Navigation – Plan du site

AccueilNumérosVol. 39/2LecturesJocelyn LACHANCE (dir.) (2019), A...

Lectures

Jocelyn LACHANCE (dir.) (2019), Accompagner les ados à l’ère du numérique

Québec, Presses de l’Université Laval
Pascale Gossin
Référence(s) :

Jocelyn LACHANCE (dir.) (2019), Accompagner les ados à l’ère du numérique, Québec, Presses de l’Université Laval

Texte intégral

1L’ouvrage dirigé par Jocelyn Lachance donne l’occasion à dix chercheurs en sciences humaines de présenter ou de porter un regard analytique sur des usages et effets de pratiques numériques d’adolescents.

2Lachance introduit l’ouvrage en retenant le terme de défi pour caractériser les effets que le numérique pose aux professionnels en contact avec les adolescents. Il distingue deux axes d’études, ceux relevant de la prévention et ceux liés à l’intervention. Il pointe l’ambiguïté de la posture des adultes qui sont tant prescripteurs que censeurs. Il interroge leur responsabilité dans la mesure où leurs propres pratiques rejaillissent sur les adolescents.

3Caroline Caron, professeure à l’Université de Québec en Outaouais, s’intéresse aux études conduites sur le rapport qu’entretiennent les adolescents avec les médias sociaux. L’auteure s’appuie sur « des données empiriques recueillies en 2013 et 2014 sur la plateforme YouTube : des vlogues créés et diffusés par des adolescents franco-québécois pour dénoncer le phénomène d’intimidation » (p. 27). Dans un premier temps, elle relève que des professionnels de l’éducation portent un regard de nature dystopique sur les pratiques adolescentes, ce qui conditionne l’interprétation des résultats de recherche. Dans un deuxième temps, elle affirme que la posture émique permet de surmonter « l’obstacle épistémologique que constitue le déterminisme technique » (p. 24). Pour finir, elle ouvre un champ de recherche, celui de l’analyse de la parole publique numérique des adolescents, qui introduit de nouveaux codes, conventions et rites.

4Mathieu Béguin est chercheur postdoctoral à l’Université TELUQ de Louvain. Il utilise un corpus de 47 vidéos publiées sur YouTube par des adolescents et indexées avec le mot-clé cyber-intimidation. Il les analyse en vue de cibler des objectifs de formations ECAMN (équivalent de l’EMI, en France). L’analyse de ces contenus s’appuie d’un point de vue théorique sur les écrits de Jürgen Habermas. Le chercheur dégage de cette étude cinq objectifs éducatifs qui pourraient nourrir les formations destinées aux adolescents :

  • s’assurer que les adolescents mettent en œuvre des efforts de recherche documentaire, dans une optique de confrontation et de validation de leurs sources ;

  • convaincre les adolescents d’être explicites et transparents ;

  • inviter les adolescents à adopter une posture compréhensive et explicative ;

  • convaincre les adolescents d’intégrer des objectifs de transformation sociale à leurs démarches ;

  • amener les adolescents à proposer des pistes d’action concrètes pour lutter contre les problèmes sociaux.

5Anne Cordier, chercheuse à l’Université de Rouen, s’intéresse justement au premier des objectifs énoncés par Béguin, celui lié aux pratiques informationnelles des adolescents. Elle examine la façon dont ceux-ci surfent lorsqu’ils sont en quête d’informations. Elle constate les errances dues à la complexité d’interrogation des systèmes d’information. Elle pointe les effets des inégalités sociales qui génèrent une hétérogénéité de pratiques. Elle termine en affirmant qu’il lui paraît nécessaire de continuer à accompagner les adolescents en les formant à l’usage et à la connaissance des sources d’informations numériques.

6Yann Bruna, enseignant à l’Université de Pau, éclaircit le rapport « des adolescents à la protection de leurs données personnelles et à la gestion de la visibilité des contenus qu’ils partagent avec leurs pairs » (p. 125). Il montre l’habileté dont font preuve les jeunes dans les usages du réseau social Snapchat en matière de protection des données personnelles. Il explore les stratégies retenues pour gérer le partage de contenus et protéger ainsi les données personnelles. Si les adolescents développent des stratégies de détournement ou de contournement, ils n’en restent pas moins vulnérables. L’auteur appelle les professionnels à continuer de les former à la nécessaire protection des données déposées sur le Net.

7Nathalie Dupin, doctorante en sociologie à Paris V, définit la notion de pair dans la mesure où elle est l’un des facteurs sur lesquels s’appuient les pratiques de cyberharcèlement. Elle effectue une revue de littérature, conduit une cinquantaine d’entretiens dans un lycée d’Île-de-France et analyse des études de cas de (cyber)harcèlement recueillis sur une ligne d’écoute. Elle dégage de son étude des critères qui déterminent la notion de pair, à savoir l’âge, le sexe, le milieu social et la famille.

8Emilie de Figueiredo, également doctorante en sociologie à l’Université de Pau, s’intéresse aux messages numériques envoyés par des adolescents. Elle remarque l’existence de deux formes temporelles : le synchrone et l’asynchrone. L’auteure introduit une nouvelle notion, celle de la joignabilité, qu’elle distingue de la disponibilité. Les résultats obtenus montrent que les adolescents privilégient les modes de communication synchrones. Elle invite les professionnels des métiers socioéducatifs à décoder davantage le sens et la forme des messages publiés.

9Marion Haza et Delphine Bonnichon, toutes deux maîtresses de conférences en psychologie clinique, portent un regard sur les photos, largement utilisées dans les réseaux sociaux par les adolescents, souvent sous couvert d’anonymat. Ces images témoignent des souffrances vécues. Les chercheuses s’interrogent : ces publications sont-elles de simples révélateurs ou plutôt des facilitateurs à la prise de risques, particulièrement dans le cas des tentatives de suicide ? Elles décrivent les dispositifs de prévention qui coexistent comme les « sentinelles du Web ».

10Vanessa Lalo, psychologue clinicienne, présente un autre dispositif, celui des « Promeneurs du Web ». Il s’agit pour des professionnels d’assurer une présence éducative sur Internet. Trois piliers fédèrent les missions : l’usage d’un compte individuel transparent et professionnel, le partage de pratiques et la volonté que cette activité en ligne complète les missions habituelles, le numérique entrant en complément d’actions de terrain.

11Les dix éclairages réunis dans ce livre portent tous un regard constructif sur les pratiques numériques des adolescents. Chacun des auteurs s’appuie sur les références théoriques propres à son champ disciplinaire : psychologie, sociologie et sciences de l’information.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Pascale Gossin, « Jocelyn LACHANCE (dir.) (2019), Accompagner les ados à l’ère du numérique »Communication [En ligne], Vol. 39/2 | 2022, mis en ligne le 06 octobre 2022, consulté le 13 avril 2024. URL : http://journals.openedition.org/communication/16134 ; DOI : https://doi.org/10.4000/communication.16134

Haut de page

Auteur

Pascale Gossin

Pascale Gossin est rattachée au Laboratoire interuniversitaire des sciences de l’éducation et de la communication (LISEC), Université de Strasbourg. Courriel : pascale.gossin@unistra.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search