Navigation – Plan du site

AccueilNumérosVol. 39/2ArticlesDe l’écriture des marges aux marg...

Articles

De l’écriture des marges aux marges de l’écriture

Enrichir les normativités scientifiques !
Amélie Pierre

Résumés

Si les sciences sociales se sont vues traversées de courants théoriques et épistémologiques qui remettent en question leur posture positiviste de neutralité, d’objectivité, de distance ; leurs méthodologies n’ont pas été repensées avec la même ampleur. Les divers aspects de la méthodologie d’enquête adoptée dans l’étude retenue sont présentés et elle montre en quoi ils constituent des alternatives pertinentes. Dans un premier temps sont présentés l’objet, la constitution du terrain et la méthode de récolte de données. Dans un second temps, ces alternatives méthodologiques sont réfléchies à partir de l’épistémologie pragmatique afin d’envisager ce qu’elles apportent à la recherche : le sensible, l’engagement, la relation.

Haut de page

Texte intégral

1Si l’épistémologie positiviste a perdu son hégémonie en sciences sociales, elle persiste à les marquer de ses impératifs d’objectivité, caractérisés par la neutralité et la distance. De plus, même si les sciences sociales se sont vues traversées de courants théoriques et épistémologiques qui remettent en question cette posture, leurs méthodologies n’ont pas été repensées avec la même ampleur. Sur l’ensemble de la conduite de l’enquête, de la problématisation à l’écrit final, en passant par la récolte et le type de données, nombreuses sont les recherches en sciences sociales à répondre à des codes depuis longtemps restés étanches aux avancées épistémologiques (Busino, 1992). Quoi qu’en fassent et en pensent les chercheurs, les méthodologies légitimes, et ce, jusqu’aux formes d’écriture neutres et épurées, continuent de signifier : rigueur, sérieux et objectivité désincarnée (Haraway, 2009/1998).

  • 1 Je tiens à remercier Natalie Rigaux, Professeure à l’Université de Namur , ainsi que Lucienne Striv (...)

2Le présent article1 adopte et défend une position affirmée : les sciences sociales gagneraient à voir ces normativités se renouveler et assumer la traversée épistémologique initiée jusqu’à ses confins méthodologiques. La réflexivité et le rapport critique aux savoirs, acquis par les sciences sociales (Foucault, 1975), nécessitent d’être prolongés profondément jusqu’à leurs méthodologies, aux modalités de productions du savoir.

Questionnement

3L’approche mobilisée est pragmatiste, mêlant des éléments fondamentaux formulés par James ou Dewey à leurs prolongements contemporains, précisés par l’anthropologie symétrique l’ethnographie pragmatiste et les études féministes des sciences. Dans cette lignée, la conduite de la recherche n’est pas en rupture épistémologique, mais en continuité avec la vie sensible, les liens sociaux, l’engagement et la préoccupation envers les conséquences de la recherche. Ces aspects, tendanciellement en marge des méthodologies et des normativités scientifiques, j’œuvre ici à en souligner la richesse et m’inscris dans ce vaste courant pragmatiste qui entend leur rendre place et noblesse.

4À partir d’une recherche portant sur les marges, ce texte entend réfléchir l’écriture en sciences sociales. L’acte d’écrire, dont il est ici question, ne concerne pas directement l’acte de consignation et d’inscription, matérialisé par le texte, sa forme ou son style. Écrire est ici plus largement entendu comme le fait de composer et de rédiger. Écrire un roman, composer une partition, évoque d’emblée un ensemble assez vaste d’actions et notamment celles de concevoir, de réfléchir, d’interroger, de ressentir ou encore de transmettre,... Ainsi, c’est l’ensemble du processus qui concourt au résultat définitif qui est ici interrogé, plus largement que le « papier » visant à transmettre la recherche.

5Dans cette optique, le caractère alternatif d’un style d’écriture est l’arbre qui cache la forêt. Il ne s’agit donc nullement ici d’adopter une forme de propos novatrice et d’en transmettre les clés. Il n’est pas non plus question de faire table rase, de manière catégorique, et de proposer une solution incontestable et définitive. Il s’agit d’interroger d’autres voies tout en soulignant combien l’écriture d’une recherche est caractérisée par le tâtonnement ainsi qu’une part de contingence et, possiblement, de modestie. Ainsi, l’enjeu n’est pas de remplacer une idéologie par une autre, substituant une normativité dogmatique alternative à l’idéologie de la neutralité (Haraway, op. cit.). À partir d’une enquête finalisée, je souhaite tirer le fil des réflexions qui ont été les miennes. au fil de son écriture. Une étude ethnographique des liaisons entre normes et marges m’a semblé être une belle opportunité d’interroger les liaisons et les continuités au sein de l’écriture scientifique. Ainsi, à partir d’une étude sur les marges, cet article concourt à souligner la richesse de l’ouverture des normativité scientifiques : de l’écriture des marges aux marges de l’écriture.

Cas de réflexion : une ethnographie du « devenir-minoritaire »

  • 2 Les termes marge et norme, mineur et majeur, faible et fort sont également mobilisés dans cette con (...)
  • 3 En vertu du décret du 30 juin 1998 et sur base de critères sociaux, économiques, culturels et pédag (...)

6La présente réflexion prend pour ancrage ma recherche doctorale (Pierre, 2018). L’objet en est la participation des minorités2 aux dépassements et aux déplacements des frontières entre norme et marge par la voie de la photographie. Des minorités variées s’engagent, par l’autoportrait photographique, dans une énonciation collective, figurative et publique, et simultanément dans une redéfinition normative. Une particularité des dispositifs (Foucault, 1994, p. 299) étudiés est qu’ils sont davantage prévus pour les minorités que saisis par ces dernières. Différentes marges sont impliquées dans ces projets photographiques : des élèves d’origine étrangère d’une école fondamentale « à discrimination positive3 », des élèves malvoyants d’une école fondamentale spécialisée, des personnes porteuses de handicap et en situation de dépendance, des internés en établissement de défense sociale, des résidents permanents de camping et de quartiers défavorisés. Cette implication se déroule dans des « espaces de figuration », soit des lieux au sein desquels les photographies sont investies d’une agentivité (Descola, 2021 ; Gell, 2009/1998).

  • 4 Cette association de termes permet à Deleuze et Guattari de souligner une acception spécifique du p (...)

7Au sein de multiples cas empiriques hétérogènes, par le handicap physique, par le trouble psychologique, par la précarité ou par la relégation sociale, les groupes minoritaires sont considérés « par nature » comme « sous-système » ou « hors-système » par les majorités et maintenus sous le pouvoir et la domination de groupes majoritaires (Deleuze et Guattari, 1980). Ils ne participent que peu aux points de vue publics forgés sur eux-mêmes et sont placés de manière défavorable au sein de « hiérarchies de crédibilités » (Becker, 1967). Les enjeux des espaces de figuration étudiés sont à rebours de cette délimitation normative. Ils sont ainsi considérés comme des occasions de renverser cette mise en minorité : un potentiel « devenir-minoritaire » (Deleuze et Guattari, ibid.)4. Ces « espaces publics subalternes » (Fraser, 2011, p. 126) sont des arènes où se construisent, se déconstruisent, se reconstruisent les identités sociales.

  • 5 Par ce terme, Latour synthétise sa critique pragmatiste à l’encontre du paradigme moderne, une repr (...)

8La recherche ethnographique mobilisée pour argumenter la présente réflexion portée sur l’écriture scientifique est choisie à dessin. En effet, son objet, la compréhension de la vulnérabilité des êtres, me semble nécessiter de manière impérieuse une ouverture des sciences sociales envers ce qui est classiquement considéré comme illégitime et occulté : les liens tissés entre le savoir et cette vulnérabilité. Cette ethnographie portant sur les liens et rapports entre majeur et mineur, elle invite à restituer toute la complexité des liaisons ténues entre parties, entre acteurs, moi y compris, engagée dans la réalité sociale investiguée. L’épistémologie pragmatiste est, de ce fait, à propos, puisqu’elle permet de décloisonner, de considérer les liaisons de façon « a-moderne5 » (Latour, 1991) de ce « devenir-minoritaire ».

9Cet article propose quelques-unes des solutions épistémologiques parmi les possibles, adoptées afin de mener cette recherche ethnographique. Les développements ci-après présentent divers aspects de la méthodologie d’enquête adoptée dans l’étude et montrent en quoi elles constituent des déterritorialisations fructueuses. Dans un premier temps sont présentées la constitution du terrain et la méthode de récolte de données. Dans un second temps, ces positions autres sont réfléchies en vue d’envisager ce qu’elles apportent à la recherche : le sensible, l’engagement, la relation et, par-là, une approche plus serrée de la complexité mouvante des situations. Une épistémologie pragmatique traverse la constitution de l’objet, du terrain, de l’engagement et de l’écriture ; ainsi, sont successivement envisagés un objet rhizomique, un terrain multisitué (Cefaï, 2010), une enquête coopérative et impliquée, un savoir situé, une écriture sensible et une « objectivité encorporée » (Haraway, op. cit.).

Constitution du terrain : suivre une promesse par l’ethnographie multisituée

10Le terrain est réalisé en Belgique francophone entre 2008 et 2015. Il inclut de nombreux types d’espaces de figuration : ateliers, projets d’ateliers, reportages photographiques et photolangage. Ceux-ci diffèrent les uns des autres, tant par les minorités que par les majorités et les institutions et associations y intervenant. Ces minorités et institutions sont généralement appréhendées et conceptualisées comme des mondes séparés. Dans cette étude, leur ethnographie est focalisée sur leur conjonction, le devenir-minoritaire.

11L’ethnographie multisituée (Marcus, 2010) propose de suivre, de manière à la fois planifiée et contingente, les métaphores et/ou les individus, les objets, les intrigues, les allégories, les conflits pour construire la recherche. Dans cette recherche doctorale, j’ai suivi en différents lieux ce qui résonne comme une promesse pour les collectifs, que chacun exprime et semble avoir le souhait de croire : la promesse d’un changement social par le biais de l’art, un devenir-minoritaire. L’objet d’étude est construit sur plusieurs « scènes » différentes. Les « chaînes », « chemins », « fils », « conjonctions », « juxtapositions » de sites sont le résultat d’une logique explicite d’ « associations » et de « connexions » « qui définit l’argument de l’ethnographe » (ibid., p. 385). Tant la poursuite de l’enquête par l’association des terrains que leur analyse sont focalisées sur les tensions et combinaisons.

  • 6 La description des différents sites privilégie la clarté du propos et les liens entre les sites, au (...)

12Au début du terrain, cherchant un atelier à observer, j’ai moi-même sollicité les suggestions de mes interlocuteurs. Au fil du temps, ces suggestions sont restées intenses, qu’elles invitent à mon engagement plus ou moins poussé. J’ai suivi de nombreuses pistes que des acteurs m’ont suggéré de suivre. Je livre ici la description des principaux sites6. Je précise la suggestion qui m’est faite, la minorité et son implication, les institutions associées, les ambitions de l’espace de figuration, sa place dans le corpus de cas et la méthode d’observation.

Arts à Glabais

13Une amie m’encourage à suivre le travail de son compagnon, Jorge Rojas Castro. Ce dernier réalise un atelier photographique avec les résidents permanents du camping de La Cala dans le village de Glabais. Le projet est chapeauté par le Centre culturel, le Centre public d’action sociale (CPAS) de Genappe et Article 27 Brabant wallon. Lors de « promenades-photo » (Centre culturel de Genappe, 2011), les résidents « témoignent » de leur situation de vie oralement ainsi qu’en photographiant librement des textures, des détails ou des portraits, guidés par leurs « émotions ». Vivant dans la précarité, les participants sont largement stigmatisés dans cette commune favorisée du Brabant à tendance politique libérale, qui privilégie la liberté individuelle à l’équité sociale. Cet espace de figuration prend une dimension politique pour ces résidents lorsqu’ils apprennent, dans le cadre du dispositif, le projet de vente du camping, qui rend leur avenir incertain. Je réalise des entretiens semi-directifs avec l’animateur de l’atelier, la directrice du CPAS ainsi que des participants, en plus d’observer l’exposition des clichés.

Montage 1. Photographies des résidents du camping La Cala par les résidents

Montage 1. Photographies des résidents du camping La Cala par les résidents

Élèves malvoyants de l’IRHOV

  • 7 J’assiste à une formation sur la méthode LTP, lors d’un séjour de recherche, en octobre et novembre (...)

14De 2008 à 2010, je réalise une formation en cours du soir en photographie à l’Institut Saint-Luc Liège. Dans ce cadre, je mène plusieurs reportages photographiques sur l’Institut royal pour handicapé de l’ouïe et de la vue (IRHOV). Au fil des reportages, une collaboration s’installe avec le corps enseignant et la direction. Le directeur de l’école me propose un poste d’animatrice et crée un atelier de photographie avec la classe d’élèves malvoyants de première primaire de son établissement, durant l’année scolaire 2010-2011. J’anime l’atelier en suivant la méthode Literacy through photography7 (LTP). Avec des appareils compacts numériques, les élèves réalisent des portraits photographiques à partir des cinq sens et l’idée du beau. Par l’intermédiaire de l’image photographique qu’ils ont rarement l’occasion de manipuler et d’appréhender, ils explorent ce qu’ils aiment sentir, toucher, entendre, goûter, regarder et trouvent beau.

Montage 2. Photographies réalisées par des élèves malvoyants au cours de l’atelier photographique

Montage 2. Photographies réalisées par des élèves malvoyants au cours de l’atelier photographique

15Je propose à l’association La lumière, située à Liège, une collaboration autour de l’exposition des images produites par les élèves malvoyants de l’IRHOV. L’exposition est intégrée dans le travail de sensibilisation de l’association de 2011 à 2013. Le service social se réapproprie ensuite l’exposition pour servir sa mission de sensibilisation.

Discrimination positive et intégration socioculturelle

16Simultanément à l’atelier décrit ci-avant, le directeur de l’IRHOV me propose d’animer un second atelier photographique dans une école qui accueille des élèves dysphasiques de son établissement, en insertion scolaire. L’atelier photographique doit selon lui viser à accompagner l’insertion et à aider les élèves dysphasiques à s’épanouir dans ce nouveau contexte scolaire. L’école fondamentale de Burenville dont il est question est une « école à discrimination positive », implantée dans un quartier principalement composé d’une population d’origine étrangère, au niveau socioéconomique faible. Pour la majorité des élèves, l’objectif de l’atelier est lié aux questions de discrimination et d’intégration.

Montage 3. Photographies réalisées au cours de l’atelier photographique mené à Burenville

Montage 3. Photographies réalisées au cours de l’atelier photographique mené à Burenville

17J’anime l’atelier selon la méthode LTP, à raison d’une matinée par semaine. Avec des appareils compacts numériques, les élèves réalisent leur autoportrait photographique, celui de leur famille et de leur quartier. Le dispositif se solde par une exposition dans les murs de l’établissement.

Collectif Ose(r)

18Martine Cola, responsable de la sensibilisation et des relations publiques de l’association La lumière, me suggère de m’intéresser au projet du collectif Ose(r), un groupe de femmes porteuses d’un handicap, auteures de la campagne photographique de sensibilisation « Femme et handicap ». La figure ci-dessous illustre clairement les ambitions du collectif : pousser le spectateur lambda à s’identifier à la personne en situation de handicap et à se mettre à sa place dans son quotidien et son intimité. Le texte qui accompagne la photographie exprime la volonté de « bousculer les préjugés et stéréotypes » et de dénoncer les discriminations. Par cette implication dans cet espace de figuration, des femmes porteuses de handicap cherchent à se redéfinir, à adopter une position légitimante et à s’opposer à la domination. Je réalise des entretiens avec les membres du collectif et réalise des observations.

Capture d’écran. Carte postale de la campagne « Femme et handicap »

Capture d’écran. Carte postale de la campagne « Femme et handicap »

19Dominique Simon, membre du collectif, me propose de participer à l’atelier Image et Handicap, organisé par le collectif, en partenariat avec les ateliers de la rue Voot. L’atelier rassemble un public mixte, composé de personnes porteuses ou non de handicap. Ce projet vise à questionner l’image du handicap et ses stéréotypes par la production d’images et par l’échange d’expériences et de réflexions. L’atelier se déroule durant l’année scolaire 2011-2012, à raison d’une journée par mois. Il se solde par une exposition des images produites aux ateliers de la rue Voot ainsi que par la publication d’un livret.

20Ce site me permet d’expérimenter la position de participante et, par conséquent, de réaliser entretiens et observations à partir d’une position relativement symétrique avec les autres participants, issus de majorités et de la minorité concernée. L’affiche de l’exposition traduit les questionnements récurrents de l’atelier sur la place, l’image et la situation de la minorité.

Photographie 1. Affiche de l’exposition de l’atelier Image et Handicap

Photographie 1. Affiche de l’exposition de l’atelier Image et Handicap

Les singuliers et le pluriel

21Je contacte une connaissance, directrice du centre culturel Ourthe et Meuse, et lui propose d’exposer les photographies issues de l’atelier photographique réalisé à l’IRHOV. L’exposition se déroule dans le cadre de la fête de quartier d’Angleur dans l’agglomération liégeoise. Je rencontre Samuel Maréchal, photographe et employé au GSARA (Groupe socialiste d’action et de réflexion sur l’audiovisuel), reconnu comme mouvement d’éducation permanente. Il anime des ateliers au cours desquels la participation d’un public marginalisé est encouragée dans une optique de changement social. Commence ainsi une série d’entretiens semi-directifs sur deux dispositifs photographiques réalisés avec les détenus et les gardiens de l’établissement de défense sociale de Paifve.

Photographie 2. Carton d’invitation à l’exposition des photographies produites à l’établissement de défense sociale de Paifve

Photographie 2. Carton d’invitation à l’exposition des photographies produites à l’établissement de défense sociale de Paifve

Un objet rhizomique

22La variété des terrains est conjuguée à une variété d’accessibilités, de méthodes de récolte employées, de types de sources et de points de vue sur l’objet, plus ou moins extérieurs. La pratique de terrain et la conduite de l’enquête sont dictées par la volonté de mettre en évidence la dynamique des devenirs-minoritaires hétérogènes dans laquelle s’engagent les acteurs au cours de ces espaces de figuration. Les perspectives pragmatiques des ethnographies combinatoire (Dodier et Baszanger, 1997) et multisituée permettent de souligner la légitimité de la pratique de terrain et du questionnement, dépassant les cloisonnements entre publics, institutions, lieux, sites variés, au profit d’une interrogation sur cette promesse, ce devenir-minoritaire. Cette approche, propice à questionner « les formes et variétés d’agir », est ancrée dans un terrain qui se propage en rhizome, soit un développement multiple de combinaisons hétérogènes, horizontales et partiellement contingentes.

23La description de la constitution du terrain montre le caractère à la fois planifié et contingent de l’objet d’étude. L’ethnographie sur divers sites, « multisituée », permet de composer des processus de connaissance en réseau, en rhizome (Marcus, 2007), propice à « la question du faire ». La propagation rhizomique du terrain de cette étude s’est faite en suivant la promesse : figurer pour légitimer les minorités, créer pour recréer la société. J’ai accepté les pistes suggérées par mes interlocuteurs correspondant au devenir-minoritaire, à la promesse de changement social par et pour les marges. La pratique de terrain et la conduite de l’enquête sont dictées par la volonté de mettre en évidence la dynamique de formes d’action hétérogènes dans lesquelles s’engagent les acteurs ainsi que leurs articulations multiples en acceptant la pluralité, les contradictions, la contingence, l’absence de cohérence préétablie, soit « le fait de la pluralité humaine » (Arendt, 1995, cité dans Dodier et Baszanger, op. cit., p. 38). Jeanne Favret-Saada incite le chercheur à « accepter de se perdre » (Remy, 2014). Au fil de l’engagement dans le terrain, les questions de départ, les intuitions, les projets méthodologiques s’évaporent et laissent place à ce que les acteurs en font, à la place qu’ils assignent au chercheur. Le terrain, c’est « hasarder sa personne dans un monde inconnu en se laissant manipuler, affecter et modifier par l’expérience de l’Autre » (Esquerre et al., 2004). Ainsi est expérimenté le système (Favret-Saada, 2009).

24D’un point de vue positiviste, cette approche ne semble ni scientifique ni rigoureuse ; et paraissent suspects cette hétérogénéité ainsi que le caractère inductif et contingent de la constitution du terrain. Cependant, cette approche permet de construire l’objet de cette recherche par la construction simultanée des terrains. Loin d’être une faiblesse, l’hétérogénéité et la multiplicité sont alors des aspects scientifiques capitaux. La richesse en est l’expérimentation du système, pensé à partir des formes et variétés du devenir-minoritaire au sein des multiples espaces de figuration. Cette manière de faire de l’ethnographie « se déplace des sites uniques et des situations locales de recherche ethnographique conventionnelle vers l’examen de la circulation des significations culturelles, des objets et des identités dans un espace-temps diffus » (Marcus, 2010, p. 372). La multiplication des terrains n’est pas considérée comme l’addition de perspectives périphériques visant à l’exhaustivité. Le processus de recherche contribue à la constitution de l’objet final, à l’élargissement du tableau de recherche, au travail en fonction du système. La poursuite de l’enquête par l’association des terrains ainsi que leur analyse et leur écriture (j’y reviendrai dans les points suivants) sont focalisées sur les tensions et les combinaisons.

Prolongement des liens et des failles dans la délimitation du terrain

25L’objet de cette recherche, le devenir-minoritaire, peut être considéré comme « affaire politique », situé spécifiquement dans une « micro-politique active » (Deleuze et Guattari, op. cit., p. 357) et constitué de « connexions » et de « conjugaisons ». Il s’agit par conséquent d’accorder une attention à la manière dont se « tissent » et se « nouent ensemble » (Haraway, op. cit.) les modes du devenir autre et du devenir soi, le mode de définition identitaire dans des espaces de figuration plus ou moins publics, les « pratiques conflictuelles et constructives » (Despret, 2012) des objets, des espaces et des agents. Au sein de cette recherche, la perspective des feminist science studies incite à une réflexivité forte du chercheur sur les liens qu’il entretient et dans lesquels il est pris au cours de sa recherche. Ainsi, l’attention portée par ce courant aux liaisons concerne tant l’objet que le regard de la science sur celui-ci. Cette perspective questionne les partages de genres et plus largement la construction des frontières au cœur même de la science.

26Une spécificité de l’implication des minorités est récurrente dans les dispositifs de cette étude : paradoxalement, leur implication n’est pas le fait de ces dernières. Les espaces de figuration sont principalement mis en place pour des minorités par des intervenants artistiques et sociaux qui n’en sont pas issus, incarnant davantage la norme que la marge. Dans la constitution du terrain, ce paradoxe s’avère également manifeste : les « détours » qui m’ont été suggérés sont principalement le fait d’acteurs majoritaires. Les terrains hétérogènes permettent ainsi de tisser des occasions de devenirs-minoritaires telles qu’elles sont essentiellement pensées par des majorités. Ce paradoxe, présent au cœur de l’objet de recherche, se retrouve dans la constitution même du terrain. Tout comme le geste de définition normative des minorités est dans les mains des majorités, c’est davantage dans ces mêmes mains qu’est le geste de définition des sites relatifs aux devenirs-minoritaires. En effet, la fracture se prolonge au sein même de la constitution des sites de recherche. Les intervenants suggèrent de nouvelles collaborations, indiquent des dispositifs qu’ils estiment dignes d’intérêt.

27L’ensemble de mon positionnement est caractérisé par un point de friction : la séparation entre mineur et majeur. Dans un sens, mon souci moral d’équité sociale et mon questionnement de recherche porté sur l’implication des minorités m’incitent en théorie à donner prioritairement la parole aux minorités. Inversement, l’analyse des données et l’écriture me forcent à reconnaître que les majorités se présentent constamment comme des ressources plus stratégiques, plus faciles, plus rapides pour mener mon enquête. Elles disposent de ressources multiples, de relations et d’une connaissance de la thématique. Les artistes, éducateurs, animateurs, directeurs s’avèrent plus faciles à contacter et me sollicitent bien davantage. Et cette complexité se retrouve en cascade dans l’objet étudié.

28Ainsi, outre ce que le terrain permet de tisser, ce qu’il ne permet pas de tisser renseigne sur l’objet lui-même. Ces failles induisent une certaine percolation au sein même de la constitution de mon objet de recherche, de l’absence des minorités dans les gestes de définition et de délimitation. La constitution de l’objet et du terrain de recherche montre ainsi une certaine inertie des rapports sociaux. L’objet de recherche partage avec le phénomène de minorisation le même retrait des minorités (pourtant majoritaires en nombre) : les minorités sont reléguées, de fait, au second plan pour désigner ce qui compte et qu’il importe de penser.

Savoir partiel

29Les conséquences du savoir, tant dans la production que dans la diffusion de la recherche, ont été largement mises en évidence (Foucault, 1975). Cependant, la recherche d’une position objective, de la production d’un savoir neutre et scientifique, continue d’être mise en valeur. La dichotomie mise au jour par Haraway entre innocence (dans la production du savoir et des conséquences de leurs recherches) et responsabilité des chercheurs traite précisément de ce que le rapport à mon implication dans le terrain m’oblige à penser (Despret, 2012). Selon Dewey, « il faut prendre soin des conséquences, veiller à elles » (2003/1927, p. 71). L’expérience est formée par un « rapport étroit entre faire, souffrir et subir » (ibid., p. 92). Au cours de celle-ci, les conséquences de ce qu’on fait ont été endurées (Dewey, 2005/1977). Par mon expérience de terrain, j’ai contribué, subi et enduré le paradoxe des espaces de figuration construits pour des minorités par des majorités.

30La perspective du chercheur peut être considérée comme toujours « située », « fabriquée », jamais « innocente » ou « désintéressée ». Il s’agit toujours d’une « médiation active et partiale » (Stengers, 2010). La réflexivité est une manière de se penser comme étant situé, de reconnaître le caractère partial des perspectives adoptées au cours de la recherche. Haraway propose une objectivité qu’elle nomme « forte », une objectivité « alternative » (Zitouni, 2012), selon laquelle il n’y a pas de contradiction entre un savoir « intéressé » et un savoir objectif.

[…] prendre en compte le caractère impliqué de toute production de savoir signifie rendre compte, comme part intégrante de ses propositions, de ce qui les nourrit et les contraint : avoir à l’esprit ce qu’un savoir exclut, qui a compté comme sujet dans sa construction, en fonction de quoi on a accordé une légitimité à ce savoir et à ceux qui le proposent, et sur qui/quoi ces propositions auront des effets. Les critères de scientificité, de neutralité, d’objectivité s’en trouvent modifiés (Puig de la Bellacasa, 2003).

31En ce sens, l’influence du chercheur dans la réalité sociale en construction n’est pas un leurre qu’il s’agirait d’éviter, mais un fait qu’il s’agit d’essayer de prendre en compte afin de produire, non pas une perspective scientifique pure, mais impliquée. Les sciences humaines sont inscrites dans une temporalité qui articule le regard scientifique et ceux que ce regard interroge, dont le devenir est la préoccupation. Il en résulte des temps inséparables (Stengers, 1998) et des « sciences engageantes », inséparables du devenir de leurs contemporains (Despret, 2001). Engagés dans une même contemporanéité, nous sommes engagés à la comprendre en intégrant ce que nous produisons au cours de la recherche tant par la présence sur le terrain que par la formulation d’énoncés scientifiques.

  • 8 Cette insistance sur la capacité des acteurs est partagée par de nombreuses perspectives théoriques (...)

32Comprendre et étudier signifie ainsi « intégrer dans de nouvelles relations productrices d’histoire humaine » et non élucider (Despret, ibid., p. 35-36). Pour être mis en risque, un savoir fiable en sciences humaines nécessite d’être adressé à des êtres, considérés par l’enquêteur comme « capables de prendre position quant à la pertinence et au devenir des réponses qu’on leur a prêtées, ou qui leur ont été proposées » (Stengers, 1998, p. 104)8. Mon enquête s’est aisément prêtée à cette conception avec les intervenants artistiques et sociaux, mobilisés comme des partenaires symétriques. D’abord parce qu’au cours du terrain, des similitudes entre de très nombreux acteurs sociaux et artistes facilitent les collaborations, qui s’instaurent spontanément. L’exemple le plus évident est le terrain Image et relation d’aide, sur lequel j’anime des ateliers avec Dominique Simon et Frédérique Bribosia. Les échanges d’idées, d’impressions, de perspectives théoriques ont réellement contribué à une coconstruction de l’initiative Image et relation d’aide. À nouveau, l’asymétrie reste présente : la coproduction est moins aisée, moins fréquente avec les acteurs minoritaires.

33Lors de la prise de conscience d’une quelconque implication, la tendance spontanée à la culpabilité est récurrente. Accepter la responsabilité corollaire aux processus de productions de savoirs requiert un effort. La responsabilité crée un « inconfort » inévitable qui vaut d’être pensé à partir de la responsabilité plutôt que de la culpabilité (Despret, 2012). La dichotomie mise au jour par Haraway entre innocence et responsabilité traite précisément de ce que le rapport à mon implication dans le terrain m’oblige à penser (Despret, ibid.). Cette notion de responsabilité m’aide à concevoir mon engagement dans les processus de marginalisation dans lesquels sont inscrites les minorités de cette étude. Longtemps ressentie comme culpabilité, la responsabilité a exigé de ma part un effort. Une fois intégrée, la partialité de ma position a alors pu être réfléchie. Je fais partie des acteurs majoritaires de trois sites. Je compte parmi les agents impliqués dans les stratégies de négociation. Au cours du terrain, j’ai parfois poursuivi ma curiosité scientifique de chercheuse, mes affinités esthétiques et mes intérêts propres de photographe, ponctuellement au détriment d’une implication des minorités.

34La responsabilité, au contraire de la culpabilité, ne paralyse pas l’action et la pensée. Elle permet d’envisager pensée et action tout autant comme des objets de pensée, le chercheur étant d’emblée pris et affecté par le monde qu’il observe et auquel il concourt. Sans cette prise en compte de ma présence entre les choses du monde et ma responsabilité envers leur déroulement, je n’aurais pas réfléchi l’ambivalence de la position dans laquelle j’étais inscrite au cours du terrain. Chercheuse interpellée par la participation politique des minorités et simultanément acteur majoritaire des dispositifs de mon terrain, l’analyse de mes surprises, de mes émotions, de mes priorités, de mes intérêts personnels, de mes affinités m’a servi à explorer une part des liens et des conséquences. Pour ma part, c’est dans l’épreuve de l’analyse que mon rapport au texte m’oblige à penser ma responsabilité.

35Il en résulte une manière d’écrire et de penser caractérisée par la recherche de la nuance, un méliorisme radical (Hennion et Monnin, 2020). Je cherche à pointer les problèmes sans dénoncer les acteurs majoritaires outre mesure. Il s’agit d’essayer d’éviter de « jeter les dispositifs avec l’eau du bain ». Le savoir ici produit s’apparente bel et bien à une narration du devenir-minoritaire dans ces espaces de figuration, à la « construction d’un univers d’entendement » à partir des connexions partielles établies avec cet objet dans son « épaisseur relationnelle ». Tâchant d’éviter « l’impression de mettre la main sur un monde passif, sans résistance, » (Zitouni, op. cit.) j’ai questionné les dispositifs en intégrant, dans ma réflexion, ma position et mon action faillible dans le terrain.

Positionnements oppositionnels

36Par « l’appel aux mondes réels » (Haraway, op. cit.) dont la pluralité importe, il s’agit de légitimer tant la façon de traiter les données de recherche que la position du chercheur, ancré dans sa recherche, habité de questions éthiques et politiques. C’est donc tant sur l’objet que sur la méthode que cette sensibilité pragmatique m’incite à associer l’étude des liens au cœur de l’objet et des liens tissés, en tant que chercheuse, avec l’objet. Il s’agit d’une liaison au cœur de laquelle je suis prise, qui me compromet, qui m’engage : tour à tour photographe indépendante, animatrice d’atelier photo, médiatrice lors de séances de photolangage, bénévole, collègue et chercheuse.

37Assumer ce positionnement d’enquêteur majoritaire, ne pas s’affranchir de l’action, mais s’y enraciner, c’est créer un accès au terrain, un accès aux histoires tissées par et avec ceux qui peuplent les espaces étudiés, une expérimentation qui interpelle au-delà d’une curiosité strictement intellectuelle (Haraway, op. cit.), conjuguée à un engagement moral, politique (Cefaï, op. cit.), émotionnel ainsi qu’à mes intérêts personnels dans ce monde exploré.

38Ma position située est réfléchie à partir de là, en distinguant les rapports aux institutions et acteurs sociaux, aux animateurs-artistes et aux minorités concernées. Cette position dans le terrain et les liens avec les acteurs dans lesquels je suis prise induisent la production d’un savoir partiel et partial. Je suis animée à la fois d’une préoccupation politique envers les minorités et d’une sensibilité envers leur vécu. Et, simultanément, j’occupe une position majoritaire. J’ai nourri des alliances et des affinités avec les institutions et les acteurs artistiques, culturels et associatifs. Ces deux pôles apportent une ambivalence à ma position, somme toute relativement fréquente en sciences sociales. À partir de cette réflexivité, il est possible d’interroger la dimension gigogne de cette recherche. Tant l’objet de recherche (l’implication des minorités dans les espaces de figuration et leurs potentialités à se définir) que ma position dans le terrain et dans l’écrit (en tant qu’acteur majoritaire) interrogent la place des minorités dans une discussion qui les concerne.

39La position pragmatique adoptée propose une conception du chercheur comme un « acteur du monde » tout au long de son enquête, jusqu’à la diffusion des résultats rédigés, soit la partie visible du dialogue entretenu avec les acteurs en incluant la perspective des minorités, qui s’avère différée jusque dans l’écriture. Une animatrice d’atelier audiovisuel m’explique : « On a toujours le pouvoir de parler. Les ateliers, c’est essayer de leur laisser le pouvoir de parler. » Pour tendre à pallier cela, lorsqu’elle est invitée à intervenir lors d’un colloque sur l’émancipation, elle propose à un participant de donner son avis sur la question. La complexité est grande. Les mécanismes par lesquels les majorités gardent la main sont profonds, et ce, tant dans les espaces de figuration que dans l’espace de réflexion de ma recherche. Souligner cette récurrence permet à la recherche non de la résoudre, mais de placer dans l’espace public les questions qui ne cessent d’échapper.

40L’ethnographie pragmatique définit la position normative du chercheur comme une opposition aux « hiérarchies de crédibilités » (Becker, op. cit.), aux points de vue forgés sur les minorités auxquels ne participent pas ces minorités, mais différents publics, dont les organisations de défense des minorités. Ma position est paradoxale. Mon questionnement implique une remise en cause des hiérarchies de crédibilités ; pourtant, ma position implique à la fois une sensibilité envers les minorités et une participation à ces hiérarchies, avec les organisations de défense des minorités. L’intérêt de cette ambivalence est qu’elle permet de mettre au jour les stratégies, les enjeux, les ressources, les rapports de pouvoir en tâchant de tenir compte simultanément des acteurs minoritaires et majoritaires du réseau. Il s’agit d’une entreprise de mise au jour délicate et complexe. C’est pour moi un effort permanent auquel je fais face tant sur le terrain qu’au cours de l’analyse. La sophistication de la minorisation réside notamment dans l’occultation des multiples inégalités. La mise au jour des mécanismes d’exclusion et de domination s’avère d’autant plus complexe et frustrante que j’y contribue inévitablement par ma position dans les dispositifs.

41Cette ambivalence mérite d’être assumée. Sa spécificité, parmi les autres positions, est appréciable. Le fin mot de cette proposition des savoirs situés pour la présente recherche est la célébration de la « multiplication de positions », de « l’alliance de divergences solidaires autour de problèmes que l’on choisit de penser ensemble », des « positionnements oppositionnels » (Puig de la Bellacasa, op. cit.). Plus que d’être soit du côté des « faibles » contre les « forts », soit du côté des « forts » contre les « faibles », il s’agit de montrer la complexité des liens (Becker, op. cit. ; Cefaï, op. cit.).

42La recherche a une puissance performative. Elle a des conséquences pratiques. La présence de l’ethnographe, sa participation à la réalité en train de se faire, la question qui anime sa recherche et qui se voit placée au cœur de la discussion commune sont autant d’éléments qui modifient la réalité observée. Cette coconstruction de la recherche et de la réalité observée appelle une nécessaire éthique et une responsabilité des circonstances et des conséquences. Il s’agit d’une humilité du chercheur tant par rapport au savoir produit que par rapport à son influence sur la réalité dans laquelle il s’est introduit. Ma contribution au débat relève de la mise en évidence de la complexité des hiérarchies de crédibilités, notamment en soulignant comment, en cherchant à les comprendre, le chercheur s’y implique. L’humilité est alors d’admettre cette participation et de tâcher de ne pas contribuer à son occultation.

Écriture sensible

43Pour Favret-Saada, au cours du terrain, le chercheur est affecté. Se laisser affecter renvoie notamment à sa signification étymologique, soit aux sensations et aux sentiments (Schaeffer, 1996, cité dans Genard et Roca i Escoda, 2013). L’expérience de recherche peut ainsi être comprise comme étant plurielle, débordant les stricts cloisonnements de l’intellect et de la raison.

44L’importance de la relation plurielle dans laquelle est pris le chercheur peut être soulignée par la métaphore du toucher pour traiter le savoir. C’est ce que suggère Puig de la Bellacasa par la notion d’« intra-toucher » (2012). Cette métaphore, substituée à celle de la vision, plus habituelle pour traiter du savoir, insiste sur la relation, l’engagement, la matérialité, le caractère tangible et sensible. Elle souligne la remise en question de « l’innocence » et du « point de vue de nulle part ». Cette perspective, issue des savoirs situés, souligne une impossibilité de la recherche non impliquée, de toucher sans être touché (ibid.).

45Une « fidélité narrative » prend en compte la construction du monde simultanée au geste de sa description. Il s’agit d’un savoir qui assume, dans les différentes étapes de la recherche, la part de subjectivité et de partialité et qui remet en question la légitimité de l’objectivité « innocente » et de « nulle part » (Haraway, op. cit.), ou encore « l’absence-omniprésence » (Jablonka, 2017/2014). Ainsi, expérimenter par la pratique de terrain et de l’écriture, c’est aussi ressentir, être ému, être touché, être impliqué, être « mouillé ». L’expérimentation, la sensorialité, l’inattendu, l’ouverture aux possibilités, l’engagement sont sollicités (Zitouni, op. cit.). Ils font partie intégrante de la récolte des données, mais aussi de leur narration analytique. Lors de l’observation participante, pendant la préparation de l’exposition à l’association La lumière, plusieurs aveugles complets me prêtent main-forte. Voici le récit d’un événement marquant auquel j’ai assisté. Je résume les propos de mon interlocutrice en en préservant l’essentiel :

Annie embosse les images et les textes explicatifs en écriture braille. Annie est très silencieuse durant les moments d’embossage. Son chien d’aveugle est assis à ses pieds et de temps en temps, il fait quelques tours dans la pièce et gémit à l’occasion. Je lui dicte les légendes des images et les textes explicatifs de l’exposition. Elle embosse minutieusement les clichés et les cartons de légende puis vérifie des doigts l’écriture braille.

Je ressens un profond malaise à l’observer réaliser cette tâche. Je lui parle d’images qu’elle ne peut pas regarder. Je mets en place une exposition de photographie qu’elle ne pourra pas voir, dans l’association qui la soutient et pour laquelle elle travaille. Les deux niveaux du tabou sont à nouveau présents pour moi : ces images me semblaient à la fois être des objets douloureux pour elle, évoquant son handicap, mais aussi des objets qui l’excluaient de fait, d’une activité culturelle collective.

Lorsque les clichés et cartons explicatifs sont embossés et exposés. Annie me propose de visiter l’exposition en sa compagnie et me demande de lui décrire les images qu’elle a embossées. Elle me pose des questions sur les élèves de l’IRHOV, leur intérêt pour la photographie et la façon dont ils ont pris part au dispositif. Sans crier gare, elle commence à pleurer. Je ne comprends pas d’emblée sa réaction, une multitude d’hypothèses me viennent à l’esprit. Ses explications me font rapidement comprendre qu’elle pleure d’émotion. Elle se dit intégrée alors qu’elle et les aveugles et malvoyants en général sont habituellement exclus du visuel. L’exposition l’intéresse et la touche beaucoup, dit-elle. Il s’agit selon elle d’une manière d’arrêter l’exclusion. Elle se sent incluse, en tant qu’aveugle complète, dans un monde commun.

Je découvre que le visuel a beaucoup de sens pour elle et n’est pas du tout tabou. Les images, le visuel l’intéressent beaucoup, tout comme d’autres aveugles, selon elle. Elle y est confrontée au quotidien par sa propre image, celle qu’elle donne aux autres sans parvenir à la contrôler entièrement. La couleur de ses chaussettes : sont-elles associées l’une à l’autre ? Est-elle bien coiffée ? Y a-t-il des taches sur ses vêtements ? La télévision, la publicité, la peinture, la photographie, le visuel fait bel et bien partie du monde dans lequel elle vit. Elle y est confrontée constamment mais s’en sent exclue : exclue par sa déficience, par l’organisation pratique de la société, et parce qu’on ne cherche pas particulièrement à inclure les malvoyants et les aveugles dans le visuel. Ce qui est tabou ce n’est pas de parler d’images ou en faire mais plutôt de lui poser des questions personnelles sur sa vision, son histoire, comment elle a perdu la vue, son vécu… Les images, au contraire, l’intéressent beaucoup.

Annie renverse l’énoncé normatif : il ne faut pas préserver les malvoyants et les aveugles du visuel et éviter ce sujet. Il est capital d’inclure les malvoyants et les aveugles dans le visuel en ouvrant la représentation hermétique des cinq sens, en considérant que des malvoyants et des aveugles peuvent vivre une expérience esthétique visuelle. L’appréhension visuelle lui semble multisensorielle, réalisée par la conjonction des multiples sens, et non pas mutuellement exclusive, réalisée exclusivement par la vue, excluant par conséquent les personnes aveugles et malvoyantes (Pierre, op. cit., p. 130-131).

46J’ai tâché de produire une écriture assumant la sensibilité mobilisée dans le terrain et de la mettre à profit dans l’analyse ; en appeler à la sensibilité du lecteur, à partir de ma sensibilité de chercheuse, afin de tendre vers une forme d’« objectivité encorporée ». L’analyse permet de mettre en évidence le fait que les dispositifs sont considérés comme de potentiels lieux d’agir spécifiques de devenir-minoritaire : figurer pour se légitimer, créer pour recréer la société. Plus fondamentalement, ces récits se fondent sur une promesse partagée et renouvelée. Cette promesse m’interpelle et me touche. Elle attise un espoir manifeste auprès de mes interlocuteurs de terrain. Par cet usage des notions de promesse et d’espoir, j’ai tâché de lier le sensible et l’intelligible, de dépasser le partage moderne entre corps et esprit, émotion et intellection, normal et déficient. Cette épistémologie donne une place primordiale à la notion de liaison. De quelles liaisons s’agit-il ? Des liens dans lesquels je suis prise au cours du terrain, avec les minorités et les majorités dont je fais partie, des liens entre les divers acteurs, des liens entre les acteurs et les photographies, du dialogue que je cherche à nourrir avec vous, potentiels lecteurs que je cherche à inclure dans mon expérience réfléchie.

47Dans cette recherche doctorale, ces liens ne sont jamais des liens rompus. Il n’y a pas de rupture épistémologique avec les acteurs observés, de rupture d’affranchissement des minorités envers les majorités, de rupture entre le statut des images et des acteurs. Deux constantes, somme toute, dans ces liaisons : celle de la main des majorités et, de la mienne parmi celles-ci, sur les négociations, celle de la répercussion à tous les niveaux d’analyse du paradoxe initial selon lequel l’art est prévu pour et non saisi par les minorités, et ce, jusqu’à l’écriture de ce manuscrit.

48Les événements vécus par le chercheur affectent ses façons de comprendre. Les données récoltées à bras le corps « s’encorporent » dans les manières de les appréhender, de les mobiliser, de les penser. L’engagement, la relationalité et le sensible font partie du mode d’appréhension, de compréhension et d’objectivation. Ils font partie du terrain et de sa mise en récit analytique. La narration tout comme le terrain sont le fait d’un chercheur ancré dans une expérience multiple. Il s’agit de rapporter et de faire saisir au lecteur cette sensibilité, de l’interpeller, d’attiser sa curiosité, de trouver des métaphores et des formules interpellantes, qui invitent à penser et qui ne se limitent pas à la neutralité d’une communication cherchant l’objectivité innocente (Stengers, 2010). Dans cette optique incarnée, je considère l’emploi du « je de méthode » (Jablonka, op. cit.) comme un geste qui vise à assumer la part de subjectivité de la recherche. C’est simultanément un « je d’enquête », un « je d’émotion » et un « je de position » qui

sert à reconnaître une filiation, un enracinement, un parcours, une appartenance, une motivation, un goût, une préférence, un système de valeurs. Si l’on accepte l’idée que l’histoire est inséparable de l’historien ou que des tropes structurent sa vision, il faut faire en sorte que le texte éclaire le rapport particulier et intime avec l’objet d’étude qu’on a choisi, qu’on s’est choisi (ibid., p. 291).

  • 9 Strivay en donne une très belle illustration par l’analyse de la tradition anthropologique des « de (...)

49La subjectivité de l’ethnographe, ses émotions et ses intuitions, ses erreurs, les relations personnelles entre des individus singuliers et la contingence d’une enquête ont leur légitimité scientifique (Descola, 1993). Cette articulation complexe entre rigueur théorique et sensibilité, engagement et relation m’indique combien l’humilité doit continuer à caractériser nos positions et accepter d’« explorer », de « bricoler » et d’« expérimenter » (Mozere, 2005). Assumer ce projet de continuité du terrain à l’écrit, prolonger l’engagement, l’encorporation et la relationalité, n’a cependant rien d’évident. L’écriture a ce caractère « approximatif », paraît « inadéquate à la restitution de l’expérience comme à la trace du corps et du cœur » (Strivay, 2009, p. 4). Articuler rigueur théorique et sensibilité, engagement et relation s’avère particulièrement complexe9. Les diverses pistes proposées nécessitent incontestablement une certaine humilité.

50J’ai cherché à traiter mes frustrations et mes émotions de chercheuse majoritaire comme des données de terrains et à accorder dans mon récit une place aux métaphores et au langage figuré. Sur ce point, de vastes pans restent à explorer pour donner une place dans l’écrit scientifique à l’image, à la narration, à la subjectivité dans l’objectivité, aux propos minoritaires. Retisser les liens avec l’image, la narration, la subjectivité, la minorité au-delà des séparations scientifiques et normatives, voilà un projet réjouissant qui reste à prolonger.

L’analyse du monde fait rhizome avec le monde

51« […] le livre n’est pas image du monde, suivant une croyance enracinée. Il fait rhizome avec le monde, il y a une évolution aparallèle du livre et du monde » (Deleuze et Guattari, op. cit., p. 19). Mon implication dans les dispositifs par ma présence physique et le retour analytique que j’en fais « prolongent, allongent, rompent, font varier » (ibid., p. 19) les dispositifs sur lesquels j’enquête. Deleuze et Guattari repoussent l’imitation, la ressemblance, le mimétisme au profit du prolongement en rhizome. Le champ d’expérience de l’ethnographe se déploie tant dans l’enquête que dans l’écriture.

52L’analyse, telle que la conçoit Haraway, est inscrite dans les connexions que le chercheur observe et établit. Cependant, que faire de l’engagement, de la relation et de la sensibilité au cours de la mise en récit analytique du terrain d’enquête ? Réfléchir le positionnement de manière située, proposer une « perspective partielle et partiale » (Haraway, op. cit.) : située, fabriquée, jamais innocente ou désintéressée, une « médiation active et partiale » (Stengers, 2010) ?

53Le texte est le lieu de test et d’expérimentation, d’élaboration des lignes analytiques et narratives (Latour, 2004). On n’a pas, d’un côté, une phase d’accumulation de données brutes et, de l’autre, une phase de rédaction d’un texte final. La logique de l’enquête (Dewey, 1938) se joue dans ses multiples opérations d’écriture (Cefaï, 2013). Cette épistémologie se risque à assumer la part de contingence et de subjectivité inhérente à la recherche (Latour, 1991). Dans cette contribution, l’interrogation portée sur l’écriture scientifique concerne tout autant l’acte d’écriture, et plus largement d’enquêter, que la trace écrite qui en rend compte.

54Cette modalité d’écriture de la recherche constitue un savoir situé, inscrit dans une perspective partiale et une connexion partielle avec l’objet. Sur ce point, les lacunes semblent intrinsèques à toute la recherche. Les spécificités, lacunes et obstacles soulignés, telles que Whitehead envisage la pensée philosophique (Stengers, 2015), sont le fruit de cette aventure et non d’une conquête.

55Écrire la recherche de manière alternative se comprend alors dans une continuité épistémologique et méthodologique. La façon de considérer le savoir, de constituer l’objet et le terrain, la place du chercheur sont intimement liées à la manière d’en rendre compte par les mots. La proposition pragmatique adoptée dans cet article invite le chercheur à décloisonner la recherche et à tenir compte des liaisons sous de multiples aspects, à considérer le « tissu » (James, 1909). Ainsi, l’écriture scientifique n’est pas seulement une manière de divulguer les résultats d’une recherche, c’est une façon de construire de multiples liaisons. La recherche est faite de multiples pratiques, modes de pensée et d’écriture. L’ouverture et la reconnaissance de ceux-ci sont encore à réaliser afin de leur laisser l’ampleur et les perspectives qu’ils gagneraient à acquérir et à apporter aux sciences sociales.

Haut de page

Bibliographie

BECKER Howard Saul (1967), « Whose side are we on », Social Problems, 14(3), p. 239-248.

BUSINO Giovanni (1992), La sociologie sens dessus dessous, Genève, Librairie Droz.

CEFAÏ Daniel (2010), « Un pragmatisme ethnographique : l’enquête coopérative et impliquée », dans Daniel CEFAÏ (dir.), L’engagement ethnographique, Paris, EHESS, p. 447-472.

CEFAÏ Daniel (2013), « L’enquête ethnographique comme écriture, l’écriture ethnographique comme enquête », dans Imed MELLITI (dir.), La fabrique du sens. Écrire en sciences sociales, actes académiques, http://www.academia.edu/7792602/L_enqu%C3%AAte_ethnographique_comme_%C3%A9criture_l_%C3%A9criture_ethnographique_comme_enqu%C3%AAte, consulté le 3 novembre 2017.

CENTRE CULTUREL DE GENAPPE (2011), Habiter Genappe, Viméo, https://vimeo.com/22125054, consulté le 31 mars 2022.

DELEUZE Gilles et Félix GUATTARI (1980), Mille plateaux, Paris, Minuit.

DESCOLA Philippe (1993), Les lances du crépuscule. Relation Jivaro, Haute-Amazonie, Paris, Plon.

DESCOLA Philippe (2021), Les formes du visible, Paris, Seuil.

DESPRET Vinciane (2001), Ces émotions qui nous fabriquent : ethnopsychologie des émotions, Paris, Les empêcheurs de penser en rond.

DESPRET Vinciane (2012), « En finir avec l’innocence », dans Elsa DOLIN et Eva RODRIGUEZ, Penser avec Donna Haraway, Paris, Presses universitaires de France, p. 23-45.

DEWEY John (2003/1920), « Reconstruction en philosophie », traduction de l’anglais par Patrick di MASCIO, dans Œuvres philosophiques I, Pau/Paris, Presses universitaires de Pau/Farrago/éd. Léo Scheer.

DEWEY John (2003/1927), « Le public et ses problèmes », traduit de l’anglais par Joëlle ZASK, Œuvres philosophiques II, Pau/Paris, Presses universitaires de Pau/Farrago/éd. Léo Scheer.

DEWEY John (2005/1977), « La réalité comme expérience », Tracés. Revue de Sciences humaines, 9, http://traces.revues.org/204, consulté le 31 mars 2022.

DEWEY John. (1938), Experience and Education. New York: Kappa Delta Pi.

DODIER Nicolas et Isabelle BASZANGER (1997), « Totalisation et altérité dans l’enquête ethnographique », Revue française de sociologie, 38(1), p. 37-66.

ESQUERRE Arnaud, Emmanuelle GALLIENNE, Fabien JOBARD, Aude LALANDE et Sacha ZILBERFARB (2004), « Glissements de terrain : entretien avec Jeanne Favret-Saada », Vacarme, 28, p. 4-12, http://www.vacarme.org/article449.html, consulté le 20 octobre 2016.

FAVRET-SADAA Jeanne (2009), Désorceler, Paris, Éditions de l’Olivier.

FOUCAULT Michel (1994), Dits et Écrits II. 1976-1979, Paris, Gallimard.

FOUCAULT Michel (1975), Surveiller et punir. Naissance de la prison, Paris, Gallimard.

FRASER Nancy (2011), Qu’est-ce que la justice sociale ? Reconnaissance et redistribution, traduction de l’anglais par Estelle FERRARESE, Paris, La découverte.

GELL Alfred (2009/1998), L’art et ses agents. Une théorie anthropologique, traduit de l’anglais par Olivier RENAUT et Sophie RENAUT, Dijon, Les presses du réel.

GENARD Jean-Louis et Maria ROCA I ESCODA (2013), « Le rôle de la surprise dans l’activité de recherche et son statut épistémologique », SociologieS http://sociologies.revues.org/4532 consulté le 10 février 2016

HARAWAY Donna (2009/1998), « Savoirs situés : la question de la science dans le féminisme et le privilège de la perspective partielle », dans Donna HARAWAY, Des singes, des cyborgs et des femmes. Réinvention de la nature, traduit de l’anglais par Oristelle BONIS, Arles, Actes Sud, p. 323-355.

HARAWAY Donna (2012), « Les promesses des monstres : politiques régénératives pour d’autres impropres/inapproprié-e-s », dans Elsa DORLIN et Eva RODRIGUEZ, Penser avec Donna Haraway, Paris, Presses universitaires de France, p. 159-229.

HENNION Antoine et Alexandre MONNIN (2020), « Du pragmatisme au méliorisme radical. Enquêter dans un monde ouvert, prendre acte de ses fragilités, considérer la possibilité des catastrophes. Introduction au Dossier », SociologieS, http://journals.openedition.org/sociologies/13931, consulté le 31 mars 2022.

JABLONKA Ivan (2017/2014), L’histoire est une littérature contemporaine : manifeste pour les sciences sociales, Paris, Seuil.

JAMES William (1909), The Meaning Of Truth, New York, Longmans, Green & Co Editors.

LATOUR Bruno (2004), « Comment finir une thèse de sociologie », Revue du MAUSS, 24(2), p. 154-172.

LATOUR Bruno (1991), Nous n’avons jamais été modernes : essai d’anthropologie symétrique, Paris, La Découverte.

LATOUR Bruno et Shirley STRUM (2006), « Redéfinir le lien social : des babouins aux humains », dans Madeleine AKRICH, Michel CALLON et Bruno LATOUR (dir.), Sociologie de la traduction : textes fondateurs, Paris, Presses des mines, p. 71-86.

MARCUS George E. (2007), « Ethnography two decades after Writing Cultures: From the experimental to the Baroque », Anthropological Quarterly, 80(4), p. 1127-1145.

MARCUS George E. (2010), « Ethnographie du/dans le système monde », dans Daniel CEFAÏ, L’engagement ethnographique, Paris, EHESS, p. 371-395.

MOZERE Liane (2005), « Devenir-femme chez Deleuze et Guattari. Quelques éléments de présentation », Cahiers du Genre, 1(38), p. 49-62, http://www.cairn.info/revue-cahiers-du-genre-2005-1-page-43.htm, consulté le 5 juillet 2017.

PIERRE Amélie (2018), Ethnographie du devenir minoritaire : des promesses modernes d’émancipation par l’imaginaire à une pragmatique de l’agentivité et de la reconnaissance, thèse de doctorat en sciences politiques et sociales, sous la direction de Natalie RIGAUX et de Lucienne STRIVAY, Université de Namur, https://researchportal.unamur.be/fr/studentTheses/ethnographie-du-devenir-minoritaire-au-c%C5%93ur-despaces-de-figuratio, consulté le 30 mars 2022.

PUIG DE LA BELLACASA Maria (2012), « Technologies touchantes, visions touchantes : la récupération de l’expérience sensorielle et la politique de la pensée spéculative », dans Elsa DORLIN et Eva RODRIGUEZ, Penser avec Donna Haraway, Paris, Presses universitaires de France, p. 64-88.

PUIG DE LA BELLACASA Maria (2003), « Divergences solidaires. Autour des politiques féministes des savoirs situés », Multitudes, 2(12), p. 39-47, https://doi.org/10.3917/mult.012.0039, consulté le 30 mars 2022.

REMY Catherine (2014), « Accepter de se perdre. Les leçons ethnographiques de Jeanne Favret-Saada », SociologieS, http://sociologies.revues.org/4776, consulté le 7 juin 2016.

STENGERS Isabelle (1998), Cosmopolites 7. Pour en finir avec la tolérance, Paris, La découverte, coll. Les empêcheurs de penser en rond.

STENGERS Isabelle (2010), « Fabriquer de l’espoir au bord du gouffre : à propos de l’œuvre de Donna Haraway », La Revue Internationale des Livres et des Idées, 10, p. 20-24.

STENGERS Isabelle (2015), « L’insistance du possible », dans Didier DEBAISE et Isabelle STENGERS (dir.), Gestes spéculatifs, Dijon, Les presses du réel, p. 5-22.

STRAUSS Anselm et Juliet CORBIN (2003) « L’analyse de données selon la grounded theory. Procédures de codages et critères d’évaluation », dans Daniel CEFAÏ, L'enquête de terrain, Paris: La Découverte, p. 363-380

STRIVAY Lucienne (2009), « L’écriture et la perte. Les questions de l’anthropologie », Cahiers Internationaux de Symbolisme, 122-124, p. 321-332.

ZITOUNI Benedikte (2012), « “With whose blood were my eyes crafted? (Donna Haraway) Les savoirs situés comme la proposition d’une autre objectivité », dans Elsa DORLIN et Eva RODRIGUEZ, Penser avec Donna Haraway, Paris, Presses universitaires de France, p. 46-63.

Haut de page

Notes

1 Je tiens à remercier Natalie Rigaux, Professeure à l’Université de Namur , ainsi que Lucienne Strivay, Professeure émérite de l’Université de Liège. Elles ont jalonné mon parcours doctoral d’auteurs et de dialogues et ont ainsi nourri mes réflexions. Ma reconnaissance va également à Jean-Louis Genard, Professeur à l’Université libre de Bruxelles, et à Nathalie Burnay, Professeure à l’Université de Namur et à l’Université Catholique de Louvain, leur suivi scientifique a permis la précision de mes propos et réflexions sur cette question épistémologique et méthodologique du sens de l’écriture scientifique.

2 Les termes marge et norme, mineur et majeur, faible et fort sont également mobilisés dans cette contribution ; ils renvoient à un ensemble de significations proches et en lien aux différents auteurs mobilisés.

3 En vertu du décret du 30 juin 1998 et sur base de critères sociaux, économiques, culturels et pédagogiques, certains établissements d’enseignement ordinaire fondamental et secondaire, subventionnés par la Communauté française de Belgique, sont reconnus comme établissements « à discrimination positive ».

4 Cette association de termes permet à Deleuze et Guattari de souligner une acception spécifique du processus d’émancipation et plus particulièrement de « déterritorialisation » des groupes minoritaires. Les puissances de devenir remplacent le pouvoir et la domination. « Pourquoi y a-t-il tant de devenirs de l’homme, mais pas de devenir-homme ? C’est d’abord parce que l’homme est majoritaire par excellence, tandis que les devenirs sont minoritaires, tout devenir est un devenir-minoritaire » (op. cit., p. 356)

5 Par ce terme, Latour synthétise sa critique pragmatiste à l’encontre du paradigme moderne, une représentation du monde polarisée de manière binaire à partir du « grand partage », opposant notamment la nature et la culture.

6 La description des différents sites privilégie la clarté du propos et les liens entre les sites, au détriment d’une parfaite fidélité chronologique. Les informations et photographies sont divulguées dans le respect des droits et des souhaits des personnes.

7 J’assiste à une formation sur la méthode LTP, lors d’un séjour de recherche, en octobre et novembre 2010, au Center for Documentary Studies de l’Université de Duke, en Caroline du Nord. Cette formation propose des outils pour la réalisation d’ateliers basés sur la pratique de l’expression par la photographie et l’écriture, combinant l’aspect documentaire et biographique.

8 Cette insistance sur la capacité des acteurs est partagée par de nombreuses perspectives théoriques, dont l’interactionnisme symbolique, le pragmatisme et la grounded théorie (Strauss et Corbin, 2003).

9 Strivay en donne une très belle illustration par l’analyse de la tradition anthropologique des « deuxièmes livres ».

Haut de page

Table des illustrations

Titre Montage 1. Photographies des résidents du camping La Cala par les résidents
URL http://journals.openedition.org/communication/docannexe/image/16689/img-1.png
Fichier image/png, 664k
Titre Montage 2. Photographies réalisées par des élèves malvoyants au cours de l’atelier photographique
URL http://journals.openedition.org/communication/docannexe/image/16689/img-2.png
Fichier image/png, 600k
Titre Montage 3. Photographies réalisées au cours de l’atelier photographique mené à Burenville
URL http://journals.openedition.org/communication/docannexe/image/16689/img-3.png
Fichier image/png, 794k
Titre Capture d’écran. Carte postale de la campagne « Femme et handicap »
URL http://journals.openedition.org/communication/docannexe/image/16689/img-4.png
Fichier image/png, 243k
Titre Photographie 1. Affiche de l’exposition de l’atelier Image et Handicap
URL http://journals.openedition.org/communication/docannexe/image/16689/img-5.png
Fichier image/png, 319k
Titre Photographie 2. Carton d’invitation à l’exposition des photographies produites à l’établissement de défense sociale de Paifve
URL http://journals.openedition.org/communication/docannexe/image/16689/img-6.png
Fichier image/png, 339k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Amélie Pierre, « De l’écriture des marges aux marges de l’écriture »Communication [En ligne], Vol. 39/2 | 2022, mis en ligne le , consulté le 05 février 2023. URL : http://journals.openedition.org/communication/16689 ; DOI : https://doi.org/10.4000/communication.16689

Haut de page

Auteur

Amélie Pierre

Amélie Pierre est chercheuse postdoctorante et chargée de cours invitée, membre de Projet PATH (Parcours de vie, travail et handicap), Institut TRANSITIONS, Université de Namur. Elle est également gestionnaire de projets de recherche du Centre FoRS et maître assistante à l’Henallux. Courriel : amelie.pierre@unamur.be

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Creative Commons - Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International - CC BY-NC-ND 4.0

https://creativecommons.org/licenses/by-nc-nd/4.0/

Haut de page
  • Logo Université de Laval
  • DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search