Navigation – Plan du site

AccueilNumérosVol. 40/1Articles1877 : Enregistrement total, tran...

Articles

1877 : Enregistrement total, transmission sensible à distance et lecture digitale

Essai d’archéologie de quelques médias imaginaires proto-digitaux
Philippe Ethuin

Résumés

Cette recherche médiarchéologique propose d’excaver trois médias imaginés en 1877 dans la presse française, soit le « microscope auditif », le « télectroscope » et la « liseuse mécanique », qui peuvent être appréhendés comme les matériaux d’un imaginaire « proto-digital » qui se met en place et qui s’inscrit dans un imaginaire médiatique à la même époque. En mettant en avant le rôle majeur des imaginaires technologiques et des constructions sociales dans les processus d’appropriation, cet article touche notamment à la sociologie des usages, en plus d’inviter plus largement à réfléchir sur les frontières floues entre les champs scientifiques et ceux des imaginaires. Ces fictions qui paraissent déjà dans des publications scientifiques ou informationnelles, en particulier dans la presse généraliste grand public, s’inspirent des derniers développements scientifiques et les mettent en scène alors que ceux-ci demeurent souvent mis en récit ou imaginés avant de pouvoir être réalisés.

Haut de page

Texte intégral

1Quand on évoque les nouvelles technologies de l’information et de la communication, viennent à notre esprit avant tout des dispositifs techniques ultra-contemporains formant notre environnement digital ou numérique. Néanmoins, avant la télématique, des techniques d’imprimerie au télégraphe, du téléphone à la radio, du cinématographe à la télévision, les anciennes technologies, parfois oubliées, furent en leur temps des nouvelles technologies permettant de communiquer, de transmettre et de stocker des informations et des savoirs selon de nouvelles modalités (Marvin, 1988). Dans le dernier tiers du xixe siècle, de nouveaux dispositifs comme le téléphone et le phonographe apparaissent. Le premier permet la communication interpersonnelle synchrone sans intermédiaire, le second d’enregistrer et de reproduire mécaniquement le son. De très nombreuses autres inventions, précédant le téléphone ou le phonographe ou en dérivant, voire les hybridant, sont aujourd’hui méconnues. Elles nourrirent pourtant l’imaginaire de leur époque, furent source de textes prospectifs et continuèrent à inspirer des prospectivistes, des écrivains d’anticipation et des penseurs de techno-médias ensuite.

2Souvent, l’histoire des médias écarte les projets avortés, les médias imaginaires ou les rêveries des écrivains et des techniciens pour ne retenir que les dispositifs réellement mis en œuvre. Cependant, l’imaginaire projeté sur les inventions médiatiques ou faisant naître des dispositifs fictifs d’information, de communication et de stockage révèle les besoins, les attentes, les désirs d’une société. L’archéologie des médias explore ces territoires parfois délaissés. Dans le sillage des travaux de Michel Foucault et de Friedrich Kittler, des « points de vue alternatifs à l’histoire des médias » (Parikka, 2017, p. 56) sont proposés par des médiarchéologues issus de divers horizons de la recherche et des arts (id.). Nous proposons une lecture de trois dispositifs, au sens foucaldien du terme, à travers le prisme médiarchéologique. Si aujourd’hui la majorité des types de médias sont adaptés à un canal numérique unique, l’Internet, grâce à l’intermédiaire des câbles en fibre de verre (Kittler, 2018, p. 35), il n’en reste pas moins que certaines machines à communiquer du xixe siècle « restent encore la base de nos systèmes de communication » (Flichy, 2004) comme le phonographe et le gramophone (comme dispositifs d’enregistrement et de reproduction du son) ou le téléphone (comme dispositif de transmission de la voix à distance). Ils correspondent à la définition que donne Kittler des médias : « […] un ensemble de pratiques et de techniques qui permettent de stocker, traiter et transmettre des informations » (Vargoz, 2019, p. 57). Les historiens des médias adoptent une définition proche : « […] tout système de communication permettant à une société de remplir tout ou partie des trois fonctions essentielles de la communication à distance des messages et des savoirs, de leur conservation et de la réactualisation par ce biais de ses pratiques culturelles et politiques » (Barbier et Bertho-Lavenir, 2009, p. 7). La posture médiarchéologique permet néanmoins d’éviter l’approche téléologique parfois à l’œuvre dans les histoires des médias et de

revitaliser la pratique historiographique à travers l’excavation de formes médiatiques passées, mineures ou négligées, tout en problématisant les médias eux-mêmes comme matrice matérielle qui organise ou oriente le savoir. Elle rend notamment compte de formes médiatiques qui ont été délaissées par les historiographies dominantes, à la manière des histoires régionales ou locales de la nouvelle histoire (Thibault et Trudel, 2015).

3L’archéologie des médias est l’expression d’un goût pour l’archive, Jussi Parikka allant jusqu’à affirmer que « l’archéologie des média repose sur l’archive » (op. cit., p. 203), tout en rappelant la préconisation d’Erkki Huhtamo : « […] utiliser des sources, des matériaux et des collections originales » (ibid., p. 203). La numérisation massive de la presse et des ouvrages du xixe siècle rend possible l’accès à un vaste corpus représentant une part importante de la culture médiatique de cette époque (Buard, 2019) fortement marquée par l’imprimé sous toutes ses formes (presse, ouvrages, affiches…), comme en témoigne le titre de l’ouvrage La civilisation du journal. Histoire culturelle et littéraire de la presse française au xixe siècle (Kalifa, Régnier, Thérenty et Vaillant, 2011).

4L’invention médiatique de ces nouveaux dispositifs a lieu dans une société graphocentrée. Face à la concurrence des nouveaux médias et des technologies émergentes, des prospectivistes et des anticipateurs envisagent des transformations des supports de l’information et de la communication ainsi que les effets possibles des nouvelles technologies de l’information et de la communication. Se pencher sur les médias imaginaires apparaît comme une tentative de saisir le « pensable » d’une époque. La (in)fortune d’un média n’est pas inscrite dans son mode d’emploi (Perriault, 2008/1989), car « la destinée d’un média, plus spectaculairement sans doute que celle des autres techniques, connaît des accidents, elle rencontre des bifurcations et elle change souvent de direction. Ainsi les médias nous surprennent-ils toujours : leur usage correspond très rarement à ce que leurs inventeurs avaient imaginé » (Balle, 2020, p. 5). L’imagination est l’un des moyens d’appréhender les nouveaux médias, de les apprivoiser et de se les approprier, mais aussi d’en penser d’autres qui ne sont pas (encore) mis au point.

  • 1 Nous avons exhumé le feuilleton L’âme du silence de Dreyfous en 2021. Il fera l’objet d’une notule (...)

5Nous nous limiterons dans le cadre du présent article à trois approches présentant des médias imaginaires extraites de ce vaste corpus et publiées en 1877 dans la presse française. La première prend la forme d’un microscope auditif imaginé par Maurice Dreyfous dans le court roman L’âme du silence, une « fantaisie scientifique » (tel est son sous-titre) publiée en feuilleton dans le quotidien Le Moniteur universel. L’auteur imagine un dispositif permettant l’enregistrement en continu d’une activité ou d’un lieu, ce qui crée de vastes archives de l’infiniment petit. La seconde a pour nom le télectroscope (1877), un appareil de communication et d’information pouvant transmettre l’ensemble des informations sensorielles (visuelle, auditive, olfactive, gustative et tactile) au moyen des signaux électriques tout à fait imaginaires, mais présentés comme une invention de Graham Bell à partir d’avril 1877 dans la presse. Entre 1877 et 1882, il apparaît une quarantaine de fois dans la presse numérisée. La dernière, sorte de liseuse mécanique (1877), interroge les supports de l’information, notamment l’avenir du livre et l’apparition d’appareils de lecture introduisant de nouveaux gestes. Elle apparaît dans un feuilleton, Le vingtième siècle et le monde austral, d’après un manuscrit rédigé en 1998, publié dans la revue géographique L’Exploration, journal des conquêtes de la civilisation sur tous les points du globe et signé par le comte J. Ducamil. Nous tentons ainsi de suivre la préconisation d’Huhtamo en proposant un travail sur des sources originales utilisées pour la première fois à notre connaissance1.

6Notre corpus a été constitué à partir de requêtes dans Gallica, la bibliothèque numérique de la Bibliothèque nationale de France, avec des cheminements parfois sinueux. En effet, les modes de numérisation et d’accès des documents peuvent être fort différents : mode image, OCR avec des qualités variables, recherche plein texte, recherche texte uniquement disponible dans la table des matières… Le corpus a les caractéristiques de nombreux corpus créés à partir de recherches par mots-clés dans les bibliothèques numériques de presse ancienne : « Ce corpus n’existe que parce que la requête a été faite, il n’a pas d’autre raison d’être que notre recherche » (Gaillard, 2018). Les supports tout comme la forme des textes peuvent apparaître comme hétéroclites et disparates. Ce caractère particulier permet, comme nous y invite l’étymologie d’« hétéroclite », à explorer des voies « étranges » ou ne « suivant pas la règle ordinaire » de l’histoire des médias. L’âme du silence paraît dans Le Moniteur universel, journal fondé en 1789 accueillant des romans-feuilletons, et dont le tirage peut être estimé à 15 000 exemplaires. L’ensemble des textes sur le télectroscope forme un sous-corpus foisonnant et divers et témoigne de la viralité du canular dans la presse quotidienne française aussi bien parisienne que départementale. Les premiers articles ont été publiés en avril 1877 et le canular se diffuse jusqu’en février 1882 avec de multiples reprises et variantes. Enfin, Le vingtième siècle et le monde austral, d’après un manuscrit rédigé en 1998 est un roman-feuilleton inachevé publié irrégulièrement de juillet à octobre 1877, pour un total de neuf épisodes, signé par le « comte J. Ducamil ». Il paraît dans un journal géographique, dont le tirage est inférieur à 1 800 exemplaires, publié par une société savante. La présence d’un feuilleton au sein du périodique est surprenante et singulière. L’Exploration se présente comme un journal géographique scientifique dont le contenu éditorial est par ailleurs uniquement composé d’articles, de comptes rendus de sociétés savantes et de documents géographiques. Le début de la publication du roman coïncide avec le lancement en juillet 1877 du Journal des voyages qui comprend dès l’origine un feuilleton romanesque (le premier étant Un drame au fond de la mer de Richard Cortambert). L’insertion du feuilleton échappe à la règle éditoriale habituelle de L’Exploration. Elle pourrait être une réponse à l’arrivée d’un nouveau concurrent ou bien au besoin de proposer un divertissement littéraire aux lecteurs.

7À l’époque, les échos, les motivations et circulations médiatiques de ces textes sont donc fort différents. Ces textes constituent néanmoins un segment de cet important corpus français d’anticipations sur les nouvelles technologies de l’information et de la communication qui reste peu exploré. La plupart des chercheurs étant anglo-saxons, ils se sont avant tout penchés sur des œuvres en langue anglaise. L’exploration du corpus français se limite souvent aux inventions imaginaires de Jules Verne dans Le Château des Carpathes et à celles d’Albert Robida comme le téléphonoscope. Nombre d’anticipations moins connues, souvent publiées dans la presse ou en volume et longtemps invisibilisées et oubliées car peu accessibles, méritent pourtant l’attention des médiarchéologues.

81877 apparaît comme une année charnière dans la production de textes et discours prospectifs sur les nouvelles technologies de l’information et de la communication. Ces textes apparaissent sur des supports variés, ce dont témoigne notre corpus, et il semble important de souligner cette diversité. À la question des usages du téléphone puis du phonographe, des réponses fictionnelles sont apportées. Elles complètent les modes d’emploi proposés par les inventeurs, participant en cela à la structuration d’un imaginaire des technologies de l’information et de la communication.

9Nous inscrivons notre propos médiarchéologique dans l’approche d’Eric Kluitenberg :

Au cœur de l’archéologie des médias imaginaires ne se trouve finalement pas la machine, mais les aspirations humaines qui, le plus souvent, ne sont pas résolues par la machine qu’elles produisent. Les médias imaginaires sont cependant plus qu’une métaphore. Ils parlent et s’inspirent des lignées des médias réels. Les imaginations médiatiques peuvent susciter (ou donner naissance) à des médias réels, même lorsque leur réalisation finale est en deçà des attentes initiales (2011, p. 9).

10En effet, l’utopie de la mise en mémoire et de l’archivage totaux, la transformation en signaux électriques des sens(ations) du corps ou encore l’appareillage de la lecture envisagés dans le dernier quart du xixe siècle restent des sujets contemporains. Nous proposons une étude du fonctionnement et des usages envisagés de trois médias qui n’ont pas eu d’existence réelle afin de déceler la construction des usages, de mesurer la part d’imaginaire qu’ils contiennent et de les appréhender comme des constructions discursives explorant les marges fantasmagoriques d’un système médiatique en les replaçant dans leur contexte de production.

Consulter le monde à distance : vers l’enregistrement total

11Dans Monde, essai d’universalisme (1935), Paul Otlet imagine d’enregistrer en continu toute l’activité humaine grâce à l’hybridation d’une série de dispositifs techniques de son époque :

À un degré moins ultime serait créée une instrumentation agissant à distance qui combinerait à la fois la radio, les rayons Röntgen, le cinéma et la photographie microscopique. Toutes les choses de l’univers, et toutes celles de l’homme seraient enregistrées à distance à mesure qu’elles se produiraient. Ainsi seraient établis l’image mouvante du monde, sa mémoire, son véritable double. Chacun à distance pourrait lire le passage, lequel, agrandi et limité au sujet désiré, viendrait se projeter sur l’écran individuel. Ainsi, chacun dans son fauteuil pourrait contempler la création, en son entier ou en certaines de ses parties (1935, p. 390-391).

12Cette « instrumentation » composite permettant l’enregistrement, la transmission et la consultation à distance universels relève bien sûr de l’anticipation (Le Deuff et Perret, 2019), mais aussi d’une tradition ancienne. Cette utopie de la totalité apparaît déjà chez Tiphaigne de La Roche, qui décrit dans Giphantie (1760) un ensemble de dispositifs mis au point par les Sélénites pour observer la Terre, tout d’abord un globe puis un miroir :

De petits canaux imperceptibles […] viennent de chaque point de la superficie de la Terre aboutir à ce Globe. Son intérieur est organisé de manière que l’émotion de l’air qui se propage par les tuyaux imperceptibles, et s’affaiblit à la longue, reprend de l’énergie à l’entrée du Globe, et redevient sensible. […] Vois l’image de la Terre peinte sur ce globe, ces îles, ces continents, ces mers qui embrassent, lient et séparent tout. […] Remarque tel point de ce Globe qu’il te plaira : En y posant la pointe de la baguette que je te mets aux mains, et portant l’autre extrémité à ton oreille, tu vas entendre distinctement tout ce qui se dit dans l’endroit correspondant de la terre (1760, p. 28-50, orthographe modernisée).

13Le personnage peut ensuite combiner écoute (grâce au globe) et vision (grâce au miroir tendu par le Sélénite) :

De distance en distance, poursuivit l’esprit élémentaire, il se trouve dans l’atmosphère des portions d’air que les esprits ont tellement arrangées, qu’elles reçoivent les rayons réfléchis des différents endroits de la Terre, et les renvoient au miroir que tu as sous les yeux, de manière qu’en inclinant la glace en différents sens, on y voit différentes parties de la surface de la Terre. On les verra successivement toutes, si on place successivement le miroir dans tous ses aspects possibles. Tu es le maître de promener tes regards sur les habitations des hommes (ibid., p. 78-79, orthographe modernisée).

14La Terre est parcourue par un réseau dense de canaux acheminant des sons et images vers les dispositifs sélénites et permettant de consulter le monde présent à distance. Un imaginaire des réseaux se met en place, soutenu ensuite par l’influence du saint-simonisme et le développement du chemin de fer (Musso, 1998). Le réseau converge vers un point central. La manipulation se fait grâce à une « baguette » balayant la surface (interface) d’un dispositif récepteur.

15Parallèlement, les avancées scientifiques et techniques permettent de proposer de nouveaux moyens de stockage des informations et des savoirs. Elles influent sur la production d’auteurs qui extrapolent à partir des données de leur époque. Nous ne reviendrons pas sur le célèbre téléphonoscope (qui permet de conserver, d’observer, de diffuser et de transmettre à distance sons et images en direct) de Robida pour nous pencher sur une œuvre moins connue qui nous semble caractéristique de la notion de pensable en termes de médias techniques. En 1877, Dreyfous publie en feuilleton le court roman L’âme du silence, qu’il présente ainsi :

Il avait pour héros un savant [le docteur norvégien Rosenijed] qui avait appris à déchiffrer le langage de tous les animaux, d’après leur conformation et était parvenu à entendre les infiniment petits, au moyen d’appareils capables de recueillir et d’enregistrer les bruits grossis par des appareils qui étaient pour l’ouïe ce que le microscope est pour la vue (s.d. [circa 1912], p. 42).

16Il s’agit de capter l’ensemble des bruits de la planète, non seulement des animaux, mais aussi de la flore par exemple, afin de pouvoir comprendre leur langage et de communiquer avec la nature. Le savant communique aussi avec sa servante sourde et muette au moyen d’« appareils phonographiques (c’est-à-dire inscripteurs de sons) ». Ces appareils permettent d’amplifier les sons avant de les inscrire. Le docteur Rosenijed tente de construire « l’appareil parfait, qui multipliera les sons à tel point que je puisse entendre ou noter les plus faibles » pour améliorer ses appareils révélateurs et multiplicateurs des sons et ses instruments phonographiques. Le narrateur résume ainsi les recherches du savant :

Recueillir les sons, les multiplier au besoin, en fixer les traces et les lire couramment ; puis, connaissant les lois de tous les langages humains à l’état de nature, comparer à ces langages celui de tous les êtres vivants dont on a pu déterminer la conformation ; opérer sur des êtres assez petits pour qu’on les puisse isoler des bruits qui viendraient se mêler à leur parole ; déchiffrer la voix du silence : tels étaient les problèmes qui absorbaient la vie de cet homme (Dreyfous, 1877).

17Dans L’âme du silence, selon le mémoire laissé après sa mort, Rosenijed est parvenu à écouter et à enregistrer non seulement le plus infime des bruits, mais aussi l’infini jusqu’à détruire le microcosme observé : « […] mes instruments en multipliant les sons, en les inscrivant, en les marquant, ont recueilli les hurlements poussés par ce monde qui disparaissait » (Dreyfous, 1877).

18Dans l’ouvrage de vulgarisation scientifique Le téléphone expliqué à tout le monde, Pierre Giffard évoque, avec moins de prévention, L’âme du silence. La science semble pouvoir permettre des prodiges dans l’avenir :

Mais ces bruits du silence, ces susurrements des infiniment petits, le téléphone ne les traduira-t-il pas fidèlement, dans un temps qui n’est pas éloigné ? Est-ce qu’une gigantesque embouchure placée dans la gorge d’une montagne, dans une plaine déserte, dans la mer, et aboutissant à un cabinet de travail, n’enregistrerait pas les mille bruits de la montagne, ou ceux du désert, ou ceux de la mer ; puisque, c’est M. Bréguet qui l’affirme, avec le téléphone on entend se dissoudre un grain de sel (Giffard, 1879, p. 166).

19Non seulement les dispositifs médiatiques transmettent les paroles ou les sons perceptibles, mais ils rendent aussi audibles les bruits de la nature et de l’infiniment petit.

  • 2 Dans son ouvrage Ce que je tiens à dire, un demi-siècle de choses vues et entendues. 1. 1862-1872 ((...)

20L’un des éléments troublants de L’âme du silence est l’utilisation du mot « phonographe » au sens moderne du terme. Dreyfous envisage, plusieurs mois avant le dépôt du brevet du phonographe par Thomas Edison (19 décembre 1877), l’utilisation de l’appareil non seulement comme reproducteur de sons, mais aussi comme enregistreur. Il a eu connaissance des travaux de son ami Charles Cros sur le paléophone, pour lequel le poète et inventeur a déposé un pli cacheté décrivant l’appareil le 18 avril 1877 à l’Académie des sciences2. Un autre élément troublant est le titre même de ce court roman, L’âme du silence, qui entre en résonance avec le propos de Kittler qui affirme que « l’enregistrement des sons […] ne peut être inventé que lorsque l’âme devient un objet des sciences naturelles » (op. cit., p. 28), moment qu’il fixe à la fin de l’année 1877 avec le dépôt du brevet du phonographe par Edison.

21Le projet du docteur Rosenijed est précisément de décomposer scientifiquement le silence à partir des sons enregistrés au moyen d’appareils phonographiques :

Mon rêve est d’emmagasiner des sons et des échos, de les multiplier, de les grouper, de les fondre en un grand bruit unique, de forme déterminée ; ainsi, quand j’aurai pu centupler la puissance d’un son émis, je pourrai décomposer le silence et j’entendrai les infiniment petits du bruit et de la parole (Dreyfous, 1877).

22Le bruit est lui aussi enregistré lors de la transmission du message. Kittler, en s’appuyant sur la théorie de la communication de Claude Shannon, mentionne cette particularité du phonographe par rapport à l’écriture : l’inscription et l’enregistrement non seulement des paroles dites, mais aussi de ce « bruit » (op. cit.). Selon le glossaire kittlerien rédigé par Frédérique Vargoz, « avec le bruit, c’est le réel, par opposition au symbolique, qui s’enregistre et se transmet » (Vargoz, 2018., p. 450). Si, comme l’indique Siegfried Zielinsky, « le phonographe et les enregistrements ont rendu le temps disponible en permanence sous forme d’enregistrements sonores » (Zielinsky, 2006, p. 31), la décomposition scientifique du silence doit permettre au docteur Rosenijed de conserver, de distinguer et de comprendre les paroles de l’ensemble des êtres vivants de la planète ainsi que d’accéder au plus infinitésimal bruit : il ne s’agit pas d’enregistrer uniquement ce qui fait sens, mais aussi ce qui en est dénué. Cette utopie de l’enregistrement total contenue dans L’âme du silence précède ainsi le souhait d’Otlet de créer « l’image mouvante du monde, sa mémoire, son véritable double » (Otlet, 1935, p. 391). En enregistrant tous les sons, paroles et bruits, Rosenijed peut accéder à ce double.

23Le monde que Rosenijed consigne dans ses carnets est un microcosme qui se révèle l’image parfaite de notre planète et quand il en prend conscience, il préfère cesser ses expériences : ses instruments phonographiques lui ont permis d’entendre les derniers instants de l’univers contenu dans une petite orange verte qu’il fait malencontreusement tomber : « Mes instruments en multipliant les sons, en les inscrivant, en les marquant, ont recueilli les hurlements poussés par ce monde qui disparaissait. Par ce monde qui disparaissait ! par ce monde que j’ai tué ! Et j’ai lu ces cris et j’ai connu les derniers vagissements de la fin d’un monde » (Dreyfous, 1877).

24Conjointement à ces emplois dans le cadre d’expériences scientifiques, un appareil phonographique domestique utilisé dans L’âme du silence combine plusieurs types de fonctions. Il permet de contrôler l’éclairage d’une pièce afin d’avertir la servante : « […] je pousse un cri dans le cornet acoustique qui est en rapport avec les flammes placées dans sa cuisine, et la cuisine s’éclaire immédiatement, la voilà avertie. » (Dreyfous, 1877). Pour répondre, c’est un dispositif similaire au phonautographe de Léon Scott de Martinville qui se met en action : « Elle met son appareil phonographique en relation avec le cornet, et aussitôt elle lit sur un papier enduit de noir de fumée les paroles que je prononce dans l’autre chambre » (Dreyfous, 1877) ; le dispositif doit permettre de garder « la trace écrite des paroles dites » pour confondre ensuite les personnes de mauvaise foi et pour abolir l’absence. Il s’agit là d’une forme de documentarité permise par le techno-média créé (fictivement) par le docteur Rosenijed. L’enregistrement de la parole et son inscription grâce à un dispositif médiatique permettent de servir de preuve indéniable et intangible.

25La même année que l’invention du phonographe par Cros puis par Edison, et bien que le dépôt du brevet du téléphone ait eu lieu le 14 février 1876, la nouvelle de l’invention du « télégraphe parlant » n’est réellement rapportée dans la presse française qu’à partir de mars 1877 (Ethuin, 2022a). Immédiatement, des extrapolations des possibilités techniques de téléphone puis d’autres appareils fictifs vont paraître dans les journaux parisiens et des départements. Cette année-là, un canular prédictif (Lange, 2020/2017/2002) connaît une plus importante circulation médiatique : le télectroscope ne relève pas à l’origine du domaine sonore comme les appareils du savant norvégien, mais il saisit peu à peu tous les sens grâce au signal électrique permettant la communication à distance.

Signal électrique et transmission sensible à distance

  • 3 Le Journal des débats, 23 avril 1877.

26Reprenant un article publié dans The Sun (New York) (Lange, op. cit.), divers journaux français annoncent l’invention de l’électroscope — bientôt rebaptisé le télectroscope à la suite d’une coquille dans une revue — qui promet d’être « à la vision ce que le téléphone est à l’ouïe3 ». Le fonctionnement reste pour le moins obscur, mais les articles donnent quelques précisions :

  • 4 Id.

Si devant cette surface on suppose un objet quelconque et que les vibrations lumineuses correspondant aux détails des formes et des couleurs de cet objet sont saisies par chacun des fils conducteurs soumis à un courant électrique, elles se reproduiront identiquement à l’extrémité de ces fils4.

  • 5 L’Estafette, 24 avril 1877.

27Avec l’appareil, combiné au téléphone, « il serait possible […] d’entendre à San Francisco un opéra représenté à Paris et de voir en même temps les acteurs sur la scène et le public dans la salle5 ». Divers usages sont envisagés : visiter le monde depuis son salon, converser avec sa famille, peintre d’après nature depuis son domicile, surveiller des opérations militaires à distance… C’est une utopie du monde transformé en « village global » (Breton, 2004) qui est à l’œuvre, promesse non tenue par le télégraphe, espérée avec le téléphone, projetée avec le télectroscope qui apparaît comme le complément du précédent. Si l’hybridation des deux appareils n’est jamais réellement envisagée, ils forment néanmoins un média composite partiel (Kittler, op. cit.) par leur association.

28Le télégraphe portant les mots (c’est-à-dire la pensée), le téléphone la voix (la parole), le (t)électroscope les objets (l’image), il semble envisageable que chaque sens humain puisse bénéficier de son appareil électrique. Au cours de la circulation médiatique du canular, des journalistes et publicistes amplifient les capacités attribuées à l’appareil. Il ne s’agit plus seulement, comme dans la première version, de transmettre l’image à distance, mais aussi les saveurs, les odeurs et les goûts :

  • 6 Le Pouvoir, 11 septembre 1877.

Lancé dans cette voie, il est impossible que l’on s’arrête, et bientôt, espérons-le, si cela devient nécessaire, on inventera des appareils électriques pour déguster à distance et pour flairer un négociant de Bercy pourra, sans sortir de son cabinet, déguster un lot de vin à Bordeaux, un parfumeur, dans les mêmes conditions, pourra se rendre compte d’un parfum à Grasse6.

29Les informations sensorielles sont ainsi transformées en signaux électriques et peuvent être portées à distance afin d’être communiquées et consommées au sens propre comme au sens figuré à distance. Dans cette perspective, tout devient information et peut être transmis, y compris les sensations. Cette transmission à distance des sensations corporelles trouve écho dans les travaux de Marshall McLuhan (1968) présentant les médias comme une extension et un prolongement des sens.

  • 7 Riom-Journal, 24 mars 1878.

30De manière plus réaliste sans doute, le texte du Sun propose la consultation à distance dans les domaines commercial (exposition de marchandises dans le monde entier), culturel (assister à des spectacles), policier (diffuser un signalement), des bibliothèques (consultation d’une page de livre) notamment. Dans des variantes françaises plus tardives du canular, le télectroscope assure l’accès direct aux fonds muséaux et d’archives à distance, idée reprise plus tard par Otlet : « Il s’ensuit qu’un peintre de… Marseille pourrait, à l’aide du télectroscope, faire la copie d’un des tableaux du Louvre, et qu’un bibliophile de… Bordeaux pourrait fouiller dans les manuscrits de la rue des Archives »7.

31Le téléphone était la promesse de l’abolition de la distance et de l’absence. Le dispositif combinant téléphone et télectroscope doit quant à lui permettre l’hyper-présence non seulement dans les relations interpersonnelles, mais aussi en assurant l’ubiquité des interlocuteurs : « Si on arrive à unir avec facilité le téléphone au télectroscope, on pourra faire le tour du monde, pour ainsi dire, sans quitter sa famille, et l’omniprésence de l’homme sur la terre sera presque réalisée » (Rambosson, 1878).

32Ainsi l’imaginaire à l’œuvre dans les articles de presse présentant le télectroscope se révèle-t-il essentiellement présento-centriste. Dans le corpus, les usages envisagés relèvent avant tout de l’effet « diligence » (Perriault, 2002). Il s’agit essentiellement d’insérer le nouveau média dans les pratiques, habitudes et sociabilité de la bourgeoisie parisienne dont sont issus à la fois les rédacteurs des articles et les lecteurs. Dès lors, le télectroscope ne crée pas véritablement de nouvelles pratiques culturelles : il s’agit toujours d’opéra, de musique, de lecture ou de peinture, éléments fondamentaux de la culture bourgeoise en 1877. Un nouveau moyen technique, ici le téléphone servant de base à l’extrapolation vers le télectroscope, n’engendre pas forcément un nouvel usage, qu’il soit imaginaire ou imaginé. De même, les possibilités envisagées accompagnent les progrès rapides rapportés par la presse au sujet du téléphone, puis, dans les variantes plus tardives, du phonographe.

  • 8 Le mot « téléphonoscope » apparaît pour la première fois dans le titre du dessin « Edison’s telepho (...)

33Néanmoins, le télectroscope représente l’espoir d’une communication possiblement polysensorielle marquée par l’immédiateté. Chacun des sens peut disposer de son propre appareil transformant la sensation en signal électrique. Dans le cas du canular du téléctroscope, il s’agit d’envisager différents appareils qui s’accumulent, chaque appareil ayant ses propres capacités techniques et le télectroscope étant un complément du téléphone. La fortune littéraire du canular trouve un aboutissement par son adoption dans le roman Égalité (1897) d’Edward Bellamy, dans lequel le narrateur peut assister à distance à un cours donné grâce à la combinaison du téléphone et de l’électroscope (Bellamy reprend le terme original). Penser un média composite partiel reste peu envisageable en 1877. L’espoir de pouvoir transmettre le goût ou les odeurs à distance reste une utopie et l’appareil permettant de converser de vive voix et de voir son interlocuteur connaît surtout une fortune littéraire en France, dans sa version uniquement audiovisuelle. Le célèbre téléphonoscope de Robida8, qui hybride les deux appareils (téléphone et dispositif de vision à distance) pour les fondre en un seul, semble finalement plus réalisable à défaut d’être réaliste.

34Si ce dispositif télectroscopique a pu sembler réalisable rapidement, ce qui explique sans doute la viralité du canular repris et décrit par des vulgarisateurs scientifiques comme Louis Figuier (1877) ou Jean Rambosson (op. cit.), d’autres appareils apparaissent moins ambitieux comme celui qui ressemble à une liseuse mécanisée ou à un livre appareillé décrit dans une anticipation signée par le comte J. Ducamil, mais sont présentés au sein d’une société de l’avenir dans laquelle ont éclos de multiples merveilles en matière de (télé)communications et où le monde est interconnecté.

Lecture digitale : transformation des supports de l’information et appareillage de la lecture

  • 9 Au sein des vastes corpus de presse numérisée, la signature du « comte J. Ducamil » n’apparaît que (...)

35En 1877, dans le roman-feuilleton inachevé Le vingtième siècle et le monde austral, d’après un manuscrit rédigé en 1998 du comte J. Ducamil9, le narrateur (Boris) se réveille après avoir vécu en somnambule au ralenti pendant un siècle. Il découvre une société où l’on parle peu (même si les personnages du roman se révèlent loquaces). Dans le second chapitre, sir Robert Allen indique passer pour bavard alors qu’il ne « prononce pas habituellement dix phrases dans une journée » (Ducamil, 1877, p. 198). Dans l’avenir présenté, les moyens de transport et de communication sont nombreux : sous-marins, aérostats, appareils électriques permettant de capter et de projeter les images extérieures dans une pièce, des scènes reconstituées dans un musée ou encore des spectacles, transmission de la voix et des images à distance par fil électrique. Boris découvre l’évolution du monde grâce à des « livres » semblant anticiper le système du microfilm :

J’avais sous les yeux deux cadres épais de la largeur d’un fort volume in-18 un peu allongé ; ils étaient revêtus à la face supérieure d’une de ces loupes quadrangulaires qui favorisent le grossissement uniforme des surfaces ; à droite du cadre se trouvait une pédale qui présentait l’empreinte d’un doigt. J’y appuyai machinalement l’index et je vis se dérouler dans le cadre une bande de papier sans fin, couverte de caractères microscopiques. En abandonnant la pédale, la bande s’enroula d’elle-même comme elle s’était déroulée, mais il me fut facile de constater qu’en appuyant plus ou moins fort, le va-et-vient était plus ou moins rapide et qu’en pressant la pédale dans le sens horizontal, j’arrêtais le mécanisme en un point quelconque de son développement. Cette invention me parut fort ingénieuse, et, en fort peu de temps, par une pression légère, je parvins à faire passer sous mes yeux tantôt avec rapidité tantôt avec lenteur, tantôt en l’arrêtant court, toute la surface de la bande imprimée (ibid., p. 202).

36La matérialité du livre est modifiée : il ne s’agit plus d’un ensemble de pages, mais d’« une bande de papier » — à la manière des volumen — qui nécessite pour être lue un appareil constitué de ce cadre, un objet technologique devient l’outil indispensable pour accéder à l’écrit à la fois pour rendre accessible à l’œil humain le texte microscopique et pour permettre le déroulement.

  • 10 René Dragon propose au directeur général des Postes l’utilisation de son procédé afin que la capita (...)

37Ce média imaginaire est lui aussi « pensable » selon les conceptions de l’époque de publication. Le mécanisme de la pédale d’entraînement d’un dispositif technique n’est pas propre au xixe siècle : on le retrouve dans les métiers à tisser tout comme dans des instruments de musique, mais aussi dans les machines à coudre domestiques très présentes dans les foyers français (on estime que 8 ménages sur 10 possèdent une machine à coudre en 1890). L’invention de la photographie et la faculté de produire du papier en continu, largement répandues en 1877, rendent possible la reproduction de pages de textes sur un support en forme de bande de papier, d’autant plus qu’il est utilisé par exemple par le télégraphe. Le texte du comte J. Ducamil convoque l’idée du « clichage » généralisé, dont on retrouve l’utilisation pour le phonographe, le phonogramme apparaissant comme un « cliché de la voix » selon l’analogie souvent utilisée à l’époque. Enfin, le microscope optique, lui aussi communément utilisé à la fin du xixe siècle (ici présent sous la forme d’une loupe grossissante), et l’utilisation lors du siège de Paris en 1870-1871 du procédé de miniaturisation mis au point par René Dragon en 1860 de « micro-vues » permettant de transmettre des dépêches10 par pigeons voyageurs rendent plausible l’invention imaginaire du comte J. Ducamil. Ce faisceau d’éléments réalistes permet l’acceptation par le lecteur de l’époque du média imaginaire. Il reste cependant nécessaire à l’auteur d’en présenter le fonctionnement et l’appropriation par le personnage.

38À ce dispositif de lecture répondent des gestes du lecteur eux aussi transformés. L’index ne sert plus à tourner la page, mais à actionner un mécanisme rendant possible la lecture, ici pleinement digitale (Le Deuff, 2016) et offrant des fonctionnalités qui permettent la circulation dans le volume, des segments du texte à la table des matières. Si l’organisation formelle de l’ouvrage (proximité du format in-18, usage du papier, continuité et linéarité du texte) et le codage du texte — malgré son caractère microscopique illisible pour l’œil humain, il s’agit d’écriture en alphabet latin et en langue française — ne sont guère éloignés de ceux de l’époque de l’auteur, ce sont les modalités d’accès au document qui sont modifiées du fait de l’appareillage de l’activité de lecture. Les caractères microscopiques exigent l’utilisation d’une loupe solidaire de l’objet lu. La pédale manipulée au moyen de l’index offre la possibilité d’imprimer des rythmes différents au déroulement du texte et, partant, à la lecture. Le narrateur s’approprie rapidement, par essais et erreurs, le fonctionnement du dispositif grâce aux indices (l’empreinte du doigt sur la pédale) présents sur l’interface. Une autre pratique de la lecture, avec un dispositif haptique, peut ainsi être envisagée.

Conclusion

39Si « la présence et l’usage de l’objet ont des incidences décisives sur les perceptions et la démarche d’appropriation de l’usager » (Proulx, 1994), en 1877, cependant, les nouvelles technologies de l’information et de la communication ne sont pas présentes pour les usagers. C’est donc l’imagination qui prend le relais pour ce qui concerne la perception et l’appropriation par celles et ceux qui ne sont pas encore de véritables usagers, largement empreints d’imaginaire. La construction sociale précède l’appropriation effective. André Vitalis indique quant à lui que « [l]’usage apparaît en effet au croisement de trois logiques principales : une logique technique qui définit le champ des possibles, une logique économique qui détermine le champ des utilisations rentables et une logique sociale qui détermine la position particulière du consommateur avec ses besoins et ses désirs » (1994, p. 9). Nous retrouvons ici quelques éléments de la typologie des prospectivistes : les inventeurs indiquent les possibles, certains journalistes et vulgarisateurs cherchent des utilisations rentables et les écrivains s’inscrivent avant tout dans une logique sociale.

40Jacques Perriault (1995) affirme que les nouveaux médias sont porteurs d’utopie, car la société projette sur eux un imaginaire multiforme. Les appareils phonographiques du savant norvégien rendent compte d’un monde sonore précédemment inaccessible que seuls l’enregistrement, la reproduction et l’écoute permettent d’atteindre. Les médias imaginaires côtoient dans la presse la relation des inventions réelles promettant la disparition de l’absence (le téléphone permet d’être joint n’importe où et n’importe quand sans délai et induit une hyper-présence, le phonographe abolit la distance temporelle et la présence des personnes qui ne sont pas ou plus là). Avec le canular prédictif que constitue le télectroscope, il est possible d’imaginer que prochainement tous les sens auront leur appareil de transmission, de diffusion et de stockage informationnels. Nous sommes face à des dispositifs techniques comme prolongement du corps et au service de tous les sens (bien avant les théories de McLuhan ou les expériences d’Internet des odeurs). Le déploiement dans la prospective ou l’extrapolation de médias techniques s’inscrit dans « les imaginaires des média imaginaires [qui] tendent donc à slalomer entre les machineries médiales purement imaginaires et celles qui sont effectivement réalisées. […] Ils expriment un champ très complexe de signification et de détermination qui tend à brouiller les frontières entre les imaginaires technologiques et le développement technologique réel » (Kluitenberg, 2011).

41Nous lisons aujourd’hui ces textes de manière singulière en les détachant des ensembles que constituent les périodiques dans lesquels ils sont parus. Néanmoins, ils relèvent à l’époque d’un régime de lecture spécifique : « Le numéro du journal se détache chaque jour du temps, mais la série des numéros fonctionne comme un flux qui accompagne la succession des jours. Chaque numéro tombe hors du temps mais sa lecture, elle, suit le flux de la journée » (Mouillaud, 1994). Extraire ces textes des numéros de périodiques et de journaux revient à arrêter ce flux. Concernant la frontière entre réalité et fiction, le brouillage est d’autant plus important pour les lecteurs de l’époque qu’ils découvrent ces textes au sein d’un ensemble éditorial plus vaste : l’exemplaire du journal ou de la revue. Cet environnement médiatique est marqué par l’hétérogénéité des discours et des régimes de production : temps et genres de la fiction, temps et écritures de l’actualité et de la vulgarisation scientifique. Nous formulons l’hypothèse que ce type de lecture conduit à des porosités génériques en matière de réception. Les feuilletons L’âme du silence et Le vingtième siècle relèvent de la fiction et sont présentés comme tels au lecteur qui a entre les mains un quotidien d’actualité et un périodique scientifique, tout en mettant en scène des inventions fictives s’appuyant sur les avancées scientifiques et techniques de l’époque. Quant au canular médiatique du télectroscope, il est présenté comme une véritable invention, alors qu’il est pure fiction.

42Par la médiation de la presse, les médias techniques entrent dans un régime de familiarité pour le lecteur bien avant qu’ils ne deviennent un objet du quotidien (Flichy, 2004). Chacun de ces trois médias imaginaires relève du récit technique, c’est-à-dire « une construction littéraire et imaginaire surajoutée aux démonstrations abstraites, aux expérimentations ou réalisations concrètes, une narration cousue de “technique-fiction” pourrait-on dire » (Ribeil, 2011) en lien avec le contexte aussi bien scientifique et technique que social et imaginaire. Ainsi l’enregistrement total de tous les sons, paroles et bruits, la communication et la vision à distance au moyen de technologies (Mombert, 2019) ainsi que la modification de la condition de lecture ont-ils été mis en récit avant d’être inventés. Les « médiamanies » sont accompagnées de réactivation de topoï qui ont certes des origines mythiques ou fantastiques (Huhtamo, 2019), mais qui ont pu avoir des « réalisations » dans la littérature ou la prospective sous des formes rationnelles. Donner à voir « des histoires oubliées », c’est mesurer des potentialités qui y sont inscrites et suivre les « boucles incluant le nouveau dans l’ancien au sein des discours sur les media actuels » (Parikka, 2015).

43Tous les textes de notre corpus convergent vers l’idée d’une société à venir dans laquelle il sera plus aisé de communiquer. Dans le même temps, ils expriment des besoins (communiquer la voix et l’image de manière synchrone sur l’ensemble de la planète), des fantasmes (transmettre à distance des odeurs) et des craintes (les pratiques culturelles dominantes comme le concert ou la lecture imprimée prolongées ou supplantées par de nouveaux dispositifs techniques). Ils sont ancrés dans la société de l’époque et, tout en s’inscrivant dans un contexte historique précis et un imaginaire temporellement délimité, ces projections structurent durablement l’imaginaire scientifique et technique en matière d’information et de communication. Pour mieux mesurer leur résonance contemporaine, il est donc nécessaire si ce n’est de les ré-historiser, tout au moins de les inscrire dans des séries médiatiques et strates médiarchéologiques formant les couches profondes de notre imaginaire techno-médiatique.

44L’analyse des médias imaginaires, qui mettent en discours des inventions bien réelles par extrapolation ou hybridation, permet alors de cerner la construction des possibilités des discours sur les nouvelles technologies. Il s’agit d’envisager ces inventions fictives non pas à partir de références qui leur sont extérieures, mais en les réinscrivant dans leur contexte médiatique (discours journalistique et discours social) et technique (discours d’accompagnement et d’escorte) et leurs co-textes : gravures et photographies d’époque, brevets d’invention, actualité médiatique, démonstrations scientifiques et techniques, expositions des dispositifs techniques. Si elle s’intéresse aux objets matériels, la médiarchéologie ne peut négliger l’univers conceptuel dans lequel ils ont été inventés sans prendre le risque de l’anachronisme et doit par conséquent se pencher sur la matérialisation de ces objets techniques dans les discours sociaux afin de mieux les appréhender.

Haut de page

Bibliographie

ANONYME (1877), « Chronique scientifique », Le Pouvoir, 11 septembre 1877, p. 2-3.

ANONYME (1877), « Faits divers », Journal des débats, 23 avril 1877, p. 4.

ANONYME (1877), « Revue de la presse », L’Estafette, 24 avril 1877, p. 2.

ANONYME (1878), « Le télectroscope », Riom-journal, 24 mars 1878, p. 3.

BALLE Francis (2020), Les médias, Paris, Presses universitaires de France.

BARBIER Frédéric et Catherine BERTHO-LAVENIR (2009), Histoire des médias. De Diderot à Internet, Paris, Armand Colin.

BELLAMY Edward (2021/1897), Égalité, traduit de l’anglais par Paul ZIMMERMANN, revue, complétée et modernisée par Philippe ETHUIN, Montpellier, éditions publie.net, Coll. « ArchéoSF ».

BRETON Philippe (2004), L’utopie de la communication. Le mythe du « village planétaire », Paris, La Découverte.

BUARD Jean-Luc (2019), Culture médiatique et presse numérisée : médiasphère des feuilletons-nouvelles de Marie Aycard (1794-1859), Villeurbanne, Presses de l’Enssib.

COSTES Guy et Joseph ALTAIRAC (2018), RétrofictionS. Encyclopédie de la conjecture romanesque rationnelle francophone, de François Rabelais à René Barjavel, 1532-1951, Paris, Encrage/Les Belles Lettres.

DREYFOUS Maurice (1877), « L’âme du silence. Fantaisie scientifique », Le Moniteur universel, Paris, 27 mars-5 avril (8 épisodes).

DREYFOUS Maurice (s.d. [circa 1912]), Ce que je tiens à dire, un demi-siècle de choses vues et entendues. 1. 1862-1872, 5e édition, Paris, Librairie Paul Ollendorff.

DUCAMIL comte J. (1877), « Le vingtième siècle et le monde austral, d’après un manuscrit rédigé en 1998 », L’Exploration, journal des conquêtes de la civilisation sur tous les points du globe, Paris, deuxième semestre.

ESCARPIT Robert (1976), Théorie générale de l’information et de la communication, Paris, Hachette.

ETHUIN Philippe (2021), « Abraham Dreyfus, Devant le buste de Dumas (Propos de l’an 2000), 1879 », ArchéoSF, 21 décembre, https://archeosf.blogspot.com/2021/12/abraham-dreyfus-devant-le-buste-de.html, page consultée le 22 octobre 2022.

ETHUIN Philippe (2022a), « L’invention médiatique du téléphone (mars-décembre 1877). Un essai de cartographie », Séminaire Numapresse, Paris, La Sorbonne, 11 mars.

ETHUIN Philippe (2022b), « Cosmoscope (t)électroscope », hyperotlet.huma-num.fr, 23 mars, https://hyperotlet.huma-num.fr/telectroscope/index.htm page consultée le 22 octobre 2022.

FIGUIER Louis (1877), « Quinzaine scientifique », La Presse, 28 août, p. 3.

FLICHY Patrice (2004), Une histoire de la communication moderne : espace public et vie privée, Paris, La Découverte.

GAILLARD Claire-Lise (2018), « Feuilleter la presse ancienne par Giga Octets », dans Frédéric CLAVERT et Caroline MULLER (dir.), Le goût de l’archive à l’ère numérique, https://gout-numerique.net/table-of-contents/archives-numerisees-la-salle-de-lecture-virtuelle-et-physique/feuilleter-la-presse-ancienne-par-giga-octets, page consultée le 12 février 2022.

GIFFARD Pierre (1879), Le téléphone expliqué à tout le monde, Paris, Maurice Dreyfous éditeur.

HUHTAMO Erkki (2019), « L’envoûtement de la télévision catoptrique. Archéologie des média, étude des topoï et traces attentionnelles », dans Yves CITTON et Estelle DOUDET (dir.), Ecologies de l’attention et archéologie des média, Grenoble, UGA éditions, p 123-141.

KALIFA Dominique, Philippe REGNIER, Marie-Ève THERENTY et Alain VAILLANT (dir.) (2011), La civilisation du journal. Histoire culturelle et littéraire de la presse française au xixe siècle, Paris, Nouveau Monde éditions.

KITTLER Friedrich (2018), Gramophone, film, typewriter, Paris, Les Presses du réel.

KLUITENBERG Eric (2011), « Second introduction to an archaeology of imaginary media », dans Eric KLUITENBERG (dir.), Book of imaginary media. Excaving the dream of the ultimate communication medium, Rotterdam, Nai Uitgevers Pub, p. 7-27.

LANGE André (2020/2017/2002), « L’histoire de la télévision commence par un canular : l’électroscope de 1877 », Histoire de la télévision (et de quelques autres médias), https://www.histv.net/electroscope-1878, page consultée le 15 octobre 2022.

LE DEUFF Olivier (2016), « Humanités digitales versus humanités numériques, les raisons d’un choix », Études digitales, 1(1), p. 263-264.

LE DEUFF Olivier et Arthur PERRET (2019), « Hyperdocumentation: Origin and evolution of a concept », Journal of Documentation, 75(6), p. 1463-1474.

MCLUHAN Marshall (1968), Pour comprendre les médias, Paris, Seuil.

MARVIN Carolyn (1988), When old technologies were new thinking about electric communication in the late nineteenth century, New York, Oxford, Oxford University Press.

MOMBERT Sarah (2019), « L’actualité de l’avenir. L’actualité de l’avenir. L’invention du phonographe dans la presse et la fiction », dans Claire BAREL-MOISAN et Jean-François CHASSAY (dir.), Le roman des possibles. L’anticipation dans l’espace médiatique francophone (1860-1940), Montréal, Presses universitaires de Montréal, p. 319-335.

MOUILLAUD Maurice (1994), « Postures du lecteur », Quaderni, 24, p. 87-104.

MUSSO Pierre (1998), Télécommunications et philosophie des réseaux, Paris, Presses universitaires de France.

OTLET Paul (1935), Monde, essai d’universalisme, Bruxelles, Mundaneum.

PARIKKA Jussi (2015), « Archéologie des média et arts médiaux. Dialogue avec Garnet Hertz », dans Multitudes, 2(59), https://www.cairn.info/revue-multitudes-2015-2-page-206.htm#pa14, page consultée le 25 juillet 2023.

PARIKKA Jussi (2017), Qu’est-ce que l’archéologie des média ?, Paris, Seuil.

PERRIAULT Jacques (2008/1989), La logique de l’usage. Essai sur les machines à communiquer, Paris, Flammarion.

PERRIAULT Jacques (1996), La communication du savoir à distance, Paris, L’Harmattan.

PERRIAULT Jacques (2002), L’accès au savoir en ligne, Paris, Odile Jacob.

PROULX Serge (1994), « Les différentes problématiques de l’usage et de l’usager », dans André VITALIS (dir.), Médias et nouvelles technologies. Pour une socio-politique des usages, Rennes, Éditions Apogée, p. 149-156.

RAMBOSSON Jean (1878), « Revue scientifique », La Gazette de France, 4 janvier, p. 3.

REIBEL Emmanuel (2023), Du métronome au gramophone. Musique et révolution industrielle, Paris, Fayard.

RIBEIL Georges (2011), « Construction et récit utopiques. Des supports de l’intervention technique », dans Marianne CHOUTEAU et Céline NGUYEN (dir.), Mises en récit de la technique. Regards croisés, Paris, Éditions des archives contemporaines, p. 7-20.

THIBAULT Ghislain et Dominique TRUDEL (2015), « Excaver, tracer, réécrire : sur les renouveaux historiques en communication », Communiquer, 15, http://journals.openedition.org/communiquer/1714, page consultée le 6 novembre 2022.

TIPHAIGNE DE LA ROCHE Charles-François (1760), Giphantie, Babylone (i.e. Paris), s.n.e.

VARGOZ Frédérique (2018), « Glossaire », dans Friedrich KITTLER, Gramophone, film, typewriter, Paris, Les Presses du réel, p 449-462.

VARGOZ Fréderique (2019), « Friedrich Kittler et les matérialités de l’attention », dans Yves CITTON et Estelle DOUDET (dir.), Écologies de l’attention et archéologie des média, Grenoble, UGA éditions, p 57-68.

VITALIS André (1994), « Présentation », dans Médias et nouvelles technologies. Pour une socio-politique des usages, Rennes, Éditions Apogée, p. 7-12.

ZIELINSKY Siegfried (2006), Deep time of the Media. Toward an Archaeology of Hearing and Seeing by Technical Means, Cambridge, MIT Press.

Haut de page

Notes

1 Nous avons exhumé le feuilleton L’âme du silence de Dreyfous en 2021. Il fera l’objet d’une notule dans RétrofictionS 4 à paraître dans la revue Le Rocambole en 2023. En nous appuyant sur les travaux de l’histoire de la télévision d’André Lange, nous avons pu reconstituer une partie de la circulation médiatique du canular du « télectroscope » et ajouter plus d’une trentaine de références au corpus relatif à cet appareil imaginaire (une visualisation du corpus réalisé avec le logiciel Cosma est accessible en ligne : https://hyperotlet.huma-num.fr/telectroscope/index.htm). Enfin, nous découvert le feuilleton de Ducamil, et rédigé l’entrée de l’auteur, dans le cadre de notre participation à l’ouvrage de Joseph Altairac et Guy Costes, Rétrofictions. Encyclopédie de la conjecture romanesque rationnelle francophone de Rabelais à Barjavel (1532-1951), avec la collaboration de Philippe Ethuin et Philippe Mura, Les Belles Lettres, 2018.

2 Dans son ouvrage Ce que je tiens à dire, un demi-siècle de choses vues et entendues. 1. 1862-1872 (op. cit., p. 43), Dreyfous date le brouillon de L’âme du silence de 1870, indiquant qu’il a en sa possession le manuscrit annoté par Théophile Gautier cette année-là.

3 Le Journal des débats, 23 avril 1877.

4 Id.

5 L’Estafette, 24 avril 1877.

6 Le Pouvoir, 11 septembre 1877.

7 Riom-Journal, 24 mars 1878.

8 Le mot « téléphonoscope » apparaît pour la première fois dans le titre du dessin « Edison’s telephonoscope (transmits light as well as sound) » de George du Maurier paru dans l’almanach Punch pour l’année 1879 (Grande-Bretagne). En France, la première utilisation du terme n’est pas due à Robida, mais à Abraham Dreyfus dans « Devant le buste de Dumas (Propos de l’an 2000) », dialogue théâtral publié dans La Vie moderne du 22 novembre 1879, le téléphonoscope servant à diffuser des réclames pour les spectacles. Robida utilise le mot pour la première fois le 2 décembre 1882 lors de la parution en feuilleton dans La caricature de son roman Le vingtième siècle.

9 Au sein des vastes corpus de presse numérisée, la signature du « comte J. Ducamil » n’apparaît que dans L’Exploration. Sous ce nom sont publiés les articles intitulés « Les conquêtes de la civilisation moderne », « M. Dupuis, explorateur français au Tong-King », « La campagne militaire des Turcs en Mingrélie à la fin de l’année 1855 (pages inédites de la dernière guerre d’Orient) » (dans laquelle l’auteur indique avoir joué « une part modeste »). Il semble possible de formuler l’hypothèse que « Comte J. Ducamil » soit le pseudonyme d’un membre de la rédaction de L’Exploration. Deux auteurs pourraient avoir utiliser ce pseudonyme sans qu’il soit aisé de départir avec précision lequel est-ce. Le premier serait Charles Hertz (18…-1879), fondateur de L’Exploration. L’article « Les conquêtes de la civilisation moderne » dont le titre fait écho au sous-titre du périodique (« le journal des conquêtes de la civilisation sur tous les points du globe ») suit immédiatement le texte programmatique lors du lancement du périodique et semble largement empreint des approches de Charles Hertz. Le second prénom de Hertz est Camille, se rapprochant du nom Ducamil. Le second prénom de Hertz est Camille, se rapproche du nom Ducamil, tout comme le jeu de mots « comte ducamil » => « compte mille ducats » qui pourrait faire référence aux difficultés financières de Charles Hertz qui laissera sa veuve et ses enfants quasiment dans la misère. Enfin, la signature « comte J. Ducamil » n’apparaît plus après la mort de Charles Hertz le 2 décembre 1879. Le second auteur qui pourrait se cacher derrière le pseudonyme du comte J. Ducamil est Jules Gros (1829-1891). Ancien secrétaire du journal L’Explorateur, il est l’un des secrétaires de la Société de géographie commerciale en 1877. Au cours de sa carrière, Gros écrit des chroniques géographiques, mais aussi des romans d’aventures et relevant du merveilleux scientifique. Aventurier, il fonde en 1886, depuis la métropole, la République indépendante de Guyane sur une zone de 350 000 km² contestée entre la Guyane française et le Brésil et en devient tout d’abord président puis président à vie et enfin roi de la république de Counani où il ne résida jamais. Dans L’Exploration, il a publié plusieurs articles comme « La mer Saharienne et le capitaine Roudaire », « L’exploitation des sables aurifères à l’aide des nouveaux appareils de M. L’ingénieur Bazin », « Exploration de M. Savorgnan de Brazza sur l’Ogôoué », « Asie centrale, explorations de MM. de Ufjalvy et du colonel Prjevalsky ». Si, en 1877, un texte signé « comte J. Ducamil » sur l’expédition de Jean Dupuis au Tonkin est paru dans L’Exploration, Gros publie La conquête du Ton-Kin par vingt-sept français sous le commandement de Jean Dupuis en 1880 puis Origines de la conquête du Tong-Kin, depuis l’expédition de Jean Dupuis jusqu’à la mort de Henri Rivière en 1887. Le fait que Gros ait produit plusieurs romans à la manière vernienne tels Le volcan dans les glaces (en feuilleton dans Le Journal des voyages en 1878-1879 puis en volume en 1879), Les 773 millions de Jean-François Jollivet (en feuilleton dans Les Voyages illustrés en 1879 puis en volume en 1882) ou encore Voyages extraordinaires du D  Boldus en 1881 ainsi que plusieurs robinsonnades. Avec toutes les réserves de prudence du fait de l’absence de preuves incontestables, nous pencherions pour attribuer la paternité du Vingtième siècle à Jules Gros.

10 René Dragon propose au directeur général des Postes l’utilisation de son procédé afin que la capitale assiégée puisse communiquer avec le reste du territoire national. Grâce aux messages miniaturisés au moyen de la photographie, Paris reçoit de cette manière plus de 100 000 dépêches entre le 15 décembre 1870 et le 28 janvier 1871.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Philippe Ethuin, « 1877 : Enregistrement total, transmission sensible à distance et lecture digitale »Communication [En ligne], Vol. 40/1 | 2023, mis en ligne le 28 août 2023, consulté le 03 octobre 2023. URL : http://journals.openedition.org/communication/17115 ; DOI : https://doi.org/10.4000/communication.17115

Haut de page

Auteur

Philippe Ethuin

Philippe Ethuin est enseignant et co-responsable du parcours Documentation à l’INSPE d’Amiens (Université de Picardie Jules Verne) et doctorant en sciences de l’information et de la communication, rattaché au laboratoire MICA de l’Université Bordeaux Montaigne.

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC-BY-NC-ND-4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search