Navigation – Plan du site
Lectures

Charles GADEA et Stéphane OLIVESI (dir.) (2016), Professions et professionnels de la communication

Toulouse, Octarès éditions, Coll. « Le travail en débats »
Jean-Claude Domenget
Référence(s) :

Charles GADEA et Stéphane OLIVESI (dir.) (2016), Professions et professionnels de la communication, Toulouse, Octarès éditions, Coll. « Le travail en débats »

Texte intégral

1De nos jours, les recherches les plus intéressantes sur les professions et les professionnels de la communication se situent au croisement de la sociologie des groupes professionnels et des sciences de l’information et de la communication. Elles visent à analyser la reconfiguration des formes identitaires professionnelles, bouleversées par le numérique, interrogeant à nouveaux frais la professionnalisation des métiers de la communication. En premier lieu, il s’agit de questionner les normes professionnelles qui se mettent en place, ce qui conduit à définir ce que signifie « être un professionnel de la communication » à l’ère numérique. Cette obligation relève d’une « crise des identités » (Dubar, 2010) qui n’est ni nouvelle ni issue de la généralisation des technologies de l’information et de la communication dans les activités liées au travail. Il s’agit d’une reconfiguration des identités professionnelles, individuelles et collectives, un processus de mutation au sein duquel l’analyse peut porter sur les modifications apportées par les usages professionnels des médias socionumériques (Domenget, 2017). En s’intéressant aux notions de public, d’audience et de communauté, il est ainsi possible de caractériser les nouveaux collectifs qui émergent en contexte professionnel (Assogba, Coutant, Domenget et Latzko-Toth, 2015). En second lieu, la mise en lumière des reconfigurations identitaires professionnelles, liées aux innovations techniques et sociales, permet d’interroger la professionnalisation dans les métiers de la communication. Cette thématique fédère un réseau de chercheurs francophones, le Réseau international sur la professionnalisation des communicateurs (Resiproc), qui a pour objectif d’associer des professionnels de la communication, qu’ils viennent du monde de l’entreprise ou de l’enseignement et de la recherche, dans un projet d’étude de la professionnalisation des métiers et fonctions de la communication.

2Deux sens du concept de professionnalisation sont classiquement distingués (Dubar, Tripier et Boussard, 2011). Dans le premier, la professionnalisation concerne l’évolution continue des compétences professionnelles d’un individu associée à une efficacité accrue (Wittorski, 2009). Cette forme de professionnalisation renvoie au processus de fabrication, par la formation, l’organisation et l’expérience, d’un individu s’intégrant à un collectif de travail où il est reconnu par ses partenaires. Dans le second, elle renvoie aux revendications de reconnaissance de soi, en tant que « professionnel », c’est-à-dire un individu à la fois qualifié, au sens de formé, et compétent, au sens de reconnu. Pour analyser l’« impératif de professionnalisme » (Boussard, Demazière et Milburn, 2010), ces recherches ont également montré l’importance de s’intéresser à la fois aux systèmes professionnels et aux formes identitaires des membres d’une profession, au sens de groupe professionnel (Demazière et Gadea, 2009).

  • 1 Voir le référentiel des métiers de la communication, élaboré par une dizaine d’associations et synd (...)

3Les travaux menés au sein du Resiproc et plus largement ceux concernant les professionnels de la communication révèlent l’exceptionnelle diversité des fonctions et métiers de la communication (dans les domaines commercial et du développement, du conseil en communication, de la création et des contenus, de la fabrication et de la production)1, ce qui traduit leur dynamisme et participe à fonder leur légitimité dans les organisations (Michel, 2008). Mais cette diversité crée également des tensions avec les métiers connexes, à l’image du modèle professionnel des « dircoms », en conflit de légitimé avec les spécialistes des « relations publiques », les journalistes, les directeurs et directrices des relations humaines etc., ce qui illustre la concurrence entre experts, l’importance des facteurs socioéconomiques et l’évolution des dispositifs de communication (Walter, 1995). De même, les transformations dans les métiers de la communication, apportées par le numérique, interrogent l’existence même de la profession puisque de nouveaux métiers, liés au marketing, à l’informatique, à la gestion, etc., revendiquent des tâches qui lui incombent traditionnellement. Ainsi, un ensemble de questions, en apparence simple, se font jour : un communicateur numérique est-il différent d’un communicateur classique ? Les formations en communication doivent-elles être repensées ? De nouvelles compétences viennent-elles s’ajouter ou se substituer à celles traditionnellement attendues d’un communicateur ? Est-il plus pertinent de qualifier ces métiers par le support qu’ils emploient, ou la finalité de communication demeure-t-elle primordiale ? Derrière ces questions émergent rapidement des problématiques plus profondes, à propos de la spécificité des métiers de communicateur, des formes équivoques de leur reconnaissance, des compétences, méthodes et techniques par lesquelles ils se pratiquent (Coutant et Domenget, 2015).

4Dans ce contexte, l’ouvrage dirigé par Charles Gadea et Stéphane Olivesi tente d’éclairer les différentes facettes du groupe professionnel des communicateurs. Il s’agit bien ici de l’objectif principal suivi par cet ouvrage, celui d’analyser un espace professionnel complexe et mouvant, aux facettes multiples et partiellement contradictoires : rôle de maintien du lien social/manipulation ; revendication d’être des professionnels créatifs et autonomes/intégration de la logique bureaucratique-légale des grandes organisations ; soucis de légitimation scientifique des pratiques/adossement à des connaissances peu stabilisées ; acquisition de diplômes et maîtrise d’outils opérationnels rationnels et efficaces/travail réel invisible et compétences associées à un don ; sentiment d’un manque de reconnaissance/fascination du métier ; travail visant à produire des images positives et des sentiments bienveillants/souffrance d’un mal perçu ; volonté d’être sollicités et écoutés/personnels souvent instrumentalisés ; ambition de transmettre une information fiable et transparente/obligation de présenter l’organisation qui les emploie sous un jour favorable. Ces différents traits contradictoires dessinent un portrait très riche de l’espace professionnel des communicateurs.

5Sans évoquer l’ensemble des contributions de cet ouvrage, nous pouvons signaler que celui-ci s’organise autour d’une série d’études de cas. Il rassemble ainsi « des groupes représentatifs de cet espace professionnel, au cœur du monde des communicants mais éclairant aussi des espaces limitrophes des professions de la politique, de la participation, des médias ou des arts et du spectacle » (p.13). Sont ainsi étudiés les cas des professionnels de la communication interne (Olivia Foli et Gérald Gaglio), des chargés de projet de communication des collectivités territoriales (Arnaud Deglaire), des web-managers (Stéphane Olivesi), des communicants engagés dans le domaine de la participation (Alice Mazeaud et Magali Nonjon), des web-stratèges en politique (Anaïs Theviot) ou encore des réalisateurs de télévision (Nicolas Brigaud-Robert). Outre les différentes facettes de cet espace professionnel sont ainsi abordées des thématiques centrales dans l’analyse d’une profession, comme celles de l’éthos (Olivia Foli et Gérald Gaglio), de la professionnalisation (Arnaud Deglaire), des enjeux éthiques des tâches et missions (Alice Mazeaud et Magali Nonjon), de la dimension genrée de l’identité professionnelle (Anaïs Theviot).

6Comme le précisent les directeurs de l’ouvrage, celui-ci a suivi une double logique, à la fois scientifique, en éclairant « des pans entiers de la réalité du monde du travail, qui en raison de leur nouveauté, échappent aux territoires balisés de la recherche académique » (p. 12), et pédagogique, en cherchant à mobiliser des données fiables. Il vient enrichir la littérature sur la question de la professionnalisation des communicateurs (De La Broise, 2006 ; Baillargeon et David, 2013), en proposant plusieurs observations empiriques. La démarche comparative ainsi suivie permet progressivement de préciser les concepts théoriques évoqués et complète utilement des ouvrages plus conceptuels (Champy, 2011). Nous pensons justement au concept de « professions à pratique prudentielle », développé par Florent Champy, caractérisant des professions qui nécessitent la mobilisation de savoirs dans des situations d’incertitude et qui requièrent une certaine autonomie professionnelle. La dimension prudentielle des activités dans les métiers de la communication ouvre vers leur dimension politique, comme l’ont déjà relevé quelques chercheurs des sciences de l’information et de la communication, notamment Patrice de La Broise (2012) et Élise Maas (2017). Car, sur la base d’un bilan critique, il s’agit bien de rendre compte des dynamiques qui transforment les activités de communication. Pour cela, une ouverture interdisciplinaire est appelée de leurs vœux par les directeurs, au-delà de la sociologie des groupes professionnels. À ce sujet, le réseau de chercheurs sur la professionnalisation des communicateurs (le Resiproc) peut devenir cet espace d’échanges, ayant déjà abordé plusieurs de ces nouvelles problématiques : les dynamiques et les tensions dans la professionnalisation des communicateurs, les dispositifs d’apprentissage et de formation, les compétences à transmettre dans la transformation numérique de la profession, les ruptures et les continuités ou encore les enjeux éthiques.

Haut de page

Bibliographie

ASSOGBA, Henri, Alexandre COUTANT, Jean-Claude DOMENGET et Guillaume LATZKO-TOTH (coordonnateurs) (2015), « Les publics imaginés et réels des professionnels d’Internet », Communication, 33(2). [En ligne]. https://communication.revues.org/5692. Page consultée le 1er octobre 2017.

BAILLARGEON, Dany et Marc D. DAVID (coordonnateurs) (2013), « La professionnalisation des communicateurs : dynamiques, tensions et vecteurs », Les cahiers du Resiproc, 1.

BOUSSARD, Valérie, Didier DEMAZIÈRE et Philip MILBURN (dir.) (2010), L’injonction au professionnalisme. Analyses d’une dynamique plurielle, Rennes, Presses universitaires de Rennes.

CHAMPY, Florent (2011), Nouvelle théorie sociologique des professions, Paris, Presses universitaires de France.

COUTANT, Alexandre et Jean-Claude DOMENGET (2015), « Avant-propos. Le communicateur bousculé par le numérique : quelles compétences à transmettre ? », Les cahiers du Resiproc, 3 : 5-20.

DE LA BROISE, Patrice (2006), « La professionnalisation des communicateurs : de la fonction aux métiers », Éducation permanente, 167 : 67-78.

DE LA BROISE, Patrice (2012), Écritures normées, écritures normatives : contribution à une approche socio-sémiotique de la professionnalisation. Mémoire d’habilitation à diriger des recherches (HDR) inédit, garant Olivier CHANTRAINE, Université Lille III.

DEMAZIÈRE, Didier et Charles GADEA (2009) (dir.), Sociologie des groupes professionnels : acquis récents et nouveaux défis, Paris, La Découverte.

DOMENGET, Jean-Claude (2017), Des usages des dispositifs socionumériques à la reconfiguration des identités professionnelles. Une approche des temporalités en SIC. Mémoire d’habilitation à diriger des recherches (HDR) inédit, garant Patrice DE LA BROISE, Université Lille III.

DUBAR, Claude (2010), La crise des identités : l’interprétation d’une mutation, 4e édition, Paris, Presses universitaires de France.

DUBAR, Claude, Pierre TRIPIER et Valérie BOUSSARD (2011), Sociologie des professions, 3e édition, Paris, Armand Colin.

LEMOING-MAAS, Élise (2017), Les « dircoms » d’hier et d’aujourd’hui : atypie des parcours et professionnalisation. Communication présentée au 85e Congrès de l’ACFAS, Montréal, mai.

MICHEL, Jean-Luc (2008), Les professions de la communication : fonctions et métiers, 3e édition, Paris, Ellipses.

WALTER, Jacques (1995), Directeur de communication. Les avatars d’un modèle professionnel, Paris, L’Harmattan.

WITTORSKI, Richard (2009), « À propos de la professionnalisation » dans Jean-Marie BARBIER, Étienne BOURGEOIS, Gaëtane CHAPELLE et Jean-Claude RUANO-BORBOLAN (dir.), Encyclopédie de la formation, Paris, Presses universitaires de France, p. 781-793.

Haut de page

Notes

1 Voir le référentiel des métiers de la communication, élaboré par une dizaine d’associations et syndicats dans les métiers de la communication. [En ligne]. http://metiersdelacommunication.fr/. Page consultée le 2 octobre 2017.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jean-Claude Domenget, « Charles GADEA et Stéphane OLIVESI (dir.) (2016), Professions et professionnels de la communication », Communication [En ligne], vol. 35/1 | 2018, mis en ligne le 26 février 2018, consulté le 19 juin 2018. URL : http://journals.openedition.org/communication/7482

Haut de page

Auteur

Jean-Claude Domenget

Jean-Claude Domenget est maître de conférences habilité à diriger des recherches (HDR) en sciences de l’information et de la communication à l’Université Bourgogne Franche-Comté, membre du laboratoire Éditions, Langages, Littératures, Informatique, Arts, Didactiques, Discours (ELLIADD) Courriel : jean-claude.domenget@univ-fcomte.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Communication sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo Université de Laval
  • OpenEdition Journals