Navigation – Plan du site

AccueilNumérosVol. 38/2ArticlesProfils des youtubeurs cyberactiv...

Articles

Profils des youtubeurs cyberactivistes en Algérie

Trajectoires de professionnalisation et contraintes technico-politiques
Aïssa Merah, Nacer Aoudia et Nabila Aldjia Bouchaala

Résumés

Les auteurs se sont intéressés à l’usage de la plateforme YouTube par les cyberactivistes algériens et tout particulièrement au profil de ces acteurs devenus des sources d’information, des animateurs de débat, des experts, des acteurs politiques et des guides d’opinion en ligne et qui ont gagné une réputation importante dans le paysage médiatique et discursif. Pour leur étude, ils ont choisi un sujet d’actualité investi par les youtubeurs algériens soit le mouvement de contestation du 22 février 2019 à quelques mois de l’échéance électorale d’avril 2019.

Haut de page

Texte intégral

1La forte appropriation des réseaux sociaux numériques (RSN) par les sociétés du sud n’est pas sans lien avec une recherche de liberté d’expression retrouvée dans le dispositif offert par ces plateformes participatives. De pratiques ludiques de découvertes qui marquent le début de leur apparition, on assiste à un glissement des pratiques des acteurs publics et des citoyens ordinaires vers le cyberactivisme. Nous assistons aujourd’hui à l’émergence de nouveaux acteurs qui gagnent en visibilité de discours et de profil, et ce, grâce à ces nouveaux outils interactifs. Ces jeunes acteurs ou plutôt cyberactivistes se sont rapidement imposés dans le paysage informationnel et discursif, animant l’actualité politique pour concurrencer les acteurs médiatiques et politiques traditionnels. Ce constat se vérifie surtout lors des grands événements politiques marquant l’actualité comme les campagnes électorales, les actions de protestation et de mobilisation citoyennes. Par la diversité et la pérennité de leurs activités sur le Web, ils deviennent des sources d’information, des animateurs de débat, des experts, des acteurs politiques et des guides d’opinion en ligne. En Algérie, l’activité des jeunes sur les différents RSN ne cesse d’augmenter et de s’intensifier au fil de la progression en nombre des utilisateurs des plateformes numériques. De tradition, les jeunes sont toujours les plus ouverts aux innovations techniques et aux appropriations des nouveaux usages. C’est pourquoi ils sont les pionniers usagers ayant à investir ces outils en sophistication accélérée ainsi que leurs fonctionnalités attrayantes et ludiques. Comme le souligne Florian Dauphin, « [l]es jeunes générations semblent vivre ces mutations de manière plus rapide et significativement intense que les autres classes d’âge » (2012, p. 2). L’usage intensif de ces nouveaux dispositifs par les jeunes peut s’expliquer par leur recherche d’inclusion politique, d’espaces alternatifs d’expression, de discussion, d’engagement et de participation citoyenne et politique. De telles pratiques communicationnelles en ligne leur permettent de se construire une posture active et une place dans la société, longtemps recherchée, relativisant de la sorte les thèses portant sur la désaffection des jeunes pour la politique. Dans ce sens, Caroline Caron indique que

des formes culturelles de participation sociale et politique existent parmi les jeunes aujourd’hui et que les cultures participatives en ligne expriment le registre intime et personnel dans lequel s’énoncent et se pratiquent la participation et l’engagement civique aujourd’hui (2014, p. 15).

  • 1 Hirak : un terme en arabe qui signifie mouvement (traduction des auteurs). Il s’agit d’un terme uti (...)

2Ainsi se confirme aussi la place de ces RSN comme de nouveaux outils de communication, dont YouTube, où les citoyens partisans ou non structurés trouvent un espace favorable pour s’exprimer sur les questions politiques. Les youtubeurs investissent cette plateforme interactive comme un dispositif de substitution pour s’exprimer et débattre autrement et ailleurs, notamment dans les sociétés à contexte autoritaire. Cet usage de YouTube, en particulier en période des soulèvements populaires, a permis, grâce à des vidéos publiées, de dénoncer la répression des actions de contestation et de rendre visibles des interventions critiques à l’égard des pouvoirs publics. C’est dans ce sens que nous nous sommes intéressés à l’usage de la plateforme YouTube par les cyberactivistes au moment du hirak1 en Algérie, dans une société où l’espace public médiatique traditionnel demeure toujours subordonné à l’autoritarisme du système politique (Addi, 2020 ; Cherbi, 2020). Avec l’avènement des technologies de l’information et de la communication (TIC) et la convergence médiatique, le champ médiatique est désormais ouvert pour permettre au citoyen cyberactiviste non seulement de participer au débat sur de multiples questions qui intéressent sa société, mais aussi de l’enrichir. Il informe, partage des contenus, anime des débats et participe par ces actes communicationnels à la mobilisation de ses concitoyens. Insistant sur l’émergence de la mobilisation informationnelle contestataire sur les RSN, Nabila Aldjia Bouchaala et Aïssa Merah soulignent que

dans ce contexte sociopolitique autoritaire où l’expression et l’action citoyenne et politique sont neutralisées, s’indigner s’apparente à un acte salutaire. La nouvelle parole citoyenne permise surtout grâce aux dispositifs numériques s’inscrit dans une volonté d’autonomisation et d’émancipation à l’égard de l’ordre politique dans toutes ses composantes actuelles, à savoir institutionnelle, partisane, associative et syndicale (2020, en ligne).

3Et malgré les restrictions à l’expression imposées par le système politique en place, lequel mobilise tous les pouvoirs (judiciaires et policiers) afin de dissuader toute parole contradictoire et discordante par rapport au discours officiel, de jeunes cyberactivistes et animateurs politiques continuent à expérimenter la prise de parole à visage découvert, en créant et en diffusant des contenus audiovisuels sur YouTube. Cette plateforme, caractérisée par un dispositif multimédia hybride et interactif, constitue une véritable arène d’expression et de discussion politique. Divina Frau-Meigs précise : « YouTube fait partie des plateformes qui ont permis à l’Internet de prendre le “tournant social”, c’est-à-dire de devenir plus interactif, plus participatif et collaboratif voire contributif » (2017, p. 129). Les multiples options offertes dans ce réseau permettent aux usagers de produire, de partager, d’interagir aux différents contenus diffusés par les utilisateurs. Dans cette optique, nous remarquons avec Combe Celik que

YouTube par la communication particulière qu’il induit est certainement parmi l’un des espaces prédessinés du web 2.0 les plus intéressants. En effet, cette communication multimodale et asynchrone où à un message vidéo répondent des messages textuels est sémiotiquement riche (2014, p. 294).

  • 2 Nous qualifions de youtubeurs et youtubeuses les personnes qui ont recours à la plateforme de YouTu (...)
  • 3 Ici, nous pouvions choisir un autre sujet politique, sportif ou culturel d’actualité.

4Pour comprendre les pratiques de production, de traitement, de diffusion et d’interactivité sur la plateforme YouTube, nous nous sommes intéressés au profil de ces acteurs qui ont gagné une réputation importante dans le paysage médiatique et discursif. Pour illustrer notre phénomène d’étude, nous avons choisi un sujet d’actualité investi par les youtubeurs2 algériens. Il s’agit du mouvement de contestation du 22 février 20193 en Algérie. Pour rappel, à la veille de l’échéance électorale d’avril 2019, avant même l’annonce de la candidature du président sortant, Abdelaziz Bouteflika (né en 1937), la société a observé une accélération et une intensification de la précampagne ayant recours à des pratiques médiatiques imprégnées par la propagande, le populisme et la démagogie. La spirale du silence est imposée avec cette précampagne surtout dans un moment où tous les médias publics et privés (dits parapublics) se sont alignés sur le discours du système politique, en modelant l’information selon les fins politiques et en fermant le champ médiatique aux opposants. Revenant sur le traitement médiatique de cette période précampagne à la faveur d’un cinquième mandat, Dris Cherif souligne, dans un entretien avec Amin Allal et Farida Souiah :

En ce sens que ces médias, les chaînes privées tout particulièrement, ont soutenu le cinquième mandat. Ce qui soulève en soi la question des rapports entretenus par ces chaînes de télévision avec le pouvoir politique et le réseau d’hommes d’affaires affiliés au clan présidentiel (2020, p. 61).

5En cette période, l’espace public médiatique a été assujetti au discours officiel au point de parvenir à l’étouffement de toute voix discordante. Par ailleurs, ce contexte autoritaire a poussé des militants politiques, des acteurs syndicaux, associatifs, des journalistes et des citoyens ordinaires non-inscrits dans cette logique d’aliénation et d’étouffement par la spirale de silence imposée par la majorité présidentielle et ses relais médiatiques à s’exprimer par l’intermédiaire des dispositifs numériques échappant au contrôle des pouvoirs publics. Cet activisme marquant en activité et en discours des youtubeurs a été rapidement mis au service du mouvement qui s’est déclenché à partir du 22 février en adoptant ses revendications quant au départ du président sortant et au changement de tout le système politique en Algérie. Dans ces conditions, les RSN ont manifestement représenté un espace public alternatif et une source d’information de recours aux citoyens. De nouvelles formes d’expression et de mobilisation sont apparues notamment sur YouTube, laquelle plateforme a permis à de nouveaux acteurs de différents horizons professionnels de partager des contenus politiques, dans un continuum de leurs activités professionnelles ou de leurs activités politiques (journalistes, militants associatifs, militants politiques, influenceurs, etc.). À travers ce dispositif de partage de vidéo, ces youtubeurs algériens ont répliqué par le sentiment d’indignation, par la dérision et l’humour ainsi que par les discours de caricaturisation et d’anticipation du changement. L’accélération des événements liés au hirak a mis en avant ces youtubeurs et leurs interventions, leurs stratégies discursives, et ce, surtout avec la démarche de professionnalisation qu’ils ont déclenchée. Notre recherche s’articule autour de la question suivante : quels sont les profils socioprofessionnels des youtubeurs cyberactivistes du mouvement du 22 février en Algérie ? Il découle de cette question centrale les interrogations suivantes : comment se présentent leurs pratiques informationnelles et discursives ? Comment les logiques de leurs activités et les contraintes technico-politiques influent-elles les trajectoires de leur professionnalisation ?

Éléments de méthode

  • 4 Mouches électroniques : appellation employée par les citoyens afin de qualifier les personnes et le (...)
  • 5 Il est à souligner qu’il nous a été difficile de réaliser ces entretiens. Consulté à ce propos, le (...)

6Pour répondre aux questions de la problématique soulevée dans la présente étude, nous avons dû adopter une posture d’explorateurs tellement le phénomène est nouveau et lié à un événement surprenant avec des effets inattendus comme le hirak. L’évolution de la pratique d’expression politique contestataire par les RSN est cadencée par les arrestations massives (militants politiques, journalistes, jeunes engagés dans le mouvement), les perturbations techniques subies par les youtubeurs, des harcèlements sur les RSN conduits notamment par ceux que l’on qualifie de « mouches électroniques4 ». Nous avons donc opté pour l’entretien compréhensif pour tous les avantages qu’offre cette technique de recherche en matière de possibilités d’ajustement de la technique en fonction des données du terrain. Partant de cette posture, nous avons utilisé deux techniques de recherche complémentaires : des entretiens compréhensifs avec les youtubeurs eux-mêmes5 et des entretiens avec des chercheurs ayant travaillé sur les RSN, dont YouTube, et ayant suivi le hirak de plus près et produit sur le mouvement à partir de leur discipline (sciences politiques, sociologie, sciences de l’information et de la communication). Pour comprendre les profils des youtubeurs et leurs trajectoires de professionnalisation dans un environnement technique sophistiqué et un contexte politico-médiatique autoritaire, mais en effervescence, nous avons adopté l’approche théorique de la dynamique de contrainte en situation de transition professionnelle contrainte (Sardas et Gand, 2011). Cette adoption s’explique par les contraintes professionnelles des youtubeurs, imposées par la logique de leur activité expressive et l’impérative appropriation maîtrisée du numérique dans contexte doublement contraignant : politico-médiatique et technologique. Pour cette vision des transitions des métiers, l’effort d’accélération de l’appropriation des nouvelles compétences et postures s’impose. Cette approche dynamique des mutations de YouTube ainsi que des activités et compétences des youtubeurs a été développée dans un article bien documenté de Vincent Bullich. Dans ce texte, l’auteur rapporte deux visions de YouTube :

Pour les uns, la plateforme constitue un puissant outil conduisant vers une « culture participative » qui consacrerait l’amateur dans une nouvelle « économie hybride ». À l’inverse, elle apparaît comme un avatar d’un « système productif en mutation » à même de désormais valoriser l’expression de la « médiocrité égotiste », accentuant, ce faisant, la marchandisation des audiences et l’industrialisation du travail non payé pour les autres (2015, p. 28).

7À ce propos, d’ailleurs, la sociologie des acteurs, notamment des journalistes, considère l’énonciation du youtubeur-locuteur comme une co-production de normes d’action et une créativité située combinant une chaîne hébergée, des contenus vidéo « normés », des expressivités, des internautes abonnés et des valeurs installées. Autrement dit, YouTube fournit un média où se conjuguent les logiques et exigences techniques du dispositif numérique, des contenus expressifs et discursifs ainsi que des pratiques communicationnelles permises par les degrés de maîtrise de cette triangulation en matière de compétences.

De la participation à la contestation politique sur les RSN en Algérie

8Plusieurs facteurs ont favorisé l’émergence de ces nouvelles formes de participation, y compris des facteurs liés à l’environnement social et politique de chaque société. À ce propos, David M. Faris estime que « les médias sociaux sont aujourd’hui extrêmement présents, y compris dans les pays en développement, et il est désormais difficile d’imaginer qu’une mobilisation sociale puisse se faire sans eux » (2012, p. 108). Si l’usage de ces réseaux et de leurs fonctionnalités chez les jeunes algériens est fréquent au quotidien, il augmente et s’accélère remarquablement dans des moments particuliers comme les mouvements de contestation et les événements médiatiques marquant l’actualité. Dans sa recherche sur les réseaux sociaux et la participation politique en Algérie, Tahar Ouchiha a étudié le cas d’une vidéo de campagne de boycottage lancée sur les RSN. Il précise qu’

au-delà de l’influence de ces derniers sur le comportement des citoyens, c’est surtout la dimension d’espace médiatique et d’expression de substitution qu’offrent ces réseaux qui est intéressante à pointer, ces derniers évoluant au sein d’un paysage médiatique qui n’offre pas beaucoup d’espace d’expression aux citoyens, notamment sur les questions politiques (2018, en ligne).

9L’aspect séduisant des RSN est conjugué à une réalité sociologique qui donne ces plateformes comme le mode d’expression privilégié par les citoyens algériens. Une orientation qui s’explique par le fait qu’aujourd’hui, Internet constitue le mode d’accès aux contenus de divertissement audiovisuels le plus privilégié par les jeunes. Toutefois, les autres catégories d’âge expérimentent selon plusieurs stratégies et modes de déploiement ces nouveaux espaces de communication. Si l’appropriation de Facebook s’est faite à une échelle horizontale, la plateforme YouTube est demeurée peu apprivoisée, tant elle demande une bonne connaissance des fonctionnalités du numérique et plus d’investissement de la part de l’internaute. C’est pourquoi nous assistons aujourd’hui à l’émergence de nouveaux acteurs politiques, soit les citoyens ordinaires qui s’expriment sous plusieurs formes par l’intermédiaire des RSN.

Pour une définition contextuelle du youtubeur algérien

10Il est d’emblée à souligner que le contexte du phénomène de l’étude dans sa complexité a engendré des difficultés méthodologiques dues surtout au statut flou des youtubeurs algériens en matière de critères de désignation en activités, en représentation et en crédibilité. S’ajoute à ce contexte la délicatesse du sujet du hirak choisi comme objet d’intervention des youtubeurs. Ces contraintes nous ont obligés à employer des concepts opérationnels et contextuels co-construits en réalisant des allers-retours entre la littérature accumulée sur la thématique et la réalité du phénomène. Le mot youtubeur recouvre plusieurs types de créateurs de contenus sur la plateforme du réseau social YouTube. Si certains se sont professionnalisés en atteignant des objectifs économiques, d’autres demeurent dans une forme d’expression amateur. Dans l’introduction d’un numéro thématique consacré aux youtubeurs, les coordinateurs David Douyère et Pascal Ricaud notent à ce propos que

des youtubeurs et des youtubeuses « amateurs » parfois rapidement professionnalisés, engagés dans le débat public ou dans une démarche contestataire, pourvus d’une dynamique qui se donne comme explicative et « pédagogique », apparaissent comme les figures d’une énonciation politique personnelle ou collective, militante ou partisane, équipée industriellement de la sorte (2019, p. 17).

11Les qualifications des activistes en ligne, notamment sur YouTube, sont nombreuses et variées : « youtubeurs » ou « youtubeuses », « créateurs », « influenceurs » ou encore « vidéastes ». En fonction des acteurs et des discours, des langues et des genres, les appellations peuvent varier pour désigner cette catégorie hétéroclite de sujets qui se lancent ou s’investissent durablement dans la production de contenus audiovisuels sur Youtube.com (Gomez-Mejia et al., 2019, p. 11). Ces appellations, par leur confusion, constituent un sujet de débat, Jean Châteauvert explique que

[l]e vocable « youtubeur » ou « youtubeuse » cache une réalité qu’on savait multiple et qui surprend encore par sa complexité d’atteindre un maximum d’internautes. Dans certains contextes, le terme recouvre la double réalité des créateurs de contenus audiovisuels sur le web et des internautes qui cherchent sur YouTube une production audiovisuelle ignorée des médias traditionnels (2019, p. 21).

  • 6 Plusieurs de ces activistes subissent des harcèlements policiers, notamment ceux qui sont toujours (...)
  • 7 DZ : nom de domaine désignant l’extension algérienne sur le Web. Elle est employée ici comme abrévi (...)
  • 8 « En Algérie, des youtubeurs drôles et subversifs appellent au boycottage des élections », https:// (...)

12Dans le présent travail, nous qualifions de youtubeur6 la catégorie des activistes du mouvement de contestation en Algérie qui ont eu recours à la plateforme YouTube pour s’exprimer sur le mouvement et la réalité politiques de l’Algérie en chroniqueurs de l’actualité et en animateurs de débat, et ce, à travers des vidéos enregistrées ou directes diffusées sur leur propre chaîne YouTube et relayées dans leurs autres RSN, notamment Facebook. Si cet espace est fortement approprié par le monde artistique, il n’en demeure pas moins que plusieurs simples citoyens, séduits par les avantages offerts par la plateforme, montrent un enthousiasme pour exprimer leur opinion au moyen de ses fonctionnalités. Dans ce sens, Nacer Aoudia et Aïssa Merah écrivent : « […] nous pouvons dire que les RNS permettent notamment aux jeunes de s’exprimer sur de multiples sujets et questions liés à leur vécu dans la société, au moment où la sphère médiatique n’offre pas de possibilités à cette catégorie de citoyens de gagner en visibilité » (2020, p. 204). Ils renouvellent par ce fait le débat politique, réitèrent l’interrogation sur la participation politique des citoyens et consolident l’idée de la reconfiguration de l’espace public médiatique traditionnel. Ce qui interroge davantage, c’est que ce soit justement cette figure — le youtubeur — qui soit chargée d’inventer progressivement une énonciation particulière, susceptible d’interpeller une myriade de sphères sociales en venant leur parler. L’expression et la discursivité de cette figure de youtubeur, ainsi nommée, apparaissent rapidement indissociables de la plateforme de l’hébergement et de ses fonctionnalités et pratiques communicationnelles : YouTube. Nous traitons donc de la question de l’expression des citoyens sur la plateforme de partage de vidéos YouTube lors du mouvement de contestation du 22 février 2019 en Algérie. Ce choix est motivé par l’intensité de l’activité des youtubeurs, lesquels s’orientent davantage vers les espaces alternatifs pour s’exprimer. Douyère et Ricaud expliquent que « cette expression politique par la vidéo s’inscrit dans l’élargissement à tous les champs de l’activité humaine de la production vidéographique proposée par une plateforme comme YouTube » (2019, p. 16) : des analyses politiques de l’actualité, des clips relatant la situation sociale et politique ou tout simplement des vidéos de couverture des marches. D’ailleurs, depuis quelques années, de jeunes algériens ont élu domicile, avec des succès variés, à YouTube DZ7. Un « endroit » où ils peuvent s’exprimer, partager leurs opinions et étaler leur art8. Ainsi le succès obtenu par les youtubeurs sur Internet éveille-t-il déjà l’intérêt des responsables politiques et constitue un champ de recherche dans plusieurs domaines.

Interroger les profils des youtubeurs en contexte de contraintes

13Devant la difficulté de réaliser des entretiens avec les youtubeurs intervenant sur les questions politiques, nous avons commencé par découvrir les youtubeurs, leur origine sociale, par la technique de proche en proche, laquelle nous a permis d’interroger des activistes politiques pour dresser une liste non exhaustive des youtubeurs cyberactivistes connus dans plusieurs régions du pays. Notre objectif était de parvenir à définir les conditions d’expression (de la formation à la question de la connectivité et en dernier la marge de liberté). Pour ce faire, nous avons élaboré un guide d’entretien comprenant cinq axes (données sociodémographiques, trajectoire professionnelle, engagement politique, appropriation des RSN et conditions d’activité). Nous cherchions à savoir quelles sont les différentes conditions qui ont présidé à leur engagement bien avant le mouvement contestataire jusqu’à la prise de parole en public et en ligne, à l’exposition d’un soi militant et visible (exposé aux risques de harcèlement policier et judiciaire). L’idée était de retracer toute la trajectoire personnelle et professionnelle en découvrant les différentes sources de socialisation : de la socialisation primaire (famille et école) à la socialisation secondaire, notamment politique (parti, syndicat, association). Et aussi de découvrir leurs compétences et activités liées aux RSN dans un environnement technologique inopérant (faible connectivité, faible introduction des TIC dans la société). Toutefois, nous avons fait face à une forte résistance de collaborer à cette étude, et nos différentes tentatives de joindre ces youtubeurs activistes, soit en passant par la voie directe des réseaux sociaux dans lesquels ils sont fortement présents, soit en passant par le réseau relationnel traditionnel, ont rencontré l’échec, et fort peu nombreux sont les youtubeurs qui ont accepté de répondre à nos différentes sollicitations. Ensuite, nous avons élaboré un guide d’entretien que nous avons adressé aux chercheurs afin de constituer une base de données tirées de leurs observations du mouvement de contestation. Nous les avons interrogés sur leurs observations de ces pratiques, les lectures qu’ils en font et le contenu qu’ils ont produit à leur propos pour enfin confronter les données recueillies à nos observations et les éléments constitués à partir des outils définis plus haut. Pour décrire et analyser notre objet d’étude, nous avons opté pour la discussion directe des indicateurs de nos variables liées aux youtubeurs par les éléments de la littérature accumulée sur le sujet en opérant des va-et-vient entre la théorie et le phénomène. Notons surtout que plusieurs youtubeurs s’expriment sur leurs trajectoires personnelles et professionnelles, soit à travers les sollicitations des internautes, soit lorsqu’ils répondent à leurs détracteurs. Même si les données que nous avons constituées relèvent du domaine public, nous avons tenté par différents moyens (courriels, messages sur Messenger et Facebook) d’avoir le consentement de leurs auteurs en vue de les publier, mais sans succès. Nous avons exploité ces brefs récits de vie de façon systématique. Ainsi avons-nous pu définir une liste de 17 youtubeurs dont l’activité était soutenue durant toute l’année 2019, et nous avons tiré de leurs témoignages (exposition de soi lors des directs) des éléments de compréhension de leurs trajectoires (personnelle et professionnelle) que nous avons croisés avec les données des entretiens avec les experts.

Tableau 1. Le profil des youtubeurs

Tableau 1. Le profil des youtubeurs

14Ce tableau représente un récapitulatif des informations recueillies sur les youtubeurs algériens choisis pour cette recherche. Le choix de ces youtubeurs est lié à deux critères élémentaires, le premier est celui du lien du youtubeur avec le hirak (intervention sur le mouvement), le deuxième est celui du nombre élevé des abonnés qui, pour certaines chaînes, dépasse les 400 000 vues, alors que pour d’autres, il est peu élevé, comme l’illustre le tableau de la liste des youtubeurs. Pour comprendre la popularité de certains youtubeurs, il est important de revenir sur leur parcours et la notoriété qu’ils ont acquise avant le début du mouvement. C’est le cas notamment des opposants politiques dont l’engagement structuré adossé à une visibilité médiatique (médias internationaux) a favorisé la forte circulation de leur discours dans les différents espaces sociaux.

15Pour mieux situer ces acteurs, nous les avons donc répartis en catégories distinctes, à savoir les humoristes et les artistes, les politiques, les journalistes et les jeunes qui diffusent des vidéos des marches. Cette répartition est faite sur la base de la présentation publiée sur la chaîne par le youtubeur. Nous avons remarqué que les résidences indiquées sur la majorité des chaînes sont à l’étranger. Dans cette liste, nous avons d’abord les youtubeurs polémistes, opposants du régime politique, dont l’activité en ligne a précédé le hirak depuis quelque temps. Cette catégorie se caractérise par l’adoption d’une posture proche du journalisme d’investigation ou des donneurs d’alerte. Ils disposent de données, de preuve (notamment pour le cas de Amir.DZ), qu’ils ne manquent pas de partager avec les internautes. La plupart des youtubeurs de cette catégorie vivent à l’étranger. Ensuite, il y a des youtubeurs jeunes vivant en Algérie et montrant une posture oppositionnelle au régime politique. Si les plus connus, notamment DZ joker et Anes Tina, Lotfi DK, ont exprimé leur opposition au pouvoir politique bien avant le mouvement, les autres sont nés avec le hirak.

Catégorisation des youtubeurs algériens

16L’exploration que nous avons menée par recherche sur Internet pour repérer les youtubeurs algériens les plus « référencés » puis un sondage parmi eux, selon la méthode de proche en proche, ont permis de faire ressortir et de distinguer quatre catégories de youtubeurs, qui sont les suivantes.

  • 9 Les chaînes de ces youtubeurs choisis pour la recherche ont été suivies en permanence. D’ailleurs, (...)
  • 10 « 1ère édition d’Algerian Youtubers Awards (AYA) / sous le signe de la lutte contre le racisme », h (...)

17Les youtubeurs artistes : La première catégorie concerne les jeunes artistes, comédiens ou acteurs qui diffusent des contenus humoristiques sur la situation sociale et politique en Algérie. Elle est la catégorie la plus suivie par les internautes. Leur chaîne compte un nombre très élevé d’abonnés. La chaîne du youtubeur Anes Tina compte 2 449 301 abonnés9, vient en seconde position la chaîne de Chemseddine Lamrani, connu sur YouTube sous le nom DZ Joker, avec un total de 2 177 168 abonnés. D’ailleurs, ce dernier a été nommé meilleur youtubeur de l’année 2017 dans la première édition d’Algerian YouTubers Awards (AYA)10. Nous trouvons également dans cette catégorie le youtubeur Kamel Labiad avec des vidéos s’attaquant franchement au président sortant.

18Les youtubeurs journalistes : La seconde catégorie est constituée d’anciens et d’actuels journalistes représentés respectivement par Hicham Aboud et Abdou Semmar, qui ont trouvé dans la plateforme de YouTube un espace privilégié d’expression. Le youtubeur Amir DZ fait également partie de cette catégorie, et ce, bien qu’il n’ait jamais exercé le journalisme en Algérie. Il se considère comme journaliste d’investigation. En plus de son activité sur YouTube, ce youtubeur diffuse des informations dans une chaîne de télévision étrangère, sachant qu’il n’a pas suivi une formation universitaire dans le domaine du journalisme. L’activité de ces youtubeurs se focalise sur la diffusion de l’information, la divulgation de documents secrets et la révélation des faits politiques (scandales, corruption).

19Les youtubeurs militants politiques : La troisième catégorie est représentée par des personnalités politiques, anciens militaires, militants (anciens et actuels), activistes politiques, professeurs d’université, anciens diplomates. Face à l’autorité ancienne des dispositifs télévisuels consacrés de la vie politique et du débat public, les youtubeurs politiques devront ainsi trouver leur juste place, tout en préservant le regard alternatif qu’ils entendent porter sur la politique. Leur activité se concentre sur l’analyse et le commentaire de l’actualité politique du pays. Pour ne citer que le cas du diplomate Larbi Zitout, il a mené quotidiennement cette activité de publication de live sur ses différentes plateformes (Facebook, YouTube) durant toute l’année 2019. Ses appels à manifester et à défier le pouvoir en place n’ont pas cessé jusqu’à aujourd’hui.

20Les youtubeurs manifestants du hirak : La quatrième catégorie est constituée de jeunes du hirak dont la participation au mouvement semble la préoccupation première. Leurs contenus sont tirés de l’expérience du terrain et font surtout dans la mobilisation. Leur activité consiste à lancer des appels à la mobilisation des citoyens et à couvrir les manifestations (marches) les mardis et les vendredis.

Tableau 2. Les sites des youtubeurs algériens

Tableau 2. Les sites des youtubeurs algériens

21Par ailleurs, force est de constater la domination du genre masculin dans l’expression politique sur les réseaux sociaux en général et sur YouTube en particulier. Cela concerne le reste des plateformes, notamment Facebook. Si plusieurs activistes du mouvement ont rejoint le réseau social Facebook en alimentant l’actualité et en apportant des témoignages au moyen des live, rares sont les activistes femmes qui se sont emparées de l’image mobile pour exprimer leur opinion. Il existe quelques rares exceptions. Celle qui a eu une activité soutenue est Abla Kemari, surnommée « La rebelle du désert ». Contrairement aux données de la sociologie politique algérienne, elle vient de la région sud du pays. Cette région a commencé à faire l’expérience de la contestation politique à partir de 2015, lorsque le gouvernement voulait implanter le projet de l’exploitation du gaz de schiste. Dans sa thèse de doctorat sur l’émergence d’une opinion contestataire à la suite d’une problématique environnementale, Chami (2019) explique comment les femmes de cette région du sud (Ain Saleh) ont rallié le mouvement pour devenir de véritables actrices.

Caractéristiques des youtubeurs algériens

Caractéristiques de leur profil

22La liste des youtubeurs que nous avons établie sur la base de la taille de leur public et dont l’influence nous a semblé importante rassemble des youtubeurs qui toutefois partagent peu d’éléments en commun :

Ce sont en gros en plus d’être de la sphère masculine, des lanceurs d’alertes qui n’hésitent pas à évoluer pour créer leur propre chaîne pour assurer une diffusion à grande échelle et contourner la surveillance (signal) sur les médias sociaux. Ce sont des self made men, parvenus sur YouTube à se faire une popularité, d’abord par hasard, par un coup de destin, nous dit le politologue Cheklet. (Entretien en ligne réalisé en septembre 2020)

  • 11 Il faut noter à ce propos que beaucoup de jeunes youtubeurs ont subi des harcèlements policiers et (...)

23L’unique élément qui semble les identifier est celui de la posture critique à l’égard du système politique algérien. Il s’avère alors que l’activité critique elle-même engendre de l’interaction au sein d’un réseau partagé (entre soutiens et détracteurs) et devient un critère de visibilité. Comme le soulignent Douyère et Ricaud, il s’agit d’« une créativité langagière, formelle, narrative, associée à des figures et à des formats différenciés portés par les youtubeurs accompagne leurs intérêts politiques » (2019, p. 17). Si la posture critique, pour certains, trouve son ancrage dans une opposition politique ancienne, d’autres personnes se sont formées à l’expression politique dans des lieux de socialisation ordinaire autres que l’espace virtuel, comme c’est le cas de Amir.DZ : « D’abord, ils s’inscrivent dans une posture d’opposants à un système politique. Certains revendiquent même un capital de militantisme politique », note le professeur en sciences politiques Driss Cherif (entretien en ligne réalisé en août 2020). Cela concerne particulièrement Zitout, dont l’activité sur YouTube a précédé le hirak. Ce membre du mouvement Rachad évoque peu sa filiation avec cette organisation et centralise tout son discours pour dénoncer les membres du régime qu’il n’hésite pas à citer nommément : « Les vidéos en live de Mohamed Larbi Zitout et d’Amir DZ sont les plus illustratives. Ceux-là ont surpassé tout le monde jusqu’à toucher un public, pas très porté sur la chose politique », souligne Cheklet. (Entretien en ligne réalisé en septembre 2020) Or, même sur ce point, il existe quelques éléments de différenciation entre la posture prudente adoptée par les youtubeurs établis en Algérie, lesquels craignent les représailles11, et ceux qui sont établis dans des pays européens (Grande-Bretagne, France). D’ailleurs, certains ont glissé de cette plateforme vers le direct sur Facebook afin de contrer les contraintes techniques et de censure imposées par le gouvernement. Selon le professeur Cheklet, il est difficile de qualifier certains youtubeurs tant ils sont hétéroclites en matière de profils, de postures et de contenus qu’ils proposent. Il est vrai maintenant que certains d’entre eux ont réussi à se construire une popularité avec des audiences considérables. Certains se sont même érigés en influenceurs à l’image de Zitout et Amir DZ, tant leurs slogans et idées ont été repris par certains manifestants.

24L’apport de ces youtubeurs à la dynamique du mouvement est considérable, même s’il est difficile, selon lui, de lier l’évolution du hirak à leur seule activité sur YouTube. Ce qui rend, selon lui, difficile toute corrélation entre le maintien du hirak et leurs activités discursives. La catégorie constituée d’anciens militaires, hommes politiques, journalistes et diplomates connaît bien la complexité du système politique algérien pour l’avoir côtoyé ; ils ont leurs propres relations et leurs sources d’information à l’intérieur de la « boîte noire ». Ceux-là sont établis à l’étranger et bénéficient de la protection de leur pays d’accueil, alors que les autres demeurent des citoyens traitant avec des informations de seconde main avec tous les risques que cette activité présente. D’ailleurs, plusieurs youtubeurs actifs vivant à l’intérieur du pays ont subi des harcèlements policiers, particulièrement Brahim Laalami, tout comme le reste des activistes ayant eu une certaine visibilité sociale. En ce sens, le Comité national pour la libération des détenus, constitué d’avocats qui défendent les détenus d’opinion12, affiche sur sa page Facebook un nombre de 170 activistes du hirak détenus pour délits d’opinion. Notons par ailleurs les tentatives d’arrestation qui ont ciblé des youtubeurs à l’étranger comme Amir DZ, contre qui un mandat d’arrêt international a été lancé par les autorités algériennes.

Caractéristiques du contenu de leurs vidéos

25Les contenus numériques, dont ceux des vidéos YouTube, sont toujours caractérisés par l’amélioration des fonctionnalités et de qualités techniques en matière de stockage, de montages multimédias et surtout par la facilitation de l’usage et de l’interactivité chez l’émetteur et le récepteur. En effet, l’enjeu dans les contenus YouTube est de fournir des vidéos de qualité en matière d’expression pour le youtubeur et de réception pour le public agissant. Autrement dit, le youtubeur ne peut plus s’exprimer dans l’improvisation et l’approximation, mais plutôt il est à la recherche de contenus professionnels (choix de sujet, format, esthétique, ton et durée) répondant aux critères de la communication efficace. La caractéristique commune des contenus diffusés sur la plateforme YouTube par les youtubeurs observés est la diffusion d’un message politique. Comme l’expliquent Douyère et Ricaud,

sans affirmer que l’expression politique se réinvente sur YouTube, on peut néanmoins penser que la communication politique opérée et commentée sur YouTube représente une nouvelle forme, et assurément un nouveau format — « interactionnel », de par les commentaires et les réponses qui leur sont apportées —, pensé comme « proche » de nouvelles formes culturelles et communicationnelles, de l’expression politique et citoyenne (2019, p. 20).

26Pour eux, il est clair que l’apport de YouTube repose sur ses capacités de communication politique permises grâce aux dispositifs sociotechniques en matière d’expression, d’interactivité et d’influence. Ces youtubeurs n’assurent pas seulement une mission d’information, entendue au sens de révélation de faits et d’affaires de corruption, de malversations politiques, mais ravivent, à travers leurs activités, la mobilisation citoyenne par la dénonciation, l’indignation et le refus de la situation. Le contenu diffusé diffère d’un youtubeur à un autre. Pour certains, le registre humoristique et de dérision constitue l’élément central sur lequel ils s’appuient afin de concevoir leurs messages critiquant la situation sociale et politique du pays. Dans ce sens, « nos youtubeurs, facebookers et blogueurs exploitent toutes les ressources du rire et les registres de l’humour pour dénoncer la piètre qualité du débat politique dans leur pays »13. Les podcasts sous forme de clip avec montage de vidéos et mixage de son démontrent l’aspect professionnel et la capacité des jeunes en matière de réalisation. Le credo du youtubeur, c’est l’efficacité : une vidéo courte, diffusée sur les RSN. Nous pouvons citer le cas de DZ Joker : « Ses talents d’humoriste, de celui qui sait faire-rire, il les cultive depuis l’adolescence. Il les partage désormais avec les internautes algériens14. » La diffusion de l’information constitue une autre caractéristique principale des contenus de certains youtubeurs. En ce qui concerne d’anciens ou d’actuels journalistes, ils accomplissent un travail de journalisme d’investigation, ayant des sources « fiables », selon leurs affirmations, en matière d’information sur les affaires et scandales de la classe politique, leurs familles et leur réseau de soutien. La révélation de faits leur a procuré une popularité en ligne, même si dans certains cas ils versent dans le discours populiste et rapportent de fausses données : « […] même s’ils donnent, parfois des informations de première main, ils versent souvent dans le sensationnel. Dans certains cas ils livrent des informations qui s’avèrent erronées, après recoupement », assure le professeur Driss (entretien en ligne réalisé en août 2020). Cette stratégie de « contre-attaque » adoptée notamment par les youtubeurs établis à l’étranger, dont certains n’ont pas manqué de recourir à un registre de violence à l’égard des représentants du système, qui sont nommés, indexés, dévoilés dans ce qu’ils ont de plus intime, est perçue différemment par Bouchakour Djamel, maître de conférences à l’école de journalisme d’Alger. Pour ce chercheur en sciences de l’information et de la communication, la logique d’action de cette catégorie d’activiste procède d’un « raisonnement constructiviste » qui tend « à participer à la construction d’une réalité largement disputée entre protagonistes et antagonistes du système en place, qui ne voulait pas lâcher prise et a tenté à discréditer la légitimité du hirak » (entretien en ligne réalisé en août 2020). Le commentaire et l’analyse de l’actualité politique représentent également une activité phare des youtubeurs, notamment dans la catégorie d’acteurs actuels et anciens, animateurs et militants de mouvements politiques, associatifs et syndicaux. Le suivi de l’actualité politique leur a permis d’intervenir dans le champ pour clarifier — critiquer dans plusieurs cas — des décisions et les pratiques des responsables politiques. « Leurs discours sont chargés de référents, de sémantique, bien adaptée et ancrée dans les différents milieux de la société algérienne », note Bouchakour (entretien en ligne réalisé en août 2020). À ces caractéristiques s’ajoutent les appels à mobilisation citoyenne, des appels à la participation aux marches, aux rassemblements. En adoptant des pratiques hybrides, ces youtubeurs expérimentent en outre un « journalisme citoyen », à travers la couverture des manifestations populaires en interrogeant les manifestants et en s’exerçant à plusieurs genres journalistiques, comme le portrait et le reportage.

Caractéristiques en fréquence de production et de diffusion des contenus

27Christelle Celik explique que l’internaute-usager a recours à plusieurs applications qui se renouvellent dans ce nouveau mode. Selon elle, les RSN représentent « un espace de production discursive. Et c’est au sein de ces nouveaux espaces discursifs que ce dernier doit naviguer, recevant et produisant de nouveaux genres de discours, en fonction des affordances » (2014, p. 267). L’activité de production et de diffusion de contenus diffère d’un youtubeur à un autre, en fonction de la nature du travail à partager. La réalisation d’un clip exige des ressources matérielles, humaines et financières importantes. La mobilisation des équipes et la diversification des lieux sont autant de facteurs qui déterminent la fréquence de production et de diffusion de contenus, notamment les travaux artistiques, tels que les clips de DZ Joker (102 vidéos) et Anes Tina (192 vidéos). Or, la production de contenus esthétisés est moins significative chez d’autres youtubeurs, même si certains ont intégré les notions de décor et de mise en scène dans leur activité communicationnelle. C’est le cas de Mohamed Larbi Zitout (2 614 vidéos), d’Abdou Semmar (463 vidéos) et de Bilal Nouni (853 vidéos). Alors que pour d’autres, il s’agit de vidéos en direct, soit l’intervention du youtubeur, soit des vidéos des marches publiées sur la plateforme.

Compétences techniques et communicationnelles des youtubeurs

28Il est vrai que l’accès à la plateforme YouTube est permis à tous, comme l’attestent Burgess et Green (2009, p. 1) cités par Robin Cauche :

La vraie innovation (ce n’est pas la seule) était avant tout technique : [YouTube] fournissait une interface simple et intégrée grâce à laquelle chaque utilisateur pouvait déposer, publier et regarder des vidéos en streaming peu importe ses compétences techniques, et malgré les contraintes technologiques liées aux logiciels de navigation les plus courants et à une bande passante relativement réduite (2019, en ligne).

29Mais l’usage de la plateforme exige une compétence technique pour la création de la chaîne et la gestion de ses trois grandes composantes : production, publication, interaction. Son organisation et son alimentation constituent des facteurs permettant à l’usager d’augmenter l’attractivité de la chaîne d’une manière générale et celle des contenus d’une manière particulière. Le travail de mise en avant des contenus, les interventions en direct démontrent la capacité des youtubeurs algériens en matière de maîtrise des fonctionnalités de la plateforme YouTube. Certains sont assistés techniquement, comme c’est le cas pour Zitout, qui a rappelé à maintes reprises les corrections que son assistant apporte à ses plateformes. Aux codes professionnels régissant le contenu s’ajoutent donc les codes propres à l’usage des plateformes participatives, comme le souligne Thierry Devars : « […] la spécificité du ton et de l’énonciation, en adéquation avec les codes culturels d’Internet, permet au youtubeur d’étayer un point de vue souvent sarcastique sur le débat public » (2020, en ligne). La maîtrise des langues d’intervention et de commentaire représente une caractéristique communicationnelle de ces youtubeurs et un élément qui assure l’attractivité de leurs contenus. Une créativité langagière, formelle, narrative, associée à des figures et à des formats différenciés portés par les youtubeurs accompagne leurs intérêts politiques. Quant au ton adopté par la majorité, il varie entre le fictionnel et l’émotionnel, jamais neutre (rationnel). Le choix des arguments à employer dans leurs interventions est calqué sur le temps médiatique, ce qui ne coupe pas ces youtubeurs de l’espace public médiatique traditionnel. Mais en ritualisant le moment d’énonciation par l’adoption d’un code discursif de mise en relation, des formules attrayantes orchestrales, ils parviennent à recréer l’événement. C’est dans cette logique que se déploie aussi leur stratégie de choix des images, des vidéos ou du décor.

Leadership politique : des youtubeurs aux acteurs politiques

30Le contre-discours articulé par ces activistes sur cette plateforme a assuré des fonctions symboliques importantes, notamment celle du maintien du lien. Leurs chaînes représentent un espace d’échange entre les citoyens-internautes, des arènes de débat politique où émerge une vision commune de la situation politique du pays, avec la mise en commun de la réalité sociale, économique et politique, la mise à nu des pratiques des responsables politiques, par le commentaire de l’actualité politique. Le lancement d’appels à la participation aux manifestations à travers leurs chaînes constitue un facteur de renforcement de la mobilisation citoyenne. C’est devenu un cérémonial virtuel qui préparait la rencontre du vendredi, suivi de la diffusion de vidéos des marches pour faire face au black-out médiatique exercé par les médias audiovisuels traditionnels. Les arrestations des manifestants sont souvent relatées à travers leurs vidéos en dénonçant la violence exercée par les forces de l’ordre lors des manifestations. S’ils ont acquis une popularité sociale, parfois critiqués, attaqués et dénigrés sur Facebook, qui concentre un nombre important d’internautes, il n’en demeure pas moins qu’ils sont suivis par plusieurs catégories. Leurs plateformes ont subi, selon leurs déclarations, plusieurs attaques de « mouches électroniques ». Les hommes du système sont montrés du doigt chaque fois que ce genre de panne est produit. Toutefois, « il est difficile de vérifier la capacité de mobilisation de ces youtubeurs, mais plusieurs indices comme les “j’aime”, “partages” et le suivi en live des interventions montrent qu’ils sont très suivis par les Algériens », affirme le chercheur en SIC Hakim Hamzaoui (entretien en ligne réalisé en juillet 2020). Or, les vidéos diffusées par les youtubeurs (de façon périodique, en épisodes, en discontinu) ont favorisé la sortie de l’isolement de la population algérienne et rendu visibles les malaises de cette société. D’ailleurs, ces chaînes représentent une source d’informations pour les citoyens, ponctuées de révélations sur la classe politique. Les youtubeurs ont constitué un grand attrait pour la population dont la rupture avec les médias audiovisuels et le discours politique officiel s’est scellée à jamais. Or, force est de constater que la rupture avec le discours dominant n’a pas empêché ces chaînes de reproduire les pratiques de scénarisation de l’audiovisuel et du spectacle, au moment où le système de médiatisation devient un attrait pour ces youtubeurs. La course à l’audience, le marketing de soi, la recherche du sentiment de réalisation symbolique et la quête de reconnaissance par les pairs et par les acteurs publics influenceurs prennent l’allure de celles d’une entreprise économique. Il est d’ailleurs important de signaler l’émergence de rapports de rivalité et de conflit de leadership. Ces tensions souvent exprimées par des vidéos interposées se sont multipliées pour s’installer avec le temps comme mode d’expression concurrentiel et conflictuel. C’est pourquoi les interventions et les interactivités de ces youtubeurs sont marquées par des tentatives d’objectivation des faits rapportés, de légitimité de représenter le youtubeur du hirak et d’autonomie dans la ligne éditoriale par rapport aux cercles d’intérêts politiques, idéologiques et financiers, nationaux et internationaux.

Hybridation et convergence des réseaux : de YouTube au Facebook Live

31La mobilisation intensive de YouTube comme espace alternatif de l’expression et de la participation politiques démontre son efficacité notamment dans le passage de « YouTube » à « NotreTube » pour sa capacité de partage des vidéos comme contenus discursifs et délibératifs. Cette course à la diffusion des contenus portant sur la politique a poussé les youtubeurs à explorer de nouveaux formats interactionnels parmi les RSN, dont Facebook, offrant plus de fonctionnalités en matière de flexibilité, de diffusion, de séduction, de temporalité, de mobilité et d’interactivité. C’est pourquoi les youtubeurs ont investi Facebook pour ses fonctionnalités communicationnelles et interactionnelles hybrides : le Live et l’interactivité. D’ailleurs, cette hybridation des réseaux YouTube et Facebook a facilité le travail d’information et de couverture des actions du hirak et des activistes. L’engagement en ligne des citoyens lors du mouvement de contestation du 22 février représente donc un prolongement de la mobilisation citoyenne sur le terrain. Le recours au numérique démontre un enthousiasme manifeste chez des citoyens à s’approprier des espaces alternatifs pour l’expression et la participation politiques au moment où les médias traditionnels, notamment les chaînes de télévision, demeuraient contrôlées par le régime politique. C’est pour cette raison que les différentes plateformes des RSN ont été très vite investies, et ce, dès le premier jour du mouvement de contestation, par les Algériens. D’ailleurs, « sur la toile et sur les réseaux sociaux, des activistes se mobilisent pour contribuer à orienter les manifestants à sensibiliser sur la nécessité de préserver le caractère pacifique du mouvement populaire15 ». La multiplication de chaînes sur la plateforme YouTube révèle l’émergence d’un nouveau mode d’engagement et d’expression notamment chez les jeunes, dont certains sont devenus populaires. Les contenus sont produits sous de multiples formes par ces nouveaux influenceurs, comme l’indique France Baie : « Les médias et les publicitaires les sollicitent d’ailleurs pour leur notoriété et les messages qu’ils pourraient faire passer auprès des jeunes, car ce sont de véritables “ influenceurs” » (2018, en ligne). Le nombre de leurs abonnés et suiveurs constitue l’un des indicateurs de leur succès en matière d’audience, notamment avec les directs périodiques ou annoncés. Cette évolution en audience est aussi audible en matière de commentaires des vidéos publiées sur YouTube ou partagées sur les pages d’autres acteurs cyberactivistes ou de groupes influenceurs sur les autres RSN, surtout Facebook. D’autres indicateurs de l’influence de leurs interventions sont manifestes même si leur mesure reste peu maîtrisable : leur citation comme sources d’information par des médias traditionnels et numériques, leur transformation en personnes-ressources invitées par les médias en qualité d’acteurs et d’experts du hirak et leur ciblage dans les discours politiques et médiatiques des pouvoirs publics. Les stratégies de déploiement des activistes sur les différentes plateformes numériques sont manifestes et multiples. Elles s’inscrivent dans une logique de maximisation des avantages des fonctionnalités de chacune (forte circulation des contenus, interaction directe avec le public, création de liens et de réseaux d’acteurs). C’est la raison pour laquelle nous avons constaté un glissement dans les pratiques, ou l’émergence d’une nouvelle tendance ; il s’agit de la multiplication des directs (live) sur Facebook et les journaux électroniques. Alors que l’espace public, jusqu’alors fondé sur le rôle central des médias d’information classiques, valorisait le discours d’un cercle restreint d’acteurs (personnel politique, journalistes, professionnels de la communication…) « autorisés », le développement des dispositifs numériques et les nouvelles formes de sociabilité en ligne (blogues, réseaux sociaux…) ont substantiellement changé la donne. Le débat politique s’est ainsi ouvert à un spectre élargi d’acteurs, au-delà de ses territoires autorisés et reconnus (Devars, 2020). Ainsi, la quête de l’information sur l’actualité du mouvement et le déroulement des événements sur les RSN comme une source d’information alternative a conduit les activistes en ligne à l’usage de plusieurs réseaux en même temps, à l’exemple des youtubeurs Amir DZ et Mohamed Larbi Zitout qui organisent un direct sur YouTube et Facebook en même moment. Un autre exemple qui fait apparaître cette hybridité des usages des RSN est celui du journaliste Abdou Semmar qui diffuse des vidéos sur sa chaîne YouTube et ensuite sur son journal électronique « Algérie Part ». La recherche d’audience constitue la principale préoccupation des activistes en ligne, suivie de la rapidité de diffusion de l’information et de la possibilité d’interagir avec l’audience. La fonctionnalité d’interaction instantanée sur Facebook constitue un atout pour les youtubeurs. L’activiste répond instantanément aux sollicitations, aux questions des internautes, contrairement à la plateforme YouTube, où l’usager laisse un commentaire sur la vidéo qui ne sera consulté qu’ultérieurement. Il est important de signaler que ces activistes en ligne en général et les youtubeurs en particulier font face à de multiples contraintes qui les conduisent à investir plusieurs RSN. La diffusion de contenus sur la plateforme YouTube exige un haut débit de connexion Internet. Or, dès le début du mouvement de contestation du 22 février en Algérie, le réseau Internet a connu des perturbations qui rendaient l’activité de diffusion des youtubeurs et la visualisation des contenus par les internautes très difficiles, ce qui explique l’intensification de partage de publications en texte et en image sur Facebook par les activistes en ligne, une activité qui n’exige pas une bonne qualité de connexion. Par ailleurs, nous pouvons constater que l’activité des youtubeurs ne se faisait pas sans harcèlements politiques ; plusieurs comptes et chaînes ont été piratés et fermés par des équipes engagées par le pouvoir politique. Certains ont été poursuivis en justice à la suite de leurs activités en ligne, comme nous l’avons constaté dans les listes des détenus partagées sur la page officielle du Comité national pour la libération des détenus. Pour certains, l’anonymat reste un choix inévitable afin d’éviter les harcèlements policiers et les poursuites judiciaires. Cela explique l’apparition de nombreuses chaînes de YouTube et de pages Facebook dédiées au hirak, qui ne portent pas forcément le nom de créateur, comme les chaînes YouTube « Amar Films, créée 30 mai 2019 », « Just Smile avec 26 600 abonnés, créée le 13 février 2019 », « DZ Spot, créée le 01 juin 2019 » ou les pages Facebook « l’Algérie de demain, avec plus de 43 000 d’abonnés, lancée le 22 août 2019 », « الحراك الشعبي الجزائري avec 117 770 abonnés, créée le 22 mars 2019 »16, « Ness el Hirak avec 119. 296 abonnés, créée le 25 juin 2019 ».

Conclusion

32Le recours des citoyens aux RSN comme un espace alternatif d’expression nous semble inévitable dans des sociétés autoritaires où les espaces conventionnels sont réservés et assurés au système et à ses relais. L’activité des citoyens sur les RSN ne cesse d’augmenter et de se diversifier notamment chez les jeunes. D’ailleurs, plusieurs études ont affirmé la forte présence de ces dispositifs numériques dans le quotidien des citoyens en quête d’information, particulièrement au moment des mouvements de contestation afin d’échapper au black-out médiatique exercé par les médias qui s’alignent sur la politique du système. C’est dans ce sens que nous nous sommes interrogés sur l’apport des RSN au mouvement de contestation du 22 février en nous intéressant au profil des youtubeurs intervenant sur le hirak en Algérie. La liberté d’expression permise par les dispositifs numériques a conduit à l’émergence de nouvelles formes d’engagement et de participation politiques des citoyens ordinaires. D’ailleurs, les citoyens algériens, particulièrement les jeunes, ont investi ces espaces alternatifs dès le début du mouvement de contestation du 22 février, en premier lieu en quête d’information, en second lieu en vue de participer au débat politique sur la situation politique du pays. Si l’accès aux différentes plateformes numériques est permis à tous, l’usage et la maîtrise constituent un élément de différenciation. C’est dans ce sens que nous avons constaté l’émergence d’une catégorie d’usagers de YouTube avec une grande notoriété et fortement suivie par les internautes. Ces youtubeurs algériens, dont certains existent avant le mouvement, tandis que d’autres sont apparus lors du mouvement, possèdent des compétences techniques et communicationnelles leur permettant de véhiculer un message politique à travers leurs vidéos et d’obtenir un nombre élevé de vues à leurs contenus. Si leur vocation est la même (intervenir sur le hirak), la démarche diffère ; c’est pour cette raison que nous les avons répartis en catégories distinctes. L’apport de ces activistes en ligne au mouvement du 22 février est considérable. D’une part, la révélation de faits (corruption, scandales) a fait contrepoids au discours officiel et dévoilé les malaises de la société. Leurs chaînes représentent une source d’information pour les citoyens, notamment avec la couverture des manifestations. D’autre part, par le commentaire et l’analyse politique de la situation, ces chaînes constituent des arènes virtuelles de débat politique. C’est pour cette raison que ces youtubeurs ont, pour plusieurs, subi des harcèlements et des attaques et que certains sont même poursuivis en justice et emprisonnés.

Haut de page

Bibliographie

ADDI Lahouari (2020), « Le système de pouvoir en Algérie, son origine et ses évolutions », Confluences Méditerranée, 4(115), p. 103-113, https://www.cairn.info/revue-confluences-mediterranee-2020-4-page-103.htm, page consultée le l7 mai 2021.

ALLAL Amin et Farida SOUIAH (2020), « Hirak : l’an I ? Entretien avec Belkacem Benzenine et Chérif Dris », Revue Mouvements, 102, p. 57-69.

AOUDIA Nacer et Aïssa MERAH (2020), « L’expression politique des jeunes algériens à travers la vidéo sur les réseaux sociaux numériques », dans Christina CONSTANTOPOULOU (dir.), Représentations sociales et discours médiatiques : la « crise » comme narration contemporaine, Paris, L’Harmattan, p. 185-206.

BAIE France (2018), « Les youtubeurs : impact identitaire et communautaire sur les adolescents ? », Analyse UFAPEC, 02(18), http://www.ufapec.be/nos-analyses/0218-youtubeurs.html, page consultée le 20 mai 2021.

BENDERRA Omar et al. (2020), Hirak en Algérie. L’invention d’un soulèvement, Paris, La Fabrique éditions.

BOUCHAALA Nabila Aldjia et Aïssa MERAH (2020), « L’espace public contestataire à l’épreuve de la délibération en Algérie », Communication, 37(2), mis en ligne le 7 septembre 2020, http://journals.openedition.org/communication/13133, page consultée le 7 mai 2021.

BULLICH Vincent (2015), « Régulation des pratiques amateurs et accompagnement de la professionnalisation : la stratégie de YouTube dans la course aux contenus exclusifs », Les Enjeux de l’information et de la communication, 16(3B), p. 27-42, https://scholar.google.com/scholar?hl=fr&lr=lang_fr&as_sdt=0%2C5&q=R%C3%A9gulation+des+pratiques+amateurs+et+accompagnement+de+la+professionnalisation+%3A+la+strat%C3%A9gie+de+YouTube+dans+la+course+aux+contenus+exclusifs&btnG=, page consultée le 3 octobre 2020.

CARON Caroline (2014), « Les jeunes et l’expérience participative en ligne », Lien social et politiques, 71, p. 13-30, mis en ligne le 2 mai 2014, https://www.erudit.org/fr/revues/lsp/2014-n71-lsp01369/1024736ar.pdf, page consultée le 7 mai 2021.

CAUCHE Robin (2019), « Professionnalisation des modes de diffusion sur YouTube : pour une exploration des outils de mise en ligne », Mise au point, 12, https://doi.org/10.4000/map.3417, page consultée le 2 octobre 2020.

CHAMI Tarik (2019), Émergence d’une opinion publique autour d’un problème environnemental en Algérie : cas du gaz de schiste, Thèse de doctorat sous la direction de Nabila Aldjia BOUCHAALA, École nationale supérieure du journalisme et des sciences de l’information, Alger.

CHÂTEAUVERT Jean (2019), « Youtubeurs : l’expérience de l’internaute », dans David DOUYERE, Gustavo GOMEZ-MEJIA, Jérémie NICEY et Angèle STALDER (dir.), Youtubeurs, youtubeuses : invention d’une énonciation subjective, dossier de la revue Études digitales, 7, p. 21-28.

CHERBI Massensen (2020), « Les mécanismes constitutionnels de l’autoritarisme algérien face au hirak », Mouvements, 2(102), p. 166-176.

COMBE CELIK Christine (2014), « Vlogues sur YouTube : un nouveau genre d’interactions multimodales », IMPEC, https://impec.sciencesconf.org/conference/impec/pages/Impec2014_Combe_Celik.pdf, page consultée le 28 septembre 2020.

DAUPHIN Florian (2012), « Culture et pratiques numériques juvéniles : quels usages pour quelles compétences ? », Questions vives, 7, http://journals.openedition.org/questionsvives/988, page consultée le 19 avril 2019.

DEVARS Thierry (2020), « Quand les youtubeurs investissent le champ politique | la revue des médias », La Revue des médias, https://larevuedesmedias.ina.fr/quand-les-youtubeurs-investissent-le-champ-politique#footnote1_a5hsmx5, page consultée le 25 septembre 2020.

DOUYÈRE David et Pascal RICAUD (2019), « Présentation du dossier. YouTube, un espace d’expression politique ? », Politiques de communication, 13, p. 15-30, https://www.cairn.info/revue-politiques-de-communication-2019-2-page-15.htm, page consultée le 23 septembre 2020.

FARIS David M. (2012), « La révolte en réseau : le “printemps arabe” et les médias sociaux », Institut français des relations internationales, « Politique étrangère », p. 99-109, https://www.cairn.info/revue-politique-etrangere-2012-1-page-99.htm, page consultée le 29 septembre 2020.

FRAU-MEIGS Divina (2017), « Les youtubeurs : les nouveaux influenceurs ! », Nectart, 5, https://www.cairn.info/revue-nectart-2017-2-page-126.htm, page consultée le 23 août 2020.

GOMEZ-MEJIA Gustavo et al., (2019), « Youtubeurs : invention d’une énonciation subjective ? », dans David DOUYERE, Gustavo GOMEZ-MEJIA, Jérémie NICEY et Angèle STALDER (dir.) (2019), Youtubeurs, youtubeuses : invention d’une énonciation subjective, dossier de la revue Études digitales, 7, p. 11-25.

OUCHIHA Tahar (2018), « Les réseaux sociaux et la participation politique en Algérie Analyse de la campagne de boycottage des législatives de mai 2017 à travers Facebook », Communication, 35(2), https://journals.openedition.org/communication/8846, page consultée le 7 mai 2021.

SARDAS Jean-Claude et Sébastien GAND (2011), « Les transitions professionnelles contraintes par des restructurations : dynamiques individuelles et modalités d’accompagnement », Annales des Mines, dossier « Gérer et comprendre », 103(1), p. 26-37.

Haut de page

Notes

1 Hirak : un terme en arabe qui signifie mouvement (traduction des auteurs). Il s’agit d’un terme utilisé exclusivement pour désigner les manifestations de 2019-2020 en Algérie. Voir Benderra et al. (2020).

2 Nous qualifions de youtubeurs et youtubeuses les personnes qui ont recours à la plateforme de YouTube pour produire et diffuser un contenu audiovisuel et pas les usagers qui commentent ou partagent ces contenus.

3 Ici, nous pouvions choisir un autre sujet politique, sportif ou culturel d’actualité.

4 Mouches électroniques : appellation employée par les citoyens afin de qualifier les personnes et les équipes qui travaillent au service du système et de ses alliés, s’attaquent aux activistes en ligne.

5 Il est à souligner qu’il nous a été difficile de réaliser ces entretiens. Consulté à ce propos, le chercheur David Douyère ayant beaucoup travaillé sur les youtubeurs nous a confirmé cette difficulté : « En général ils ne répondent pas… Ils sont dans une autre sphère. »

6 Plusieurs de ces activistes subissent des harcèlements policiers, notamment ceux qui sont toujours à l’intérieur du pays.

7 DZ : nom de domaine désignant l’extension algérienne sur le Web. Elle est employée ici comme abréviation pour qualifier ce qui est algérien.

8 « En Algérie, des youtubeurs drôles et subversifs appellent au boycottage des élections », https://www.lemonde.fr/afrique/article/2017/05/03/en-algerie-des-youtubeurs-droles-et-subversifs-appellent-au-boycottage-des-elections_5121526_3212.html, page consultée le 20 mai 2021.

9 Les chaînes de ces youtubeurs choisis pour la recherche ont été suivies en permanence. D’ailleurs, l’une des vidéos de ces youtubeurs a fait l’objet de l’analyse dans une autre recherche. Voir Aoudia et Merah (2020). Le relevé de ces comptes a été fait entre août et septembre 2019.

10 « 1ère édition d’Algerian Youtubers Awards (AYA) / sous le signe de la lutte contre le racisme », https://www.algerie-focus.com/2017/10/1ere-edition-dalgerian-youtubers-awards-aya-signe-de-lutte-contre-racisme/, page consultée le 8 septembre 2020.

11 Il faut noter à ce propos que beaucoup de jeunes youtubeurs ont subi des harcèlements policiers et certains ont même été traduits devant le juge d’instruction.

12 https://www.facebook.com/comitenationalpourlaliberationdesdetenusCNLD/, page consultée le 7 mai 2021.

13 Vidéo dans laquelle on peut observer que la politique et l’élection présidentielle font éclater de rire les Algériens, https://www.algerie-focus.com/2014/01/video-sur-internet-la-politique-et-lelection-presidentielle-fait-eclater-de-rire-les-algeriens/, page consultée le 17 octobre 2019.

14 Ces Algériens qui font parler d’eux sur YouTube : https://www.huffpostmaghreb.com/entry/youtubers-algeriens-podca_mg_6588600, page consultée le 17 octobre 2019.

15 « Des youtubeurs au service du hirak », https://www.radioalgerie.dz/news/fr/reportage/171091.html, publié le 31 mai 2019, page consultée le 21 septembre 2020.

16 Cette expression signifie : Mouvement populaire algérien (traduction des auteurs).

Haut de page

Table des illustrations

Titre Tableau 1. Le profil des youtubeurs
URL http://journals.openedition.org/communication/docannexe/image/14504/img-1.png
Fichier image/png, 306k
Titre Tableau 2. Les sites des youtubeurs algériens
URL http://journals.openedition.org/communication/docannexe/image/14504/img-2.png
Fichier image/png, 306k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Aïssa Merah, Nacer Aoudia et Nabila Aldjia Bouchaala, « Profils des youtubeurs cyberactivistes en Algérie »Communication [En ligne], Vol. 38/2 | 2021, mis en ligne le 01 novembre 2021, consulté le 06 décembre 2021. URL : http://journals.openedition.org/communication/14504 ; DOI : https://doi.org/10.4000/communication.14504

Haut de page

Auteurs

Aïssa Merah

Aïssa Merah est professeur à l’Université de Bejaia, Algérie. Courriel : merah_aissa@yahoo.fr

Articles du même auteur

Nacer Aoudia

Nacer Aoudia est maître de conférences à l’Université de Bejaia, Algérie. Courriel : n-aoudia@hotmail.fr

Nabila Aldjia Bouchaala

Nabila Aldjia Bouchaala est chargée de cours à l’Université du Québec à Montréal. Courriel : naboucha2000@yahoo.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Communication sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search