Navigation – Plan du site

AccueilNumérosVol. 38/2RecherchesIsraël au cœur du discours du Hez...

Recherches

Israël au cœur du discours du Hezbollah en Syrie 

Farhat El Khoury

Résumés

Le Hezbollah libanais entretient des relations politiques très étroites avec le régime syrien. Mais une fois que la crise syrienne a éclaté, en 2011, il s’est retrouvé confronté à un dilemme. Lui qui soutenait les revendications apparues dans les mouvements de contestation populaire qui ont secoué le monde arabe à partir de décembre 2010, comment pourrait-il soutenir un mouvement revendiquant le départ d’un de ses alliés stratégiques ? Afin d’y répondre, l’auteur a mené une étude sur la totalité des discours du secrétaire général du Hezbollah, Hassan Nasrallah, en 2013, pour pouvoir bien analyser le contexte politico-religieux dans lequel la question syrienne est évoquée.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Nécessaire ou occasionnelle, mais […] [comme] la clé de voûte dans la confrontation des défis régio (...)

1Le Hezbollah libanais entretient des relations politiques très étroites avec le régime syrien. Il ne s’agit en aucun cas d’une alliance fragile ou provisoire, susceptible de s’effondrer dès les premiers défis. Naïm Qassem, numéro deux du parti, l’affirme en considérant que le Hezbollah ne voit pas la relation avec la Syrie comme étant « اضطراريّة أو طارئة، بل [...] حجر الزاوية في مواجهة الاستحقاقات الإقليميّة »1 (2010, p. 418).

2Au début des mouvements de contestation populaire qui ont secoué le monde arabe à partir de décembre 2010, le Hezbollah soutenait les revendications apparues dans les soulèvements. Elles correspondent, en effet, à sa rhétorique originelle : « Les peuples opprimés renversent les régimes corrompus et oppressifs pour changer le cours de l’histoire et de la politique dans une direction révolutionnaire » (Klasta, 2013, p. 86).

3Mais une fois que la crise syrienne a éclaté, il se retrouva confronté à un dilemme face au risque de disparition du pouvoir en place en Syrie.

Le régime syrien, qui a contribué à l’émergence puis au maintien de sa force régionale, notamment en sécurisant son armement durant des années, et à sa prédominance sur la scène politique [libanaise] interne, en l’aidant à maîtriser ses compétiteurs locaux, est menacé de disparition (Daher, 2014, p. 16).

4Comment pourrait-il donc soutenir un mouvement revendiquant le départ d’un de ses alliés stratégiques ?

  • 2 La confession alaouite est un groupe religieux qui, tout comme les chiites, voue un culte à l’imam (...)

5Durant les premiers mois du soulèvement, les opposants syriens, majoritairement des musulmans sunnites, manifestaient contre le régime présidé par Bachar Al-Assad, de confession alaouite2, pour réclamer des réformes politiques. Toutefois, « le conflit politique en Syrie est devenu rapidement une guerre civile communautaire et désormais, par certains aspects, une guerre de religion » (Balanche, 2013, p. 6).

6C’est ainsi que beaucoup d’extrémistes islamistes viennent prêter main-forte aux opposants. En revanche, le régime au pouvoir fait appel à l’aide militaire de ses alliés, dont le Hezbollah chiite. Les combattants du « parti de Dieu » se rendent par la suite à l’extérieur du territoire libanais et un certain nombre d’entre eux n’hésitent pas à sacrifier leur vie dans le pays voisin.

Le Liban fracturé par la guerre syrienne

  • 3 Le Hezbollah et le gouvernement libanais revendiquent la « libanité » des fermes de Chebaa et des c (...)

7Le Liban est loin d’être un pays politiquement stable. À l’issue d’une guerre civile qui a duré une quinzaine d’années (1975-1990), toutes les milices sont dissoutes, à l’exception du Hezbollah. Ce dernier poursuit la lutte armée au nom de la Résistance contre l’ennemi israélien. Alors que le territoire libanais occupé par Israël fut en grande partie libéré en mai 20003, une nouvelle guerre de 33 jours est déclenchée en juillet 2006 au sud du Liban, entre le Hezbollah, d’une part, et le Tsahal, d’autre part. Une sorte d’« équilibre de la terreur » s’est par la suite établie entre les deux camps, ce qui « a permis, en dépit du réarmement des deux parties, de préserver la stabilité de la zone depuis 2006 » (Samaan, 2015, p. 116).

8La guerre civile libanaise n’était pas exclusivement d’ordre politique, mais également d’ordre religieux entre une grande majorité de chrétiens d’un côté et une grande majorité de musulmans de l’autre. Cela dit, à partir des années 1990, c’est « la fracture sunnite — chiite [qui] a […] remplacé la fracture chrétien — musulman dans le combat politique interne » (Klasta, 2013, p. 96) au Liban. L’assassinat en février 2005 de l’ancien premier ministre de confession sunnite, selon la tradition politique en vigueur dans le pays, Rafic Hariri, suivi du retrait de l’armée syrienne du Liban la même année, a creusé davantage ce clivage confessionnel. Deux camps politiques locaux, d’envergure régionale et internationale, se sont ainsi formés.

  • 4 Date d’une grande manifestation ayant eu lieu à Beyrouth le 14 mars 2005, un mois après l’assassina (...)
  • 5 Bloc politique qui tire son nom de la date d’une grande manifestation menée par les militants du He (...)

9D’une part, le bloc du « 14 mars »4 anti-Assad, dont l’élément central est le « Courant du Futur » présidé par Saad Hariri, l’un des fils de l’ex-premier ministre assassiné, s’allie à l’Arabie saoudite, référence politico-religieuse majeure pour les sunnites, ainsi qu’à des pays occidentaux comme les États-Unis ou la France. D’autre part, celui du « 8 mars »5 pro-Assad, avec le Hezbollah en tête, est un allié, entre autres, du régime syrien et de l’Iran, référence politico-religieuse pour la grande majorité des chiites et qui constitue le rival stratégique, tant sur le plan politique que religieux, de l’Arabie saoudite.

10En 2008, des altercations armées éclatent entre des partisans du Hezbollah et des soutiens du « Courant du Futur » notamment, « donnant une allure de guerre civile entre sunnites et chiites » (Daher, 2014, p. 347). Elles viennent accroître la rivalité politique et confessionnelle au pays du Cèdre. C’est dans ce contexte qu’une fois la crise syrienne survenue, l’engagement du Hezbollah « aux côtés du régime de Bashar Al-Assad, de confession alaouite dans un pays majoritairement sunnite, exacerbe des tensions préexistantes […] » (Samaan, 2015, p. 119).

Questions de recherche

11Dans son célèbre ouvrage L’ordre du discours, Michel Foucault met en avant les liens serrés entre le discours, d’une part, et le pouvoir et le désir, d’autre part. Selon lui, le discours « n’est pas simplement ce qui traduit les luttes ou les systèmes de domination, mais ce pour quoi, ce par quoi on lutte, le pouvoir dont on cherche à s’emparer » (1971, p. 12). Le discours joue, dans cette perspective, un rôle vital dans les dynamiques sociales. À ce titre, il est un, pour ne pas dire LE, outil de pouvoir par excellence.

12Si le discours jouit d’une puissance remarquable liée aux dynamiques de pouvoir, cette puissance est accrue en temps de guerre. En effet, durant tout affrontement armé, la « guerre du sens », pour adopter le vocabulaire de Loup Francart (2000), devient naturelle et impérative, quel que soit le type d’opération militaire. Les affrontements guerriers sur le terrain sont ainsi accompagnés d’une « guerre discursive » visant le public, soit-il sympathisant ou adversaire, afin de le faire adhérer, de le désinformer ou de le tromper.

13Dans le cas de l’implication du Hezbollah en Syrie, il n’est pas surprenant que ses rivaux cherchent à « confessionnaliser » son intervention militaire, en soulignant qu’elle vise à protéger les intérêts des chiites et des alaouites, et non pas ceux du Liban et des Libanais, d’autant plus qu’Israël n’est pas partie prenante dans ce conflit. En effet, officiellement, l’État hébreu est le seul ennemi du Liban et contre qui le Hezbollah monopolise d’ailleurs la résistance. Néanmoins, cette fois-ci, le parti libanais ne fait pas face à cet unique ennemi déclaré, mais se bat dans un pays « frère » et contre des confrères musulmans notamment. Cela ne pourrait que lui compliquer la tâche discursive de légitimation de son action guerrière.

14Des questions se posent naturellement par la suite : quel discours le Hezbollah a-t-il employé pour justifier cette intervention, que ce soit à l’égard du public libanais sympathisant ou adversaire ? Par ailleurs, comment a-t-il mobilisé son public afin de soutenir son action et d’inciter ses combattants à risquer leur vie, pour une cause qui n’est pas la leur et contre des groupes armés non israéliens ? Pour être plus précis, le Hezbollah a-t-il misé sur la rhétorique de la Résistance, utilisée normalement contre Israël, pour arriver à ses fins discursives, alors que la guerre ne se déroule pas cette fois face à l’ennemi hébreu ?

Corpus

15En vue de répondre à ces questions, une étude est menée sur la totalité des discours du secrétaire général du Hezbollah, Hassan Nasrallah, en 2013. Le choix de l’année fait référence au 1er discours dans lequel le parti annonce officiellement son intervention militaire en Syrie (25 mai 2013). Ces discours n’abordent pas tous la question syrienne en détail. Pourtant, le choix est fait d’étudier la totalité des discours énoncés durant l’année en question, pour pouvoir bien analyser le contexte politico-religieux dans lequel la question syrienne est évoquée, au prisme d’un parti « dont l’activité remet en question la frontière entre le politique et le militaire, le politique et le religieux » (Elizabeth Picard, dans Mermier et al., 2007, p. 85).

16Nasrallah s’adresse habituellement à une assistance composée de membres et de soutiens de son parti venant des milieux politiques et médiatiques, voire diplomatiques parfois, rassemblés dans une salle ou sur une place publique. Cependant, ses discours vont au-delà du public présent et s’adressent à un auditoire potentiel d’alliés et d’adversaires autochtones ou étrangers. La couverture médiatique intense dont profitent les prestations de Nasrallah, non seulement à l’échelle locale, mais également régionale et même internationale, lui facilite cette tâche de « ciblage ».

  • 6 L’Achoura chez les chiites est la commémoration de l’assassinat de l’imam Hussein, petit-fils du pr (...)

17Les discours du secrétaire général du Hezbollah interviennent d’habitude lors d’événements réguliers, qu’ils soient politiques pour commémorer par exemple la mort d’un de ses combattants, ou bien en célébration des fêtes religieuses comme l’Achoura6. Les occasions religieuses n’empêchent toutefois pas le leader du Hezbollah d’aborder les questions politiques, dans un parti où le politique et le religieux se mêlent en permanence. D’autres événements « inattendus » peuvent s’imposer à l’agenda discursif de Nasrallah et exiger ainsi qu’il s’adresse au public : la série d’attentats à la voiture piégée qui ont ciblé les fiefs du Hezbollah à partir de 2013 en est un exemple.

18En consultant les archives de Nasrallah sur le site officiel de la chaîne télévisée Al Manar, porte-parole du Hezbollah, ainsi que sur le site officiel de la Résistance islamique au Liban7, on a recensé 23 discours prononcés par le secrétaire général du « parti de Dieu » en 2013 aux dates suivantes : 3 et 25 janvier, 16 et 27 février, 30 avril, 9 et 25 mai, 14 juin, 19, 24 et 31 juillet, 2 et 16 août, 23 septembre, 28 octobre, 4, 6, 8, 10, 12, 13 et 14 novembre et 20 décembre 2013.

19Or, « toute énonciation est habitée par d’autres discours, à travers lesquels elle se construit » (Maingueneau, 2014, p. 81). Ainsi, outre ces 23 discours, l’étude s’est appuyée, au besoin, sur d’autres énoncés, plus anciens, permettant de mieux analyser la visée discursive de Nasrallah en 2013. Ces énoncés sont eux aussi consultables sur les deux sites mentionnés ci-dessus.

20Une lecture attentive desdits énoncés a permis de dégager des constantes. Il s’agit des idées principales sur lesquelles s’appuie « le parti de Dieu » pour justifier son action guerrière en Syrie. Par ailleurs, en examinant les interconnexions (renvois mutuels) qui se sont nouées entre ces idées récurrentes, l’étude a pu induire les thèmes qui dominent la stratégie discursive du parti.

21Dans cette approche inductive d’investigation, c’est sur l’analyse du discours que le présent article s’est surtout basé. Dominique Maingueneau souligne que l’intérêt spécifique qui gouverne ce type d’analyse est « de rapporter la structuration des textes aux lieux sociaux qui les rendent possibles et qu’ils rendent possibles », en précisant que « la notion de “lieu social” ne doit pas être appréhendée de manière immédiate : il peut s’agir par exemple d’un positionnement dans un champ discursif (un parti politique, une doctrine religieuse ou philosophique…) » (ibid., p. 43).

22Une fois les thèmes-clés repérés, l’identification des liens constitutifs du discours du Hezbollah vis-à-vis du sujet syrien, à la lumière du contexte sociopolitique déjà évoqué et des questions de recherche que l’article vient d’avancer, allait de soi. La suite de l’article fera le point dessus.

Une guerre chère « mais » indispensable

  • 8 A eu un impact remarquable auprès de notre public et celui de l’ennemi. Elle a incité le nôtre à no (...)

23Le Hezbollah témoigne d’une réelle conscience de l’importance de la psychologie dans les combats discursifs accompagnant les combats sur le terrain. Un retour à ses premières années sur la scène politique et militaire libanaise l’illustre. Naïm Qassem dévoile dans ce contexte que dès 1986, le parti se mettait à filmer les opérations jihadistes qu’il menait contre l’armée israélienne et à les diffuser à la télévision. D’après ses dires, cette action « أثّرت أثرها في جمهورنا وفي الجمهور المعادي، بحيث حفّزت جمهورنا على الدعم والمساندة والثقة، وأرعبت الخصم الإسرائيليّ فيما اكتشفه من ادّعاءات جيشه لقوّته [...] »8 (2010, p. 438).

24Dans ses discours de 2013, Nasrallah se plaint de la guerre psychologique que subit son parti à travers les médias :

  • 9 Nous payons le prix non seulement à travers le sang et la vie de nos martyrs, mais aussi par la sta (...)

دفع الثمن ليس فقط في أرواح ودماء الشهداء، بل دفع الثمن أيضاً في مكانة هذه المقاومة، قدسيّتها لدى الناس، ثقة الناس فيها، معنويّاتها، معنويّات مجاهديها، معنويّات جمهورها، من خلال هذه الحرب الإعلاميّة الشرسة التي تُنفَق فيها مليارات الدولارات. [...] لا تتصوّروا، أيّها الإخوة والأخوات، أنّ هؤلاء لا يعرفون أنّهم يكذبون، هم يعرفون أنّهم يكذبون، وهم يتعمّدون الكذب، ولكن هذا جزء من الحرب النفسيّة الموكلة إليهم.9 (23e discours)

  • 10 Nous vivons, au Liban et dans la région, une des périodes les plus importantes, une des plus graves (...)

25Bien qu’il dénonce la guerre psychologique, Nasrallah cherche à semer la peur auprès du public libanais. En effet, dès son 1er discours de l’année 2013, il situe le conflit syrien dans un cadre menaçant pour le Liban : « نحن نعيش، في لبنان وفي المنطقة، واحدة من أهمّ وأخطر المراحل وأكثرها حساسيّة، والذي يسيطر على مناخ المنطقة بشكل عامّ هو أجواء الفتن »10.

26C’est dans son 5e discours que Nasrallah laisse entendre enfin qu’une intervention militaire en Syrie n’était pas à exclure, avant qu’il ne l’annonce clairement dans le septième. Ces deux discours visent eux aussi à propager la peur auprès des Libanais et des soutiens du parti notamment, vis-à-vis des événements en Syrie :

  • 11 Le sujet syrien [est le sujet] le plus important, le plus grave et le plus délicat, non seulement p (...)

العنوان السوريّ [هو] الأشدّ أهمّيّة وخطورة وحساسيّة، ليس في سوريا فقط، وإنمّا للبنان، لفلسطين، لكلّ شعوب ودول المنطقة.11 (5discours)

  • 12 Ce qui se passe en Syrie, frères et sœurs, est très important pour le Liban, et très crucial égalem (...)

ما يجري في سوريا، أيّها الإخوة والأخوات، مهمّ جدّاً للبنان، ومصيريّ جدّاً للبنان أيضاً، لحاضرنا ومستقبلنا.12 (7e discours)

  • 13 La population est d’habitude pacifiste […]. Le public ne voit aucune raison de s’impliquer dans des (...)

27Mettre en avant la dangerosité de la situation contribue, semble-t-il, à légitimer les réactions violentes censées protéger le Liban menacé. Noam Chomsky a déjà expliqué cette stratégie : « Usually the population is pacifist […]. The public sees no reason to get involved in foreign adventures, killing, and torture. So you have to whip them up. And to whip them up you have to frighten them »13 (2002, p. 30).

  • 14 En étant certains que la Raison de la Guerre est Juste, nous sommes également certains que son Effe (...)

28Cette rhétorique de la peur tend à justifier par la suite les conséquences et les éventuels sacrifices liés à ces réactions violentes, quelle que soit leur potentielle gravité. Un ouvrage de William Lloyd (1691) en a parlé, il y a maintenant plus de 300 ans : « Being certain that the Cause of War is Just, we are as certain of the Effect of it »14 (p. 58). Nasrallah a ainsi insisté à maintes reprises sur la justesse de son intervention militaire en dépit du prix à payer :

  • 15 Je vous dis que le fait de déjouer ce projet très très dangereux pour nos pays, pour ce qui nous es (...)

أنا اقول لكم إنّ إسقاط هذا المشروع الخطير جدّاً جدّاً على أوطاننا وعلى مقدّساتنا وعلى شعوبنا، هو أضخم بكثير من أيّ تضحيات يمكن أن تُقدَّم.15 (8e discours)

  • 16 Cette bataille nous coûtera-t-elle cher ? Oui, mais elle sera moins coûteuse que d’être égorgés com (...)

ستكون هذه المعركة مكلفة؟ نعم، ولكنّها أقلّ كلفة من أن نُذبَح كالنعاج وأقلّ كلفة من أن ننتظر القتلة والمجرمين ليأتوا إلى بيوتنا وإلى عقر دارنا، بالتأكيد هي أقلّ كلفة.16 (13e discours)

29Dans la première citation (8e discours), Nasrallah s’appuie sur la grande confiance que lui accorde le public du Hezbollah (cf. deux dernières sous-parties précédant la conclusion), pour lui confirmer l’authenticité de ce qu’il avance. En utilisant le pronom personnel « je » dans l’expression « je vous dis », il se porte garant de la véracité de son énoncé, qu’il renforce par la suite avec le double emploi de l’adverbe « très » de celui qui sait de quoi il parle.

30Quant à sa deuxième citation (13e discours), c’est l’usage du « mais » qui retient l’attention. Selon Maingueneau :

Employer mais revient en quelque sorte à dire au destinataire quelque chose comme : « Dans la suite de propositions P MAIS Q (où P et Q représentent deux propositions quelconques), cherche une conclusion R telle que P soit un argument pour R ; cherche aussi une conclusion non-R telle que Q soit un argument en faveur de non-R et qui soit présenté comme plus fort que R » (2016, p. 20-21).

31Appliqué à l’énoncé de Nasrallah, cela donne : « Oui » [la bataille nous coûtera cher] (P) MAIS « elle sera moins coûteuse que d’être égorgés comme des brebis et moins coûteuse que d’attendre que les criminels et les tueurs viennent chez nous, au cœur de nos maisons, elle sera assurément moins coûteuse » (Q). En s’appuyant sur le contexte, le destinataire de ce discours pourrait dégager deux hypothèses. En effet, la proposition P (la bataille nous coûtera cher) vient en faveur de l’hypothèse R : il ne faut pas mener cette bataille. Toutefois, la proposition Q (la bataille reste moins coûteuse que…) se présente en tant qu’argument plus fort, en faveur de l’hypothèse non-R qui s’impose en fin de compte : il faut mener cette bataille, coûte que coûte, puisque la mener reste moins coûteux que le fait de s’en abstenir. Nasrallah insiste dessus en répétant l’expression « moins coûteuse » deux fois dans la même phrase et termine également avec cette expression.

32Une deuxième remarque est à souligner dans cet extrait du 13e discours. Nasrallah recourt à la concession en présentant, d’abord, l’opinion d’autrui d’une manière tacite, stipulant que la bataille serait très coûteuse. Or, « le recours à la concession, où le locuteur intègre le point de vue de l’autre, a une incidence sur l’image de ce locuteur : il se donne l’ethos d’un homme réfléchi, qui sait prendre en compte les arguments opposés » (ibid., p. 151). Toutefois, cela n’est pas cohérent par rapport à la décision guerrière unilatérale, prise sans avoir consulté les autres composantes politiques du Liban.

La culture de guerre

33Peu importe à quel point une population aspire à la paix, véhiculer la peur auprès d’elle reste, paraît-il, un moyen efficace pour l’encourager à la violence, et ce, en la présentant comme un acte d’autodéfense inévitable. Qu’en serait-il avec un public côtoyant déjà les conflits armés ?

34La culture de guerre fait partie du quotidien du public du Hezbollah, une culture qui prend ses racines dans les nombreux conflits avec Israël. L’omniprésence du climat guerrier facilite sa mobilisation, en particulier lorsque l’adversaire est associé à son ennemi. Une fois que cela est fait, l’adversaire est diabolisé, ce qui légitimera toute violence à son égard. Roselyne Koren aborde ce point en analysant le conflit palestino-israélien précisément : « La diabolisation déshumanise l’adversaire et conduit à la justification de sa mise à mort. S’il est un monstre, on peut légitimer la suppression de ses droits les plus élémentaires ; la violence peut ainsi être présentée comme rationnelle et acceptable » (1997, p. 102).

35Établir un lien entre la guerre en Syrie et l’ennemi israélien devient donc inéluctable pour semer la peur auprès du public du Hezbollah. Quitte à risquer d’échouer à légitimer l’implication dans une guerre avec des voisins, presque tous des Syriens musulmans, le « parti de Dieu » n’hésite pas à y recourir, comme le montrent les discours de son secrétaire général en 2013.

36Toutefois, le rôle d’Israël dans la crise syrienne n’est pas présenté dans un cadre identique tout au long de ces discours. L’État hébreu est montré tantôt comme bénéficiaire de ce qui s’y passe, tantôt comme partie intégrante du camp que le Hezbollah combat militairement en Syrie.

37À titre d’exemple, dans son 6e discours, Nasrallah considère qu’Israël profite de la crise syrienne :

  • 17 Ce qui se passe dans la région, frères et sœurs, permet malheureusement à l’ennemi de tirer profit (...)

ما يجري في المنطقة، أيّها الإخوة والأخوات، يساعد العدوّ للأسف الشديد على الاستفادة من الفرص المتاحة، ويجب أن نعترف للعدوّ بأنّه "شاطر" يحسن الاستفادة من الفرص. وللأسف الشديد، نحن أمّة نضيّع الكثير من الفرص وهو يحسن الاستفادة من الفرص لفرض وقائع جديدة في فلسطين، في سوريا، في لبنان، وفي المنطقة17.

  • 18 L’Israélien sait que la Résistance au Liban et en Palestine puise ses forces en Syrie et dans la Ré (...)
  • 19 Empêcher la Syrie de tomber entre les mains de l’Amérique, d’Israël et des takfiristes (traduction (...)

38Un peu plus tard dans le même discours, le chef du Hezbollah présente Israël comme beaucoup plus impliqué dans la guerre syrienne : « الإسرائيليّ يعرف بأنّ مصدر قوّة المقاومة في لبنان والمقاومة في فلسطين، ومن أهمّ مصادر القوّة هي سوريا طبعاً والجمهوريّة الإسلاميّة في إيران، لكنّنا نتحدّث عن سوريا، لذلك هو يريد أن يُخرِج سوريا من المعادلة، ويريد أن يحاصر المقاومة في فلسطين ويحاصر المقاومة في لبنان »18. D’où la primordialité pour lui de « منع سقوط سوريا في يد أميركا وإسرائيل والتكفيريّين »19.

39À partir du 7e discours, l’implication d’Israël dans la guerre syrienne, qu’elle soit directe ou indirecte, devient plus explicite dans les propos de Nasrallah. Ce constat discursif pourrait être expliqué par le fait que c’est dans ce discours précisément qu’il dévoile officiellement son intervention guerrière en Syrie :

  • 20 La Syrie est l’épine dorsale de la Résistance et son armature. […] Si la Syrie tombe entre les main (...)

سوريا هي ظهر المقاومة وهي سند المقاومة. [...] إذا سقطت سوريا في يد الأميركيّ والإسرائيليّ والتكفيريّ، وأدوات أميركا في المنطقة الذين يسمّون أنفسهم دولاً إقليميّة، ستُحاصَر المقاومة وسوف تدخل إسرائيل إلى لبنان.20 (7e discours)

  • 21 Nous prenons part à la confrontation de ce dangereux projet mondial, dont les objectifs ne s’arrête (...)

نقوم بجزء من المسؤولية في مواجهة هذا المشروع الكونيّ الخطير، الذي أهدافه لا تقف عند حدود سوريا وإنّما تستهدف لبنان وشعب لبنان وشعوب المنطقة وحكومات المنطقة، والذي يريد أن يسقط سوريا والمنطقة كلّها. ليس سوريا فقط. أنا في السابق قلت سوريا، الآن أقول: والمنطقة ولبنان والعراق والأردن وكلّ المنطقة بيد المشروع الأميركيّ الإسرائيليّ التكفيريّ.21 (8e discours)

  • 22 La banlieue sud de Beyrouth est peuplée d’une majorité de chiites partisans du Hezbollah.

40Cette logique communicationnelle évolue graduellement. À la suite de la première voiture piégée ciblant la banlieue sud de Beyrouth22 ayant fait des morts, Nasrallah énonce ce qui suit :

  • 23 Ce massacre survient dans le contexte de cette grande bataille ouverte depuis des décennies. Avant (...)

هذه المجزرة تأتي في سياق هذه المعركة الكبيرة المفتوحة منذ عشرات السنين. قبل حزب الله ومع حزب الله، طالما هذا الصراع موجود، هذه من أدوات وتفاصيل هذه المعركة، ما دام هناك فريق يقاوم ويرفض الاستسلام للإرادة الدوليّة وللإرادة الصهيونيّة [...].23 (13e discours)

41Ce parcours discursif graduel atteint son apogée dans le dernier discours prononcé en 2013 :

  • 24 La question syrienne est pour nous une bataille pour notre existence, et non pas une bataille pour (...)

موضوع سوريا في نظرنا هو معركة وجود، وليس معركة امتيازات مثلما يقولون. ليس شرط كمال، هو شرط وجود. وهو ليس معركة وجود لنا ووجود لحزب الله، بل هو معركة وجود للبنان ولسوريا ولفلسطين وللقضيّة الفلسطينيّة ولكلّ مشروع المقاومة في المنطقة.24 (23e discours)

42En « israélisant », même partiellement, son nouvel ennemi, le Hezbollah réussit à présenter « son entrée dans l’arène syrienne comme une mesure non pas offensive mais défensive » (Daher, 2014, p. 397). Il laisse ainsi entendre qu’il ne désire pas cette guerre, mais qu’elle lui est imposée par son ennemi, qui en sera, par suite logique, le seul responsable. Selon la doxa qu’il cherche à propager, le « parti de Dieu » est contraint de s’y impliquer pour protéger le Liban, et non pas ses propres intérêts, et ce, en sauvegardant la Résistance qui continuera par la suite à défendre le Liban contre son ennemi hébreu.

  • 25 S’inspirant du livre d’Arthur Ponsonby, intitulé Falsehood in Wartime (1928), Morelli développe les (...)

43À travers cette stratégie discursive, le « parti de Dieu » recourt à trois des dix principes de propagande de guerre développés par Anne Morelli (2001) : « nous ne voulons pas la guerre », « le camp adverse en est le seul responsable » et « c’est une cause noble que nous défendons et non des intérêts particuliers »25. Dans ce même contexte de propagande de guerre, Nasrallah se sert également d’un quatrième principe développé par Morelli (ibid) : « l’ennemi provoque sciemment des atrocités, et si nous commettons des bavures c’est involontairement ». Des propos de son 13e discours l’attestent :

  • 26 Nous, quand nous combattons, c’est avec nos règles de conduite et nos valeurs. Nous, nous n’avons p (...)

نحن حيث نقاتل [نقاتل] بقيمنا وبضوابطنا، نحن لم نُجهز على جريح وأنتم تُجهزون على الجرحى، نحن لم نقتل أسيراً وأنتم توقفون الأسرى على الحيطان وأمام الكاميرات وتعدمونهم في وضح النهار. نحن لم نقتل المدنيّين، نحن في بعض معاركنا من أجل تجنّب المدنيّين، سقط لنا المزيد من الشهداء26.

44En jouant la carte de l’ennemi israélien, Nasrallah tente également d’imposer son cadre discursif dans un contexte dichotomique, en soulignant que l’affrontement en cours se fait entre deux camps, dont un cruel, voire inhumain. Ce faisant, le secrétaire général du Hezbollah recourt, en partie, à deux autres principes classiques de propagande de guerre (ibid.). En effet, si ce n’est pas le chef du camp adverse qui est présenté comme ayant le visage du diable, c’est son camp tout entier qui l’est. D’ailleurs, si Nasrallah ne note pas que l’ennemi utilise des armes non autorisées, il montre en revanche qu’il tue avec une extrême sauvagerie inimaginable de nos jours, même en situation de guerre :

  • 27 Il existe deux parties dans ce conflit. La première est l’axe américain, occidental, arabe et régio (...)

هناك طرفان في الصراع. الطرف الأوّل هو المحور الأميركيّ الغربيّ العربيّ الإقليميّ والذي يتوسّل في الميدان التيّارات التكفيريّة [...] وفي الطرف الآخر، دولة أو نظام له موقف واضح من القضيّة الفلسطينيّة، وحركات المقاومة والمشروع الصهيونيّ، وفي نفس الوقت يعلن استعداده الدائم للحوار والحلّ السياسيّ والإصلاحات. من أراد أن يكون هنا أو هناك، فكنْ حيث شئت. أمّا حزب الله لا يمكن أن يكون في جبهة فيها أميركا أو فيها إسرائيل أو فيها نابشو قبور وشاقّو صدور وقاطعو رؤوس.27 (7e discours)

  • 28 La guerre des « deux partis » : le « parti d’Allah » [Hezbollah] et le « parti de Satan » […] (trad (...)

45Pour ce qui est de contexte dichotomique, force est de souligner que le principe de dualité n’est pas une nouveauté dans le discours du Hezbollah. Selon Waddah Charara, le parti libanais armé impose l’existence d’un monde artificiel imaginaire qu’il a lui-même créé et dont les événements et les faits tournent autour de « حرب "الحزبين": "حزب الله" و"حزب الشيطان" […] »28 (2006, p. 436). Ainsi l’aspect dichotomique de cette guerre conduit-il implicitement à considérer toute partie n’adhérant pas aux idées du « parti de Dieu » comme soutenant le « parti de Satan », incarné en l’occurrence par Israël et les États-Unis bien entendu, auxquels s’ajoute leurs nouveaux suppôts sur le terrain syrien : les tafkiristes.

46Dans cette perspective, ledit énoncé de Nasrallah (7e discours) a comme interdiscours tout discours réticent à l’égard de son implication dans la guerre syrienne, qu’il lui soit adversaire ou qu’il fasse partie de son propre public. En effet, il vient fermer le débat sur une conclusion intimidant tout potentiel porteur d’un tel discours, en insinuant que ne pas soutenir l’intervention du Hezbollah en Syrie équivaut à faire partie du camp adverse, celui d’Israël entre autres. Dans ce contexte, le « parti de Dieu », par la voix de son secrétaire général, applique, en accusant tacitement de traîtrise quiconque n’appuyant pas sa position guerrière, encore une fois, l’un des dix principes de propagande de guerre déjà abordés : « ceux (et celles) qui mettent en doute notre propagande sont des traîtres » (Morelli, 2001).

Vision politique et croyances religieuses

47Selon Maingueneau, les discours constituants se situent à « une frontière, celle qui leur permet de parler au nom d’un Absolu qui, lui, ne peut parler qu’à travers eux » (2014, p. 151). C’est ainsi qu’on peut considérer le discours religieux comme un discours constituant du Hezbollah. Ce dernier se base dessus « pour asseoir son autorité » (ibid., p. 159). Ce faisant, le « parti de Dieu » use d’un nouvel élément de propagande de guerre développé par Morelli (2001) : « notre cause a un caractère sacré ».

  • 29 […] C’est le parti d’Allah qui sera le vainqueur (traduction de l’auteur).
  • 30 […] Ceux-là sont le parti d’Allah, et le parti d’Allah est celui des gagnants (traduction de l’aute (...)
  • 31 La Résistance islamique au Liban (traduction de l’auteur).
  • 32 La Révolution islamique au Liban (traduction de l’auteur).

48Ce constat est cohérent par rapport à l’identité et à l’histoire du Hezbollah. En effet, son nom (« حزب الله ») signifie littéralement « le parti d’Allah » (de Dieu), en référence à deux versets coraniques : « [...] فإنّ حزب الله هم الغالبون » 29(Sourate Al Ma’idah, verset 56) et « [...] أولئك حزب الله، ألا إنّ حزب الله هم المفلحون »30 (Sourate Al Moujadalah, verset 22). Le premier verset (« C’est le parti d’Allah qui sera le vainqueur ») est le slogan affiché sur son drapeau officiel. On y trouve également une description du parti : « المقاومة الإسلاميّة في لبنان »31, alors que l’ancienne version du drapeau était frappée par « الثورة الإسلاميّة في لبنان »32, évoquant la Révolution islamique d’Iran de 1979.

  • 33 Les opprimés au Liban et dans le monde (traduction de l’auteur).
  • 34 Nous, les fils de la oumma du Hezbollah, l’avant-garde qu’Allah a rendue victorieuse en Iran, et qu (...)

49Le Hezbollah va encore plus loin dans les liens serrés qu’il établit entre sa vision politique et ses croyances religieuses. Un retour à la lettre ouverte qu’il a adressée à « المستضعفين في لبنان والعالم »33 en atteste. C’est à travers ce document qu’il s’est présenté au public pour la première fois en février 1985. Il ne s’y contente pas d’appeler à adopter le régime islamique tout en assurant qu’il ne cherchera pas à l’imposer aux Libanais, mais il y annonce surtout son allégeance à Wilayat al faqih (en arabe : ولاية الفقيه) : « إنّنا أبناء أمّة حزب الله، التي نصر الله طليعتها في إيران، وأسّست من جديد نواة دولة الإسلام المركزيّة في العالم، نلتزم بأوامر قيادة واحدة حكيمة عادلة، تتمثل بالوليّ الفقيه الجامع للشرائط »34.

  • 35 Ou tout simplement le Waliyy, qui veut dire en arabe : le tuteur, le guide spirituel ou l’ami d’All (...)

50Afin d’expliquer ce principe théologique, il faut d’abord souligner que, pour les musulmans chiites, leur douzième imam, Mohammed Al-Mahdi, demeure « en “occulation” et sans contact avec eux, depuis l’an 941 » (Mervin, 2008, para. 2). Selon le dogme, l’imam caché reviendra à la fin des temps pour restaurer la paix et la justice dans le monde, sous la gouvernance de l’islam. Pour ce qui est du principe de Wilayat al faqih, il se résume au fait qu’en l’absence de cet imam, c’est le Waliyy al faqih (théologien-juriste, en arabe : وليّ الفقيه)35 qui « a le pouvoir légitime de statuer en son nom, tant sur les questions religieuses et spirituelles que sur les affaires politiques » (ibid.). Or, le Waliyy al faqih aujourd’hui n’est autre que le guide suprême de la Révolution islamique en Iran, à savoir Rouhollah Khomeini de 1979 à 1989, à qui a succédé depuis Ali Khamenei.

51Malgré ces liens serrés, plusieurs chercheurs affirment que le Hezbollah jouit d’une grande indépendance en pratique. Joseph Alagha est l’un d’eux. Selon lui, le parti dispose d’une large marge d’autonomie, et c’est lui qui prend l’initiative de revenir vers le Waliyy al faqih lorsqu’il se sent le besoin d’un avis théologique sur une certaine question ou avant de prendre une décision :

  • 36 […] il dispose d’une large marge de prérogatives et de responsabilités déléguées qui facilitent l’e (...)

[…] it has a wide margin of prerogatives and delegated responsibilities that facilitate the performance of its duties in line with an individual and specific margin and in harmony with the Shura Council’s estimation of the executive performance, which is deemed beneficial for its purpose and its general line of work. […] Even though the faqih need not monitor, on a daily basis, or keep his eye on Hizbullah, the party’s leadership takes the initiative to question, or ask the permission of the faqih if it needs to know the shar‘i judgment concerning a particular issue (2006, p. 174)36.

52Mais même en tempérant les liens entre le parti et sa référence théologique en Iran, il n’est pas possible de nier que c’est au Waliyy al faqih que revient le dernier mot dans les sujets stratégiques et fondamentaux : « Si son autorité est réduite, elle ne s’applique pas moins à des questions cruciales. Le walî préside à la classification des ennemis et des amis et il se prononce sur le jihâd » (Mervin, 2008, para. 8).

  • 37 Le Liban est notre patrie et celle de nos pères et de nos grands-pères, tout comme la patrie de nos (...)
  • 38 Je déclare aujourd’hui, et cela n’est pas nouveau, que je suis fier d’être un membre du parti de Wi (...)

53Si l’on met de côté sa lettre ouverte de 1985, le deuxième document politique du Hezbollah, paru en 2009, essaie d’affirmer davantage sa « libanité » : « إنّ لبنان هو وطننا ووطن الآباء والأجداد، كما هو وطن الأبناء والأحفاد وكلّ الأجيال الآتية [...] »37 (Qassem, 2010, p. 480). Ce document n’annonce pas explicitement l’allégeance au principe de Wilayat al faqih, comme c’était le cas en 1985. Mais l’absence de mention directe ne remet pas en question cette allégeance, ce que Nasrallah a d’ailleurs lui-même confirmé dans un discours de 2008 : « أنا اليوم أعلن وليس جديداً، أنا أفتخر أن أكون فرداً في حزب ولاية الفقيه، الفقيه العادل، الفقيه العالم، الفقيه الحكيم، الفقيه الشجاع، الفقيه الصادق، الفقيه المخلص »38 (26 mai 2008). Cette déclaration ne révèle aucun secret, étant donné que Nasrallah est, avec Mohammad Yazbeck, membre du conseil de la Choura (conseil consultatif) du Hezbollah, l’un des deux représentants légaux du Waliyy al faqih au Liban (Alagha, 2006, p. 174).

  • 39 Cette Wilaya [Wilayat al faqih] est nécessaire pour préserver et appliquer l’islam. Il n’est pas po (...)

54Naïm Qassem, le numéro deux du parti, qui a publié dans l’annexe de son ouvrage déjà cité l’intégralité de ce deuxième document, ne laisse aucun doute sur ce point : « هذه الولاية ضروريّة لحفظ وتطبيق الإسلام، فلا يمكن التعاطي مع المشروع الإسلاميّ الكبير بمبادرات فرديّة أو أعمال منفصلة عن بعضها البعض. بل لا بدّ من خطّ عامّ يربط الأمّة عمليّاً مع بعضها البعض، وهذا الذي يتمّ من خلال قيادة الوليّ الفقيه ورعايته »39 (2010, p. 82).

  • 40 Cette victoire est l’œuvre d’Allah (traduction de l’auteur).
  • 41 Festival de la Victoire (traduction de l’auteur).
  • 42 Une grande victoire divine, historique, stratégique (traduction de l’auteur).

55L’identité religieuse du Hezbollah explique pourquoi il se sert régulièrement de la religion dans ses discours, notamment lors des moments politiques délicats. Un retour sur deux années cruciales de son histoire en donne une idée. En effet, dans son discours célébrant le retrait de l’armée israélienne du sud du Liban, Nasrallah annonce que «  هذا النصر من الله »40 (26 mai 2000). Il en est de même pour le discours du « مهرجان الانتصار »41 à l’issue de la guerre de 2006, dans lequel il parle de « نصر إلهيّ تاريخيّ استراتيجيّ كبير »42 (22 septembre 2006). Pour le public du Hezbollah, cette guerre renforce leur croyance en une « main divine » derrière les victoires de leur parti. Aurélie Daher le souligne en considérant que la guerre de 2006 fut témoin d’un phénomène inédit par rapport à celle de 2000. Selon elle, il s’agit de « la démultiplication des témoignages rapportant des faits extraordinaires. Non seulement Dieu aurait protégé la Résistance durant les batailles, mais les imâm-s eux-mêmes seraient descendus du Ciel pour appuyer les combattants » (2014, p. 434).

  • 43 Notre vision du conflit est une vision politique, et non pas confessionnelle, ce qui nous conduit à (...)
  • 44 N’ayez pas peur pour la Résistance, parce qu’elle tire sa volonté et sa force d’une autre source [d(...)

56Pour revenir aux discours de 2013, bien qu’il affirme dans son 2e discours que leur « النزاع، نظرتنا له نظرة سياسيّة، وليس نظرة مذهبيّة، هذا يلزمه أن نتجنّب الخطاب المذهبيّ والطائفيّ، وأن نتجنّب أيضاً التعبئة المذهبيّة والطائفيّة »43, Nasrallah puise de nombreuses idées dans un registre religieux. En effet, dès son 1er discours, le chef du Hezbollah fait allusion au caractère divin sur lequel s’appuie la Résistance : « لا تخافوا على هذه المقاومة، لأنّ إرادتها ومنشأ قوّتها من مكان آخر »44. Par ailleurs, il confirme dans son 19e discours qu’en prenant une décision guerrière, le Hezbollah se base sur les directives de ses références religieuses :

  • 45 Lorsque nous prenons une décision, empruntons un chemin, nous engageons sur un terrain ou prenons p (...)

عندما نأخذ القرار أو نمشي في أيّ درب أو ندخل إلى أيّ ساحة أو إلى أيّ ميدان أو إلى أيّ قتال، نحن لا نلجأ إلى عقولنا ولا إلى علومنا ولا إلى مستوانا العلميّ ولا إلى ولا إلى... نحن نلجأ إلى فقهائنا وكبارنا ومراجعنا الذين هم على أعلى مستوى من الفقاهة والعلم والاجتهاد والتقوى والورع والأمانة والوعي أيضاً، ومعرفة الزمان والمكان. وهذا كان التزامنا من اليوم الأوّل45.

57Toutefois, les références religieuses dont parle Nasrallah ne sont pas communes à tous les musulmans. Elles sont celles des chiites spécifiquement, ce qui contribue à emprisonner le parti dans un discours musulman confessionnel. Pourtant, le chef du Hezbollah tente continuellement d’écarter l’hypothèse d’un conflit sectaire entre sunnites et chiites. Nombreux sont les énoncés qui en attestent. Voici un exemple :

  • 46 Nous sommes sans doute en désaccord concernant la situation syrienne, mais ce n’est pas un conflit (...)

نحن طبعاً مختلفون على الموقف من سوريا، لكن هذا ليس نزاعاً سنّيّاً شيعيّاً، هناك جزء كبير من السنّة في سوريا موقفهم مثل موقفنا. أيضاً، هناك جزء كبير من السنّة في لبنان موقفهم مثل موقفنا، يوجد جزء كبير من السنّة في العالم العربيّ والعالم الإسلاميّ موقفهم مثل موقفنا. وهذا خلاف سياسيّ، لماذا تريدون تحويله إلى [خلاف] سنيّ شيعيّ؟ [هذا] ليس صحيحاً.46 (4e discours)

58Quant au discours suivant le premier attentat qui a fait des morts dans la banlieue sud de Beyrouth, Nasrallah déclare que les auteurs des attaques survenues dans les régions acquises au Hezbollah sont sunnites. Dans le même temps, il refuse catégoriquement de considérer que les sunnites, en tant que communauté, en sont responsables et il accuse même de traîtrise toute personne promouvant cette idée :

  • 47 Toute personne qui parle avec cette logique est israélienne, complice du criminel pour atteindre le (...)

كلّ من يتكّلم بهذا المنطق هو إسرائيليّ، وهو شريك للقاتل في تحقيق أهداف القتل والمجزرة. وأنا على مسؤوليّتي أقول لكم هؤلاء ليسوا سنّة، هؤلاء لا دين لهم ولا مذهب لهم ولا وطن لهم ولا قوم لهم، هؤلاء ليسوا سوريّين ولا فلسطينيّين ولا عرباً ولا مسلمين ولا سنّة، هؤلاء قتلة قتلة، من فكر القتلة، وهؤلاء قتلوا من السنّة ـ كما قلت في الكثير من الخطب ـ أكثر ممّا قتلوا من الشيعة، قتلوا من السنّة أكثر ممّا قتلوا من المسيحيّين47. (13e discours)

59À travers son chef politique, le Hezbollah cherche donc à se montrer anti-confessionnel, en faisant tout pour éviter une éventuelle discorde entre sunnites et chiites. Toutefois, il apparaît que le parti porte un double discours sur ce plan. D’une part, il nie toute dimension confessionnelle dans son intervention en Syrie et insiste sur le fait que ses adversaires ne sont pas des sunnites, mais qu’ils défigurent le vrai visage du sunnisme. Et d’autre part, il recourt à un discours à tonalité chiite, pour justifier sa guerre et mobiliser ses soutiens, comme le montre la suite de l’article.

  • 48 Un signe de faiblesse (traduction de l’auteur).
  • 49 La force de notre position […] nous la tirons de Kerbala (traduction de l’auteur).

60En effet, bien que le secrétaire général du Hezbollah considère que l’usage du discours confessionnel est « دليل ضعف »48 (8e discours), il en use régulièrement en évoquant Hussein et sa sœur Zaynab qui a été à ses côtés lors de la bataille de Kerbala. Il s’agit d’abord de la menace de destruction de la mosquée abritant le tombeau de cette dernière (5discours). Il en parle avant même de déclarer officiellement son intervention guerrière en Syrie. Quant à la bataille de Kerbala, il la mentionne explicitement 10 fois dans ses 23 discours, en confirmant que « القوّة في موقفنا [...] نستمدّها من كربلاء » 49(1er discours). De tels propos pourraient donner l’impression que cette bataille, qui opposa en 680 les partisans de Hussein, fils de l’imam Ali, figure tutélaire du chiisme, à Yazid, fils et successeur du premier calife omeyyade Mu’awiya, est en train de se reproduire sur le territoire syrien, avec pour protagonistes les chiites pro-Assad, d’une part, et leurs opposants communautaro-politiques, d’autre part.

  • 50 À tes ordres Hussein (traduction de l’auteur).
  • 51 La victoire du sang sur l’épée (traduction de l’auteur).

61D’ailleurs, le chef du Hezbollah recourt plusieurs fois à l’expression «  لبّيك يا حسين »50, dans son 1er discours par exemple, lorsqu’il évoque le martyre de Hussein, mais aussi pour accompagner des propos guerriers (13e discours), comme s’il signifiait par cette formule que son parcours militaire, y compris sur le champ de bataille syrien, se faisait au nom de Hussein et selon ses ordres. Nasrallah clôt ce même discours en mentionnant « انتصار الدمّ على السيف »51, en référence, de nouveau, à Hussein durant la bataille de Kerbala. Pour expliquer cette évocation, il faut clarifier que « conscient du sort qui lui serait réservé, Husayn aurait décidé de faire face, de ne pas abdiquer sa foi, seule façon de maintenir vivante la religion telle que l’avait prêchée son grand-père » (Kinda Chaib, dans Mermier et al., 2007, p. 129), et c’est ainsi que le sang qu’il a versé à Kerbala l’emporte, aux yeux des chiites, sur l’épée de celui qui l’a tué.

62Compte tenu de son histoire et de son identité, il n’est pas surprenant que le « parti de Dieu » s’appuie sur un discours religieux, plus particulièrement chiite, comme le montre le présent article. Waddah Charara explique, dans ce contexte, que les orateurs politico-religieux, en faveur de la Wilayat al faqih au Liban, font rarement référence à des symboles de gouvernance islamique ou aux écrits de leurs grands chefs religieux traditionnels. Selon lui, la référence qui domine toutes les autres est celle du martyre de Hussein, avec toutes les images et tout le champ lexical qui l’accompagnent (2006, p. 253).

63Ce qui précède rappelle la notion de « sur-destinataire » de Mikhaïl Bakhtine, qui désigne chez lui « la voix de qui serait le représentant le plus typique, le plus idéal » (1984, p. 295) du groupe auquel appartient le locuteur. Ainsi Hussein devient-il le sur-destinataire primordial dans le discours du Hezbollah vis-à-vis de son public. Il l’était historiquement dans sa rhétorique d’hostilité envers Israël, et l’est encore, non seulement dans le cadre de la Résistance, mais également dans le contexte récent de la guerre syrienne.

L’éloge de la mort

  • 52 Tout ce que l’ennemi peut faire, c’est de nous effrayer par la mort. Si nous neutralisons ce facteu (...)

64Défier la mort et la peur qu’elle peut engendrer auprès de ses combattants et de ses soutiens est une stratégie vitale pour le Hezbollah. Naïm Qassem le confirme sans équivoque : « كلّ ما يستطيعه العدوّ هو تخويفنا بالموت، فإذا أبطلنا هذا التخويف وعطّلنا قوّة الموت التي يهدّد بها، فإنّنا نسير باتّجاه تعزيز المعنويّات وتحقيق خطوات نحو الانتصار [...] »52 (2010, p. 76).

65Tout comme dans son discours traitant la question de l’ennemi israélien, le « parti de Dieu » use de cette même stratégie discursive au sujet de son implication dans la guerre syrienne. En effet, il se limite d’abord à la justifier et à justifier ainsi indirectement la mort de ses combattants. Mais il n’hésite pas plus tard à aborder directement le sujet de leur mort, pour la légitimer explicitement cette fois, en misant de nouveau sur la rhétorique religieuse.

  • 53 Celui qui est tué dans ce sentier est un martyr, selon l’unanimité des foukaha’ musulmans […] (trad (...)
  • 54 Tout le monde sait que nous ne pouvons faire un pas, si nous n’étions pas sûrs et certains qu’Allah (...)

66Avant d’annoncer officiellement son implication dans la guerre syrienne, abordant la question des Libanais chiites se défendant en Syrie, Nasrallah confirme que « من قُتل في هذا السبيل فهو شهيد، بإجماع فقهاء المسلمين [...] »53 (4e discours). D’ailleurs, afin de souligner la grandeur de tomber martyr, le chef du Hezbollah va, dans son 19e discours, jusqu’à confirmer qu’Allah est satisfait de leur martyre : « الكلّ يعرف أنّنا لا يمكن أن نمشي في درب خطوة واحدة، إلّا إذا كنّا على يقين وعلى اطمئنان شديد بأنّ هذه الخطوة هي مرضيّة لله عزّ وجلّ، لأنّنا نريد آخرتنا ولأنّنا لا نريد اسم الشهيد في الدنيا. واحدنا يقاتل ليحصل على اسم الشهيد في الآخرة، وطريقنا هذا هو الذي يوصلنا إلى هذه الغاية » .54

67En parallèle, le secrétaire général du « parti de Dieu » ne se limite pas à légitimer la mort pour sa cause, mais il en fait également l’éloge. Selon lui, il y a une catégorie de bons croyants qui arrivent à un point où ils adorent la mort, la recherchent et se dirigent par la suite de bon gré vers elle ou l’attendent et la reçoivent volontiers si c’est elle qui vient vers eux (18e discours).

68La sanctification du martyre est commune à tous les musulmans. Néanmoins, tel un dogme constitutif de sa foi, la communauté chiite « se veut et se vit comme une communauté martyre », pour reprendre les mots de Kinda Chaib (dans Mermier et al., 2007, p. 129), en référence au martyre de Hussein.

  • 55 Nous avons appris de l’imam Hussein […] à aimer le martyre en aimant Allah et à adorer le jihad dan (...)
  • 56 De ne pas avoir eu la chance de compter un martyr parmi leurs membres (traduction de l’auteur).

69Pour ce qui est du Hezbollah précisément, Naïm Qassem l’exprime directement : « لقد تعلّمنا من الإمام الحسين [...] حبّ الشهادة في حبّ الله، وعشق الجهاد في سبيل الإسلام »55 (2010, p. 72). Le numéro deux du parti va encore plus loin, en considérant que le public du Hezbollah se sent honoré par ses martyrs, au point que des familles sont déçues « من عدم توفيق بعضهم لوجود شهيد من أسرتهم »56 (ibid., p. 73).

70Dans le cadre de la légitimation de la violence dans l’histoire des religions, Max Weber souligne : 

  • 57 Celui qui veut instaurer la justice absolue sur la terre par la force a besoin de partisans, d’une (...)

He who wants to establish absolute justice on earth by force requires a following, a human ‘machine’. He must hold out the necessary internal and external premiums, heavenly or worldly reward, to this ‘machine’ or else the machine will not function (1946, p. 125)57.

  • 58 Victoire, fierté, respect et bonne position (traduction de l’auteur).

71La théorie de Weber reste valable de nos jours. Ainsi Nasrallah affirme-t-il qu’à travers les sacrifices que le Hezbollah et ses combattants ont présentés, le public du parti a réussi à avoir tout ce qu’il espérait comme « نصر وعزّة واحترام ومكانة »58 (19e discours).

72Or, ces propos ne sont pas du tout anodins pour le public du Hezbollah. La majorité des chiites se sont longtemps senti opprimés au Liban. C’est surtout avec Moussa As-Sader, un dirigeant religieux porté disparu depuis 1978, qu’ils ont réussi à s’imposer sur la scène politique libanaise à partir des années 1970. À l’époque, As-Sader cofonde, avec Hussein El Husseini, un mouvement au nom évocateur de la situation qu’elle se sentait éprouver : « حركة المحرومين », qui veut littéralement dire « le Mouvement des déshérités ». Quant au Hezbollah, dès sa première lettre ouverte, qui s’adresse d’ailleurs aux opprimés au Liban et dans le monde (voir supra), le parti développe son argumentation dans une dualité d’oppresseur et d’opprimé.

73Toutefois, les victoires que la Résistance a remportées, à l’issue notamment des guerres de 2000 et de 2006 face à Israël, ont marqué un tournant dans la vie politique libanaise et pour la communauté chiite en particulier. Le Hezbollah lui a ainsi offert « les moyens d’une visibilité sociale et politique, dont elle fut privée par l’État central depuis sa création » (Lamloum, 2009, p. 170). À travers le triomphe de leur Résistance et son armement continu, les chiites ont par conséquent réussi à s’imposer comme l’élément le plus influent sur la scène politique libanaise. Leur poids est devenu si considérable que dans le jargon politique libanais on parle depuis quelques années d’un « chiisme politique », comme on parlait naguère de « maronitisme politique » et de « sunnisme politique », évoquant la mainmise des chrétiens maronites, puis des sunnites sur la vie politique au Liban.

74En créant, même implicitement, un lien de causalité entre ses exploits armés et la situation favorable des chiites aujourd’hui, le « parti de Dieu » suscite l’adhésion de la communauté chiite en général et de son public en particulier. Une éventuelle défaite de ce parti les ramènerait, en effet, à la situation défavorable qu’ils subissaient auparavant.

  • 59 Et ceux qui seront tués dans le chemin d’Allah, leurs actions ne seront pas vaines. Allah les guide (...)

75Par ailleurs, outre ces récompenses terrestres, représentées surtout par leur élévation sociopolitique, les soutiens du Hezbollah attachent plus d’importance aux récompenses célestes, notamment pour les combattants et leurs familles. C’est ce que Nasrallah tient à rappeler par un verset coranique stipulant que ceux qui sont tués dans le sentier d’Allah entreront au paradis (3e discours) : « والذين قُتلوا في سبيل الله فلن يضلّ أعمالهم، سيهديهم ويصلح بالهم، ويدخلهم الجنّة عرّفها لهم »59 (Sourate Mohammed, versets 4-6).

  • 60 Pour nous, mourir tués est une coutume et le martyre représente la dignité dont Allah nous revêt (t (...)

76En plus des préceptes coraniques, le Hezbollah se réfère à des enseignements proprement chiites tels que ceux de l’imam Hussein, qui considère la mort comme un petit pont vers la béatitude éternelle et les immenses paradis (18e discours). D’autre part, cette déclaration de son fils Zayn Al Abidin (22e discours) a une valeur quasi injonctive sous l’aspect d’une coutume : « إنّ القتل لنا عادة وكرامتنا من الله الشهادة »60.

La promesse de la victoire

77Pour mobiliser ses partisans, le discours guerrier du Hezbollah doit remplir deux conditions : d’une part, effrayer et, d’autre part, tenter de leur remonter le moral afin d’éviter les reculades. Si Nasrallah souligne la dangerosité de la situation, il confirme toutefois la force incontestable de la Résistance, actuellement à son plus haut niveau :

  • 61 Sept ans après la victoire dans la guerre de juillet [2006], et malgré tout ce qui s’est passé dura (...)

إنّ مقاومتكم اليوم، وبعد سبع سنوات من انتصار حرب تمّوز، وبالرغم من كلّ ما جرى خلال هذه السنوات القاسية، أؤكّد لكم، ليس من موقع المجاملة ولا من موقع رفع المعنويّات وإنّما بالأرقام والإحصائيّات والمعلومات الدقيقة، إنّ مقاومتكم هذه اليوم هي أقوى من أيّ زمن مضى، وهي أكثر عدّة من أيّ زمن مضى، وهي أوفر عديداً من أيّ زمن مضى، وهي أصلب إرادة وعزماً من أيّ زمن مضى.61 (13e discours)

78Il est même allé jusqu’à montrer que le Hezbollah est dans une situation d’excès de force, dans la mesure où il n’a pas encore usé de toutes ses capacités et qu’il essaie, au contraire, de freiner l’ardeur de ses adhérents :

  • 62 Nous nous trouvons aujourd’hui contraints de limiter les fruits du grand élan chez nos jihadistes e (...)

نحن اليوم ملتزمون بتقنين نتيجة الاندفاع الكبير الموجود لدى مجاهدينا وقواعدنا. يوجد الكثير منهم ممنوعين، لأنه يجب أن نتواجد بحدود محسوبة ومدروسة [...]. فقط كلمتان وستجدون عشرات الآلاف من المجاهدين يتوجّهون إلى تلك الجبهات. نحن لدينا تدبير منذ زمن بعيد، أنّه إذا كان شابّ وحيد لأهله، لا نأذن له، لا نسمح بأن يذهب إلى الجبهة إلّا بإذن والديه، إلّا أنّه يوجد وحيدون يرسل أهلهم لي كتاباً ويوقّعون، فيأتي ويقول لنا إنّ والديه يسمحان له بالذهاب، يقول له الإخوان، كلّا قد تكون أنت لعبت بالإمضاءات، فيأتي الأب والأمّ ويطلبان إرسال ابنهما الوحيد. أنا قمت بإجراء للإخوة أنّه حتّى لو قبل الوالدان، لا ترسلوا وحيداً. 62(7e discours)

  • 63 Je dis à ceux qui tentent de semer le doute sur le volontarisme et la détermination du public de la (...)

من يحاول أن يشكّك في تصميم وإرادة وعزم جمهور المقاومة وعوائل المقاومين ورجال المقاومة، أنا أقول لهم، حتّى هذه اللحظة، نحن ما زلنا نشارك في دائرة متواضعة ومحدودة ومسيّرة ولم نصل إلى مرحلة، لا أن أعقد أنا اجتماعاً داخليّاً أو أيّ من إخواني ليشجّع المجاهدين على الالتحاق في ساحة القتال التي نطلبها منهم، ولم أصل إلى مرحلة أن أخرج في خطاب جماهيريّ لأعلن تعبئة عامّة. لم نصل إلى هذه المرحلة حتّى الآن. وأنا أؤكّد، حسب معطيات المنطقة الميدانيّة والوقائع الميدانيّة وتحوّلات المنطقة الإقليميّة والسياسيّة والدوليّة، يبدو، حتّى لا أجزم، أنّنا لن نحتاج إلى شيء من هذا في المستقبل.63 (23e discours)

79En parallèle, le secrétaire général du « parti de Dieu » ne manque pas de présenter chaque éventuelle faiblesse comme un point de force, une source de fierté et de victoire. C’est le cas par exemple quand il considère que viser le public du Hezbollah est un aveu de faiblesse pour l’ennemi qui peine à l’affronter militairement :

  • 64 L’ennemi joue sur cette corde, puisque c’est là où le bât blesse, où ça fait mal. Puisque ça nous f (...)

العدوّ يتصرّف بهذه المسألة، لأنّ هذه نقطة ضعفنا، هنا نتوجّع، هذا يؤلمنا فيضغط علينا هنا، عندما يفشل في مواجهتنا عسكريّاً. هذه نقطة ضعف لكن هي نقطة اعتزاز، لأنّ هذه على ماذا تدلّ؟ تدلّ على أنّ العلاقة بين المقاومة، بين قادة المقاومة ورجال المقاومة، وبين الناس، هي علاقة عاطفيّة وإنسانيّة وأخلاقيّة وروحيّة ومعنويّة وأنّهم واحد. 64(13e discours)

80Présenter un incident défavorable pour le parti, quelle que soit sa gravité, comme un événement favorable en l’interprétant dans une logique peu commune n’est pas nouveau chez Nasrallah. Par exemple, lorsque son fils est mort lors d’un combat contre Israël, le leader du Hezbollah a tenu à prononcer lui-même un discours qui était pourtant prévu pour un autre événement (Qassem, 2010, p. 186-187) et a refusé de considérer la mort de son aîné comme une victoire pour l’ennemi :

  • 65 Ce jihadiste était avec ses camarades sur la première ligne de front face à l’ennemi. C’est lui qui (...)

هذا المجاهد، مع بقيّة إخوانه، كان في خطّ المواجهة الأماميّة مع العدوّ. هو ذهب إليهم ولم يأتوا هم إليه. هو ذهب إليهم بقدم وببندقيّة وإرادة وهذا هو الفارق. هذا ليس ولا يمكن أن يقبل بأن يكون نصراً للعدوّ. هذا نصر لحزب الله وعزّ لحزب الله. هذا نصر لمنطق المقاومة في لبنان.65 (13 septembre 1997)

  • 66 La Syrie a des vrais amis, dans la région et dans le monde, qui ne vont pas la laisser tomber entre (...)
  • 67 Nous vous promettons solennellement de continuer sur votre chemin et que rien ne nous en détournera (...)

81Une telle stratégie discursive vise toujours un public double. Elle ne s’adresse pas seulement au public adhérent, mais également aux adversaires, pour les attaquer psychologiquement avec un discours ferme et confiant en la victoire : « إنّ لسوريا في المنطقة والعالم أصدقاء حقيقيّين لن يسمحوا لسوريا أن تسقط في يد أمريكا أو في يد إسرائيل أو يد الجماعات التكفيريّة. لن يسمحوا »66 (5e discours). Cette fermeté, à double cible, atteint son apogée dans le 23e discours où, en clôture, Nasrallah promet aux martyrs du Hezbollah de continuer le combat jusqu’à la victoire, coûte que coûte : « نحن نعاهدكم أن نكمل الدرب ولن نبدّل تبديلاً، ولو أطبقت السموات على الأرض »67.

82Force est de constater que c’est la promesse de la victoire qui joue le rôle de levier dans cette stratégie discursive. Le secrétaire général du Hezbollah, dont le nom de famille en arabe (نصرالله) veut littéralement dire « la victoire d’Allah », y recourt dans les deux discours abordant les sujets les plus délicats, celui dans lequel il annonce explicitement l’implication militaire en Syrie et celui prononcé le lendemain du premier attentat faisant des morts dans la banlieue sud de Beyrouth :

  • 68 Comme je vous l’ai dit les premiers jours de la guerre de juillet 2006 : ô honorable peuple, ô jiha (...)

كما قلت لكم في الأيّام الأولى من حرب تمّوز 2006: أيّها الناس الشرفاء، أيّها المجاهدون، أيّها الأبطال، كما كنت أعدكم بالنصر دائماً، أعدكم بالنصر مجدّداً. 68(7e discours)

  • 69 Comme nous avons gagné toutes nos guerres contre Israël, si vous voulez que nous nous engagions dan (...)

وكما انتصرنا في كلّ حروبنا مع إسرائيل، إذا أردتم أن ندخل هذه المعركة معكم بكلّ قوّة، أنا أقول للّبنانيّين وللسوريّين وللفلسطينيّين ولكلّ شعوب المنطقة، نحن أيضاً سننتصر في المعركة ضدّ الإرهاب التكفيريّ التدميريّ إن شاء الله، وأنا على يقين من ذلك.69 (13e discours)

83Pour parler précisément du premier extrait (7e discours), l’affirmation-promesse de la victoire à laquelle recourt Nasrallah est devenue, depuis 2006, « un credo, une profession de foi » (Daher, 2014, p. 436), aux yeux du Hezbollah et de ses soutiens. Que ce soit dans son discours de 2006 ou de 2013, le chef du « parti de Dieu » la présente comme un énoncé « détachable », voué à circuler hors de son texte d’origine. Il lui fait ainsi subir une « surassertion », pour reprendre le terme de Maingueneau (2016, p. 205).

84En effet, en se basant sur le concept de Maingueneau (ibid), on constate que ce sont les éléments suivants qui ont contribué le plus à ce que ce fragment de discours soit détachable : 1) sa position à la fin du discours, qui le rend particulièrement visible, 2) le fait que le sujet abordé soit très important, étant donné son rapport à l’issue d’une guerre, d’autant plus qu’il est traité dans le discours qui annonce officiellement, pour la première fois, l’implication guerrière en Syrie, 3) le ton élevé et la gestuelle confiante, avec lesquels l’énoncé est avancé, 4) son organisation interne, à travers une construction binaire se basant sur une comparaison avec la conjonction « comme », 5) le fait qu’il soit court et facile à mémoriser.

  • 70 « Comme je vous ai toujours promis la victoire, je vous la promets de nouveau » devient « Comme je (...)

85Outre sa réutilisation dans le 7e discours de 2013 par Nasrallah lui-même, qui tient à rappeler sa source, la preuve de la « détachabilité » (ibid) de ce fragment est qu’il avait également fait l’objet d’un détachement encore plus fort, ce qui renforce davantage sa « surassertion » réalisée par Nasrallah en 2006. En effet, il est mis en vers, avec quelques petites modifications imposées par la versification, et ensuite en musique, pour devenir un nachid (chant, notamment religieux ou idéologique) du Hezbollah : « كما كنت أعدكم بالنصر دائماً، أعدكم بالنصر مجدّداً » devient « كما كنت بالنصر واعدا، أعدكم بالنصر مجدّدا »70.

86En outre, en se basant cette fois sur la théorie de John Langshaw Austin (1962), on constate qu’en leur promettant une victoire renouvelée en 2013, Nasrallah accomplit trois actes auprès de son public : locutoire (à travers les sons et la phrase prononcés), illocutoire de nature linguistique (la promesse) et, surtout, perlocutoire échappant au domaine de la langue. Pour ce qui est du perlocutoire, il est important de souligner qu’après la guerre de 2006, le public du Hezbollah voit Nasrallah, plus que jamais, comme « celui qui dit ce qu’il fait et qui fait ce qu’il dit » (Daher, 2014, p. 436). Cette guerre a en effet fortement contribué à la formation de l’ethos de l’homme qui tient sa parole coûte que coûte. Aux yeux de son public, une promesse émanant de lui signifie donc qu’elle sera respectée et exécutée. Lui faire cette promesse a ainsi un effet direct et immédiat : le rassurer et lui remonter le moral.

  • 71 Cette victoire […] a mis la oumma entière devant la porte de la période des prochaines victoires (t (...)
  • 72 L’opération de la Promesse sincère (traduction de l’auteur).
  • 73 Il n’y aura plus jamais de défaite (traduction de l’auteur).

87Avec tout le champ lexical qui lui est lié, la victoire jouit d’une valeur symbolique très forte auprès du public du « parti de Dieu ». Or, comme on le sait, chaque discours « est aussi surplombé par la mémoire d’autres discours » (Maingueneau, 1996, p. 56). Pour ce qui est du discours lié à la promesse de victoire en 2013 précisément, il s’enracine quant à lui dans le slogan même du parti (déjà mentionné) : « C’est le parti d’Allah qui sera le vainqueur ». D’ailleurs, le discours promettant le triomphe, ou le donnant pour acquis, marque les moments les plus signifiants de l’histoire de ce public. Outre le discours prononcé au début de la guerre de 2006 que l’article a déjà abordé (voir supra), il y a eu précédemment celui du 26 mai 2000 « devenu depuis une des pièces principales du discours Hezbollah » (Daher, 2014, p. 144), dans lequel Nasrallah confirme que « هذا النصر [...] وضع الأمّة كلّها على بوّابة مرحلة الانتصارات الآتية »71. Il en est de même pour le discours du « festival de la Victoire » suivant la guerre de 2006, nommée par le Hezbollah « عمليّة الوعد الصادق »72, dans lequel il réaffirme qu’à l’issue de la victoire de 2000, « لن تكون هنالك هزيمة على الإطلاق »73 (22 septembre 2006).

  • 74 Par Dieu de Jérusalem ils seront vaincus. Ils le regretteront (traduction de l’auteur).
  • 75 Ni peur ni recul, nous remplissons tous les terrains et toutes les places, nous revêtons la tristes (...)

88D’autre part, le Hezbollah use de l’art sous sa forme poétique pour inciter son public à garder foi en la guerre perpétuelle, qui lui offrira, encore une fois, l’honorable victoire : « وربّ القدس سيُهزَمون، سيندمون » 74 (en marge du 12e discours) / « لا خوف ولا تراجع. نملأ كلّ الميادين والساحات ونلبس الحزن ثورة ونرفع الرايات [...] هذا الشعب لن يُغلَب [...] حاضرون في كلّ ساح، لن نترك السلاح، لبّيك يا نصرالله » 75(en marge du 21e discours).

89Il est important de souligner, dans ce contexte, que le recours à l’art est efficace dans la propagande de guerre. Il fait également partie des dix principes développés par Morelli (2001) : « les artistes et intellectuels soutiennent notre cause ».

Les sacrifices personnels d’un leader exalté

90Les deux poèmes que l’article vient de citer sont prononcés par le présentateur de deux événements, durant lesquels Nasrallah prononce son discours en personne. Or, le secrétaire général du Hezbollah a l’habitude de s’adresser à son public à travers un écran géant, pour des raisons liées à sa sécurité. Sa présence physique aux événements met des foules entières en émoi et lui confère ainsi un pouvoir persuasif d’autant plus grand que ses apparitions publiques sont rares.

  • 76 Universels, même s’ils sont souvent plus évidents dans le domaine religieux (traduction de l’auteur (...)

91Les phénomènes d’autorité charismatique sont, en principe, « universal, even though they are often most evident in the religious realm »76 (Weber, 1978, p. 1112). Néanmoins, aux yeux de ses soutiens, Nasrallah n’est pas seulement l’homme religieux, incarnant l’autorité chiite d’Iran, à la tête de la Résistance qui a vaincu leur éternel ennemi. Il est également l’homme si croyant en sa cause qu’il a sacrifié son propre fils Hadi dans des affrontements avec Israël. Cette perte tragique pour un père a paradoxalement servi l’image du leader du « parti de Dieu ».

92Selon Naïm Qassem, Nasrallah a réagi sereinement et courageusement à la perte de son fils. Malgré la douleur, les défis et les dangers, il a poursuivi ce qu’il estimait devoir faire, et ce, en harmonie avec son engagement dans la voie du Hezbollah. Aux dires de Qassem, cette réaction lui vaut (symboliquement) une nouvelle médaille d’honneur (2010, p. 186).

93Ann Ruth Willner parle de ce type de sacrifices, qui solidifient l’image héroïque du leader :

  • 77 Il existe certaines circonstances dans lesquelles la situation spécifique du leader, relativement a (...)

There are some circumstances in which the specific situation of the leader in relation to the type of act can magnify the perception of heroism. If the act is one that appears to involve personal sacrifice on the part of the leader or reflects a stance least expected from someone of his background, it gains an added dimension of valor77 (1984, p. 92).

94La mort de Hadi a ainsi favorisé l’image et l’ethos d’un Nasrallah disposé à tout sacrifier pour défendre sa cause et protéger sa communauté. Il continue d’ailleurs actuellement à déposer des sacrifices personnels sur l’autel de cette cause, en vivant discrètement au vu des risques continus sur sa vie. Pourtant, selon son 13e discours, il est prêt à se rendre personnellement en Syrie pour défendre sa cause. Cette affirmation renforce, elle aussi, l’ethos d’un leader qui n’hésite pas une seconde à abandonner tout intérêt personnel au profit de l’intérêt général de la cause en laquelle il croit, même si le prix à payer sera sa propre vie :

  • 78 Si la bataille contre ces terroristes takfiristes exige que nous allions moi et tous les membres du (...)

إذا احتاجت المعركة مع هؤلاء الإرهابيّين التكفيريّين أن أذهب أنا وكلّ حزب الله إلى سوريا، سنذهب إلى سوريا. وسنذهب إلى سوريا كما ذهبنا من أجل سوريا وشعبها، من أجل لبنان وشعب لبنان، واللهِ من أجل كلّ اللبنانيّين، من مسلمين ومسيحيّين، الذين يختبئون خلف إصبعهم، من أجل فلسطين والقدس، من أجل القضيّة المركزيّة.78 (13e discours)

95En se basant sur le modèle développé par Penelope Brown et Stephen Levinson (1987), l’affirmation qu’avance Nasrallah quant à sa disposition à aller faire la guerre personnellement, ajoutée aux promesses de victoire déjà abordées, montre qu’il est prêt à risquer sa face négative (s’engager à travers une promesse, donner de son temps et de son énergie et risquer sa vie afin de tenir cette promesse, etc.) pour sauvegarder la face positive des soutiens de sa cause (leur dignité, leur existence, leurs vies, etc.). Cela étaye également ledit ethos.

96Au-delà de cet ethos, force est de constater que le leader du « parti de Dieu » jouit d’une aura, sacrée si on l’ose dire, auprès de ses soutiens. Daher aborde ce point tout en soulignant que c’est l’année 2006, encore une fois, qui ajoute cette nouvelle dimension à sa personnalité et le change ainsi de « catégorie ». Depuis, « il n’est plus humain, il est désormais considéré — consciemment ou inconsciemment — comme semi-divin. Il est impensable qu’il échoue, inconcevable qu’il se trompe » (2014, p. 438).

  • 79 Au commencement de l’amour il y a toi, et avec toi l’amour s’arrête. Demande-le aux martyrs, demand (...)

97L’exaltation dont jouit Nasrallah auprès du public du Hezbollah se manifeste dans le poème introduisant son 12e discours : « في أوّل الحبّ أنت وفي آخر الحبّ أنت. سل الشهداء، سل العوائل. سل الملح والجرح والرصاص والجحافل [...] جبروتهم تحت قدميك والنصر يتناوب بين يديك [...] حاضرون في كلّ ساح، لم ولن نترك السلاح، لبّيك يا نصرالله. » 79 .

98Lors du 21e discours, la réaction de l’assistance est forte et émouvante. Une partie de la foule s’approche du podium avec beaucoup d’excitation. Durant environ trois minutes, le public est sous le charme en train d’acclamer Nasrallah. Pendant ce temps, ce dernier a dû lui demander une vingtaine de fois de s’asseoir mais en vain, le public étant animé par une passion qui le transcende.

  • 80 Entre le déclenchement de la guerre en juillet 2006 et ce 22e discours, on a recensé seulement 5 di (...)
  • 81 Je suis venu aujourd’hui, car mon cœur me disait qu’il va venir en personne. Je ne sais pas… Je ne (...)

99Le lendemain, durant la procession de deuil de l’Achoura, il vient prononcer son discours en plein air, ce qui porte l’émotion des fidèles à son paroxysme. Sa présence est tellement peu habituelle dans ce genre d’événements qu’elle rend la réaction de la foule exceptionnellement enflammée, surtout après la guerre de 200680. Son discours est bref, de 17 minutes seulement. Pourtant, la foule est émue et sous le choc. Un adolescent en a eu le souffle coupé. Il dit, en pleurant : « جيت اليوم، حاسسني قلبي إنّو بدّو يطلع. ما عارف... ما عارف شو بدّي إحكي. الله يحميه. الله يحميه. والله العظيم، نعمة إلهيّة إنّو هوّي قائدنا »81 (en marge du 22e discours).

100Le culte que voue le public du Hezbollah à Nasrallah lui facilite la tâche discursive. Ce n’est plus le contenu de son discours qui compte le plus, mais c’est autour de sa propre personne vénérée que s’organise l’opération énonciative. L’énonciateur devient ainsi le pivot de l’argumentation, par le biais de soi-même et en dépit de la teneur de l’énoncé.

Conclusion

101À l’annonce de son implication militaire en Syrie, le Hezbollah ne s’apprêtait pas seulement à des affrontements guerriers sur le terrain syrien, mais il s’est rendu compte qu’une deuxième guerre d’un autre genre l’attendait, et dont la cible est autochtone cette fois. Il s’agit d’une guerre discursive, de sens, dont l’enjeu est de justifier son engagement en dehors du territoire libanais, quitte à compromettre sa crédibilité et à échouer par la suite à mobiliser son public et ses combattants.

102L’étude menée sur les discours de son secrétaire général en 2013 a montré qu’afin d’aboutir à ses fins discursives, le « parti de Dieu » a surtout misé sur le discours de la Résistance « délocalisée », si l’on peut dire. Ce discours « résistant » est à considérer au sens large du terme.

103En effet, la justification s’est faite par deux biais. Le premier consiste à utiliser l’argument du conflit avec l’ennemi déclaré du Liban et à pointer ainsi directement Israël du doigt. Alors que le second y fait référence indirectement, à travers des stratégies discursives de propagande guerrière, que le « parti de Dieu » utilise d’habitude à destination de l’opinion publique libanaise, dans le cadre dudit conflit.

104C’est dans ce premier contexte que le Hezbollah a, d’une part, explicitement « israélisé » son ennemi en Syrie, en présentant son action guerrière comme un affrontement avec un camp, comprenant entre autres l’ennemi hébreu. D’autre part, c’est en se servant de la culture de guerre bien ancrée chez son public, en recourant au discours religieux, au registre confessionnel notamment, en faisant l’éloge de la mort, en promettant la victoire renouvelée et en usant de l’exaltation dont jouit son leader Hassan Nasrallah que ce parti a fait allusion à Israël et l’a désigné sans le nommer. Rappelant d’anciens énoncés liés aux affrontements avec ce dernier, les discours de 2013 qu’on a étudiés se sont ainsi transformés en des interdiscours renvoyant à des discours plus anciens. Les liens communs entre eux ne pouvaient que faciliter l’adhésion du public du Hezbollah, très sensible au sujet de la Résistance et à l’hostilité envers l’État hébreu.

105Bien que la guerre se déroule cette fois face à des combattants voisins et à des confrères musulmans, il s’est donc avéré que la rhétorique de la Résistance s’est imposée, encore une fois, au premier plan hezbollahin [du Hezbollah]. Israël reste ainsi toujours au cœur de sa stratégie discursive, même loin des frontières libano-palestino-israéliennes.

Haut de page

Bibliographie

ALAGHA Joseph (2006), The Shifts in Hizbullah’s Ideology. Religious Ideology, Political Ideology and Political Program, Amsterdam, Amsterdam University Press.

AUSTIN John Langshaw (1962), How To Do Things With Words, Oxford, Oxford University Press.

BAKHTINE Mikhaïl (1984/1979), Esthétique de la création verbale, traduit du russe par Alfreda AUCOUTURIER, Paris, Gallimard.

BALANCHE Fabrice (2013), « La crise syrienne révèle les faiblesses du Liban », Maghreb-Machrek, 4(218), p. 5-8.

BROWN Penelope et Stephen LEVINSON (1987), Politeness. Some Universals in Language Usage, Cambridge, Cambridge University Press.

CHARARA Waddah (2006), دولة "حزب الله". لبنان مجتمعاً إسلاميّاً [L’État « Hezbollah ». Le Liban, société islamique], 4e éd. avec un nouveau chapitre, Beyrouth, Dar An-nahar.

CHOMSKY Noam (2002), Media Control: The Spectacular Achievements of Propaganda, 2e éd., New York, Seven Stories Press.

DAHER Aurélie (2014), Le Hezbollah. Mobilisation et pouvoir, Paris, Presses universitaires de France.

FOUCAULT Michel (1971), L’ordre du discours, Paris, Gallimard.

FRANCART Loup (2000), La guerre du sens, Paris, Économica.

KLASTA Martin (2013), « Le Hezbollah en Syrie : la résistance redéfinie ? », Maghreb-Machrek, 4(218), p. 85-98.

KOREN Roselyne (1997), « L’argumentaire de l’Un dans le regard de l’Autre : le jeu des dénominations », Mots. Les langages du politique, 50, p. 99-117.

LAMLOUM Olfa (2009), « L’histoire sociale du Hezbollah à travers ses médias : système de représentation et inscription territoriale », Politix, 3(87), p. 169-187.

LLOYD William (1691), A Discourse of God’s Ways of Disposing of Kingdoms, part I, 2e éd., London, published by authority.

MAINGUENEAU Dominique (1996), Les termes clés de l’analyse du discours, Paris, Seuil.

MAINGUENEAU Dominique (2014), Discours et analyse du discours : introduction, Paris, Armand Colin.

MAINGUENEAU Dominique (2016), Analyser les textes de communication, nouvelle éd. revue et mise à jour, Paris, Armand Colin.

MERMIER Franck et al. (2007), Liban, une guerre de 33 jours, Paris, La Découverte.

MERVIN Sabrina (2008), « La guidance du théologien-juriste (wilâyat al-faqîh) : de la théorie à la pratique », dans Sabrina MERVIN (dir.), Le Hezbollah. État des lieux, Paris, Sindbad-Actes Sud, p. 207-212, mis en ligne le 2 septembre 2018, https://halshs.archives-ouvertes.fr/halshs-01865985, chapitre consulté le 22 juin 2020.

MORELLI Anne (2001), Principes élémentaires de propagande de guerre, Bruxelles, Éditions Labor.

QASSEM Naïm (2010), حزب الله : المنهج - التجربة - المستقبل [Hezbollah : La voie - L’expérience - L’avenir], 7e éd. nouvelle et augmentée, Beyrouth, Dar Al mahajja al bayda’.

SAMAAN Jean-Loup (2015), « Israël-Hezbollah : la nouvelle équation stratégique », Politique étrangère, 2, p. 113-123.

WEBER Max (1946), From Max Weber: Essays in Sociology, traduit de l’allemand, édité et introduit par Hans Heinrich GERTH et Charles Wright MILLS, New York, Oxford University Press.

WEBER Max (1978/1921), Economy and Society: An Outline of Interpretive Sociology, vol. 2, traduit de l’allemand et édité par Guenther ROTH et Claus WITTICH, Berkeley, University of California Press.

WILLNER Ann Ruth (1984), The Spellbinders: Charismatic Political Leadership, New Haven, Yale University Press.

Haut de page

Notes

1 Nécessaire ou occasionnelle, mais […] [comme] la clé de voûte dans la confrontation des défis régionaux (traduction de l’auteur).

2 La confession alaouite est un groupe religieux qui, tout comme les chiites, voue un culte à l’imam Ali, cousin et gendre du prophète Mohammed et père de l’imam Hussein, et dont la majorité écrasante des adeptes soutient, sur le plan politique, les références politico-religieuses des chiites au Moyen-Orient.

3 Le Hezbollah et le gouvernement libanais revendiquent la « libanité » des fermes de Chebaa et des collines de Kfar Chouba toujours occupées par Israël, qui les considère comme faisant partie du territoire syrien.

4 Date d’une grande manifestation ayant eu lieu à Beyrouth le 14 mars 2005, un mois après l’assassinat du premier ministre Rafic Hariri, devenue le nom d’un groupement politique réunissant tous ceux qui s’opposaient à la présence de la Syrie au Liban, soupçonnée d’implication dans cet assassinat.

5 Bloc politique qui tire son nom de la date d’une grande manifestation menée par les militants du Hezbollah et ses alliés, qui s’est tenue à Beyrouth le 8 mars 2005.

6 L’Achoura chez les chiites est la commémoration de l’assassinat de l’imam Hussein, petit-fils du prophète Mohammed, par l’armée omeyyade lors de la bataille de Kerbala. Elle est marquée par une procession où les fidèles s’infligent les souffrances de Hussein, considéré comme leur « maître (seigneur) des martyrs », en s’autoflagellant. Ce massacre est à l’origine du conflit sectaire entre sunnites et chiites.

7 Respectivement http://www.almanar.com.lb/ et https://www.moqawama.org/, pages consultées le 5 mai 2020.

8 A eu un impact remarquable auprès de notre public et celui de l’ennemi. Elle a incité le nôtre à nous soutenir, à nous appuyer et à avoir confiance en nous, et elle a terrifié l’ennemi israélien en brisant l’image de son armée prétendument superpuissante […] (traduction de l’auteur).

9 Nous payons le prix non seulement à travers le sang et la vie de nos martyrs, mais aussi par la stature de cette Résistance, sa sacralité pour les gens, la confiance des gens en elle, son moral et celui de ses jihadistes et de son peuple, à travers cette féroce guerre médiatique dans le cadre de laquelle des milliards de dollars sont dépensés. […] N’imaginez pas, frères et sœurs, que ceux-là ne savent pas qu’ils mentent. Ils le savent et ils le font exprès, mais cela fait partie de la guerre psychologique qui leur est confiée (traduction de l’auteur).

10 Nous vivons, au Liban et dans la région, une des périodes les plus importantes, une des plus graves et des plus délicates. Et le climat qui règne généralement dans la région est celui de la discorde (traduction de l’auteur).

11 Le sujet syrien [est le sujet] le plus important, le plus grave et le plus délicat, non seulement pour la Syrie, mais également pour le Liban, la Palestine et pour tous les peuples et les États de la région (traduction de l’auteur).

12 Ce qui se passe en Syrie, frères et sœurs, est très important pour le Liban, et très crucial également pour lui, pour notre présent et pour notre avenir (traduction de l’auteur).

13 La population est d’habitude pacifiste […]. Le public ne voit aucune raison de s’impliquer dans des aventures étrangères, des tueries et des tortures. Il faut donc linciter. Et pour ce faire, il faut l’effrayer (traduction de l’auteur).

14 En étant certains que la Raison de la Guerre est Juste, nous sommes également certains que son Effet l’est (traduction de l’auteur).

15 Je vous dis que le fait de déjouer ce projet très très dangereux pour nos pays, pour ce qui nous est sacré et pour nos peuples, est beaucoup plus important que n’importe quel sacrifice qui pourrait être fait (traduction de l’auteur).

16 Cette bataille nous coûtera-t-elle cher ? Oui, mais elle sera moins coûteuse que d’être égorgés comme des brebis et moins coûteuse que d’attendre que les criminels et les tueurs viennent chez nous, au cœur de nos maisons, elle sera assurément moins coûteuse (traduction de l’auteur).

17 Ce qui se passe dans la région, frères et sœurs, permet malheureusement à l’ennemi de tirer profit des occasions disponibles. Et il faut reconnaître que l’ennemi est futé et sait très bien comment le faire. Et malheureusement, nous sommes une oumma [communauté des musulmans] qui perd beaucoup d’occasions, alors que lui, il sait bien en profiter pour imposer une nouvelle donne en Palestine, en Syrie, au Liban et dans la région (traduction de l’auteur).

18 L’Israélien sait que la Résistance au Liban et en Palestine puise ses forces en Syrie et dans la République islamique d’Iran, qui sont ses principales ressources. Mais il s’agit de la Syrie [maintenant] qu’il veut écarter de l’équation [politique et militaire de la région] afin d’assiéger la Résistance en Palestine, tout comme au Liban (traduction de l’auteur).

19 Empêcher la Syrie de tomber entre les mains de l’Amérique, d’Israël et des takfiristes (traduction de l’auteur).

20 La Syrie est l’épine dorsale de la Résistance et son armature. […] Si la Syrie tombe entre les mains de l’Américain, de l’Israélien et du takfiriste, ou entre les mains des suppôts de l’Amérique dans la région, se proclamant des États régionaux, la Résistance sera assiégée et Israël entrera au Liban (traduction de l’auteur).

21 Nous prenons part à la confrontation de ce dangereux projet mondial, dont les objectifs ne s’arrêtent pas aux frontières de la Syrie, mais visent également le Liban, le peuple du Liban, les peuples et les gouvernements de la région, et qui cherche à faire tomber non seulement la Syrie, mais aussi la région tout entière. Auparavant, j’avais dit la Syrie, alors que maintenant j’ajoute le Liban, l’Iraq, la Jordanie et toute la région, [qui risquent de tomber] entre les mains du projet américain, israélien et takfiriste (traduction de l’auteur).

22 La banlieue sud de Beyrouth est peuplée d’une majorité de chiites partisans du Hezbollah.

23 Ce massacre survient dans le contexte de cette grande bataille ouverte depuis des décennies. Avant le Hezbollah et avec le Hezbollah, tant que ce conflit existe, tant qu’il y a un groupe qui résiste et qui refuse d’obéir à la volonté internationale et à la volonté sioniste, cela [le massacre] reste un outil et un détail de la bataille […] (traduction de l’auteur).

24 La question syrienne est pour nous une bataille pour notre existence, et non pas une bataille pour des avantages comme on dit. Elle n’est pas accessoire mais essentielle. Ce n’est pas une bataille pour notre existence et pour celle du Hezbollah, mais une bataille de survie pour le Liban, la Syrie, la Palestine, pour la cause palestinienne et pour toute la Résistance dans la région (traduction de l’auteur).

25 S’inspirant du livre d’Arthur Ponsonby, intitulé Falsehood in Wartime (1928), Morelli développe les dix principes suivants : nous ne voulons pas la guerre / le camp adverse est le seul responsable de la guerre / le chef du camp adverse a le visage du diable / c’est une cause noble que nous défendons et non des intérêts particuliers / l’ennemi provoque sciemment des atrocités, et si nous commettons des bavures c’est involontairement / l’ennemi utilise des armes non autorisées / nous subissons très peu de pertes, les pertes de l’ennemi sont énormes / les artistes et intellectuels soutiennent notre cause / notre cause a un caractère sacré / ceux (et celles) qui mettent en doute notre propagande sont des traîtres.

26 Nous, quand nous combattons, c’est avec nos règles de conduite et nos valeurs. Nous, nous n’avons pas achevé un blessé, et vous, vous le faites. Nous, nous n’avons pas tué un captif, et vous, vous mettez les captifs dos au mur et vous les assassinez en plein jour devant les caméras. Nous, nous n’avons pas tué les civils. Nous, dans certaines batailles, nous avons perdu davantage de martyrs pour éviter la mort de civils (traduction de l’auteur).

27 Il existe deux parties dans ce conflit. La première est l’axe américain, occidental, arabe et régional, instrumentalisant les mouvements takfiristes sur le terrain […]. Et dans l’autre camp, il y a un État ou un régime qui a une position claire au sujet de la cause palestinienne, des mouvements de Résistance et du projet sioniste, et qui déclare en même temps sa disposition permanente au dialogue, à la solution politique et aux réformes [en Syrie]. Celui qui veut être ici ou là, qu’il aille où il veut. Mais le Hezbollah ne peut faire partie d’un camp comprenant l’Amérique, ou Israël, ou des fossoyeurs, des « déchireurs » de poitrines ou des coupeurs de têtes (traduction de l’auteur).

28 La guerre des « deux partis » : le « parti d’Allah » [Hezbollah] et le « parti de Satan » […] (traduction de l’auteur).

29 […] C’est le parti d’Allah qui sera le vainqueur (traduction de l’auteur).

30 […] Ceux-là sont le parti d’Allah, et le parti d’Allah est celui des gagnants (traduction de l’auteur).

31 La Résistance islamique au Liban (traduction de l’auteur).

32 La Révolution islamique au Liban (traduction de l’auteur).

33 Les opprimés au Liban et dans le monde (traduction de l’auteur).

34 Nous, les fils de la oumma du Hezbollah, l’avant-garde qu’Allah a rendue victorieuse en Iran, et qui a réinstauré le noyau de l’État central de l’islam dans le monde, obéissons aux ordres d’un seul leader, sage et juste qu’est le Waliyy al faqih, celui qui remplit toutes les conditions (traduction de l’auteur).

35 Ou tout simplement le Waliyy, qui veut dire en arabe : le tuteur, le guide spirituel ou l’ami d’Allah, etc.

36 […] il dispose d’une large marge de prérogatives et de responsabilités déléguées qui facilitent l’exercice de ses fonctions conformément à une marge individuelle et spécifique, et en harmonie avec l’appréciation du conseil de la Choura quant à sa performance exécutive jugée comme bénéfique pour son objectif et sa ligne générale de travail. […] Même si le faqih n’a pas besoin de surveiller et de contrôler quotidiennement le Hezbollah ou de garder un œil sur lui, la direction du parti prend l’initiative de questionner ou de demander la permission au faqih si elle a besoin de connaître le point de vue de la chari’a [loi islamique] sur un sujet particulier (traduction de l’auteur).

37 Le Liban est notre patrie et celle de nos pères et de nos grands-pères, tout comme la patrie de nos enfants, de nos petits-enfants et de toutes les prochaines générations […] (traduction de l’auteur).

38 Je déclare aujourd’hui, et cela n’est pas nouveau, que je suis fier d’être un membre du parti de Wilayat al faqih, le faqih juste, le faqih savant, le faqih sage, le faqih courageux, le faqih sincère, le faqih loyal (traduction de l’auteur).

39 Cette Wilaya [Wilayat al faqih] est nécessaire pour préserver et appliquer l’islam. Il n’est pas possible de traiter le grand projet islamiste à travers des initiatives individuelles, ou bien des actions séparées les unes des autres. Mais il faut qu’il y ait une ligne générale qui lie pratiquement toute la oumma, et c’est le cas sous la direction et la tutelle du Waliyy al faqih (traduction de l’auteur).

40 Cette victoire est l’œuvre d’Allah (traduction de l’auteur).

41 Festival de la Victoire (traduction de l’auteur).

42 Une grande victoire divine, historique, stratégique (traduction de l’auteur).

43 Notre vision du conflit est une vision politique, et non pas confessionnelle, ce qui nous conduit à éviter le discours confessionnel et communautaire de même que la mobilisation confessionnelle et communautaire (traduction de l’auteur).

44 N’ayez pas peur pour la Résistance, parce qu’elle tire sa volonté et sa force d’une autre source [d’ailleurs] (traduction de l’auteur).

45 Lorsque nous prenons une décision, empruntons un chemin, nous engageons sur un terrain ou prenons part à un combat, nous ne comptons pas sur notre intelligence ou nos connaissances ni sur notre niveau scientifique, etc., mais nous faisons appel à nos foukaha’ [pluriel de faqih], à nos grandes figures, à nos références qui ont atteint le plus haut niveau de perspicacité, de connaissance, de jurisprudence, de piété, de dévotion, de loyauté et de bon sens. De conscience du lieu et du temps aussi. Et cela a été notre règle de conduite dès le premier jour (traduction de l’auteur).

46 Nous sommes sans doute en désaccord concernant la situation syrienne, mais ce n’est pas un conflit sunnite-chiite. Une grande partie des sunnites en Syrie ont la même position que la nôtre. Il y a également une grande partie des sunnites au Liban qui partagent notre position. De même pour une grande partie des sunnites dans le monde arabe et le monde musulman. C’est un conflit politique, pourquoi voulez-vous le transformer en [un conflit] sunnite-chiite ? Ce n’est pas vrai (traduction de l’auteur).

47 Toute personne qui parle avec cette logique est israélienne, complice du criminel pour atteindre les objectifs du meurtre et du massacre. Et moi, je prends la responsabilité de vous dire que ce ne sont pas des sunnites, ceux-là n’ont pas de religion ni de confession et n’appartiennent à aucune patrie ni à aucune communauté. Ce ne sont ni des Syriens, ni des Palestiniens, ni des Arabes, ni des musulmans, ni des sunnites. Ils sont juste des meurtriers. Des meurtriers avec une mentalité de meurtriers. Et ceux-là ont tué des sunnites — comme je l’ai dit dans beaucoup de discours — plus qu’ils n’ont tué de chiites, ils ont tué des sunnites plus qu’ils n’ont tué de chrétiens (traduction de l’auteur).

48 Un signe de faiblesse (traduction de l’auteur).

49 La force de notre position […] nous la tirons de Kerbala (traduction de l’auteur).

50 À tes ordres Hussein (traduction de l’auteur).

51 La victoire du sang sur l’épée (traduction de l’auteur).

52 Tout ce que l’ennemi peut faire, c’est de nous effrayer par la mort. Si nous neutralisons ce facteur d’intimidation et si nous désactivons la machine de mort par laquelle il nous menace, nous renforcerons notre moral et franchirons des pas vers la victoire […] (traduction de l’auteur).

53 Celui qui est tué dans ce sentier est un martyr, selon l’unanimité des foukaha’ musulmans […] (traduction de l’auteur).

54 Tout le monde sait que nous ne pouvons faire un pas, si nous n’étions pas sûrs et certains qu’Allah en serait satisfait, car nous œuvrons pour notre vie dans l’au-delà car nous n’aspirons pas au titre de martyr en ce bas monde, [mais] chacun de nous combat pour le titre de martyr dans l’au-delà. Et c’est en suivant ce chemin que nous y parviendrons (traduction de l’auteur).

55 Nous avons appris de l’imam Hussein […] à aimer le martyre en aimant Allah et à adorer le jihad dans la voie de l’islam [en le défendant] (traduction de l’auteur). 

56 De ne pas avoir eu la chance de compter un martyr parmi leurs membres (traduction de l’auteur).

57 Celui qui veut instaurer la justice absolue sur la terre par la force a besoin de partisans, d’une « machine » humaine. Il doit présenter à cette « machine » les récompenses internes et externes nécessaires, qu’elles soient terrestres ou célestes, dont elle va bénéficier, quitte à ce qu’elle ne fonctionne pas (traduction de l’auteur).

58 Victoire, fierté, respect et bonne position (traduction de l’auteur).

59 Et ceux qui seront tués dans le chemin d’Allah, leurs actions ne seront pas vaines. Allah les guidera et les rassurera. Et IL les fera entrer au paradis qu’IL leur a fait connaître (traduction de l’auteur).

60 Pour nous, mourir tués est une coutume et le martyre représente la dignité dont Allah nous revêt (traduction de l’auteur).

61 Sept ans après la victoire dans la guerre de juillet [2006], et malgré tout ce qui s’est passé durant ces années pénibles, je vous confirme, et ce, non pour vous flatter ou vous remonter le moral, mais en m’appuyant sur les chiffres, les statistiques et les données exactes, que votre Résistance est aujourd’hui plus forte que jamais, plus armée que jamais, ses membres sont plus nombreux que jamais et son volontarisme et sa détermination plus solides que jamais (traduction de l’auteur).

62 Nous nous trouvons aujourd’hui contraints de limiter les fruits du grand élan chez nos jihadistes et notre base. Beaucoup d’entre eux s’en trouvent interdits [de combat] parce qu’il faut mesurer et calculer notre présence […]. Deux mots seulement suffiront pour voir des dizaines de milliers de jihadistes se diriger vers ces fronts. Il y a longtemps nous avons pris une mesure qui interdit qu’un fils unique à sa famille aille au front, sauf si ses parents l’autorisaient. Toutefois, il y a des parents qui m’envoient des lettres signées, et leurs fils uniques viennent par la suite nous dire que leurs parents sont d’accord. Mais les frères refusent de les envoyer, leur disant qu’ils ont peut-être falsifié les signatures. Là, les parents viennent personnellement et demandent d’envoyer leur fils unique. J’ai donc dû prendre une [nouvelle] mesure et demander aux frères de ne pas envoyer un fils unique, même si ses parents étaient d’accord (traduction de l’auteur).

63 Je dis à ceux qui tentent de semer le doute sur le volontarisme et la détermination du public de la Résistance, des familles des résistants et des hommes de la Résistance, que jusqu’à présent nous participons [à la guerre en Syrie] avec un petit cercle modeste et limité, et nous n’avons pas encore atteint une phase où nous aurions dû organiser une réunion intérieure, moi ou un de mes frères, afin de motiver les jihadistes à rejoindre les champs de bataille où nous leur demandons d’aller. Et je n’ai pas atteint la phase où je prononcerais un discours galvanisant les foules pour annoncer la mobilisation générale. Nous n’avons pas encore atteint cette phase. Et je vous assure, selon les données régionales du terrain et les transformations politiques régionales et internationales, il semblerait, pour ne pas l’affirmer, que nous n’ayons pas besoin de quelque chose de la sorte dans le futur (traduction de l’auteur).

64 L’ennemi joue sur cette corde, puisque c’est là où le bât blesse, où ça fait mal. Puisque ça nous fait souffrir, il va appuyer là où ça nous fait mal lorsqu’il échoue à nous affronter sur le plan militaire. C’est une vulnérabilité, cependant source de fierté. Parce que cela montre quoi ? Cela montre que la relation entre la Résistance, ses leaders et ses hommes d’une part, et la population d’autre part, est une relation affective, humaine, morale et spirituelle, et qu’ils forment ensemble une seule entité (traduction de l’auteur).

65 Ce jihadiste était avec ses camarades sur la première ligne de front face à l’ennemi. C’est lui qui est allé vers l’ennemi, ce n’est pas l’ennemi qui est venu vers lui. Il y est allé avec ses propres jambes, de son plein gré, les armes à la main. Voilà la différence. Cela n’est et ne peut constituer une victoire pour l’ennemi. C’est une victoire pour le Hezbollah, une gloire pour le Hezbollah. C’est une victoire pour la logique de Résistance au Liban (traduction de l’auteur).

66 La Syrie a des vrais amis, dans la région et dans le monde, qui ne vont pas la laisser tomber entre les mains de l’Amérique, d’Israël ou des groupes takfiristes. Ils ne le permettront pas (traduction de l’auteur).

67 Nous vous promettons solennellement de continuer sur votre chemin et que rien ne nous en détournera, même si les cieux tombent sur la terre (traduction de l’auteur).

68 Comme je vous l’ai dit les premiers jours de la guerre de juillet 2006 : ô honorable peuple, ô jihadistes, ô héros, comme je vous ai toujours promis la victoire, je vous la promets de nouveau (traduction de l’auteur).

69 Comme nous avons gagné toutes nos guerres contre Israël, si vous voulez que nous nous engagions dans cette guerre face à vous [les takfiristes] avec toute notre force, je dis aux Libanais, aux Syriens, aux Palestiniens et à tous les peuples de la région, que nous allons également gagner cette bataille face au terrorisme takfiriste et destructif, si Allah le veut, j’en suis certain (traduction de l’auteur).

70 « Comme je vous ai toujours promis la victoire, je vous la promets de nouveau » devient « Comme je vous promettais la victoire, je vous la promets de nouveau » (traduction de l’auteur). Un autre énoncé de Nasrallah devient un slogan avant d’être transformé en un nachid. Il s’agit d’une phrase que le chef du Hezbollah a prononcée dans son 8e discours, pour confirmer que le parti restera en Syrie tant que les circonstances l’exigent : « حيث يجب أن نكون، سنكون » (« Là où il faut que nous soyons, nous y serons », traduction de l’auteur). En modifiant l’ordre de quelques mots et en renonçant à d’autres, le titre du nachid devient : « سنكون حيث يجب » (« Nous serons là où il le faut », traduction de l’auteur).

71 Cette victoire […] a mis la oumma entière devant la porte de la période des prochaines victoires (traduction de l’auteur).

72 L’opération de la Promesse sincère (traduction de l’auteur).

73 Il n’y aura plus jamais de défaite (traduction de l’auteur).

74 Par Dieu de Jérusalem ils seront vaincus. Ils le regretteront (traduction de l’auteur).

75 Ni peur ni recul, nous remplissons tous les terrains et toutes les places, nous revêtons la tristesse en révolution, nous brandissons les étendards […]. Ce peuple ne sera pas vaincu […]. Nous sommes présents sur tous les terrains, nous n’allons pas rendre nos armes, à tes ordres Nasrallah (traduction de l’auteur).

76 Universels, même s’ils sont souvent plus évidents dans le domaine religieux (traduction de l’auteur).

77 Il existe certaines circonstances dans lesquelles la situation spécifique du leader, relativement au type d’action, peut amplifier la perception de l’héroïsme. Si l’action semble faire appel à un sacrifice personnel de la part du leader ou reflète une position peu attendue de quelqu’un de son milieu, elle sera beaucoup plus valorisée (traduction de l’auteur).

78 Si la bataille contre ces terroristes takfiristes exige que nous allions moi et tous les membres du Hezbollah en Syrie, nous irons en Syrie. Et nous y irons, comme nous l’avons déjà fait, pour le bien de la Syrie et de son peuple, pour le bien du Liban et de son peuple. Par Allah, c’est pour le bien de tous les Libanais, chrétiens et musulmans, qui se cachent derrière leur petit doigt, pour le bien de la Palestine et de Jérusalem, pour servir la cause centrale (traduction de l’auteur).

79 Au commencement de l’amour il y a toi, et avec toi l’amour s’arrête. Demande-le aux martyrs, demande-le à leurs familles, demande-le à nos plaies, à nos maux, aux balles des armes à feu, aux légions de guerriers […]. Leur omnipotence est au-dessous de tes pieds et la victoire passe d’une de tes mains à l’autre […]. Nous sommes présents sur tous les terrains, nous n’avons pas et nous n’allons pas rendre nos armes, à tes ordres Nasrallah (traduction de l’auteur).

80 Entre le déclenchement de la guerre en juillet 2006 et ce 22e discours, on a recensé seulement 5 discours de Nasrallah prononcés en plein air.

81 Je suis venu aujourd’hui, car mon cœur me disait qu’il va venir en personne. Je ne sais pas… Je ne sais pas quoi dire. Qu’Allah le protège. Qu’Allah le protège. Par Allah l’Immense, c’est une grâce divine qu’il soit notre leader (traduction de l’auteur).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Farhat El Khoury, « Israël au cœur du discours du Hezbollah en Syrie  »Communication [En ligne], Vol. 38/2 | 2021, mis en ligne le 01 novembre 2021, consulté le 06 décembre 2021. URL : http://journals.openedition.org/communication/14677 ; DOI : https://doi.org/10.4000/communication.14677

Haut de page

Auteur

Farhat El Khoury

Farhat El Khoury est doctorant en sciences de l’information et de la communication et membre de la Chaire UNESCO « Pratiques journalistiques et médiatiques » à l’Université de Strasbourg, où il enseigne en tant qu’intervenant extérieur. Courriel : Elkhouryfarhat@gmail.com

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Communication sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search