Navigation – Plan du site

AccueilNumérosVol. 39/2LecturesBenoît LAFON (dir.) (2019), Média...

Lectures

Benoît LAFON (dir.) (2019), Médias et médiatisation. Analyser les médias imprimés, audiovisuels et numériques

Fontaine, Presses universitaires de Grenoble
Lena Wuergler
Référence(s) :

Benoît LAFON (dir.) (2019), Médias et médiatisation. Analyser les médias imprimés, audiovisuels et numériques, Fontaine, Presses universitaires de Grenoble

Texte intégral

1Sous la direction de Benoît Lafon, cet ouvrage collectif et pluridisciplinaire se présente avant tout comme un soutien à la recherche sur les médias, à destination d’étudiants, d’enseignants et de chercheurs. Pour réunir l’ensemble des dix chapitres et quatre focus, Lafon propose en introduction d’utiliser l’acronyme MEDIATS, pour Modèle Économique, Discours, Institutions, Acteurs, Techniques en sociétés. Outil mnémotechnique, cet acronyme réunit cinq composants fondamentaux des médias qui constituent autant de dimensions d’analyse sur lesquelles chercheurs ou étudiants peuvent concentrer leur attention. L’auteur rappelle toutefois aussi que ces dimensions ne sont jamais autonomes les unes des autres : « […] ainsi, se centrer sur l’une de ces dimensions afin d’en faire l’analyse approfondie nécessite a minima une description des quatre autres » (p. 11).

2La première partie présente des approches dites internes aux médias, qui abordent ceux-ci en tant qu’institutions sociales, alors que la seconde se focalise sur la notion de médiatisation et présente des approches dites externes aux médias, qui interrogent et éclairent des questions d’ordre social variées.

3Dans le premier chapitre, « Socio-économie des médias », Vincent Bullich et Laurie Schmitt invitent à considérer les médias comme des acteurs industriels, dont les stratégies de production et de valorisation sont influencées par leur environnement (c’est-à-dire les autres acteurs, les règles, les représentations). La notion de filière leur permet ainsi de prendre en compte toutes les étapes du processus de création et de valorisation des produits. Bullich et Schmitt appellent ainsi à analyser les acteurs et leurs stratégies selon une approche multidimensionnelle qui articule trois niveaux d’analyse (micro, méso, macro) : les stratégies d’acteurs, leur filière et leur environnement institutionnels et, enfin, les mouvements sociaux et les régimes (politiques, juridiques, économiques, etc.) dans lesquels s’insèrent les acteurs.

4Le premier focus, de Franck Rebillard, fait référence au concept d’infomédiation, utilisé pour définir des procédés automatisés visant à mettre en correspondance « une offre numérique démultipliée et des demandes personnalisées » (p. 52). L’auteur distingue trois formes d’infomédiation : algorithmique (Google), sociale (Facebook) et applicationnelle (Apple), qui toutes ont une emprise toujours plus forte sur la filière de l’information en ligne, non seulement d’un point de vue économique, mais aussi sur le plan du contenu et de la forme des informations.

5Le second chapitre, signé par Céline Ségur, détaille l’historique de « l’approche ethnographique des publics », qui vise à comprendre le rôle que jouent les médias dans le quotidien des individus. À partir de données empiriques extraites de discours (courriers, entretiens) et/ou de l’observation in situ des pratiques des individus, cette approche a démontré qu’un public n’est pas une entité en soi, mais qu’il se constitue à travers un processus performatif en trois moments : « […] le sentiment d’appartenance à un collectif […], la volonté de participer à l’événement, l’appropriation et la revendication des valeurs incarnées par l’événement » (p. 64). Actuellement, les réseaux sociaux constituent un nouveau matériau d’enquête à partir duquel il est possible d’analyser les réactions et positionnements des individus par rapport à des contenus médiatiques.

6Le troisième chapitre porte sur l’analyse de contenu et de discours médiatique. Emmanuel Marty y défend l’idée que les corpus permettent au chercheur d’aboutir à des inférences de connaissance au sujet des conditions de production des contenus. Ces inférences doivent être interprétées au regard de la situation de communication (éléments contextuels) dans laquelle émergent contenus et discours. Méthodologiquement, l’auteur rappelle que le matériau de l’analyse — le corpus (et d’éventuels entretiens complémentaires) — dépend de la problématique établie et des questions posées, le but de toute analyse étant de « dépasser l’approche strictement descriptive des discours » (p .88).

7Yves Jeanneret (quatrième chapitre) invite quant à lui à considérer tout type de signes qui apparaissent sur divers « dispositifs médiatiques » (affiches publicitaires, pages de journaux, documents PowerPoint, etc.) comme des objets d’analyse possibles pour une démarche sémio-communicationnelle. Celle-ci ne consiste pas à appliquer une grille d’analyse préconstruite, mais plutôt un protocole d’analyse qui se construit en quatre moments-clés : le travail préalable (revue de littérature), l’attention flottante à l’objet, la structuration d’une problématique et l’adoption d’un protocole. Pour Jeanneret, la sémiologie s’apparente à un art de faire qui, « s’appuyant sur un travail d’objectivation de processus observables, ne tire sa valeur que des interprétations discutables qu’elle en donne » (p. 109).

8Le deuxième focus porte sur la notion de récit médiatique, construit à travers les choix intentionnels (d’ordre stylistique, énonciatif et narratif) de l’auteur. Marc Lits y évoque notamment plusieurs risques liés à la mise en récit médiatique : la couverture en direct d’événements empêche une prise de distance et freine la création d’un récit commun porteur de sens. La « feuilletonnisation de l’information » crée une confusion entre personnages réels et héros de fiction, alors que la sélection et le traitement de l’information peuvent conduire à un glissement de l’émotionnel (durable) au sensationnel (fugace).

9La première partie de l’ouvrage se clôt sur un chapitre de Claire Blandin sur « l’histoire des médias », discipline focalisée dans les années 1960 sur l’analyse des pages politiques de grands quotidiens, puis sur les médias de masse dans leur ensemble, puis sur tous les types de médias à partir des années 1990 (magazines de bricolage, messages publicitaires, etc.). Depuis une quinzaine d’années, l’avènement du numérique a créé des nouveaux terrains aussi bien que des nouvelles méthodes de recherche, mais aussi des nouvelles difficultés, notamment en ce qui a trait à l’abondance des sources et au caractère mouvant de celles-ci. La chercheuse note aussi l’importance relative biaisée prise par l’analyse de texte par rapport à l’analyse des images, notamment en raison des outils de recherche par mots-clés.

10La seconde partie de l’ouvrage s’ouvre sur un chapitre signé par Benoît Lafon, qui opère une distinction entre la notion de médiatisations et celle de processus de médiatisation. La première renvoie à la mise en médias d’événements, d’acteurs ou de problèmes publics particuliers, à un moment donné. À l’inverse, la notion de processus de médiatisation renvoie à un niveau macrosocial plus large, qui surdétermine les médiatisations particulières. Le chercheur souligne ainsi l’importance de situer les médiatisations au sein d’un processus de médiatisation plus général, afin d’éviter trois écueils majeurs de la recherche : le média-centrisme, l’oubli de certaines formes de médiatisations (par exemple sur les médias sociaux) et l’oubli de contextualisations, dont le risque est d’adopter une problématique à « (trop) courte vue » (p. 181).

11Dans le septième chapitre, Isabelle Pailliart traite du rapport entre processus de médiatisation et conflictualité sociale ainsi que de leur rôle respectif dans la dynamique de l’espace public. Pour l’auteure, toute mise en débat publique est influencée par des logiques internes aux médias et par des activités de cadrage opérées par différents acteurs, dont certains cherchent à solliciter une attention — favorable — des journalistes et, ainsi, à acquérir et à accumuler un certain « capital médiatique » (p. 201). Enfin, elle démontre comment Internet et les médias sociaux participent à l’élargissement et à l’éclatement des espaces publics contemporains, où de nouveaux acteurs, de nouveaux registres d’expression et de nouvelles formes de conflictualité apparaissent.

12Dans le troisième focus du livre, Roselyne Ringoot aborde la question de l’auctorialité journalistique. Bien qu’apparaissant souvent comme « dépersonnalisés », les discours journalistiques sont des lieux où se manifestent l’ethos professionnel des journalistes, l’énonciation éditoriale du journal ou du média ainsi que différents genres journalistiques qui participent à l’identité discursive du journalisme. Ainsi, l’auteure souligne à quel point l’auctorialité journalistique articule des logiques et des identités individuelles et collectives, dont l’analyse est d’autant plus importante dans un contexte de prolifération de l’information liée aux réseaux sociaux et au numérique.

13Pierre Leroux et Philippe Riutort abordent, dans le huitième chapitre, la question de la médiatisation de la politique, longtemps tributaire des médias de masse mais apparaissant aujourd’hui sous des formes et dans des contextes toujours plus variés. Selon eux, les contenus de politique médiatisée sont aussi « de plus en plus détachés » de l’action politique elle-même. Pour les auteurs, l’analyse de la « politique médiatisée » exige de prendre en compte le fonctionnement de deux espaces professionnels distincts (celui du journalisme et celui de la politique), chacun répondant à des logiques internes spécifiques, mais aussi les actions et l’influence toujours plus importantes d’acteurs profanes dans les « jeux politiques et médiatiques ».

14Dans le neuvième chapitre, Michaël Bourgatte et Daniel Jacobi s’intéressent aux transformations d’ordre linguistique (reformulation) et visuel (figurabilisation) que subissent les contenus scientifiques lorsqu’ils sont diffusés dans des manuels universitaires et des vidéos en ligne. Dans le premier cas, un processus de textbookisation entraîne, entre autres, la disparition des détails méthodologiques et des précautions épistémologiques. En conséquence, les images n’y apparaissent plus comme construites, mais comme « trouvées » déjà faites, alors que des théories et concepts mouvants prennent la forme de savoirs institués. Dans le second cas, les deux auteurs notent une forte croissance de la vidéographisation des savoirs scientifiques depuis les années 2000, avec la reprise de modèles issus de la télévision et « un processus d’hypersegmentation de la connaissance en capsules vidéo de courte durée » (p. 268).

15Dans le dixième chapitre, Isabelle Garcin-Marrou présente les résultats de plusieurs recherches sur les genres dans les médias. Certaines d’entre elles ont révélé des formes de ségrégation horizontale (ex. : attribution plus systématique des femmes à certaines rubriques) et verticale (ex. : moins de femmes aux postes de direction) au sein des rédactions. D’autres ont mis au jour « la place assez minoritaire des femmes comme sources ou objets de nouvelles » (24,1 % en 2015) (p. 277) ou la reproduction de stéréotypes de genre dans les discours médiatiques. Aux yeux de l’auteure, les études sur les médias sous l’angle des genres permettent de comprendre « comment les médias coconstruisent, signifient et réaffirment des rapports de pouvoir et de domination » (p. 288).

16Enfin, le dernier focus de l’ouvrage, signé par Jocelyne Arquembourg, revient sur la médiatisation de grands événements collectifs, dont les médias ne constituent pas les seuls opérateurs. Selon elle, il s’agit d’abord de définir ce que comprend le mot « événement » en tant qu’expérience collective, puis seulement de situer l’activité des médias dans la constitution de cette expérience : « De manière générale, la médiatisation des événements collectifs interroge avant tout leur publicisation qui n’est pas redevable aux seuls médias, mais aussi aux acteurs qui la portent et aux publics qui lui répondent » (p. 297).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Lena Wuergler, « Benoît LAFON (dir.) (2019), Médias et médiatisation. Analyser les médias imprimés, audiovisuels et numériques »Communication [En ligne], Vol. 39/2 | 2022, mis en ligne le 06 octobre 2022, consulté le 24 février 2024. URL : http://journals.openedition.org/communication/16138 ; DOI : https://doi.org/10.4000/communication.16138

Haut de page

Auteur

Lena Wuergler

Lena Wuergler est doctorante à l’Académie du journalisme et des médias, Université de Neuchâtel. Courriel : lena.wurgler@unine.ch

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search