Navigation – Plan du site

AccueilNumérosVol. 39/2LecturesHervé TIFFON (2020), Essai sur la...

Lectures

Hervé TIFFON (2020), Essai sur la naissance du culturel : la légende des humains

Paris, L’Harmattan
David Michon
Référence(s) :

Hervé TIFFON (2020), Essai sur la naissance du culturel : la légende des humains, Paris, L’Harmattan

Texte intégral

1Dans cet ouvrage quelque peu conceptuel, Hervé Tiffon se propose d’« expliquer le Culturel ». Projet ambitieux sans être totalisant, il décrit « comment ce prodigieux système d’exploitation éclot de son terreau originel le Vivant, comment des êtres vivants sont devenus des humains » (p. 263). Tiffon cherche ainsi ce qui différencie l’homme des autres espèces vivantes, et sa réponse passera par le langage et l’organisation sociale, piliers d’une culture donnant une spécificité propre à l’Homme.

2Formé à l’anthropologie culturelle et aux sciences de gestion, Tiffon met au centre de ses travaux l’humain dans son évolution non seulement individuelle, mais surtout collective. S’il avoue une « part d’extrapolations » (p. 7), son ambition reste scientifique par la mobilisation de nombreuses théories dont le rapprochement n’est pas courant. C’est l’un des mérites de ce singulier récit.

3L’ouvrage s’organise en trois sections (A, B et C) et contient sept chapitres au total.

4La première section est consacrée au langage et à la double articulation du culturel. À partir de conditions d’évolution favorables (station debout et augmentation du volume crânien) jusqu’aux capacités langagières, l’émergence du langage ouvert est expliquée par l’auteur comme une absolue nécessité au développement culturel.

5L’une des qualités du livre, et donc du positionnement de son auteur, est de faire la part belle aux débats scientifiques. Loin de révéler les querelles d’école et de mouvement, Tiffon sélectionne les théories qui accompagnent et nourrissent sa réflexion. Par exemple, Chomsky et les continuistes ne voient pas les capacités langagières à partir du même point de départ historique (ou génétique). Alors, l’auteur se met à l’eau et « imagine un bourgeonnement » (p. 45) et voit des filiations, cherche des influences permettant d’expliquer le processus d’évolution (du langage et des humains).

6Il évoque enfin l’élaboration d’un langage complexe par lequel les primates deviennent des hominidés en tant que système dual où ils passent « de la description à la compréhension de la Réalité » (p. 69).

7La deuxième section propose au lecteur de sortir du langage pris comme isolé du champ social. Il questionne la fonction et les publics concernés. En effet, le langage en tant que média existe pour lui-même comme produisant des sons et des signes, ab initio, mais aussi pour véhiculer quelque chose à quelqu’un. « L’élaboration du Culturel résulte d’un processus hautement itératif où des phénomènes actifs et agissants s’interpénètrent, s’inter-entretiennent et s’inter-développent. La voûte existe par toutes les pierres qui la composent » (p. 72).

8Si le propre de l’humain ne tend pas vers une propension au collectif, la mise en réseau des individus grâce au langage opère tout de même une organisation en société, et par là une différenciation des rôles distribués au sein de cette communauté tout comme une définition de leur contenu. Ce concept de rôle, central dans l’œuvre de Tiffon puisqu’il a fait l’objet d’un ouvrage précédent, domine certains champs de plusieurs sciences humaines et sociales (notamment la sociologie, l’anthropologie, les sciences de l’information et de la communication).

9Mais l’auteur s’ouvre aussi aux neurosciences, aux sciences moléculaires et biologiques pour développer de larges et singulières réflexions sur la conscience, l’esprit et la pensée. L’intérêt du propos réside dans la dyade Pensée-Langage et ses rapports aux dispositifs d’intermédiation portant vers des capacités uniques d’imaginer d’autres réalités, de supposer, de se projeter. « Cette capacité de projection, hors du temps, hors des espaces, dans le virtuel apparaît comme un trait particulier du fonctionnement humain et concoure précisément à l’originalité de ce fonctionnement » (p. 153).

10Après l’étude du mouvement de la « Pensée-Langage » avec l’organisation sociale pour saisir ce « dispositif complexe de médiation » (p. 176) qu’est le culturel, la troisième section s’attache à une nouvelle articulation, plus asymétrique : le singulier-pluriel, autrement dit les interactions entre l’individu et le groupe. Ces conditions de création du social (si l’on suit Erving Goffman) constituent une « grammaire évolutive » dans laquelle la singularité de chacun assure une place, un rôle au sein du collectif pour suivre le fil de sa pensée précédente.

11Entre agrégation d’individus et échanges circulaires, Tiffon va plus loin qu’une typologie des rôles pour analyser les « effets de marge de manœuvre » (p. 209) dont dispose l’être humain pour procéder à des choix. L’auteur revient ainsi à ses questionnements sur la réalité construite par les humains puis partagée grâce à un récit fictionnel permis par les forces de l’imaginaire. En somme, expliquer l’ouverture de dispositifs communicationnels revient à comprendre comment ces organisations sociales varient et gagnent en indépendance vis-à-vis de leurs créateurs.

12Ces formes de théories de l’évolution ne sont bien sûr pas que positivistes, l’auteur revenant ici sur l’affaiblissement et le délitement de ces organisations, et questionnent la prise en compte de l’oubli. Mais les humains ont-ils conscience de leur influence ? Selon Tiffon, il est difficile à l’échelle individuelle d’avoir conscience des résultats de ses actions, d’autant plus en diachronie (si l’on suit Gregory Bateson notamment). Cette temporalité historique n’est pas à négliger, puisque les « effets de l’histoire, les objets sociaux et les ressources qu’ils apportent sont déjà existants pour les générations d’humains qui viennent ensuite » (p. 238).

13Dans ce processus de compréhension du monde, organiser le sens par le langage apporte une série d’avantages que l’auteur décrit concrètement : « Procéder au Traitement Cognitique de l’Information », « Analyser le monde », « Combiner les briques d’information », « Penser, raisonner », « Mémoriser et transmettre donc Apprendre » (p. 249).

14Enfin, l’ouvrage se termine par un rappel tant chronologique que systémique du rapport entre organisation sociale et « Pensée-Langage », dans une double articulation démarquant l’Homme des autres êtres vivants. Chaque action, consciente ou non, joue un rôle dans la « construction collective du sens » (p. 269) pour en livrer une partition permise par cette unité nouvelle, coordonnée et évolutive. Mais ces réalités coexistent avec des fictions imaginaires tant qu’elles fédèrent et expliquent le monde (Descola, Picq et Godelier). De fait, pour Tiffon, le culturel raconte une histoire, donne une organisation du sens, car cette « intermédiation par le sens se révèle être une machine à raconter, aussi bien des récits décrivant la réalité que d’autres inventés, et souvent les deux mélangés » (p. 276).

15Riche de nombreuses références, cet ouvrage va au-delà du cadre des sciences de l’information et de la communication en invitant le courageux lecteur à reprendre des théories scientifiques connues (et d’autres un peu oubliées), pour tenter d’approcher cette naissance du Culturel dépassant largement le simple champ social de l’être humain.

16Hervé Tiffon, filant parfois la métaphore musicale mais un peu avare d’illustrations littéraires, historiques ou même marketing, se sert de tout son appareil théorique pour défendre une interdisciplinarité dont ce livre pourrait être un beau manifeste. Vecteur de dialogue entre les Hommes, du logos à l’anthrôpos, cette communication culturelle appliquée se veut ouverte à l’évolution des organisations sociales, et, in fine, condition de l’évolution humaine.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

David Michon, « Hervé TIFFON (2020), Essai sur la naissance du culturel : la légende des humains »Communication [En ligne], Vol. 39/2 | 2022, mis en ligne le 06 octobre 2022, consulté le 19 mai 2024. URL : http://journals.openedition.org/communication/16254 ; DOI : https://doi.org/10.4000/communication.16254

Haut de page

Auteur

David Michon

David Michon est ATER en sciences de l’information et de communication, Université de Bourgogne. Courriel : david.michon@u-bourgogne.fr

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search