Navigation – Plan du site

AccueilNumérosVol. 39/2LecturesJean-Luc MORICEAU, Hugo LETTICHE ...

Lectures

Jean-Luc MORICEAU, Hugo LETTICHE et Marie-Astrid le THEULE (dir.) (2019), L’art du sens dans les organisations

Québec, Presses de l’Université Laval
Gilles Teneau
Référence(s) :

Jean-Luc MORICEAU, Hugo LETTICHE et Marie-Astrid le THEULE (dir.) (2019), L’art du sens dans les organisations, Québec, Presses de l’Université Laval

Texte intégral

1S’intéresser au sens pour et dans les organisations est de nos jours essentiel. Les auteurs ont choisi d’aborder la question en décortiquant la réflexion de quatre chercheurs reconnus (Howard Becker, Karl Weick, Bernard Stiegler et Alphonso Lingis).

2Ce livre est composé d’une table des matières assez détaillée, d’une introduction, de 4 parties, de 16 chapitres, d’une conclusion et d’un index relativement bien défini. La couverture et la quatrième de couverture sont bien explicites. Des références bibliographiques sont proposées à la fin de chaque chapitre, ce qui permet d’approfondir la réflexion proposée dans le chapitre. Le corps de l’ouvrage n’est pas d’une lecture facile, l’esprit du lecteur doit passer de réflexion à réflexion, sociale, gestionnaire, culturelle, anthropologique, artistique, politique. Nous pensons que cette structuration du livre est due au grand nombre d’auteurs qui ont participé à sa rédaction ; c’est souvent la faiblesse des collectifs. Il est bien sûr possible de lire un chapitre puis un autre sans s’occuper de lire l’ensemble des chapitres dans leur ordre. Nous aurions apprécié une introduction et un résumé à la fin de chaque chapitre ; cela aurait facilité la compréhension. L’un des points forts de l’ouvrage est l’analyse du sens selon plusieurs variables et plusieurs interprétations. L’un des points faibles est de passer d’un plan de réflexion à un autre. Nous aurions apprécié un fil conducteur entre les différents plans (organisationnel, littéraire, artistique, social, politique).

3L’art du sens dans les organisations. Que signifie un titre comme « l’art du sens ? » Expression énigmatique et indéterminée, l’art du sens est multiple. Il y a différents arts du sens pour faire émerger du nouveau, l’innovation dans l’organisation, dans le contenu du sens, dans l’art du sens lui-même. En outre, les auteurs reprennent en conclusion du livre cette idée de plusieurs formes de sens, le sens est multiple dans son interprétation. L’art du sens peut être envisagé comme individuel, collectif, incarné ou existentiel. Il peut aussi être imposé, émergeant ou novateur. Chaque partie du livre est centrée sur un auteur phare significatif et influent pour l’art du sens. Il y a des extraits d’entretien avec Howard Becker, la traduction d’un texte de Karl Weick ainsi que des textes de Bernard Stiegler et d’Alphonso Lingis. Chacune des parties comprend deux textes sur les organisations, rédigés par différents auteurs.

Première partie de l’ouvrage

4La première partie de l’ouvrage est consacré à Howard Becker ; elle part d’un récit de Georges Perec. Dans les chapitres suivants, les auteurs font référence à des entretiens inédits de Becker qui expliquent plusieurs aspects de l’art du sens. Toujours dans cette première partie, nous entrons dans la cuisine du chercheur qui tente de restituer une enquête de terrain.

5Avec Becker, l’approche est celle des artisans ; l’art du sens est avant tout un art de saisir de l’intérieur les normes implicites qui gouvernent le groupe pour apprendre à s’en sortir. La provocation de l’art vient du fait que l’artiste est dépeint sans aucune différence par rapport à tout autre professionnel ; il n’y a ni dehors de la société, ni valeurs, ni idéaux qui feraient de l’artiste un être à part.

6Pour Becker, les comportements ou les mécanismes pourraient, de l’extérieur, paraître bizarres ou inattendus. Or, par une série de phrases simples, il montre combien ils sont pourtant logiques lorsqu’on se met dans la peau et dans la tête du membre de la communauté. Nous percevons bien ici certaines approches sur l’importance du sens qui est relié aux identités collectives et groupales, aux méthodes de construction de sens de forme allégorique ou métaphorique.

Deuxième partie de l’ouvrage

7La deuxième partie rappelle les grandes lignes de l’art du sens de Karl Weick, et c’est par la traduction de l’un de ses textes les plus célèbres sur l’improvisation que le sens prend forme. Loin de la seule opposition entre routine et innovation, l’auteur propose de distinguer différents niveaux et différentes formes d’improvisation. En outre, il montre le rôle important de la cognition faisant référence à la mémoire ainsi qu’au sens. Toujours dans cette partie consacrée à Weick, la construction du sens est examinée pas à pas à l’aide des concepts de sensemaking ainsi que de la socio-psychologie de l’organisation.

8Avec Weick, il y a bien sûr le sensemaking, la fabrication du sens dans la vie des organisations. Ici, l’intuition est toute différente ; pour cet auteur, l’incertitude plane en permanence sur la possibilité des praticiens à construire et à maintenir le sens dans leur activité.

9Les textes de Weick comportent toujours un élément de tension. Dans plusieurs de ses textes, le sens n’est pas donné au départ. Par une série d’allers et retours entre le cas et la théorie, il cherche les éléments qui manquent pour construire l’ensemble de l’histoire.

Troisième partie de l’ouvrage

10La troisième partie présente l’art du sens de Bernard Stiegler. Pour cet auteur, le sens est tout d’abord individuation ; il est créé par concrétisation d’éléments potentiels présents dans une situation historique, notamment technique. Dans un texte de Stiegler est donc analysée la dynamique du sens au regard d’une œuvre d’art ; y est souligné le rôle clé de la figure de l’amateur dans son double mouvement de désir et de critique.

11Pour Stiegler, la construction du sens ne saurait en effet être détachée du contexte social, politique, économique et technologique. Pour cet auteur, l’art du sens est un art historique, dès lors notre société actuelle est avant tout une société industrialisée. L’une des grandes forces de cet auteur est de penser le rôle des médias et de la technique au moyen et au milieu desquels nous allons construire du sens. Le contact se fait par l’intermédiaire d’images, d’écran, de console, d’Internet et de Wikipédia.

12Stiegler ne décrit presque jamais sa propre expérience ou des enquêtes de première main ; sa pensée repose sur les médias, sur les concepts philosophiques qui vont décrire le monde contemporain. Son art consiste à créer des liens multiples pour repenser notre société, pour nous faire comprendre ce que nous manquons et pour nous inviter à réagir.

Dernière partie de l’ouvrage

13La quatrième partie traite du sens selon Alphonso Lingis, qui réfléchit aux affects. Dans ce chapitre, différentes réflexions sont proposées, par exemple sur un festival d’art numérique, des réfugiés demandeurs ou bien encore la cuisine élevée au rang d’art, tout imprégné de sens.

14Pour Lingis, l’approche est philosophique et l’art du sens perd ici toute connotation de construction ; c’est un art de la perception et de la mise en mouvement du jugement. Lingis a hérité d’Edmund Husserl une méfiance à l’égard de l’attitude naturelle, de ce qui est évident ; il faut examiner avec attention la situation présente, puis commencer par décrire avec précision ce que l’on sent, ce que nos sens captent. Avec cet auteur, l’art du sens n’est pas une intelligence de la situation, c’est une manière de vivre, de saisir le visage de l’autre, son intime. Les idées proposées nous conduisent au concept de discernement appliqué aux pratiques de décision. « Prendre des décisions qui ont du sens nécessite de décider avec discernement dans le cadre d’un questionnement centré sur la finalité » (Noguer, 2019).

15L’écriture de Lingis est une invitation à vivre une aventure existentielle. Son écriture est performative et tente de recréer la situation au présent.

Limites des auteurs

16Le sensemaking de Weick sous-estime la longue inculturation dans une communauté enracinée dans laquelle le sens se crée. Face à des situations de crise, en théorie du sensemaking, la prise de décision est secondaire, une telle conception nous semble limitative.

17Toutefois, le concept de ponctuation proposé par Bénédicte Vidaillet (2008) permet de mieux comprendre la prise de décision. En effet celle-ci est une interruption créatrice d’ordre, pour cet auteure le sens existe par la temporalité. Je donne sens à mes propos en faisant de courtes pauses entre les mots. Stiegler produit une réflexion métaphysique trop globale et trop normative et Lingis, bien qu’écrivant des textes intéressants, est de portée scientifique limitée.

18Les approches de Becker et de Weick sont peu sensibles aux tragédies politiques et économiques de la mondialisation. Leur approche est très conventionnelle et peut paraître ennuyeuse, alors que l’approche de Steigler est pessimiste.

En conclusion

19Le dernier chapitre de cet ouvrage conclut sur une invitation à chercher le sens en tous sens et esquisse la possibilité d’une cinquième perspective sur l’art du sens. Ce livre espère montrer qu’il n’y a pas un seul sens unique, ni une seule théorie du sens, ni non plus une méthode d’enquête unique. Bien sûr que non ; il y a plusieurs possibilités d’envisager le sens. Au regard de la lecture de cet ouvrage, nous comprenons mieux la signification apporté à « l’art du sens ». Les nombreuses participations d’experts ont permis de réaliser un ouvrage collaboratif d’une très bonne qualité. Il intéressera aussi bien les chercheurs, les étudiants que les professionnels qui veulent mieux comprendre le pourquoi de leurs actions. Nous recommandons la lecture de cet ouvrage, celui-ci est une porte ouverte à la recherche du sens.

Haut de page

Bibliographie

NOGUER Sylvia-Nuria (2019), « Prendre ses décisions avec discernement et sens du jugement », Atout France, 3 janvier, https://business.lesechos.fr/entrepreneurs/efficacite-personnelle/0600341774157-prendre-ses-decisions-avec-discernement-et-sens-du-jugement-325993.php consulté le 17 mai 2022

VIDAILLET Bénédicte (2008), Sociopsychologie de l’organisation, Paris, Vuibert

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Gilles Teneau, « Jean-Luc MORICEAU, Hugo LETTICHE et Marie-Astrid le THEULE (dir.) (2019), L’art du sens dans les organisations »Communication [En ligne], Vol. 39/2 | 2022, mis en ligne le 06 octobre 2022, consulté le 19 mai 2024. URL : http://journals.openedition.org/communication/16194 ; DOI : https://doi.org/10.4000/communication.16194

Haut de page

Auteur

Gilles Teneau

Gilles Teneau est chercheur associé au Laboratoire d’économie et de management de Nantes-Atlantique (LEMNA), Université de Nantes. Courriel : gilles_teneau@yahoo.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search