Navigation – Plan du site
Lectures

Patrick CHAMPAGNE (2016), La double dépendance. Sur le journalisme

Paris, Raisons d’agir
Ágoston Fáber
Référence(s) :

Patrick CHAMPAGNE (2016), La double dépendance. Sur le journalisme, Paris, Raisons d’agir

Texte intégral

  • 1 Un article de Champagne ayant le même titre principal que l’ouvrage ici présenté a été publié en 19 (...)

1L’ouvrage est le fruit de recherches ponctuelles menées de longue date par Patrick Champagne qui sont retravaillées pour aboutir à un livre cohérent consacré à l’analyse de la contradiction interne qui tend à véhiculer tout champ journalistique1. Bien que les exemples cités et les cas analysés se bornent à l’Hexagone, les mêmes tendances ou presque font surface partout dans le monde où le journalisme est pratiqué.

2Le titre de l’ouvrage, qui fournit une analyse bourdieusienne du champ journalistique français dans sa genèse, fait référence à la double dépendance qui caractérise le champ journalistique tel qu’on l’a connu au cours des deux derniers siècles et demi : il devient clair que celui-ci n’a pas cessé de fonctionner sous l’emprise plus ou moins constante et violente du champ politique et économique et de s’organiser en réponse à cette emprise. Selon les époques, l’un était plus puissant, tandis que l’autre l’était moins, et vice versa, ce qui explique que le métier de journaliste est et fut aussi une lutte permanente contre les contraintes exogènes.

3L’analyse consacrée aux diverses interprétations journalistiques de l’événement est axée sur la question de la définition des événements et de leur création, du moins en partie, par les journalistes.

4À partir de la fin du XIXe siècle, la presse politique dite sérieuse à faible tirage se voit de plus en plus concurrencée par un journalisme dominé par la logique du scoop d’une presse populaire à grande diffusion. Dans le cas de celui-ci, les considérations économiques jouent un rôle prépondérant : les événements ne sont plus repérés en fonction de leur importance politique ou sociale, mais ils sont de plus en plus souvent décidés et fabriqués en fonction de leur profitabilité. Ainsi se réalise la bipolarisation du champ journalistique français, un nouveau clivage s’ouvrant entre presse populaire à grand tirage économiquement puissante (France Soir de Pierre Lazareff par exemple) et journaux « crédibles » forts en capital symbolique (Le Monde, Libération, etc.). Après la Seconde Guerre mondiale, le champ journalistique subit une restructuration profonde, ce qui mènera à un rapport de force très inégale entre une presse populaire à grande diffusion, arrivant de plus en plus à imposer sa propre conception de l’événement sur l’ensemble du champ journalistique, et une presse dite sérieuse, politique, mais à faible tirage, bien évidemment au détriment de celle-ci.

5Considérant en détail le cas du Monde dès sa fondation, l’auteur fait voir comment un organe de presse évolue lorsque des considérations politiques et économiques pénètrent son mode de fonctionnement. Mais il explique également comment un journal peut arriver à se libérer dans la plus grande mesure possible de l’influence politique et économique. Au cours des quelques décennies suivant son lancement en 1944, Le Monde a réussi à devenir « le journal de référence » et

le dépositaire d’un journalisme « pur » et « exigeant », c’est-à-dire autonome par rapport aux forces exogènes, aussi bien celles de la politique que celle de l’économie, toujours présentes, qui à la fois rendent possible et menacent en permanence cette activité professionnelle (p. 99).

6L’analyse du fonctionnement du Monde est complétée par celle de la mission impossible des médiateurs du journal — poste créé en vue de lui rendre son ancien éclat ou du moins de mettre terme à l’érosion continue de son lectorat. Pour affirmer l’engagement du journal à ne reconnaître que « les valeurs intellectuelles de vérité, d’honnêteté, de compétence et de rigueur » (p. 93), on nomme un premier médiateur en 1994. Celui-ci devait veiller sur le respect des valeurs revendiquées, s’occuper des lettres des lecteurs engagés (de 1 100 à 1 200 lettres par mois), leur fournir, sous forme d’« avis du médiateur », des explications sur les choix de forme et de contenu et les assurer que leur journal préféré ne cédera jamais aux pressions politiques ou économiques. Que cette entreprise fût vouée à l’échec ne surprendra personne. La tension que les médiateurs étaient censés résoudre était de nature structurelle et émanait du conflit qui traversait, voire dominait tout le champ journalistique : tension entre « la contrainte économique qui pousse le journal à se vendre à un maximum de lecteurs et une vision du journalisme qui n’est plus solvable compte tenu des transformations du champ journalistique » (p. 118). Tout le champ glisse du pôle autonome vers le pôle économique, changement défavorable que la création d’un nouveau poste « tampon » ne pouvait contrer avec succès.

7Malgré les nombreuses tentatives d’y résister, Le Monde suivait ce glissement à son corps défendant : à partir des années 1980, les responsables du journal se préoccupent de plus en plus de l’évolution des ventes, qui est de plus en plus prise en compte en tant qu’indicateur de la qualité du journal ; en 1984 est publié un grand sondage sur un thème très populiste, « Les hommes politiques sont-ils des menteurs ? », bien qu’il fût très longtemps hostile à l’idée de publier des sondages ; en janvier 1995, dès le changement de maquette, la une du Monde s’ajuste mieux à celle des journaux moins sérieux : contrairement au format classique qui comportait plusieurs titres sur les cinq colonnes, désormais un seul titre court est offert chaque jour pour éveiller la curiosité des lecteurs potentiels ; les photographies d’abord en noir et blanc, puis en quadrichromie se multiplient, etc. Autant de changements remarquables qui convergent tous dans la même direction, marquant une ouverture progressive à la logique commerciale et auxquels viennent s’ajouter d’autres phénomènes inquiétants, de nature plutôt politique, relevés par Pierre Péan et Philippe Cohen : « […] soutien partisan lors d’élections, usage de sa réputation pour disqualifier des personnalités, lobbying, collusion avec le pouvoir en place, rubrique des livres qui encense un petit nombre d’auteurs pratiquant le “renvoi d’ascenseur”, recours à l’intimidation, etc. » (cité par Champagne, p. 136).

8Le chapitre consacré à la « pensée par sondages » attire l’attention du lecteur sur le fait que la logique commerciale relevée lors de l’analyse de l’itinéraire du Monde dans le champ journalistique se reproduit dans l’univers des grands médias nationaux. Alors que, par exemple, la part des ménages disposant d’un téléviseur augmente de 6 % en 1957 à 62 % en 1968 pour atteindre 82 % en 1974, la télévision publique se voit contrainte d’abandonner son autonomie culturelle relative, et que la publicité est introduite sur la première chaîne en 1968 et sur la deuxième en 1971, les annonceurs ne peuvent pas ne pas vouloir connaître l’efficacité de leurs publicités, en bref le nombre et la composition des téléspectateurs qu’elles atteignent. Avec l’invention de l’audimat, petit boîtier installé initialement dans 600 foyers en 1982 et censé enregistrer et transmettre sur le coup des informations sur le fonctionnement des téléviseurs connectés, la commercialisation des médias est poussée encore plus loin. En effet, cette tendance ne se voit que renforcée par l’introduction de la publicité sur la troisième chaîne en 1983 et par le lancement de chaînes commerciales (la 5, M6 et TF1 privatisée) en 1986. Il devient clair que « la logique du marché économique tend à l’emporter sur la logique proprement culturelle » (p. 161).

9Le dernier chapitre (avant la conclusion), qui fournit l’analyse rapide des transformations liées à Internet, est en contraste avec les parties précédentes du livre dans la mesure où il donne l’impression d’avoir été un peu hâtivement juxtaposé au reste du livre pour tout simplement « le mettre à jour ». Lorsque le lecteur lit que « les transformations du journalisme qui sont dues à l’arrivée d’internet dans les salles de rédaction ne sont pas moins grandes que celles qui furent produites par les sondages », mais qu’elles « restent encore difficiles à évaluer aujourd’hui » (p. 168), il ne s’étonne pas que la grille d’analyse bourdieusienne employée de façon si féconde au cours des chapitres précédents ne soit malheureusement pas, cette fois-ci, appliquée et il se doute que cette partie aura du mal à s’intégrer organiquement dans le tout.

10Bien que des tentatives plus ou moins sérieuses fussent entreprises pour faire barrage au glissement vers la logique commerciale (le lancement d’ARTE en 1992 sans publicités, la création du poste de médiateur au Monde en 1994 ou la suppression des publicités sur les chaînes publiques après 20 heures en 2011), elles ne furent que des gouttes d’eau dans la mer. Au fur et à mesure, les contraintes structurales s’imposent avec succès sur quasi l’ensemble du monde journalistique et médiatique.

11Dans cette optique, le livre de Champagne, écrit dans un langage clair et accessible au grand public, peut être également lu comme la chronique d’une lutte héroïque de longue date de certaines rédactions qui, au début du nouveau millénaire, durent finir par céder à des contraintes économiques structurales.

Haut de page

Bibliographie

CHAMPAGNE, Patrick (1995), « La double dépendance. Quelques remarques sur les rapports entre les champs politique, économique et journalistique », Hermès, 17(18) : 215-229.

PÉAN, Pierre et Philippe COHEN (2003), La face cachée du Monde, Paris, Mille et une nuits.

Haut de page

Notes

1 Un article de Champagne ayant le même titre principal que l’ouvrage ici présenté a été publié en 1995 dans les pages de la revue Hermès.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Ágoston Fáber, « Patrick CHAMPAGNE (2016), La double dépendance. Sur le journalisme », Communication [En ligne], vol. 35/1 | 2018, mis en ligne le 26 février 2018, consulté le 20 septembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/communication/7444

Haut de page

Auteur

Ágoston Fáber

Ágoston Fáber est sociologue, candidat au doctorat à l’École des Hautes Études en Sciences Sociales (EHESS Paris) et à l’Université Eötvös Loránd (ELTE Budapest). Il est également rédacteur de la revue de sciences sociales hongroise Replika. Courriel : agostonfaber@gmail.com

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Communication sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo Université de Laval
  • OpenEdition Journals