Navigation – Plan du site

AccueilNumérosVol. 38/1ArticlesRationalisation, résilience et re...

Articles

Rationalisation, résilience et renouvellement d’un concept info-communicationnel

Gloria Awad et Nicolas Pélissier

Texte intégral

1Crise, risque, catastrophe, urgence, scandale, affaire, fait divers, guerre, conflit, fait politique ou de société, acte terroriste, cérémonie, fête, exposition … autant de catégories invoquées, tant par la couverture journalistique dont ils font l’objet que par leurs différentes parties prenantes, pour nommer ce qui arrive. Ces actes de langage se caractérisent par leur porosité, du fait de leur inscription dans une catégorie matricielle plus large : celle de l’événement.

Les multiples facettes d’un objet interdisciplinaire

2L’événement constitue un objet d’étude classique pour les sciences humaines et sociales, qu’il s’agisse de la philosophie, de l’histoire, de la sociologie ou de la psychologie ou des sciences du langage. L’irruption du nouveau, ce à quoi l’événement nous confronte, a trait à la fois au monde, à l’action et à la communication humaines. L’événementialité est à la fois « un mode d’être » de ce qui arrive et de ce que nous faisons arriver par des modalités sociotechniques d’avènement dans des espaces de visibilité et des réalités. Qu’il s’agisse d’un bruit, d’un potin, d’une indiscrétion, d’un incident, d’un accident, d’une compétition sportive, d’une alerte, voire d’une crise sanitaire, d’un article de presse, de la retransmission radiophonique, télévisuelle ou numérique d’un concert, d’une vidéo postée sur le Web…

3Ainsi, pour les philosophes, les événements font partie du monde humain, ils meublent et habitent ce monde, au même titre que les êtres et les choses. Pour les historiens, l’événement est ce qu’ils contribuent à faire émerger a posteriori à partir de ses traces pour lui donner sa place, sa valeur et rendre compte de ses différentes causalités. Pour les sociologues, l’événement est le lieu de manifestation d’intentionnalités et d’actions individuelles et collectives qui participent à sa construction. Pour les psychologues, l’événement constitue le creuset d’où jaillissent les bifurcations qui structurent les parcours des individus. Pour les sciences du langage, la parole fait advenir des événements parmi d’autres qui arrivent dans le monde. Enfin, pour les sciences de l’information et de la communication, l’événement est la rupture du monde dans son historicité présente qui engage conjointement son irruption, sa capture et sa documentation, sa médiatisation et sa rationalisation, dans une mise en scène qui inclut l’action conjointe d’acteurs individuels et collectifs, de techniques et de messages.

De l’événement au journalisme : l’impact des médias de masse

4Ce numéro thématique porte sur le rapport entre événement et journalisme, modèle moderne de médiation configurée par l’objet « journal », quels qu’en soient les supports. Il explore les raisons sociales de l’événement, qu’il ne réduit pas à une déraison médiatique déconnectée de son assise référentielle. Il esquisse une problématisation de l’événement journalistique, qui considère que sa valeur ne lui est pas intrinsèque, même si elle est corrélée d’une manière variable à ses matérialités médiatiques et à ses matériaux signifiants Il problématise aussi le journalisme en tant que totalité du réel placée dans la catégorie du présent et espace où se projette l’échelle mouvante des sociétés (Dahlgren et Sparks, 1992 ; Awad, 2010). Cette échelle inclut les deux dimensions des sociétés en tant qu’ordre et désordre, temps social et temps vécu, espace des lieux et lieu pratiqué.

5Le journal est l’incarnation d’une scansion sur l’échelle du temps et d’un déploiement pendulaire à l’échelle de l’espace. Son édition inédite du moment relève d’une prototypie sérielle, tant au niveau de sa production que de sa reproduction et de sa consommation. Sa matérialité encapsule la mobilité, au sens de mouvoir et d’émouvoir (Alberti, 2007 / 1439), et l’instantanéité, au sens de focalisation et de capture, d’angle perceptif et perspectif, dans une représentation en locomotion issue de jeux d’échange, de fichage et d’affichage.

6L’ordre renvoie au régime ordinaire de ces sociétés, ce que publiquement elles organisent, prétendent être, acceptent et autorisent ; le désordre renvoie à ce qui relève de leur dimension justiciable (Lemercier de la Rivière, 2001 / 1767), bannie et honnie, et de la dimension secrète et cachée produite par la précédente. C’est là que se situe la logique de l’événement de routine, comme celle du fait divers ou de la crise en tant qu’événement. Celle-ci revêt d’ailleurs une double face : la crise en tant qu’événement avéré et celle de risque en tant qu’événement non avéré, objet de peur mais aussi de statistiques et de politiques publiques de prévention et de précaution, ainsi que de transgression organisée et exposée dans un aménagement moderne de l’ordalie.

L’impact des TIC, une nouvelle médiation ?

7L’analyse des répercussions des techniques les plus récentes sur l’événement journalistique a le plus souvent porté sur la transformation de ses espaces de visibilité — par exemple Twitter et autres réseaux sociaux — ainsi que de ses techniques d’observation et de capture. Si elles configurent de nouvelles extensions aux lieux d’exposition et de scrutation, ces techniques opèrent aussi des juxtapositions de calendrier, déjà amorcées avec les agences de presse, la multiplication des journaux, voire la radio et la télévision satellitaire en continu. Elles provoquent également des redistributions des échelles de réduction et de grandeur de l’événement, dans des modélisations qui leur sont propres et qu’elles opèrent (Guayybess et Pélissier, 2019). À l’iconicisation de l’événement, dans sa double dimension logique et analogique (Peirce, 1978 ; Morin, 1962), elles superposent un grossissement né de la focalisation permise par la structure même du dispositif sociotechnique qui l’articule, plutôt que sa reproduction purement mimétique. Cette focalisation réinscrit l’événement journalistique dans un processus originel de préhension mu par des affinités (Droysen, 2002 / 1882), des intentions (Merleau-Ponty, 1945), des peurs, des vertus, des vices, des passions et des intérêts (Hirschman, 2011 / 1980). Dès lors, cet événement n’est plus donné comme un tout, mais comme une remise en ordre, un réagencement, de fragments dans l’instantanéité de leur éclatement proclamatoire.

8La justification du journal consiste dans le fait qu’il est une « pompe foulante et aspirante » (Tarde, 1989 / 1901) des événements du monde. C’est là que réside son intérêt, son fonds de commerce : ses promoteurs offrent à ses récepteurs un accès pertinent aux événements du monde. Il ne s’agit pas d’une expérience directe de ces événements, mais d’une expérience médiatisée, indirecte, la seule possible du fait du régime phénoménal de l’événement, lequel conjugue la simultanéité originelle de sa disparition avec son apparition même, et la spatialité enchevêtrée, tout aussi originelle, de sa captation et sa restitution (Droysen, 2002 / 1882). La graphie mnésique ou scripturaire de l’événement permet son inscription dans des voies d’accès alternatives à l’expérience de son avènement in situ, son actualité originelle, laquelle n’en demeure pas moins son ultime capital en matière de journalisme.

9Le journal était jusqu’à il n’y a pas longtemps (et demeure encore aujourd’hui) une forme extrême de livre, scandée par la périodicité et disséminée dans l’espace par les communications matérielles, les moyens de transport qui permettaient sa diffusion et qui faisaient qu’il « marchait ». Du fait de l’innovation technologique et de ses usages sociaux, le journal s’enchâsse désormais dans des dispositifs techno-sémiotiques complexes tels que la radio, la télévision ou l’Internet. Ces « médiamorphoses » du journal transforment son régime événementiel, du fait de la mutation de ses matériaux signifiants, de ses modes de diffusion et d’accès aux sources, ainsi que de son inscription dans un environnement sociotechnique.

Entre réel et fiction, la narration journalistique

10La distinction entre événement journalistique, événement historique et événement de fiction a été établie de longue date par Théophraste Renaudot, qui indique dans la Gazette.

Guère de gens possibles ne remarquent la différence qui est entre l’Histoire et la Gazette, ce qui m’oblige de vous dire que l’Histoire est le récit de choses advenues, la Gazette seulement le bruit qui en court. La première est tenue de dire toujours la vérité ; la seconde fait assez si elle empêche de mentir. Et elle ne ment pas, même quand elle rapporte quelque nouvelle fausse qui lui a été donnée pour véritable. Il n’y a que le seul mensonge qu’elle controuverait à dessin qui la puisse rendre digne de blasme (Théophraste Renaudot, cité par Ginisty, 1931, p. 3).

11L’événement journalistique n’est attesté que par le bruit présent qu’il engendre, tout en étant autre chose qu’un mensonge, une invention « absolue » de quelque chose qui n’est pas réel mais qui le prétend, qui ne s’avoue pas pour ce qu’il est : une fiction (Castoriadis, 1975 ; Pélissier, 2018), celle-ci relevant du régime de réalité de la « création du poète » (Peirce, 2002). Il se distingue de l’événement historique, lequel naît de la trace passée validée par l’autorité de l’historien et de l’archéologue, alors que l’événement journalistique est issu de la production, de la capture et de la propagation ad hoc des bruits et de la fureur du monde. L’événement journalistique peut ainsi être défini comme une « forme obstinée », engendrée par une hétérogénéité énonciative, ancrée dans le présent, temps unique qui déborde vers l’avant comme vers l’arrière, mais aussi dans le changement et le renouveau (Arendt, 1972), données de base du monde et des hommes. L’un et l’autre, ainsi que l’événement de fiction, partagent leur enchevêtrement avec le monde et l’action, ce qui constitue leur préhistoire (Ricoeur, 1983).

Du temps long au temps raccourci, un agenda médiatique sous influences

12Le journalisme est un héritier de l’Histoire, selon la conception pré-graphique de la discipline historique (ce que l’on sait par un témoin ou par le biais d’une source) mais aussi de la chronique, notation des événements de la grande et petite histoire qui les inscrit automatiquement dans une suite temporelle qui commence et se termine avec l’action du chroniqueur (ou se poursuit avec celle d’un autre chroniqueur) ainsi que dans une matérialité scripturale, qu’il s’agisse d’une frise murale, d’un carnet de notes ou d’enregistrement photographique, audiovisuel ou numérique…

13Cette matérialité s’inscrit par ailleurs dans une configuration sociale : une chronographie, une chronométrie et une chronosophie (Pomian, 1984). La scription engage un dispositif de repérage spatiotemporel des événements, ainsi qu’un dispositif de notation qui inclut un double recadrage, matériel et définitionnel, ce que la phénoménologie appelle « un observateur fini » posté à une position où il se place et d’où il « voit » le changement (Merleau-Ponty, 1945). L’observateur en question n’est pas une entité individuelle, mais une ou plusieurs entités collectives qui scrutent sous un certain angle un espace donné où advient un changement rendu ainsi « objectif » (Pomian, op.cit.), tant au niveau de son repérage que de sa restitution. La perception fugace, à l’œil nu, d’une étoile filante diffère de sa captation par un télescope, de même que sa restitution pertinente selon la perspective ordinaire ou celle des lois de la gravitation (Russel, 1969) sur une modélisation graphique d’astronome (Peirce, 2002) ou une image floue du téléphone portable d’un spectateur, l’un et l’autre étant une source possible pour la restitution journalistique.

14La logique complexe du journalisme intègre ainsi une diversité de calendriers, d’espaces de visibilité et d’invisibilité, ainsi que l’expérience contrainte, localisée et délocalisée, de son émission et de sa réception. Les calendriers sont des programmes institutionnels dont la régulation sociale est la fonction première (Elias, 1996 / 1984), ce que traduisent à la fois leur diversité et leur naturalisation. Ils conjuguent une superposition de temps (pour tous, pour une partie, pour un individu) de l’extraordinaire, du spectaculaire, de l’effervescent, de l’insolite et du banal, du quotidien et ses bruits de fond. Ils dessinent des agendas qui s’enchevêtrent, dans des similitudes plus ou moins fortes comme le montrent l’ensemble des travaux sur l’agenda setting, l’agenda building et les primary definers. Avec la scansion des journaux, un discours rapporté par exemple à la page 2 du Monde du mardi va produire une « réponse » à la page 3 des Échos ou / et un « buzz » sur Twitter le mercredi et une manifestation dans les rues de Paris la semaine d’après ! Une publication régulière d’un bilan financier négatif suscitera un article (ou plusieurs) dans la presse et peut-être une démission au niveau de la direction.

15L’enchevêtrement des agendas rend compte de l’ancrage du journalisme dans son environnement, dont il constitue une partie prenante parmi d’autres, ayant ses logiques et ses spécificités propres, et non pas un dispositif en surplomb. Il ne recouvre qu’un aspect de la problématique calendaire du journalisme. L’autre aspect relève d’une temporalité linéaire non cyclique, où les journaux opèrent en tant que lieux de mémoire, au sens de mémorial où l’événement passé est représenté et reconstruit, mais aussi au sens de lieu de passage où l’événement est recadré par une politique de la mémoire et par une mémoire en mouvement du fait même du mouvement de la société et des générations qui se traduit par un renouvellement du « mobilier de la pensée » (Halbwachs, 1952 / 1926 ; Elias 1996 / 1984).

Les lieux de la communication médiatique

  • 1 Comme cela fut le cas le 29 mai 1985, au stade du Heysel à Bruxelles, lors de la finale de la Coupe (...)

16Les espaces de visibilité sont ainsi configurés pour produire des événements, ce qui en fait des lieux cérémoniels normalisés de l’observation journalistique, et les espaces d’invisibilité pour les occulter, ce qui en fait des lieux de traque et de chasse à l’événement ; entre les deux s’intercalent des espaces à visibilité variable, tout autant que leur potentialité événementielle. La distinction entre le terrain et la tribune relève de cette organisation spatiale de l’événement sportif, lequel est censé se dérouler essentiellement sur le terrain, sauf imprévu spectaculaire1.

17Si elles tendent à configurer de nouvelles extensions aux lieux d’exposition et de scrutation et à opérer des juxtapositions de calendrier, les techniques les plus récentes désenclavent aussi l’événement journalistique de son cadrage fini. L’enchevêtrement numérique des journaux, leurs branchements territorialisés sur l’intensité et la platitude du monde, leur mode de lecture numérique, en vigie et en collection, offrent autant de brèches et de ponts où l’événement est recadré dans un angle élargi.

18Le syntagme « le détour de l’événement » exprime ainsi une pertinence synchronique du fait de l’événementialité exacerbée — avec et au-delà de la crise sanitaire du COVID-19 —, tant de l’actualité médiatisée que de l’agir communicationnel. Il manifeste également une ascendance diachronique, une généalogie conceptuelle, avec son émergence, les jalons de son essor et les discontinuités de ses bifurcations. Cette ascendance met en lumière le principe générateur de la recrudescence généralisée, au sens aristotélicien de point de départ et d’origine primitive d’un mouvement et d’un changement (Aristote, Métaphysique : 1012a5).

Les journalistes, producteurs de hiérarchies événementielles ?

19Le paradigme de l’événement « sphinx » ou « monstre », dont le retour en force a été orchestré tant par les médias de masse que par les stimuli et interactions de la vie quotidienne dans des systèmes d’action organisée, a été développé dans un ancien numéro de la revue Communications (1972). Les différents contributeurs y effectuaient le diagnostic d’une nouvelle événementialité, médiatique, protéiforme, hypertrophiée et durable dans sa sédimentation documentaire. La question de l’événement était portée au-delà de l’histoire événementielle, au sens que lui donne une histoire politique axée sur les grands événements, mais elle rejoignait aussi la problématique communicationnelle du document comme trace et anti-événementialité artéfactuelle (Escarpit, 1976), dans une sédimentation de la « poussière », de la « surface » devenue pléthorique et de ce fait « monstrueuse » (Nora, 1974). Une position qui n’est pas sans rappeler la division, par ailleurs polémique, entre événementialité de surface et courbes scientifiques produites à partir des documentations discrètes et référentielles des multiples observatoires de la vie en société.

20Les inscriptions ou documentations informationnelles neutres et discrètes, les plus objectives et exemptes de stratégies, doivent ainsi permettre l’identification et la mise en lumière d’événementialités structurelles durables, par opposition à la chronique des grands événements fondamentalement conjoncturels, « parce que la redondance intrinsèque au système [médiatique] tend à produire du sensationnel, fabrique en permanence du nouveau, alimente une faim d’événement » (Nora, 1972, p. 164).

21À ces travaux s’ajoute la distinction entre « événements » et « pseudo événements » (Boorstin, 2012 / 1961), effectuée une décennie plus tôt aux États-Unis pour rendre compte de la revendication pragmatique (James, 2007 / 1907) par le monde de l’action institutionnelle et publique. Celle-ci engendre une rationalisation prospective et programmatrice de l’événement, avec une événementialité médiatique de projet, non contingente mais adaptative et le plus souvent fondamentalement visuelle, caractéristique des grands et petits événements institutionnels nationaux ou internationaux.

22Rétrospectivement, ces contributions montrent la réinscription de l’événement dans sa gangue info-communicationnelle originelle. Nous y retrouvons notamment la dimension stratégique organisatrice de l’événement, avec son arrivée disruptive inévitablement prospective, que ce soit avec le travail de sa communication et de sa validation, plus sociopolitique que scientifique, ou avec celui de sa rationalité immémoriale productrice de savoir. Paradoxalement, ce sont là autant de caractéristiques communes aux grands et aux petits événements, ceux de la vie sociale et du quotidien ordinaire, ainsi que le montrent les travaux qui articulent données empiriques des médiations de l’observation et données narratives des restitutions médiatisées (Morin, 1968 ; Veron, 1981). Ce processus engage une multiplicité de co-constructeurs qui configurent des culminances synchroniques et des dominances diachroniques, dans des médiatisations en capture, en collage, en collection et des intrigues qui leur apportent une gradation substantielle de la valeur.

De l’attestation à la représentation : deux régimes communicationnels spécifiques

23La pertinence synchronique d’un agir communicationnel événementiel conjugue l’originalité de ses manifestations médiatiques et de son appareillage technologique actuel ainsi que l’anachronisme d’une distinction logique ancienne entre action humaine événementielle et événement agissant. Les manifestations médiatiques événementielles, médiatisées par des journalistes ou par d’autres communicants, matérialisent ce qui fait la phénoménalité sémiotique à part entière de l’événement en tant que concept infocommunicationnel : son ancrage bipolaire dans un espace d’apparition, d’avènement, de visibilité et dans un espace de communication et de relation. Ces espaces configurent une publicité par attestation et par représentation. L’attestation confère à l’événement son régime communicationnel de vérité, la représentation lui donne sa rationalité épidémiologique communicationnelle. C’est ainsi que Michel Foucault (1970-1971) rappelle la dimension immémoriale de l’événement, organisatrice et productrice d’un savoir « du moment et de l’occasion ».

24Ce savoir de l’événement avéré fait l’objet d’une rationalisation, tout à la fois dans la clinique médicale ancienne, les débuts de l’agronomie et de la stratégie militaire, politique et révolutionnaire. Ce n’est que par la suite qu’il est intégré dans le savoir scientifique de « l’origine et la mesure », « la succession et la quantité », « l’ordre du temps et l’ordre numérique ». Le risque (Douglas, 1992 ; Beck, 2001 / 1986) et l’urgence (Awad, 2008), en tant qu’événements qui motivent l’action, relèvent de ce savoir et de cette rationalisation, de même que la commémoration en tant que réécriture mémoriale des événements passés. Celle-ci traduit la triple opérativité du journalisme, en tant que lieu de présentation et de représentation, en tant qu’articulation entre mémoire individuelle et mémoire collective et en tant qu’actualisation fétichiste du passé dans le présent (Awad et Pineira-Tresmontant, 2012).

Le détour de l’événement, l’apport des chercheurs en SIC

25Cette phénoménalité originellement communicationnelle de l’événement fournit à la logique et à la philosophie analytique leurs problématiques fondamentales, en l’occurrence l’indissociation sémiotique entre événement et observateur et la distinction entre actions et événements. L’événement est ainsi systématiquement un signe manifeste doublement indexé, tant sur son objet que sur son interprétant (Peirce, 1978), et tout aussi systématiquement produit par sa perception en tant qu’agir et pâtir, par son colportage et par sa dissémination en tant qu’information, nouvelle et discours. La première de ces problématiques considère qu’« il n’y a pas d’événements sans quelqu’un à qui ils adviennent et dont la perspective fonde leur individualité » (Merleau-Ponty, 1945, p. 470). La deuxième trouve dans l’intentionnalité et le calcul la caractéristique fondamentale de l’action — dans son effectuation et son explication causale — qui la différencierait de l’innocence ontologique de l’accident, de la catastrophe et de l’acte non intentionnel (Davidson, 1993).

26Toutefois, explication et même imputation causale de responsabilité seront par la suite extrapolées et affectées de l’action aux actes et aux événements. D’où l’indissociation entre événement, médiation et médiatisation journalistique, l’adhérence entre crise et récit de crise et leur enchâssement dans des péripéties à la fois épisodiques et thématiques.

27Par « détour de l’événement », ce dossier intègre ainsi l’apport des travaux évoqués ci-dessus pour rendre compte du changement de focale, d’une résilience de concept. On passe ainsi d’une événementialité « naturelle » ou naturalisée à une événementialité immémorialement rationalisée, révélée en tant que telle par sa médiation journalistique.

28Les textes constitutifs du présent dossier sont répartis en trois volets. Le premier rappelle l’importance des facteurs sociopolitiques et identitaires dans la couverture des événements par les journalistes des médias les plus notables issus de trois pays francophones : le Liban, l’Algérie et la Suisse ; la seconde met en évidence la diversité des registres temporels mobilisés par ces journalistes, dans le cas des commémorations d’événements d’un passé qui s’éloigne comme de la médiatisation de l’actualité la plus imminente ; enfin, le dernier volet s’attache à montrer en quoi les technologies numériques redéfinissent (ou non) les modes traditionnels de couverture des événements par les médias, qu’ils soient mainstream ou plus « alternatifs ».

L’événementialisation sous influences : les journalistes dans l’espace public

29Dans son analyse de la couverture de l’attentat terroriste survenu à Beyrouth en juillet 2013 par deux chaînes de télévision libanaise très influentes, Farhat El-Khoury montre que

la construction que subit un quelconque événement diffère d’un média à l’autre et laisse ainsi un seul et même fait se transformer en plusieurs événements médiatiques, susceptibles même de se contredire.

30Ainsi,

une seule explosion a eu lieu ce 9 juillet au Liban, mais l’analyse des journaux télévisés d’Al Jadeed et de la MTV montre qu’il y a eu deux événements de ce même attentat, dans lesquels le rôle du Hezbollah n’est pas identique et s’oppose même d’une chaîne à l’autre.

31Dans un cas, ce parti est considéré comme la victime de l’attentat, dans l’autre il apparaît comme à l’origine de l’attentat et coupable de vouloir dissimuler les preuves de son implication. On retrouve dans ce hiatus la forte polarisation, voire bipolarisation de la société libanaise contemporaine, son « communautarisme médiatique » à l’origine de récits médiatiques contradictoires, voire irréconciliables, qui font de l’espace public national un champ de bataille symbolique (et pas seulement) des identités en lutte pour la définition du réel.

En ces moments critiques, c’est la multiplicité événementielle qui l’emporte de loin sur l’unité du fait. Alors que les terroristes n’ont provoqué qu’une seule explosion, il en résulte une multiplicité d’événements lui faisant écho.

32Dans un domaine très différent et apparemment plus consensuel, celui de la compétition sportive, Fateh Chemerik obtient des résultats similaires en dévoilant comment, lors du match Égypte-Algérie en finale de la Coupe d’Afrique 2009, la presse algérienne francophone a cherché à promouvoir une « algérianité » bien distincte de l’arabité propre aux médias égyptiens. Le moyen majeur de cette distinction a été l’usage intensif et remarqué d’un parler populaire révélateur d’une volonté de promouvoir une spécificité nationale algérienne au sein d’un monde arabe toujours plus fracturé par des facteurs politiques et religieux.

33À partir d’une analyse de contenu de 773 articles publiés en novembre 2009 par deux grands quotidiens généralistes (El Watan, Le Soir) et deux spécialisés (Le Buteur, Compétition), il note que :

ce qui ne devait être qu’un match de football entre l’Égypte et l’Algérie s’est transformé, en une guerre qui ne dit pas son nom […] Les thématiques liées à l’aspect patriotique ou à la violence symbolique sont donc traitées de façon subjective, visant à susciter l’émotion. Cette émotion est ancrée dans les dispositifs discursifs et scénographiques permettant la spectacularisation sportive de l’évènement.

34Au-delà de cette dimension politique, voire géopolitique, de la médiatisation, les considérations économiques et financières ne sont pas absentes :

la mobilisation du parler populaire […] répond à des enjeux de proximité, et est considérée comme un motif signifiant de captation ainsi qu’un argument de vente. Il vise aussi à renouveler un lectorat vieillissant et à être en conformité avec la réalité linguistique des jeunes en Algérie.

35Si l’expression et la valorisation de l’identité nationale restent des marqueurs forts de la couverture médiatique de nombreux événements, politiques ou non, Lena Wuergler s’intéresse davantage à celles de l’identité professionnelle des acteurs journalistiques lors d’événements considérés comme majeurs dans l’espace public national. Dans le cas de la Suisse, elle analyse le cas de révélations médiatiques concernant le conseiller d’État genevois Pierre Maudet sur la période 2018-2020 et montre que la médiatisation croissante des difficultés rencontrées par cet homme politique a contribué à un changement de nature de l’événement couvert, passant du statut d’affaire à celui de « scandale » suscitant in fine la démission de l’intéressé. Selon l’auteure, le discours et les actes des journalistes œuvrant dans les médias nationaux et locaux, quelles que soient leurs orientations politiques, a joué un grand rôle dans ce changement de statut.

Les révélations médiatiques successives viennent sans cesse alimenter l’un ou l’autre volet de l’affaire, déclenchant des instants discursifs faits de reprises, de réactions ou d’analyses […] [elles] agissent ainsi comme un réactif sur différents espaces sociaux, notamment médiatique et politique, dont les réactions alimentent ensuite à leur tour l’événement.

36L’analyse d’un corpus de 532 articles de la presse suisse relatifs à l’affaire Maudet montre que

le macro-récit de l’affaire renvoie l’image d’une communauté journalistique unifiée autour d’un idéal commun au service de la démocratie, les logiques de concurrence étant passées sous silence.

37Ce résultat est révélateur de la manière dont le journalisme d’investigation « permet de valider et valoriser discursivement, explicitement et implicitement, l’ensemble de la profession ». Quant au changement de statut évoqué plus haut, il permet d’insister sur le rôle de la temporalité dans le travail d’événementialisation au quotidien réalisé par les journalistes.

Le temps déplié de l’événement médiatisé

38En se penchant sur la célébration du 30e anniversaire de la Chute du Mur de Berlin, dans la continuité de précédents travaux, Axel Boursier, Lucia Radut-Gaghi et Isabelle Boyer traitent de la médiatisation d’un événement inscrit dans un passé que l’on pourrait croire révolu : celui de la Guerre Froide, du totalitarisme et de la partition idéologique de l’Europe. Néanmoins, leur analyse comparative de la couverture de cette célébration par un corpus de six médias issus de quatre pays européens montre que ce passé est toujours bien présent dans les mentalités collectives, notamment celles des journalistes.

39Les auteurs remarquent certes des traits communs (l’insistance sur la paix et la démocratie) entre la médiatisation du vingtième et celle du trentième anniversaire de cet événement fondateur pour l’Union Européenne. Mais ils constatent aussi « une volonté des médias de traiter de cet événement comme européen et de dépasser une inscription franco-allemande ». Ils remarquent également que

La décennie qui sépare ces deux commémorations a certes été marquée par l’élargissement de l’Union européenne, mais elle a surtout rendu manifeste un risque d’implosion de l’Union européenne face aux nationalismes et aux crises économiques (Brexit, Grexit, poussée des populismes européens…). De ce fait, le trentième anniversaire de la chute du mur a été cadré pour condamner les nationalismes et les divisions européennes et appeler à un retour de l’esprit d’unité.

40Mais au-delà de cette dimension politique et géopolitique soulignée plus haut, les auteurs insistent sur la pluralité des régimes de temporalités mobilisés : « si le discours de commémoration journalistique est un moment de cadrage du récit de l’actualité, alors nous pouvons […] dégager une lecture du passé comme devant éclairer le présent et le futur ».

41Ce constat a aussi été formulé par Éric Triquet, dans son analyse de la couverture journalistique de deux événements plus actuels : la crise sanitaire liée à la COVID-19 et les mesures de confinement strict adoptées au printemps 2020 par le gouvernement français en réponse à cette crise. L’auteur tente d’évaluer, via une analyse de contenu d’un volumineux corpus d’articles publiés par Le Monde, comment ce quotidien français de référence s’est saisi de ce double événement : « comment l’a-t-il relayé, décrit, commenté, analysé ? Et par quels détours a-t-il cherché à l’appréhender ? »

42Les journalistes de ce quotidien ont tout d’abord cherché à mieux comprendre et décoder les origines possibles de la pandémie : « c’est avec une exigence d’objectivité et de rigueur que ce grand quotidien s’est efforcé — et s’efforce encore — de traiter l’événement ». Ce souci s’est traduit par une démarche visant à mieux comprendre les raisons des pénuries des masques et de tests au cours des premiers mois de la crise, mais aussi de mieux cerner la problématique de la zoonose, la transmission virale de l’animal vers l’homme, en interrogeant de nombreux experts aux propos parfois contradictoires.

43Les articles analysés déplorent ainsi « une certaine irresponsabilité dans nos comportements et modes de vie ». Par ailleurs,

ils interpellent les lecteurs sur le choc anthropologique créé par cette pandémie et le confinement généralisé. Ils les invitent à réfléchir à un nouveau paradigme, remettant en cause le principe d’accélération permanente et à réinventer collectivement la modernité,

44en référence notamment aux travaux de Rosa et Latour.

45L’auteur en conclue :

Les pages du quotidien Le Monde proposent ainsi un espace commun d’expression et de réflexion voué à une triple fonction : construire une intelligibilité du moment présent, prendre la mesure de nos erreurs passées, dessiner les mondes possibles pour le futur. C’est peut-être là, à partir d’une approche multifocale — descriptive, analytique, critique et réflexive — que s’opère le détour de l’événement pour ce grand quotidien.

Les médias numériques : un autre construction de l’évènement par les journalistes ?

46C’est du moins ce que tente de montrer Andressa Bittencourt, au travers de son étude sur la représentation de la crise des migrants en 2015 par neuf médias français. Le résultat de son enquête met en évidence deux catégories : d’un côté, les médias traditionnels ont construit une version de cette crise basée sur la dramatisation, la spectacularisation et surtout la peur de l’étranger, et ont ainsi renforcé l’incompréhension du public vis-à-vis de ce phénomène ; de l’autre, des médias associatifs issu du Web indépendant (Tido, Guitti News, Inofmigrants, l’Oeil de l’exilé) ont proposé des récits alternatifs prenant en compte d’autres points de vue, notamment ceux des principaux intéressés, à savoir les migrants eux-mêmes. Ce constat rejoint celui d’autres enquêtes, portant notamment sur la médiatisation de la crise des banlieues et mettant en évidence le prisme déformant des médias mainstream et rôle joué par des médias pure players autoproduits par les jeunes des quartiers sensibles, à l’image du Bondy Blog.

47Pour l’auteure,

l’effort des médias spécialisés pour déconstruire des stéréotypes et des idées reçues dépasse l’envie tout court de représenter positivement les personnes issues de l’immigration […]. Ces médias représentent […] la naissance de vraies communautés tissées par des liens d’amitié, permettant leur inclusion dans la sphère médiatique.

48Cependant ces médias alternatifs sont confrontés à de nombreuses difficultés mettant en jeu leur subsistance même : manque de financements durables, manque de personnel, voire de compétences techniques de la part de collaborateurs souvent bénévoles, etc. Cela explique « qu’ils peinent encore à rendre visibles les différentes représentations et, par conséquent, à changer les traditionnelles perceptions sur les migrations auprès du grand public ». L’espace public reste façonné par des représentations dominantes de l’industrie médiatique, qui accorde encore peu de place à l’expression des « voix subalternes » (Spivak) malgré des efforts récents.

49En étudiant la représentation médiatique des événements mettant en scène des violences policières, Rayya Roumanos et Olivier Le Deuff partent d’un constat similaire à propos des médias mainstream.

L’événement reste le lieu temporel et neutre de l'émergence brutale (Nora, 1972, p. 168) qui bouscule l’agenda médiatique et entraîne, dans un premier temps, des explications situées, réductrices, qui ne tiennent pas compte du temps long. Théâtralité, évanescence et dilution de sens sont au cœur de ce construit qui concentre, immanquablement, une suite de critiques, sans pour autant provoquer un renouvellement profond des approches.

50C’est la raison pour laquelle ils se penchent sur un autre type de médiatisation de ces violences policières, celui proposé par David Dufresne dans son webdocumentaire de création intitulé « Allo Place Beauveau » (APB), qui tente de relever le défi d’une construction événementielle d’un nouveau genre via les outils du web interactif et participatif.

Plutôt que de réduire ces violences à une série de phénomènes contingents, le site entreprend de les problématiser en ré-agençant leur temporalité dans le but d’amplifier leur portée. Il adopte une approche à première vue libérée des contraintes aussi bien éditoriales, organisationnelles que commerciales, pour composer un objet hyper-documenté qui échappe à l’éparpillement des significations et à l’érosion du temps.

51Les auteurs montrent que ce dispositif socionumérique d’un nouveau genre 

s’extrait de la logique de l’événement réduit à un espace-temps limité, pour réaliser un travail qui confère aux incidents racontés une portée plus importante. Il apporte des réponses à la question des violences policières dans un présent continu, démarche qui consiste à agréger, de manière scientifique, des indices susceptibles d’offrir aux lecteurs un horizon explicatif cohérent.

52Cependant, leur enquête révèle aussi qu’APB procède à un tri très sélectif des violences policières en retenant celles qui ont été signalées, filmées et documentées, mais aussi en occultant celles qui ne l’ont pas été, telles que le refus de plainte, les contrôles au faciès systématiques, les violences verbales et physiques au quotidien : « APB sur ce point réduit tellement l’objet des violences policières à une violence physique mise en visibilité qu’il finit par invisibiliser toutes les autres ».

53Ils en concluent que ce nouveau dispositif journalistique basé sur les technologies de l’interactivité ne parvient pas à

dépasser pleinement la sphère militante pour devenir un véritable objet de référence d’un journalisme en plein doute de son avenir et qui pourrait pourtant y trouver des motifs de résistance à la course au renouveau perpétuel.

54Le « prisme du journalisme » serait-il donc toujours déformant ?

Haut de page

Bibliographie

ALBERTI Leon Battista (2007/1439), De Pictura, Paris, Éditions Allia.

ARENDT Hannah (1972), Du mensonge à la violence, Paris, Calmann-Levy.

ARISTOTE (2014), Œuvres, Paris, Gallimard.

AWAD Gloria (2018), « Crises, arguments et médiatisations numériques : le présent du journalisme et le futur de l’événement », Communication, 35(1), mis en ligne le 26 février 2018, http://journals.openedition.org/communication/7540, page consultée le 23 avril 2021.

AWAD Gloria (2015), « Méta-contenus et événement. Réécritures journalistiques numériques », dans Imad SALEH et al. (coord.), Le numérique à l’heure de l’Internet des objets : de l’hypertexte à l’hyperobjet. H2PTM 2015, Londres, ISTE Éditions, p. 305-312.

AWAD Gloria et Carmen PINEIRA-TRESMONTANT (2012), Les commémorations de la chute du mur de Berlin à travers les médias européens, Paris, L’Harmattan.

AWAD Gloria (2010), Épistémologie du journalisme, Paris, L’Harmattan.

AWAD Gloria (1995), Du sensationnel. Place de l’événementiel dans le journalisme de masse, Paris, L’Harmattan.

BECK Ulrich (2001/1986), La société du risque. Sur la voie d’une autre modernité, Paris, Aubier.

BESSIN Marc, Claire BIDART et Michel GROSSETTI (dir.) (2010), Bifurcations. Les sciences sociales face aux ruptures de l’événement, Paris, La Découverte.

BOORSTIN Daniel (2012/1961), Le triomphe de l’image. Une histoire des pseudo-événements en Amérique, Paris, Lux.

BURKE Peter (2000), A Social History of Knowledge From Gutenberg to Diderot, Cambridge, Polity Press.

CALABRESE Laura (2013), L’événement en discours : presse et mémoire sociale, Paris, L’Harmattan.

CASSIRER Ernst (1972/1953), La philosophie des formes symboliques, 3 tomes, Paris, Minuit.

CASTORIADIS Cornelius (1975), L’institution imaginaire de la société, Paris, Seuil.

COMMUNICATIONS (1972), 18, https://www.persee.fr/issue/comm_0588-8018_1972_num_18_1, page consultée le 22 avril 2021

DAVIDSON Donald (1993), Actions et événements, Paris, Presses universitaires de France.

DELUMEAU Jean (1978), La peur en Occident XIV-XVIIIe, Paris, Fayard.

DROYSEN Johann Gustav (2002/1882), Précis de théorie de l’histoire, Paris, Les Éditions du Cerf.

DOUGLAS Mary (1986), Risk Acceptability According to Social Sciences, New York, Basic Books.

DOUGLAS Mary (1992), Risk and Blame. Essays in Cultural Theory, Londres, Routledge.

ELIAS Norbert (1996/1984), Du temps, Paris, Fayard.

ESCARPIT Robert (1976), Théorie générale de l’information et de la communication, Paris, Hachette.

FOUCAULT Michel (2011/1970-1971), Leçons sur la volonté de savoir. Cours au Collège de France, 1970-1971, Paris, Gallimard.

GUAYYBESS Tourya et Nicolas PÉLISSIER (dir.) (2019), dossier « Récits en mouvement et journalisme numérique », Les Cahiers du Numérique, 15(3), Paris, Hermès Lavoisier.

GINISTY Paul (1931), Anthologie du journalisme. Du XVIIe siècle à nos jours, Paris, Librairie Delagrave.

HALBWACHS Maurice (1952/1926), Les cadres sociaux de la mémoire, Presses universitaires de France.

HIRSCHMAN Albert O. et Pierre ANDLER (2011/1980), Les passions et les intérêts. Justifications politiques du capitalisme avant son apogée, Paris, Quadrige / Presses universitaires de France.

JAMES William (2007/1907), Le pragmatisme, Paris, Flammarion.

LEMERCIER DE LA RIVIERE Pierre-Paul (2001/1767), L’ordre naturel et essentiel des sociétés politiques, Paris, Fayard.

LEVI-STRAUSS Claude (1962), La pensée sauvage, Paris, Plon.

MERLEAU-PONTY Maurice (1945), Phénoménologie de la perception, Paris, Gallimard.

MIEGE Bernard, Jean-Claude DOMENGET et Nicolas PÉLISSIER (dir.) (2017), Temps et temporalités en information-communication : des concepts aux méthodes, Paris, L’Harmattan.

MOIRAND Sophie (2011), Le discours de la presse quotidienne : observer, analyser, comprendre, Paris, Presses universitaires de France.

MORIN Edgar (1968), « Pour une sociologie de la crise », Communications, 12, p. 2-16, https://www.persee.fr/doc/comm_0588-8018_1968_num_12_1_1168, page consultée le 23 avril 2021

NORA Pierre (1972), « L’événement monstre », Communications, 18, https://www.persee.fr/doc/comm_0588-8018_1972_num_18_1_1272, page consultée le 23 avril 2021.

PEIRCE Charles Sanders (2002), Œuvres philosophiques, 3 tomes, Paris, les Éditions du Cerf.

PEIRCE Charles Sanders (1978), Écrits sur le signe, Paris, Seuil.

PÉLISSIER Nicolas (2018), « Des fake news aux vérités alternatives : le journalisme au défi du post-factuel », dans Alexandre JOUX et Maud PÉLISSIER (dir.), L’information d’actualité au prisme des Fake News, Paris, L’Harmattan, p. 47-70.

POMIAN Kristof (1985), L’ordre du temps, Paris, Gallimard.

RICŒUR Paul (1983-1985), Temps et récit, 3 tomes, Paris, Seuil.

RICOEUR Paul (2000), La mémoire, l’histoire, l’oubli, Paris, Seuil.

RUSSEL Bertrand (1969), Signification et vérité, Paris, Flammarion.

TARDE Gabriel (1989/1901), L’opinion et la foule, Paris, Presses universitaires de France.

VERON Eliseo (1981), Construire l’événement. Les médias et l’accident de Three Mile Island, Paris, Minuit.

Haut de page

Notes

1 Comme cela fut le cas le 29 mai 1985, au stade du Heysel à Bruxelles, lors de la finale de la Coupe d’Europe retransmise en direct. Les caméras des chaînes de télévision étaient disposées autour du terrain. Mais l’événement a eu lieu dans les tribunes : des affrontements entre les supporters des deux équipes qui jouaient qui ont fait 39 morts. Seule une équipe de journaliste qui était là pour un tournage sur les supporters de football a pu filmer ce qui est devenu un drame du football européen et a abouti à l’exclusion pour de années du club de Liverpool des compétitions européennes.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Gloria Awad et Nicolas Pélissier, « Rationalisation, résilience et renouvellement d’un concept info-communicationnel  »Communication [En ligne], Vol. 38/1 | 2021, mis en ligne le 15 juin 2021, consulté le 26 juillet 2021. URL : http://journals.openedition.org/communication/13969 ; DOI : https://doi.org/10.4000/communication.13969

Haut de page

Auteurs

Gloria Awad

Gloria Awad est maître de conférences, habilitée à diriger des recherches en sciences de l’information et de la communication, UFR Économie, gestion, administration et sciences sociales et membre du Laboratoire Textes et Cultures, Université d’Artois. Courriel : gloria.awad@univ-artois.fr

Articles du même auteur

Nicolas Pélissier

Nicolas Pélissier est professeur en Sciences de l’information et de la Communication à l'École Universitaire de Recherche Arts & Humanités et Directeur du Laboratoire de Recherches en Sciences de l’information et de la Communication (SIC.Lab Méditerranée), Université Côte d'Azur. Courriel : nicolas.pelissier@univ-cotedazur.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Communication sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search