Navigation – Plan du site

AccueilNumérosVol. 38/2LecturesMari-Sylvie POLI (dir.) (2020), C...

Lectures

Mari-Sylvie POLI (dir.) (2020), Chercheurs à l’écoute. Méthodes qualitatives pour saisir les effets d’une expérience culturelle

Québec, Presses de l’Université du Québec
Roxanne Lefebvre-Baril
Référence(s) :

Mari-Sylvie POLI (dir.) (2020), Chercheurs à l’écoute. Méthodes qualitatives pour saisir les effets d’une expérience culturelle, Québec, Presses de l’Université du Québec

Texte intégral

1Sous la direction de Marie-Sylvie Poli, cet ouvrage est une contribution qui présente des méthodes de recherche qualitatives pour analyser les expériences culturelles d’aujourd’hui. Les 13 auteurs présentent et interrogent leurs protocoles de recherche tout en les intégrant dans leurs disciplines respectives : les sciences de la communication et de l’éducation ainsi que la sociologie de la culture. À l’aide des technologies de l’intelligence artificielle récentes, certains des chercheurs fabriquent des dispositifs d’enquête qui permettent de s’approcher au plus près des expériences culturelles des publics équipés de téléphones intelligents ou de tablettes numériques.

2Anik Meunier, Jason Luckerhoff et François Guillemette, dans le chapitre intitulé « Les entretiens inductifs en muséologie », mettent en exergue les notions de recherche qualitative et d’entretiens inductifs dans les musées. Les auteurs soulignent l’importance de comprendre les caractéristiques de la recherche qualitative avant d’animer des entretiens. L’étude du vécu et des émotions recueillies lors d’entretiens qualitatifs requiert à la fois une bonne écoute et des connaissances de la sémiotique. Une compréhension approfondie du langage permet à l’intervieweur de s’adapter au discours des participants et de mieux interpréter les signes langagiers. Ainsi est-il plus aisé d’orienter les entretiens, basés sur le vécu, sans toutefois influencer les participants. Dans un entretien qualitatif, il est préférable de modérer la conversation afin que tous les participants puissent échanger et faire partager leur vécu. Favoriser la parole s’avère le rôle le plus important de l’interviewer. En ce sens, « la préparation des questions et des thèmes à aborder durant l’entretien est-elle considérée comme moins importante que la préparation des stratégies qui favorisent la prise de parole des participants lors de l’entretien » (p. 18). Un entretien bien préparé par l’interviewer permettra d’établir une collaboration répondant-informant où il se placera en position d’écoute, prêt à recevoir les expériences et le vécu des participants, sans jugement et en toute neutralité.

3Les auteurs relèvent les défis d’animer des entretiens qualitatifs dans les musées à cause de sources de distraction qui empêchent parfois les participants de se sentir à l’aise de parler, alors que les animateurs peuvent avoir de la difficulté à être attentifs aux échanges. Pour ce faire, il faut faire en sorte que le participant se sente en confiance avec l’interviewer, dans le lieu où se déroule l’entretien.

4Marie-Sylvie Poli aborde l’écoute attentive des visiteurs dans le chapitre « L’expérience culturelle de la visite d’expositions ». Chez certains, la visite d’une exposition ou d’un lieu de culture exhorte de lointains souvenirs personnels à refaire surface, alors que d’autres sollicitent leur mémoire cognitive en se remémorant différents apprentissages du passé, en consolidant de nouveaux. C’est la compréhension de chaque vécu raconté qui permet de comprendre en partie le choix des expositions visitées et les éléments consultés lors de la visite ainsi que la durée de celle-ci.

5Les raisons pour lesquelles les visiteurs fréquentent les musées sont nombreuses. Pour certains, ce sont des amis, de la famille ou encore un voyage qui les poussent à visiter un musée, alors que pour d’autres, ce sont leurs centres d’intérêt en lien direct avec leur éducation. Une visite ne débute donc pas au moment de mettre les pieds dans un musée, mais bien avant, et elle se poursuit bien après la fin de celle-ci.

6« La relation d’enquête : mener des entretiens téléphoniques auprès des visiteurs de musées », le chapitre signé par Pascale Ancel, traite de l’entretien téléphonique réalisé chez l’interviewé comme d’une méthodologie qualitative qui permet de recueillir des données moins biaisées par les effets de l’institution et la présence de l’intervieweur. Installés dans un environnement qui leur est familier, les participants se sentent à l’aise avec leur interlocuteur. Le téléphone les incite à se confier au sujet d’éléments plus personnels qui s’avèrent des éléments de compréhension essentiels de l’expérience culturelle. En l’absence de contacts visuels avec l’intervieweur, l’interviewé n’est pas influencé par les différents marqueurs sociaux (âge, genre, visage, regard, gestuelle), même si certains d’entre eux sont encore perceptibles, notamment le choix du langage.

7N’étant pas ou peu distrait par l’environnement muséal, le chercheur peut se concentrer davantage sur les paroles et le récit ou, encore, sur les silences qui prennent une place importante dans un entretien téléphonique, car ils régulent la conversation. Bien que certains aspects de l’entretien en recherche qualitative manquent, notamment la gestuelle ou les expressions non verbales, la qualité des entretiens téléphoniques obtenus rappelle que l’intérêt et la motivation des participants à partager leur vécu lors de visites au musée ne font qu’enrichir celles-ci puisqu’une relation sincère s’installe plus naturellement, augmentant la réceptivité et le partage.

8Florence Andreacola, dans le chapitre « Renouveler l’analyse de l’expérience culturelle des visiteurs de musées grâce à l’intelligence artificielle ? », interroge l’utilisation de certains outils numériques afin de comprendre s’ils contribuent à comprendre l’expérience des visiteurs. L’utilisation de certaines applications liées aux données massives des institutions culturelles et du big data permettrait non seulement de démocratiser les outils numériques, le Web et Internet, mais aussi de les mettre au service des chercheurs à l’écoute. Car il est désormais possible de mesurer avec précision les informations (photos, textes) qui circulent sur le Web. Son texte aborde aussi la question de l’intelligence artificielle dans la composition de corpus d’œuvres d’art. Les recherches et les méthodes pluridisciplinaires prospectives présentées ici sont le fruit de collaborations entre chercheurs et ingénieurs en informatique.

9Brigitte Auziol s’éloigne des concepts classiques des recherches qualitatives dans le chapitre « Chercheur-visiteur : prolégomènes d’une expérience de recherche en muséologie », en présentant le concept de chercheur-visiteur. Ce chercheur de terrain utilise un carnet de recherche dans lequel il dépose non seulement ses commentaires et réflexions quant au vécu ressenti lors de la visite, mais aussi des croquis ou des dessins qui lui permettent de conserver chaque détail perçu. L’immersion du chercheur-visiteur dans l’espace muséal permet selon elle de créer une méthodologie d’analyse sémiotique réflexive qui se veut à l’écoute de l’expérience culturelle vécue par un visiteur lambda.

10Qu’en est-il lorsque le visiteur devient son propre guide ? Éric Triquet, dans le chapitre « Un parcours sonore en Camargue : point de vue de visiteur-promeneur », analyse dans cette recherche interdisciplinaire l’influence des dispositifs numériques sur l’expérience de visite dans un parcours touristique sonore réalisé au cœur de la Camargue. Il met en avant les difficultés rencontrées par les participants quant au bon fonctionnement de l’application mobile, du GPS et du discours des bulles sonores et tente de comprendre comment les visiteurs s’approprient les dispositifs.

11Les nouvelles technologies sont de plus en plus présentes dans l’offre culturelle, notamment au sein des bibliothèques qui parviennent à élargir leurs propositions culturelles en rendant accessibles, en plus des livres habituels, de la musique, des expositions, des jeux vidéo et plus encore. Cet enrichissement numérique dans le périmètre culturel rend la culture plus accessible à certains « non-publics ». Olivier Zerbib, dans le chapitre « L’expérience de travail en bibliothèque moderne : les effets des dispositifs institutionnels et technologiques », s’interroge sur la place de l’usager dans la définition de l’offre de services des bibliothèques contemporaines tels que l’offre de livres numériques. Les visiteurs considèrent que la mission des bibliothèques est d’ouvrir les horizons culturels. Zerbib nous apprend que selon les usagers, les algorithmes restreignent les possibles en proposant des sélections préalables à leurs choix personnels.

12Le chapitre coécrit par Jean-Christophe Vilatte et Céline Schall, « Analyse du rôle de la médiation sur l’expérience de visite d’une exposition par une démarche compréhensive et quasi expérimentale », met en lumière la signification de l’expérience d’une visite pour un visiteur de musée. Les auteurs mentionnent que le chercheur doit apprendre à dépasser les cadres méthodologiques habituels et à laisser place à une plus grande créativité dans le but de créer de nouveaux outils de recherche adaptés aux formes de médiation muséale.

13Dans le dernier chapitre, « L’expérience culturelle au sein des réseaux d’itinéraires culturels du Conseil de l’Europe. Régimes de patrimonialisation versus logiques d’acteurs », Isabelle Brianso et Nolwenn Pianezza analysent les mécanismes d’adhésion de l’Itinéraire culturel du Conseil de l’Europe (ICCE). Dans une approche méthodologique ascendante, elles relèvent que l’adhésion des membres à un régime de patrimonialisation repose sur certains facteurs tels que le goût de cultiver un projet, le partage de connaissances, les valeurs communes ou, pour certains professionnels, le désir d’accroître la notoriété de l’organisation, de mieux la faire connaître.

14Cet ouvrage permettra aux chercheurs qui travaillent sur les effets sociétaux et individuels de la culture de découvrir des recherches de terrain qui conçoivent des outils méthodologiques et théoriques très actuels ainsi qu’une approche critique de ces outils. Mais nous considérons également que l’ouvrage est pertinent pour tout étudiant aux cycles supérieurs ou pour le chercheur, toutes disciplines confondues, qui s’intéresse aux dispositifs de la recherche qualitative.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Roxanne Lefebvre-Baril, « Mari-Sylvie POLI (dir.) (2020), Chercheurs à l’écoute. Méthodes qualitatives pour saisir les effets d’une expérience culturelle »Communication [En ligne], Vol. 38/2 | 2021, mis en ligne le 01 novembre 2021, consulté le 06 décembre 2021. URL : http://journals.openedition.org/communication/14139 ; DOI : https://doi.org/10.4000/communication.14139

Haut de page

Auteur

Roxanne Lefebvre-Baril

Roxanne Lefebvre-Baril est étudiante de premier cycle en communication sociale, Université du Québec à Trois-Rivières. Courriel : roxanne.lefebvre-baril@uqtr.ca

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Communication sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search