Navigation – Plan du site

AccueilNumérosvol. 40/2LecturesEmmanuelle FANTIN, Sébastien FEVR...

Lectures

Emmanuelle FANTIN, Sébastien FEVRY et Katharina NIEMEYER (dir.) (2021), Nostalgies contemporaines : médias, cultures et technologies

Villeneuve d'Ascq, Presses universitaires du Septentrion, coll. « Information – Communication »
Charlet Brethomé
Référence(s) :

Emmanuelle FANTIN, Sébastien FEVRY et Katharina NIEMEYER (dir.) (2021), Nostalgies contemporaines : médias, cultures et technologies, Villeneuve d'Ascq, Presses universitaires du Septentrion, coll. « Information – Communication »

Texte intégral

1À la suite de son ouvrage de référence Media and Nostalgia, Yearning for the Past, Present and Future publié en 2014, Katharina Niemeyer s’est associée à d’autres chercheur·euse·s pour explorer d’autres facettes des nostalgies et de leurs déploiements dans les objets communicationnels. Cette ouverture a d’abord pris la forme d’un colloque de deux jours au 86e Congrès de l’Acfas en 2018, à Montréal. Le livre collectif Nostalgies contemporaines. Médias, cultures et technologies dirigé par Katharina Niemeyer, Emmanuelle Fantin et Sébastien Fevry y fait directement suite.

2Le colloque puis l’ouvrage largement pensés, discutés et écrits à Montréal s’inscrivent dans le contexte particulier du 375e anniversaire de Montréal. Le chapitre de Niemeyer y fait d’ailleurs directement référence, en nous invitant à explorer les étapes d’une recherche-création dont les résultats surprennent, mais informent sur les rapports affectifs que les personnes entretiennent aux temporalités. Ce livre et les chapitres qui le composent prennent donc principalement pour objet de recherche des phénomènes ou terrains québécois, même si quelques chapitres se spatialisent en France et en Italie.

3Ce livre étonne d’abord par la volonté, dès le départ, d’ouvrir le concept de nostalgie bien au-delà de sa conception classique passive comme « mal du pays ». L’étymologie de « nostalgie » fait en effet référence à la douleur que chacun ressent à l’évocation du chez soi (p. 12). Il est d’ailleurs étonnant que la nostalgie soit d’abord un terme qui rendait compte d’un rapport au lieu, d’une spatialisation, d’une émotion avant que son acception plus commune, temporelle, n’en vienne à dominer sa signification. L’objectif de ce livre, profondément interdisciplinaire, est de sortir de cette conception passive de la nostalgie pour l’appréhender de manière plurielle, prise dans une multiplicité d’agencement, mais surtout dans sa dimension performative (p. 15). De plus, cet ouvrage cherche à rendre compte, sur les plans médiatique et communicationnel, de la diversité des expériences de la nostalgie qu’il est possible d’avoir. Il est donc aussi largement ancré dans une approche qualitative, de multiples chapitres faisant directement référence à des entrevues semi-dirigées et à l’analyse de document. Cependant, chaque questionnement, chaque problématisation de la nostalgie appelle à des méthodes et à des approches spécifiques.

4Ainsi l’ouvrage se scinde-t-il en quatre parties. Il s’ouvre sur quatre chapitres qui traitent de la nostalgie comme une véritable « expérience spatio-temporelle » (p. 24). L’analyse d’œuvres d’art du début du xxe siècle de Tristan Paré-Morin nous permet d’entrer dès le premier chapitre dans le domaine des études des cultures populaires. Avec lui, nous commençons à saisir qu’il faut être attentif à la conception de la nostalgie qui domine dans telle ou telle œuvre afin de saisir au plus près les pratiques sociales et culturelles qui y sont intriquées (p. 29). Plutôt que de faire référence à des œuvres musicales, Estelle Grandbois-Bernard s’intéresse aux sentiments nostalgiques qui émergent des photographies de maisons en ruine. Sa remarquable étude met en lien deux dispositifs qui partagent une affinité avec la nostalgie : la ruine des maisons qui active une temporalité entre-deux, « entre le passé de son usage et le futur de sa chute » (p. 56), et la photographie qui partage avec la ruine cette dimension de présence-absence (p. 60), qui fait signe d’une perte, d’un manque. Le chapitre de Jean-Sébastien Hardy s’intéresse à la manière dont les différentes cures de déconnexion des technologies de l’information et de la communication mettent en scène la nostalgie d’une époque sans connexion. Plutôt que de concevoir ces cures du côté de la « nostalgisation », l’auteur prend le parti, depuis la phénoménologie, de comprendre comment cette nostalgie nous informe, en négatif, de la « manière dont le temps est vécu dans la médialité actuelle » (p. 76). Enfin, le dernier chapitre de cette partie coécrit dans le contexte du 375e anniversaire de Montréal par Katharina Niemeyer et Magali Uhl prend à rebours nos conceptions de la nostalgie et explore — à travers une recherche-création dans laquelle les participant·e·s sont invité·e·s à envoyer des cartes postales qui ne seront envoyées et lues qu’en 2042 — « les imaginations et nostalgies instantanées du futur » (p. 95). Ici, nous voyons à quel point l’objet de la carte postale est chargé affectivement et actualise une nostalgie du futur comme leg, comme transmission.

5Finalement, ces chapitres s’accordent sur la dimension créative de la nostalgie en ce qu’elle active des pratiques et ouvre à des mouvements d’affects. Les trois premiers chapitres avancent aussi l’idée porteuse — à la suite de Jankélévitch (1974), auteur largement repris dans cet ouvrage — selon laquelle la nostalgie est la sensation d’une rupture, d’une discontinuité individuelle, sociale et/ou historique (p. 42).

6La seconde partie — elle aussi composée de quatre chapitres — explore plus spécifiquement l’instrumentalisation de la nostalgie, ce que les auteurices nomment « nostalgisation à des fins de patrimonialisation, de commémoration, de marchandisation et d’institutionnalisation » (p. 115). Le premier chapitre fait largement écho au précédent et s’intéresse aux ressorts nostalgiques qui ont motivé des acteur·ice·s publics et privés à proposer et à créer des événements extérieurs aux festivités officielles du 375e anniversaire. Ici, Fannie Valois-Nadeau explore la manière dont la nostalgie « comme affect […] génère et stimule une série de projets culturels marqués par des visées politiques explicites » (p. 131). Anouk Bélanger, quant à elle, examine la manière dont les microbrasseries québécoises fondent leur marketing sur une tradition québécoise réinventée et revisitée et par là même cherchent à activer des sentiments nostalgiques chez leurs consommateur·rice·s. Son étude permet principalement, comme d’autres chapitres l’ont montré précédemment, d’explorer les articulations multiples entre la nostalgie, la culture populaire et la culture marchande (p. 151). Les deux autres chapitres montrent aussi l’instrumentalisation de la nostalgie. Anna Tible s’intéresse à la manière dont les institutions italiennes et françaises responsables de la mise en ligne d’archives audiovisuelles mettent en scène des événements passés plutôt que d’autres pour activer le sentiment nostalgique chez les publics. Elle constate une tension réelle au cœur de ces institutions entre la volonté d’archivage pour une mission historique ou pour une raison économique, de vente à des fins créatives (p. 177). Emmanuelle Fantin clôt cette seconde partie de l’ouvrage avec une interrogation quant aux liens entre immigration, institution du pays d’accueil et nostalgie. Elle montre comment la nostalgie pèse par son absence des témoignages de personnes immigrantes dans la galerie en ligne du Musée national de l’histoire de l’immigration. À partir de Foucault, Fantin montre à quel point l’institution, en souhaitant évacuer à tout prix le sentiment nostalgique des discours des personnes immigrantes, tente de produire « un fantasme positivé d’un vivre ensemble » (p. 190). Cette partie nous permet donc de sentir la manière dont, par la sélection des informations diffusées et par la construction d’un récit, il est possible de produire un sentiment nostalgique, ou de l’évacuer, pour en tirer avantage sur les plans économique, culturel et politique.

7La troisième partie, symétriquement, s’intéresse à la réception et aux expériences vécues par les usager·ère·s et les publics, spécifiquement en contexte numérique. Les trois chapitres de la partie explorent différents dispositifs numériques. Jerry Jacques s’intéresse à la manière dont le sentiment nostalgique agit comme motivation dans les « pratiques spécifiques de conservation et d’organisation des collections personnelles d’informations numériques » (p. 201). Christine Thoër, Vincent Fabre et Sophie Le Berre s’intéressent aux manières dont l’expérience du revisionnement de séries télévisées suscitent un sentiment nostalgique, alors que Quentin Mazel explore la manière dont les productions audiovisuelles récentes mais dont le récit se déroule dans les années 1980 activent ou non un sentiment nostalgique chez les publics. Nous comprenons donc à quel point cette partie entre en dialogue avec la précédente, à tel point que l’on regrette que des chapitres ne mettent pas en tension l’instrumentalisation, d’une part, et la réception, de l’autre.

8En fin d’ouvrage, trois chapitres s’intéressent aux médias comme moteurs de la nostalgie. Le texte de Sébastien Févry a pour objectif, à partir de l’approche de la narratologie, de montrer la manière dont les récits utopiques créent un sentiment nostalgique. Plutôt que de se demander, comme la plupart des autres chapitres, ce que fait la nostalgie, l’auteur se demande ici ce que fait le récit à la nostalgie. Le chapitre suivant, écrit par Tim van der Heijden, entraîne des réflexions sur la technostalgie et la manière dont la « matérialité et l’esthétique des technologies d’autrefois ont été réappropriées et recréées dans les pratiques de mémoire contemporaine » (p. 298). Finalement, et comme un retour vers le second chapitre, Dominick Schrey termine l’ouvrage en abordant l’art de la ruine et l’exploration des nostalgies analogiques.

9La grande force de cet ouvrage est d’ancrer la nostalgie comme une affirmation spatio-temporelle, comme une force qui active des pratiques et des relations. Nous regrettons cependant que certaines idées très porteuses ne soient pas plus développées, par exemple l’hypothèse d’Estelle Grandbois-Bernard qui donne à la nostalgie, dans un contexte de capitalisme de circulation accélérée à son paroxysme, une valeur ontologique en tant que sensation d’une déspatialisation et de l’impossibilité d’une « habitation véritable » (p. 65). Aucun de ces chapitres, si ce n’est peut-être celui de Jean-Sébastien Hardy ne s’intéresse aux conditions matérielles de l’émergence du sentiment de nostalgie ni à la manière dont celle-ci actualise certains rapports de pouvoir. Nous pensons notamment aux liens à creuser entre nostalgie et décolonisation.

Haut de page

Bibliographie

NIEMEYER Katharina (dir.) (2014), Media and Nostalgia. Yearning for the Past, Present and Future, Basingstoke, Londres, Palgrave Macmilan, coll. « Memory studies ».

JANKÉLÉVITCH Vladimir (1974), L’irréversible et la nostalgie, Paris, Flammarion, coll. « Champs essais ».

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Charlet Brethomé, « Emmanuelle FANTIN, Sébastien FEVRY et Katharina NIEMEYER (dir.) (2021), Nostalgies contemporaines : médias, cultures et technologies »Communication [En ligne], vol. 40/2 | 2023, mis en ligne le 14 décembre 2023, consulté le 14 avril 2024. URL : http://journals.openedition.org/communication/18323 ; DOI : https://doi.org/10.4000/communication.18323

Haut de page

Auteur

Charlet Brethomé

Charlet Brethomé est étudiant au doctorat à la faculté de communication de l’Université du Québec à Montréal. Courriel : brethome.charlet@courrier.uqam.ca

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search