Navigation – Plan du site

AccueilNumérosVol. 39/2Études de casLe slacktivisme

Études de cas

Le slacktivisme

Un maximum d’effet avec un minimum d’effort !
Chiraz Dabbabi, Mireille Lalancette et Léo Trespeuch

Résumés

Les médias socionumériques, dont Facebook, Twitter et Instagram, ont créé une nouvelle dynamique d’activisme social : le slacktivisme. Le slacktivisme désigne les activités de militantisme, via les médias socionumériques, à faible risque et faible coût, entreprises par des jeunes dont le but est de sensibiliser, de produire un changement ou d’apporter une satisfaction personnelle. Dans une première partie, les auteurs proposent une revue de littérature sur le slacktivisme. Dans une seconde partie, une mise en perspective des deux courants de la littérature sur le slacktivisme a été mise en évidence. Le principal résultat de ce travail est de circonscrire le concept de slacktivisme comme une nouvelle forme de militantisme en ligne qui permet aux individus d’exercer un fort impact avec un minimum d’effort.

Haut de page

Texte intégral

1Le mouvement StopCultureDuViol lancé par la militante féministe et poète autochtone Natasha Kanapé Fontaine le 24 octobre 2016 sur Facebook et Twitter, à la suite des scandales sexuels survenus dans les résidences universitaires au Québec, a permis de dénoncer la banalisation des violences et du harcèlement sexuel à l’encontre des femmes. Le 8 décembre 2017, le Québec adopte le projet de loi 151 pour contrer les violences sexuelles dans les établissements d’enseignement supérieur de la province. Des millions de témoignages de femmes victimes de violence, partout dans le monde, rassemblées sous le mouvement viral MeToo, ont engendré en une année (2017) une prise de conscience internationale sur les pratiques de harcèlement sexuel au travail, à la maison, à l’université et dans la rue. Face à la situation, des mesures ont été déployées par différents gouvernements. Le 13 octobre 2018, Priscillia Ludosky, une jeune entrepreneuse française, avec sa pétition sur Internet de plus d’un million de signatures demandant la baisse des prix de l’essence, a été à l’origine du lancement du mouvement des Gilets jaunes. Ce mouvement a fait réagir le président Emmanuel Macron : « Je vous réponds directement : vous avez raison. » Le 2 juin 2020, une pétition en ligne lancée par le mouvement Black Lives Matter récolte plus de 19 millions de signatures, afin que justice soit rendue à George Floyd, un Afro-Américain assassiné par un officier de police blanc du service de Minneapolis en pleine période de pandémie COVID-19. Partager, liker, commenter, parapher un formulaire sur Internet, qui en apparence est un geste qui peut sembler durer quelques secondes et s’apparenter à une implication temporaire, peut donc faire ou non bouger les choses. Les chercheurs appellent cette forme de militantisme sur les réseaux socionumériques le slacktivisme.

2Le slacktivisme est un néologisme issu de l’association des mots slack et activism et qui peut être traduit par l’expression d’un activisme mou qui se laisse aller. Cette expression a été créée par Dwight Ozard et Fred Clark lors d’une série de séminaires donnés au Cornerstone Festival de 1995. Malgré sa connotation péjorative associée à la paresse et au narcissisme, le terme de slacktivisme a également été utilisé positivement. Il permettait de désigner les activités de militantisme en ligne, à petite échelle et à échelle personnelle, entreprises par des jeunes au profit d’une communauté (Christensen, 2011). En effet, les médias socionumériques, dont Facebook, Twitter et Instagram, ont créé une nouvelle dynamique de l’activisme social. Celle-ci a bouleversé la relation entre la volonté populaire et l’autorité politique, ce qui a facilité la collaboration, la coordination et l’expression des préoccupations des plus démunis, comme l’explique le journaliste et analyste des tendances sociopolitiques Malcolm Gladwell (2010). Par la suite, le terme de slacktivisme s’est focalisé sur la « volonté d’effectuer une manifestation symbolique et relativement peu coûteuse de soutien à une cause sociale, accompagnée d’un manque de volonté de consacrer des efforts importants à la mise en œuvre d’un changement significatif » (Kristofferson, White et Peloza, 2014, p. 1149).

3Le « slacktivisme » peut ainsi être vu comme une activité parasite ou une nouvelle forme d’activisme social et politique. Cette divergence de points de vue est très présente dans la littérature. Les chercheurs défaitistes à l’égard du slacktivisme comme Morozov (2009a, 2009b), Kristofferson, White et Peloza (op. cit.), Lim (2015) et Budish (2012) confirment une vision du slacktivisme fondée sur la simple gestion paresseuse du contenu numérique (images et vidéos, par exemple). Ces universitaires ont axé leurs réflexions essentiellement sur l’évaluation de la légitimité du concept de slacktivisme. À l’opposé, d’autres chercheurs plus enthousiastes comme Davis (2011), Brigham et Noland (2014) défendent l’idée selon laquelle les premières actions symboliques sur Internet génèrent un engagement plus actif. Ces auteurs ont étudié les variables de médiation permettant de déterminer si une personne engagée dans le slacktivisme pourrait s’engager dans l’activisme traditionnel par la suite. Cependant, et jusqu’à ce jour, aucun des chercheurs qui se sont intéressés au slacktivisme ne s’est soucié de donner une définition claire de ce concept.

4Devant cette absence de consensus au sein de la littérature, nous cherchons à explorer comment le slacktivisme est envisagé dans la littérature. Et quelle définition pourrait-on faire ressortir de ces travaux.

5Afin d’apporter des éléments de réponse à notre problématique, nous avons opté pour l’élaboration d’une revue de la littérature qui fera état du concept du slacktivisme et offrira une synthèse des travaux réalisés depuis l’apparition du concept de slacktivisme (1995) jusqu’à ce jour. L’objectif de cette revue de la littérature sera de clarifier le concept de slacktivisme et de le rendre facilement identifiable par les futurs chercheurs issus de différentes disciplines. Le slacktivisme devrait être considéré comme une forme de militantisme à part qui est en voie de se généraliser, car il permet aux citoyens d’exercer une forte influence sur un grand nombre de causes avec un minimum d’effort. Phénomène que la pandémie de COVID-19 et les règles de distanciation sociale associées risquent d’accélérer. La contribution de cette recherche est qu’en plus de permettre une meilleure compréhension du concept de slacktivisme, elle permettra d’enrichir les travaux théoriques s’intéressant à la problématique du militantisme et d’Internet ainsi que d’ouvrir des pistes de réflexion pour des recherches empiriques.

6Dans ce qui suit, nous commencerons par détailler la méthodologie adoptée pour réaliser la recension des écrits. Dans une étape suivante, nous présenterons nos résultats, qui consistent à retracer l’historique des études sur le slacktivisme et à souligner le rôle d’Internet et des réseaux socionumériques dans le développement du slacktivisme. De plus, la mise en perspective des deux courants de littérature qui s’affrontent au sujet du slacktivisme sera mise en exergue. Pour finir, une discussion sur la portée de cette étude sera élaborée.

Méthodologie

7Pour réaliser notre étude, nous avons pris appui sur la méthode développée par Trespeuch (2021). Cette méthode, que nous avons adaptée au contexte de notre recherche, offre l’avantage de réaliser une revue de la littérature à partir d’une liste de références d’une trentaine d’articles qui seront analysés par la suite avec le logiciel Gephi. Elle se présente en deux étapes.

Étape 1. Proposer une liste de références

8Elle consiste à identifier et à télécharger les articles portant sur le slacktivisme à partir du moteur de recherche Google Scholar et des bases de données Elsevier, Springer, notamment, publiés depuis 1995 jusqu’à nos jours. Nous avons ensuite effectué un tri des articles que nous avons trouvés afin de conserver les articles scientifiques cités plus de 100 fois et publiés dans de grandes revues en communication sociale et en marketing.

9Afin de repérer et de confirmer la valeur des revues, nous nous sommes basés sur le classement de Google Scholar et du Centre national de la recherche scientifique (CNRS). Nous avons porté une attention particulière aux articles parus dans les revues suivantes :

  • Journal of Communication ;

  • Computers in Human Behavior ;

  • Journal of Promotional Communications ;

  • Journal of Consumer Research ;

  • Information, Communication & Society ;

  • Cyberpsychology: Journal of Psychosocial Research on Cyberspace;

  • International Journal of Strategic Communication;

  • Journal of Nonprofit & Public Sector Marketing;

  • Foreign Policy Analysis;

  • Social Science Computer Review;

  • Human Communication Research;

  • Policy & Internet.

10Ensuite, nous avons créé un fichier Excel contenant deux colonnes : la première colonne appelée « Source » et la deuxième colonne appelée « Target ».

Capture d’écran 1. Base de données sur le slacktivisme

Capture d’écran 1. Base de données sur le slacktivisme

11Dans la colonne Source, nous avons inscrit les titres des articles en lien avec notre thème et dans la colonne Target, nous avons recopié (un à un) les titres des articles de la bibliographie pour chaque article précédemment sélectionné. Cette méthode nous a permis de collecter 1 372 travaux de recherche associés au slacktivisme.

12Cela nous a permis de constituer notre base de données, utilisée à l’étape suivante.

Étape 2. Réaliser une analyse de ses références avec le logiciel Gephi

13Il s’agit ici de procéder à une analyse graphique de notre base de données avec le logiciel Gephi. Nous avons commencé par importer notre base de données précédemment créée. Le logiciel Gephi a identifié 1 247 nœuds et 1 367 liens entre ces articles.

14Ensuite, nous avons procédé à l’étude des liens entre les articles de notre base de données. Une analyse des liens nous permettra d’identifier les articles-clés : plus un article a un nombre élevé de liens avec d’autres articles, plus il est considéré comme pertinent. Dans le contexte de notre recherche, à la suite d’un premier filtrage par « plage de degrés » de liens entre articles, nous avons pu constater que les articles qui ont minimalement cinq liens avec d’autres articles risquent d’être plus enrichissants pour notre recherche. De ce fait, avec le filtre, nous avons supprimé les articles contenant moins de cinq liens.

Capture d’écran 2. Analyse des liens entre articles

Capture d’écran 2. Analyse des liens entre articles

15Dans l’étape suivante, nous avons réalisé une « spatialisation Atlas » pour identifier les sous-groupes d’articles et être en mesure de mieux interpréter notre graphique.

Capture d’écran 3 Spatialisation Atlas

Capture d’écran 3 Spatialisation Atlas

16Il est également possible, dans la section aspect, de faire varier la taille du texte et d’ajouter des couleurs pour mieux repérer les articles les plus cités dans la revue de la littérature sur le slacktivisme ainsi que pour obtenir les articles les plus intéressants dans la littérature sur le slacktivisme.

Capture d’écran 4. Articles filtrés

Capture d’écran 4. Articles filtrés

17Cette méthode basée sur les liens entre les articles (quel article cite quel article) nous a permis de synthétiser les précédentes recherches sur le slacktivisme et de faire ressortir les articles les plus saillants sur ce nouveau concept. Toutefois, elle comporte une limite, soit le risque de passer à côté des publications récentes. C’est pourquoi, une fois cette partie terminée et avant de commencer notre analyse approfondie des articles, nous avons ajouté les articles publiés au cours des cinq dernières années dans des revues scientifiques (qu’on avait déjà déterminées plus haut) et portant sur le slacktivisme.

18Finalement, nous avons procédé à une analyse pointue et croisée des articles retenus afin de retracer l’historique des recherches sur le slacktivisme, de souligner le rôle décisif d’Internet dans la révolution des pratiques slacktivistes et de mettre en perspective les courants de littérature qui s’affrontent sur le slacktivisme.

Historique et évolution du slacktivisme

19Les recherches universitaires, plus particulièrement en sciences humaines et sociales, sur le slacktivisme ne datent pas d’aujourd’hui. Cependant, nous constatons qu’elles se sont principalement limitées à des réflexions théoriques. En effet, nous retrouvons Morozov (2009b), qui explique le risque que peut présenter le slacktivisme pour les organismes de militantisme traditionnel. Quant à eux, Van Laer et Van Aelst (2009) exposent la manière dont Internet a modifié le répertoire d’actions des mouvements sociaux. Karpf (2010), de son côté, met en évidence le fait que les nouvelles pratiques activistes basées sur Internet ne constituent pas une nouvelle forme d’activisme qui comporte des coûts et des dangers cachés pour la sphère publique. Ensuite, Rotman et al. (2011) présentent les mérites de l’engagement dans l’activisme social médié par la technologie des médias socionumériques à travers un regard critique. Enfin, mentionnons la théorisation de Cabrera et al. (2017) qui dénombre dix prémisses de l’activisme et du slacktivisme étudiants :

  • Prémisse 1 : L’activisme étudiant implique un collectif coordonné.

  • Prémisse 2 : L’activisme des étudiants implique le développement et l’exercice du pouvoir.

  • Prémisse 3 : Toute utilisation des médias socionumériques n’est pas de l’activisme et toute activité sur Internet n’est pas du slacktivisme.

  • Prémisse 4 : Le militantisme est un comportement et non une identité.

  • Prémisse 5 : L’activisme des étudiants doit comporter un certain degré de risque.

  • Prémisse 6 : L’activisme des étudiants doit être guidé par une vision de progrès social.

  • Prémisse 7 : L’espoir est la base de l’activisme étudiant.

  • Prémisse 8 : L’activisme étudiant cherche à changer le paysage politique.

  • Prémisse 9 : Les étudiants se désengagent de l’activisme.

  • Prémisse 10 : Les médias sociaux sont des espaces démocratiques.

20Ces prémisses serviront de points conceptuels d’autoréflexion et permettront de faire une distinction entre slacktivisme et activisme.

  • 1 Les risques que peuvent encourir les activistes lors des manifestations dans les rues : arrestation (...)

21Nous soulignons également que dans la revue de la littérature, il existe quelques études qui ont adopté des approches quantitatives, qualitatives ou mixtes afin d’analyser la question de savoir si la décision de participer à des œuvres de bienfaisance et d’activisme sur les réseaux socionumériques peu coûteux et peu risqué1 peut avoir une incidence sur les intentions comportementales futures. Nous citons notamment Lee et Hsieh (2013), Kristofferson, White et Peloza (op. cit.), Hogben et Cownie (2017), Lane et al. (2018), Wilkins et al. (2019) et Smith, Krishna et Al-Sinan (2019). Ou encore il s’agit d’examiner si l’utilisation et/ou l’exposition fréquente aux médias socionumériques influencent les pratiques politiques contemporaines. C’est le cas des chercheurs Leyva (2017), Dennis (2018) et Kwak et al. (2018).

22Finalement, mentionnons la méta-analyse quantitative de Boulianne et Theocharis (2020) qui résume les résultats de 106 études basées sur des enquêtes concernant les jeunes, l’utilisation des médias numériques et l’engagement dans la vie civique et politique et dont le but est d’aborder trois problématiques : Comment les médias socionumériques influencent-ils l’engagement des jeunes dans la vie civique et politique ? Quels types d’utilisation des médias numériques conduisent à la participation civique et politique ? Quels sont les mécanismes liant l’utilisation des médias numériques et la participation ? Les résultats de cette étude confirment que l’utilisation des médias socionumériques n’a pas une grande répercussion sur l’engagement des jeunes. C’est plutôt la façon dont ces médias sont utilisés qui peut avoir ou non un effet sur la participation hors ligne (parler politique, faire du bénévolat et protester). De plus, la relation entre les activités politiques en ligne (adhésion à des groupes politiques, signature de pétitions) et hors ligne peut anéantir les allégations de slacktivisme chez les jeunes. Enfin, d’après cette étude, les médias socionumériques n’influencent pas à eux seuls la participation à l’activisme et l’engagement dans la vie civique et politique.

Internet : une révolution dans les pratiques slacktivistes

23Internet a façonné les pratiques en lien avec des mouvements sociaux (composés d’activistes et de réseaux de groupes) engagés dans le militantisme social et politique de deux façons : d’une part, il permet de soutenir et de faciliter l’organisation, la mobilisation et la transnationalisation des actions activistes hors ligne et, d’autre part, il a créé, selon Van Laer et Van Aelst (2010), de nouvelles possibilités d’engagement dans l’action sociale et politique. Ces auteurs présentent deux caractéristiques fondamentales d’Internet qui ont engendré une mutation dans les répertoires d’actions des mouvements sociaux. Premièrement, Internet favorise la diffusion rapide et à l’échelle mondiale des efforts de mobilisation et de communication et, deuxièmement, il a permis le développement de nouveaux outils, dont essentiellement les médias socionumériques, ouverts et accessibles à tous, permettant ainsi de soutenir la société civile dans ses revendications sociales et politiques. Botha et Mills expliquent que les médias socionumériques « permettent la transformation de monologues diffusés (un à plusieurs) en dialogues sociaux (plusieurs à plusieurs) » (2012, p. 85). Deuxièmement, leur facilité d’accès, la visibilité qu’ils offrent ainsi que la connectivité entre individus ou groupes d’individus permettent de répandre la démocratie offerte par les médias socionumériques (Van Laer et Van Aelst, 2010). Autrement dit, ces plateformes et applications, comme Facebook, Instagram, Twitter et Snapchat, permettent aux individus et aux groupes d’individus de collaborer entre eux, de former des groupes de discussion, d’interagir, de créer du contenu et de l’organiser, de militer et de défendre ou d’appuyer différentes causes et de briser les barrières sociales. Nous envisageons les médias socionumériques ainsi présentés, dans un contexte de militantisme, comme regroupant l’ensemble des applications et plateformes de communication sociale sur Internet, qui intègrent à la fois la technologie, l’interaction sociale et la création de contenu dans le but d’élargir les répertoires d’actions des mouvements sociaux et d’offrir de nouvelles façons d’agir.

24Van Laer et Van Aelst (2009) introduisent d’ailleurs une classification des répertoires d’actions numériques qui s’articule en deux parties. La première fait une distinction entre les actions hors ligne (activisme) qui sont facilitées et soutenues par Internet et les actions en ligne (slacktivisme) basées sur Internet. La deuxième distingue les stratégies à seuil bas (peu ou pas de risques) et à seuil élevé (prise de risques). Cette articulation a permis à ces auteurs de développer quatre cadrans qui expliquent la manière dont Internet a créé de nouvelles formes d’action, ou facilité les anciennes, tout en abaissant les obstacles liés à la participation. Ainsi, pour ces auteurs, il existe des actions de militantisme soutenues par Internet (activisme) avec des seuils bas de prise de risques qui n’aboutissent pas nécessairement à un changement significatif, tout comme il existe des actions de militantisme basées sur Internet (slacktivisme) qui peuvent comprendre des risques élevés.

Diagramme 1. Vue d’ensemble des types d’actions soutenus et basés sur Internet utilisés par les mouvements sociaux

Diagramme 1. Vue d’ensemble des types d’actions soutenus et basés sur Internet utilisés par les mouvements sociaux

Source : Van Laer et Van Aelst (2009, p. 233, notre traduction).

25Les réflexions de Van Laer et Van Aelst (2010) ont l’avantage de proposer une première catégorisation très pertinente, selon nous. D’une part, les chercheurs montrent clairement que le slacktivisme comprend des actions de militantisme à risque élevé, sachant que le concept du risque est l’un des critères fondamentaux du militantisme qui aboutit à un changement significatif. D’autre part, ils montrent que l’activisme traditionnel peut sous certaines conditions comprendre des actions de militantisme individualisées qui auront peu d’effet sur le changement recherché. Nous voyons donc le tableau de Van Laer et Van Aelst (2010) comme suit :

Diagramme 2. Les différents types d’activisme et de slacktivisme

Diagramme 2. Les différents types d’activisme et de slacktivisme

26Dans ce sens, les médias socionumériques ont bouleversé les pratiques activistes. « Ils sont des outils et comme pour toute autre forme d’outils, ils peuvent être utilisés efficacement pour le changement social ou inefficacement comme autogratification » (Cabrera et al., op. cit., p 7). Simplement, les débats qui émergent dans le domaine de la recherche en sciences sociales réfutent les effets et promesses de la connectivité numérique. L’idée que les médias socionumériques constituent une nouvelle solution pour le changement social n’est pas adoptée par tous (Olorunnisola et Martin, 2013 ; Harlow et Guo, 2014 ; Bastos, Mercea et Charpentier, 2015, pour ne nommer que ceux-là).

La vision pessimiste du slacktivisme focalisé sur une faible allocation de ressources et des motivations égocentrées

27La critique slacktiviste réduit le slacktivisme à une forme d’activisme paresseux n’ayant aucun effet signifiant sur la politique vu son caractère inauthentique dépourvu d’idéologie, d’éthique de la solidarité ou d’engagement politique préexistants de l’individu et qui ne nécessite pas de structure organisationnelle robuste, mais dépend surtout de liens faibles entre les individus (Morozov, 2009a, 2009b). Elle prétend, d’une part, que c’est l’exposition fréquente aux sites des médias socionumériques et l’attention accordée à leur contenu qui motivent et suscitent l’engagement des individus dans le slacktivisme (Leyva, op. cit., p. 476). D’autre part, elle suppose que par ces actes paresseux et symboliques, les individus s’illusionnent en croyant avoir participé de façon significative au changement social et politique, tout en soulageant leur conscience.

28Par contre, la principale critique qui sous-tend le slacktivisme est que les médias socionumériques limitent la participation des manifestants potentiels à des activités de partage, de mentions « j’aime » ou de tweet derrière l’écran de leur ordinateur (Bastos et al., 2015) et les écartent des implications en personne sur place susceptibles d’apporter un changement social. Cette présence accrue en ligne a conduit à la prolifération d’une génération de « slacktivistes » dont l’adhésion à des manifestations symboliques de soutien à une cause constitue la fin (plutôt que le commencement) de leur engagement à cette même cause, ce qui anéantit une implication ultérieure dans des contributions plus significatives (Morozov, 2009a). Morozov (2009b) ajoute que du moment que les besoins moraux et psychologiques sur le plan de l’engagement sont satisfaits, les acteurs se désengagent des activités traditionnelles hors ligne. Prenons l’exemple du groupe Facebook très populaire Sauver les enfants d’Afrique, qui compte plus de 1,2 million de membres et n’a pu cependant collecter qu’environ 6 000 dollars de dons (Morozov, 2009b) pour aider à combattre la famine en Afrique, ou encore les différents groupes qui lutte contre le réchauffement climatique, dont Greta Thunberg Climate Protection qui dénombre plus de 27 000 membres. En fait, cette adhésion aux groupes leur donne l’impression qu’ils sont utiles et les détourne de la possibilité de soutenir la même cause de manière plus productive. En effet, pour Harlow et Guo (op. cit.), les médias socionumériques sont anodins et ne sont pas en mesure d’assurer une plateforme viable pour soutenir les efforts des militants. Avec des actions symboliques, les plateformes de médias socionumériques sont loin de constituer un lieu de changement social significatif ou de produire un effet significatif durable, selon Morozov (2009b). Dans le même esprit, des recherches menées par Kristofferson, White et Peloza (op. cit.) ont démontré qu’un soutien symbolique initial privé peut inhiber la probabilité de s’engager ultérieurement dans un soutien public, mais le contraire est aussi vrai.

  • 2 idéal pour une génération paresseuse (traduction des auteurs)

29Morozov ajoute que le slacktivisme est une forme de militantisme en ligne « ideal type of activism for a lazy generation2 » (2009a, p. 1) à la recherche de ce que Denis (2018) qualifie d’autogratification. Kristofferson, White et Peloza (op. cit., p. 1149) définissent l’autogratification comme étant le désir de présenter une image positive aux autres et une cohérence avec ses propres valeurs qui conduisent à une volonté d’apporter des contributions plus substantielles à une cause. La gestion de l’impression donnée aux autres est donc un déterminant-clé dans le slacktivisme (Noland, 2019, notamment).

30Dennis (op. cit.) donne une explication de cette autogratification telle que présentée par la critique slacktiviste en deux parties. La première est relative aux récompenses cognitives selon lesquelles le slacktivisme minimise la contribution des individus tout en leur fournissant un sentiment de bien-être. La deuxième correspond à l’essor de la gestion de la représentation sociale de soi et selon laquelle les slacktivistes s’intéressent davantage à la gestion de leur image et de leur identité numériques, le tout en cultivant une représentation inauthentique grâce à un événement virtuel auquel ils participent, et que cela est plus important que la cause en elle-même. Autrement dit, en se basant sur l’idée que « les êtres humains se fient à l’apparence et à la perception pour guider la façon dont ils jugent les autres lorsqu’ils interagissent » (Goffman et al., 1997, cité dans Dennis, op. cit., p. 53) et pour éviter toute mauvaise interprétation de l’impression qu’un individu peut donner, celui-ci doit adapter son « personnage en fonction de son public, ses propres besoins et des moyens technologiques qu’offre une plateforme » (Deuze, 2012, cité dans Dennis, op. cit., p. 53). Selon la critique du slacktivisme, un individu doit donc avoir plusieurs représentations différentes de lui-même lui permettant de s’adapter aux manifestations électorales iraniennes de 2009 ou encore les utilisateurs de Facebook qui ont partagé le 5 mars 2012 sur le réseau social la vidéo de la campagne #Kony2012 organisée par le groupe Invisible Children, dont le but est de faire connaître mondialement le criminel Joseph Kony et de dénoncer ses crimes. On peut également citer les internautes qui ont opté pour incluagre l’riculture française sur leur profil Facebook à la suite des attentats terroristes à Paris en novembre 2015. Ce sont tous des exemples qui dévoilent que « les avantages psychologiques ou sociaux pour le participant sont considérés comme dépassant de loin tout impact observable dans le “monde réel” » (Morozov, 2011, cité dans Dennis, op. cit., p. 50).

31Par contre, il serait réducteur, selon nous, de penser que ce qui motive les actions slacktivistes est la simple recherche de l’autogratification, car si nous prenons les exemples du mouvement des Gilets jaunes en France, du printemps arabe au Maghreb et la révolution du Jasmin en Tunisie, ces mouvements, qui ont commencé sur les réseaux socionumériques de façon spontanée, défendaient une cause collective et avaient pour but d’aboutir à un changement pour tous et toutes.

Les adeptes du slacktivisme le perçoivent comme un antécédent de l’activisme

32Ce groupe d’auteurs (par exemple Dennis, op. cit. ; Noland, op. cit.) voit dans le slacktivisme une forme d’activisme basée sur Internet. En effet, les médias socionumériques donnent du pouvoir aux manifestants et ne remplacent pas l’activisme en personne. Smith, Krishna et Al-Sinan ajoutent que l’effet que peuvent avoir les médias socionumériques sur les activités militantes « est plus complexe que de prétendre que les médias socionumériques conduisent inévitablement au slacktivisme » (op. cit., p. 190). Karpf, Kahn et Kellner font remarquer qu’il s’agit d’outils qui ont le potentiel de rassembler un collectif qui peut être utilisé pour faire pression lorsque cela est nécessaire (cité dans Cabrera et al., op. cit., p. 12). Olorunnisola et Martin (op. cit., cité dans Smith, Krishna et Al-Sinan, op. cit., p. 190) expliquent que les médias socionumériques sont considérés par les militants comme une continuité de leurs efforts hors ligne et en font l’un des outils de leur « répertoire de contestation ». Jones (2015), Y.-H. Lee et Hsieh (op. cit.) ainsi que Štětka et Mazák (2014) ajoutent que le slacktivisme peut parfois conduire à un activisme ultérieur, autrement dit une participation préalable en ligne perçue comme inefficace peut jouer un rôle dans la promotion d’une action future non normative, en particulier lorsque les sentiments de mépris sont accrus et les intentions de réconciliation réduites (cité dans Wilkins et al., op. cit, p.24). De plus, pour Wilkins et al., les médias socionumériques fournissent « une opportunité de construire des expériences et des perceptions d’efficacité participative qui stimulent la participation dans d’autres domaines » (ibid., p. 24-25), sauf que Louis et al. (2016, cité dans Wilkins et al., ibid., p. 9) ajoutent que cette participation en ligne doit générer une identité militante pour que l’engagement soit maintenu et soutenu.

33Partant de la prémisse que les médias socionumériques favorisent la participation et donnent du pouvoir aux manifestants potentiels, Smith, Krishna et Al-Sinan expliquent que « la participation est basée sur le pouvoir, et le pouvoir est la capacité d’une personne à influencer ou à atteindre un résultat souhaité » (op. cit., p. 194, nous soulignons). Le pouvoir est ici synonyme d’autonomisation qui prend un « sens de l’autorisation d’agir » (Kang, 2014, cité dans Smith, Krishna et Al-Sinan, op. cit., p. 183) et qui « concerne le sens du pouvoir qui permet la participation » (Smith, Krishna et Al-Sinan, op. cit., p. 183). Pour ces auteurs, les médias socionumériques peuvent à la fois inhiber la participation aux mouvements de protestation en générant du slacktivisme et favoriser la participation ainsi que l’engagement. Toutefois, ils soutiennent que « le sentiment d’autonomisation, l’engagement dans les médias socionumériques et l’enjeu social délimitent la différence entre la forme paresseuse d’implication du slacktivisme et l’utilisation des médias socionumériques comme outil légitime de comportement prosocial » (Smith, Krishna et Al-Sinan, op. cit., p. 183).

34À la suite d’une étude menée dans le but de comprendre les réelles motivations qui incitent les individus à prendre part à des pratiques slacktivistes, Dennis (op. cit.) critique l’hypothèse selon laquelle la gestion de la réputation motive les slacktivistes et conclut que les individus exclus des formes traditionnelles d’activisme (faute de temps, de contraintes familiales, de distance, de charge de travail…) sont motivés à s’impliquer sur les médias socionumériques qui leur offrent « des raccourcis participatifs » leur permettant de faire entendre leur voix et de partager leurs opinions. Mais cette préférence pour l’engagement numérique s’explique aussi par le sentiment d’être impliqué, responsable, et d’occuper un rôle décisif dans le processus décisionnel, d’exercer une influence sur les opinions et orientations clés et d’être capable d’amorcer des changements politiques et sociaux, d’avoir de la reconnaissance pour sa participation. Ce que Dennis qualifie de « sentiment d’efficacité personnelle d’un individu » (op. cit., p. 114, nous soulignons).

35Dennis (ibid.) fait également remarquer que la réelle motivation qui déclenche les actes des slacktivistes, ce n’est pas la gestion inauthentique de la réputation ou la facilité de l’acte lui-même, mais plutôt les sujets qui concordent avec leurs propres croyances privées qui sont considérées comme personnellement pertinentes. Autrement dit, ce qui motive les actes des slacktivistes et favorise leur engagement dans le militantisme en ligne, c’est la nature des sujets et problématiques abordés et leurs correspondances avec les croyances, réalités, éthiques des participants. Noland (op. cit.) ajoute que ce n’est pas le besoin d’affiliation qui motive les individus à s’engager dans le slacktivisme, mais plutôt leur attitude propre envers le slacktivisme qui porte un message persuasif avec une cause prosociale attrayante qui stimule et guide leur comportement (ibid., p. 15). Autrement dit, si une personne a une attitude favorable envers un message Facebook, il est probable qu’elle ait une forte intention de partager ce message. Celle-ci se traduira par un partage effectif du message Facebook. Wilkins et al. (op. cit.) ajoutent que lorsque l’activisme sur Internet conduit à une plus grande conviction au sujet des avantages de sa propre participation, l’action future à l’égard d’autres problèmes sociaux peut être influencée. Dans ce sens, ce sont les expériences antérieures positives et les perceptions d’efficacité participative qui stimulent la participation future à d’autres problèmes sociaux à plus haut seuil.

Discussion

36Pour synthétiser cette revue de littérature sur le slacktivisme, mentionnons qu’il existe deux grandes orientations. D’un côté, nous avons la critique du slacktivisme (Morozov, 2009a, 2009b ; Kristofferson, White et Peloza, op. cit.) qui sous-estime la portée de l’activisme en ligne et le réduit à des actions paresseuses, égocentrées et sans autre utilité. D’un autre côté, nous avons les adeptes du slacktivisme (par exemple Dennis, op. cit. ; Noland, op. cit.) qui situe le slacktivisme comme le début d’une implication dans la vie réelle (hors ligne).

37Dans cette optique, différents chercheurs (par exemple Karpf, 2010 ; Cabrera et al., op. cit.) s’accordent sur le fait que le militantisme réel nécessite la prise de risques, un collectif coordonné et discipliné, des actions stratégiques et structurées, l’exercice de pouvoir, de l’espoir pour atteindre une vision et une structure hiérarchique. Ces critères semblent, selon ces auteurs, présents dans les actes activistes hors ligne seulement. Le slacktivisme qui est alors défini comme de l’activisme paresseux ne ferait qu’éloigner les militants de la vraie scène de combat. Par ailleurs, il peut également succéder à l’activisme hors ligne ou le précéder sans pour autant aboutir à un changement social et politique significatif.

38Van Laer et Van Aelst (2009, 2010) ont réussi à confirmer, grâce à leurs quatre cadrans théoriques présentés plus tôt dans l’article, que les activités de militantisme basées sur Internet (slacktivisme) peuvent comprendre des actions de militantisme à risque élevé. Malgré la diversité des réflexions, plusieurs auteurs (Karpf, 2010 ; Van Laer et Van Aelst, 2010 ; Lee et Hsieh, op. cit. ; Kristofferson, White et Peloza, op. cit. ; Cabrera et al., op. cit. ; Kwak et al., op. cit. ; Lane et al., op. cit. ; Smith, Krishna et Al-Sinan, op. cit. ; Wilkins et al., op. cit. ; Boulianne et Theocharis, op. cit.) se sont entendus sur le fait que l’activisme et le slacktivisme sont difficiles à distinguer. Le même individu peut parfois s’engager dans le slacktivisme, parfois dans l’activisme. À d’autres moments, le slacktivisme est un précurseur de l’engagement dans l’activisme.

39Cet article a permis une réflexion plus approfondie sur le slacktivisme. En effet, Dennis (op. cit.) dont les travaux rejoignent en partie ceux de Van Laer et Van Aelst (2009, 2010), problématise le slacktivisme comme une forme d’activisme basée sur Internet. Dennis (op. cit.) ajoute qu’Internet a justement aidé les slacktivistes (militants en ligne) à rassembler un collectif et favorisé, grâce à ses outils, une utilisation stratégique. Selon cet auteur, les médias socionumériques constituent un espace discursif et de contestation qui permet de sensibiliser le grand public ; c’est un espace efficace de militantisme en ligne.

40Dans cette optique, cette étude soutient qu’Internet peut se suffire à lui-même pour exercer une influence sur la société. La recherche d’un effet au travers du slacktivisme a été partiellement omise des précédentes recherches, alors qu’elle correspond à l’activisme qui est à la base du concept de slacktivisme. Par exemple, des actions se déroulant exclusivement en ligne — la mégapétition internationale pour un monde entièrement propre, celle du collectif Tou.te.s contre les violences obstétricales et gynécologiques en période de COVID-19 en France, les mouvements sur les réseaux socionumériques comme StopCultureDuViol et MeToo ou encore le mouvement Black Lives Matter sur Facebook —  ont amené de nouvelles lois et ont donc eu un effet sur la société. La guerre en Ukraine que nous vivons actuellement fait aussi appel aux activités en ligne. Comme le fait remarquer Dennis (op. cit.), nous assistons aujourd’hui à l’émergence d’une nouvelle culture participative cadrée par les réseaux socionumériques. Le slacktivisme qui peut être défini comme la recherche d’un fort effet en mobilisant le minimum de ressources ne devrait pas être exclusivement considéré comme une activité complémentaire du militantisme hors ligne, mais bien comme une forme de militantisme à part entière. D’autant plus que cette autonomie du slacktivisme est renforcée par le contexte actuel pour deux raisons : premièrement, la mondialisation et la multiplication des causes environnementales et sociales permises par Internet ont entraîné un effet de sursollicitation des individus. Le slacktivisme devient alors la seule réponse pour participer et soutenir un grand nombre de causes. Deuxièmement, le contexte de pandémie COVID-19 dans lequel nous vivons depuis février 2020 à l’échelle mondiale ainsi que les mesures de distanciation sociale imposées par les gouvernements ont souligné le rôle crucial d’Internet dans le maintien des activités : l’école, l’économie, les liens sociaux ainsi que le divertissement permis par des spectacles humoristiques en ligne, des mèmes Internet ou encore des plateformes de jeux virtuels permettant une distraction de la pandémie. Le vice-président de l’analyse Alex Schultz et le vice-président de l’ingénierie Jay Parikh, chez Facebook, ont annoncé un mois après le début de la pandémie que « dans de nombreux pays les plus durement touchés par le virus [COVID-19], le nombre total de messages a augmenté de plus de 50 % au cours du mois dernier ». Autrement dit, des applications telles que Facebook, Instagram, Twitter et Snapchat permettent aux individus et aux groupes d’individus de collaborer entre eux, de former des groupes de discussion, d’interagir, de créer du contenu et de l’organiser, de militer et de défendre ou d’appuyer différentes causes et de briser les barrières sociales. La question est alors de savoir si la pandémie est un moment décisif vers une nouvelle société ou un événement ponctuel (Trespeuch et al., 2021).

Conclusion

41Nous avons vu que plusieurs universitaires ont tenté de cerner le concept de slacktivisme, mais que les définitions restent divergentes et que les pistes de réflexion offrent deux orientations : nous avons un premier groupe d’universitaires qui cherche essentiellement à définir et à légitimer le concept de slacktivisme, alors que le deuxième groupe cherche à confirmer si le slacktivisme est un précurseur de l’activisme ou bien un successeur. Cette absence de consensus ne permet donc pas de statuer sur l’origine et les leviers de l’implication en ligne des individus. Cependant, Internet a joué un rôle important dans le développement de ce mouvement de militantisme en ligne.

42Dans la limite des travaux de Van Laer et Van Aelst (2009, 2010) et de Dennis (op. cit.), cet article de recherche se situe dans le prolongement de leurs travaux. Le slacktivisme est ainsi considéré comme une forme de militantisme soutenue par Internet, qui s’intéresse à des problèmes profondément enracinés et à haut risque et qui encourage les activités stratégiques et disciplinées favorisant un changement social.

43Par ailleurs, la situation entourant la pandémie COVID-19 qui a frappé le monde a favorisé cette forme de militantisme que certains auteurs qualifient de slacktivisme, comme nous l’avons souligné précédemment. Celui-ci englobe non seulement des comportements d’actions en ligne (ex. : signer des pétitions sur Internet, partager et liker des publications, tweeter, bloguer, changer son profil pour soutenir une cause politique ou sociale) qui nécessitent peu d’efforts et peuvent cependant être mobilisatrices, mais aussi des comportements autocentrés et motivés par la recherche d’un bénéfice personnel. Dans cette optique, nous soutenons que « [l]es médias socionumériques sont des outils et, comme pour tout autre, ils peuvent être utilisés efficacement pour le changement social ou inefficacement comme autogratification » (Cabrera et al., op. cit., p. 7).

44La portée de notre recherche est qu’elle a permis de comprendre comment le slacktivisme a émergé et enrichi les travaux existants, en plus de donner une définition du concept de slacktivisme comme étant une forme de militantisme à part qui est en voie de se généraliser, car il permet aux citoyens d’exercer une forte influence sur un grand nombre de causes avec un minimum d’effort. Phénomène que la pandémie de COVID-19 et les règles de distanciation sociale ont accéléré.

45Dans la lignée des travaux de Van Laer et Van Alest (2010), notre recherche a déterminé les fonctionnalités des médias socionumériques, dans un contexte de slacktivisme, comme regroupant l’ensemble des applications, plateformes et réseaux de communication sociale sur Internet, qui intègrent à la fois la technologie, l’interaction sociale et la création de contenu dans le but d’élargir les répertoires d’actions des mouvements sociaux, d’offrir de nouvelles façons d’agir, mais surtout de cadrer l’agencement de la construction de l’identité numérique des slacktivistes.

46Notre réflexion théorique soutient que les slacktivistes ne constituent pas un groupe d’internautes paresseux, dépourvus de valeurs et de normes sociales, comme les décrit Morozov (2009a, 2009b) ; le slacktivisme est une nouvelle forme de militantisme basé sur Internet qui favorise le changement social et politique.

47Finalement, nous soulignons que notre étude n’est pas sans limites. En effet, en nous basant sur la revue de la littérature, nous avons voulu donner une définition claire et concise du slacktivisme. Toutefois, nous n’avons pas exploité la possibilité de vérifier si le slacktivisme peut être envisagé hors ligne ou encore si le même individu peut être activiste par rapport à une cause et slacktiviste par rapport à une autre. De plus, nous nous sommes limités à une recherche théorique sur le slacktivisme et nous estimons qu’une étude empirique s’avère essentielle à l’élaboration d’un ensemble de connaissances fondées sur des preuves en ce qui concerne la compréhension des fondements psychologiques de l’implication des slacktivistes dans des causes sociales et politiques et son influence sur la nature de l’identité construite par les slacktivistes en ligne.

Haut de page

Bibliographie

BASTOS Marco T., Dan MERCEA et Arthur CHARPENTIER (2015), « Tents, tweets, and events: The interplay between ongoing protests and social media », Journal of Communication, 65(2), p. 320–350.

BECKER Julia C. et Nicole TAUSCH (2015), « A dynamic model of engagement in normative and non-normative collective action: Psychological antecedents, consequences, and barriers », European Review of Social Psychology 26(1), p. 43-92.

BOTHA Elsamari et Adam J. MILLS (2012), « Managing new media tools for brand management in social media », Online Consumer Behavior: Theory and Research in Social Media, New York: Routledge, p. 83-100.

BOULIANNE Shelley et Yannis THEOCHARIS (2020), « Young people, digital media, and engagement: A meta-analysis of research », Social Science Computer Review, 38 (2), p. 111–127.

BRIGHAM Matthew P. et Aaron K. NOLAND (2014), « Making humanitarian advocacy less “abstract and remote”: Kony 2012’s representation of an agent-centered approach », Florida Communication Journal, 42(2), p. 51-67

BUDISH Ryan Hal (2012), « Click to change: Optimism despite online activism’s unmet expectations », Emory Int’l L. Rev., 26(2), p. 745-772.

CABRERA Nolan L., Cheryl E. MATIAS et Roberto MONTOYA (2017), « Activism or slacktivism? The potential and pitfalls of social media in contemporary student activism », Journal of Diversity in Higher Education, 10(4), p. 400-415.

CHRISTENSEN Henrik Serup (2011), « Political activities on the internet: Slacktivism or political participation by other means ? », First Monday, 16(2), https://doi.org/10.5210/fm.v16i2.3336 consulté le 1 juin 2022

DAVIS Jesse (2011), « Cause marketing: Moving beyond corporate slacktivism », http://evidencebasedmarketing.net/cause-marketing-moving-beyond-corporate-slacktivism/ consulté le 15 janvier 2021.

DENNIS James (2008), Beyond Slacktivism: Political Participation on Social Media, Springer Nature, Switzerland AG.

DEUZE Mark (2014), « Media life and the mediatization of the lifeworld », dans Mediatized Worlds, Londres, Palgrave Macmillan, p. 207–220.

GLADWELL Malcolm (2010), « Small change », The New Yorker, 4, p. 42–49.

GOFFMAN Erving, Charles C. LEMERT et Ann BRANAMAN (1997), The Goffman Reader, Cambridge (MA), Blackwell

HARLOW Summer et Lei GUO (2014), « Will the revolution be Tweeted or Facebooked? Using digital communication tools in immigrant activism », Journal of Computer-Mediated Communication, 19, p. 463–478.

HOGBEN Jasmine et Fiona COWNIE (2017), « Exploring slacktivism; Does the social observability of online charity participation act as a mediator of future behavioral intentions? », Journal of Promotional Communications, 5(2), p. 203-226.

JONES Cat (2015), « Slacktivism and the social benefits of social video: Sharing a video to “help” a cause », First Monday, https://doi.org/10.5210/fm.v20i5.5855 consulté le 1 juin 2022

KARPF David (2010), « Online political mobilization from the advocacy group’s perspective: Looking beyond clicktivism », Policy & Internet, 2(4), p. 7–41.

KRISTOFFERSON Kirk, Katherine WHITE, et John PELOZA (2014), « The nature of slacktivism: How the social observability of an initial act of token support affects subsequent prosocial action », Journal of Consumer Research, 40(6), p. 1149–1166.

KWAK Nojin, Daniel S. LANE, Brian E. WEEKS, Dam Hee KIM, Sigi S. LEE et Sarah BACHLEDA (2018), « Perceptions of social media for politics: Testing the slacktivism hypothesis », Human Communication Research, 44(2), p. 197–221.

LANE Daniel S. et Sonya DAL CIN (2018), « Sharing beyond slacktivism: The effect of socially observable prosocial media sharing on subsequent offline helping behavior », Information, Communication & Society, 21(11), p. 1523–1540.

LEE Yu Hao et Gary HSIEH (2013), « Does slacktivism hurt activism? The effects of moral balancing and consistency in online activism », Proceedings of the SIGCHI Conference on Human Factors in Computing Systems, (4), p. 811–820.

LEYVA Rodolfo (2017), « Exploring UK “millennials” social media consumption patterns and participation in elections, activism, and “slacktivism” », Social Science Computer Review, 35(4), p. 462–479.

LIM Merlyna (2015), « Many clicks but little sticks: Social media activism in Indonesia », Digital Activism in Asia Reader, p. 127-54.

MILLS Adam J., Elsamari BOTHA et Colin CAMPBELL (2015), « Managing the new media: Tools for brand management in social media », dans Mary CONWAY DATO-ON (dir.), The Sustainable Global Marketplace, Proceedings of the Academy of Marketing Science, Chicago, Springer International Publishing, p. 397-397.

MOROZOV Evgeny (2009a), « The brave new world of slacktivism », Foreign policy, 19(05), https://foreignpolicy.com/2009/05/19/the-brave-new-world-of-slacktivism/ consulté le 30 janvier 2020.

MOROZOV Evgeny (2009b), « From slacktivism to activism », Foreign Policy, https://foreignpolicy.com/2009/05/19/the-brave-new-world-of-slacktivism/ consulté le 30 janvier 2020.

NOLAND Aaron (2019), « Like, share, retweet: Testing competing models of the theory of planned behavior to predict slacktivism engagement », Journal of Nonprofit & Public Sector Marketing, 32(3), p. 264–285.

OLORUNNISOLA Anthony A. et Brandie L. MARTIN (2013), « Influences of media on social movements: Problematizing hyperbolic inferences about impacts », Telematics and Informatics, 30(3), p. 275–288.

ROTMAN Dana, Sarah VIEWEG, Sarita YARDI, Ed CHI, Jenny PREECE, Ben SHNEIDERMAN, Petter PIROLLI et Tom GLAISYER (2011), « From slacktivism to activism: Participatory culture in the age of social media », CHI’11 Extended Abstracts on Human Factors in Computing Systems, p. 819–822.

SMITH Brian G., Arunima KRISHNA et Reham AL-SINAN (2019), « Beyond slacktivism: Examining the entanglement between social media engagement, empowerment, and participation in activism », International Journal of Strategic Communication, 13(3), p. 182–196.

ŠTĚTKA Václav et Jaromir MAZÁK (2014), « Whither slacktivism? Political engagement and social media use in the 2013 Czech Parliamentary elections », Cyberpsychology: Journal of Psychosocial Research on Cyberspace, 8(3), p. 1-20.

TRESPEUCH Léo (2021), « Comment réaliser une revue de la littérature en marketing », AFM, Association Française du Marketing, https://leotrespeuch.com/2021/03/15/comment-realiser-une-revue-de-litterature-en-marketing/ consulté le 30 mars 2021.

TRESPEUCH Léo, Élisabeth ROBINOT, Laurent BOTTI, Julien BOUSQUET, Aurélie CORNE, Florence DE FERRAN, Fabien DURIF et al. (2021) « Allons-nous vers une société plus responsable grâce à la pandémie de Covid-19? », Natures Sciences Sociétés, 29(4), p. 479-486.

VAN LAER Jeroen et Peter VAN AELST (2009), « Cyber-protest and civil society: The Internet and action repertoires in social movements », Handbook of Internet Crime, p. 230–254.

VAN LAER Jeroen et Peter VAN AELST (2010), « Internet and social movement action repertoires: Opportunities and limitations », Information, Communication & Society, 13(8), p.1146–1171.

WILKINS Denise J., Andrew G. LIVINGSTONE et Mark LEVINE (2019), « All click, no action? Online action, efficacy perceptions, and prior experience combine to affect future collective action », Computers in Human Behavior, 91, p. 97–105.

Haut de page

Notes

1 Les risques que peuvent encourir les activistes lors des manifestations dans les rues : arrestation, brutalité policière, torture.

2 idéal pour une génération paresseuse (traduction des auteurs)

Haut de page

Table des illustrations

Titre Capture d’écran 1. Base de données sur le slacktivisme
URL http://journals.openedition.org/communication/docannexe/image/15973/img-1.png
Fichier image/png, 119k
Titre Capture d’écran 2. Analyse des liens entre articles
URL http://journals.openedition.org/communication/docannexe/image/15973/img-2.png
Fichier image/png, 276k
Titre Capture d’écran 3 Spatialisation Atlas
URL http://journals.openedition.org/communication/docannexe/image/15973/img-3.png
Fichier image/png, 223k
Titre Capture d’écran 4. Articles filtrés
URL http://journals.openedition.org/communication/docannexe/image/15973/img-4.png
Fichier image/png, 216k
Titre Diagramme 1. Vue d’ensemble des types d’actions soutenus et basés sur Internet utilisés par les mouvements sociaux
Légende Source : Van Laer et Van Aelst (2009, p. 233, notre traduction).
URL http://journals.openedition.org/communication/docannexe/image/15973/img-5.png
Fichier image/png, 61k
Titre Diagramme 2. Les différents types d’activisme et de slacktivisme
URL http://journals.openedition.org/communication/docannexe/image/15973/img-6.png
Fichier image/png, 45k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Chiraz Dabbabi, Mireille Lalancette et Léo Trespeuch, « Le slacktivisme »Communication [En ligne], Vol. 39/2 | 2022, mis en ligne le 06 octobre 2022, consulté le 18 mai 2024. URL : http://journals.openedition.org/communication/15973 ; DOI : https://doi.org/10.4000/communication.15973

Haut de page

Auteurs

Chiraz Dabbabi

Chiraz Dabbabi est doctorante en communication sociale à l’Université du Québec à Trois-Rivières. Courriel : Chiraz.Dabbabi@uqtr.ca

Mireille Lalancette

Mireille Lalancette est professeure en communication sociale à l’Université du Québec à Trois-Rivières. Courriel : Mireille.Lalancette@uqtr.ca

Articles du même auteur

Léo Trespeuch

Léo Trespeuch est professeur en économie et sciences de gestion à l’École de Gestion de l’Université du Québec à Trois-Rivières. Courriel : Leo.Trespeuch@uqtr.ca

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search