Navigation – Plan du site
Lectures

Bertrand CABEDOCHE (2016), « “Communication Internationale” et enjeux scientifiques : un état de la recherche à la naissance des sciences de l’information-communication en France »

Les Enjeux de l’information et de la communication, 17(2) : 55-82
Sameh Chabbeh
Référence(s) :

Bertrand CABEDOCHE (2016), « “Communication Internationale” et enjeux scientifiques : un état de la recherche à la naissance des sciences de l’information-communication en France », Les Enjeux de l’information et de la communication, 17(2) : 55-82.

Texte intégral

1C’est à l’occasion des 15 ans de la revue Les Enjeux de l’information et de la communication et pour répondre aux sollicitations que le professeur émérite Bernard Miège avait faites à une vingtaine de chercheurs experts et engagés dans le domaine de la communication internationale qu’est paru ce dossier spécial1 sur L’internationalisation de la culture, de l’information et de la communication : quels enjeux contemporains ? Dans son introduction, Miège contribue à sa manière à la compréhension de mutations en cours de la culture, de l’information et de la communication. C’est ce que nous pouvons déduire en relisant tous les textes qui sont commandés et publiés dans ce dossier. Par-delà des frontières et en plus de la diversification des sujets et de l’étendue des préoccupations, les auteurs ont questionné, suivant les trajectoires et les logiques propres de leurs travaux et méthodologies, les enjeux majeurs contemporains de l’internationalisation de la culture, de l’information et de la communication. Ils ont revisité les configurations actuelles de l’internationalisation (l’internationalisation des activités d’information-communication, mais aussi l’internationalisation des acteurs) qui ne cesse de s’élargir de manière complexe. Leurs réflexions se focalisent sur cette question, d’un point de vue théorique et méthodologique divergent et extra-régional, dépassant l’espace francophone et les cadres nationaux. Ce qui confirme bien que le développement des travaux en information-communication au-delà des frontières s’est traduit par une diversification des théories ainsi que par une complexification des méthodologies, d’où d’ailleurs l’intérêt de ces approches et la pertinence des contributions de ce dossier. Tous les auteurs convoqués se sont intéressés non seulement à l’aspect théorique des problématiques internationales et transnationales (la mondiaglobalisation, la diversité culturelle...), mais aussi aux polarisations régionales, aux stratégies industrielles, communicationnelles, informationnelles et culturelles nouvelles ainsi qu’à l’évolution permanente des pratiques et usages de consommation (accompagnées et accentués par l’évolution des techniques d’information et de communication).

2Sur la conceptualisation théorique de l’internationalisation et ses objets de connaissance, Karle Nordenstreng questionne et déconstruit les mythes libéraux et ultra-libertaires portés par la doctrine de la liberté de la presse. Il critique la notion même de la liberté de la presse et des médias telle qu’elle est conçue dans la pensée occidentale — comme un concept évident en soi. Il propose la notion de la liberté positive comme un moyen d’atteindre d’autres objectifs plus généraux. Il montre aussi la non-concordance de la liberté d’expression et des médias avec le libre marché, notamment à l’ère des réseaux numériques.

3Dans une optique critique à l’idée dominante considérant le Web comme un espace de la diversité de l’offre d’information internationale et qui est à l’origine de l’avènement d’une économie de l’information en réseau, Tristan Mattelart invite à déconstruire ces visions naïves de la diversité de l’information et à « ne pas considérer l’environnement de l’information en ligne comme étant structuré par des logiques radicalement opposées à celles qui organisent l’information hors ligne » (p. 123). Il mentionne que les règles du jeu de l’information internationale sont en train de se redéfinir. Il fonde son argumentation sur des travaux de chercheurs pionniers comme Chris Paterson (2007), Itai Himelboin et al. (2010) et Kohei Watanabe (2013).

4La réflexion du professeur et spécialiste de Media Studies Lee Artz s’inscrit dans le cadre théorique de la New Cultural Hegemony et du Global Media, qui montre que l’audience, la création et la consommation culturelle globale sont en grande partie déterminées par la structure actuelle des médias globaux. L’auteur aborde la division internationale du travail culturel — en œuvre dans les industries culturelles et créatives transnationales — sur les transformations de la consommation culturelle globale et des contenus médiatiques promouvant des normes sociales culturelles et des styles de vie susceptibles de favoriser les intérêts du capitalisme transnational (transnational capitalism), où la publicité devient cruciale pour maximiser les profits, ce que Artz conclut dans ce texte.

5Il revient ensuite à Joseph Straubhaar de révéler les changements dans les sociétés latino-américaines qui ont touché les pratiques de consommation télévisuelle des nouvelles classes moyennes inférieures au Brésil et au Mexique pendant cette dernière décennie. S’inspirant de la théorie bourdieusienne du capital économique et du capital culturel et se basant sur des données d’enquêtes théoriques, empiriques et d’audiences, l’auteur met en évidence l’augmentation de l’appel à des chaînes étrangères importées, qui est due en effet au développement de la consommation de l’offre multi-canaux et de la télévision payante (pay TV).

6Outre les approches uniquement théoriques, plusieurs contributions sont au cœur de ce dossier témoignant de l’intérêt pour une concentration croissante de l’information-communication dans différentes régions du monde.

7La contribution du chercheur africain Jean-Chrétien Ekambo problématise la corrélation entre le médiatique et le politique (dans deux pays d’Afrique centrale : la République démocratique du Congo et le Cameroun), en tenant compte notamment de la multiplicité des partis politiques et des médias. Ceux-ci partagent avec le multipartisme un ensemble de déficiences symétriques, une « symétrie de déficiences » (p. 84). Il est de l’initiative d’André Lange-Médart de présenter dans ce dossier une première lecture analytique et critique du texte de révision de la Directive sur les services de médias audiovisuels proposé par la Commission européenne le 25 mai 2016. « Ce texte contient des avancées intéressantes, mais aussi marque les limites de l’ambition et des capacités réglementaires de l’Union européenne » (p. 91). Daya Thussu, de son côté, met en évidence l’expansion des médias et des réseaux de communication chinois et indiens en Afrique, en s’intéressant en particulier au soft power des médias indiens et chinois au Kenya. Thussu montre que même si ces médias sont en croissance, ils ne peuvent constituer une solution de remplacement à la domination multifacette des médias américains, dans le temps court. Dans le même ordre d’idées, Bernard Schiele revient sur le mouvement de valorisation et de promotion de la culture scientifique constaté en Chine. Ce pays ne cesse de miser sur la créativité et l’innovation, et corrélativement sur la mobilisation des chercheurs et des experts scientifiques, « mobilisation et conversion des esprits », selon l’expression utilisée par Schiele, et qui est essentielle pour « réussir, une acculturation de la population dans un effort d’adaptation à un nouvel environnement sociotechnique de production et de consommation » (p. 183). Dans une perspective similaire, l’étude de Philippe Bouquillion constitue le fil conducteur de son texte ; celle-ci concerne les enjeux et les dynamiques de transformation des industries créatives indiennes, tels l’artisanat et le design, ainsi que les facteurs qui favorisent le déploiement des scénarios de ces industries dont la « fertilisation croisée » participe à « la construction de la valeur symbolique, marchande et à la construction de l’indianité » (p. 50-51).

8Dans la même optique que Bouquillion, en se montrant critiques à l’égard de la notion énigmatique d’économie créative, Philip Schlesinger et Kate Oakley relèvent que les industries créatives participent d’une orthodoxie globale allant bien au-delà du champ culturel et de la définition de la culture comme une question économique qualifiée de creative economy. Selon Oakley, en s’inscrivant dans un modèle de « globalisation désormais caduc », les industries créatives sont conçues différemment dans le monde et engendrent des inégalités sociales et économiques atténuées. C’est pourquoi l’auteure appelle, dans ce texte, à un modèle de développement culturel pluraliste et égalitaire. Abordant l’axe des stratégies récentes des acteurs industriels, et contrairement à certains textes présentés dans ce dossier, Juan Miguel De Bustos se préoccupe principalement de mettre en exergue le rôle nouveau des groupes mondiaux de communication comme les GAFA (Google, Amazon, Facebook et Apple). Ceux-ci sont devenus, grâce à leur fonctionnement écosystémique, des intermédiaires ou des distributeurs de contenus culturels sur les marchés internationaux. Ils sont devenus des écosystèmes globaux ; ils exploitent les données, les big data, au détriment des industries culturelles médiatiques. L’auteur cite ici l’exemple du groupe médiatique Disney, qui est arrivé (par ses différentes et récentes stratégies) à mieux optimiser ses ressources publicitaires dans la création de nouveaux produits et à construire son écosystème de contenus qui peuvent être exploités sur différents supports. Quant à Luis Albornoz, il s’interroge sur le défi numérique et les déséquilibres des biens et services culturels sur le marché international, dix ans après l’entrée en vigueur de la Convention sur la diversité des expressions culturelles (UNESCO, 2005). Il tente de savoir dans quelle mesure ce traité international peut proclamer un rééquilibre des flux internationaux du commerce des biens et services culturels. Or, s’appuyant sur des données émanant de sources publiques (OMC, ISU) et privées, l’auteur constate que les inégalités sont toujours aussi flagrantes et que les fossés se creusent au détriment des pays en développement. Il faut admettre aussi que la capacité de la Convention à agir sur la réalité (culturelle) est limitée. En outre, avec l’émergence de plateformes numériques transnationales de commercialisation de biens et de services culturels et en l’absence « d’un consensus sur le besoin d’adapter la Convention à l’ère numérique [...], la tâche a été donnée à d’autres organisations internationales qui se chargent d’établir les normes liées à ce défi » (p. 20).

9Dans le cadre du questionnement sur le développement à venir d’Internet, Vincent Mosco définit les traits caractéristiques de la prochaine étape du progrès, en mettant l’accent sur l’informatique en nuage (cloud computing), les services d’analyse des données (big datas analytics) et l’Internet des objets. S’inscrivant dans une perspective de prolongement des travaux antérieurs, l’auteur étudie ce sujet qui soulève de vraies questions liées à l’interconnexion des populations à un réseau mondial de centres de données en nuage (cloud computing), valorisables commercialement, ou encore liées aux risques sur la vie privée et la sécurité ou à l’avenir du travail. Quant à Gaëtan Tremblay, il expose dès la première partie de son texte le cadre général du projet de construction de sociétés du savoir diverses, plurielles, dynamiques et évolutives, fondées sur le respect des personnes, des cultures et de l’environnement. Il pense que la mise en œuvre de « ce projet utopique à maints égards […] implique l’adoption de stratégies diverses certes, selon les cultures et les contextes socio-économiques » (p. 239). L’auteur conclut que ce projet est essentiel et que « l’accès universel à l’information et au savoir est une condition incontournable pour l’émergence et l’épanouissement des sociétés du savoir » (p. 244).

10Enfin, il est intéressant de souligner que toutes ces contributions sont intéressantes et qu’elles constituent un apport scientifique majeur dans la discipline. Nous souhaitons toutefois mettre en lumière la contribution particulière du professeur grenoblois Bertrand Cabedoche. À la différence des auteurs précédemment cités, Cabedoche met en question et réinterroge l’expression même de Communication Internationale ainsi que son domaine de circonscription, en dépassant l’espace francophone des travaux et des approches sur la communication internationale. Sa réflexion est, selon nous, le fondement de toute interrogation épistémologique, conceptuelle et méthodologique de tout un travail sur la culture, l’information et la communication.

En effet, [l]’appellation objectivante Communication Internationale n’existe ni en tant que concept, ni en tant que champ, catégorie, théorie, école, discipline ou filière et ne donne lieu à aucune approche méthodologique originale. Son domaine de circonscription reste flou et élastique (p. 55).

11C’est par la mise en garde envers ce dogme de la Communication Internationale ainsi que par la recommandation à prendre en compte la complexité de ses enjeux et des jeux d’acteurs que la convocation du terme charrie que Cabedoche entame sa réflexion sur ce sujet qualifié d’« objet de connaissance […] insaisissable » (p. 57). Pour Cabedoche, qui nous le savons est engagé très activement dans de multiples actions de coopération internationale en information-communication en Asie, dans les Amériques et surtout en Afrique et au Moyen-Orient et qui est responsable de la chaire UNESCO en… Communication Internationale de l’Université Grenoble Alpes, la dénomination Communication Internationale constitue une « appellation faussement objectivante » (ibid.), ne serait-ce déjà qu’à partir de sa propension à se présenter toujours plus englobante, et ce, quels que soient les discours prétendant en rendre compte. L’auteur estime que l’appellation est quelque part une « espèce de masque pour traduire véritablement les jeux d’acteurs » [Sameh Chabbeh, entretien avec Bertrand Cabedoche, Grenoble, 1er juin 2017].

12Dans ce texte commandé qui s’inscrit dans une longue réflexion, après plus de trente ans d’enseignement, de recherche et d’expertise à l’échelle nationale et internationale, Cabedoche focalise sa réflexion sur « cette expression caméléon » (ibid.), afin d’éclairer scientifiquement l’ampleur et le déploiement de la Communication Internationale dans le discours des acteurs, voire des auteurs. Il retrace ainsi la généalogie de ces représentations selon « chacun des axes, synchronique et diachronique et chacune des dimensions, temporelle et spatiale, structurant l’évolution référentielle de cette expression » (ibid.). Le professeur grenoblois choisit de mettre l’expression Communication Internationale en italiques et de l’introduire par une majuscule à chaque première lettre des éléments composant le syntagme objectival, afin de la distinguer d’une appellation commune et de mettre ainsi en lumière la réification de la notion par les acteurs, malgré son caractère flou et élastique. Une fois la précaution prise, les difficultés ne sont pas pour autant résolues. Quels acteurs considérer, quand l’appellation ne se réduit pas aux relations stricto sensu entre les États-nations, mais renvoie plutôt à une communauté d’acteurs toujours plus large ? Quels territoires et objets de terrain saisir, quand selon l’auteur « toute problématique relative à la communication pourrait être classée comme internationale, même les problématiques les plus locales ayant aujourd’hui une résonance extra territoriale peuvent donc être appréhendées avec en arrière plan les enjeux internationaux » [Sameh Chabbeh, entretien avec Bertrand Cabedoche, Grenoble, 1er juin 2017] ? Quelles écoles théoriques distinguer quand, comme le souligne Christian Agbobli, professeur à l’Université du Québec à Montréal, la tradition de recherche en communication internationale s’est diversifiée, sans cesse marquée par de nouvelles tendances et de nouveaux défis : « […] la communication internationale ne se limite plus aux puissances étatiques classiques et aux médias traditionnels, mais intègre de nouveaux acteurs [...] et de nouveaux enjeux » (Agbobli, 2015 : 67) ? Le découragement pourrait saisir le chercheur, embarqué dans le projet épistémologique d’éclairage de ces enjeux. Si Cabedoche en convient parce que « les références en sont multiples, la polysémie étant une des caractéristiques de cette appellation », l’auteur estime pouvoir finalement dire que la Communication internationale « n’a aucune signification » en tant que concept structurant [Sameh Chabbeh, entretien avec Bertrand Cabedoche, Grenoble, 1er juin 2017]. « La polysémie terminologique dissuade d’une recherche. Pour autant, la référence produit des effets de sens, qu’il est aujourd’hui temps de mettre en perspective » (p. 55).

13Pour un repérage éclairant relatif à cette Communication Internationale discutable et tout en se méfiant de questionnements spécifiques d’écoles aujourd’hui dépassées (l’École du développement ou l’École de la dépendance qui avaient monopolisé le débat des années 1970), ainsi que « des impositions de sens par les milieux professionnels et les acteurs » (p. 75), Cabedoche adopte le fil conducteur des propositions théoriques et des questionnements épistémologiques et méthodologiques des sciences de l’information et de la communication, au moment de leur apparition en France à la fin des années 1970. Pour autant, la mise en perspective des enjeux de la Communication Internationale se développe bien au-delà de la discipline qui l’inspire et du pays d’où elle s’est initialement exercée. Pour Cabedoche, qui vient du journalisme, du droit et des sciences politiques avant d’être professeur de sciences de l’information et de la communication, l’approche communicationnelle constitue un fil conducteur d’autant plus intéressant que la discipline procède déjà elle-même au croisement de plusieurs autres disciplines scientifiques, et s’élargit en France de « productions et collaborations scientifiques transnationales » (p. 56). Elle intègre avec distanciation le repérage des résonances théoriques au sein du débat public, tout en se gardant des pièges du médiacentrisme et des tentatives d’imposition de sens des acteurs. Méthodologiquement, la démarche de Cabedoche se veut ainsi d’abord déductive, mobilisée dans ce travail sur le choix de contenus théoriques, l’auscultation d’articles scientifiques, à partir du mot-clé Communication Internationale et nourrie de ses propres travaux de synthèse, déjà publiés dans de nombreux pays et dans plusieurs langues, entre 1980 et 2016. Le travail de Cabedoche concrétise ainsi le vœu, déjà exprimé dans la discipline, de « penser la communication à partir de l’international » (Mattelart, 1992 : 8) et de connaître ce qui se passe dans l’espace-monde, pour, par exemple, « combattre les formes multiples que revêt l’exclusion de l’autre, ici comme ailleurs » (ibid.), quand l’imaginaire social relayé par les médias, avec la coalition des États-nations, fait de plus en plus « appel à la peur de l’Autre et à son exclusion souvent brutale » (Cabedoche, 2017 : 5).

14Par ailleurs, à titre de président du réseau mondial des chaires UNESCO en communication qu’il est parvenu à faire reconnaître en tant que think tank de l’UNESCO en 2013, Cabedoche obéit également à la recommandation de l’UNESCO, qui invite à éclairer les enjeux intellectuels dans le sens de l’ouverture, du dialogue, de la découverte dans le but de l’acceptation de l’autre et du refroidissement de la température politique du monde (UNESCO, 2010). Cabedoche retrace ainsi la genèse du savoir sur la Communication Internationale qui, avant les regards originaux des sciences de l’information et de la communication, relevait d’abord d’un savoir universitaire exclusivement consacré aux relations entre les nations, au sens d’acteurs étatiques. Au XXe siècle, on assiste alors à un glissement de sens de l’expression, dépassant les seuls échanges entre les États et débordant du droit de (et à) la guerre, quand on considérait que « la communication sert d’abord à faire la guerre » (Mattelart, 1992 : 5). Le décodage des finalités et le décryptage des jeux de communication ainsi que la mise en place des stratégies et tactiques de communication deviennent le nouveau langage des acteurs, dont « les jeux tactiques, militairement et logistiquement dominés, œuvrent à compenser l’asymétrie des conflits par de subtiles logorrhées discursives » (p. 58). Enfin, la fin du XXe siècle est marquée par une évolution de la « diplomatie du fort au faible, basée sur la dissuasion militaire […], à une diplomatie du fort au fou, lorsque l’adversaire déterritorialisé se révèle insensible à la dissuasion dans la contrainte technologique et la raison » (ibid.). Rappelons ici qu’au moment de la naissance de la discipline pendant la guerre froide, la désignation même de la Communication Internationale par la Maison-Blanche est apparue pour se substituer au terme « guerre psychologique », dont la connotation négative renvoyait davantage au registre militaire qu’à la théorie psychologique, laquelle avait révélé combien « les psychologues […] étaient avides de démontrer que leurs outils pouvaient être utilisés pour la défense nationale en temps de paix » (Mattelart, 1992 : 97). Cette « novation terminologique n’avait pas empêché la remise en question des thèses diffusionnistes, dont le déterminisme technologique avait cependant déjà inspiré de nombreuses politiques, dites de développement » (p. 61), ou comme certains préfèrent l’écrire : Communication pour le changement social, ainsi que l’ont proposé les chercheurs réunis au colloque international organisé à Douala en 2005. Le changement social apparaît alors comme une zone de transparence et de consensus pour les théories critiques en communication (Missé, 2014). Le nouveau contexte mondial se révèle ainsi constitutif d’ambiguïtés, de tensions au niveau des relations internationales, d’enjeux complexes, de crises du sens, de rapports de forces « justifiés » (Boltanski et Thévenot, 1991), sur fond du Nouvel esprit du capitalisme (Boltanski et Chiapello, 1999) et dans lequel Le bateau ivre de la mondialisation (Zacharie et Toussaint, 2000) navigue.

15Sans prétendre à l’exhaustivité et pour démêler l’écheveau, Cabedoche expose tout le répertoire scientifique disponible, à l’inventaire duquel les sciences de l’information et de la communication se sont livrées dès leur apparition, « pour construire la spécificité de leurs paradigmes sur le terrain de la Communication internationale » (p. 59). Il présente les outils méthodologiques, conceptuels et théoriques essentiels, tout en soulignant que les recherches en Communication Internationale ont d’abord été encadrées par les théories de l’État, avant de considérer les dimensions critiques mobilisées, d’ordre communicationnel, historique, économique, sociologique, anthropologique, philosophique, linguistique, sémiologique, etc. Autour de cet objet de connaissance apparaissent ainsi : la philosophie politique, l’anthropologie sociale, la criminologie et la sociologie, la linguistique et la sémiologie, la psychanalyse, l’histoire, la démographie, les sciences de la gestion, l’économie politique critique, la sociologie critique…, autant de « territoires scientifiques particulièrement encombrés » (p. 57) et de « géographies disciplinaires hétérogènes » (p. 60). Cabedoche circule dans ce dédale, en mettant en exergue les partages scientifiques que lui a permis la collaboration des chercheurs français, mais aussi étrangers, rencontrés lors des multiples partenariats universitaires qu’il a par ailleurs, sans relâche, contribué à développer pendant plusieurs décennies. Le résultat lui permet, avec d’autres, de déconstruire les prénotions facilement naturalisées par les acteurs : « ère numérique, diversité culturelle, modernité, communication pour le développement, dépendance, journalisme de la paix, créativité citoyenne, etc. » (p. 57) Il évoque les convergences théoriques, conceptuelles et l’hétérogénéité des savoirs, avant même que « les sciences de l’information-communication ne redessinent des sillons déjà creusés, pour ensuite affirmer davantage leur autonomie » (p. 60). Cette internationalisation de La pensée communicationnelle (Miège, 2004) qui « est reconnue et parfois appréciée dans d’autres Régions du Monde, doit incontestablement s’ouvrir à d’autres inspirations théoriques et à d’autres thématiques, émergeant ça et là, sous peine de rester pas trop marquée par des réflexions et des pratiques émanant des pays dominants » (Miège, 2004 : 112).

16Pour dépasser le plongeon vertigineux dans un répertoire scientifique et disciplinaire complexe, sans ligne de force structurante, Cabedoche évoque le rapport McBride — auquel il a indirectement contribué en 1980, comme cela est rappelé en note de bas de page dudit rapport (1980, note 9 : 226) après avoir été repris par Hervé Bourges (1976, chapitre 2) — comme premier événement institutionnel symbolique de l’« influence théorique majeure témoignant des relations de proximité que les chercheurs de la discipline entretiennent depuis la France avec des collègues étrangers » (p. 62). Selon l’auteur, ce rapport « mérite attention a posteriori, pour les questions qu’il soulevait et dont certaines restent d’actualité ; pour la perception contradictoire des enjeux qu’il offrait […]. [Il participait d’une] conférence de consensus avant l’heure » (Cabedoche, 2011 : 71). En ce sens, deux auteurs finlandais sont aussi convoqués (Nordenstreng et Varis, 1974), inspirateurs de la vocation scientifique de Cabedoche et auteurs du concept de circulation à sens unique de l’information mondiale. Les déséquilibres de la circulation de l’information à l’échelle mondiale ainsi révélés ont aussi inspiré les acteurs critiques. Contrairement aux sciences de l’information et de la communication qui ont vite pris leur distance par rapport aux lectures cartographiques rigides des phénomènes de domination, ces acteurs de la vulgarisation scientifique se sont habitués à séparer dichotomiquement la planète, d’un côté en un Nord, « frappé de plus en plus par le “syndrome de la fatigue par l’information” », et de l’autre en un Sud « qui rêve de télécopieurs, d’Internet, de boîtes vocales et autres banques de données informatisées » (Char, 1991 : 121). La mise en cause des agences mondiales du Nord (Associated Press, United Press International, notamment), alors souvent pointées comme facteurs du « déséquilibre des flux de l’information dont souffrent les pays du Sud » (p. 72), avait provoqué le départ des États-Unis et du Royaume-Uni de l’UNESCO, tous deux heurtés par l’attitude critique des théoriciens de l’École de la dépendance, que l’UNESCO avait semblé accueillir favorablement, dans cette deuxième moitié des années 1970. À la suite de la résonance de ces travaux dans l’espace public, certains observateurs avaient distingué les « ventres pleins » et les « ventres vides » de l’information, selon le vocabulaire d’Antoine Char, notamment. Au moment de la naissance des sciences de l’information et de la communication, ces analyses font déjà l’objet de débats intenses à l’UNESCO et provoquent la critique de la référence à un nouvel ordre mondial de l’information et de la communication, auquel le rapport McBride a été rapidement associé.

17Cabedoche montre alors comment les sciences de l’information et de la communication se sont constituées en France, à la fois sensibles aux propositions théoriques critiques qui mettent en cause les convictions de l’École de la modernisation et « réfractaires à une théorie universelle, même critique, de la Communication Internationale » (p. 64-75). Ainsi la discipline n’a-t-elle jamais témoigné d’un enthousiasme quelconque, d’abord pour le fonctionnalisme dont il fallait déconstruire l’empirisme normatif de la lecture proposée de la Communication Internationale, puis pour l’École du développement qui s’en nourrissait. L’auteur exprime son étonnement de la linéarité persistante des propositions théoriques dominantes, qui, hors des sciences de l’information et de la communication, ont comme au XIXe siècle marqué quasiment toutes les institutions du système des Nations Unies. Cabedoche montre « combien la critique théorique de la globalisation viendra perturber le raisonnement, dans les années quatre-vingt-dix » (p. 67), introduisant de manière plus ouverte les questionnements de l’interculturel et des différences culturelles, mais aussi de l’impérialisme culturel, de la déculturation et des nouvelles formes de domination structurant les relations internationales. Fortes de cette déconstruction critique, « les sciences de l’information-communication se construisent cependant à l’écart de ces lectures radicales » (p. 72), pour finalement discuter également l’École de la dépendance.

18Pour comprendre ce positionnement distancié de manière équidistante, Cabedoche invite à prendre en compte les niveaux micro, meso et macro. Le lecteur de sa synthèse ne peut qu’être frappé de l’étendue du repérage documentaire que l’auteur propose, pour montrer que dès la fondation des sciences de l’information et de la communication, les travaux traduisent tous un premier paradigme, surplombant toutes les écoles et propositions théoriques à venir : le rejet de toute perspective techniciste et déterministe, qu’elle se présente comme technologique ou sociale. Ainsi le retour au terrain, in situ et pro tempore, s’avère-t-il un réflexe absolu, dans l’analyse et l’animation des débats publics, face à l’émergence des nouveaux objets et problématiques communicationnels. En procédant ainsi, les questionnements de la discipline se révéleront toujours plus nombreux et croisés, « au fur et à mesure que le domaine de la Communication Internationale s’élargira (p. 76), à l’aune des transformations des sociétés humaines (Miège, 2016) et, successivement, « des recompositions stratégiques des acteurs, de fragmentation et interpénétration des espaces, publics et privés » (p. 76). Cet espace public et comme le rappelle Bernard Miège « se trouve fragmenté, soumis aux pressions des appareils étatiques […] et présente un caractère plus sociétal » (Miège, 2016 : 112). « Au point sans doute de devoir écrire maintenant espace public au pluriel » (Miège, 2010 : 209). La discipline témoigne de ce que nous vivons dans un monde ambigu, caractérisé à la fois par l’accélération des phénomènes de mondialisation, par des logiques et des jeux spécifiques au local et des questions extra-locales ainsi que par le développement de phénomènes d’hybridation culturelle et de crase (entendue chez l’auteur « comme un processus inédit conduisant à un écrasement des données culturelles antérieures », Cabedoche, 2014 : 21).

19Le travail du professeur grenoblois constitue ainsi une production scientifique originale, dont chaque mot, chaque lettre et chaque virgule ont été réfléchis, repensés, critiqués et requestionnés, constituant une démarche scientifique extrêmement rigoureuse sur tous les plans : épistémologique, théorique, conceptuel, méthodologique. Nous pouvons imaginer la part de responsabilité que l’auteur assume, y compris dans le vocabulaire spécialisé, propre aux différentes disciplines convoquées et qui peut rendre une première lecture parfois ardue pour le profane. Le travail mérite alors largement une ou plusieurs relectures, au besoin, pour saisir toujours plus tout l’effort de structuration et de concision du propos, et reconnaître in fine la pertinence d’un texte désormais de référence, sans aucune hésitation. À elle seule déjà, la prise en compte des recherches au-delà des frontières suffirait, conduite par des auteurs souvent non familiers en France, brésiliens, finlandais, chiliens, mexicains, nord-américains, latino-américains, belges, chinois, africains, indiens : Armand Mattelart, que l’auteur a particulièrement fréquenté et dont il assume expressément l’influence, mais aussi Olivier Boyd-Barrett, Michael Palmer, Herbert I. Schiller, Alan Wells, Leena Paldàn, Raquel Salinas, Luis-Ramiro Beltrán, Noam Chomsky, Ramsay Clark, Edward Saïd, Kaarle Nordenstreng, Tapio Varis, Gilles Gauthier, Josué de Castro, Anne Tsui, Missé Missé, Larbi Chouikha. Plus d’une centaine de références, méticuleusement choisies, constituent ainsi un répertoire de qualité, que renforce la pertinence de l’analyse de l’auteur, indispensable désormais à tout étudiant travaillant sur la Communication Internationale et à tout chercheur cherchant à approfondir sa propre réflexion sur cet objet communicationnel, dans toutes ses dimensions, enjeux, jeux d’acteurs, stratégies et tactiques. La multiplicité des approches, la confrontation des théories et des écoles historiques, la pertinence et la clarté des questions posées, les pistes d’analyse proposées et développées ainsi que le fondement du raisonnement offrent aussi pour tout acteur social, responsable politique, décideur… la matière — abondante — pour interroger sa propre réflexion et contribuer au débat autour des enjeux de la Communication Internationale. C’est là aussi tout le mérite de la synthèse proposée par Cabedoche.

Haut de page

Bibliographie

AGBOBLI, Christian (2015), « La communication internationale : état des lieux et perspectives de recherche pour le XXIe siècle », Communiquer, 15 : 65-84.

BOLTANSKI, Luc et Ève CHIAPELLO (1999), Le nouvel esprit du capitalisme, Paris, Gallimard.

BOLTANSKI, Luc et Laurent THEVENOT (1991), De la justification : les économies de la grandeur, Paris, Gallimard.

BOURGES, Hervé (1976), Décoloniser l’information, Paris, Cana, Coll. « Des idées et des hommes ».

CABEDOCHE, Bertrand (2010), « Qui a tué le NOMIC ? », Colloque Communication et changement politique en Afrique, Grenoble, ICM, Gresec – Université Stendhal Grenoble 3, Département de communication de l’Université de Douala et chaire UNESCO en communication internationale. [En ligne]. https://www.youtube.com/watch?v=mw2p3lyhLmM. Page consultée le 1er juillet 2017.

CABEDOCHE, Bertrand (2011), « Le rapport McBride, conférence du consensus avant l’heure. L’expérimentation refoulée d’une médiation politique originale, porteuse d’un espace public sociétal et des valeurs fondatrices de l’UNESCO », Les Enjeux de l’information et de la Communication, 1 : 69-82.

CABEDOCHE, Bertrand (2014), « Culture du chiffre et responsabilité sociale : le déplacement de la charge de l’incertitude sur le facteur humain chez France-Telecom » dans Valérie LEPINE, et al., Acteurs de la communication des entreprises et organisations : pratiques et perspectives, Grenoble, Presses universitaires de Grenoble, p. 21-40.

CABEDOCHE, Bertrand (2017), « La formation au service d’un journalisme de la paix ? Les leçons de l’histoire du journalisme sur le terrain des conflits », 6e symposium International Orbicom, Universitas Pancasila, Jakarta, 4-6 mai, p. 1-15.

CHABBEH, Sameh (2017), entretien avec Bertrand CABEDOCHE, « Communication Internationale : l’appellation masque ! », Grenoble, 1er juin.

CHAR, Antoine (1991), La guerre mondiale de l’information, Québec, Presse de l’Université du Québec.

HIMELBOIM, Itai, Tsan-Kuo CHANG et Stephen McCREERY (2010), « International network of foreign news coverage: Old global hierarchies in a new online world », Journalism and Mass Communication Quarterly, 87(2) : 297-314.

MC BRIDE, Sean (1980), Voix multiples, un seul monde (Communication et société aujourd’hui et demain). Vers un nouvel ordre mondial de l’information et de la communication plus juste et plus efficace, Paris, Documentation française, Nouvelles Éditions Africaines/UNESCO.

MIÈGE, Bernard (2004), La pensée communicationnelle, Grenoble, Presse universitaire de Grenoble.

MIÈGE, Bernard (2016), « 40 ans de recherche en Information-communication. Acquis et questionnements », Les Enjeux de l’Information et de la Communication, 16(1) : 106-113. [En ligne]. http://w3.u- grenoble3.fr/les_enjeux. Page consultée le 10 avril 2017.

MIÈGE, Bernard, (2010), L’Espace public contemporain. Approche info-communicationnelle, Grenoble, Presses universitaires de Grenoble.

MISSÉ, Missé (2014), « Les théories critiques en communication pour le changement social : regard critique », Revue française des sciences de l’information et de la communication, 4. [En ligne]. http://journals.openedition.org/rfsic/. Page consultée le 10 juillet 2017.

PATERSON, Chris (2007), « International news on the internet: Why more is less », The International Journal of Communication Ethics, 4(1-2) : 57-66.

WATANABE, Kohei (2013), « The Western perspective in Yahoo! News and Google News: Quantitative analysis of geographic coverage of online news », International Communication Gazette, 75(2) : 141-156.

ZACHARIE, Arnaud et Éric TOUSSAINT (dir.) (2000), Le bateau ivre de la mondialisation, escales au sein du village planétaire, Liège, CADTM/Syllepse.

Haut de page

Notes

1 Les Enjeux de l’information et de la communication, 17(2). [En ligne]. https://lesenjeux.univ-grenoble-alpes.fr/2016-dossier/Enjeux-Dossier2016.pdf. Page consultée le 22 septembre 2017.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Sameh Chabbeh, « Bertrand CABEDOCHE (2016), « “Communication Internationale” et enjeux scientifiques : un état de la recherche à la naissance des sciences de l’information-communication en France » », Communication [En ligne], vol. 35/1 | 2018, mis en ligne le 26 février 2018, consulté le 20 avril 2018. URL : http://journals.openedition.org/communication/7442

Haut de page

Auteur

Sameh Chabbeh

Sameh Chabbeh est enseignante et chercheure en information-communication, Université Lumière Lyon 2. Courriel : sameh.chabbeh@univ-lyon2.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Communication sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo Université de Laval
  • OpenEdition Journals