Navigation – Plan du site

AccueilNumérosVol. 40/1LecturesEva SANDRI (2020), Les imaginaire...

Lectures

Eva SANDRI (2020), Les imaginaires numériques au musée ? Débats sur les injonctions à l’innovation

Paris, MkF éditions, Coll. « Les essais numériques »
Delphine Azéma
Référence(s) :

Eva SANDRI (2020), Les imaginaires numériques au musée ? Débats sur les injonctions à l’innovation, Paris, MkF éditions, Coll. « Les essais numériques »

Texte intégral

1L’ouvrage Les imaginaires numériques au musée ? Débats sur les injonctions à l’innovation d’Eva Sandri est publié aux MkF éditions, dans la collection « Les essais numériques ». L’autrice, maîtresse de conférences en sciences de l’information et de la communication à l’Université Paul-Valéry de Montpellier, s’intéresse ici aux injonctions de transformation numérique au sein des musées au regard notamment des imaginaires qui entourent ces technologies. L’architecture de l’ouvrage permet au lecteur de s’imprégner de l’objet depuis un point de vue allant du macro — en abordant d’abord une dimension historique et en analysant les discours injonctifs vis-à-vis du numérique au musée — vers le micro — en interrogeant les professionnels sur le terrain, après avoir analysé les discours politiques, médiatiques et institutionnels. Avant d’aborder le contenu, précisons que ce court écrit de 123 pages est porté par une écriture agréable et une mise en page soignée qui rendent la lecture aisée et fluide. Les différents niveaux de titre structurent l’ouvrage et rendent l’argumentation particulièrement lisible, bien que quelques coquilles persistent dans le texte.

2Joëlle Le Marec, professeure des universités en sciences de l’information et de la communication au sein du CELSA (Sorbonne Université), signe la préface de l’ouvrage. Elle aborde clairement ses points forts : d’une part, la capacité de l’autrice à proposer une catégorisation des discours produits au-delà d’une opposition fictive, voire fabriquée, entre acteurs, d’autre part, l’apport de l’enquête de terrain en vue de dépasser les discours injonctifs d’une politique des principes pour mettre en lumière les difficultés et la réflexivité des médiateurs sur le terrain.

3Dès son introduction, Sandri rend compte de son positionnement, visant à dépasser les oppositions stéréotypées (technophiles/technophobes, patrimoine/technologie), afin de mieux prendre en compte la diversité des discours — politiques, journalistiques et des professionnels des institutions culturelles — et des ajustements pratiques sur le terrain. Elle pose également la question de recherche et les hypothèses initiales qui guident sa réflexion, tout en rappelant le contexte particulier de l’étude qu’est le musée.

4Le premier chapitre, « Controverses autour des dispositifs pour la médiation au musée », débute par un historique reprenant l’évolution des dispositifs de médiation dans les musées et de fait les étapes de l’introduction des technologies numériques. L’autrice propose également un compte rendu diachronique des recherches en sciences de l’information et de la communication sur cette thématique, afin de mettre en évidence l’évolution des questionnements vis-à-vis de ces technologies depuis un regard sur l’effet des dispositifs sur les visiteurs jusqu’à une conception plus globale de ces derniers au regard des injonctions au numérique et des pratiques quotidiennes des usagers. Elle montre le décalage entre l’imaginaire des institutions autour d’un « visiteur modèle » et les attentes réelles des usagers, un décalage que l’on trouve fréquemment dans les sciences and technologies studies où les technologies sont construites autour des représentations des concepteurs sur les usagers (Akrich, 1993). De la même façon, elle mobilise cette notion d’imaginaire afin de démontrer non seulement les enjeux symboliques de ces outils, mais également les craintes liées à leur introduction au sein des musées. Les discours technophiles et progressistes sous-tendent alors des enjeux axiologiques liés à la participation des visiteurs, contraignant les professionnels à mobiliser le numérique dans l’urgence, sans réflexion globale sur leur rôle dans le musée.

5Le deuxième chapitre, « Discours sur la technologie dans la médiation culturelle », porte sur les discours d’accompagnement, ou d’escorte, liés à l’introduction du numérique au musée, en considérant l’influence réciproque des discours sur les technologies et du numérique sur les discours. L’étude des discours politiques constitue le premier point et s’attache à établir des constantes au croisement de l’éducation et de la culture autour d’imaginaires sur le numérique favorisant « la démocratie culturelle, la réduction de la fracture numérique, le développement du goût d’apprendre et un accès élargi aux savoirs » (p. 66). L’autrice interroge ensuite les discours médiatiques, notamment journalistiques, eux aussi majoritairement technophiles, dans lesquels le numérique viendrait renouveler l’institution du musée en favorisant l’interactivité, la dynamique, le divertissement, l’expérience sensorielle ou encore l’adaptation aux publics. Pour autant, elle démontre qu’il existe également des discours critiques concernant ces objets liés à la pertinence de leur intégration. Dès lors, la logique de la plus-value précédemment évoquée laisse place à celle du « trop », qui risquerait de sur-solliciter le visiteur. Enfin, les discours des institutions sont présentés. L’analyse y révèle un discours plus nuancé oscillant entre l’intérêt de fonctionnalités techniques pour améliorer la médiation ou renouveler l’image du musée et le risque de rejet ou de détournement de ces dispositifs.

6Le troisième chapitre, « Des musées qui s’ajustent », s’attache quant à lui à décrire les stratégies des professionnels d’un musée d’ethnographie au cours de la rénovation de ce dernier. L’idée d’un renouvellement radical par le numérique est ici remise en question. Les professionnels mobilisent le numérique dans une logique de continuité de leurs actions de médiation, ce qui souligne l’importance du « déjà-là » (Gaglio, 2018), des pratiques instituées. Dès lors, les réflexions portent sur l’équilibre à trouver entre la mobilisation de technologies pour favoriser la médiation (en offrant du contenu supplémentaire ou en permettant une dimension réflexive quant aux supports traditionnels) et le risque de favoriser le support au détriment du contenu.

7L’ouvrage se termine sur une conclusion générale, « Pour une médiation numérique réflexive et inclusive », qui, d’une part, propose d’une part des pistes de réflexion quant à l’intégration du numérique et, d’autre part, interroge les « creux » de cette recherche. La première partie constitue ainsi un ensemble de propositions méthodologiques visant à favoriser la réflexivité quant à la nécessité et aux choix des technologies à développer au sein des musées, afin de ne pas souscrire systématiquement à l’injonction au numérique. La seconde partie questionne différents enjeux (écologiques, éthiques, sociaux) qui ne sont que peu abordés dans la recherche et qui pourraient constituer des pistes pour de futures explorations. L’autrice tient ici un positionnement plus engagé en mettant en évidence le manque de réflexion sur ces enjeux, qu’elle reprend d’ailleurs dans le cadre d’un article de vulgarisation scientifique (Sandri, 2023).

8Cet ouvrage constitue ainsi une ressource particulièrement intéressante quant aux injonctions au numérique dans les institutions, ici culturelles. Les dynamiques relevées quant à ces discours, aux imaginaires sous-tendus et aux ajustements des professionnels face à ces injonctions démontrent d’un phénomène global, que l’on trouve d’ailleurs au sein d’autres institutions comme celles de l’éducation (Levoin, 2016) ou de la santé (Azéma, 2021 ; Gaglio et Mathieu-Fritz, 2018). L’ouvrage est également très bien documenté et fait appel à de nombreux concepts théoriques qui enrichissent l’analyse. Il bénéficierait néanmoins d’une description plus fine de la méthodologie déployée dans cette enquête. Si quelques références sont faites à celle-ci, nous pourrions mieux situer les discours par des précisions sur les modalités de sélection de l’étude documentaire ou encore sur le nombre d’entretiens réalisés. Par ailleurs, certains exemples sont étayés sans que l’on connaisse la posture de la chercheuse vis-à-vis de ceux-ci (terrain de l’enquête, exemples issus d’autres observations, etc.). De la même façon, le choix d’une description globale des réflexions des professionnels sur la rénovation du musée d’ethnographie invisibilise en partie les discours et les actions concrètes des acteurs. Certaines notions gagneraient également à être explicitées, comme celle de controverse, en titre de première partie.

9Pour conclure, mentionnons que Les imaginaires numériques au musée ? Débats sur les injonctions à l’innovation est un ouvrage d’actualité qui permet d’analyser les injonctions à l’innovation et leurs effets sur les institutions culturelles, par la démonstration des logiques des discours et des pratiques d’intégration du numérique au musée.

Haut de page

Bibliographie

AKRICH Madeleine (1993), « Les objets techniques et leurs utilisateurs, de la conception à l’action », dans Bernard CONEIN, Nicolas DODIER et Laurent THÉVENOT (dir.), Les objets dans l’action, 4, Paris, Éditions de l’EHESS, Coll. « Raisons pratiques », p. 35‑57, https://shs.hal.science/halshs-00081731, page consultée le 13 juin 2023.

AZÉMA Delphine (2021), Conception et utilisation d’outils d’e-santé dans le parcours de soin en obésité pédiatrique. Modes d’engagement des professionnels et des patients au sein du RéPPOP, Thèse de doctorat sous la direction de Philippe TERRAL et de Yves MORALES, Toulouse, Université Toulouse III Paul Sabatier.

GAGLIO Gérald (2018), Du neuf avec des vieux ? Télémédecine d’urgence et innovation en contexte gériatrique, Toulouse, Presses universitaires du Midi.

GAGLIO Gérald et Alexandre MATHIEU-FRITZ (2018), « Les pratiques médicales et soignantes à distance », Réseaux, 207, p. 9‑24, https://doi.org/10.3917/res.207.0009, page consultée le 13 juin 2023.

LEVOIN Xavier (2016), Médias et enseignement spécialisé de la musique : un projet communicationnel ?, Thèse de doctorat en sciences de l’information et de la communication sous la direction de Pierre MOEGLIN et Claire OGER, Paris, Université Paris 13 Sorbonne Paris Cité.

SANDRI Eva (2023), « Les musées en mutation : entre transformation numérique et transformation sociale ? » [billet], Mondes sociaux, 8 mai, https://sms.hypotheses.org/36739, page consultée le 12 juin 2023.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Delphine Azéma, « Eva SANDRI (2020), Les imaginaires numériques au musée ? Débats sur les injonctions à l’innovation »Communication [En ligne], Vol. 40/1 | 2023, mis en ligne le 28 août 2023, consulté le 03 octobre 2023. URL : http://journals.openedition.org/communication/17629 ; DOI : https://doi.org/10.4000/communication.17629

Haut de page

Auteur

Delphine Azéma

Delphine Azéma est docteure en STAPS/sociologie et chercheuse associée au CRESCO, Université Toulouse III Paul Sabatier. Courriel : azema.d@gmail.com

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search