Navigation – Plan du site
Lectures

Grégory DERVILLE (2017), Le pouvoir des médias

4e édition, Grenoble, Presses universitaires de Grenoble, Coll. « Politique en plus »
Imen Ben Youssef
Référence(s) :

Grégory DERVILLE (2017), Le pouvoir des médias, 4e édition, Grenoble, Presses universitaires de Grenoble, Coll. « Politique en plus »

Texte intégral

1Dans son ouvrage, Grégory Derville s’intéresse au pouvoir des médias ainsi qu’aux rapports entre le champ politique et les médias. Les sociétés occidentales ont connu au cours des dernières décennies la montée en puissance des médias. Celle-ci se manifeste par l’engouement des ménages pour l’acquisition de nouveaux appareils de communication, par la forte consommation des programmes télévisés ainsi que par la hausse de fréquentation des sites Web et des réseaux numériques. Ces bouleversements ont touché également le champ politique, qui a dû adopter des techniques et des modes de fonctionnement particuliers dictés souvent par les médias, les instituts de sondage et les conseillers en communication.

2Dans la première partie du livre, l’auteur dresse un bilan des travaux réalisés sur le pouvoir des médias dans le courant de la sociologie des médias. Derville ne s’est pas limité à une simple énumération chronologique des différents courants théoriques, il a également mis en évidence les points de convergence et les ruptures entre eux. Il explique que la sociologie des médias s’est développée pour mesurer la portée des effets des moyens de communication sur le public.

3Les premières études sur les effets des médias réalisées dans les années 1940 et 1950 ont accordé aux médias un pouvoir quasiment illimité pour modeler les consciences et générer des émotions chez les récepteurs (Tchakhotine, 1939 ; Packhard, 1958). Ces auteurs ont souligné l’influence directe, massive et immédiate exercée par les médias sur les gens qui se rapproche du shéma stimulus-réponse de Pavlov. Ces analyses ont été regroupées sous le paradigme des effets puissants. Selon ce courant théorique, l’émetteur est le seul agent actif de tout schéma de communication et le récepteur ne fait qu’absorber passivement ce qu’il reçoit. C’est ce que postule Harold Lasswell dans sa célèbre question-programme formulée en 1948 : « Qui dit quoi, par quel canal, à qui et avec quel effet ? »

4Les premières recherches empiriques réalisées par Paul Lazarsfeld et ses collègues en 1944 introduisent une rupture importante par rapport au paradigme des effets puissants en affirmant que les effets des médias sont variables et limités. En effet, certains mécanismes peuvent limiter la portée de ces effets, à savoir les préférences, les opinions des récepteurs, les groupes primaires qu’ils fréquentent et les statuts qu’ils y occupent. C’est ainsi qu’on a vu naître le paradigme des effets limités, largement reconnu durant des décennies. Dans l’enquête américaine réalisée en 1944 lors d’une campagne électorale, Lazarsfeld constate que le choix des électeurs dépend de celui du groupe primaire auquel il appartient. De ce fait, l’expérience de vote apparaît comme « une expérience de groupe. Les gens qui travaillent ou vivent ou se distraient ensemble sont enclins à voter our les mêmes candidats » (Lazarsfeld et al., 1944 : 137). Les groupes d’appartenance exercent une pression à la conformité, ce qui amène les électeurs à ignorer les messages déviants par rapport aux opinions du groupe d’appartenance et à retenir seulement ceux qui renforcent leur homogénéité. Les médias semblent alors impuissants à générer de vastes effets de conversion dans le choix de vote, mais ils exercent toutefois une forte influence sur le renforcement des opinions et des comportements des électeurs.

5Dans les années 1940-1970, un nouveau courant de recherche fait son apparition : l’école des uses and gratifications. Les auteurs qui s’inscrivent dans ce courant ont analysé les usages que font les gens des médias ainsi que les attentes et satisfactions recherchées — de manière consciente ou inconsciente — par l’exposition aux messages médiatiques. Ce courant a permis de relativiser l’influence des médias sur le public qui semble moins massive et indifférenciée que le supposait les premiers courants. En effet, ce sont les caractéristiques psychologiques, sociales et culturelles internes aux individus qui orientent leurs choix de s’exposer certains messages plutôt que d’autres dépendamment des attentes et des satisfactions recherchées suite à cette exposition (distraction, évasion, sociabilité).

6D’autres travaux sont venus renforcer l’idée de l’influence relative des médias au courant des années 1980-1990 : les études de réception. Les auteurs s’inscrivant dans ce courant de recherche considèrent qu’un message est fondamentalement polysémique et qu’il peut, de ce fait, se prêter à différentes formes d’interprétation. Pour décoder les messages médiatiques, les individus mobilisent des ressources interprétatives qui varient en fonction des milieux socioculturels auxquels ils appartiennent.

7Le processus de décodage répond à plusieurs critères sociaux et culturels.

8Il va sans dire que l’histoire de la sociologie des médias remet en cause le paradigme des effets puissants et de l’omnipotence des médias. Les travaux de Lazarsfeld, les expériences de psychosociologie et enfin les études de réception ont pu démontrer que l’influence des médias dépend de l’insertion des individus dans des groupes sociaux, de leurs prédispositions psychologiques, de leurs attentes et satisfactions ainsi que des codes culturels à partir desquels ils interprètent les messages reçus.

9Dans le chapitre 2 de la première partie, l’auteur explique que l’effet des médias sur le public ne doit pas être analysé de manière restrictive en assimilant l’influence à l’efficacité, car il existe en réalité plusieurs formes d’influence politique possibles. Les médias d’information contribuent à augmenter le niveau d’information du public, ils peuvent modifier leur stock de connaissances, ils peuvent influencer leurs visions du monde, leurs raisonnements. Toutefois, ces mêmes médias sont capables d’orienter l’attention du public sur certains enjeux précis et exercent de ce fait une hiérarchisation des priorités ; il s’agit du concept d’agenda-setting proposé par Maxwell McCombs et Donald Shaw en 1972. En s’exposant aux médias d’information, les individus sont « moins susceptibles de mettre en marche les mécanismes de défense décrits par le paradigme des effets limités » (Katz, 1989 : 80). Ils considèrent ces médias comme des producteurs et diffuseurs d’information et non pas comme des vecteurs de propagande. Les messages médiatiques véhiculés sont donc plus influents, car ils touchent l’aspect cognitif et peuvent même exercer une influence sur le plan évaluatif, voire conatif.

10La théorie de l’agenda-setting a le mérite de rappeler que l’influence des médias dépasse leur fonction de transmetteur d’information, mais réside dans leur capacité à structurer les préoccupations et les connaissances du public. À défaut de dire aux gens ce qu’il faut penser, les médias sont en mesure de dire au public « à quoi il faut penser » en médiatisant certains problèmes plutôt que d’autres. Bien que séduisante, l’hypothèse de l’agenda-setting n’a pas eu de confirmation empirique très claire (Pasquier, 1994 : 67-69). Les résultats empiriques réalisés à partir de ce paradigme ont montré les limites de cette théorie, comme en témoigne l’enquête réalisée par Ray Funkhouser aux États-Unis en 1960 sur les rapports entre les médias, l’opinion publique et les événements réels Funkhouser a pu démontrer qu’il existe bien une relation entre le degré de préoccupation du public exprimé à propos de certains thèmes et la quantité d’information consacrée par les médias à ces mêmes sujets. Cependant, le sens de la causalité n’a pas été vérifié. Est-ce que ce sont les médias qui attirent l’attention du public sur certains sujets et qui sont à l’origine de l’évolution de l’opinion publique face à ces sujets ? Ou est-ce qu’au contraire, les médias ne font que retranscrire les préoccupations des gens ? Certes, la problématique de l’agenda-setting a le mérite de rappeler que l’influence des médias réside non seulement dans la transmission des informations dans une perspective persuasive, mais aussi dans leur capacité à hiérarchiser les préoccupations et les connaissances du public. Les résultats empiriques paraissent toutefois plus décevants et ne permettent pas de généraliser les résultats avancés en 1972 sur la capacité des médias à structurer l’opinion publique.

11En 1991, l’ouvrage de Shanto Iyengar pose une nouvelle problématique qui complète le concept d’agenda-setting ; il s’agit du concept de cadrage, qui consiste à présenter d’une manière particulière chacun des sujets abordés dans les médias. Le choix des mots, des métaphores et des images par les journalistes contribue à façonner l’opinion du public sur certains problèmes sociaux et politiques et favorise par là même certains courants idéologiques et politiques. À travers l’effet de cadrage, les médias tentent d’orienter le jugement du public sur un thème sans lui enjoindre de manière explicite d’adopter un certain comportement ou une certaine opinion. Ce phénomène de cadrage façonne nos catégories de perception et contribue à la construction de la réalité qui nous entoure. « Les médias contribuent à populariser, à amplifier et à cristalliser les stéréotypes sociaux qui circulent dans le corps social à propos de certaines catégories de personnes, et en particulier, les stéréotypes négatifs » (p. 66). Selon Peter Berger et Thomas Luckmann, le décodage du monde se fait selon des « typifications » (1986 : 47-48) qui consistent en des représentations simplifiées de certaines catégories d’individus (les politiciens, les ouvriers, les jeunes, les Arabes, etc.) qui permettent de les appréhender de manière rapide et systématique. Les médias font un tri dans les événements qui surviennent dans le monde et sélectionnent ceux qui leur semblent dignes d’être médiatisés en fonction de certains critères professionnels et techniques, mais également en fonction d’intérêts idéologiques en lien plus ou moins étroit avec des intérêts économiques ou sociaux. Au final, Derville note que « nous ne sommes pas en contact, par l’intermédiaire des médias, avec le monde, mais seulement avec certains fragments du monde, qui plus est abordés sous un angle bien particulier » (p. 69). Ainsi, en attirant l’attention sur certains faits et discours, les médias transmettent une image particulière de la réalité qui peut favoriser certains groupes plutôt que d’autres en véhiculant et en légitimant leurs idées et leurs actions.

12Après l’effet d’agenda-setting et l’effet de cadrage, un autre mécanisme mis en évidence par Shanto Iyengar et Donald R. Kinder (1987) démontre l’influence des médias sur le jugement du public ; il s’agit de l’effet d’amorçage qui consiste à évaluer les partis et les acteurs politiques à partir de la position qu’ils prennent par rapport au thème en question.

13Derville expose dans la suite du chapitre 2 les principales recherches effectuées sur l’effet des médias et sur la manière dont ils structurent nos rapports au monde qui nous entoure et nos relations avec les autres. Parmi ces recherches, le paradigme technologique ou « médiologique » développé par Marshall McLuhan en 1960 constitue une révolution dans le domaine de la sociologie des médias. En effet, longtemps les chercheurs ont considéré les médias comme des conducteurs neutres et se sont intéressés aux messages qu’ils véhiculent, alors que McLuhan explique avec sa célèbre formule « Le message, c’est le médium lui-même » que le pouvoir magique des médias réside dans le fait qu’ils constituent « des prolongements de nos organes physiques et de notre système nerveux, destinés à en accroître la force et la rapidité » (p. 114). En effet, les médias modifient nos valeurs, nos perceptions, nos relations interpersonnelles, notre relation au temps et à l’espace ainsi que notre vision du monde.

14Cependant, Derville souligne le pouvoir des médias à accentuer les disparités entre les groupes sociaux et culturels, comme l’ont si bien formulé Philip Tichenor, George Donohue et Clarice Olien à travers le concept de knowledge gap en 1970. En effet, les personnes plus favorisées sur le plan socioculturel ont tendance à être mieux équipées en technologies de communication, elles sont mieux informées, elles sont plus attentives aux informations qu’elles reçoivent, plus critiques à l’égard des médias que le sont les membres des catégories défavorisées. Les nouvelles technologies de l’information et de la communication, et en particulier Internet, semblent accentuer davantage le phénomène de knowledge gap, dans la mesure où les utilisateurs d’Internet ont un profil particulier : ils sont généralement plus jeunes, plutôt masculins et ils ont un capital culturel et scolaire élevé. Derville explique que les raisons de cette fracture sociale sont d’abord d’ordre économique. En effet, le matériel informatique et l’accès illimité à Internet représentent des frais élevés pour certains, notamment pour les personnes vivant en zones rurales. Toutefois, d’autres facteurs favorisent cette fracture numérique ; il s’agit des facteurs socioculturels. L’utilisation d’Internet et des nouvelles technologies recquiert la maîtrise de certaines compétences en informatique, en anglais, en rédaction et en écriture, mais surtout des compétences en termes de gestion et de traitement de l’information. Le flux continu d’informations diffusées sur Internet  peut embrouiller les individus dans leur quête d’informations fiables et pertinentes et peut « provoquer l’inhibition du citoyen ou le mettre dans l’impossibilité de se décider » (Vedel, 2003a : 209).

15Dans les années 1940, un nouveau courant d’analyse apparaît en sociologie des médias : les cultural studies. Les représentants de l’école de Francfort, en particulier Theodor W. Adorno et Max Horkheimer, se sont attachés à poser un regard critique sur la culture de masse et sur la façon dont les médias et les industries culturelles façonnent la société moderne. Les défenseurs de ce courant critique estiment que les médias exercent un effet idéologique très puissant  qui se révèle dans la massification de la société, l’uniformisation des individus, la standardisation de leurs idées et de leurs comportements, la diffusion de stéréotypes, etc.

16Le début des années 1970 a été marqué par un retour en force des études critiques. Les défenseurs de ce courant adressent plusieurs reproches au paradigme dominant des effets limités, « d’abord en raison de la conception trop restrictive de l’influence qu’il adopte, mais aussi et surtout en raison de son conservatisme sur plan social et politique » (p.73). Selon ce courant critique, non seulement les individus sont inscrits dans des groupes primaires, mais également ils appartiennent à de vastes groupes sociaux (classes sociales) qui façonnent en grande partie leurs attentes à l’égard des médias et leurs réactions aux messages qu’ils reçoivent. Or, ces groupes sociaux ne sont pas représentés de la même manière dans les médias. Certains en sont exclus ou marginalisés, alors que d’autres groupes ayant des ressources politiques, économiques, culturelles et symboliques plus grandes dominent et arrivent à imposer leurs idées et leur vision du monde.

17Contrairement aux courants de recherche antérieurs qui considèrent seulement les effets des contenus politiques, le courant des cultural studies estime que la domination culturelle peut s’exercer par l’intermédiaire de contenus médiatiques qui semblent relever du seul divertissement comme les variétés, les feuilletons, la publicité ou les retransmissions sportives. Ce genre de programme diffuse des grilles d’interprétation de la réalité, des modèles de pensée et d’interprétation qui peuvent influencer certains segments du public. Dans le contexte médiatique actuel où l’information se mêle au divertissement et où le débat se transforme en spectacle, l’apport des cultural studies semble encore plus pertinent, notamment avec l’explosion d’Internet.

18D’autres chercheurs (Curran, 1982 ; Cardon, 1995) ont étudié la contribution des médias à la formation et à la transformation des identités individuelles et collectives. À travers les programmes divertissants, certains modèles de pensée et d’action valorisés socialement sont proposés aux individus et peuvent contribuer à construire, à renforcer ou à faire évoluer leurs identités individuelles.

19Certaines recherches contemporaines se sont penchées sur la contribution des médias au lien social différents niveaux d’analyse. Au sein de la famille, l’écoute de la télévision constitue un moment pendant lequel les membres de la famille échangent, discutent, confrontent leurs centres d’intérêt et leurs désirs. Sur le plan amical et professionnel, la télévision constitue un objet privilégié de discussion (Boullier, 1991). D’autres auteurs estiment qu’avec l’affaiblissement des grandes institutions socialisatrices dans les sociétés modernes, la télévision crée un espace de communauté invisible et impalpable. La réflexion sur la création de lien social par l’intermédiaire des médias ne cesse de s’accentuer, notamment à la suite de l’apparition dans les années 2000 des réseaux sociaux numériques qui permettent aux usagers de partager des contenus, d’interagir et d’échanger avec d’autres internautes.

20Dans la deuxième partie du livre, Derville s’est intéressé à l’influence des médias sur l’organisation et le fonctionnement du monde politique. Dans cette partie, l’auteur présente les nouvelles pratiques et les principaux acteurs du paysage politique actuel en se basant sur des exemples concrets et des études empiriques. Il souligne qu’il ne faut pas appréhender le rapport entre communication et politique comme un rapport d’extériorité ; au contraire, la communication fait partie intégrante de la politique.

21En effet, la médiatisation exerce une influence sur la vie politique sur plusieurs plans, d’abord sur la sélection du personnel politique. Auparavant, l’exercice d’une activité politique nationale exigeait d’avoir un certain nombre de ressources partisanes et parlementaires. Avec la médiatisation, cette condition n’est plus suffisante pour être un bon acteur politique. Il faut désormais savoir séduire un public plus vaste, plus hétérogène, principalement formé par des individus peu ou pas politisés. Cela suppose de maîtriser des qualités spécifiques, des savoir-faire et des savoir-être. Il ne suffit plus d’être intègre, compétent et honnête, il faut surtout savoir se mettre en scène et surligner ces qualités.

22De plus en plus de professionnels du conseil en communication politique défendent l’idée qu’une carrière politique brillante requiert la maîtrise de l’art de communiquer et une bonne gestion des apparences médiatiques. Cette compétence exerce un effet direct sur le processus de recrutement du personnel politique par les médias. Seules les personnes les mieux acclimatées à cette donne sont donc avantagées. De plus, les acteurs de la médiatisation, aussi bien les conseillers en communication que les journalistes et les sondeurs, concurrencent les partis et les électeurs dans le choix des élites politiques, ils font le tri entre ceux qui sont capables de mener une grande carrière politique et ceux qui ne le sont pas. Derville note que les experts en médiatisation « se voient de plus en plus octroyer le droit de décerner, du haut d’une sorte de magistère médiatique, les bons et les mauvais points de communicateurs » (Georgakakis, 1995 : 90). Si une prestation médiatique ne séduit pas les acteurs médiatiques, la femme ou l’homme politique aura plus de difficulté à trouver le soutien des électeurs.

23Le poids des médias dans le processus de sélection du personnel politique est également lié à leur capacité à modifier les cursus politiques. En France, sous la Troisième et la Quatrième République, seuls les dirigeants politiques ayant suivi un cursus politique classique (basé sur la reconnaissance des militants de base, l’investiture pour les élections locales puis nationales, la consécration par les élites du parti) pouvaient prétendre au pouvoir. Avec la Cinquième République, il y a eu un changement de la donne : ne peuvent plus accéder au sommet de l’État que les acteurs politiques ayant suivi un cursus moderne, c’est-à-dire ayant une expertise acquise au cours d’un passage dans une des grandes écoles françaises. Les acteurs politiques ayant suivi ce parcours universitaire sont avantagés par les journalistes dans les médias audiovisuels, car leur formation leur permet de développer des compétences et des savoir-faire pour s’exprimer facilement en public, convaincre et séduire.

24Toutefois, Derville note que certains acteurs politiques n’ayant ni une forte expérience militante ni un cursus universitaire brillant arrivent à occuper des postes au sommet de l’État en s’appuyant sur une popularité acquise dans le monde du sport ou les affaires (Bernard Tapis en France, Donald Trump aux États-Unis, Silvio Berlusconi en Italie) et consacrée par les sondages. À ce titre, Derville parle d’un renouvellement de la classe politique basé sur une sélection d’acteurs légitimés par l’opinion publique et ayant des habiletés médiatiques.

25Par ailleurs, la pression de la médiatisation sur les professionnels de la politique apparaît de manière flagrante une fois que ces derniers sont parvenus à des postes de décision, notamment dans les situations de crise. Les acteurs politiques doivent impérativement faire preuve de réactivité et savoir communiquer pour gérer les problèmes suscités par les médias.

La médiatisation tend ainsi à susciter chez les acteurs politiques une forte focalisation sur le court terme. Les médias exercent un impact important sur l’activité interne du champ politique, et en particulier sur l’activité gouvernementale, car ils font émerger des dossiers brûlants tout en appelant une réaction rapide. Bref, ils influencent ou mieux encore bousculent l’agenda politique, et surtout l’agenda gouvernemental (p. 109).

26L’apparition des sondages d’opinion sur les acteurs politiques, sur les projets gouvernementaux ainsi que sur les sujets économiques et sociaux peut modifier les rapports et les équilibres internes au champ politique. En effet, une fois que l’opinion publique est mesurée puis relayée par la presse, les acteurs politiques doivent convaincre leurs électeurs du bien-fondé de leurs décisions. Les résultats de sondage peuvent fragiliser la position d’un acteur politique ainsi que son avenir politique comme ils peuvent devenir une ressource et une force lui permettant de s’imposer par rapport à ses concurrents. La légitimité politique octroyée par le suffrage universel doit être alors continuellement confirmée et entretenue tout au long du mandat politique, d’où la nécessité de maîtriser l’art de communiquer pour démontrer son efficacité.

27Derville estime donc que pour faire face à la pression exercée par les médias et les sondages d’opinion, tout acteur politique doit rendre visible son action dans les médias. Les personnalités politiques doivent ainsi en permanence mettre en scène le fruit de leur travail pour qu’il soit visible pour les journalistes et les citoyens. « Tous essayent à longueur d’année, par leurs déclarations comme par leurs décisions, d’occuper l’espace médiatique, en régissant au plus vite au moindre événement sur lequel il est possible de rebondir, en s’engouffrant dans la moindre fenêtre médiatique » (p. 114). De plus en plus, à l’ère des médias et des nouvelles technologies de la communication, l’action politique est structurée selon un impératif de visibilisation et de spectacularisation en vue de capter l’approbation des médias et de l’opinion publique.

28Par ailleurs, tout professionnel de la politique doit prendre en considération les opinions de l’électorat mesurées par les sondages. En effet, aujourd’hui, les études d’opinion sont prises en considération dans le cercle politico-médiatique, elles sont considérées comme fiables parce qu’elles sont effectuées selon des normes scientifiques. Une fois rendues publiques et relayées par les médias, les opinions des citoyens ne peuvent pas être négligées par les leaders politiques ; bien au contraire, ces opinions doivent être intégrées à leurs programmes d’action et à leurs déclarations médiatiques.

29L’influence des sondages d’opinion se révèle de manière flagrante en contexte de campagne électorale. Ils constituent une sorte de tableau de bord permettant de définir la stratégie et l’argumentaire électoral. Les sondages d’intentions de vote permettent aux partis et aux candidats de connaître l’état des rapports de force électoraux et leur évolution. Ils peuvent remettre en question la légitimité de la candidature d’un acteur politique ayant de mauvais chiffres d’intentions de vote et le pousser à se retirer de la course électorale en faveur d’un autre candidat. L’influence des sondages en contexte électoral se fait également sentir sur les thèmes de campagne ; ces sondages forment des outils de planification du programme et déterminent les lignes d’action stratégiques.

30Devant l’influence exercée par les sondages d’opinion et les médias sur le jeu politique, de nombreux acteurs en communication et plusieurs journalistes ont dénoncé les « dérives » et les risques liés à la médiatisation. Les professionnels de la politique semblent de plus obsédés par le souci de plaire par tous les moyens et d’avoir la sympathie de l’opinion publique. Cela les incite à s’aligner de façon servile sur les attentes et les préoccupations du public, à ne défendre que les opinions ayant l’assentiment de la majorité. Ce caractère démagogique ressort dans certains discours et certaines décisions des acteurs politiques ; il est dans certains cas revendiqué ouvertement.

31Par ailleurs, cette course vers la popularité amène certains gouvernants à consacrer de plus en plus de leur temps à intervenir dans les médias et à faire passer la gestion politique des problèmes au second plan par rapport à la communication. D’un autre côté, la pression exercée par les médias sur les acteurs politiques les incite à gouverner au jour le jour plutôt qu’à proposer des mesures plus efficaces sur la longue durée. Certains dirigeants politiques sont souvent « tentés de repousser les mesures et les projets impopulaires après les élections, quand ils auront le temps nécessaire pour le mettre en place, voire quand ce sera au successeur d’en endosser la responsabilité » (p. 144). Derville admet toutefois que la démagogie est à l’évidence plus répandue en période de campagne électorale et que certaines décisions sont prises par les dirigeants politiques en dépit de l’opposition d’une très large majorité de la population.

32Le processus de médiatisation de la politique a également entraîné des transformations dans le discours des professionnels de la politique. En effet, le développement des médias de masse a poussé les acteurs politiques à remplacer le modèle de discours classique de type magistral par des formes de discours plus souples, plus fluides et plus concrètes. Une telle évolution tient à plusieurs facteurs, d’abord d’ordre technologique : la radio et la télévision constituent des supports de communication différents de la presse écrite puisque le locuteur peut être vu et entendu. Dans un contexte de prolifération des sources d’information et de distraction, il devient de plus en plus difficile de capter l’attention du public. Les professionnels de la politique doivent, en permanence, développer des discours avec un contenu extralinguistique riche en théâtralisant leur exposition médiatique par la posture du corps, les gestes, les mimiques, les regards, etc.

33Ils doivent aussi simplifier le discours de manière à ce qu’il soit compris par un public fortement hétérogène sur le plan sociologique et sur le plan politique. « Pour les experts en marketing politique, simplifier le discours politique consiste aussi à provoquer des émotions dans l’esprit du public, à l’impressionner, à lui plaire, à le séduire » (p. 166). Cet impératif de simplification s’illustre notamment dans les slogans de campagne. Lors des campagnes présidentielles françaises au cours des années 1950 et 1960, les affiches comportaient des slogans assez longs, riches de sens sur le plan idéologique, alors qu’aujourd’hui, les candidats privilégient l’image et un slogan simplificateur à l’extrême qui met l’accent sur des émotions primaires comme la peur, l’espoir ou l’impatience.

34Au final, une croyance semble faire l’unanimité auprès des différents intervenants dans le processus de médiatisation : la télévision oblige les utilisateurs à faire court et simple et limite fortement les marges de manœuvre. Elle fait l’objet de critique par rapport à l’appauvrissement du discours politique comparativement à une ancienne époque où l’éloquence était considérée comme une qualité sine qua non de tout leader politique.

35Dans le dernier chapitre de l’ouvrage, l’auteur analyse les transformations structurelles du système politique qui sont entraînées par le processus de la médiatisation de la politique. L’une des transformations majeures est la forte personnalisation du jeu politique. Derville souligne qu’il s’agit d’un phénomène nécessaire, qui existe depuis toujours, mais qui est toutefois souvent réducteur. Les spécificités de la télévision impliquent des manières de faire particulières dans la couverture de la vie politique. Contrairement à la presse écrite qui permet des analyses plus détaillées des programmes politiques et des projets de lois, le modus operandi de la télévision l’amène à se focaliser sur un faible nombre d’acteurs politiques ayant une forte notoriété et une plus grande visibilité et à occulter l’immense majorité des acteurs qui font le quotidien de la vie politique.

36Les enjeux et les débats politiques sont présentés non pas comme des affrontements entre des intérêts, des idéologies ou des groupes, mais comme des rivalités entre des personnes. « En se focalisant sur un faible nombre d’acteurs politiques qui se caractérisent par leur notoriété et leur visibilité, le couple médias/sondages fonctionne comme une loupe qui laisse dans l’ombre l’immense majorité de ceux qui font le quotidien de la vie politique » (p. 176).

37D’un autre côté, la médiatisation politique semble accélérer le phénomène d’affaiblissement du réseau militant. En effet, les médias ont contribué à délégitimer et à fragiliser le rôle des militants dans la communication descendante ; à travers les médias audiovisuels, les leaders politiques s’expriment et parlent au peuple « les yeux dans les yeux » (Debray, 1991 : 324) sans avoir besoin d’intermédiaire. Lors des campagnes électorales, le rôle le plus éminent est joué par les conseillers en marketing politique, par les experts en sondage et les publicitaires, tandis que les militants de base sont clairement mis à l’écart.

38En sens inverse, la remontée des informations entre les gouvernés et les gouvernants n’est plus assurée par le réseau militant, mais par les sondages d’opinion. Cela amène les militants partisans à remettre en question leur utilité au sein des partis et même parfois à les déserter.

39Par ailleurs, la montée en puissance des médias et d’Internet a entraîné des mutations autant sur le degré que sur les formes de participation politique des citoyens. En ce qui concerne le degré de participation, les politistes sont mitigés. Certains émettent l’hypothèse que la médiatisation réduit la participation politique des citoyens. En effet, lors des campagnes électorales, les sondages d’intentions de vote dissuadent les électeurs les moins motivés à aller voter puisqu’ils estiment que les jeux sont déjà faits. Roland Cayrol (1993 : 435) croit que les médias de masse ont tendance à détourner les individus de l’engagement militant, en les convainquant de leur impuissance quant à la marche du monde. D’autres politistes émettent l’hypothèse inverse, considérant que la médiatisation entraîne un élargissement de la participation politique. Selon eux, les sondages offrent un nouveau débouché pour l’expression d’une participation politique minimale des citoyens peu politisés et peu actifs politiquement.

40Les médias de masse et les technologies de l’information et de la communication ont transformé les formes de la participation politique des citoyens, comme l’a décrit Jacques Ion dans La fin des militants :

Le modèle classique de l’engagement inconditionnel, chronophage et inscrit dans la longue durée, dans lequel le militant est dévoué corps et âme à la cause qu’il a épousée, est en très net déclin. En revanche, on voit se développer des formes d’engagement plus individualistes, plus souples, largement émancipées par rapport aux partis politiques, plus éphémères et marqués par le souci d’obtenir des résultats concrets en faveur d’une cause bien précise (Ion, 1997 : 104)

41Les technologies de l’information et de la communication, en particulier Internet, tendent à accroître la diffusion de ces formes de participation ponctuelles et limitées au détriment des formes plus traditionnelles. Internet propose des modalités de participation (cybermanifestations, pétitions en ligne, participation à un réseau social de parti politique) moins contraignantes avec un coût d’entrée et de sortie limité et un gain de temps. Petit à petit, le Web s’est imposé comme un espace virtuel de mobilisation. Toutefois, Derville émet des réserves sur la portée de ce type de participation politique. Selon l’auteur,

les cybermanifestations ne semblent guère susceptibles, pour l’heure en tout cas, de déboucher sur des mouvements collectifs de grande ampleur et de produire des effets de réalité en termes d’action publique, notamment parce qu’elles souffrent d’un déficit de légitimité aux yeux des dirigeants politiques (p. 185).

42En outre, la montée en puissance des médias de masse a influencé les processus de mobilisation collective. D’une part, les médias sont de plus en plus instrumentalisés par les groupes en lutte pour mobiliser les sympathisants, pour transmettre les informations et les mots d’ordre entre les militants et pour structurer leur organisation (à l’interne). D’autre part, les médias sont utilisés comme ressource stratégique et comme vecteur de visibilité pour récolter des dons et pour inscrire les revendications à l’ordre du jour politique (communication externe). Cependant, les médias peuvent prendre part aux luttes sociales en choisissant de mettre en avant certains événements plutôt que d’autres.

43Aujourd’hui, les multiples potentialités permises par les médias et par Internet débouchent sur une remise en question du principe même de démocratie représentative et rendent possible la mise en place d’une démocratie directe où tous les citoyens pourraient juger, sanctionner les décisions des gouvernants, et où ils peuvent directement gouverner à travers un engagement politique quotidien. Certains essayistes technophiles tracent même les contours d’une future démocratie électronique. Derville estime que cette vision ambitieuse et enthousiaste se heurte à des limites très importantes. En réalité, les internautes sont très peu actifs politiquement, comme en témoignent les expériences de vote en ligne qui ont donné des taux de participation aussi modestes que les élections classiques. Par ailleurs, les internautes qui participent à la politique par l’intermédiaire d’Internet sont peu représentatifs de l’ensemble de la population. D’un autre côté, les forums de discussion sur Internet ne correspondent pas au modèle d’un débat démocratique où priment le respect des points de vue ainsi que la recherche de la vérité et du bien commun.

44Cet ouvrage a le mérite d’apporter des éclairages percutants sur les différents courants théoriques ayant étudié l’influence des médias en sociologie. Derville ne s’y limite pas à dresser un panorama chronologique des évolutions de la recherche sur ce thème, il s’applique également à dégager les points de convergence et les ruptures entre les principaux courants. Dans la deuxième partie, il analyse les dynamiques entre les médias et le monde de la politique en se basant sur des travaux empiriques ainsi que sur des exemples issus de l’actualité politique récente.

Haut de page

Bibliographie

BERGER, Peter et Thomas LUCKMANN (1986), La construction sociale de la réalité, Paris, Méridiens Klinskiesck.

BOULLIER, Dominique (1991), « Savez-vous parler télé ? », Médias Pouvoirs, 21 : 173-186.

CARDON, Dominique (1995) « Chère Ménie… Émotions et engagements de l’auditeur de Ménie Grégoire », Réseaux, 70 : 41-78.

CAYROL Roland (1993) « Télévision et engagement politique », dans Pascal PERRINEAU (dir.), L’engagement politique. Déclin ou mutation ?, Paris, Presses de la Fondation nationale des sciences politiques, p. 423-438.

CURRAN, James (1982), « Communications, power and social order », dans James CURRAN et Michael GUREVITCH (dir.), Culture, Society and the Media, Londres, Arnold, p. 202-235.

DEBRAY, Régis (1991), Cours de médiologie générale, Paris, Gallimard.

DERVILLE, Grégory (1997), « Les représentations des jeunes de banlieue dans l’émission sportive Stade 2 : les stéréotypes ont la vie dure », dans Éric DARRAS et al., La politique ailleurs, Paris, Presses universitaires de France, p. 194-206.

FUNKHOUSER, G. Ray et Edwin R. PARKER. (1968), « Analyzing coding reliability: The random-systematic-error coefficient » Public Opinion Quarterly, 32(1) : 122-128.

GEORGAKAKIS, Didier (1995), « La double figure des conseils en communication politique », Sociétés contemporaines, 24 : 77-94.

HORKHEIMER, Max et W. Theodor ADORNO (1974/1944), La dialectique de la raison, Paris, Gallimard, Paris.

ION, Jacques (1997), La fin des militants, Paris, L’atelier.

IYENGAR, Shanto (1991), Is Anyone Responsible? How TV Frames Political Issues, Chicago, University of Chicago Press.

IYENGAR, Shanto et Donald R. KINDER (1987), News That Matters, Chicago, University of Chicago Press.

KATZ, Elihu (1989), « La recherche en communication depuis Lazersfeld », Hermès, 4 : 77-91.

LAZARSFELD, Paul et al. (1944), The People’s Choice, New York, Columbia University Press.

MCCOMBS, Maxwell et Donald SHAW (1972), « The agenda-setting function of mass-media », Public Opinion Quarterly, 36 : 176-187.

MCLUHAN, Marshall (1968), Pour comprendre les médias, Paris, Seuil.

PACKHARD, Vance (1994), La persuasion clandestine, Paris, Calmann-Lévy.

PASQUIER, Dominique (1994), « Vingt ans de recherches sur la télévision : une sociologie post-lazersfeldienne ? », Sociologie du travail, XXXVI(1) : 63-84.

SCHUDSON, Micheal (1984), « Embarrassment and Erving Goffman’s idea of human nature », Theory and Society, 13: 633-648

TCHAKHOTINE, Serge (1959), Le viol des foules par la propagande politique, Paris, Gallimard.

TICHENOR, Philip, George DONOHUE et Clarice OLIEN (1970), « Mass media flow and differential growth in knowledge », Public Opinion Quarterly, 34(2) : 159-170.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Imen Ben Youssef, « Grégory DERVILLE (2017), Le pouvoir des médias », Communication [En ligne], vol. 35/1 | 2018, mis en ligne le 26 février 2018, consulté le 24 septembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/communication/7473

Haut de page

Auteur

Imen Ben Youssef

Imen Ben Youssef est docteure en Communication à l’Institut de Presse et des Sciences de l’Information (Université de Tunis) et membre du LabCMO à l’UQAM. Courriel : ibenyoussefkhroufl@gmail.com

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Communication sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo Université de Laval
  • OpenEdition Journals