Navigation – Plan du site

AccueilNumérosVol. 38/1ArticlesS’extraire de l’immédiateté de l’...

Articles

S’extraire de l’immédiateté de l’événement ou la tentation d’un « journalisme irréductible »

Rayya Roumanos et Olivier Le Deuff

Résumés

Les auteurs proposent une lecture critique d’un objet inédit, « Allô place Beauvau ? ». Ce site s’inscrit en faux et à dessein contre le traitement médiatique des violences policières en France et fait le pari d’une construction événementielle d’un nouveau genre. Leur analyse comprend trois temps. Le premier temps resitue le projet « Allô place Beauvau ? » dans son contexte journalistique et éditorial. Le deuxième décrit le dispositif éditorial. Le troisième est consacré à une analyse critique de la démarche d’un projet qui se pose comme anti-événement.

Haut de page

Texte intégral

1Dans le contexte actuel de mutation des pratiques journalistiques et des identités professionnelles marqué par une transformation profonde des modèles économiques, des écritures informatives et du rapport aux sources et aux publics, un élément conserve une étonnante stabilité : l’« événement médiatique », ce construit dont l’avènement extraordinaire entraîne immanquablement un temps d’arrêt dans le flux continu de l’information.

2De fait, la matérialisation de l’événement dans la presse aujourd’hui emprunte le même chemin que celui décrit par Pierre Nora en 1972 au sujet de l’affaire Dreyfus. La mise en récit d’une découverte scientifique majeure, d’un attentat terroriste ou d’une crise sanitaire exige toujours un recours au « merveilleux » et se déploie massivement grâce à une « projection spectaculaire » qui engage les journalistes à fabriquer de l’intelligible là où une rupture d’intelligibilité s’est produite. L’événement reste « le lieu temporel et neutre de l’émergence brutale » (Nora, 1972, p. 168) qui bouscule les priorités médiatiques et entraîne, d’abord, des explications situées, réductrices, qui ne tiennent pas compte du temps long. Théâtralité, évanescence et dilution de sens sont au cœur de ce construit qui concentre, immanquablement, une suite de critiques, sans pour autant provoquer un renouvellement profond des approches.

3La production journalistique que nous étudions dans le présent article constitue, de ce point de vue, un exemple de résistance à cette dynamique tant de fois décriée par les observateurs avertis comme par le public plus large. Conçu par David Dufresne pour rendre visibles et quantifiables les violences policières en France, « Allô place Beauvau ? » s’inscrit en faux et à dessein contre le traitement médiatique de ce sujet et fait le pari d’une construction événementielle d’un nouveau genre. Plutôt que de réduire ces violences à une série de phénomènes contingents, le site entreprend de les problématiser en réagençant leur temporalité dans le but d’amplifier leur portée. Il adopte une approche à première vue libérée des contraintes aussi bien éditoriales qu’organisationnelles et commerciales, pour composer un objet hyper-documenté qui échappe à l’éparpillement des significations et à l’érosion du temps.

4En suivant une démarche inscrite dans le champ du data journalisme, il marque sa distinction par rapport aux approches conventionnelles en évitant les réductions narratives et formelles, d’une part, celles qui cantonnent les écritures journalistiques à des conventions professionnelles et à des formats essentiellement linéaires, et à la réduction événementielle, d’autre part, qui isole un fait dans un temps donné et dont la portée s’avère finalement éphémère, tant il est difficile, à partir d’événements isolés, d’établir des correspondances et de dégager des tendances.

5Nous proposons ici une lecture critique de cet objet inédit en ciblant l’une de ses composantes principales : le temps. Ce choix ne sous-entend nullement une autonomie de la matière temporelle par rapport aux autres dimensions de l’événement. Au contraire, il insiste sur la forte imbrication de cet ingrédient avec les autres de telle sorte que l’étude des modalités de réorganisation du temps au sein du récit journalistique permet de saisir les changements qui affectent la conception même de l’événement exposé.

6D’un point de vue théorique, notre approche prend appui sur le concept d’irréduction proposé par Bruno Latour, notamment dans son article sur « ces réseaux que la raison ignore : laboratoires, bibliothèques, collections » (1996). Dans le cadre de la production d’une information comme dans le travail scientifique, l’irréduction correspond à l’étape du dépassement du réductionnisme inhérent à la construction des connaissances afin d’accéder, par amplification, à une compréhension globale des phénomènes examinés. Elle n’intervient qu’à la condition d’une première phase qui « permet de résoudre de manière pragmatique, par des opérations de sélection, d’extraction, de réduction, la contradiction entre la présence dans un lieu et l’absence de ce lieu » (ibid., p. 26).

7Nous cherchons ici à comprendre en quoi le travail journalistique réalisé dans « Allô place Beauvau ? » se rapproche de cette logique, aussi bien en ce qui concerne les modes de traitement des faits exposés que les visées communicationnelles qu’il renferme.

8D’autre part, dans la mesure où une telle entreprise s’appuie sur des formes documentaires, voire hyper-documentaires, qui transforment chaque incident en donnée et l’ensemble des données en traces à la fois manipulables et durables, nous mobilisons dans le cadre de cet article les théories du document (Otlet, 1934 ; Briet, 1951), celles qui se rapportent à l’événement et à l’anti-événement (Escarpit, 1976) ainsi que celles de la documentarité (Day, 2019) et de l’hyper-document pour étudier et comprendre les qualités documentaires, la construction informationnelle et temporelle, les forces et les limites de la démarche.

9Notre analyse comprend trois temps. Le premier temps resitue le projet « Allô place Beauvau ? » dans son contexte journalistique et éditorial, notamment celui d’un journalisme augmenté par les potentialités numériques et le data journalisme. Le second décrit le dispositif éditorial, ses spécificités et ses caractéristiques originales. Le troisième est consacré à une analyse critique de la démarche d’un projet qui se pose comme anti-événement.

Le contexte de publication

  • 1 Mediapart est un site d’information généraliste fondé en 2008 par François Bonnet, Gérard Desportes (...)
  • 2 Journaliste, documentariste, essayiste et auteur de fiction et de non-fiction, David Dufresne est u (...)

10« Allô place Beauvau ? », long format innovant publié sur le site de Mediapart1, est composé de trois entrées consacrées à la question épineuse des violences policières en France. La première, à l’origine du titre de ce triptyque inédit et source des deux autres data visualisations, a été mise en ligne en janvier 2019. Elle représente un effort de documentation des violences policières qui ont émaillé les manifestations en France à partir de novembre 2018, à travers la récupération et la mise en scène d’une série d’incidents signalés par les internautes sur Twitter puis compilés par le documentariste David Dufresne2. La deuxième, intitulée « Allô IGPN ? », est une exposition du fonctionnement de la police des polices à travers le décryptage d’un ensemble de cas sélectionnés par les concepteurs du projet, et la troisième, « Radio police », représente une exploration de la parole de policiers et d’observateurs sur Twitter autour d’une vingtaine de thématiques liées à la problématique des violences. Les deux dernières entrées publiées en juin 2020 sont, selon Dufresne, une extension d’un « projet qui se transforme » (2020).

  • 3 L’Inspection générale de la Police nationale est un service chargé du contrôle des directions et de (...)

11À la fois base de données évolutive, dispositif visuel à forte charge éditoriale et enquête sur le fonctionnement de l’IGPN3, « Allô place Beauvau ? » est une production journalistique hors normes, en ce qui a trait aux visées communicationnelles qu’elle poursuit, aux modes de production qu’elle adopte, aux contenus qu’elle diffuse ou au rapport qu’elle engage avec ses publics.

12Ni tout à fait une enquête sur les violences policières ni un récit sur les incidents qui ont impliqué les forces de l’ordre lors de manifestations, et encore moins un article factuel sur les doctrines d’intervention de la police ou le travail de l’IGPN, elle n’appartient à aucun genre journalistique établi et rejoint, en cela, la catégorie très souple, voire liquide (Deuze, 2008) de publications inclassables, dont la première marque distinctive est justement de dépasser les cadres formels et éditoriaux préconstruits, quand bien même elles répondent à des logiques de remédiation.

13Si leur apparition dans le paysage journalistique n’est pas nouvelle (Grevisse, 2008), il n’en reste pas moins que leur nombre a considérablement augmenté et leurs formats se sont diversifiés à mesure que les technologies numériques se sont implantées dans les rédactions et que de nouveaux acteurs aux compétences complémentaires à celles des journalistes se sont associés à ces derniers, de manière ponctuelle ou plus pérenne, pour produire des articles augmentés (Anderson, 2012).

14Plus récemment, l’avènement et l’implantation progressive du data journalisme outre-Atlantique puis en France ont mené à des projets collaboratifs, fédérant autour d’un même objet des journalistes, des développeurs Web, des statisticiens et des designers de l’information, qui revendiquent leur distinction par rapport à des productions journalistiques dites conventionnelles, sur la base d’une approche jugée inédite et d’un propos considéré, lui aussi, comme novateur.

15En ce qui concerne l’approche, d’abord, ces projets se démarquent des publications classiques par leurs méthodes de collecte, d’analyse et de mise en scène des informations. Leur matériau principal est la donnée, ou plutôt de larges jeux de données structurées (Kayser-Bril, 2016) auxquels viennent s’ajouter, selon les genres et les formats, des contenus narratifs ou explicatifs (Veglis et Bratas, 2017).

16Dans la grande majorité des cas, ces projets ont pour ambition, d’une part, d’éclairer des phénomènes complexes grâce à de nouveaux outils informatiques et à une démarche inspirée de la méthode scientifique telle qu’elle a été introduite dans la presse étatsunienne dans les années 1970 par le « journalisme de précision » (Meyer, 1973) et, d’autre part, de mettre au programme des sujets peu ou mal traités par les médias mainstream (Anderson, 2012).

17Les travaux d’Éric Dagiral et Sylvain Parasie sur la figure du « journaliste “hacker” » autour de laquelle s’est structuré le data journalisme aux États-Unis expliquent, en partie, cette particularité. Ils donnent aussi à comprendre les caractéristiques de l’approche privilégiée par les journalistes de données qui priorisent les faits sur les commentaires et valorisent l’accès libre aux informations comme aux logiciels, le travail collaboratif et le traitement original de l’actualité (Dagiral et Parasie, 2013). Leur démarche se distingue également par une volonté politique de peser sur le débat public, non plus en se reposant sur la seule parole des journalistes ou des experts, mais en mettant au cœur du dispositif le récepteur, c’est-à-dire les publics appelés à s’approprier les contenus dans une logique d’empowerment (Baack, 2017).

  • 4 Notons que cette dynamique met en question la nature même de ces productions et renvoie à un débat (...)
  • 5 « Allô place Beauvau » est signé par David Dufresne, Etamin Studio, WeDoData, Visionscarto et l’équ (...)

18« Allô place Beauvau ? » (APB) s’inscrit de toute évidence dans cette dynamique4 dans la mesure où les data visualisations réalisées par l’équipe qui entoure Dufresne5 prennent largement le dessus sur le commentaire journalistique et où les photos et vidéos de manifestants blessés occupent une place centrale dans le dispositif, au détriment du récit.

19Plus encore, il rappelle les projets d’observatoires des inégalités sociales ou des violences interfamiliales, racistes ou policières lancés au tournant des années 2010 aux États-Unis par des journalistes et des militants de la civic-tech. Nourris par des données ouvertes ou des données scrappées, crowdsourcées ou amassées sur le terrain, ces « observatoires politiques », selon l’expression de Michael Schudson (2010), impliquent un renouvellement du journalisme et représentent de nouvelles sources d’information indispensables aux sociétés démocratiques.

20Plutôt que de couvrir des faits isolés et contingents présentés dans des articles inscrits dans une logique de flux, ils construisent des espaces durables dans lesquels sont compilés, agencés et calculés plusieurs faits liés entre eux par un dénominateur commun. Les opérations qui consistent à isoler puis à réduire les faits à une partie de leurs composantes afin d’établir des liens statistiques, de calculer des corrélations et d’isoler des tendances, amplifient la portée des informations exposées et donnent corps à un récit qui dépasse la seule somme des données mesurées. Ce récit augmenté devient un événement journaliste, repris et commenté dans les médias.

21Par ailleurs, ces observatoires entraînent un inversement du rapport de force entre les « dirigeants » et les « dirigés » et engagent les citoyens à s’emparer des problèmes sociaux soulevés par les journalistes, à dénoncer les défaillances du système et à agir pour défendre des causes collectives. Au cœur de leur démarche, la volonté d’opposer à la logique étatique une logique citoyenne, notamment à travers la mise en place de dispositifs dits de « sous-veillance », pour reprendre le terme proposé par Steve Mann (2003) pour contrer la « sur-veillance » imposée par le pouvoir. Aussi les caméras de surveillance, symboles manifestes d’un contrôle qui agit selon des logiques panoptiques et de conservation, sont-elles contrebalancées par l’usage encouragé d’outils filmant les possibles dérives de l’État et de ses institutions. Proche de l’approche dite de copwatching, cette dynamique citoyenne entend, en fait, produire une forme de panoptique inversée.

22Le texte d’ouverture d’APB (« Allô place Beauvau ? ») indique que le projet poursuit des visées similaires. Il s’agit de marquer un temps d’arrêt dans la couverture des faits de violence policière pour composer un objet qui transforme une suite de faits divers isolés en un récit englobant, où un incident singulier est d’abord réduit à une partie des ingrédients qui le composent (la date, le lieu, le profil des victimes, le type d’armes utilisées, etc.) pour ensuite être lié à des incidents similaires. Cette opération qui emprunte à la méthode scientifique une rigueur toute statistique, sans pour autant résoudre les tensions inévitables entre le calcul, l’interprétation et la critique (Bachimont, 2015), entraîne la mise en lumière de l’événement « violence policière ».

  • 6 Cette affirmation figure sur la page d’ouverture du site.

23Selon Dufresne, APB a pour objectif de soumettre les pratiques des forces de l’ordre au regard des citoyens dans la mesure où « la police est une force publique, au service de tous »6. Pour autant, la démarche n’est pas descriptive et ne concerne pas l’ensemble des pratiques policières. Il s’agit plutôt d’une démarche accumulative, basée sur un régime de calculabilité, qui se concentre sur les interventions des forces de l’ordre lors de « manifestations revendicatives » (Gilets jaunes, retraites, pompiers, lycéens) et braque les projecteurs sur les cas de violences policières qui ont fait l’objet de signalement par les internautes.

24Par ailleurs, le projet fonctionne selon le principe de l’amplification. Dufresne reprend sur son compte Twitter les publications des internautes, entraînant par là deux conséquences : celle d’abord de la mise en avant ponctuelle de ces contenus grâce à la notoriété de Dufresne, celle ensuite de leur intégration à la base de données d’APB qui leur confère un statut plus durable.

25S’appuyant sur les données plutôt que sur le récit, l’analyse ou le commentaire, le dispositif entend à la fois signaler ces violences et les quantifier, c’est-à-dire mesurer leur occurrence. Dans un texte détaillant les coulisses du projet, Dufresne insiste sur le caractère répétitif des violences qui l’a d’abord plongé dans un état de sidération avant de l’inciter à bâtir un dispositif susceptible de rendre compte pleinement de cette accumulation : « Le but est de donner à voir la violence systémique. Ce n’est plus un signalement APRÈS l’autre, c’est un signalement SUR l’autre » (2019).

  • 7 Il s’agit d’un mouvement de contestation né en France en octobre 2018 à la suite des annonces gouve (...)

26APB est également « une réponse à l’inaction (globale) des médias (globaux) » (id.), précise le journaliste. Le premier volet du dispositif publié en janvier 2019, dans un contexte d’agitation sociale très forte liée à l’émergence du mouvement des Gilets jaunes7, porte à l’attention du public, pour la dénoncer, une double défaillance : celle des autorités publiques d’abord, responsables de violences institutionnelles jugées illégitimes, et celle des médias mainstream ensuite, accusés de taire cette réalité. Par ailleurs, la data visualisation accorde une place de choix à la question des armes employées dans le cadre du maintien de l’ordre, faisant écho à une problématique plus large concernant la militarisation de la police et la conception de son rôle en France. Le deuxième volet se penche, quant à lui, sur les enquêtes menées par l’IGPN, remettant par là en question leur motivation et leur efficacité, alors que le troisième met à disposition des internautes une cartographie des interactions sur Twitter des « comptes police » et des « comptes observateurs » au sujet d’un ensemble de thèmes de fond ou d’actualité dans le but de dresser une « photographie statistique des débats actuels publics qui agitent la question policière ».

27Cette démarche de mise en visibilité des violences et des défaillances s’accompagne ainsi d’une volonté manifeste d’ouvrir le débat sur les pratiques de la police et, plus largement, sur la conception du maintien de l’ordre en France. C’est pour cette raison qu’elle repose sur une approche inclusive qui consiste à intégrer les internautes dans le dispositif, à la fois comme sources des données et comme lecteurs actifs. Elle mise également sur la capacité du dispositif à qualifier le phénomène, après l’avoir quantifié, c’est-à-dire à assigner une explication aux faits et des étiquettes aux parties prenantes à travers un « cadrage journalistique » (Entman, 1993) qui reste opérant malgré l’absence de procédés classiques de mise en récit (Lits, 2008).

  • 8 « Violences policières : “Évidemment qu’il y a un problème systémique” », minute 25:50, https://www (...)

28Au moment de la clôture du projet, le 12 janvier 2021, Dufresne précise, sur le plateau de l’émission À l’air libre de Médiapart que « démonstration est faite »8 : APB a réussi, selon lui, à démontrer que la violence était systémique grâce à l’accumulation des signalements. Il s’agit à présent d’inventer d’autres formats pour mettre en lumière la violence policière. Le projet qui a duré deux ans a désormais un autre statut : « pour archive », dit-il sur Twitter.

  • 9 Cet engagement est détaillé dans la déclaration d’intention du site, mise en ligne le 2 décembre 20 (...)

29En ce qui concerne son format, son propos et sa promesse éditoriale, APB correspond au « projet politique » du média qui l’héberge et qui s’est distingué dans le paysage français par une approche journalistique alternative et engagée (Canu et Datchary, 2010). Rappelons que Mediapart a en effet bâti son modèle aussi bien économique qu’éditorial sur un triple engagement auprès de ses lecteurs : produire une information à valeur ajoutée, proposer une documentation de référence et construire un espace d’échange et de débat « organisé et modéré »9. Selon Roland Canu et Caroline Datchary, le journal a ainsi établi un « pacte » solide avec ses lecteurs-contributeurs que le projet APB vient ainsi renforcer.

Le dispositif

30Répondant à une logique d’éditorialisation en marge des formats journalistiques traditionnels, APB recouvre, en fait, les différents sens que l’on confère au concept d’éditorialisation selon les travaux de Marcello Vitali-Rosati (2018) : d’abord en tant que médiation journalistique, ensuite au sens d’une organisation informationnelle des contenus et enfin comme construction d’un message.

31Pour saisir ce travail éditorial, nous adoptons une approche du type architecture de l’information (Salaün et al., 2015) qui consiste à évaluer le site Web à la fois à partir de ses contenus et de leur organisation, mais aussi à examiner les aspects esthétiques et ergonomiques ainsi que les éléments qui le situent dans un environnement informationnel plus large (nom de domaine, référencement, liens extérieurs, etc.)

  • 10 Avant juin 2020, le projet ne contenait qu’un seul volet intitulé « Allô place Beauvau ? C’est pour (...)

32À partir de juin 2020, date de parution des deux derniers volets du projet10, APB se présente sous la forme d’un triptyque publié dans la catégorie « Panoramique » du site, elle-même intégrée à la rubrique Studio où sont placées les productions multimédias de Mediapart (les lives, les débats filmés, les émissions de web-tv, les documentaires, les portfolios, les podcasts et les longs formats). Le titre du projet est accompagné de la mention « data » qui le distingue des autres publications de la même catégorie et offre au lecteur une première indication sur la nature du dispositif qu’il s’apprête à consulter. La deuxième indication est moins évidente à décrypter, si tant est que le terme de data soit correctement interprété par le lecteur : il s’agit du mot collection employé par Mediapart pour qualifier le projet.

33À quoi fait-il référence ? À la galerie d’images de corps mutilés qui prédomine les autres modes d’expression présents dans le dispositif ? Au jeu de données composé des signalements publiés sur Twitter puis agrégés par Dufresne et complétés par des éléments indicatifs et contextuels ? À l’appartenance de chaque volet de l’enquête à une série de publications de Dufresne ou de Mediapart autour des violences policières, regroupées (ou non) sous la marque « Allô place Beauvau » ? Le mot collection renvoie en tout cas, dans ce contexte, au lieu dans lequel sont rassemblées les données, une sorte de bibliothèque numérique qui ne se contente pas de disponibiliser un savoir, mais qui lie plusieurs réalités entre elles. Il s’agirait, pour reprendre l’analyse de Latour, d’un lieu « qui courbe l’espace et le temps autour [de lui] et sert de réceptacle provisoire, de dispatcher, de transformateur et d’aiguillage à des flux bien concrets qu’[il] brasse en continu » (1996, p. 23).

34Notons que toutes les entrées peuvent être consultées de manière autonome, qu’elles ont été diffusées sur les réseaux sociaux à la fois comme un ensemble uni et comme des verticales séparées et qu’elles constituent, du point de vue de la forme comme du message, un tout homogène.

Capture d’écran 1. La page d’accueil du projet « Allô place Beauvau ? » (enregistrée le 8 août 2020)

Capture d’écran 1. La page d’accueil du projet « Allô place Beauvau ? » (enregistrée le 8 août 2020)

35La page d’ouverture ainsi que les pages intérieures déploient une charte graphique sobre composée de trois couleurs principales : le jaune, le blanc et le noir. Ce choix reprend, d’une certaine manière, l’identité visuelle du site de Mediapart composé, lui aussi, de trois couleurs, mais remplace le vert pâle présent notamment dans le logo du journal, par un jaune évocateur des manifestations du mouvement des Gilets jaunes, point de départ du dispositif, et transforme le fond blanc du site en fond noir, conférant à son contenu une grande solennité. Ces changements, de prime abord mineurs, ont pourtant un effet important sur la manière de situer le projet. La couleur noire qui prédomine crée une rupture visuelle avec le site hébergeur, de telle sorte qu’il n’est pas évident pour un lecteur de saisir, au premier coup d’œil, l’appartenance d’APB à l’univers de Mediapart. Il ne lui est pas aisé, non plus, de distinguer la place de Twitter dans le dispositif, alors même que le réseau social est au centre de la narration. APB est un objet singulier qui possède sa propre identité visuelle, mais aussi son propre « combat », celui d’être un « auxiliaire de la démocratie » (Neveu, 2019, p. 20).

  • 11 Ce chiffre a été enregistré le 8 août 2020.

36Le premier volet consacré à la documentation des pratiques policières dans le cadre du maintien de l’ordre est composé de deux éléments principaux : d’une part, des photos de corps mutilés, prises par les témoins des scènes de violence, et, d’autre part, des infographies réalisées par les concepteurs du projet, résumant de manière statistique les 961 signalements de violences11 répertoriés par le site en fonction du type de blessures et du profil de blessés puis présentant une chronologie cartographique des faits ainsi qu’une représentation graphique des catégories d’armes utilisées par la police.

Capture d’écran 2. Le carrousel de photos présent dans les premier et deuxième volets (enregistrée le 11 août 2020)

Capture d’écran 2. Le carrousel de photos présent dans les premier et deuxième volets (enregistrée le 11 août 2020)

37Chaque photo présente sur la page d’accueil comporte les éléments suivants : un titre indiquant les conséquences de l’acte violent ou sa qualification (« décès », « blessé à la tête et au torse », « usage de l’arme prohibée »), complété de plusieurs mots-dièse représentant le lieu de l’incident et l’arme utilisée. Quand elle est dépliée, la photo s’ouvre sur des éléments sommaires de biographie (le nom de la victime ou, à défaut, son genre, puis son âge et le numéro de signalement) accompagnés du tweet interactif de Dufresne et de réponses lapidaires aux 5W (qui, quoi, comment, où et quand). Le site précise que « les signalements marqués d’une bordure [jaune] dénotent un manquement possiblement aggravant au code de déontologie de la police ».

38Aucune indication temporelle n’apparaît sur les photos en une du site. La date et l’heure de l’incident se trouvent dans une page intérieure, intégrées au texte du tweet de Dufresne. Une seconde date est présente au bas du tweet. Il s’agit de l’heure de publication de ce dernier sur le réseau social. De manière générale, le dispositif propose une combinaison des approches diachronique et synchronique des faits, mais favorise l’une par rapport à l’autre. Grâce à une cartographie chronologique des incidents présente sur la page d’accueil, le lecteur peut suivre l’évolution des signalements de violence d’une manifestation à l’autre, celles-ci étant accompagnées d’une date : cinq signalements pour l’« acte I » qui a eu lieu le 17 novembre 2018, 32 signalements pour l’« acte X » du 29 décembre 2019, etc. Il peut aussi consulter tous les signalements qui ont lieu le même jour, à travers la France, et comme dit précédemment, se pencher sur un seul signalement qui renferme sa propre date. La lecture diachronique est accessible dès la page d’accueil et offre une prise en compte du phénomène dans son ensemble, alors que la lecture synchronique nécessite une ou plusieurs actions supplémentaires de la part de l’internaute.

39Les données et les pages sont rattachées les unes aux autres grâce à des liens hypertextuels présents sur les photos ou sur des mots-clés signalés en jaune. Ils offrent aux internautes des options de navigation plus ou moins importantes puisqu’ils lui permettent d’alterner entre une vision d’ensemble, à portée d’œil, et dès la première page du site, et une vision ciblée des faits, tributaire d’un acte de poursuite de la lecture. Un menu placé en haut de la page permet aussi d’accéder de manière plus directe aux mêmes informations (la liste des signalements, les armes et la doctrine d’emploi) auxquelles sont adjointes une page consacrée à la méthodologie employée par les concepteurs d’APB, présentée sous forme d’infographie, et une page intitulée « #presse » qui distingue les violences à l’encontre des journalistes des autres catégories de victimes, leur conférant ainsi un statut à part.

  • 12 Il s’agit d’extraits de rapport qui « résument l’esprit avec lequel les enquêtes ont été menées », (...)

40Le deuxième volet du triptyque fonctionne selon une trame identique. Le même carrousel de photos est placé en ouverture, suivi, cette fois, d’une infographie représentant une typologie des plaintes déposées par les victimes puis d’une suite d’encadrés présentant les « éléments d’instructions »12 de 92 dossiers sélectionnés par les concepteurs d’APB. Dans cette page, l’accent est mis sur le « classement sans suite des plaintes » dont les motivations les plus citées par la justice sont indiquées dans une infographie du type « top 7 ». Ce chapitre comporte également une rubrique pédagogique qui détaille le parcours type d’une plainte ainsi qu’un bilan statistique du travail de l’IGPN « pour percer le clair-obscur », précise le sous-titre.

Capture d’écran 3. Extrait d’un rapport de l’IGPN pour le cas 733 (enregistrée le 11 août 2020)

Capture d’écran 3. Extrait d’un rapport de l’IGPN pour le cas 733 (enregistrée le 11 août 2020)

41Ici, des indications de temps sont présentes dès la première page et concernent la date de publication du rapport de l’IGPN. Pour retrouver la date de l’incident, il est nécessaire de cliquer sur la photo pour accéder au tweet de Dufresne présent dans une page intérieure, comme dans le premier chapitre du triptyque.

42Le dernier volet, enfin, ne comporte aucune photo de terrain. La page d’accueil est composée exclusivement de diagrammes indiquant l’ampleur de la discussion sur Twitter autour d’un ensemble de thèmes liés aux violences policières traitées dans APB. Les pages intérieures permettent une lecture d’ensemble des interactions ainsi qu’une lecture ciblée des contenus émanant d’observateurs ou des comptes associés à la police. La première page ne comporte aucune date, mais la ligne du temps est présente dans tous les diagrammes qui la composent, puisqu’il s’agit d’histogrammes consacrés à l’évolution de la discussion sur Twitter. Les pages intérieures mettent en avant « les tweets de ces dernières 72 h » qui comportent, chacun, une date et une heure de publication sur le réseau social.

Capture d’écran 4. Histogrammes présents sur la page d’accueil du troisième volet (enregistrée le 11 août 2020)

Capture d’écran 4. Histogrammes présents sur la page d’accueil du troisième volet (enregistrée le 11 août 2020)

43L’outil apparaît précieux à plus d’un titre, car il permet de mesurer aussi bien les discussions émergentes que les forces en présence, même si l’on pourrait discuter le côté binaire des représentations entre la police et les autres catégories de locuteurs. Par ailleurs, il se distingue des deux autres volets par une méthodologie empruntée à l’analyse lexicographique qui lui confère un caractère plus abstrait, voire abscons.

44De fait, plusieurs couches de lecture, plusieurs temporalités et plusieurs niveaux de difficulté cohabitent dans le projet APB :

  • Un niveau macro proposant une vue d’ensemble du phénomène et reposant sur le temps long ;

  • Un niveau méso relatif à des sous-catégories de blessures, d’armes, de plaintes, de thèmes de discussion sur Twitter, etc., et s’appuyant sur un temps moyen qui ne correspond à aucun incident en particulier ni au phénomène pris dans sa globalité. Il repose plutôt sur des bornes temporelles mouvantes qui évoluent en fonction du filtre choisi par le lecteur ;

  • Un niveau micro correspondant à chaque incident répertorié dans la base et dont la temporalité repose sur la date de cet incident.

45Si le premier volet est facile d’accès parce que son message principal peut être saisi de manière intuitive, les deux chapitres suivants, publiés dix-huit mois après le lancement du projet APB, exigent du lecteur, pour le premier, un travail de recoupement et de mise en relation des procédures judiciaires pour apprécier, au-delà de chaque cas isolé, la mécanique qui préside aux décisions de l’IGPN, et pour le deuxième, un effort d’abstraction pour suivre la démarche scientifique adoptée par les auteurs des infographies, démarche qui n’est par ailleurs pas accompagnée d’un récit à valeur de vulgarisation.

46De plus, le triptyque fait appel à des registres interprétatifs différents :

    • 13 Pour une analyse plus complète du rapport entre ces deux dimensions, lire Roumanos (2020a).

    Dans le premier volet, c’est le registre émotionnel qui prédomine, grâce à la superposition d’images violentes captées sur le vif par des citoyens et présentées telles quelles sur le site, presque sans intervention du journaliste. La data visualisation est en effet constituée d’une compilation sans hiérarchisation de l’ensemble des signalements publiés sur Twitter. La contribution journalistique manifeste se réduit à la vérification des informations. L’apport latent correspond, quant à lui, au cadrage esthétique et éditorial du dispositif13 ;

  • Dans le deuxième volet, les photos occupent une place secondaire par rapport aux textes et le travail du journaliste est plus évident. Il consiste à isoler des cas significatifs puis à enquêter sur le travail de l’IGPN. L’infographie centrale représentant, sous forme statistique, les issues des plaintes et les raisons des classements sans suite, fait appel à la raison plutôt qu’à l’émotion, mais la finalité du chapitre reste celle de dénoncer les défaillances du système plutôt que d’explorer, pour chaque plainte, les tenants et les aboutissants de la procédure ;

  • Le troisième volet est le plus complexe des trois en matière de décodage de l’information fournie par les concepteurs du projet. Il pousse encore plus loin la logique de la mesure appliquée dès le premier volet et exige des compétences analytiques supplémentaires. Car là où l’écart entre l’élément mesuré et l’interprétation de l’opération mathématique est faible (addition du nombre d’incidents violents dans le premier volet et du nombre de plaintes classées sans suite dans le deuxième, pour évaluer l’ampleur du phénomène), il devient beaucoup plus important dans le cas de l’étude des interactions sur Twitter où chaque diagramme appelle plusieurs appréciations.

47Si, comme l’analyse Bruno Bachimont, il existe toujours « une rupture de ce qui est montré par rapport à ce qui est calculé » (2015, p. 392), car le sens des données dépend de leur organisation esthétique et sémiotique au sein d’une visualisation, il apparaît que l’effort de cadrage présent dans le troisième volet ne réduit pas le sens des données à un message journalistique fort, comme dans les deux premiers. L’interprétation est ouverte, dans une optique de découverte, là où elle se retrouve assujettie à un régime de confirmation, dans le cas de la monstration des violences policières et du travail de l’IGPN.

48Cela dit, bien que différent, ce troisième chapitre rejoint les deux autres dans une démarche consistant à conférer à APB une forme de durabilité opposée à la logique du flux propre à la couverture journalistique d’un événement. Plus qu’une publication figée sur le plan du contenu et bornée dans le temps, le triptyque est une ressource évolutive mise à la disposition du lecteur pour lui permettre d’explorer, à sa guise et selon ses besoins, une réalité complexe. Ici, le réel n’est limité à aucun micro-événement en particulier, mais dépend de tous les événements qui le constituent à la fois. Il n’est pas non plus conditionné par la logique du temps réel, mais se présente dans un mélange de temps court, moyen et long.

La construction d’un anti-événement médiatique

49Comme toute production journalistique, APB entreprend de dé-composer puis de re-composer les faits pour en constituer un événement, à travers des mécanismes à la fois esthétiques, sémiotiques et éditoriaux (Neveu et Quéré, 1996). Mais sa particularité consiste à accompagner cette opération d’un effort de réorganisation du temps dans le but de s’extraire de l’immédiateté afin d’augmenter la médiation par des stratégies de rétention de l’information.

50Le projet peut se lire comme un combat contre la dilution de l’information par sa captation dans un dispositif qui entend s’inscrire en dehors du flux de l’actualité. Car ici, le format éphémère du news cède la place à une production documentaire dont le but est de s’inscrire en faux contre le simple événement. L’enjeu est bien de résister à la réduction événementielle en offrant de nouvelles manières de décrire et de comprendre les faits de façon longitudinale plutôt que dans la répétition d’incidents isolés. Cette forme de journalisme « irréductible » opère grâce à la transformation de l’événement en « anti-événement » à travers sa construction documentaire. Plutôt que de révéler, de commenter ou d’analyser une succession d’incidents de violence policière, il donne accès à un objet hybride, à mi-chemin entre une ressource à caractère scientifique et un lieu de mémoire.

L’anti-événement comme hyper-document

51Les trois volets d’APB sont constitués de plusieurs couches de documents (textes, vidéos, infographies, etc.) qui en font un « hyper-document » selon la définition de Jean-Pierre Balpe, c’est-à-dire « un contenu informatif constitué d’une nébuleuse de fragments dont le sens se construit à travers chacun des parcours que la lecture détermine » (1990, p. 6). Cette production exige une lecture active pour accéder à des connaissances qui s’apparentent à un savoir à la fois populaire et savant.

  • 14 Ce choix correspond à une dynamique de plus en plus courante dans les projets de data journalisme c (...)

52Populaire parce que reposant sur la participation active des publics aux deux étapes de la collecte et de la réception de l’information. APB est en effet constitué par des matériaux collectés de façon ascendante (bottom-up) avec une médiation initiale opérée par Dufresne. Le projet s’écarte à dessein des sources institutionnelles14, de la préfecture de police et du ministère de l’Intérieur, pour composer avec l’aide des citoyens une base de données qui sert justement à pointer du doigt ces mêmes sources et à les mettre devant leur responsabilité. Par ailleurs, son contenu et son message dépendent, d’une part, de l’engagement des lecteurs appelés à tirer leurs propres conclusions et à établir leur propre jugement et, d’autre part, d’une forme de désengagement éditorial (Roumanos, 2020b) dans la mesure où la masse de données collectées entraîne un hiatus insurmontable entre l’exigence de granularité et les possibilités de traitement journalistique de chaque fait rapporté.

53Savant, parce que reposant sur une méthodologie qui se veut scientifique et sur un travail de compilation et de mesure détaillé dans une rubrique spécifique. Publié sous forme de visualisation totalisante par l’intermédiaire de l’accumulation de photos, de vidéos et de données infographiques, APB rappelle par ailleurs le principe du « centre de calcul » décrit par Latour (1984, 1987, 1996). Il s’agit d’une construction scientifique qui réduit le réel à l’observable par un système de compilation et de classification des éléments recueillis et collectés pour en obtenir une meilleure compréhension de l’ensemble.

On comprend mieux alors l’expression (centres de calcul). Dès qu’une inscription profite des avantages de l’inscrit, du calculé, du plat, du dépliable, du superposable, de ce que l’on peut inspecter du regard, elle devient commensurable avec toutes les autres, venues de domaines de la réalité jusque-là complètement étrangers. La perte considérable de chaque inscription isolée par rapport à ce qu’elle représente se paye au centuple par la plus-value d’informations que lui donne cette compatibilité avec toutes les autres inscriptions (Latour, 1996, p. 32).

54L’objectif de plus-value informationnelle se mesure dans le jeu de « réduction-amplification » (Latour, 1996) qu’opère APB, en réduisant en documents observables les énoncés de violence policière sélectionnés et en augmentant leur perspective par une accumulation documentaire permettant d’obtenir un sens qui prend une autre dimension, notamment pour le lecteur. Cependant, APB ne reflète qu’une partie des violences policières. Le jeu de données tend à réduire le contexte initial pour produire une démonstration « quantificatrice ».

55Le dispositif poursuit une visée complémentaire qui consiste à composer une archive de la violence policière susceptible de former une unité de sens à travers un travail de collecte et de conservation des données. Cette logistique archivistique répond pleinement aux propos de Michel Foucault selon lesquels

[l]’archive, c’est aussi ce qui fait que toutes les choses dites ne s’amassent pas indéfiniment dans une multitude amorphe, ne s’inscrivent pas non plus dans une linéarité sans rupture, et ne disparaissent pas au seul hasard d’accidents externes, mais qu’elles se groupent en figures distinctes, se composent les unes avec les autres selon des rapports multiples, se maintiennent ou s’estompent selon des régularités spécifiques (1969, p. 170).

  • 15 L’archive présente toujours une dimension liée à l’exercice d’un pouvoir comme le montre son étymol (...)

56Par ailleurs, la constitution de l’archive est la manifestation d’une forme de pouvoir journalistique15 qui consiste à opérer une organisation documentaire thématisée et un acte de résistance au temps pour éviter l’oubli. C’est à la fois un instrument de consultation qui s’inscrit dans une approche nécessairement asynchrone permettant au lecteur de sortir de l’émotion initiale de l’événement pour voir et revoir ultérieurement les documents compilés, et un instrument de démonstration qui aboutit à une dénonciation du système. Car si la monstration est permise par la consultation d’un ou plusieurs documents, la démonstration, elle, prend son ampleur par les effets de compilation. Il s’agit d’abord d’indexer des documents thématisés, pour ensuite dénoncer ce qui s’y trouve montré. La particularité historique est qu’habituellement, ce sont les auteurs des documents qui se trouvent mis à l’index, tandis qu’ici ce sont les acteurs policiers figurant sur les vidéos qui se retrouvent sur cette liste. La démonstration prend la forme d’une dénonciation de la violence étatique qualifiée d’ailleurs de « répression » sur le site.

  • 16 Le Gaffiot donne les sens suivants au Documentum : exemple, modèle, leçon, enseignement, démonstrat (...)

57On retrouve dans ces visées un retour au sens étymologique du terme de document16 puisque l’objectif d’APB est de dépasser, in fine, le stade de la diffusion du message pour atteindre celui de la transmission d’une leçon. Que nous permet alors d’apprendre APB ?

58C’est ici un positionnement majeur du projet. Alors que le discours journalistique privilégie la réponse à la question « Que s’est-il passé ? », APB cherche à se situer à un niveau méta, plus ambitieux, en tentant de répondre à la question « Que se passe-t-il ? ». Il entend montrer les continuités et les discontinuités, ce qui implique un changement de focal et de perspective. Cela exige une mise à distance momentanée de l’élément recueilli pour le resituer dans un regard distant plus à même d’embrasser la situation, d’où l’adoption d’un point de vue panoramique qui offre au lecteur une meilleure vision de l’ensemble. Ce dernier est incité à produire lui-même un travail de déduction pour mieux saisir la cause de ces violences du fait que la ligne de temps éditoriale se libère de l’actualité du moment pour se situer dans la compréhension de l’existant.

59Chaque élément compilé dans la base de données et mis en scène dans le dispositif visuel participe à cette dynamique, et les différents signalements peuvent être considérés comme des « documents » mis à disposition des lecteurs, c’est-à-dire des anti-événements selon l’analyse de Robert Escarpit :

Tout événement est un événement humain. Au cours de ces derniers millénaires, l’homme a élaboré pour échapper à cette contrainte un anti-événement qui est le document. [...] Ce qui est certain, c’est que le pas décisif a été franchi lorsque l’homme a institué le document, cumulation de traces fixes et permanentes (dans le cas du langage oral rendues permanentes par la passation de bouche à oreille) où les réponses données en feedback, à travers le temps, aux expériences antérieures, restent disponibles pour une lecture, c’est-à-­dire pour une exploration libre de toute contrainte événementielle ou chronologique, en fonction du projet et de la stratégie destinée à le réaliser. En d’autres termes, il y a constitution d’un savoir : document vient de doceo (1976, p. 59).

60La possibilité de lecture asynchrone est essentielle pour Escarpit puisqu’elle permet de distinguer le document du semi-document, c’est-à-dire un élément observé (événement sportif, pièce de théâtre) mais dont l’absence d’enregistrement compromet la lecture. L’anti-événement est, quant à lui, marqué par un phénomène de conservation qui lui permet de se substituer à la mémoire du moment pour devenir le document comme preuve puis un matériau à partir duquel pourra s’écrire l’histoire (Certeau, 1975).

61Les documents compilés dans APB produisent, en réalité, un ante et un post-événement, dans une durabilité qui ne s’appuie pas sur les étapes conjoncturelles qui composent chaque signalement présent dans la base de données. L’historicité de ces incidents n’advient pas grâce à l’explicitation de leur contexte propre, comme dans un article journalistique classique, mais plutôt dans la mise en avant du contexte général de l’événement « violence policière » qui comprend sa propre temporalité. De fait, elle ne devient effective qu’à partir d’une lecture distante qui met en lumière, par l’effet d’accumulation, une problématique de plus grande ampleur. Celle-ci permet de passer du fait divers à l’explicitation des défaillances institutionnelles liées à la problématique de la violence policière. En ce sens, le triptyque permet de resituer les événements dans des temporalités élargies englobant l’incident aussi bien que ses suites judiciaires.

62De plus, APB marque une inscription qui se veut plus complexe que les seules temporalités recueillies jusqu’à présent. Car si la démonstration prend appui sur des documents compilés à partir de 2018, l’inscription du message entend dépasser cette limitation temporelle. Elle comprend ainsi un ante-événement qu’il faut comprendre non seulement dans une approche classique, causes-conséquences de manière quasi mécanique, mais surtout dans une approche qui cherche à définir le contexte au sens large, c’est-à-dire les normes explicites ou implicites, les représentations de la « violence légitime » intégrée notamment dans les actes, les pratiques et les discours des représentants de l’ordre. L’ante renvoie plus à ce qui conditionne l’événement qu’à une série de faits qui le précèdent.

63D’autre part, la démonstration de l’existence récurrente et systémique des violences policières exige, nécessairement, une poursuite des investigations pour mieux saisir le phénomène étudié. Elle implique le recueil et l’analyse de documents et de témoignages supplémentaires sur le fonctionnement de la police, de l’État et du ministère de l’Intérieur. Absente de la phase initiale du projet, cette dimension a été intégrée dans le dispositif à partir de juin 2020 grâce aux deux derniers volets du triptyque. Inévitablement, elle invite un post-événement qui comprend une dimension analytique dont l’efficacité est conditionnée par l’organisation des informations dans le dispositif.

64Par ses qualités archivistiques et organisationnelles, APB se présente comme un instrument à la fois de consultation et de démonstration. Mais le projet comprend également une dimension mnémonique qui lui permet, en réalité, de dépasser son statut, par ailleurs atypique, d’anti-événement.

Du document au monument ?

65Dans APB, les documents rassemblés dans le dispositif confèrent à la problématique des violences policières une dimension mémorielle et historique, rejoignant les propos de Foucault lorsqu’il disait :

De nos jours, l’histoire, c’est ce qui transforme les documents en monuments, et qui, là où on déchiffrait des traces laissées par les hommes, là où on essayait de reconnaître en creux ce qu’ils avaient été, déploie une masse d’éléments qu’il s’agit d’isoler, de grouper, de rendre pertinents, de mettre en relations, de constituer en ensembles (1969, p. 15).

66Le site et son appellation « Allô place Beauvau » participent d’une construction discursive qui permet, d’une part, de faire référence et, d’autre part, de se souvenir. Sophie Moirand (2007) avait d’ailleurs montré cette transformation discursive entre l’événement et les discours qui l’accompagnent et qui constituent des marqueurs forts au point de devenir des « déclencheurs mémoriels » dès qu’il y est fait référence. Cela suppose finalement de parvenir à donner un nom à un événement ou aux événements pour ouvrir un espace d’analyse aussi bien que de mémoire. APB apparaît ici comme un énoncé qui fait sens et résiste aux dénégations institutionnelles.

67S’il tente de rentrer dans les logiques de la documentalité (Ferraris, 2013) en cherchant à apporter la preuve de l’existence non seulement d’événements, mais bel et bien d’une situation récurrente, en l’occurrence ici la violence policière, il cherche à atteindre un statut supérieur qui est celui d’une « monumentalité » au sens étymologique, afin de constituer une forme de « lieu de mémoire » (Nora, 1997), d’où le fait que le discours de Dufresne parle régulièrement de « témoignage ».

68Le but est également d’offrir au lecteur, par rapport au flux de l’actualité, un espace, voire un milieu en tant que medium qu’il est possible de revenir consulter à tout moment. Si bien qu’APB présente la volonté d’être à la fois un lieu ou milieu de mémoire et un milieu de savoir (Jacob, 2007) dont la réalisation ne dépend pas nécessairement d’une autorité « légitime », c’est-à-dire institutionnelle ou scientifique. Elle est d’ailleurs un sujet de discussion, voire de luttes entre le discours officiel et celui construit autour de l’objet journalistique :

Ces processus de légitimation, de fixation (au sens photographique du terme) du sens invitent à travailler sur les modes de production de la légitimité, sur les conditions dans lesquelles certaines institutions disposent d’un véritable pouvoir de dire la vérité de l’événement (à travers le verdict d’un tribunal ou le compte rendu d’un fait divers par la Police), mais aussi sur les contre-stratégies par lesquelles des institutions ou des collectifs œuvrent à délégitimer ces narrations autorisées (Neveu et Quéré, 1996, p. 18).

69Si l’objectif de documentalité est évident, la transformation du « document » en « monument » requiert du temps, et Dufresne préfère plutôt s’inscrire dans une narration du type transmédia en déclinant ses travaux journalistiques sous des formes différentes depuis le tweet jusqu’au cinéma documentaire en passant par la littérature de fiction. Cette exploitation documentaire permet de s’ouvrir à un public plus large incontestablement, mais elle a aussi le défaut de privilégier la logique de l’autorité médiatique à celle de la documentalité et même de la documentarité. L’enjeu est alors celui d’une monstration qui interroge, finalement, la capacité de l’œuvre à éviter ce que Nora décrivait comme le succès de « l’événement monstre » (1972).

Une « œuvre » à documentarité réduite

70De fait, il est intéressant d’examiner le projet sous l’angle de sa « documentarité », c’est-à-dire d’interroger ses qualités documentaires, à la fois au sens de ce qui fait document et dans ce qui le distingue de la fiction. Stéphane Crozat avait précisé le concept : « […] la documentarité est une mesure de ce que permet un contenu en termes de contrat de lecture du point de vue de ses propriétés documentaires » (2016 ; 2019).

71La documentarité rejoint alors l’enjeu de la preuve à l’appui d’un fait, pour reprendre la définition du document par Suzanne Briet (1951). Une dimension « probabiliste » examinée récemment par Ronald E. Day (2019) qui entrevoit un passage entre une « documentarité forte », idéale et rigoureuse (comme dans les catégories d’Aristote ou la documentation technique) et une « documentarité faible » qui émanerait de la construction par des individus et des groupes d’individus. La logique en matière d’autorité scientifique et légitime diffère fortement dans la documentarité faible où l’enjeu de monstration prend souvent le pas sur celui de la démonstration.

72APB défend une documentarité forte de principe, mais son fonctionnement semble indiquer une documentarité faible, tant la qualité documentaire présente peut s’avérer sujette à discussion.

73D’abord parce que l’écart entre le réel et sa représentation est plus important que ce que le site laisse entendre. Les images et les vidéos qui figurent dans la base de données reposent sur une construction, tandis que le discours programmatique du site défend l’idée d’une désintermédiation. Le site se présente, nous l’avons dit, comme une projection sans filtres journalistiques en dehors de la vérification, du réel à travers la publication de signalements d’actes violents, de procédures de l’IGPN ou encore de discussions sur Twitter. Il y a cependant un travail éditorial autant dans la sélection que dans la mise en forme des documents consultables. On est ici dans une construction narrative qui cherche à démontrer par accumulation plutôt que dans une construction scientifique qui ouvrirait la possibilité de la réfutabilité des éléments apportés.

74À cela s’ajoute un effacement des autorités tierces, celles qui viennent alimenter la collection d’APB. Car si certaines personnes optent effectivement pour l’anonymat, le site écrase tout de même les autres autorités au profit d’une vision d’ensemble, là où finalement un tel projet mériterait une approche contributive plus clairement assumée. Le dispositif est d’ailleurs peu explicatif sur ses méthodes de sélection, ce qui, là aussi, affaiblit sa qualité documentaire. La rubrique « méthodologie » précise que tous les signalements intégrés à la base de données ont fait l’objet d’une vérification journalistique qui comprend un travail de recoupement des informations, mais les enjeux mêmes de cette vérification restent en suspens, de même que l’enjeu de la qualification des objets recueillis. Ils ne sont pourtant pas neutres et peuvent devenir des sources de potentielles controverses et de rapport de force.

75D’autre part, le dispositif achoppe sur un point pourtant central de la logique participative. Il n’intègre pas de moteur de recherche qui permettrait d’accroître, justement, ses qualités documentaires ni n’offre aux lecteurs la possibilité de télécharger les données collectées et mises en infographie. Par ailleurs, il est placé derrière le paywall de Mediapart, réduisant par là son accessibilité. Il ne s’adresse, in fine, qu’aux abonnés du média, des lecteurs convaincus, alors que sa portée pourrait être bien plus large.

76L’hyper-document APB ne parvient donc pas à réaliser pleinement la fusion du document et de l’instrument décrite par Paul Otlet, celle qui permet d’intégrer directement et sans médiation les documents captés par les instruments et qu’Otlet décrit de la manière suivante : « […] le document intervient à nouveau et c’est pour enregistrer directement la perception procurée par les instruments. Documents et instruments sont alors à ce point associés qu’il n’y a plus deux choses distinctes, mais une seule : le Document-Instrument » (1934, p. 429).

77L’instrumentation semble quelque peu partielle, pour ne pas dire partiale, pour deux raisons : d’abord, parce qu’APB n’autorise pas une exploitation optimale de la base de données. Le projet peine à confier au lecteur les clés d’une plateforme dont l’objectif initial est pourtant de permettre, par une démarche de réduction, de donner à voir l’ampleur du phénomène de la violence policière.

78Ensuite, parce que la plateforme, qui opère une forme d’effacement de la figure du journaliste, ne répond pas moins à une logique de construction du réel.

79Le gatherer peut tenter de dissimuler le processor (Tunstall, 1971), mais le travail de construction de l’événement dont les composantes majeures restent la désignation de son cadre (ici les seuls faits de violence mesurables) et la qualification de ses acteurs (présentation des manifestants comme « victimes » et des forces de l’ordre comme « bourreaux »), est indéniable.

  • 17 Le projet a une portée bien plus vaste que celui des violences policières : https://www.docnow.io/.
  • 18 Une page est ainsi consacrée à cette question avec une liste de plus de 250 professionnels qui peuv (...)

80Par ailleurs, la structure du projet repose sur un seul homme. La plateforme est entièrement dépendante de Dufresne dans la mesure où son contenu se rattache au fil Twitter de ce dernier. Il en est l’auteur phare, alors même que les signalements proviennent de comptes divers. Si la plateforme ne gomme pas les contributions des internautes, elle participe, néanmoins, à la mise en lumière d’un seul acteur, à rebours des pratiques collaboratives et collectives que sous-tendent habituellement ce genre d’observatoires des violences. Par voie de comparaison, des projets étatsuniens comme Documenting the Now17 offrent une série d’outils et de méthodes aux activistes, notamment sur les questions des violences policières et de préservation de la culture noire étatsunienne. Ils intègrent une dimension collaborative assumée en mobilisant des professionnels de la documentation et des archives18 pour aider les activistes ou les personnes voulant conserver et transmettre des vidéos ou des témoignages de violences policières.

  • 19 Ces articles ont été rassemblés dans un dossier intitulé « Gilets jaunes, six mois de révolte des o (...)

81L’effet d’isolement de l’auteur principal induit par la structure d’APB est, par ailleurs, renforcé par la marginalité du projet au sein même de la galaxie Mediapart. Alors que la plateforme aurait pu tirer profit des publications, pourtant nombreuses et circonstanciées du site sur la problématique des violences policières19, elle n’accorde qu’une place mineure à celles-ci en les reléguant en fin de page. Les mêmes trois articles sont alors liés aux trois entrées du dossier APB, ce qui donne l’impression d’une œuvre isolée, loin d’être ouverte, et finalement à la portée réduite dans son accessibilité technique aussi bien qu’intellectuelle (Bachimont, 2010), car elle requiert de la part du lecteur un minimum de littératie pour pouvoir analyser les divers données et documents au-delà du seul regard émotionnel.

82APB peine alors à gagner sa place dans les instances de légitimation tant scientifiques que journalistiques. Scientifiquement, il s’ouvre peu à la démarche de réfutabilité ou de discussion des preuves documentaires apportées et néglige les principes de la réutilisation des données. Du point de vue journalistique, le projet adopte une approche militante assumée qui explique, sans doute, sa marginalité dans l’écosystème médiatique français, alors même qu’il est lauréat, en 2019, du Grand Prix du journalisme aux Assises et qu’il est cité dans des rapports d’organismes internationaux comme le Parlement européen, le Conseil de l’Europe et l’ONU. Il n’en demeure pas moins à la marge, ne comptabilisant que peu de citations dans la presse. Parmi les 626 liens qui renvoient au site selon le moteur de recherche Google au 17 janvier 2021 figurent peu de sites de presse traditionnelle, mais surtout des sites militants (NPA, parti pirate, parti communiste, mouvements des Gilets jaunes, blogues politiques, etc.) et désormais quelques travaux de chercheurs (Harmand, 2020 ; Gunthert, 2020 ; Roumanos 2020a). Finalement, à défaut de produire une véritable irréduction, APB, en restant derrière un paywall, produit une « lecture réduite » qui ne parvient pas à mobiliser au-delà d’une sphère militante et échoue finalement à porter la question centrale des violences policières au-delà de la sphère d’influence du documentariste.

  • 20 « The Counted. People Killed by Police in the US », projet de data journalisme publié par le Guardi (...)
  • 21 « Police brutality in the Black Lives Matter Protests », projet de data journalisme publié par Fore (...)

83Si le programme de Dufresne cherche à résister au temps et aux dissimulations institutionnelles, le projet d’un « journalisme irréductible » échoue à dépasser la simple intention, en privilégiant, à travers les images violentes et le cadrage à charge, un registre émotionnel qui ne parvient pas à donner sa pleine puissance au data journalisme. Des choix différents ont été adoptés en la matière par le Guardian avec « The Counted »20 ou Forensic Architecture et Bellingcat pour le projet « Black Lives Matter Protests »21 qui emploient le data journalisme d’une façon plus rationnelle qu’émotionnelle.

84Avec APB, c’est l’intention politique qui prédomine sur l’investigation, ce qui inscrit par conséquent le projet dans une perspective restreinte. Par ailleurs, celle-ci est corrélée à l’exposition personnelle de l’auteur qui incarne fortement l’enquête, réduisant, par là, sa portée ainsi que ses possibilités de transformation. Car si l’imposition d’un regard particulier permet, de fait, d’introduire un contre-discours fort et assumé, en opposition avec la parole officielle, elle réduit néanmoins les marges d’interprétation, de discussion ainsi que les prises de distance potentielles. Ici, le discours ne devient performant qu’à la condition d’une opposition binaire (Dufresne / instances policières) dont l’inscription temporelle est avant tout momentanée.

85Par ailleurs, la poursuite du projet semble peu aisée du fait de la forte association « Dufresne-APB », mais également parce que son accessibilité se trouve limitée à la fois par le paywall de Mediapart et par l’impossibilité de télécharger les données collectées. Dès lors, la réversibilité du processus est difficile à réaliser, ce qui éloigne APB de l’esprit de projets similaires sur les violences policières comme ceux menés par le Guardian ou Bellingcat. Or l’enjeu est justement dans l’association entre une accessibilité des phénomènes répertoriés et étudiés et l’accountability qui doit en résulter. Si, dans la théorie de Latour, la figure du chercheur a une importance dans sa capacité à incarner une théorie, un concept, un processus ou une innovation, c’est surtout dans sa capacité à convaincre d’autres sphères limitrophes, voire potentiellement éloignées, que s’opère le succès d’un travail de recherche. Dans le cas d’APB, qui est certes une enquête journalistique et non scientifique, force est de constater que le projet ne parvient pas à retenir l’attention des journalistes au vu des faibles citations provenant de la presse traditionnelle. Le projet s’en trouve de fait limité aux territoires d’influence de Dufresne, placé en marge dès le début, mais qui le reste encore plus à la fin. Alors que la tentation d’un « journalisme irréductible » supposait une ouverture plus large, APB peine à instiller un esprit, des méthodes et un style susceptibles d’instaurer un idéal d’investigation reproductible.

Conclusion

86En cherchant à s’affranchir des modèles traditionnels de la presse pour s’inscrire dans une forme de journalisme irréductible, APB entreprend, d’une part, d’engager pleinement les potentialités du numérique et, d’autre part, de réorganiser le rapport au temps en dépassant les limites temporelles de l’édition quotidienne ou de la publication périodique.

87Le projet s’extrait de la logique de l’événement réduit à un espace-temps limité, pour réaliser un travail qui confère aux incidents racontés une portée plus importante. Il apporte des réponses à la question des violences policières dans un présent continu, démarche qui consiste à agréger, de manière scientifique, des indices susceptibles d’offrir aux lecteurs un horizon explicatif cohérent.

88En tant qu’objet journalistique, il procède finalement par une logique de réduction-amplification qui tend parfois à faire oublier sa construction au bénéfice d’une véridicité. Cependant, le projet néglige plusieurs éléments notamment en matière d’accessibilité et d’ouverture des données, comme s’il y avait une forme de légitimité nécessaire pour accéder pleinement aux potentialités du « centre de calcul ».

89Plus encore, et de manière finalement plus problématique à la fois conceptuellement et sans doute éthiquement, APB, en se voulant un panoptique des violences policières signalées, procède par exclusion de très nombreuses autres formes de violences policières qui ne peuvent être ici consignées : les violences non filmées, non documentées, les violences verbales, psychologiques, les refus de plaintes ou les formes de violence qui sont liées au fait de contrôler systématiquement et à intervalle régulier les mêmes personnes. Sur ce point, APB réduit tellement l’objet des violences policières à une violence physique mise en visibilité qu’il finit par invisibiliser toutes les autres.

90Sur le plan de la réception, il est finalement difficile de sortir du registre émotionnel et attentionnel, et la navigabilité et l’utilisation du site supposent quelques compétences, tandis que sa réception par le journalisme traditionnel apparaît faible au vu des citations qui le mentionnent. APB en tant que nouvel objet journalistique consacré aux violences policières ne parvient pas à dépasser pleinement la sphère militante pour devenir un véritable objet de référence d’un journalisme en plein doute de son avenir et qui pourrait pourtant y trouver des motifs de résistance à la course au renouveau perpétuel.

Haut de page

Bibliographie

ANDERSON Christopher W (2012), « Towards a sociology of computational and algorithmic journalism », New Media & Society, 15(7), p. 1005-1021.

BAACK Stephan (2017), « Practically engaged. The entanglements between data journalism and civic tech », Digital Journalism, 6(6), p. 673-692. https://www.tandfonline.com/doi/full/10.1080/21670811.2017.1375382, page consultée le 19 mai 2021.

BACHIMONT Bruno (2010), « La présence de l’archive : réinventer et justifier », Intellectica, Association pour la recherche sur la cognition, 53-54, p. 281-309.

BACHIMONT Bruno (2015), « Le numérique comme milieu : enjeux épistémologiques et phénoménologiques », Interfaces numériques, 4(3), p. 385-402. https://www.unilim.fr/interfaces-numeriques/index.php?id=386, page consultée le 19 mai 2021.

BALPE Jean-Pierre (1990), Hyperdocuments, hypertextes, hypermédias, Paris, Eyrolles.

BRIET Suzanne (1951), Qu’est-ce que la documentation ?, Paris, Éditions documentaires, industrielles et techniques.

CANU Roland et Caroline DATCHARY (2010), « Journalistes et lecteurs-contributeurs sur Mediapart. Des rôles négociés », Réseaux, 2(160-161), p. 195-223. https://www.cairn.info/revue-reseaux-2010-2-page-195.htm, page consultée le 19 mai 2021.

CERTEAU Michel de (1975), L’écriture de l’histoire, Paris, Gallimard, coll. Folio histoire.

CROZAT Stéphane (2019), « Le document numérique n’existe pas, il faut l’inventer (principe de documentarité) » [Vidéo en ligne], Intervention Master class HyperEdition, Documentarité, Technologies intellectives, Université de Bordeaux Montaigne, http://webtv.utc.fr/watch_video.php?v=HA2WOH1S2YWY, page consultée le 21 août 2020.

CROZAT Stéphane (2016), « Proposition : principe de documentarité », As We May, http://aswemay.fr/co/010013.html, page consultée le 21 août 2020.

DAGIRAL Éric et Sylvain PARASIE (2011), « Portrait du journaliste en programmeur : l’émergence d’une figure du journaliste “hacker” », Les Cahiers du journalisme, 22/23, p. 144-154.

DAY Ronald E. (2019), Documentarity: Evidence, Ontology, and Inscription, Cambridge, Massachusetts, MIT Press.

DEMERS François (2007), « Déstructuration et restructuration du journalisme », tic&société, 1(1), mis en ligne le 20 novembre 2009, http:// journals.openedition.org/ticetsociete/298, page consultée le 19 avril 2019.

DEUZE Mark (2004), « What is multimedia journalism », Journalism Studies, 5(2), p. 139-152.

DUFRESNE David (2020), « Allô IGPN ? Que fait (vraiment) la police des polices », 13 juin, http://www.davduf.net/allo-igpn-que-fait-vraiment-la-police-des-polices, page consultée le 22 août 2020.

DUFRESNE David (2019), « Six mois d’“Allô Place Beauvau” : chronique des violences d’État », Mediapart, 17 mai, https://www.mediapart.fr/journal/france/170519/six-mois-d-allo-place-beauvau-chronique-des-violences-d-etat?onglet=full, page consultée le 21 mars 2021.

ENTMAN Robert (1993), « Framing: Toward clarification of a fractured paradigm », Journal of Communication, 43(4), p. 51-58.

ESCARPIT Robert (1976), Théorie générale de l’information et de la communication, Paris, Hachette Université.

FERRARIS Maurizio (2013), Documentality: Why It Is Necessary to Leave Traces, New York, Fordham University Press.

FOUCAULT Michel (1969), L’archéologie du savoir, Paris, Gallimard.

GREVISSE Benoît (2008), Écritures journalistiques : stratégies rédactionnelles, multimédia et journalisme narratif, Louvain-La-Neuve, De Boeck.

GUNTHERT André (2020), « L’image virale comme preuve. Les vidéos des violences policières dans la crise des Gilets jaunes », Communications, 106(1), p. 187-207.

HARMAND Florian (2020), « Ce que font les données au journalisme », Interfaces numériques, 9(3), http://dx.doi.org/10.25965/interfaces-numeriques.4435, page consultée le 22 mars 2021.

JACOB Christian et al. (2007), Lieux de savoir. Tome 1. Espaces et communautés, Paris, Éditions Albin Michel.

KAYSER-BRIL Nicolas (2016), « Informer avec des données structurées », dans Lisette CALDERAN et al. (dir.), Publier, éditer, éditorialiser : nouveaux enjeux de la production numérique, Louvain-la-Neuve, De Boeck, p. 71-88.

LATOUR Bruno (1996), « Ces réseaux que la raison ignore – laboratoires, bibliothèques, collections », dans Christian JACOB et Marc BARATIN (dir.), Le pouvoir des bibliothèques. La mémoire des livres dans la culture occidentale, Paris, Albin Michel, p. 23-46.

LATOUR Bruno (1987), La science en action : introduction à la sociologie des sciences, Paris, Gallimard, coll. Folio Essais.

LATOUR Bruno (1984), Les microbes : guerre et paix, suivi de irréductions, Paris, La Découverte.

LITS Marc (2008), Du récit au récit médiatique, Bruxelles, Éditions De Boeck Université.

MANN Steve, Jason NOLAN et Barry WELLMAN (2003), « Sousveillance: Inventing and using wearable computing devices for data collection in surveillance environments », Surveillance & Society, 1(3), p. 331‑355.

MEYER Philip (1973), Precision Journalism: A Reporter's Introduction to Social Science Methods, Bloomington, Indiana University Press.

NEVEU Érik et Louis QUÉRÉ (1996), « Présentation », Réseaux. Communication-Technologie-Société, 14(75), p. 7‑21.

NEVEU Érik (2019), Sociologie du journalisme, Paris, La Découverte.

NORA Pierre (1972), « L’événement monstre », Communications, 18(1), p. 162‑72, https://www.persee.fr/doc/comm_0588-8018_1972_num_18_1_1272, page consultée le 19 mai 2021.

NORA Pierre (dir.) (1997), Les lieux de mémoire, tome 1, Paris, Gallimard.

OTLET Paul (1934), Traité de documentation : le livre sur le livre. Théorie et pratique, Bruxelles, Editiones Mundaneum-Palais Mondial.

PARASIE Sylvain et Éric DAGIRAL (2013), « Des journalistes enfin libérés de leurs sources ? Promesse et réalité du “journalisme de données” », Sur le journalisme, 2(1), http://www.surlejournalisme.kinghost.net/rev/index.php/slj/article/view/70, page consultée le 21 août 2020.

ROUMANOS Rayya (2020a), « Quand quantifier sert d’abord à qualifier. Le cas de la data visualisation “Allô Place Beauvau ?” C’est pour un bilan (provisoire) », Interfaces numériques, 9(3), https://www.unilim.fr/interfaces-numeriques/4420, page consultée le 22 mars 2021.

ROUMANOS Rayya (2020b), « Le datajournalisme : hyperspécialisation, horizontalité et renoncement éditorial », dans Henri ASSOGBA (dir.), Journalismes spécialisés à l’ère numérique, Québec, Presses de l’Université Laval, p. 129-146.

RUELLAN Denis (2007), Le professionnalisme du flou, Grenoble, Presses universitaires de Grenoble.

SALAUN Jean-Michel, Benoît HABERT et al. (2015), Architecture de l’information : Méthodes, outils, enjeux, Bruxelles, De Boeck.

SCHUDSON Michael (2010), « Political observatories, databases & news in the emerging ecology of public information », Dædalus, 139(2), p. 100-109. https://scholar.google.com/scholar?hl=fr&as_sdt=0%2C5&q=Political+observatories%2C+databases+%26+news+in+the+emerging+ecology+of+public+information+&btnG=, page consultée le 19 mai 2021.

TUNSTALL Jeremy (1971), Journalists at Work, London, Constable.

VEGLIS Andreas et Bratas CHARALAMPOS (2017), « Towards a taxonomy of data journalism », Journal of Media Critiques, 3(11), p. 109-118.

VITALI-ROSATI Marcello (2018), On Editorialization : Structuring Space and Authority in the Digital Age, Amsterdam, Institute of Network Cultures.

Haut de page

Notes

1 Mediapart est un site d’information généraliste fondé en 2008 par François Bonnet, Gérard Desportes, Laurent Mauduit et Edwy Plenel. Sa ligne éditoriale présentée dans la déclaration d’intention du 2 décembre 2007 repose, selon ses auteurs, sur les principes suivants : « indépendance et liberté d’expression au service d’une information exigeante, d’intérêt public et participative ».

2 Journaliste, documentariste, essayiste et auteur de fiction et de non-fiction, David Dufresne est un collaborateur régulier de Mediapart. Dès 2008, il couvre pour le site d’informations en ligne, en tant que journaliste indépendant, les sujets en lien avec les forces de l’ordre en France. Dans le cadre du projet APB, il se présente comme documentariste plutôt que journaliste, indiquant par là une rupture entre ses travaux précédents pour le média et cette production inédite. Il se dit aussi citoyen, chargé d’alerter le public sur les violences policières, à travers une démarche qui inscrit le projet dans une triple visée informative, incitative et archivistique.

3 L’Inspection générale de la Police nationale est un service chargé du contrôle des directions et des services de la direction générale de la Police nationale et de la préfecture de police de Paris.

4 Notons que cette dynamique met en question la nature même de ces productions et renvoie à un débat aujourd’hui très fécond sur les mutations du journalisme et les changements paradigmatiques importants qui touchent cette profession (Deuze, 2004 ; Demers, 2007 ; Ruellan, 2007).

5 « Allô place Beauvau » est signé par David Dufresne, Etamin Studio, WeDoData, Visionscarto et l’équipe de Mediapart.

6 Cette affirmation figure sur la page d’ouverture du site.

7 Il s’agit d’un mouvement de contestation né en France en octobre 2018 à la suite des annonces gouvernementales d’augmentation de la taxe intérieure de consommation sur les produits énergétiques (TICPE) et de la hausse du prix du carburant.

8 « Violences policières : “Évidemment qu’il y a un problème systémique” », minute 25:50, https://www.mediapart.fr/journal/france/120121/violences-policieres-evidemment-qu-il-y-un-probleme-systemique#at_medium=custom7&at_campaign=1047.

9 Cet engagement est détaillé dans la déclaration d’intention du site, mise en ligne le 2 décembre 2007, à l’adresse suivante : https://presite.mediapart.fr/contenu/le-projet.html.

10 Avant juin 2020, le projet ne contenait qu’un seul volet intitulé « Allô place Beauvau ? C’est pour un bilan provisoire ».

11 Ce chiffre a été enregistré le 8 août 2020.

12 Il s’agit d’extraits de rapport qui « résument l’esprit avec lequel les enquêtes ont été menées », selon le site.

13 Pour une analyse plus complète du rapport entre ces deux dimensions, lire Roumanos (2020a).

14 Ce choix correspond à une dynamique de plus en plus courante dans les projets de data journalisme comme l’ont analysé Sylvain Parasie et Éric Dagiral dans leur article « Des journalistes enfin libérés de leurs sources. Promesses et réalité du “journalisme de données” » (2013).

15 L’archive présente toujours une dimension liée à l’exercice d’un pouvoir comme le montre son étymologie : ἀρχεῖον archeíon désignant un bâtiment administratif qui est la manifestation du pouvoir de ceux qui exercent.

16 Le Gaffiot donne les sens suivants au Documentum : exemple, modèle, leçon, enseignement, démonstration.

17 Le projet a une portée bien plus vaste que celui des violences policières : https://www.docnow.io/.

18 Une page est ainsi consacrée à cette question avec une liste de plus de 250 professionnels qui peuvent prêter leur expertise : https://www.docnow.io/archivists-supporting-activists/index.html.

19 Ces articles ont été rassemblés dans un dossier intitulé « Gilets jaunes, six mois de révolte des oubliés » : https://www.mediapart.fr/journal/france/dossier/notre-dossier-gilets-jaunes-six-mois-de-revolte-des-oublies.

20 « The Counted. People Killed by Police in the US », projet de data journalisme publié par le Guardian en 2015 à l’adresse suivante : https://www.theguardian.com/us-news/ng-interactive/2015/jun/01/the-counted-police-killings-us-database.

21 « Police brutality in the Black Lives Matter Protests », projet de data journalisme publié par Forensic Architecture en partenariat avec Bellingcat en 2020 à l’adresse suivante : https://forensic-architecture.org/investigation/police-brutality-at-the-black-lives-matter-protests.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Capture d’écran 1. La page d’accueil du projet « Allô place Beauvau ? » (enregistrée le 8 août 2020)
URL http://journals.openedition.org/communication/docannexe/image/13925/img-1.png
Fichier image/png, 729k
Titre Capture d’écran 2. Le carrousel de photos présent dans les premier et deuxième volets (enregistrée le 11 août 2020)
URL http://journals.openedition.org/communication/docannexe/image/13925/img-2.png
Fichier image/png, 933k
Titre Capture d’écran 3. Extrait d’un rapport de l’IGPN pour le cas 733 (enregistrée le 11 août 2020)
URL http://journals.openedition.org/communication/docannexe/image/13925/img-3.png
Fichier image/png, 1,9M
Titre Capture d’écran 4. Histogrammes présents sur la page d’accueil du troisième volet (enregistrée le 11 août 2020)
URL http://journals.openedition.org/communication/docannexe/image/13925/img-4.png
Fichier image/png, 481k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Rayya Roumanos et Olivier Le Deuff, « S’extraire de l’immédiateté de l’événement ou la tentation d’un « journalisme irréductible » »Communication [En ligne], Vol. 38/1 | 2021, mis en ligne le 15 juin 2021, consulté le 25 juillet 2021. URL : http://journals.openedition.org/communication/13925 ; DOI : https://doi.org/10.4000/communication.13925

Haut de page

Auteurs

Rayya Roumanos

Rayya Roumanos est maîtresse de conférences, MICA, Université Bordeaux Montaigne. Courriel : rayya.roumanos@ijba.u-bordeaux-montaigne.fr

Olivier Le Deuff

Olivier Le Deuff est maître de conférences, MICA, Université Bordeaux Montaigne. Courriel : oledeuff@gmail.com

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Communication sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search