Navigation – Plan du site

AccueilNumérosVol. 39/2ArticlesDu manifeste pour l’écrire autrem...

Articles

Du manifeste pour l’écrire autrement à une manifestation plurielle

À mots comptés
Karelle Arsenault, Karine Bellerive et Louis-Claude Paquin

Texte intégral

  • 1 « J’écris parce que je veux découvrir quelque chose. J’écris pour apprendre quelque chose que je ne (...)

« I write because I want to find something out. I write in order to learn something that I didn’t know before I wrote it1 » (Richardson, 1994, p. 517).

1Vers quelles voies, quelles pistes, quelles découvertes l’écriture en recherche peut-elle nous porter lorsqu’elle ne sert pas strictement à restituer des données et des résultats (Meier, Merrone et Parchet, 2006), lorsqu’elle confond la pensée et la pratique ? Pressentant un large éventail de possibles, enthousiastes à l’idée d’engager un dialogue avec des chercheuses et chercheurs qui s’appliquent à « écrire la recherche autrement », curieuses et curieux de connaître davantage de travaux récents en français, nous avons décidé de chercher un lieu qui accepterait de publier des textes hors normes. Grâce à l’équipe de la revue Communication, qui a joué d’audace en acceptant d’emblée notre proposition, nous voilà enchantées et enchanté de présenter un second numéro thématique sur le sujet. Notre appel, nous en sommes fort heureuses et heureux, a récolté un nombre considérable de propositions. À cet égard, nous sommes extrêmement reconnaissantes et reconnaissant envers la revue, qui offre ainsi une vitrine exceptionnelle à des questionnements nécessaires.

2Le contexte nous a sûrement été favorable. Les initiatives visant à faire rayonner des pratiques d’écriture qui interrogent, ébranlent, transgressent ou ne reconnaissent tout simplement pas les critères normatifs de scientificité suscitent, en effet, de plus en plus d’intérêt. Cela dit, elles sont encore trop peu nombreuses dans le milieu de la recherche francophone en sciences sociales et en communication. Nous espérons que les nombreux écrits que nous avons réunis en deux numéros, tant ils étaient abondants, variés et pertinents, participeront de la reconnaissance d’un « écrire autrement » en recherche, à l’instar d’autres projets, comme celui du Réseau national des écritures alternatives en sciences sociales (https://gdrecritures.hypotheses.org/​), qui organise diverses activités de partage et de diffusion, et de l’ouvrage collectif (Se) Former à et par l’écriture du qualitatif (Forget et Malo, 2021), dont le tour d’horizon ne fait pas l’impasse sur des pratiques d’écriture moins conventionnelles.

3Ces initiatives s’ajoutent aux travaux des autrices et auteurs que nous avons lus au fil des années et qui nous « hantent » (Delvaux, 2005). Nous n’écrivons jamais seuls : « Nous ne sommes plus nous-mêmes. Chacun connaîtra les siens. Nous avons été aidés, aspirés, multipliés » (Deleuze et Guattari, 1980, p. 9). Avant de présenter plus en détail les contributions à ce numéro, nous avons souhaité mettre à l’épreuve cette idée selon laquelle l’écriture est performative, génératrice, productrice. À partir de courts extraits de textes choisis, chacune et chacun de nous a écrit.

Écrire, c’est produire une marque qui constituera une sorte de machine à son tour productrice, que ma disparition future n’empêchera pas principalement de fonctionner, de se donner à lire et à réécrire. Il appartient au signe d’être en droit lisible, même si le moment de sa production est irrémédiablement perdu et même si je ne sais pas ce que son prétendu auteur-scripteur a voulu dire en conscience et en intention au moment où il l’a écrit, c’est-à-dire abandonné à sa dérive essentielle (Derrida, 1972, p. 374).

4Nous vous présentons ces extraits, ces marques et les marques qu’elles ont participé à produire, que nous abandonnons ici à leur dérive essentielle.

  • 2 Nous devons cesser d’écrire sans fin sur la performance et devenir nous-mêmes des performeurs (trad (...)

5« We might cease our endless writing about performance, and become performers ourselves2 » (Ingold, 2015, p. viii).

6Louis-Claude — J’étais à Molyvos, en Grèce, ville portuaire sur la mer Égée, tout en haut de la grande île Lesbos, tellement en haut que par temps clair on voit les côtes turques. Sur la terrasse de la maison louée par un ami, je me lance sans appréhension, ce qui est rare chez moi : j’inscris d’abord le nom de la ville et la date. D’un geste hésitant devant une page lignée blanche, je trace le projet : « Écrire ».

7Ce qui me vient en premier, c’est le désir que j’ai pour l’activité d’écrire, ce que je nomme « l’écrire ».

Capture 1. L’écrire

Capture 1. L’écrire

8Karine — Performer l’écriture, se faire écriveuse ou écriveur, c’est s’inscrire dans un faire qui ne saurait être réduit au texte. Quelles matérialités et immatérialités contingentes, quels rapports de pouvoir informent ce faire ? De quoi est-il constitué ?

9Performer l’écriture, se faire écriveuse ou écriveur, c’est être affecté, ébranlé : c’est « recevoir des chocs » (Woolf, 1986, p. 78-79). Deleuze et Guattari (1975) envisagent l’écriture comme une « machine », c’est-à-dire un agencement singulier de multiples composantes, fonctions et rouages. La mise en mouvement et le fonctionnement de cette « machine » nécessitent une rencontre avec quelque chose qui déstabilise la façon de penser, d’être et d’agir dans le monde (Ståhl, 2016).

10Performer l’écriture, se faire écriveuse ou écriveur, c’est être sensible aux tensions et aux échos. C’est, aussi, être attentive ou attentif aux oscillations et aux tensions qui traversent son corps, son souffle.

Performance d’« écriture sans méthode3 »

  • 3 L’expression est tirée de Mille plateaux, de Deleuze et Guattari (1980). Les auteurs réfèrent à une (...)

11Je m’installe devant mon bureau jonché de textes annotés, de livres aux pages cornées, de calepins et de bouts de papier de toutes tailles. Ce sont les matériaux bruts que je m’apprête à découper (avec des ciseaux), à juxtaposer et à superposer, à faire résonner, à agencer. Il s’agit de la seule façon d’écrire qui fonctionne pour moi : ce travail, charnel et sensible, d’orchestration fait émerger des questions et des idées qui, autrement, seraient demeurées impensées.

12C’est en grande partie dans la matérialité du papier que je performe l’écriture. Ma trajectoire croise ainsi celles des travailleuses et travailleurs du bois, du transport, de l’industrie papetière, de l’imprimerie, dont on évoque rarement la contribution dans ce qui s’écrit (Bellerive, 2021). En effet, l’histoire du papier imprimé privilégie les récits de lecture, d’accessibilité et de diffusion ; on s’occupe peu de sa matérialité et de nos rapports corporels avec ce matériau/médium (Kaminska, 2019).

13L’économie de la région québécoise de la Mauricie, d’où vient une partie de ma famille, est historiquement basée sur l’exploitation et la transformation de la forêt (Charland, 1990 ; Hardy et Séguin, 2004). Les villes de Grand-Mère (1898) et de Shawinigan (1901) ont pour ainsi dire été fondées par des papetières. Les existences individuelles et collectives des Mauriciennes et Mauriciens se sont vues façonnées par leurs activités pendant plus d’un siècle, soit jusqu’à leur fermeture, dans les années 1990 et 2000. Travailleur d’usine, mon grand-père paternel, qui est mort au début des années 1980, n’a pas subi les énormes bouleversements que ces fermetures ont engendrés.

14Ma rencontre avec le papier met en mouvement la « machine d’écriture ». Je fouille littéralement les ruines de la Belgo Canadian Pulp & Paper Company.

Capture 2. Machine d’écriture

Capture 2. Machine d’écriture

15Karelle J’ai décidé d’aborder cet exercice avec une certaine spontanéité, car je me demande souvent si je ne déforme pas presque toujours le sens de ce que je lis — de façon générale — pour en faire ce que je veux. Avec Ingold, par exemple : à quoi le devenir performeur me fait-il penser ? Si j’avais, entre autres possibles, à réaliser une recherche sur ce qui m’habite au quotidien depuis un moment, quelle forme prendrait-elle ?

Exercice d’écriture autoethnographique I

Vivre avec une COVID longue

Symptôme 1, déclinaison 1 de N

Depuis plusieurs semaines, je ne peux marcher à plus d’un coin de rue de chez moi, et à pas de tortue. Environ 300 mètres aller-retour de mon paillasson. Si j’ose faire quelques mètres supplémentaires, juste pour voir, je suis frappée. Une lourdeur envahit soudain mon corps tout entier, comme si je venais de courir un marathon. Je mets alors un pied devant l’autre avec peine pour revenir chez moi. D’une lenteur forcée — lenteur grand V —, je monte les deux escaliers qui mènent à mon appartement. Je soupire en retirant mon manteau ; m’assieds sur la petite chaise au coussin jaune ; reprends mon souffle ; puis me traîne jusqu’au lit, sur lequel, abattue, je reste allongée à fixer le plafond un moment avant de m’endormir.

16J’aime l’autoethnographie et l’écriture comme méthode. Avec elles, la recherche est à la fois performée et performance, un acte sur papier en train de se faire, qui traduit à la fois le faire et le fait (Arsenault, 2020). Leur combinaison me pousse à interroger la nature des « données » de recherche, mais aussi, et peut-être surtout, mon rapport à celles-ci (MacLure, 2013).

17« L’écriture c’est l’inconnu. Avant d’écrire on ne sait rien de ce qu’on va écrire. En toute lucidité » (Duras, 1993, p. 52).

  • 4 La chercheuse postqualitative qui s’est préparée doit avoir confiance en elle-même et faire ce qui (...)

18Karelle C’est généralement ainsi que je me lance. Écrire, c’est penser. « Écrire est une affaire de devenir, toujours inachevé, toujours en train de se faire, et qui déborde toute matière vivable ou vécue. C’est un processus, c’est-à-dire un passage de Vie qui traverse le vivable et le vécu. L’écriture est inséparable du devenir » (Deleuze, 1993, p. 11). Quand je pose mes doigts sur le clavier, s’il y a un objectif à ce geste, une intention qui me pousse à le faire ou me demande de le faire, il est toutefois rare que je sache quels seront les premiers mots que je taperai. Comme ce jour où j’écris — j’ai écrit : « C’est généralement ainsi que je me lance. » Ce n’est pas tout à fait une approche postqualitative, mais j’en retranche une racine (du rhizome — pour reprendre la métaphore) : « The post qualitative inquirer who has prepared herself must trust herself and do the next thing, whatever it is—to experiment—and to keep moving4 » (St. Pierre, 2018, p. 605).

19Karine — L’inconnu, soit, mais toute page n’est jamais blanche, n’est-ce pas ?

Méditation sur l’écriture

20Je préfère le terme aspiration à celui d’inspiration, propre à alimenter le mythe du génie créateur touché par une grâce surnaturelle. Aspiration : vif désir, élan qui nous propulse vers une chose dont on ignore en somme ce qu’elle sera. Il n’y a ni début ni fin identifiables.

21Dans son ouvrage Aspiration: The Agency of Becoming, la philosophe américaine Agnès Callard (2018) soutient que nos choix, des plus anodins aux plus importants, sont beaucoup moins calculés que nous le croyons. Nous pouvons aspirer à devenir parents, par exemple, sans vraiment savoir ce à quoi nous aspirons.

22Dans l’écriture, me laisser emporter par mon aspiration, ce n’est pas chercher à atteindre un but précis : c’est porter une attention lucide à cet inconnu qui m’attire et qui, tel que je le pressens, me transformera.

23Louis-Claude — Mon écriture est en partie une écriture de ce qui advient dans ma recherche, dans ma compréhension des énoncés qui composent les extraits de texte que je convoque, une écriture du devenir où la recherche se déploie. Si elle est rarement « agitée », mon écriture est toujours « transitoire » et « transitive », la trajectoire n’étant pas déterminée à l’avance par des règles méthodologiques, mais arrimée à mon désir de « comprendre », de « faire du sens » et de transmettre en « mettant en lumière » certains aspects et en occultant certains autres, en d’autres mots en déplaçant, en faisant basculer le régime de visibilité.

24Ici, mon écriture est d’emblée citationnelle et son devenir repose sur ce que me dit la prochaine citation que je vais choisir librement, jouant de la sérendipité et de l’acceptation de la contingence en lien avec les « sources » disponibles, établissant des relations aussi improvisées qu’improbables, des filiations, mais aussi des diffractions.

  • 5 Son temps est le temps d’Éon — le pas-encore, le encore-à-venir. Elle suppose une ontologie de l’im (...)

25« Its time is the time of Aeon—the not-yet, the yet-to-come. It presumes an ontology of immanence and is always becoming5 » (St. Pierre, op. cit., p. 8).

26Je fais le lien avec l’« Aïon » — le temps de l’instant pur — que Deleuze oppose à « chronos », le temps de la succession matérielle et de l’action des corps selon Wikipédia. C’est le temps de la présence, le présent vécu.

  • 6 [Je file les mots], tournant un mot dans un sens ou dans l’autre, comme un objet qui capte une lumi (...)

27« This book still follows words around just as I have done before, turning a word this way and that, like an object that catches a different light every time it is turned; attending to the same words across different contexts, allowing them to create ripples or new patterns like texture on a ground. I make arguments by listening for resonances […]6 » (Ahmed, 2017, p. 12).

  • 7 Inspiré des Fragments d’un discours amoureux de Barthes (1977), l’ouvrage s’inscrit dans une démarc (...)

28Karine — Le collectif A year of aging7 figure parmi les projets stimulants auxquels j’ai participé. Chacune des contributrices a puisé dans un corpus de 2 360 articles de presse abordant des enjeux de vieillissement pour « produire un texte ou une œuvre selon [sa] propre perspective, posture, intérêt de recherche ou visée activiste » (ACT, 2020). Dans un esprit résolument critique, chacune a travaillé, retourné, détourné les mots des médias pour contester l’hégémonie des conceptions biomédicales du vieillissement.

29Mon texte, intitulé « Apprendre une nouvelle langue », est le fruit d’un agencement de phrases et d’expressions issues des articles. Arrachées à leur contexte, elles forment le monologue de Madeleine, une femme atteinte d’une maladie neurodégénérative. L’exercice d’écriture auquel je me suis prêtée, dont un extrait est reproduit ci-dessous, rend paradoxalement visible ce qui ne l’est pas dans les discours médiatiques.

Dans un bar enfumé, une larme frotte doucement le fil de ses idées. Elle raconte l’histoire de cette femme en mode mineur.

Madeleine monte sur les planches. À l’avant-scène, ses moments clés s’illuminent.

Du côté ensoleillé de la rue, le violon et la contrebasse ouvrent de nouveaux sentiers. Mon ukulélé coiffe leur évolution, joue avec leurs courbes de croissance. Je suis une tricoteuse, une semeuse de billes. Notre ensemble visite une sonate en friche. Des courtepointes de paroles nous réchauffent par cœur.

Madeleine s’écrase en sens inverse sur le siège de sa pensée. Son regard déambulateur fixe le carré vide d’une autre temporalité.

Quand une fausse note me terrasse, le bandéoniste ne sourit plus. J’entame un tango distorsionné.

Madeleine tape à grands coups dans la fenêtre ouverte. Des lanternes projettent en lumières son intimité sur la place publique.

L’essence du soi se transforme. Mon corps est une source exceptionnelle de stress oxydatif, d’inflammation chronique, de neurotoxines, de protéine Tau, de bêta-amyloïde. Au nom de la santé publique, les ondes de choc oscillent dans le bon sens, dansant un ballet de plus en plus étrange. […]

Madeleine martèle sur deux murs en même temps des bribes de silence. Elle vacille, en équilibre, avant de reprendre de plus belle son monologue.

Le capitaine de l’équipe me donne un petit élan. Pour contrôler mes propriétés organoleptiques, il dope les pouvoirs magiques du thé vert, du cacao, des fruits, des noix, des légumes et des légumineuses, du poisson et du curcuma, des graines et des oméga-3. Dans sa recette du vieillissement, l’épigallocatéchine gallate stimule le processus de neurogenèse. Mais le mal est fait. La situation ne fera qu’empirer.

Il oublie de dépister mes 100 chansons préférées (Bellerive, 2020, p. 68-69).

30Karelle — J’embobine des mots puis lance la balle au loin. Elle se déroule, frappe un mur, rebondit sur l’autre, puis est propulsée dans l’autre pièce par mon chat qui s’élance à sa poursuite et la bouscule jusqu’à ce qu’il ne reste plus rien de sa forme arrondie. Les mots entremêlés sur le sol sont illisibles. Leur dispersion les rend incompréhensibles. Je n’y lis rien. Alors je les fixe comme je fixe les nuages. À force de regarder, je vois des formes se dessiner. Des mots et des phrases apparaissent. J’ouvre mon carnet et en reproduis les idées. Mon chat est immobile. Il regarde les mots dans l’attente qu’ils se remettent à bouger. Alors je rembobine tout et recommence. La poursuite des idées.

  • 8 Les textes ne peuvent être réduits à un seul sens. Mais ils peuvent être déstabilisés — ébranlés, p (...)

31« Texts cannot be reduced to singular meanings. But they can be unsettled—shaken up, breached, disturbed, torn—so that new questions and meanings are generated8 » (MacLure, 2003, p. 81, citée dans Byrne, 2017, p. 40).

32Louis-Claude — Qu’est-ce qu’un tel objet optique ? Un prisme ?

33Les prismes comme solutions de remplacement au découpage cartésien sinon aristotélicien, des complexes en plus simples, auxquels on assignait une position dans une typologie au xviiie siècle. Le prisme comme solution de remplacement aux « mécanismes » et à leurs composantes interreliées au xixe siècle, puis comme modélisation de structures et de systèmes au xxe siècle.

34Le prisme, c’est un objet qui, en quelque sorte, révèle la relativité des points de vue sur le monde, sinon des mondes possibles.

  • 9 Le titre de l’ouvrage est Engaging Crystallization in Qualitative Research.

35Lisbeth Berbary (2015) classe la « cristallisation » dans les recherches désignées généralement de « postqualitatives ». Laura Ellingson (2009) en a fait un manuel de méthodologie pour « engager la cristallisation dans la recherche qualitative9 ».

  • 10 Diffractant diffraction : couper ensemble-à part (traduction des auteurs).

36Je pense également à la « diffraction » telle que la propose Karen Barad, « Diffracting diffraction: Cutting together-apart10 » (2014), dans la sphère du néo-matérialisme. Je laisse les initiés discuter des épistémiques « coupures agentielles » pour attirer l’attention sur la diffraction en tant qu’intégrée dans des pratiques : la lecture diffractive (Merten, 2021), l’écriture diffractive, une écriture ponctuée de « coupures » pour rendre compte le plus possible de la « multiplicité » de « mondes épistémologiques ».

  • 11 L’écriture crée un espace qui appartient à l’indicible. C’est dans cet espace de l’écrit que règnen (...)

37« Writing creates a space that belongs to the unsayable. It is in this writerly space where there reigns the ultimate incomprehensibility of things, the unfathomable infiniteness of their being, the uncanny rumble of existence itself, but in this fleeting gaze, we also sense the fragility of our own existence, of our own death, that belongs to us more essentially then anything, said Derrida (1995)11 » (Van Manen, 2006, p. 718).

38Louis-Claude — C’est trop d’un coup. Je segmente en « unités significatives » et, entre les segments, j’intercale des micro-recherches par l’écriture.

1) L’écriture crée un espace qui appartient à l’indicible.

39L’injonction de Ludwig Wittgenstein dans le dernier aphorisme du Tractatus Logico-philosophicus me revient, mais a contrario, à contre-pied de l’indicible : « […] tout ce qui proprement peut être dit peut être dit clairement, et sur ce dont on ne peut parler, il faut garder le silence » (1921/1990, p. 107, aphorisme 7).

40[Insérer ici le texte d’un mythe, puis écrire une digression sur l’opposition du μῦθος (mythos) — connaissance de l’indicible par les récits inventés et re-transmis : mythes, légendes, contes et autres récits magiques — et du λόγος (logos), celui de la philosophie qui s’est écrit depuis, après que Socrate a bu la ciguë.]

2) C’est dans cet espace de l’écrit…

41Le geste du corps, la main, l’inscription, la dactylo de Vilém Flusser (2009, p. 4),

Capture 3. L’inscription

Capture 3. L’inscription

42la personne qui écrit qui devient opératrice de « machine à écrire ».

3) … que règne l’incompréhension ultime des choses…

43Aristote propose le monde sublunaire  celui de la génération et de la corruption des êtres et de la matière, mais aussi celui de la corporéité, avec le ressenti, les émotions, les affects, tous antérieurs à la rationalité, où sont produits les énoncés commençant par « Ceci est … » ou « Ceci veut dire … »  et le monde supralunaire celui du régulé, des règles, de l’en-soi stable, des connaissances avérées, basées sur des données probantes. La recherche dans le monde sublunaire vise à mettre à l’épreuve  c’est l’induction , alors que le monde supralunaire est celui des hypothèses, de la preuve par la déduction logique, par le raisonnement et, finalement, par l’inscription dans des discours.

4) … et l’insondable infinité de leur être.

44Se faire rassurer par des ritournelles (Deleuze et Guattari, 1980) que nous connaissons ou faisons naître.

45Karine — Cet extrait constitue une piste permettant d’aborder la question à la fois fascinante et impénétrable que pose Elizabeth St. Pierre dans le texte qu’elle a coécrit avec Laurel Richardson, « Writing: A method of inquiry » : « What else might writing do except mean? » (2005, p. 1413).

46« Qu’est-ce que l’écriture peut faire d’autre que signifier », alors que « le sens prolifère » ?

47S’inscrivant en faux contre le logocentrisme, Derrida (1967) affirme que le concept d’écriture excède et comprend celui de langage. L’écriture doit, en cela, être appréhendée comme étant le « modèle » de la communication. « Il n’y a rien hors du texte », soutient-il, déconstruisant l’idée d’une pure présence et d’une origine absolue, « d’une vérité ou [d’]un sens déjà constitués » (1967, p. 227), qui permettraient l’échange naturel et immédiat de pensées et d’intentions. L’écriture expose ainsi l’impossibilité d’une complète transparence aux autres, au monde et même à soi. Elle excède le sens, nous entraînant non pas vers ce qui est ou fut, mais vers ce qui vient, vers ce qu’elle fait advenir et qui n’est jamais achevé.

48Cette absence aux autres, au monde et à soi-même, que nous semblons portés à considérer comme un problème, que nous tentons en vain de combler, participe d’une essentielle souplesse. Laissant du jeu, elle est peut-être, justement, une condition absolue de notre vivre ensemble.

  • 12 L’écriture n’a pas ici besoin d’être comprise comme écrire à ou pour quelqu’un. Derrida l’admettait (...)

49Karelle — J’aimerais dire que j’écris avant tout pour la personne qui lit. C’est ce que je souhaitais faire avec ma thèse : écrire de façon à ne pas (trop) emmerder cette personne, écrire ma recherche pour en faire un récit « académique » stimulant. Je voulais écrire ma thèse comme on écrit une histoire. En utilisant l’écriture comme méthode toutefois, j’ai vite réalisé que j’écrivais au fond pour moi seule. Van Manen : « Writing does not need to be understood here as writing to or for someone. Derrida admitted: “My own experience of writing leads me to think that one does not always write with a desire to be understood—there is a paradoxical desire not to be understood” (Derrida & Ferraris, 2001, p. 30)12 » (op. cit., p. 721). Est-ce là mon intention ? Car enfin, à mesure que je tente d’articuler en mots des idées abstraites pour mieux les comprendre, je les comprends encore moins. Pourtant, je persiste : « Il faut continuer, je ne peux pas continuer, il faut continuer, il faut dire des mots tant qu’il y en a, il faut les dire jusqu’à ce qu’ils me trouvent, jusqu’à ce qu’ils me disent », écrivait Samuel Beckett dans L’innommable (cité dans Foucault, 1971, p. 8). Écrire pour mieux comprendre. C’est mon seul objectif. J’écris comme je me parle parfois à voix haute : pour cheminer à travers mes contradictions et mes préjugés, pour mettre à l’épreuve ma pensée, pour saisir ce qui adviendra (Davies, 2009 ; Guttorm, 2012, etc.) et poser un regard sur le monde qui me semblera alors plus éclairé. En fait, l’idée même qu’on me lise me gêne terriblement.

50« C’est étrange, mais il me semble plus facile de transformer les histoires des autres en données. Dans le fond, ce qui m’intéresse, c’est de raconter des histoires. Cependant, dès que [la chercheuse ou] le chercheur se met à raconter ses propres histoires, un signal d’alarme se fait entendre. […] Dans le domaine de l’écriture scientifique, le tabou de l’intime, où loge la honte, rend l’expérience narrative hautement problématique » (Probyn, 2004, p. 41-42).

51Karine — J’aurais aimé que les écritures d’Elspeth Probyn arrivent plus tôt dans mon parcours. Je ne les ai véritablement croisées qu’à la fin de mes études doctorales. Des collègues m’avaient confié que ses travaux les avaient inspirées, mais je ne m’y étais pas intéressée davantage : d’une part, nos intérêts de recherche me semblaient peu correspondre (je l’associais surtout aux food studies) ; d’autre part, j’essaie tant bien que mal de me limiter dans mes lectures, alors que j’ai tendance à papillonner pour retarder le moment où je m’attelle à l’écriture (sentiments enchevêtrés ordinaires : envie impérieuse et angoisse paralysante).

  • 13 pratique d’écriture créative et critique (traduction des auteurs).

52Je suis tombée un peu par hasard sur l’article « Déplacés : honte, corps et lieux », dans lequel Probyn raconte sa propre expérience de la honte dans le contexte de son déménagement en Australie. D’entrée de jeu, elle mentionne que le récit — et d’autant plus le récit de soi — est « suspect » en sciences sociales (ibid., p. 40). Le fait qu’il soit relégué au statut de « confession » ou de « témoignage personnel », et qu’il soit contesté pour son « manque d’objectivité », met en lumière le malaise, sinon le mépris, qu’il suscite. Joan Scott (1991) a bien exposé les risques liés à la réification des expériences subjectives, mais ce n’est pas de cela, à mon sens, qu’il s’agit ici. Probyn nous invite à raconter nos histoires en les envisageant dans une optique performative et non strictement représentative. La performativité de ces récits se déploie sur plusieurs plans, qu’il importe d’interroger : s’ils peuvent participer de rapports hégémoniques, ils peuvent aussi ouvrir des horizons insoupçonnés. Inscrits dans une « creative critical writing practice13 » (Ståhl, op. cit., p. 221), ils ont le potentiel de faire émerger des lignes de fuite (Deleuze et Guattari, 1980).

53Ma première lecture du récit de Probyn a ravivé le souvenir d’une expérience de la honte que j’ai vécue — intéressante coïncidence — dans le milieu universitaire. Invitée à participer à un colloque il y a quelques années, je présentais une articulation d’approches théoriques et des extraits d’une expérimentation d’écriture collaborative menée avec une amie, à travers laquelle nous « [performions] l’intime » (Nelson, 2017, p. 90-91). La personne qui présidait la séance m’a interrompue plusieurs minutes avant la fin du temps qui m’était alloué. Je suppose que son geste n’a pas été posé en toute conscience, mais j’ai toujours pensé qu’il s’agissait d’une réaction spontanée à son propre malaise (palpable). Et je suis convaincue qu’il en aurait été autrement si j’avais abordé les mêmes sujets en racontant les « histoires des autres » (Probyn, op. cit., p. 41) plutôt que les miennes. À la pause, celles et ceux qui ont souligné mon courage n’ont pas apaisé ma honte d’avoir transgressé les codes, de n’être pas à ma place, de ne pas « appartenir au lieu » (ibid., p. 39).

54M’engager dans le récit de Probyn, comme dans les textes de Maggie Nelson (The Argonauts), de Chantal Nadeau (Les trouées) et de Gloria Anzaldúa (La conciencia de Ia mestiza/Towards a New Consciousness), entre autres, m’a donné le sentiment d’« appartenir » à une communauté et m’a persuadée de la valeur (scientifique, politique, éthique, esthétique) de ces récits en tant que stratégies de résistance contre l’exclusion et l’oppression. C’est, notamment, dans leurs échos que réside leur force.

  • 14 aesthetico-epistemic operators

55Louis-Claude — Le projet qui consiste à transformer du sensible en données soulève quelques remarques concernant la « transformation » en tant que processus. S’agit-il d’une transformation qui prend la forme d’une catégorisation manuelle ou qui recourt à des « applications », comme c’est actuellement pratiqué en recherche qualitative ? Si l’on adopte la posture de la recherche-création, il sera plutôt question de « transpositions » vues comme des « opérateurs esthético-épistémiques »14 (Schwab, 2018). Il est également possible d’adopter une posture « performative » de la recherche qui décentre l’attention absolue accordée aux « résultats » de la recherche pour rendre « visibles » d’autres composantes de la recherche, dont : 1) l’engagement de la personne qui fait la recherche — dans son corps, dans son ressenti, dans ses convictions épistémiques et idéologiques ; 2) la mobilisation de la création, sinon de la créativité comme forme d’engagement dans l’un ou l’autre temps de sa recherche — ici, c’est la « récolte » des données, mais il y a le temps de l’analyse, le temps de la « production de connaissances » et de la diffusion des résultats ; 3) le processus de la recherche tel qu’il est « vécu » par les personnes, soit un retour réflexif sur les « événements marquants » qui sont advenus, dûment consignés « au présent » dans un quelconque « carnet ». Raconter des histoires est une forme de recherche performative.

  • 15 Comment explore-t-on ses propres raisons de faire la recherche sans se remettre au cœur de celle-ci (...)

56Karelle — Lather (1991, p. 91, citée dans Byrne, op. cit., p. 38) se demande : la voix de l’autrice, de l’auteur, peut-elle faire autrement qu’être intrusive ? « How do we explore our own reasons for doing the research without putting ourselves back at the centre?15 » Et comment peut-on par la suite s’en extraire sans laisser de traces, sinon en effaçant un pan de l’histoire de la recherche ? Plusieurs y voient pourtant un terreau fertile pour déconstruire et penser la/une recherche, pour libérer l’écriture de la recherche de même que ce que nous en faisons, car une telle démarche nous ouvre à d’autres perspectives.

Exercice d’écriture autoethnographique II

Vivre avec une COVID longue

Symptôme 2, déclinaison 1 de N

Un après-midi de février enneigé — avant que je comprenne que je ne peux plus me déplacer à ma guise, pour le bon plaisir de mes jambes et de mon moral. Je marche au parc. Première tentative depuis l’épuisement causé par la marche précédente il y a huit jours. Le ciel est bleu. Il fait beau et juste assez froid. Je marche lentement. J’aime l’hiver. « Tiens, je vais faire un petit bout de plus et contourner le terrain de baseball. »

Capture 4. Éclair de douleur

Capture 4. Éclair de douleur

57C’est à travers l’écriture que je tente d’apprivoiser le doute, de le comprendre, de l’accepter. Mais je suis loin d’être convaincue que cela fonctionne. L’incertitude reste collée à moi. J’aimerais, m’inspirant de ce que Foucault disait (op. cit.), qu’il y ait toujours quelqu’un derrière moi pour me guider, pour me persuader que ce que j’écris n’est pas vide de sens, que la recherche, c’est aussi ça. Pour me dire qu’exprimer toute l’ampleur de mon doute et de ma subjectivité dans un texte universitaire n’est pas un crime contre l’institution, pour me dire : « C’est pertinent, ça passera. T’inquiète pas. » J’ai pourtant été bonne élève. J’écrivais des textes droits, carrés, bien alignés. J’évitais de laisser transparaître mes biais, mes impressions. Je ne sautais aucune étape. J’expliquais clairement dans des blocs distincts les étapes de la recherche. Je n’entremêlais que le strict minimum. Puis l’incapacité de faire semblant m’a frappée :

  • 16 Nous ne parlons pas de nulle part. Inévitablement, toujours, nous transportons avec nous des expéri (...)

We do not speak from nowhere. Inevitably, always, we bring experiences and dispositions with us—personal, professional and disciplinary—to any text that we read and write, including autoethnography. We bring all of the relationships we have in the world onto the pages and, with them, come unconscious thoughts and desires that are difficult or impossible to articulate. There is no neutral space from which we write, or from which we read16 (Gannon, 2013, p. 229).

  • 17 Peut-être sommes-nous réticents à exprimer notre propre incertitude face au fait que ce que nous sa (...)

58« Perhaps we are reluctant to express our own uncertainty that what we know now is not what we may know later, in another version or text17 » (Colyar, 2009, p. 434).

  • 18 La recherche postqualitative n’est jamais. Elle n’a pas de substance, pas d’essence, pas d’existenc (...)

59Karelle Les pans de ma thèse que j’ai écrits avec le plus grand plaisir sont ceux qui ont commencé dans l’inconnu et qui se sont transformés à de multiples reprises, au fil des relectures et des réécritures. Chaque fois, je doutais ; chaque fois, je m’interrogeais sur la justesse de mon propos, sur la pertinence de mes paroles. L’impression d’imposture me poursuivait : le/ce doute qui inondait mon esprit en permanence au point de m’absorber dans un/son gouffre était-il une bonne chose ou une mauvaise chose pour une personne qui aspirait à faire de la recherche ? Le doute caractéristique du postmodernisme avait-il ses limites ? Et pouvais-je l’exprimer de manière aussi explicite dans une thèse de doctorat ? Était-il possible d’aller jusqu’à écrire  car c’était la conclusion vers laquelle les mots me portaient : « Je vous raconte n’importe quoi. Je me raconte n’importe quoi. » ? Et pourtant, c’est là ce que je ressentais ! « Post qualitative inquiry never is. It has no substance, no essence, no existence, no presence, no stability, no structure. It is the time of Aeon — the not-yet, the yet-to-come. It presumes an ontology of immanence and is always becoming18 » (St. Pierre, 2019, p. 9). — Je cite ce passage comme Louis-Claude plus haut.  S’il me semble que c’est too much, ça résonne en moi autant que ça me fait résonner.

60Karine Il s’agit sans doute d’une tâche infinie que celle de résister à la tentation positiviste ; de nous rappeler constamment à nous-mêmes que ce que nous croyons savoir n’est toujours que parcellaire, fragmentaire, informé par des systèmes de valeurs (Weber, 1983) ; de reconnaître les machines contemporaines du savoir (Knorr-Cetina, 2001), ces mécanismes qui permettent que certains discours soient tenus pour vrais.

61(Re)lire Yeux, ouvrage dans lequel le philosophe Michel Serres (2014), adepte de l’art pariétal, détourne poétiquement l’analogie de la caverne. La rappelant comme le lieu où l’humain inventa l’art, il dit : « Platon avait tort […] Voir la vérité comme un soleil est une idée un peu fasciste. Il n’y a pas une seule mais des milliards de vérités, comme autant d’étoiles. […] La nuit est le modèle de notre savoir, pas le jour » (Chapon, 2014, s. p.).

62Il s’agit sans doute d’une tâche infinie que celle de composer avec l’incertitude et le doute ; d’apprendre à voir les lueurs dans l’obscurité.

  • 19 Les trois princes de Serendip (mot qui désignait l’île de Ceylan en vieux persan, de nos jours le S (...)

63Louis-Claude Écrire ce qui advient durant l’écriture, pas réécrire ce que l’on vient d’écrire, alors que ce serait si facile. Écrire, donc, le devenir de la recherche par l’écriture. Une écriture située. Entre la contingence du monde, ontologiquement désordonné, et une attitude de sérendipité. La sérendipité en tant qu’espace ouvert à toutes sortes de rencontres dans les médias, dans la littérature savante et, pourquoi pas, dans le monde de la vie ? La vie elle-même. La vie qui est en même temps parfois, trop peu souvent à mon avis, objet d’étude de la recherche qualitative, notamment par les récits de vie. La sérendipité en tant que méthode allie errance19 et ouverture aux rencontres de toutes sortes et de tous ordres. Des rencontres soumises à la contingence. Des non-rencontres dont je ne pourrai jamais faire l’estimation.

64Habituellement, mes projets de recherche par l’écriture consistent à déployer une pensée en reliant, en établissant des liens, des liens avec d’autres pensées et des liens avec les entités du monde, ce monde qui m’inclut. Ainsi, je choisis de ne pas ré-écrire constamment le même texte pour l’améliorer, conformément à l’état d’esprit actuel de la publication savante dans des revues comme celle-ci. Pour moi, ce n’est pas la bonne stratégie ; je choisis plutôt la stratégie de multiplier les projets d’écriture circonscrits, mais qui finissent d’une façon ou d’une autre par se répondre.

  • 20 Je veux en particulier attirer l’énergie des arts du spectacle vers les sciences sociales afin de f (...)

65« I want to pull the energy of the performing arts into the social sciences in order to make it easier to “crawl out to the edge of the cliff of the conceptual” (Vendler, 1995, p. 79)20 » (Thrift, 2008, p. 12).

66Louis-Claude Ici, j’interprète et, surtout, j’extrapole à ma façon les sept principes de la non-représentationalité énoncés par Thrift ; ainsi, ma « recherche par l’écriture » se fait ré-écriture (la version originale des principes est dûment consignée en notes).

  • 21 « First, non-representational theory tries to capture the “onflow” […] of everyday life » (Thrift, (...)
  • 22 « Second, as must by now be clear, non-representational theory is resolutely anti-biographical and (...)
  • 23 « Third, non-representational theory concentrates, therefore, on practices, understood as material (...)
  • 24 « [T]he fourth tenet. The constitution of nonrepresentational theory has always given equal weight (...)
  • 25 « Fifth, non-representational theory is experimental » (ibid., p. 12). Adaptation très libre dans l (...)
  • 26 « Thus, sixth, I want to get in touch with the full range of registers of thought by stressing affe (...)
  • 27 « The classical human subject which is transparent, rational and continuous no longer pertains. Cla (...)

67Écrire, c’est tenter de saisir le flux21. Écrire doit être anti-biographique et pré-individuel, par l’activation de modes de perception non centrés sur le sujet humaniste22. Écrire est une pratique singulière, comprise comme participant à des corpus matériels d’œuvres ou de styles « qui ont acquis suffisamment de stabilité au fil du temps23 ». Sur le plan épistémique, écrire, c’est « donner un poids égal au vaste éparpillement des choses24 ». Sur le plan de sa propre performativité, d’où l’intégration de la créativité, sinon de la création libre et, surtout, du devenir, l’écriture « est expérimentale25 ». Un projet d’écriture « [permet d’]entrer en contact avec l’ensemble des registres de la pensée en mettant l’accent sur l’affect et la sensation26 ». Enfin, tout projet d’écriture soulève « les questions éthiques » qui découlent de ce que « le sujet humain classique, qui est transparent, rationnel et continu, n’existe plus27 ».

68Karelle — Peut-on dire que l’autoethnographie et l’écriture comme méthode de recherche s’inspirent des arts du spectacle, ou en tout cas des formes d’expression dites « artistiques » ? Quand j’étais étudiante au premier cycle, j’ai été particulièrement inspirée par le concept de présentation de soi de Goffman. Je n’avais pas l’habitude d’exprimer mes idées au-delà de mon cercle d’amies et amis et, lorsque je m’y risquais, je le regrettais. Je portais presque constamment un masque en public pour dissimuler, entre autres choses, mon angoisse d’être. L’écriture et l’autoethnographie sont-elles pour moi une manière d’être, ou encore le prétexte académique d’un désir d’expression inavoué ? Il n’en demeure pas moins que ce sont ces deux méthodes qui me permettent le mieux de déconstruire et de créer cet espace où les pensées surviennent (voir, entre autres, Davies, 2009).

Exercice d’écriture autoethnographique III

Vivre avec une COVID longue

Symptôme 1, déclinaison 2 de N

Devise du moment : « Se contenir »

J’ai l’habitude de marcher 45 minutes tous les matins. De me lancer dans plus d’une tâche à la fois et de procéder en vitesse. De ne m’arrêter que lorsque tout est fait. Le samedi matin : déjeuner — premier café —, arroser les plantes, nettoyer la salle de bain — deuxième café, au lait cette fois —, passer l’aspirateur, laver les planchers — pas de troisième café, faut pas exagérer —, épousseter, tout en écoutant l’émission radio du matin avec cet animateur qui, je dois l’avouer, m’agace un peu.

J’ai l’habitude de descendre et de monter les escaliers en courant. Le lundi soir, d’attraper le sac de récupération, les quelques boîtes pliées et la poubelle de compost d’un coup pour les déposer sur le trottoir pour la collecte du lendemain, pendant que le repas mijote, que le chat mange les croquettes que je viens de déposer pour lui dans une assiette et entre 4-5 ustensiles de cuisine nettoyés.

Depuis quelques semaines, prendre un sac de récupération à moitié rempli de plastique et de papier et descendre les marches avec précaution signifie qu’une douleur oppressante me prendra d’un coup à la gorge : douleurs thoraciques postcovid, symptôme 2.

Je ne fais maintenant presque plus rien de ce qui est énoncé plus haut. Comme dirait Catherine Éthier : « What a time to be alive. »

69Karine

Capture 5. Écritures funambules

Capture 5. Écritures funambules

Présentation des contributions du numéro

70Tout comme les textes du premier numéro (vol. 39, no 1), ceux contenus dans celui-ci répondent tous, à différents niveaux, à un ou plusieurs des critères d’évaluation d’un « écrire autrement » de Laurel Richardson (dans Richardson et St. Pierre, 2005/2022) : ils apportent une contribution à la recherche, qu’elle soit épistémologique, théorique, méthodologique, empirique, etc. ; ils présentent un intérêt esthétique ; ils révèlent la subjectivité de leurs autrices et auteurs en même temps qu’ils en sont le produit ; ou encore ils vous affectent, lectrices et lecteurs, sur les plans émotionnel et intellectuel. Tous les textes, à leur façon, dévient ainsi, ou s’efforcent de dévier, de « la forme la plus courante, la plus claire et la plus inoffensive » (Duras, op. cit., p. 34).

71Florence Darveau ouvre le bal en déconstruisant la forme de l’article « scientifique » à travers le partage de cartes conceptuelles et performatives qui lui permettent de déployer un important volume de lectures. Doctorante en communication, l’autrice prend à bras-le-corps une littérature multiple, diversifiée et hétérogène, qui lui permet de réfléchir à la notion de care. Grâce à son approche visuelle, elle met en relation des discours, crée des promiscuités entre les disciplines, les ontologies et les épistémologies, avec pour objectif, entre autres, d’élaborer des méthodes de recherche qui seront non extractivistes et bienveillantes. Darveau affronte de cette manière le malaise, l’incertitude et le doute qui traversent toutes et tous les chercheurs à un moment ou à un autre, mais qui restent généralement dans l’ombre. Elle habite le territoire, expérimente et invite du même coup la lectrice et le lecteur à s’engager dans ce même espace réflexif.

72Sur les traces d’une écriture, cette fois-ci sonore, Chantal Francœur revient sur le processus de création d’œuvres réalisées dans le cadre du projet de recherche-création Occuper et préoccuper l’oreille citoyenne. Souhaitant réfléchir aux formats journalistiques traditionnels, l’autrice s’est immergée dans une salle de rédaction en vue de créer des œuvres sonores qui sauraient mobiliser, par l’agencement de matériaux sonores divers, le corps « audio ». Le corps audio est appréhendé par l’autrice comme un outil qui permet de faire sens. Que raconte la « masse d’informations sonores désordonnées » que captent nos corps ? Que saisit-on des « sons ambiants [qui] se superposent, sans cohérence ni hiérarchie » ? Dans une salle de presse : « [d]es collègues [qui échangent] entre eux, [d]es touches de clavier qui raisonnent, [d]es portes qui claquent, [d]es bips des cellulaires, [d]es pages de cahiers déchirées, [de] l’imprimante en marche, [du] bourdonnement des serveurs et [du] sifflement de la ventilation » ? Alors qu’elle a pu éprouver toute la portée heuristique d’une telle écriture, Francœur explique et raconte la démarche qui lui a permis de produire des connaissances inédites, fortuites, qui auraient été impossibles à générer autrement. Avec ce travail, elle ouvre la voie au renouvellement des pratiques sonores journalistiques et documentaires.

73Victoria Cheng poursuit ensuite l’exploration des formes d’écriture en s’attaquant aux fondements sur lesquels pourrait s’appuyer l’écriture performative postlinguistique. Parlant plusieurs langues, s’interrogeant entre autres sur le sens des signes et de la composition typographiques de différentes langues  mais aussi sur celle de la musique , sur les gestes et les mouvements de la main qui écrit  ou qui joue du violon , Cheng pose un regard analytique singulier sur l’écriture phénoménologique et l’écriture performative afin d’établir les bases d’une écriture qu’elle veut « analphabétique ». S’amusant à bousculer et à transgresser les frontières d’écritures qu’elle a appris à maîtriser depuis son plus jeune âge, elle entremêle explorations théoriques délinéarisées des extraits d’une pièce de théâtre (Quand dire c’est dé-faire son projet de recherche-création doctorale  et conférence performative.

74L’écriture de Jean-Luc Moriceau, Angela Cristina Salgueiro Marques et Sônia Pessoa se veut, elle aussi, performative et impliquée. Les trois auteurs passent du « nous » au « je », « un je performeur », pour induire une transformation, pour toucher sans la distance d’une représentation, pour faire revivre l’expérience racontée. Le « je » « ne fait pas qu’expliquer, il “performe”, il tente de maintenir vif ce qui a affecté le chercheur, de donner à revivre une rencontre, une situation, un événement qu’il estime mériter attention et réflexion ». Comment, par exemple, communiquer l’expérience de la maladie d’Alzheimer sans réduire la personne qui en est atteinte à une vie d’absences et d’incapacités ? Comment raconter l’expérience sans la surplomber ? Moriceau, Salgueiro Marques et Pessoa, alternant leur « je » respectif, s’efforcent ainsi de reproduire l’affect d’une rencontre, sans reproduire ni renforcer les stigmates et les inégalités qui pourraient lui être associés, et dès lors nous invitent à une réflexion épistémologique, méthodologique et, surtout, éthique sur le texte performance.

75Jean-Paul Payet, Verena Richardier, Zakaria Serir et Diane Rufin se consacrent quant à eux à un exercice dont la visée est (tout aussi) pédagogique, et dans son sens le plus large : ils souhaitent « ouvrir à une science attentive à la pluralité du monde et attentive aux voix des minorités ». S’intéressant pour ce faire aux « devenirs-minoritaires », les devenirs « de tout le monde », ceux des chercheuses et chercheurs, ceux des participantes et participants d’une recherche, ceux de la recherche, ceux de l’écriture, ils se plongent dans l’exploration d’écritures créatives inclusives qui leur permettront d’engager un dialogue entre voix minoritaires. Dans le cadre de deux projets de recherche par les pairs, Payet, Richardier, Serir et Rufin ont travaillé de concert avec les parties prenantes de leur recherche pour créer, dans le premier cas, une pièce de théâtre et, dans le second, un récit graphique. La recherche par les pairs et l’écriture collaborative favorisent la création de ponts entre les devenirs, l’hybridation des savoirs. Il s’agit d’un processus émancipateur, qui permet de s’engager dans un exercice de déterritorialisation « de la science académique pour comprendre, saisir [et] rendre compte de l’expérience des minorités ».

76Philippe Hert se lance également dans un parcours vers l’émancipation. Avec un « je » performé bien senti, il se laisse inspirer par l’éthos du clown  un éthos qui n’est pas, ici, relégué au « terrain »  pour réintroduire le désir dans l’écriture de la recherche. L’auteur explore sur les plans théorique et pratique ce que le clown lui permet de penser et de convoquer (apprentissage du sensible, savoirs incarnés, etc.). Grâce à un enchevêtrement de voix qui se répondent (ou pas), « celle de la théorie, du chercheur, celle sur l’écriture, qui est réflexive, celle du terrain et de l’expérience vécue », Hert évite tout regard surplombant, à l’instar des autrices et auteurs précédents, et se laisse traverser par un flux de sensations. La perspective du clown lui permet de saisir, de penser et d’écrire la profondeur et la richesse d’un vécu singulier. Avec le clown, sa posture de recherche prend une tout autre forme, celle de la parole vive, du désir et de la contingence : être clown et non jouer à.

77Dans un exercice similaire, Pierre Lascoumes invite la lectrice et le lecteur à échapper aux dichotomies vrai/faux, ou encore subjectif/objectif, afin de mieux saisir et sentir la complexité du réel. Expliquant et mettant en pratique l’écriture de « fictions vraies », des textes hybrides qui lient l’imaginaire au réel  ou le réel à l’imaginaire , Lascoumes « se faufil[e] derrière les décors en place, […] échapp[e] aux façades de l’évidence et à celle des constructions dogmatiques » pour tenter de rendre compte du multiple avec plus de précision. Son écriture, à la fois pédagogique, analytique et théorique, met en avant le plaisir d’écrire la recherche et d’en parler dans des formes moins convenues. Le sociologue s’intéresse ainsi à la façon dont l’hétérogénéité des discours  leur superposition, leur entremêlement, leur mise en relation  « stimule l’attention, saisit la réalité sous des angles multiples et non hiérarchisés et suscite des interrogations originales ».

78Vous l’aurez compris, plusieurs des textes de ce numéro se penchent sur l’écriture en recherche en interrogeant plus largement ses possibles épistémiques. Le rapport à la production de la connaissance est aussi arpenté par Amélie Pierre. Tout comme Payet et al., l’autrice, dont la contribution a pour point de départ sa recherche doctorale terminée, s’est penchée sur les « devenirs-minoritaires » au cours d’un travail ethnographique qui s’est matérialisé à travers la photographie. Plaidant pour que les modalités de production du savoir en sciences humaines et sociales s’émancipent des normativités et des dogmes présumés garants de la rigueur, du sérieux et de l’objectivité de toute démarche scientifique, Pierre, dans une approche pragmatiste, développe des dispositifs photographiques qui renversent la mise en minorité en permettant aux devenirs-minoritaires de s’exprimer et d’exprimer leurs propres points de vue sur eux-mêmes. Dans sa contribution, elle effectue ainsi un retour réflexif sur la démarche tout en présentant cinq terrains d’exploration photographique.

79Enfin, c’est avec le texte d’Audrey Villiard que ce second numéro sur l’écrire autrement se termine. Ironiquement, l’autrice n’aime pas écrire. Lorsqu’elle a commencé ses études de doctorat, Villiard était persuadée qu’elle n’arriverait pas à écrire une thèse, car elle avait toujours eu du mal à s’inscrire et à inscrire sa pensée dans des structures institutionnalisées, souvent rigides et contraignantes. Ce qu’elle ne savait pas, c’est qu’elle recevrait dans les mois à venir un diagnostic tardif d’autisme qui lui expliquerait enfin pourquoi son mode de pensée imagée s’accordait difficilement à l’expression écrite et à sa commune linéarité. Revenant en alternance sur le sens que porte ce diagnostic pour elle et sur l’écriture performance adoptée pour venir à bout du texte d’accompagnement de sa recherche-création doctorale  se créer un alter ego archéologue neurotypique , Villiard met en avant un écrire autrement qui lui permet à la fois de mieux se comprendre et de se faire comprendre des autres.

80Ce témoignage, qui se « réfracte » (Richardson et St. Pierre, 2022/2005) dans plusieurs des textes de ce numéro  pensons notamment aux devenirs-minoritaires et au clown de Philippe Hert , ouvre bon nombre de possibles pour mûrir une écriture de la recherche transformée et transformatrice. Puisque « l’écriture scientifique véhicule une violence symbolique définissant des paroles légitimes et d’autres qui le sont moins, il convient de réintroduire une polyphonie des voix pour défaire les évidences énoncées » (Matthey, 2013, p. 99).

Haut de page

Bibliographie

ACT (2020), A Year of Aging Project, Ageing + Communication + Technologies (ACT), http://actproject.ca/act/a-year-of-aging/ consulté le 19 août 2022

AHMED Sara (2017), Living a Feminist Life, Durham et Londres, Duke University Press.

ARSENAULT Karelle (2020), Le documentaire interactif et moi : une recherche par l’écriture. Thèse de doctorat en communication sous la direction de Louis-Claude PAQUIN, Université du Québec à Montréal.

BARAD Karen (2014), « Diffracting diffraction: Cutting together-apart », Parallax, 20(3) : 168-187.

BARTHES Roland (1977), Fragments d’un discours amoureux, Paris, Éditions du Seuil.

BELLERIVE Karine (2020), Apprendre une nouvelle langue, dans Myriam Durocher, Nora T. Lamontagne et Constance Lafontaine (dir.), A Year of Aging/Un an de vieillissement, Montréal, Ageing + Communication + Technologies (ACT), p. 68-70.

BELLERIVE Karine (2021), Écrire les vieillissements : une recherche-création. Écrire ses vieillissements, ses rapports changeants à soi, à son père, à l’écriture, au temps, Thèse de doctorat en communication, sous la direction de Line GRENIER, Montréal, Université de Montréal.

BERBARY Lisabeth (2015), « Creative analytic practices: Onto-episto-theoretical attachments, uses, and constructions within humanist qualitative leisure research », International Leisure Review, (2), 27-55.

BYRNE Gillian (2017), « Narrative inquiry and the problem of representation: “giving voice”, making meaning », International Journal of Research & Method in Education, 40(1) : 36-52. doi: 10.1080/1743727X.2015.1034097

CALLARD Agnès (2018), Aspiration: The Agency of Becoming, Oxford, Oxford University Press.

CHAPON Benjamin (2014), « Michel Serres dézingue Platon et son mythe de la caverne », 20 minutes, https://www.20minutes.fr/culture/1457247-20141008-michel-serres-dezingue-platon-mythe-caverne consulté le 19 août 2022.

CHARLAND Jean-Pierre (1990), Les pâtes et papiers au Québec, 1880-1980 : technologies, travail et travailleurs, Québec, Institut québécois de recherche sur la culture.

COLYAR Julia (2009), « Becoming writing, becoming writers », Qualitative Inquiry, 15(2) : 421-436.

DAVIES Bronwyn (2009), « Life in king’s cross: A play of voices », dans Alecia Y. JACKSON et Lisa A. MAZZEI (dir.), Voice in qualitative inquiry: Challenging conventional, interpretive, and Critical Conceptions in Qualitative Research, Londres, Routledge, p. 197-219.

DELEUZE Gilles (1993), Critique et clinique, Paris, Les Éditions de Minuit.

DELEUZE Gilles et Félix GUATTARI (1975), Kafka. Pour une littérature mineure, Paris, Éditions de Minuit.

DELEUZE Gilles et Félix GUATTARI (1980), Capitalisme et schizophrénie T.2 : Mille Plateaux, Paris, Éditions de Minuit.

DELVAUX Martine (2005), Histoires de fantômes. Spectralité et témoignage dans les récits de femmes contemporains, Montréal, Presses de l’Université de Montréal.

DERRIDA Jacques (1967), De la grammatologie, Paris, Éditions de Minuit.

DERRIDA Jacques (1972), Marges de la philosophie, Paris, Galilée.

DERRIDA Jacques (1995), The Gift of Death, Chicago, University of Chicago Press.

DURAS Marguerite (1993), Écrire, Paris, Folio.

DUROCHER Myriam, Nora T. LAMONTAGNE et Constance LAFONTAINE (dir.) (2020), A Year of Aging/Un an de vieillissement, Montréal, Ageing + Communication + Technologies (ACT).

ELLINGSON Laura L. (2009), Engaging Crystallization in Qualitative Research: An Introduction, Thousand Oaks, Sage Publications.

FLUSSER Vilém (2009), « Le geste d’écrire », Flusser Studies, 08, http://www.flusserstudies.net/archive/flusser-studies-08-may-2009 consulté le 19 août 2022.

FORGET Marie-Hélène et Annie MALO (dir.) (2021), (Se) Former à et par l’écriture, Québec, Presses de l’Université Laval.

FOUCAULT Michel (1971), L’ordre du discours, Paris, Gallimard.

GANNON Susanne (2013), « Sketching subjectivities », dans Stacy HOLMAN JONES, Tony E. ADAMS et Carolyn ELLIS (dir.), Handbook of Autoethnography, Walnut Creek, Left Coast Press, p. 228-243.

GUTTORM Hanna Ellen (2012), « Becoming-(a)-paper, or an article undone: (Post-) knowing and writing (again), nomadic and so messy », Qualitative Inquiry, 18(7) : 595-605.

HARDY René et Normand SÉGUIN (dir.) (2004), Histoire de la Mauricie, Sainte-Foy, Institut québécois de recherche sur la culture/Presses de l’Université Laval.

INGOLD Tim (2015), « Foreword », dans Phillip VANNINI (dir.), Non-Representational Methodologies: Re-Envisioning Research, New York, Routledge, Taylor & Francis Group, p. vii-x.

KAMINSKA Aleksandra (2019), « Don’t copy that: Security printing and the making of high-tech paper », Convergence, 25(4) : 590-606.

KNORR-CETINA Karin (2001), Epistemic Cultures: How the Sciences Make Knowledge, Boston, Harvard University Press.

LATHER Patti (1991), Getting Smart: Feminist Research and Pedagogy with/in the Postmodern, New York, Routledge.

LEE Chand-Woong (2014), « Le concept de plateau chez Deleuze et Guattari : ses implications épistémologique et éthique », Kriterion, 55(129) : 79-97.

MACLURE Maggie (2003), Discourse in Educational and Social Research, Buckingham, Open University Press.

MACLURE Maggie (2013), « Researching without representation? Language and materiality in post-qualitative methodology », International Journal of Qualitative Studies in Education, 26(6) : 658-667. doi: 10.1080/09518398.2013.788755

MATTHEY Laurent (2013), « Chimères. Effets de réel, pacte de lecture et dispositifs esthétiques de l’objectivité », Lieux communs : les Cahiers du LAUA, 16 : 99-116.

MEIER Daniel, Giuseppe MERRONE et Raphaël PARCHET (2006), « Écriture et récit en sciences sociales », A contrario, 4(1) : 2-5.

MERTEN Kai (2021), Diffractive Reading New Materialism, Theory, Critique, Lanhan, Rowman & Littlefield.

NELSON Maggie (2017), Les Argonautes, Montréal, Triptyque.

PROBYN Elspeth (2004), Déplacés : honte, corps et lieux, Anthropologie et Sociétés, 28(3): 39-58.

RICHARDSON Laurel (1994). « Writing. A method of inquiry », dans Norman DENZIN et Yvonna LINCOLN (dir.), Handbook of Qualitative Research (1re édition) (p. 516-529), Thousand Oaks, SAGE Publications. p. 517

RICHARDSON Laurel et Elizabeth A. ST. PIERRE (2022/2005), « Écrire : une méthode de recherche », traduit de l’anglais par Karelle ARSENAULT et Karine BELLERIVE, http://journals.openedition.org/communication/15300 ; DOI : https://doi.org/10.4000/communication.15300 consulté le 19 août 2022.

STÅHL Ola (2016), « Kafka and Deleuze/Guattari: Towards a creative critical writing practice », Theory, Culture & Society, 33(7-8) : 221-235.

SCOTT Joan (1991), « The evidence of experience », Critical Inquiry, 17(4), 773-797.

SCHWAB Michael (2018), Transpositions: Aesthetico-Epistemic Operators in Artistic Research, Leuven, Leuven University Press.

SERRES Michel (2014), Yeux, Paris, Humensis.

ST. PIERRE Elizabeth A. (2018), « Writing post qualitative inquiry », Qualitative Inquiry, 24(9) : 603-608.

ST. PIERRE Elizabeth A. (2019), « Post qualitative inquiry in an ontology of immanence », Qualitative Inquiry, 25(1) : 3-16.

THRIFT Nigel (2008), Non-Representational Theory: Space, Politics, Affect, Londres, Routledge.

VAN MANEN Max (2006), « Writing qualitatively, or the demands of writing », Qualitative Health Research, 16(5) : 713-722.

VENDLER Helen (1995), The Breaking of Style: Hopkins, Heaney, Graham (vol. 1), Harvard University Press.

WEBER Max (1983), « L’illusion positiviste d’une science sans présupposés », dans Pierre BOURDIEU, Jean-Claude CHAMBOREDON et Jean-Claude PASSERON, Le métier de sociologue, La Haye, Mouton, p. 196-203.

WITTGENSTEIN Ludwig (1921/1990), Tractatus logico-philosophicus. Investigations philosophiques, Paris, Gallimard.

WOOLF Virginia (1986), Instants de vie, Paris, Stock

Haut de page

Notes

1 « J’écris parce que je veux découvrir quelque chose. J’écris pour apprendre quelque chose que je ne connaissais pas avant. » La traduction officielle de la deuxième mouture de ce texte, que Richardson a réalisée en collaboration avec Elizabeth A. St. Pierre, figure dans le numéro précédant celui-ci (vol. 39, no 1).

2 Nous devons cesser d’écrire sans fin sur la performance et devenir nous-mêmes des performeurs (traduction des auteurs).

3 L’expression est tirée de Mille plateaux, de Deleuze et Guattari (1980). Les auteurs réfèrent à une pratique d’écriture ne reposant sur aucune méthode formelle, procédant par agencement. « La valeur d’un texte se mesure alors pratiquement par la force de son agencement, capable d’évoquer une pensée et un affect des [lectrices et] lecteurs. On ne saurait assurer le succès. L’écriture procédant par agencement, non par méthode préalable, avance avec sa propre difficulté » (Lee, 2014, p. 88).

4 La chercheuse postqualitative qui s’est préparée doit avoir confiance en elle-même et faire ce qui vient ensuite, peu importe ce dont il s’agit — expérimenter — et continuer d’avancer (traduction des auteurs).

5 Son temps est le temps d’Éon — le pas-encore, le encore-à-venir. Elle suppose une ontologie de l’immanence et est toujours en devenir (traduction des auteurs).

6 [Je file les mots], tournant un mot dans un sens ou dans l’autre, comme un objet qui capte une lumière différente chaque fois qu’on le tourne ; je prête attention aux mêmes mots dans différents contextes, leur permettant de créer des ondulations ou de nouveaux motifs comme la texture d’un sol. J’argumente en écoutant les résonances (traduction des auteurs).

7 Inspiré des Fragments d’un discours amoureux de Barthes (1977), l’ouvrage s’inscrit dans une démarche plus large impliquant une vigie médiatique sur le vieillissement menée en 2017 par des chercheuses du réseau Ageing + Communication + Technologies (ACT). Publié à même les fonds du groupe de recherche, il est libre d’accès en format PDF dans ses versions française et anglaise : http://actproject.ca/act/a-year-of-aging/.

8 Les textes ne peuvent être réduits à un seul sens. Mais ils peuvent être déstabilisés — ébranlés, percés, dérangés, déchirés — pour que de nouvelles questions et de nouveaux sens soient générés (traduction des auteurs).

9 Le titre de l’ouvrage est Engaging Crystallization in Qualitative Research.

10 Diffractant diffraction : couper ensemble-à part (traduction des auteurs).

11 L’écriture crée un espace qui appartient à l’indicible. C’est dans cet espace de l’écrit que règnent l’incompréhension ultime des choses, l’insondable infinité de leur être, le grondement inquiétant de l’existence elle-même, mais dans ce regard fugace, on sent aussi la fragilité de notre propre existence, de notre propre mort, qui nous appartient plus essentiellement que tout, disait Derrida (1995) (traduction des auteurs).

12 L’écriture n’a pas ici besoin d’être comprise comme écrire à ou pour quelqu’un. Derrida l’admettait : “Mon expérience d’écrire me porte à croire que l’on n’écrit pas toujours avec le désir d’être compris — il y a un désir paradoxal à ne pas être compris” (Derrida et Ferraris, 2001, p. 30) (traduction des auteurs).

13 pratique d’écriture créative et critique (traduction des auteurs).

14 aesthetico-epistemic operators

15 Comment explore-t-on ses propres raisons de faire la recherche sans se remettre au cœur de celle-ci ? (traduction des auteurs).

16 Nous ne parlons pas de nulle part. Inévitablement, toujours, nous transportons avec nous des expériences et des attitudes — personnelles, professionnelles et disciplinaires — sur tous les textes que nous lisons et écrivons, y compris l’autoethnographie. Nous portons toutes les relations que nous avons dans le monde sur les pages et, avec elles, viennent des pensées et des désirs inconscients qui sont difficiles ou impossibles à articuler. Il n’existe aucun lieu neutre duquel nous écrivons, ou duquel nous lisons (traduction des auteurs).

17 Peut-être sommes-nous réticents à exprimer notre propre incertitude face au fait que ce que nous savons maintenant n’est pas forcément ce que nous saurons plus tard, dans une autre version ou un autre texte (traduction des auteurs).

18 La recherche postqualitative n’est jamais. Elle n’a pas de substance, pas d’essence, pas d’existence, pas de présence, pas de stabilité, pas de structure. Son temps est le temps d’Éon — le pas-encore, le encore-à-venir. Elle suppose une ontologie de l’immanence et est toujours en devenir (traduction des auteurs).

19 Les trois princes de Serendip (mot qui désignait l’île de Ceylan en vieux persan, de nos jours le Sri Lanka ; le mot vient de l’arabe Sarandib, déformation du tamoul Seren deevu, qui vient lui-même du sanscrit Suvarnadweepa, signifiant « île dorée ») est un conte oriental, publié d’abord en italien en 1557. Il raconte l’histoire de trois hommes partis en mission et qui, sur leur chemin, ne cessent de trouver des indices en apparence sans rapport avec leur objectif, mais en réalité nécessaires (adapté de Wikipédia).

20 Je veux en particulier attirer l’énergie des arts du spectacle vers les sciences sociales afin de faciliter « la progression vers le bord de la falaise du conceptuel » (Vendler, 1995 : 79) (traduction des auteurs).

21 « First, non-representational theory tries to capture the “onflow” […] of everyday life » (Thrift, op. cit., p. 5). Adaptation très libre dans le texte.

22 « Second, as must by now be clear, non-representational theory is resolutely anti-biographical and pre-individual. It trades in modes of perception which are not subject-based » (ibid., p. 7). Adaptation très libre dans le texte.

23 « Third, non-representational theory concentrates, therefore, on practices, understood as material bodies of work or styles that have gained enough stability over time » (ibid., p. 8). Adaptation très libre dans le texte.

24 « [T]he fourth tenet. The constitution of nonrepresentational theory has always given equal weight to the vast spillage of things » (ibid., p. 9). Adaptation très libre dans le texte.

25 « Fifth, non-representational theory is experimental » (ibid., p. 12). Adaptation très libre dans le texte.

26 « Thus, sixth, I want to get in touch with the full range of registers of thought by stressing affect and sensation » (ibid., p. 13). Adaptation très libre dans le texte.

27 « The classical human subject which is transparent, rational and continuous no longer pertains. Classical ethical questions » (ibid., p. 14). Adaptation très libre dans le texte.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Capture 1. L’écrire
URL http://journals.openedition.org/communication/docannexe/image/16283/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 260k
Titre Capture 2. Machine d’écriture
URL http://journals.openedition.org/communication/docannexe/image/16283/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 732k
Titre Capture 3. L’inscription
URL http://journals.openedition.org/communication/docannexe/image/16283/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 154k
Titre Capture 4. Éclair de douleur
URL http://journals.openedition.org/communication/docannexe/image/16283/img-4.png
Fichier image/png, 252k
Titre Capture 5. Écritures funambules
URL http://journals.openedition.org/communication/docannexe/image/16283/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 760k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Karelle Arsenault, Karine Bellerive et Louis-Claude Paquin, « Du manifeste pour l’écrire autrement à une manifestation plurielle »Communication [En ligne], Vol. 39/2 | 2022, mis en ligne le , consulté le 26 novembre 2022. URL : http://journals.openedition.org/communication/16283 ; DOI : https://doi.org/10.4000/communication.16283

Haut de page

Auteurs

Karelle Arsenault

Karelle Arsenault est docteure en sciences de la communication, Faculté de communication, Université du Québec à Montréal. Courriel : arsenault.karelle@uqam.ca

Articles du même auteur

Karine Bellerive

Karine Bellerive est chercheuse postdoctorale, École de travail social, Université du Québec à Montréal, et chargée de cours, Département de communication, Université de Sherbrooke. Courriel : Karine.Bellerive@USherbrooke.ca

Articles du même auteur

Louis-Claude Paquin

Louis-Claude Paquin est professeur, École des médias, Université du Québec à Montréal. Courriel : paquin.louis-claude@uqam.ca

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Creative Commons - Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International - CC BY-NC-ND 4.0

https://creativecommons.org/licenses/by-nc-nd/4.0/

Haut de page
  • Logo Université de Laval
  • DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search