Navigation – Plan du site
Lectures

Robert AIRD et Marc-André ROBERT (2016), L’imaginaire comique dans le cinéma québécois 1952-2014

Québec, Septentrion
Denis Bachand
Référence(s) :

Robert AIRD et Marc-André ROBERT (2016), L’imaginaire comique dans le cinéma québécois 1952-2014, Québec, Septentrion

Texte intégral

1L’engouement des Québécois pour la comédie ne requiert pas de longues démonstrations. Il n’est pour s’en convaincre que de constater la popularité des nombreux (trop… diront certains) festivals qui lui sont consacrés. Les humoristes sont omniprésents dans les médias, à la télévision et à la radio, et de plus en plus au cinéma où ils se voient souvent confier les premiers rôles, au grand dam de certains comédiens. Il n’est pas étonnant dans ce contexte que ce soit les comédies qui remportent le plus de succès en salles. Certains s’en plaindront, alors que d’autres s’en réjouiront. Quoi qu’il en soit, comme le font remarquer les auteurs, il est remarquable de constater que le Québec fut le seul endroit au monde où un film de la cinématographie nationale, Les boys (Louis Saia, 1997), a détrôné Le Titanic de James Cameron. Fortement imprégnée par la comédie et l’humour, la culture populaire québécoise se révèle ainsi un puissant catalyseur identitaire. C’est ce que s’emploient à démontrer les auteurs de cet ouvrage, Marc-André Robert et Robert Aird, éminent spécialiste de la question (2004 ; 2010 ; 2013).

  • 1 On qualifie ainsi la période qui s’étend des années 1960 jusqu’aux années 1970, en raison des grand (...)
  • 2 Le 20 mai 1980, le gouvernement du Parti québécois de René Lévesque invite la population à se prono (...)

2Comme tout produit culturel, les films sont intimement liés au contexte historique ; leur contenu reflète les enjeux et les valeurs de l’époque de leur création. Il découle de cette observation que ce qui suscite le rire à une certaine époque peut tomber à plat à une autre ou encore que ce qui était sérieux, voire dramatique, dans un film des années 1950 ou 1960 peut aujourd’hui faire sourire ou même carrément déclencher le rire. L’hypothèse qui sous-tend la recherche vise entre autres à souligner le contraste qui existe entre les films de la Révolution tranquille1, caractérisés par l’engagement politique et social, comme Un jeu si simple (Gilles Groulx, 1964), À Saint-Henri le cinq septembre (Hubert Aquin, 1962) ou C’est pas la faute à Jacques Cartier (Clément Perron, 1967), et ceux réalisés après l’échec référendaire de 19802, qui reflètent un certain désengagement et un repli sur soi. À cet égard, Le confort et l’indifférence (1981) représente une étape charnière non seulement dans la trajectoire de Denys Arcand, mais également dans celle de la cinématographie nationale qui s’éloignera progressivement du militantisme politique proprement dit pour se tourner vers des sujets plus intimes, liés par exemple à la marginalité comme dans Au clair de la lune (Marc-André Forcier, 1983), à la religion avec Jésus de Montréal (Denys Arcand, 1989) ou encore à la famille et à l’enfance avec des films familiaux de la série des Contes pour tous comme La guerre des tuques (1984) et Opération beurre de pinottes (1985).

  • 3 « Étoffe présentant des poils couchés, soyeux et brillants, plus longs et moins serrés que ceux du (...)

3Remontant le fil du temps depuis Oh ! Oh ! Jean de Joseph-Arthur Homier (1922), En pays neufs : un documentaire sur l’Abitibi de l’abbé Maurice Proulx (1937), La Dame aux camélias (1942) et Tit-Coq (1953) de Gratien Gélinas, jusqu’aux productions plus récentes comme La grande séduction (Jean-François Pouliot, 2003) et De père en flic (Émile Gaudreault, 2009), en passant par Deux femmes en or (Claude Fournier, 1970) et Le déclin de l’empire américain (Denys Arcand, 1986), les auteurs ratissent l’ensemble de la cinématographique québécoise pour y débusquer ce qui suscite des « éclats » de rire. Ceux-ci peuvent être déclenchés soit à partir des ressorts de l’intrigue, soit à partir de situations et de dialogues humoristiques, qui peuvent se retrouver au sein de longs métrages ne faisant pas explicitement partie de la catégorie des comédies. C’est pour cette raison que le titre de l’ouvrage précise fort justement qu’il s’agit d’un essai sur « l’imaginaire comique », et non pas d’une « histoire de la comédie ». On cite à titre d’exemple certains passages du documentaire Le confort et l’indifférence (Denys Arcand, 1981) où les propos moqueurs du narrateur se font particulièrement cyniques à l’endroit des adeptes de bingo et de camionnettes décorées de peluches3. Ou encore cette scène cocasse du Gros Bill (Jean-Yves Bigras et René Delacroix, 1949), où l’on voit le personnage principal d’un gabarit fort impressionnant soulever de terre une toute frêle et menue Juliette Béliveau. Cependant, comme il faut bien cerner les limites de l’entreprise, le corpus est principalement constitué de comédies précisément désignées comme telles par la Régie du cinéma du Québec.

4L’ouvrage est structuré en fonction des genres tels que l’ironie, le burlesque, le sarcasme ou l’absurde, de même que des procédés humoristiques comme le quiproquo, la comparaison, la caricature ou la personnification. La grille utilisée pour l’analyse de plus d’une centaine de films a d’abord consisté à établir une répartition catégorielle (comédie de mœurs, romantique, grotesque, etc.), à énumérer et à décrire les personnages principaux, à déterminer les types de comique (burlesque, cynisme, ironie, humour, etc.), à définir la variété des rires mobilisés (engagé, politique, subtil, scato, etc.) et finalement à déterminer quel est le sujet de la moquerie. Cet arsenal méthodologique établi, il ne reste plus qu’à procéder à l’extraction et au classement des scènes et des dialogues à teneur comique, tout en notant qu’un film peut se retrouver dans plusieurs des sections, selon les procédés employés. On saura gré aux chercheurs de guider le lecteur à travers cet univers foisonnant de procédés, d’intrigues et de dialogues en prenant soin de définir en introduction de chacun des neuf chapitres la nature des éclats de rire qui font l’objet de l’analyse. Par exemple, au chapitre 3, on rappellera que la duperie

demeure un ressort classique de la comédie en partant d’Aristophane et Ménandre, en passant par Plaute, Térence, les farces médiévales, Molière, les contes immoraux du XVIIIe siècle, Marivaux, Beaumarchais, Feydeau, les Marx Brothers, les canevas du théâtre burlesque aux comédies contemporaines et québécoises (p. 52).

5C’est dire l’importance et la profondeur, pour ne pas dire le sérieux (!), de l’érudition mobilisée au service de cet essai qui confirme que la spécificité de la comédie québécoise est liée à un puissant sentiment d’identification.

6En d’autres termes, les procédés classiques de la comédie sont mis au service des référents identitaires et culturels ainsi que de l’actualité nationale pour provoquer l’adhésion du public. La langue est également un puissant facteur d’identification. À ce sujet, le rappel en conclusion d’une polémique sur l’usage de la langue populaire a le mérite de souligner que le cinéma est un art populaire qui, pour attirer le public, doit en quelque sorte « parler sa langue ». Il s’agit pour Robert de l’un des facteurs déterminants de la préservation de l’identité, et dirions-nous de la pérennité du cinéma québécois qui doit se mesurer aux productions de nos voisins du Sud. Si l’identification est le ressort premier de l’intérêt pour les comédies, on ne peut ignorer le rôle primordial de la langue pour susciter un sentiment de reconnaissance de soi et d’appartenance à sa communauté. En contribuant à attirer le public vers les comédies nationales, la langue agirait en quelque sorte comme un rempart apte à endiguer l’influence par trop pressante et envahissante de la concurrence étatsunienne.

7Sans ignorer les curieux et les curieuses, adeptes du cinéma québécois qui souhaitent en savoir davantage, cet ouvrage intéressera d’abord les chercheurs et les spécialistes du cinéma et de l’humour. Ils y trouveront ample matière à réflexion sur l’évolution de la société québécoise vue à travers le prisme déformant et grossissant de la comédie.

8En réaction au vœu formulé par les auteurs au sujet de « la folie et [de] la naïveté » (p. 15) assumée de leur entreprise, je leur souhaite de vendre suffisamment d’exemplaires pour payer la note de frais de leurs psychologues ! Finalement, je signalerai ce qui me semble une faute majeure pour un ouvrage « savant », même s’il porte sur l’humour, soit l’illustration de la page couverture. Ce masque constitué d’une paire de lunettes assorties d’un gros nez et de moustaches est grotesque et ne rend pas justice à ce qu’il doit annoncer.

Haut de page

Bibliographie

AIRD, Robert (2004), L’histoire de l’humour au Québec, de 1945 à nos jours, Montréal, VLB éditeur.

AIRD, Robert (2010), Histoire politique du comique au Québec, Montréal, VLB éditeur.

AIRD, Robert et Lucie JOUBERT (dir.) (2013), Les Cyniques : le rire de la Révolution tranquille, Montréal, Triptyque.

Haut de page

Notes

1 On qualifie ainsi la période qui s’étend des années 1960 jusqu’aux années 1970, en raison des grands changements sociaux et culturels qui allaient faire entrer le Québec dans la modernité. Cette décennie coïncide avec l’arrivée au pouvoir du gouvernement libéral de Jean Lesage, dont le slogan de campagne était Maîtres chez nous. Elle se caractérise par la volonté de prise en charge des leviers économiques et par la montée d’un nationalisme québécois distinct de l’identité traditionnelle canadienne-française.

2 Le 20 mai 1980, le gouvernement du Parti québécois de René Lévesque invite la population à se prononcer par référendum sur le projet de souveraineté-association avec le reste du Canada. La victoire des fédéralistes refroidit les ardeurs des militants, artistes et intellectuels mobilisés en faveur de l’indépendance depuis les années 1960.

3 « Étoffe présentant des poils couchés, soyeux et brillants, plus longs et moins serrés que ceux du velours ». Antidote, version 9.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Denis Bachand, « Robert AIRD et Marc-André ROBERT (2016), L’imaginaire comique dans le cinéma québécois 1952-2014 », Communication [En ligne], vol. 35/1 | 2018, mis en ligne le 26 février 2018, consulté le 23 septembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/communication/7419

Haut de page

Auteur

Denis Bachand

Denis Bachand est professeur au Département de communication de l’Université d’Ottawa. Courriel : dbachand@uottawa.ca

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Communication sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo Université de Laval
  • OpenEdition Journals