Navigation – Plan du site

AccueilNumérosVol. 39/2LecturesAlain SAULNIER (2022), Les barbar...

Lectures

Alain SAULNIER (2022), Les barbares numériques. Résister à l’invasion des GAFAM

Montréal, Écosociété, Coll. Polermos
Pierre Barrette
Référence(s) :

Alain SAULNIER (2022), Les barbares numériques. Résister à l’invasion des GAFAM, Montréal, Écosociété, Coll. Polermos

Texte intégral

1Alain Saulnier, en bon journaliste qu’il fut durant la plus grande partie de sa carrière (en plus d’avoir dirigé le Service de l’information de Radio-Canada pendant 15 ans et enseigné le métier à l’Université de Montréal), a le sens de l’actualité et du timing. Son dernier ouvrage arrive au beau milieu d’un des débats de société les plus virulents des dernières années (l’absence de réglementation face à la domination de l’espace numérique par quelques géants étatsuniens), tout comme son précédent opus (2014) coïncidait avec les rumeurs de démantèlement de la société d’État et la crise de confiance importante que traversait dans ces années-là sa haute direction. En réalité, les deux thèmes sont très liés, et plutôt que des problématiques distinctes, ils constituent en fait des « moments » au sein d’un processus plus large de déclin des institutions médiatiques traditionnelles et d’érosion de la souveraineté culturelle défendue par les organismes voués à leur encadrement. Saulnier s’affirme ainsi, depuis son départ de Radio-Canada, comme l’un des plus ardents défenseurs de l’intégrité des services publics en matière de communication au Québec et, plus spécifiquement dans son récent livre, comme une sorte de Savarole fustigeant les mœurs numériques de ses contemporains.

2Les barbares numériques constitue en effet une charge véhémente contre la manière de se comporter des GAFAM (Google, Amazon, Facebook, Apple, Microsoft). Selon l’auteur, ces immenses compagnies ont délibérément sacrifié sur l’hôtel du pouvoir économique et du profit tout comportement de « bon citoyen corporatif », toute forme de convenance sociale paramétrée autrement que par la stricte logique du gain :

Les superpuissances numériques défient nos lois, refusent de reconnaître nos frontières et de respecter nos règles du jeu. Parmi elles, les réseaux sociaux comme Facebook et Twitter imposent leur absence d’éthique de la communication, favorisent la propagation des propos mensongers, encouragent les extrémismes et ignorent le respect du droit d’auteur (p. 11).

3On comprend rapidement à la lecture de cet ouvrage fort bien documenté et à l’argumentation très sûre que l’opprobre touche un vaste spectre d’enjeux, qui va de l’impérialisme culturel aux problèmes de dépendance causés par les réseaux sociaux, de la désinformation et des « chambres d’écho » à l’ensevelissement de l’espace culturel par les contenus anglo-saxons, de la prise de possession des données personnelles par les entreprises privées à des fins mercantiles en passant par les effets catastrophiques du numérique sur l’environnement. Le danger, souvent, avec ce genre d’essais qui ratissent large et accolent aux représentants du Grand capital des desseins machiavéliques, c’est qu’on n’est jamais trop loin d’un frankfortisme un peu élémentaire, où tout le Mal se trouve concentré entre les mains de quelques grandes corporations étatsuniennes dont les « clients » sont présentés comme les victimes impuissantes, et parfois même inconscientes, de leurs stratégies. Tour à tour, à leur époque, c’est Hollywood puis l’industrie des majors de la télévision étatsunienne qui ont subi les foudres des intellectuels, pour qui les « médias de masse » ne pouvaient avoir que des effets délétères (à l’époque plutôt narcolepsie, vision unique, aliénation, etc.).

4La position de Saulnier est toutefois plus nuancée, et son essai davantage qu’une nième attaque unilatérale contre l’impérialisme du pays de l’oncle Sam envisagée sous l’angle de ses effets désastreux, cette fois servie à la sauce numérique. L’auteur évoque d’entrée de jeu la manière dont nous sommes tous, lui-même au premier chef, complices des GAFAM et parties prenantes d’un univers de pratiques numériques sur lequel il est pratiquement impossible aujourd’hui de faire l’impasse :

Je possède des comptes Facebook et Twitter. Ces médias sociaux m’ont été d’une grande utilité pour les cours de journalisme que je donne à l’Université de Montréal depuis 10 ans. J’y ai trouvé beaucoup d’informations pertinentes pour mon travail. Plusieurs amis et collègues m’ont également alimenté afin que je reste bien au fait des bouleversements dans l’univers de la culture et des médias. En prime, les médias sociaux m’ont permis de m’entourer d’amis et de connaissances que j’aime bien retrouver dans cet univers virtuel. À l’occasion, les interventions des uns m’ont permis de nuancer et d’enrichir ma vision des choses (p. 171-172).

5Ce que reconnaît implicitement Saulnier ici, c’est que c’est en fait nous qui donnons aux GAFAM leur extraordinaire pouvoir, et ce qu’il dit à propos de Facebook et de Twitter, on pourrait le dire des autres géants : qui est prêt en effet à se passer du logiciel de traitement de texte Word (Microsoft) ? Qui voudra bouder le moteur de recherche de loin le plus performant sur le Web (Google) ? Et qui, parfois, face au stress suscité par l’achat des traditionnels cadeaux de Noël, ne succombe pas par exemple aux sirènes du choix, de la rapidité et de l’extraordinaire facilité d’utilisation de la plus grosse boutique en ligne au monde (Amazon) ? Évidemment, cela renvoie à un autre problème également évoqué par le jeune retraité : « C’est une puissante dépendance que nous avons développée depuis qu’internet est devenu aussi indispensable à nos vies que l’eau et l’électricité. C’est pourquoi on peut parler de GAFAM-dépendance » (p. 12).

6En fait, de manière plus ciblée que ce que la charge tous azimuts de l’ouvrage laisse parfois envisager, ce sont les dimensions légales et réglementaires du dossier des GAFAM que Saulnier met en relief, et comme le souligne Pierre Trudel dans la préface, la responsabilité en incombe ultimement au législateur : « Car il faut bien constater les dégâts engendrés par le retard qu’on a pris dans la mise à niveau de nos politiques culturelles : écroulement des bases économiques des médias, émiettement des modèles d’affaires permettant la rémunération des créateurs, recul du service public de la radio et de la télé » (p. 4-5). Ce retard, qui touche tous les pays, est timidement en train d’être repris par certaines législations (en Australie et du côté de l’Union européenne, notamment) ; il reste à espérer avec Saulnier que notre gouvernement « agisse pour le bien commun, le nôtre » (p. 175).

Haut de page

Bibliographie

SAULNIER Alain (2014), Ici était Radio-Canada, Montréal, Boréal.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Pierre Barrette, « Alain SAULNIER (2022), Les barbares numériques. Résister à l’invasion des GAFAM »Communication [En ligne], Vol. 39/2 | 2022, mis en ligne le 06 octobre 2022, consulté le 16 avril 2024. URL : http://journals.openedition.org/communication/16225 ; DOI : https://doi.org/10.4000/communication.16225

Haut de page

Auteur

Pierre Barrette

Pierre Barrette est professeur à l’École des médias, Université du Québec à Montréal. Courriel : barrette.pierre@uqam.ca

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search