Navigation – Plan du site

AccueilNumérosVol. 38/1ArticlesL’événement comme support de légi...

Articles

L’événement comme support de légitimation du journalisme d’enquête

L’exemple de « l’affaire Maudet »
Wuergler Lena

Résumés

L’auteure s’interroge sur le poids de l’implication de journalistes d’enquête suisses dans la configuration publique de « l’Affaire Maudet ». Mêlant analyse de discours et analyse de la « carrière » de l’événement, son étude montre que les journalistes d’enquête ont une responsabilité à la fois sociale et énonciative dans l’émergence et le développement de l’affaire. La prise en charge de cette responsabilité pèse sur les configurations qu’ils donnent de l’événement et en fait des cibles potentielles de critiques. Émerge alors un métarécit sur la quête de vérité des journalistes, qui sert de support de légitimation du quatrième pouvoir.

Haut de page

Texte intégral

1Notre article s’interroge sur le poids de l’implication de journalistes d’enquête dans la configuration publique d’un événement. La littérature portant sur le journalisme d’enquête suggère en effet que le poids des journalistes sur la configuration d’un événement est supérieur dans le cas du journalisme d’enquête par rapport à d’autres formes de journalisme. Dominique Marchetti distingue par exemple deux « régimes » d’événements : ceux organisés pour les médias par diverses sources (« évidents » et « obligés ») et ceux qui ne le sont pas (« imprévus »), auxquels appartiennent les événements révélés par le journalisme d’enquête. Il estime que « la part des journalistes dans la production de l’événement a tendance à être plus faible dans le régime des événements “obligés” », et donc plus forte dans le régime des événements « imprévus » (1997, p. 19).

2À sa suite, nous considérons que les événements « imprévus » révélés par le journalisme d’enquête posent plus fortement la question de la configuration d’un événement par les journalistes que les événements « obligés », où se poserait alors plus clairement la question de la configuration d’un événement par les sources. Comme le montrent Érik Neveu (1993) et Daniel Berkovitz (2009), le poids des sources sur la configuration d’un événement est directement corrélé à celui des journalistes : plus les sources ont de poids sur le contenu médiatique, moins les journalistes en ont, et inversement. En ce sens, le journalisme d’enquête, considéré comme l’opposé du journalisme « de communication » (Ingmar, 2006), est réputé comme étant la forme de journalisme la plus indépendante des préfigurations proposées par des sources (Schlesinger, 1992).

3Selon une définition largement partagée, le journalisme d’enquête s’apparente à

une recherche active d’informations, effectuée par le journaliste lui-même et de sa propre initiative, sur des sujets d’intérêt public, après avoir consulté un grand nombre de sources différentes, afin de révéler des faits ou des informations restés cachés (Labarthe, 2019, § 34).

4Plus largement, une enquête journalistique met au jour des informations qui n’auraient pas été connues sans la recherche du journaliste. Il peut s’agir de « révélations », mais aussi de nouvelles interprétations de faits déjà connus (Cancela et al., 2021 ; Van Eijk, 2005). Le poids des journalistes d’enquête serait donc supérieur à toutes les étapes du processus : du choix du sujet à la mise en forme, en passant par l’approfondissement de la recherche (Ettema et Glasser, 2006 / 1985).

  • 1 Article réalisé dans le cadre du projet no 10001A-173315, « L’enquête journalistique : mythe ou ren (...)

5En revanche, la littérature ne dit rien sur la manière dont ce poids renforcé se matérialise dans les productions journalistiques et sur l’effet qu’il peut avoir sur la configuration médiatique d’un événement. À notre connaissance, seuls James Ettema et Theodore Glasser (1988) ont analysé l’effet de certaines stratégies narratives utilisées par des journalistes d’enquête sur le sens — en l’occurrence moral — de leurs productions. Cependant, les auteurs se fondent sur l’analyse de trois enquêtes distinctes, sans liens entre elles. Notre article1 vise à décrire, à documenter et à analyser l’influence de ce processus journalistique particulier sur la ou les (re-)configurations d’un même événement sur la durée.

Cas d’étude : l’affaire Maudet

6Nous avons choisi de prendre comme étude de cas une « affaire », sous-genre souvent affilié au journalisme d’enquête (Chalaby, 2004). Il s’agit de « l’affaire Maudet », qui a particulièrement marqué le paysage politique, judiciaire et médiatique suisse entre 2018 et 2020. Elle prend son nom du conseiller d’État genevois Pierre Maudet, encore en poste actuellement (25 août 2020). Le déclencheur de l’affaire est une enquête du quotidien genevois La Tribune de Genève du 11 mai 2018, qui relate un voyage effectué en 2015 par Pierre Maudet aux Émirats arabes unis. L’article explique que le politicien a effectué des rencontres officielles durant ce séjour, pourtant présenté comme « privé » par l’intéressé. La suite montre que ce luxueux voyage, réalisé avec femme et enfants, a été financé par les instances officielles émiraties, ce qui a valu à Maudet d’être poursuivi par le Ministère public pour « acceptation d’un avantage ».

7Se sont ensuite ouverts, tour à tour, d’autres volets d’une affaire qui aura marqué la Suisse entière. Des fuites de documents de justice, relayés dans la presse, ont finalement conduit à l’exclusion de Pierre Maudet de son parti politique le 6 juillet 2020. Les faits dénoncés doivent, quant à eux, encore être jugés devant un tribunal. Peu habitués des grandes affaires politiques (Vermeer, 2005), les médias suisses romands — et exceptionnellement suisses alémaniques — ont consacré un espace et des ressources exceptionnels au suivi de cette affaire.

Les faits et l’événement

8Considérer l’affaire Maudet comme un événement ne va pas de soi et exige, d’abord, d’opérer une distinction entre « faits » et « événements ». Pour Jocelyne Arquembourg, les faits n’impliquent pas de sujet à proprement parler : « […] tout au plus peut-on dire qu’ils arrivent sous le regard d’un observateur ou d’un témoin, dans un contexte donné qu’ils ne remettent pas en question » (2006, p. 16). À l’inverse, les événements possèdent une « charge de rupture » (ibid., p. 14). Ils « recèlent une part d’indétermination qui défie l’entendement, oblige à produire de nouveaux cadres d’interprétation, organise un avant et un après » (ibid., p. 15).

9La distinction est ici d’autant plus essentielle que notre analyse s’appuie presque exclusivement sur des productions médiatiques, tant pour établir les faits que pour analyser l’événement. Comme le souligne Hervé Rayner, la presse « constitue de longue date une source centrale de l’étude du scandale, mais aussi un objet, puisque c’est l’un des principaux sites où prennent place, entre autres, les luttes pour la définition de la situation » (2015, p. 42). Comme sources, les productions médiatiques permettent ici de reconstituer le déroulement de l’affaire. Comme objet d’analyse, elles offrent l’occasion d’analyser comment ces faits ont été rassemblés, « mis en intrigue » (Ricœur, 1983), par les récits journalistiques.

10D’après Jocelyne Arquembourg,

un événement ne peut se réduire aux faits dans lesquels il s’origine, ni à l’instant où surgit l’étincelle qui mettra le feu aux poudres. L’événement est justement ce qui déborde les faits et les instants et qui se mesure à l’aune de leurs conséquences. Le travail de l’événement est parfois perceptible à travers les multiples reconfigurations dont il fait l’objet dans les médias (2019, p. 296).

11La présence d’un événement est signalée par le fait que son surgissement dans l’espace public « suscite un “moment discursif” », soit « le surgissement dans les médias d’une production discursive intense et diversifiée à propos d’un même fait » (Moirand, 2004, p. 73). Ce « moment discursif » deviendra « au fil du temps un “événement” présent dans la mémoire collective d’une société » (ibid., p. 74, note 4). Sophie Moirand distingue le concept de « moment discursif » de celui d’« instant discursif ». Celui-ci peut être de plus ou moins grande intensité, mais disparaît rapidement des discours médiatiques. L’affaire Maudet constitue en ce sens un « moment discursif » parce qu’il « donne lieu à une abondante production médiatique et qu’il en reste également quelques traces à plus ou moins long terme dans les discours produits ultérieurement à propos d’autres événements » (Moirand, 2007, p. 4). La distinction entre « moment discursif » et « instant discursif » nous semble ici opératoire non pas pour distinguer deux types d’événements, mais pour décomposer le « moment discursif » de l’affaire Maudet en différents « instants discursifs » de plus ou moins grande intensité.

12Saisir l’événement, c’est ainsi prendre en compte l’ensemble des faits, discours et conséquences qui le composent et l’observer sur la durée. Il est donc appréhendé ici comme un processus dynamique, dont les composantes et le sens peuvent évoluer avec le temps (Quéré, 1997). La littérature portant sur les « affaires », les « scandales » ou les « problèmes publics » (voir Boltanski et Claverie, 2007 ; Mazbouri et Valloton, 2016 ; Rayner, 2015, 2019 ; Rayner, Thétaz et Voutat, 2016a, 2016b ; Kaciaf et Lagneau, 2013 ; Kaciaf et Le Derff, 2018 ; Cefaï, 1996) adopte une perspective similaire et offre ainsi des notions pertinentes pour l’analyse de la dynamique générale de l’affaire Maudet.

L’événement et le langage

13Notre étude s’inscrit donc dans une perspective constructiviste, qui reconnaît l’importance du langage et du discours dans la configuration d’un événement. Il part du principe, d’abord, que tout événement subit, pour être raconté, une configuration (Ricœur, 1983), c’est-à-dire une « mise en intrigue » (Arquembourg, 2011). Parce que la configuration implique « un travail d’élucidation et de compréhension du réel » (Arquembourg, 2005, p. 32), elle suppose d’opérer des choix qui auront une influence sur le sens que prendra l’événement. Comme le souligne Charlotte Danino, « face à l’événement, on prête au langage une dimension herméneutique, heuristique » (2014, p. 94) qui va lui insuffler un certain sens. Il en va ainsi de tout événement « saisi par la communication » (Quéré, 2013, p. 5). La configuration d’un événement par les journalistes s’apparente donc, selon Érik Neveu et Louis Quéré, à un « processus de mise en forme, de mise en scène et de mise en sens » (1996, p. 10). Suivant Marie Veniard, nous postulons que les médias participent « à la construction du récit collectif de l’événement » (2013, p. 18). Autrement dit, nous partons du principe que les médias ne « représentent » pas un événement, « mais participent à l’opération de signification de l’événement » (ibid., p. 20).

Méthodologie

14Notre étude se fonde sur une analyse des productions médiatiques portant sur l’affaire Maudet et, plus spécifiquement, sur les enquêtes journalistiques qui la concernent, et ce, en mobilisant des outils d’analyse du discours. Cette approche constitue un moyen efficace d’élucider la structure narrative et les arrangements symboliques du contenu médiatique (Fürsisch, 2009), tout en permettant d’inférer des hypothèses concernant l’engagement explicite et implicite du locuteur sur le contenu des productions (de Saussure et Oswald, 2009).

15L’analyse se divise en plusieurs aspects qui s’enrichissent mutuellement. Sur le plan lexical et sémantique, elle s’intéresse à la manière dont certains termes, qualificatifs ou formules sont progressivement préférés à d’autres (Moirand, 2007, 2018 ; Veniard, 2013 ; Krieg-Planque, 2009). En l’occurrence, nous nous concentrons sur l’émergence et la stabilisation de la dénomination « affaire Maudet ».

16Sur le plan narratif, ensuite, elle s’intéresse aux choix opérés dans la « mise en intrigue » des événements pour retracer « la manière dont s’est constituée la détermination de l’événement » (Arquembourg et Lamberg, 2005, p. 20). L’approche se fonde sur une double perspective : d’abord en observant comment les « micro-récits » se sont accumulés ; ensuite, en analysant comment ces « micro-récits » ont été réunis en « macro-récits » intermédiaires par certains médias, conférant une unité « à ce qui n’était, originellement, qu’une succession d’épisodes » (Arquembourg, 2005, p. 34).

17Le troisième degré d’analyse porte sur la « carrière » médiatique de l’affaire et permet de saisir et d’expliquer son déploiement à travers le temps ainsi que l’évolution de sa portée symbolique. Nous nous intéressons notamment à l’influence des logiques internes au milieu journalistique sur la configuration d’un événement et sa relative valeur symbolique et sociale (Kaciaf, 2013, 2018 ; Crespin et Ferron, 2016).

Constitution du corpus

18Une première phase de récolte a consisté à rechercher, dans la base de données des médias suisses (SMD), tous les articles comprenant l’occurrence « affaire Maudet » ou une cooccurrence (« Pierre Maudet » et « Abu Dhabi »), afin de constituer un corpus existant, soit l’ensemble des textes de presse accessibles (Rastier et Pincemin, 1999) contenant les termes recherchés. Les 4 652 résultats ont été reportés sous forme graphique, reflétant le nombre de résultats quotidiens. Cette étape offre un premier aperçu de la « carrière médiatique » (Crespin et Ferron, 2016) de l’affaire sur le plan chronologique et quantitatif. Elle permet d’identifier d’abord trois « temps forts » et deux « temps morts » médiatiques (Marchetti, 1997) de l’affaire, et ensuite d’orienter l’analyse sur les instants discursifs les plus intenses.

Histogramme 1. Nombre d’articles contenant l’occurrence « affaire Maudet » ou une cooccurrence (« Pierre Maudet » et « Abu Dhabi »)

Histogramme 1. Nombre d’articles contenant l’occurrence « affaire Maudet » ou une cooccurrence (« Pierre Maudet » et « Abu Dhabi »)

19Une analyse thématique plus fine de chaque instant discursif a ensuite permis, d’une part, de distinguer les instants discursifs (ou « pics » du graphe) qui concernent directement l’affaire de ceux qui ne la concernent qu’indirectement et, d’autre part, de mettre en évidence la présence de nombreux « doublons », à savoir les mêmes articles publiés dans plusieurs titres appartenant à un même groupe de presse ou publiés sur différents supports (par exemple sur le print et sur le Web). Si ces doublons donnent une indication quantitative sur le succès médiatique d’un sujet, ils s’avèrent inutiles pour l’analyse qualitative et ont donc été retirés.

Histogramme 2. Extrait de l’analyse thématique des différents instants discursifs

Histogramme 2. Extrait de l’analyse thématique des différents instants discursifs

20Le corpus de référence (Rastier et Pincemin, 1999) comprend finalement 532 productions médiatiques, listées jour par jour dans un fichier. L’analyse de leur intertextualité — soit des références explicites à d’autres textes ou à d’autres dires — a permis d’identifier les déclencheurs de chaque instant discursif (annonces officielles ; faits d’actualité ; révélations médiatiques) et d’intégrer au corpus de référence 34 productions médiatiques ayant généré un instant discursif, mais dont le média n’est pas référencé sur SMD.

Graphique 1. Extrait de l’analyse des références intertextuelles (flèche rouge : reprise ; flèche bleue : citation et compléments)

Graphique 1. Extrait de l’analyse des références intertextuelles (flèche rouge : reprise ; flèche bleue : citation et compléments)

21Enfin, à partir du corpus de référence, nous avons constitué deux corpus de travail, chacun adapté à un objectif d’analyse particulier (Charaudeau, 2009). Le premier vise à analyser la manière dont a été nommé, caractérisé et qualifié l’événement en question. Les « différentes désignations rencontrées au fil du traitement de l’événement » (Moirand, 2007, p. 19) et leurs cotextes ont donc été inventoriés. Ce corpus se concentre sur les trois premiers mois de l’affaire, soit jusqu’au moment où l’usage du terme « affaire Maudet » semble se stabiliser durablement.

  • 2 La Tribune de Genève (quotidien régional) ; Le Temps (quotidien suprarégional suisse romand) ; Radi (...)

22Le second corpus de travail vise à analyser plus spécifiquement les discours des journalistes d’enquête dans les articles qui, d’une part, ont un lien direct avec l’affaire et qui, d’autre part, ont déclenché un instant discursif, à savoir, a minima, des reprises par d’autres titres. Au fur et à mesure de la constitution de ce corpus, il nous a paru nécessaire d’intégrer également différents commentaires de journalistes — éditoriaux, chroniques, billets —, car ils semblaient apporter un éclairage essentiel sur les enjeux de l’affaire. Ce second corpus se compose finalement de 45 enquêtes et de 48 commentaires journalistiques publiés dans 11 médias différents2. L’ensemble des productions présente une forte hétérogénéité sémiotique, textuelle et énonciative, représentative des différentes « facettes » de l’événement.

23Suivant le développement chronologique de l’événement, nous détaillons ci-dessous comment la constitution symbolique de l’affaire Maudet procède de plusieurs processus concomitants qui se superposent et dans lesquels le journalisme d’enquête joue un rôle prépondérant. Tant le processus de dénomination que les mécanismes discursifs utilisés dans les productions, les mises en récit successives et les logiques professionnelles contribuent à la valorisation symbolique de l’événement. Nous montrons ainsi comment, sous l’influence de l’ensemble de ces facteurs, l’affaire « grandit », au point qu’elle est devenue, aujourd’hui, une forme de « métarécit » sur le rôle du journalisme dans la démocratie.

Contexte

24Toute « affaire », tout « scandale » ou tout « problème public » ne surgit jamais de nulle part, mais s’intègre dans une « dynamique événementielle », qui « implique d’inclure dans l’analyse l’amont et l’aval de la médiatisation » (Kaciaf et Lagneau, 2013, p. 228), notamment le contexte dans lequel elle a émergé.

25En Suisse, le système politique est encore largement décentralisé, les 26 cantons du pays disposant d’une grande autonomie par rapport au pouvoir fédéral central (Hottelier, 2008). Aux frontières cantonales se superposent trois régions linguistiques : la Suisse allemande, la Suisse romande (francophone) et la Suisse italienne. Le système fédéraliste et le découpage linguistique du pays ont une influence directe sur le champ journalistique, « organisé autour de titres cantonaux et régionaux » (Mazbouri et Valloton, 2016, p. 18). C’est pourquoi, selon Malik Mazbouri et François Valloton, la plupart des « scandales » gardent, en Suisse, une dimension locale et acquièrent rarement une dimension nationale. En ce sens, l’affaire Maudet constitue une exception.

L’amont de la dénonciation

26En tant que conseiller d’État du canton de Genève depuis 2012, Pierre Maudet est donc, lors de son voyage en 2015, d’abord une personnalité politique genevoise. En 2017 toutefois, il se porte candidat au Conseil fédéral, la plus haute instance politique du pays, et se fait ainsi connaître dans toute la Suisse. D’après Philippe Reichen (2020), le candidat bénéficie alors d’une forme de fascination de la part des médias helvétiques. Perdant, Pierre Maudet obtient toutefois un succès d’estime avec 90 voix parlementaires en sa faveur (contre 125 pour son concurrent).

27Très jeune (40 ans en 2018) pour les fonctions politiques qu’il occupe, Pierre Maudet est présenté par les médias, début 2018, comme « l’enfant prodigue du PLR » (Reichen, 2018a) ou comme un « surdoué de la politique » (Haeberli, 2018). Les journalistes l’appellent « Superman » (Moulin, 2018), « le Charmeur » (Holz, 2017) ou « le Conquérant » (Dayer, 2017) et « l’aident à construire son image de politicien brillant » (ibid., p. 180).

28Parce qu’il est ambitieux, se qualifiant lui-même d’homme de pouvoir (Jaberg, 2017), Pierre Maudet fait figure d’exception dans le paysage politique suisse. Comme le souligne Philippe Reichen,

il est l’antithèse de l’image du politicien de milice. Il ne fait pas de brevet d’avocat après ses études de droit et reste sans expérience professionnelle notable avant de commencer sa carrière politique. La politique est sa vocation et il revendique déjà à l’âge de 20 ans son amour du pouvoir […]. Son parcours en politique ressemble davantage à celui d’un politicien français que suisse (2020, p. 179-180).

29Début mai 2018, alors qu’il vient d’être réélu à la majorité absolue au premier tour du Conseil d’État genevois en avril, Pierre Maudet est donc au sommet de sa carrière. En raison de sa trajectoire atypique pour un politicien suisse, de sa maîtrise de la communication et de son contact étroit avec les journalistes, il bénéficie d’une couverture médiatique jusque-là presque exclusivement favorable.

De la rumeur au fait public

30À cette époque, son voyage à Abu Dhabi n’est pas encore connu publiquement. Il fait toutefois l’objet d’une rumeur dont ont connaissance deux journalistes, Raphaël Leroy (Matin Dimanche) et Kurt Pelda (TagesAnzeiger). Ces derniers manquent toutefois d’éléments pour la médiatiser. La « jouabilité de la dénonciation », selon les termes de Rayner et al. (2016b), est ainsi perçue comme trop faible par les journalistes et / ou par leur rédaction, en raison des lacunes dans leur démonstration et du risque qui en découlerait d’être attaqués à leur tour. La responsabilité d’une dénonciation fait en effet courir le risque au dénonciateur « de voir son geste se retourner contre lui » (Boltanski et Claverie, 2007, p. 417).

31La donne change en mai 2018. Une journaliste de la Tribune de Genève, Sophie Roselli, décide de rendre publique l’existence du voyage, soutenue par son rédacteur en chef. Dans son article, elle écrit avoir « relancé ses recherches à la suite de nouveaux éléments qui lui sont parvenus » (2018a). La forme passive utilisée suggère que quelqu’un a transmis des informations à la journaliste. Ce faisant, cet informateur anonyme lui a également délégué « la charge de transformer la rumeur en information » (Kaciaf et Lagneau, 2013, p. 226) pour « ne pas avoir à payer le coût de l’acte de langage public qui ouvrira le scandale » (Lemieux, 2007, p. 389).

32Le poids de la responsabilité de la dénonciation explique pourquoi la publication de Sophie Roselli se veut extrêmement prudente. L’article se construit sur la base d’une confrontation entre deux versions d’un même événement, celle de Pierre Maudet et celle que configure la journaliste. La première présente l’événement comme un voyage privé, la seconde comme un voyage officiel.

Une escapade du magistrat aux Émirats arabes unis, réalisée à titre privé, a pris un caractère officiel. Il peine à dire qui a payé quoi. Pour lui, il s’agit d’un déplacement « privé », annoncé comme tel au préalable au président du Conseil d’État genevois […]. Selon nos informations, le Genevois échange avec le prince héritier de ce pays producteur de pétrole, Mohammed bin Zayed Al Nahyane, surnommé MBZ. […] De quoi susciter des interrogations. […] Pierre Maudet s’entretient également avec un frère de MBZ et un autre haut responsable, a-t-on découvert. La rencontre revêt une dimension publique. (nous soulignons)

33La confrontation de plusieurs versions est une forme courante dans les médias. La plupart du temps, elle sert justement à éviter au journaliste de prendre position et, donc, d’engager sa responsabilité (Desjardins, 2005 ; Ericson, 1998). Or, dans le cas présent, la responsabilité de la journaliste est, au contraire, double : elle endosse, avec sa rédaction, la responsabilité de la « confrontation publique », mais aussi sa responsabilité énonciative. Elle ne se contente en effet pas de relayer une accusation attribuée à autrui, mais développe un argumentaire pour démontrer qu’elle est justifiée. Ce faisant, elle prend le risque de prêter doublement le flanc à la critique : comme dénonciatrice et comme configuratrice de l’événement. Or, sa publication engage sa responsabilité individuelle, mais aussi celle de son journal et, indirectement, celle des médias dans leur ensemble, puisque plusieurs d’entre eux relaient rapidement l’information

Premier « temps fort » : définition de l’événement

34Cette première publication génère un premier instant discursif (reprises, réactions, etc.) et lance le premier « temps fort » médiatique de l’événement (du 11 mai 2018 au 30 juin 2018) qui correspond à la période d’émergence de l’affaire, durant laquelle s’opèrent sa définition et la détermination de ses enjeux.

35Durant les premiers jours, ce sont ainsi essentiellement Sophie Roselli (Tribune de Genève) et Raphaël Leroy (devenu rédacteur en chef de Radio Lac après avoir quitté Le Matin Dimanche) qui participent à la configuration du voyage en événement médiatique. Ce qui marque une rupture, selon eux, ce sont les « contradictions de Pierre Maudet » (Leroy, 2018a), le politicien étant considéré habituellement comme « un grand maître en communication » (Ruetschi, 2018).

36Au fil des jours, chacun des deux journalistes attribue au média de son confrère ou de sa consœur la paternité d’une ou plusieurs révélations.

Le magistrat chargé de la sécurité et de l’économie indique à la Tribune de Genève qu’il s’agit d’un déplacement privé. (Radio Lac, 11 mai) (Leroy, art. cit.)

À la suite de nos révélations, hier, sur son intriguant voyage aux Émirats arabes unis en novembre 2015, Radio Lac a dévoilé une série de contradictions […]. (Tribune de Genève, 12 mai) (Roselli, 2018b)

Dernièrement, le conseiller d’État expliquait à la Tribune de Genève être parti avec un cercle d’amis […]. (Radio Lac, 14 mai) (Leroy, 2018b)

Pierre Maudet est passé par le service du protocole à l’aéroport de Genève […], selon Radio Lac. (Tribune de Genève, 15 mai) (Roselli, 2018c)

Et la Tribune de Genève, dans ses recherches, arrive à savoir qu’il a logé dans une suite. Donc là encore, on est dans une incohérence, on est dans une version de la réalité qui est travestie […] Nous menons une enquête, nous ne faisons de cabale contre personne […] Nous recherchons la vérité. (Radio Lac, 16 mai) (nous soulignons) (Leroy et Bertoli, 2018)

37Ces attributions explicites, conformes à l’éthique professionnelle, procèdent également à une forme de validation mutuelle du travail de l’autre, en raison « du pouvoir de consécration » des reprises (Marchetti, 1997). Tout en justifiant l’information donnée et en rendant justice à la source, elles indiquent implicitement que l’un(e) et l’autre journaliste estiment que les informations de son confrère ou de sa consœur ont bel et bien la qualité d’événement médiatique. Elles confèrent également un « poids politique » plus grand à l’information publiée.

38De plus, ces extraits révèlent l’articulation d’un double récit : il y a non seulement celui du voyage à Abu Dhabi en 2015, mais aussi celui de la confrontation, en 2018, entre la version des journalistes et celle de Maudet. Ce motif de l’opposition entre des journalistes œuvrant pour l’intérêt public et d’un politicien soupçonné de s’autoriser des largesses avec la réalité reviendra de différentes manières tout au long de l’affaire.

De « l’intrigant voyage » à « l’affaire »

39Le passage de l’officieux à l’officiel requiert aussi que, pour la première fois, le dénonciateur nomme l’événement. Le choix des mots utilisés pour le décrire joue un rôle fondamental dans sa configuration. Comme l’indiquent Érik Neveu et Louis Quéré, « dès lors qu’un événement a été identifié sous une description […], son explication et son interprétation sont orientées et délimitées par la teneur sémantique des termes utilisés par cette description » (1996, p. 15). C’est pourquoi l’acte de nommer joue un rôle important dans le sens social de l’événement et constitue souvent un « terrain de lutte idéologique pour les acteurs sociaux » (Calabrese Steimberg, 2013, p. 235).

40L’analyse lexicale des désignants de l’événement montre une transition progressive de « l’intrigant voyage de Pierre Maudet à Abu Dhabi » vers « l’affaire Maudet ». Le schéma ci-dessous résume le processus de condensation du désignant de l’événement, récurrent dans la presse d’information (Calabrese Steimberg, 2009, § 12).

Schéma 1. Dynamique lexicale

Schéma 1. Dynamique lexicale

41L’utilisation du terme « affaire » pour qualifier l’événement n’est pas anodine. Ce terme porte en lui à la fois une mémoire et une connotation négative. Laura Calabrese Steimberg relève que l’acte de nommer un événement a pour premier effet de le catégoriser « dans un ensemble plus large » (2013, p. 234). Qualifier un événement d’« affaire » revient à le catégoriser dans une « famille » d’événements « à valeur dépréciative ou à charge émotionnelle forte » (Moirand, 2007, p. 53). Adosser le terme « affaire » à un leader politique implique donc de le faire entrer dans la famille des affaires politico-judiciaires antérieures. Le terme « affaire » permet ainsi « d’inscrire l’événement dans une forme qui économise une partie du travail de mise en intrigue », chaque nouvelle affaire « venant en quelque sorte actualiser les motifs originels » (De Blic, 2007, p. 240).

42Dans le cas de l’affaire Maudet, une analyse de la dynamique discursive (Cislaru, 2013) révèle que l’utilisation même du terme « affaire » fait l’objet de justifications et d’hésitations, qui montrent bien que les énonciateurs ont conscience de la portée symbolique de son utilisation. Plusieurs journalistes font preuve de prudence dans l’emploi du terme. Cette réserve se matérialise tantôt explicitement (« Parce que c’est vrai que — on ne va pas dire l’affaire, mais le dossier — commence à prendre de l’importance » [Leroy et Bertoli, 2018]), tantôt implicitement en utilisant des guillemets (« “L’affaire” Pierre Maudet ») (id.), qui signalent que l’auteur « exprime une distance vis-à-vis de l’énoncé et entend la signifier au lecteur » (Rinck et Tutin, 2007, p. 87).

Lutte au sujet du choix des mots

43Le passage de « l’intrigant voyage de Pierre Maudet » à « l’affaire du voyage de Pierre Maudet » s’effectue, lui, le 15 mai, quand La Tribune de Genève révèle pour la première fois qu’une enquête judiciaire est en cours : « Rebondissement dans ce que l’on doit bien appeler aujourd’hui l’affaire du voyage de Pierre Maudet à Abu Dhabi » (Roselli, 2018c).

  • 3 Dans le dictionnaire, le terme est défini non seulement comme un « procès », mais aussi comme « ce (...)

44La formulation « ce que l’on doit bien appeler » montre que la journaliste a conscience de sa responsabilité, puisqu’elle ressent le besoin de se justifier : ce n’est pas par choix qu’elle utilise le terme « affaire », mais en raison des circonstances — en l’occurrence l’implication de la justice. En effet, le terme « affaire » renvoie dans son usage courant souvent à l’idée d’une procédure judiciaire (Gonzales et Malbois, 2016), tout comme le terme « dossier » (Braudo, page consultée le 29 janvier 2021). L’utilisation du premier au détriment du second confère toutefois une dimension plus polémique à l’événement, au vu des différentes acceptions du terme3 et des précédents historiques qu’il rappelle à la mémoire.

45Dès lors, la transition ne s’effectue pas sans remous. L’utilisation du terme par les médias est en effet contestée, explicitement ou implicitement, par des représentants de la sphère politique. Ainsi, Pierre Maudet se défend : il s’agit d’une « non-affaire » (Mansour, 2018a), alors que d’autres estiment qu’« on monte en épingle une affaire » (Roselli, 2018b). Cet argument « hyperconstructiviste », selon lequel les médias « créent la réalité » (Kaciaf et Lagneau, 2013, p. 213), apparaît régulièrement durant les premiers mois de l’affaire.

46À l’opposé, les journalistes d’enquête répondent avec des arguments « naturalistes », selon lesquels les médias ne font que refléter la réalité. Ils défendent, en substance, que c’est de la responsabilité de Pierre Maudet si « l’histoire » est devenue « affaire ».

Ce qui au début n’était qu’une simple histoire sur les limites des voyages d’élus s’est en quelques jours transformé en « affaire ». Et Pierre Maudet s’est lui-même fourvoyé.

Il suffisait à Pierre Maudet d’être tout à fait clair dès le départ et transparent… Honnêtement, [si cela avait été le cas], il n’y aurait jamais eu d’affaire. (nous soulignons) (Leroy et Bertoli, 2018)

47Les journalistes font donc preuve d’une grande précaution et se déchargent, en la justifiant, de la responsabilité de cette désignation. Implicitement, leurs discours révèlent une conscience du poids des mots sur le sens social d’un événement et de la « responsabilité énonciative » de ceux qui les utilisent. La nomination implique en effet toujours « une prise de position par rapport à l’objet nommé » (Calabrese Steimberg, 2012, p. 29). Ce débat interposé quant au nom de l’événement vient à son tour alimenter l’affaire et contribue, au grand dam de ses contradicteurs, à « l’instituer en événement » (Cislaru, 2013, p. 5).

48La qualification de l’événement en « affaire » contribue ainsi à son événementialisation, c’est-à-dire à le faire reconnaître collectivement comme un événement digne d’être médiatisé. Inversement, les tentatives d’en faire une « non-affaire » visent, elles, à le « désévénementialiser », soit à en faire un « non-événement ». D’une certaine manière, la stabilisation du désignant « affaire Maudet » implique que les défenseurs de la configuration de l’événement en « affaire » ont fini par remporter la lutte pour « l’appropriation du sens » (Arquembourg, 2005, p. 30) de l’événement. L’utilisation même du qualificatif apparaît alors comme une « ressource politique, morale et sociale » (Boltanski et Claverie, 2007, p. 396), qui valide implicitement la configuration en événement médiatique.

Un « nom-argument »

49Le processus de condensation du désignant de l’événement résulte aussi d’une nécessité linguistique. Le premier passage de « l’intrigant voyage » à « l’affaire du voyage » s’effectue, comme nous l’avons vu, le jour où est rendue publique l’existence d’une enquête judiciaire (menée contre X) à propos de ce voyage. Il devient dès lors nécessaire de relier sous un même nom deux faits hétérogènes mais intrinsèquement liés entre eux (l’enquête et le voyage), car « le risque est grand de voir l’événement se dissoudre dans les faits si on le décompose à l’infini. C’est la nomination qui vient mettre un point d’arrêt à l’indétermination liée à la multiplicité des faits » (Veniard, 2013, p. 25).

50Ensuite, la stabilisation de la dénomination « affaire Maudet » survient au moment où il n’est plus question uniquement d’un voyage problématique mais également de soupçons de favoritisme à l’aéroport de Genève (Guinand, 2018a). L’utilisation d’un désignant unique permet alors de « condenser une série de faits hétérogènes sous une dénomination » (Calabrese Steimberg, 2013, p. 234). Ce processus implique toutefois que le discours journalistique soit en mesure de montrer des liens entre les différents faits — ce qu’il prend soin de faire :

Le voyage à Abu Dhabi de Pierre Maudet, ministre de tutelle de Genève Aéroport, est intervenu au moment où se négociaient les concessions des entreprises de service au sol de l’aéroport, a appris la RTS. La société émiratie Dnata a finalement remporté l’une des concessions. (nous soulignons) (id.)

51La stabilisation de la dénomination fait ainsi « grandir » l’affaire au fil du temps, reliant automatiquement de nouveaux faits à ce que l’on peut appeler le « péché originel » du voyage. En effet, les désignants d’événement « ont la capacité de stocker les coordonnées de l’événement et en conséquence d’éveiller la mémoire des faits par la seule mention du “nom” » (Calabrese Steimberg, 2009, p. 2). L’utilisation fréquente de la formule « nouveau volet de l’affaire » par les médias souligne bien ce mécanisme.

Une « affaire » au sens analytique

52Durant cette première phase de l’affaire, le nombre de reprises par d’autres titres reste encore faible et celles-ci demeurent cantonnées essentiellement aux médias romands. Les répercussions politiques, elles, restent marginales : si Pierre Maudet est auditionné par une commission politique, il est élu président de l’exécutif genevois le 22 mai. Les autorités politiques tendent à minimiser l’importance que les médias accordent aux faits en question, évoquant une simple « erreur politique », voire une « imprudence ».

  • 4 Le terme utilisé pour qualifier la nature d’un événement — ici « affaire » — n’implique pas forcéme (...)

53Ainsi, au terme du premier « temps fort », deux configurations de l’événement s’affrontent : celle qui veut que Maudet ait commis une faute suffisamment grave pour être rendue publique et celle qui considère « l’affaire » comme une invention médiatique. En ce sens, « l’affaire Maudet » prend bel et bien, à ses débuts, la forme analytique d’une « affaire »4 telle que décrite par De Blic et Lemieux (2005) : le public se divise entre le camp de ceux qui accusent l’accusé et le camp de ceux qui accusent les accusateurs — en l’occurrence les journalistes. À l’inverse, un « scandale » verrait toute la communauté unie contre l’accusé.

54Le récit de l’affaire Maudet se « clôt » momentanément le 27 mai, un mois après son commencement, avec une émission de télévisée (Roulet, 2018) dont la configuration repose essentiellement sur des éléments présentés par d’autres médias durant les jours précédents. Du 30 juin au 30 août 2018, l’affaire « retombe » presque entièrement, puisque pratiquement plus aucune information n’est publiée à son sujet. À ce stade, l’événement « affaire Maudet » ne constitue qu’un « instant discursif » momentané, qui disparaît des médias après quelques semaines.

Second « temps fort » : institutionnalisation et scandalisation

55Un nouvel instant discursif survient toutefois le 30 août. Il est généré par deux déclencheurs : le premier est une communication du Ministère public genevois, qui indique que le voyage de Pierre Maudet a été financé — malgré ce que niait l’intéressé — par les autorités émiraties. Le Ministère public annonce également qu’il compte poursuivre le conseiller d’État pour « acceptation d’un avantage ». En parallèle, les médias se font l’écho d’une dénonciation anonyme à la justice, qui déclare que l’élu a reçu « d’autres cadeaux » (le financement de sa fête d’anniversaire et d’un sondage) de la part d’entrepreneurs actifs à Genève. Rapidement, les médias décrivent ces nouveaux faits sous le terme « volet de l’Escobar » (du nom du café où s’est tenue la fête d’anniversaire). Désormais, ce ne sont plus les contradictions de Pierre Maudet qui sont configurées en événement, mais ses mensonges et les premiers soupçons d’abus de pouvoir (Roselli et Bretton, 2018).

56Au début de ce second « temps fort », d’anciens défenseurs de Pierre Maudet, notamment au sein de son parti, décident de ne plus le soutenir et réclament des sanctions. D’autres relativisent encore la gravité de la faute (Reichen, 2020).

57Cette période (de septembre à décembre) correspond au moment de l’« institutionnalisation » (Cefaï, 1996 ; Crespin et Ferron, 2016) de l’affaire, puisque les autorités politiques admettent à leur tour l’existence d’un problème public et décident de prendre des mesures : l’exécutif genevois sanctionne pour la première fois le conseiller d’État, en lui retirant une partie de ses prérogatives, le PLR suisse s’immisce dans la gestion de l’affaire et le Grand Conseil genevois (législatif) accepte la levée de l’immunité de Pierre Maudet. Ces décisions politiques sont largement reprises dans les médias. Symboliquement, l’intervention du politique officie ici comme une reconnaissance du travail médiatique.

Logiques médiatiques et événementialisation

  • 5 Le 13 septembre, le PLR suisse indique que sa décision de s’immiscer dans l’affaire a été prise à l (...)

58Durant ce second « temps fort », l’affaire acquiert aussi, avec l’implication du PLR suisse, une dimension nationale rare en Suisse (Mazbouri et Vallotton, 2016), qui s’explique, en partie du moins, par l’implication de journalistes alémaniques dans l’enquête médiatique en cours5.

  • 6 Sophie Roselli (Tribune de Genève), Raphaël Leroy (Radio Lac), Laeticia Guinand (RTS Radio) et Fati (...)
  • 7 Notamment du Matin Dimanche et de la RTS TV.
  • 8 Notamment Sascha Buchbinder et Nicole Vögele, de l’émission Rundschau de la SRF, qui consacreront a (...)
  • 9 « [...] tend to stem from decisions taken in the newsroom to put more efforts into covering a parti (...)
  • 10 Le 12 septembre, l’émission Rundschau apporte de nouveaux éléments au volet de « l’Escobar », porta (...)
  • 11 L’émission Mise au point du 27 mai s’appuie par exemple sur des images d’archives déjà utilisées da (...)

59Dès le départ de l’affaire s’observe en effet un phénomène de convergence assez classique : plus l’affaire progresse, plus elle implique d’acteurs, plus elle a de conséquences — en somme plus elle devient importante —, plus le nombre de journalistes qui y sont dépêchés pour mener l’enquête augmente. Au départ, l’affaire est alimentée surtout par des journalistes locaux spécialisés dans l’enquête ou la chronique judiciaire.6 Progressivement, d’autres journalistes d’enquête, d’abord romands7 puis alémaniques8, s’emparent du sujet. Ces enquêtes dites « réactives » découlent généralement, selon van Eijk, « de décisions prises par la rédaction de consacrer plus d’efforts à la couverture d’un phénomène particulier » (2005, p. 243)9. Si certains journalistes révèlent des faits totalement nouveaux, la plupart viennent creuser des pistes ouvertes par des confrères, tantôt agrémentées de scoops finaux10. Les mêmes images, informations ou documents circulent alors d’un média à l’autre11. Si bien que ce phénomène de convergence dégage, à travers le discours médiatique, l’image d’une enquête menée « en équipe », par une communauté de journalistes unie autour d’une même quête de sens.

60Ce fonctionnement contribue à conférer de la valeur à l’événement, à tel point que son importance symbolique finit par s’auto-entretenir : l’augmentation de la médiatisation « rend inévitables les réactions des autorités politiques […] tandis que les prises de position consternées » des politiques viennent confirmer aux journalistes l’importance de l’affaire (Kaciaf et Lagneau, 2013, p. 234). Il apparaît donc que « l’affaire » se nourrit et s’entretient d’elle-même, en raison de « logiques sociales et médiatiques susceptibles de peser sur la perception journalistique de la valeur informative » (Kaciaf et Le Derff, 2018, p. 121) de l’affaire. Le fonctionnement réactif des rédactions a donc contribué — parallèlement à d’autres facteurs — à faire « grossir » l’affaire et à la maintenir « en vie » sur la durée.

  • 12 « […] au lieu de couper court, on donne la direction des nouvelles enquêtes à mener » (Dayer, 2018)

61Cet appétit journalistique pour l’affaire s’explique en partie par les caractéristiques mêmes de l’événement : il est en cours, son aboutissement n’est pas connu, ses causes exactes indéterminées, ses conséquences sujettes à spéculation. Pour les journalistes, ces zones d’ombre constituent autant de pistes à creuser12. Les journalistes sont alors stimulés par « la nécessité de comprendre ce qui s’est passé, de faire face aux exigences pratiques de la situation engendrée par l’événement et de prendre la mesure de ce qu’il a ouvert ou fermé, de ce qui est devenu possible ou impossible » (Arquembourg, 2006, p. 15). Dans le cas présent, la personnalité de Pierre Maudet, qui incarnait « une certaine droiture et qu’on pensait à l’abri du scandale » (Mansour, 2018b), a assurément amplifié cet effet de rupture et le besoin de compréhension qui en découle.

Des journalistes protagonistes

62À partir de novembre 2018, plusieurs « nouveaux volets » sont rendus publics par les médias. La Tribune de Genève révèle qu’un groupe hôtelier aurait versé plusieurs dizaines de milliers de francs à l’élu PLR. S’y ajouteront également le volet « fiscal » et celui des « caisses noires » de Pierre Maudet, selon lesquels le conseiller d’État a, respectivement, réalisé des déductions indues dans sa déclaration d’impôts et financé ses campagnes électorales à travers deux associations « secrètes ». Les révélations médiatiques sont également alimentées par la publication de procès-verbaux d’auditions de prévenus. Ces extraits montrent que Pierre Maudet a non seulement menti à la justice, mais a aussi planifié et orchestré ce mensonge (Roselli, 2018d ; Mansour, 2018c). Les comités directeurs du PLR suisse et genevois s’expriment en faveur de la démission de Pierre Maudet. À l’opposé, des personnalités publiques s’engagent dans le débat, dénonçant « un acharnement médiatique », une « chasse à l’homme » ou encore un « journalisme de harcèlement » (Lugon, 2018 ; Davaris, 2018 ; Lenz, 2018).

63Au fur et à mesure de son développement, l’affaire Maudet renvoie ainsi à toujours plus de faits, réactions, conséquences et récits qui, par médias interposés, la nourrissent et, par-là, la reconfigurent. Au point que sa croissance continuelle, au lieu d’atténuer son indétermination, la favorise plutôt.

64En raison de cette construction en une multitude de « micro-récits » plus ou moins imbriqués, concernant tantôt l’un ou l’autre de ses « volets », l’affaire Maudet est régulièrement rassemblée par les médias en « macro-récits » qui font office, rétrospectivement, de clôture intermédiaire de l’événement. Souvent produits par la télévision ou les magazines, voire sous forme de livre, ils proposent une synthèse de l’affaire et se construisent essentiellement sur la base d’informations déjà connues — déjà parues ailleurs — en leur conférant une configuration nouvelle et donc, un sens nouveau. Il s’agit alors essentiellement de faire des liens entre différents faits.

65On peut distinguer deux formes majeures de macro-récits. Certains d’entre eux recomposent l’affaire en attribuant, comme il se doit, les révélations aux médias qui les ont produites, dans un enchaînement narratif réuni dans un même dossier ou graphiquement sur une même page. Par exemple dans ce « macro-récit » du magazine L’Illustré du 9 septembre, dont nous ne citons qu’une partie des références (Bourget, 2018) :

[…] Au printemps 2016, le journaliste Raphaël Leroy […] est informé de l’existence de ce voyage […].

[…] le vendredi 11 mai, la Tribune de Genève […] et Radio Lac […] sortent l’artillerie lourde, avec un feu roulant d’interrogations autour de l’« intrigant voyage à Abu Dhabi ».

[…] D’autant que la RTS relève qu’en 2016 la compagnie émiratie Dnata a obtenu une nouvelle concession à l’aéroport de Cointrin.

[…] Et le feuilleton n’en finit plus : le lendemain, Radio Lac révèle qu’en début de semaine, un entrepreneur genevois a envoyé une dénonciation au Ministère public.

Capture d’écran 1. Encadré paru dans Le Matin Dimanche du 20 mai 2018

Capture d’écran 1. Encadré paru dans Le Matin Dimanche du 20 mai 2018

Légende : Julien Culet (2018), « L’escapade de Maudet menace sa présidence », Le Matin Dimanche, 20 mai.

66Ces citations et attributions se multiplient ainsi d’un jour et d’un média à l’autre. Ces « échos interdiscursifs » finissent par s’inscrire dans la mémoire collective et participent « à “l’intelligibilité” du sens social » de l’événement (Moirand, 2007, p. 115-116). Or, ces récits instituent les journalistes et leur rédaction en personnages principaux, œuvrant à mettre au jour les secrets du pouvoir politique. L’énoncé métaphorique « sortent l’artillerie lourde » suggère même l’existence d’un combat en cours entre les deux pouvoirs.

Déférence aux journalistes d’enquête

67Le deuxième type de macro-récits reconstitue également l’affaire à partir d’éléments récoltés auparavant par d’autres journalistes. Cependant, à l’opposé des précédents, ces macro-récits ne mentionnent que rarement les médias à l’origine des différentes informations. Cela s’explique en partie par le fait que les récits portent ici sur le contenu de l’affaire et non sur son déroulement actuel, mais aussi parce que l’affaire Maudet a désormais été nourrie par pratiquement l’ensemble des médias romands et alémaniques.

68Deux enquêtes télévisées sont par exemple construites sur ce principe (Roulet, 2018 ; Ducret et Stern, 2018). Si les médias à l’origine des différentes informations ne sont pas cités, les journalistes d’enquête ne sont toutefois pas absents du récit, puisque les deux émissions s’appuient sur une interview du journaliste Raphaël Leroy. Ainsi dans l’émission Temps présent du 13 décembre :

[Voix off] : « Raphaël Leroy, aujourd’hui rédacteur en chef de Radio Lac, est le premier à avoir enquêté. Il décortique la succession de mensonges du Conseiller d’État. »

[ITW Raphaël Leroy] : « J’ai fait à peu près trois mois d’enquête préliminaire. Et ce n’est que le 25 mai 2016 que je prends contact, par écrit, auprès de Pierre Maudet. » (nous soulignons)

69Cette séquence révèle le rôle central accordé aux journalistes d’enquête dans certains récits médiatiques. En leur attribuant le rôle d’expert, le discours médiatique tend à faire d’eux ceux qui savent. Il s’observe ainsi un processus de déférence (Kaufmann, 2008 ; Calabrese Stemberg, 2012) inter-médiatique, certains journalistes s’en remettant à d’autres — les journalistes d’enquête — pour donner du sens aux faits. Ici, parce qu’il a été le premier à enquêter, le journaliste se voit attribuer la faculté de décortiquer les faits. Des formes similaires d’interviews de journalistes d’enquête s’observent tout au long de l’affaire, tant en télévision qu’en radio ou en presse écrite (par exemple Raichen, 2018 ; Guinand, 2018b).

70Cette déférence aux journalistes d’enquête suppose que ces derniers disposent de connaissances spécialisées auxquelles ni les autres journalistes ni le public n’ont accès et qu’ils bénéficient « d’un accès direct à la réalité des phénomènes qu’ils imposent à l’attention publique » (Kaufmann, 2008, p. 97). Entre les lignes se construit donc un discours de légitimation du journalisme d’enquête, présenté comme la seule porte d’accès à des réalités qui, sans ses recherches, seraient restées inconnues.

71Plus largement, la déférence repose, dans le discours journalistique, « sur l’autorité d’experts qui valident l’événement médiatique » (Calabrese Steimberg, 2012, p. 32). Comme les experts sont ici les journalistes mêmes qui ont configuré les faits en événement médiatique, leurs interviews viennent donc valider leur propre interprétation (documentée) des faits.

72Le montage de l’enquête de Temps présent permet aussi de confronter directement l’interprétation du journaliste Raphaël Leroy à celle de Pierre Maudet, en réutilisant de précédentes interviews du politicien :

[Archives ITW Pierre Maudet sur Léman Bleu] : « J’ai compris, tardivement, que mes amis qui organisaient ce voyage avaient réussi non seulement à obtenir l’invitation officielle mais la prise en charge du vol et de l’hébergement […] »

[Voix off] : « Pierre Maudet annonce qu’il a versé, à titre de compensation, l’équivalent du billet d’avion aux églises protestantes et catholiques de Genève. Deux fois 2 000 francs »

[ITW Raphaël Leroy] : « C’est lui-même qui article ce montant. Il précise que ce montant correspond à un déplacement en business class pour cinq personnes, donc sa femme et ses trois enfants. »

[Voix off] le journaliste fait une recherche pour vérifier le prix.

[ITW Raphaël Leroy] : « […] je tombe sur le même montant, mais multiplié par cinq, c’est-à-dire le nombre de passagers sans compter encore, après, les taxes d’aéroport. J’arrive donc à la fin à un montant global de 33 000 francs ». (nous soulignons)

73La séquence rend visible la confrontation entre ce que le politicien dit et ce que le journaliste trouve. Ici, l’expertise et l’autorité sont conférées au journaliste (Leroy), car ce dernier a fait une recherche qui lui permet de défendre ses conclusions et de démontrer que Pierre Maudet a, lui, menti. La description du processus d’enquête officie ici comme outil de légitimation de l’expertise du journaliste.

La confrontation : partie intégrante de l’affaire

74Le motif de la confrontation entre les discours de journalistes et ceux de politiciens se diffuse largement dans le « discours journalistique » (Charron et de Bonville, 2002) et plus particulièrement dans les différentes enquêtes produites sur l’affaire. Il apparaît en effet qu’une grande partie de la rhétorique des journalistes se construit en opposition aux discours que Pierre Maudet a tenus dans les médias. Par exemple, son interview du 5 septembre 2018 sur la chaîne de télévision locale Léman Bleu, durant laquelle il admet avoir « caché une partie de la vérité aux Genevoises et aux Genevois » (Décaillet, 2018), est réutilisée comme élément de démonstration dans les émissions télévisées Mise au point du 9 septembre 2018, Rundschau du 9 décembre 2018 et Temps présent du 13 décembre 2018. Celle-ci s’appuie également sur des courriels d’explication envoyés par Pierre Maudet à un journaliste en 2016 et sur une interview télévisée du politicien du 22 mai. Le rapprochement entre les dires du politicien et ceux des journalistes d’enquête construit une forme de « simulacre de débat » qui, comme l’indique Catherine Julien, donne « l’impression que les acteurs s’opposent, se répondent, s’interpellent, comme dans un véritable débat » (2014, p. 153). Dans le cas présent, les nombreuses tentatives de Pierre Maudet d’influencer, à travers des interviews accordées aux médias, la configuration de l’événement se retournent contre lui : ses discours antérieurs constituent pour les journalistes autant de points d’appui à partir desquels fonder leurs démonstrations.

75Ailleurs, la confrontation se fait plus discrète. En rejetant, dans des commentaires, tout « lynchage médiatique » (Favre, 2018), « acharnement à l’égard de politiciens » (Ducret et Stern, 2018) ou « chasse à l’homme » (Rocchi, 2018) ou encore en se défendant de toute « violation du secret d’instruction » ou d’« instrumentalisation des médias » (Mansour, 2020a), les journalistes répondent indirectement à des discours accusatoires antérieurs. Ce « dialogisme masqué » (Moirand, 2007) apparaît dans de nombreuses productions, comme ici dans l’introduction du journaliste et présentateur et l’émission Temps présent le 13 décembre 2018 :

En plus, c’est devenu à la mode de nous traiter de « meute de chiens enragés », je cite, qui pratiquons l’acharnement à l’égard de politicien […]. Alors soyons clairs : le reportage […] ne ressort d’aucun acharnement. Il est au cœur des questions que pose le comportement d’un élu du peuple […]. C’est cela, et cela uniquement, qui anime les journalistes qui travaillent sur l’affaire Maudet. (nous soulignons) (Ducret et Stern, 2018)

76L’enquêteur ne précise pas quels ont été les auteurs de ces propos, mais laisse entendre que cette critique est répandue (« c’est devenu à la mode »). Il s’en défend au nom de tous les journalistes (« nous ») qui enquêtent sur l’affaire mais aussi, indirectement, au nom de la profession.

77Ces allusions à des attaques non situées contribuent « à une argumentation qui s’appuie sur une mise en confrontation de points de vue antagonistes » (Moirand, 2007, p. 44). À travers la « présence clandestine » de la parole de leurs adversaires, les journalistes peuvent construire leur défense : ils ont juste fait « leur travail » (Reichen, 2018b), voire leur « devoir » (Mansour, 2020), et ont rempli « le service qui est attendu par le public » (Ducret et Stern, 2018). Comme le montre White (2020), cette forme d’argumentation suppose que le locuteur imagine le public auquel il s’adresse comme étant potentiellement d’accord avec les critiques formulées – et donc en désaccord avec lui. C’est donc le public, plus que leurs contradicteurs, que les journalistes cherchent ici à convaincre. Dans l’ensemble des exemples cités (Moirand, 2007 ; Reichen, 2018a ; Mansour, 2020 ; Ducret et Stern, 2018), les journalistes s’appuient sur le rôle de contre-pouvoir du journalisme d’enquête pour défendre la légitimité du journalisme dans son entier.

D’une « affaire » à un « scandale »

78À partir de janvier 2019, l’affaire évolue essentiellement à l’échelle politique. Au fur et à mesure de nouvelles révélations médiatiques, le Conseil d’État genevois retire progressivement plusieurs prérogatives à Pierre Maudet, qui ne conserve, fin janvier, qu’un seul département d’une trentaine d’employés. Le Grand Conseil (législatif) s’exprime en faveur de sa démission. Fin janvier, le cadre interprétatif dominant a donc changé : « […] miser sur la scandalisation n’a plus rien d’incongru. À maints égards, il devient même coûteux de ne pas s’offusquer » (Rayner, 2016a, p. 88). La majorité des membres de la sphère politique souhaite alors le départ de Maudet, mais ne peut l’imposer légalement. Le PLR reste encore divisé sur les mesures à prendre.

  • 13 Plainte de Pierre Maudet contre le journaliste Philippe Reichen, procès entre l’éditeur Tamedia et (...)

79Du 30 janvier 2019 au 23 juin 2020, l’affaire retombe à nouveau dans un long « temps mort », durant lequel l’affaire semble comme en suspens. Les médias relaient toutefois les épisodes de la lutte judiciaire à laquelle se livrent Pierre Maudet et les journalistes, face la plus visible de l’opposition entre les deux pouvoirs13.

80Finalement, un nouvel instant discursif survient le 30 juin 2020, avec la publication dans Le Temps (Mansour, 2020b) d’extraits de procès-verbaux d’auditions. L’article montre que Pierre Maudet et un proche allié ont cherché à modifier un procès-verbal et institué à leur profit un clan de « personnes sûres » au sein du PLR. En parallèle, la justice annonce que les éléments à charge de Pierre Maudet sont suffisamment graves pour devoir être réglés devant un tribunal — et ne pas faire simplement l’objet d’une ordonnance pénale. Alors que Pierre Maudet avait déclaré qu’il « démissionnerait avant un éventuel procès » (Culet, 2018), il annonce qu’il ne démissionnera qu’en cas de condamnation et refuse de se justifier devant son parti. Les « méthodes conspirationnistes » (Mansour, 2020c) du conseiller d’État et son « irresponsabilité » (Culet, 2020) sont fustigées par le PLR genevois, qui vote son exclusion le 6 juillet 2020.

Discussion et conclusion

81L’analyse de la « carrière » de l’affaire Maudet, qui se termine avec l’exclusion du principal intéressé, révèle une lente transformation de la forme analytique « affaire » vers la forme analytique « scandale ». Progressivement, les transgressions dénoncées – contradictions, mensonges, abus de pouvoir, appât du gain, manipulation – sont considérées comme de moins en moins acceptables par différents espaces sociaux, les décisions politiques se font de plus en plus sévères et les défenseurs de l’accusé toujours plus rares, au point que lui-même ne cherche plus à se défendre, du moins plus devant son parti. En juillet 2020, l’« affaire Maudet » prend donc la forme analytique d’un « scandale » telle que décrite par Cyril Lemieux : « […] ici, la communauté de jugement se montre, au moins publiquement, parfaitement unie dans l’accusation » (2007, p. 369-370). L’analyse de la dynamique de l’événement démontre ainsi que, si un scandale dénoncé peut rapidement se transformer en « affaire », celle-ci peut aussi, petit à petit, se muer à nouveau en « scandale ».

82L’analyse vient aussi confirmer les observations d’Hervé Rayner selon lesquelles

un scandale émerge si et seulement si des acteurs mettant publiquement en cause la probité d’autrui peuvent s’appuyer sur des mobilisations multisectorielles prenant place simultanément dans et entre plusieurs univers sociaux (2016a, p. 82).

83Dans le cas présent, la mobilisation de la justice, puis de la sphère politique, est indissociable de sa transformation en scandale. Elle agit également comme une reconnaissance publique toujours plus forte du travail journalistique et du bien-fondé de l’ensemble de ses révélations.

84Si les journalistes d’enquête ne sont pas les seuls à contribuer au développement de l’événement, l’analyse de la carrière de l’affaire confirme qu’ils en sont des acteurs essentiels. Les révélations médiatiques successives viennent sans cesse alimenter l’un ou l’autre volet de l’affaire, déclenchant des « instants discursifs » faits de reprises, de réactions ou d’analyses. Les révélations médiatiques — tout comme les annonces du Ministère public — agissent ainsi comme un réactif sur différents espaces sociaux, notamment médiatique et politique, dont les réactions alimentent ensuite à leur tour l’événement.

85La médiatisation de l’affaire par les journalistes d’enquête apparaît ici consubstantielle à l’événement, puisque c’est uniquement à travers elle qu’il devient un événement reconnu collectivement (Champagne, 2000 ; Véron, 1981 ; Nora, 1972). Dans le cas présent, « le processus d’apparition sur l’espace public réalisé par les médias fait donc pleinement partie intégrante de l’événement lui-même » (Dosse, 2015, p. 62). Plus encore, sa médiatisation tend à se muer en événement en soi, puisqu’elle institue une rupture remarquée dans la relation, jusqu’alors plutôt complaisante, qu’entretenaient les médias avec Pierre Maudet. Cette rupture alimente la force symbolique de l’événement.

86L’analyse montre également qu’à la différence d’événements collectifs comme des catastrophes naturelles ou des commémorations publiques, les événements mis au jour par les journalistes d’enquête impliquent une plus grande responsabilité des journalistes, tant sur le plan social — puisque c’est à eux que revient la charge de rendre publique la transgression — que sur le plan énonciatif, puisque ce sont eux qui portent la responsabilité de formulation de la dénonciation. Dans l’exemple de l’affaire Maudet, les discours de journalistes d’enquête reflètent une conscience forte de cette double responsabilité, notamment lors du processus de nomination de l’événement, mais aussi lorsqu’il s’agit pour eux de défendre la configuration qu’ils en donnent, en démontrant sa pertinence.

  • 14 Pour Uhlig, le terme « métarécit » « convient de façon idéale à décrire le dispositif d’enchâssemen (...)

87Cette double responsabilité fait des journalistes d’enquête des cibles potentielles de critiques. D’où, d’un côté, la présence de marques discursives de précaution et, de l’autre, l’émergence d’un « métadiscours » permanent sur le rôle du journalisme dans la société, apparaissant sous la forme d’un « simulacre de débat » ou d’un « dialogisme masqué ». Le sens social que prend l’événement ne peut, dans le cas présent, être saisi sans tenir compte tant de ces critiques que des réponses qui y sont apportées. Elles en constituent une composante fondamentale, qui contribue à faire grandir et durer l’affaire. Ce débat indirect s’infiltre partout, explicitement et implicitement, composant un « métadiscours » permanent sur le rôle démocratique du journalisme d’enquête contemporain. Et ce métadiscours construit en arrière-plan une forme de « métarécit »14 enchâssé dans le macro-récit de l’affaire. Ce récit dans et sur le récit voit s’affronter le pouvoir médiatique et le pouvoir politique : le premier endosse le rôle de dénonciateur, le second d’accusé outragé. D’un côté comme de l’autre apparaissent des accusations de « fabrication » de la réalité. Ce « métarécit » imprègne et surplombe les différents récits parallèles (celui des faits et gestes des différents protagonistes, celui de l’enquête judiciaire, celui des conséquences politiques) qui composent le macro-récit de l’affaire. Il comporte une dimension réflexive portant sur la configuration de l’événement par les médias et officie, pour les journalistes, comme support de légitimation de leur travail.

88Notre analyse montre que le macro-récit de l’affaire, ce « texte abstrait formé de l’ensemble des récits que l’on peut rattacher à une question, une affaire, un événement, un problème » (Arquembourg, 2005, p. 33), renvoie l’image d’une communauté journalistique unifiée autour d’un idéal commun au service de la démocratie, les logiques de concurrence étant passées sous silence. Dans ce « macro-récit », les journalistes d’enquête endossent le rôle d’experts, voire de héros, au service de la vérité, sous l’effet de certains procédés discursifs, comme celui de l’attribution, de la déférence ou de la confrontation dialogique. S’ils s’expliquent aussi par des normes professionnelles, dictées notamment par le code déontologique des journalistes, ces procédés permettent aux journalistes de faire valoir et de défendre la légitimité de leur travail et leur offrent au passage une possibilité de se (re)présenter comme « chiens de garde de la démocratie » (Kaciaf et le Derff, 2018, p. 120). Cette image constitue un effet configurant central de l’implication des journalistes d’enquête dans l’affaire, auquel contribuent également, paradoxalement, les critiques formulées à leur encontre. Une image désirable pour des raisons non seulement de crédibilité professionnelle, mais aussi de rentabilité commerciale (Hamilton, 2016). L’exemple de l’affaire Maudet offre ainsi l’occasion de voir comment le journalisme d’enquête permet de valider et valoriser discursivement, explicitement et implicitement, l’ensemble de la profession.

  • 15 Par exemple, l’analogie (Krieg-Planque, 2009 ; Cislaru, 2013) ou la représentation sémantique de l’ (...)

89Notre recherche constitue la toute première analyse de l’affaire Maudet. C’est pourquoi elle se veut englobante, mobilisant plusieurs approches simultanément. Chacune d’entre elles pourrait cependant donner lieu à une analyse plus fine et plus spécialisée, par exemple des différents mécanismes discursifs d’événementialisation15. Une piste ultérieure de recherche pourrait également consister à confronter ces observations aux discours des professionnels, comme l’ont fait James Ettema et Theodore Glasser (1988), notamment pour déterminer dans quelle mesure les effets configurationnels décrits sont construits consciemment ou non. Il serait également intéressant et pertinent de focaliser l’analyse sur l’évolution précise des « oscillations des perceptions du possible » (Rayner, 2019, p. 80) qui rendent envisageable ou non l’émergence d’un scandale et sur le rôle des différents acteurs impliqués dans ces oscillations, notamment celui des sources ayant œuvré en coulisse à l’émergence de l’affaire ou à la fuite de documents, dont l’implication n’est qu’implicitement évoquée dans certaines productions. Si l’affaire Maudet ouvre de nombreuses perspectives de recherche, notre article constitue une première contribution à son analyse et aussi, surtout, une première contribution sur le poids du journalisme d’enquête dans la configuration médiatique d’un tel événement.

Haut de page

Bibliographie

ARQUEMBOURG Jocelyne (2005), « Comment les récits d’information arrivent-ils à leurs fins ? », Réseaux, 4(132), p. 27-50, https://www.cairn.info/revue-reseaux1-2005-4-page-27.htm, page consultée le 19 mai 2021.

ARQUEMBOURG Jocelyne et Frédéric LAMBERT (2005), « Présentation », Réseaux, 4(132), p. 9-23.

ARQUEMBOURG Jocelyne (2006), « De l’événement international à l’événement global. Émergence et manifestations d’une sensibilité mondiale », Hermès, 3(46), p. 13-21, https://www.cairn.info/journal-hermes-la-revue-2006-3-page-13.htm, page consultée le 19 mai 2021.

ARQUEMBOURG Jocelyne (2011), L’événement et les médias. Les récits médiatiques des tsunamis et les débats publics (1755-2004), Paris, Éditions des Archives contemporaines.

ARQUEMBOURG Jocelyne (2019), « Les médias, l’improbable miroir des événements », dans Benoît LAFON (dir.), Médias et médiatisation. Analyser les médias imprimés, audiovisuels, numériques, Fontaine, Presses universitaires de Grenoble, p. 291-297.

BALLAMAN Muriel (2018) « Le PLR Suisse prend l’affaire Maudet en mains », RTS, 13 septembre.

BERKOWITZ Daniel A. (2009), « Reporters and theirs sources », dans Karin WAHL-JORGENSEN et Thomas HANITZSCH (dir.), The Handbook of Journalism Studies, New York, Routledge, p. 102-115.

BOLTANSKI Luc et Élisabeth CLAVERIE (2007), « Du monde social en tant que scène d’un procès », dans Luc BOLTANSKI, Élisabeth CLAVERIE, Nicolas OFFENSTADT et Stéphane VAN DAMME (dir.), Affaires, scandales et grandes causes. De Socrate à Pinochet, Paris, Stock, p. 395-452.

BOURGET Albertine (2018), « Chronologie d’une sombre affaire », L’Illustré, 5 septembre.

BRADSHAW Paul (2018), « Zeroes and ones: Investigating with data », dans Olivier HAHN et Florian STALPH (dir.), Digital Investigative Journalism: Data, Visual Analytics and Innovative Methodologies in International Reporting, Cham, Springer International Publishing.

BRAUDO Serge, « Définition de Affaire », Dictionnaire juridique, https://www.dictionnaire-juridique.com/definition/affaire.php, page consultée le 18 juin 2020.

BUCHBINDER Sascha et Nicole VÖGELE (2018a), « Pierre Maudet und seine Freunde », Rundschau, 12 septembre.

BUCHBINDER Sascha et Nicole VÖGELE (2018b), « Pierre Maudet : die Spur des Goldes », Rundschau, 3 octobre.

CALABRESE STEIMBERG Laura (2009), « Nom propre et dénomination événementielle : quelles différences en langue et en discours ? », Corela, 7(1), mis en ligne le 26 juin 2009, http://journals.openedition.org/corela/173, page consultée le 1er mai 2019.

CALABRESE STEIMBERG Laura (2012), « L’acte de nommer : nouvelles perspectives pour le discours médiatique », Langage et société, 2(140), p. 29-40, https://www.cairn.info/revue-langage-et-societe-2012-2-page-29.htm?ref=doi, page consultée le 19 mai 2021.

CALABRESE STEIMBERG Laura (2013), « La nomination des événements dans le discours d’information : entre déférence et activité collective », dans Sophie MOIRAND et al. (dir.), Dire l’événement : Langage, mémoire, société, nouvelle édition, Paris, Presses Sorbonne Nouvelle, p. 233-243, http://books.openedition.org/psn/2935, page consultée le 29 avril 2019.

CANCELA Pauline, David GERBER et Annik DUBIED (2021), « “To me it’s normal journalism”. Professional perceptions of investigative journalism and evaluations of personal commitment », Journalism Practices, mis en ligne le 28 janvier 2021, https://doi.org/10.1080/17512786.2021.1876525, page consultée le 2 mars 2021.

CEFAÏ Daniel (1996), « La construction des problèmes publics. Définitions de situations dans des arènes publiques », Réseaux, 14(75), p. 43-66, https://www.persee.fr/doc/reso_0751-7971_1996_num_14_75_3684, page consultée le 19 mai 2021.

CHALABY Jean K. (2004), « Scandal and the rise of investigative reporting in France », American Behavioral Scientist, 47(9), p. 1194‑1207.

CHAMPAGNE Patrick (2000), « L’événement comme enjeu », Réseaux, 10(100), p. 403-426, https://www.persee.fr/doc/reso_0751-7971_2000_num_18_100_2231, page consultée le 19 mai 2021.

CHARAUDEAU Patrick (2009), « Dis-moi quel est ton corpus, je te dirai quelle est ta problématique », Corpus, 8, http://www.patrick-charaudeau.com/Dis-moi-quel-est-ton-corpus-je-te,103.html, page consultée le 25 août 2020.

CHARRON Jean et Jean DE BONVILLE (2002), « Le journalisme dans le “système” médiatique », Études de communication publique, 16, p. 1-57, https://scholar.google.com/scholar?hl=fr&as_sdt=0%2C5&q=Le+journalisme+dans+le+%E2%80%9Csyst%C3%A8me%E2%80%9D+m%C3%A9diatique&btnG=, page consultée le 19 mai 2021.

CISLARU Georgeta (2013), « Pratiques langagières de l’“événementialisation” : illustration dans le discours médiatique », dans Elio BALLARDINI et al. (dir.), Les facettes de l’événement : des formes aux signes, mediAzoni, 15, http://www.mediazioni.sitlec.unibo.it/images/stories/PDF_folder/document-pdf/15-2013/cislaru.pdf, page consultée le 24 mars 2020.

CRESPIN Renaud et Benjamin FERRON (2016), « Un scandale à la recherche de son public. La construction médiatique du problème de la “pollution de l’air intérieur” en France (1995-2015) », Politiques de communication, 2(7), p. 151-181, https://www.cairn.info/revue-politiques-de-communication-2016-2-page-151.htm, page consultée le 19 mai 2021.

CULET Julien (2018), « Maudet démissionnerait avant un éventuel procès », Le Matin Dimanche, 4 novembre.

CULET Julien (2020), « Maudet tente d’entraîner le parti dans sa chute », Le Matin Dimanche, 5 juillet.

DANINO Charlotte (2014), « Événement, langage, linguistique : le problème de la construction du sens dans le discours sur l’événement », dans Pascale BRUNNER et al. (dir.), Interpréter l’événement. Aspects linguistiques, discursifs et sociétaux, Limoges, Lambert-Lucas, p. 93-104.

DAVARIS Sophie (2018), « Ils soutiennent Pierre Maudet et dénoncent un acharnement politico-médiatique », Tribune de Genève, 4 décembre.

DAYER Ariane (2017), « Pierre le conquérant », Le Matin Dimanche, 10 septembre.

DAYER Ariane (2018), « Moins blanc que blanc », Le Matin Dimanche, 20 mai.

DE BLIC Damien (2007), « Cent ans de scandales financiers en France. Investissement et désinvestissement d’une forme politique », dans Luc BOLTANSKI, Élisabeth CLAVERIE, Nicolas OFFENSTADT et Stéphane VAN DAMME (dir.), Affaires, scandales et grandes causes. De Socrate à Pinochet, Paris, Stock, p. 231-247.

DE BLIC Damien et LEMIEUX Cyril (2005), « Le scandale comme épreuve. Éléments de sociologie pragmatique », Politix, 3(71), p. 9-38, https://www.cairn.info/journal-politix-2005-3-page-9.htm, page consultée le 19 mai 2021.

DE SAUSSURE Louis et Steve OSWALD (2009), « Argumentation et engagement du locuteur : pour un point de vue subjectiviste », Nouveaux Cahiers de linguistique française, 29, p. 215-243, https://scholar.google.com/scholar?hl=fr&as_sdt=0%2C5&q=Argumentation+et+engagement+du+locuteur+%3A+pour+un+point+de+vue+subjectiviste&btnG=, page consultée le 19 mai 2021.

DÉCAILLET Pascal (2018), « Pierre Maudet : “J’ai caché une partie de la vérité” », Léman Bleu, 5 septembre.

DESJARDIN Lilie (2005), « Journalisme justicier : essai de typologie », Les Cahiers du journalisme, 14, p. 278-287.

DOSSE François (2015), « La fabrique de l’événement historique moderne », Hermès, 1(71), p. 58-66, https://www.cairn.info/revue-hermes-la-revue-2015-1-page-58.htm, page consultée le 19 mai 2021.

DUCRET Isabelle et Alexandre STERN (2018), « Affaire Maudet : la chute de Pierre », Temps présent, 13 décembre.

ERICSON Richard V. (1998), « How journalists visualize fact », The Annals of the American Academy of Political and Social Science, 560, p. 83-95.

ETTEMA James S. et Theodore L. GLASSER (2006 / 1985), « On the epistemology of investigative journalism », dans Stuart G. ADAM et Peter R. CLARK, Journalism: The Democratic Craft, New York, Oxford University Press, p. 126‑140.

ETTEMA James S. et Glasser Theodore L. (1988), « Narrative form and moral force: The realization of innocence and guilt through investigative journalism », Journal of Communication, 38(3), p. 8-26, https://scholar.google.com/scholar?hl=fr&as_sdt=0%2C5&q=Narrative+form+and+moral+force%3A+The+realization+of+innocence+and+guilt+through+investigative+journalism+&btnG=, page consultée le 19 mai 2021.

FAVRE Alexis (2018), « Lynchage médiatique ? », 24 Heures, 7 décembre.

FÜRSICH Elfriede (2009), « In defense of textual analysis », Journalism Studies, 10(2), p. 238-252.

GONZALES Philippe et MALBOIS Fabienne (2016), « “L’affaire DSK”, un scandale ? », dans Malik MAZBOURI et François VALLOTTON (dir.), Scandale et histoire, Lausanne, Antipodes, p. 221-236.

GUINAND Laetitia (2018a), « Un contrat en jeu à l’aéroport de Genève quand Pierre Maudet était à Abu Dhabi », RTS, 18 mai.

GUINAND Laetitia (2018b), « Le contrat accordé à la société Dnata par l’aéroport de Genève pourrait être révoqué », RTS Radio, 18 septembre.

HAEBERLI David (2018), « Quand Pierre Maudet a trois coups de retard », Le Temps, 16 mai.

HAMILTON James T. (2016), Democracy’s Detectives: The Economics of Investigative Journalism, Cambridge, Harvard University Press.

HOLZ Wolfgang (2017), « Der Staatsmann, die Dialogfrau und der Charmeur », Zentralplus, 21 août.

HOTTELIER Michel (2008), « Autonomie régionale et locale et constitutions. Rapport suisse », dans André ROUX (dir.), Annuaire international de justice constitutionnelle 2007, Aix-en-Provence, Presses universitaires d’Aix Marseille, p. 371-393.

INGMAR Cario (2006), Die Deutschland-Ermittler: investigativer Journalismus und die Methoden der Macher, Münich, Lit Verlag.

JABERG Samuel (2017), « Pierre Maudet, un Macron suisse au gouvernement ? », Swissinfo.ch, 27 août, https://www.swissinfo.ch/fre/election-au-conseil-fédéral_pierre-maudet-un-macron-suisse-au-gouvernement/43468908, page consultée le 3 mars 2021.

JULIEN Catherine (2014), « Caractéristiques discursives de la médiatisation d’un événement naturel », dans Pascale BRUNNER et al. (dir.), Interpréter l’événement. Aspects linguistiques, discursifs et sociétaux, Limoges, Lambert-Lucas, p. 143-154.

KACIAF Nicolas et Éric LAGNEAU (2013), « Du vestiaire à la Une, de la Une au vestiaire. Une sociologie de la mise en visibilité médiatique de “l’affaire Anelka” », Politiques de communication, 1, p. 196-225, https://www.cairn.info/journal-politiques-de-communication-2013-1-page-209.htm, page consultée le 19 mai 2021.

KACIAF Nicolas et Paul LE DERFF (2018), « Du devenir des enquêtes de Mediapart et du Canard enchaîné. Contribution à l’analyse de la “carrière médiatique” des révélations journalistiques », Les Cahiers du journalisme, nouvelle série (1), p. 120-129.

KAUFMANN Laurence (2008), « La société de déférence. Médias, médiations et communication », Réseaux, 2-3(148-149), p. 79-116.

KRIEG-PLANQUE Alice (2009), La notion de « formule » en analyse de discours. Cadre théorique et méthodologie, Besançon, Presses universitaires de Franche-Comté.

LABARTHE Gilles (2019), « Journalistes en Suisse romande : étude de quelques mobilisations stratégiques et tactiques des “fondamentaux” du métier, et de l’investigation en particulier, face aux risques liés à l’uniformisation dans la presse », Communication, 36(1), mis en ligne le 10 avril 2019, https://doi.org/10.4000/communication.9865, page consultée le 3 janvier 2020.

LEMIEUX Cyril (2007), « L’accusation tolérante. Remarques sur les rapports entre commérage, scandale et affaire », dans Luc BOLTANSKI, Élisabeth CLAVERIE, Nicolas OFFENSTADT et Stéphane VAN DAMME (dir.), Affaires, scandales et grandes causes. De Socrate à Pinochet, Paris, Stock, p. 367-394.

LENZ Christophe (2018), « Sie halten zu Maudet – bis zum Ende », TagesAnzeiger, 10 décembre.

LEROY Raphaël (2018), « Voyage à Abu Dhabi : les contradictions de Pierre Maudet », Radio Lac, 11 mai.

LEROY Raphaël (2018b), « Pierre Maudet admet avoir été invité à Abu Dhabi », Radio Lac, 14 mai.

LEROY Raphaël et Barbara BERTOLI (2018), « “L’affaire” Pierre Maudet, en main du Ministère Public », Radio Lac, 16 mai.

LUGON Laure (2018), « Les soutiens de Pierre Maudet sortent du bois », Le Temps, 30 novembre.

MANSOUR Fati (2018a), « Pierre Maudet : “Mon énergie est intacte” », Le Temps, 22 mai.

MANSOUR Fati (2018b), « Pierre Maudet en mauvaise posture », Le Temps, 16 mai.

MANSOUR Fati (2018c), « Ce qu’ont dit les amis de Pierre Maudet », Le Temps, 11 décembre.

MANSOUR Fati (2020a), « Comment écrire sur l’affaire Maudet », Le Temps, 10 juillet.

MANSOUR Fati (2020b), « Les troublants échanges de Pierre Maudet à propos de Manotel », Le Temps, 30 juin.

MANSOUR Fati (2020c), « Pierre Maudet en martyr politique », Le Temps, 6 juillet.

MARCHETTI Dominique (1997), Contribution à une sociologie des transformations du champ journalistique dans les années 80 et 90. À propos de l’« événement sida » et du « scandale du sang contaminé », thèse de doctorat en sociologie dirigée par Pierre BOURDIEU, Paris, École des hautes études en sciences sociales (EHESS).

MAZBOURI Malik et François VALLOTTON (dir.) (2016), Scandale et histoire, Lausanne, Antipodes.

MOIRAND Sophie (2004), « L’impossible clôture des corpus médiatiques », Travaux neuchâtelois de linguistique, 40, p. 71‑92.

MOIRAND Sophie (2007), Les discours de la presse quotidienne. Observer, analyser, comprendre, Paris, Presses universitaires de France.

MOIRAND Sophie (2018), « L’apport de petits corpus à la compréhension des faits d’actualité », Corpus, 18, https://journals.openedition.org/corpus/3519#ftn1, page consultée le 10 mars 2020.

MOULIN Marc (2018), « La mobilité, un “magnifique défi mais si peu convoité », Tribune de Genève, 9 mai.

NEVEU Érik et Louis QUÉRÉ (1996), « Présentation », Réseaux, 14(75), p. 7-21.

NEVEU Érik (1993), « Pages “politiques” », Mots, 37, p. 6-28.

NORA Pierre (1972), « L’événement monstre », Communications, 18, p. 162-172, https://www.persee.fr/doc/comm_0588-8018_1972_num_18_1_1272, page consultée le 19 mai 2021.

QUÉRÉ Louis (1997), « Un événement indécidable ? », Espaces Temps, 64-65, p. 4-15.

QUÉRÉ Louis (2013), « Les formes de l’événement », dans Elio BALLARDINI et al. (dir.), Les facettes de l’événement : des formes aux signes, mediAzoni, 15, http://mediazioni.sitlec.unibo.it/index.php/no-15-special-issue-2013/86-les-formes-de-levenement/222-les-formes-de-levenement.html, page consultée le 24 mars 2020.

RASTIER François et Bénédicte PINCEMIN (1999), « Des genres à l’intertexte », Cahiers de praxématique, 33, p. 83-111, https://journals.openedition.org/praxematique/1974, page consultée le 19 mai 2021.

RAYNER Hervé (2015), « De quoi les scandales sont-ils faits ? », Traverse revue d’histoire, 22(3), p. 33-45.

RAYNER Hervé (2019), « L’événement comme forte oscillation des perceptions du possible », dans Laurent AMIOTTE-SUCHET et Monika SALZBRUNN (dir.), L’événement (im)prévisible. Mobilisations politiques et dynamiques religieuses, Paris, Beauchesne, p. 79-108.

RAYNER Hervé, Fabien THÉTAZ et Bernard VOUTAT (2016a), « Les institutions politiques suisses à l’épreuve », dans Malik MAZBOURI et François VALLOTTON (dir.), Scandale et histoire, Lausanne, Antipodes, p. 81-98.

RAYNER Hervé, Fabien THÉTAZ et Bernard VOUTAT (2016b), « L’indignation est-elle le ressort de la scandalisation ? Le “scandale des fiches” en Suisse », Éthique publique, 18(2), mis en ligne le 2 février 2017, http://journals.openedition.org/ethiquepublique/2847, page consultée le 21 août 2020.

REICHEN Philippe (2020), Pierre Maudet. Le vertige du pouvoir, Cabédita, Bière.

REICHEN Philippe (2018a), « Eine Lüge für alle Fälle », TagesAnzeiger, 8 septembre.

REICHEN Philippe (2018b), « Maudets Kritikerin muss schweigen », TagesAnzeiger, 29 novembre.

RICŒUR Paul (1983), Temps et récit, tome I, Paris, Seuil.

RINCK Fanny et Agnès TUTIN (2007), « Annoter la polyphonie dans les textes : le cas des passages entre guillemets », Corpus, 6, p. 79-100, https://journals.openedition.org/corpus/1102, page consultée le 19 mai 2021.

ROCCHI Ludovic (2018), « L’acharnement médiatique, cette invention des politiques », Republik.ch, 21 décembre.

ROSELLI Sophie (2018), « L’intriguant voyage de Pierre Maudet à Abu Dhabi », Tribune de Genève, 11 mai.

ROSELLI Sophie (2018b), « Mais qui a payé le voyage de Pierre Maudet ? », Tribune de Genève, 12 mai.

ROSELLI Sophie (2018c), « Voyage de Pierre Maudet : une enquête est en cours », Tribune de Genève, 15 mai.

ROSELLI Sophie (2018d), « Pierre Maudet félicite son ami qui a caché la vérité : “Well done, Old Chap” », Tribune de Genève, 11 décembre.

ROSELLI Sophie et Marc BRETTON (2018), « Pierre Maudet a menti sur son voyage à Abu Dhabi », Tribune de Genève, 31 août.

ROULET François (2018), « Les vacances de Monsieur Maudet », Mise au point, 27 mai.

RUETSCHI Pierre (2018), « Maudet pris à son propre piège », Tribune de Genève, 16 mai.

SCHLESINGER Philip (1992), « Repenser la sociologie du journalisme. Les stratégies de la source d’information et les limites du média-centrisme », Réseaux, 1(51), p. 71-98, https://www.persee.fr/doc/reso_0751-7971_1992_num_10_51_1926, page consultée le 19 mai 2021.

UHLIG Marion (2017), « Des vertus du métarécit. Sur l’enchâssement dans Barlaam et Josaphat », Poétique, 1(181), p. 33-52.

VAN EIJK Dick (2005), Investigative Journalism in Europe, Amsterdam, VVOJ.

VENIARD Marie (2013), La nomination des événements dans la presse. Essai de sémantique discursive, Besançon, Presses universitaires de Franche-Comté.

VERMEER Bram (2005), « Switzerland », dans Dick VAN EIJK (dir.) (2005), Investigative Journalism in Europe, Amsterdam, VVOJ, p. 185-194.

VÉRON Éliséo (1981), Construire l’événement. Les médias et l’accident de Three Mile Island, Paris, Éditions de Minuit.

WHITE Peter R.R. (2020), « The putative reader in mass media persuasion – stance, argumentation and ideology », Discourse and Communication, 14(4), p. 404-423.

YAVETSKIY Alexey V. (2014), « Représentation sémantique des événements naturels », dans Pascale BRUNNER et al. (dir.), Interpréter l’événement. Aspects linguistiques, discursifs et sociétaux, Limoges, Lambert-Lucas, p. 45-54.

Haut de page

Notes

1 Article réalisé dans le cadre du projet no 10001A-173315, « L’enquête journalistique : mythe ou renouvellement ? », financé par le Fonds national suisse de la recherche scientifique (FNS) sous la responsabilité de la professeure Annik Dubied.

2 La Tribune de Genève (quotidien régional) ; Le Temps (quotidien suprarégional suisse romand) ; Radio Lac (radio locale genevoise) ; la Radio Télévision Suisse (RTS) (média audiovisuel de service public suisse romand) ; Schweizer Radio und Fernsehen (SRF) (média audiovisuel de service public suisse alémanique) ; le TagesAnzeiger (quotidien suprarégional suisse alémanique) ; Le Courrier (quotidien suprarégional romand) ; L’Illustré et Bilan (hebdomadaires suprarégionaux suisses romands) ; Le Matin Dimanche (journal dominical suisse romand) ; WochenZeitung (hebdomadaire suprarégional suisse alémanique).

3 Dans le dictionnaire, le terme est défini non seulement comme un « procès », mais aussi comme « ce qui occupe de façon embarrassante » ou encore comme « un ensemble de faits créant une situation où divers intérêts sont aux prises » (Dictionnaire Le Robert, https://dictionnaire.lerobert.com/definition/affaire).

4 Le terme utilisé pour qualifier la nature d’un événement — ici « affaire » — n’implique pas forcément que l’événement corresponde effectivement, tout au long de son développement, à la forme analytique du même nom (Gonzales et Malbois, 2016 ; De Blic et Lemieux, 2005, p. 17).

5 Le 13 septembre, le PLR suisse indique que sa décision de s’immiscer dans l’affaire a été prise à la suite d’une enquête de Rundschau la veille (Muriel Ballaman, 2018).

6 Sophie Roselli (Tribune de Genève), Raphaël Leroy (Radio Lac), Laeticia Guinand (RTS Radio) et Fati Mansour (Le Temps).

7 Notamment du Matin Dimanche et de la RTS TV.

8 Notamment Sascha Buchbinder et Nicole Vögele, de l’émission Rundschau de la SRF, qui consacreront au moins quatre enquêtes à l’affaire Maudet.

9 « [...] tend to stem from decisions taken in the newsroom to put more efforts into covering a particular event » (traduction de l’auteur).

10 Le 12 septembre, l’émission Rundschau apporte de nouveaux éléments au volet de « l’Escobar », portant sur un projet immobilier à Genève (Buchbinder et Vögele, 2018a). Le 23 septembre, la NZZ alimente le volet « aéroport », en révélant que Maudet a été impliqué dans l’attribution de la concession à la société émiratie (« Neue Vorwürfe an Pierre Maudet », NZZ, 23 septembre 2018). Le 3 octobre, les journalistes de Rundschau relient l’attribution de cette concession au marché de l’or « sale » en provenance des Émirats arabes unis (Buchbinder et Vögele, 2018b).

11 L’émission Mise au point du 27 mai s’appuie par exemple sur des images d’archives déjà utilisées dans un sujet de la RTS du 18 mai, sur une interview d’un expert (Steve Domenjoz) que Radio Lac avait déjà interviewé le 17 mai 2018, sur une image de l’agence d’informations WAM, que Roselli avait utilisée dans son premier article, sur l’interview du président des Verts genevois, qui s’était déjà exprimé sur la RTS le 19 mai, alors que la colère du syndicat de la police judiciaire avait déjà été relayée par Le Temps le 22 mai (Roulet, op. cit.).

12 « […] au lieu de couper court, on donne la direction des nouvelles enquêtes à mener » (Dayer, 2018).

13 Plainte de Pierre Maudet contre le journaliste Philippe Reichen, procès entre l’éditeur Tamedia et Pierre Maudet, condamnation de Rundschau par l’Autorité indépendante d’examen des plaintes en matière de radio-télévision.

14 Pour Uhlig, le terme « métarécit » « convient de façon idéale à décrire le dispositif d’enchâssement, parce qu’il désigne un phénomène de réflexivité par lequel le texte s’interroge sur lui-même, et que le lieu dévolu à cette interrogation est le récit au second degré » (2017, p. 35).

15 Par exemple, l’analogie (Krieg-Planque, 2009 ; Cislaru, 2013) ou la représentation sémantique de l’affaire en tant qu’« actant impersonnel » exerçant une influence (Yavetskiy, 2014).

Haut de page

Table des illustrations

Titre Histogramme 1. Nombre d’articles contenant l’occurrence « affaire Maudet » ou une cooccurrence (« Pierre Maudet » et « Abu Dhabi »)
URL http://journals.openedition.org/communication/docannexe/image/13974/img-1.png
Fichier image/png, 176k
Titre Histogramme 2. Extrait de l’analyse thématique des différents instants discursifs
URL http://journals.openedition.org/communication/docannexe/image/13974/img-2.png
Fichier image/png, 391k
Titre Graphique 1. Extrait de l’analyse des références intertextuelles (flèche rouge : reprise ; flèche bleue : citation et compléments)
URL http://journals.openedition.org/communication/docannexe/image/13974/img-3.png
Fichier image/png, 1,4M
Titre Schéma 1. Dynamique lexicale
URL http://journals.openedition.org/communication/docannexe/image/13974/img-4.png
Fichier image/png, 72k
Titre Capture d’écran 1. Encadré paru dans Le Matin Dimanche du 20 mai 2018
Légende Légende : Julien Culet (2018), « L’escapade de Maudet menace sa présidence », Le Matin Dimanche, 20 mai.
URL http://journals.openedition.org/communication/docannexe/image/13974/img-5.png
Fichier image/png, 946k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Wuergler Lena, « L’événement comme support de légitimation du journalisme d’enquête »Communication [En ligne], Vol. 38/1 | 2021, mis en ligne le 15 juin 2021, consulté le 29 juillet 2021. URL : http://journals.openedition.org/communication/13974 ; DOI : https://doi.org/10.4000/communication.13974

Haut de page

Auteur

Wuergler Lena

Wuergler Lena est doctorante à l’Académie du Journalisme et des Médias (AJM) de l’Université de Neuchâtel, Suisse. Courriel : lena.wurgler@unine.ch

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Communication sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search