Navigation – Plan du site

AccueilNumérosVol. 39/2LecturesElizabeth SUEN et Barbara A. SUEN...

Lectures

Elizabeth SUEN et Barbara A. SUEN (2020), Intercultural Communication. A Canadian Perspective

Toronto, Canadian Scholars
Nathalie Auger
Référence(s) :

Elizabeth SUEN et Barbara A. SUEN (2020), Intercultural Communication. A Canadian Perspective, Toronto, Canadian Scholars

Texte intégral

1Cet ouvrage est réellement intéressant à divers points de vue. Tout d’abord, il propose une approche très progressive de l’interculturalité en montrant que le langage est intrinsèquement lié à cette notion et que les premières théories, étatsuniennes notamment, ont mis en exergue ces questions de communication interculturelle. L’ouvrage se focalise ensuite sur les spécificités de la législation canadienne en insistant sur des notions-clés comme les stéréotypes et la discrimination. L’organisation de l’ouvrage est très bien pensée. En effet sont présentés une liste des termes-clés en début de chaque chapitre, de nombreuses photos, des dessins et schémas, originaux le plus souvent, ainsi que des études de cas sous forme d’encadrés. Par ailleurs, des moments de réflexion sont proposés, un résumé fait le point sur les connaissances et expériences à la fin de chaque chapitre. De nombreuses questions à se poser pour aller plus loin, agrémentées de codes QR pour accéder à des illustrations ou informations sur de nombreux sites, permettent de poursuivre le cheminement intellectuel et pratique des auteurs. Enfin, chaque chapitre propose sa bibliographie thématique sur le sujet traité. Il ressort de la lecture de ce livre une impression de très grande clarté. Pour autant, le propos sait rester complexe, il ne simplifie jamais la problématique et accompagne vraiment le lecteur, même débutant, dans sa prise d’information et ses réflexions.

2Si l’ouvrage a piqué ma curiosité à différents titres, c’est que, d’une part, en France où je fais de la recherche et où je forme des enseignants, il est obligatoire, depuis les années 1980, de suivre des cours universitaires sur l’interculturalité quand on se destine à devenir enseignant de français langue étrangère et seconde. Il est donc essentiel de lire régulièrement les contributions qui sont publiées à ce sujet. L’idée de proposer une perspective canadienne est donc intéressante. En effet, en France, il existe une perspective française autour d’auteurs précurseurs du champ comme Louis Porcher (1998), Martine Abdallah-Pretceille (1995), Jean-Claude Beacco (2000) et Geneviève Zarate (1986) dans les années 1980-1990, renouvelé par la nouvelle génération des enseignants-chercheurs en poste comme Muriel Molinié (2019) et Fred Dervin (2019). Qu’en est-il des auteurs francophones au Canada qui ont aussi largement publié sur ces thèmes — on pense à Ouellet (2002), Lafortune et Gaudet (2000), par exemple —, des collègues belges — Luc Collès (2013), Silvia Lucchini et Aphrodite Maravelaki (2015) — tout comme des collègues en Europe comme Michael Byram (1992) qui ont contribué à faire connaître l’interculturel dans des institutions internationales telles que le Conseil de l’Europe afin de proposer cette notion à l’étude dans l’enseignement des langues en général ? Ces perspectives sont-elles complémentaires, différentes, conciliables avec celles de Suen ?

3Tout d’abord, par rapport aux auteurs que nous venons de mentionner, Suen et Suen ne sont pas des enseignants-chercheurs à l’université, mais des actrices de terrain. Elizabeth Suen est artiste à Toronto et interroge les questions identitaires notamment liées à la santé mentale et Barbara Suen est formatrice sur ces questions. En France, en Europe ou dans les autres pays francophones cités, les auteurs qui ont contribué au champ sont des universitaires. Cette distinction a une grande influence sur le livre, qui est nourri d’une somme impressionnante d’études de cas, d’exemples. Cette manière d’envisager l’information et la formation en interculturel est assez unique et très nouvelle, même si elle est plus fréquente dans la culture éducative au Canada. En France, la plupart des ouvrages sur la question sont strictement théoriques. C’est la raison pour laquelle le fait que l’ouvrage propose des espaces de réflexion concrets, à la suite des exposés scientifiques de chaque chapitre, me semble essentielle à la compréhension et à la formation dans ce domaine qu’est l’interculturel.

4Sur le fond maintenant, il est clairement indiqué que la perspective de l’ouvrage est canadienne, et un effort important est mis sur le niveau que les auteurs nomment « macro », c’est-à-dire les éléments juridiques qui fondent les questions interculturelles au Canada. Cette relation entre le niveau macro et les interactions interpersonnelles ou entre entreprises ou institutions montre combien le modèle culturel canadien est original. Les spécificités de ce modèle sont décrites non seulement en synchronie, c’est-à-dire ce qu’il en est à l’heure actuelle, mais aussi en diachronie, en ce qui concerne les évolutions historiques. Cette manière de lier le niveau macro à la gestion des relations est certainement à proposer à l’analyse dans d’autres contextes ; en France, par exemple, ce travail reste à faire. Cependant, on voit aussi que la force de cet ouvrage peut aussi être une limite dans d’autres contextes qui ne sont pas régis par les mêmes lois et pour qui l’approche proposée peut ne pas être toujours pertinente. Il faudrait donc imaginer que les utilisateurs, hors Canada, proposent des documents législatifs pour réfléchir à l’interaction entre le niveau macro et les autres niveaux (méso et micro).

5L’ouvrage propose également une variété intéressante de thématiques interculturelles. En France, par exemple, l’interculturel a été largement mobilisé pour répondre à l’inclusion en éducation, notamment des personnes migrantes. Dans le livre de Suen et Suen, il est aussi question de genre, de professionnalité, de générations, ce qui montre combien cette notion interculturelle est féconde et indispensable dans nos sociétés contemporaines, transversale à de nombreuses formations universitaires.

6On regrette, malgré le tour d’horizon exhaustif des auteures en matière de références bibliographiques, le manque de références du Canada francophone et d’Europe, qui se fait quelque peu ressentir et qui sont pourtant fondatrice pour le champ. D’une part, une perspective canadienne sans la genèse exhaustive des travaux au Canada, notamment francophone, est dommageable. Ensuite, la comparaison avec les très nombreux travaux européens aurait permis, justement, de mettre en perspective le niveau macro (avec, par exemple, des outils institutionnels comme la Plateforme de ressources et de références pour l’éducation plurilingue et interculturelle1), pour montrer combien les langues sont liées aux cultures, notamment sur des continents comme l’Europe où les langues et les cultures sont très diverses. Il semble aussi que dans un pays comme le Canada, qui célèbre son multiculturalisme, cette approche serait intéressante.

Haut de page

Bibliographie

ABDALLAH-PRETCEILLE Martine (1995), Relations et apprentissage interculturels, Paris, Armand Colin.

ABDALLAH-PRETCEILLE Martine et Louis PORCHER (1998), Éthique de la diversité et éducation, Paris, Presses universitaires de France.

BEACCO Jean-Claude (2000a), Les dimensions culturelles des enseignements de langue, Paris, Hachette.

BYRAM Muriel (1992), Culture et éducation en langue étrangère, Paris, Hatier/Didier.

COLLÈS Luc (2013), Passage de frontières : études de didactique du français et de l’interculturel, Louvain, Presses universitaires de Louvain.

DERVIN Fred et Nathalie AUGER (dir.) (2019), « Les nouvelles voix/voies de l’interculturel », Le Langage et l’Homme, (1), Paris, EME.

LAFORTUNE Louise et Édith GAUDET (2000), Une pédagogie interculturelle pour une éducation à la citoyenneté, Saint-Laurent, Éditions du Renouveau pédagogique.

LUCCHINI Silvia et Aphrodite MARAVELAKI (2015), Langue scolaire, diversité linguistique et interculturalité, Paris, EME.

MOLINIÉ Michael (2019), « Formation plurilingue et interculturelle des enseignants de langues : historicité, réflexivité, éducation postcoloniale », Voces y Silencios. Revista Latinoamericana de Educación, 10(1), p. 127-143.

OUELLET Fernand (2002), Les défis du pluralisme en éducation, essai sur la formation interculturelle, Paris, l’Harmattan.

ZARATE Geneviève (1986), Enseigner une culture étrangère, Paris, Hachette.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Nathalie Auger, « Elizabeth SUEN et Barbara A. SUEN (2020), Intercultural Communication. A Canadian Perspective »Communication [En ligne], Vol. 39/2 | 2022, mis en ligne le 06 octobre 2022, consulté le 23 mai 2024. URL : http://journals.openedition.org/communication/16234 ; DOI : https://doi.org/10.4000/communication.16234

Haut de page

Auteur

Nathalie Auger

Nathalie Auger est professeure des universités en sciences du langage, membre de l’Unité de recherche Langages Humanités Média-tions Apprentissages Interactions Numérique (LHUMAIN) et Éditeur associé The Journal of Intercultural Education, Université Paul-Valéry Montpellier 3. Courriel : nathalie.auger@univ-montp3.fr

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search