Navigation – Plan du site

AccueilNumérosVol. 38/2LecturesMomar CISSÉ (2009), Parole chanté...

Lectures

Momar CISSÉ (2009), Parole chantée et communication sociale chez les Wolofs du Sénégal

Paris, L’Harmattan
Aminata Diaw Diagne
Référence(s) :

Momar CISSÉ (2009), Parole chantée et communication sociale chez les Wolofs du Sénégal, Paris, L’Harmattan

Texte intégral

1L’auteur de cet ouvrage est wolof et il maîtrise parfaitement les cultures wolofiennes. Grands et élancés, les Wolofs sont des peuples de l’oralité, ils représentent 27 % de la population sénégalaise et ils sont musulmans à 90 %. L’importance de l’oralité dans la société moderne sénégalaise est à souligner, car elle est le principal support de l’interaction sociale. La parole est vectrice d’histoire et porteuse de valeurs et coutumes, au cœur de chaque rituel. Le langage, comme nous pouvons le noter, est le moyen le plus naturel facilitant l’interactivité humaine. Le langage est, à juste titre, le principal support de l’oralité (Ba, 1996). Dans un tel contexte social et culturel, l’ouvrage de Momar Cissé met l’accent sur « la parole chantée » qui, en milieu wolof, représente une symbolique particulière rythmant chaque événement de la vie sociale et culturelle.

Toutes les sociétés de tradition orale ont eu à donner, dans le processus de leur évolution historique, la même importance à la parole en général et à la parole chantée en particulier. Elle leur permettait de continuer à perpétuer et à faire vivre l’héritage culturel des ancêtres, mais également de jouer un rôle important dans la reconnaissance identitaire et le maintien de la cohésion de la communauté (p. 3).

2L’ouvrage se compose de trois grands chapitres. Le chapitre premier décrit la société wolof et le fonctionnement de son système de classification sociale (les systèmes des castes et des ordres), de sa société traditionnelle, de son organisation politique et religieuse ainsi que les valeurs morales plébiscitées par une telle société dont le mode de vie est défini comme communautaire (au sens durkheimien).

3Le deuxième chapitre est consacré à une étude linguistique wolofienne approfondie. L’auteur remonte aux origines de la langue wolof et il évoque les variétés choisies, l’orthographe, la sémantique ainsi que les vocaux qui ont chacun un sens particulier dans le message délivré.

4Le troisième et dernier chapitre aborde la question du discours wolofien, où l’auteur nous propose des chants et des poèmes et évoque « des circonstances de communication » définies comme « cet ensemble de conditionnements matériels, économiques, biologiques et physiques à l’intérieur duquel nous communiquons » (Ducrot, 1972, p. 445).

5Des chercheurs tels que Cheikh Anta Diop et Abdoulaye Bara Diop ont largement contribué à faire connaître la société wolof, mais les éléments socio-anthropologiques par rapport à la portée symbolique et culturelle du chant dans cette société sont peu connus. Aussi l’intérêt de cet ouvrage porte-t-il sur cette recherche approfondie du point de vue linguistique et anthropologique. Cissé replace la parole wolofienne dans des contextes particuliers où les mots résonnent plus forts que les actes, car telle est la place de la parole dans une société traditionnelle. Cet ouvrage interpelle à tout point de vue en raison de l’intemporalité dont il fait état : les chansons et les poèmes qui y sont évoqués sont toujours d’actualité et constituent un véritable patrimoine pour l’ethnie wolof. L’auteur propose à la fin de son ouvrage que les textes exposés servent à établir une banque de données textuelles pour les anthropologues, les linguistes, les littéraires et les lexicographes (Cissé, 2009).

Haut de page

Bibliographie

BA Aminata (1996), Introduction des médias modernes au sein de sociétés de l’oralité, thèse de doctorat sous la direction de Armand MATTELART, Rennes, Université Rennes 2.

DUCROT Oswald (1972), « Situation de discours », Dictionnaire encyclopédique des Sciences du langage, Paris, Seuil.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Aminata Diaw Diagne, « Momar CISSÉ (2009), Parole chantée et communication sociale chez les Wolofs du Sénégal »Communication [En ligne], Vol. 38/2 | 2021, mis en ligne le 01 novembre 2021, consulté le 06 décembre 2021. URL : http://journals.openedition.org/communication/14130 ; DOI : https://doi.org/10.4000/communication.14130

Haut de page

Auteur

Aminata Diaw Diagne

Aminata Diaw Diagne est docteur en sciences de l’information et de la communication à l’IMSIC (Institut méditerranéen des sciences de l’information et de la communication), Université d’Aix-Marseille. Courriel : diawdiagne@hotmail.com

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Communication sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search