Navigation – Plan du site

AccueilNumérosvol. 39/1ArticlesConversation nomade sur l’écritur...

Articles

Conversation nomade sur l’écriture en recherche

Karelle Arsenault, Karine Bellerive et Louis-Claude Paquin

Texte intégral

1Karelle — Ce numéro thématique a commencé par un panel sur les écritures créatives en recherche lors du colloque de l’Association canadienne de communication (ACC) de 2019. Quelques mois plus tôt, j’avais contacté Karine sur une populaire messagerie en ligne : « Héééé Karine ! Ça te dirait d’organiser un panel sur les écritures créatives pour l’ACC avec moi ?! Et des actes de colloque ensuite ?! » J’étais convaincue qu’elle serait partante. C’était en plein dans ses cordes — bien plus que dans les miennes, en fait. Je ne sais plus quelle a été sa réponse exacte, mais ce devait être quelque chose comme : « OUI !!! [émoticône aux yeux étoilés] ».

  • 1 Doctorat conjoint en communication de l’Université Concordia, de l’Université de Montréal et de l’U (...)
  • 2 Les koi nobori, « banderole de carpe » en japonais, sont des manches à air en forme de carpes koï ( (...)

2Nous nous sommes rapidement mises au clavier pour soumettre notre proposition, commentée par Louis-Claude, mon directeur de thèse à l’époque, puis avons commencé le recrutement parmi nos collègues du doctorat en communication toujours conjoint dans l’âme même s’il ne l’était plus réellement1. Nous avons regroupé notre monde, puis nous sommes envolées pour le magnifique campus de l’Université de la Colombie-Britannique. Je revenais à peine du Japon ; je me sentais tel un koi nobori2 à la fois bousculé et bercé par le vent.

  • 3 Désolé, le prochain panel commencera bientôt. Vous devez quitter la salle (traduction des auteurs).

3Notre panel, francophone, avait lieu le premier jour du colloque et, par conséquent, n’a attiré que deux amies et collègues. [Soupir d’embarras.] Gardant le moral, nous nous sommes lancées sous nos propres regards. Moi, puis M., puis Karine. Piètre gardienne du temps, je n’ai osé interrompre aucune de mes complices ni couper court aux questions subséquentes, si bien qu’avant même que A. puisse s’installer à l’avant pour clore le panel, on a cogné à la porte : « Sorry, the next panel will start soon. You have to leave3. » Je suis restée coite un moment, me sentant terriblement mal pour A. et le reste du groupe, avant de me ressaisir : « Mais il fait super beau ! Si on terminait à l’extérieur ? » Comme il n’y avait autant dire personne dans l’assistance qui aurait pu s’en offusquer — certainement pas nos deux amies —, nous sommes sorties. Étendues sur l’herbe bien verte, aveuglées par le soleil, nous avons rigolé du manque de popularité de notre panel, puis nous sommes tues pour écouter avec attention la lecture performance de A.

4Finalement, nous n’aurions pu espérer mieux comme espace pour cette présentation. La salle un peu sombre, impersonnelle — et quasi vide — du pavillon n’aurait pu faire naître — paradoxalement — l’obscur auquel le récit nous confrontait. Lorsque A. a prononcé son dernier mot, nous avons gardé le silence un moment. Le futur posthumain dont il était question s’est rapproché de nous. Détendues par l’ambiance, nous avons poursuivi la discussion, puis nous sommes promis de nous retrouver pour un verre le lendemain.

Illustration 1. De l’eau dans les doigts

Illustration 1. De l’eau dans les doigts

Agathe François est doctorante en communication à l’Université de Montréal et s’intéresse aux imaginaires des corps à travers l’aquarelle et l’écriture onirique.

5Quelques mois après le colloque de l’ACC, nos horaires repris en main, Karine et moi avons entamé l’écriture d’un appel à propositions qui aurait pour objectif de donner un aperçu des recherches francophones en communication dont l’écriture, la méthode ou le questionnement central se revendiquent de pratiques qui n’ont pas vraiment de nom, sinon celui d’écritures « créatives » ou « performatives », et qui remettent en question ou s’attellent à déconstruire les distinctions entre les différentes formes d’écriture instituées (scientifique, littéraire, créative). Nous avons contacté Louis-Claude, dont le crayon s’emballait depuis un moment sur cette voie, et avons soumis notre proposition à Communication. À quoi pouvions-nous nous attendre ?

6Karelle et Karine — Ce ne sera sans doute pas gagné d’avance. On est un peu dans la marge, il faut l’avouer. Il y a énormément d’exemples d’écritures créatives et performatives en anglais, mais peu en français, et encore moins en communication. Nous devons nous montrer stratégiques dans l’écriture de notre appel, quitte à nous « trahir » légèrement. Pour faire accepter notre proposition de numéro thématique sur l’écrire autrement dans une revue savante, mieux vaut y aller d’une écriture « académique » bien étayée. Alors voilà, commençons :

Depuis le 17e siècle, l’écriture est appréhendée selon deux formes distinctives, voire mutuellement exclusives : littéraire (fictionnelle, esthétique, affective) et scientifique (référentielle, neutre, rationnelle, transparente) (Meier, Merrone et Parchet, 2006 ; Richardson et St. Pierre, 2005). Suivant le paradigme du postpositivisme (Bonoli, 2006 ; Lincoln, Lynham et Guba, 2000) et estimant de la sorte représenter plus objectivement la réalité, les sciences humaines et sociales — plus particulièrement, dans le contexte qui nous concerne, les recherches en communication — ont historiquement adopté les normes de l’écriture dite « scientifique », inspirée des sciences de la nature. Selon ces normes, le texte est conçu comme « simple lieu d’amarrage des données recueillies sur le réel » (Meier, Merrone et Parchet, 2006, p. 3) et est fondé sur une « neutralité présupposée, liée à un idéal d’objectivité et d’extériorité du chercheur » (Dayer, 2009) : la chercheuse ou le chercheur, par son écriture — qui se veut « neutre », « impersonnelle » —, tente ainsi de se distancier, voire de s’extraire de ce qu’elle ou de ce qu’il tente d’exprimer.

7Karelle — Ah, j’aime bien ! « Simple lieu d’amarrage des données recueillies sur le réel. » Mon Dieu, ça vient de mettre en mots ce que je ressens depuis des années lorsque je lis des articles scientifiques ! Tu me fais découvrir une référence, Karine. Merci !

8Si les positions constructivistes ont souligné le caractère construit des connaissances dès les années 1960 (Bonoli, 2006), les critères normatifs d’écriture scientifique semblent toujours prégnants dans le milieu de la recherche, leur respect témoignant pour plusieurs de la validité scientifique des travaux (Lather, 1993). « L’importance des procédures, des règles, de l’impératif de l’utile, du quantifiable, de l’empirisme et de la raison instrumentale structurent [sic] profondément la production de la pensée légitime » (Spurk, 2006, p. 129). L’opposition entre écriture « créative » et écriture « scientifique » persiste donc, tout comme l’idée que ces écritures ne peuvent coexister dans une démarche valable (Charmillot, Cifali et Dayer, 2006 ; Sawchuk et Chapman, 2012).

9Karine — J’ajouterais que les enjeux d’écriture s’inscrivent aux fondements mêmes de la recherche qualitative, qu’en dis-tu ?

10Karelle — Ah oui, bonne idée.

  • 4 épistémologies, fondements théoriques, méthodologies [et] procédures (traduction des auteurs).

11Le regard que l’on pose sur les recherches qui mobilisent des formes d’écriture que nous pourrions qualifier de « transgressives » pour le milieu, bien que les réflexions sur ces formes ne datent pas d’hier (Clifford et Marcus, 1986 ; Geertz, 1973 ; Richardson, 1994), fait écho à celui que l’on posait sur les recherches qualitatives dans les années 1980 : mais est-ce vraiment de la recherche ? Chenail rappelait d’ailleurs qu’au début de sa carrière, ses collègues qualitativistes et lui devaient continuellement justifier la légitimité de leurs « epistemologies, theorical foundations, methodologies [and] procedures4 » (2008, p. 7).

12Karelle — Tiens. Ça me rappelle une remarque de N. dans un séminaire de Louis-Claude sur le tournant performatif de la recherche. Nous discutions — à mon souvenir un peu vague — du praticien réflexif (Schön, 1983) quand N. s’est exclamée, aussi sérieuse qu’amusée : « Parfois, je me dis : “Est-ce que je suis vraiment en train d’écrire ça ?” » Ce commentaire spontané exprimait ce que plusieurs personnes autour de la table ressentaient — à moins que je fasse de la projection… Quoi qu’il en soit, cette impression est restée collée à mon esprit tout au long de l’écriture de ma thèse (Arsenault, 2020). Le sentiment d’imposture ne m’a jamais quittée, d’autant plus qu’à la fin, je n’ai répondu que timidement à ma question de recherche : « Est-ce que j’étais vraiment en train d’écrire/de faire ça ? » L’écriture de ma recherche, en effet, s’était transformée en écriture de ma thèse. Une fois rendue à la « discussion », j’avais complètement oublié le point de départ de ma recherche : « C’était quoi, ma question de recherche, déjà ? » Je me suis laissé surprendre par une écriture (la mienne) qui m’a portée vers d’autres questionnements (voir Colyar, 2009 ; St. Pierre, 2013, 2019).

13Karine — Je comprends tout à fait… Toujours ce fameux souci de légitimité qui nous tiraille (pour le meilleur et pour le pire) ! Cela dit, il ne faudrait pas passer sous silence l’apport des autrices et auteurs qui nous ont inspirées, dont les travaux ont justement contribué à l’émergence de nouvelles approches. Pour ma part, c’est beaucoup grâce à leurs textes qu’après deux années de tergiversation suivant la fin de la maîtrise, je me suis trouvée emportée dans un élan aussi inattendu qu’irrésistible : j’allais m’inscrire au doctorat pour effectuer une recherche-création par laquelle j’expérimenterais littéralement (!) la portée heuristique de l’écriture comme recherche (ce que je n’avais jamais cru possible, puisque j’étais convaincue que la création était réservée aux disciplines artistiques et aux études littéraires).

14Les approches postqualitatives (Lather et St. Pierre, 2013), poststructuralistes (Lather, op. cit.), postmodernes (Fortin et Houssa, 2012), mais aussi performatives (Madison et Hamera, 2006), notamment, sont venues plaider en faveur de la reconnaissance de différentes formes de production et d’expression des savoirs. On peut penser aux écrits de Donna Haraway, Carolyn Ellis, Norman Denzin, Julia Colyar, Laurel Richardson, Elizabeth St. Pierre et Patricia Leavy, par exemple.

  • 5 Traduction des auteurs.

15Louis-Claude — Je me permets ici de vous interrompre et de m’introduire dans votre temporalité. Je propose d’ajouter un exemple tiré d’un texte d’Hanna Ellen Guttorm (2012, p. 599) un peu extrême, j’en conviens, mais qui permettra aux lectrices et lecteurs de se faire une idée du plaidoyer pour l’écrire autrement5 :

Tableau 1. Texte d’Hanna Ellen Guttorm

Tableau 1. Texte d’Hanna Ellen Guttorm

16Karine — Oh ! Merci, Louis-Claude ! Je ne connaissais pas Guttorm et j’ai hâte de la découvrir davantage. Ce qui me plaît, dans l’extrait que tu as choisi, c’est la place réservée à l’affect, sans qu’il soit expressément nommé. J’aime l’idée de jeu, aussi : le jeu qui implique qu’on ignore ce qui (ad)viendra, ce qui se déploie dans l’à-venir. Nous avons d’ailleurs, Karelle et moi, tout particulièrement aimé le caractère ludique du processus de traduction du texte « classique » de Laurel Richardson et Elizabeth St. Pierre, traduction que nous avons effectuée et qui figure dans le présent numéro thématique. Ces deux autrices ont sans aucun doute encouragé la multiplication des pratiques d’écriture, tout particulièrement dans les milieux anglophones.

17En sciences humaines et sociales, les travaux faisant appel à une écriture qui remet en question les critères normatifs de scientificité apparaissent davantage issus de la littérature anglo-saxonne — du moins jouissent-ils dans ce milieu d’une plus grande visibilité, d’un rayonnement plus important, alors que les réflexions théoriques sur le sujet ne semblent que rarement provenir des études en communication.

18Karine — C’est un courant en émergence au Québec depuis les quelque 10 dernières années, mais les milieux pour la diffusion demeurent limités. Avez-vous lu la thèse de Véronique Leduc, C’est tombé dans l’oreille d’une Sourde : la sourditude par la bande dessignée (2015) ? C’est un travail extraordinaire, politiquement engagé, inspirant : un remarquable exemple de l’écrire autrement en communication !

19Karelle — Je ne l’ai malheureusement pas encore lue, mais j’ai pu voir certaines lignes du projet — ou de sa réflexion — se dessiner, comme j’ai eu des cours au doctorat avec Véronique. Justement, ce serait bien, pour notre numéro, de pouvoir recueillir, d’une part, des propositions de chercheuses et chercheurs en communication et, d’autre part, des propositions qui nous permettront de réfléchir à la façon dont les pratiques d’écriture transgressives ou subversives constituent des formes de résistance épistémologique face à l’héritage positiviste qui teinte toujours la recherche en sciences humaines et sociales.

20Louis-Claude — Ah, ici, je me sens interpellé par cette volonté de résistance ! Laissez-moi sauter sur l’occasion pour vous raconter mon commencement avec l’écrire autrement. C’est au terme d’une recherche par l’écriture, que je pratiquais — instinctivement — pour la première fois, « Pour une théorisation incarnée », que l’écriture m’est apparue :

Revenir à la matérialité de l’écriture, mettre mon corps à l’épreuve. Achat sur Amazon.ca : une plume « fontaine » Pilot Vanishing Point, Collection « Retractable », noir mat, pointe moyenne ; une bouteille d’encre Iroshizukui couleur « shin-kai » (bleu de la mer profonde). Une plume soigneusement choisie, une plume désirée pour changer de vie, changer ma vie, investissement démesuré, dérisoire. Pour me transformer en samouraï de l’écriture, et si c’était plutôt en Ninja ? (Paquin, 2019, p. 311)

21Karelle — Tu m’as fait relire ce texte, Louis-Claude. J’en ai un souvenir très clair !

Quelques jours plus tard, je coupe le ruban gommé, ouvre la boîte de carton, fébrile, découvre ému un coffret noir mat rectangulaire, tire le ruban, retire doucement la plume de son écrin, regarde ma main qui tient la plume, dévisse avec précaution le corps de la plume, ouvre le flacon d’encre, y plonge la pointe, tourne doucement le piston, regarde, fasciné, le réservoir s’emplir d’encre. Je prends la plume en main. (Paquin, op. cit.)

22Karelle — C’est le geste d’écriture, sa performance :

m’installer chaque matin au même bureau, que je sois ou non inspirée ; poser ma tasse de café à droite, mon verre d’eau à gauche ; réveiller mon portable ; activer mon clavier et ma souris Bluetooth ; tenter de me tenir bien droite sur ma chaise ; parfois faire jouer un album de musique inspirant pour me donner du rythme ; relire à voix haute ce que j’avais écrit la veille ; et me mettre en marche : taper n’importe quoi, mais taper quelque chose, faire décoller les idées (Arsenault, op. cit., p. 395).

23Aitchison (2015) et Starke-Meyerring, Paré, Sun et El-Bezre (2014) remarquaient avec justesse que l’écriture en recherche est un geste invisible. Pourtant, c’est tout le contraire !

24Louis-Claude — Tout à fait ! En écrivant pour la première fois avec ma plume, je suis redevenu écolier, j’ai retrouvé « l’emplacement dans la chair de mon index et de mon majeur, ces creux dans les os façonnés par tant d’années de prise de notes, de dissertations, d’examens », j’ai ressenti « l’étranglement de la cravate de mon uniforme défraîchi » (Paquin, op. cit., p. 311). Aujourd’hui, il me semble que ma main n’est plus aussi agile, qu’elle s’engourdit. Ce n’est pas toujours facile de vieillir et, surtout, de l’accepter !

25Karine — Oh ! Voilà un exemple révélateur de tout le potentiel d’une écriture collaborative, à six mains. Nos points de vue se croisent : tu vois, dans mes recherches actuelles, j’utilise l’écrire autrement pour faire contrepoids à l’hégémonie du paradigme biomédical (Gullette, 2004 ; Katz, 2014) et des conceptions qui envisagent d’emblée le vieillissement comme déclin. Je ne veux surtout pas nier les éventuelles transformations du corps qui peuvent être associées au vieillissement, je t’assure ! Mais c’est peut-être moins sa « dégénérescence » que le manque de « pratique » qui engourdit ta main, non ? Tout ça me fait penser à Travels with Ernest de Laurel Richardson et Ernest Lockridge (2004). Dans ce texte, les deux auteurs font se rencontrer à travers l’écriture leurs expériences subjectives des voyages qu’ils ont faits ensemble. Enfin… pardonnez-moi cette interruption. Karelle, je suis curieuse, saurais-tu dire comment tu en es venue à cette volonté d’écrire la recherche autrement ?

26Karelle — Pour moi, comme Louis-Claude le sait, mon écrire autrement est né d’un premier (gros) blocage avec ma thèse : mon sujet de recherche ne m’intéressait plus. M’avait-il même déjà intéressée ? N’avais-je pas plutôt tenté de m’adjoindre une étiquette (de « coolitude », dirais-je aujourd’hui) qui ne me ressemblait pas ? Contrairement à notre collègue Marie-Pierre (David, 2021), je n’ai jamais osé tout reprendre à zéro. Les mois ont passé, et je me suis questionnée : « Mais pourquoi je fais un doc ?! » « Parce que j’aime écrire. »

27Louis-Claude — Ça n’a pas été facile. Mais tu t’es lancée. Comme moi d’ailleurs :

Commencer à écrire, ralentir le geste, prendre soin de bien former les lettres, écouter le grattement de la pointe de la plume sur le papier rêche, risquer les taches sur le papier, risquer de souiller mes doigts, accepter le décalage entre la vitesse de ma main soucieuse de bien faire les choses et celle de ma pensée qui sautille. Raturer, tâtonner, errer, regarder ma main écrire une pensée qui est déjà ailleurs, qui a bifurqué, continuer quand même à écrire en reprenant le fil, revenir en arrière pour préciser un détail. Apparaît tout à coup ce qui est essentiel mais qui était enfoui. Raturer, insérer entre les lignes trop serrées, puis continuer en marge, tracer une flèche pour indiquer l’emplacement, prendre la décision de faire une pause, de retranscrire, reformuler en retranscrivant, prendre en même temps en note le flux de pensées, avoir peur de le perdre irrémédiablement (Paquin, op. cit., p. 311).

28Karine — C’est aussi comme ça que je travaille, dans la matérialité, à partir de bouts de papier, de notes éparses que je découpe, que je colle, que j’organise et désorganise :

Il s’agit de la seule façon d’écrire qui semble à ce jour me convenir. Cette absence de méthode formelle, cette « écriture sans méthode » (Deleuze et Guattari, 1980), me permet de faire résonner mes réflexions, d’en faire jouer les rythmes, d’en alterner et superposer les temps, de résister à toute chronologie pour me croiser à différents moments (Bellerive, 2021, p. 23).

29Karelle, Karine, Louis-Claude — L’écriture transforme.

Illustration 2. Mes corps rêvés : démarche

Illustration 2. Mes corps rêvés : démarche
  • 6 « Pour qu’une rêverie se poursuive avec assez de constance pour donner une œuvre écrite, pour qu’el (...)

Bachelard (2021, p. 10)6

Illustration 3 Mes corps rêvés : démarche (suite)

Illustration 3 Mes corps rêvés : démarche (suite)
  • 7 Intitulé Mes corps rêvés, mon recueil graphique (ou ma thèse de recherche-création) explore l’incar (...)

Agathe François7.

« Manifeste » pour l’écrire autrement

30Louis-Claude — Et si nous nous commettions avec une sorte de manifeste sur l’écrire autrement ?

31Karelle — Cela permettrait de poser des bases pour encourager des pratiques contrastées et réflexives en recherche.

32Karine — Pourquoi pas !

33Les questionnements et les intentions qui sous-tendent l’adoption de pratiques d’écriture transgressives ou subversives par rapport aux contraintes normatives de l’écriture dite « scientifique » en communication sont principalement d’inspiration foucaldienne (Foucault, 1976). Ces pratiques constituent des formes de résistance épistémologique face à l’héritage positiviste qui teinte toujours la recherche en sciences humaines et sociales. S’inscrivant dans les rapports de pouvoir qui modulent la production de connaissances, elles visent à ébranler les « régimes de vérité » qui ont cours dans le monde social et, plus spécifiquement, dans le milieu universitaire, à renverser les impératifs de rigueur scientifique qui reposent sur l’objectivité et l’effacement de la personne pour les remplacer par l’authenticité, l’engagement, la réflexivité et la prise en compte du sensible. Les personnes qui souhaitent s’engager sur cette voie seront soumis à des tensions et à des dilemmes sur le plan éthique, tant en ce qui concerne l’élaboration que la diffusion et la circulation du savoir. Elles feront face à des enjeux de genre, de classes, institutionnels, disciplinaires, économiques, politiques, etc. Elles se poseront la question de leur responsabilité et celle de l’inclusion de personnes et de groupes (Alcoff, 1991-1992 ; Spivak, 1988) dans les processus de recherche. Dans la foulée des pratiques d’écriture transgressives ou subversives par rapport aux contraintes normatives de l’écriture scientifique en communication, il faudra réfléchir aux savoirs « autres » que celles-ci permettent de produire ainsi qu’aux « devenirs » (Deleuze, 1997) qu’elles génèrent. Même si l’écriture est surtout confinée à communiquer les résultats de la recherche, elle est potentiellement déterminante de ce qui surviendra lorsque son geste est posé consciemment et lorsque la personne qui écrit sait qu’elle fait, par-là, bien plus que simplement aligner des mots.

  • 8 « parce qu’écrire est générative », « parce qu’écrire est le reflet d’un soi rhétorique », « parce (...)

34Avec ce numéro thématique, nous souhaitions mettre en avant, voire susciter, des recherches et des réflexions d’ordre méthodologique, en communication, dans lesquelles l’écriture est mobilisée comme outil de création et de transformation, comme lieu d’émergence des idées. Colyar écrivait ceci : « because writing is generative », « because writing is a reflection of the rhetorical self » ; « because writing is sense making » ; « because writing is methodology8 » (op. cit., p. 425, 429, 431, 432). Ainsi, l’écriture peut être mobilisée pour produire des « données » comme méthode d’enquête ou d’analyse.

35Au tournant des années 2000, et même avant chez des pionnières et des précurseurs, sont apparues et ont proliféré des formes variées de texte de recherche où l’écriture est « non conventionnelle » : des récits autoethnographiques, une écriture sensible, à la première personne, des récits coconstruits, polyvocaux, des récits de pratique, des écrits de fiction, mais aussi des dessins, des photographies, des vidéos, etc. Performatives, ces formes d’écriture s’opposent à la monstration de l’écriture conventionnelle, c’est pourquoi elles sont qualifiées de non représentationnelles (Vannini, 2015). Performatives, ces formes d’écriture issues d’expérimentations expressives et créatives interrogent et déconstruisent les normes de la scientificité de la recherche en communication et ouvrent la porte à la production d’autres formes de connaissances : situées, sensibles, encorporées et expérientielles (Livholts, 2019 ; Snowber, 2016).

36Louis-Claude — Vous pensez quoi de notre début de « manifeste » ?

37Karelle et Karine — Nous avons assurément le matériel pour alimenter le texte de présentation du prochain numéro sur le même sujet, qui pourrait être publié à l’automne 2022 !

Présentation des contributions du numéro

38L’un de nos points de départ en matière d’écrire autrement est le texte « Writing: A Method of Inquiry », d’abord publié en 1994 par Laurel Richardson dans la première édition du Handbook of Qualitative Research (Sage Publications), puis réédité en 2005 par Richardson et Elizabeth St. Pierre dans la 3e édition de ce même recueil. Pour entamer cette série de deux numéros, nous vous offrons avec un grand plaisir la traduction française de la seconde version de ce texte, que nous estimons des plus inspirants : « Écrire : une méthode de recherche » (traduction de Karelle Arsenault et Karine Bellerive).

39En 1994, Richardson confiait trouver les textes scientifiques en recherche qualitative d’un ennui mortel, et ce, malgré leur grande pertinence sociale. Avouons-le, plusieurs d’entre nous se sont astreints plus d’une fois à lire un article scientifique jusqu’au bout, soit par obligation, soit par principe, soit parce que le sujet traité était essentiel (à notre cheminement, à la société, à la « Science », etc.). Bien entendu, ce constat ne signifie pas que les formes d’écriture plus classiques sont toutes ennuyantes. Nous pouvons très bien trouver une recherche dans un rendu classique passionnante et une écriture plus créative moins inspirante. Cette nuance apportée, il faut cependant souligner que, si les rendus d’une recherche quantitative peuvent « s’incarner dans des résumés et des tableaux, les travaux qualitatifs, eux, ne font sens que dans leur texte tout entier », comme le rappelle Richardson dans la première partie du texte. Les chercheuses et chercheurs qualitatifs se doivent ainsi d’écrire pour que les lectrices et lecteurs se rendent au point final de leurs textes. D’une certaine manière, une recherche qualitative est comme une histoire : si on ne la lit pas du début à la fin, on ne la saisit pas dans son entièreté. Aussi, pour St. Pierre (deuxième partie du texte), l’écriture doit forcément « ébranler le connu et le réel » (Baudrillard, 1981/1988 ; Butler, 1990).

  • 9 Ajoutons que St. Pierre se réclame également du courant postqualitatif de la recherche (voir St. Pi (...)
  • 10 Les codes du monde ne restent pas immobiles à attendre qu’on les déchiffre (traduction des auteurs)

40Richardson et St. Pierre s’inscrivent dans le courant postmoderne9 de la recherche, lequel reconnaît que « tous les concepts qui définissent la recherche qualitative interprétative conventionnelle, y compris la méthode, sont contingents » (St. Pierre, deuxième partie) (Butler, 1992). Le doute, par ailleurs, est indispensable. Il faut douter de « toute méthode ou théorie, [de] tout discours ou genre, [de] toute tradition ou nouveauté qui se revendiquent de la “vérité” de manière universelle et unanime, ou qui estiment produire des connaissances qui seules peuvent faire autorité » (Richardson, première partie). Les approches qui découlent de ce courant nous poussent à nous remettre constamment en question et à remettre en question ce que nous croyons être une « vérité », non pas par relativisme, mais parce qu’il faut en tout contexte être consciente, conscient, du caractère situé de sa posture de chercheuse, de chercheur. « The codes of the world are not still, waiting only to be read10 » (Haraway, 1988, p. 131). C’est en cela que nous invitons la recherche qualitative à s’écrire autrement.

41Ainsi,

  • 11 la nature désordonnée du monde social et, par conséquent, de la recherche sociale (traduction de l’ (...)

[nous] ne rejet[ons] pas tous les écrits qui s’attachent à [la] forme [dite « conventionnelle » de l’écriture scientifique]. Seulement, il [nous] semble y avoir un besoin pour un peu plus de ces textes « scientifiques » qui racontent, qui ne se contentent pas de strictement montrer. Il [nous] semble y avoir un besoin pour des textes plus réflexifs, entre autres parce que c’est lorsque la chercheuse ou le chercheur retrace pour nous sa réflexivité que « the messy nature of the social world and therefore social research11 » (Lumsden, 2019, p. 2) est exposée (Arsenault, op. cit., p. 4).

42En ce sens, les autrices et auteurs de nos deux numéros sur l’écrire autrement en recherche tentent, chacune et chacun à leur manière, de poser une écriture nouvelle par rapport à ce qu’elle ou il a appris, a connu ou a pratiqué. Certaines des réflexions proposées se sont imposées plus récemment dans le parcours de leur autrice ou auteur, tandis que d’autres sont le fruit de plusieurs années de travail.

43Avant de poursuivre avec la présentation des contributions de ce premier de deux numéros, nous aimerions revenir rapidement sur le paradoxe avec lequel nous avons dû composer au moment de procéder à l’évaluation des propositions soumises. En effet, comment évaluer des textes qui écrivent la recherche autrement avec les critères habituels des publications scientifiques ? Par exemple :

L’article scientifique présente en introduction la problématique qui comprend le but et les objectifs de recherche, suivie d’une recension des écrits sur le phénomène à l’étude, une présentation des concepts clés qui sous-tendent l’analyse, une description de la méthodologie, une présentation des résultats et une discussion sur leur contribution à la connaissance de même que sur les forces et les limites de l’étude (Informations aux auteurs de la revue Communication.)

44De notre point de vue, ce n’était pas chose possible. Si la rigueur et l’éthique qui sous-tendent la recherche qualitative doivent demeurer en toute situation, s’il importe de retrouver l’essentiel des éléments énumérés plus haut dans un texte de recherche, il faut néanmoins autoriser, voire encourager, la déconstruction et la réarticulation de ces cases qui contraignent l’écriture et ferment la porte à toute créativité, sous prétexte que celle-ci nuirait à l’objectivité. Richardson (première partie du texte) propose quatre critères d’évaluation pour des textes (plus) créatifs : la contribution est-elle significative pour la recherche ? ; le texte est-il réussi sur le plan esthétique ? ; la subjectivité de l’autrice ou de l’auteur a-t-elle été productrice et produit du texte écrit ? ; le texte affecte-t-il la personne qui le lit sur les plans émotionnel et intellectuel ?

45À différents niveaux, les articles de ce numéro et de celui qui suivra répondent à l’un de ces critères ou à l’ensemble de ceux-ci. Nous les avons répartis avec, à l’esprit, le principe de cristallisation présenté par Richardson dans la première partie du texte traduit — principe également repris par Ellingson (2009). Selon Richardson, la cristallisation s’oppose à la triangulation, plus rigide, en ce qu’elle renvoie à « une infinité de formes, de substances, de multidimensionnalités, d’angles et d’approches » (première partie du texte). Pour penser l’organisation des deux numéros, nous avons donc songé à la façon dont les textes de ces numéros se « réfractaient » entre eux, se répondaient par l’« ondulation » de leur propos, de leur forme, d’une ou de plusieurs idées. Bon nombre de combinaisons auraient été possibles ; nous vous en présentons une seule.

Les contributions

46Dans le premier article, Agnès d’Arripe et Céline Lefebvre reviennent sur une expérience de recherche inclusive et d’écriture collaborative, qui fait place à l’expression de vécus autres. Ces vécus autres, ce sont ceux de personnes typifiées par les institutions comme « déficientes intellectuelles », des personnes généralement exclues de la production de connaissances. La contribution des autrices rend visibles et confronte des vécus, des points de vue et des savoirs expérientiels. Tout au long du processus, elles remettent en question leur travail et les rapports de pouvoir qui s’installent forcément entre elles, chercheuses professionnelles, et leurs collaboratrices et collaborateurs, chercheuses et chercheurs non professionnels.

47Faisant écho à cette posture située, mais aussi, indirectement, au défi que représente la recherche inclusive, Isabelle Mahy s’interroge sur la manière dont elle peut être chercheuse au 21e siècle, alors qu’un handicap invisible (les migraines vestibulaires) limite gravement ses capacités à fixer un écran et à se concentrer des heures durant sur un travail. Sont entre autres évoqués les impératifs universitaires de productivité (enseignement, recherche, engagement dans la collectivité, etc.) et la pression qu’elle s’impose autant que celle qu’elle ressent. Mahy, la « Vertigineuse », se propose ainsi de revenir sur son expérience dans un récit graphique autoethnographique captivant qui donne à penser.

48Revenant elle aussi sur son parcours universitaire tumultueux, Christine Bouissou expose les obstacles qu’elle a dû surmonter au cours de sa carrière, mais aussi les réussites qui l’ont ponctuée. Bouissou « déploie » son écriture de façon à réfléchir à sa pratique professionnelle, à son cheminement, à sa progression, tout en instituant, plus largement, une pensée et une action autour des questions de genres. « La pratique de l’écriture, écrit-elle en introduction, constitue une manière accessible, régulière, équilibrante et roborative d’avancer en un sens heuristique, voire de s’affranchir des cadres de référence pour penser, écrire et vivre différemment. »

49Kyle Conway s’intéresse également au caractère heuristique de l’écriture, mais à travers la réunion de la recherche et de l’enseignement, qu’il se propose d’aborder non pas comme deux lieux distincts — des catégories institutionnalisées —, mais comme poïésis, soit celle de l’« enseignement-comme-recherche ». Pour aborder la question de l’écrire autrement, il se penche d’abord sur la nature de la recherche à écrire pour ensuite concevoir le « cours-comme-texte », un texte qui « mène à la découverte ». Afin d’illustrer son propos, il revient sur un séminaire doctoral qu’il a entièrement enseigné par courrier électronique durant la pandémie et sur deux sections d’un séminaire de maîtrise, l’une en français et l’autre en anglais, qu’il a menées parallèlement durant un même trimestre. L’enseignement-comme-recherche et le cours-comme-texte invitent alors à différentes trajectoires d’interprétations.

50Franck Renucci et David Galli se lancent pour leur part dans d’autres sphères interprétatives, alors qu’ils mobilisent le corps et les sentiments pour réfléchir à leur objet de recherche. S’essayant au « je », pour reprendre leur formule — un « je » qui les représente tous les deux —, ils proposent un compte rendu performatif d’une matérialité vivante : l’essai comme recherche-création. Écrire autrement, c’est pour eux éprouver le potentiel de l’essai à traquer et à exprimer les rythmes, les vibrations, les événements du corps, les sentiments qui précèdent la pensée, rarement inclus dans le rendu de la recherche. L’écrit au « je » engage le corps. Il préserve les rencontres, les erreurs, les impuretés et les bifurcations. Dans un texte incarné, Renucci et Galli exploitent la synchronie de l’instant, la sérendipité, la contingence : ils « essaie[nt] d’écrire ce qui [leur] résiste ».

51Pour faire suite à cet excellent exemple de réflexion située (Haraway, op. cit.), Mathilde Vassor et Laura Verquere ont, à juste titre, choisi de mettre en dialogue les écrits d’Anna Tsing, de Donna Haraway et de Vinciane Despret. Ces trois autrices pensent et écrivent la recherche à travers l’approche du récit. Pour elles, le récit est un « mode d’être scientifique ». Vassor et Verquere s’interrogeront en outre sur l’effet qu’ont eu ces autrices sur leurs propres objets de recherche et sur leur pensée à travers deux exemples de recherche en sciences de l’information et de la communication.

52Jeanne Ferrari-Giovanangeli s’interroge elle aussi sur sa posture de chercheuse et sur l’écriture au « je » — thème récurrent dans les articles des deux numéros. Alors qu’en Corse, des manifestations de balcon avaient cours tout autour d’elle durant les premiers mois de la pandémie de COVID-19, Ferrari-Giovanangeli a saisi le moment pour se poser à la fois comme jeune chercheuse et comme participante d’un phénomène tout aussi local — et insulaire — que planétaire. Revenant sur les premiers pas de son autoethnographie, elle témoigne du confinement et utilise l’écriture pour suivre une pensée qui, au fil (du temps) de la recherche, apprend à se construire, à émerger puis à éclore.

53Pour conclure, Djaouida Hamdani répond — littéralement — à l’appel que nous avons lancé. Par son point de vue à cheval entre la linguistique et la communication, elle s’amuse à interpréter et à réinterpréter notre appel tout en défilant brin par brin sa pensée sur l’écrire autrement d’Alain Robbe-Grillet dans Djinn (1981). Robbe-Grillet, dont l’ouvrage a fait l’objet de plusieurs analyses, propose une écriture transgressive qui conjugue récit de fiction, « prétexte à une grammaire pédagogique du français », et grammaire du français « qui se laisse raconter », écrit Hamdani. Sans prétention de « vérité », l’autrice explore avec une modestie rafraîchissante les jeux de langage, la polyphonie et les écritures plurielles, et termine en se demandant si, par sa réflexion, elle aura su contribuer à l’« avancement des connaissances ».

Haut de page

Bibliographie

AITCHISON Claire (2015), « Writing the practice/practise the writing: Writing challenges and pedagogies for creative practice supervisors and researchers », Educational Philosophy and Theory, 47(12), p. 1291-1303.

ALCOFF Linda M. (1991-1992), « The problem of speaking for others », Cultural Critique, (20), p. 5-32.

ARSENAULT Karelle (2020), Le documentaire interactif et moi : une recherche par l’écriture. Thèse de doctorat en communication sous la direction de Louis-Claude PAQUIN, Université du Québec à Montréal.

BACHELARD, Gaston (2021), L’eau et les rêves, Paris, Librairie générale française.

BAUDRILLARD Jean (1988), « Simulacra and simulations », dans Marc POSTER (dir.), Jean Baudrillard: Selected Writings, traduit du français par Paul FOSS, Paul PATTON et Phil BEITCHMAN, Stanford, Stanford University Press, p. 166-184.

BELLERIVE Karine (2021- sous embargo), Écrire les vieillissements : une recherche-création. Écrire ses vieillissements, ses rapports changeants à soi, à son père, à l’écriture, au temps. Thèse de doctorat en communication sous la direction de Line GRENIER, Université de Montréal.

BERGER Ève et Pierre PAILLÉ (2011), « Écriture impliquée, écriture du Sensible, écriture analytique : de l’im-plication à l’ex-plication », Recherches qualitatives, (11), p. 68-90.

BONOLI Lorenzo (2006), « Écrire et lire les cultures : l’ethnographie, une réponse littéraire à un défi scientifique », A contrario, 4(3), p. 108-124.

BRIGGS Charles L. (2002), « Interviewing, knowledge, and social inequality », dans Jaber F. GUBRIUM et James A. HOLSTEIN (dir.), Handbook of Interview Research: Context and Method, Thousand Oaks, Sage Publications, p. 911-922.

BUTLER Judith (1990), Gender Trouble: Feminism and the Subversion of Identity, New York, Routledge.

BUTLER Judith (1992), « Contingent foundations: Feminism and the question of “postmodernism” », dans Judith BUTLER et Joan W. SCOTT (dir.), Feminists Theorize the Political, New York, Routledge, p. 3-21.

CAULLEY Darrel N. (2008), « Making qualitative research reports less boring: The techniques of writing creative nonfiction », Qualitative Inquiry, 14(3), p. 424-449.

CHAPMAN Owen et Kim SAWCHUK (2012), « Research-creation: Intervention, analysis and “family resemblances” », Canadian Journal of Communication, 37, p. 5-26.

CHARMILLOT Maryvonne, Mireille CIFALI et Caroline DAYER (2006), « L’écriture de la recherche mise en questions », dans Christian BOTA, Mireille CIFALI BEHA et Marc DURAND (dir.), Recherche, intervention, formation, travail : débats et perspectives dans le champ de la formation des adultes, Genève, Université de Genève, p. 169-190.

CHENAIL Ronald J. (2008), « But is it research? A review of Patricia Leavy’s method meets art: Arts-based research practice », The Qualitative Report, 13(3), p. 7-12.

CLIFFORD James et George E. MARCUS (1986), Writing Culture: The Poetics and Politics of Ethnography: A School of American Research Advanced Seminar, Berkeley, University of California Press.

COLYAR Julia (2009), « Becoming writing, becoming writers », Qualitative Inquiry, 15(2), p. 421-436.

COLYAR Julia E. (2013), « Reflections on writing and autoethnography », dans Stacy HOLMAN JONES, Tony E. ADAMS et Carolyn ELLIS (dir.), Handbook of Autoethnography, Abingdon/New York, Routledge, p. 363-383.

DAVID Marie-Pierre (2021), Corps, devenir-souhaité et connaissance. Thèse de doctorat en communication sous la direction de Gaby HSAB, Université du Québec à Montréal.

DAVIES Bronwyn (2009), « Life in King’s Cross: A play of voices », dans Alecia YOUNGBLOOD JACKSON et Lisa A. MAZZEI (dir.), Voice in Qualitative Inquiry. Challenging Conventional, Interpretive, and Critical Conceptions in Qualitative Research, Londres, Routledge, p. 197-219.

DAYER Caroline (2009), « Modes d’existence dans la recherche et recherche de modes d’existence », Pensée plurielle, 1(20), p. 63-78.

DE MELLO Dilma Maria (2007), « The language of arts in a narrative inquiry landscape », dans D. Jean CLANDININ (dir.), Handbook of Narrative Inquiry: Mapping a Methodology, Thousand Oaks, Sage Publications, p. 203-223.

DELEUZE Gilles (1997), Critique et clinique, Paris, Minuit.

DELEUZE Gilles et Félix Guattari (1980), Mille plateaux, Paris, Éditions de minuit.

DENZIN Norman K. (2003), « The call to performance », Symbolic Interaction, 26(1), p. 187-207.

DENZIN Norman K. (2016), « Interpretive autoethnography », dans Stacy HOLMAN JONES, Tony E. ADAMS et Carolyn ELLIS (dir.), Handbook of Autoethnography, Abingdon/New York, Routledge, p. 123-142.

DHAWAN Nikita (2012), « Hegemonic listening and subversive silences: Ethical-political imperatives », Critical Studies, 36(1), p. 47-60.

ELLINGSON Laura L. (2009), Engaging Crystallization in Qualitative Research: An Introduction, Thousand Oaks, Sage Publications.

ELLIS Carolyn et Art P. BOCHNER (2000), « Autoethnography, personal narrative, reflexivity », dans Norman K. DENZIN et Yvonna S. LINCOLN (dir.), Handbook of Qualitative Research (2e éd.), Thousand Oaks, Sage Publications, p. 733-768.

ELLIS Carolyn et Leigh BERGER (2001), « Their story/my story/our story: Including the researcher’s experience in interview research », dans Jaber F. GUBRIUM et James A. HOLSTEIN (dir.), Handbook of Interview Research, Thousand Oaks, Sage Publications, p. 849-875.

FORTIN Sylvie et Émilie HOUSSA (2012), « L’ethnographie postmoderne comme posture de recherche : une fiction en quatre actes », Recherches qualitatives, 31(2), p. 52-78.

FOUCAULT Michel (1976), Histoire de la sexualité I. La volonté de savoir, Paris, Gallimard.

GALLAGHER Shaun (2006), « The narrative alternative to theory of mind », dans Richard MENARY (dir.), Radical Enactivism. Intentionality, Phenomenology and Narrative: Focus on the Philosophy of Daniel D. Hutto, Amsterdam, John Benjamins Publishing Company, p. 223-229.

GANNON Susanne (2016), « Sketching subjectivities », dans Stacy HOLMAN JONES, Tony E. ADAMS et Carolyn ELLIS (dir.), Handbook of Autoethnography, Abingdon/New York, Routledge, p. 228-243.

GEERTZ Clifford (1973), The Interpretation of Cultures, New York, Basic Books.

GIBBS Anna (2005), Writing as Method: Attunement, Resonance and Rhythm. [En ligne]. https://www.academia.edu/24725997/Writing_as_Method_Attunement_Resonance_and_Rhythm consulté le 2 avril 2022

GOSSELIN Pierre et Éric LE GOGUIEC (dir.) (2006), La recherche création. Pour une compréhension de la recherche en pratique artistique, Québec, Presses de l’Université du Québec.

GULLETTE Margaret M. (2004). Aged by Culture. Chicago, University of Chicago Press.

GUTTORM Hanna Ellen (2012), « Becoming-(a)-paper, or an article undone: (Post-) knowing and writing (again), nomadic and so messy », Qualitative Inquiry, 18(7), p. 595-605.

HARAWAY Donna (1988), « Situated knowledges: The science question in feminism and the privilege of partial perspective », Feminist Studies, 14(3), p. 575-599.

HOLLEY Karri A et Julia COLYAR (2009), « Rethinking texts: Narrative and the construction of qualitative research », Educational Researcher, 38(9), p. 680-686.

KATZ Stephen (2014), « What is age studies ? », Age, Culture, Humanities: An Interdisciplinary Journal, (1), p. 17-23.

LATHER Patti (1993), « Fertile obsession: Validity after poststructuralism », The Sociological Quarterly, 34(4), p. 673-693.

LATHER Patti et Elizabeth Adams ST. PIERRE (2013), « Post-qualitative research », International Journal of Qualitative Studies in Education, 26(6), p. 629-633.

LEAVY Patricia (2015), Method Meets Art. Arts-Based Research Practice (2e éd.), New York, Guilford Publications.

LEAVY Patricia (2017a), Handbook of Arts-Based Research, New York, Guilford Publications.

LEAVY Patricia (2017b), Research Design: Quantitative, Qualitative, Mixed Methods, Arts-Based, and Community-Based Participatory Research Approaches, New York, Guilford Publications.

LEDUC Véronique (2015), C’est tombé dans l’oreille d’une Sourde : la sourditude par la bande dessignée. Thèse de doctorat en communication sous la direction de Line GRENIER, Université de Montréal.

LIKKE Nina (dir.) (2014), Writing Academic Texts Differently. Intersectional Feminist Methodologies and the Playful Art of Writing, New York, Routledge.

LINCOLN Yvonna S., Susan A. LYNHAM et Egon G. GUBA (2000), « Paradigmatic controversies, contradictions, and emerging confluences, revisited », dans Norman DENZIN et Yvonna S. LINCOLN (dir.), Handbook of Qualitative Research (2e éd.), Thousand Oaks, Sage Publications, p. 222-264.

LIVHOLTS Mona. (2019). Situated Writing as Theory and Method: The Untimely Academic Novella, Londres, Routledge.

LUMSDEN Karen (2019), « Introduction: The reflexive turn and the social sciences », dans Karen LUMSDEN (dir.), Reflexivity: Theory, Method and Practice, Londres, Routledge.

LYOTARD Jean-François (1979), La condition postmoderne. Rapport sur le savoir, Paris, Éditions de Minuit.

MADISON Soyini et Judith HAMERA (dir.) (2006), The SAGE Handbook of Performance Studies. Thousand Oaks, Sage Publications.

MARA David J. (2018), Disabilities, Masculinities and Schooling: A Narrative Inquiry into the Stories Lived by Boys and Men with Physical Disabilities. Thèse de doctorat, sous la direction de Wayne J. MARTINO, University of Western Ontario.

MEIER Daniel, Giuseppe MERRONE et Raphaël PARCHET (2006), « Écriture et récit en sciences sociales », A contrario, 4(1), p. 2-5.

PACE Steven (2012), « Writing the self into research: Using grounded theory analytic strategies in autoethnography », Text Journal, (13), p. 1-15

PAQUIN Louis-Claude (2019), « Pour une théorisation incarnée suivi de embodiment et incarnation : traduction, croisement et translation », dans Isabelle CHOINIÈRE, Enrico PITOZZI et Andrea DAVIDSON (dir.), Par le prisme des sens : médiation et nouvelles réalités du corps dans les arts performatifs : technologies, cognition et méthodologies émergentes de recherche-création, Québec, Presses de l’Université du Québec, p. 311-344.

PELIAS Ronald J. (2013), « Writing autoethnography. The personal, poetic, and performative as compositional strategies », dans Stacy HOLMAN JONES, Tony E. ADAMS et Carolyn ELLIS (dir.), Handbook of Autoethnography, Abingdon/New York, Routledge, p. 384-405.

RASHID, Azra (2014), « Gender and genocide: A research as creation project », Canadian Journal of Communication, 39(2), p. 263-273.

REED-DANAHAY, Deborah (1997), « Introduction », dans Deborah E. REED-DANAHAY (dir.), Auto/Ethnography: Rewriting the Self and the Social, New York, Oxford, p. 1-20.

RICHARDSON Laurel (1994), « Writing: A method of inquiry », dans Norman DENZIN et Yvonna LINCOLN (dir.), Handbook of Qualitative Research (1re éd.), Thousand Oaks, Sage Publications, p. 516-529.

RICHARDSON Laurel (2000), « New writing practices in qualitative research », Sociology of Sport Journal, 17, p. 5-20.

RICHARDSON Laurel et Elizabeth Adams ST. PIERRE (2005), « Writing: A method of inquiry », dans Norman DENZIN et Yvonna S. LINCOLN (dir.), Handbook of Qualitative Research (3e éd.), Thousand Oaks, Sage Publications, p. 959-977.

RICHARDSON Laurel et Ernest LOCKRIDGE (2004), Travels with Ernest: Crossing the Literary/Sociological Divide, Walnut Creek, AltaMira.

RODGERS Tara (2012), « How art and research inform one another, or choose your own adventure », Canadian Journal of Communication, 37, p. 155-161.

SCHÖN Donald A. (1983), The Reflective Practitioner: How Professionals Think In Action, New York, Basic Books.

SNOWBER Celeste (2016), Embodied Inquiry: Writing, Living and Being through the Body, Rotterdam, SensePublishers.

SPIVAK Gayatri Chakravorty (1988), « Can the subaltern speak? Reflections on the history of an idea », dans Cary NELSON et Lawrence GROSSBERG (dir.), Marxism and the Interpretation of Culture, Champaign, University of Illinois Press, p. 66-111.

SPRY Tami (2001), « Performing autoethnography: An embodied methodological praxis », Qualitative Inquiry, 7(6), p. 706-732.

SPURK Jan (2006), « La peur de penser et la marchandisation du désir de penser », dans Eugène ENRIQUEZ, Claudine HAROCHE et Jan SPURK (dir.), Désir de penser – peur de penser, Lyon, Paragon, p. 109-133.

ST. PIERRE Elizabeth Adams (2019), « Post qualitative inquiry in an ontology of immanence », Qualitative Inquiry, 25(1), p. 3-16.

ST. PIERRE Elizabeth Adams (2020), « Why post qualitative inquiry? », Qualitative Inquiry, 27(1), p. 163-166.

ST. PIERRE, Elizabeth Adams (2013), « The posts continue: Becoming », International Journal of Qualitative Studies in Education, 26(6), p. 646-657.

STÅHL Ola (2016), « Kafka and Deleuze/Guattari: Towards a creative critical writing practice », Theory, Culture and Society, 33(7-8), p. 221-235.

STARKE-MEYERRING Doreen, Anthony PARÉ, King Yan SUN et Nazih EL-BEZRE (2014), « Probing normalized institutional discourses about writing: The case of the doctoral thesis », Journal of Academic Language & Learning, 8(2), p. A13-A27.

STEIER Frederick (1991), Inquiries in Social Construction. Research and Reflexivity, Thousand Oaks, Sage Publications.

VANNINI Phillip (2015), « Non-representational ethnography: new ways of animating lifeworlds », Cultural Geographies, 22(2). doi: https://doi.org/10.1177/1474474014555657 consulté le 26 mai 2022

Haut de page

Notes

1 Doctorat conjoint en communication de l’Université Concordia, de l’Université de Montréal et de l’Université du Québec à Montréal, de 1987 à 2017. Après la scission, chacune de ces trois universités a développé son propre programme de doctorat en communication.

2 Les koi nobori, « banderole de carpe » en japonais, sont des manches à air en forme de carpes koï (carpes japonaises d’« ornement »). Celles-ci sont hissées sur des mats en mai pour célébrer la Journée des enfants (Kodomo no hi), qui a lieu le 5 mai.

3 Désolé, le prochain panel commencera bientôt. Vous devez quitter la salle (traduction des auteurs).

4 épistémologies, fondements théoriques, méthodologies [et] procédures (traduction des auteurs).

5 Traduction des auteurs.

6 « Pour qu’une rêverie se poursuive avec assez de constance pour donner une œuvre écrite, pour qu’elle ne soit pas simplement la vacance d’une heure fugitive, il faut qu’elle trouve sa matière, il faut qu’un élément matériel lui donne sa propre substance, sa propre règle, sa poétique spécifique. »

7 Intitulé Mes corps rêvés, mon recueil graphique (ou ma thèse de recherche-création) explore l’incarnation contemporaine et future par l’écriture onirique et l’aquarelle. L’eau, les rêves, l’aquarelle, l’encre, le papier sont autant de « matière[s] » donnant vie à cette quête d’incarnation poétique que je mène délibérément au « je » en tentant de me débarrasser des « il faut ».

8 « parce qu’écrire est générative », « parce qu’écrire est le reflet d’un soi rhétorique », « parce qu’écrire, c’est faire sens », « parce qu’écrire est une méthodologie » (traduction des auteurs).

9 Ajoutons que St. Pierre se réclame également du courant postqualitatif de la recherche (voir St. Pierre, 2013, 2019, 2020).

10 Les codes du monde ne restent pas immobiles à attendre qu’on les déchiffre (traduction des auteurs).

11 la nature désordonnée du monde social et, par conséquent, de la recherche sociale (traduction de l’autrice).

Haut de page

Table des illustrations

Titre Illustration 1. De l’eau dans les doigts
Légende Agathe François est doctorante en communication à l’Université de Montréal et s’intéresse aux imaginaires des corps à travers l’aquarelle et l’écriture onirique.
URL http://journals.openedition.org/communication/docannexe/image/15300/img-1.png
Fichier image/png, 2,6M
Titre Tableau 1. Texte d’Hanna Ellen Guttorm
URL http://journals.openedition.org/communication/docannexe/image/15300/img-2.png
Fichier image/png, 126k
Titre Illustration 2. Mes corps rêvés : démarche
Légende Bachelard (2021, p. 10)6
URL http://journals.openedition.org/communication/docannexe/image/15300/img-3.png
Fichier image/png, 960k
Titre Illustration 3 Mes corps rêvés : démarche (suite)
Crédits Agathe François7.
URL http://journals.openedition.org/communication/docannexe/image/15300/img-4.png
Fichier image/png, 933k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Karelle Arsenault, Karine Bellerive et Louis-Claude Paquin, « Conversation nomade sur l’écriture en recherche »Communication [En ligne], vol. 39/1 | 2022, mis en ligne le , consulté le 17 août 2022. URL : http://journals.openedition.org/communication/15300 ; DOI : https://doi.org/10.4000/communication.15300

Haut de page

Auteurs

Karelle Arsenault

Karelle Arsenault est docteure en sciences de la communication, Faculté de communication, Université du Québec à Montréal. Courriel : arsenault.karelle@uqam.ca

Articles du même auteur

Karine Bellerive

Karine Bellerive est chercheuse postdoctorale, École de travail social, Université du Québec à Montréal, et chargée de cours, Département de communication, Université de Sherbrooke. Courriel : Karine.Bellerive@USherbrooke.ca

Articles du même auteur

Louis-Claude Paquin

Louis-Claude Paquin est professeur, École des médias, Université du Québec à Montréal. Courriel : paquin.louis-claude@uqam.ca

Haut de page

Droits d’auteur

CC BY-NC-ND 4.0

Creative Commons - Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International - CC BY-NC-ND 4.0

https://creativecommons.org/licenses/by-nc-nd/4.0/

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search