Navigation – Plan du site

AccueilNumérosVol. 38/2Articles« Respectabilité anti-système » e...

Articles

« Respectabilité anti-système » et complot américano-sioniste

L’analyse des réactions en chaîne sur la chaîne YouTube de Dieudonné
Nelly Quemener

Résumés

La période contemporaine est marquée par l’actualisation régulière de l’imaginaire du complot fomenté par une minorité au pouvoir et qu’il trouve sur les réseaux sociaux et les plateformes numériques tel YouTube un terrain d’expansion. C’est ainsi qu’il se formalise sur le terrain que l’auteure analyse, celui des commentaires de la chaîne YouTube de Dieudonné. Appréhendant les commentaires de la chaîne YouTube de Dieudonné comme des réactions en chaîne dessinant des phénomènes d’intensification, cet article examine les processus et conditions par lesquels des interprétations de l’actualité et de l’histoire, inspirées du complot américano-sioniste et des thèses négationnistes, adviennent, se déploient et acquièrent, dans ce contexte, une forme de « respectabilité antisystème »

Haut de page

Texte intégral

1Du doute quant à l’efficacité des masques face au virus de la COVID-19 aux thèses voyant dans les attentats du 11 septembre 2001 aux États-Unis un événement orchestré par la CIA, la période contemporaine est marquée par l’actualisation régulière de l’imaginaire du complot fomenté par une minorité au pouvoir. Appréhendé sur un temps long, cet imaginaire qui met au défi les versions médiatiques de l’actualité et les thèses historiques faisant autorité n’apparaît nullement nouveau. Il est d’abord une version parmi d’autres de ce que Pascal Froissart (2002 ; 2007) appelle la « rumeur », qualifiant par là les phénomènes de circulation en masse et d’emballement médiatique autour d’une nouvelle ou d’une histoire à prétention de vérité. Il s’inscrit ensuite dans la continuité des théories du complot « mondial » ou « juif » apparues dès le début du xxe siècle dans la presse antisémite en France (Matard-Bonucci, 2001 ; Delporte, 2006). Celles-ci brandissent la menace d’une invasion juive, associée aux puissances d’argent, qui viendrait ébranler la souveraineté nationale (Winock, 2014 / 1982). Elles façonnent une vision du monde et une logique de persuasion qui consistent à attribuer une cause unique aux maux de la société et à suspecter toute personne de complicité avec ce qui est institué en un véritable ennemi (Angenot, 2010). Elles s’actualisent dans l’idée d’un axe américano-sioniste, dominant et contrôlant les pays occidentaux et tirant les ficelles du capitalisme mondial (Taguieff, 2006 ; 2015). L’imaginaire complotiste relève enfin des théories négationnistes, développées dans les années 1970 sous l’impulsion d’historiennes et d’historiens controversés remettant en cause l’existence des chambres à gaz et la véracité du génocide des Juif·ve·s pendant la Deuxième Guerre mondiale au nom du droit au doute et à la « révision » de l’histoire (Igounet, 2000 ; Igounet et Reichstadt, 2018).

2Une caractéristique contemporaine de cet imaginaire est qu’il trouve sur les réseaux sociaux et les plateformes numériques tels que YouTube un terrain d’expansion (Alloing et Vanderbiest, 2018 ; Rebillard, 2017), au sein duquel il circule sous forme d’invectives, d’attaques et de pratiques d’apparence désordonnée et disparate (Mercier, 2015). C’est ainsi qu’il se formalise sur le terrain que nous proposons d’analyser, celui des commentaires de la chaîne YouTube de Dieudonné. Figure issue du monde de l’humour, Dieudonné représente l’un des rares humoristes noirs de sa génération en France et se distingue depuis le début des années 2000 par des controverses à répétition déclenchées par ses propos antisémites, disqualifiants et offensants envers les Juif·ve·s, et une succession de condamnations judiciaires pour « injure raciale » et « appel à la haine contre les Juifs ». Fermée à deux reprises pour « enfreinte au règlement de la communauté » (communiqué de Google France), sa chaîne YouTube est à la fois une vitrine pour ses activités (spectacles, DVD, tournées et différents services d’assurance et de crédit) et un lieu de publication régulière de vidéos, dans lesquelles Dieudonné, en plus de contrecarrer toute accusation d’antisémitisme, aborde un ensemble de thématiques (les élections présidentielles et législatives, le Brexit, le référendum en Nouvelle-Calédonie) dont il donne une version empruntant aux interprétations « alternatives » des sites de « réinformation ».

3Si la chaîne YouTube nous intéresse, c’est d’une part parce qu’elle est un espace privilégié de formalisation d’une vision du monde, qui puise dans un imaginaire historiquement marqué de l’antisémitisme et du complot américano-sioniste (Amadori, 2018). Cette vision, portée et promue par Dieudonné dans ses vidéos, constitue ses propres ressorts de légitimation : elle se présente comme la seule réponse possible à un « système » médiatique, politique, idéologique, défini par son mépris pour le « peuple de France » et la mainmise « d’Israël ». C’est d’autre part que la chaîne se donne à voir, dans les commentaires, tel un espace conflictuel, qui ne saurait se résumer à une identité ou à une communauté liée par un discours unificateur. Elle dessine au contraire une multitude d’expressions identitaires, matérialisées par les pseudos ou énoncées dans les commentaires, du « Français·e de souche » aux « musulman·e·s », « noir·e·s » ou même « Juif·ve·s », et plusieurs lectures de l’actualité et de l’histoire, nourrissant le plus souvent une proximité à la rhétorique de la décadence et la posture défensive de l’extrême droite et formant autant de versions possibles du complot, qui s’entrechoquent, se contredisent et se co-constituent au cours d’échanges souvent intenses.

4Le présent article se propose d’étudier les effets performatifs et constitutifs de cette conflictualité. Il ne s’agit pas tant de définir ce qui préside au complotisme que d’examiner les processus et conditions par lesquels ces interprétations dites alternatives du monde, de l’actualité et de l’histoire adviennent, se constituent et se déploient pour former un horizon possible pour les pratiques de subjectivation (Foucault, 1994 / 1982). Nous déclinons cette démarche au travers de deux hypothèses. La première est que la fréquentation de la chaîne et les formes d’investissement esquissées par les commentaires participent d’un agencement complexe constitué de plusieurs pôles de réactivité. Les commentaires apparaissent alors comme le produit et le ressort d’une logique réactive et d’une prise de position par rapport à l’image publique de Dieudonné façonnée à deux niveaux. D’un côté, les médias grand public font de Dieudonné et de ses publics des objets de dégoût et de répulsion et, de l’autre, Dieudonné déploie sur scène et sur sa chaîne une rhétorique de victimisation et de contre-attaque donnant lieu à une pratique de surenchère. Cette opposition constitutive érige Dieudonné en un sujet d’attention publique intense et constitue paradoxalement la possible attractivité des espaces qui lui sont associés.

5La seconde hypothèse est que les commentaires dessinent des réactions en chaîne (à Dieudonné, aux vidéos, aux autres commentaires) favorisant l’avènement de « contre-vérité » et de lectures « alternatives » de l’actualité et de l’histoire. Dans cette dynamique, la réaction nourrit et légitime la réaction, de sorte à générer des phénomènes d’emballement et de montée en intensité des échanges, et les commentaires finissent, à force de répétition et d’agrégation de ce qu’ils présentent comme des preuves, par instaurer les grilles de lecture qu’ils énoncent. En d’autres termes, les commentaires participent selon nous d’une dynamique affective, sensible à une échelle plus large dans l’attention publique intense et l’injonction à prendre position, au sein de laquelle le simple fait de réagir publiquement à ce qui est désigné en tant qu’ennemi (englobé dans les commentaires sous le terme de système) se trouve valorisé. Dans cette dynamique, les lectures dites alternatives et les « contre-vérités » s’instituent comme des lectures et des « vérités » parmi d’autres et gagnent en respectabilité en ce qu’elles s’opposent au « système » et sont désignées par les échanges comme dignes d’être discutées.

Repenser les pratiques en ligne sur YouTube, une approche par les affects

6Avant de présenter certains résultats de notre enquête, il paraît pertinent de rendre compte du cheminement théorique et méthodologique effectué pour constituer ce terrain en objet de recherche. Comme nous le montrons, ce cheminement émerge tout à la fois des difficultés à saisir le terrain selon nos cadres d’analyse habituels, inspirés des approches constructivistes et poststructuralistes des représentations et des discours (Quemener, 2014), et d’une appropriation progressive du vocabulaire tiré de ce qui se développe depuis plusieurs années sous le nom de « théorie des affects » au sein des cultural studies (Gregg et Seigworth, 2010). Le terrain est d’abord marqué par un fort potentiel réactif et polémique. Celui-ci se manifeste dans la quantité de matériau à disposition, qu’il s’agisse — si nous nous en tenons aux seuls aspects étudiés — d’articles de presse ou de commentaires sur la chaîne YouTube ainsi que par des pics assimilables à des phénomènes d’emballement, un article ou un commentaire en entraînant un autre. Il est en outre indissociable des déclarations publiques de Dieudonné qui, en promouvant une vision du monde imprégnée de l’imaginaire du complot juif et de thèses négationnistes dont il ne saurait ignorer l’aspect scandaleux et polémique, cherche le « buzz » et la « réaction », qu’elle soit médiatique et politique et / ou qu’elle advienne au sein de ses propres publics (anciens, présents ou à venir). Il n’est enfin pas étranger à la pratique de recherche elle-même, puisque le chercheur ou la chercheuse prenant pour objet d’étude les pratiques autour de Dieudonné peut se voir dans l’obligation de prendre position vis-à-vis de ce dernier et donc se trouver rattrapé·e par la dimension « sensible » du sujet.

7Aussi a-t-il paru pertinent de faire de ce potentiel réactif et polémique le cœur de notre approche. Une telle démarche a exigé de nous éloigner quelque peu, sans pour autant l’évacuer, d’une focalisation sur les logiques discursives et la production conflictuelle de sens à l’œuvre dans les commentaires. Dans le sillage des travaux de Lawrence Grossberg (1992, 1996, 2010, 2015), il s’agit d’appréhender le matériau à disposition en tant qu’il produit certes de la signification, mais surtout en tant qu’il est traversé et généré par des phénomènes d’intensification, dont il est possible d’examiner les « effets » sur les pratiques sociales et les relations (Gregg et Seigworth, 2010 ; Van der Tuin et Dolphijn, 2010). La notion d’effets, largement développée par Grossberg (1992) et souvent empruntée dans les écrits se revendiquant de la théorie des affects, ne doit pas porter à confusion. Comme le soulignent Fred Pailler et Florian Vörös (2017), elle ne vise nullement à renouer avec une théorie des effets des médias sur les comportements ou les opinions. Elle invite au contraire à envisager les commentaires comme autant d’actions pouvant engendrer d’autres actions — dans les termes de Grossberg, comme autant d’effets pouvant engendrer d’autres effets —, de sorte à dessiner un continuum de pratiques (ou d’effets) en perpétuel mouvement. Ainsi, quand bien même les commentaires sont travaillés par des querelles de définition et des luttes de signification, ils se distinguent aussi par des effets d’entraînement et des dynamiques internes constitutives, qui produisent des arrangements complexes, advenant à différentes échelles, qu’il est possible d’analyser en tant que tels.

  • 1 Comme le souligne Ruth Amossy (2014), la violence verbale est l’un des ressorts de la polémique et (...)

8Comme suggéré en introduction, le terrain analysé se caractérise en outre par sa dimension fortement conflictuelle. Cette conflictualité façonne la médiatisation des « affaires » Dieudonné, qui, quoiqu’elle s’accorde sur le dégoût et l’indignation suscités par les propos de ce dernier, donne lieu à un ensemble d’avis divergents sur les « solutions » à apporter au « problème » (Céfaï, 1996 ; Dalibert, 2013). Elle est toutefois surtout une caractéristique des échanges sur la chaîne YouTube et se traduit par des discussions contradictoires sur l’interprétation à donner à tel événement, par exemple la décapitation du journaliste américain James Foley par l’État islamique ou le positionnement à adopter par rapport à telle personnalité — Faut-il voter pour la présidente du Rassemblement national Marine Le Pen au deuxième tour de l’élection présidentielle ? Faut-il condamner l’islamologue Tariq Ramadan après les accusations de viol dont il a fait l’objet ? Elle se traduit en outre par l’usage répété de l’invective et de la violence verbale1 et circule d’une vidéo à l’autre, portée par les intervenant·e·s les plus actif·ve·s. Elle n’épargne enfin nullement Dieudonné, dont l’antisémitisme fait régulièrement l’objet de discussions et de critiques, au même titre que la visée commerciale de ses vidéos. Elle dessine alors un espace au sein duquel les avis, les opinions, les interprétations, parfois soutenus par la revendication de points de vue situés, prolifèrent, et tout commentaire peut donner lieu à une « réaction » violente et péremptoire.

9Cette conflictualité n’est pas sans conséquence sur l’analyse. Elle complique en effet la qualification du phénomène collectif qu’elle dessine. Formé d’un ensemble de pratiques contradictoires et disparates, celui-ci ne saurait si facilement être assimilé à une communauté unifiée, forgée par une logique d’identification. Quand bien même cette conflictualité n’invalide pas la possibilité que l’antisémitisme puisse être un ressort de structuration des échanges — ce que nous défendons en finalité —, elle conduit en outre à aborder avec prudence l’idée selon laquelle l’antisémitisme serait l’élément fédérateur des pratiques et susciterait une identification systématique dont les commentaires seraient le produit et la manifestation. L’antisémitisme, érigé par les vidéos en marque d’une position « anti-système », se trouve certes autorisé et même favorisé, mais le fait qu’il ne suscite pas de consensus et qu’il fasse l’objet de discussions parfois vives invite à ne pas l’instaurer en facteur explicatif de la fréquentation de la chaîne, c’est-à-dire en élément qui préexisterait aux pratiques. Ainsi, plutôt que qualifier d’emblée les pratiques advenant sur la chaîne d’antisémites, nous préférons étudier la façon dont l’antisémitisme apparaît, s’institue et prend forme dans les commentaires — l’une de ces formes, nous le verrons, relevant de la production de « contre-vérités ». En d’autres termes, face à cette conflictualité, nous prenons le parti théorique et méthodologique de refuser toute prédéfinition et toute pré-catégorisation du phénomène analysé pour privilégier l’examen des modalités par lesquelles l’antisémitisme et les lectures dites alternatives de l’actualité et de l’histoire qu’il soutient et qui le soutiennent adviennent, se constituent et acquièrent même une légitimité et une valeur dans ce contexte et ce dispositif spécifiques.

10Une telle démarche s’accompagne d’un déplacement du regard du niveau discursif vers le niveau affectif des pratiques. Les commentaires ne sont plus appréhendés comme le produit d’une rencontre advenant au niveau discursif entre des gens et des vidéos et impliquant une reconnaissance dans un discours ou une identification à une communauté (Cervulle et Pailler, 2015). Ils sont saisis comme l’effet de forces affectives, qui agencent, mettent en relation et en tension des gens, des pratiques, des discours et donnent lieu à des jeux de rapprochement et de distanciation ainsi qu’à des moments de production de liens et des moments où les liens se rompent, les éléments se dispersent et se relocalisent. Cette approche refuse en outre d’accorder à la seule « représentation », c’est-à-dire au fait de nommer, de catégoriser, de représenter, un pouvoir constitutif et d’en faire la condition d’émergence de toute force politique en tant qu’elle serait le lieu d’articulation privilégiée de positions et de revendications disparates (Hall, 2008 / 1975 ; Laclau et Mouffe, 2009 / 1985). Il s’agit au contraire d’envisager des phénomènes collectifs « sans identité » (Grossberg, 1996), c’est-à-dire des phénomènes qui se réaliseraient sans qu’ils dessinent une communauté assimilable à une identité, à un nom ou à un discours. Tout l’enjeu est alors de saisir ce qui fait liant au sein de ces phénomènes et de parvenir à en faire le récit en évitant l’écueil de la dénomination réductrice. À ce titre, le fait qu’il n’y ait pas nécessairement d’identité fédératrice ou de discours unificateur n’évacue pas la possibilité que des pratiques d’identification et de représentation puissent advenir. Celles-ci peuvent alors participer de dynamiques de dispersion aussi bien que de production de liens à des échelles localisées. Elles sont appréhendées comme une possibilité et un agencement parmi d’autres, dont nous interrogeons les conditions d’avènement.

11Notre démarche consiste donc à porter une attention première aux aspects relationnels et agentiels des commentaires et aux processus dynamiques par lesquels ils adviennent et s’agencent. Pour cela, elle propose d’appréhender les commentaires de la chaîne YouTube comme autant de réactions produisant d’autres réactions, susceptibles de nourrir une série d’échanges conflictuels (Quemener, 2018). La notion de réaction ne relève pas ici d’une catégorie descriptive. Elle est une proposition pour penser le matériau au-delà de ses effets de sens et étudier les ressorts, bien souvent non explicites, des phénomènes d’intensification, sensibles dans la multiplication des réactions et dans la charge émotionnelle, le recours à la violence verbale ou encore l’empressement à argumenter. En d’autres termes, elle met l’accent sur les forces affectives qui travaillent le corpus et permet d’en interroger leurs effets constitutifs. Elle ouvre la voie à l’examen des « intensités affectives », c’est-à-dire des processus auto-réalisateurs des réactions en chaîne, par lesquels un objet de débat s’impose comme un sujet d’importance par rapport auquel il est nécessaire de prendre position.

12Nous distinguons à ce titre plusieurs niveaux d’analyse, chacun relevant d’une dimension de la dynamique d’entraînement. Il s’agit d’abord de saisir la distribution entre les vidéos et les fils de discussion des commentaires et de dessiner la cartographie des « choses qui comptent » (Grossberg, 1992 ; Quemener, 2018), c’est-à-dire des sujets, thématiques, groupes, « problèmes » désignés par l’attention et les échanges qu’ils génèrent et qui les constituent, comme dignes d’intérêt et d’être investis. Cette cartographie est d’autant plus significative que l’attention portée à une thématique, à un sujet, à un groupe, sensible dans la longueur et la quantité des commentaires, accorde de l’importance et une valeur à ceux-ci et peut avoir des effets auto-réalisateurs. Elle est ainsi au cœur des processus idéologiques : elle dresse une hiérarchie des domaines d’attention, des pratiques et des luttes à investir, qui s’appuie sur des horizons d’attente sensibles (le plaisir ou le déplaisir à s’engager dans tel échange ou telle pratique). Elle revêt enfin une dimension injonctive, puisqu’elle produit l’imminence et la valeur des réactions qui la constituent, de sorte qu’il est difficile de « ne pas réagir » et que l’absence de réaction est elle-même signifiée en tant que réaction. Cette cartographie constitue le premier niveau d’analyse et conduit à dessiner une sorte de macro-agencement au sein duquel il est possible de faire des zooms sur des phénomènes plus localisés et des micro-agencements montrant des dynamiques propres.

13Il s’agit ensuite, pour chaque thématique et chaque sujet d’échanges et de discussion, d’examiner les contours autorisés de la formulation du ressenti et des relations ainsi esquissées aux groupes, aux institutions, aux médias et aux personnalités qui les incarnent. Les travaux de Sara Ahmed (2004) portent à ce titre attention aux « émotions », qui instaurent selon elle une « orientation émotionnelle », c’est-à-dire une disposition plus ou moins positive, faite de goût, de dégoût, de répulsion, de haine, d’amour, vis-à-vis des « objets » auxquels elles s’attachent et dont elles dessinent les contours — ici nous renvoyons le terme d’objets aux thématiques, sujets ou groupes évoqués dans les commentaires. Ils nous intéressent en tant qu’ils invitent à réfléchir à la façon dont les émotions exprimées, suggérées ou performées dessinent des relations de proximité ou d’éloignement à telle personnalité, tel sujet ou tel groupe, formalisent la puissance d’un investissement et sont le terrain d’une conflictualité qui participe de l’intensification des échanges. La proposition d’Ahmed mérite toutefois quelques précisions au sens où elle fait peu cas du processus de « sémiotisation des émotions » (Micheli, 2008) et du dispositif contraignant dans lequel cette sémiotisation advient (Julliard, 2018). Aussi paraît-il pertinent de distinguer entre les émotions dites, montrées, suggérées, performées ou encore déductibles de la relation à tel groupe, tel·le intervenant·e ou telle personnalité, et d’appréhender la conflictualité afférente à des enjeux de formulation, de monstration, de dicibilité et de valorisation de certains ressentis. Le niveau des expressions émotionnelles ne se confond pas à celui des affects : il participe certes des dynamiques affectives qui, en tant que forces d’agencement, ne sauraient toutefois s’y résoudre.

14Il s’agit enfin de saisir les régimes de respectabilité que les commentaires dessinent dans ce contexte et ce dispositif donnés. La notion de respectabilité que nous empruntons à Beverley Skeggs (2015 / 1997 ; 2010 ; 2018) désigne non seulement les valeurs défendues et énoncées par les interventions, mais aussi l’ensemble des attitudes, des comportements, des propos advenant dans ce dispositif et dessinant ce qu’il est possible de dire et de montrer. Elle qualifie donc les contours autorisés des réactions, ici envisagées comme autant de « performances de valeur » constituant un sujet « respectable » (Skeggs et Wood, 2014). Ces contours doivent être entendus dans leur dimension située : ce qui est « respectable » pour un groupe peut ne pas l’être pour un autre groupe et surtout ce qui est respectable dans un contexte peut ne pas l’être dans un autre contexte. Tout l’enjeu est donc de définir le « sujet respectable » tel qu’il se dessine et se constitue sur la chaîne, dans un dispositif qui impose ses contraintes et possibilités d’expression et au sein d’un collectif qui produit ses propres sphères d’autorisation et sanction. Si les contours du sujet respectable peuvent faire l’objet de débats, ils n’en esquissent pas moins un horizon de pratiques qui, dans le cadre spécifique de la chaîne de Dieudonné, se présentent et se légitiment en tant que réponses au soi-disant mépris du « système ».

L’analyse des réactions en chaîne : quelle méthodologie ?

15La méthodologie mise en œuvre pour saisir les réactions en chaîne au sein de la chaîne YouTube de Dieudonné s’est construite en plusieurs étapes. La première étape, pour partie exploratoire, a consisté à retracer les différentes séquences des controverses médiatiques autour de Dieudonné et de rendre compte des réponses scéniques, médiatiques et numériques de ce dernier depuis les années 1990 jusqu’aux années 2010 à 2020. L’objectif est d’esquisser un contexte caractérisé par une forte propension à la controverse / polémique, notamment sensible sur les plans médiatique et politique, et d’envisager les effets constitutifs de ce dernier de Dieudonné sur les commentaires de la chaîne. Pour cela, nous avons parcouru un peu plus d’un millier d’articles de la presse quotidienne nationale (Le Monde, Le Parisien — Aujourd’hui en France, Libération, L’Humanité, Les Échos, Le Figaro, La Croix, La Tribune), parmi lesquels 300 articles ont été publiés entre 1997 et 2013 et 750 articles afférant à l’« affaire Valls / Dieudonné » ont été publiés entre le 1er décembre 2013 et le 30 décembre 2014. Nous avons par ailleurs visionné les 21 spectacles (avant 2017) de Dieudonné, exploré les sites anciens et présents de Dieudonné et analysé en détail un corpus de 53 vidéos tirées de sa chaîne YouTube.

16La deuxième étape a consisté en l’étude de 150 504 commentaires, correspondant aux 373 vidéos publiées sur la chaîne YouTube de Dieudonné entre août 2014 et décembre 2017. Le choix a été fait de ne pas présélectionner les vidéos et de laisser les dynamiques internes à la chaîne orienter notre regard et désigner les points d’intensification. Avec l’aide de Thomas Bottini, ingénieur de recherche au CNAM, nous avons récupéré et versé dans un tableur Excel l’ensemble des commentaires et informations afférents, l’enjeu étant de transformer ces informations en indicateurs. L’objectif de cette deuxième étape est de saisir la distribution des commentaires en fonction des vidéos, des périodes et des sujets abordés, en tenant compte du rôle joué par la plateforme dans la circulation de certaines vidéos et la valorisation de certains commentaires. Nous savons grâce aux travaux de Bernhard Rieder, Adriana Matamoros-Fernandez et Oscar Coromina (2018) que les pratiques de recommandation de la plateforme YouTube ne s’appuient pas simplement sur des indicateurs de popularité. Elles favorisent également des vidéos récentes, émanant directement de la plateforme, et s’adjoignent à des pratiques d’abonnement présentées comme le meilleur moyen de s’adresser à des publics spécifiques et de les fidéliser. Dans le même esprit, la plateforme produit une hiérarchisation des commentaires et fils de discussion, certains commentaires ou fils se voyant épinglés « on top » et générant autant d’effets loupe et d’orientation des échanges et de l’attention.

17Si notre méthodologie ne permet pas d’évaluer la proportion des commentaires liée à des abonnements ni de définir les effets des mises en avant de certains commentaires ou fils, elle offre les outils pour en analyser les effets concrets et voir dans quelle mesure, en plus des logiques de recommandation, ces phénomènes et cette distribution relèvent de ressorts internes aux échanges. Elle s’appuie pour cela sur une démarche combinant traitement statistique et imprégnation ethnographique (Kitchin, 2014 ; boyd, Golder et Lotan, 2010 ; boyd et Crawford, 2012 ; Marwick et boyd, 2014). Celle-ci accorde une place importante au dispositif techno-sémiotique des commentaires, qui impose une organisation spécifique de l’espace (Julliard, 2012). La chaîne constitue un premier levier et un opérateur de rassemblement. Elle agrège tout à la fois des abonné·e·s qui se voient informé·e·s des dernières vidéos publiées et des non-abonné·e·s qui découvrent les vidéos au travers du moteur de recherche de YouTube ou dans les flux de vidéos recommandées. Au sein de la chaîne, les vidéos et les fils de discussion composent les principaux paliers de distribution des commentaires. Les commentaires s’accrochent à des vidéos particulières. Ils peuvent porter sur la vidéo elle-même, susciter des réponses ou s’inscrire dans un fil de discussion déjà entamé. Par rapport à d’autres réseaux sociaux tel Twitter, le nombre de signes n’est pas limité. Ainsi, quand bien même le dispositif favorise des interventions appréciatives, souvent brèves, il rend aussi possibles, grâce à la fonctionnalité « réponses à un commentaire » et son nombre de signes illimité, des interventions longues et des échanges continus, proches de ceux observés sur les forums.

18Le traitement du corpus a consisté à bricoler des indicateurs quantitatifs permettant de composer avec un nombre conséquent de données. Afin d’éviter une intervention manuelle chronophage, nous avons renseigné les éléments quantifiables, que nous avons répartis dans trois tableaux différents. Le premier tableau regroupe les informations liées aux vidéos et en propose une classification en fonction du nombre de vues, de likes, de dislikes ou encore de commentaires. À l’issue d’un premier traitement, nous avons retenu le critère du nombre de commentaires par vidéos et classé celles-ci en 5 catégories : de 0 à 150 commentaires, de 151 à 500 commentaires, de 501 à 1 000 commentaires, de 1 001 à 1 750 commentaires, de 1 751 à 5 000 commentaires. Ce premier classement a rendu le corpus plus appréhendable. Sur les 373 vidéos, seules 99 suscitent plus de 500 commentaires. Elles peuvent être isolées et analysées séparément. Un deuxième tableau répertorie l’ensemble des commentaires et des informations les concernant. Nous avons créé des codifications pour chaque entrée : nombre de signes et de likes, niveau des commentaires (commentaires « principaux » ou réponses dans un fil) et nombre de réponses dans les fils de discussion. Nous avons également retenu des variables temporelles, au travers du calcul et de la codification du nombre de commentaires par minute, par heure, par jour, ainsi que du temps entre la publication de la vidéo et celle du commentaire. Un troisième tableau est consacré aux comptes des intervenant·e·s sur la chaîne YouTube de Dieudonné et permet de qualifier non pas tant les profils sociologiques que l’activité de chacun·e sur les vidéos, au moyen de critères de concentration ou de dispersion, en fonction du nombre de vidéos commentées et de la moyenne des commentaires laissés sur chaque vidéo.

19Ces indicateurs permettent une analyse quantitative de la distribution des commentaires et des ressorts de l’emballement sur l’ensemble de la chaîne. Ils sont aussi un tremplin vers une analyse de phénomènes plus localisés, pour laquelle ils fournissent des outils de sélection et de visualisation. La dernière phase de l’étude a ainsi consisté en une analyse qualitative de certains extraits et certains fils de discussion, visant à porter une attention aux éléments sémiotiques (émojis, majuscules, caractères gras), sémantiques (insultes, registres émotionnels) et discursifs (argumentation, raisonnement, démonstration) constituant les commentaires. Ces éléments sont autant d’indices d’une intensification des échanges, pouvant participer de phénomènes d’emballement, et complètent l’étude de la distribution spatiale et temporelle des commentaires par celle des logiques argumentatives, des formes énonciatives et des thématiques. Ils permettent en outre de saisir les registres émotionnels mobilisés, la construction de l’objet d’attention et la mise en scène de la relation à celui-ci (qu’il s’agisse du « système », de Dieudonné, de groupes ou personnalités cibles). Ils sont la condition pour repérer les luttes de respectabilité à l’intérieur de l’espace YouTube.

Les ressorts de l’emballement numérique

20Comme suggéré plus haut, la chaîne YouTube gagne à être appréhendée en relation aux autres espaces, médiatique, scénique et numérique, au sein desquels l’image publique de Dieudonné s’est forgée et la dimension polémique qui lui est associée n’a eu de cesse de s’actualiser. La première étape de notre méthodologie a à ce titre permis de reconnaître plusieurs pôles de réactivité. D’un côté, les journalistes, les personnalités politiques et celles du monde associatif assurent, par la condamnation systématique des déclarations de Dieudonné, une certaine publicité à ce dernier. De l’autre, Dieudonné alimente, dans ses spectacles et sur ses sites Web, une rhétorique de contre-attaque qui constitue progressivement le socle de sa notoriété. Chacun de ces pôles nourrit une dynamique co-constitutive, au travers de laquelle Dieudonné se voit érigé en une figure repoussoir, et une logique réactive qui valorise une posture de combat, de réplique et d’affrontement et accorde peu de place à l’indifférence ou l’inaction.

21L’analyse de la médiatisation de Dieudonné montre ainsi un retournement progressif de son image (Quemener, 2021). Si la presse évoque dans les années 2000 un humoriste talentueux mais provocateur, elle change de ton lorsque se multiplient les propos sur le « lobby juif », qualifiant Dieudonné de « comique controversé » habitué des « dérapages ». Le rapprochement avec le dirigeant du parti d’extrême droite le Front national, Jean-Marie Le Pen, et l’historien réputé pour ses écrits négationnistes Robert Faurisson entre 2007 et 2009 marque une rupture définitive, la presse parlant alors du caractère « nauséabond » des prises de position de Dieudonné. La séquence médiatique de 2013-2014, qui précède la période couverte par notre corpus de commentaires, se distingue toutefois des autres séquences médiatiques par son intensité et par la vivacité des interventions publiques à l’encontre de Dieudonné. Avec plus de 700 articles à disposition dans la seule presse quotidienne nationale, elle fait suite à la diffusion en décembre 2013 sur France 2 d’un court extrait du spectacle Le mur dans lequel Dieudonné dit « regretter » « les chambres à gaz » lorsqu’il entend le journaliste Patrick Cohen à la radio. Elle s’attache tout particulièrement à la réponse sans précédent du ministre de l’Intérieur Manuel Valls, qui affiche publiquement sa volonté de faire interdire les spectacles de Dieudonné au nom du « trouble à l’ordre public ». Elle marque une sorte de paroxysme dans la médiatisation, assemblant les expressions d’indignation et les débats sur l’opportunité de l’interdiction.

  • 2 Cette notion de « respectabilité républicaine » trouve un écho certain dans les travaux de Marion D (...)

22Cette séquence donne à voir une condamnation unanime de Dieudonné et se caractérise par l’association de Dieudonné à un territoire ennemi, hostile et dangereux, peuplé de publics tantôt naïfs, tantôt haineux, à l’avènement duquel chacun·e, se reconnaissant dans une certaine idée de la République, est invité·e à réagir (Quemener, 2017). Ce territoire se dessine certes au travers d’une construction discursive, en ce qu’il émerge des discours journalistiques et politiques à disposition dans la presse. Il implique également un processus affectif, au sens où il est avant tout le produit de la mise en scène du dégoût et de l’indignation à Dieudonné et d’un enchaînement de réactions publiques qui, en plus de créer l’événement, participe à faire de Dieudonné un sujet grave et digne d’être investi. La médiatisation de l’« affaire Valls / Dieudonné » esquisse à ce titre ce que nous avons appelé une « respectabilité républicaine », au sein de laquelle l’expression du dégoût et le rejet présenté comme viscéral de l’antisémitisme deviennent des gages d’une identification à la République2 et la réaction immédiate et vigoureuse est instituée comme une marque d’implication dans la défense de celle-ci. Elle accorde ainsi une valeur à des réactions, dont elle s’attache à définir les contours autorisés, et désigne certains ressentis (le dégoût, la colère, l’indignation) comme les seuls ressentis possibles et dicibles face à Dieudonné. Elle participe enfin d’une distribution de l’attention, dont l’un des effets est d’accorder une importance et donc un possible pouvoir à Dieudonné.

  • 3 On retrouve ici un écho à l’argument de la décadence développé dans les écrits d’extrême droite dan (...)

23L’élévation médiatique de Dieudonné au rang de symbole de l’antisémitisme et de figure repoussoir ne saurait néanmoins être dissociée de la logique de surenchère de ce dernier. Dès le milieu des années 2000, l’espace scénique devient le lieu privilégié d’une rhétorique tout à la fois réactive et victimaire au travers de laquelle Dieudonné réfute toute accusation d’antisémitisme, qu’il désigne comme le symptôme d’une soi-disant domination juive sur le monde politique, associatif et médiatique, et déploie une vision binaire au sein de laquelle « Israël » et les Juif·ve·s tiennent le rôle principal. Associé·e·s à des intérêts d’argent et au « fric », ces dernier·e·s sont dépeint·e·s tel un véritable « lobby » qui « contrôle tout » (L’antisémite, 2011) et « décide qui est le prochain président de la République » (Le mur, 2013). Ils ou·elles imposeraient une domination coloniale, raciste et classiste, au nom d’une idéologie de la modernité, sur laquelle Dieudonné projette l’idée d’une décadence (Le mur, 2013)3. Les spectacles s’adressent quant à eux aux « perdants », aux « délaissés du système » (Foxtrot, 2012), dont Dieudonné donne une définition expansive au travers de personnages incarnant tour à tour les « négros », anciens esclaves ou anciens combattants dont les souffrances ont été déniées, les jeunes de banlieues soutenant la cause palestinienne ou encore les dirigeant·e·s internationaux tel le président iranien Mahmoud Ahmadinejad, « l’incarnation du diable à en entendre les médias occidentaux » (extrait tiré du spectacle, Mahmoud, 2010).

  • 4 Dieudonné a fait du terme d’infréquentable une de ses étiquettes dans les années 2000 et emploie de (...)

24En puisant dans des imaginaires antisémites ancrés historiquement, Dieudonné co-constitue la dimension repoussoir de son image et crée les conditions de sa mise au ban des grands médias. Plus encore, l’analyse des spectacles suggère qu’il fait de l’antisémitisme une étiquette et une marque valorisable d’exclusion par un « système » vis-à-vis duquel il se pose en figure de résistance. La scène dessine alors un espace au sein duquel l’idée de « privilèges » (en termes de mémoire, de reconnaissance, d’attention et d’influence) associés à « Israël » et aux Juif·ve·s fait l’objet d’une énonciation publique et les thèses dites officielles de l’histoire, dont Dieudonné soutient qu’elle est « écrite par les vainqueurs » et ne vise qu’« à légitimer le pouvoir en place », sont remises en cause (Le mur, 2013) au nom de l’humour et du refus de ce qui est présenté comme une morale et une pensée dominantes, ainsi que de la charge émotionnelle associée au génocide des Juif·ve·s pendant la Deuxième Guerre mondiale. En donnant à voir de telles évocations sous les traits de provocations jouissives — ce que soulignent les applaudissements qui les accompagnent — et d’un jeu ironique avec les limites du dicible (Charaudeau, 2015), Dieudonné produit alors ce qu’il cherche, à savoir un renvoi du côté des « pestiférés » ou de l’« infréquentabilité »4, qui s’institue en « preuve » de l’existence de cette « bien-pensance » et de cette domination et devient le trophée de celui ou celle qui s’y oppose.

25S’inscrivant dans la continuité des spectacles, la chaîne YouTube poursuit cette dynamique de réplique et de contre-attaque qu’elle extrait de la scène de théâtre pour l’exposer à un public élargi. Elle se positionne pour cela à la jonction de deux autres sites, incarnant chacun une version des publics que Dieudonné cherche à atteindre. Le site commercial de Dieudonné, nommée « dieudosphère », propose une sorte de vitrine « respectable » de ses activités, promouvant les spectacles et DVD, et semble s’adresser à un public qui souhaiterait accéder à ses productions dans une visée de divertissement. Le site Quenel +, dont Dieudonné est l’initiateur et dont il fait la promotion sur sa chaîne YouTube, s’adresse quant à lui à une frange du public, se reconnaissant dans l’extrême droite dite dissidente. Animé entre 2014 et 2017 par Germain Gaiffe Cohen, criminel notoire condamné à 30 ans de réclusion, il se présente tel un site de « réinformation » et propose un ensemble de publications tirées de sites amis mettant en cause les thèses et lectures « officielles » de l’actualité et de l’histoire. Il dessine, par ses sources, une constellation disparate, au sein de laquelle s’entremêlent des figures du négationnisme tels Robert Faurisson et Paul-Éric Blanrue, du conspirationnisme états-unien tels Aron Russo et Alex Jones, de la « dissidence » tels l’essayiste Alain Soral ou le député belge Laurent Louis et des partis souverainistes tel le candidat à la présidentielle de 2017 François Asselineau.

26En comparaison avec le site Quenel +, la chaîne YouTube apparaît comme un espace aux contours plus ambigus, qui tend à subsumer ses liens avec l’extrême droite « dissidente » sous un discours « anti-système » au caractère englobant. L’analyse de la ligne éditoriale conduit à ce titre à distinguer plusieurs types de vidéos d’actualité. D’un côté se tiennent les vidéos qui se présentent comme des réponses aux « attaques » portées contre Dieudonné, ciblant de façon nominative et au moyen de propos agressifs et insultants des figures connues du grand public, issues du monde politique (la ministre de la Culture Fleur Pèlerin, celle de l’Éducation Najat Vallaud-Belkacem, le résident de la République François Hollande), des médias, du divertissement (les humoristes Patrick Timsit ou Élie Semoun) ou encore des associations de lutte contre le racisme et l’antisémitisme (le président de la Ligue internationale contre le racisme et l’antisémitisme, Alain Jakubowicz, ou du Conseil représentatif des institutions juives de France, Francis Kalifat). Beaucoup plus nombreuses que les autres, ces vidéos dessinent un territoire ennemi, associé au « système », qu’elles érigent en véritable objet de dégoût et dépeignent telle une « mafia », constituée de la classe dirigeante, des grands médias, des humoristes à succès, ces « maîtres esclavagistes, maîtres banquiers », opérant « sous les ordres d’Israël » et d’un pouvoir défini comme « sioniste » (vidéos de la saison 3 republiées le 22 octobre 2014). Ce territoire prend forme dans le duel avec l’ancien ministre de l’Intérieur devenu premier ministre, Manuel Valls, surnommé « El Blanco », que Dieudonné ne cesse de rejouer et d’activer. Il est par ailleurs défini par ce qui est présenté comme autant de procédures d’exclusion dont Dieudonné actualise le récit en apportant son soutien à des personnalités faisant l’objet de polémiques, à l’instar de la députée des Républicains Nadine Morano, critiquée pour avoir défendu l’existence d’une « race blanche ». Le territoire ennemi montre ainsi des frontières poreuses dont les contours peuvent être discutés.

27De l’autre côté se tiennent des vidéos d’actualité portant sur des sujets faisant l’objet de controverse / polémique dans d’autres espaces, notamment les grands médias, et / ou susceptibles de diviser les internautes fréquentant la chaîne. Il en va ainsi du débat sur l’indépendance de la Nouvelle-Calédonie (19 août 2015), de la question du terrorisme et de l’Islam (16 octobre 2014, 3 février 2015 et 21 juin 2016) ou encore de thèmes impliquant des enjeux de souveraineté nationale et de racisme, à l’instar du Brexit (1er juillet 2017) ou de l’élection du candidat républicain à l’élection présidentielle américaine, Donald Trump (9 août 2017). Parmi ces vidéos, certaines dessinent une relation ambiguë à l’extrême droite, qui constitue un sujet récurrent, mais qui ne fait pas l’objet d’une prise de position claire de la part de Dieudonné. Ce dernier se saisit à ce titre des périodes électorales pour brasser tout à la fois à l’extrême gauche, avec quelques références au candidat de la France insoumise Jean-Luc Mélenchon (10 octobre 2017) et à l’extrême droite, avec des références plus nombreuses à la présidente du Rassemblement national Marine Le Pen (27 avril 2017, 4 mai 2017) et à sa nièce, conseillère régionale en PACA, Marion Maréchal Le Pen (9 décembre 2015). Certaines vidéos à l’instar de « Je me sens Marine Mélenchon » (24 avril 2017) sont symptomatiques de ce double jeu qui prend ici la forme d’une alliance contradictoire et d’une réunion des « extrêmes », se présentant comme un pied de nez au découpage politique classique.

28Les vidéos d’actualité participent selon nous de deux façons aux dynamiques d’intensification des échanges. Elles promeuvent d’une part une posture de refus et d’opposition et enjoignent aux internautes de réagir face à ce qui est présenté comme une classe dirigeante, médiatique, intellectuelle, constituant le « système ». Elles dessinent ainsi un espace au sein duquel toute intervention peut se voir valorisée, à condition qu’elle s’affiche contre le « système », et l’invective, la violence verbale et la menace sont désignées comme légitimes et même nécessaires face à l’impunité d’un « système » dépeint comme corrompu et servant les intérêts d’un puissant « lobby juif ». Comme le souligne Sara Amadori (2018), les vidéos nourrissent donc une logique de ressentiment qui sous-tend un appel à la révolution. Elles participent selon nous d’une dynamique affective qui repose sur la constitution du « système » en objet de « haine » — le terme est employé par Dieudonné lui-même — et de dégoût et promeut une posture combative, assimilable ici à une masculinité virile, qui se réalise dans l’agressivité, l’affrontement et la réaction. Dans ce contexte, l’absence de réaction apparaît tel un signe de faiblesse et de complicité avec le « système ». Cette dynamique affective fonctionne en articulation étroite avec la vision d’un monde binaire et hiérarchisé, reposant sur l’imaginaire antisémite du complot, d’une société de privilèges et d’une hégémonie mémorielle. Cette vision constitue sa propre attractivité en se présentant, dans ce contexte, comme l’incarnation même de la lucidité et du refus de se faire berner.

29Les vidéos de la chaîne nourrissent d’autre part les divisions plutôt qu’elles ne cherchent à susciter le consensus. En défendant une conception englobante du « peuple » et du statut de victime du « système », elles font en effet un appel à des intervenant·e·s aux profils potentiellement contradictoires qu’il s’agit ici d’agréger, de sorte à maintenir une activité d’échanges conflictuels. La chaîne se dessine donc avant tout comme un espace de débat, de controverse et de polémique, plus que comme un espace exclusivement destiné à des fans ou à des fidèles convaincus par Dieudonné. Elle génère à ce titre ses propres polémiques, en se saisissant de sujets ou de figures susceptibles de diviser les internautes, en même temps qu’elle attire des polémiques venues d’espaces voisins, comme ceux de la « dissidence ».

Des régimes de contre-véridiction

30L’analyse de l’image publique et de la présence numérique de Dieudonné donne des clés pour comprendre la relation que les commentaires dessinent à Dieudonné et à sa chaîne YouTube. Les commentaires relèvent d’un processus dynamique au sein duquel la dimension « répulsive » dessinée par la presse peut paradoxalement devenir un facteur d’attractivité, en ce qu’elle désigne un espace déviant, incarnant tout ce que les grands médias et le monde politique rejettent. Ils sont en outre l’effet de la rhétorique de victimisation et de la logique de contre-attaque portée par Dieudonné, en ce qu’ils donnent vie et forme à un espace qui se constitue en réaction et en opposition à la sphère institutionnelle, médiatique et politique, autrement dit en tant qu’espace « anti-système ». En cela, tout commentaire se trouve, par le seul fait de se localiser sur la chaîne et de participer aux échanges, pris dans une dynamique dichotomisante. Quand bien même il peut parfois être critique à l’égard de Dieudonné, il tend, par sa présence, à rendre acceptable ce qui, dans l’espace médiatique et politique, est qualifié de répulsif, à savoir fréquenter la chaîne de Dieudonné, s’y montrer et entrer en relation avec des intervenant·e·s et, par la seule interaction, leur donner du crédit, quelle que soit leur position. Les commentaires dessinent par ailleurs leur propre dynamique, se localisant sur les différentes vidéos et montrant une activité plus ou moins intense. Dans la partie qui suit, nous examinons la distribution des commentaires sur la chaîne, en portant une attention particulière aux 45 vidéos les plus commentées, soit 26 vidéos de classe 4, suscitant de 1 001 à 1 750 commentaires, et 19 vidéos de classe 5, suscitant de 1 751 à 5 000 commentaires, qui comptabilisent au total 77 837 commentaires (52 % de notre corpus global de commentaires).

31Cette distribution confirme l’efficacité relative de la ligne éditoriale de la chaîne. Si toutes les vidéos d’actualité ne suscitent pas un nombre très important de commentaires, elles concentrent rarement moins de 500 commentaires et désignent ainsi une sorte de seuil minimal d’activité à un niveau assez élevé. De façon intéressante, les plus commentées portent sur des thématiques disparates de sorte qu’il n’est pas simple d’en donner une image exhaustive. Quelques regroupements sont toutefois possibles. Les logiques d’emballement s’accrochent d’abord à la mise en scène de duels et aux « réponses » ciblées à une personnalité associée au « système », à l’instar de la ministre de la Culture Najat Vellaud Belkacem, de l’écrivaine Christine Angot, du chanteur Francis Lalanne ou encore Manuel Valls, qui attisent les critiques et insultes nominales et provoquent un ensemble de discussions sur la définition du territoire ennemi. Elles se concentrent ensuite sur des sujets qui jouent sur la division potentielle des profils intervenant sur la chaîne. C’est notamment le cas des vidéos mentionnant la question du terrorisme et de l’Islam qui dessinent de vifs débats entre des intervenant·e·s s’affichant comme musulman·e·s et des détracteur·trice·s de l’Islam, des vidéos évoquant le choix politique à l’élection présidentielle qui agrègent des voix en faveur du Rassemblement national, de la France insoumise et des partisan·e·s du candidat souverainiste François Asselineau ou encore de la vidéo sur Donald Trump qui active des avis contradictoires, entre accusations de racisme et célébration de son discours « anti-système ». Enfin, des points d’intensification se forment autour des vidéos interpellant explicitement les internautes de la « dissidence », comme l’épisode de Niveau Zéro ayant opposé deux figures de cette dernière, Alain Soral et Daniel Conversano, ou la présentation du parti Réconciliation nationale fondé avec Alain Soral, qui deviennent des lieux de circulation des débats ou de polémiques internes.

32Au sein des espaces de commentaires de ces vidéos, les dynamiques d’intensification se concentrent principalement sur les fils de discussion. Près de 65 % des commentaires des vidéos les plus commentées (classes 4 et 5) sont ainsi apposés non pas directement sous la vidéo mais dans un fil de discussion (graphique 1). Par comparaison, la proportion est de 56,5 % pour les vidéos de classe 2, suscitant de 151 à 500 commentaires. Si la différence « commentaires principaux / inscrits dans des fils » est relative, elle apparaît flagrante lorsque l’on considère la longueur des fils de discussion. Parmi les commentaires inscrits dans des fils de discussion, 28 % (classe 4) et 37 % (classe 5) dessinent des fils longs (de 51 à 200 réponses) et très longs (de 201 à 5 000 réponses), là où ils ne sont que 20 % pour les vidéos de classe 3 (de 501 à 1 000) et 9 % pour les vidéos de classe 2 (de 151 à 500 commentaires). Plus les vidéos sont commentées, plus elles sont donc susceptibles d’être le terrain d’échanges intenses, étendues en longueur et dans le temps.

Graphique 1. Répartition en pourcentage des commentaires en fonction de la classe de vidéos

Graphique 1. Répartition en pourcentage des commentaires en fonction de la classe de vidéos

Graphique 2. Répartition des commentaires inscrits dans des fils de discussion en fonction du nombre de réponses

Graphique 2. Répartition des commentaires inscrits dans des fils de discussion en fonction du nombre de réponses

33Les discussions sont principalement animées par les profils les plus actifs, que nous qualifions d’habitué·e·s. Avec 212 profils effectuant de 51 à 200 commentaires et 32 de 201 à 5000 commentaires sur l’ensemble de la chaîne, ces derniers représentent 0,62 % de la population de notre corpus, mais composent 21,45 % des commentaires. Peu actifs dans les commentaires principaux, ils concentrent leur activité sur les fils les plus longs, constituant 40 % des commentaires inscrits dans des fils de 51 à 200 réponses et environ 54 % des commentaires inscrits dans des fils de 201 à 2 000 réponses (graphique 3). Leurs interventions sont le plus souvent marquées par la défense ou la critique d’une cause particulière ou de Dieudonné, identifiable par sa dimension répétitive, et qu’il·elle·s jouent bien souvent un rôle moteur en relançant et en rythmant la discussion par des réponses longues et des interpellations ciblées.

Graphique 3. Classes 4 et 5 – Répartition en pourcentage des internautes sur les fils de discussion

Graphique 3. Classes 4 et 5 – Répartition en pourcentage des internautes sur les fils de discussion

34Le rôle moteur des profils les plus actifs mérite toutefois d’être relativisé. Les profils à l’activité moyenne, qui se distinguent par des interventions dispersées entre plusieurs vidéos ou concentrés sur une seule vidéo ou un même seul fil de discussion, occupent en effet une place non négligeable sur certaines vidéos, constituant 20 % des commentaires des classes 4 et 5. Les profils très peu et peu actifs, c’est-à-dire ayant effectué de 1 à 5 commentaires et de 6 à 20 commentaires sur l’ensemble de la chaîne, alimentent quant à eux une large proportion (86 %) des commentaires principaux des vidéos de classe 4 et 5 et des fils de discussion courts — 65 % des fils de discussion les plus courts (de 1 à 5 réponses) et 55 % des fils de 6 à 21 réponses. Si leur proportion diminue avec le nombre de réponses dans le fil, ils constituent par leurs interventions courtes le terreau et souvent le déclencheur d’échanges plus intenses, dessinant des positions hétérogènes, qui peuvent tantôt applaudir Dieudonné et ses prises de position à la façon de supporters de sport, tantôt marquer une désaffection, voire un dégoût.

35L’exploration des commentaires portant directement sur les vidéos permet à ce titre de souligner certains ressorts d’enclenchement de discussions plus longues. Les commentaires sont généralement brefs (82 % font moins de 200 signes) et relèvent pour partie d’exclamations venant marquer une forme de soutien, de plaisir, de rire, d’approbation de la vidéo : « #JeSuisDieudo », « vive Dieudo ! », « Assileneau », « Résistance ! », « Je t’adore Dieudonné », « Tout à fait d’accord », « PTTTDRRRRR T’ES UN TUEUR ». À côté de ces formules approbatives, d’autres répètent certains détails de la vidéo ou redoublent les critiques et propos virulents à l’encontre de personnalités nommées au travers d’insultes : « LGBT ? c’est comme tafiole ? », « DICTATURE VALLSIONISTE ! », « Saleté de Rothschild », « Le sac à bite ahaha magique ! », « lol Zemmour une vrai fiotte ! », « SIMONE VEIL LA REINE DES PUTES ». Ces quelques exemples, non exhaustifs au regard du nombre de commentaires concernés, dessinent des modalités de disqualification prégnantes dans les échanges. Tout ce qui est associé au « système » devient ici l’objet d’un dégoût, qui se traduit par le recours à l’insulte et à des formes courtes et exclamatives, usant de lettres capitales. Ce dégoût se loge également dans le renvoi de toute personnalité féminine et masculine du côté d’une prostitution dont la connotation la plus négative est activée, au travers de l’imaginaire d’une sexualité « sale » et dégradante pour les femmes et d’une homosexualité repoussoir et « efféminante » pour les hommes. Cet imaginaire se formalise, pour les personnalités racisées, par le recours à des termes réducteurs, faisant écho aux stéréotypes les plus déshumanisants et humiliants de la période coloniale, de sorte que la députée de France insoumise Danièle Obono, l’une des rares femmes noires à l’Assemblée nationale, est qualifiée de « négresse suceuse de maison ». Il n’épargne pas Dieudonné lui-même qui devient l’objet d’invectives à connotation raciste tel « négro » et d’une féminisation, au travers d’expression telle « LA GROSSE BLACKETTE », produisant l’imaginaire d’une soumission, non plus tant au « système » qu’aux « racistes », aux « nazis », aux « fascistes » et au FN.  

36En référant à l’imaginaire de la prostitution, de l’effémination et de l’homosexualité, les insultes des interventions brèves assemblent des termes empruntés dans l’antisémitisme pour dépeindre la masculinité et la féminité juives. Cet assemblage se voit conforté par la proximité du qualificatif de « pute » et celui de « sioniste » ou de « juif·ve » : « Valls la pute à Macaron ~ le chien du criff ~ », « Tobira la grosse chienne suceuse de bite juive sale chienne », « Venez sucer la bite de tonton Adolf tous les fils de pute de sioniste ». Il contribue à situer les personnalités ciblées, juives ou non juives, du côté d’une connivence et d’une complicité avec les Juif·ve·s, de sorte que le « système » se dessine à ce qu’Arnon Hampe (2015) nomme l’intersection de l’antisémitisme, de la misogynie et de l’homophobie, qui se recouvrent l’un l’autre. Il tend à valoriser en retour une réponse « virile », dont l’espace des commentaires est le réceptacle privilégié. Le fait de réagir en usant de termes violents devient alors une performance donnant des gages de dureté, de vigueur et de puissance et se présente comme la seule réponse possible et valable face à un « système » caractérisé par sa soumission et sa faiblesse. Il favorise les associations d’idées et les raccourcis à caractère disqualifiant, écrits de façon tranchante et affirmative : « Valls=chiasse », « Le CRIF= FRIC », « Daech= isreal CIA », « politique = pourriture », « melanchon= franc maçon », « DIEUDONNE=COLLABO ».

37À travers ces interventions brèves, la chaîne YouTube s’impose tel un territoire conflictuel, accueillant tout à la fois des « pro » et des « anti » Dieudonné et autorisant autant d’avis tranchés sur Dieudonné, sur le « système », sur les musulman·e·s, les Juif·ve·s, les religions (l’islam, le judaïsme, le christianisme) ou sur les autres objets de débat et personnalités que les vidéos ou commentaires évoquent ou suggèrent. Elle constitue à ce titre un espace privilégié pour « régler ses comptes » et ce que nous proposons d’envisager telle une « respectabilité oppositionnelle » ou « anti-système », forgée en contradiction et en réaction aux modes d’intervention et au régime de valeurs associés au « système ». Cette « respectabilité anti-système » se réalise dans la possibilité d’exprimer tout autant un plaisir qu’un dégoût à l’égard de Dieudonné, à l’encontre du consensus autour du caractère répulsif de ce dernier dans les médias grand public, et d’user de la violence verbale et de l’injure pour marquer un refus de toute forme d’institution ou d’autorité ainsi que de toute forme de bienséance. Surtout, en émergeant de façon oppositionnelle, elle crée les conditions pour la défense et l’avènement de thèses complotistes et négationnistes, qui se voient ici autorisées en tant que leur seule mention contreviendrait à l’ethos et à la « respectabilité » de l’espace médiatique.

38Au-delà, cette « respectabilité anti-système » et la valorisation de postures défensives et « viriles » sous-tendent la montée en intensité des échanges entre intervenant·e·s. La plupart des commentaires inscrits dans des fils nourrissent à ce titre des logiques de duel ou d’affrontement en s’adressant directement à certains profils au travers du @ ou +. S’ils se distinguent des interventions brèves par leur longueur et leur nombre de signes, ils s’en rapprochent par leur tonalité affirmative et leur propension à user de l’invective. Ils consistent alors à asséner ce qui se présente comme une vérité, sur un ton qui laisse peu de place au doute et à la discussion et qui, souvent, s’accompagne d’une opération de discrédit de la thèse adverse, prenant la forme d’insulte, d’une disqualification ou d’une exclamation.

Ice Tea, 13 / 01 / 2017, 11h48, « Dieudonné est candidat !! // s05e11 ».
encore des fantasmes d’haineux anti arabo musulman et oubli ton anthropologue senegalais cest pas un prophete ni la parole divine absolu loool quel imbecile sa haine laveugle quil va chercher nimporte quel anthropologue deja qu’est ce que ce metier vient faire ici..... le senegal le mali la mauritanie lafrique subsharienn est musulmane en grande partie et cela par le commerce et les caravaniers ... tt comme landalousie de lepoque les arabes nont jamais forcé les gens à se convertir ni forcé les espagnols à travailler en les fouettant en les battant ou en les jettant dans la mediterrannee oubli tu ne mentiras pas ici nul nest plus sourd que celui qui ne veut pas entendre! une fois linquisition de retour les juifs qui vivaient en paix avc les arabes les ont suivi au maroc algerie et tunisie (ashkénase) ils ne sont pas resté par peur du blanc europeen inquisiteur!! les palestiniens ont tjrs vecu en paix avc les juifs.... ce sont les europeens blancs qui en ont genocidé 6millions jai jamais entendu cela dans lhistoire arabo musulmane jai jamai entendu de genocide espagnol durant les 900ans doccupation de lespagne !!! ce commerce triangulaire entre lafrique leurope et les iles/etats unis est la pire chose qui a existé en terme de haine violence maltraitance genocide sur un peuple !! ce complexe de superiorité cet eloignement de la religion a fait naitre des monstres assoiffés de profits qui dailleurs s’enrichissent encore aujourdhui les grandes familles banquieres

Raoul ras, 19 / 09 / 2016, 9h16, « Dieudonné répond à Zemmour et Valls // s05e05 ».
mdr tu n’en as pas marre de postuler des énormités ?? Je suis Musulman et franchement ce que tu balances est catastrophique ! ton baratin jihad expédition (Jamais entendu parler ) et de deux faut pas croire à toutes les conneries que tu trouves dans les hadits (il y’a trop de truc falsifiés dedans )!!! Il faut pas être un connaisseur de la religion musulmane pour voir que tu ne reprends que les hadits qui sont en totale contradiction avec les textes coraniques ! (Les châtiments dans la tombe n’existent pas '(Sourate Ya-Sin  Verset 32 ) ( Réfléchis ) (Copie colle ce petit texte en arabe sur ta barre de recherche الكلياني عداب القبر) et refais toi une culture   !! les musulmans ne doivent faire la guerre que pour se défendre (Sourate Al Bakara Verset 190)!!   Maintenant l’interprétation des textes sans les mettre dans leurs contextes historiques (comme ces Jeunes perdus ,manipulés ;qui cherchent la vengeance) ne te guideras que vers ta perte. Dieu est unique et c’est celui de toutes les religions, Personne n’a le droit de prétendre qu’il ira au Paradis parce qu’il est Musulman, Chrétien ou encore Juif ! (L’être humain manipule les textes et se sert de la religion pour atteindre ses objectifs personnels, se fût le cas avec les Ottomans qui ont commis des Atrocités impardonnables, comme les chrétiens et les juifs !

39Ces exemples permettent de souligner les modalités d’intervention dans les fils, qui consistent à contredire les propos d’un·e autre internaute en soulignant sa méconnaissance ou sa lecture biaisée d’un sujet particulier, voire la dimension « haineuse » et de « propagande » de son propos, et à produire sous une forme assertive une autre lecture qui s’auto-désigne comme vraie. Le régime de véridiction s’appuie alors sur la démonstration publique de la bonne connaissance du sujet, au moyen d’affirmations assénées avec aplomb, de citation de textes, parfois religieux, et de sources qui se donnent à voir comme fiables. Il repose en outre sur l’expression d’un point de vue situé (« je suis musulman », « je suis juif », « je suis français de souche »), largement favorisé par la dimension conflictuelle des échanges. L’identification en tant que, par exemple, musulman·e, chrétien·ne, juif·ve, noir·e, arabe ou blanc·he advient alors tel un argument d’autorité qui participe à asseoir la véracité d’un propos en ce qu’elle ne saurait être contestée. Plutôt que de faire communauté, elle se constitue dans l’échange et esquisse un territoire multiforme, dont les contours échappent à une catégorisation unique.

40Dans cet agencement, tout sujet, toute remarque et toute personnalité peuvent devenir un objet de discussion, de doutes et une surface sur laquelle sont projetés des liens et une soumission aux ordres d’« Israël ». De telles projections se disséminent sur l’ensemble des vidéos tout à la fois au sein des commentaires principaux et des fils de discussion. Elles s’imposent entre autres tel un outil de discrédit des personnalités nommées, particulièrement mobilisé durant les périodes électorales. Si elles touchent alors les personnalités proches du gouvernement, à l’instar du premier ministre Manuel Valls ou du président de la République élu en 2017 Emmanuel Macron, elles s’appliquent également aux personnalités situées aux extrêmes de l’échiquier politique, qui suscitent des ralliements parmi les internautes. Marine Le Pen se voit à plusieurs reprises accusée par certain·e·s de « sionisme » et de soutien aux intérêts du CRIF. Jean-Luc Mélenchon est quant à lui systématiquement renvoyé à un statut de « franc-maçon », sans qu’une telle allégation soit argumentée ou documentée. Ces projections dessinent alors une suspicion généralisée et se présentent telle une interprétation parmi d’autres, souvent lancée sur un ton affirmatif et assuré. Loin de faire consensus, elles s’accompagnent parfois de vifs débats qui se rejouent d’une vidéo à l’autre, portées par des habitué·e·s aux positions arrêtées qu’il·elle·s ne cessent de répéter d’un échange à l’autre.

41La répétition des discussions, articulée aux logiques d’emballement, a des effets constitutifs, en ce qu’elle participe de l’accumulation d’écrits, d’interventions, de données, de liens. Dans une des vidéos les plus commentées en 2014 (« s03e42 - Dieudonné, Marine Le Pen et la LDJ », 5 août 2014), un fil de discussion de 223 commentaires se dessine entre un ensemble d’habitué·e·s, Alexandre Delval, Scatt Cat, Féé Pachier, Stéphane Michaud, Houssam Roféx et Elia Kazan, sur l’existence des chambres à gaz durant la Deuxième Guerre mondiale. Le fil lancé par un commentaire d’Elia Kazan s’étend sur cinq jours, et comme beaucoup d’autres fils, il ne cesse de rejouer la même conflictualité et les mêmes arguments. Il oppose ainsi des points de vue irréconciliables, au travers desquels chacun·e défend une « réalité » des faits historiques et déploie un ensemble de références, émanant la plupart du temps du Web, venant légitimer le point de vue défendu. Nous éditons ici un cours extrait, qui nous semble toutefois significatif du type d’échanges advenant dans le fil.

Elia Kazan, 11 /8 / 14, 21:36
+Alexandre Delval Tu ne sais même pas ce qu’est le sionisme c’est pathétique.
La sionisme est la volonté d’un état qui protège les juifs des persécutions. Ce n’est pas une idéologie belliciste et raciste.
La grande majorité des juifs du monde partagent cet avis, à part la secte naturei karta et quelques milliers de juifs protestants.
C’est là qu’on voit que votre discours est brouillon, incohérent.
Tous les sionistes n’adhèrent pas à la politique d’Israël et aux colonies. Et non, les ‘sionistes’ (du moins tu veux dire les méchants sionistes j’imagine) ne contrôlent ni la France ni le monde.

Elia Kazan, 11 / 8 / 14, 21:38
+Alexandre Delval Rajoute à ça le fait que tu mens sur la religion juive et sur l’histoire des juifs et oui tu es un parfait antisémite.
Tu n’es pas simplement antisioniste, c’est à un peuple tout entier que tu t’en prends et pas à une politique.

Scatt Cat, 11 / 8 / 14, 21:41
+Elia Kazan Bravo, tu as été bien briefé… Joli discour de propagande sionarde mais désolé, tu devras t’habituer à ce que ca marche de moins en moins… Il faudrait être complètement idiot pour nier le martyre de divers communautés perpétré par les nazis mais l’émotion ne cache plus les manips pratiqués par les vainqueurs pour masquer leurs propres tords… Pas plus qu’elle ne cache les manips des sionards pour obtenir des privilèges exorbitants…

Alexandre Delval, 11 / 8 / 14, 21:43
+Elia Kazan Tu sais quoi, Soral te débouterait intellectuellement en petits morceaux pour te montrer à quel point toutes les formes de pensées sionistes amènent tôt ou tard irrémédiablement à une politique coloniale et raciste.

Elia Kazan, 11 / 8 / 14, 21:43
+Stéphane MICHAUD Tu en reviens aux attaques personnelles ? Ne te frustre pas, pète un coup et prends du recul ;)

houssam roféx, 11 / 8 / 14, 21:43
Vous semblez porter beaucoup de mépris à Robert Faurisson à qui vous contestez l’étiquette d’historien faute de diplôme universitaire. Cela laisse entendre que l’avis d’un historien compterait peut-être à vos yeux. Ils se trouvent que bon nombre de spécialistes un peu partout dans le monde n’hésitent pas à manifester leurs doutes à l’égard de l’existence probable des chambres à gaz et surtout la faisabilité technique d’une telle hécatombe.
« les sources pour l’étude des chambres à gaz sont à la fois rares et douteuses » Ce sont là les affirmations d’Arno Mayer un professeur de l’université de Princeton. Jean-Claude Pressac de sa part déclare que ces études sont vouées " à la poubelle de l’histoire". Aussi Michel de Boüard, ancienne sommité du Comité d’histoire de la Deuxième guerre mondiale nous apprend que les chambres à gaz appartiennent au dossier « pourri » de l’histoire officielle de la déportation. Je finirai, faute de temps, par une citation d’un certain Robert Jan van Pelt dans laquelle il déclare qu’il est impossible de trouver à Auschwitz une preuve de l’existence des chambres à gaz.
Au cas où vous vous apprêtiez à accabler ces historiens par l’estampe de l’antisémitisme, sachez qu’ils sont de majorité juifs.
Vous avez évoqué l’obstination maniaque des nazis à archiver le moindre des détails même, vous nous dites, les tonnes de cheveux expédiés aux usines textiles. Mais comment cela se fait-il que dans ces archives on ne trouve nulle trace des plans et des mécanismes de fonctionnalité des chambres à gaz.
[….]

Scatt Cat, 11 / 8 / 14, 22:07
+Elia Kazan Ta réponse pleine de dédain et de mépris me rappel un sketch de Dieudo. On s’y croirait… :-))
Quand à tes arguments, laisse moi rire ! Rien que du copier/coller de propagande sans aucun fondement : Faurisson n’est pas crédible parcequ’il ne serait pas historien malgrès toutes ses enquètes sur place et le temoignage de techniciens compétants qui ont démontrés que les chambres que l’on exibe aux visiteurs n’ont jamais pu servir à ce qu’on prétend.
Vous avez préférer lui casser la gueule et sa réputation plutôt que d’essayer de prouver que ces arguments seraient faux…
Ou sont les arguments des sionards en dehors de la menace et de la ratonnade systématique ?....

Elia Kazan, 11 / 8 / 14 ; 22:07
+houssam roféx On ne trouve nul plan, vraiment ? J’ai une petite surprise pour toi Houssam, fais gaffe à tes yeux : htt p :/ /w w w.lycee-jeanmace.fr/Projets/pologne/ch03/photos/Auschwitz%20TEXTE%20PHOTOS_html_m31d85d1. Gif
Les chambres à gaz sont juste en bas.
Et elle n’avaient pas de plan détaillés tout simplement parce que c’était des cloisons hermétiques enterrée dans le sol (pour éviter les fuites de gaz) ce qui a été prouvé par des preuves matérielles.
D’autre part, c’est la société IG Farben qui a fournit le Zylcon B.
Tu sais pour faire de l’histoire c’est comme la science. Il faut une démarche valide pour que les arguments soient valides.
Faurisson n’est qu’un escroc comme il en existe beaucoup à travers le monde. Il a trouver une façon d’exhaler sa haine du juif comme certains 'historiens' qui exhalent celle du noir en niant l’esclavage. Et non, la grande majorité des historiens ne sont pas juifs.
Je pense qu’avec 900 000 juifs en France vous avez largement épuisé le quota, c’est raté :-)
Ils ne peuvent pas être à la fois dans la finance, dans la politique, dans les médias, dans les tribunaux et dans les salles d’amphis.
Tu es paranoïaque et mythomane, ça fait deux bonnes raisons d’aller chez le psy.
Je t’envoie les frais quand tu veux, je suis toujours charitable.
Bonne nuit Roufex :)

42Dans ce débat, les prises de position, les interpellations nominatives et les accusations de négationnisme portées par Elia Kazan, loin d’infléchir le point de vue de ses interlocuteur·trice·s, nourrissent et exacerbent la contradiction. S’agrègent alors un ensemble d’interventions autour de la défense de la possible « révision » de l’histoire et un ensemble de ressources « prouvant » l’absence d’existence des chambres à gaz. L’enjeu de la discussion est en partie définitionnel, puisqu’il s’agit de débattre de la qualité et de l’autorité des sources, Houssam Roféx attribuant le qualificatif d’historien·ne à des figures proches du négationniste Robert Faurisson, là ou Elia Kazan accuse ce dernier d’être un escroc et ne cesse de renvoyer à d’autres sources, parmi lesquelles se trouvent tout un ensemble de sites plus ou moins légitimes et d’articles tirés de magazines hebdomadaires en ligne du type L’Express. Il est aussi de respectabilité, Elia Kazan se voyant renvoyé à un « mépris » et à un « dédain », qui caractériseraient justement le « système ».

  • 5 Comme l’écrivent Emmanuelle Danblon et Loïc Nicolas, « le seul fait de prendre la parole pour affic (...)

43Le fil se transforme alors en affrontement entre deux camps. Au-delà de l’interpellation frontale et des insultes, la version opposée à Elia Kazan, ici le refus de croire en l’existence des chambres à gaz, s’impose en tant qu’elle serait la seule possible et défendable face au mépris dont elle fait l’objet et la force de ladite propagande. Elle acquiert sa valeur, sa légitimité et sa véracité de sa dimension oppositionnelle5. Elle se réalise en outre dans une dynamique collective complexe. Face aux répliques incessantes d’Elia Kazan, qui défend avec virulence l’existence des chambres à gaz et multiplie les ressources et les preuves, elle repose sur les interventions de cinq habitué·e·s qui, par leurs réponses systématiques, font bloc. Le refus de croire en l’existence des chambres à gaz se dessine alors, dans ce contexte, telle une lecture parmi d’autres qui trouve dans l’affrontement et l’emballement un ressort de déploiement.

44Si beaucoup d’interventions sur la chaîne YouTube de Dieudonné défendent l’idée d’une domination d’Israël et / ou américaine, elles se confrontent à des points de vue, certes minoritaires mais prégnants, qui cherchent à démontrer la part de complotisme ou de négationnisme qui les façonnent et / ou qui défendent une autre idée du complot, en soutenant par exemple l’hypothèse d’une « islamisation » du monde. Ces dynamiques d’emballement ont des effets concrets. Elles tendent à constituer les grilles d’interprétation et de lecture inspirées des sites conspirationnistes, complotistes ou négationnistes en grilles dignes d’attention et de discussion. Elles participent par les investissements qu’elles dessinent, les empressements et les emportements qui les composent et les pratiques d’agrégation qui leur donnent vie, à accorder à ces grilles une place à part entière et deviennent à ce titre un lieu privilégié de leur déploiement. Autrement dit, les dynamiques d’emballement instituent ces grilles de lecture en horizons de pratique et de subjectivation. Elles leur accordent une valeur, celle de se constituer contre les régimes de véridiction désignés comme « officiels » et d’être soutenus par un grand nombre de personnes et d’écrits. Elles se donnent en outre à voir au travers d’affrontements et d’une dichotomisation des positions au sein de laquelle aucune des parties ne lâche prise quand bien même chacune souligne l’impossibilité de débattre. Au-delà du conflit de valeurs se loge ici un ressort essentiel à la réalisation et à l’étalement de cette conflictualité sur plusieurs jours. En réagissant et en refusant de lâcher prise, chaque intervenant·e dessine un sujet « respectable » dont la modalité d’existence et la valeur reposent sur le fait de ne pas se laisser faire et de réagir. L’urgence et l’injonction à réagir, en tant que conditions de respectabilité, deviennent alors l’élément constitutif de ces lectures oppositionnelles et le liant implicite de ces échanges.

Conclusion

45L’approche par les affects que nous avons déployée a selon nous plusieurs intérêts. Elle met l’accent sur les aspects relationnels et agentiels des pratiques et propose de voir dans les formes de structuration sociale l’effet de pratiques produisant à leur tour des effets. Sur un terrain comme le nôtre, une telle démarche conduit à ne pas instituer l’imaginaire du complot américano-sioniste et la négation du génocide des Juif·ve·s pendant la Deuxième Guerre mondiale en éléments préexistants aux commentaires, mais à examiner les conditions d’apparition et de constitution de ceux-ci au sein du dispositif de la plateforme YouTube. Si notre analyse souligne la dimension structurante de cet imaginaire et de ces thèses, cette structuration apparaît comme le fruit d’un processus dynamique, au sein duquel se jouent certes des luttes de signification, mais aussi des phénomènes d’intensification. Elle est autrement dit le produit idéologique des réactions en chaîne et des « intensités affectives » que ces réactions dessinent. Sur notre terrain, les réactions en chaîne ont pour effet de créer leur propre raison d’être. En soutenant l’accumulation de paroles « sceptiques », d’informations, d’arguments et de raisonnements contrevenant aux thèses dites officielles, elles produisent la preuve de ce qu’elles avancent : les thèses « officielles » sont contestables car contestées. Elles instaurent les « contre-vérités » sur lesquelles elles reposent.

46Le deuxième apport d’une approche par les affects est d’éviter une territorialisation a priori du phénomène analysé et des profils sociologiques qui le constituent. Plutôt que de présager les caractéristiques socioculturelles des groupes en présence, il s’agit d’aborder les espaces de la chaîne YouTube et le phénomène collectif qu’ils dessinent en tant qu’ils sont définis et constitués par les commentaires eux-mêmes et façonnés par les dispositifs sociotechniques et leurs fonctionnalités relationnelles. L’analyse des commentaires montre à ce titre que les pratiques que la chaîne agrège sont souvent contradictoires et disparates et ne relèvent pas tant d’une identification consensuelle à Dieudonné ou à la catégorie de « fans » que d’une dynamique à la fois oppositionnelle et réactive, qui consiste à afficher son refus de ce qui est désigné par le terme englobant de système. Notre méthodologie présente également des limites en ce qu’elle ne rend pas compte des trajectoires sociologiques ou de l’activité numérique des personnes intervenant sur la chaîne. Elle conduit toutefois à poser une hypothèse de travail pour la suite de cette recherche : celle d’une communauté non plus interprétative ou fondée en identité, mais d’une « communauté réactive » forgée en réaction à ce qui est institué en ennemi extérieur et reliée par une conception oppositionnelle de la respectabilité.

Haut de page

Bibliographie

AHMED Sara (2004), The Cultural Politics of Emotion, New York, Routledge.

ALLOING Camille et Nicolas VANDERBIEST (2018), « La fabrique des rumeurs numériques. Comment la fausse information circule sur Twitter ? », Le Temps des médias, 1(30), p. 105-123.

AMADORI Sara (2016), « La “quenelle”. Valeurs symboliques et rhétoriques d’une insulte gestuelle », Mots. Les langages du politique, 110, p. 83-98, https://journals.openedition.org/mots/22241, page consultée le 11 mai 2021.

AMOSSY Ruth (2014), Apologie de la polémique, Paris, Presses universitaires de France.

ANGENOT Marc (2010), « La pensée conspiratoire. Une histoire dialectique et rhétorique ? », dans Emmanuelle DANBLON et Loïc NICOLAS, Les rhétoriques de la conspiration, Paris, CNRS Éditions, p. 25-42.

BOYD danah et Kate CRAWFORD (2012), « Critical questions for big data: Provocations for a cultural, technological, and scholarly phenomenon », Information, Communication, & Society, 15/5 : 662-679.

BOYD danah, Scott GOLDER et Gilad LOTAN (2010), « Tweet, Tweet, Retweet: Conversational Aspects of Retweeting on Twitter », HICSS-43. IEEE, Kauai, HI.

CEFAÏ Daniel (1996), « La construction des problèmes publics : définition de situations dans des arènes publiques », Réseaux, 76, p. 43-66, https://www.persee.fr/doc/reso_0751-7971_1996_num_14_75_3684, page consultée le 11 mai 2021.

CERVULLE Maxime et Fred PAILLER (2015), « De la politique des identités à la politique des affects : communautés et controverses en ligne », Actes du colloque Théma’TIC 2014, Strasbourg, Université de Strasbourg.

CHARAUDEAU Patrick (2015), « L’humour de Dieudonné : trouble d’un engagement », dans Patrick CHARAUDEAU (dir.), Humour et engagement politique, Limoges, Lambert-Lucas, p. 135-181.

CRAWFORD Kate, Kate MILTNER et Mary L. GRAY (2014), « Critiquing big data: Politics, ethics, epistemology », International Journal of Communication, 8, p. 1663-1672, https://scholar.google.ca/scholar?hl=fr&as_sdt=0%2C5&q=Critiquing+big+data%3A+Politics%2C+ethics%2C+epistemology&btnG=, page consultée le 11 mai 2021.

DALIBERT Marion (2013), « Authentification et légitimation d’un problème de société par les journalistes : les violences de genre en banlieue dans la médiatisation de Ni putes ni soumises », Études de communication, 40, p. 167-180, https://journals.openedition.org/edc/5214, page consultée le 11 mai 2021.

DALIBERT Marion (2020), « Le métarécit national des médias d’information : entre production de la race et de la classe et légitimation des rapports sociaux », Recherches féministes, 33, p. 35-51.

DANBLON Emmanuelle et Loïc NICOLAS (dir.) (2010), Les rhétoriques de la conspiration, Paris, CNRS Éditions.

DELPORTE Christian (2006), Images et politique en France au xxe siècle, Paris, Nouveau Monde.

FOUCAULT Michel (1994 / 1982), « Le sujet et le pouvoir », dans Dits et écrits (1954-1988), tome IV : 1980-1988, Paris, Gallimard, p. 222-243.

FROISSART Pascal (2002), La rumeur. Histoire et fantasmes, Paris, Belin, coll. Débats.

FROISSART Pascal (2007), « Buzz, bouffées d’audience et rumeur sur Internet », MédiaMorphoses, 81, p. 81-87, https://scholar.google.ca/scholar?hl=fr&as_sdt=0%2C5&q=Buzz%2C+bouff%C3%A9es+d%E2%80%99audience+et+rumeur+sur+Internet+&btnG=, page consultée le 11 mai 2021.

GREGG Melissa et Gregory J. SEIGWORTH (2010), « An inventory of shimmers », dans Melissa GREGG et Gregory J. SEIGWORTH (dir.), The Affect Theory Reader, Durham, Duke University Press, p. 1-25.

GROSSBERG Lawrence (1992), We Gotta Get Out of this Place. Popular Conservatism and Postmodern Culture, Londres et New York, Routledge.

GROSSBERG Lawrence (1996), « Identity and cultural studies: Is that all that there is? », dans Stuart HALL et Paul DU GAY (dir.), Questions of Cultural Identity, Londres, Sage, p. 87-107.

GROSSBERG Lawrence (2010), Cultural Studies in the Future Tense, Durham et Londres, Duke University Press.

GROSSBERG Lawrence (2015), We All Want to Change the World. The Paradox of the US Left: A Polemic, Londres, Lawrence & Wishart.

HALL Stuart (2008 / 1979), « La grande parade à droite », dans Stuart HALL, Le populisme autoritaire, trad. de Hélène SAUVAGE et Étienne BEERLHAM, Paris, Éditions Amsterdam, p. 31-53.

HAMPE Arnon (2015), « L’assimilation comme travestissement : masculinité et antisémitisme dans Der Operierte Jud d’Oskar Panizza », dans Maxime CERVULLE, Patrick FARGES et Anne Isabelle FRANÇOIS (dir.), Marges du masculin. Exotisation, déplacements, recentrements, Paris, L’Harmattan, p. 111-127.

IGOUNET Valérie (2000), Histoire du négationnisme en France, Paris, Seuil.

IGOUNET Valérie et Rudy REICHSTADT (2018), « Négationnisme et complotisme : des exemples typiques de désinformation », Le Temps des médias, 1(30), p. 139-151.

JULLIARD Virginie (2015), « Les apports de la techno-sémiotique à l’analyse des controverses sur Twitter », Hermès, 73, p. 191-200.

JULLIARD Virginie (2018), La « différence des sexes » sur twitter : les conditions d’observabilité d’un engagement affectif et émotionnel, Habilitation à diriger des recherches en sciences de l’information et de la communication, Créteil, Université Paris-Est, UTC.

LACLAU Ernesto et Chantal MOUFFE (2009 / 1985), Hégémonie et stratégie socialiste. Vers une politique démocratique radicale, trad. de Julien ABRIEL, Besançon, Les solitaires intempestifs.

MARWICK Alice E. et danah BOYD (2014), « Networked privacy: How teenagers negotiate context in social media », New Media & Society, 16(7), p. 1051-1067.

MATARD-BONUCCI Marie-Anne (2001), « L’image, figure majeure du discours antisémite ? », Vingtième siècle. Revue d’histoire, 72, p. 27-39, https://www.cairn.info/revue-vingtieme-siecle-revue-d-histoire-2001-4-page-27.htm, page consultée le 11 mai 2021.

MERICIER Arnaud (2015), « Twitter, espace politique, espace polémique. L’exemple des tweet-campagnes municipales en France (janvier-mars 2014) », Les Cahiers du numérique, 4, p. 145-169.

MICHELI Raphaël (2008), « La construction argumentative des émotions : pitié et indignation dans le débat parlementaire de 1908 sur l’abolition de la peine de mort », dans Michael RINN (dir.), Émotions et discours : l’usage des passions dans la langue, Rennes, Presses universitaires de Rennes, ebook.

PAILLER Fred et Florian VÖRÖS (2017), « Des effets aux affects : médiations, pouvoir et navigation sexuelle en ligne », Revue française des sciences de l’information et de la communication, 11, http://journals.openedition.org/rfsic/2873, page consultée le 11 mai 2021.

QUEMENER Nelly (2014), Le pouvoir de l’humour. Politiques des représentations dans les médias en France, Paris, Armand Colin, coll. Médiacultures.

QUEMENER Nelly (2017), « Saisir les publics de Dieudonné », 29th Conference of the International Society for Humor Studies, Montréal, Université du Québec à Montréal.

QUEMENER Nelly (2018), « “Vous voulez réagir ?” L’étude des controverses médiatiques au prisme des intensités affectives », Questions de communication, 33, p. 23-41.

QUEMENER Nelly (2021), « Quand les scènes se répondent. Logiques réactives et genèse des controverses autour de Dieudonné », Les Cahiers d’Artès, 16, p. 127-154.

REBILLARD Franck (2017), « La rumeur du PizzaGate durant la présidentielle de 2016 aux États-Unis. Les appuis documentaires du numérique et de l’Internet à l’agitation politique », Réseaux, 202-203, p. 273-310, https://www.cairn.info/revue-reseaux-2017-2-page-273.htm, page consultée le 11 mai 2021.

RENNES Juliette (1999), « L’argument de la décadence dans les pamphlets d’extrême droite des années 1930 », Mots, 58, p. 152-164, https://www.persee.fr/doc/mots_0243-6450_1999_num_58_1_2530, page consultée le 11 mai 2021.

RIEDER Bernhard, Adriana MATAMOROS-FERNANDEZ et OscarCOROMINA (2018), « From ranking algorithms to “ranking cultures”: Investigating the modulation of visibility in YouTube search results », Convergence: The International Journal of Research into New Media Technologies, 24(1), p. 50-68, https://journals.sagepub.com/doi/full/10.1177/1354856517736982, page consultée le 11 mai 2021.

SKEGGS Beverley (2015 / 1997), Des femmes respectables. Classe et genre en milieu populaire, trad. de Marie-Pierre POULY, Marseille, Éditions Agone, coll. L’ordre des choses.

SKEGGS Beverley (2018), « Une autre conception de la personne : régimes de valeur et pratiques d’autonomisation de la classe populaire », trad. de Nelly QUEMENER, Chloé LE GOUËZ et Maxime CERVULLE, Poli – Politique de l’image, 14, p. 6-25.

SKEGGS Beverley et Helen WOOD (2012), Reacting to Reality Television: Performance, Audience and Value, Londres, Routledge.

TAGUIEFF Pierre-André (2006), L’imaginaire du complot mondial. Aspect d’un mythe moderne, Paris, Mille et une nuits.

TAGUIEFF Pierre-André (2015), Pensée conspirationniste et « théories du complot », Paris, Uppr Éditions.

VAN DER TUIN Iris et Rock DOLPHIJ (2010), « The transversality of new materialism », Women: A Cultural Review, 21(2), p. 153-171.

WINOCK Michel (2014 / 1982), Nationalisme, antisémitisme et fascisme en France, Paris, Seuil.

Haut de page

Notes

1 Comme le souligne Ruth Amossy (2014), la violence verbale est l’un des ressorts de la polémique et de la dichotomisation des arguments et des positions.

2 Cette notion de « respectabilité républicaine » trouve un écho certain dans les travaux de Marion Dalibert (2020) sur le « métarécit national » du discours de presse.

3 On retrouve ici un écho à l’argument de la décadence développé dans les écrits d’extrême droite dans les années 1930 (Rennes, 1999).

4 Dieudonné a fait du terme d’infréquentable une de ses étiquettes dans les années 2000 et emploie de celui de pestiférés dans le film L’antisémite (2011).

5 Comme l’écrivent Emmanuelle Danblon et Loïc Nicolas, « le seul fait de prendre la parole pour afficher son scepticisme et témoigner de son “esprit critique” suffit souvent à légitimer la parole qui s’énonce » (2010, p. 13).

Haut de page

Table des illustrations

Titre Graphique 1. Répartition en pourcentage des commentaires en fonction de la classe de vidéos
URL http://journals.openedition.org/communication/docannexe/image/14604/img-1.png
Fichier image/png, 106k
Titre Graphique 2. Répartition des commentaires inscrits dans des fils de discussion en fonction du nombre de réponses
URL http://journals.openedition.org/communication/docannexe/image/14604/img-2.png
Fichier image/png, 133k
Titre Graphique 3. Classes 4 et 5 – Répartition en pourcentage des internautes sur les fils de discussion
URL http://journals.openedition.org/communication/docannexe/image/14604/img-3.png
Fichier image/png, 212k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Nelly Quemener, « « Respectabilité anti-système » et complot américano-sioniste »Communication [En ligne], Vol. 38/2 | 2021, mis en ligne le 01 novembre 2021, consulté le 06 décembre 2021. URL : http://journals.openedition.org/communication/14604 ; DOI : https://doi.org/10.4000/communication.14604

Haut de page

Auteur

Nelly Quemener

Nelly Quemener est maître de conférences en sciences de l’information et de la communication, membre de l’Institut de la communication et des médias et de l’Institut de recherche médias, cultures, communication et numérique (IRMECCEN), Université Sorbonne Nouvelle. Courriel : nelly.quemener@sorbonne-nouvelle.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Communication sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search