Navigation – Plan du site
Lectures

Élise ASPORD et Éric DACHEUX (dir.) (2015), La communication, point aveugle du métier de chercheur : mémoires et leçons d’un séminaire pluridisciplinaire

Paris, CNRS Éditions
Vindicien V. Kajabika
Référence(s) :

Élise ASPORD et Éric DACHEUX (dir.) (2015), La communication, point aveugle du métier de chercheur : mémoires et leçons d’un séminaire pluridisciplinaire, Paris, CNRS Éditions

Texte intégral

1Le concept de communication a été défini un nombre de fois incalculable, aussi bien en sciences de l’information et de la communication que dans toutes les autres sciences ou pratiques humaines. Chacun y va de sa façon pour cerner et circonscrire une notion qui peut, à certains moments, apparaître comme un « fourre-tout », tellement elle recouvre très largement une multitude d’assertions (Sfez, 2017 ; Perruchot Garcia, 2012 ; Willett, 1992). En revanche, il n’est pas courant que des chercheurs se lancent dans une invective ou une réflexion au sujet de la communication scientifique, tellement le concept semble complexe et difficile d’approche (Enserink, 2016).

2Survolant près d’un quinquennat de séminaires placés sous le sceau d’une large interdisciplinarité, le présent ouvrage collectif rend compte des activités desdits séminaires expérimentaux soutenus par l’Institut des sciences de la communication du Centre national de la recherche scientifique, dirigé par Dominique Wolton. Tenus en Auvergne, ces séminaires promeuvent une recherche d’épistémologie comparée sur cette pratique professionnelle peu étudiée. De là, ils en tirent les principaux enseignements et réunissent les réflexions d’une communauté « ouverte » de chercheurs, issus tant des mathématiques, de la physique, des sciences de l’éducation, de l’histoire de l’art que de la biologie, de la linguistique ou des sciences de la communication notamment.

3Objet de mémoire et de découverte, donnant à voir les chemins empruntés pour construire le savoir et dévoilant un point aveugle, sinon impensé, du métier de chercheur, ce collectif poursuit trois principaux objectifs :

  • Le premier est d’ordre ethnographique. Il s’agit de donner à voir un travail interdisciplinaire en cours de façonnement. L’objectif est de livrer les éléments nécessaires pour comprendre le fonctionnement des séances dudit séminaire et offrir un aperçu de la dynamique des échanges, en mettant en lumière les doutes des chercheurs, leurs différences ainsi que leur plaisir à mener une recherche sans aucune autre contrainte que celle d’explorer des voies nouvelles. C’est dans cette perspective qu’il y a été choisi d’en présenter deux séances dans sa première partie et de proposer, en son annexe, un ensemble de documents (verbatims, comptes rendus subjectifs, documents de préparation, etc.) offrant aux étudiants ou aux chercheurs intéressés par « la fabrique » de la science un accès à une matière brute préscientifique qui n’apparaît guère dans les produits finis que sont les articles scientifiques ;

  • Le second objectif est d’ordre réflexif. Il est question de la raison qui justifie le fait de s’engager dans un séminaire « Épistémologie de la communication scientifique ». Il s’agit, entre autres, de se demander quelle est l’influence de ce travail interdisciplinaire non balisé sur les recherches principales. Dans cette activité, chaque participant joue le jeu en éclairant sa collaboration à ces séminaires par un parcours de vie scientifique et en livrant, dans son style propre, ses remarques personnelles basées sur ses convictions et son ressenti. Ce travail réflexif, assez peu visible dans l’analyse scientifique classique, laisse entrevoir la place de l’homme chez le chercheur, montre comment le caractère personnel et la formation disciplinaire se conjuguent pour offrir un regard singulier sur une aventure commune ;

  • Le dernier objectif est d’ordre scientifique. Les regards singuliers et distincts sur ces séminaires quinquennaux permettent-ils, malgré tout, l’élaboration d’un savoir commun sur la communication scientifique ? Telle est, dans cette finalité, la question qui a servi de fil conducteur à ces séminaires dont les visées épistémologiques ont servi de nœud gordien à l’ensemble de participants. Sans prétendre révolutionner la manière dont la recherche conçoit la communication scientifique, les cinq années de réflexion commune et de partage convivial ont permis de construire des désaccords féconds sur ce que les participants entendent par communication scientifique.

4Cependant, il convient de relever que même si cet ouvrage se veut un condensé des séminaires épistémologiques du pôle auvergnat de recherche scientifique sur la communication, il apparaît que ce déroulé n’est qu’une juxtaposition de topos donnant à voir des bribes de réflexion par moments maladroitement posées sans consistance rationnelle et dans une simplicité quelquefois déconcertante et banale. Cela est d’une gêne très persistante tout au long de la lecture, gêne pouvant malheureusement occulter les intentions premières des concepteurs de ces séminaires auvergnats. 

5Pour illustration, il n’y a qu’à se référer à la présentation de la séance par le météorologue Christophe Duroure :

C’est le premier séminaire de l’année. Cela va donc être un séminaire un peu informel sur l’utilisation des maths, quel que soit le domaine scientifique, la science étant prise le plus large possible. Hélas, il n’y a pas de biologiste présent. Pour commencer, je vous présente à nouveau le texte d’appel de cette séance qui était un peu polémique, pour susciter des réactions (p. 34).

6Quelques lignes, plus bas, après la présentation du texte de l’appel, Duroure renchérit sans transition : « Je vais maintenant présenter la carte de René Thom qui est un mathématicien atypique mais très sérieux » (p. 34-35).

7Rien, dans le développement qui précède cette irruption et dans celui qui lui succède, ne semble indiquer pourquoi la carte de Thom est évoquée ici. Ce type de situation se multiplie dans différentes parties de ce livre, ce qui donne parfois à voir l’ouvrage comme une improvisation non suffisamment mûrie pour une publication éditoriale. Par-ci, par-là, les constructions ne sont pas liées par des connecteurs qui, pourtant, auraient permis d’assurer la cohérence des réflexions ainsi qu’une suite dans les idées et analyses des différents intervenants de ces séminaires quinquennaux.

8La conséquence de ce déficit aussi bien syntaxique que logique est donc l’absence d’une chute pouvant servir de référence ou de résultat à ces discussions coulées dans un ouvrage de 236 pages. Par instants, il faudrait plus que du génie pour déceler le rapport à la communication — scientifique — dans certaines anecdotes, indications et occurrences provenant de différentes disciplines faites par certains intervenants à ces séminaires épistémologiques d’Auvergne. Il en est de même pour la difficulté de saisir le lien de cause à effet entre les interventions ou le rapport à l’épistémologie communicationnelle entre deux ou plusieurs interventions données par des orateurs au cours d’une même séance du séminaire.

Haut de page

Bibliographie

ENSERINK, Martin (2016), « In dramatic statement, European leaders call for “immediate” open access to all scientific papers by 2020 », Science News, 27 mai. [En ligne]. http://www.sciencemag.org/news/2016/05/dramatic-statement-european-leaders-call-immediate-open-access-all-scientific-papers. Page consultée le 28 septembre 2017.

PERRUCHOT GARCIA, Valérie (2012), Dynamiser sa communication interne, Paris, Dunod.

SFEZ, Lucien (2017), La communication, Paris, Presses universitaires de France, Coll. « Que sais-je ? ».

WILLETT, Gilles (1992), La communication modélisée, Ottawa, ERPI.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Vindicien V. Kajabika, « Élise ASPORD et Éric DACHEUX (dir.) (2015), La communication, point aveugle du métier de chercheur : mémoires et leçons d’un séminaire pluridisciplinaire », Communication [En ligne], vol. 35/1 | 2018, mis en ligne le 26 février 2018, consulté le 17 novembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/communication/7422

Haut de page

Auteur

Vindicien V. Kajabika

Vindicien V. Kajabika est chercheur au Communication, Information, Médias-Centre d'Étude sur les Images et les Sons médiatiques (CIM-CEISME), Université Sorbonne Nouvelle – Paris 3. Courriel : vuninga@yahoo.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Communication sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo Université de Laval
  • OpenEdition Journals