Navigation – Plan du site
Lectures

Benoît GREVISSE (2016), Déontologie du journalisme : enjeux éthiques et identités professionnelles

2e édition, préface d’Antoine GARAPON, Bruxelles, De Boeck, Coll. « Info&Com »
Emmanuel Derieux
Référence(s) :

Benoît GREVISSE (2016), Déontologie du journalisme : enjeux éthiques et identités professionnelles, 2e édition, préface d’Antoine GARAPON, Bruxelles, De Boeck, Coll. « Info&Com »

Texte intégral

1Le monde de l’information connaît de profondes mutations. En même temps qu’ils fascinent, les journalistes et les médias sont l’objet de vives critiques qui vont jusqu’à une grave perte de crédibilité auprès du public. Dans toute société démocratique, dont une information pluraliste et de qualité est une condition et une garantie, certains des personnels concernés et quelques observateurs extérieurs, notamment des chercheurs et des universitaires, sont conduits à s’interroger sur les moyens de rétablir la confiance et sur le rôle que la déontologie du journalisme pourrait jouer à cet égard et comme élément constitutif de ce que pourrait ou devrait être la supposée « profession » de journaliste.

2Par « déontologie », l’auteur désigne « les règles qu’une profession se donne à elle-même ». Il considère que, dans une relation de cause à effet réciproque, elle « est intimement liée à l’identité professionnelle » de ceux qui, dans la pratique responsable de leur activité, seraient ou devraient être collectivement en mesure de l’élaborer et d’en assurer l’application. L’existence d’une « déontologie » caractérise une « profession ». Mais encore faudrait-il que, s’agissant des journalistes, les éléments constitutifs d’une telle « profession » soient constatés ! Compte tenu de la très grande diversité, si ce n’est de l’hétérogénéité, des fonctions assumées et de leurs modalités d’exercice, le plus souvent au sein d’entreprises, ayant principalement des préoccupations économiques sinon de profit, et, sous le statut de « salariés », dans le cadre d’un lien de subordination vis-à-vis d’employeurs, cela semble bien loin d’être le cas des journalistes. Remarque est faite que « la motivation pour l’élaboration d’un texte déontologique est étroitement liée à la question de l’identité professionnelle du journaliste et à sa fragilité ».

3De ceux qu’il qualifie pourtant de « professionnels de l’information », l’auteur mentionne qu’ils partagent « un inconfort identitaire marqué du paradoxe de contours flous, en constante reconfiguration, et de représentations sociales fortes et souvent stéréotypées » et assez peu conformes à la réalité ou à la situation du plus grand nombre. Leur appartenance à une « profession » paraît, de ce fait, bien incertaine.

4Dans ce contexte, pour cela et à cet égard, l’ouvrage considère : ce qu’il est probablement plus juste de qualifier de « métier » ; les relations entre « identité professionnelle » et « déontologie » ; la « définition légale de la profession » ; l’« apport de la sociologie des professions » ; les instruments de l’« autorégulation » ; les « codes et chartes déontologiques » dans différentes entreprises, diverses organisations professionnelles et plusieurs pays ; les droits et les devoirs des journalistes, illustrant ainsi les relations, de type alternatif ou complémentaire, de la déontologie et du droit, qu’il s’agisse du droit d’accès et du secret sources d’information, du respect des consciences, de garantie d’indépendance, de protection de la vie privée et des « personnes en situation de faiblesse », d’atteintes à l’honneur et à la considération, de « manquements à l’intégrité professionnelle »…

5De riches références bibliographiques et documentaires permettront aux lecteurs intéressés de poursuivre et d’approfondir les analyses et la réflexion.

6Souhaitons que la conclusion puisse ne pas être que des vœux pieux et des illusions trompeuses, comme le seraient la déontologie et la supposée professionnalisation des métiers de l’information. Les derniers mots de ce que l’auteur intitule lui-même une « vaine tentative de conclusion » se lisent ainsi : « Il y a aujourd’hui une impérative nécessité à rendre révolue une révolution technologique de l’information qui ne profiterait qu’à quelques-uns, qui dénaturerait les valeurs éthiques du journalisme et qui instrumentaliserait le public » !

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Emmanuel Derieux, « Benoît GREVISSE (2016), Déontologie du journalisme : enjeux éthiques et identités professionnelles », Communication [En ligne], vol. 35/1 | 2018, mis en ligne le , consulté le 23 juin 2018. URL : http://journals.openedition.org/communication/7484

Haut de page

Auteur

Emmanuel Derieux

Emmanuel Derieux est professeur à l’Université Panthéon-Assas, Paris II. Courriel : emmanuel.derieux@u-paris2.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Communication sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo Université de Laval
  • OpenEdition Journals