Navigation – Plan du site
Lectures

Pierre COSSETTE (2016), Publier dans une revue savante. Les 10 règles du chercheur convaincant plus la « règle d’or »

2e édition, Québec, Presses de l’Université du Québec
Laurence Fond-Harmant
Référence(s) :

Pierre COSSETTE (2016), Publier dans une revue savante. Les 10 règles du chercheur convaincant plus la « règle d’or », 2e édition, Québec, Presses de l’Université du Québec

Texte intégral

1Le projet de l’ouvrage de Pierre Cossette est de transmettre les outils de réflexion et de structuration pour alimenter et orienter la « conversation savante ». L’auteur produit la deuxième édition de ce travail augmenté de plus de 110 références (au total 183). Il met également un accent particulier sur la dimension éthique de la publication scientifique. Professeur associé à l’École des sciences de la gestion de l’Université du Québec à Montréal, Cossette a enrichi cette deuxième édition de sa double expérience lors d’échanges avec ses collègues et étudiants d’une part, et tout un travail de recherche approfondie et utile sur cette thématique d’autre part. Il s’appuie sur de nombreux articles et documents ainsi que sur l’expertise de rédacteurs en chef de revues savantes. Il propose à la fois un « regard global et détaillé » des règles à suivre pour être un chercheur qui convainc les reviewers et les rédacteurs en chef de publications savantes et professionnelles. Améliorer les pratiques d’écriture des chercheurs par une réflexion de fond sur le processus de constitution et de transmission des connaissances, voilà ce qui semble être le projet sous-jacent de ce petit guide. Rendre les auteurs enthousiastes et confiants apparaît comme une seconde intention sans être secondaire. Cossette aborde son ouvrage comme un dialogue avec les chercheurs et parle de leur place, de leur rôle et de leurs comportements dans le monde de la recherche.

2Pour contribuer à la « conversation savante », l’auteur nous fait cheminer en 11 étapes, sous forme de 11 règles, y compris une règle d’or relative à « l’intégrité dans la science ». Chaque sous-chapitre amène le lecteur à s’interroger pertinemment étape par étape pour structurer son texte. Tout comme dans les publications biomédicales ou en promotion de la santé, c’est la structure IMRED qui est adoptée, sans être nommée : Introduction, Méthodes, Résultats, Et Discussion. Cette structure compose les quatre premières règles.

I. Introduction

3La règle 1 pose la formulation claire de l’objectif général de la recherche et la façon convaincante de bien mettre en évidence l’intérêt de le poursuivre.

4La règle 2 porte sur la justification des questions et hypothèses de recherche et de l’ancrage théorique. L’auteur montre l’intérêt d’un examen de la littérature approfondi, critique et structuré pour rendre compte du contexte théorique singulier dans lequel le chercheur veut s’inscrire.

M. Méthodes

5Le cadre méthodologique doit être explicite préconise la règle 3. Il s’agit de procéder de manière adéquate sur le plan technique, de s’assurer que tout est en accord avec l’objectif de la recherche et de ses fondements théoriques. L’exposé d’une méthodologie de qualité doit reposer sur des informations pertinentes et précises.

R. Résultats

6La règle 4 concerne l’exposé des résultats. Sont-ils clairement présentés ? Sont-ils liés à l’objectif de la recherche, à ses hypothèses ou à ses questions spécifiques ? L’interprétation des résultats doit être sans équivoque et techniquement correcte. C’est un enjeu majeur pour une publication d’attribuer du sens aux résultats de la recherche et de les faire reposer sur les données obtenues, qu’elles soient quantitatives ou qualitatives. C’est dans les résultats que réside la contribution d’une publication.

D. Discussion

7Après la présentation et l’analyse, la phase de discussion doit rappeler les objectifs. La règle 5 consiste à « discuter de manière approfondie de l’apport théorique des résultats et des implications, sans oublier de faire état des limites de la recherche ». Celles-ci ne viennent que « contextualiser » l’apport théorique de la recherche. Le chercheur doit se demander dans quelle mesure les facteurs contextuels empêchent la généralisation des résultats d’étude. Cette approche peut l’amener à envisager de nouvelles voies de recherche fondées sur ces limites.

8La discussion permet de mettre en valeur l’apport théorique de la recherche ainsi que ses conséquences sur le développement des connaissances. Elle doit indiquer clairement quelle direction pourrait prendre la « conversation savante » à la suite de cette contribution.

9Les règles suivantes présentées par l’auteur constituent des guides de réflexion complémentaires.

10La règle 6 aide à réfléchir à l’attribution du titre de l’article, qui doit être accrocheur et informatif, en plus d’être clair, précis et court. Le résumé doit être fidèle au contenu de l’article et convaincant quant à la valeur de la recherche effectuée. Il doit susciter non seulement de l’intérêt, mais, pourquoi pas, de l’enthousiasme pour montrer que la recherche est vraiment importante et que l’article vaut la peine d’être lu.

11La règle 7 aborde la place du chercheur face à la littérature savante existante ainsi que sa maîtrise des citations et de leur pertinence. L’auteur met l’accent sur l’intégration des auteurs cités à la « conversation savante » et sur l’intérêt de citer des travaux crédibles, corrects, examinés dans leurs versions originales.

12La règle 8 est consacrée à la qualité de la rédaction : style précis, concis, langage simple, direct et bien structuré. Respect de la langue employée, style vivant, ton approprié et clarté sans faille constituent les ingrédients d’un bon texte qui doit être écrit avec conviction et même avec passion.

13Soumettre son texte à la critique avant de l’acheminer à une revue savante, bien choisir sa revue et réagir de façon constructive aux demandes de modifications composent les éléments de la règle 9.

14La règle 10 s’adresse à l’intelligence émotionnelle des auteurs. Cossette admet que soumettre son travail et recevoir des critiques et des commentaires désagréables peut être très éprouvant, même si cela est constructif : « Tout en demeurant très ouvert à la critique, le chercheur doit apprendre rapidement à se blinder contre l’attitude condescendante ou le ton blessant de certains évaluateurs » (p. 117). Un bon chercheur est un chercheur tenace, les processus de publication étant souvent très longs : il faut être courageux pour écrire et développer un niveau de confiance en soi plutôt élevé. Il est important de persévérer pour participer à la « discussion savante ».

15La dernière des règles constitue la règle d’or. Ce chapitre appuie toute la démarche d’écriture sur la responsabilité du chercheur-auteur. Il introduit la notion d’inconduite en recherche et décrit l’ensemble des situations qui s’y réfèrent : fabrication et falsification d’informations, plagiat et auto-plagiat, multisignature abusive, deni de contribution, mise en ordre injuste des auteurs, soumission multiple simultanée, à répétition, soumission sans accord des coauteurs, soumission prématurée. Le chercheur doit être honnête ; « sans intégrité il perd de sa crédibilité et ses travaux aussi ». Cette dimension déontologique de la recherche et de la communication scientifique doit être promue. Selon Cossette, on peut diminuer l’inconduite en mettant en place un code d’éthique et de déontologie dans toutes les associations de chercheurs.

16Naturellement, la conclusion dans cette démarche de construction de la « conversation savante » amène l’auteur à suggérer la formation des chercheurs et des évaluateurs sous forme d’ateliers d’écriture ou de séminaires. C’est certainement sur ces recommandations que l’ouvrage est le plus novateur.

17Voici un ouvrage qui complète de manière passionnante et novatrice les travaux de Louis Rachid Salmi (2012). Afin d’améliorer la qualité de l’écriture de certains articles à publier, la Société Française de Santé Publique, par l’intermédiaire de la revue Santé Publique, a mis en place avec succès des formations à l’accompagnement à l’écriture pour les chercheurs et professionnels de terrain, notamment auprès de ceux qui mettent en place des actions et interventions de promotion et d’éducation à la santé. Des séminaires sont conduits depuis 2003, notamment en Afrique subsaharienne, au Maghreb et en France dans le réseau des IREPS (Instances Régionales d’Education et de Promotion de la Santé) et de Santé Publique France. Dans la même perspective, plusieurs membres du comité de rédaction ont publié un ouvrage collectif (Alla et Ferron, 2006). Ces exemples montrent la faisabilité et la pertinence des préconisations proposées par Cossette pour améliorer la « conversation savante ».

18Les analyses proposées dans l’ouvrage sont solides et riches en argumentations référencées. Néanmoins, cet ouvrage aurait pu être illustré d’un plus grand nombre de supports didactiques (tableaux, schémas, fiches de synthèse), mais cette remarque n’enlève rien à la dimension pédagogique de l’ouvrage, qui est très bien structuré et facile d’accès. Nous ne pouvons qu’encourager les chercheurs et évaluateurs à sa lecture et à son usage comme guide d’accompagnement à la rédaction scientifique et à son évaluation.

Haut de page

Bibliographie

ALLA, François, et al. (2006), Écrire en santé publique : guide d’aide à la rédaction en promotion de la santé, Éditions SFSP, Société Française de Santé Publique, Vandœuvre les Nancy.

SALMI, Lois Rachid (2012), Lecture critique et communication médicale scientifique : comment lire, présenter, rédiger et publier une étude clinique ou épidémiologique, Paris, Elsevier Masson.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Laurence Fond-Harmant, « Pierre COSSETTE (2016), Publier dans une revue savante. Les 10 règles du chercheur convaincant plus la « règle d’or » », Communication [En ligne], vol. 35/1 | 2018, mis en ligne le 26 février 2018, consulté le 26 avril 2018. URL : http://journals.openedition.org/communication/7457

Haut de page

Auteur

Laurence Fond-Harmant

Laurence Fond-Harmant est chercheure au Luxembourg Institute of Health et membre des comités de rédaction de la revue Santé publique de la Société Française de Santé Publique et de la revue La Santé en action de Santé publique France. Courriel : laurence.fond-harmant@lih.lu

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Communication sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo Université de Laval
  • OpenEdition Journals