Navigation – Plan du site
Lectures

Jean FOUCART (2016), Fluidité sociale et conceptualisations de l’entre-deux. Systèmes semi-chaotiques, réseaux et transactions sociales

Aix-en-Provence, Éditions Persée, Coll. « L’arbre du savoir »
Maxime Boucher
Référence(s) :

Jean FOUCART (2016), Fluidité sociale et conceptualisations de l’entre-deux. Systèmes semi-chaotiques, réseaux et transactions sociales, Aix-en-Provence, Éditions Persée, Coll. « L’arbre du savoir »

Texte intégral

1La sociologie est à repenser. Elle doit désormais se saisir des « entre-deux ». Ce faisant, elle est invitée à plus de souplesse et de fluidité, tout en adoptant une logique « floue » et pratique pour étudier la vie sociale qui se déroule dans l’entre-deux. Cette sociologie s’attache à l’étude d’un monde (social) de plus en plus incertain, semi-chaotique et qui ne se borne plus à des lois, mais qui se laisse plutôt approcher par des modèles. Cela se traduit concrètement par une critique d’une sociologie enclavée dans des systèmes explicatifs de la société qui demandent tantôt à être dépassés, tantôt à être croisés, mais sans jamais être totalement abandonnés. C’est ce que propose Jean Foucart dans son ouvrage théorique intitulé Fluidité sociale et conceptualisations de l’entre-deux. Systèmes semi-chaotiques, réseaux et transactions sociales.

2En ouvrant la boîte noire du régime de fluidité, aux contours flous empreints de paradoxes et à une pensée dualiste, Foucart fait un bon dans la modernité de Georges Balandier (1988), qui se caractérise par le « mouvement plus l’incertitude », tout en étant traversé par « le bougé, la déconstruction et la reconstruction, l’effacement et l’apport neuf » (p. 13). On l’aura compris, il est question d’étudier le social par la fluidité et la mobilité, accentuées par des références fortes aux approches sur la complexité d’Edgar Morin, notamment. Mais c’est sans aucun doute l’héritage simmélien qui est le plus marqué dans la réflexion de l’auteur tout au long de l’ouvrage, accompagnée de plusieurs clins d’œil au pragmatisme étasunien, notamment chez John Dewey, Georges Herbert Mead et William James.

3On constate à la lecture de cet ouvrage que sa construction repose sur deux sections conjointes qui ne sont pas annoncées comme telles : une première, plus philosophique que sociologique, et qui pointe du doigt différents problèmes épistémologiques ; une seconde qui, elle, repose sur des approches théoriques à « grande portée » qui sont l’analyse systémique, l’analyse de réseaux et l’analyse des transactions sociales. L’emboîtement de ces deux sections n’est pas aussi clair qu’on l’aurait espéré, et c’est peut-être pour cette raison qu’on peut se satisfaire de l’enchaînement progressif des 12 chapitres qui composent l’ouvrage et dont la préface est signée par Jean Rémy.

4La première section de l’ouvrage (chapitres I à VII) s’organise autour des considérations épistémologiques et l’annonce du programme théorique auquel s’attaque l’auteur, qui s’affaire dans un premier temps à conceptualiser la notion de fluidité faisant place à l’« entre », la notion de pensée floue, qui caractérise le régime de fluidité, puis le concept de système auto (re)producteur. Le travail d’articulation de ces concepts permet à l’auteur de se pencher plus sérieusement sur l’analyse de « l’entre-deux » qui sera au cœur des préoccupations de l’ouvrage, et dont l’hypothèse centrale est « de faire de la construction de l’entre-deux un élément central en régime de fluidité » (p. 15), au prisme des programmes de l’analyse systémique, de l’analyse des réseaux et de l’analyse des transactions sociales. C’est également dans cette première section de l’ouvrage que la réflexion sur l’entre-deux est la plus incisive en ce qui a trait à la construction d’une pensée sociologique, tant sur le plan méthodologique que sur le plan conceptuel.

5La seconde section de l’ouvrage s’intéresse à l’articulation des programmes de l’analyse des systèmes, des réseaux et des transactions sociales. Les premiers chapitres de cette section mettent l’accent sur les approches systémiques (chapitres VIII et IX), aux côtés desquelles on trouve des références notamment à Talcott Parsons, à Niklas Luhmann, à Michel Crozier et à Erhard Friedberg.

6C’est dans ces chapitres que l’auteur se penche sur le travail de définition du concept de système semi-chaotique sur lequel il reviendra plus tard pour discuter des transactions sociales qui opèrent dans les conflits de la vie quotidienne. Toujours est-il que l’auteur aborde la construction des réseaux à travers des métaphores (chapitre X). Qu’il s’agisse des métaphores de l’arbre ou du treillis qui sont notamment discutées par Henri Lefebvre, ou encore de la métaphore du rhizome chez Gilles Deleuze et Félix Guattari, toujours le réseau « fait le lien », comme le souligne Anne Cauquelin (1987). Mais au final, c’est l’approche de Mark Granovetter qui retient davantage l’attention de Foucart.

7Le chapitre XI fait progressivement le lien avec la transaction sociale qui est discutée plus sérieusement au chapitre XII. On y présente l’idée que la transaction sociale est utile pour l’étude des interstices, mais surtout de la construction des micro-compromis au quotidien en régime de fluidité. Dans ce contexte, les transactions sociales agissent comme des modalités pour résoudre des problèmes et dont les solutions sont provisoires et sans cesse sujettes à des révisions.

8Enfin, l’ouvrage se termine par une conclusion qui reprend brièvement certains éléments qui la précèdent tout en ouvrant sur une poursuite de la réflexion qu’élabore l’auteur au fil du texte. Cette conclusion, qui agit du même coup comme une ouverture, retient ainsi que la vie sociale peut être étudiée sur la base de sa non-linéarité, des bifurcations qu’elle emprunte, de ses dynamiques semi-aléatoires, etc.

9La présentation des idées tout au long de l’ouvrage, qui est jusque-là intéressant, perd toutefois en clarté au fil de la lecture. Si les premières pages de l’ouvrage annoncent un programme ambitieux et original, la lecture des chapitres ne se fait pas sans difficulté, puisque l’enchaînement logique des propositions est parfois décousu et entrecoupé de longs passages qui ne sont pas toujours utiles au développement de la thèse de l’auteur. S’ajoute à ces premiers problèmes la prolifération de notions et de concepts empruntés à différentes épistémologies et approches théoriques, et que l’auteur abandonne parfois en cours de route. Ce problème laisse l’impression qu’il y a un manque de constance dans l’argumentaire, ce qui a pour effet que l’organisation de l’appareillage conceptuel, la logique et la cohérence qui unit les concepts ne sautent pas toujours aux yeux. S’ajoutent les nombreuses coquilles, notamment dans les références aux auteurs cités, ainsi que des répétitions intégrales de certains paragraphes à quelques endroits dans le texte. Il faut mentionner enfin l’absence de date de traduction des ouvrages qui sont mentionnés, ce qui peut entraîner des confusions pour le lecteur non averti, notamment en ce qui a trait au développement des idées et des concepts d’un point de vue historique.

10Malgré ces problèmes, la réflexion que développe l’auteur demeure d’intérêt pour l’avancement des théories en sociologie. Cet ouvrage s’inscrit irrémédiablement dans les préoccupations contemporaines autant sur le plan scientifique, où il trouve une pertinence indiscutable, que sur le plan des enjeux sociaux de la mobilité des populations, des mouvements migratoires, des risques liés aux problèmes de santé publique à l’échelle internationale, sans oublier les effets des changements climatiques sur les populations.

11Le décloisonnement de la distribution classique de la production de la société qui suivrait un schéma opposant l’individu comme produit de la société et, inversement, la société comme produit des actions individuelles mérite effectivement d’être discuté à partir d’une perspective plus souple. C’est d’ailleurs ce que propose Foucart en s’attaquant en toute connaissance de cause à l’une des grandes difficultés (mais aussi au défi) de la sociologie, celle de rattacher le macro qu’il désigne par les systèmes, le meso qu’il désigne par les réseaux et le micro qu’il désigne par les transactions sociales. Comme il l’indique, « il s’agit de penser à la fois l’individu et le tout social se co déterminant, se co produisant, selon des modalités semi-aléatoires » (p. 24). Or, l’auteur propose une intrication originale des programmes de l’analyse systémique (macro), de l’analyse des réseaux (meso) et de l’analyse des transactions sociales (micro), et c’est sans doute l’articulation et la confrontation réciproque de ces trois programmes qui offrent le plus d’intérêt. Soulignons au passage les exemples, peut-être insuffisamment exploités, qui ponctuent la réflexion tout au long de l’ouvrage et qui montrent tout l’intérêt du programme d’une pensée pratique et d’une science de terrain, qui se laisse travailler par le réel, en se confrontant à des enjeux contemporains en matière d’action publique, d’urbanisme, de politique, pour nommer que ceux-ci. Au final, cet ouvrage théorique propose une réflexion rafraîchissante qui s’ancre dans des problématiques — et des problèmes contemporains — de la sociologie et des sciences sociales plus largement.

Haut de page

Bibliographie

BALANDIER, Georges (1988), Le désordre, éloge du mouvement, Paris, Fayard.

CAUQUELIN, Anne (1987), « Concept pour un passage », Quaderni, 3(1) : 31-40.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Maxime Boucher, « Jean FOUCART (2016), Fluidité sociale et conceptualisations de l’entre-deux. Systèmes semi-chaotiques, réseaux et transactions sociales », Communication [En ligne], vol. 35/1 | 2018, mis en ligne le 26 février 2018, consulté le 22 novembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/communication/7479

Haut de page

Auteur

Maxime Boucher

Maxime Boucher est doctorant au programme d’études urbaines, Institut national de la recherche scientifique, centre Urbanisation, culture et société (INRS – UCS). Courriel : maxime.boucher@ucs.inrs.ca

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Communication sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo Université de Laval
  • OpenEdition Journals