Navigation – Plan du site

AccueilNumérosVol. 38/2RecherchesLa médiatisation de lieux interdi...

Recherches

La médiatisation de lieux interdits de tournage

La diffusion par YouTube
Chantal Charnet et Bruno Bonu

Résumés

L’émission première de séquences audiovisuelles interdites de tournage réalisées par des cameramen amateurs privés de liberté est rendue possible par l’usage de certains réseaux sociaux. Ceux-ci permettent par exemple la production d’une vidéo en direct quel que soit l’endroit où se trouve le producteur, à condition qu’il ait accès à une connexion internet, soulevant des enjeux de légitimité à propos de la possibilité pour tout youtubeur de prendre parole et de la diffuser. L’objectif des auteurs est d’interroger la trajectoire d’un document filmique non-fictionnel produit en prison et diffusé sur Youtube.

Haut de page

Texte intégral

1Comment émettre des séquences audiovisuelles interdites de tournage réalisées par des cameramen amateurs privés de liberté ? Leur première émission est rendue possible par l’usage de certains réseaux sociaux qui permettent la production d’une vidéo en direct, quel que soit l’endroit où l’on se trouve, à condition d’avoir une connexion Internet. Cette émission synchrone est souvent pérennisée par l’usage de plateformes numériques telles que YouTube, qui offrent la possibilité d’une diffusion partagée, voire d’une médiatisation de l’événement créé. Ces plateformes sont un appareil de production et ouvrent en effet une visibilité sociale inimaginable auparavant, mais aujourd’hui parfaitement envisageable, pour toute personne majeure titulaire d’une messagerie électronique. Elles légitiment les prises de parole de tout youtubeur : « YouTube devient un espace de légitimation et de reconnaissance de pratiques et de voix, auprès de (supposés) jeunes publics, ou par de nouveaux acteurs, renouvelant les formes de communication dans l’espace public » (Douyère et Ricaud, 2019, p. 17). D’ailleurs, certains groupes ont bien compris cette possibilité d’expression dans cet espace médiatique accessible à tout professionnel ou profane (Despontin et Lefèvre, 2019).

2C’est le cas d’individus en environnement contraint, où l’usage de la vidéo est interdit. En effet, le tournage comme la diffusion font l’objet, en principe, de poursuite judiciaire. Mais nous constatons qu’un certain nombre de vidéos tournées en prison sont rendues accessibles à tout public du Web même si la réglementation impose une limite d’âge pour leur consultation lors de la diffusion de certains sujets, notamment sur la plateforme numérique YouTube. Il ne s’agit pas de tournages effectués par des intervenants externes comme des journalistes, voire des chercheurs, mais par des détenus impliqués souvent dans les activités filmées.

  • 1 Les captures d’écran de 5 à 8 (infra) sont tirées d’un corpus recueilli sur le Web de vidéos produi (...)

3Les premières vidéos tournées en prison ont été publiées autour des années 2015 et 2016 sur YouTube et ont fait l’objet d’un grand battage médiatico-politique1. Elles sont restées, malgré leur interdiction, longtemps disponibles sur YouTube. Cette pratique filmique met en scène des activités souvent interdites par l’administration pénitentiaire. La diffusion de ces vidéos apporte une visibilité sociale inédite à la « vie souterraine » de ces personnes détenues (Goffman, 1961). Elles rendent compte de moments de prison filmés grâce à des téléphones intelligents, même si ceux-ci sont interdits dans les espaces pénitentiaires et sont saisis s’ils sont trouvés en possession des détenus. Mais comme le rappelle un article du quotidien Le Monde : 

En 2017, 40 067 téléphones et accessoires (chargeurs, cartes SIM…) ont été saisis dans les 180 prisons françaises, selon la direction de l’administration pénitentiaire (DAP). C’est quatre fois plus qu’en 2010, et huit fois plus qu’il y a dix ans. Une progression qui s’explique par une hausse du nombre de détenus (58 400 en 2007, 68 400 en 2017) et des appareils en circulation, mais aussi par un meilleur repérage, estime la DAP2.

4La scène filmée est variable : elle pointe soit un événement anodin, soit des activités (souvent illicites) sortant de l’ordinaire pénitencier, ou encore elle rend compte d’échanges du détenu avec l’extérieur. Nous nous intéressons à une catégorie spécifique de vidéos, à celles où nous assistons à des échanges quasi synchrones rendus possibles par l’application logicielle pour des appareils mobiles, Periscope achetée par Twitter en 2015 mais dont la distribution vient de s’arrêter dans les Apple Store en mars 2021. Cette application donne la possibilité à tout utilisateur de transmettre en direct ce qu’il est en train de filmer. Les échanges avec d’autres internautes impliqués dans le direct sont ainsi possibles et favorisés par l’application. Les internautes interviennent par écrit dans la messagerie mise à disposition. Elle est concomitante à l’écran qui montre le point de vue audiovisuel du sujet émetteur principal. Il est à noter que la visibilité concerne ce dernier et non celle des autres interlocuteurs qu’il est cependant possible de localiser.

5Notre objectif est d’interroger la trajectoire d’un document filmique non fictionnel produit en prison, dans l’écologie sémiotique (Goodwin, 2013) de Periscope qui induit, dans le design graphique de l’application, l’agencement du texte déroulant, l’image en mouvement et le son de la vidéo, utilisés par son auteur. Cet ensemble fait l’objet d’une diffusion partagée sur YouTube.

6Notre analyse portera en particulier sur une vidéo identifiée dans YouTube en ses termes par deux titres, sur la vidéo elle-même : PRISON MARSEILLE BEAUMETTES PROMENADE et sous la séquence « Periscope Aux Baumettes - Il Engueule Son Co-Détenu Qui Ne Sait Pas Rouler Les Joints ! »3.

Capture d’écran 1. Page d’accueil de la version en ligne sur YouTube

Capture d’écran 1. Page d’accueil de la version en ligne sur YouTube

7D’autres vidéos suivent le même canevas et ont été aussi réalisées à partir de l’application Periscope. Elles sont également accessibles sur YouTube :

Une enquête en milieu contraint

8Cette étude est fondée sur l’observation d’enregistrements transmis de manière synchrone pour le visuel et en quasi synchrone pour les messages lors de l’usage de l’application Periscope, puis mis en ligne en différé sur la plateforme numérique YouTube afin de partager avec un plus grand public des situations vécues par des personnes privées de liberté. L’interprétation de ces vidéos réside à la fois dans l’agencement des prises de vues, dans la production sonore, vocale et verbale dans un environnement lui-même sonorisé, dans la trajectoire de diffusion explicitée plus haut. Ces pratiques filmiques clandestines mettent en évidence certains aspects de la vie quotidienne cachée des lieux d’enfermement.

9Les auteurs de ces séquences appartiennent à une génération où les usages numériques de la vidéo constituent une base initiale de socialisation et d’apprentissage par l’image connectée. « La vidéo conversationnelle s’impose progressivement dans les usages interactionnels du digital […] Il reste à mieux connaître les pratiques liées à ces vidéos, notamment autour de leur partage conversationnel, dans le cadre des interactions juvéniles en ligne » (Allard, 2014, p. 31).

10Les jeunes détenus sont orientés vers des usages de l’image dans les réseaux sociaux et connaissent bien ces pratiques quand ils arrivent en détention. Dans le cas étudié, la fabrication et la réception de la vidéo en temps réel impliquent l’examen des dimensions vidéographique, non fictionnelle et réaliste d’activités en train de se faire, attestées par le dispositif d’enregistrement.

  • 7 L’ordre de ce traitement n’est pas donné par une hiérarchie d’intérêt scientifique, mais par l’appa (...)

11D’abord, il faut remarquer que les documents sont tournés clandestinement dans l’enceinte d’une prison à certains moments de la vie en détention. Les moments interstitiels de « la vie souterraine » dans les institutions d’enfermement ont été étudiés par Erving Goffman (1961), dans une autre époque sociotechnologique. Ces périodes soustraites au regard de l’institution par les membres captifs échappent aux observations des agents de l’établissement. Le cheminement de réception des vidéos est particulière, car l’accès à des phases cachées aux yeux des représentants de l’institution est rendu public au moyen d’une temporalité d’action abordable en temps réel aux internautes par l’application Periscope puis en temps différé par le dépôt sur la plateforme YouTube. Cette diffusion partagée nous permet d’examiner trois dimensions des pratiques des participants par une analyse de trois séquences audiovisuelles extraites du corpus de référence (S1, S2, S3)7.

12La première (S1), c’est que la publication synchrone de vidéos tournées en prison donne lieu à des commentaires écrits par les internautes, reçus de manière quasi synchrone par le téléphone du détenu. Ce dernier va « répondre » de manière sélective aux messages reçus. Il traite alors le positionnement immédiat de ces interventions distantes traitées parfois en synchrone, parfois par une prise en compte a posteriori des interventions précédentes.

13La deuxième (S2) porte sur les actions liées au dispositif filmique. Celles-ci impliquent le regard du cameraman orienté vers ce qui se passe devant lui et son artefact technologique. Ces actions concernent la prise en compte des messages déroulants, mais aussi l’environnement de la cour de promenade, selon les contingences des échanges entre le détenu et les internautes.

14Les deux aspects précédents constituent déjà des pratiques interdites dans l’enceinte des établissements d’enfermement. Cette mise en images prohibée porte en son sein des activités défendues en prison et bien entendu illégales : fumer des stupéfiants, crocheter une porte, etc. C’est l’objet des activités souterraines que nous analyserons en S3.

L’exploration de vidéos « souterraines » à large diffusion

15L’épisode choisi est inclus dans une séance d’échanges de vidéos synchrones entre des détenus et des internautes. Elles sont produites et transmises avec l’application Periscope par un jeune détenu, accompagné d’un codétenu lors des heures de promenade dans la cour de la prison des Baumettes à Marseille. Dans le déroulement des communications successives, les commentaires écrits défilants et (quasi) synchrones se succèdent, jusqu’au moment où une intervention écrite est retenue par le locuteur principal (D1) et traitée interactionnellement, à l’intention des présents (plus particulièrement D2, infra) et surtout, des scripteurs à distance.

Capture d’écran 2. Configuration sémiotique et début de l’épisode analysé

Capture d’écran 2. Configuration sémiotique et début de l’épisode analysé

16L’objectif de notre analyse est de montrer les différentes dimensions d’un enregistrement vidéo, point de départ de la publicisation de moments interstitiels de « la vie souterraine » d’une prison, grâce aux pratiques juvéniles de la « vidéo conversationnelle » sous forme de « capsules » publiées sur les réseaux sociaux numériques (RSN) (Allard, 2014). La situation d’échange, hormis son ancrage dans un établissement de privation de liberté, pourrait apparaître banale, dans l’état de notre connaissance des RSN, des pratiques numériques générationnelles et de la vidéocommunication. La multidimensionnalité de la scène filmée dans son déroulement temporel fait néanmoins accéder le spectateur et les chercheurs à l’usage situé d’un dispositif et à des pratiques interactionnelles complexes. La coopération médiatisée entre les participants (détenus en présence, d’un côté, membres du réseau ouvert Periscope, de l’autre), qui rend possible la situation, a recours à l’usage d’objets, d’outils et, plus largement, elle prend place dans un environnement matériel, organisationnel, technologisé ainsi que communicationnel. Dans cette écologie, des actions sont nécessaires et doivent s’adapter à l’agencement dans la participation compétente, à des expressions des facultés humaines : regarder/voir, lire/interagir, filmer/montrer, etc. L’attention du locuteur principal (D1) passe souvent de l’écran à l’espace de la cour. Notre analyse porte par conséquent sur les cours d’action réels enregistrés en situation et sur les opérations concrètes qui y sont réalisées, auxquelles la trajectoire spécifique de ce document audiovisuel nous permet d’accéder.

La reprise interactionnelle des messages

17La capture d’écran 2 donne un premier aperçu des échanges que nous allons analyser et constitue le déclenchement de la première séquence (S1).

18L’application donne une structure qui se développe dans le temps. Elle est faite d’une série de sous-espaces dans l’écran qui constituent l’ordre des contributions. De ce fait, l’agencement spatial de l’application contribue à ordonner temporellement l’activité d’échange et à projeter les actions potentielles à venir. L’écran est bien « un espace vécu habité par des acteurs qui se meuvent en lui tout en utilisant la structure qu’il fournit pour accomplir les actions distinctives qui constituent le monde vécu de leur situation » (Goodwin, 2000a, p. 1517). Dans ce cadre, un message retient l’attention de D1.

19Les procédures utilisées par le scripteur de Periscope se fondent sur deux types d’inférences mobilisées par l’énonciation d’une activité (« pleurer ») et d’un espace privé, voire intime, dans une forme d’expression stabilisée (« sous les draps ») : « T’es bien tu pleure [sic] dans tes draps en rêvant d’être libérable » (énoncé entouré de rouge, plus haut).

20Le lieu déclenche l’inférence sur l’activité de se cacher. Pleurer est une activité connotée, socialement dévalorisée et liée à des catégories particulières considérées socialement comme fragiles (bébé, enfants) ou affectées par des événements spécifiques (deuil, agression ou autre conjoncture déroutante). Celle de pleurer est une activité dévalorisante (conjointement à celle de se « cacher sous les draps ») qui s’amplifie dans l’environnement carcéral. En fait, les références aux lieux de l’intimité et aux comportements émotionnels représentent un lien fort avec l’usage des catégories pour référer aux personnes (Sacks, 1972).

  • 8 La transcription suit les conventions de Gaïl Jefferson, cofondatrice de l’analyse de conversation (...)

21Le tour de parole de D18, constitué par la reprise du thème de l’énoncé écrit introduit par @kazuoni, ne reprend pas le rhème « en rêvant d’être libérable » (de Fornel, 1987).

Capture d’écran 3. Réponse de D1 au message précédent de @kazuoni (image 3)

Capture d’écran 3. Réponse de D1 au message précédent de @kazuoni (image 3)
  • 9 Elle implique un élément dans la construction dynamique de l’intervention d’un locuteur qui peut (m (...)
  • 10 L’unité est répétée puisque l’intervention de D2 arrive à ce moment. Celle-ci est incompréhensible (...)

22Le premier élément du tour de D1 « le jour que je pleurerais dans mes draps » (l.2) sert de prémisse pour la seconde unité de construction du tour (UCT) (Schegloff, 1996)9. Cette première s’inscrit en faux en relation au propos du message et projette une nouvelle unité qui manifeste le désaccord « c’est que j’aurais perdu »10. Le contraste aboutit à l’évocation argumentative d’un cas de figure où les pleurs seraient possibles, pour exclure enfin l’hypothèse évoquée par le scripteur : « un membre de ma famille pas parce que je suis en priso::hhn ». Elle permet au détenu qui produit la catégorie d’affirmer la maîtrise, de sa part, des sources d’une moralité « alternative », mais en continuité avec la moralité dominante, ou supposée telle, celle de la place prépondérante dans la vie d’un individu, de la famille (Sykes, 1958). L’autre lieu (à part « les draps » évoqués par l’internaute), c’est la prison. Ce lieu d’enfermement est déthématisé (en ce qui concerne l’activité stigmatisante de « pleurer », à la faveur de l’appartenance familiale).

  • 11 Pour un développement de ces arguments, voir Sacks (1972).

23Dans le cadre de « l’activité culturelle méthodique » (Watson, 1994) de la catégorisation des personnes, l’emploi dans les tours de parole de catégories, d’activités et de lieux forment des « machines inférentiellement riches » (MIR) (Sacks, 1992a). En fait, dans la séquence en examen, le scripteur oriente vers des inférences négatives, immédiatement reconnues par le destinataire du message et interlocuteur principal. La tentative de neutralisation interactionnelle marqué par la reprise du premier élément de l’énoncé produit par @kazuoni (et l’abandon de la seconde partie, « en revant d’être libérable ») n’écarte pas la possibilité de s’engager dans l’activité stigmatisée de pleurer, mais elle en conteste la « cause », le séjour en prison. Une motivation d’un deuil familial peut être envisagée, mais sûrement pas la détention (ici, l’inférence porte sur l’importance dans une biographie institutionnelle de l’événement du séjour en prison). Ce qui est mobilisé ici, ce n’est pas une catégorie, mais un dispositif de catégorisation (Dc), la famille, comme dispositif central existentiel. Ces Dc sont organisés en collections de catégories cohérentes (programmatique, équipe de football, couple de catégories, enseignant/élève) ou de catégories ouvertes (âge, appartenance nationale, etc). L’usage de principes d’application répétables — 1) cohérence ; 2) économie ; 3) emploi — contribue à une sélection correcte et permet aux locuteurs de choisir la catégorie la plus appropriée dans la situation11.

24Cette étude des catégories (implicites ou explicites) participe à la compréhension de la structuration des situations filmées et de l’appartenance au groupe des personnes présentes. Les catégories participent à structurer les situations en répondant à la question : « Qui sommes-nous ? » Les catégories ont des effets bien concrets. La stigmatisation d’un autre détenu comme ayant des activités non attendues (pleurer) exclut le détenu du groupe des autres captifs, si elle est stabilisée. La réaction de D1 est traitée donc cognitivement au niveau de l’inférence projetée et de ses conséquences interactionnelles complexes et relationnelles.

La réponse visuelle

25Le message de @kazuoni n’entraîne pas seulement la mobilisation de moyens verbaux et vocaux de la part de D1. Il va aussi employer dans la continuité de l’échange précédent des éléments visuels pour contrer le message qui le minorise catégoriellement. La capture d’écran 4 correspond alors à la ligne 8 de la transcription. Cela permet de montrer les autres ressources mobilisées par D1. Elles concernent l’environnement matériel et humain de la cour de promenade.

Capture d’écran 4. Montrer la cour de promenade

Capture d’écran 4. Montrer la cour de promenade
  • 12 Le filmeur, membre de l’institution carcérale en tant que captif, se filme lui-même (De Hasque, 201 (...)

26Les dimensions non fictionnelles, réalistes et mobiles de cette prise de vue font de cette vidéo (comme les autres tournées en prison) des eyes-in-motion (Rouche, 1975, p. 87), mouvement des yeux saisi ici par l’intermédiaire du téléphone intelligent (et de son bras télescopique qui joue un rôle essentiel dans la prise de vue et dans les mouvements filmiques). De plus, la prise de vue est réalisée par une personne qui participe elle-même aux multiples activités accomplies en détention12. L’objectif de notre analyse est ici d’observer la relation entre le dispositif d’enregistrement, composé de l’humain et du non-humain (Latour, 1994, 1997 ; Paveau, 2012), et l’espace de cadrage peuplé d’objets et de participants à l’activité, avec des formes variées de coordination. Cette forme spécifique d’interactivité doit être analysée en scrutant les différents regards présents dans ces vidéos :

« voir » est un ensemble de pratiques situées, socialement organisées et historiquement constituées, notamment dans le cadre d’une profession, c’est-à-dire d’une « communauté de praticiens compétents », habilités à voir et à constituer de façon légitime certaines sortes d’événements (Goodwin, 1994, cité dans Quéré, 2016, p. 51).

27Le détenteur du téléphone se filme lui-même et son attention est portée principalement vers les messages déroulants. L’attention est aussi attirée par les événements qui se passent dans la cour ou dans l’espace proche du téléphone. La question est de savoir comment la gestion du regard du film maker, avec ses procédures de prise de vue, de découpage de l’espace par le cadrage, de mouvement du dispositif d’enregistrement dans l’espace, se lie aux autres composantes de la situation filmique. Les configurations procédurales en examen sont culturelles, à la fois filmiques et linguistiques. Douglas Macbeth souhaite « proposer une sociologie qui va produire un discours analytique spécifique pour mettre en évidence les pratiques et les accomplissements des opérateurs dans le champ » (1999, p. 136). La manière de filmer et les mouvements de caméra dans le film documentaire ont toujours été dépendants de la mobilité des dispositifs de capture de l’image et de prise du son (Vaughn, 1992). L’unité véhiculaire fondamentale est celle constituée par le film maker et son téléphone : « […] une coque d’un certain type (contrôlée habituellement de l’intérieur) par un pilote ou un navigateur humain » (Goffman, 1973, p. 22).

28Dans certaines vidéos tournées par les détenus, le mouvement se limite à la vue sur la cour (capture d’écran 5) et à la cellule de la prison (capture d’écran 6).

Capture d’écran 5. Vue de la cour à partir de la cellule

Capture d’écran 5. Vue de la cour à partir de la cellule

Capture d’écran 6. Vue de la cellule

Capture d’écran 6. Vue de la cellule

29Cet espace personnel est alloué par l’institution aux individus privés de liberté. Cette action apparemment simple fait changer le statut du lieu d’enfermement d’espace contrôlé par l’institution à un lieu tiers. Cet acte de filmer est interdit dans l’établissement. Par conséquent, ils deviennent (la cellule comme la cour) des espaces de communication pour le détenu. La relation entre les dispositifs d’enregistrement (composés d’humain et de non-humain) et l’espace de cadrage peuplé d’objets et de participants à l’activité (ou engagés dans d’autres activités, ou encore, dans les deux) constitue le cadre d’action.

30Les différentes formes de vision jouent un rôle fondamental : le regard du film maker sur le cadre et sur la caméra, les regards des participants entre eux et vers la caméra, les regards fixes, panoramiques, coup d’œil des uns et des autres, etc., soutiennent le cadre de participation. L’ensemble va constituer la structure interprétative. Les personnes en présence doivent agir dans un environnement d’action double, contribuer aux multiples interactions qui peuvent avoir lieu dans la portion de l’espace carcéral et mener à bien l’activité de filmer. Charles Goodwin attribue un statut spécial au corps : il est « un champ dynamique, se déployant temporellement, qui manifeste une posture réflexive à l’égard des autres participants, de la conversation en cours et de l’action qui se déroule » (2013, p. 1519).

Capture d’écran 7. Montrer le corps dans les vidéos tournées en prison

Capture d’écran 7. Montrer le corps dans les vidéos tournées en prison

31Il est aussi un champ sémiotique hétérogène, au sens où les gestes, les mouvements, les postures, les mimiques, les orientations, le rythme, etc., sont des signes ayant chacun leur spécificité. Il en va de même pour le contexte. Goodwin le conçoit comme

un processus dynamique, se déployant dans le temps [un processus] accompli à travers le réarrangement continu de structures dans la conversation, les corps des participants, les artefacts pertinents, les espaces, et les traits de l’environnement matériel qui retiennent l’attention des participants (2013, p. 1519, cité par Quéré, 2016).

Les comportements interdits dans des vidéos illicites

32Nous avons affirmé que les vidéos représentent et concernent des moments interstitiels de « la vie souterraine » dans les institutions d’enfermement étudiés par Goffman, dans une époque sans RSN. Ces épisodes impliquent des arrangements de la part des individus privés de liberté. Les lieux d’enfermement comme la prison représentent selon cet auteur des formes d’une « organisation formelle instrumentale » (1961, p. 199) qui est définie comme un système d’activités coordonnées dans le but d’arriver à des finalités globales explicites. Ces organisations formelles sont des unités fermées par des murs. Elles impliquent une « soumission à l’activité imposée ». Les ajustements pratiques permettent aux personnes privées de liberté de gérer les contraintes de l’enfermement et d’arriver à leurs buts : « Donc toute étude sur comment les individus s’adaptent à leur identification et définition (des contraintes) pourra peut-être mettre en évidence leur manière de négocier leur participation aux activités typiques de l’organisation » (Goffman, 1961, p. 201). Les ajustements sont majoritairement dirigés vers la gestion des relations entre les détenus et les surveillants en contact direct avec les personnes incarcérées, ou encore avec la hiérarchie dirigeante des établissements de détention. Des ajustements et des « ruses » sont nécessaires dans les relations avec les autres détenus. Dans la prochaine capture d’écran, de jeunes détenus sont sur Periscope en train de filmer la cour. Comme le détenu des premiers exemples, ils échangent avec des internautes à distance. Mais ils filment sous une serviette blanche (en haut de l’image). Le tournage de la vidéo semble doublement caché. D’une part, la prise de vue n’est pas visible pour les surveillants, d’autre part, l’arrangement visuel évite de susciter l’attention des détenus qui se douchent dans la cour. Dans le flux d’échanges avec les correspondants sur l’application, les commentaires portent sur le chef de l’un des groupes présents dans la prison (l’homme en débardeur noir qui passe devant la caméra, avec un codétenu).

Capture d’écran 8. Filmer la douche et la promenade

Capture d’écran 8. Filmer la douche et la promenade

33Si nos observations sont exactes (le régime de preuve est évidemment limité dans ce cas), cette vidéo montre des pratiques enchâssées d’ajustement par rapport à la fois à l’institution, ainsi qu’aux autres sous-groupes de détenus. Goffman a mis en évidence les ajustements secondaires en les définissant comme

des adaptations habituelles, au moyen desquelles un membre d’une organisation utilise des moyens et arrive à des buts non autorisés, ou utilise et obtient les deux. Il échappe ainsi à ce que l’organisation présume qu’il devrait faire et obtenir donc à ce qu’il devrait être (1961, p. 212).

Dans le cas d’une organisation formelle, comme une institution sociale, le déplacement correspondant s’effectuerait d’un ajustement secondaire d’un individu, à l’ensemble d’ajustements que ceux qui font partie de l’organisation soutiennent individuellement et collectivement (1961, p. 221).

34Ces pratiques constituent la vie souterraine d’une institution. Dans le cas des vidéos examinées ici, des bribes de la vie cachée de l’institution sont portées à la lumière du jour. Entre autres, les pratiques « interdites » montrées dans les vidéos semblent réprimées seulement de manière sporadique. La désorganisation de l’institution semble limitée. On peut formuler l’hypothèse que ces activités contribuent même à la stabilité de la vie des lieux de privation de liberté.

35D’autres monstrations enchâssées peuvent concerner des pratiques illicites (supra) (non seulement l’usage du téléphone pour l’enregistrement, mais aussi la consommation de substances) ou l’accomplissement de pratiques illicites. Cette capture d’écran montre D1 en train de jeter par terre un joint qu’il a fumé tout au long des échanges avec Periscope.

Capture d’écran 9. Jeter un joint devant Periscope

Capture d’écran 9. Jeter un joint devant Periscope

36Cette action prend une signification particulière, puisqu’au début de l’enregistrement, D1 se plaint du joint (mal) assemblé par D2. La vidéo a comme titre sur YouTube « periscope-aux-baumettes-il-engueule-son-co-detenu-qui-ne-sait-pas-rouler-les-joints », ce qui semble participer à la présupposition d’un laxisme de la part de l’institution carcérale.

37C’est aussi le cas dans la capture suivante, où l’un des détenus crochète la porte d’une cellule de l’un de ses codétenus avec des moyens improvisés.

Capture d’écran 10. Ouverture d’une cellule par de jeunes détenus

Capture d’écran 10. Ouverture d’une cellule par de jeunes détenus

Conclusion

  • 13 Les pratiques journalistiques ont su aussi prendre parti des possibilités fournies par les open dat (...)

38Les fonctionnalités du Web adossées au réseau universel d’Internet, les RSN et les plateformes comme YouTube donnent accès à un gisement dynamique et immense de documents multimodaux. Les approches en recherche quantitative se sont emparées des possibilités immenses et inédites d’objectivation des flux d’information par des calculs de fréquence et de différentes formes de quantification. Ces nouvelles orientations que l’on pourrait appeler mixtes dans des disciplines historiques, par exemple en épidémiologie, traitent les open data en posant des hypothèses sur la date de départ de la pandémie du coronavirus en Chine (Okanyene et al., 2020). Ce qui a fait découvrir la fondation d’une nouvelle discipline nommée l’épidémiologie open data13. Les orientations qualitatives semblent généralement absentes dans ce mouvement. Les raisons sont multiples et elles ne peuvent pas être développées ici.

  • 14 À notre connaissance, les disciplines comme la psychologie, l’anthropologie et la sociologie procèd (...)
  • 15 Contrairement aux idées reçues, la parole en interaction des détenus est loin d’être limitée ou min (...)

39Notre intérêt pour ces vidéos vient du fait que dans les différentes campagnes d’enquête et de collecte de données interactionnelles que nous avons menées intramuros dans des instituts de peine depuis 2007, nous n’avons jamais eu d’accès à ces moments interstitiels que les jeunes détenus filment et communiquent en temps réel aux internautes. Le débat en France porte certes systématiquement sur la protection de la vie privée et des données personnelles. Néanmoins, du point de la recherche ethnographique en prison, YouTube ouvre une fenêtre inédite sur des moments filmés par les participants et inaccessibles en temps « normal » aux autres acteurs de la vie pénitentiaire et aux chercheurs qui s’y consacrent14. Nous avons montré dans l’analyse des extraits audiovisuels (rendus ici seulement par des images fixes) la complexité des tâches que le locuteur principal mène sans difficulté dans des environnements technologiquement et institutionnellement multidimensionnels et contraints15.

40La proposition méthodologique esquissée dans cette contribution que nous souhaitons développer dans la suite de ce travail ne peut qu’être interdisciplinaire. Pour mener à bien l’analyse des pratiques représentationnelles actives dans les documents, l’anthropologie filmique (De Brigard, 1995 ; De Hasque, 2017) et la sociologie visuelle (MacBeth, 1991 ; Jayyusi, 1988) sont indispensables. Les situations examinées ici impliquent des corps et des figures catégorielles dans les espaces, alors que les catégorisations des personnes, les définitions des événements, les formulations des lieux prennent place dans la situation saisie par les images. Ces procédures sémantiques pratiques constituent activement l’interprétation des spectateurs. Une sémantique procédurale (Deppermann, 2011) participe donc de plein droit à une « praxéologie de la vision » (MacBeth, 1991).

41YouTube constitue bien une base de données ouvertes sur des espaces et des mondes sociaux très variés même appréhendés comme inaccessibles. La plateforme constitue une véritable ouverture et de présence sur les RSN pour le détenu filmeur. Le partage d’information et la transmission de vidéos « souterraines », mais à large diffusion peuvent intéresser non seulement le chercheur ou le journaliste, mais aussi tout citoyen qui veut avoir un aperçu certes partiel, mais significatif de la vie en prison.

Haut de page

Bibliographie

DE BRIGARD Emilie (1995), « The history of ethnographic film », dans Paul HOCKINGS, Principles of Visual Anthropology, Berlin, De Gruyter Mouton, p. 13-43.

DE HASQUE Jean-Frédéric (2017), « L’anthropologue filmeur et la “ciné-transe”, évolution ou disparition de l’interaction entre filmant et filmés ? », Journal des africanistes, 87(1/2), p. 222-238, https://journals.openedition.org/africanistes/5603, page consultée le 4 mai 2021.

DEPPERMANN Arnulf (2011), « The study of formulations as a key to an interactional semantics », Human Studies, 34, p. 15-128.

DESPONTIN LEFÈVRE Irène (2019), « Féminisme et genre en débat sur YouTube », Politiques de communication, 13(2), p. 31-66, https://doi-org.ezpupv.biu-montpellier.fr/10.3917/pdc.013.0031, page consultée le 1er mai 2021.

DOUYÈRE David et Pascal RICAUD (2019), « Présentation du dossier : YouTube, un espace d’expression politique ? », Politiques de communication, 13(2), p. 15-30, https://doi-org.ezpupv.biu-montpellier.fr/10.3917/pdc.013.0015, page consultée le 1er mai 2021.

FORNEL Michel de (1987), « Remarques sur l’organisation thématique et les séquences d’actions dans la conversation », Lexique, 5, p. 15-36, https://books.google.ca/books?hl=fr&lr=&id=myq-hYm_Q2sC&oi=fnd&pg=PA15&dq=Remarques+sur+l%27organisation+th%C3%A9matique+ei+les+s%C3%A9quences+d%27actions+dans+la+conversation&ots=vrDJTq3WWd&sig=2cZIeFkhhLxBbhZ7sjDFdLMgWD8&redir_esc=y#v=onepage&q=Remarques%20sur%20l’organisation%20th%C3%A9matique%20ei%20les%20s%C3%A9quences%20d’actions%20dans%20la%20conversation&f=false, page consultée le 4 mai 2021.

FERCHAUD Arienne, Jenna GRZESLO, Stephanie ORME et Jared LAGROUE (2018), « Parasocial attributes and YouTube personalities: Exploring content trends across the most subscribed YouTube channels », Computers in Human Behavior, 80, p. 88-96.

GOFFMAN Erving (1961), Asylums. Essays on the Social Situation of Mental Patients and Other Inmates, New York, Anchor Publishing.

GOODWIN Charles (2013), « The co-operative, transformative organization of human action and knowledge », Journal of Pragmatics, 46(1), p. 8-23.

GOODWIN Charles (2000), « Practices of seeing, visual analysis: An ethnomethodological approach », dans Theo VAN LEEUWEN et Carey JEWITT (dir.), Handbook of Visual Analysis, Londres, Sage, p. 157-182, https://books.google.ca/books?hl=fr&lr=&id=9ySh2-NtKXUC&oi=fnd&pg=PA157&dq=Practices+of+seeing,+visual+analysis:+An+ethnomethodological+approach&ots=JhpamP0t9j&sig=TKga73RaI2_NSsWwn1Je-DiTcrg&redir_esc=y#v=onepage&q=Practices%20of%20seeing%2C%20visual%20analysis%3A%20An%20ethnomethodological%20approach&f=false, page consultée le 4 mai 2021.

JAYYUSI Lena (1988), « Towards a socio-logic of the film text », Semiotica, 68(3-4), p. 271-296.

MACBETH Douglas (1999), « Glances, trances, and their relevance for a visual sociology », dans Paul L. JALBERT (dir.), Media Studies: Ethnomethodological Approaches, Lanham, New York, Oxford, University Press of America, p. 135-170.

NSOESIE Elaine Okanyene, Benjamin RADER, Yiyao L. BARNOON, Lauren GOODWIN et John BROWNSTEIN (2020), « Analysis of hospital traffic and search engine data in Wuhan China indicates early disease activity in the Fall of 2019 », Harvard Library, https://dash.harvard.edu/handle/1/42669767, page consultée le 4 mai 2021.

QUÉRÉ Louis (2016), « L’écologie sémiotique de Charles Goodwin », Tracés. Revue de sciences humaines, 16, mis en ligne le 1er janvier 2017, http://journals.openedition.org/traces/6534 ; DOI : https://doi.org/10.4000/traces.6534, page consultée le 1er mai 2021.

ROUCH Jean (1975), « The situation and tendencies of the cinema in Africa », Studies in Visual Communication, 2(1), p. 51-58, https://repository.upenn.edu/svc/vol2/iss1/5, page consultée le 1er mai 2021.

SACKS Harvey (1972), « An initial investigation of the usability of conversational data for doing sociology », dans David SUDNOW (dir.), Studies in Social Interaction, New York, Free Press, p. 31-74.

SCHEGLOFF Emanuel A. (1996), « Turn organization: One intersection of grammar and interaction », Studies in Interactional Sociolinguistics, 13, p. 52-133, https://books.google.ca/books?hl=fr&lr=&id=4m1qBJX1UJIC&oi=fnd&pg=PA52&dq=Turn+organization:+One+intersection+of+grammar+and+interaction&ots=QQPxAoakUf&sig=fnRHTuvLT3lN3I5fFquoedcDc3Y&redir_esc=y#v=onepage&q=Turn%20organization%3A%20One%20intersection%20of%20grammar%20and%20interaction&f=false, page consultée le 4 mai 2021.

SYKES Gresham M. (1958), The Society of Captives: A Study of a Maximum Security Prison, Princeton (NJ), Princeton University Press.

Haut de page

Notes

1 Les captures d’écran de 5 à 8 (infra) sont tirées d’un corpus recueilli sur le Web de vidéos produites en prison, à l’époque indiquée.

2 https://www.lemonde.fr/police-justice/article/2018/08/21/40-000-telephones-portables-saisis-en-prison-en-2017-huit-fois-plus-qu-il-y-a-dix-ans_5344593_1653578.html page consultée le 1er mai 2021.

3 https://www.youtube.com/watch?v=ZHt9cHp2Rlk. Diffusée le 5 mars 2020 : 21 182 vues au 26 septembre 2020. Page consultée le 1er mai 2021.

4 https://www.youtube.com/watch?v=wQDJkuIIgjE. Diffusée le 28 décembre 2017 : 4 389 vues au 26 septembre 2019. Page consultée le 1er mai 2021.

5 https://www.youtube.com/watch?v=6f7eUjQY9RU. Diffusée le 10 décembre 2017 : 245 583 vues au 26 septembre 2020. Page consultée le 1er mai 2021.

6 https://www.youtube.com/watch?v=JB5vij482Zo. Diffusée le 22 janvier 2017 : 31 824 vues au 26 septembre 2020. Page consultée le 1er mai 2021.

7 L’ordre de ce traitement n’est pas donné par une hiérarchie d’intérêt scientifique, mais par l’apparition dans le déroulement temporel de l’épisode sauvegardé par l’enregistrement que nous analysons dans ce texte.

8 La transcription suit les conventions de Gaïl Jefferson, cofondatrice de l’analyse de conversation et de la linguistique interactionnelle. Ce système prend en compte non seulement le verbal, mais aussi le vocal (voir conventions en annexe). Il est nécessaire ici pour rendre compte de l’interaction que D1 entretient avec les scripteurs sur Periscope.

9 Elle implique un élément dans la construction dynamique de l’intervention d’un locuteur qui peut (mais pas obligatoirement) constituer un tour à part entière. De ce fait, une unité ou plusieurs peuvent rentrer dans la temporalité de la production du tour.

10 L’unité est répétée puisque l’intervention de D2 arrive à ce moment. Celle-ci est incompréhensible pour le transcripteur, mais elle perturbe la production de l’UCT qui est répétée tout de suite après.

11 Pour un développement de ces arguments, voir Sacks (1972).

12 Le filmeur, membre de l’institution carcérale en tant que captif, se filme lui-même (De Hasque, 2017).

13 Les pratiques journalistiques ont su aussi prendre parti des possibilités fournies par les open data, notamment par des enquêtes fouillées sur des événements dramatiques spécifiques, comme dans les enquêtes de la BBC Afrique.

14 À notre connaissance, les disciplines comme la psychologie, l’anthropologie et la sociologie procèdent principalement par des entretiens et des observations ethnographiques non instrumentées. Les sciences du langage, notre discipline d’appartenance, ne semblent pas avoir produit de corpus dans ce domaine. Le projet Interaction et technologie dans des environnements contraints (Interactions et technologies éducatives en environnement carcéral, ITEEC) développé d’abord dans l’UMR Praxiling et ensuite dans l’UR LHUMAIN, a élaboré depuis 2007 une méthodologie d’observation et d’enregistrement in situ des interactions pédagogiques, d’entretiens et de réunions en vidéocommunication, dans le cadre de la linguistique interactionnelle.

15 Contrairement aux idées reçues, la parole en interaction des détenus est loin d’être limitée ou minorée par l’enfermement.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Capture d’écran 1. Page d’accueil de la version en ligne sur YouTube
URL http://journals.openedition.org/communication/docannexe/image/14253/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 12k
Titre Capture d’écran 2. Configuration sémiotique et début de l’épisode analysé
URL http://journals.openedition.org/communication/docannexe/image/14253/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 34k
Titre Capture d’écran 3. Réponse de D1 au message précédent de @kazuoni (image 3)
URL http://journals.openedition.org/communication/docannexe/image/14253/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 19k
Titre Capture d’écran 4. Montrer la cour de promenade
URL http://journals.openedition.org/communication/docannexe/image/14253/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 20k
Titre Capture d’écran 5. Vue de la cour à partir de la cellule
URL http://journals.openedition.org/communication/docannexe/image/14253/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 7,8k
Titre Capture d’écran 6. Vue de la cellule
URL http://journals.openedition.org/communication/docannexe/image/14253/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 4,6k
Titre Capture d’écran 7. Montrer le corps dans les vidéos tournées en prison
URL http://journals.openedition.org/communication/docannexe/image/14253/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 9,6k
Titre Capture d’écran 8. Filmer la douche et la promenade
URL http://journals.openedition.org/communication/docannexe/image/14253/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 18k
Titre Capture d’écran 9. Jeter un joint devant Periscope
URL http://journals.openedition.org/communication/docannexe/image/14253/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 32k
Titre Capture d’écran 10. Ouverture d’une cellule par de jeunes détenus
URL http://journals.openedition.org/communication/docannexe/image/14253/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 11k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Chantal Charnet et Bruno Bonu, « La médiatisation de lieux interdits de tournage »Communication [En ligne], Vol. 38/2 | 2021, mis en ligne le 01 novembre 2021, consulté le 06 décembre 2021. URL : http://journals.openedition.org/communication/14253 ; DOI : https://doi.org/10.4000/communication.14253

Haut de page

Auteurs

Chantal Charnet

Chantal Charnet est Professeure des universités émérite, Unité de Recherche Langages, HUmanités, Médiations, Apprentissages, Interactions, Numérique (LHUMAIN), Université Paul-Valéry Montpellier 3. Courriel : chantal.charnet@univ-montp3.fr

Bruno Bonu

Bruno Bonu est Maître de Conférences, Unité de Recherche Langages, HUmanités, Médiations, Apprentissages, Interactions, Numérique (LHUMAIN), Université Paul-Valéry Montpellier 3. Courriel : bruno.bonu@univ-montp3.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Communication sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search