui pourraient appuyer les conclusions de la première. C’est dans ce contexte que l’article analyse les images diffusées par le JT lors du traitement de l’attentat, que ce soit derrière le présentateur en introduction du JT ou bien celles accompagnant les journalistes en direct ou les reportages.

22Le dispositif d’énonciation propre au JT est lui aussi pris en considération. En effet, le cadre formel dans lequel l’événement est construit est important. L’article s’intéresse ainsi au regard du présentateur, à sa gestuelle et à tout élément visuel qui accompagne son acte énonciatif.

23Dans ce qui suit, trois volets seront développés, dont le premier sera la délimitation du cadre théorique. Ensuite, l’article mettra l’accent sur les grandes lignes des contextes politique et médiatique qui ont favorisé l’événement, tout comme sur le rôle du Hezbollah dedans, pour finir avec l’analyse à proprement parler du corpus afin de répondre aux questions de recherche déjà avancées.

Le cadre théorique

24Plusieurs chercheurs dressent une relation indispensable entre l’événement et les médias. À les en croire, un événement n’existe que s’il est médiatisé. C’est dans ce contexte que Pierre Nora note, dans les années 1970, que « les mass media ont désormais le monopole de l’histoire. Dans nos sociétés contemporaines, c’est par eux et par eux seuls que l’événement nous frappe, et ne peut pas nous éviter » (1972, p. 162). D’après lui, « presse, radio, images, n’agissent pas seulement comme des moyens dont les événements seraient relativement indépendants, mais comme la condition même de leur existence » (id.).

25Eliseo Verón souligne, quant à lui, que

les événements sociaux ne sont pas des objets qui se trouveraient tout faits quelque part dans la réalité et dont les médias nous feraient connaître les propriétés et les avatars après coup avec plus ou moins de fidélité. Ils n’existent que dans la mesure où ces médias les façonnent (1981, p. 7-8).

26Maurice Mouillaud et Jean-François Tétu notent, pour leur part, que l’événement et l’information « ne sont pas des instances qui, à quelque moment, seraient autonomes ». Selon eux, « l’événement a toujours la forme de l’information » (1989, p. 14).

27Les chercheurs cités ne partagent pas une vision identique de l’événement. Mais malgré la diversité des approches, leurs visions viennent toutes conforter la théorie constructiviste, naturellement contestée par une autre partie de la communauté scientifique. Patrick Champagne y réagit en la défendant catégoriquement :

Je ne suis pas sûr de bien comprendre les objections de ceux qui refusent cette proposition fondatrice de la sociologie. […] toute sociologie est, me semble-t-il, nécessairement « constructiviste » et doit, entre autres tâches, comprendre et analyser le préconstruit social qui se donne à la perception spontanée et fait obstacle à la construction proprement scientifique […]. En d’autres termes, dire que le monde social est socialement construit est une proposition aussi fondatrice de la discipline que celle qui pose le principe du déterminisme dans l’ordre des faits sociaux (2000, p. 414-415).

28Parmi les chercheurs refusant de réduire l’événement à sa médiatisation et à la construction qui en découle, on trouve Michel Barthélémy. Selon lui, « la mise en scène des événements dans la sphère médiatique n’est pas la totalité, mais seulement une composante, d’un processus d’inscription sociale plus large. Celui-ci se poursuit tant en amont qu’en aval des médias » (1992, p. 126). Dans cette même lignée, il est utile de citer Alban Bensa, Éric Fassin et Arnaud Mercier, qui défendent tous la même idée avec des mots récurrents. D’après les deux premiers, « la médiatisation caractérise la modernité, et non l’événement lui-même : d’une part, l’événement n’a pas attendu la naissance des journaux, d’autre part il n’en fait pas toujours la une » (2002, par. 8). Quant au troisième, il note :

La médiatisation caractérise certes la modernité, mais pas forcément l’événement lui-même. Des événements ont existé avant l’invention des journaux (famines, guerres, catastrophes naturelles, découvertes, inventions…) et certains existent sans forcément faire la Une. De plus, un événement dure tant qu’il produit des effets, et il déborde souvent largement le temps de son émergence. Il continue à travailler le corps social même quand les médias n’en parlent plus (Mercier, 2006, p. 23).

29Marie Veniard vient elle aussi confirmer qu’une réalité brute de l’événement existe en dehors de sa construction médiatique. Voilà pourquoi il faut, selon ses dires, « prendre garde à ne pas confondre construction médiatique et construction de la réalité : que les médias construisent des récits des événements n’implique pas qu’ils construisent la réalité de l’événement » (2007, p. 33). La distinction de Veniard en rappelle d’autres, semblables, comme celle faite par Jean Charron et Jacques Lemieux entre « la “réalité sociale” et la “réalité médiatique”, c’est-à-dire le réel tel qu’il est vu par les médias » (1991, p. 1). Ou bien celle instaurée par Paddy Scannell (2002) qui distingue les happenings (ce qui arrive) des events (événements — ce que nous faisons advenir et qui porte une dimension symbolique et expressive).

  • 1 Dans Événement et sens, Ricœur explique que l’événement est ternaire et rappelle la demande de sens (...)

30Dans une perspective d’analyse du discours, le présent article penche vers une approche constructiviste, qui pourrait être considérée comme « moins radicale » que celles déjà abordées. Il se réfère en particulier à Patrick Charaudeau. Ce dernier soutient que « l’événement est toujours construit » (2011, p. 78). L’intéressant dans son approche reste toutefois qu’il souligne que les faits bruts existent en dehors de leur mise en récit et de leur médiatisation, même s’il confirme en revanche que le récepteur ne reçoit jamais l’événement dans son état premier. En s’inspirant des conceptions de Paul Ricœur1, notamment le premier volume de son ouvrage Temps et récit (1983), Charaudeau considère que l’événement n’est délivré au récepteur qu’une fois le sujet langagier le commente et lui attribue par la suite un sens :

[…] il ressort que le « monde à commenter » n’est jamais transmis tel quel à l’instance de réception. Il passe par le travail de construction de sens d’un sujet d’énonciation qui le constitue en « monde commenté », à l’adresse d’un autre dont il postule à la fois l’identité et la différence. L’événement se trouve dans ce « monde à commenter » comme surgissement d’une phénoménalité qui s’impose au sujet, dans un état brut, d’avant saisie perceptive et interprétative de celui-ci. Dès lors, l’événement n’est jamais transmis à l’instance de réception dans son état brut […] (2011, p. 78-79).

31En effet, il est évident que l’événement, en tant que fait survenu, ne se réduit pas à un simple processus médiatique le rapportant et le commentant. Les faits existent indépendamment de leur médiatisation. Que le grand public soit ou non au courant de leur survenue, il s’agira toujours de données factuelles qui ont eu lieu, à un certain moment, quelque part dans cet univers.

32Toutefois, les événements ne prennent leur ampleur qu’une fois que leur sont attribuées des significations, et ce sont les médias notamment qui s’en chargent en les amenant dans l’espace public par la grande porte. En fait, même si la médiatisation n’est pas indispensable à l’existence de l’événement, elle caractérise quand même la modernité de son traitement. Or, l’événement ne peut pas vivre hors de son temps, d’où la relation intime, bien que non obligatoire, entre eux.

  • 2 D’après lui, « une réalité socialement construite présuppose une réalité indépendante de toutes les (...)

33Le public ne se tourne pas, en effet, vers ce qui s’est passé dans la vie réelle, mais plutôt vers la version construite qui lui est livrée par les médias précisément, en les confondant souvent. Même Veniard, qui tire la sonnette d’alarme face à cet amalgame, avoue en commentant la notion d’objet social proposée par John Rogers Searle2 que la perception d’un fait dépend de plusieurs facteurs extérieurs à son état brut : « Si l’existence de faits bruts doit être logiquement postulée, notre compréhension de ces faits n’est pas complètement indépendante des représentations sociales ou des connaissances scientifiques disponibles, bref, de la culture d’une époque […] » (2007, p. 39). Or, ce sont notamment les médias qui contribuent au façonnage de cette culture et à sa propagation auprès du public récepteur. Les propos de Champagne confirment, quant à eux, cette tendance de confusion entre la réalité brute de l’événement et sa construction médiatique chez le public récepteur : « […] les médias font désormais partie intégrante de la réalité ou, si l’on préfère, produisent des effets de réalité en créant une vision médiatique de la réalité qui finit par passer dans celle-ci » (1991, p. 72).

34Que les médias soient ou non à l’origine de l’événement, il n’est pas aisé de nier leur rôle de premier plan vis-à-vis du public récepteur, à travers les significations qu’ils attribuent au fait survenu. Il est vrai que le présent article ne s’intéresse que marginalement à la question de réception et se concentre surtout sur la question des productions médiatiques, mais cela ne l’empêche pas de confirmer que les effets médiatiques sur les récepteurs sont bel et bien présents. Il est vrai par ailleurs que ce serait simpliste de considérer de la même manière le téléspectateur libanais et le téléspectateur occidental comme répondant aux mêmes modèles théoriques alors que le contexte de réception est assez différent. Mais il est également vrai que le récepteur libanais n’échappe pas à la règle d’influence médiatique.

35Les effets des médias existent sur n’importe quel public récepteur. Certes, ils ne sont ni immédiats ni directs, mais les médias ont la capacité d’influencer la perception du récepteur sur le long terme. Grégory Derville le note en évoquant trois effets de l’information médiatique : l’effet d’agenda, l’effet de cadrage et l’effet d’amorçage. Selon lui, « les contenus médiatiques (discours, métaphores, vocabulaire) façonnent nos catégories de perception, et de ce fait ils contribuent à construire la réalité dans laquelle nous évoluons » (2013, p. 63).

36Mais alors que les médias s’acquittent d’un rôle primordial dans la transformation de simples faits en des événements, au sens fort du terme, tout comme dans la construction de la réalité sociale du récepteur, est-il plausible de parler d’une seule réalité sociale construite par différents organes de presse ?

37Il est certain que la construction médiatique de l’événement diffère d’un média à l’autre selon sa ligne éditoriale et son positionnement idéologique. Le célèbre ouvrage de Verón, Construire l’événement (1981), le confirme : d’un même fait, d’un même happening, d’une même réalité brute, peuvent découler plusieurs constructions médiatiques et plusieurs réalités médiatiques. Plusieurs événements donc.

38L’auteur l’explicite plus tard dans un article abordant cette même analyse : « Autour d’un événement qui semble identifiable à travers à peu près la même désignation […], on construit des multiples réalités » (1990, p. 10). Selon ses dires, par rapport à un même fait, il y a autant d’événements « qu’il y a de positions de discours dans le champ des médias informatifs » (id.). Mouillaud et Tétu le rejoignent : « […] il y a autant d’événements que d’énonciateurs » (1989, p. 5).

39Pour ce qui est de la notion de multiplicité événementielle en particulier, le présent article se base sur les approches de Verón, Mouillaud et Tétu. Reste cependant une précision à souligner, pour éviter d’adhérer à une vision constructiviste dite radicale : la multiplicité événementielle adoptée par cette étude concerne la réalité médiatique de l’événement et non pas sa réalité factuelle brute.

40Pour ne pas compliquer les mots et leurs nuances, la notion d’événement sera employée tout au long de l’article pour un fait qui mérite d’être considéré comme tel, selon les critères de plusieurs chercheurs cités dans les sous-parties suivantes, et qui est traité par les médias. Même si ce n’est pas sa médiatisation en elle-même qui lui procure son caractère événementiel, c’est elle par contre qui lui donne signification et ampleur et lui permet de contribuer à la construction de la réalité sociale du public récepteur. Le terme d’événement employé donc dans tout ce qui suit renvoie au happening médiatisé ou à l’event, termes empruntés à Scannell. Il renvoie également à la « réalité médiatique » décrite par Charron et Lemieux (1991). Il représente de même la construction médiatique de la réalité de ce qui s’est passé, pour revenir aux propos de Veniard cette fois, sachant que le récepteur a tendance à les amalgamer.

Contexte politique libanais

41Le Liban se vante d’être un modèle de diversité et du vivre-ensemble. Face à toute tentative de remise en cause, les Libanais se réjouissent de rappeler les célèbres propos du pape Jean Paul II : « Le Liban est plus qu’un pays : c’est un message de liberté et un exemple de pluralisme pour l’Orient comme pour l’Occident ! »

42Toutefois, la réalité est moins rose. Sans aller loin dans son histoire, un retour d’une cinquantaine d’années en arrière montre que les Libanais se sont entretués, à partir de 1975 notamment, dans un conflit sanglant à caractère politico-idéologique mais aussi religieux.

43L’accord de Taëf conclu en 1989 a réussi toutefois à mettre fin à la guerre civile libanaise. L’armée syrienne, présente officiellement au Liban depuis 1976, était censée aider le pouvoir libanais à étendre son autorité à l’ensemble du territoire, dans un délai maximal de deux ans, avant de commencer à se retirer graduellement du pays. Pourtant, elle y est restée jusqu’en 2005, comme force d’occupation, selon certains, et comme garante de la sécurité et de la stabilité du pays, selon d’autres.

  • 3 En 2020, un tribunal spécial des Nations Unies reconnaît même un membre du Hezbollah coupable de l’ (...)

44En effet, à la suite de l’assassinat de l’ancien premier ministre libanais Rafic Hariri et de l’accusation de la Syrie d’en être responsable, accusation qui inclura plus tard le Hezbollah3, l’armée syrienne évacue le pays du Cèdre. Depuis, la scène politique libanaise est divisée principalement entre deux camps opposés. Le premier, dit du « 8 mars », comportant le Hezbollah (littéralement : « parti de Dieu ») accusé d’être le bras armé de la République islamique d’Iran et de monopoliser la décision de la guerre et de la paix au pays, et ses alliés locaux. Ce camp fait partie de l’« axe de la Résistance », qui comprend notamment la Syrie et l’Iran, et se montre hostile à l’alliance israélo-américaine qualifiée d’impérialiste. Et le second, celui du « 14 mars », regroupe, entre autres, le « Courant du Futur » fondé par feu Rafic Hariri, majoritairement sunnite et allié de l’Occident et des pays arabes du Golfe.

45Dans ce contexte bipolaire, le Hezbollah, « première formation chiite et principal parti politique » (Daher, 2014, p. 15) du pays, est considéré comme la « menace numéro un de la paix civile à en croire certains, seul et unique garant de celle-ci selon d’autres » (id.). En effet, pour les premiers, le « parti de Dieu » se servirait d’Israël comme prétexte pour garder ses milices et les employer au besoin sur la scène locale afin d’y imposer sa vision politique. Certains n’hésitent même pas à accuser le parti de provoquer opportunément Israël chaque fois qu’il se trouve en mauvaise posture sur la scène intérieure, comme le montre, selon eux, la dernière guerre de 2006 avec l’ennemi sioniste.

46En revanche, pour ses partisans, la souveraineté et la dignité du Liban en tant qu’État sont assurées grâce aux armes du Hezbollah. Par conséquent, ils considèrent toute personne osant remettre en cause son armement comme un traître, un agent à la solde de l’ennemi et de ses alliés. Les tensions politiques, mais aussi communautaires, entre ces deux camps ont éclaté en affrontements sanglants en mai 2008, impliquant surtout des partisans du Hezbollah contre le « Courant du Futur ».

47Une fois que le conflit en Syrie s’est déclenché en 2011, les rumeurs d’une intervention militaire du « parti de Dieu » aux côtés du régime syrien commencèrent à circuler. Toutefois, c’est en mai 2013 précisément que le parti le reconnaît explicitement. Le discours de son secrétaire général Hassan Nasrallah, prononcé le 25 mai 2013, au sujet de son implication dans la guerre syrienne, marque un tournant discursif :

  • 4 La Syrie est l’épine dorsale de la Résistance et son armature. […] Si la Syrie tombe entre les main (...)

سوريا هي ظهر المقاومة وهي سند المقاومة. [...] إذا سقطت سوريا في يد الأميركيّ والإسرائيليّ والتكفيريّ، وأدوات أميركا في المنطقة الذين يُسمّون أنفسهم دولاً إقليميّة، ستُحاصَر المقاومة وسوف تدخل إسرائيل إلى لبنان. [...] نحن أمام مرحلة جديدة بالكامل بدأت الآن. بدأت في الأسابيع الأخيرة بالتحديد بشكلها الواضح. مرحلة جديدة اسمها تحصين المقاومة وحماية ظهرها، وتحصين لبنان وحماية ظهره4.

48Selon Marisa Sullivan (2014, p. 10), par son intervention militaire en Syrie, le Hezbollah vise trois objectifs. D’abord, il cherche à préserver l’« axe de la Résistance », dont il fait partie aux côtés surtout du régime syrien et de la République islamique d’Iran. Ensuite, il tente de conserver l’accès au soutien matériel que lui fournissent les Iraniens et les Syriens, en sécurisant les lignes de communication qui vont de Damas au Liban. Il tient enfin à empêcher l’émergence d’un régime dominé par des sunnites takfiristes en Syrie, en cas de chute du régime de Bachar Al-Assad.

49Si le Hezbollah recourt à une stratégie discursive s’efforçant de justifier son action militaire en Syrie, une partie de la population reste toutefois opposée à la décision qu’il a prise de son propre chef. Pour sa majorité, il s’agit d’une agression contre un peuple frère, qui vire peu à peu vers un conflit communautaire sunnite-chiite. D’ailleurs, à la suite des tirs de roquettes contre des zones libanaises habitées surtout par des chiites soutenant le Hezbollah, la majorité de ses opposants « craint qu’un enchaînement de réponses et contre-réponses entre belligérants et sympathisants des deux bords ne dégénère en une guerre ouverte entre sunnites et chiites » (Daher, 2014, p. 398) au Liban.

Contexte médiatique libanais

50Le Liban est connu pour être une terre de liberté dans une région qui en manque grandement. Les médias représentent l’un de ses multiples aspects. Mais si les Libanais en ont souvent bénéficié pour représenter les divers positionnements politiques du pays, ils en ont abusé aussi.

51Pour ce qui est du domaine télévisé précisément, à la veille de la guerre civile libanaise, le paysage médiatique se limitait seulement à deux chaînes privées : la Compagnie libanaise de télévision (CLT) et Télé-Orient. Mais en 1977, le gouvernement libanais fusionne les deux chaînes et institue ainsi Télé Liban (TL) en détenant 50 % de son capital.

52En 1985, les « Forces libanaises », principale milice chrétienne de l’époque, fondent la LBC sans aucune autorisation légale. Elle devient ainsi « la première à remettre en cause le monopole de TL » (Jreijiry, 2013, p. 85). Mais une fois la guerre civile finie, « les chaînes illégales explosent pour dépasser le nombre de 40 sur un territoire n’excédant pas les 10 500 km2 » (id.).

53L’État s’est ainsi trouvé contraint d’organiser ce paysage médiatique morcelé. Toutefois, à l’issue de la loi portant sur la diffusion radiophonique et télévisée adoptée en 1994, le gouvernement libanais distribue les licences de diffusion audiovisuelle aux principaux groupes confessionnels et hommes politiques de l’époque. Depuis, les différentes chaînes légalisées assument une fonction politique, de propagande notamment, de premier plan. La TL seule échappe ou presque à cette règle à la suite de la marginalisation qu’elle a subie de la part des gouvernements successifs.

54Au vu de leur influence grandissante sur la scène politique, les autres chaînes libanaises ont souvent été la cible des dirigeants politiques qu’elles contrarient ou de leurs soutiens. Durant l’occupation syrienne du Liban, la MTV, fondée par Gabriel Murr, un chrétien grec-orthodoxe, alors ouvertement anti-syrienne, s’est ainsi trouvée en 2002 interdite de diffuser. Et bien que l’armée syrienne se soit retirée du Liban en 2005, la chaîne n’a repris sa diffusion qu’en 2009. Quant à la New TV (rebaptisée Al Jadeed en 2007), plutôt laïque de tendance communiste bien que fondée par Tahsin Khayat, musulman sunnite, elle était en conflit avec la classe politique dirigeante. Raison pour laquelle elle n’a pas profité des quatre premières autorisations de diffusion données en 1996 pour des chaînes privées et s’est trouvée obligée de fermer ses portes de 1997 jusqu’en 2001, date à laquelle elle a repris légalement sa diffusion.

55Depuis 2005, la scène n’a pas tellement changé. Outre l’assassinat et les tentatives d’assassinat de plusieurs figures journalistiques et médiatiques libanaises, de nombreuses chaînes libanaises ont subi des attaques matérielles de la part des soutiens de partis ou d’hommes politiques provoqués par une émission ou un discours diffusé sur la chaîne. Cette culture de répression médiatique atteint son point culminant durant les événements sanglants de mai 2008, qui ont vu les locaux de la Future TV, porte-parole du « Courant du Futur », attaqués et fermés par des hommes armés, affiliés au Hezbollah.

Les médias aux yeux du Hezbollah

  • 5 Le changement social se produit réellement, les valeurs idéologiques changent véritablement et la t (...)

56L’agression contre une chaîne télévisée qui lui est hostile montre que le Hezbollah est conscient de l’ampleur du rôle que jouent les médias sur la scène politique ainsi que de leur influence sur l’opinion du public récepteur. Comme l’exprime John Fiske : « Social change does occur, ideological values do shift, and television is part of this movement »5 (2011, p. 45).

57Abbas El Moussawi, l’un des dirigeants historiques de ce parti, désigné plus tard comme son secrétaire général avant d’être assassiné par Israël, rejoint ouvertement cette thèse de l’influence de la télévision. Dans une conférence tenue en 1985, il souligne l’importance primordiale des médias, en assurant que la création de la oumma (communauté des musulmans) voulue par Dieu sera réussie une fois que les tribunes des mosquées seront associées aux tribunes modernes, à savoir la télévision et la vidéo (2008, par. 12).

58Le secrétaire général actuel du « parti de Dieu », Hassan Nasrallah, montre lui aussi l’importance du discours télévisé aux yeux de son parti. Par exemple, il n’a pas hésité à participer à la deuxième conférence nationale pour les médias arabes et islamiques tenue à Beyrouth en 2003, pour aborder le rôle des médias dans le combat avec l’ennemi sioniste. Après avoir expliqué qu’en s’adressant aux Occidentaux, il faut compter sur une rhétorique de victimisation, alors qu’il faut promouvoir les concepts de bravoure et d’héroïsme en s’adressant aux locaux, il a insisté sur le fait que les médias doivent apporter de l’espoir aux peuples de la région. Sa troisième idée-clé est d’ordre sémantique : au lieu d’utiliser le mot « tué » pour un Palestinien, il appelle les médias à employer plutôt l’expression « fait martyr » (Fontan, 2005, p. 59).

59Au vu de l’importance qu’accorde le Hezbollah aux médias, il n’est pas surprenant qu’il se soit joint aux autres milices sortant de la guerre civile libanaise pour fonder lui aussi, en 1991, sa propre chaîne télévisée Al Manar, censée être le porte-parole de la Résistance contre l’ennemi israélien. Et c’est le mois de mai 2000 qui « marque le point d’orgue de sa perception consensuelle comme “chaîne de la résistance”, en raison de sa couverture exclusive et en continu du retrait israélien du Sud du pays » (Lamloum, 2009, p. 65).

60Pendant la guerre de 2006 contre Israël, il était attendu qu’Al Manar assume une tâche primordiale en faveur du « parti de Dieu » et de son action militaire sur le terrain. Après l’attaque par l’aviation israélienne sur son siège dès les premiers jours du conflit, sa « diffusion n’a été interrompue que pendant deux minutes, à la suite desquelles elle s’est transformée pendant quelques semaines en “télévision fantôme”, émettant à partir de studios dont tout le monde ignorait l’emplacement » (Lamloum, 2008, p. 10).

61Tout cela montre l’importance des médias, notamment la télévision, pour le Hezbollah, dans la dynamique politique libanaise. Or, comme on vient de le voir, le système médiatique au Liban est le reflet du système politique. À part la TL, toutes les chaînes télévisées sont, à des degrés divers, mises au service des principaux partis politiques. Dans un paysage politique quasiment bipolaire, chaque média prend fait et cause pour l’un des deux camps politiques auquel il adhère ou pour les idées desquelles il est le plus proche. La médiatisation du conflit syrien n’est donc pas censée faire exception à cette règle.

62« Au regard de la structuration particulière du champ médiatique libanais, c’est sans surprise que l’on constate [alors], vis-à-vis de la question syrienne, deux grands types de récits qui se répartissent de part et d’autre de cette ligne de tension » (Gonzalez-Quijano, 2013, p. 129). Il y a d’abord le récit des médias soutenant l’intervention militaire du Hezbollah en Syrie et celui la dénonçant. Les degrés d’adhésion à l’un ou l’autre de ces deux positionnements principaux diffèrent sans doute d’un média à l’autre, où il est possible de trouver une chaîne qui défend implicitement et avec timidité, si l’on peut dire, telle ou telle position, alors qu’une autre la soutient explicitement et sans aucune réserve.

63Cela s’applique également à l’attentat du 9 juillet 2013. Quel récit la MTV et Al Jadeed en ont-elles construit ? Comment le Hezbollah y est-il présenté ? Pourrait-on parler d’une multiplicité événementielle au sujet de ce même fait ? La suite de l’article s’efforcera d’apporter des réponses à la question principale de l’article et aux questions secondaires qui en découlent.

La MTV, une victime ou un bourreau ?

64Edgar Morin établit une distinction entre « les phénomènes autogénérés (qui se développent selon une logique interne, déclenchent les événements qui assurent le développement) et les phénomènes hétérogénérés qui ont besoin d’incitations événementielles-accidentelles pour se développer » (1972b, p. 18). L’attentat de Bir Al Abed (banlieue sud de Beyrouth) fait partie de la deuxième catégorie. Une question s’impose par la suite sur le champ discursif politico-médiatique : qui a commandité cette attaque ou qui en est responsable ?

65Dans la présentation du dossier Le temps de l’événement I, paru dans Réseaux, Érik Neveu et Louis Quéré notent :

Dès lors qu’un événement a été identifié sous une description (un attentat politique, une grève, une émeute, un krach boursier, etc.), son explication et son interprétation sont orientées et délimitées par la teneur sémantique des termes utilisés par cette description : celle-ci rend l’événement analysable ; elle structure son analysabilité (1996, p. 15).

  • 6 Le terrorisme frappe dans la banlieue [sud de Beyrouth]. (Traduction de l’auteur)

66Or, la MTV ouvre l’introduction de son JT, le soir du 9 juillet 2013, en évoquant le « terrorisme » : « الإرهاب يضرب في الضاحية »6. Une fois l’événement défini et cadré ainsi, il n’est plus facile à la chaîne de le justifier et/ou de minimiser sa gravité, même implicitement.

67Néanmoins, la MTV n’hésite pas à présenter le Hezbollah comme étant responsable, même indirectement, de l’agression. En effet, la présentatrice finit la première partie de l’introduction du JT comme suit :

  • 7 Et les questions se concentrent davantage sur le choix de la banlieue [sud de Beyrouth]. Ceux qui s (...)

وتركّز الأسئلة أكثر على الخلفيّات الكامنة وراء استهداف الضاحية، ويسلّم السائلون سريعاً بأنّ المرسل هو المعارضة السوريّة. وتتوقّف الاستنتاجات عندما يصل التسلسل المنطقيّ الى اعتبار التفجير نوعاً من الردّ على التدخّل العسكريّ لحزب الله في سوريا7.

68À travers ces propos, la MTV établit ce que l’on pourrait appeler la « causalité événementielle » du fait en question (Charaudeau, 2011, p. 149). Ce faisant, elle accuse explicitement l’opposition syrienne d’être derrière l’attentat. Néanmoins, elle s’appuie en même temps sur le « raisonnement logique » pour constituer une chaîne causale aboutissant à sous-entendre (Kerbrat-Orecchioni, 1986) que le Hezbollah en est le responsable indirect. Selon cette logique, l’explosion serait une réaction à une action, ce qui sous-entend que si l’action n’avait pas été menée, la réaction ne serait pas survenue. En d’autres termes, si le Hezbollah n’était pas intervenu en Syrie, l’opposition syrienne n’aurait pas frappé au Liban. Le Hezbollah serait ainsi celui qui aurait invité le terrorisme au Liban.

  • 8 Que ce soit ici ou bien dans la suite de l’article, on pourrait reprocher à l’analyse de recourir a (...)

69Il est intéressant de se référer au schéma narratif canonique d’Algirdas Julien Greimas (Greimas et Courtès, 1979), qui permet d’organiser les éléments d’une action à travers cinq composantes : l’action, la compétence, la performance, la manipulation et la sanction. Selon ce schéma8, le Hezbollah serait un destinateur-manipulateur qui aurait poussé le destinataire-sujet, le criminel, à la performance, en l’occurrence la commission de son acte terroriste, tout en le laissant vouloir-faire et croire au devoir-faire de cette action. Devient-il ainsi en quelque sorte l’incarnation métaphorique du terrorisme même, évoqué dans l’introduction de la MTV ?

70Il faut souligner dans ce contexte que plusieurs pays occidentaux et arabes ont inscrit le « parti de Dieu » sur la liste officielle des organisations terroristes. Au Liban, une partie de la population le tient pour responsable de multiples actes criminels, dont l’assassinat de plusieurs figures politiques et journalistiques libanaises. Pourtant, « l’adjectif “terroriste” est rarement utilisé au Liban par les adversaires du Hezbollah, de peur de remettre en cause le précaire alliage institutionnel qui associe, au nom même du Pacte national, les ennemis d’hier et d’aujourd’hui » (Dot-Pouillard, 2017, p. 91). On comprend mieux dès lors pourquoi la MTV tenterait de montrer, de manière implicite seulement, le Hezbollah comme l’autre face de la médaille du terrorisme qui l’a visé.

71Il en est de même concernant la responsabilité indirecte du « parti de Dieu » dans l’attentat du 9 juillet. En effet, il semble que la MTV tient à ne pas se montrer totalement en accord avec ce point de vue. D’une part, elle ne prend pas en charge ce qui est explicitement dit. C’est un autre qui pose ces questions et qui aboutit à ces conclusions. D’autre part, les conclusions formulées n’accusent pas le Hezbollah formellement. Son accusation se présente en fait dans un cadre implicite. Or, l’une des caractéristiques de l’implicite est qu’on peut toujours nier son existence. Comme l’explique Oswald Ducrot : « On a fréquemment besoin, à la fois de dire certaines choses et de pouvoir faire comme si on ne les avait pas dites, de les dire, mais de façon qu’on puisse en refuser la responsabilité » (1972, p. 5). Ainsi, si quelqu’un reproche à la MTV d’avoir adopté la thèse de la responsabilité du Hezbollah dans l’attentat, bien qu’indirectement, alors que ce sont surtout ses soutiens qui ont subi l’explosion, la chaîne peut le nier tout simplement.

  • 9 En référence au « lecteur modèle », concept instauré par Umberto Eco (1985), qui considère que l’au (...)

72La chaîne n’a en tout cas pas besoin de l’exprimer littéralement. Son « téléspectateur modèle »9 (Eco, 1985) est censé le comprendre seul, en s’appuyant surtout sur le « contrat de lecture » (Verón, 1984, 1985), qu’on appellera le « contrat de visionnage » dans ce cas télévisé, qui les lie tacitement. Ce contrat, qui dessine en même temps une image de celui qui énonce et une autre de celui à qui l’énonciateur s’adresse, est censé pousser le téléspectateur modèle de la MTV à privilégier l’interprétation qui accuse le Hezbollah d’être responsable, en quelque sorte, de l’attentat.

73Outre les éléments linguistiques, le dispositif énonciatif du JT vient renforcer la croyance des téléspectateurs modèles en la justesse de ce que la chaîne avance. Il est vrai qu’il n’est pas mis en place spécialement pour cet événement du 9 juillet 2013, mais il contribue tout de même à rassurer les téléspectateurs, en leur inspirant neutralité et capacité de s’identifier à ce qui est énoncé.

74En effet, assis sur une chaise et filmés de face en « plan rapproché poitrine », les deux présentateurs de la MTV regardent le téléspectateur droit dans les yeux, une opération que Verón (1986) appelle « l’axe Y-Y ».

Capture d’écran 1. L’un des deux présentateurs du journal télévisé de la MTV, le soir du 9 juillet 2013, énonçant une partie de l’introduction du JT

Capture d’écran 1. L’un des deux présentateurs du journal télévisé de la MTV, le soir du 9 juillet 2013, énonçant une partie de l’introduction du JT

Capture d’écran 2. L’un des deux présentateurs du journal télévisé de la MTV, le soir du 9 juillet 2013, énonçant une partie de l’introduction du JT

Capture d’écran 2. L’un des deux présentateurs du journal télévisé de la MTV, le soir du 9 juillet 2013, énonçant une partie de l’introduction du JT

75À travers cet axe, les téléspectateurs sont constamment invités à s’identifier aux présentateurs, qui deviennent ainsi leurs porte-parole sur le plateau : si le téléspectateur modèle était à leur place, il aurait sans doute tenu le même discours.

76Dans ce contexte énonciatif, Dominique Maingueneau considère que la scène d’énonciation est divisée en trois scènes : celle englobante liée au type du discours, celle générique liée au genre du discours et la scénographie à laquelle le destinataire du message est directement confronté. Selon lui, « la scénographie est ainsi à la fois ce dont vient le discours et ce qu’engendre ce discours ; elle légitime un énoncé qui, en retour, doit la légitimer, doit établir que cette scénographie dont vient la parole est précisément la scénographie requise pour énoncer comme il convient » (2016, p. 85). À travers ledit axe de regard, les présentateurs instaurent une scénographie basée sur un contact intime et direct avec le téléspectateur, proche d’une correspondance privée. Une telle scénographie facilite pour le téléspectateur la tâche d’identification aux présentateurs et d’adhésion à leurs propos. Des propos qui se présentent d’ailleurs comme « objectifs », au vu de la distance que creusent les présentateurs à l’égard de leur propre parole, en la renvoyant à une autre source (« ceux qui se posent ces questions »).

77Par ailleurs, derrière les deux présentateurs, le téléspectateur aperçoit les bureaux de rédaction. Tout se passe comme si la chaîne lui disait, à travers cette scène, ou plutôt cette mise en scène : voici, avec toute transparence, comment est produite l’information. Une opération qui renforce l’objectivité supposée de ce que ses présentateurs énoncent. En plus, deux drapeaux libanais entrent dans le cadre, confirmant encore une fois l’objectivité du point de vue avancé implicitement par la MTV au sujet du Hezbollah. Il s’agirait, en effet, d’un symbole de la libanité de la chaîne, contrairement aux actions du Hezbollah qui ne répondraient pas à l’intérêt du pays, mais aux intérêts d’autres puissances politiques régionales.

78Pour résumer, à travers sa (re)construction de l’événement, la MTV montre implicitement le Hezbollah non plus comme une victime, mais comme un bourreau qui est responsable en quelque sorte de ce qu’ont subi ses propres soutiens. Or, il est plus aisé maintenant de chercher une potentielle cause de l’événement, alors qu’anticiper sa survenue n’était pas si facile que ça, dans la période précédant sa production. Comme le note Hannah Arendt, « c’est seulement lorsque quelque chose d’irrévocable s’est produit qu’on peut s’efforcer de déterminer à rebours son histoire. L’événement éclaire son propre passé ; il ne peut jamais en être déduit » (1980, p. 75). Louis Quéré la rejoint :

[…] il faut que l’événement ait surgi, qu’il se soit manifesté dans sa discontinuité, et qu’il ait été identifié sous une certaine description en fonction d’un contexte de sens possible, pour que l’on puisse lui associer un passé et un contexte explicatif (2006, p. 191).

Une cible ou un bénéficiaire ?

79La MTV ne se contente pas de montrer le Hezbollah comme un responsable indirect de l’explosion, mais le présente par ailleurs comme étant le bénéficiaire. Voici ce que la chaîne avance dans l’introduction du JT, le 11 juillet :

  • 10 Les conclusions concernant l’explosion de Bir Al Abed ne seront pas tirées des enquêtes que mènent (...)

خلاصات تفجير بئر العبد لن تُقرأ في نتائج التحقيقات التي يتولّاها حزب الله أوّلاً، ومن ثمّ الأجهزة الشرعيّة. بل هي تظهر هنا وهناك على شاكلة إعاقات تضرب مفاصل الدولة. أوّلاً، جاء الانفجار ليعطي المزيد من التنازلات من أجهزة الدولة الأمنيّة لمصلحة الحزب. ثانياً، أخذ الانفجار عمليّة تأليف الحكومة إلى متاهات أكبر، فصار يتعيّن على الرئيس المكلّف، تأليف الحكومة التي تريح الحزب، أي استنساخ حكومة تصريف الأعمال الحاليّة. ثالثاً، سيجد الرئيس سلام نفسه مضطرّاً، ليس فقط إلى التخلّي عن وجهة نظره المعروفة من التأليف، بل إلى تحويل ثلاثيّة الجيش والشعب والمقاومة، إلى رباعيّة الجيش والشعب والمقاومة والتدخّل في الخارج، أو الاستقالة من التكليف10.

80La MTV ajoute dans cette même introduction :

  • 11 L’explosion de Bir Al Abed a transformé l’Amérique en un ange gardien d’ordre sécuritaire qui protè (...)

انفجار بئر العبد حوّل أميركا إلى ملاك أمنيّ حارس يحمي لبنان والمقاومة. فالـ"سي.آي.إي."، إن صحّت التقارير، كانت حذّرت الأجهزة من موجة تفجيرات تُعدّها القاعدة وتستهدف حزب الله ومسؤولين كباراً في الدولة. وإن صحّت معلومات أخرى، قد لا تُنشَر الآن، [...] فإنّ الولايات المتّحدة تكون تستعدّ بسياستها الواقعيّة الباردة، لمنع انهيارات شبيهة بذلك الذي حصل لإخوانها في مصر، من خلال عدم إسهامها في ما يُسقِط الأسد في سوريا، وبتخفيف عدائها لحلفائه في المنطقة، علماً أن الثابتة الوحيدة وسط التبدّلات في سياسات واشنطن، هي كيفيّة حماية إسرائيل11.

81Il est intéressant de se référer cette fois au modèle actantiel instauré par Greimas (1966). Ce dispositif permet d’analyser une action en la décomposant en six composantes (ou actants), regroupées à leur tour en trois axes : l’axe du vouloir ou du désir (sujet et objet), l’axe du pouvoir (adjuvant et opposant) et l’axe du savoir (destinateur et destinataire). Selon ces axes, les propos de la MTV pourraient sous-entendre l’énoncé suivant : Le Hezbollah est un destinataire (bénéficiaire) de l’explosion (objet), provoquée par des opposants syriens (sujet). Les destinateurs (ceux qui ont commandité l’action de l’explosion) ont ainsi rendu service au destinataire, qui n’est autre que le parti dont l’un des fiefs est ciblé. C’est comme si la MTV insinuait une certaine alliance secrète entre le Hezbollah et ses ennemis supposés. La suite de l’introduction vient renforcer l’impression que la MTV laisse dégager. Mais la chaîne tient, encore une fois, à ne pas en prendre la responsabilité totale. C’est en recourant à la modalisation, à une « non-coïncidence du dire » (Authier-Revuz, 1995), qu’elle le montre : « si les rapports sont exacts » et « si d’autres informations […] sont exactes ».

82Cette « manœuvre », si l’on peut dire, ne vise peut-être pas seulement à éviter un éventuel reproche contre ce qui est insinué, mais elle pourrait également servir à présenter la chaîne comme la plus objective possible, et ce, en créant une distance entre l’énonciateur et le contenu de son texte au moyen des opérateurs linguistiques. En effet, en commentant sa propre parole, la chaîne situe son énoncé, par rapport à la vérité, dans un cadre incertain. C’est elle qui énonce les propos, mais ce n’est pas elle qui les « dit ». Elle impose ainsi une distance « objective » entre elle et l’énoncé qui n’est plus le sien.

83Que ce soit à travers la gestuelle déjà abordée ou bien à travers les éléments linguistiques, cette distanciation est l’une des caractéristiques de l’énonciateur moderne qui, contrairement au discours traditionnel de l’information où il s’agissait « de faire comme si le médiateur était capable d’amener le réel “chez nous”, de nous faire vivre l’événement “comme si on y était” », vise l’effet opposé. Il cherche en fait à créer « une distance, non pas entre nous et lui, mais entre lui et le réel » (Verón, 1981, p. 77).

84Pour revenir à la deuxième partie de l’énoncé de la MTV, celle-ci présente les États-Unis comme « un ange gardien » pour le Liban et le Hezbollah (représenté par la Résistance) et comme un protecteur du régime syrien, soutenu par ce parti libanais armé. Dans ce contexte, l’expression la plus signifiante reste : « sachant que la seule constante parmi tous les changements dans les politiques de Washington est la question de savoir comment protéger Israël ». En effet, cette assertion sous-entend que protéger Israël consiste à protéger le régime syrien et le Hezbollah, alors que ces deux derniers sont réputés faire partie de l’« axe de la Résistance », ayant pour ennemis les Américains et les Israéliens. Encore une fois, le Hezbollah deviendrait ainsi un allié, au second degré, de son ennemi israélien, selon l’adage qui dit : L’allié de mon allié est mon allié.

85Or ce discours n’est pas nouveau sur la scène politique libanaise. Si certains opposants du Hezbollah l’expriment ouvertement, les autres, la grande majorité, n’en pensent pas moins. Selon eux, alors que le Hezbollah dit vouloir détruire Israël, des relations de connivence sont établies avec le gouvernement israélien : sans les agressions israéliennes, le Hezbollah perdrait le prétexte pour garder ses armes, et sans la violence exercée par le « parti de Dieu », les gouvernements israéliens successifs n’arriveraient plus à mobiliser l’opinion intérieure face au danger provenant du Liban. À l’appui de leurs propos, ces opposants recourent entre autres à l’« Irangate », révélant que l’Iran aurait acheté des armes à Israël durant les années 1980 lors de sa guerre avec l’Iraq, alors que le Hezbollah fait allégeance à la République islamique qui le finance et forme ses soldats.

86Toutefois, bien que le Hezbollah puisse paraître, selon cette logique, comme un allié indirect de ses ennemis, les choses n’en sont pas moins compliquées pour autant. Le paraître n’est pas la vérité en elle-même et ne suffit pas seul pour l’incarner. Comme le montre le carré de véridiction (vérité, illusoire, fausseté et secret ; Greimas et Courtès, 1979), la vérité ne s’y limite pas, mais exige l’être et le paraître ensemble, quitte à renvoyer à l’illusion.

Al Jadeed, un autre bourreau impliquant un autre événement

87Tout comme la MTV, Al Jadeed utilise naturellement l’axe Y-Y dans son JT, le soir du 9 juillet.

Capture d’écran 3. Le présentateur du journal télévisé d’Al Jadeed, le soir du 9 juillet 2013, énonçant l’introduction du JT

Capture d’écran 3. Le présentateur du journal télévisé d’Al Jadeed, le soir du 9 juillet 2013, énonçant l’introduction du JT

88Dans ce second cas, il n’y a qu’un seul présentateur, filmé de face et en « plan rapproché taille ». Outre ce célèbre axe, plusieurs autres éléments non linguistiques renforcent l’objectivité supposée du discours du présentateur de cette deuxième chaîne auprès de son téléspectateur modèle.

89D’abord, le présentateur n’est pas placé au milieu du cadre, mais en bas à droite, ce qui fournit aux photos fixes qui défilent derrière lui la suprématie visuelle. Ces photos, qui mettent la lumière surtout sur l’explosion (ou plutôt sur ses conséquences), constituent une preuve irréfutable de la véracité du sujet dont parle l’énonciateur : l’événement s’est bien passé, l’explosion a vraiment eu lieu. Bref, « cela a bien été » pour reprendre les mots de Roland Barthes (1980, p. 177). Vient ensuite le tour des papiers, que le téléspectateur peut clairement apercevoir devant le présentateur, ce qui n’est pas d’ailleurs le cas dans le JT de la MTV (plan rapproché taille / plan rapproché poitrine). Le présentateur les tourne, l’un après l’autre, tout au long de son introduction. La manipulation des papiers va de pair avec les photos de l’arrière-plan : c’est la réalité objective qui défile à travers les photos (derrière lui) et les feuilles (devant lui), entourant le présentateur, voire l’assiégeant ainsi des deux directions. Il n’y a toutefois que le stylo, ouvert de plus, dans sa main droite, qui va perturber un peu cette scène d’extériorité à l’événement et d’objectivé à l’égard de ce qui est énoncé, en donnant l’impression que le présentateur ne se contente pas de transmettre la réalité telle qu’elle est sur les papiers et dans les photos défilant derrière lui, mais intervient à son écriture, à sa rédaction et à sa construction.

90Dans Une logique de la communication, Paul Watzlawick, Janet Helmick Beavin et Don D. Jackson (1972) présentent leurs célèbres cinq axiomes de la communication. Un axiome souligne que « toute communication présente deux aspects : le contenu et la relation, tels que le second englobe le premier et par suite est une métacommunication », alors qu’un deuxième note que la communication est soit symétrique (relation d’égalité), soit complémentaire (deux positions, une dite haute et une dite basse). Que ce soit sur la MTV ou bien sur Al Jadeed, ce dispositif d’énonciation avec la gestuelle et les éléments visuels l’accompagnant entrent dans le cadre de la relation de confiance que le présentateur cherche à instaurer avec son public récepteur, en dépit du contenu énoncé en lui-même. À travers ce dispositif, le présentateur tente d’ailleurs de montrer qu’il s’agit d’une relation symétrique, dans laquelle le récepteur est son égal et arrive à s’identifier à lui. Cependant, il ne peut s’agir en réalité que d’une relation complémentaire, dans laquelle le présentateur cherche à influencer son récepteur.

91Pour revenir au discours en lui-même, dans l’introduction de ce JT (9 juillet), le présentateur d’Al Jadeed avance les éléments suivants :

  • 12 Mais le plus curieux, ce sont les déclarations du ministre de la guerre israélien Moshe Ya’alon, qu (...)

لكنّ أغرب الكلام هو ما صدر عن وزير الحرب الإسرائيليّ موشيه يعالون الذي قدّر أنّ الحرب الأهليّة في سوريا انتقلت إلى لبنان وذلك بسبب تدخّل حزب الله في الوضع السوريّ. [...] ورأى أنّ ما حدث اليوم هو نتيجة الصراع السنيّ الشيعيّ في لبنان ولا علاقة لنا به ونحن لا نتدخّل في ذلك أساساً. أمّا تصريحات الجيش السوريّ الحرّ، فلم تؤخذ على محمل الجدّ، لا تلك التي تبنَت التفجير، ولا أولئك الذين نفوا واستنكروا. فهم أصبحوا خارج الزمن، ما دام في الميادين السوريّة وعلى الضفاف اللبنانيّة إرهاب ينمو عربيّاً ويُموَّل خليجيّاً.12

92Tout comme la MTV, Al Jadeed accuse des groupes terroristes syriens d’être à l’origine de l’attentat. Mais alors que la MTV montre le Hezbollah comme étant le responsable indirect de ce qui s’est passé, Al Jadeed pointe du doigt les pays arabes du Golfe, pour qui ces groupes ne semblent être que de simples instruments. Des instruments qui ne méritent aucune considération et qui suscitent le mépris de la chaîne.

93Par ailleurs, une partie de l’introduction porte sur le discours du ministre israélien et retient l’attention. La chaîne elle-même veille à ce que le téléspectateur s’arrête dessus, en décrivant le discours israélien comme « le plus curieux ». La locution prépositive « quant à (aux) », qui sépare cette partie de l’introduction de celle abordant les déclarations syriennes, est, elle aussi, intéressante. Selon le contexte, la locution laisse entendre une contradiction entre la partie qui la précède et celle qui la suit. Comme si par son biais, l’introduction souligne que les propos syriens ne méritent pas d’être pris en compte, alors que les paroles israéliennes en sont dignes. Une question s’impose : pourquoi les déclarations israéliennes lui paraissant les plus curieuses importent-elles autant à la chaîne, alors que celles des responsables supposés de l’action passent au second plan ? Est-ce parce que l’énoncé israélien recoupe avec d’autres énoncés locaux dénoncés d’habitude par Al Jadeed ? Le cas échéant, le discours de la MTV en fait-il partie ?

94Il est important de rappeler, dans ce domaine, ce que la MTV a avancé dans son JT du 9 juillet : « […] l’explosion comme une sorte de réponse à l’intervention militaire du Hezbollah en Syrie. » Pour faire plus simple, lénoncé peut être reformulé comme suit :

95La MTV (A) / considère (implicitement et sans le prendre en charge complètement) que / l’intervention du Hezbollah en Syrie a suscité l’explosion (B).

96Quant à la déclaration israélienne avancée par Al Jadeed, la voici reformulée également : Le ministre israélien (C) / considère que / ce qui s’est passé aujourd’hui, l’explosion donc, est dû à l’intervention du Hezbollah en Syrie (D).

  • 13 Il s’agit d’une interprétation linguistique, qui ne veut, sur le plan politique, reprocher quoi que (...)

97Cette opération linguistique donne le suivant : d’une part A  B de la MTV et d’autre part C  D du ministre israélien. Or B = D (l’explosion est due à l’intervention du Hezbollah en Syrie), ce qui laisse A et C se présenter dans un même environnement (Harris, 1969). En d’autres termes, linguistiquement parlant, c’est comme si le discours de la MTV équivalait à celui du ministre israélien13. Cela pourrait être l’une des raisons pour lesquelles la chaîne n’a pas complètement assumé la responsabilité de ce qui est dit, mais l’a renvoyée à ceux qui se posaient des questions.

98Une autre raison pourrait motiver l’importance accordée par Al Jadeed au discours du ministre israélien et sa description comme étant le plus curieux. Est-ce peut-être parce qu’Israël est, aux yeux de la chaîne, responsable en quelque sorte de l’attentat, comme on le verra dans la sous-partie qui suit ? En effet, ce qui retient le plus l’attention dans ladite introduction et dans ledit discours du ministre israélien reste sans doute la dénégation que ce dernier a employée. Il est possible de considérer cet énoncé comme un aveu, comme une reconnaissance, pour ne pas dire comme un désir refoulé s’agissant d’un pays ennemi disposant de tous les moyens pour nuire à son antagoniste, le Hezbollah. Le cas échéant, le propos caché derrière l’énoncé israélien serait le suivant : nous sommes liés à ce qui se passe et nous nous y sommes mêlés.

L’effet évocateur des images

99Dans aucune des deux constructions médiatiques analysées, Israël n’est présenté comme l’auteur direct de l’explosion, celui qui l’a exécutée. Pourtant, l’attentat survenu fait écho, dans le discours des deux chaînes, aux anciens événements similaires liés à la guerre avec l’ennemi sioniste, mais dans deux cadres analytiques opposés.

100Al Jadeed cite Israël dès les premières secondes de son JT du 9 juillet :

  • 14 C’est le destin de la banlieue [sud de Beyrouth] avec le mois de juillet. Il y a sept ans, l’ennemi (...)

هي درب الضاحية مع تمّوز. فقبل سبع سنوات، كان العدوّ واضح المعالم والدمار. وكانت الضاحية في مقابل تل أبيب والنار بالنار. اليوم بات العدوّ بمنازل كثيرة. وجهته تل أبيب، لكن المتبرّعين بالتنفيذ باتوا جيشاً متوارياً عن الأنظار. [...] فما عجزت إسرائيل عن أن تبلغه في الثاني عشر من تمّوز وما بعد، لن تقطفه بأدواتها في التاسع منه، بعد سبع سنين.14 

  • 15 Respectivement : « Depuis l’agression de juillet 2006, depuis donc sept ans, la banlieue sud de Bey (...)

101Par ailleurs, les reportages qui suivent le font également. Voici quelques exemples : « منذ   عدوان تمّوز 2006، أي منذ سبع سنوات، لم تهتزّ الضاحية الجنوبيّة لبيروت هكذا » (reportage 1, 9 juillet), « الدلالة تكمن في أنّ التفجير وقع قرب واحدة من الأبنية القليلة التي صمدت ولم تنهر، على الرغم من استهدافها حيث سُحب منها أحد الصواريخ غير المتفجّرة إبّان الحرب الإسرائيليّة » (reportage 2, 9 juillet). Idem pour le cinquième reportage de ce même JT qui trace l’histoire sanglante de Bir Al Abed, en mentionnant entre autres le conflit libano-israélien : « لكنّ بئر العبد اكتسب شهرته الواسعة بعد اجتياح عام 82 وتوقيع اتّفاقيّة السابع عشر من أيّار عام 83 »15.

  • 16 Respectivement : « […] Bir Al Abed, la région qui a connu plusieurs explosions similaires depuis le (...)

102Il en est de même pour la MTV qui évoque la guerre avec Israël, sans le mentionner, dès les premières lignes de son JT du 9 juillet : «  [...] بئر العبد، المنطقة التي عرفت العديد من العمليّات المماثلة منذ الثمانينيّات [...] ». Idem pour quelques-uns de ses reportages : « أمّا معنويّات المتضرّرين فبدت عالية استناداً إلى ذاكرة أهل الضاحية الملأى بأضرار الاعتداءات الإسرائيليّة والتي تُعتبر الأضرار الحاليّة نقطة في بحرها » (reportage 3, 10 juillet)16.

103Quant aux propos d’Al Jadeed, cette dernière accuse les criminels de réaliser les objectifs de l’ennemi sioniste, tout en prédisant leur échec. Israël est donc lui aussi responsable de l’explosion, ce qui n’est pas le cas dans la construction médiatique réalisée par la MTV. Par ailleurs, Al Jadeed tient à souligner la gravité de l’explosion. En revanche, en faisant la comparaison entre cet attentat et les anciennes agressions israéliennes, la MTV les dissocie : ce n’est donc pas Israël qui est responsable de cette nouvelle agression. La MTV note en plus que le moral des personnes ciblées est élevé, pour conclure enfin que le récent attentat est beaucoup moins grave que les anciennes agressions israéliennes.

104En parallèle à ces quelques propos touchant Israël, le plus intéressant reste les premières images vidéo de l’explosion, tournées par Al Manar, le média audiovisuel du Hezbollah. Une partie de ces images est diffusée dans les journaux télévisés des deux chaînes analysées. En ce qui concerne Al Jadeed, il s’agit d’images tremblantes montrant une foule qui entoure une ambulance, dans une scène de chaos et de fumée. Quant à la MTV, les images, moins tremblantes, montrent des voitures incendiées et des personnes agitées tentant d’éteindre le feu. Et si le téléspectateur ne voit pas une ambulance, comme c’est le cas sur Al Jadeed, il entend très clairement sa sirène.

105Les images qui témoignent de la survenue d’un fait sont d’habitude utilisées comme une preuve de sa production, une preuve que « ça-a-été » (Barthes, 1980). Néanmoins, en s’inspirant de Charles Peirce (1978), on constate que ces images ne sont pas vraiment des signes iconiques de l’explosion, mais plutôt de ses conséquences. Pour simplifier les choses, Peirce distingue trois types de signes : l’icône ou la relation analogique entre le representamen (signifiant) et l’objet (référent) (la photographie par exemple), l’indice ou les traces sensibles (la fumée indice du feu) et enfin le symbole ou la relation conventionnelle (le drapeau libanais pour le Liban). Lesdites images sont en réalité des indices de l’événement, des traces de sa survenue. D’ailleurs, elles peuvent être considérées comme des signes symboliques, au vu de l’effet d’évocation qu’elles suscitent. Elles peuvent être considérées comme des métonymies (Barthes, 1964) de cause pour effet.

106Charaudeau appelle une telle image une « image symptôme ». Selon lui, celle-ci « déclenche dans notre mémoire personnelle et collective des souvenirs d’expériences passées sous la forme d’autres images » (2011, p. 221). C’est le rôle que jouent précisément les images vidéo tournées par Al Manar et diffusées sur la MTV et sur Al Jadeed. Elles rappellent les anciens dégâts qu’a subis cette même région, dans les multiples affrontements guerriers entre le Hezbollah et Israël.

107Toutefois, si les signifiants et les référents de ces images sont presque les mêmes dans les deux cas télévisés analysés, le signifié n’est pas identique chez leurs téléspectateurs modèles respectifs. Pour revenir à Peirce, c’est que l’interprétant, qui est en quelque sorte l’angle sous lequel l’objet est appréhendé ou bien le point de vue à travers lequel un signe est rapporté à un objet, n’est pas le même.

108Partant de son discours portant sur l’explosion, le téléspectateur de la MTV pourrait voir dans ces photos une nouvelle conséquence des « aventures » que mène le Hezbollah unilatéralement, comme c’était le cas dans la guerre de 2006. En d’autres termes, ce qu’a engendré Israël comme ruine en 2006 à cause de la guerre dans laquelle le Hezbollah s’est « aventuré », ce serait ce dernier qui la cause aujourd’hui, indirectement encore une fois, et même si la gravité est beaucoup moins marquante. En revanche, le téléspectateur d’Al Jadeed pourrait y voir une autre scène. Pour lui, il s’agirait d’un nouveau sacrifice de la part du Hezbollah et de ses soutiens sur l’autel du grand projet régional impliquant l’ennemi israélien, ses alliés et ses suppôts, dont ceux qui ont commis l’attentat couvert.

Le Hezbollah : un État dans l’État ?

109Le rôle du Hezbollah dans l’après-attaque oppose également les deux chaînes. Pourtant, elles partagent un minimum d’éléments communs dans leurs constructions de ce qui a suivi l’explosion. Voici quelques extraits de ce qu’avance chacune d’elles :

  • 17 L’État libanais est entré dans la banlieue [sud de Beyrouth] par l’intermédiaire de la police scien (...)

الدولة اللبنانيّة دخلت الضاحية بأدلّتها الجنائيّة وبدأت التحقيقات بالتنسيق مع حزب الله، الذي يفتح بدوره تحقيقاً على مصراعيه. صور كاميرات المراقبة سُحبت والبصمات رُفعت
(Al Jadeed, introduction du JT du 9 juillet)17.

  • 18 La scène à Bir Al Abed n’a pas été différente des autres scènes d’explosion que le Liban a vécues c (...)

المشهد في بئر العبد لم يختلف عن ساحات التفجير الأخرى التي شهدها لبنان في السنوات الماضية، ما عدا الطوق الأمنيّ الصارم الذي فرضه حزب الله على المكان لمدّة ساعة بعد وقوع التفجير، قبل أن يسلّم المنطقة إلى الجيش اللبنانيّ والدفاع المدنيّ والقوى الأمنيّة، التي بدأت التحقيق في ما جرى
(MTV, reportage 1, 9 juillet)18.

  • 19 Ce qui distingue [la scène de] l’explosion de la banlieue sud [de Beyrouth] par rapport à d’autres (...)

ما يميّز انفجار الضاحية الجنوبيّة عن غيره من الانفجارات أنّه، وبحسب مصدر أمنيّ، يتمّ التعامل مع الحدث من قبل فريقين: حزب الله والدولة اللبنانيّة. فبحسب المصدر، حزب الله بدأ تحقيقاته في الملفّ ارتكازاً على ما جمعه من معلومات من محازبيه ومناصريه، إضافة إلى تحقيقات يقوم بها مع أشخاص موقوفين وهم بحوزته، إضافة إلى الكاميرات المزروعة في المنطقة والتي باتت بين يدي الحزب لتحليلها. أمّا التحقيقات الأخرى، فتتمّ من قبل الدولة اللبنانيّة [...] ويلفت المصدر إلى كيفيّة تعامل الحزب مع الحدث لحظة وقوعه، لناحية تطويق المنطقة وعدم السماح للجهات الأمنيّة بالدخول للمعاينة إلّا بعد ستّين دقيقة على الأقلّ، إضافة الى الانتشار الكثيف لوحدات من الحزب. ويلفت أيضاً إلى مسح بقعة التفجير بشكل سريع وتنظيفها
(MTV, reportage  2, 10 juillet)19.

110En notant que l’État libanais est entré dans la banlieue sud de Beyrouth (phrase qu’on nomme P), Al Jadeed présuppose qu’il était en dehors de cette zone (présupposition Q). En d’autres termes, il n’y avait pas accès. Il est intéressant de se référer à Robert Martin dans ce domaine. Selon lui, « une phrase p présuppose une phrase q, si q reste vrai[e] lorsque p est nié[e]. Les présupposés de p sont l’ensemble Q des phrases dont la vérité ne peut être mise en cause par la négation de p » (1976, p. 39). Ce test de négation appliqué à la phrase P donne l’énoncé suivant : L’État libanais n’est pas entré dans la banlieue. Or, à travers cette nouvelle phrase (P niée), il est possible d’inférer la même phrase Q déjà présupposée : L’État libanais n’était pas dans la banlieue sud de Beyrouth. Le contenu de cette dernière phrase (Q) est ainsi présenté « comme allant de soi, déjà validé […], soustrait […] à toute contestation » (Maingueneau, 2016, p. 53).

111Dans le même contexte, la chaîne met en lumière la double investigation, menée d’une part par le Hezbollah et d’autre part par l’État libanais, même si elle atténue l’ampleur de ses propos en parlant d’une « coopération » entre les deux parties. Al Jadeed utilise d’ailleurs la forme passive en abordant le recueil des images des caméras de surveillance et des empreintes. En s’abstenant de préciser l’auteur de cette action, elle donne cependant l’impression qu’il ne s’agit pas de l’acteur qui est censé l’être normalement, à savoir l’État.

112Pour sa part, la MTV montre, elle aussi, que l’État libanais n’avait pas, avant l’explosion, la mainmise sur la région ciblée et note également que deux investigations sont menées. Toutefois, contrairement à Al Jadeed, la MTV souligne que le Hezbollah entrave l’opération étatique : « […] à part le cordon de sécurité ferme que le Hezbollah a imposé à l’endroit de l’explosion durant une heure après les faits, avant de livrer la zone […] ».

113En outre, si Al Jadeed utilise la voix passive en parlant du recueil des images et des empreintes, la MTV précise, le lendemain, que l’auteur de cette action n’est autre que le Hezbollah. Néanmoins, encore une fois, elle ne prend pas totalement en charge cet énoncé. C’est en relayant une « source sécuritaire » qu’elle le dit. Mais ce recours porte cette fois un double avantage pour la chaîne. D’une part, elle n’est plus responsable de ce qui est dit. D’autre part, elle lui donne plus de crédibilité en usant d’un raisonnement par autorité (Ducrot, 1984) : qui pourrait avoir plus d’autorité discursive en la matière pour montrer l’énoncé comme étant authentique qu’une source sécuritaire censée être étatique ?

114Ainsi la MTV présente-t-elle le Hezbollah comme étant un État dans l’État, voire l’État lui-même, au vu de la suprématie qu’il a à l’égard de l’État officiel. C’est dans ce contexte que la chaîne cite le Hezbollah avant l’État libanais, en énumérant les deux parties menant les investigations (« ce sont deux parties qui y interviennent : le Hezbollah et l’État libanais »). Cette impression est renforcée lorsque la chaîne sous-entend que le Hezbollah se prend pour l’État lui-même, en dévoilant, encore une fois selon la même source sécuritaire, qu’il interroge des suspects.

115Toujours au nom de cette célèbre source anonyme, la MTV va jusqu’à insinuer que le parti cherche à dissimuler ce qui s’est réellement passé, en nettoyant rapidement la scène de l’explosion ; une insinuation qu’elle peut toujours récuser, en se réfugiant derrière le sens littéral et factuel de ce qu’elle a avancé et, de plus, en ne s’exprimant pas en son propre nom. Dans un cadre inter-événementiel, cela rappelle les multiples discours politiques et médiatiques qui ont accusé le Hezbollah et le régime syrien d’avoir demandé aux autorités libanaises de manipuler la scène de crime de Rafic Hariri, afin de faire disparaître des indices et de protéger ses assassins.

116Le caractère hors la loi de ce parti est explicitement montré, le lendemain, dans l’introduction du JT du 11 juillet : « Les conclusions concernant l’explosion de Bir Al Abed ne seront pas tirées des enquêtes que mènent d’abord le Hezbollah, ensuite les services de l’État » ; une assertion qui présente le Hezbollah non seulement devançant la légalité libanaise, mais également en face à face avec elle, sous-entendant ainsi qu’il est son rival et qu’il est par conséquent hors la loi.

117Dans Terrorisme, médias et démocratie, Isabelle Garcin-Marrou étudie le traitement médiatique du terrorisme dans les sociétés démocratiques, afin de montrer si les médias s’y trouvent « complices des terroristes » ou « agents de l’État ». Son ouvrage conclut que contrairement à l’idée répandue sur une « complicité » entre médias et terrorisme, « les médias ont des difficultés à développer un discours autonome en période de terrorisme et sont, de fait, dépendants des discours gouvernementaux » (2001, p. 97). Mais est-ce vraiment le cas au Liban ? S’agit-il d’une société effectivement démocratique ? La MTV peut-elle adopter et défendre, ou du moins ne pas contredire, le discours étatique, alors que selon elle, c’est le Hezbollah qui domine l’État et l’incarne peut-être même ?

118Le discours accusant le « parti de Dieu » d’être un État dans l’État ne représente en tout cas aucune nouveauté sur la scène politique libanaise. Vu que c’est à lui que revient la décision de la guerre et de la paix, certains l’accusent de marginaliser le pouvoir étatique et de le remplacer. D’autres le défendent, en considérant qu’il assume une partie des tâches de l’État puisque celui-ci n’en a pas encore les moyens. D’après eux, « le Hezbollah n’est pas un État dans l’État, contrairement à un sentiment répandu, mais une organisation tout à la fois à-côté et aux-côtés de l’État » (Dot-Pouillard, 2017, p. 100).

En guise de conclusion

119De par sa nature même, le terrorisme représente un événement. Or, celui-ci est intimement lié à sa médiatisation, sans que celle-ci lui soit indispensable. Toutefois, la construction que subit un quelconque événement diffère d’un média à l’autre et laisse ainsi un seul et même fait se transformer en plusieurs événements médiatiques, susceptibles même de se contredire.

120C’est à partir de ces trois propositions que le présent article a fait le choix d’analyser la couverture médiatique de l’attentat terroriste survenu à Beyrouth en juillet 2013. Ses résultats ont confirmé les deux hypothèses qu’il a avancées. Certes, une seule explosion a eu lieu ce 9 juillet au Liban, mais l’analyse des journaux télévisés d’Al Jadeed et de la MTV montre qu’il y a eu deux événements de ce même attentat, dans lesquels le rôle du Hezbollah n’est pas identique et s’oppose même d’une chaîne à l’autre.

121Dans l’un, ce parti est la cible de l’explosion et participe à l’enquête. Dans l’autre, il en est le responsable indirect et il en est même le bénéficiaire. Il entrave d’ailleurs les investigations étatiques et cherche peut-être à dissimuler des preuves. Bien qu’il s’agisse d’un sujet délicat, d’un événement dramatique dont le malheur est censé réunir les différentes parties du pays autour d’un seul et unique intérêt général, les téléjournaux des deux chaînes analysées ne se sont mis d’accord en réalité que sur un nombre restreint d’éléments.

122Pour aller encore plus loin, si le choix a été fait de jouer le rôle d’« hyper-récepteur » pour reprendre le terme de Verón (1990, p. 9) et de regarder par la suite le contenu de toutes les chaînes libanaises, l’analyse de l’intégralité des téléjournaux, couplée à l’analyse de la réception, aurait permis de conclure à autant d’événements que de chaînes abordant l’explosion, alors qu’il s’agit d’un seul et même fait dans son état brut. Malgré le clivage bien établi entre deux grands blocs politico-médiatiques, l’analyse aurait révélé que chaque média construit, à partir d’un fait identique, un événement différent.

123En ces moments critiques, c’est la multiplicité événementielle qui l’emporte de loin sur l’unité du fait. Alors que les terroristes n’ont provoqué qu’une seule explosion, il en résulte une multiplicité d’événements lui faisant écho.

Haut de page

Bibliographie

ARENDT Hannah (1980 / 1953), « Compréhension et politique », Esprit, 42(6), p. 66-79.

ARQUEMBOURG-MOREAU Jocelyne (2003), Le temps des événements médiatiques, Bruxelles, De Boeck Université.

AUTHIER-REVUZ Jacqueline (1995), Boucles réflexives et non-coïncidences du dire, 2 tomes, Paris, Larousse.

BARTHÉLÉMY Michel (1992), « Événement et espace public : l’affaire Carpentras », Quaderni, 18, p. 125-140, https://www.persee.fr/doc/quad_0987-1381_1992_num_18_1_975, page consultée le 19 mai 2021.

BARTHES Roland (1964), « Rhétorique de l’image », Communications, 4, p. 40-51, https://www.persee.fr/doc/comm_0588-8018_1964_num_4_1_1027, page consultée le 19 mai 2021.

BARTHES Roland (1980), La chambre claire. Note sur la photographie, Paris, Éditions de l’Étoile, Gallimard, Seuil.

BENSA Alban et Éric FASSIN (2002), « Les sciences sociales face à l’événement », Terrain, 38, mis en ligne le 6 mars 2007, https://doi.org/10.4000/terrain.1888, page consultée le 4 mars 2021.

CHAMPAGNE Patrick (1991), « La construction médiatique des malaises sociaux », Actes de la recherche en sciences sociales, 90, p. 64-76, https://www.persee.fr/doc/arss_0335-5322_1991_num_90_1_2997, page consultée le 19 mai 2021.

CHAMPAGNE Patrick (2000), « L’événement comme enjeu », Réseaux, 18(100), p. 403-426, https://www.persee.fr/doc/reso_0751-7971_2000_num_18_100_2231, page consultée le 19 mai 2021.

CHARAUDEAU Patrick (2011), Les médias et l’information. L’impossible transparence du discours, 2e éd. revue et augmentée, Bruxelles, De Boeck.

CHARRON Jean et Jacques LEMIEUX (1991), « Les médias, les sources et la production de l’information », dans Jean CHARRON, Jacques LEMIEUX et Florian SAUVAGEAU (dir.), Les médias, les journalistes et leurs sources, Montréal, Gaëtan Morin éditeur, p. 1-29.

DAHER Aurélie (2014), Le Hezbollah. Mobilisation et pouvoir, Paris, Presses universitaires de France.

DAYAN Daniel (dir.) (2006), La terreur spectacle : terrorisme et télévision, Bruxelles, De Boeck.

DAYAN Daniel (2011), « L’impossible réalité brute », L’Homme, 198-199, mis en ligne le 18 juillet 213, https://journals.openedition.org/lhomme/22749, page consultée le 20 novembre 2020.

DERVILLE Grégory (2013), Le pouvoir des médias, nouvelle éd., Grenoble, Presses universitaires de Grenoble.

DOT-POUILLARD Nicolas (2017), « Les armes du Hezbollah : terrorisme, droit à la résistance et principe de légalité », Confluences Méditerranée, 3(102), p. 89-102, https://www.cairn.info/revue-confluences-mediterranee-2017-3-page-89.htm, page consultée le 19 mai 2021.

DUCROT Oswald (1972), Dire et ne pas dire, Paris, Hermann.

DUCROT Oswald (1984), Le dire et le dit, Paris, Éditions de Minuit.

ECO Umberto (1985 / 1979), Lector in fabula. Le rôle du lecteur, traduit de l’italien par Myriam BOUZAHER, Paris, Grasset.

FISKE John (2011), Television Culture, 2e éd., New York, Routledge.

FONTAN Victoria (2005), « Le discours d’Al-Manar, vecteur de Glasnost du Hezbollah ? », Questions de communication, 2(8), p. 51-66, https://journals.openedition.org/questionsdecommunication/3865, page consultée le 19 mai 2021.

GARCIN-MARROU Isabelle (2001), Terrorisme, médias et démocratie, Lyon, Presses universitaires de Lyon.

GONZALEZ-QUIJANO Yves (2013), « La crise syrienne : un traitement de choc pour les médias libanais », Maghreb-Machrek, 4(218), p. 125-134.

GREIMAS Algirdas Julien (1966), Sémantique structurale. Recherche de méthode, Paris, Larousse.

GREIMAS Algirdas Julien et Joseph COURTÈS (1979), Sémiotique : dictionnaire raisonné de la théorie du langage, tome I, Paris, Hachette.

HARRIS Zellig (1969 / 1952), « Analyse du discours », traduit de l’anglais par Françoise DUBOIS-CHARLIER, Langages, 4(13), p. 8-45.

JREIJIRY Roy (2013), « L’impact sociopolitique et communicationnel sur Télé Liban : l’agonie du service public audiovisuel », Les Enjeux de l’information et de la communication, 2(14), p. 83-94, https://www.cairn.info/journal-les-enjeux-de-l-information-et-de-la-communication-2013-2-page-83.htm, page consultée le 19 mai 2021.

KERBRAT-ORECCHIONI Catherine (1986), L’implicite, Paris, Armand Colin.

KRIEG-PLANQUE Alice (2003), « Purification ethnique » : une formule et son histoire, Paris, CNRS Éditions.

LAMLOUM Olfa (2008), « Le Hezbollah au miroir de ses médias », dans Sabrina MERVIN (dir.), Le Hezbollah. État des lieux, Paris, Sindbad-Actes Sud, p. 21-45 (1-12 en version numérique), mis en ligne le 23 janvier 2009, https://halshs.archives-ouvertes.fr/halshs-00355612/document, page consultée le 21 septembre 2020.

LAMLOUM Olfa (2009), « Al-Manâr. Pilier du dispositif communicationnel du Hezbollah », Confluences Méditerranée, 2(69), p. 61-70, https://www.cairn.info/revue-confluences-mediterranee-2009-2-page-61.htm, page consultée le 19 mai 2021.

LOCHARD Guy (2006), « Les attentats de Madrid du 11 mars 2004 et leurs lectures nationales », Hermès, 3(46), p. 69-72, https://www.cairn.info/journal-hermes-la-revue-2006-3-page-69.htm, page consultée le 19 mai 2021.

MAINGUENEAU Dominique (2016), Analyser les textes de communication, nouvelle éd. revue et mise à jour, Paris, Armand Colin.

MARTIN Robert (1976), Inférence, antonymie et paraphrase, Paris, C. Klincksieck.

MERCIER Arnaud (2006), « Logiques journalistiques et lecture événementielle des faits d’actualité », Hermès, 3(46), p. 23-35, https://www.cairn.info/revue-hermes-la-revue-2006-3-page-23.htm, page consultée le 19 mai 2021.

MORIN Edgar (1972), « L’événement-sphinx », Communications, 18, p. 173-192, https://www.persee.fr/doc/comm_0588-8018_1972_num_18_1_1273, page consultée le 19 mai 2021.

MORIN Edgar (1972), « Le retour de l’événement », Communications, 18, p. 6-20, https://www.persee.fr/doc/comm_0588-8018_1972_num_18_1_1254, page consultée le 19 mai 2021.

MOUILLAUD Maurice et Jean-François TÉTU (1989), Le journal quotidien, Lyon, Presses universitaires de Lyon.

NEVEU Érik et Louis QUÉRÉ (1996), « Présentation » [la présentation du numéro intitulé : « Le temps de l’événement I »], Réseaux, 75, p. 7-21.

NORA Pierre (1972), « L’événement monstre », Communications, 18, p. 162-172, https://www.persee.fr/doc/comm_0588-8018_1972_num_18_1_1272, page consultée le 19 mai 2021.

PEIRCE Charles (1978), Écrits sur le signe, rassemblés, traduits et commentés par Gérard DELEDALLE, Paris, Seuil.

POMIAN Krzysztof (1984), L’ordre du temps, Paris, Gallimard.

QUÉRÉ Louis (2006), « Entre fait et sens, la dualité de l’événement », Réseaux, 5(139), p. 183-218, https://www.cairn.info/revue-reseaux1-2006-5-page-183.htm, page consultée le 19 mai 2021.

RICŒUR Paul (1983), Temps et récit. L’intrigue et le récit historique, Paris, Seuil.

RICŒUR Paul (1991), « Événement et sens », Raisons pratiques, 2, p. 41-56.

RICŒUR Paul (1992), « Le retour de l’Événement », Mélanges de l’École française de Rome, 104(1), p. 29-35, https://www.persee.fr/doc/mefr_1123-9891_1992_num_104_1_4195, page consultée le 19 mai 2021.

SCANNELL Paddy (2002), « Big Brother as a television event », Television & New Media, 3(3), p. 271-282.

SEARLE John Rogers (1998 / 1995), La construction de la réalité sociale, traduit de l’anglais par Claudine TIERCELIN, Paris, Gallimard.

SULLIVAN Marisa (2014), Hezbollah in Syria, Washington, The Institute for the Study of War.

VENIARD Marie (2007), La nomination d’un événement dans la presse quotidienne nationale. Une étude sémantique et discursive : la guerre en Afghanistan et le conflit des intermittents dans Le Monde et Le Figaro, thèse de doctorat, sous la direction de Sophie MOIRAND, Paris, Université Sorbonne Nouvelle – Paris III.

VERÓN Eliseo (1981), Construire l’événement, Paris, Éditions de Minuit.

VERÓN Eliseo (1984), « Quand lire, c’est faire : renonciation dans le discours de la presse écrite », dans Sémiotique II, Paris, Institut de recherches et d’études publicitaires, p. 33-56.

VERÓN Eliseo (1985), « L’analyse du “contrat de lecture” : une nouvelle méthode pour les études de positionnement des supports presse », dans Émile TOUATI (dir.), Les médias : expériences, recherches actuelles, applications, Paris, Institut de recherches et d’études publicitaires, p. 203-230.

VERÓN Eliseo (1986), « Il est là, je le vois, il me parle », Réseaux, 4(21), p. 71-95, https://www.persee.fr/doc/reso_0751-7971_1986_num_4_21_1017, page consultée le 19 mai 2021.

VERÓN Eliseo (1990), « La construction sociale des événements », Periodistica, 2, p. 9-16, https://halshs.archives-ouvertes.fr/halshs-01487069/document, page consultée le 19 mai 2021.

WATZLAWICK Paul, Janet HELMICK BEAVIN et Don D. JACKSON (1972 / 1967), Une logique de la communication, traduit de l’anglais par Janine MORCHE, Paris, Seuil.

WIEVIORKA Michel et Dominique WOLTON (1987), Terrorisme à la une, Paris, Gallimard.

« كلمة للسيّد عبّاس الموسوي حول دور الإعلام في عمليّة التغيير » [Un discours du sayyid Abbas El Moussawi sur le rôle des médias dans le processus du changement] (1985), Moqawama.org, mis en ligne le 10 janvier 2008, https://www.moqawama.org/essaydetails.php?eid=4889&cid=247, page consultée le 11 janvier 2021.

Haut de page

Notes

1 Dans Événement et sens, Ricœur explique que l’événement est ternaire et rappelle la demande de sens qu’il impose : « […] d’abord quelque chose arrive, éclate, déchire un ordre déjà établi ; puis une impérieuse demande de sens se fait entendre, comme une exigence de mise en ordre ; finalement l’événement n’est pas simplement rappelé à l’ordre mais, en quelque façon qui reste à penser, il est reconnu, honoré et exalté comme crête du sens » (1991, p. 41).

2 D’après lui, « une réalité socialement construite présuppose une réalité indépendante de toutes les constructions sociales, parce qu’il faut bien quelque chose à partir de quoi construire la construction » (1998, p. 243).

3 En 2020, un tribunal spécial des Nations Unies reconnaît même un membre du Hezbollah coupable de l’assassinat.

4 La Syrie est l’épine dorsale de la Résistance et son armature. […] Si la Syrie tombe entre les mains de l’Américain, de l’Israélien et du takfiriste, et entre les mains des suppôts de l’Amérique dans la région, se proclamant des États régionaux, la Résistance sera assiégée et Israël entrera au Liban. […] Devant nous s’ouvre une période complètement nouvelle qui commence maintenant. Elle est plus exactement apparue de manière claire ces dernières semaines. Une nouvelle période qui s’intitule Renforcement de la Résistance et protection de ses arrières et Renforcement du Liban et protection de ses arrières. (Traduction de l’auteur)

5 Le changement social se produit réellement, les valeurs idéologiques changent véritablement et la télévision fait partie de ce mouvement. (Traduction de l’auteur)

6 Le terrorisme frappe dans la banlieue [sud de Beyrouth]. (Traduction de l’auteur)

7 Et les questions se concentrent davantage sur le choix de la banlieue [sud de Beyrouth]. Ceux qui se posent ces questions admettent rapidement que le commanditaire [de ce message explosif] est l’opposition syrienne. Et les conclusions s’arrêtent lorsque le raisonnement logique amène à considérer l’explosion comme une sorte de réponse à l’intervention militaire du Hezbollah en Syrie. (Traduction de l’auteur)

8 Que ce soit ici ou bien dans la suite de l’article, on pourrait reprocher à l’analyse de recourir aux schémas et aux modèles de Greimas assez superficiellement, sans aller plus avant. Bien qu’un tel approfondissement ait pu être très enrichissant pour l’article, il ne fait malheureusement pas partie de ses objectifs principaux.

9 En référence au « lecteur modèle », concept instauré par Umberto Eco (1985), qui considère que l’auteur prévoit, à travers son texte, un lecteur modèle et cherche à le laisser adopter une interprétation de son texte plutôt qu’une autre.

10 Les conclusions concernant l’explosion de Bir Al Abed ne seront pas tirées des enquêtes que mènent d’abord le Hezbollah, ensuite les services de l’État, mais elles se présentent ici et là comme des entraves au bon fonctionnement de celui-ci. Premièrement, l’explosion implique plus de concessions de la part des services de sécurité de l’État en faveur du Hezbollah. Deuxièmement, l’explosion entraîne la formation du [nouveau] gouvernement dans des labyrinthes plus grands. Le premier ministre désigné devient ainsi contraint de former un gouvernement qui rassure le Hezbollah, en d’autres termes de reproduire le gouvernement intérimaire actuel. Troisièmement, le premier ministre [Tammam] Salam va se trouver obligé, non seulement de renoncer à son point de vue connu au sujet de la formation du gouvernement, mais également de transformer la formule tripartite Armée — Peuple — Résistance, en formule quadripartite Armée — Peuple — Résistance — Intervention [militaire] à l’extérieur [du pays], sinon de démissionner de sa fonction. (Traduction de l’auteur)

11 L’explosion de Bir Al Abed a transformé l’Amérique en un ange gardien d’ordre sécuritaire qui protège le Liban et la Résistance. En effet, si les rapports [publiés] sont exacts, la CIA avait mis en garde les services [de sécurité au Liban] d’une vague d’explosions, que prépare Al Qaïda et qui cible le Hezbollah et des hauts responsables de l’État. Et si d’autres informations, qui ne seront peut-être pas publiées maintenant, sont exactes […], les États-Unis s’activeraient avec leur froide realpolitik pour empêcher des effondrements semblables à ceux qui sont arrivés à leurs frères [les frères musulmans] en Égypte, en s’abstenant de contribuer à faire tomber [le président syrien Bachar] Al-Assad en Syrie et en atténuant leur hostilité [celle des États-Unis] envers ses alliés dans la région, sachant que la seule constante parmi tous les changements dans les politiques de Washington est la question de savoir comment protéger Israël. (Traduction de l’auteur)

12 Mais le plus curieux, ce sont les déclarations du ministre de la guerre israélien Moshe Ya’alon, qui a estimé que la guerre civile en Syrie s’est déplacée au Liban, et ce, à cause de l’intervention du Hezbollah en Syrie. […] Et il a noté que ce qui s’est passé aujourd’hui est le résultat du conflit sunnite-chiite au Liban et nous [Israéliens] n’avons rien à voir avec cela et ne nous y mêlons pas du tout. Quant aux déclarations de l’Armée syrienne libre, elles n’ont pas été prises au sérieux, ni celles qui revendiquaient l’explosion ni celles qui le niaient et la dénonçaient. Ils [les membres de l’Armée syrienne libre] sont devenus hors du temps [hors de l’équation], tant qu’il y a, sur le territoire syrien et les rives libanaises, un terrorisme qui s’étend en terre arabe, financé par les pays du Golfe. (Traduction de l’auteur)

13 Il s’agit d’une interprétation linguistique, qui ne veut, sur le plan politique, reprocher quoi que ce soit à la chaîne en question.

14 C’est le destin de la banlieue [sud de Beyrouth] avec le mois de juillet. Il y a sept ans, l’ennemi était bien défini et les ruines qu’il a causées bien visibles, la banlieue faisait face à Tel-Aviv et répondait au feu par le feu. Aujourd’hui, l’ennemi est multiple et converge vers Tel-Aviv, mais ceux qui se portent volontaires pour la mise en exécution [de ses projets] forment une armée cachée […] Ce qu’Israël a échoué à atteindre le 12 juillet [lors de la guerre avec le Hezbollah en 2006] et dans la période qui a suivi, il ne le réussira pas à travers ses suppôts, le 9 juillet, sept ans après. (Traduction de l’auteur)

15 Respectivement : « Depuis l’agression de juillet 2006, depuis donc sept ans, la banlieue sud de Beyrouth n’a pas été ainsi secouée » ; « Ce qui est significatif est que l’explosion est survenue à côté de l’un des peu nombreux immeubles qui avaient résisté et ne s’étaient pas effondrés, bien qu’il eût été pris pour cible, et qu’un missile datant de la guerre israélienne et qui n’a pas explosé y ait été trouvé » ; « Mais Bir Al Abed a acquis sa grande notoriété à l’issue de l’invasion [israélienne] de 1982 et la signature de l’accord du 17 mai 1983 [accord de paix avec Israël] […] ». (Traduction de l’auteur)

16 Respectivement : « […] Bir Al Abed, la région qui a connu plusieurs explosions similaires depuis les années 1980 […] » ; « Quant au moral des gens touchés, il a paru élevé, la mémoire des habitants de la banlieue étant pleine de souvenirs des dégâts causés par les agressions israéliennes, sachant que les dégâts actuels sont considérés comme une goutte d’eau dans la mer en comparaison avec ces anciens dégâts ». (Traduction de l’auteur)

17 L’État libanais est entré dans la banlieue [sud de Beyrouth] par l’intermédiaire de la police scientifique et a commencé les investigations en coopération avec le Hezbollah qui, à son tour, a ouvert une enquête. Les images des caméras de surveillance ont été recueillies et les empreintes ont été relevées. (Traduction de l’auteur)

18 La scène à Bir Al Abed n’a pas été différente des autres scènes d’explosion que le Liban a vécues ces dernières années, à part le cordon de sécurité ferme que le Hezbollah a imposé à l’endroit de l’explosion durant une heure après les faits, avant de livrer la zone à l’armée libanaise, aux pompiers, et aux forces de l’ordre qui ont commencé l’enquête sur ce qui s’est passé. (Traduction de l’auteur)

19 Ce qui distingue [la scène de] l’explosion de la banlieue sud [de Beyrouth] par rapport à d’autres explosions est que, selon une source sécuritaire, ce sont deux parties qui y interviennent : le Hezbollah et l’État libanais. Selon cette source, le Hezbollah a commencé ses investigations en se basant sur les informations qu’il a recueillies de ses adhérents et partisans, en plus des interrogatoires qu’il mène avec des personnes arrêtées chez lui, tout comme à travers les caméras installées dans la région et qu’il a récupérées pour les analyser. Quant aux autres investigations, elles sont menées par l’État libanais […]. La source met également en lumière comment le Hezbollah a agi à la suite de la survenue de l’événement en bouclant la zone et en interdisant aux forces de l’ordre d’y entrer pour l’examiner pendant au moins les 60 minutes qui ont suivi l’explosion, ajoutons à cela le fait que plusieurs de ses unités se sont répandues densément dans les lieux. La source note d’ailleurs que la zone de l’explosion a été rapidement examinée et nettoyée. (Traduction de l’auteur)

Haut de page

Table des illustrations

Titre Capture d’écran 1. L’un des deux présentateurs du journal télévisé de la MTV, le soir du 9 juillet 2013, énonçant une partie de l’introduction du JT
URL http://journals.openedition.org/communication/docannexe/image/13838/img-1.png
Fichier image/png, 1,3M
Titre Capture d’écran 2. L’un des deux présentateurs du journal télévisé de la MTV, le soir du 9 juillet 2013, énonçant une partie de l’introduction du JT
URL http://journals.openedition.org/communication/docannexe/image/13838/img-2.png
Fichier image/png, 1,2M
Titre Capture d’écran 3. Le présentateur du journal télévisé d’Al Jadeed, le soir du 9 juillet 2013, énonçant l’introduction du JT
URL http://journals.openedition.org/communication/docannexe/image/13838/img-3.png
Fichier image/png, 782k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Farhat El Khoury, « La construction médiatique et la multiplicité événementielle »Communication [En ligne], Vol. 38/1 | 2021, mis en ligne le 13 juillet 2021, consulté le 30 juillet 2021. URL : http://journals.openedition.org/communication/13838 ; DOI : https://doi.org/10.4000/communication.13838

Haut de page

Auteur

Farhat El Khoury

Farhat El Khoury est doctorant en sciences de l’information et de la communication et membre de la Chaire UNESCO « Pratiques journalistiques et médiatiques » à l’Université de Strasbourg, où il enseigne en tant qu’intervenant extérieur. Courriel : Elkhouryfarhat@gmail.com

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Communication sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search