Navigation – Plan du site

AccueilNumérosVol. 39/2LecturesDamon MAYAFFRE (2021), Macron ou ...

Lectures

Damon MAYAFFRE (2021), Macron ou le mystère du verbe. Ses discours décryptés par la machine

La Tour d’Aigues, Éditions de l’aube
Jean-Pierre Chamoux
Référence(s) :

Damon MAYAFFRE (2021), Macron ou le mystère du verbe. Ses discours décryptés par la machine, La Tour d’Aigues, Éditions de l’aube

Texte intégral

1La Cinquième République a renforcé le pouvoir présidentiel : cette fonction suprême passe par le suffrage universel ; et c’est pourquoi les présidents s’adressent régulièrement au peuple non seulement lors des campagnes électorales, mais tout au long de leur mandat.

  • 1 Ma collègue Françoise Finniss-Boursin (1992) avait, la première, consacré sa thèse de doctorat à un (...)

2La très forte personnalité du général de Gaulle, son verbe inimitable et son habileté oratoire marquent durablement les présidents français. Comme le général, ses successeurs s’expriment périodiquement à la radio et à la télévision. Chaque président exécute les figures imposées par l’usage (par exemple, adresser ses vœux aux Français en fin d’année calendaire1), mais se livre aussi à des figures libres : parler au peuple lorsque les circonstances ou la tension politique l’imposent. Des troubles sociaux et un grave danger comme les menaces terroristes ou la guerre qui vient d’éclater en Ukraine alors que j’écris cette notice imposent au chef de l’exécutif de parler à ses concitoyens.

3Une chronique du magazine Le Point parue en fin d’année 2020 (no 2522-23, 17-24 décembre 2020) soulignait l’attachement du président Macron au jeu verbal. Cet article notait que le président prépare ses discours, qu’il en affine le texte et qu’il en polit le style ; et que ce souci est lié à sa passion pour la littérature et pour les littérateurs qu’il reçoit volontiers en privé pour aérer son quotidien ! Cette marotte présidentielle n’est en fait guère originale : Pompidou était un vrai littéraire ; Giscard se piquait d’écrire ; la vie privée de Mitterrand fut remplie de livres et d’écrivains, etc.

4Depuis la seconde année de son mandat, inauguré en mai 2017, Emmanuel Macron s’est exprimé très souvent, plus couramment que les présidents précédents. Il est donc naturel qu’un chercheur comme Damon Mayaffre, dont la curiosité se partage entre la linguistique et la science politique, se penche sur l’abondant ensemble de textes et de discours prononcés par l’occupant actuel du Palais de l’Élysée, avant même que ne s’achève son mandat quinquennal. L’ouvrage que je commente ici est une synthèse de ce que son auteur a repéré en examinant le « verbe » du président Macron.

La méthode : une bibliométrie de la parole présidentielle

  • 2 Popularisée et industrialisée par les initiateurs de Google, l’indexation récursive d’un texte inté (...)

5L’étude systématique des écrits est grandement facilitée par des logiciels d’analyse textuelle dont la puissance a considérablement augmenté depuis une quinzaine d’années2. Cette automatisation ouvre un large spectre aux études linguistiques. Inimaginables avec un papier et un crayon, des comparaisons multifactorielles deviennent faisables : analyser le vocabulaire d’un auteur, les tournures qu’il emploie, son phrasé, la variété et la fréquence des mots avec lesquels il joue, etc. Ces logiciels explorent un grand nombre d’hypothèses, rapprochent ou comparent les textes d’un corpus abondant, ce que les méthodes manuelles ne permettaient pas : l’analyse textuelle prend ainsi une nouvelle dimension, grâce au numérique. Pareil exercice permet parfois de découvrir des faits invisibles à l’œil nu ; c’est l’une des conséquences bénéfiques du traitement automatisé des données massives, de ce big data qui fait couler tant d’encre de nos jours ! Ce livre illustre donc un changement d’échelle des études linguistiques : il s’appuie sur un millier de discours prononcés depuis 1958 en France, dont une centaine seulement ont été dits ou écrits par Emmanuel Macron entre 2016 et 2020. Mayaffre précise ainsi son intention : rapprocher les propos de Macron de ceux de ses sept prédécesseurs (de Gaulle jusqu’à Hollande), aussi bien sur le fond que dans la forme, en croisant deux méthodes : celle d’un logiciel ad hoc baptisé Hyperbase, une « intelligence artificielle » automatisée, d’une part, et celle d’une analyse sémantique et politique, d’autre part.

L’avènement du « parler Macron »

6Pour Mayaffre, Macron est une « énigme verbale », car ses discours et les mots qu’il emploie sont à la fois (en même temps !) ambigus et mystérieux. Les pistes se brouillent : des mots lâchés « en rase campagne » (électorale, s’entend !) lui reviennent en boomerang ; sa pensée déroute, car elle est confondante, à l’occasion ; à force de s’affirmer « en marche », le président avait-il une autre intention que de franchir les marches de l’Élysée ? Cela contredirait cependant son leitmotiv : être toujours en mouvement ! Ou serait-il un avatar contemporain de l’ancien président du Conseil de la Quatrième République, le brillant et savant professeur de droit Edgar Faure, courageux mais jamais téméraire, qui proclamait, le sourire en coin : « Moi, une girouette ? Mais non, ce n’est pas moi qui tourne, c’est le vent » ?

7Macron parle d’abondance : il semble assimiler démocratie et logocratie ; il soliloque en toute circonstance : « […] parler et parler encore jusqu’à satiété », écrit Mayaffre, à l’occasion du Grand Débat de 2019 (encadré 6, p. 245) ! Cette parole fournit un abondant matériau qui, passé à la moulinette du logiciel Hyperbase, en dresse la métrique avant d’y rechercher des corrélations ou des associations porteuses de sens. Ainsi, au-delà de cette fonction métrique, ce logiciel cherche des constantes qui peuvent caractériser le locuteur. Par essais et erreurs successifs, il peut ensuite générer, sur un thème quelconque, un crypto-discours macronien dans lequel on retrouve les tics et le mode d’expression présidentiel ; cet exercice de style, ersatz de discours macronien, conclut l’épilogue de ce livre.

Essai de cartographie linguistique : 60 ans, 8 présidents et 1 000 discours !

8Bien que le discours, les conditions de sa réception et les médias se modifient avec le temps, la méthode que je viens de résumer peut traiter le corpus entier des discours produits depuis le début de la Cinquième République. L’automatisme permet d’examiner et de comparer les pièces de ce grand puzzle verbal. L’auteur tente cette aventure grâce au logiciel évoqué plus haut.

9La deuxième partie du livre (« De Gaulle à Hollande : les emprunts d’un discours ») synthétise ces comparaisons et les présente sous une forme quasi cartographique : celle d’un arbre où chacun de nos présidents de la République prend sa place. Cette représentation veut situer le verbe macronien par rapport à celui de ses prédécesseurs. Cet exercice un peu artificiel permet de lier les discours de l’actuel président à ceux des sept présidents qui ont siégé avant lui.

  • 3 La cohabitation a disparu depuis que le président et l’Assemblée nationale sont élus ensemble, pour (...)

10Le graphique en arbre comporte quatre banches : la première est celle des trois anciens (1958 à 1974 : de Gaulle, Pompidou et Giscard) ; deux autres branches, la mitterrandienne (1981 à 1995) et la chiraquienne (1995 à 2007), furent marquées par des cohabitations entre un président socialiste et un gouvernement conservateur, d’une part, et entre un président conservateur et un gouvernement socialiste, d’autre part3 ; et, enfin, la quatrième branche réunit les présidents élus entre 2007 et 2022 (Sarkozy, Hollande et Macron).

11Mayaffre place Macron en position quasi nodale sur ce graphe qu’il assimile, sans vraiment justifier ce choix, à un arbre généalogique : il émet l’hypothèse que tout nouveau président serait, plus ou moins volontairement, soumis à l’influence de ses prédécesseurs. Macron aurait puisé, par exemple, en partie son inspiration chez Chirac, Sarkozy et Hollande, à hauteur d’un quart environ chez chacun d’entre eux. Cette pseudo-mesure n’a de valeur que formelle puisqu’elle repose sur des similitudes terminologiques qui ne présument ni du cœur ni du cadre de chaque discours !

12Le logiciel algorithmique Hyperbase tente de repérer et de pondérer similitudes ou ressemblances entre des discours prononcés à des années ou à des décennies de distance. Une trentaine de mots-clés (peuple, destin, souveraineté, nucléaire, dialogue, etc.) servent à rapprocher les propos de Macron et ceux des présidents antérieurs. L’auteur en tire des remarques amusantes mais peu signifiantes, à dire vrai, et en l’état actuel de sa recherche.

  • 4 Les cas de Chirac, de Raffarin, de Sarkozy ou de Hollande sont symptomatiques à ce propos ! Voir l’ (...)

13Ce faisant, un point de fait (parfaitement documenté de nos jours) ne semble pas avoir été pris en compte : les discours présidentiels sont préparés et rédigés par des « plumes de l’ombre » que les initiés — et le grand public qui veut bien s’en préoccuper — connaissent. Même les discours d’un crypto-littéraire comme Macron (qui affirme haut et clair travailler les textes qui lui sont soumis) sont rarement le produit de sa plume4 ! Ses textes ne traduisent donc pas nécessairement la pensée présidentielle ; le prononcé du discours, en revanche, porte bien la marque de celui qui s’exprime ! Ne faudrait-il pas combiner l’analyse de l’écrit (qui n’est pas vraiment personnel) et celle de l’oral (porté par le vrai locuteur) pour y retrouver son latin ?

14Je m’interroge, en définitive, sur cette forme d’analyse, lourde à manier et qui impose des contraintes logistiques non négligeables. Quelle est l’utilité d’un tel instrument ? Elle n’est pas évidente. D’ailleurs, le talent d’un tribun comme Nicolas Sarkozy, brillant avocat plaidant (comme son confrère Dupont-Moretti, actuel Garde des Sceaux, ministre de la Justice), se révélait bien mieux dans le débat contradictoire que dans ses discours qui furent principalement construits et écrits par d’autres que lui. Comment juger le verbe du président Hollande, conçu par d’autres que lui, qui est évidemment effacé par celui, bien plus vif et tonique, de Macron ?

15Interrogation complémentaire : face à une telle variété de styles, de personnalités et de tons, le big data est-il le meilleur moyen pour comparer des présidents dont la parole est souvent écrite par procuration ? Ce livre ne permet pas de trancher. Il apparaît toutefois, au fil des pages, que le discours macronien se rattache à sa maîtrise technocratique, à la pratique diplomatique et à la complexité administrative. Mayaffre n’est pas dupe : « […] l’histoire politique de la France charrie et impose ses mots, ses formules, ses actes ; par-delà sa personnalité, un président est contraint de composer » (p. 235). L’auteur marque ainsi la limite de l’exercice qu’il conduit.

La ritournelle macronienne

16La troisième et dernière partie de ce livre revient à l’analyse politique. Après avoir constaté que les discours de Macron témoignent de son habileté pragmatique, l’auteur s’interroge sur ce qui fait bouger ce personnage, sur la pensée qui sous-tend son action au fil des mois, sur ce qui le pousse à réagir aux événements qui s’imposent à lui, plutôt que d’imposer sa volonté au monde extérieur. Macron admet, avec une candeur surprenante, qu’il réagit alors qu’il pourrait, au contraire, prendre la main : « Macron réfute l’immobilisme et revendique [son] évolution ! » remarque Mayaffre. Est-ce pourquoi ce président admet sans la moindre vergogne : « sachons nous réinventer » (p. 240) ?

  • 5 Le corpus comprend principalement des discours prononcés en France à destination d’auditeurs nation (...)

17En politique intérieure5, le verbe macronien traduit l’ambition encyclopédique de cet élu national : les questions de société, d’autorité et d’ordre public comme les questions économiques et sociales sont abordées sans que l’un quelconque de ces thèmes efface durablement les autres. Croissance et chômage sont évoqués dans ses discours, comme l’innovation industrielle, le financement des entreprises ou l’importance du numérique ; les problèmes de mœurs et de société, les rapports homme-femme, la brutalité subie par femmes et enfants, la libéralisation des mœurs et le chamboulement des liens familiaux tiennent aussi le haut du pavé macronien !

18Enfin, après avoir buté sur la réticence des retraités, Macron tira un bon parti de la pandémie qui fut une bouée de sauvetage inespérée pour son mandat. Depuis ce coup du sort, sa priorité n’est plus de maîtriser le serpent de mer des retraites, mais de promettre à chacun — quoi qu’il en coûte ! — que l’État tutélaire le sorte de sa mouise sans qu’il soit besoin au citoyen de faire un quelconque effort. L’Europe, enfin, cette personne publique que personne ne respecte mais vers laquelle on se tourne en cas d’incident, Macron s’en saisit pour affirmer son aptitude d’assureur « en dernier ressort » ! Surprise heureuse pour ce candidat europhile qui préparait sa réélection : Macron pare l’Europe de valeurs souveraines inédites qui lui permettraient d’agir en notre nom dans un avenir assez proche ! Abordé au dernier chapitre du livre, ce thème est effectivement inscrit au filigrane du discours macronien que révèle la machine.

Quelques mots pour conclure

  • 6 Sous d’autres cieux, on dirait « qu’il a la baraka » propre aux chefs mythiques que protègent la ch (...)

19Il faut avouer que ce jeune et fringant président est véritablement « né coiffé6 ». Par un curieux concours de circonstances, c’est au jour où se profile la fin des contraintes liées à cette pandémie qui nous mit à genoux pour deux ans que le calendrier européen confie la frêle et courte présidence du Conseil européen au chef de l’État français : « Nous aurons peu de priorités », déclarait-il le 2 juillet 2020 ; il incluait dans sa brève liste de tâches « la défense de la souveraineté européenne » quelques mois avant que la Russie reprenne les hostilités en Ukraine, alors que Macron préside le Conseil européen depuis six semaines. Venant après la fausse guerre contre la COVID, cette vraie guerre, européenne, l’a-t-il fait réélire, comme ce fut le cas de F. D. Roosevelt aux États-Unis à la veille et pendant la Seconde Guerre mondiale de 1939-1945 ?

Haut de page

Bibliographie

FAUX Emmanuel, Thomas LEGRAND et Gilles PEREZ (1990), Plumes de l’ombre, Paris, Ramsay.

FINNISS-BOURSIN Françoise (1992), Les discours de vœux des présidents de la République. La France au fond des yeux, préface de Francis BALLE, Paris, LGDJ.

VOLLE Michel (2018), « Une économie post-industrielle », dans Jean-Pierre CHAMOUX, L’ère du numérique 2. L’économie revisitée, Londres, ISTE, p. 147-149.

Haut de page

Notes

1 Ma collègue Françoise Finniss-Boursin (1992) avait, la première, consacré sa thèse de doctorat à un exercice qui a été respecté, à ce jour, par tous les titulaires du mandat présidentiel.

2 Popularisée et industrialisée par les initiateurs de Google, l’indexation récursive d’un texte intégral (page ranking) facilite considérablement ce type d’analyse (Volle, 2018).

3 La cohabitation a disparu depuis que le président et l’Assemblée nationale sont élus ensemble, pour une même période de cinq ans.

4 Les cas de Chirac, de Raffarin, de Sarkozy ou de Hollande sont symptomatiques à ce propos ! Voir l’essai, bien informé lors de sa parution, de Faux, Legrand et Perez (1990).

5 Le corpus comprend principalement des discours prononcés en France à destination d’auditeurs nationaux.

6 Sous d’autres cieux, on dirait « qu’il a la baraka » propre aux chefs mythiques que protègent la chance et la fortune !

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jean-Pierre Chamoux, « Damon MAYAFFRE (2021), Macron ou le mystère du verbe. Ses discours décryptés par la machine »Communication [En ligne], Vol. 39/2 | 2022, mis en ligne le 06 octobre 2022, consulté le 26 mai 2024. URL : http://journals.openedition.org/communication/16145 ; DOI : https://doi.org/10.4000/communication.16145

Haut de page

Auteur

Jean-Pierre Chamoux

Jean-Pierre Chamoux est professeur émérite à l’Université Paris-Cité. Courriel : jean-pierre.chamoux@parisdescartes.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search